Version classiqueVersion mobile

Tautavel

 | 
Michel Martzluff
, 
Aymat Catafau
, 
Martin Galinier

Le peuplement d’une vallée méditerranéenne dans la très longue durée

La plaine de Tautavel et ses alentours de l’époque gauloise au début du renouveau carolingien

Jérôme Kotarba

Texte intégral

1À l’échelle de la plaine de Tautavel et à partir de nos connaissances actuelles, on peut tenter de suivre la succession des occupations humaines entre le IIe âge du Fer et le IXe siècle.

  • 1 Nous lui exprimons notre grande gratitude pour sa gentillesse et la place qu’il a toujours su accor (...)

2Le nombre important de découvertes archéologiques sur la commune de Tautavel tient essentiellement à l’opiniâtreté de Jean Abélanet qui a parcouru largement ce territoire et recueilli avec une grande intelligence des vestiges de toutes les périodes rencontrées1. Il a su aussi collecter des informations auprès des habitants et exploitants du village et revoir les lieux de découverte de prédécesseurs (Rous 1876 ; Tiffou 1934).

  • 2 Membre de l’EPCC du CERP de Tautavel.

3La majeure partie des données concernant la période allant de -1000 à +750 a été récemment publiée dans le volume de la Carte Archéologique de la Gaule, principalement sous la plume de Jean Abélanet, en bénéficiant d’un réexamen des mobiliers et des datations associées par F. Mazière pour la Protohistoire et par moi-même pour l’époque romaine et le haut Moyen Âge. Pour écrire ce chapitre et tenter de compléter ce qui a déjà été écrit sur les époques antiques dans la vallée (Abélanet 1987 notamment), j’ai recueilli des informations récentes de prospecteurs qui ont suivi les pas de Jean Abélanet et arpentent ce territoire. Il s’agit principalement de J. Moralès et S. Tisseur2 à qui j’adresse mes remerciements pour leur confiance, également, pour des travaux plus anciens, d’Olivier Passarrius et de Florent Mazière. Quelques retours sur le terrain ont été nécessaires pour compléter certaines indications. Un nouveau regard rapide sur des collections conservées au dépôt archéologique départemental a aussi été utile pour affiner des datations et surtout tenter d’individualiser les périodes de rupture et de continuité. Enfin, Pierre-Yves Melmoux a déterminé les monnaies antiques qui m’ont été confiées et il en présente l’étude et le catalogue intégral au chapitre suivant.

1 - Les sites du IIe âge du Fer et des époques romaines et wisigothiques de la plaine de Tautavel (dessin M. Martzluf)
Sites de Tautavel sauf mention contraire :
1 : oppidum de la Roca Sant Martí ;
2 : La Cova de les Bruixes ;
3 : Los Goleiros I et II ;
4 : Vingrau, Lo Pla ;
5 : Mas de l'Alzina ;
6 : Les Santes ;
7 : mas de la Foradada ;
8 : Fontaine du Priorat ;
9 : Priorat, près du Verdouble ;
10 : au-dessus du château ;
11 : Los Bonissos I et II ;
12 : Lo Cementeri ;
13 : Los Prats ;
14 : Los Pujols ;
15 : Vingrau, grotte du Pas de l'Escala ;
16 : La Source

Le temps des Gaulois

4Dans la vallée de Tautavel elle-même, les installations historiques les plus anciennes sont attribuables aux VIe et Ve siècles avant notre ère et concernent trois endroits : un petit site de plaine à la sortie des gorges des Goleiros (CAG 66, site no 966, p. 590), un habitat de hauteur, assimilable à un oppidum même si la surface repérée est fort réduite (CAG 66, site no 594, p. 593-594), et enfin la grotte de Les Bruixes, s’ouvrant dans la falaise qui domine le village actuel, où fut recueilli un peu de mobilier (ill. 1 nos 1 à 3 et ci-dessus chap. 4).

5Au lieu-dit les Goleiros, l’implantation d’un petit habitat, sans doute à courte durée de vie, juste en face des gorges et à la confluence avec la rivière de Vingrau, semble délibéré. Il y a sur place des ressources en eau, peut-être aussi en poissons à certaines périodes de l’année, et des terres cultivables. Les petits habitats de plein air de cette période de la fin du Ier et du début du IIe âge du Fer (VIe-Ve siècles avant) sont nombreux en Roussillon (Ropiot, Mazière, 2007) et souvent en contact avec les zones basses.

6L’installation sur le plateau Saint-Martin, c’est-à-dire au niveau des gorges fermant la plaine de Tautavel, est plus singulière, avec un caractère défensif net. L’occupation médiévale qui s’y installe ensuite rend difficile la dissociation de ce qui appartient à chaque période. Cet endroit domine toute la plaine de Tautavel qui s’étend largement de part et d’autre du Verdouble. On peut y voir une position de repli pour une petite population qui exploite les terres de la vallée. Il pourrait également s’agir d’un emplacement destiné à un petit groupe humain qui exploite les ressources des plateaux calcaires qui se trouvent entre le Verdouble et la vallée de l’Agly. L’habitat de hauteur de Saint-Martin n’est pas isolé. Il appartient à un ensemble de petits oppida répartis sur des plateaux calcaires du Fenouillèdes actuel et se rattache à un plus vaste ensemble encore, largement ouvert vers les Corbières audoises toutes proches.

7L’occupation de la grotte de Les Bruixes, dominant du côté est le Verdouble juste au sud du village actuel, fait face au plateau de Saint-Martin. Il est difficile de la caractériser, sinon pour remarquer qu’elle pourrait être complémentaire de cet habitat de hauteur, dans une position de guet, par exemple.

8Au-delà de la vallée de Tautavel, à quelques kilomètres vers le sud, dans la vallée de l’Agly, l’habitat de Cavanach (CAG 66, site no 203, p. 267 ; dans cet ouvrage voir ill. 3, no 256) doit être mis en relation avec les trois présentés ci-dessus. Ce site, implanté à la limite des communes de Calce et de Cases-de-Pène, correspond à une installation de plaine de grande surface qui peut être assimilée à un habitat groupé. L’installation choisie est à l’opposé de celle du plateau Saint-Martin. Sise sur la première terrasse alluviale, très près du fleuve, dans une vallée assez encaissée, elle tourne le dos aux nombreuses hauteurs toutes proches. La position défensive n’est pas recherchée, au profit d’une installation près du cours d’eau et sans doute d’un chemin ancien qui parcourt la vallée. On peut s’interroger sur la différence du choix d’installation entre Cavanach et Saint-Martin. Tient-elle à une différence chronologique peu perceptible actuellement ? Ou bien, s’agit-il plutôt d’une différence de statut entre des populations différentes, Cavanach étant plutôt proche du débouché de la partie étroite de la vallée de l’Agly et ouvert ensuite sur le territoire des Sordes, et Saint-Martin dans le début des Corbières calcaires plutôt associées aux Volques Tectosages ? Pour plus d’informations sur le caractère particulier de la vallée de l’Agly à ces périodes, nous renvoyons le lecteur aux travaux spécialisés de Florent Mazière et Virginie Ropiot (Ropiot 2003 ; Mazière, Abélanet 1999).

