Version classiqueVersion mobile

Tautavel

 | 
Michel Martzluff
, 
Aymat Catafau
, 
Martin Galinier

Le peuplement d’une vallée méditerranéenne dans la très longue durée

Tautavel, sur les confins XIe-XIIIe siècles

Aymat Catafau

Texte intégral

  • 1 Léon Tiffou, Tautavel ou mieux Tal-te-vull. Essai d’histoire locale, Perpignan, 1934, réédition 198 (...)
  • 2 Michèle Comalada, Tautavel au XIIIe siècle, d’après le capbreu de 1292, D. E. S. dactylographié, fa (...)
  • 3 Jean Abélanet et Jérôme Kotarba, « Un dépotoir d’époque wisigothique à Tautavel », Archéologie du M (...)
  • 4 Notices de Tautavel rédigées par Pierre Ponsich et Jordi Bolòs i Masclans, Catalunya Romànica, vol. (...)
  • 5 Lucien Bayrou (dir.), Entre Languedoc et Roussillon 1258-1659 : fortifier une frontière ? : esquiss (...)

1Pourquoi le château et le territoire de Tautavel occupent-ils une place si remarquable dans l’histoire du Roussillon au Moyen Âge ? C’est à cette question que nous voudrions répondre ici. Depuis la monographie très complète de Léon Tiffou publiée en 1934 et rééditée en 19811, beaucoup de connaissances nouvelles ont été apportées par les travaux universitaires sur le capbreu de 12932, par les fouilles des sites du haut Moyen Âge3, et par les riches notices du tome XIV de Catalunya Romànica4 et du volume dirigé par Lucien Bayrou sur la frontière5. Nous ne prétendons pas en faire la synthèse ici, mais peutêtre dégager quelques traits essentiels de l’identité particulière de ce lieu.

  • 6 ADPO, Fonds d’Oms, 3J369, 14 fol. Léon Tiffou ignorait que la famille de Peyrestortes avait possédé (...)
  • 7 ADPO, 1B31
  • 8 Les capbreus du roi..., op. cit.

2Fort heureusement, un peu de neuf a surgi, comme souvent, de manière inattendue. À l’occasion d’une recherche concernant le château d’un autre village, Peyrestortes, mon attention a été attirée par un document inconnu concernant Tautavel. Il s’agit d’un capbreu de 1295 réalisé à la demande d’un seigneur de Tautavel, Pierre de Peyrestortes6. Ce capbreu est rédigé sur le même modèle, presque en même temps que celui du roi pour Tautavel7, tous deux ont été publiés dans l’édition intégrale des capbreus de 1292-1295 du patrimoine des rois de Majorque en Roussillon8.

  • 9 Léon Tiffou, Tautavel..., p. 91-92.
  • 10 Yvette Carbonell-Lamothe, dans Lucien Bayrou (dir.), Entre Languedoc et Roussillon..., op. cit., p. (...)

3Le capbreu royal de Tautavel comprend, après les déclarations, le texte de « coutumes du château » très intéressantes, traduites par L. Tiffou9, puis par Mme Carbonell-Lamothe10, coutumes étudiées par Laure Verdon dans sa thèse et dans l’introduction de l’édition des capbreus déjà citée. Or le texte du capbreu seigneurial découvert par nous donne aussi deux textes, à la fin des déclarations, pouvant s’apparenter à des éléments d’une coutume seigneuriale. Nous donnerons ici une traduction de ces textes, afin de les rapprocher des « coutumes du château », en comparant ainsi l’exercice simultané des deux seigneuries.

  • 11 . Joan Coromines, Onomasticon Cataloniae : Els noms de lloc i noms de persona de totes les terres d (...)

4Pour introduire cette courte étude, il a semblé nécessaire de revenir sur ce que nous savons du château, une histoire que les travaux de Tiffou et de ses continuateurs ont largement abordée. Mais quelques points semblaient mériter un éclaircissement. En effet, la lecture de Coromines11, fait soupçonner une confusion durable depuis l’ouvrage de Tiffou entre « notre » Tautavel et le château homonyme de Talteüll, sur la commune de Massoteres, dans la région de la Segarra, en Catalogne du sud. Cependant ce quiproquo est fertile, riche de sens, car il conduit à une comparaison entre les deux châteaux de « Tautavel », un parallèle qui peut éclairer quelques-uns des traits principaux de « notre » château des Corbières.

Deux châteaux de Tautavel, sur deux frontières

5Le nom du château de Tautavel et sa situation dans les Corbières sont à ce point remarquables qu’on pourrait les penser exceptionnels, uniques. Pourtant l’histoire, parfois facétieuse, a pris plaisir à doter notre Tautavel d’un presque jumeau, ce qui a entraîné des confusions malencontreuses... Mais, revenons d’abord sur ce nom si curieux.

  • 12 . Les noms de châteaux comme Bellcastell, Belestar, Belloch, Bellaroca, etc., expriment tous la fie (...)

6Le poète et la légende interprètent Talteüll ou Taltevull comme la contraction de l’expression « Tal te vull » et le traduisent par « Tel je te veux ». Cette interprétation pleine de charme et de mystère, qui exprime en un nom un souhait, et même un désir, n’est pas farfelue ou fruit d’une imagination romantique. Le sens du toponyme est approuvé par le grand linguiste Joan Coromines, dans son dictionnaire des noms catalans. Il rapproche cette étymologie de celle d’autres châteaux, appelés Talltendré (« Ainsi je le tiendrai »), Tornafort (« Fais-toi fort ») ou Malgrat (« Malgré [ce qu’en pensent ou disent les autres seigneurs] »), ainsi baptisés par leurs bâtisseurs, en signe de fierté, d’affirmation d’indépendance, de proclamation de force12.

  • 13 Les abords du château montrent que le rocher sur lequel il a été construit ont été aménagés pour en (...)

7« Tel je te veux », c’est la proclamation du souhait, du désir du seigneur qui affirme la puissance de son château, inexpugnable, fier, possédé en pleine autorité par un maître unique dont la volonté s’inscrit dans la pierre des murs, sur le roc abrupt, que les travaux des hommes façonnent aussi13. « Tel que tu es, ainsi qu’on peut te voir, dressé sur ce rocher, solide, inexpugnable, tel je te veux, à moi, contre quiconque ». Disons-le, c’est un nom de guerre, ou en tout cas affirmant la détermination à faire face aux ennemis potentiels. C’est un nom de château, et non de terroir ou de village. C’est un nom donné, au moment de la construction du château, par celui qui l’a fait, qui le tient en son pouvoir. Ceci explique que pendant longtemps les villages habités sur le territoire dépendant du château portent d’autres noms, sans doute antérieurs, et, comme tous les toponymes, difficiles à interpréter, Calentad et Vingrat.

  • 14 Tenter de voir dans la « frontière linguistique » un marqueur des frontières politiques médiévales (...)
  • 15 « ... dono tibi ipsum castellum, quem dicunt Taltevul, simul cum ipsis villis quas dicunt Calentad (...)
  • 16 « Et si unquam aliquis homo fuerit qui tibi donet consilium ut tu hoc dimitas et non teneas, sit in (...)
  • 17 Nous pourrions la rapprocher de l’avertissement lancé par Philippe Ier à son fils, futur Louis VI, (...)

8Le château est nommé en catalan, ou dans ce qui, au XIe siècle, est la langue commune du nord et du sud des Corbières et qui donnera l’occitan et le catalan14... Ce qui est sûr, c’est qu’en 1012 le comte de Besalú, Bernat Tallaferro, donnant ce château à son fils Guillem, le nomme ainsi, selon le nom qu’il lui a sans doute lui-même donné. Deux indices contenus dans la donation du comte à son fils peuvent en effet suggérer que le château est de création récente. Le texte de la donation dit exactement : « je te donne ce château, que l’on appelle Taltevul, avec ces villages que l’on nomme Calentad et Vingrat avec leurs limites, et cette terre que j’ai acquise du comté de Razès par le don de Pierre, évêque, en totalité, et l’abbaye Sainte-Marie de Cubières avec tout ce qui lui appartient, et le château de Penna, et toute cette terre que j’ai acquise du comté de Roussillon et l’abbaye de Saint-Estève, qui est près du fleuve Têt, avec tout ce qui lui appartient... »15. Ceci indique précisément que le château sert de lieu central de définition d’un territoire, de point d’ancrage du pouvoir comtal sur une terre qui a été acquise dans le Razès, en limite des diocèses de Narbonne et d’Elne, une terre de confins, de limites disputées... L’autre indice est bien entendu la fameuse mise en garde du comte à son fils : « Et si un jour il se trouvait un homme qui te donnât le conseil de te défaire de cela et de ne pas le garder, qu’il soit considéré infidèle et trompeur tout comme Judas fut traître ; et si toi tu le croyais ou si tu faisais cela de ta propre initiative, qu’il soit connu de tous que tu ne vaudrais rien »16. Cette mise en garde ferme –plus que ferme, comminatoire et catégorique, définitive17– ne concerne pas seulement le château de Tautavel, mais tous les biens acquis en Razès et en Roussillon, qui comprennent la « trilogie » d’administration du territoire : deux châteaux, deux abbayes, deux villages.

