Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tautavel

 | 
Michel Martzluff
, 
Aymat Catafau
, 
Martin Galinier

Le peuplement d’une vallée méditerranéenne dans la très longue durée

Dossiers d’illustrations, Les Espassoles (Vingrau)

Texte intégral

1 - Le débitage en percussion lancée (ill. 58 à 63)

Ill. 58 - Percuteurs. No 1 (HC, 144,6 g) : percussion tangentielle douce sur une face (biseau en bas à gauche sur la vue de côté), réutilisation après cassure, principalement sur les chants pour un usage probable en percussion posée. No 2 (JA, 249 g) : galet de granite utilisé sur la tranche en percussion lancée et montrant sur les faces planes les stigmates de la percussion posée

Ill. 59 - Percuteurs. No 1 : galet sphérique en grès local (passées violacées et micro cavités sur les grains manquant), une partie de la surface utilisée porte les traces d’une percussion posée violente, notamment la cupule centrale (JA, 289,7 g). No 2 : très petit galet de silex chaufé ayant servi de percuteur, cet usage ayant produit les enlèvements visibles (JA, 17, 6 g)

Ill. 60 - Rares nucléus à éclats en silex (bassin de Sigean). L’un (no 1) est un résidu discoïde biface, exploité dans le volume de façon opportuniste à partir des plans de issuration (en tireté) ; l’autre est un fragment de ine plaquette exploitée sur les surfaces corticales selon un processus proche du mode Levallois

Ill. 61 - Débitage d’éclats en percussion lancée. Les nos 1, 7 et le casson lamellaire no 9 igurent parmi les rares produits conservés atteignant la maille de 3 cm (remarquer les bords ébréchés) ; le reste signale la production de très petits éclats au talon élevé, souvent rebroussés (nos 5 et 8) qui sont issus des nucléus en cours d’exhaustion décrits à la igure précédente, ainsi que des déchets liés à la correction géométrique des nucléus : avivage de corniche (no 7), écrêtage (no 2) ou reprise croisée de bord de frappe (nos 1 et 6)

Ill. 62 - Rares témoignages d’un débitage laminaire (no 10 variétés S. 15, cf. ill. 17). Quelques rares tronçons de fortes lames aux ils ébréchés (no 14 avec éperon) et un fragment distal de néocrête (no 7) témoignent d’un débitage laminaire qui a servi de support aux outils typiques sur lame (pointes à face plane, grattoirs, burins, denticulés), du moins ceux qui ne sont pas trop déformés par des reprises en percussion posée (no 13, impacts bipolaires simultanés matérialisé par le symbole T). Quelques produits corticaux minces et au proil rectiligne sont issus d’un débitage lamino-lamellaire qui s’est exercé sur les chants de minces plaquettes de silex dans les variétés les plus communes du bassin de Sigean (S. 1-2, nos 1 à 5) avec les rebroussés rédhibitoires (no 15)

Ill. 63 - Débitage lamellaire (no 10 silex S. 14). Il s’est exercé sur la tranche des plaquettes du silex tertiaire de Sigean, comme le montrent le résidu distal d’une épaisse lame rebroussée ayant gâché le nucléus (no 1, à mettre en relation avec la lamelle no 6 de la igure précédente). Le mode d’extraction pouvait être bipolaire (nos 1, 5) favorisant l’extraction de lamelles à proil rectiligne. Il s’est quelquefois aussi exercé de façon aléatoire sur de petits nucléus angulaires opportunistes (no 11), voire sur d’épais déchets corticaux, mimant le burin (no 16), ou sur des nucléus prismatiques résiduels repris en débitage posé puis en percussion lancée (no 14). Les produits sont rares et tronçonnés, rarement arqués ou vrillés (no 12), souvent afectés de micro retouches (nos 9, 17)

2 - Fabrication des pointes bifaciales solutréennes (ill. 64 à 74)

Ill. 64 - Ébauches des pièces bifaciales (variétés S. 1-2 pour la plupart). Phase d’entame des plaquettes avec un résidu très parlant qui est cassé au niveau d’un défaut banal dans ce type de matériau (no 4, plans de issuration représentés par une plage de tirés). Les éclats d’angle (nos 1, 2, 5 et 8) sont également caractéristiques des amorces du débitage sur ces plaques peu épaisses. Les autres déchets (nos 3, 6 et 7) sont typiques de ces premières phases du débitage bifacial. L’éclat outrepassé no 6 (JA), probablement issu du silex noir de la presqu’île du Doul, a été chaufé et correspond (état de surface et morphologie), quoique ne remontant pas, à un casson d’ébauche visible au no 2 de l’ill. 68 (HC)

Ill. 65 - Ébauches, phase de décorticage (variétés S. 1-2 pour la plupart, S. 3 pour le no 3). Les remontages sont indiqués par des pointillés aux nos 1, 3 et 5. Diférents déchets typiques sont minces dès cette phase (nos 2, 3, 5 et 7), avec des lames ou lamelles fortuites (nos 1 et 6), mais peuvent être épais pour dépasser des défauts (no 4) ; le no 7 a été chaufé et porte une courte retouche semi abrupte de type raclette

Ill. 66 - Mise en forme des pièces foliacées (S. 3 pour le no 4, cf. ill.. 15). Première phase par enlèvements rasants corticaux ou sous corticaux minces (n ° 3) avec un débitage probable au percuteur tendre (n ° 1, 2) dont la frappe s’écrase près du dièdre, générant des talons iliformes (n ° 4). Seuls quelques rares « éclats en pelure » entiers sont assez grands pour conserver les négatifs du pan opposé (n ° 1, 3 et 4). Les corniches sont abrasées (n ° 2 par exemple) et l’on notera les encoches latérales sur le talon du n ° 5 et les ils ébréchés du n ° 2

Ill. 67 - Ébauches cassées en cours de façonnage (variété S. 1-2, voir ill. 22). S’expriment ici les diicultés pour tailler ce type de matériau : pénétration du calcaire cortical dans la matière siliceuse, visible sur le plan de cassure du no 1 (vue de gauche), mais aussi dans un reste de creux cortical visible sur la vue de coté du no 2, défaut qui a sans doute nécessité de plus profondes extractions d’éclats, rétrécissant la pièce (négatifs creux visibles sur la vue de droite). On notera la retouche postérieure à la cassure qui afecte la pièce no 1