9L’occupation du second âge du Fer, du IVe au IIe siècle avant notre ère, est pour l’instant inconnue : aucun site de cette période n’a pu être reconnu en prospection. Cette « absence » se retrouve sur une grande étendue géographique, là où les habitats des époques antérieures et postérieures sont nombreux : il semble donc peu probable que tout ce territoire ait été abandonné durant deux siècles. L’absence de sites repérés est donc plutôt le témoignage de notre incapacité à identifier, en l’état actuel des connaissances céramologiques, les marqueurs de cette époque dans le matériel collecté en prospection. Sans doute des fouilles sur certains sites confirmeraient-elles la continuité d’occupation plutôt qu’une déprise humaine.

Époque romaine, conquête et exploitation des terroirs

10La République romaine, à partir de la fin du IIe siècle avant notre ère, est marquée par quelques découvertes qui laissent entrevoir l’occupation de cette plaine. Cette période est marquée en Roussillon par l’installation de nombreux petits établissements ruraux qui vont occuper les plaines et les premiers coteaux. Des installations nombreuses de cette période sont attestées par les prospections de Philippe Coutures sur les communes de Calce et de Baixas. Plusieurs sites de cette période sont aussi connus dans la vallée de l’Agly jusqu’à la plaine d’Estagel, puis dans la vallée du Maury. À Tautavel même, il y a deux sites bien nets : Mas de l’Alzina (CAG 66, site no 973, p. 593) et Los Bonissos (CAG 66, site no 970, p. 592). S’y ajoutent aussi des éléments épars au débouché des gorges des Goleiros et des découvertes ponctuelles dans les garrigues proches du château et dans la Cova de les Bruixes. Sur le site des Bonissos, les découvertes monétaires sont nombreuses pour cette période et apportent le témoignage de la diversité du monnayage en circulation (cf. chapitre suivant par P.-Y. Melmoux).

11L’époque romaine augustéenne (de 20 av. J.-C. à 20 ap.) et le Haut Empire qui suit marquent une nette intensification de l’occupation. Dans la plaine de Tautavel, on retrouve toujours le site des Bonissos, auquel s’ajoute celui de Les Santes (CAG 66, site no 974, p. 593). D’autres points de découvertes sont connus : à nouveau aux Goleiros, à proximité de la confluence avec la rivière de Vingrau, et aussi vers le Mas de la Foradada c’est-à-dire près d’un passage qui permet de rejoindre Paziols. Une autre installation rurale bien nette de cette période, Estany Polit, est située à proximité d’un passage plus direct entre la vallée de l’Agly et du Maury et la plaine de Paziols par une petite vallée différente de celle de Tautavel.

12Les installations de Les Santes et des Bonissos sont distantes de 1 500 m environ. On peut s’interroger sur leurs relations. S’agit-il de deux habitats ruraux indépendants, ou bien de deux installations d’un même domaine ? Ces sites occupent en effet des positions topographiques bien différentes. Le site des Bonissos, marqué par une longue occupation d’environ cinq siècles en continu, est implanté à proximité immédiate du ruisseau et donc dans le fond de vallée, dans les terres les plus alluviales. Celui de Les Santes est plus haut sur le versant, en haut d’un coteau, dominant un vaste ensemble de terres plus lourdes, faciles à mettre en culture. Sur ce site, lors des travaux de reconstruction de la chapelle en 1874, ont été découverts un dolium en place et un bassin en briquettes de pavement (Rous, 1876, p. 153-156). Nous ne pouvons pas établir la stricte contemporanéité de ces vestiges. Leur association à un même endroit laisse entrevoir une probable activité viticole. Les bassins en briquettes sont nombreux dans la plaine du Roussillon, notamment dans le secteur de Perpignan et pourraient être en relation avec le développement d’une viticulture précoce, d’époque augustéenne (Kotarba, 2004). Les dolia peuvent intervenir à de nombreux endroits dans les habitats antiques. Ils peuvent être rassemblés pour constituer des chais. Quelques exemples sont connus dans le Roussillon dans le courant du Haut Empire : Le Petit Clos I avec deux celliers, l’un de 18 dolia et l’autre de 21 (CAG 66, site no 642, p. 485) ; Le Petit Clos II avec un chai bien plus grand, d’au moins 52 dolia (CAG 66, site no 643, p. 488). Sur cette exploitation perpignanaise, la fabrication d’amphores constitue un élément supplémentaire pour attester une production vinicole.

13À Tautavel, le dossier documentaire est moins fourni, mais la culture de la vigne est une hypothèse à retenir en attendant des travaux complémentaires. L’habitat des Bonissos a également fourni des briquettes de pavement et des fragments de dolium. Mais il ne s’agit que de morceaux disparates observés à la surface des parcelles, et donc plus difficiles à prendre en considération.

14Les sites du Haut Empire de la plaine de Tautavel (Los Bonissos, Les Santes et Estany Polit) sont tout à fait similaires aux habitats ruraux de la plaine du Roussillon. Ils sont bien différents des sites connus plus en amont dans la vallée de l’Agly, sur les communes de Caramany, de Cassagnes et d’Ansignan, ou encore de Bélesta. À ces endroits, les habitats présentent un faciès particulier que l’on pourrait qualifier « de l’arrière-pays », qui se caractérise par des bâtiments couverts avec des matériaux périssables et une vaisselle comprenant une forte proportion de vaisselle modelée (Kotarba 1995 et 2009). On ne retrouve pas ce faciès sur les habitats ruraux tautavellois.

15Dans la plaine de Tautavel, les endroits à vestiges diffus du Haut Empire, aux Goleiros, au Mas de l’Alzina et près du Mas de la Foradada, sont interprétés soit comme la périphérie de sites ruraux non encore découverts, soit comme des zones de mise en culture avec amendement des terres, soit comme des endroits particuliers situés aux limites des zones cultivées par les domaines principaux. On sait que la pratique de répartir des sépultures aux confins d’une propriété est courante à l’époque romaine. Les observations de J. Abélanet, associant des ossements humains à des tessons de sigillée aux Goleiros, pourraient s’expliquer par des inhumations, même si c’est plutôt l’incinération qui est pratiquée dans notre région durant le Ier siècle de notre ère. Il est possible en outre que plusieurs époques soient superposées en ce lieu, avec un ensemble d’inhumations qui pourraient être rattachées à un large haut Moyen Âge.