9Cet acte concerne aussi le château de Penna, dont on peut penser qu’il joue un même rôle de contrôle du territoire, sur la rive nord de la Têt, entre Têt et Agly, dans une situation qui permet au comte Bernat Tallaferro de Besalú, détenteur des châteaux des Aspres (Camelas et depuis 990 environ le « château neuf » Castelnou, chef-lieu de la vicomté de Vallespir, tenu pour lui par le vicomte Guillem après l’an mil) de faire la jonction entre la vallée de la Têt, à Saint-Feliu, et celle de l’Agly. À partir de Penna, on passe dans les Corbières, à l’ouest vers le Perapertusès (que tiennent aussi des vicomtes dépendants des Besalú), l’abbaye de Saint-Paul et celle de Pierre-Lys, et à l’est en direction du Narbonès, par la vallée de Tautavel. Le contrôle d’Estagel, qui est possession de l’abbaye de Lagrasse depuis le milieu du Xe siècle, est interdit au comte de Besalú, mais les accès nord et sud de la vallée de l’Agly, en aval d’Estagel, Tautavel et Penna, sont entre leurs mains.

  • 18 . Michel Zimmermann, « L’usage du droit wisigothique en Catalogne du IXe au XIIe siècle : approches (...)
  • 19 « ... et ipso castello que dicunt Taltevolo, simul cum ipsas villas que dicunt Alentad, [et] (E)ing (...)

10La noyade accidentelle du comte lors de son retour de Rome, pendant le franchissement du Rhône, impose à la famille et aux exécuteurs testamentaires de faire valider les dernières volontés de Bernat Tallaferro par une procédure sacramentelle bien établie dans le droit wisigothique, toujours en vigueur en Catalogne au XIe siècle18. C’est l’occasion, en 1021, d’une nouvelle évocation de Tautavel ; le testament renouvelle la donation du comte Bernat à son fils Guillem, et précise davantage sa situation : « et ce château nommé Taltevolo en même temps que ces villages nommés Alentad et Vingrad19 et leurs limites et cette terre que l’évêque Pierre lui a donné qui s’étend aux limites du Roussillon et du Narbonès et jusqu’au sommet que l’on nomme Aguilar, et ce château nommé Penna en même temps que cette terre qu’il a dans le comté de Roussillon ».

11L’essentiel pour Bernat Tallaferro était sans doute de tenir directement, et non par l’intermédiaire d’un des deux vicomtes, de Peyrepertuse ou de Vallespir, ces deux châteaux, d’où son avertissement en termes si rudes à son fils. La simple observation de la carte topographique comme des tentatives de cartographie politique des comtés et des vicomtés au XIe siècle montre bien que ni Penna ni Tautavel ne se situent dans l’une des deux vicomtés, mais que tous deux y donnent accès. Penna est en comté de Roussillon, comme une enclave, mais Tautavel a son territoire sur les limites, et le domaine qu’il contrôle s’étend jusqu’à celui contrôlé par Aguilar, qui reste sans doute aux mains des seigneurs occitans. C’est pourquoi le comte tient tant à en conserver le contrôle direct, en plaçant le château aux mains d’un castlà, d’un châtelain, gardien de château, qui le tienne du seul comte et en soit par conséquent vassal direct. Ce que le comte redoute c’est que son fils délègue la nomination du châtelain à l’un de ses vicomtes, plus proches, et se désintéresse de la garde directe de ces châteaux et de ces terres, situées en marge de ses domaines, difficiles d’accès, mais si importantes du point de vue stratégique.

  • 20 Sur le LFM, voir, Adam J. Kosto, « The Liber feudorum maior of the counts of Barcelona : the cartul (...)

12On peut mettre en relation la place particulière de ces châteaux de Penna et de Tautavel dans le patrimoine des comtes de Besalú, et le texte hors du commun de la donation de Bernat à son fils Guillem avec le fait que cette donation soit l’une des chartes illustrées par une miniature dans le Liber Feudorum Major. Le cartulaire royal conserve 79 miniatures, et en comptait sans doute quelques-unes de plus à l’origine20. Ce nombre est important, mais toutes les chartes ne sont pas illustrées, loin de là. Celle-là l’est, sans doute parce qu’elle est la première des chartes copiée au cartulaire concernant le patrimoine des comtes de Besalú passé à la famille de Barcelone en 1111, et que la place était disponible sur le folio, les enluminures étant postérieures de quelques années sans doute à la copie, selon A. Kosto. Quoi qu’il en soit, mise en valeur en tête des chartes du comté de Besalú, la donation l’est à nouveau par l’enluminure, qui représente Bernat assis, son fils Guillem agenouillé devant lui, le comte tenant dans sa main gauche la main droite de Guillem, lui parlant main droite levée, index tendu pour le mettre en garde. Hors du cadre de l’enluminure, figurant la salle du palais où se déroule la cérémonie de donation, représentée comme une investiture, deux châteaux stylisés sont dressés sur deux rochers. Inutile d’y chercher une représentation exacte, et de tenter de deviner lequel est Tautavel, lequel est Penna... l’idée exprimée par cette image est que deux châteaux sont concernés par la donation, que ces deux châteaux sont bâtis en pierre, sur des éminences rocheuses. Mais au-delà de cette transposition banale du texte en image, l’enluminure souligne l’importance de ces deux châteaux pour le lignage des Besalú : ce sont les gardiens de leurs passages vers le Fenouillèdes et le Perapertusès, ce sont les garants du respect de leurs possessions les plus excentrées par les comtes de Roussillon et vicomtes de Narbonne, susceptibles de les contester ou d’en entraver l’accès.

13Voilà donc ce qu’on l’on sait des origines et des premiers maîtres du château de Tautavel, sur les Corbières.

Liber I et II feudorum forme majoris.
Archivo de la Corona de Aragón, ACA, Cancillería, Registros, núm. 1, fol. 61 r °

14Or J. Coromines indique que deux châteaux différents s’appellent Taltavull : l’un en Roussillon (le nôtre), l’autre sur la commune de Massoteres, dans la comarca de la Segarra, non loin de Cervera, près de la comarca d’Urgell.

  • 21 Tiffou, Tautavel..., p. 85-86.
  • 22 Pour une synthèse complète sur l’histoire de ce château, de son église et les références précises d (...)
  • 23 Léon Tiffou le confondait encore une fois avec le Tautavel des Corbières, alors qu’à cette date not (...)

15Cette homonymie a été cause d’un certain nombre d’erreurs dans l’ouvrage de Tiffou. En effet, cet auteur, dans sa liste des seigneurs et celle des châtelains, évoque la seigneurie des évêques d’Urgell21. Ces prélats, dont l’intérêt se tourne vers les terres conquises sur les musulmans, et qui ont eux-mêmes guerroyé contre eux, possèdent des droits sur plusieurs châteaux dans la Segarra, parmi lesquels le Talteüll de là-bas. Arnau Guillem, évêque d’Urgell, légue le castrum de Talemtevolo à son frère Tedbal dans son testament de 109322. La traduction de ce toponyme par un scribe qui veut en donner une forme latine s’accordant à la langue d’écriture de l’acte est l’indicateur formel que le nom de Talteüll est clairement entendu à la fin du XIe siècle dans son sens littéral « Tel je te veux ». C’est aussi ce Talteüll de la Segarra qui est concerné par la concession en fief de Pierre II d’Aragon à Ermengol d’Urgell, en 128023.

  • 24 A. Bach i Riu, M. Lluïsa Ramos i Martínez, « Castell de Talteüll », Catalunya Romànica, La Segarra,(...)

16La première mention du château de Massoteres, déjà réclamé par l’évêque d’Urgell à cette époque, date de 1024. Il est cité comme une des limites du territoire de Guissona. Sa construction est clairement à mettre en relation avec la conquête de la région montagneuse du sud du diocèse par les comtes et évêques d’Urgell, au début du XIe siècle24. Ce château de la Segarra fait donc partie, au XIe siècle, de la première ligne de fortifications face aux musulmans, à l’extrémité des terres d’Urgell, sur la frontière.

17Ainsi non seulement leur nom, mais aussi leur époque exacte de fondation et leur position frontalière rapprochent ces deux châteaux, leur situation présente aussi certaines analogies. Ils sont tous deux des châteaux de « frontière » du XIe siècle, celui des Corbières, entre Roussillon et Narbonès, celui de Massoteres entre domaine chrétien et terres d’Islam. C’est cette similitude de fondation, ex nihilo, par des seigneurs revendiquant haut et fort leur possession, c’est leur localisation, sur les points disputés, ou particulièrement visibles, de la frontière, qui expliquent leur nom : comme un défi lancé à la face des voisins, des étrangers, des concurrents, des ennemis, voire des infidèles, « Tel je te veux », « Je te veux aussi fort et fier que tu en as l’air » désigne ces châteaux privés, construits sur une terre nouvellement conquise pour garder un territoire convoité, disputé.

