Version classiqueVersion mobile

Tautavel

 | 
Michel Martzluff
, 
Aymat Catafau
, 
Martin Galinier

La mise en valeur du patrimoine autour de la Caune de l’Arago et de l’Homme fossile

Mémoires d’un jeune fouilleur à la Caune de l’Arago

Tautavel, France (années 1977-1980)

Georges Castellvi

Texte intégral

Entre le Jardin d’Eden et la tour de Babel : un « chantier-école » de la vie

  • 1 Parmi les principaux sites de la commune : Paléolithique inférieur (Caune de l’Arago ou Cauna de l’ (...)

1Tautavel ? C’est un lieu extraordinaire blotti dans une petite vallée des Corbières roussillonnaises, qui s’est révélé riche en témoignages de l’occupation humaine depuis plus de 500 000 ans1.

  • 2 Reçu au concours d’entrée de l’école normale de Perpignan en octobre 1976, c’est dans les mois qui (...)

2Participer au chantier de fouilles de Tautavel était en 1977 la meilleure des opportunités, pour un jeune amateur d’histoire et d’archéologie du Roussillon, de se documenter sur les découvertes effectuées, d’autant qu’à cette époque peu d’articles avaient été publiés sur le sujet2.

3Venir par la suite à Tautavel (campagnes de 1978 à 1980), c’était à la fois participer à l’étude du site mais aussi se tenir au courant de l’actualité des découvertes réalisées dans l’Ancien Monde dans la quête de nos ancêtres les plus anciens, Tautavel étant alors devenue une étape incontournable des paléontologues et paléoanthropologues étrangers. À ce titre, des doctorants participaient à la fouille et à l’étude du mobilier ; comment ne pas établir de sincères amitiés avec ces jeunes venus parfois de très loin pour parfaire leur formation en toute humilité : je pense notamment au trio constitué par Vera Geleijnse (Afrique du Sud), Abdoulaye Camara (Sénégal) et Young Chul Park (Corée), doctorants rattachés au laboratoire d’Henry à Marseille. C’est à la suite des campagnes de juillet 1977 et de l’été 1978 et des nombreux week-ends de travail au musée en élaboration, que j’ai connu et apprécié ces jeunes chercheurs voués entièrement à une même passion : la connaissance de nos lointains ancêtres.

  • 3 La Caune de l’Arago a formé beaucoup de chercheurs « maison » en Paléolithique inférieur, certains (...)

4À Tautavel, les chemins de beaucoup de préhistoriens et d’archéologues naissants ont vu le jour3, se sont joints un moment et sont partis en direction de nouvelles aventures. Tautavel a été pour nous une étape de formation importante, pour très peu d’ici, surtout pour la grande majorité venue souvent de fort loin. Tautavel reste un « chantier-école de la vie » pour ceux qui veulent ou savent tirer un bilan positif de toutes les expériences et rencontres, y compris des moments parfois difficiles liés à la vie en collectivité de jeunes adultes, et à une logistique très rudimentaire, du moins dans les années 1970-80.

1977 : le dernier chantier de fouilles « dans la tradition »

Arrivé à 7h

5Le premier juillet 1977, je débarquai à 7 h du matin au camp de base des Gouleyrous. Je gravis les marches de l’escalier donnant sur la terrasse d’herbe servant de campement aux fouilleurs (ill. 1). Les tentes étaient disposées autour, ouvrant vers l’espace central. Deux ou trois tentes marron clair, plus grandes que les autres, servaient de dortoir à ceux qui étaient dépourvus de toit pour la nuit. Je m’adressai aux occupants de la première, les réveillant par la même occasion. « Excusez-moi, c’est bien là le chantier de fouilles préhistoriques ? ». Je pense que celui qui me répondit était René David, artisan mouleur niçois dont le talent était aussi brillant qu’il était modeste.

1 - Raymond Palun derrière le niveau, sur la dalle de la grotte. En arrière-plan, le campement des fouilleurs (1978), cl. G. Castellvi

Réveil au biniou

6Je ne sais si ce fut dès ce premier jour, ou le lendemain, le réveil du camp se réalisa au son de la musique : d’une tente sortit un personnage, précis et grave dans ses gestes, qui se mit à gonfler l’outre d’un biniou et se lança dans une marche lente et rythmée passant devant chaque tente. C’était Bertrand Mafart, breton d’origine, étudiant en médecine, autre fidèle d’Henry de Lumley, qui, chaque matin, aussi régulier qu’un métronome, réveillait le camp autour de 7 h. Comme toujours dans ce genre de situation, le rituel devenait lassant au bout de quelques jours, aux oreilles des fouilleurs qui avaient peu ou mal dormi pour diverses raisons nocturnes.

Toilette à l’eau froide

  • 4 On passait dans une chaussette la dose d’un paquet et demi de café moulu pour environ 60 personnes (...)

7Venait, après une toilette sommaire effectuée autour du seul robinet de la fouille, le temps du petit déjeuner – tout aussi sommaire – constitué d’un café fort clair4 avec un nuage de lait optionnel et de tranches de pain beurrées, accompagnées de confiture à la fraise ou à l’abricot. Le service était effectué dès le premier jour par deux fouilleurs – en général un garçon et une fille – qui donnaient ainsi, à tour de rôle, une journée de leur mois pour la préparation et la vaisselle des trois repas (voir infra « Jour de service »). Ce premier repas de la journée était pris sur l’herbe, à proximité du robinet. Il arrivait qu’Henry se joigne à nous, avalant debout son bol de café.

On dresse le camp de base

8Une grande tente marabout était dressée le premier jour sur la rive gauche du Verdouble, au débouché des gorges, devant l’entrée d’un ancien moulin, qui faisait office de grenier et de pièce de rangement. Tous les fouilleurs participaient à cette tâche. Cette tente ainsi qu’une seconde, disposée dans l’alignement de la première, étaient, avec le moulin, le centre névralgique du camp de base. La plus proche du moulin servait aux repas ainsi qu’aux réunions de travail, appelées « topos » ; deux files de tables sur tréteaux avec bancs permettaient d’accueillir jusqu’à une centaine de personnes. L’autre, vide le premier jour, se remplissait, au fur et à mesure de la campagne, d’innombrables cagettes contenant les objets archéologiques issus de la fouille et ayant suivi le premier traitement de base (lavage, recollage éventuel et marquage) (ill. 2). Quant au moulin, un téléphone de campagne y était installé dès le premier jour également, mettant ainsi en liaison le camp de base avec la grotte. C’était le travail de Bertrand, de Raymond Palun, de Claude Hervé ou d’un autre fidèle d’Henry, qui se frayaient un passage « tout schuss » à travers le maquis et en ligne droite. Ce téléphone fonctionnait plus souvent dans le sens grotte-moulin que l’inverse. On verra notamment pourquoi par la suite...

2 - Le camp de base aux Gouleyrous (1979), cl. G. Castellvi

La grotte : le saint des saints

  • 5 « Rapatell del sol » : expression catalane soulignant la façon dont le soleil « tape fort ». L’heur (...)

9Après la mise en place du camp de base venait le débâchage du saint des saints, la grotte ou Caune de l’Arago, dont l’accès était toujours tout aussi fatigant, surtout à 14 h 15-30, au « rapatell del sol », à midi solaire5. C’est ainsi que, jour après jour, et ce malgré la courte pause à mi-chemin à l’ombre d’un rare chêne vert, la montée était toujours aussi pénible, véritable chemin de croix vers la grotte préhistorique. En outre, par son exposition face au sud-est et à l’abri de la tramontane – ce qui d’ailleurs avait facilité à l’époque préhistorique l’installation des hommes du Paléolithique –, la grotte était déjà sous le feu du soleil matinal. Les fouilleurs y ont connu des heures chaudes et, avec la montée de 14 h sous le chant strident et ininterrompu des cigales, ces conditions de travail nous permettent de dire aujourd’hui qu’à Tautavel nous avons connu la soif, mais aussi apprécié la découverte de l’eau... On découvrit ainsi la sagesse des plus anciens, fruit de l’expérience acquise au cours des divers voyages et chantiers : Reinhart Kraatz (alors âgé de 53 ans) se joignit à l’équipe des fouilleurs à l’été 1978 ; il prit l’habitude de monter une cruche d’eau, de fabrication espagnole, qui régalait plus d’un palais...

10La grotte était alors clôturée par un mur restauré, mur d’une ancienne bergerie, surmonté d’un haut grillage, terminé par du fil barbelé – ce qui n’empêcha d’ailleurs jamais le passage de quelque clandestin, fouineur malintentionné ou voleur de circonstance (ainsi disparut un jour de 1978 ou 79, entre 12 et 14 h, une paire de Leica, laissée dans un carré de la fouille, non visible depuis la porte grillagée d’entrée).

L’équipe du musée

11Au musée (ill. 3) œuvrait une autre équipe de fidèles constituée de :

  • Jean Abélanet, un des rares Catalans présents, le ré-inventeur de la Caune de l’Arago en 1948, et promu premier conservateur du musée de Préhistoire de Tautavel en 1978 ;

  • René David, notre Niçois artisan-mouleur, un véritable artiste, incomparable dans la fabrication des couleurs, spécialisé dans le moulage des sols de la grotte selon la technique du latex puis des élastomères dès 1978 (ill. 4) ;

  • Alain Fournier (université de Provence), à l’accent provençal amicalement chantant, et qui avait un beau coup de crayon pour rendre les gestes de l’Homo erectus tautavelensis dans la taille et l’utilisation des outils (ill. 5a-5b) ;

  • Jadwiga Krespkowska, d’une blondeur toute polonaise, et tout aussi retenue qu’efficace, cloîtrée dans une pièce blanche à dessiner durant des heures les artefacts de la grotte ;

  • Josette Renault-Miskovsky (université de Provence), palynologue, et son mari, Jean-Claude Miskovsky (université de Provence), géologue ;

  • Éliane Spitery (université de Provence), anthropologue, et bien d’autres.

3 - Le musée et le laboratoire en juillet 1977 en cours d’aménagement, cl. G. Castellvi

4 - René David en train de réaliser un des moulages du sol G, dans la salle du musée en juillet 1977, cl. G. Castellvi

5a - L’Homo erectus tautavelensis dessiné par Alain Fournier en juillet 1979 (cl. E. Coquegniot)

5b - Alain Fournier, cl. G. Castellvi

Spécialistes associés

12D’autres spécialistes associés à l’étude du gisement y passaient quelques jours : Éric Guerrier, dessinateur particulièrement précis dans les rendus des paysages préhistoriques, de la faune et de l’homme de Tautavel ; Jean Chaline (université de Dijon), spécialisé dans l’étude de la microfaune, notamment des rongeurs ; Claude Guérin (université de Lyon), spécialiste français des rhinocéros du Pléistocène ; Jacques Collina-Girard (université de Provence), géomorphologue, dont la thèse a porté notamment sur les terrasses quaternaires du Roussillon...

Qui étaient les fouilleurs ?

  • 6 Depuis quelques années (années 2000), suite au recrutement en France d’archéologues professionnels (...)
  • 7 Parmi les fouilleurs, nous étions peu de « nord-Catalans » (Armande Adroguer, Perpignan ; Alain Cha (...)

13Question importante. À cette époque on ne parlait d’ailleurs pas encore de bénévoles ou de professionnels6. Les fouilleurs étaient, dans leur grande majorité, des jeunes, lycéens ou plutôt étudiants, entre 18 et 28 ans7. S’y ajoutaient quelques jeunes adultes déjà fonctionnaires, enseignants et conduisant parfois en parallèle des études d’archéologie à l’université, ce qui fut mon cas à partir de 1978-79. Mais il y avait aussi des plus âgés, soit des anciens « historiques », pas nécessairement professionnels rémunérés de la Préhistoire, certains qui accompagnaient les de Lumley depuis les années 1960 (fouilles en PACA, du Verdon...), soit des collègues préhistoriens qui se pliaient sans aucune réticence au partage du quotidien des fouilleurs (horaires, hébergement, repas...).