Ill. 68 - Fragments d’ébauches. Au côté d’un casson non repris (no 1) se trouve une pièce chaufée en silex noir (no 2, voir ill. 30 et un éclat de la même pièce au no 6 de l’ill. 64). Sur une base en silex brûlé, ce qui est rare pour ce type de déchet, une grosse cupule thermique fait apparaître un nodule crayeux au cœur de la plaque

Ill. 69 - Déchets de façonnage avancé des pointes bifaces (variétés S. 1-2 pour la plupart) : Ces formes minces, « en pelure » ne présentent plus de traces corticales, ou très peu, et correspondent à une phase où les préparations du bord de frappe sont plus soigneuses (nos 3, 5, 7...), avec une abrasion de la corniche précédant l’impact (nos 1, 2, 4). Les bulbes sont peu prononcés, voire creux (no 5) et dans ce cas, l’impact est souvent latéral près du dièdre, pouvant donner des avortons typiques représentés à l’ill. 72. Sur ces déchets, l’onde de choc est arrivée à dépasser de nombreux défauts visibles sur les faces d’éclatement (nos 2, 6 à 8) où l’on remarquera la mémoire d’impacts précédents (no 4, cône incipient). Un seul éclat (no 5) envahit la face opposée. Le remontage du no 3 comprend une base (JA) où la patine est plus claire que l’extrémité (HC, voir ill. 20)

Ill. 70 - Éclats « en pelure » liés au façonnage des pointes. Éléments caractéristiques du processus de taille de module inférieur au précédent (les plus longs éclats sont généralement cassés : voir quelques remontages aux nos 3, 8 et 10). Certains sont très minces et probablement liés à la inition (nos 6, 4). On remarquera l’encochement des talons, simple (no 2) ou double (no 8), mais aussi que très peu d’éclats mordent sur le bord opposé (no 3) et que les faces inverses signalent la violence d’une percussion sans doute efectuée au percuteur tendre, sauf pour le no 11, qui pourrait à la limite procéder d’une extraction d’éclat sur nucléus discoïde. Le no 5 est proche d’un éclat Janus produit en percussion posée, mais les accidents sous bulbaires (no 1), produisant aussi ces déchets, sont relativement fréquents avec les frappes très proches du dièdre

Ill. 71 - Façonnage des pièces bifaces, déchets particuliers. L’éclat à bord débordant (no 1) est à comparer avec les négatifs à la base de l’ébauche no 2, ill. 67. La fracture Siret (no 2), est un accident rare dans ce débitage (noter le dièdre et un il utilisés). Les lames et lamelles fortuites sont nombreuses parmi ces déchets (nos 4 à 13). La lamelle débordante no 5 est sans doute issue d’une reprise croisée en coup de burin du bord de la pièce, probablement après cassure

Ill. 72 - Déchets caractéristiques du façonnage des pièces bifaciales. Éclats mimant les produits outrepassés parfois recherchés par le tailleur pour réduire des épaississements, mais provenant ici d’une résistance de l’extrémité distale à l’onde de choc qui est comme réléchie après l’impact, souvent latéral et très près du dièdre au niveau du talon. Le bulbe est très court, étalé sous la lèvre et forme un angle prononcé avec la face d’éclatement (« bulbes creux » au nos 3, 4, 6, 11 et 12). Il peut produire sur l’ébauche à l’emplacement de la partie proximale le même efet qu’une extrémité outrepassée à l’emplacement du contre bulbe. L’expérimentation montre que ces éclats peuvent être générés à la pierre tendre. On notera les encoches sur le talon au no 8 et le talon encoché caractéristique no 10 (frappe avec un objet dièdre sur le bord de la pièce, par exemple avec un fragment d’os long, pour ôter des proéminences mineures sans trop creuser le bord au risque de modiier la morphologie ?). L’encoche latérale au no 4 est une retouche a posteriori commune sur les produits diminutifs. Sur le no 2, la face d’éclatement est patinée en blanc alors que celle de la retouche solutréenne biface est marron (l’ébauche a été chaufée en cours de façonnage après cette retouche et avant le détachement de l’éclat, cf. note 16)

Ill. 73 - Fractures typiques des pièces foliacées (nos 1 et 4, variétés S. 3). Elles sont transverses ou longitudinales sur des fragments d’ébauche (no 1 chaufée et au no 5, la cassure fut reprise par la retouche avant qu’une fracture transverse ne mette un terme au projet). Mais ces cassures peuvent afecter des pièces plus proches de la inition (nos 2 à 4). Le remontage des deux fragments au no 4, montre que la pièce, probablement chaufée (luisance), fut taillée dans une plaquette très mince dont l’extrémité s’est brisée lors de la retouche au niveau d’un enfoncement cortical bien visible, puis que la taille s’est poursuivie après ce premier déboire et avant que survienne une seconde fracture transverse. Les pièces 2 et 3 proviennent de la même plaque de silex oligocène de Sigean où une géode calcédonieuse logée à cœur a entraîné la cassure transverse ; seule la base de la feuille de laurier a été retouchée ensuite, plus particulièrement sur un bord par une percussion (posée ?) modérée sur le dièdre, matérialisée sur la vue de droite par une ligne de traits

Ill. 74 - Cassons d’ébauches (nos 9 à 12) et déchets du façonnage des outils bifaciaux (1 à 8). Déchets de débitage courts, lamellaires (nos 2, 4, 5) ou porteurs de négatifs lamellaires sur les éclats larges (nos 1, 3, 6). Au no 11, la retouche est postérieure à la cassure, signalant un usage qui a mis à proit le bon angle de coupe sur le négatif réléchi ayant probablement enclenché la cassure (ligne de tirets sur la vue de droite et coupe) ; le no 10 est brûlé, ce qui est rarement le cas pour ce genre de débris

3- L’outillage (ill. 75 à 91)