18Bien sûr, une terre prise par la force sur les musulmans semble a priori avoir peu en commun avec un paisible château des Corbières, situé entre les possessions de familles comtales parentes ou alliées... Ce serait faire peu de cas de la rivalité des lignages au début du XIe siècle, dans le cadre des découpages des territoires et des définitions de nouvelles aires d’autorité, qu’accompagnent conflits et violences, attestés indirectement par la multiplication des châteaux, par le climat social qui donne naissance à la Paix puis à la Trêve de Dieu, et dont témoigne aussi la mise en garde de Bernat à son fils Guillem. A contrario, la frontière face aux musulmans n’est sans doute pas le limes assiégé ou le front de guerre permanente que l’on pourrait imaginer. Échanges pacifiques, relations diplomatiques ou de voisinage, négociations et accords entre camps « ennemis » y alternent avec des phases d’activité militaire plus active. Les châteaux de la zone frontalière face aux musulmans ont pour fonction plus d’assurer une domination sur un territoire –tout autant envers d’autres compétiteurs chrétiens que face aux musulmans– que de garder une ligne de défense continue.

La vallée de Tautavel, un passage à garder

  • 25 Jean Abélanet, « Une voie d’origine antique dans la vallée de l’Agly », Études roussillonnaises, 15 (...)
  • 26 « Dans la vallée de l’Agly et du Verdouble, la totalité des sites antiques de Tautavel... possèdent (...)
  • 27 J. Kotarba, ibid., carte p. 182.

19Ainsi le château de Tautavel des Corbières fut le gardien d’une zone acquise par les Besalú aux marges septentrionales de leurs terres. La vallée, entre Tautavel et Vingrau, est remarquable par sa position de surveillance et de contrôle des passages entre, au sudest, Estagel dans la vallée de l’Agly, où existait une ancienne voie romaine25, et, vers le nord-est, le Pas de l’Escale, la trouée d’Opoul et de là vers la voie domitienne, ou, vers l’intérieur, au nord-ouest, vers Aguilar, au-dessus de la vallée de Paziols et Tuchan. À l’époque antique et durant l’Antiquité tardive, l’époque wisigothique, la vallée du Verdoube se rattache à l’aire nord-pyrénéenne qui fait partie de la culture la plus romanisée, une culture dont l’influence s’étiole en allant vers l’ouest, dans la haute vallée de l’Agly26. La carte établie par Jérôme Kotarba27 montre bien comment les sites où la tegula est présente s’alignent sur une ligne Opoul-Tautavel-Latour-de-France-Estagel, selon un axe de circulation fréquenté bien antérieurement à l’époque féodale et même wisigothique. Le site romain signalé au XIXe siècle à l’emplacement de la chapelle de les Santes (les Santes Puelles, liées au culte de saint Saturnin ou saint Sernin) indique une installation agraire antique sur laquelle fut bâtie, peut-être dès l’Antiquité tardive, une chapelle dont le vocable évoque à la fois les influences toulousaines et une origine ancienne, ce qui pourrait renvoyer à l’époque wisigothique.

  • 28 D’après les travaux récents de Florent Mazière, complétant ceux de Jean Abélanet et Françoise Claus (...)

20Dès avant l’époque gallo-romaine, entre le VIe et le IIIe siècle avant J.-C., un habitat occupe l’oppidum très escarpé de la Roca Sant Martí, dont les falaises surplombent au sud le Verdouble, en aval du village actuel de Tautavel, et au nord le col de les Alzines. Ce site perché présente un intérêt défensif, mais verrouille aussi efficacement les accès à la plaine28. Réoccupé ou fréquenté à l’époque romaine, on ne sait pas bien si cet éperon est abandonné à l’époque wisigothique et réoccupé plus tard, peut-être à l’époque médiévale, comme peuvent le suggérer son toponyme et une abondance de vestiges mal datés.

  • 29 Sur tous ces aspects, voir A. Catafau, « Roussillon, Vallespir, Conflent, Cerdagne, Fenouillèdes en (...)

21En tout cas, à l’époque wisigothique, la vallée de Tautavel connaît une occupation assez remarquable. Nous en ignorons la nature, agricole, religieuse ou militaire. Le site de Los Bonissos II, du Ve siècle, succédant à une petite exploitation rurale des IVe-Ve siècles voisine, les petites nécropoles du Cementeri et de Los Poujols (respectivement Ve-VIe et VIIe siècles) indiquent une densité d’habitat assez forte, surtout relativement à la rareté des sites de cette époque. On n’a pas connaissance de trouvailles témoignant d’une occupation wisigothique dans les grottes qui parsèment les falaises au-dessous du Roc Sant Martí, au pied du château ou encore dans les gorges du Verdouble. Cependant la forte présence wisigothique dans la vallée de Tautavel fait penser à d’autres lieux de passage gardés des VIIe-VIIIe siècles : la grotte de Montou et son occupation à caractère sans doute militaire à la fin du VIIe voire au tout début du VIIIe siècle, juste avant la conquête musulmane, et les fortifications citées par Julien de Tolède en Cerdagne et sur les Albères (Llivia, Les Cluses, Ultrera, Collioure) et aussi peut-être sur les Corbières (la mystérieuse Sordonia, que certains auraient localisé du côté d’Opoul ou de Salses... donc au débouché de la vallée fermée par Tautavel)29. En l’attente de travaux archéologiques plus poussés sur l’oppidum de Sant Martí, ou de découvertes en grottes, l’hypothèse d’une garnison établie en un lieu perché ou protégé de la vallée de Tautavel entre les Ve et VIIIe siècles reste ouverte.

  • 30 Pour ces événements, voir Tiffou, Tautavel..., p. 86-88 et 95-99.

22La construction du château de Tautavel au XIe siècle prend donc place dans une continuité d’occupation qui, nous le soulignons, n’a rien de fortuite. D’ailleurs ce même château connaît, à partir de sa première construction, une longue évolution, qui témoigne de l’intérêt de ce site et de sa fortification pour les pouvoirs comtaux puis royaux de Catalogne et d’Aragon. Entré dans le domaine des comtes de Barcelone quand ils héritent du comté de Besalú en 1111, le château, malgré la cession du Fenouillèdes et du Perapertusès à Eimeric II de Narbonne par Ramon Berenguer III, dès 1112, reste aux mains du comte catalan. Comme on l’a vu, ce château ne se situe ni en Fenouillèdes ni en Perapertusès, mais bien en Roussillon, et sa fonction stratégique est importante, dans la perspective de la défense de ce comté, ou de sa soumission, situations encore ouvertes au début du XIIe siècle où la dynastie des comtes roussillonnais reste indépendante, quoique apparentée à celle de Barcelone... Après l’intégration du Roussillon aux possessions barcelonaises, en 1172, le château n’en devient que plus important. Sa garde est confiée à des castlans, des châtelains locaux, membres d’une petite famille noble appelée « de Tautavel », que nous retrouvons jusqu’à la fin du XIIIe siècle. Il fait partie, au moins dès les années 1200, de possessions confiées (en fief ou en emphytéose ?) par Nunyo Sanç, administrateur du Roussillon sous la minorité du jeune Jacques Ier d’Aragon, à la famille de Vernet, puissant lignage établi surtout au nord de la plaine du Roussillon. La condamnation post mortem de Pons II de Vernet par l’Inquisition comme hérétique (en raison de ses liens avec les seigneurs du Languedoc proches des Cathares) oblige son fils Pons III à se placer sous la protection du comte d’Empúries, qui garde au XIIIe siècle une forme d’indépendance au sein des terres catalanes. Pons échange en 1261 avec le comte d’Empúries ses biens du Roussillon (Torreilles, Millas, Tautavel, Salses, plus quelques avoirs à Céret et en Vallespir) contre le château de Cadaquès. Très peu de temps après, en tout cas avant février 1269, l’infant Jacques (le futur roi Jacques II de Majorque) rachète à Pons Huc d’Empúries le château de Tautavel30.

23Dès les années 1240, les tentatives infructueuses des seigneurs faidits, opposés à la croisade contre les Albigeois, s’achèvent par la fuite de certains d’entre eux sur les terres du roi Jacques Ier, alors que d’autres remettent leurs châteaux au roi de France, l’un des derniers étant Quéribus, livré par Chabert de Barbaira à Louis IX en 1255. Dès cette époque, Jaume Ier se préoccupe de stabiliser et de renforcer la frontière des Corbières : il fait bâtir un nouveau château à Opoul, déplace celui de Salses près du village et de la route, et il attribue des chartes de peuplement et de franchise à divers lieux du nord de la plaine roussillonnaise pour la munir d’un réseau de castra villageois.

24Le traité de Corbeil, en 1258, trace la frontière et met un terme aux vues catalano-aragonaises sur le Languedoc. La fortification de la frontière, sur les Corbières, commence alors. Car les souverains français regardent toujours vers les Comtés, parfois avec la volonté affirmée de les annexer, comme le montrent les épisodes de l’expédition de Philippe le Hardi de 1285. En cette fin du XIIIe siècle surviennent plusieurs transformations essentielles sur le territoire de Tautavel qui s’expliquent par ce contexte politique et militaire, car le château se trouve alors en première ligne de la nouvelle frontière.

  • 31 Lucien Bayrou (dir.), Entre Languedoc et Roussillon..., op. cit., p. 157.
  • 32 Cf. annexe ci-après.