14Parmi les « anciens » historiques, j’ai déjà cité Raymond Palun et son épouse, conducteur d’une Land Rover arborant un grand autocollant du dernier congrès de l’UISPP 1976 et parfois capricieuse ; la famille Hervé (Claude, Monique et leurs enfants), un brin écologistes ; Bertrand Mafart, alors étudiant en médecine, lieutenant solide d’Henry, un brin celtique...

15On devenait « ancien » dès la deuxième année, c’est-à-dire après avoir passé tous les stades de l’initiation à la fouille et au premier traitement du mobilier archéologique lors d’une première campagne, et on pouvait alors prétendre à être responsable de carré dès l’année suivante. Certains venaient depuis plusieurs campagnes et prenaient plaisir à revenir ; la formation de couples entraînait automatiquement ce rituel (lire infra « Jour de service »).

16Certains « anciens », cumulant déjà quelques campagnes, inscrits en 3e cycle, profitaient du dimanche pour aller visiter les richesses artistiques et historiques de la région ou participer à un festival de musée classique (« Pablo Casals » à Prades, « Musique en Catalogne romane » à Argelès, Elne). Je me joignis dès la première année à ce groupe constitué d’Éric Coqueugniot (enseignant en région lyonnaise ; études en Préhistoire), Claudine Descourtieux (biologie à Paris), Nicole Chevalier (études cunéiformes au Louvre), Hélène Bernard (études en archéologie), Armande Adroguer (professeur du secondaire)... Étant « du pays », je n’eus pas de mal à intégrer le groupe pour visiter les hauts lieux de l’art roman catalan (Saint-Martin-du-Canigou, Saint-Martin-de-Fenollar). Un samedi soir après la fouille, nous partîmes du camp direction le porche de la grotte de Niaux, où nous bivouaquâmes près des voitures pour être sûrs d’être les premiers à découvrir les peintures des bisons et des mouflons du Salon Noir, réalisées par les hommes du Magdalénien. Le pèlerinage à Niaux devint rituel.

  • 8 Il y a eu d’autres doctorants rattachés au laboratoire de Marseille durant cette période, travailla (...)

17Parmi les anciens ou « permanents » qui étaient toujours là et qui accompagnaient Henry dans tous ses déplacements, de Marseille à Tautavel, soit pour l’aménagement du musée (entre l’automne 1977 et juin 1979), soit pour participer à la visite d’un collègue étranger ou à l’encadrement d’un colloque, on retrouvait nos doctorants inscrits au laboratoire de paléontologie humaine et de Préhistoire de Marseille, principalement : Véra, Abdoulaye, Young Chul, Anne-Marie... Ces doctorants ont tous étudié une partie des mobiliers de la grotte, leurs travaux constituant une pierre de l’édifice des publications de la Caune de l’Arago8. Parmi quelques travaux de cette période (1977-1980), il faut citer les diplômes de :

  • Abdoulaye Camara : Choix de la matière première dans les industries du Paléolithique inférieur de la Caune de l’Arago (Tautavel), Étude réalisée à partir du mobilier lithique de la bande 16, DEA, université de Provence, 1978 ;

  • Young Chul Park, Étude préliminaire du remplissage et de l’industrie lithique de la Caune de l’Arago, DEA, université de Provence, 1978 ; La Caune de l’Arago, Étude du remplissage de la grotte et de l’industrie lithique du Paléolithique inférieur, thèse de doctorat en géologie, 1980 ;

  • Évelyne Crégut, La faune de mammifères du Pléistocène moyen de la Caune de l’Arago à Tautavel, Pyrénées-Orientales, thèse de doctorat de 3e cycle, université de Provence, 1979 ;

  • Anne-Marie Moigne, Étude taphonomique de la Caune de l’Arago, Contribution à la connaissance des techniques de chasse et de dépeçage d’après l’étude des ossements découverts sur les sols d’habitat de la Caune de l’Arago, DEA, université de Provence, 1980.

Galerie de portraits

18Je n’ai pas beaucoup de place ni de temps pour les placer tous... J’en choisis quelques-uns, parmi ceux avec qui j’ai appris, parlé, échangé, établi des amitiés passagères ou plus pérennes.

19- La famille de Lumley. Henry : un passionné de Préhistoire qui arrivera toujours à subjuguer son auditoire pour faire découvrir avec des mots simples la vie de l’homme du Paléolithique inférieur. Sur la « dalle », en avant de la grotte, il pointe du doigt la montagne en face de nous et décrit le troupeau de rhinocéros de Merck sur le plateau ; au bord du Verdouble, c’est l’éléphant antique qui vient s’abreuver tandis que dans la plaine qui s’étend vers le village actuel, c’est tout un troupeau de chevaux de Mosbach qui broute l’herbe éparse... Henry, c’est le chef de fouille qui partage la vie des fouilleurs entre 7 h 30 et 22 h sans prendre le temps de se reposer ni de souffler vraiment...

20Et comme dit le vieil adage, « derrière chaque grand homme, se cache une femme ! » Et si l’intendance de la fouille pouvait suivre, c’était en bonne partie grâce à Marie-Antoinette qui assumait le poste de façon plutôt efficace tout en participant, au camp de base, au nettoyage des pièces osseuses les plus intéressantes (ill. 6).

21Tautavel, c’était aussi une fouille en famille avec les quatre enfants : Lionel, déjà sérieux et retenu ; Edward, rêveur et poète ; Isabelle, attachée à sa mère, et William, le plus jeune mais aussi le plus espiègle (ill. 7). Souvent présents au camp de base, ils participaient à la vie collective ; parfois les garçons partaient à la découverte du pays, comme cette fois de 1978 où ils partirent à pied chercher des quartz bi-pyramidaux du côté d’Aguilar, à plusieurs km à vol d’oiseau...

6 - Henry et Marie-Antoinette de Lumley devant la grotte (juin 1979), cl. G. Castellvi

22- Anne-Marie Moigne (ill. 8). Gros rire, allure débonnaire, Anne-Marie peut sur le même ton vous expliquer le fonctionnement de la fouille ou vous raconter une histoire paillarde. C’est un des piliers de la fouille. C’est elle qui m’a initié aux techniques de fouilles sur le carré F 15 en juillet 1977. Anne-Marie occupe aujourd’hui un rôle important dans l’organisation des fouilles de Tautavel ; elle est une des plus anciennes à pouvoir prétendre connaître le mieux l’historique de la fouille de chaque carré...

23- Abdoulaye Camara (ill. 9). Un des rares « fouilleurs » avec qui les hasards de la vie m’ont permis, de façon directe ou non, d’entretenir quelques liens au fil des années. Quel symbole pour nous tous, dans ces années 1978-80, de partager de bons moments de camaraderie entre représentants de pays et de continents différents. Abdoulaye, en tant que noir-Africain, et Véra, descendante de Boers d’Afrique du Sud, exprimaient cette amitié qui préfigurait à la renaissance dix ans plus tard du sursaut sud-africain. Abdoulaye a épousé Dominique, fouilleuse également de Tautavel, et ils ont eu ensemble un garçon et une fille. Il s’est très impliqué dans les recherches préhistoriques et les fouilles archéologiques du Sénégal et la conservation du patrimoine de Gorée.

7 - Moment de détente entre Henry et William (juin 1979), cl. G. Castellvi

24- Véra Geleijnense (ill. 10). Véra et Abdoulaye, c’était l’image de cette Afrique qu’on espérait à l’échelle d’un pays alors soumis à l’apartheid, faite de camaraderie entre blancs et noirs, descendants d’autochtones et d’Européens, tous issus d’un même philôme, l’Homo sapiens sapiens, lui-même lointain cousin des premiers hommes apparus en Afrique de l’Est, l’Homo habilis...

25- Young Chul Park (ill. 11). Discret à l’extrême, Yung Chul n’en était pas moins efficace, infatigable et toujours prêt à aider. Faire des prélèvements à la disqueuse dans le plancher stalagmitique de la grotte au risque de se noyer dans un nuage de retombées calcitiques, passer des heures à tamiser manuellement des colonnes de tamis en vue de recueillir les différents sédiments de la grotte par mailles, gérer des centaines de cageots d’ossements et d’outils à longueur de journée afin d’y classer les pièces nouvellement marquées et restaurées, c’est tout le travail de Young Chul l’été, durant les longues campagnes de terrain.

8 - Anne-Marie Moigne, cl. G. Castellvi

9 - Abdoulaye Camara, cl. G. Castellvi

10 - Véra Geleijnense, cl. G. Castellvi

11 - Young Chul Park à la granulométrie dans la tente labo avec Abdoulaye Camara (juillet 1978), cl. G. Castellvi

12 - Reinhart Kraatz, cl. G. Castellvi

26- Eugenia Isetti. Une néolithicienne italienne perdue au milieu d’un monde de paléolithiciens. Respect pour cette fille initiée par les travaux de son père sur les gravures du Val Canonica (Italie) et qui a partagé deux mois de fouilles suivies en juin-juillet 1979.

27Certains fouilleurs de Tautavel donnaient l’impression de dénigrer tout le déroulé de l’évolution humaine après le Paléolithique inférieur, comme s’il y avait eu plus de « noblesse » à fouiller l’homme des origines avant Neandertal ou Cro-Magnon qui établissait la forme de l’homme actuel. Mais face au sourire d’Eugenia ou lors des visites d’un Jean-Louis Roudil (alors directeur des Antiquités préhistoriques) ou de Jean Guilaine (directeur du tome 2 de la Préhistoire française, 1976), le Néolithique était reconnu comme période « intéressante ».

28Eugenia avait intégré le petit groupe des doctorants et autres chanceux qui, en juin 1979, fouillaient la grotte à leur rythme, quasiment en autarcie, bien avant le « rush » des fouilleurs de l’été.

  • 9 Reinhart Kraatz (1925-1996) était géologue de formation, comme d’ailleurs la plupart des paléolithi (...)

29- Reinhart Kraatz (ill. 12). C’était déjà un « ancien » de la Préhistoire tout en étant un « jeune » fouilleur à Tautavel. Reinhart était lui-aussi toujours prêt à rendre service, à partager le quotidien des fouilleurs, ses connaissances et ses découvertes du pays. Il était simple, toujours souriant, amical, partageant de bon cœur l’eau de sa cruche espagnole. Dans ses courriers, il informait tout un chacun des manifestations autour de la mandibule de Mauer, à Heidelberg, dont il était le conservateur, nous envoyant même de superbes clichés de l’os fossile. Rien ne le gênait, même pas la publicité développée par Henry autour de l’Homme de Tautavel, « le plus ancien Européen », comme affiché en graphisme sang et or sur les autocollants incitant à visiter le musée, alors que Mauer, l’Homo erectus heidelbergensis (Shoetensack, 1908) était daté d’au moins 600 000 ans. Nous avions ajouté, comme lui, sans mot dire : « le plus ancien Européen dont on connaît la face », sachant que le plus ancien vestige restait celui de Mauer, comme d’ailleurs l’indiquait en allemand un autre autocollant, ovale, apposé à la vitre arrière de sa Volvo9...

30- Éric Coqueugniot (ill. 13) et Claudine Descourtieux. Deux fouilleurs « accros » aux campagnes de Tautavel, au point de faire ensuite route commune. Éric était une « locomotive » de l’après-fouille, entraînant dans son sillage une bande d’étudiants à la découverte du Salon Noir de Niaux, du refuge cathare de Montségur ou des violoncelles du festival Casals à Prades. Alors professeur dans le secondaire à Pontde-Chéruy (Isère), Éric est aujourd’hui directeur de recherche, membre de l’UMR Archéorient, équipe de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, responsable de la mission de Dja’de en Syrie, directeur de la revue Paléorient. Claudine, quant à elle, s’était spécialisée en biologie dans l’étude des Diatomées.