Ill. 75 - Outillage à bord abattu et troncatures : Les pointes à bord abattu (no 1 à gibbosité mal réduite, no 2 et no 6, impacts probablement fonctionnels sur cette dernière) ont une silhouette plutôt fusiforme que renforce la retouche du bord libre et qui est proche de la pointe à retouche rasante de l’ill. 79 (contour pour comparaison entre les nos 1 et 2). Les éléments cassés ou défigurés par la percussion posée (no 19) sont ubiquistes, en particulier le no 3 qui pourrait suggérer une amorce de cran s’il n’y avait pas des éléments de pièces à dos très courtes et baroques, tel le no 14, pour appeler à la prudence (voir aussi les nos 4 et 5 de l’ill. 78). Les lamelles à b. a., certaines diminutives (no 7 : dos opposé à un égrisage et nos 8 à 10) sont majoritairement tronquées (nos 8, 12 et 13), portant des enlèvements rasants inverses, certains pouvant viser à régulariser le profil (no 13), d’autres très diminutifs pouvant résulter d’un emmanchement ou de l’usage (no 12). Une lamelle bordée à troncature oblique (no 11) complète ce lot, avec deux fragments de lamelles tronquées (nos 17 et 18)

Ill. 76 - Fragments de pointes bifaciales. D’après les silex, ces fragments appartiennent à trois pointes diférentes en cours de inition en percussion lancée ou déjà fonctionnelles (voir ill. 23 et 34). Le choc ayant entraîné les cassures transverses prend appui sur la face supérieure aux nos 1 et 3 (traits ponctués sur la vue de côté). L’origine de la cassure du no 2 est indéterminable, mais deux enlèvements rasants à partir de la fracture (à gauche) pourraient indiquer le bris fonctionnel lors d’un impact à l’autre extrémité ; la retouche esquilleuse générée par une frappe sur le tranchant est postérieure (matérialisée par des tirets sur la vue). Ces pointes sont prises dans des plaquettes minces (2,5 cm environ, cf. traces corticales et sous corticales sur les nos 1 et 3). Elles pouvaient avoir une base arrondie ; il n’est pas évident que le casson no 2 soit une base, et encore moins une base de pointe asymétrique (la délinéation du tronçon est imputable à une retouche trop creuse)

Ill. 77 - Fragments de pointes bifaciales et résidus de pièces bifaciales (no 8, 13 variétés S. 15, no 9, jaspe brun, no 14 variétés S. 3, no 16 variété S. 13) : Une extrémité de feuille de laurier sans doute cassée au débitage (no 2), une pièce esquillée retouchée prise dans éclat issu d’une grande pointe (no 17, variété S. 1 retouche antérieure à gauche, secondaire à droite), mais aussi une élégante pointe biface diminutive probablement taillée par pression (no 9, voir ill. 39) et deux bases possibles pour des pointes de même ordre (nos 10 et 11), représentent ici les éléments les plus caractéristiques. Les autres vestiges de pièces à retouche biface sont moins pertinents via quelques possibles éclats de façonnage (nos 3, 4, 5) proches des résidus de percussion posée : les pièces esquillées (12, 13, 15 et 16) et leurs chutes (nos 6, 7, 8, 14 et le no 1 qui n’est pas un fragment de pointe cranté ou de pédoncule, plan de issuration en tireté)

Ill. 78 - Pointes à face plane, outils et cassons à retouches solutréennes. Aux deux pointes à face plane sommairement aménagées, l’une sur un déchet d’écrêtage (no 10), l’autre sur une lame à typique proil rectiligne (no 12) s’ajoutent des extrémités brisés (nos 9, 11), par de possibles impacts fonctionnel dans un cas (no 2) ainsi que d’autres éléments déigurés par la percussion posée, plus ambigus (nos 6, 7). Certains outils atypiques, car trapus et peu aigus, pourraient être rattachés à ce lot (no 4 à base tronquée et 5), avec un racloir convergeant sur éclat cortical (no 3). Les usures macroscopiques sont igurées par une ligne de points. Inclassable, la pièce encochée no 1 possède une double patine sur cette variété S. 9 : le négatif laminaire de la face supérieure et le vestige de la face d’éclatement sont bruns et luisants (en grisé sur la vue), alors que l’enlèvement vibré sur la face inférieure et les retouches latérales ont blanchi, ce qui témoigne d’une chaufe de la lame préalable à la retouche, ici solutréenne et à la reprise en percussion posée (cf. note 16)

Ill. 79 - Pointes solutréennes microlithiques, becs et/ou fragments de soie. Deux fragments de minuscule pointe à retouche biface couvrante et biface partielle, dont la base est encochée et l’extrémité apicale taillée dans la partie bulbaire d’une lamelle (no 11), permettent de proposer une reconstitution graphique pour cet objet exceptionnel (même silex et enchaînement des retouches, voir ill. 33). Deux exemplaires de pointes naines (nos 10 et 12) peuvent être formellement associés aux armatures sans préjuger d’une fonction. Il en est de même pour les fragments de pointes à retouche biface envahissante (nos 1 à 6 et 8, 9). La mise en relation provocatrice des nos 2 et 3 (il ne s’agit pas tout à fait du même matériau) vise à mettre l’accent sur d’autres possibilités d’interprétation que des fragments de soies ou de becs, par exemple de pointes triédriques, connues dans d’autres complexes typologiques à la fin des temps glaciaires. Avec un débris de solide outil solutréen (no 13, pointe à face plane ?), plusieurs cassons sont ambigus quant à leur classement typologique (nos 7 et 14 à 16), y compris parmi les courtes pièces baroques déjà signalées dans la figure précédente (cas du no 7)

Ill. 80 - Outils solutréens (no 1 variétés S. 15, no 3 variétés rouges S. 14, no 10 variétés S. 3, no 14 jaspe brun). Le racloir convergeant sur éclat d’entame (no 10), un racloir sur éclat (no 14) et un fragment cortical à retouche anguleuse proche du grattoir à front ogival (no 8) sont les éléments typiques. Si l’on excepte le fragment d’ébauche de feuille de laurier repris en percussion posée (no 12), les autres éléments, souvent transformés en pièces esquillées (nos 1, 4, 6, 13) ou représentés par leurs déchets (nos 2, 3, 7), sont plus ambigus et ne se rattachent à l’outillage solutréen que par la morphologie de la retouche (nos 3, 4 et 9, possibles fragment de pointe à face plane)