25D’abord, le château est reconstruit, sans doute sur un plan plus ambitieux, pour loger une petite garnison. L’inventaire de 136931 laisse entendre que quinze à vingt soldats y demeurent. En 1293 les coutumes du château sont rédigées en pleine période de travaux au château et au barri, « quartier hors les murs », « faubourg », nom que porte alors l’habitat villageois établi au pied des murailles et fortifié. Il s’agit sans doute de l’ensemble de maisons dont les ruines sont perceptibles sur le versant sud de la colline du château. On peut deviner à leur périphérie la présence d’un mur d’enceinte. Nos prospections ont permis d’y retrouver de la céramique du milieu et de la fin du Moyen Âge32.

  • 33 À Planèzes par exemple, mais aussi Eus ou Laroque-des-Albères, cf. A. Catafau, « Étapes et modalité (...)

26Sans que l’on puisse en préciser exactement la date, un village est né au pied du château, un village qui n’est pas celui que nous voyons aujourd’hui. Ce premier village est situé au pied même des murs du château, sur les pentes sud de la colline qui le porte, et lui aussi inclus dans une muraille. Qu’il ait été appelé « cellera » un certain temps, c’est possible, sur le modèle des « celleres castrales » que l’on trouve ailleurs33. Il est toutefois évident que le lieu-dit appelé « cellera » en 1293 n’est plus un lieu habité ou même bâti, aucune construction, maison ou cellier, n’y est mentionnée. C’est le seul cas connu en Roussillon d’une « cellera » mentionnée au XIIIe siècle où ne subsiste plus aucune construction mais seulement des vignes, pièces de terre, feixes (cultures en terrasses), champs, soit au total quinze parcelles, toutes en culture.

27Sans doute un premier « regroupement castral » appelé « cellera » a-t-il pris naissance près du château, puis il a été abandonné, les maisons étant déplacées non loin, sur le lieu que l’on nomme en 1293 le « barri », peut-être lors de la reconstruction du château sur un plan plus ambitieux, sous le roi de Majorque. L’ancienne « cellera » a alors été abandonnée, quelques terres qui s’y trouvent étant mises en cultures et déclarées comme parcelles, c’est en tout cas ce qui semble ressortir des mentions éparses dans le capbreu royal de terres situées en un lieu-dit appelé « cellaria », impossible à mieux localiser.

  • 34 Les grands murs signalés par Patrice Alessandri sur la rive gauche du Verdouble, en aval de Tautave (...)

28Comme en d’autres lieux du Roussillon, ce premier regroupement villageois s’est fait à l’initiative des maîtres du château, peut-être dès la fin du XIe ou le courant du XIIe siècle. Il a entraîné sans doute le déclin d’autres habitats antérieurs, comme le fameux Alentad, d’emplacement toujours inconnu34. À la fin du XIIIe siècle en tout cas, l’habitat soumis au château et emmuraillé est situé ailleurs qu’au lieudit « cellaria » et il est appelé le barri. La construction des murs du barri et leur défense relèvent entièrement du travail des habitants, qui ne peuvent compter que sur la direction d’ouvrage de maîtres maçons, la nourriture, la boisson et la chaux fournies par le roi. Tout le reste, le sable, l’eau, les pierres et leur transport, est donc à leur charge. En revanche, pour les travaux au mur extérieur du château, le roi fournit les matériaux (sauf les pierres). Les habitants, « sauf ceux qui sont à la tour », font le guet au barri.

29Troisième nouveauté, donc, une tour est mentionnée dans les coutumes, où la garde est effectuée par des hommes du barri. Cette tour, qui ne saurait être celle du château, qui possède sa propre garnison, est probablement la Tour del Far. Le fait même qu’elle n’ait pas besoin d’être plus précisément désignée s’explique par son caractère isolé et unique. Le nom du sommet où elle s’élève est antérieur à la tour (première mention en 1130), ceci indique que l’on y faisait déjà, avant la construction de la tour, des signaux de feu (far ou faraó, étymologie de Pharos). Ce toponyme ancien est une indication supplémentaire de la valeur stratégique du lieu de Tautavel, lieu de garde, de guet et d’alerte déjà avant le XIIe siècle. La tour est citée pour la première fois expressément en 1341 seulement, mais ses caractéristiques de construction la font dater du début du règne de Majorque, dans la deuxième moitié du XIIIe siècle, du temps de notre capbreu, qui y fait une allusion claire.

Les coutumes du roi et du seigneur de Peyrestortes

  • 35 L. Tiffou, Tautavel..., op. cit., p. 120.

30Cette petite mise à jour de nos connaissances sur le Tautavel médiéval s’est construite sur la base de documents déjà fort connus, quoique parfois mal compris, ou entremêlés de confusions avec le Tautavel de la Segarra. Heureusement pour l’historien, des documents nouveaux surgissent parfois des fonds d’archives où ils étaient enfouis. C’est le cas du très beau petit capbreu des propriétés de Pierre de Peyrestortes à Tautavel, rédigé en 1295, qui est conservé dans les archives de la famille d’Oms, entrée en possession de la seigneurie en 146635. Ce petit registre sur parchemin, moins luxueux que son homologue du roi de Majorque, contient vingt-deux déclarations de tenanciers, possédant des terres, champs, jardins, oliviers ou vignes sur le territoire de Tautavel qui relèvent de la seigneurie de Pierre et lui doivent des redevances. Parmi eux, huit ont un mas (mansum), une maison (domus), un casal, voire une demeure ou un étage de demeure (solerium) dans le village. Ce document complète la vision du territoire et du village de Tautavel en 1293-1295, et permet d’identifier un certain nombre d’habitants inconnus du capbreu royal.

  • 36 Les transcriptions intégrales de ces textes ainsi que la traduction de leurs passages principaux se (...)
  • 37 L. Verdon, La Terre et les hommes..., op. cit.

31Ce capbreu s’achève par la copie de deux textes de concessions exceptionnelles de droits par le seigneur Pierre de Peyrestortes36. Le premier est daté du 22 février 1295, le jour même où les 22 déclarations ont été enregistrées par le notaire Arnau Figuera et son scribe Joan Barravi. Cet acte remplace une redevance en nature par une redevance en numéraire, ce que le seigneur appelle « affranchissement ». Les quatre tenanciers concernés, Guillem Vernet, Guillema Verneda, Arnau Padern et Bernat Resplanzini, sont qualifiés par le seigneur comme « [ses] hommes de Tautavel », autrement dit, ses « hommes propres », ses dépendants personnels, qu’en d’autres régions on nommerait « serfs », qualificatif inusité en Roussillon, bien que la chose y soit bien connue. Comme on l’a souvent remarqué dans la Catalogne du XIIIe siècle, et notamment en Roussillon37, le statut de ces « hommes propres » combine, en apparence contradictoirement, à la fois une situation juridique et symbolique dévalorisée, par la soumission personnelle et corporelle, par l’obligation souvent rappelée (mais pas ici) de satisfaire, le cas échéant, aux « mauvais usages », et une situation matérielle privilégiée. En effet, ces « hommes propres » forment au XIIIe siècle l’élite économique et sociale villageoise, ils possèdent les mas les plus anciens et les plus riches, dotés des terres les plus nombreuses et les mieux situées, et ils occupent les charges de responsabilités, comme celle de batlle, fondé de pouvoir du seigneur. Bref, on ne s’étonne pas de constater que Guillem Vernet, Guillema Verneda et Arnau Padern possèdent le premier treize parcelles plus deux maisons au village de Tautavel, dont une donnant « sur la place », la deuxième quatre parcelles et une maison dans le village, et le troisième une terre seulement mais une maison et un mas au village. Quant à Bernat Resplanzini, il n’apparaît pas parmi les déclarants, mais est probablement le parent (le fils ?) de la déclarante Guillema Resplanzina qui reconnaît onze parcelles, un mas au village et un casal (une construction agricole ?) dans la campagne voisine.

32Ces déclarants ne sont pas seulement parmi les plus riches des dépendants de Pierre de Tautavel, ils sont aussi tenanciers du roi : Guillem Vernet déclare tenir du roi quatre terres, deux jardins et une aire, Arnau Padern six parcelles, une maison et une aire de battage au village, et Guillema Resplandina, veuve de Pierre Resplandini, déclare une aire, un jardin, une terre, deux champs.

  • 38 Voir à ce sujet Lluís To Figueras, « Le mas catalan du XIIe s. : genèse et évolution d’une structur (...)