Au Bas Empire, une villa appartenant à un réseau de grandes exploitations

16Le IIIe siècle de notre ère marque pour de nombreux territoires de l’Empire une crise importante, aux conséquences économiques qui se soldent par l’abandon de nombreux habitats ruraux au profit de domaines plus vastes. Les données recueillies sur le territoire de Tautavel ne sont pas assez précises en terme de datation pour rattacher avec certitude l’abandon des sites le Les Santes et Estany Polit à cette crise majeure. Le dernier site semble déjà ne plus être occupé à l’extrême fin du Ier siècle de notre ère, et le site de Les Santes n’est daté que par des prospections alors que les vestiges sont pour partie établis sous la chapelle elle-même.

17Par contre, le site des Bonissos continue à vivre. Les découvertes monétaires attachées au Bas Empire y sont nombreuses, ce qui est assez classique pour cette période. Les amphores et les céramiques importées, surtout d’Afrique du Nord, sont fréquentes et côtoient quelques éléments de mobilier luxueux. Les découvertes récentes d’une petite statuette en bronze dorée (ill. 2) et d’un médaillon estampé en pâte de verre, qui pourraient appartenir à un laraire, attestent d’un niveau de vie plutôt relevé. Les signes clairs d’une pars urbana manquent un peu, mais peuvent être masqués par la mise en terrasse du versant. L’établissement rural des Bonissos pourrait être devenu une villa, assurant l’exploitation d’un territoire plus vaste que précédemment.

2 - Tautavel, Los Bonissos, statuette en bronze avec traces de dorure, hauteur 38 mm (cl. S. Tisseur)

18Nous proposons de rattacher l’établissement rural des Bonissos à un réseau lâche de villae qui exploitent durant tout le Bas Empire ce secteur du Roussillon (ill. 3). La plus proche est celle du Mas Camps (commune de Maury, mais juste en bordure de celle d’Estagel, CAG 66, site no 508, p. 413-414) qui est à 6 km à vol d’oiseau en direction du sud-ouest. Du côté du sud-est, à une distance à peu près équivalente, on trouve sur la commune d’Espira-de-l’Agly, le site des Mirs (CAG 66, site no 384, p. 375-376) qui est important et occupé au moins jusqu’au IIIe siècle de notre ère. Du côté nord-ouest, à une distance de 5 à 6 km, on trouve la plaine agricole de Paziols et Tuchan. Au moins une exploitation rurale importante y est établie durant le Bas Empire (CAG 11/2, p. 483-484). Enfin, du côté nord-est, des vestiges d’époque romaine ont été récemment signalés dans les collines calcaires à l’est du Pas de l’Escala, avec notamment des découvertes de monnaies du Bas Empire. La distance avec le site des Bonissos est à nouveau voisine de 6 km.

19Nous ne connaissons pas les moyens de subsistance de ces exploitations. Ils sont sans doute multiples, à la fois agricoles et liés à de l’artisanat, voire à l’exploitation de ressources naturelles. La grande majorité de ces exploitations livre en prospection des vestiges qui témoignent d’une occupation continue durant les IIIe et IVe siècles. La première moitié du Ve siècle est souvent attestée ; la seconde moitié plus rarement. Sur le site des Bonissos, le début du Ve siècle est clairement reconnu par des céramiques de table d’Afrique du Nord. Le dépotoir fouillé en 1984 en périphérie du site (Bonissos II) est attribuable au milieu du Ve siècle et semble constituer un témoin clair d’existence de ce site.

20Les rejets effectués dans cette fosse comprennent de nombreux ossements et beaucoup de coquillages marins associés à des déchets alimentaires. Les scories de fer y sont également en grand nombre. Elles témoignent de l’activité d’un forgeron, le façonnage et la réparation d’outils plutôt que la réduction du minerai de fer. Plusieurs morceaux de tuf calcaire ou travertin se trouvent aussi dans ce dépotoir. Il peut s’agir d’éléments récupérés sur les constructions antérieures. Cette roche, qui se taille bien, est souvent utilisée pour des parties techniques comme les chaînages d’angle. Patrice Alessandri signale des petits blocs de tuf liés au mortier sur le haut de la colline de Los Pujols, observés lors de la fouille des tombes du VIIe siècle (CAG 66, p. 592).

3 - Les sites archéologiques de la commune de Tautavel et des alentours (dessin J. Kotarba).
Sites référencés dans la CAG 66 avec occupation attestée entre le IIe âge du Fer et le milieu du VIIIe siècle :
Calce : 203 : Cavanach ; 204 : Cavanach ; 205 : Mas d’en Camps ; Cases-de-Pène : 254 : Mas Triquera ; 255 : Sainte-Colombe ; 256 : Cavanach ; 257 : Coma d’en Pellisser ; 258 : Serrat Canclau ; 259 : sous le château ; Espira-de-l’Agly : 374 : Les Caves I ; 375 : Les Caves II ; 376 : Les Mirandes ; 377 : ravin de l’Enquête ; 379 : Parets 111 d’en Felip ; 381 : Sota Mirandes ; 382 : Al Relais ; 383 : Córrec d’en Taniot ; 384 : Els Mirs I ; 385 : Els Mirs II ; 386 : Els Mirs III ; 387 : près du ravin des Mirs 194 ; 388 : vieux pont sur l’Agly ; 389 : monnaies du vieux pont sur l’Agly ; Estagel : 393 : Vinyes de Marbigó ; 394 : près du stade ; 395 : Les Tombes ; 397 : talus de la RD 117 ; 398 : Peira Bruixa ; Latour-de-France 112 : 110 476 : La Peira Rossa ; Maury : 508 : Mas Camps ; 509 : près du Mas Cayrol ; 511 : Mas Tastu 236 ; Tautavel : 966 : Los Goleiros I ; 967 : Los Goleiros II ; 968 : Lo Cementeri ; 969 : Los Pujols ; 970 : Los Bonissos I ; 971 : Los Bonissos II ; 973 : Mas de l’Alzina ; 974 : Les Santes ; 975 : mas de la Foradada ; 976 : Estany Polit ; 977 : oppidum de 197 113 la Roca Sant Martí ; 978 : La Cova de les Bruixes ; Vingrau : 1083 : Lo Pla ; 1084 : grotte du Pas de l’Escala.
Les nouveaux sites de la commune de Tautavel : 1110 : La Source ; 1111 : Los Prats ; 1112 : Fontaine du Priorat ; 1113199 : Priorat, près 114du Verdouble ; 1114 : au-dessus du château