Ill. 81 - Grattoirs (nos 5 et 19 variétés S. 15, no 6 variétés S. 3, no 7 jaspe brun, no 17 brûlé) : quelques supports résultent d’un débitage lamelli-lamellaire (nos 1, 12, 13, 15 et 18) et les éléments les plus typiques sont ici les exemplaires unguiformes (nos 7 à 11, 13 et 14) et des pièces pygmées dont les fronts sont rétrécis et de tendance ogivale (no 12, no 15) ; d’autres s’individualisent par un front peu arrondi, surbaissé (nos 2 à 6), la retouche pouvant être très courte (no 4), parfois prise dans le bulbe par une denticulation (no 2), où être plus rasante (no 5, à comparer avec l’éclat également aiguisé dans la partie bulbaire no 11, ill. 85) et dans ce cas positionnée sur le côté d’un éclat à face inverse tuilé issu de la pièce esquillée (no 3) ; certains types sortent du lot, tel le no 19, étranglé par des encoches, l’exemplaire épais no 17 ou le no 18, résidu d’un grattoir sur forte lame qui a été repris en percussion posée, comme le no 20 (émoussé signiié par une ligne pointillée), mince et construit à partir de la face normale, ainsi que le no 16, associé à un bec alterne (voir le même type au no 20 ill. 82

Ill. 82 - Grattoirs (no 4 variété rouge S. 13, no 12 variété S. 3). Sont regroupés ici les fronts à tendance ogivale allant jusqu’à former une angulation (nos 1, 2, 3, 5, 7 à 15 et 18), ainsi que des fronts rétrécis par un discret épaulement (nos 6, 16, 17 et 20 associé à un bec alterne) ou formant un léger museau (nos 19, 21). Certains exemplaires sont porteurs de retouches rasantes associables à la technique solutréenne (nos 2, 4, 13). Les supports sont allongés, souvent cassés, mais ce sont aussi des éclats prélevés à tous les stades du débitage : nos 1, 16, dérivant probablement du façonnage des pièces solutréennes, nos 3, 5, 12, 19 et 21 de la percussion posée, nos 4, 6, 7, 8, 10, 11, 13, 17 et 18 du débitage lamino-lamellaire en percussion lancée. Certains portent des retouches secondaires et des ébréchures sur les ils ou les dièdres, parfois des émoussés macroscopiques probablement liés à l’usage ou à l’emmanchement (lignes de points aux nos 7 et 18)

Ill. 83 - Grattoirs repris en percussion posée (no 2 variétés S. 15, no 8 variétés S. 13, no 9 variétés S. 15, no 6 brûlé). Cette reprise s’efectue souvent dans l’axe de la pièce et concerne le plus souvent le front qui est déformé par des enlèvements esquilleux inverses plus ou moins appuyés (nos 1, 3, 4, 5, 9 et 10). Ces enlèvements peuvent être préférentiels à l’autre extrémité quand la pièce est entière (nos 2, 6, 7 et 11). Certains grattoirs ont cependant été formés à partir d’une pièce esquillée (nos 8, 9 et 12), celle-ci ayant pu recouper un front antérieur (no 13) lequel est parfois réactivé après la percussion posée (no 4) par une retouche qui pouvait viser à réafûter la partie très usée du front (voir no 2 ill. 82)

Ill. 84 - Grattoirs divers et burins (no 5 en jaspe brun). Les grattoirs présentés ici sont typiques, mais rarement attestés et font preuve d’une grande variabilité morphologique guidée par l’incurvation propice de la face inférieure (angle de coupe) et le type de support, plutôt de seconde intention et souvent cortical, tel le no 1 réalisé sur un déchet en pelure et afecté d’une retouche adjacente de type raclette. L’exemplaire diminutif en bouton (no 9) s’oppose à celui au front étendu sur lame torse (no 6 « en D ») ou au large exemplaire sur bord d’éclat tiré d’un nucléus discoïde (no 3). L’exemplaire sur lame épaisse (no 7, plans de issuration en tirets) possède un front très sommairement aménagé, sans doute a posteriori, comme le no 5, au front surbaissé. Les burins ont été réalisés sur forte lame ; ils sont soit dièdre (no 10), soit d’angle sur troncature (no 8) avec une seconde troncature oblique probable à l’autre extrémité, cassée selon une issure matérialisée par une plage de tirets (voir ill. 31)

Ill. 85 - Éclats retouchés (no 1 variétés S. 3). Mis à part l’élément no 8 (lame aiguisée par une retouche rasante et portant des micro enlèvements rasants inverses sur une cassure), les supports utilisés sont ici des déchets de façonnage de pièces solutréennes peu transformés par une courte retouche abrupte de type raclette (nos 6, 12, 15) souvent très partielle (nos 1, 4, 5, 10), mais aussi par une micro denticulation (nos 1, 2, 13) ou de minuscules coches (nos 3, 7, 9, 14 et 16), plus rarement par une retouche rasante partielle (no 11)

Ill. 86 - Éclats retouchés (no 6 brûlé, no 2 à double patine ivoire du support et blanche sur la retouche). Les supports sont ici plus épais et liés à la percussion lancée, plus particulièrement à l’extraction de lames (nos 3, 6, 7, 12), rarement minces (no 4). Ces produits plus ou moins denticulés (no 7) ou encochés (no 3) sont fréquemment tronqués par des coups portés sur l’une des faces (nos 3, 5, 6, 7, 9 et 12) ou recoupés par une retouche clactonienne (nos 1, 2, 7 et 12) dont il reste quelques éléments positifs parmi les minuscules déchets (nos 11, 13, 14). Le casson no 10 est un bord d’outil recoupé en percussion posée

Ill. 87 - Racloirs et retouchés divers (no 3 cristal de roche, no 10 variétés S. 13, nos 18 et 19 variété S. 14). Avec un éclat mince dont la retouche convergente forme un front anguleux prolongeant une tendance qui afecte les grattoirs (no 13), se côtoient des supports très divers, parfois minuscules (nos 15, 16), rarement lamino-lamellaires (nos 1, 2, 6 et 12), où la retouche dominante est courte et semi abrupte ou abrupte (no 11 troncature ?), formant parfois des encoches (nos 1, 2, 8, 9, 16), certaines pouvant dégager des becs (nos 17, 18). La morphologie aléatoire de petits éclats issus de la percussion posée (forme tuilée de la face inférieure) est mise à proit pour donner des grattoirs très atypiques (nos 19 et 21) ; on remarquera la retouche épineuse de l’éclat no 14, cassé en cours de façonnage, et l’exemplaire no 22 qui résulte de la reprise d’un racloir en percussion posée