33En tant qu’hommes et femmes du seigneur, ces tenanciers devaient donner un quartier de viande à Pierre de Peyrestortes chaque fois qu’ils tuaient un cochon, de l’automne au printemps. Le seigneur précise plus loin que c’est en tant que tenanciers de mas ou bordes qu’ils sont astreints à cette redevance, ce qui s’accorde bien avec ce que l’on sait des origines de la dépendance personnelle en Catalogne, organisée originellement par les seigneurs pour assurer l’exploitation continue des mas, en prévenant le départ des tenanciers, l’absence d’héritiers ou tout autre incident susceptible de mettre en danger son rendement régulier38. Telles sont les origines concrètes des « mauvais usages ». Chacun des tenanciers concernés par l’affranchissement tient un « mas » ou une « maison » dans le village. Le notaire, et les déclarants, distinguent peut-être deux types de demeures différentes par ces mots, mais juridiquement elles sont placées sous le même statut (peut-être la distinction entre « mas » et « borde » de l’acte d’affranchissement recouvre-t-elle celle entre « mas » et « maison » des déclarations ?). Pourtant, deux autres tenanciers de Pierre de Peyrestortes déclarent tenir l’un une maison, l’autre un mas, dans le village, et ils ne sont pas cités dans l’acte d’affranchissement, sans doute parce qu’ils ne sont pas concernés, n’étant pas « hommes du seigneur ». On voit ainsi que l’identité entre « tenancier de mas ou de borde (maison) » et « homme propre » que suggère l’acte d’affranchissement n’est plus effective. Certains mas ou maisons sont tenus par des hommes qui ne sont pas attachés au seigneur par un lien de dépendance, étant peutêtre par ailleurs « hommes du roi » ou simplement « libres » de liens personnels.

34Ces quatre tenanciers ne devront plus verser, en remplacement de cette redevance en nature, qu’une somme fixe de douze deniers, payable lors de l’abattage d’un cochon. En cas de division du mas ou de la borde qu’ils tiennent, les tenanciers ne paieront que la quote-part de la redevance correspondant à leur part de mas ou de borde.

35Le capbreu royal et les coutumes du château mentionnent le versement d’une redevance en viande : certains tenanciers doivent donner un jambon (perna) quand ils tuent un cochon, et les coutumes ajoutent que ceux qui doivent cette redevance doivent aussi donner des fromages du mois de mai s’ils ont des bêtes (brebis, chèvres, voire vaches). Plusieurs de ceux qui doivent ce jambon tiennent des mas ou fractions de mas, mais d’autres non, d’ailleurs les coutumes ne lient pas spécifiquement cette redevance au statut d’homme du roi, ou à la possession d’un mas. En outre la redevance n’est pas remplacée par un versement en numéraire, bien au contraire les coutumes stipulent que s’y ajoute une redevance en fromage qui n’était précisée que dans deux déclarations.

  • 39 Guillaume Dalmau, « Le capbreu de Montferrer, étude du livre de reconnaissances d’une seigneurie la (...)
  • 40 Romain Saguer, « La capbrevació de la seigneurie de Reynès en 1407 », Domitia, n° 11, Université de (...)
  • 41 Romain Thomas, Le capbreu royal de Formiguères : vie d’une communauté montagnarde en 1345, Master 1 (...)
  • 42 Archéologie d’une montagne brûlée : massif de Rodès, Pyrénées-Orientales, Olivier Passarrius, Aymat (...)
  • 43 Noémie Olive, Le territoire de Saint-Feliu d’Amont et Saint-Feliu d’Avall d’après des capbreus des (...)

36Les coutumes comme l’acte d’affranchissement mentionnent en termes très clairs l’existence d’« hommes propres » de chacun de ces seigneurs, directement pour l’acte de Pierre de Peyrestortes (« hominibus nostris de Tautavolio »), indirectement dans les coutumes du roi (« homines qui non sunt domini regis qui manent in predicto castro »). Alors que dans des capbreus postérieurs, comme ceux de Montferrer39, de Reynès40, de Formiguères41, de Ropidera42 ou de Saint-Feliu43, les hommes propres signalent leur statut dans leur déclaration, aucun ne le fait à Tautavel, ni parmi les déclarants du roi, ni parmi ceux de Pierre de Peyrestortes, et, hormis quelques déclarations de cette nature dans le capbreu de Millas de 1293, les déclarations directes de tenancier se reconnaissant « homme propre et solide » ou « amansatus et abordatus » du roi sont inexistantes dans les capbreus de 1292-1295. Les coutumes du roi comme celles de Pierre nous rappellent que, malgré l’absence de mention explicite, ces dépendants personnels existaient bien.

37Le second acte copié à la fin du capbreu de Pierre de Peyrestortes est plus intéressant pour notre tentative de mieux comprendre le château et le lieu de Tautavel. Il consiste en effet en une autorisation, donnée à « l’université », c’est-à-dire à la communauté de tous les habitants de Tautavel, de planter des vignes ou des oliviers en quelque lieu que ce soit sur les terres appartenant à Pierre de Peyrestortes sur la paroisse de Tautavel, contre simple versement de l’agrier, soit un onzième de la récolte. C’est une redevance légère, assez fréquente pour la vendange, mais très avantageuse pour les olives, souvent taxées au quart de la récolte dans les capbreus royaux de la même époque. Plus exceptionnelle est l’autorisation de greffer, la vigne sans doute, mais peut-être aussi des arbres fruitiers d’autres sortes. Cette autorisation très libérale résonne comme un appel aux défrichements spontanés, favorisés surtout dans la mesure où ils ne requièrent pas un acte particulier qui, habituellement, donne l’occasion au seigneur d’exiger le paiement de l’intrata lors de l’établissement du premier contrat emphytéotique. Est-ce à dire que les pentes des collines de Tautavel sont en friche, ou que les habitants y sont peu nombreux ? Une autorisation de ce type peut se lire de manière pessimiste (la nécessité de stimuler le dynamisme agricole supposant l’atonie du monde rural) ou optimiste (une période de défrichements où les seigneurs rivalisent de dispositions favorables envers les paysans pour les attirer sur leurs terres). Dans le contexte de la fin du XIIIe siècle, qui représente l’acmé d’un « monde plein », avant les crises économiques des premières décennies du XIVe siècle et les catastrophes démographiques du milieu et de la seconde moitié de ce siècle, cette disposition doit être comprise de manière positive : l’expansion agraire, les assèchements de marécages dans la plaine, les travaux d’irrigation réalisés autour de la construction des grands canaux, comme le rech royal de Thuir, l’attraction des bourgades voisines en pleine croissance, comme Rivesaltes, Baixas, Estagel, les libéralités accordées en 1246 à ceux qui s’installeraient à Opoul pour peupler ce lieu, ont poussé Pierre de Peyrestortes à concéder ces conditions très favorables de mises en cultures nouvelles, qui, à terme, ne pouvaient que lui être profitables.

  • 44 Je remercie Marie Grau et Olivier Passarrius pour leurs relectures attentives et leurs suggestions.

38Ainsi les « coutumes du château » et les concessions de Pierre de Peyrestortes offrent-elles une vision qui complète bien celle que les autres sources nous donnaient de Tautavel : un territoire de marges, de frontière et de passage, où l’élément militaire, la fortification et la défense du château mais aussi de l’habitat villageois, joue un rôle es sentiel. C’est pourquoi, seul de tous les capbreus du roi de 1292-1293, celui de Tautavel stipule expressément les corvées prévues par la coutume pour entretenir les murailles et organiser leur garde. Dans le même but, les dispositions favorables aux nouvelles cultures et peut-être aux nouveaux établissements de familles d’agriculteurs veulent accroître le potentiel économique et humain sans lequel tenir ce lieu est impossible. Terre de confins, terre de dangers, terre défendue, fortifiée, terre attractive aussi par les libéralités accordées par les seigneurs, Tautavel est, « Tel je te veux », un lieu réellement à part dans le Roussillon médiéval44.

Annexes

Documents, textes et traductions

Coutumes du château de Tautavel45

Traduction intégrale :

Voici les coutumes du château de Tautavel qui sont établies entre tous les hommes de ce château et le seigneur roi de Majorque, à savoir : que les hommes qui ne sont pas du roi et qui résident dans ce château fassent pour le roi deux corvées de labour chaque année, à savoir une corvée de labour aux semailles et une autre à l’été, si toutefois ils ont des animaux avec lesquels ils puissent labourer.

Item les hommes du seigneur roi qui labourent avec des animaux (le) font pour le roi aux semailles et à l’été et aident à semer le blé du château jusqu’à ce qu’il soit (tout) semé, cependant nous n’incluons pas ceux (des champs) qui sont (semés) en avoine46.

Item tous les hommes du seigneur roi doivent dépiquer le blé du château de Tautavel sur l’aire et doivent le monder jusqu’à ce qu’il soit propre et doivent le porter avec leurs bêtes au château, mais avec pain et vin à la charge du château.

Item ils doivent amener les meules des moulins du château de Tautavel, avec pain et vin à la charge du château.

Item ils doivent faire les murs extérieurs du château de Tautavel, avec pain et vin à la charge du château, et tous les ouvrages de défense du château, mais le seigneur roi doit avoir les maîtres maçons.

Item ils doivent faire les travaux au barri à leurs frais, et le seigneur roi doit avoir des maîtres maçons, la chaux, le pain et le vin quand ils travailleront au barri, et eux doivent fournir tout le reste nécessaire à ce travail.

Item ceux qui donnent un jambon, qu’ils donnent aussi des fromages de mai ainsi qu’il est accoutumé, s’ils ont des bêtes.

Item les hommes du château doivent être présents aux travaux du château et le seigneur roi doit avoir un maître maçon ainsi qu’il est dit et doit fournir chaux, sable et eau.