21La variété des vases trouvés dans ce dépotoir de Bonissos II montre que le secteur de Tautavel, au milieu du Ve siècle, est intégré dans le commerce régional mais aussi méditerranéen. Les céramiques à pâte commune sont nombreuses et utilisées à la fois pour la cuisson des denrées (cuisson mijotée ou bouillie dans des pots à cuire), pour réaliser des conserves, pour la préparation de plats dans des mortiers et des coupelles. Certains pots à cuire peuvent être associés au groupe dit « de Pabiran » (Kotarba, Abélanet, 1987, fig. 2, nos 1 à 6). Ces vases seraient produits à proximité de Béziers, mais peut-être aussi dans une zone beaucoup plus large entre Hérault et Garonne (Raynaud 2007, p. 122-124). Un pot à cuire ou à conserve, en pâte gris clair et présentant une forte déformation (op. cit. fig. 1, no 8), offre une grande similitude visuelle et typologique avec un vase trouvé dans la grotte de Buffens à Caunes-Minervois (Baudreu 1993). La présentation des denrées sur la table se fait dans des céramiques fines grises, des coupes principalement, dont certaines portent des motifs estampés caractéristiques des productions paléochrétiennes. Nous ne connaissons pas leur lieu de fabrication exact, sans doute l’un des ateliers audois car les pâtes sont souvent calcaires. Les boissons sont consommées dans des récipients en verre de différentes couleurs, probablement fabriqués dans une ville importante (Narbonne, Toulouse ?) à partir de matériaux bruts venant de Méditerranée orientale. Les amphores de ce dépotoir attestent d’un commerce à grande échelle, notamment un col très caractéristique d’amphore orientale de type LRA 4 produite dans la région de Gaza. Un fond d’une autre amphore orientale, à panse cannelée (op. cit. fig. 2, no 13), s’apparente à la forme LRA 1 qui est surtout fabriquée dans le sud de la Turquie et le nord de la Syrie (Piéri, 1999, p. 98-99).

22On signalera que le mobilier retrouvé sur le site de Saint-Frichoux (commune de Tuchan) offre de grandes similitudes avec celui du dépotoir des Bonissos (Térès, 2001). Ces ressemblances montrent que les spécificités reconnues à Tautavel ne sont pas un fait isolé mais plutôt un trait particulier, propre à un secteur géographique tourné vers le Languedoc. Ces similitudes sont d’autant plus à mettre en valeur, que nous ne les retrouvons pas dans les ensembles contemporains connus en Roussillon.

23Le seul élément plus tardif trouvé sur le site Bonissos I est un tremissis découvert récemment et datable du début du VIe siècle (cf. chapitre suivant par P.-Y. Melmoux). On remarquera que l’émission de cette monnaie, sans doute comme celle des deux autres trouvées à Caudiès-de-Fenouillèdes, est contemporaine de la chute du royaume wisigoth de Toulouse. Le centre du pouvoir wisigothique se déplace alors vers Narbonne, puis il s’établit à Tolède. La région de Tautavel, comme le Roussillon et le Languedoc, resta sous cette domination pendant deux siècles.

Continuité d’occupation dans la vallée durant la période wisigothique

24Fréquemment, dans la plaine du Roussillon, nous avons noté que les grosses exploitations rurales cessent d’exister vers le milieu du Ve siècle. Dans quelques cas, on constate à proximité la création d’un nouvel habitat qui traverse le VIe et parfois même le VIIe siècle. Lors des fouilles, ces nouvelles exploitations livrent souvent des aménagements datables de la première moitié du Ve siècle. Il y aurait donc une période de coexistence de la fin des villae d’époque romaine et de l’habitat rural nouvellement créé (Kotarba 2007).

25Dans la plaine du Verdouble, on distingue, à la lueur des données recueillies, un basculement du site des Bonissos vers celui de Lo Cementeri. Sur ce dernier, le mobilier recueilli en prospection montre clairement une occupation débutant au Ve siècle. Il y aurait donc, à Tautavel aussi, une possible coexistence des deux habitats durant une partie du Ve siècle. Ils sont distants de moins de 500 m et implantés de part et d’autre du Verdouble. La volonté de quitter le lieu d’habitat ancien est claire, mais elle est difficile à comprendre parce que la nouvelle implantation n’est pas vraiment différente de la précédente. La rivière semble un peu plus proche, et la terrasse investie un peu plus haute, mais les différences sont infimes.

26Le site de Lo Cementeri devient pour le VIe siècle le seul connu de la plaine. Les très nombreuses céramiques communes qui y ont été collectées laissent voir une probable occupation continue jusqu’à l’époque carolingienne. Toutefois, pour être objectif, il faut bien reconnaitre que la mise en évidence des VIIe et VIIIe siècles n’est pas chose facile sur un site qui continue à être occupé ensuite. À la lumière des fouilles pratiquées à proximité de Perpignan sur la LGV66 (Kotarba 2007), plusieurs indices sont convergents pour proposer cette continuité d’occupation.

Plusieurs lieux d’inhumation durant le haut Moyen Âge, voire après

27Dans la plaine de Tautavel plusieurs emplacements de tombes à inhumation sont identifiés. Deux sont connus seulement par information orale : le premier à l’entrée des gorges, sous le plateau Saint-Martin, hauteur réoccupée au Moyen Âge, le second en face des gorges des Goleiros (CAG 66, site no 967, p. 590). Dans les deux cas, des tombes à inhumation en coffre de pierre y sont signalées.

28Sur le site Lo Cementeri, des inhumations ont été brièvement observées lors d’un défonçage à la fin des années 1970. Elles ne sont pas datées et sont là aussi associées à des coffres de pierre (CAG 66, p. 591). Les nombreux ossements humains recueillis par Jean Abélanet plaident plus pour une véritable nécropole plutôt que pour quelques tombes isolées.

29Le quatrième lieu d’inhumation se situe sur la petite colline de Los Pujols. L’endroit a été recherché pour sa visibilité car cette colline est singulière dans la plaine. Les sondages menés par Patrice Alessandri montrent un lieu de sépulture organisé, en partie en fonction de la topographie, mais aussi avec des réductions qui indiquent l’existence de signalisations et de possibles regroupements familiaux. Seules cinq tombes ont été fouillées, sur un ensemble plus conséquent mais impossible à estimer. Le mobilier métallique recueilli est datable du VIIe siècle (Alessandri 1990/91 ; CAG 66 site no 969, p. 591-592). Cette nécropole est contemporaine de l’habitat de Lo Cementeri. On ne peut qu’être étonné de leur éloignement (plus d’un km).

30La découverte récente, à mi-distance entre ces deux sites, d’une agrafe à double crochet et de quelques céramiques très usées pouvant en être contemporaines (site de Los Prats) est intéressante. En effet ces vestiges appartiennent très certainement à une occupation discrète du haut Moyen Âge, peut-être de courte durée. Comme souvent, cette découverte d’aspect insignifiant, au moins en nombre de débris ramassés, invite à s’interroger sur la pertinence des seules observations de surface pour tenter de restituer l’histoire de communautés humaines. C’est pourquoi la pluralité des recherches, incluant et complétant celles des prospecteurs, apparaît désormais comme le moyen de tendre à une plus grande représentativité des résultats.

