Version classiqueVersion mobile

Tautavel

 | 
Michel Martzluff
, 
Aymat Catafau
, 
Martin Galinier

Le peuplement d’une vallée méditerranéenne dans la très longue durée

La tuile peinte de Tautavel et la permanence d’un art schématique dans les Pyrénées-Orientales

Jean Abélanet

Texte intégral

  • 1 Abélanet (Jean), Permanence d’un art schématique dans les Pyrénées-Orientales, Annales de la Facul (...)

1Le déménagement de l’actuel dépôt archéologique départemental vers un immeuble plus approprié de la zone Saint Charles, à Perpignan, nous a remis sous les yeux une tuile canal de toit, ornée d’un intéressant motif schématique peint au lait de chaux, que nous avions recueillie sur un tas de gravats et de déblais de maçonnerie, à l’époque déjà lointaine où nous étions conservateur en titre du musée de préhistoire de Tautavel (ill. 1). Cette humble peinture sur tuile valait la peine d’une étude et d’une publication, car elle vient enrichir le catalogue des motifs peints sur tuile que nous avons publié en 1962 dans les Annales de la Faculté des Lettres de Toulouse1.

2La tuile ornée de Tautavel, provenant certainement du toit d’une des plus vieilles maisons du village, se présente comme une tuile canal, à section demi-ronde, plus étroite d’avant en arrière, du modèle habituel dans nos régions méridionales. Son décor, au lait de chaux, indique qu’il s’agit d’une des tuiles formant l’avant-toit s’avançant au-delà du mur de façade : ce décor était donc visible d’en bas, la partie arrière de la tuile étant noyée dans le mortier de chaux fixant les autres tuiles (ill. 2 et 3).

  • 2 Hachon (Georges), L’habitat rural des Aspres, Vieilles Maisons Françaises, 95, 1983, p. 76.

3Cette corniche, utilisant des tuiles demi-rondes, était souvent remplacée, dans les constructions plus soignées, par une corniche de tuiles plates (génoises) sur laquelle reposait l’avancée du toit (ill. 4). On peut encore observer ce dispositif et ce mode de décor sur les plus vieilles maisons de nos villages, si le renouvellement des toitures ne les a pas fait disparaître (par exemple à Rodès, Saint-Michel-de-Llotes, l’ermitage Saint-Ferreol à Céret, etc., cf. ill. 3), et surtout sur les vieux mas à l’abandon2. Plusieurs de ces corniches ornées portent des dates du début du XIXe siècle (1818 à Serrabonne, 1820 et 1851 à Cortsavy, 1824 et 1827 à La Bastide). Mais il n’est pas impossible que certaines, non datées, soient rattachables au XVIIIe ou même au XVIIe siècles.

1 - La tuile peinte de Tautavel (cliché et DAO M. Martzluf)

2 - Tuiles décorées du mas en ruine de Saint-Michel-de-Llotes (P.-O.), (d’après un cliché de J. Abélanet)

3 - Tuiles demi-rondes décorées (XVIIIe siècle) de l’ermitage de Saint Ferréol (Céret, P.-O.), (d’après un cliché de G. Hachon)

4 - Tuiles plates décorées de Castell Rosselló (Château-Roussillon, P.-O.), réserves du musée Rigaud, (d’après J. Abélanet)

5 - Motifs symboliques peints sur tuiles plates (d’après J. Abélanet, 1962)

  • 3 Abélanet (Jean), Les roches gravées nord-catalanes, ed. Terra Nostra, Prada, 1990.

4Nous devons à l’amabilité du regretté Joseph Deloncle, fondateur du musée catalan des Arts et Traditions populaires de Perpignan (Casa Pairal), d’avoir pu disposer de l’abondante documentation folklorique qu’il avait patiemment amassée au cours de ses prospections jusque dans les coins les plus reculés de notre département. Ce qui nous avait principalement intrigué et intéressé, c’était de retrouver, dans les motifs de cet art populaire (ill. 5), la plupart des signes schématiques que nous avions relevés sur les rochers de la Peyra Escrita du Capcir, ou en Cerdagne ou dans les Aspres, sûrement datables des derniers siècles avant l’ère chrétienne par leur association avec des inscriptions en alphabet ibère3.

5Ainsi, nous retrouvons dans le décor traditionnel de ces tuiles ornées, des réticulés ou damiers (souvent marqués de ponctuations internes), des marelles (rectangles coupés de diagonales et de médianes), des zigzags, lignes ondulées, lignes hachurées, signes en arceaux concentriques, arboriformes ou signes en épis, cruciformes, etc., et surtout toutes sortes de signes solaires : rouelles simples, rouelles avec rayons internes ou externes. On remarque parfois des signes arbalétiformes : par exemple, sur l’illustration 4, la troisième tuile plate (à partir du haut à gauche) porte un signe formant un A complexe ( ?), mais surtout la onzième combine un B renversé, un I, un A et un O ; sur l’illustration 3, à la deuxième rangée, on reconnaît un R combiné avec un autre R inversé. S’agit-il de simples jeux de formes ? ou d’initiales du peintre ou du propriétaire des lieux dissimulées volontairement dans la toiture ?