13 - Éric Coqueugniot sur le chemin de la grotte, cl. G. Castellvi

14 - Lucien Jourdan, cl. G. Castellvi

15 - Jean Abélanet en démonstration de taille d’outil, cl. G. Castellvi

16 - Albert Pla au camp de base des Gouleyrous, cl. G. Castellvi

17 - Georges Castellvi dans la salle du musée : différences et ressemblances avec l’Homme de Tautavel devant la grotte en arrière-plan (cl. E. Pardo)

31- Lucien Jourdan (ill. 14). Une voix forte et claire, mais qui pouvait être douce, un personnage à l’allure débonnaire, pouvant sculpter longuement un noyau d’abricot, chaussé de mythiques sabots bourguignons, mais qui, d’un seul regard et après une rapide analyse en main, identifiait l’os mystère, proposé à lui pour identification. Lucien Jourdan, docteur en paléontologie, dit « Gégéne », fut pendant longtemps « the » spécialiste-terrain des faunes préhistoriques de la fouille, toujours présent sur le terrain, un poinçon à la main, prêt à intervenir sur tout os du sol G, K ou L. Lucien, remarquable scientifique, n’en demeurait pas moins un bon compagnon de soirée, lançant la chansonnette (« Étoile des neiges... ») ou participant aux discussions des fouilleurs sur la terrasse du Café de la Place.

32- Alain Charpentier. Arrivé sur le chantier en même temps que moi, en juillet 1977. Originaire de Port-Vendres, il était intéressé par l’archéologie départementale. Nous avons suivi ensemble les stages de fouilles de l’AFAN à Tautavel (1ère et 3e année, 1978 et 1980) et Ambrussum (Villetelle, Hérault) en 2e année (août 1979). Il possédait une autorisation de prospection établie par Guy Barruol, alors directeur des Antiquités historiques du Languedoc-Roussillon, pour rechercher le trophée de Pompée sur la côte Vermeille (d’Argelès à Cerbère). Titulaire d’un DEUG de mathématiques, Alain a été reçu à un concours d’entrée à la SNCF (1980). Son exil à Paris comme ingénieur ne lui a pas permis de s’intéresser plus à l’archéologie départementale.

33- Jean Abélanet (ill. 15). La notoriété de Jean n’est plus à faire ; un colloque lui a d’ailleurs été consacré en mai 2001 à l’université de Perpignan. Retenons que, réinventeur du site de Tautavel en 1948, Jean fut tout désigné pour être choisi comme premier conservateur du musée de Préhistoire officiellement inauguré le 11 juillet 1979 (voir infra « La folle journée du 11 juillet 1979 »). Jean a travaillé surtout sur les périodes néolithiques et les âges des Métaux ; ses nombreux travaux dans la plaine de Vingrau-Tautavel témoignent du dynamisme de ses recherches (voir supra, note 1). À Tautavel, hors saison, Jean préférait la prospection solitaire pour élaborer la carte archéologique de la vallée à toute autre activité qui l’aurait retenu au musée...

  • 10 Initiative de Edmond Pascual, inspecteur d’académie, à la demande d’Henry de Lumley. Avec Emmanuel (...)

34J’ai partagé les mois de septembre à novembre 1978 en sa compagnie, en tant que délégué de l’Éducation nationale auprès du musée10. C’est un puits de science, toujours prêt à partager et à donner, un conteur...

35- Albert Pla (ill. 16). Albert était et restera une figure importante des années Tautavel de la première période (il a été maire de 1967 à 1977). C’est lui qui a appuyé le projet d’Henry de transformer le dépôt de fouilles initialement prévu en véritable musée de site. Cela lui causera d’ailleurs beaucoup de critiques et d’incompréhensions de la part d’une frange de la population communale qui n’anticipait pas les retombées en matière de renommée et d’économie locale, le soupçonnant, à tort bien sûr, d’en retirer à terme un intérêt pécuniaire lié à sa profession de propriétaire du Café de la Place (voir aussi plus bas « Les chantiers de fouilles et l’inauguration du musée de la Préhistoire », et note 14). Albert était un sage et un visionnaire, un bienfaiteur pour sa commune : grâce à la rencontre de ces deux hommes, Henry de Lumley, le scientifique, et Albert Pla, l’élu du terroir, nous pouvons partager aujourd’hui le succès de cette entreprise dont l’intérêt scientifique était déjà reconnu dans le monde bien avant 1977 et qui permet, une génération plus tard, d’être une référence dans les instructions officielles de l’Éducation Nationale au même titre que l’Homme de Cro-Magnon.

  • 11 Sous l’impulsion d’étudiants fouilleurs, je m’inscrivis en 1ère année de DEUG d’histoire de l’art e (...)

36- Autoportrait (ill. 17). Débarqué le 1er juillet 1977 à Tautavel comme sur un nouveau monde, prêt à écouter et participer à tout, autant que possible. Investi à fond dès la première campagne, remarqué par Henry, notamment pour l’avoir critiqué pour une meilleure efficacité dans le rebâchage de la grotte, il me chargea de l’opération de débâchage-rebâchage lors de la venue des Soviétiques à Tautavel le 6 octobre suivant. J’étais alors à l’école normale de Perpignan et ne pensais pas poursuivre d’études en Préhistoire, et encore moins en archéologie. Dès la seconde année (été 1978), j’avais déjà dépassé le stade initiatique et me voyais confier des tâches plus importantes, comme l’accompagnement de journalistes (Midi Libre catalan, 26 novembre 1978) ou la présentation de la grotte et des fouilles lors de cinq journées pédagogiques, en novembre suivant (L’Indépendant, 26 novembre 1978)11... Il fallait faire attention, pour nous jeunes de 18-20 ans, de ne pas tomber dans la tentation de jouer au « petit chef » ; certains l’ont fait, d’autres pas, moi, un peu moins je crois, mon autonomie financière et sociale (puisque salarié) me permettant de prendre un certain recul critique de temps en temps.

18 - Réunion topo en dehors de la tente (juillet 1977), cl. G. Castellvi

Les topos du matin

37Entre 8 et 9 h, Henry avait institué les « topos » du matin, véritables cours d’université qu’il prodiguait lui-même ou l’un de ses collaborateurs, voire des fouilleurs déjà spécialisés (ill. 18). Ainsi en juillet 1977, Henry parla de typologie lithique (du 4 au 9), des méthodes de datation (15), Marie-Antoinette des restes de l’homme de Tautavel, Martzelino Airpurua de palynologie, etc.

38Parfois, l’heure du « topo » prenait la forme d’un debrieing où l’on passait en revue la collection des objets mal marqués ou dont l’étiquette de marquage avait disparu entre la descente de la grotte, le lavage, le séchage et le marquage. Chaque équipe reprenait le carnet de fouilles et les différents plans du carré, vérifiant si l’objet orphelin ne pouvait s’identifier à un objet du carré non encore retourné pour vérification.

Matinée de fouille

39Après le topo, vers 9 h, tandis que le « chef de carré » montait à la grotte avec un des fouilleurs – car on pouvait être ainsi trois fouilleurs par carré –, celui qui restait – car il en fallait au moins un – devait accomplir durant une heure, voire plus, le premier traitement des sédiments et des objets descendus la veille de la grotte. Le contenu d’un seau était ainsi tamisé dans l’eau du Verdouble à travers deux tamis superposés aux mailles de 1,2 et 0,6 mm. Les tamis étaient ensuite mis à sécher à côté de la tente « labo ». On lavait généralement deux seaux par séance, ce qui peut sembler peu pour deux demi-journées de travail ; le peu de sédiment récolté s’expliquant par la puissance des rejets anthropiques (os, esquilles, outils, déchets de taille...) du sol G.

19 - Fouille dans la grotte. Relevés de « Z » à la mire, cl. G. Castellvi

40Venait ensuite le lavage de tous les objets coordonnés qui étaient déballés du papier de toilette kraft inscrit au nom de chacun d’eux (ex. ARAGO / H 17 / HQZ 2 / 475). Cela prenait aussi beaucoup de temps pour nettoyer l’os ou la pierre à la brosse à dent.

41Venait alors le moment de monter à la grotte rejoindre ceux qui travaillaient dans le carré. Une fois arrivé, le fouilleur devait trouver sa place, soit en relayant le collègue, soit en prenant le mètre pour coordonner en XY les pièces à extraire, soit en tenant le cahier d’inventaire, soit en dessinant au 1/5e les objets, soit en les emballant, soit en tenant la mire pour les relevés au niveau de chantier (ill. 19), soit en se frayant une petite place sur le carré en cours de fouille...

Fouille dans la grotte

La prise des « z » et le « Ianmètre »

42« Z » resta pendant longtemps le cri de ralliement des fouilleurs de base quand ceux-ci se rencontraient au détour d’une rue du village ou ailleurs, hors de la fouille.

43Le Ianmètre. L’été 1978, débarqua un jour un nouveau fouilleur, Ian Johnson, étudiant en Préhistoire à Canberra (Australie). L’après-midi, il monta à la grotte avec un drôle d’ustensile qu’il plaça dans son carré : nous découvrions pour la première fois un outil rudimentaire, utilisé depuis par beaucoup d’entre nous en fouilles, et que nous baptisâmes le « Ianmètre » ou « Ianomètre »... C’était le premier niveau à eau que nous rencontrions, constitué d’un bidon de 3 ou 5 l, rempli d’eau colorée à la grenadine, d’où sortait, par une perforation pratiquée dans le bouchon, un tuyau plastique transparent dont la moitié de la longueur était solidarisée avec du scotch à une tringle de rideau d’un mètre de long sur laquelle avait été fixé un mètre ruban. La facilité d’utilisation du « Ianmètre », sa facilité de construction à faible coût et sa rentabilité dans le carré par comparaison avec le niveau sur pied commun à tous les autres carrés, produisirent un tel effet qu’à la fin de la journée Henry décida pour le lendemain d’équiper la surface en cours de fouilles d’une dizaine d’appareils identiques avec une hauteur de mire rallongée à 2 m. Ainsi disparut à tout jamais l’attente infernale des carrés pour obtenir une dizaine de lectures de « z » à partir du niveau sur pied ; la démultiplication des niveaux permit dans la foulée une meilleure rentabilité d’inventoriage des objets issus de la fouille et donc une avancée plus rapide de celle-ci.

F 15, FKY5, 2922

44Ce code correspond à l’identification de la cheville osseuse d’une corne de bison (Bison priscus) du sol G sur laquelle l’équipe du carré F 15 a travaillé durant plusieurs jours de juillet 1977 (ill. 20). En théorie les carrés de fouilles étaient exploités suivant une trame en quinconce, mais dans la réalité ce n’était pas toujours le cas et il fallait donc préserver des banquettes de 10 cm de large afin de pouvoir ensuite relever les coupes stratigraphiques N.-S. et O.-E. (ill. 21). Ces banquettes étaient fragiles et il pouvait arriver qu’un malencontreux pied ou un objet contondant en effondrât une partie. Drame... Il fallait alors arriver à restituer graphiquement sur les coupes les principales pièces déplacées...

45Fouiller le sol G à cette époque était une œuvre longue et qui nécessitait une somme de patience. Le sol, constitué de reliefs de repas et d’outils et d’éclats lithiques sur près d’une trentaine de cm au centre de la grotte (carrés E à H des bandes 15 à 17), était souvent exempt de sédimentation. La fouille se résumait alors à un long dégagement des pièces, surtout osseuses, très fragmentées, qu’il fallait imbiber de bandes de papier hygiénique kraft trempées dans de l’acétate de cellulose. Cela formait un sorte d’emplâtre sur l’objet que l’on pouvait ensuite prélever, une fois sec, après avoir relevé les coordonnées spatiales, et que l’on descendait au camp de base en in de travail. Le fouilleur, ou plus généralement un chercheur associé à la fouille (Lucien, Marie-Antoinette...), nettoyait alors à l’acétone la pièce osseuse, recollant au fur et à mesure les différentes esquilles libérées de la chape protectrice. Il est ainsi arrivé que de grandes pièces étant complètement recouvertes de bandelettes ne soient plus identifiables entre la grotte et la tente du camp de base. C’est ce qui arriva avec l’os humain Arago XLIV (lire infra « Quelques découvertes remarquables »).