En arrivant au Moyen Âge carolingien

31Comme nous venons de le voir, la plaine de Tautavel comprendrait quatre lieux différents d’inhumation, qui s’échelonnent entre le VIe et le Xe siècle au moins. À la fin de la période romaine et au moins jusque dans la première moitié du Ve siècle, les nécropoles se repèrent souvent facilement par les associations de vases, d’amphores et de tuiles, vestiges des coffres et des offrandes associées. Aucun endroit n’a livré d’observation de cette nature à Tautavel. Compte tenu de l’existence d’habitats de cette époque dans la vallée, on doit donc supposer qu’au moins une nécropole du Bas Empire reste encore inconnue. Sur la seconde moitié du Ve siècle, puis aux VIe et VIIe siècles, une part importante de tombes comprennent des objets métalliques, comme à la nécropole de Les Tombes d’Estagel (CAG 66, site no 395, p. 378-382). Le site de Los Pujols appartient à cette tranche chronologique. Par la suite, les dépôts d’armes ou d’objets de parure disparaissent des sépultures. Les trois autres lieux d’inhumations recensés pourraient prendre place dans cette période, postérieure au VIIe siècle. Leur nombre élevé et leurs emplacements éclatés amènent à s’interroger sur les communautés qui les ont créés et entretenus. Un lieu de peuplement médiéval existe sur le haut du plateau de Saint-Martin et pourrait être associé aux tombes à l’entrée des gorges du Verdouble. À l’opposé, on ne connaît pas d’habitat du haut Moyen Âge ou du Moyen Âge féodal proche des Goleiros.

32Sur le site même de Lo Cementeri se trouve un habitat du haut Moyen Âge, avec une occupation de longue durée, au moins jusqu’à la période carolingienne. Le cimetière du village est sur place de nos jours, malgré une distance d’environ 700 m par rapport aux parties anciennes du village. On peut s’interroger sur la possibilité de retrouver à Tautavel un déplacement de l’habitat similaire à celui observé à Caramany. Dans ce village, le cimetière actuel se situe en plaine, bien à l’écart du village, sur un lieu d’inhumation ancien associé à l’emplacement d’un premier habitat groupé et de son église. Cet habitat villageois a fini par être abandonné quand les habitations ont été déplacées sur le versant, dans la proximité du château. Le lieu d’inhumation de Caramany est resté sur son emplacement primitif, jusqu’à nos jours, malgré la grande distance qui le sépare du village.

33Le site de Lo Cementeri est un lieu de peuplement ancien loin du centre du village. Le fait que l’emplacement du cimetière s’y soit maintenu invite à s’interroger sur l’importance de ce premier habitat, notamment sur la possibilité qu’il ait disposé d’une église. Le château sur son escarpement pourrait avoir, dans un second temps, attiré un petit habitat groupé autour de lui. Plus tard, l’habitat redescendu sur le versant constitua les parties anciennes du village actuel. C’est une piste de réflexion qui mérite d’être considérée. Elle suggère que Lo Cementeri constitue un site majeur qui mériterait des fouilles avant de disparaître sous les aménagements.

En guise de conclusion

34À la fin de ce cheminement sur le territoire de Tautavel, dans un laps de temps couvrant près de treize siècles, le bilan semble mitigé. Malgré d’importantes zones d’ombre, les vestiges connus sur Tautavel sont nombreux et divers. Des travaux de terrain, et notamment des fouilles, seraient d’un grand intérêt pour établir des chronologies plus fines, en particulier pour les lieux d’inhumation et d’habitat du haut Moyen Âge. Le rassemblement de la documentation permet déjà de constituer un dossier intéressant et original par rapport à bien d’autres communes moins étudiées, en particulier parce qu’il y a des ponts possibles à établir entre les lieux de vie et les endroits de sépulture.

35À plusieurs reprises, nous nous sommes interrogé sur le rattachement de ce petit territoire aux grandes entités proches, notamment au Roussillon auquel il appartient actuellement. Cette interrogation se pose déjà pour le IIe âge du Fer, car la plaine de Tautavel se situe dans la zone des Corbières à oppida perchés et paraît alors plus tournée vers les Corbières. À l’époque romaine classique, l’uniformité générée par le monde antique touche Tautavel. Par contre à quelques kilomètres de là, vers Latour-de-France et Bélesta-de-la-Frontière et au-delà vers Caramany, Ansignan et Saint-Paulde-Fenouillet, cette uniformité ne se retrouve pas et c’est un faciès plus « indigène » qui se développe. Au Ve siècle de notre ère, au moment du royaume wisigoth de Toulouse, le secteur de Tautavel semble ouvert vers les Corbières et le Languedoc. Plus tard encore, on y devine une dynamique de déplacement des villages depuis une position initiale en plaine vers un point haut plus sécurisé, selon un cas de figure très fréquent dans le Fenouillèdes et les Corbières audoises. C’est d’ailleurs un phénomène dont on peut se demander s’il n’est pas amplifié par un effet de « frontière », avec une insécurité ou une volonté de contrôle des passages plus marquées.

36Ces différentes impressions restent à étayer par des études plus poussées et par des fouilles, qui restent le parent pauvre de la recherche pour la période étudiée.

Bibliographie

ABÉLANET J., 1984. Un cimetière wisigothique à Tautavel, Archéologie du Midi Médiéval, II, 1984, p. 204-205.

ABÉLANET J., 1987. Le Musée de Tautavel, Conflent, 1987, 3e éd., 60 p.

ABÉLANET J., 1997. Une voie d’origine antique dans la vallée de l’Agly (Pyrénées-Orientales), Archéologie récente en Roussillon. Hommage à G. Claustres. Études Roussillonnaises, t. XV, 1997, p. 123-136.

ALESSANDRI P., 1990-1991. La nécropole de Los Poujols à Tautavel, premiers résultats de fouilles, Archéologie du Midi Médiéval, VIII-IX, 1990-1991, p. 177-178.

ALESSANDRI P., HUE M., 2005. Nécropoles et populations de la période wisigothique dans les Pyrénées-Orientales : les apports récents de l’archéologie et de l’anthropologie, dans Roches ornées, roches dressées, Actes du colloque en hommage à J. Abélanet, Perpignan 24-25 mai 2001, Perpignan, Presses Universitaires de Perpignan, (collection Études), 2005, p. 441-452.

BERBAIN Chr., FAVREAU G., AYMAR J., 2005. Mines et minéraux des Pyrénées-Orientales et des Corbières, Association Française de Microminéralogie, 2005, 248 p.

BAUDREU D., 1993. Notice sur Caune-Minervois : grotte de Buffens, dans C.A.T.H.M.A. Céramiques languedociennes du haut Moyen Âge (VII-XIe s.). Études micro-régionales et essai de synthèse. Archéologie du Midi Médiéval, XI, 1993, p. 195-198.

BONIFAY M., RAYNAUD C., 2007. avec les contributions de F. Berthault, S. Bien, E. Boucharlat, D. Foy, T. Mukai, E. Pellégrino, J.-P. Pelletier, D. Piéri, J. Piton, Y. Rigoir, T. Silvino, J.-C. Tréglia, Echanges et consommation, dans : Heijmans M., Guyon J., Premiers temps chrétiens en Gaule méridionale. Gallia, 64, 2007, p. 93-148.