Ill. 88 - Outils recoupés par percussion posée (no 3 varié S. 13). La retouche caractérise ici l’outil avant la percussion posée qui a emporté un front de grattoir (no 10), le bord d’une forte lame soigneusement retouchée par des enlèvements rasants et plats (no 6) et d’autres racloirs moins typiques (nos 3, 4, 5, 11 et 12), mais aussi des pièces faiblement retouchées (nos 8 et 9), denticulées (nos 1, 2) ou encochées (no 7)

Ill. 89 - Pièces faiblement transformées diverses (nos 1 et 4 en quartz). L’éclat encoché no 1 (matériau blanc saccharoïde, néocortex éolisé) et le denticulé no 4 (quartz ilonien local) comptent parmi les rarissimes outils en roches banales du substrat local. On remarquera la retouche opportuniste qui appointe une lamelle d’écrêtage (no 3) et la micro retouche alternante qui afecte le dièdre d’un fragment de rognon (no 2). La production de la grosse cupule thermique encochée (no 6) a été favorisée par un défaut de la plaquette (nodule crayeux interne, voir ill. 68, no 3), peut-être lors d’une chaufe pour faciliter le débitage

Ill. 90 - Supports faiblement retouchés et utilisés (no 4 variétés S. 15, voir ill. 18, no 10 variétés S. 13). Une majorité de fragments lamellaires ou d’éclats sont munis de coches (nos 2, 10, 11, 13, 15), parfois minuscules (nos 3, 6, 7, 9, 12), et/ou sont bordés par une micro retouche abrupte (no 1 proche du grattoir, no 5, 14). Les autres portent des retouches irrégulières et dispersée (nos 4, 10, 17, 18), parfois bifaces (no 16) sur des supports plus volumineux, rares cependant

Ill. 91 - Supports faiblement retouchés et utilisés. Les petites encoches dominent sur de minuscules éclats minces ou des fragments de lamelles, avec une remarque particulière pour des coches produites par l’insertion d’un objet tranchant sur le bord de l’éclat, suivi d’un mouvement tournant qui génère une micro retouche généralement positionnée à gauche de l’entaille et qui ne semble pas fortuite (nos 1, 2, 6). On remarquera la courte retouche alterne, abrupte, parfois micro denticulée, qui est positionnée sur des extrémités pointues (nos 15, 16, 17, 20, 25, 26)

4 - Percussion posée : pièce esquillée et sous-produits dérivés (ill. 92 à 107)

Ill. 92 - Nucléus associés à la percussion posée. Un petit rognon (no 2) a été débité en percussion posée, alternativement en A puis en B, produisant une pièce esquillée, alors que l’exemplaire no 1 est un nucléus exploité en percussion lancée, puis en percussion posée (signes en T) et que le no 3 a d’abord été formaté sur un bord par percussion posée (vue de côté) puis exploité par un débitage bipolaire lancé en A et repris comme une pièce esquillée en B

Ill. 93 - Pièces esquillées associables au débitage, type A2. Ces déchets sont oblongs et épais, leurs négatifs sont lamellaires et leurs bords de frappe, parfois très désaxés (no 1), peuvent être plats (no 2). Ces pièces se brisent longitudinalement en éclats caractéristiques (nos 3 et 6) et produisent des éléments lamelliformes peu normalisés (en encadré) : soit des produits larges à double dos de préparation (nos 8, 9), soit des produits plus typiques mais souvent brisés (no 7) ou désaxés, au talon iliforme et qui conservent souvent les traces annexes de ce mode de débitage (nos 10 et 11). Ils sont parfois faiblement retouchés par des égrisages inverses ou des encoches (no 7). On remarquera les cupules thermiques sur le cortex du no 4, fréquentes sur les cortex des silex de Roquefort-les-Corbières gisant sur les vieilles surfaces à industries moustérienne (haloclastie ? cf. ill. 29)

Ill. 94 - Pièces esquillées formées pour le débitage, type A3 (no 2 jaspe brun). Certaines pièces épaisses témoignent de reprises latérales en percussion posée qui ne peuvent pas être associées à un usage, mais à la calibration latérale du support, même minuscule (no 4). Ce formatage a parfois produit des néocrêtes (nos 2, 3) qui apparaissent le plus souvent sous forme de vestiges (nos 1, 6) et dont les produits peuvent être utilisés (no 5)

Ill. 95 - Pièces esquillées en « navettes », type A4 (no 10 variétés S. 3). Ces pièces allongées et étroites, au bord de frappe aigu à punctiforme, témoignent d’une séquence poussée du débitage en percussion posée, bien que certaines aient visiblement été utilisées, par exemple aux nos 4 et 6 (émoussé signalé par une ligne pointillée) et au no 8 (double patine, l’ancienne étant matérialisée en gris, et micro retouche alternante signalée par des triangles). Les lamelles à deux pans, étroites et minces, à talons réduits (voir ill. suivante), sont diiciles à obtenir car ces pièces se cassent souvent à une extrémité (no 5) ou produisent des sortes de chutes de burin (no 7) et des chutes typiques en « bâtonnet », fréquemment utilisées sur les dièdres (nos 10 et 11)

Ill. 96 : Produits lamelliformes du débitage en percussion posée (nos 2 et 14 variétés S. 3). Les chutes portent souvent les stigmates bipolaires des contraintes de ce débitage (face d’éclatement vibrée et esquillée, contrecoups ici matérialisés par un T) et ces déchets, de forme aléatoire, dégagent assez rarement des pans et des fils réguliers propices à la confection d’armatures (nos 7, 9, 14, 15, 19 à 23) ; quelques-uns portent une retouche ubiquiste (spontanée, utilisation ?), par exemple sur l’exemplaires à pan revers (no 8)