20 - Sol G, carré F 15, niveau FKY5, cheville osseuse de Bison priscus (n° 2922), cl. G. Castellvi

20 - Fouille des carrés en quinconce (sol G, 1979), cl. G. Castellvi

Gelati... Gelati

46C’était le plus beau des cris de ralliement de la fouille. Il annonçait la découverte imminente d’un ossement humain d’Homo erectus tautavelensis. Il s’agissait le plus souvent de dents isolées. Le cri était lancé en général depuis la grotte mais il n’était pas impossible que celui-ci vînt aussi de la tente labo du camp de base quand, après nettoyage, il s’avérait qu’un os pouvait être humain. La bonne nouvelle était alors relayée par le téléphone de campagne. Cela impliquait, généralement pour Marie-Antoinette qui assurait l’intendance, de partir acheter un certain nombre de glaces familiales et quelques bouteilles de champagne : c’était là le seul luxe que s’offrait la fouille. Avant tout c’était la fête des fouilleurs qui participaient tous ainsi à cette nouvelle découverte. Glace et champagne agrémentaient alors le repas toujours aussi basique du soir.

47La découverte était bien sûr colportée aux fouilleurs du musée et, à midi ou le soir, au village au café de la Place. Les fouilleurs consignés au musée, qui n’avaient pas eu la chance d’être présents au moment de la découverte, se pressaient à 18 h pour rentrer – souvent à pied – au camp et monter à la grotte pour assister soit à l’enlèvement de l’os, soit à l’avancée des dégagements.

  • 12 Il est intéressant de découvrir le travail effectué en trente ans par un ancien doctorant de l’Arag (...)

48Être à l’origine d’une telle découverte conférait à tout fouilleur un sentiment indicible de fierté et de reconnaissance. Claude Hervé, Éric Coqueugniot, Alain Charpentier et bien d’autres eurent cette félicité. Les « anciens » parlaient ainsi avec un certain respect de Robert Brandy, le fouilleur chanceux, presque « hors classe », à l’origine de la découverte du crâne Arago XXI le 22 juillet 1971, à 16 h 30 en C 15. C’était une forme de renommée interne aux initiés de la grotte, réservée aux fouilleurs et à leurs proches, toute différente de celle plus classique, bien que plus rare, et tout aussi reconnue que d’associer son nom à l’identification d’une sous-espèce animale, comme l’Equus (caballus) mosbachensis tautavelensis Crégut, 197912.

49Pour les plans au 1/5e, dans le code des couleurs utilisé pour la représentation des différents types de mobiliers archéologiques, la couleur des os humains était l’orange.

50Henry permettait toutes les prises de photographies sans trouver à redire. Il invitait même ceux qui lui demandaient, quand l’occasion s’y prêtait, à venir chez lui au village, où il était hébergé avec sa famille, et là, il sortait une boîte métallique de gâteaux Geslot et il nous présentait le crâne de l’Homme de Tautavel, le fameux Arago XXI, l’authentique.

Quelques découvertes remarquables

51- Arago XLIV (sol G, D 17, DLY3, 1095). L’année 1978 fut la première longue campagne qu’Henry instaura. Ironie du sort, le mot « gelati » ne se fit pas entendre une seule fois durant près de cinquante jours ! Il fallut attendre le 18 et surtout le 21 août pour entendre claironner le mot magique. La découverte dépassait de beaucoup toute espérance : c’était un os iliaque gauche d’Homo erectus tautavelensis...

52Le carré avait été décapé proprement lors de la campagne précédente de juillet 1977 et recouvert ensuite comme les autres carrés de la grotte, par les grandes bâches noires dans l’attente de la campagne suivante. Situé en bordure de la paroi, le carré avait subi une forte pression des sédiments accumulés et le niveau se présentait suivant un pendage sub-vertical.

22 - Confrontation de l’os iliaque Arago XLIV et d’un os iliaque d’Homo sapiens, cl. G. Castellvi

53Les ossements étaient écrasés, très abîmés. Lors de la reprise de la fouille en août 1978, l’os avait donc été consolidé avec des bandelettes de papier et de l’acétate de cellulose dissoute dans un bain d’acétone. Il fallut attendre le nettoyage et le collage de l’os, le vendredi 18 après-midi, pour que Marie-Antoinette identifie l’os iliaque. Devant l’absence d’ossements humains actuels de comparaison, il fut décidé de descendre le lendemain à Perpignan, mais le Museum d’histoire naturelle et le lycée Arago étaient tous deux fermés. Où trouver un os iliaque ? On se rappela alors que l’équipe de Rémi Marichal, archéologue du site antique de Ruscino (Perpignan), avait mis au jour une sépulture sous le trottoir de la rue traversant l’ilôt d’habitation. On se rendit à Ruscino et Rémy amena le lendemain ou un jour ou deux après ces ossements à Tautavel. La confrontation fut réalisée le mardi 22 dans la tente labo (ill. 22). Et le mercredi 23, au topo du matin, Marie-Antoinette confirmait l’identification de l’os iliaque de l’Arago :

54« La courbure de l’aile iliaque est difficile à rendre car elle a été brisée sous le poids du remplissage. L’os iliaque appartient à un sujet adulte sans que l’on puisse déterminer son âge exact. Seul l’aspect de la surface articulaire du pubis aurait pu nous l’indiquer, mais celui-ci manque, tout comme les branches ilio et ischio-pubiennes. Dans son ensemble, l’os est très robuste et très épais, surtout l’aile, très frêle au contraire chez l’homme actuel. L’épine iliaque antéro-supérieure est très saillante, déjetée ; la cavité cotiloïde, ovalaire et moins profonde et la portion autour du cotyle beaucoup plus réduite. Ce sont là des caractères archaïques. »

55Nous vivions un moment fort, une découverte peu commune, importante. Dans le monde alors, selon les livres du congrès de l’UISPP de 1976, on ne connaissait que 11 restes d’os iliaques appartenant à des Australopithèques ou des Homo erectus, dont 7 seulement conservaient la cavité cotyloïde ou acetabulum, indice décisif pour décrire le type de marche bipède usité par nos ancêtres. Pour l’Homo erectus, il y avait l’individu H 28 d’Olduvai (inv. L. Leakey), daté de 700 000 ans et celui de la grotte du Prince (Grimaldi, Monaco ; inv. Barral et Simone), daté « d’à peine » 120 000 ans.

56- Arago XLV (sol G, D 17, DLY3). Maxillaire gauche découvert le 4 juillet 1979. Fouilleur : Éric Coqueugniot, « chef » de carré.

57- Arago XLVII (sol G, E 17, EKY5, 2155 et 2195). Pariétal droit mis au jour le 27 juillet 1979, et un fragment identifié dans les esquilles le 30 suivant. Fouilleurs : Éric Maria et Alain Charpentier.

La reconstitution du crâne de l’Homme de Tautavel (printemps 1980)

58À la suite de cette dernière découverte (Arago XLVII), le crâne de l’Homme de Tautavel put être enfin reconstitué : René David réalisa le moulage du pariétal, il en créa le symétrique gauche ; on utilisa également le moulage de l’occipital de Swanscombe (Royaume Uni) et le moulage des temporaux d’un Pithécanthrope et l’on put ainsi reconstituer une forme certainement très proche de l’original. L’assemblage vit le jour au printemps 1980 et fut présenté au musée au cours du mois de juin suivant. On put alors évaluer le volume endocrânien et l’estimer à 1050/1060 cm3.

Errare humanum est ou la fierté d’être si proches de nos cousins mammifères

59Être archéologue, c’est se rapprocher de ses racines et par là gagner en humilité face aux découvertes qui relativisent nos connaissances établies ou pré-supposées. C’est comme assembler un puzzle dont les derniers éléments en cacheraient en fait d’autres, plus précis, plus fins dans leurs détails. Et chaque génération est confrontée à cette recherche dont les découvertes affinent la connaissance. Mais quelle sensation forte quand, sur un chantier de valeur internationale, à la recherche des artefacts qui nous font mieux connaître de jour en jour le quotidien des premiers Européens, nous voilà tout d’un coup confrontés à une question simple mais si conséquente de réflexions d’ordre philosophique : « Est-ce de l’homme ou non ? » Cela va au-delà de la culture de l’homme apparue avec le premier Homo habilis, on aborde une question plus ancienne, d’ordre paléontologique, biologique : ces dents, ces os que nous découvrons au sein d’un vaste dépotoir de « reliefs de cuisine », sont-ils d’ordre « animal » ou « humain » ? Cette question que se sont souvent posée Henry, Marie-Antoinette, Lucien et nous-mêmes, fouilleurs, nous rendait encore plus humbles face à l’évolution humaine, et nous comprenons mieux aujourd’hui les réflexions d’autres chercheurs comme Yves Coppens ou Hubert Reeves qui nous poussent vers plus de racines communes avec le monde animal, le vivant, voire la matière...

  • 13 « Tautavel : Une mandibule vieille de 300 000 ans », l’Indépendant, 27 juillet 1977. Article de 21 (...)

60Ainsi, dès la fin de ma première campagne, le 26 juillet 1977, vers 11 h, dans le carré J 17, toujours dans le sol G, vers la paroi droite de la grotte, on crut reconnaître une mandibule d’enfant avec 5 ou 6 dents. Les fouilleurs, Bernard et Claudine, se mirent à dégager avec autant de précision que d’intérêt cette nouvelle découverte humaine possible. La découverte passa à la « une » de l’Indépendant,13 notre quotidien local et « l’objet » toujours en cours de fouilles fut filmé par les caméras des chaînes nationales TF1, Antenne 2 et FR3. Et, comme souvent, dans le quotidien journalistique, il n’y eut pas de suite... Cela nous arrangeait car il s’avéra, un ou deux jours après ce battage médiatique, qu’il s’agissait des dents d’un cervidé... Il paraît que la morphologie de nos incisives ou canines est très proche de celle de certains cervidés...

61Erreur de diagnostic qui me prouvait que la théorie de l’évolution avait du bon et me poussait à respecter encore plus cette nature dont nous serions l’espèce la plus évoluée.

Automne 1977 : quand l’homme de Tautavel dépassa 320 000 ans

62La datation d’échantillons de planchers stalagmitiques prélevés en juillet 1977, associée à la confrontation des études sur les faunes du sol G (rongeurs, rhinocéros...), incita les chercheurs à réévaluer l’âge du sol G jusqu’alors estimé à 320 000 ans.

  • 14 Aujourd’hui, le sol C est daté de 340 000 ans (source : vitrine du macaque, musée) ; quant aux data (...)

63La visite en France, au cours du mois d’octobre suivant, de savants soviétiques permit à Henry de Lumley de provoquer un mini-colloque à même le terrain, dans la grotte. Henry de Lumley commença par introduire le débat : « Il faut vieillir un peu plus les datations. L’Homme de Tautavel semble ne pas avoir connu le feu... ». Selon lui, Karl K. Turekian (université de Yale) avait préalablement daté par paléomagnétisme le plancher stalagmitique supérieur de la grotte de 96 000 ans environ14 et noté une inversion magnétique de 3 cm (Blake, Jamaïca ou Levantin ?) au niveau du sol C.

64C’est sur ces conclusions que Jeffrey L. Bada (Californie) s’était appuyé pour calibrer les datations réalisées par acides aminés sur les sols F et G, respectivement donnés à 220 000 ans et 320 000 ans. Or, Karl K. Turekian venait récemment de reprendre ses études et ses nouvelles conclusions permettaient de dire que toutes les datations avancées jusqu’ici devaient être vieillies car le plancher stalagmitique supérieur était plus vieux que 96 000 ans... De nouvelles datations étaient en cours à partir de prélèvements effectués en juillet dernier sur de nouveaux échantillons de plancher stalagmitique ; ces nouvelles études avaient été confiées à Martin Haitken (université d’Oxford) et Cooper (université de Long Island).