DICOCER 1, 1993. Py M. dir., Dictionnaire des céramiques antiques (VIIe av - VIIe ap.) en Méditerranée nordoccidentale (Provence, Languedoc, Ampurdan. Lattara 6, Lattes, 1993, 624 p.

FOY D., 2009. Souvenirs de pèlerinages dans l’Antiquité tardive : vaisselle, ampoules et breloques de verre découvertes en Narbonnaise, dans : Delestre X. dir. et Marchesi H. dir., Archéologie des rivages méditerranéens, 50 ans de recherche. Actes du colloque d’Arles du 28 au 30 octobre 2009, éditions Errance/MCC, p. 303-311.

KOTARBA J., 1995. Occupation antique du Fenouillèdes. Nouvelles données et essai de mise en évidence d’une particularité culturelle, dans Cultures i medi de la prehistòria a l’edat mitjana. 20 anys d’arqueologia pirinenca. X col. loqui internacional d’arqueologia de Puigcerdà, 1994, Puigcerdà, 1995, p. 543-548.

KOTARBA J., 2004. Perpignan la romaine. Sites et occupations antiques sur le territoire de la commune de Perpignan, autour de Ruscino, dans Sala R. et Ros M. dir., Perpignan une et plurielle, éd. Trabucaire, 2004, p. 18-34.

KOTARBA J., 2007. Les sites d’époque wisigothique de la ligne LGV. Apports et limites pour les études d’occupation du sol de la plaine du Roussillon, dans Activités, échanges et peuplement entre Antiquité et Moyen Âge en Pyrénées-Orientales et Aude, dans Domitia, nos 8-9, 2007, p. 43-70.

KOTARBA J., 2009. Le plateau de Ropidera à l’époque romaine : un secteur inoccupé entre deux groupes culturels, dans : Passarrius O., Catafau A. et Martzluff M. dir., Archéologie d’une montagne brûlée. Massif de Rodès, Pyrénées-Orientales, éd. Trabucaire/Conseil Général des P.-O., collection Archéologie Départementale, 2009, p. 179-184.

KOTARBA J., ABÉLANET J., 1987. Un dépotoir d’époque wisigothique à Tautavel (Pyrénées-Orientales), Archéologie du Midi Médiéval, tome 5, 1987, p. 85-92.

CAG 66. KOTARBA J., CASTELLVI G., MAZIÈRE Fl., 2007. Carte archéologique de la Gaule, Les Pyrénées-Orientales, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 2007, 712 p., 745 fig., 8 cartes.

MAZIÈRE F., ABÉLANET J., 1999. L’occupation protohistorique da la moyenne vallée de l’Agly dans son contexte régional (fin du VIe av.), dans D. Ugolini (coord.), rapport de PCR, 1999, p. 113-118.

MUT G., KOTARBA J., 2007. Les activités métallurgiques d’époque romaine dans les Pyrénées-Orientales, dans J. Kotarba G. Castellvi, Fl. Mazière, CAG 66, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 2007, p. 141-155.

OURNAC P., PASSELAC M., RANCOULE G., 2009. Carte archéologique de la Gaule, Aude 11/2 (CAG 11/2), Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 2009, 573 p.

RAYNAUD C., 2007. Les céramiques communes, Bonifay M. et Raynaud C., Échanges et consommation, Premiers temps chrétiens en Gaule méridionale (Heijmans M., Guyon J. dir.), Gallia, 64, 2007, p. 118-124 et 131-135.

ROPIOT V., 2003. Trois exemples d’axes fluviaux en Languedoc-occidental et en Roussillon du VIe s. au IIe s. av. n. è., dans D. H. A., 29/1, 2003, p. 77-107.

ROPIOT V., MAZIÈRE Fl., 2007. La dynamique du peuplement en Roussillon protohistorique, dans J. Kotarba, G. Castellvi, Fl. Mazière, CAG 66, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 2007, p. 86-98.

ROUS E., 1876. Histoire des Saintes Puelles et de leur culte, Perpignan, Ch. Latrobe éd., 1876, 188 p.

TÉRÈS P., 2001. (avec la collaboration de Y. Rigoir), Saint-Frichoux, un site de l’Antiquité tardive à Tuchan (Aude), Archéologie en Languedoc, 25, 2001, p. 81-119.

TIFFOU L., 1934, 1981. Tautavel ou mieux Tal-te-vull. Essai d’histoire locale, Ed. originale 1934, rééd. 1981, 239 p.

Annexes

Compléments aux notices de la CAG 66 concernant la commune de Tautavel

Afin de bien dissocier les informations archéologiques du commentaire qui peut en être fait, nous avons réalisé de nouvelles notices ou des ajouts aux notices déjà publiées dans le volume de la Carte Archéologique de la Gaule consacré au département des Pyrénées-Orientales (2007, éditeur : Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris). Pour les ajouts, nous reprenons la numérotation de cet ouvrage. Pour les sites nouveaux de la commune de Tautavel, nous retenons un numéro qui vient en continu derrière ceux de la CAG 66 (dernier no 1108 pour le site sous-marin de Cap Cerbère 3), en démarrant au no 1110.

Dans la vallée du Verdouble

3* (020H) Site Els Goleyros (no 967, ill. 3). Une nouvelle prospection réalisée en 2010 par J. Kotarba permet d’observer la présence régulière mais diffuse de vestiges d’époque romaine dans les parcelles planes qui dominent la confluence. Il s’agit d’amphore italique et d’amphore de Tarraconaise, de sigillée sud-gauloise, de céramique africaine de cuisine (dont les formes Hayes 23 et Hayes 197) ainsi que des morceaux de tegula. Ces vestiges ne sont pas assez concentrés pour permettre d’y voir un habitat caractéristique. Ils indiquent a minima des terres cultivées et amendées au moins entre 50 av. J.-C. et 100 ap. Il est possible que l’habitat qui exploite ces terres ne soient pas encore connu et à peu de distance de là.

4* (006H) Site Lo Cementeri (no 968). Le mobilier recueilli par J. Abélanet et la série issue des prospections sur place en 1996 par O. Passarrius et F. Mazière a fait l’objet d’un nouvel examen en 2010 par J. Kotarba. On constate tout d’abord un petit lot de céramiques attribuables aux premiers siècles de l’époque romaine. S’il est difficile d’exclure totalement la possibilité de mobilier récupéré sur le site des Bonissos, nous privilégierons plutôt l’interprétation de terres anciennement cultivées et amendées.