Ill. 97 - Éléments allongés typiques issus de la pièce esquillée (no 2 variété S. 14, no 6 variétés S. 13). Les produits peu normalisés et larges sont plus fréquents (nos 1, 2, 4) que les véritables lamelles (nos 10, 14), souvent cassées (no 3), grevées d’accidents bulbaires (nos 7, 15) ou de type Siret (no 6) et de pans latéraux abrupts (nos 2, 5 et 11, produits à dos de préparation pouvant être utilisés sur les dièdres). Les chutes latérales des pièces classiques de type B sont caractéristiques (nos 8, 9, voir ill. 99, nos 13 à 15), mimant parfois la chute de burin épaisse (no 16) ou la lamelle à bord abattu lorsque la percussion enlève des bords retouchés d’outils (nos 12, 13 et 18). La face inverse est souvent vrillée donnant des résidus de morphologie aléatoire (no 17)

Ill. 98 - Recoupe des éclats épais en percussion posée (nos 2 et 6 brûlé, no 7 variétés S. 3 et no 2 variété S. 14). Au contraire des pièces nos 2 et 5, où la percussion reprend les bords coupants de l’éclat, les impacts violents de la pièce no 1 sont positionnés sur l’axe de débitage en A (cassure plane proximale, partage par un enlèvement inverse dextre,), puis décalés vers la gauche (avec un enlèvement direct en B). Bien qu’il existe une production d’éclats Janus, parfois utilisés (en encadré), les ébréchures inverses postérieures à la percussion posée sur le no 1, la reprise en percussion posée peu violente du petit éclat retouché no 4 et les ébréchures bifaces sur les ils de la pièce cassée no 3, incitent à considérer ces pièces comme des supports utilisés, diférents des pièces nucléiformes, tel le résidu de type A1, au no 6

Ill. 99 - Recoupe des éclats en percussion posée, pièces esquillées type B1 (no 10 variétés S. 15, faciès des Costières, cf. ill. 17). Les pièces esquillées classiques, minces et sub-quadrangulaires sont produites à partir d’éclats peu épais par des reprises croisées de la percussion, comme en A, puis en B sur l’exemplaire no 1 par exemple. Ces reprises tournantes génèrent des bords de frappe plus ou moins aigus qui calibrent la pièce et qui apparaissent sur les négatif des chutes inverses (éclats Janus nos 2, 3) ou directes (éclats nos 11, 12), mais aussi sous forme de discrets enlèvements rasants latéraux à partir des cassures (nos 7 et 8), voire comme de véritables produits d’écrêtage (nos 13 à 15) ou des chutes de burin à partir de pièces diminutives (nos 4 et 5). Certaines pièces portent des traces macroscopique d’utilisation (micro retouche au no 4), mais ce sont souvent les sous-produits qui ont visiblement été utilisés (nos 3 et 11). On remarquera les cupules typiques du silex translucide de Roquefort-les-Corbières sur le cortex du no 1 (possible haloclastie)

Ill. 100 - Pièces esquillées associables à la production d’éclats ou de lamelles. Ces résidus de type A (nos 3, 5) ou B, sont de dimensions variables, certains très diminutifs (no 3). Ils possèdent souvent un bord de frappe plan (en hachuré sur les vues de côté) et quelquefois cortical, où une percussion violente s’est exercée à l’opposé sur un bord aigu (no 2), le plus souvent réduit (nos 1, 6 et 8), voire pointu (nos 5, 7), soit sur un bord resté plan (no 4) qui les rend proches de petits nucléus. Certaines de ces pièces ofrent toutefois des traces d’utilisation sous forme d’une courte retouche irrégulière (no 4) ou d’émoussés macroscopiques (matérialisés par une ligne de points aux nos 2 et 8)

Ill. 101 - Éclats typiques issus de la pièce esquillée (no 1 brûlé, no 9 jaspe brun, no 10 et 11 variétés S. 14). Les éclats atteignant ou dépassant 2 cm d’extension sont rarement bien formés (nos 1 à 6, 12 et 14) les plus fréquents étant minuscules (no 7). Cette production témoigne des contraintes d’un violent débitage posé, principalement sur les faces d’éclatement partagées par des fractures longitudinales de type Siret (no 2), en silet (nos 6, 8, 10) ou afectées de divers accidents sous bulbaires (nos 1, 3, 4, 7, 9, 11) qui peuvent exhumer un cône incipient, tant au niveau du bulbe (nos 6 et 8) que des contrecoups latéraux ou opposés (nos 5, 10, 11). Des chutes sont associables à l’entame transverse de l’éclat qui conserve son bulbe (no 9), à des reprises croisées (nos 1, 5) ou à des modiications de l’angle de frappe (no 12). La retouche a posteriori et les ébréchures (signalées par une ligne de tirets) peuvent être spontanées ou antérieures au détachement de l’éclat (nos 3, 4, 9), elles sont plus ou moins associables l’utilisation (nos 1 et 14, ce dernier éclat rattachable aux pièces de la igure précédente)

Ill. 102 - Pièces esquillées diverses (no 7 en cristal de roche, no 8 variétés S. 13). Types A2 (no 2), A3 (nos 6 et 8), A4 (no 4), B1 (no 7, avec reprise croisée en B et C après cassure d’une extrémité), B2 (nos 3 et 5 partagés en deux). On remarquera au no 1 les dièdres des bords de frappe opposés à l’orthogonale sur la reprise d’une lame dans l’axe de débitage et aussi les bords de frappe très désaxés du no 9. Sur cet exemplaire la préparation de la percussion posée est passée par une retouche abrupte (en haut) opposée à une large coche clactonienne (ces bords asymétriques ne sont guère aigus et favorables à un usage, la pièce est d’ailleurs reprise en B, probablement pour extraire d’autres éléments minces)

Ill. 103 - Pièces esquillées de morphologie classique, type B. Ces élément posent le problème de l’utilisation possible des pièces en percussion posée, en particulier si l’on compare les exemplaires nos 1 et 7. Contrairement au produit mince réalisé sur un tronçon de lame (no 1, voir ill. 32) où l’un des bords actifs percutés est légèrement émoussé (usage comme coin ou ciseau ?), les bords de frappe empâtés de cortex de l’éclat épais no 7 ne sont pas aigus. Cependant les deux possèdent de nettes ébréchures sur les ils latéraux. On remarquera sur d’autres pièces l’association entre une retouche secondaire (denticulée au no 3, partielle au no 6) et les ébréchures des tranchants. La percussion sur les pièces minces est très mesurée (partielle au nos 2, 4 et 8), mais une percussion d’abord transverse sur l’éclat no 5, puis croisée en B à partir de bords plans (ancien talon et négatif de chute lamellaire) renvoie plutôt à un procédé de calibration pour l’obtention de sous produits minces décrits à l’illustration 99