65Trois paléontologues arrivaient également à la conclusion qu’il fallait « vieillir » les datations proposées jusqu’alors, d’après l’étude de certaines faunes du sol G. Claude Guérin (université de Lyon I) notait que les spécimens de rhinocéros montraient un degré d’évolution assez ancien et proposait de les reporter au Mindel. Pour sa part, Évelyne Crégut (doctorante à Marseille – voir note 12), notait la coexistence de Praeovibos priscus et Ovibos moschatus, la première disparaissant au Mindel Supérieur. Jean Chaline (université de Dijon), à propos de la microfaune, proposait une datation plus proche de la fin du Mindel, voire du début du Riss.

Été 1978 : quand l’homme de Tautavel atteignit 400 000 ans

  • 15 L’Indépendant du 17 juillet 1978 : « Daté par les méthodes les plus scientifiques de 400 000 ans en (...)

66Durant l’inter-campagne 1977-1978, l’équipe d’Henry vint à proposer une datation plus haute dans le Pléistocène moyen pour le sol G, niveau principal des découvertes humaines. Une datation moyenne de 400 000 ans fut dès lors avancée et reprise par les médias15.

  • 16 « 400 000 ou 500 000 ans » dans L’Indépendant, 27 mai 1979 ; La Voix du Nord, mai 1979 ; Chanteclai (...)

67Par la suite, à partir de mai 1979, l’expression « il y a 400 000 ou 500 000 ans » est donnée par Henry de Lumley dans les comptes-rendus pour la presse, qui la diffuse ainsi à la suite de la présentation du musée aux journalistes, le 26 mai 197916.

  • 17 Le Point, no 354, 2-8 juillet ; L’Indépendant, juillet ; Tageblatt-Hedeilberg, juillet ; Fabien Gru (...)

68La datation « raccourcie » de 450 000 ans va ensuite se mettre en place au début de l’été suivant, autour du 11 juillet, au moment de l’inauguration officielle du musée par Anne-Aymone Giscard d’Estaing, épouse du président de la République17.

1978 : le premier chantier « à un rythme d’usine »

  • 18 Gros article dans L’Indépendant du 25 août 1978 : « Tautavel à l’aube des hommes ». Mini-série dans (...)

69Tout changea en 1978 : les datations, la longueur de la campagne de fouilles (on passa de un à deux mois), le musée ouvert au public le 1er juillet, et l’ambiance... Même avec le recul, l’impression d’alors reste la même : la Caune de l’Arago était devenue une « usine » et Henry de Lumley son « patron ». La campagne de 1978 fut la première à dépasser le mois de fouilles traditionnel de juillet : la fouille s’étala sur le mois d’août. En parallèle, les médias locaux couvrirent l’événement que constituait l’ouverture du musée au public18.

70En 1979, s’ajouta un mois de plus : juin. Ce mois reste le plus agréable, période d’ouverture de la campagne durant laquelle seuls fouillaient les doctorants d’Henry et quelques autres invités, soit pas plus d’une dizaine de personnes. Ensuite arriva au 1er juillet la déferlante des fouilleurs, plus nombreux que d’habitude et le rythme de la fouille s’accéléra jusqu’au dernier jour d’août.

Le topo de 14h

71Quand nous revenions de boire le café au village, à 14 h pétantes, tous les fouilleurs devaient être au bas de l’escalier où Henry passait en revue le travail de chacun, carré par carré. Cela prenait un certain temps surtout dans la deuxième partie de la campagne (fin juillet-août) en raison du renouvellement de fouilleurs. Henry tenait en mains une feuille A3 sur une plaquette où les carrés étaient dessinés avec les noms des fouilleurs portés au crayon. Le travail de chacun était stipulé : fouille, tri, report de points au musée sur des coupes stratigraphiques, etc. Il arrivait alors, parfois, qu’un fouilleur soit oublié ou plus simplement qu’il profite de son éloignement au musée pour « piquer une sieste » dans un placard vide...

Quelques autres scènes anecdotiques de la vie du fouilleur

72De façon générale, nous partagions tous, bénévoles, jeunes et moins jeunes, professionnels de la Préhistoire, y compris la famille de Lumley, l’ordinaire quotidien du fouilleur ; seuls, les de Lumley rentraient tous les soirs au village pour y dormir.

Repas de midi et repas du soir

73Il était assez frugal, pris à côté du Verdouble, en petits groupes à l’ombre des arbres ou au bord de l’eau. Un jour, des Américains passèrent quelques temps sur la fouille ; alors que l’ensemble des fouilleurs mangeait assis au bord du Verdouble, échangeant entre eux, nos amis du Nouveau Monde préférèrent manger assis isolés dans leur Land Rover, l’assiette sur les genoux.

74Des tomates à la croque-sel, une sardine à l’huile, du fromage pré-coupé, des fruits... La semaine on tournait généralement autour des féculents de base : purée, riz, pâtes, rarement accompagnés de sauce.

75Le soir, le repas, pris sous la tente, après un vibrant appel « À tableeeee ! », était plus conventionnel : nous étions tous assis sur les bancs, les tables dans l’alignement les unes des autres, en deux rangées libérant un passage central. C’était le principal moment de la journée où la tension (ou l’attention) retombait et on pouvait alors prendre le temps de bavarder, rigoler, et on terminait tous les soirs par des chansons paillardes, initiées généralement et traditionnellement par Henry, du moins jusqu’à la campagne de juillet 1977. Nous formions alors un seul corps, une seule famille, une bonne bande de copains qui poussait la chansonnette durant une bonne heure... À partir de 1978 et surtout 1979, ce ne fut plus la même ambiance, les fouilleurs n’arrivant pas aux mêmes dates, le personnel tournant sur les trois mois de fouilles... C’était alors aux anciens de lancer la chanson mais l’esprit n’y était pas toujours...

Les chants du soir

76À la fin du repas, et notamment en 1977, Henry se faisait peu prier pour lancer la chansonnette grivoise. On commençait rituellement par L’Internationale, puis on enchaînait par Les quatre-vingts chasseurs, Allons à Messine, Au 31 du mois d’août, Dans un amphithéâtre et le récital continuait avec un répertoire plus « classique » comme Étoile des neiges. Ces soirs-là, tout le monde participait au chœur, se balançant de bâbord à tribord, et il arrivait que le rythme endiablé fasse chuter un banc de chanteurs. Une fois même, à force de frapper le rythme avec un couteau sur le fond d’un pot à eau métallique, un des fouilleurs réussit à le percer... Il arrivait aussi qu’Henry demandât à l’un ou l’autre d’entre nous de chanter une chanson de chez lui, généralement un chant traditionnel : je me souviens de Young-Chul qui nous chanta une fois, et une seule, une mélopée coréenne ; j’essayai, quant à moi, un chant catalan, Muntanyes del Canigó. À partir de la campagne de 1978, comme dit ci-dessus, le rituel s’essouffla, le groupe n’étant jamais constitué des mêmes fouilleurs.

Dernier à table...

77Lors d’une des campagnes, profitant d’une accalmie dans la grotte après le départ des fouilleurs vers 12 h, je restai un moment de plus à travailler sur le carré, grattant, balayant en terminant proprement de nettoyer le carré avant de descendre vers 12 h 20. Arrivé à l’entrée de la tente repas, je découvris alors qu’il n’y avait plus rien à manger, ni plat de résistance, ni fruit... Je ne renouvelai plus cet excès de zèle.

Le robinet d’eau

78L’eau, rappelons-le, du moins l’eau potable, n’était puisable qu’à l’unique robinet de la station de pompage de la « ville de Vingrau ». Une légende, à vérifier, circulait sur la fouille pour expliquer la présence sur le territoire de Tautavel de cette station qui desservait la commune voisine. Autrefois, la limite des deux communes aurait été fixée aux Gouleyrous, à la sortie des gorges du Verdouble. Tautavel aurait alors demandé à agrandir son territoire au-delà de la rive droite vers l’est. Quelle en aurait été la compensation pour Vingrau ? On ne sait. On pourrait donc dire que si cela était avéré et si Tautavel n’avait pas récupéré cette bande de terre, la Caune de l’Arago serait toujours sur Vingrau et l’on parlerait alors de « l’Homme de Vingrau » et non de Tautavel.

Le café de 13 h et les déplacements en 504 break

79On avait l’habitude, après le repas frugal de midi pris près des Gouleyrous, d’aller boire le café chez Albert. On s’entassait alors dans le moins de véhicules possibles, sans bien tenir compte des questions de sécurité routière – ce qui ne se ferait plus aujourd’hui... Les voitures suivaient celle d’Henry qui ouvrait la marche jusqu’au village, chargées au maximum, tout en roulant lentement. La 504 break d’Henry contint un jour de 1979 jusqu’à 22 ou 23 personnes, la mienne, une 304 break neuve, en rentra 13 – c’était le temps d’Intervilles, émission de la télévision où ce genre de défi était courant. Il lui arrivait même de lire son courrier en conduisant.

80Henry faisait souvent peu cas des limites de la réglementation, comme si l’intérêt scientifique prévalait à tous les règlements de la vie quotidienne. Ainsi, un dimanche d’août 1978, le grand patron décida vers les 11 h du matin d’aller rendre visite à Dominique Sacchi (CNRS), dont l’équipe fouillait la grotte Gazel (Aude) dans des niveaux du Paléolithique supérieur et de l’Épipaléolithique. Comme nous étions onze à participer à la sortie, je proposai à Henry de prendre ma voiture en plus de la sienne et de la Volvo de Reinhart ; il déclina prestement l’offre et nous nous entassâmes à six dans la 504, avec, il me semble, Henry et Marie-Antoinette devant, Abdoulaye, Véra, moi derrière et Young-Chul dans le coffre. Nous roulâmes à tombeau ouvert et pûmes visiter la grotte en cours de fouilles. Au retour, vers les 15-16 h, nous nous arrêtâmes dans un village des Corbières pour manger. Réponse du restaurateur : « C’est pour le repas du midi ou pour celui du soir ? ». Je crois que nous ne pûmes prétendre ni à l’un ni à l’autre...

Jour de service

81Chaque fouilleur devait une journée de service dans le mois. Préparation et service du petit déjeuner, lavage au robinet, préparation du repas de midi, lavage des assiettes, couverts, plats et casseroles, préparation du repas du soir. Généralement le chantier tournait autour de 60 à 80 personnes, soit autant de parts et de vaisselle à préparer... Chacun était même invité – si on peut dire – à préparer, le soir, un repas typique de sa région ou de son pays. Il faut également préciser que pour beaucoup, c’était la première fois de leur vie qu’ils préparaient un repas pour un si grand nombre... Quelques exemples testés : steak à l’iranienne (steak tartare dont le sang était dissimulé par des feuilles de menthe), riz à l’indonésienne (riz, chou et cacahuètes), soupe de thym (la fameuse soupe de « frigoulette »), etc. Henry trouvait toujours cela bon en redemandant quand il en restait.

  • 19 Comparativement, sur le chantier de fouilles du trophée de Pompée (Panissars, Le Perthus - secteur (...)

82Le service se faisait à deux, garçon et fille. Cela favorisa plus d’une idylle et le nombre de mariages – d’unions aujourd’hui – est assez notable19.

83En 1979, je participai à l’établissement de la liste et me payai le luxe de m’inscrire pour le lendemain de l’inauguration du musée, soit le jeudi 12 juillet. Avec mon binôme, Eugenia, nous préparâmes à midi un plat chaud de pâtes pour près de 120 personnes (fouilleurs et hôtes de passage, soit un nombre de repas record)... Au robinet, la vaisselle dura quatre heures ; une fois celle-ci rangée, il fallait déjà penser au repas du soir. Pour le transport depuis le robinet jusqu’au moulin, soit une cinquantaine de mètres, j’utilisai le coffre arrière de la 304 break...

84Le soir, après le repas, tout le monde participait au lavage de la vaisselle après la fin des chants et quasiment dans l’obscurité. Il arrivait que nous utilisions les phares d’une ou deux voitures pour mieux éclairer le travail, surtout quand nous lavions dans le Verdouble... C’est je crois en 1978 que nous eûmes l’idée d’utiliser en effet le courant de la rivière pour laver notre vaisselle du soir ; conséquence ou pas, des cas de « tautavélite » se déclarèrent autour de la troisième semaine. Certains fouilleurs eurent des éruptions de boutons avec parfois un peu de fièvre... On décida, « sagement » autour d’Henry, de ne plus utiliser l’eau du Verdouble pour laver la vaisselle.