Item tous les hommes du château de Tautavel doivent assurer le guet au barri de Tautavel, sauf ceux de la tour, et ils doivent (veiller à) l’eau des moulins, ainsi qu’il est accoutumé, et ils doivent faire la spadada, la curada et la plantada, ainsi qu’il est accoutumé.

Texte original :

Hec sunt consuetudines castri de Taltavolio que sunt inter omnes homines predicti castri et domini regis Maioricarum, scilicet : quod homines qui non sunt domini regis qui manent in predicto castro faciunt dicto domino regi duas jovas quolibet anno, s[cilicet] : unam jovam in ciminterio et aliam in stivo tamen si habent animalia cum quibus possint laborare.

Item homines qui sunt dicti domini regis qui laborant cum animalibus faciunt dicto domino regi in ciminterio et in estate et juvant seminare bladum castri quousque sit seminatum tamen in istis non intelligimus illos qui sunt[avenidissi].

Item omnes homines dicti domini regis debent triturare bladum castri de Taltavolio in area et debent eum mundare quousque sit pulcrum et debent eum deferre cum suis bestiis ad castrum predictum, cum pane et vino tamen dicti castri.

Item debent amenar molas molendinorum dicti castri de Taltavolio cum pane et vino dicti castri.

Item debent facere muros foris castri de Taltavolio ad panem et vinum castri et totam operam ad deffentionem castri et dictus dominus rex debet habere tamen magistros.

Item debent facere opera in barrio cum missione eorum et dictus dominus rex debet habere magistros et calcem et panem et vinum cum abrobunt barrium et ipsi debent habere omnia alia necessaria ad operam predictam.

Item illi qui faciunt pernam faciunt similiter caseos de madio sicut est consuetum si habent animalia.

Item predicti homines dicti castri debent esse in opere predicti castri de Taltavolio et dictus dominus rex debet habere magistrum sicut dictum est et debet habere calcem et arenam et aquam.

Item omnes homines castri de Taltavolio debent gaytare in barrio de Taltavolio, exceptis illis de turre, et tenentur in aqua molendinorum, sicut est consuetum, et illi debent facere spadada et curada et plantada, sicut est consuetum.

Pierre de Peyrestortes affranchit quatre hommes et femmes de Tautavel de la redevance en quartiers de porc contre douze deniers de Melgueil en 129547

Traduction partielle :

« Sachent tous que nous, Pierre, seigneur de Peyrestortes, pour nous et tous nos successeurs, nous affranchissons, réduisons, libérons et délivrons vous Guillem Vernet, Guillemine Verneda, Arnau Padern et Bernat Resplanzini, nos hommes de Tautavel, et les vôtres et ceux que vous voudrez, perpétuellement, de tous les morceaux de porc que vous et n’importe lequel des vôtres nous donnez et devez nous donner quand vous tuez des porcs depuis la fête de la Saint-Michel de septembre jusqu’à la Pâque du Seigneur. De sorte que, en lieu et place de l’un quelconque de ces quartiers de viande de porc vous nous donniez, à nous et à nos successeurs, toujours, annuellement, à la Nativité du Seigneur, chacun de vous, douze deniers de Melgueil de cens, perpétuellement, intégralement, [diverses formules juridiques...] Et si il advenait que vous ou les vôtre veniez à vendre des parties de ces biens en sous et en livres, que ces douze deniers de Melgueil soient divisés selon la part que vous aurez de la mansata ou de la borda. Que celui qui en a une moitié paie six deniers de Melgueil et ainsi par conséquent pour les autres. [diverses formules juridiques et promesse des trois tenanciers de respecter les termes de cet affranchissement...] Fait le 8 des calendes de mars (22 février) 1294 (n. st. 1295). »

Texte intégral :

Noverint universi quod nos Petrus, dominus de Parietibus tortis, per nos et omnes successores nostros affranquimus, reducimus, solvimus et diffinimus vobis Guilelmo Verneti et Guilelme Vernete et Arnaldo Paderni et Bernardo Resplanzini, hominibus nostris de Tautavolio, et vestris et cui volueritis, perpetuo, ab omnibus illis peciis carnium porcorum quas vos et quilibet vestrum nobis facitis et facere debetis quando porcos occiditis a festo Sancti Michaelis septembris usque ad festum Pasche Domini. Ita quod loco et vice cujuslibet pecie carnium predictarum peciarum carnium porcorum donetis nobis et successoribus nostris semper annuatim in festo Natalis Domini quilibet vestrum duodecim denarios melgorienses censuales in perpetuo ; totum, integriter ac generaliter sicut melius, plenius et utilius dici vel intelligi potest ad vestram et vestrorum utilitatem, constituendo inde vos in rem vestram procuratores contra omnes personas. Et promitimus vobis quod nos et nostri successores faciemus semper vobis et vestris successoribus totum predictum affranquimentum bonum habere et tenere quiete et in pace ab omni persona. Pro quibus omnibus supradictis et singulis obligamus vobis et vestris omnia bona nostra presentia et futura ; et si forte contingeret vos vel vestri venire ad divisionem seu divisiones vel vendere dicta bona per solidum et per libram dividatis illos duodecim denarios melgorienses secundum partem quam habueritis de mansata seu de borda. Ita quod qui habet medietatem persolvat sex denarios melgorienses et ita per consequens de aliis. Et quod ita hec omnia predicta et singula attendamus, compleamus et observemus et quod contra predicta vel aliquid predictorum nunquam veniamus bona fide et per firmam stipulationem vobis promitimus. Et nos Guilelmus Verneti, Guilelma Verneta et Arnaldus Paderni et Bernardus Resplanzini supradicta per nos et omnes successores nostros promitimus vobis dicto domino Petro et vestris successoribus persolvere predictos duodecim denarios censuales quolibet anno, sicut superius dictum est et expressum, loco et vice predictarum peciarum carnium porcorum et si tamen divisio fieret inter nos, dividamus dictos duodecim denarios secundum quod quilibet tenuerit et habuerit de mansata vel de borda et solvemus etiam vobis et vestris partem dictorum duodecim denariorum nobis contingentem de bonis dictarum mansate et borde. Pro quibus omnibus supradictis et singulis obligamus vobis et vestris omnia bona nostra presencia et futura. Et quod ita hec omnia supradicta et singula vobis et vestris attendamus, compleamus et observemus. Et quod contra predicta vel aliquid predictarum nunquam veniamus bona fide et per firmam stipulationem vobis promitimus. Actum est hoc octavo kalendas marcii, anno Domini millesimo ducentessimo nonagessimo quarto.

Sig+num Petri, domini de Parietibus tortis, predicti qui hec omnia predicta laudamus.

Sig++++na Guilelmi Verneti et Guilelme Vernete et Arnaldi Paderni et Bernardi Resplanzini predictorum qui hec omnia predicta laudamus. Sig+++++na Bernardi Figere et Guilelmi Figere, ffratris ejus, et Guilelmi Palars et Guilelmi Baussi et Bernardi Ademarii, de Tautavolio, testium. Ego Johannes Barravi hanc cartam scripsi mandato Arnaldi Figere.

Et ego Arnaldus Figere, notarius publicus de Tal[t]avolio subcripsi et hoc sig-(...)-num feci.

Autorisation de planter des vignes et des olives et de faire des greffes accordée par Pierre de Peyrestortes aux habitants de Tautavel en 128148

Traduction partielle :

« Sachent tous que nous Pierre de Peyrestortes... nous donnons l’autorisation à la communauté (l’universitas) des hommes et femmes habitant le village de Tautavel de planter des vignes et des oliviers et de faire des greffes (empeutare)49 dans tous les lieux qui sont tenus par nous sur la paroisse de Saint-Génis de Tautavel là où il leur plaira ; sous telle forme et pacte que de toute la vendange que Dieu aura donné dans toutes les vignes que vous planterez, vous nous donniez l’agrier de la vendange portée dans le village de Tautavel, dans notre cuve, sans notre transport... ; et des olives que vous les portiez de la même façon dans ce lieu où doit être donné l’agrier,... fait le 29 avril de l’an 1281. »

Texte intégral :

Hoc est translatum fideliter sumptum a quodam publico et autentico instrumento cujus forma sequitur in hiis verbis : « Notum sit cunctis quod nos Petrus de Parietibus tortis, per nos et successores nostros, bona fide et sine fraude cum hac presenti carta publica in perpetuum valitura donamus et laudamus licentiam et auctoritatem universitati hominum et mulierum habitantium in villa de Tautavolio quod possint plantare vineas et olivarios et empeutare in omnibus locis que per nos tenentur in terminis et adjacentia Sancti Genesii de Taltavolio ubicumque eis placuerit ; sub tali quidem forma et pacto quod de tota vindimia que Deus dedit in dictis vineis quas plantabitis, detis nobis et successoribus nostris bene et fideliter agrarium vindemia aut lata intus villam de Taltavolio in tina nostra absque nostra missione et nostrorum successorum ; et de olivis eodem modo aportatis in illum locum in quo debet dari agrarium. Et quod contra predicta non veniemus bona fide promitimus et plivimus. Actum est hoc tercio kalendas madii, anno Domini M° CC LXXX° primo. Sig+num domini Petri de Parietibus tortis predicti qui hec omnia predicta et singula laudamus. Sig+++na domini Guilelmi de Marsano et Petri Guilelmi de Taltavolio et Bernardi Catalani, testium. Et ego Arnaldus Figere, notarius publicus de Taltavolio, hanc cartam scripsi et hoc sig+num feci. » Ego Petrus Poncii Raymundi vice et mandato notarii publici subscripti hoc presens translatum a dicto suo originali instrumento translatavi puncto et punctum, verbo ad verbum, nichil addens vel minuens quod censum mutet ideo corumpat intellectum, videntibus et legentibus tribus testibus literatis ad hoc specialiter convocatis, videlicet dominis Jacobo Paderni, Bernardo Michaelis, presbiteris de Taltaolio, et domino Raymundo Careguadur, presbitero de Bayxanis, qui una mecum simul agerunt, viderunt, examinarunt et bene in omnibus invenierunt convenire septimo idus martii, anno Domini M° CCC° tricesimo quinto. »

Notes

1 Léon Tiffou, Tautavel ou mieux Tal-te-vull. Essai d’histoire locale, Perpignan, 1934, réédition 1981, 239 p. que nous citerons d’après la réédition.