Ill. 104 - Pièces esquillées résultant probablement d’un usage comme outil (nos 6, 9 et 14, variétés S. 13, no 15 variétés S. 14). Ces pièces sont minces et la percussion posée est modérée. Elles sont typiques quand la retouche est postérieure aux enlèvements bipolaires, comme pour le denticulé no 9, une troncature émoussée au no 10, des pièces encochées (nos 7, 15) et faiblement retouchées par un bordage d’enlèvements courts et semi abrupts (nos 8, 12, 14 et 15), parfois associés (no 3) à des enlèvements rasants sur la cassure opposée (emmanchement ?). Cet usage est moins évident à déterminer macroscopiquement avec des pièces dont la frappe en percussion posée a été très faible, par exemple à partir d’un éclat déjà retouché (nos 6 et 11, ce dernier partagés en deux) ou lorsqu’elles sont associées à des micro retouches (no 2), à des émoussés (no 13) et à des ébréchures plus particulièrement observables sur les chutes à pans verticaux (no 16)

Ill. 105 - Pièces esquillées utilisées (no 6 en cristal de roche, no 5 variétés S. 14, no 7 variétés S. 15). La retouche est ici toujours postérieure aux esquillements de la percussion posée, les ébréchures macroscopiques afectent surtout les dièdres des pans abrupts (nos 2, 4 et 10)