Les céramiques ramassées sur ce site sont très majoritairement des céramiques communes à cuissons et à pâtes diverses (82 % d’un total de 957 fragments). On y trouve des formes ouvertes du Ve et du début du VIe siècle avec des plats à cuire, mais aussi des coupelles et des jattes. Les formes fermées sont majoritaires, avec une forte proportion de bords déjetés simples. Quelques bords moulurés s’apparentent aux VIe et VIIe siècles, et des panses cannelées peu nombreuses (10 fragments) à un possible contexte du VIIIe siècle. D’autres décors sont présents : des décors ondés (2 fragments) et à la molette (1 fragment avec 3 lignes superposées). La présence de quelques anses larges dont une qui pourrait être en céramique oxydante polie, d’un bec tubulaire et aussi d’une panse à cannelures en céramique à pâte kaolinitique, montrent clairement une prolongation de ce site sur l’époque carolingienne au moins. Les céramiques fines et les amphores restent peu nombreuses (12 % et 5 %). Elles correspondent essentiellement au début de la vie du site, sans doute dès la première moitié du Ve siècle. On remarquera la présence d’un morceau de meule tournante en grès des carrières du Boulou. Des scories de fer sont aussi présentes dans les différentes collectes. On y trouve des scories en calotte liée à l’activité d’un forgeron, et aussi des scories « coulées » qui attestent la pratique de la réduction. Quelques filons de fer sont présents à peu de distance. Ils ont été exploités à un moment au moins des cinq siècles d’occupation du lieu.

À proximité du Verdouble, S. Tisseur a mis en évidence une concentration de mobilier d’époque romaine caractérisant un site de nature indéterminée appelé La Source (site no 1110, fig. 3). Il y a été recueilli en particulier un lot homogène de 7 monnaies du Bas Empire : une monnaie de Tétricus (Cohen 172) ; un nummus de Constantin (type dn constantini max avg vot XX) frappé en 318-322 ; un nummus de Constance II (RIC VIII, p. 205, nos 14 ou 15) frappé à Arles en 337-340 ; deux nummi (type Constantinopolis, RIC VIII p. 205, nos 9 et 16) frappés à Arles en 337-340 ; un nummus (RIC VIII, p. 209, nos 90 à 98) frappé à Arles en 347-348 ; un nummus fruste du IVe s. (dét. P.-Y. Melmoux).

6* (002H) Site Los Bonissos I (no 970). Ce site a fait l’objet de nombreuses prospections ces dernières années et d’une prospection réalisée en 2010 par J. Kotarba. Voir l’étude par P.-Y. Melmoux des monnaies découvertes sur ce site au chapitre suivant.

Si l’on prend en compte les nombreuses découvertes monétaires récentes faites sur le cœur du site ainsi qu’à sa périphérie, on obtient une dispersion d’indices sur presque 10 ha. L’emprise ainsi obtenue sort du seul terroir cadastral de Los Bonissos pour toucher aussi les lieux-dits Plage d’en Joulia vers le nord et Los Prats vers le nord-ouest. En prospection pédestre, on constate que la difusion des indices se fait aussi pour des morceaux de tegulae et d’amphores. Leur densité reste faible. Il est difficile de préciser si leur présence est seulement à associer à des simples zones mises en culture à l’époque romaine et fréquemment amendées, ou bien s’il est possible que certains endroits comprennent des aménagements plus structurés. Ces derniers pourraient être aujourd’hui peu lisibles du fait de la nature de la culture actuelle (vieille vigne non défoncée de façon mécanique), ou bien protégés par enfouissement du fait de petites terrasses présentes çà et là. La prospection montre la présence par endroits de pierres assez nombreuses qui pourraient avoir appartenu à des constructions.

Sur le site même des Bonissos I, parmi diférents objets particuliers recueillis ces dernières années, on remarquera un petit buste en bronze portant des traces de dorure. Il s’agit d’un petit personnage masculin, haut de 3,8 cm et large de 2 cm dont les jambes sont coupées au-dessus des genoux, et les deux bras au-dessus des coudes. Le personnage se tient droit avec la tête légèrement tournée vers la droite. Il porte une sorte de bonnet lisse qui épouse la forme de la tête, d’où ressort deux oreilles hautes, saillantes et arrondies. Le haut du corps est recouverte d’un tissus plissé qui couvre entièrement l’épaule gauche du personnage et laisse dénudé son épaule droite. Le sexe est peu marqué, les fesses assez rebondies (ill. 4 à 6).

Il a été trouvé en 2010 à proximité de cette petite statuette, un médaillon estampé en pâte de verre. Il est de forme grossièrement circulaire, de 18 mm de diamètre, et comporte un tour arrondi en relief fort et une attache sous la forme d’un repli de pâte percé. Au centre, deux bustes de profil se font face. Les deux personnages portent un vêtement drapé. Ils symbolisent deux époux et le thème du mariage, représentation fréquente sur ce type d’objet. La pâte de verre est de couleur brun miel (ill. 7). Cette iconographie est documentée aux IVe et Ve siècles de notre ère. Ces médaillons se retrouvent en contexte funéraire et semblent faire office de talismans. À Tautavel, cet objet pourrait témoigner, avec le petit buste en bronze, d’un lieu de culte domestique comme un laraire. Ce médaillon estampé proviendrait du Proche-Orient et pourrait être un souvenir pieux associé à un voyage ou à un pèlerinage (voir à ce sujet l’étude récente de D. Foy, 2009, p. 306-310).

4 - Tautavel, Los Bonissos I : détail du visage de la statuette en bronze doré (cliché J. Kotarba)

5 - Tautavel, Los Bonissos I : détail du proil de la statuette en bronze doré (cliché J. Kotarba)

6 - Tautavel, Los Bonissos I : la statuette en bronze doré vue de dos (cliché J. Kotarba)

7 - Tautavel, Los Bonissos I : pendentif en pâte de verre, diamètre 18 mm (cliché S. Tisseur)

D’un point de vue chronologique le site des Bonissos est occupé sur une longue tranche de temps. Les indices les plus anciens (de l’amphore italique et de la céramique campanienne) peuvent être associés à des découvertes monétaires (deniers romains et monnaies gauloises) et indiquent a minima un large Ier siècle avant notre ère. On ne peut pas pour l’instant attester une occupation nettement plus ancienne encore.

Les vestiges de l’époque augustéenne, puis du Ier et IIe siècle de notre ère, sont nombreux. Il en va de même pour ceux du IIIe et du IVe siècle même si les découvertes monétaires laissent entrevoir une moindre représentation du IIIe siècle (cf. chapitre suivant par P.-Y. Melmoux). Les céramiques de table en claire D appartiennent surtout à la première génération diffusée en Roussillon (formes Hayes 58, 59, 61A) et caractérisent un plein IVe siècle. Un morceau de plat en claire D attribué à la forme Hayes 61B constitue l’élément le plus tardif, attribuable au Ve siècle.

Le tremissis trouvé sur place, à la titulature d’Anastase pourrait avoir été frappé à Toulouse entre 508 et 511 par Clovis comme le propose P.-Y. Melmoux (chapitre suivant). Il constitue l’élément le plus tardif recueilli sur ce site, et doit à notre avis être considéré plutôt comme un élément caché ou perdu dans les ruines du site antique, que comme un vrai témoin d’occupation. En effet, les céramiques de type claire D de cette période sont absentes alors qu’elles sont bien représentées en Roussillon.