2 Michèle Comalada, Tautavel au XIIIe siècle, d’après le capbreu de 1292, D. E. S. dactylographié, faculté de lettres d’Aix-en-Provence, 1969, 175 p. ; Laure Verdon, La terre et les hommes en Roussillon aux XIIe et XIIIe siècles. Structures seigneuriales, rente et société d’après les sources templières, Thèse de doctorat, Université de Toulouse-Le-Mirail, 1994, 2 vol., 329 et 148 p. et son ouvrage : La terre et les hommes en Roussillon aux XIIe et XIIIe siècles. Structures seigneuriales, rente et société d’après les sources templières, Publications de l’Université de Provence, Aix-en-Provence, 2001, 249 p., enfin Les capbreus du roi Jacques II de Majorque (1292-1294). Une enquête seigneuriale miroir du monde rural roussillonnais à la fin du XIIIe siècle, introduction et édition par Rodrigue Tréton avec la collaboration d’Aymat Catafau et de Laure Verdon, CTHS, 2011, vol. 1 (168 p. et 397 p.), vol. 2 (493 p.).

3 Jean Abélanet et Jérôme Kotarba, « Un dépotoir d’époque wisigothique à Tautavel », Archéologie du Midi Médiéval, t. 5, Centre d’Archéologie médiévale du Languedoc, Carcassonne, 1987, p. 85-92 ; Patrice Alessandri, « La nécropole wisigothique de Los Poujols à Tautavel », Archéologie du Midi Médiéval, t. 8-9, 1990-1991, p. 177-178.

4 Notices de Tautavel rédigées par Pierre Ponsich et Jordi Bolòs i Masclans, Catalunya Romànica, vol. XIV, El Rosselló, Barcelone, 1993, p. 409-411.

5 Lucien Bayrou (dir.), Entre Languedoc et Roussillon 1258-1659 : fortifier une frontière ? : esquisse d’une étude des fortifications de l’ancienne frontière fixée par le Traité de Corbeil (1258) entre le Languedoc et le Roussillon et leur évolution jusqu’au Traité des Pyrénées (1640-1659), Les Amis du Vieux Canet, 2004, 447 p., en particulier notice de Patrice Alessandri et documents p. 152-160.

6 ADPO, Fonds d’Oms, 3J369, 14 fol. Léon Tiffou ignorait que la famille de Peyrestortes avait possédé un temps quelques droits sur Tautavel. Les Peyrestortes ne devaient être que des seigneurs très secondaires du village des Corbières, ainsi que le montre la brièveté de leur capbreu, qui ne comprend que 22 déclarations, dont onze pour une, deux ou trois parcelles seulement.

7 ADPO, 1B31

8 Les capbreus du roi..., op. cit.

9 Léon Tiffou, Tautavel..., p. 91-92.

10 Yvette Carbonell-Lamothe, dans Lucien Bayrou (dir.), Entre Languedoc et Roussillon..., op. cit., p. 156.

11 . Joan Coromines, Onomasticon Cataloniae : Els noms de lloc i noms de persona de totes les terres de llengua catalana, 1997, vol. VII, p. 221-222, sv Talteüll o Taltevull.

12 . Les noms de châteaux comme Bellcastell, Belestar, Belloch, Bellaroca, etc., expriment tous la fierté du seigneur constructeur, mais Talteüll, Talte-vull, est d’une force particulière, car par son verbe à la première personne le toponyme cite en style direct les paroles du fondateur, adressées au château lui-même et à ceux qui le contemplent.

13 Les abords du château montrent que le rocher sur lequel il a été construit ont été aménagés pour en accentuer le caractère de « roca » sur un éperon. Voir en annexe à ce chapitre l’étude archéologique du château par M. Martzluff, A. Catafau et O. Passarrius.

14 Tenter de voir dans la « frontière linguistique » un marqueur des frontières politiques médiévales est bien aventureux, pour ne pas dire naïf, comme si les limites changeantes des dominations politiques, des territoires contrôlés par des familles en perpétuelle recomposition et en alliances versatiles, pouvaient influencer la manière de parler des habitants. C’est pourtant ce qu’a tenté, sans grand résultat, comme elle en convient elle-même, C. Puig dans Lucien Bayrou (dir.), Entre Languedoc et Roussillon..., op. cit., p. 13-14.

15 « ... dono tibi ipsum castellum, quem dicunt Taltevul, simul cum ipsis villis quas dicunt Calentad et Vingrat cum illorum terminis, et ipsam terram quam ego adquisivi de comitatu REdensi per donum Petri, episcopi, totam in omnibus, et abbatiam Sancte Marie de Cubera cum omnibus que ad illa pertinere videntur et cum suis terminis, et ipsum castellum, quod dicunt Penna, cum ipsa terra quam ego adquisivi de comitatu Rossilionensi et ipsam abbatiam Sancti Stephani, que est iuxta flumen Ted, cum omnibus que ad illam pertinere videntur et cum suis terminis. », Francisco Miquel Rosell, Liber Feudorum Maior. Cartulario real que se conserva en el Archivo de la Corona de Aragón, Barcelona, 1945, vol. 1, p. 5.

16 « Et si unquam aliquis homo fuerit qui tibi donet consilium ut tu hoc dimitas et non teneas, sit infidelis et deceptor sicut fuit Iudas proditor ; et, si tu eum crediteris aut per te ipsum hoc feceris, notum sit omnibus quia nichil vales. », F. Miquel Rosell, Liber Feudorum Maior..., op. cit., vol. 1, p. 6.

17 Nous pourrions la rapprocher de l’avertissement lancé par Philippe Ier à son fils, futur Louis VI, concernant la tour de Montlhéry, et rapporté par Suger : « Allons, enfant Louis, sois attentif à bien conserver cette tour d’où sont parties des vexations qui m’ont presque fait vieillir, ainsi que des ruses et des fraudes criminelles qui ne m’ont jamais permis d’obtenir une bonne paix et un repos assuré. » (Age, fili Ludovice, serva excubans turrim, cujus devexatione pene consenui, cujus dolo et fraudulenta nequitia nunquam pacem bonam et quietem habere potui, Suger, Vie de Louis VI le Gros, chap. VIII). Encore cette mise en garde n’est-elle qu’orale, et non inscrite dans une charte, et ne s’adresse-t-elle qu’à un enfant dont il convient de former la mémoire. Surtout, le roi Philippe n’anticipe pas l’éventuelle faiblesse de Louis et ne caractérise donc pas ce que serait son comportement en ce cas... alors que le sévère Tallaferro n’épargne guère son propre fils, sous une forme écrite destinée à rester. Cette formulation défiante et agressive n’a d’équivalent, à notre sens, que dans les premiers serments de fidélité catalans du XIe siècle, contemporains de cette donation, qui en reprend en partie le vocabulaire, serments tout empreints de méfiance, de mises en gardes et de menaces à peine voilées, voir l’analyse qu’en faisait Pierre Bonnassie, La Catalogne du milieu du Xe à la fin du XIe siècle. Croissance et mutation d’une société, Toulouse-Le Mirail, 1975-1976, tome 2, p. 741 sqq et p. 773 sqq.

18 . Michel Zimmermann, « L’usage du droit wisigothique en Catalogne du IXe au XIIe siècle : approches d’une signification culturelle », Mélanges de la Casa de Velázquez, tome 9, 1973. p. 233-281.

19 « ... et ipso castello que dicunt Taltevolo, simul cum ipsas villas que dicunt Alentad, [et] (E)ing[r]ad, cuml illorum terminos et ipsa terra quod Petrus, episcopus, ei dedit, qui terminat per terminos Rossilionense et Narbonense et usque ad puio que dicunt Agilar et ipso castello que dicunt Penna, simul cum ipsa terra quem ipse habet in comitatu Rossilionense... », F. Miquel Rosell, Liber Feudorum Maior..., op. cit., vol. 1, p. 9. L’éditeur note que la première lettre de Vingrad est effacée, il restitue un « E » que nous corrigeons par « V ».