Le souper aux chandelles

85C’est ainsi que je qualifierais un certain souper que nous fîmes en août 1978 ou en juillet 1979 entre certains fouilleurs... Comme il arrivait que nous nous plaignions parfois entre nous de la qualité et de la quantité de nourriture, nous eûmes un soir l’idée de nous faire un festin de cuisses de grenouilles. Avec Lucien, Abdoulaye, Véra et quelques autres fouilleurs dans le secret, nous nous armâmes de lampes torches et nous arpentâmes le lit de la rivière à la recherche de grenouilles aussi grosses que la paume de la main. Au bout d’un certain temps, nous nous repliâmes sur le moulin et préparâmes ce festin. Solange Auvinet, étudiante en chirurgie dentaire à Nantes, usa au mieux d’un scalpel pour retirer les cuisses qui sautaient dans une poêle, assaisonnées de beurre et de persil. Nous nous régalâmes en écoutant du reggae de Bob Marley, diffusé par le radiocassette d’Abdoulaye. Il m’a semblé par la suite que le Verdouble avait perdu pour toujours l’intensité des coassements d’amours nocturnes qui hantaient les abords des gorges des Gouleyrous.

Le 14 juillet

86En France, le 14 juillet est fête nationale depuis les années 1880, mais pas pour tout le monde... Quand ce jour ne tombait pas un dimanche, il n’était pas chômé. Nous faisions alors la grève du réveil et Henry, arrivé du village – où il résidait – sur les chapeaux de roue, passait en revue devant chaque tente pour nous tirer du lit, le biniou de Bertrand n’ayant pas fait son effet... Il y avait donc un peu de retard ce jour-là mais les choses rentraient dans l’ordre, bon gré mal gré. C’était là aussi une sorte de jeu rituel entre Henry et les fouilleurs.

Le rayon chez Albert

87Était-ce un mythe ? Les anciens fouilleurs parlaient du « rayon » qui se pratiquait naguère certains soirs de fin de semaine. À partir du trou central d’une table ronde métallique – trou pour fixer le parasol –, on disposait autant de files de verres de muscat que de participants : le vainqueur était celui qui arrivait à terminer ses huit verres le premier. Autres temps, autres mœurs...

Des sanitaires très rudimentaires

88Chaque année, avant que commence la campagne de fouilles, une pelle mécanique venait creuser, à l’angle extérieur du terrain de camping réservé aux fouilleurs, une profonde fosse d’environ 10 m3 pour servir de latrines communes. Le trou était entouré d’une clôture de canisses et recevait une couverture de quelques poutres pour faciliter l’usage « à la turque ». Régulièrement de la chaux vive était déversée sur les « coprolithes » en formation qui attiraient une collection d’insectes volants qu’un entomologiste n’aurait pas reniée.

Les chantiers de fouilles et l’inauguration du musée de la Préhistoire

Ce qu’en pensaient les Tautavellois ou nul n’est prophète en son pays

  • 20 Du type : « Il pousse à l’ouverture du musée ; il en profitera alors pour transformer son bar en hô (...)

89Albert Pla paya cher d’avoir cru, parmi de rares Tautavellois, à l’ouverture prochaine d’un musée de la Préhistoire qui attirât chercheurs et touristes. Il y eut tant de procès d’intentions à son encontre qu’Albert prit la sage décision de ne pas se représenter à la tête de la commune aux élections municipales de 197720. Les fouilleurs (scientifiques comme bénévoles, généralement jeunes) semblaient être considérés par les jeunes du village comme des étrangers malvenus, du moins dédaignés... Si l’équipe des fouilles avait l’habitude d’envahir la terrasse du Café de la Place entre 13 et 14 h ainsi que le soir après 21 h ou le dimanche, la jeunesse locale, plus férue de rugby et de sports en général que d’informations ayant trait aux fouilles de la Caune de l’Arago ou au Paléolithique, cette jeunesse en partie appelée à s’exiler de l’arrière-pays, préférait se réunir dans un deuxième bar, situé à quelques mètres à l’ouest de la place communale... Il arrivait certains rares soirs comme le 14 juillet que certains de ces Tautavellois viennent faire vrombir la « mobylette » à proximité du campement, sans plus, comme pour montrer que ce territoire était aussi et encore le leur. Comme aux temps imaginés des rivalités préhistoriques. Cependant, durant les quatre campagnes où j’ai été présent, de 1977 à 1980, je n’ai jamais vu ni eu de contact avec aucun d’eux : aucune visite à la grotte, participation quasi-inexistante aux conférences du soir organisées par Henry...

  • 21 Un ministre était allé jusqu’à dénoncer « la bibine » produite massivement en Languedoc. Le jeudi 5 (...)
  • 22 Au printemps 1977, je décorai le capot de ma R 10 d’un blason aux quatre barres catalanes et, quelq (...)

90À qui la faute de cet état de fait, de ce malaise non-dit, de cette ignorance réciproque ? Probablement à l’époque et aux protagonistes. Il ne faut pas oublier que la fin des années 1970 amorçait un virage vers une dure réalité économique en Roussillon et Languedoc : c’était la fin d’une viticulture facile, familiale, et sans problèmes de vente. En 1975-76, on avait cru revivre dans la région un nouveau « 1907 viticole » avec la dénonciation de vins languedociens de piètre qualité21 et un taux de licenciements record ; au même moment se développait l’idée d’un « viure al país » en opposition à toute idée de partir de la région pour trouver du travail, généralement dans la fonction publique, comme l’avaient fait les aînés dans les années 1960. Je partageais alors pleinement ces idées, sauf que, moi, j’avais eu la chance d’avoir été reçu au concours de recrutement des élèves-instituteurs de l’école normale de Perpignan, ce qui m’assurait de rester au pays et de m’adonner pleinement à mes premières activités de recherche22. Alors que la plupart de ces jeunes ne pouvaient avoir, comme horizon, que celui de trouver du travail hors de chez eux, parfois « au nord de Salses », c’est-à-dire loin de la maison familiale. Et voilà que l’été débarquaient sans complexes, et accueillis comme des hôtes perpétuels, les fouilleurs de l’Arago, la plupart étudiants d’autres régions ou d’autres pays et dont la seule motivation était la connaissance des hommes du Paléolithique inférieur mais pas de leurs descendants.

91Il en était de certains Tautavellois adultes comme des jeunes. Ce qui me blessa sincèrement dans « mes représentations », ce fut, le jour même de l’inauguration du musée ou peu après ce 11 juillet 1979, la réflexion de mon ancien professeur de français et latin du lycée Arago de Perpignan, originaire du village où ses parents possédaient une maison située au sud-est de la place : « Au lieu de construire un musée, ils auraient mieux fait de faire un terrain de boules pour les vieux d’ici ». Cela me sidéra... Mais je ne fus pas le seul, comme en témoigne Fabien Gruhier, journaliste au Nouvel Observateur (no 767, 23-29 juillet 1979, p. 44) : « [...] les Tautavellois semblaient tellement hostiles à la grandiose réalisation – pourtant achevée. On reprochait [à Albert Pla] de n’avoir pas fait plutôt un terrain de pétanque ou une piscine. Aujourd’hui [11 juillet 1979] on le plébiscite. » Apparemment, alors, pas tout le monde encore à ce moment-là...

92De tous les comptes-rendus de journalistes venus assister à l’inauguration officielle du musée, le témoignage de ce journaliste sort de l’ordinaire. Fabien Gruhier a pris le temps de vivre pleinement la journée d’inauguration et celle du lendemain, faisant un véritable travail d’investigation auprès de la population et des fouilleurs. Il commence son article en rendant ainsi hommage à Albert : « Albert Pla, cafetier du village et ancien maire, savoure modestement sa victoire [...] Albert savoure, certes, mais non sans un brin d’amertume : c’est lui qui, en tant que maire, a mené le projet de musée à son terme. Lui qui s’est battu contre son conseil municipal et contre une bonne partie de l’opinion publique tautavelloise. Lui qui – armé de son seul certificat d’études – a négocié avec les ministères, arraché les subventions de l’État et du conseil général. Cette histoire lui a coûté son siège : aux dernières municipales, les Tautavellois semblaient tellement hostiles à la grandiose réalisation – pourtant achevée – qu’Albert n’a pas osé se représenter ».

93Albert avait été un précurseur, un visionnaire qui avait su comprendre l’intérêt collectif, au détriment du sien, et aujourd’hui tout le monde lui en est reconnaissant, du moins je l’espère.

94Mais il y avait aussi quelques autres Tautavellois qui suivaient les résultats des fouilles avec intérêt et fierté : parmi eux, je citerai Jean Mounier, ornithologue amateur et défenseur, avec son cousin éloigné Rémi Marichal, de la Tour del Far, à l’origine d’une association pour sa défense ; Albine Bonnery, ancienne directrice de l’école communale ; Louis Castres, ancien viticulteur, érudit local, et certainement bien d’autres...

La folle journée du 11 juillet 1979

95Jour de grande fête villageoise mais aussi jour historique avec la venue de l’épouse du président de la République (ill. 23). Henry avait longtemps repoussé l’inauguration officielle du musée, ouvert au public le 1er juillet de l’année précédente, espérant compter sur la présence du président, Valéry Giscard d’Estaing.

96Le cœur du village était paré de banderoles sang et or où alternaient drapeaux français et catalans, d’autres drapeaux plus larges étaient suspendus d’un balcon à l’autre de la place. La terrasse du Café de la place avait également envahi, pour l’occasion, le seuil de la boulangerie et même, partiellement, la chaussée.

97La journée commença sans fièvre, calmement, comme un jour normal de commémoration, avec dépôt de gerbe au monument aux morts qui était alors encore situé vers la sortie du village, en direction de Vingrau, à main gauche, à hauteur des dernières maisons, peu avant la route montant au musée.

98En matinée, des visites commentées de la grotte étaient programmées pour les premiers journalistes et invités de passage. Vers 9 h, nous nous y retrouvâmes, Abdoulaye Camara, Éric Coqueugniot, Reinhart Kraatz, Lucien Jourdan et moi-même.

23 - Affichette des réjouissances du mois de juillet 1979 avec l’inauguration du musée, cl. G. Castellvi

99Ensuite, nous fûmes quelques-uns dans le musée avec Marie-Antoinette – le musée initial d’alors, correspondant aujourd’hui aux salles les plus récentes (du Paléolithique supérieur au Moyen Âge). Derniers coups de chiffons, coups de balais, derniers étiquetages...

100Une « penya », La Bienvenida, animait le village en attendant la venue de Mme Valéry Giscard d’Estaing prévue à 15 h 45 pour l’inauguration du musée.

101À ce moment-là, nous étions quelques privilégiés, libres de tout mouvement, attendant l’arrivée de la voiture officielle, prêts à photographier depuis le balcon du laboratoire. Puis arriva la voiture préfectorale avec Anne-Aymone Giscard d’Estaing, accompagnée de Francis Boot (le Préfet). Ils furent accueillis par Henry et Marie-Antoinette de Lumley, Guy Ilary (maire de Tautavel) et Jean Abélanet (conservateur du musée), ainsi que par Léon-Jean Grégory (Président du conseil général), René Marquès (conseiller général chargé de la culture), Antoine Sarda (conseiller communiste du canton), Edmond Pascual (Inspecteur d’Académie), devant une foule de plusieurs centaines de personnes (ill. 24-25).

102L’allocution que prononça Henry de Lumley avait été préparée le matin même entre 10 h 20 et 10 h 40. Après avoir remarqué l’honneur fait au milieu de la recherche pour cette inauguration, Henry soulignait que cette réalisation n’aurait pu se faire sans « l’hospitalité, typiquement catalane » des Tautavellois et l’appui des collectivités territoriales et de l’État. Il rappelait qu’en 1976, à l’issue du congrès de l’UISPP (Union Internationale des Sciences Préhistoriques et Protohistoriques) tenu à Nice, le crâne de l’Homme de Tautavel était entré à l’Élysée et, cette fois, c’était au tour de la « présidente » de venir à sa rencontre.