Au lieu-dit Los Prats (site no 1111, ill. 3), à peu près à mi-distance entre le site antique des Bonissos et la nécropole de Poujols, S. Tisseur a trouvé une agrafe à double crochet (ill. 8). Sur la même parcelle, une vigne vieille, on note la présence de céramiques communes dont certaines peuvent se rattacher à un contexte du haut Moyen Âge. Il n’est pas possible d’affirmer qu’il y a un habitat sur place. Les agrafes à double crochet sont souvent présentes dans les contextes carolingiens et antérieurs.

8 - Tautavel, Los Prats : agrafe à double crochet en métal cuivreux (dessin J. Kotarba)

Il nous a été signalé oralement la découverte ancienne de mobilier d’époque romaine lors du curage de la fontaine du Priorat (site no 1112, ill. 3). Celle-ci se trouve au pied du versant du plateau Saint-Martin. Aujourd’hui le secteur est en friche et donc cette information ne peut pas être vérifiée.

Toujours dans ce secteur du Priorat, sur les bords du Verdouble (site no 1113, ill. 3), des tombes en coffre auraient été trouvées. Cette information n’a pas pu être confirmée. Elle permet de s’interroger sur l’existence d’un lieu de sépulture supplémentaire, peut-être en relation avec l’installation médiévale qui existe sur le dessus de Saint-Martin.

Dans les vallées et collines

13* (021H) Site Estany Polit (no 976). Une nouvelle prospection réalisée en 2010 par J. Kotarba, montre que les vestiges sont bien visibles à la surface d’une vieille vigne. On y trouve des morceaux de tuiles (tegulae et imbrices), des amphores et des céramiques fines et communes, qui sont répartis sur au moins 2 000 m2. Ils peuvent être associés à un habitat rural. Nous n’avons pas observé de dolium. Cette absence est à pondérer car la forte érosion des débris rend leur détection difficile. Cet habitat s’est installé au pied du versant sud et sud-est d’une petite colline, et il est ainsi à l’abri de la tramontane. Il domine les terres les plus basses qui ont vraisemblablement été mises en culture.

Les céramiques recueillies, tant par J. Abélanet que par S. Tisseur, comprennent notamment des morceaux de sigillée sud-gauloise. Les formes reconnaissables (Drag. 15/17, 24/25, 27, 29, 30, 35/36, 37, parmi environ 130 fragments collectés) attestent une présence certaine durant la seconde moitié du Ier siècle de notre ère. La période de création de cet habitat ne peut pas être précisée, notamment du fait de l’ancienneté de la vigne et de la possibilité de vestiges enfouis non touchés par le faible labour actuel. La date d’abandon de cette exploitation paraît se faire avant le début du IIe siècle, car l’absence des céramiques fines et culinaires, qui inondent le Roussillon dès les années +80, est remarquable.

Dans le massif des Corbières

15* Site Cova de les Bruixes (site no 967). Lors de l’étude et du reclassement du mobilier issu de la fouille effectuée par Jean Abélanet, M. Martzluff a mis en évidence quelques vases importées appartenant à la couche supérieure et à la couche II.

Un premier vase en céramique fine oxydante, sans doute ibérique n’est représenté que par un gros fragment de bord. Il correspond à une grande jarre à lèvre épaissie et triangulaire. Un second vase en céramique grise monochrome locale composé de 56 fragments de panse, appartient à un grand vase à liquide de type jarre. Ce grand vase s’apparente à la forme GR-MONO 7 du dicocer. Il s’ajoute à ces deux vases, 13 fragments d’amphore ibérique. Ces différents vestiges pourraient être contemporains et datés entre le Ve et le IVe siècle avant notre ère. Il y a aussi dans le mobilier de cette grotte de Les Bruixes plusieurs morceaux d’un vase en céramique commune italique. Il s’agit d’une poêle ou patina à vasque arrondie et fond plat, référencée COM-IT 6c dans le dicocer. Cette forme est attestée régionalement depuis le milieu du IIe siècle avant et durant tout le Ier siècle avant. La présence de ces morceaux de poêle dans la grotte est difficile à expliquer en l’absence d’autres éléments contemporains reconnus.

Un pot à cuire de forme ovoïde et à col court, appartient à une forme simple que l’on retrouve sur une longue période couvrant le IIe âge du Fer et l’époque romaine jusqu’au Ier siècle de notre ère.

Un autre pot à cuire, plus trapu et portant un épaulement bien marqué, muni d’un bec pincé simple, est attribuée par sa pâte et son façonnage au haut Moyen Âge.

Il faut aussi signaler la découverte récente dans les garrigues proches du château médiéval de quelques vestiges d’époque romaine (site no 1114, ill. 3) dont un denier dentelé de Postumia frappé à Rome en 81 av. J.-C. (RRC, p. 389, no 372/1 ; dét. P.-Y. Melmoux). Jean Abélanet et Philippe Térès y ont signalé la présence de morceaux de tegulae et d’amphores, à proximité du sentier qui mène à la Tour del Far.

L’existence à cet endroit de nombreuses traces d’exploitations d’un filon de roche riche en fer est à signaler. La proximité de l’ancien village médiéval lié au château, avec une occupation forte durant le bas Moyen Âge, tend à masquer les possibles traces d’exploitation des périodes précédentes. L’hypothèse d’un traitement du fer dès l’époque romaine ne peut être retenue faute de preuve formelle. On signalera toutefois des scories de fer dans le dépotoir tardif du site Los Bonissos (Kotarba, Abélanet, 1987, p. 89), d’une forme montrant plutôt un travail de forgeron. Dans le mobilier recueilli par J. Abélanet sur le site de Lo Cimenteri, il y a quelques scories dont certaines sont issues de travaux de réduction. Une petite exploitation du fer, au niveau du filon proche du château ou d’un autre, paraît exister à l’époque wisigothique ou à l’époque carolingienne. S’agit-il d’une simple pourvoyeuse de petites quantités de fer pour fabriquer des clous et des outils utilisés sur les habitats ruraux de la plaine, ou bien d’artisanat plus développé pouvant ouvrir sur un commerce spécifique ?

Dans leur ouvrage sur les mines et minéraux, Chr. Berbain et ses collaborateurs signalent des petits amas d’hématite dans les fractures des calcaires, en bordure du plateau du château, à 300 m à l’est de ce dernier. Ils indiquent également un départ de galerie et quelques tranchées encore visibles (Berbain, Favreau et Aymar, 2005, p. 223).

Notes

1 Nous lui exprimons notre grande gratitude pour sa gentillesse et la place qu’il a toujours su accorder aux générations qui l’ont suivi. Nous espérons que cet essai de synthèse, bien modeste et destiné en partie à ouvrir des perspectives, rendra compte de l’important travail de recensement réalisé avec méthode par notre collègue et ami.

2 Membre de l’EPCC du CERP de Tautavel.

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search