  • 4 Au chant du coq, saint Pierre comprit que, par lâcheté, il venait de renier son maître, (Matthieu. (...)

6Rares sont les représentations d’animaux isolés, mais, sur une des tuiles plates de Castell Rosselló (Château-Roussillon), on reconnaît très bien la silhouette d’un coq avec sa crête, sa queue en panache et ses ergots (ill. 4, en bas à droite). Il semble bien qu’il est là comme un symbole, car on attribuait au coq, comme à nos coqs de clocher, une fonction de protection et de conjuration contre les maléfices du démon4.

6 et 7 - Scènes pastorales peintes sur tuiles de Saint-Michel-de-Llotes (relevé J. Abélanet)

7Nous avons recueilli, dans les ruines d’un mas abandonné au territoire de Saint-Michel-de-Llotes, deux tuiles canal représentant certainement des scènes de la vie pastorale de l’époque. Sur la première (ill. 2 et 6), sous une frise de triangles ornés de ponctuations, on reconnaît quatre animaux, d’un style très simpliste, chèvres ou moutons. Les oreilles pointues de l’animal de gauche nous avaient fait penser à la représentation du chien du berger, mais le mouton dessiné au-dessous a, lui aussi, les oreilles en pointe : il s’agit donc d’une maladresse de tracé. Le personnage aux bras étendus est évidemment le berger, en train de rabattre son petit troupeau vers la droite ; il tient dans sa main son bâton de berger. Sur la deuxième tuile (ill. 7), la scène est inversée : les moutons se dirigent vers la gauche. Le décor consiste en deux lignes ondulées, soulignées d’une rangée de petits cercles. Le berger est dessiné de proil (le nez ?) et marchant. On pourrait croire, d’après la photographie, qu’il tient un épais bâton dans sa main droite, il s’agit en réalité d’un petit mouton maladroitement représenté la tête en bas. Et le berger tient un objet dans sa main gauche (peut-être un bâton inachevé). Si on compare les deux scènes, on remarque que les moutons de la première ont tous la queue relevée, joyeuse, tandis que ceux de la seconde, beaucoup plus maladroitement dessinés, l’ont, au contraire, tristement baissée. Est-ce le même dessinateur qui a réalisé les deux tableaux ? Si oui, a-t-il voulu montrer une différence dans le comportement des animaux : les uns partant vers le pâturage, les autres rentrant au bercail ? Il faut reconnaître que la peinture étant écaillée et altérée par les intempéries, l’interprétation des deux scènes n’est pas absolument assurée.

8 - Motif peint sur la tuile de Tautavel (relevé et DAO M. Martzluf)

9 - Restitution du trait de peinture à la chaux sur la tuile dans l’élaboration des motifs, d’après les recouvrements, tuile d’abord posée à plat (ABC), puis sur le chant (D), (DAO M. Martzluff)

8La tuile peinte de Tautavel ne s’écarte guère du répertoire offert par les autres tuiles peintes du Roussillon. Disons d’abord que les traces de mortier de chaux sur la moitié inférieure indiquent qu’elle aussi a servi de corniche de toit et à la même époque. Nous y retrouvons en effet le quadrillage ponctué tout à fait semblable à ceux observés sur les spécimens des Aspres (ill. 1, 8 et 9). Mais le quadrillage de Tautavel présente la particularité de laisser une sorte de fenêtre dans laquelle apparaît un petit bonhomme, bras étendus, à trois doigts, jambes écartées, le corps marqués à l’intérieur de deux séries de quatre hachures obliques, une tête en arceau où deux petits points indiquent les yeux ; la tête est surmontée d’un arceau d’où jaillissent une dizaine de rayons. Difficile de ne pas reconnaître une représentation anthropomorphe du soleil. Le personnage solaire est encadré de deux cercles, celui de droite, régulier et pointé, celui de gauche, maladroit et surmonté d’un gros point irrégulier. Des traces de mortier à la chaux ont débordé sur la scène peinte, rendant difficile la reconnaissance des tracés, dont certains se distinguent à peine.

  • 5 Apotropaïque, qui écarte (‘αποτρεπεiυ : écarter) les maléfices.

9La question qui se pose maintenant est celle de la raison d’être de ces peintures en corniche de nos vieilles demeures. L’irrégularité de telles associations de motifs disparates semble exclure une intention d’ornementation artistique ; sinon, on attendrait une répétition harmonieuse de motifs décoratifs. D’autre part, la position en hauteur de ces peintures ne favorise pas la visibilité (mais bien le torticolis !). Je pense que l’image du coq sur une tuile de Castell-Rosselló nous met sur la voie d’une interprétation apotropaïque valable5.

  • 6 Champeaux (Gérard de), Sterckx (Dom Sébastien), Le monde des Symboles, éd. du Zodiaque, 1966, 470 (...)
  • 7 la queue de coq était formée de 3 bouts de tuiles : un bout de tuile semi ronde disposé tourné ver (...)