103Dans cette allocution, comme dans tous les discours d’Henry, il y avait toujours un renvoi aux vignes et à l’économie viticole de Tautavel ainsi qu’un clin d’œil aux descendants de ce « premier Catalan ».

104Il est intéressant de souligner ce passage, d’une actualité si sensible trente ans après : « C’est ainsi que nous prenons conscience que l’Histoire de l’Homme est intimement liée à celle de son milieu naturel et que l’avenir de l’Homme restera lié à la protection de son environnement. »

105Pour Henry, la construction du musée devait répondre à trois objectifs : conserver sur place ce patrimoine exceptionnel, servir de laboratoire à tous les chercheurs, et promouvoir auprès des différents publics, et notamment des élèves des écoles, « une animation culturelle qui fera revivre toute l’Histoire de l’Homme depuis nos plus lointaines origines ». Pari gagné aujourd’hui, Monsieur le Professeur !

24 - Inauguration du musée (11 juillet 1979). Accueil de Anne-Aymone Giscard d’Estaing par Henry de Lumley et Guy Ilary, cl. G. Castellvi

25 - Henry de Lumley et Anne-Aymone Giscard d’Estaing, cl. G. Castellvi

  • 23 La plaque originale, scellée peu de jours avant, contenait une coquille, « recherhe », dans le titr (...)
  • 24 C’est après discussion avec Henry, qu’il me chargea de descendre à Perpignan acheter un ruban catal (...)

106Anne-Aymone Giscard d’Estaing dévoila ensuite la plaque commémorative de l’inauguration, dissimulée sous un drapeau catalan23, puis prit les ciseaux que lui présentèrent sur un coussin Alexandra et Caroline, les deux jeunes filles de Jean Abélanet, et elle coupa les deux rubans tricolore et sang et or, ouvrant ainsi l’accès au musée24.

107Après la visite qui devait durer plus d’une heure, un vin d’honneur fut offert à tous, en contrebas du musée, sur un espace en cours d’aménagement (aujourd’hui, les courts de tennis).

108La fête devait continuer ensuite dans le village avec un spectacle de danses et de musique catalane, animé par l’Esbart Dansaire del Rosselló et la Cobla Principal de la Bisbal.

109Et avant comme après l’inauguration, tous les fouilleurs se retrouvèrent chez Albert pour continuer à partager cette journée exceptionnelle qui mettait Tautavel et les fouilles à l’honneur.

Tautavel : lieu de passage de sommités scientifiques

110Durant la période 1977-80, de nombreux spécialistes renommés du monde de la Préhistoire ou des chercheurs étrangers, souvent venus de très loin, passèrent à Tautavel, visitant chantier et dépôt de fouilles-musée.

111Ainsi une délégation de cinq préhistoriens soviétiques visita le site le jeudi 6 octobre 1977, accompagnée d’une quinzaine de chercheurs du CNRS et de fidèles locaux. Certains des soviétiques eurent du mal à croire que les carrés de fouilles du sol G présentés au musée n’étaient pas des prélèvements originaux mais de fidèles moulages réalisés par René David.

26 - Desmond Clark (Berkeley) et Henry de Lumley en juin 1979, cl. G. Castellvi

112Les vins de Tautavel ont toujours eu une bonne réputation, les spécialistes du Pléistocène moyen n’étant pas les derniers à les apprécier. Ainsi est-il arrivé, qu’entre un apéritif fort apprécié et un repas consommé à une heure plutôt décalée, heure dite « espagnole », l’un de ces spécialistes se penchât assez gauchement sur « des débris de mâchoires animales » de Cuon priscus.

113Les fouilleurs eurent la chance d’aborder de grands noms de la Préhistoire internationale :

  • le 20 juin 1979, visite de Jean Piveteau, paléontologue, membre de l’Institut, et John Desmond Clark, paléolithicien de l’Est africain, professeur d’anthropologie à Berkeley (Californie) (ill. 26) ;

  • le 22 juin de la même année, visite de Richard Leakey, paléontologue, directeur du musée national de Nairobi (Kenya), fils de Louis et Mary Leakey, inventeurs notamment de l’Homo habilis, en visite à Tautavel avec une équipe de la BBC.

114Il serait illusoire de lister ici les nombreux préhistoriens français venus à Tautavel ; on citera quand même : Maurice Taïeb et Yves Coppens, co-inventeurs avec l’Américain Donald Johanson de l’Australopithecus afarensis Lucy ; sans oublier l’ami Reinhart Kraatz, de l’université d’Heidelberg (Allemagne) qui conservait la fameuse mandibule de l’homme de Mauer et dont nous avons parlé plus haut.

Tautavel vu par les archéologues de l’AAPO dans les années 1980-90

115La majorité des archéologues locaux a réagi par rapport aux fouilles de Tautavel, un peu à l’image de certains Tautavellois par rapport au musée, c’est-à-dire avec méfiance et, disons-le, presque avec une certaine frustration. À l’époque, l’archéologie dans le département des Pyrénées-Orientales n’était pas prise en compte par la plupart des élus, malgré le bon travail d’information et de vulgarisation fait auprès de tous les publics par l’ensemble des archéologues, réunis au sein de la jeune Association Archéologique des Pyrénées-Orientales (fondée en 1982). Beaucoup d’argent partait pour Tautavel, rien pour le reste du département. Aussi, quand les archéologues prônaient la création d’un musée et d’un service départementaux d’archéologie, peu d’entre eux défendaient en même temps l’existant, c’est-à-dire Tautavel. Au maximum, nous n’étions que quatre ou cinq archéologues sur une quinzaine pour défendre et faire des vœux pour que Tautavel continue à se développer.

116Depuis les années 1995-2000, les mentalités ont évolué, beaucoup d’eau a passé sous les ponts du Verdouble et de l’Agly, et il a fallu que les plus réticents acceptent enfin le fait Tautavel avec sa dimension internationale. Certains des jeunes archéologues locaux se sont retrouvés cooptés à l’université de Perpignan, au département d’histoire de l’art et archéologie – lié par convention avec le laboratoire de recherche de Tautavel –, en tant que maître de conférences ou vacataires ; en outre, un pôle départemental d’archéologie a été créé, recrutant trois personnels ; de nouvelles structures muséales ont été ouvertes à Bélesta, Céret et Perpignan possède son centre archéologique.

Tautavel : un cas d’école réussi pour l’économie de l’arrière-pays

117Que de critiques de la part des « bien pensants » quant à l’implantation du musée au-dessus de la cave coopérative. Comment pouvait-on rapprocher ainsi la Culture et l’Économie ? Cela semblait déplacé aux yeux de quelques « intellectuels » : autres temps, autres mœurs ! Mais quelle surprise dès la fin de la saison touristique 1978 et plus tard encore en 1979 : le chiffre d’affaires de la cave avait été multiplié...

118Pour d’autres au contraire, le concept était innovant : « Un escalier, qui part judicieusement de la cave coopérative, mène au musée bâti derrière les cyprès (Michel Marcq, La Voix du Nord, mai 1979) ». Peu à peu, année après année, l’idée fera recette, séduisant notamment le conseil municipal de Bélesta qui envisagea un temps dans les années 1980, lors de la conception de son musée de site Néolithique, d’associer dans ses murs (l’ancien château) une des opérations de vinification. Les viticulteurs coopérateurs de Salses envisagèrent également le rapprochement avec les Monuments Historiques pour un vieillissement de fûts dans des pièces du fort.

119Lier la Culture à l’économie locale devint même primordial dès ces années 1980-90 : ne parle-t-on pas, depuis, de « produit culturel » pour l’animation des sites et musées ?...

120Henry de Lumley l’avait très bien compris et c’est donc avec Albert Pla le pari qu’ils avaient voulu gagné ensemble, à la fois pour la recherche et pour l’économie du village (ill. 27). Pari réussi sur toute la ligne : vingt ans après, la sortie du village en direction de Vingrau a été repoussée de plusieurs centaines de mètres, dépassant la cave coopérative, les jardins et les premières vignes ont laissé la place à quelques commerces dont plusieurs restaurants. Direction Estagel, encore un restaurant, un lotissement, un centre d’accueil... Et une cave coopérative et des caves particulières qui se portent plutôt bien.

Tautavel aujourd’hui : un maillon incontournable de la Préhistoire

121Des générations de fouilleurs se sont succédées à Tautavel ; beaucoup de mes camarades ont continué la route avec Henry de Lumley et sont aujourd’hui maîtres de conférences ou professeurs d’universités, directeurs de recherche ou conservateurs de musées, les thésards étrangers en poste dans leur pays... Avec chacun d’eux rayonne un peu de l’Homme de Tautavel et de son terroir.

122Même s’il ne dispute plus le titre de « plus ancien européen » à Mauer (650 000 ans), dépassés tous deux, à l’aube du 3e millénaire, par les restes d’Homo antecessor d’Atapuerca, en Espagne (780 000 ans et, depuis 2008, nouveau fossile daté entre 1,1 et 1,2 million d’années, ce qui en fait un proche des restes humains découverts depuis 1983 à Dmanisi, en Géorgie, et datés de 1,8 million d’années), Arago XXI reste toujours une référence mondiale en Préhistoire, qu’il se soit appelé Homo erectus, Archanthrope, Pré ou Anténéandertalien et aujourd’hui Homo heidelbergensis.

123À chaque visite à Tautavel, je retrouve cette magie qui me transporte, le temps du séjour, dans un espace intemporel où l’esprit retrouve une quiétude inégalée, comme un coin de paradis. Merci à Henry et à Albert et à toute la chaîne des anonymes (fouilleurs, chercheurs, élus, habitants...) pour ces moments que vous continuerez ainsi à nous offrir.

27 - La vigne, atout économique de la population tautavelloise (octobre 1978), cl. G. Castellvi

Notes

1 Parmi les principaux sites de la commune : Paléolithique inférieur (Caune de l’Arago ou Cauna de l’Arago), Paléolithique supérieur (Caune de l’Arago – carrés A –, La Teulera), Néolithique moyen Chasséen (grotte des Gouleyrous ou des Goleiros), Néolithique final Vérazien (Cova de les Bruixes), âges des Métaux (ossuaire du Réservoir, grotte Havart, Cova de les Bruixes, grottes d’Attrape-Counils, des Gouleyrous et de Saint-Martin), Protohistoire (Los Mangraners, oppidum de la Roca Sant Marti), époque romaine républicaine (Mas de l’Alzina), Haut Empire (Les Saintes Puelles, Los Bonissos), Antiquité tardive et époque wisigothique (Lo Cementeri, Los Bonissos, Los Pujols), Moyen Âge (château de Tautavel, tour del Far), etc.
Bibliographie choisie (à laquelle il faut ajouter tous les articles et publications parus sur la Caune de l’Arago, colloques et avec le CNRS) : J. Abélanet, « Premiers agriculteurs et premiers pasteurs », Il y a 450 000 ans... L’Homme de Tautavel, Dossiers de l’Archéologie, 36, juillet-août 1979, p. 96-102 ; J. Abélanet, « Bilan de dix années de recherches sur les sites paléolithiques de plein air de la vallée de Tautavel-Vingrau », Travaux de Préhistoire catalane, VI, CEPC, université de Perpignan, 1989-90, p. 17-36 ; J. Abélanet, M. Martzluff « Note sur la découverte d’un campement de plein air de l’Homme de Tautavel, près de la Cauna de l’Arago », Travaux de Préhistoire catalane, VI, 1989-90, CEPC, université de Perpignan, 1990, p. 37-41 ; J. Pernaud, « La grotte Saint-Martin à Tautavel (Pyrénées-Orientales, France). Premiers résultats », Travaux de Préhistoire catalane, VII, 1991, CEPC, université de Perpignan, 1991, p. 87-91 ; J. Pernaud, « Faune et climats du site pléistocène moyen de la Caune de l’Arago (Tautavel, Pyrénées-Orientales », Travaux de Préhistoire catalane, VII, 1992-95, CEPC, université de Perpignan, 1996, p. 7-12 (l’auteur renvoie à un certain nombre d’articles et ouvrages publiés par l’équipe d’H. de Lumley, entre 1979 et 1993) ; J. Kotarba, J. Abélanet, « Un dépotoir d’époque wisigothique à Tautavel (Pyrénées-Orientales) », Archéologie du Midi Médiéval, V, 1987, p. 85-92 ; P. Alessandri, « La nécropole de Los Poujols à Tautavel », Archéologie du Midi Médiéval, VIII-IX, 1990-91, p. 85-90 ; J. Kotarba, G. Castellvi, F. Mazière dir., Les Pyrénées-Orientales - 66, coll. Carte Archéologique de la Gaule, dir. M. Provost, Paris, 2007, p. 590-594.