20 Sur le LFM, voir, Adam J. Kosto, « The Liber feudorum maior of the counts of Barcelona : the cartulary as an expression of power », Journal of Medieval History, 2001, 27, 1, p. 1-22.

21 Tiffou, Tautavel..., p. 85-86.

22 Pour une synthèse complète sur l’histoire de ce château, de son église et les références précises des documents les concernant, voir les contributions d’Antoni Bach i Riu et de Maria Lluïsa Ramos i Martínez dans Catalunya Romànica, vol. XXIV, La Segarra, 1997, p. 419-420.

23 Léon Tiffou le confondait encore une fois avec le Tautavel des Corbières, alors qu’à cette date notre château se trouvait évidemment dans le domaine de Jacques II de Majorque, v. Tiffou, Tautavel..., p. 100-101 ainsi qu’aux p. 102-103 sur la seigneurie de la famille de Pinos, en 1323, qui concerne Talteüll de Massoteres. La confusion entre les deux châteaux concerne aussi leurs églises. Une notice non datée contenue dans le Liber dotaliorum de la cathédrale d’Urgell porte la mention indirecte, et certes peu précise, de la consécration de l’église Sant Pere et Santa Maria de Talteüll par l’évêque d’Oloron Amato, qui était à ce moment-là légat pontifical. Ramon Ordeig date cette dotation de l’année 1077-078 pendant laquelle eut lieu la légation d’Amat en Catalogne, cf. Ramon Ordeig i Mata, Les dotalies de les esglésies de Catalunya (segles IX-XII), vol. II, doc. 236, p. 238. Or, trompé par le nom de Talteüll, ainsi sans doute que par le nom et la localisation de l’évêché d’Amat, L. Tiffou a cru lire « Elenensium episcopo » (évêque d’Elne) là où la notice porte « Ellorensium episcopo » (évêque d’Oloron), et a sans doute compris « Amato » comme un adjectif, et non comme le nom de l’évêque. Il a alors fait de l’évêque d’Elne un légat pontifical qu’il n’a jamais été, cf. Tiffou, op. cit., p. 85. Nous ignorons ce qui le conduit à dater cette consécration de 1039 et à penser qu’elle était l’œuvre de Bérenger IV d’Elne. La mention du cens de sept livres de cire en faveur de l’église d’Urgell, comprise dans la notice, et reprise par Tiffou, confirme bien qu’il s’agit du même texte. Enfin L. Tiffou suggère que l’église consacrée porte les vocables de Sainte-Croix du Sauveur et Notre-Dame (ceux de la chapelle castrale de Tautavel), alors que la notice cite clairement l’ecclesia Sancti Petri et Sancte Marie in Taltavolo. Sans doute sur la foi de L. Tiffou, l’attribution et la datation erronées de cette consécration ont été reprises par Albert Cazes, Le Roussillon Sacré, 1977, p. 41, puis par Patrice Alessandri dans l’ouvrage dirigé par Lucien Bayrou, Entre Languedoc..., p. 153.

24 A. Bach i Riu, M. Lluïsa Ramos i Martínez, « Castell de Talteüll », Catalunya Romànica, La Segarra, op. cit., p. 419.

25 Jean Abélanet, « Une voie d’origine antique dans la vallée de l’Agly », Études roussillonnaises, 15, 1997, p. 123-136.

26 « Dans la vallée de l’Agly et du Verdouble, la totalité des sites antiques de Tautavel... possèdent des couvertures en tegulae, marquant ainsi une limite entre les deux groupes, au-delà du resserrement de la vallée, en amont de Latour-de-France. Les habitats ruraux d’époque romaine des communes de Bélesta et Cassagnes sont tous sans tegula. Il en est de même sur les communes de Caramany, Ansignan et Lesquerde, ainsi que pour le site antique de Trévillach. » cf. Jérôme Kotarba, « Le plateau de Ropidera à l’époque romaine : un secteur inoccupé entre deux groupes culturels » dans Olivier Passarrius, Aymat Catafau, Michel Martzluff, Archéologie d’une montagne brûlée, 2009, en particulier p. 184.

27 J. Kotarba, ibid., carte p. 182.

28 D’après les travaux récents de Florent Mazière, complétant ceux de Jean Abélanet et Françoise Claustre, cf. Carte archéologique de la Gaule, Les Pyrénées-Orientales, Jérôme Kotarba, Georges Castellvi et Florent Mazière dir., 2007, p. 593-594.

29 Sur tous ces aspects, voir A. Catafau, « Roussillon, Vallespir, Conflent, Cerdagne, Fenouillèdes entre Romains et Carolingiens : une très longue Antiquité tardive (début du Ve-milieu du VIIIe siècle) » Carte Archéologique de la Gaule..., op. cit., p. 184-192.

30 Pour ces événements, voir Tiffou, Tautavel..., p. 86-88 et 95-99.

31 Lucien Bayrou (dir.), Entre Languedoc et Roussillon..., op. cit., p. 157.

32 Cf. annexe ci-après.

33 À Planèzes par exemple, mais aussi Eus ou Laroque-des-Albères, cf. A. Catafau, « Étapes et modalités de l’intégration des celleres au système seigneurial en Roussillon : leur rôle dans le renforcement de la domination et le contrôle des paysans et de l’espace », Aspects du pouvoir seigneurial de la Catalogne à l’Italie (IXe-XIVe siècles), Rives nord-méditerranéennes, n° 7, Université de Provence, 2001, p. 13-26.

34 Les grands murs signalés par Patrice Alessandri sur la rive gauche du Verdouble, en aval de Tautavel, près du territoire d’Estagel, au lieu-dit L’Ento, ne sont, après vérification par Olivier Passarrius et moi-même, que des murs d’épierrement, certes très impressionnants par leur largeur et leur hauteur, parfois agrémentés de cabanes de bergers, et qui ont servi de parcs à bestiaux. Ils sont tout à fait semblables à ceux que l’on trouve, aussi nombreux et monumentaux, au-dessus de Salses, étudiés par Carine Coupeau, Salses, des collines à l’étang : Histoire et archéologie d’un terroir au Moyen Âge (IXe-XIVe siècles), mémoire de maîtrise, M.-Cl. Marandet dir., Université de Perpignan, 1998, 224 p.

35 L. Tiffou, Tautavel..., op. cit., p. 120.

36 Les transcriptions intégrales de ces textes ainsi que la traduction de leurs passages principaux se trouvent en annexe de cette contribution, nous y avons joint aussi la transcription intégrale des « coutumes du château » de Tautavel, copiées à la fin du capbreu de 1293, ainsi que leur traduction intégrale et fidèle, qui jusqu’à ce jour ne se trouvait nulle part, Léon Tiffou ayant parfois extrapolé à partir du mot à mot du document.

37 L. Verdon, La Terre et les hommes..., op. cit.

38 Voir à ce sujet Lluís To Figueras, « Le mas catalan du XIIe s. : genèse et évolution d’une structure d’encadrement et d’asservissement de la paysannerie », Cahiers de Civilisation Médiévale, Poitiers, 1993, p. 151-177.

39 Guillaume Dalmau, « Le capbreu de Montferrer, étude du livre de reconnaissances d’une seigneurie laïque du Haut-Vallespir en 1339 », Domitia, n° 8-9, Université de Perpignan, 2007, p. 183-207.

40 Romain Saguer, « La capbrevació de la seigneurie de Reynès en 1407 », Domitia, n° 11, Université de Perpignan, 2011, p. 25-44.

41 Romain Thomas, Le capbreu royal de Formiguères : vie d’une communauté montagnarde en 1345, Master 1, A. Catafau dir., Université de Perpignan, 2006, 200 p.

42 Archéologie d’une montagne brûlée : massif de Rodès, Pyrénées-Orientales, Olivier Passarrius, Aymat Catafau, Michel Martzluff, dir., éd. Trabucaire, 2009, p. 203.

43 Noémie Olive, Le territoire de Saint-Feliu d’Amont et Saint-Feliu d’Avall d’après des capbreus des XIIe, XIVe et XVe siècles, Master 1, A. Catafau dir., Université de Perpignan, 2009, 191 p. ; A. Catafau, Les celleres..., op. cit., notice Saint-Feliu d’Avall.

44 Je remercie Marie Grau et Olivier Passarrius pour leurs relectures attentives et leurs suggestions.

45 ADPO, 1B31, voir aussi l’inventaire de la série B par B. Alart pour l’interprétation de certains termes.

46 La phrase latine est assez peu claire : et juvant seminare bladum castri quousque sit seminatum tamen in istis non intelligimus illos qui sunt[avenidissi]. Le mot « avenidissi » (un participe passé passif ?), de lecture difficile, pourrait dériver d’avena, synonyme de civada, l’avoine, employé aux XIIIe et XIVe siècles.

47 ADPO, Fonds d’Oms, 3J369, fol. 13.

48 ADPO, Fonds d’Oms, 3J369, fol. 14.

49 Cf. le catalan empeltar, greffer (grand merci à Renada Laura Portet de m’avoir évité une erreur d’interprétation en me signalant cette étymologie).

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search