10C’est un fait que, gens d’époque « rationaliste », nous avons perdu la clef du monde des symboles et du monde des mauvais esprits dont il fallait se protéger, ambiance dans laquelle vivaient nos ancêtres du Moyen Âge6 et même nos arrières grands parents du XIXe siècle, qui ne connaissaient peutêtre plus le sens de ces symboles, mais continuaient à en faire traditionnellement usage. Ainsi, encore récemment, certains maçons conservent l’usage de munir les extrémités du faîte des toits d’un petit assemblage dit cua de gall (queue de coq)7, appelé aussi espanta bruixes (qui fait peur aux sorcières), censé éloigner sorciers et maléfices.

10 - Anthropomorphes et marelles gravés au couteau sur des portes de bergeries à Nabilles (commune de Conat, P.-O.),
pour les nos 1 à 3 et à Ocenys (commune d’Orellà, P.-O.),
pour les nos 4 à 6 (relevés J. Abélanet)

11La marelle (ill. 4 et 10), quadrilatère coupée de diagonales et de médiane, était peut être à l’origine un symbole solaire (avec ses huit branches ou rayons, sur la deuxième tuile de la rangée supérieure à l’illustration 3), ou un symbole de l’espace divisé par les axes cardinaux ? Quoi qu’il en soit, il a certainement acquis une fonction de protection contre toutes sortes de maléfices : maladies, dangers, mauvais sorts. Et ce, dès la plus haute antiquité : on a recueilli à Anvers, dans les dragages de l’Escaut, une phalange de bovidé gravée d’une marelle complexe (époque néolithique ?).

  • 8 Abélanet 1990, ibid., p. 177.
  • 9 Brissaud Simone, Pratiques traditionnelles de bouviers et de bergers, Folklore, Revue d’ethnologie (...)

12Nous avons relevé, gravés au couteau sur la porte d’une vieille bergerie du hameau de Nabilles abandonnée depuis plus d’un siècle (commune de Conat), trois signes en marelles complexes (losangiques), qui ne procèdent certainement pas d’une intention décorative (ill. 10, nos 1, 2 et 3), mais bien d’une crainte superstitieuse contre les mauvais sorts8. À ces trois marelles est associée la gravure d’un grand anthropomorphe, représenté nu, avec son sexe apparent, ce qui le rapproche des anthropomorphes de la Peyra Escrita de Formiguères, mais ce qui semble bien osé pour l’époque plutôt puritaine dont doivent dater les veilles planches de cette porte (exposées aux intempéries, pourraient-elles être antérieures au XVIIe siècle ?). Sur le panneau de porte d’une autre vieille bergerie, située dans un coin perdu du haut Conflent, sur la commune d’Orellà, au hameau disparu d’Ocenys (Ocenias, 854 –devenu « Acein » sur la carte IGN !), ce sont trois anthropomorphes qui sont gravés. Ils sont beaucoup plus stylisés que le précédent, presque réduits à l’état de symboles, mais ayant la même raison d’être, celle d’éloigner les mauvais sorts et de protéger le troupeau de toutes sortes de maléfices (ill. 10, nos 4 à 6). On peut rappeler à ce propos une enquête d’ethnologie populaire faisant mention d’un guérisseur de Villeneuve-les-Montréal, dans l’Aude voisine, qui, à une époque très récente, traçait encore des croix et des signes cabalistiques sur les murs et les boiseries des écuries et des étables pour éloigner le mauvais sort9.

13Le petit bonhomme à tête irradiée qui apparaît dans l’encadrement du réticulé pointé de la tuile peinte de Tautavel ne semble pas avoir d’autres fonction que celle-là.

Notes

1 Abélanet (Jean), Permanence d’un art schématique dans les Pyrénées-Orientales, Annales de la Faculté des Lettres de Toulouse, Travaux de l’Institut d’Art Préhistorique, 1962, XIe année, fasc. 3, p 5-16.

2 Hachon (Georges), L’habitat rural des Aspres, Vieilles Maisons Françaises, 95, 1983, p. 76.

3 Abélanet (Jean), Les roches gravées nord-catalanes, ed. Terra Nostra, Prada, 1990.

4 Au chant du coq, saint Pierre comprit que, par lâcheté, il venait de renier son maître, (Matthieu. XXVI, 74.75).

5 Apotropaïque, qui écarte (‘αποτρεπεiυ : écarter) les maléfices.

6 Champeaux (Gérard de), Sterckx (Dom Sébastien), Le monde des Symboles, éd. du Zodiaque, 1966, 470 p.

7 la queue de coq était formée de 3 bouts de tuiles : un bout de tuile semi ronde disposé tourné vers le haut, un autre tourné vers le bas et un bout de tuile plate fixé entre les deux, le tout évoquant le panache de la queue du coq. On disposait également 4 ou 2 bouts de tuile, en crochets aux quatre coins de l’ouverture extérieure de la cheminée, par où les sorcières étaient censées trouver un passage pour entrer ou pour sortir.

8 Abélanet 1990, ibid., p. 177.

9 Brissaud Simone, Pratiques traditionnelles de bouviers et de bergers, Folklore, Revue d’ethnologie méridionale, n° 130, 1968, Carcassonne, p. 5.

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search