2 Reçu au concours d’entrée de l’école normale de Perpignan en octobre 1976, c’est dans les mois qui suivirent que, cherchant de la documentation sur le site de Tautavel, j’écrivis pour la première fois à Henry de Lumley en janvier 1977, ayant obtenu l’adresse du laboratoire de paléontologie humaine et de préhistoire de Marseille par M. Bressolle, professeur de sciences naturelles à l’école normale. H. de Lumley me répondit en m’envoyant les photocopies de l’article publié dans le congrès UISSPP de 1976 consacré aux premiers résultats des fouilles ; il annonçait l’ouverture prochaine du musée et m’adressait le programme des chantiers de fouilles (Le Lazaret à Pâques et en août, Tautavel en juillet).

3 La Caune de l’Arago a formé beaucoup de chercheurs « maison » en Paléolithique inférieur, certains aujourd’hui maîtres de conférences ou professeurs : Évelyne Crégut, Anne-Marie Moigne, Dominique Grimaud-Hervé, etc. ou conservateur du musée de Tautavel en la personne de Jacques Pernaud. Mais le chantier a également servi de chantier-école à de nombreux archéologues en devenir, venus pour se former ou par simple curiosité : pour les Pyrénées-Orientales, on peut citer les préhistoriens Yves Blaize, Michel Martzluff, le médiéviste Aymat Catafau et moi-même qui ai bifurqué vers les temps historiques. D’autres fouilleurs venus hors département trouvent aujourd’hui une reconnaissance pour leurs travaux : Hélène Bernard (DRASSM), Éric Coqueugniot (CNRS, Préhistoire du Proche-Orient), Alain Giret dit « Cardinal » (professeur à Paris 13), Eugenia Isetti (université de Gênes, Néolithique d’Italie), Marc Lugand (Antiquité en Languedoc)...

4 On passait dans une chaussette la dose d’un paquet et demi de café moulu pour environ 60 personnes et plus.

5 « Rapatell del sol » : expression catalane soulignant la façon dont le soleil « tape fort ». L’heure d’été, instituée sous l’Occupation allemande, avait été réintroduite sous V. Giscard d’Estaing en 1975, pour des raisons d’économies d’énergie. Depuis, aucun président n’est revenu sur cette décision, l’Europe en adoptant même le principe plus tard.

6 Depuis quelques années (années 2000), suite au recrutement en France d’archéologues professionnels par l’AFAN puis l’INRAP, il faut distinguer deux catégories de professionnels : ceux rémunérés (CNRS, INRAP, collectivités territoriales, entreprises privées) et les « chefs de chantiers » bénévoles, ces derniers, titulaires d’autorisations de prospections ou de fouilles, étant aussi des professionnels. Il y a trente ans, la question ne se posait pas et il arrivait même que certains bénévoles payent une partie de leur séjour pour participer à un chantier de fouilles programmées, ce qui n’a jamais été le cas à Tautavel...

7 Parmi les fouilleurs, nous étions peu de « nord-Catalans » (Armande Adroguer, Perpignan ; Alain Charpentier, Port-Vendres ; Florence Coderc, Elne ; Bruno Rogalski, Perpignan ; Anne Schneider, Palalda ; Floréal Peleato et Patrice Deixonne, Perpignan), la plupart venant de la région montpelliéraine (Anne-Marie Moigne, Marie-Lise Doumergue, Bernadette Bachelet, Jacqueline Chastel, Florence Bernaldy, Marc Lugand), de la région parisienne (Alain Sueur, Nicole Chevalier, Claudine Descourtieux, Catherine Défossez, Dominique Grimaud, Christine Masselin, Bernadette Darné, Blanche de Saizieu, etc.), du Sud-Est (Hélène Bernard, Patrick Picollier, Benjamine Malahiloff, Pascale Nigon, Christine Pauleau, Corinne Raynaud) ou d’autres départements (Marie-Odile Vaillant, Éric Coqueugniot, Jacki Despriée, Pierre Lemaître, Alain Giret, Hervé Chiaverini, Solange Auvinet, Christophe Saint-Aubert, etc.). Venaient aussi des sud-Catalans (Josep Maria de Faus), des Basques (Martzelino Airpurua), des Canadiens (Megan Farqwhar), des Allemands de l’Ouest (Gertrud Hlawon), des Portugais (Cidalia Maria Pereira Duarte, Luiz Oosterbeek, Ana Rosa Cruz), des Algériens (Djillali Hadjouis, Mohamed Sahnouni, Rachid Bagtache), des Anglais (Geoffrey Stoddart)...

8 Il y a eu d’autres doctorants rattachés au laboratoire de Marseille durant cette période, travaillant essentiellement au musée : Jiri Svoboda (typologie lithique), Rajendra Kumar Pant (traces d’utilisation des outils lithiques)...

9 Reinhart Kraatz (1925-1996) était géologue de formation, comme d’ailleurs la plupart des paléolithiciens. Il a été avec Henry de Lumley un fervent défenseur du jumelage Tautavel-Heidelberg, réalisé en 1981.

10 Initiative de Edmond Pascual, inspecteur d’académie, à la demande d’Henry de Lumley. Avec Emmanuel Pardo, détaché au CDDP de Perpignan, nous avions mis au point pour le musée, entre 1978 et 1980, les deux premiers montages de diapositives en fondu enchaîné ou diaporamas, ancêtres de nos vidéo-projections (« L’Homme de Tautavel », durée 26 mn ; « Un million d’années d’histoire humaine, à travers le Musée de Tautavel », durée 30 mn) et réalisé également un premier dossier pédagogique avec diapositives (« L’Homme de Tautavel »), édité par le CDDP en février 1982 et augmenté d’un livret d’accompagnement en mars 1983 où collaborèrent Jean Abélanet et d’autres intervenants.

11 Sous l’impulsion d’étudiants fouilleurs, je m’inscrivis en 1ère année de DEUG d’histoire de l’art et archéologie à l’université de Montpellier en septembre 1978. J’ai continué mes études à Montpellier, hormis une année de DEA à Aix-en-Provence – en fait j’allais régulièrement à Montpellier ou Aix le mercredi, pour participer aux cours ou les récupérer, comptant alors 2 h 45 en R 10 jusqu’à Montpellier, 6 h en train jusqu’à Aix. En maîtrise et en doctorat, par deux fois donc, j’ai dû me mettre en disponibilité pour études. En 1980, après la licence (3e année), au moment de me spécialiser, intéressé tout autant par le Paléolithique Inférieur, le premier Moyen Âge que les cultures précolombiennes, je m’inscrivis pour un sujet de maîtrise et un sujet de thèse en archéologie médiévale ; mais les aléas de la découverte archéologique me poussèrent à soutenir une thèse en archéologie romaine.

12 Il est intéressant de découvrir le travail effectué en trente ans par un ancien doctorant de l’Arago, témoin celui d’Évelyne Crégut, qui est associée, seule ou en collaboration, à la description d’un nouveau genre, six nouvelles espèces et quatre nouvelles sous-espèces animales. É. Crégut-Bonnoure est aujourd’hui conservatrice du Musée d’Histoire naturelle d’Avignon (source : internet, TRACES, UMR 5608).

13 « Tautavel : Une mandibule vieille de 300 000 ans », l’Indépendant, 27 juillet 1977. Article de 21 lignes qui remettait la « découverte » en phase avec les anciennes découvertes Arago II (mandibule en C 14, 1969), Arago XIII (mandibule en D 16, 1970) et Arago XXI (crâne en C 15, 1971).

14 Aujourd’hui, le sol C est daté de 340 000 ans (source : vitrine du macaque, musée) ; quant aux datations actuelles attribuées aux inversions magnétiques, elles sont de 115 000 ans pour Blake, 220 000 ans pour Jamaïca et 380 000 ans pour Levantin (source : lazaret.unice.fr/cadre_chronologique. html).

15 L’Indépendant du 17 juillet 1978 : « Daté par les méthodes les plus scientifiques de 400 000 ans environ avant notre ère, c’est le plus ancien européen connu à l’heure actuelle. » ; L’Indépendant du 23 août 1978 : « On situe désormais [la couche] dans le Mindel période comprise entre moins 400 000 et moins 450 000 ans avant J.-C. » ; Le Monde du 29 août 1978 : « Datant probablement de 400 000 ans, un os iliaque d’« homo erectus » est découvert à Tautavel dans les Pyrénées-Orientales. »

16 « 400 000 ou 500 000 ans » dans L’Indépendant, 27 mai 1979 ; La Voix du Nord, mai 1979 ; Chanteclair, n°90, juin-juillet 1979...

17 Le Point, no 354, 2-8 juillet ; L’Indépendant, juillet ; Tageblatt-Hedeilberg, juillet ; Fabien Gruhier, Le Nouvel Observateur, no 767, 23-29 juillet ; L’Histoire, n° 14, juillet-août 1979, etc.

18 Gros article dans L’Indépendant du 25 août 1978 : « Tautavel à l’aube des hommes ». Mini-série dans le Midi Libre catalan des 22, 24, 25 et 26 novembre 1978.

19 Comparativement, sur le chantier de fouilles du trophée de Pompée (Panissars, Le Perthus - secteur français) que j’ai dirigé entre 1985 et 1993, il n’y a eu qu’un seul mariage pour plus de cent cinquante jeunes fouilleurs.

20 Du type : « Il pousse à l’ouverture du musée ; il en profitera alors pour transformer son bar en hôtel... ». Voir ci-après dans le texte, le témoignage du journaliste Fabien Gruhier, du Nouvel Observateur (n° 767, 23-29 juillet 1979), qui rendit hommage à Albert Pla, rapportant les mêmes procès d’intentions.

21 Un ministre était allé jusqu’à dénoncer « la bibine » produite massivement en Languedoc. Le jeudi 5 février 1976, Perpignan avait participé comme les villes consœurs de la région à une journée « région morte » : pas moins de 6 000 personnes avaient manifesté sur les boulevards et la fin de la manifestation fut dissoute par des tirs nourris de grenades lacrymogènes, certains viticulteurs, armés de manches de pioches, se demandant s’ils ne devaient pas desceller les briques du Castillet pour répondre aux CRS... Un mois plus tard, le 4 mars, ce fut le drame du pont de Montredon (Aude) où s’affrontèrent viticulteurs armés et gendarmes, se soldant par un mort de part et d’autre. Le 29 avril, suite à l’arrestation d’un viticulteur soupçonné d’avoir participé à la fusillade de Montredon, nouvelle journée « région morte » et manifestation à Montpellier de près de 100 000 manifestants sous le slogan, notamment, de « volem viure al país ».

22 Au printemps 1977, je décorai le capot de ma R 10 d’un blason aux quatre barres catalanes et, quelques semaines plus tard, j’y ajoutais la devise, en noir : « volem viure i morir al país ». La R 10 roula jusqu’en décembre 1978.

23 La plaque originale, scellée peu de jours avant, contenait une coquille, « recherhe », dans le titre d’Henry de Lumley (directeur de recherche). Elle fut par la suite changée

24 C’est après discussion avec Henry, qu’il me chargea de descendre à Perpignan acheter un ruban catalan pour joindre au français.

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search