Table des illustrations

Légende Ill. 58 - Percuteurs. No 1 (HC, 144,6 g) : percussion tangentielle douce sur une face (biseau en bas à gauche sur la vue de côté), réutilisation après cassure, principalement sur les chants pour un usage probable en percussion posée. No 2 (JA, 249 g) : galet de granite utilisé sur la tranche en percussion lancée et montrant sur les faces planes les stigmates de la percussion posée
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4829/img-1.jpg
Fichier image/, 577k
Légende Ill. 59 - Percuteurs. No 1 : galet sphérique en grès local (passées violacées et micro cavités sur les grains manquant), une partie de la surface utilisée porte les traces d’une percussion posée violente, notamment la cupule centrale (JA, 289,7 g). No 2 : très petit galet de silex chaufé ayant servi de percuteur, cet usage ayant produit les enlèvements visibles (JA, 17, 6 g)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4829/img-2.jpg
Fichier image/, 705k
Légende Ill. 60 - Rares nucléus à éclats en silex (bassin de Sigean). L’un (no 1) est un résidu discoïde biface, exploité dans le volume de façon opportuniste à partir des plans de issuration (en tireté) ; l’autre est un fragment de ine plaquette exploitée sur les surfaces corticales selon un processus proche du mode Levallois
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4829/img-3.jpg
Fichier image/, 638k
Légende Ill. 61 - Débitage d’éclats en percussion lancée. Les nos 1, 7 et le casson lamellaire no 9 igurent parmi les rares produits conservés atteignant la maille de 3 cm (remarquer les bords ébréchés) ; le reste signale la production de très petits éclats au talon élevé, souvent rebroussés (nos 5 et 8) qui sont issus des nucléus en cours d’exhaustion décrits à la igure précédente, ainsi que des déchets liés à la correction géométrique des nucléus : avivage de corniche (no 7), écrêtage (no 2) ou reprise croisée de bord de frappe (nos 1 et 6)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4829/img-4.jpg
Fichier image/, 524k
Légende Ill. 62 - Rares témoignages d’un débitage laminaire (no 10 variétés S. 15, cf. ill. 17). Quelques rares tronçons de fortes lames aux ils ébréchés (no 14 avec éperon) et un fragment distal de néocrête (no 7) témoignent d’un débitage laminaire qui a servi de support aux outils typiques sur lame (pointes à face plane, grattoirs, burins, denticulés), du moins ceux qui ne sont pas trop déformés par des reprises en percussion posée (no 13, impacts bipolaires simultanés matérialisé par le symbole T). Quelques produits corticaux minces et au proil rectiligne sont issus d’un débitage lamino-lamellaire qui s’est exercé sur les chants de minces plaquettes de silex dans les variétés les plus communes du bassin de Sigean (S. 1-2, nos 1 à 5) avec les rebroussés rédhibitoires (no 15)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4829/img-5.jpg
Fichier image/, 582k
Légende Ill. 63 - Débitage lamellaire (no 10 silex S. 14). Il s’est exercé sur la tranche des plaquettes du silex tertiaire de Sigean, comme le montrent le résidu distal d’une épaisse lame rebroussée ayant gâché le nucléus (no 1, à mettre en relation avec la lamelle no 6 de la igure précédente). Le mode d’extraction pouvait être bipolaire (nos 1, 5) favorisant l’extraction de lamelles à proil rectiligne. Il s’est quelquefois aussi exercé de façon aléatoire sur de petits nucléus angulaires opportunistes (no 11), voire sur d’épais déchets corticaux, mimant le burin (no 16), ou sur des nucléus prismatiques résiduels repris en débitage posé puis en percussion lancée (no 14). Les produits sont rares et tronçonnés, rarement arqués ou vrillés (no 12), souvent afectés de micro retouches (nos 9, 17)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4829/img-6.jpg
Fichier image/, 596k
Légende Ill. 64 - Ébauches des pièces bifaciales (variétés S. 1-2 pour la plupart). Phase d’entame des plaquettes avec un résidu très parlant qui est cassé au niveau d’un défaut banal dans ce type de matériau (no 4, plans de issuration représentés par une plage de tirés). Les éclats d’angle (nos 1, 2, 5 et 8) sont également caractéristiques des amorces du débitage sur ces plaques peu épaisses. Les autres déchets (nos 3, 6 et 7) sont typiques de ces premières phases du débitage bifacial. L’éclat outrepassé no 6 (JA), probablement issu du silex noir de la presqu’île du Doul, a été chaufé et correspond (état de surface et morphologie), quoique ne remontant pas, à un casson d’ébauche visible au no 2 de l’ill. 68 (HC)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4829/img-7.jpg
Fichier image/, 706k
Légende Ill. 65 - Ébauches, phase de décorticage (variétés S. 1-2 pour la plupart, S. 3 pour le no 3). Les remontages sont indiqués par des pointillés aux nos 1, 3 et 5. Diférents déchets typiques sont minces dès cette phase (nos 2, 3, 5 et 7), avec des lames ou lamelles fortuites (nos 1 et 6), mais peuvent être épais pour dépasser des défauts (no 4) ; le no 7 a été chaufé et porte une courte retouche semi abrupte de type raclette
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4829/img-8.jpg
Fichier image/, 592k
Légende Ill. 66 - Mise en forme des pièces foliacées (S. 3 pour le no 4, cf. ill.. 15). Première phase par enlèvements rasants corticaux ou sous corticaux minces (n ° 3) avec un débitage probable au percuteur tendre (n ° 1, 2) dont la frappe s’écrase près du dièdre, générant des talons iliformes (n ° 4). Seuls quelques rares « éclats en pelure » entiers sont assez grands pour conserver les négatifs du pan opposé (n ° 1, 3 et 4). Les corniches sont abrasées (n ° 2 par exemple) et l’on notera les encoches latérales sur le talon du n ° 5 et les ils ébréchés du n ° 2
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4829/img-9.jpg
Fichier image/, 616k
Légende Ill. 67 - Ébauches cassées en cours de façonnage (variété S. 1-2, voir ill. 22). S’expriment ici les diicultés pour tailler ce type de matériau : pénétration du calcaire cortical dans la matière siliceuse, visible sur le plan de cassure du no 1 (vue de gauche), mais aussi dans un reste de creux cortical visible sur la vue de coté du no 2, défaut qui a sans doute nécessité de plus profondes extractions d’éclats, rétrécissant la pièce (négatifs creux visibles sur la vue de droite). On notera la retouche postérieure à la cassure qui afecte la pièce no 1
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4829/img-10.jpg
Fichier image/, 492k
Légende Ill. 68 - Fragments d’ébauches. Au côté d’un casson non repris (no 1) se trouve une pièce chaufée en silex noir (no 2, voir ill. 30 et un éclat de la même pièce au no 6 de l’ill. 64). Sur une base en silex brûlé, ce qui est rare pour ce type de déchet, une grosse cupule thermique fait apparaître un nodule crayeux au cœur de la plaque
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4829/img-11.jpg
Fichier image/, 457k
Légende Ill. 69 - Déchets de façonnage avancé des pointes bifaces (variétés S. 1-2 pour la plupart) : Ces formes minces, « en pelure » ne présentent plus de traces corticales, ou très peu, et correspondent à une phase où les préparations du bord de frappe sont plus soigneuses (nos 3, 5, 7...), avec une abrasion de la corniche précédant l’impact (nos 1, 2, 4). Les bulbes sont peu prononcés, voire creux (no 5) et dans ce cas, l’impact est souvent latéral près du dièdre, pouvant donner des avortons typiques représentés à l’ill. 72. Sur ces déchets, l’onde de choc est arrivée à dépasser de nombreux défauts visibles sur les faces d’éclatement (nos 2, 6 à 8) où l’on remarquera la mémoire d’impacts précédents (no 4, cône incipient). Un seul éclat (no 5) envahit la face opposée. Le remontage du no 3 comprend une base (JA) où la patine est plus claire que l’extrémité (HC, voir ill. 20)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4829/img-12.jpg
Fichier image/, 561k
Légende Ill. 70 - Éclats « en pelure » liés au façonnage des pointes. Éléments caractéristiques du processus de taille de module inférieur au précédent (les plus longs éclats sont généralement cassés : voir quelques remontages aux nos 3, 8 et 10). Certains sont très minces et probablement liés à la inition (nos 6, 4). On remarquera l’encochement des talons, simple (no 2) ou double (no 8), mais aussi que très peu d’éclats mordent sur le bord opposé (no 3) et que les faces inverses signalent la violence d’une percussion sans doute efectuée au percuteur tendre, sauf pour le no 11, qui pourrait à la limite procéder d’une extraction d’éclat sur nucléus discoïde. Le no 5 est proche d’un éclat Janus produit en percussion posée, mais les accidents sous bulbaires (no 1), produisant aussi ces déchets, sont relativement fréquents avec les frappes très proches du dièdre
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4829/img-13.jpg
Fichier image/, 644k
Légende Ill. 71 - Façonnage des pièces bifaces, déchets particuliers. L’éclat à bord débordant (no 1) est à comparer avec les négatifs à la base de l’ébauche no 2, ill. 67. La fracture Siret (no 2), est un accident rare dans ce débitage (noter le dièdre et un il utilisés). Les lames et lamelles fortuites sont nombreuses parmi ces déchets (nos 4 à 13). La lamelle débordante no 5 est sans doute issue d’une reprise croisée en coup de burin du bord de la pièce, probablement après cassure
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4829/img-14.jpg
Fichier image/, 484k
Légende Ill. 72 - Déchets caractéristiques du façonnage des pièces bifaciales. Éclats mimant les produits outrepassés parfois recherchés par le tailleur pour réduire des épaississements, mais provenant ici d’une résistance de l’extrémité distale à l’onde de choc qui est comme réléchie après l’impact, souvent latéral et très près du dièdre au niveau du talon. Le bulbe est très court, étalé sous la lèvre et forme un angle prononcé avec la face d’éclatement (« bulbes creux » au nos 3, 4, 6, 11 et 12). Il peut produire sur l’ébauche à l’emplacement de la partie proximale le même efet qu’une extrémité outrepassée à l’emplacement du contre bulbe. L’expérimentation montre que ces éclats peuvent être générés à la pierre tendre. On notera les encoches sur le talon au no 8 et le talon encoché caractéristique no 10 (frappe avec un objet dièdre sur le bord de la pièce, par exemple avec un fragment d’os long, pour ôter des proéminences mineures sans trop creuser le bord au risque de modiier la morphologie ?). L’encoche latérale au no 4 est une retouche a posteriori commune sur les produits diminutifs. Sur le no 2, la face d’éclatement est patinée en blanc alors que celle de la retouche solutréenne biface est marron (l’ébauche a été chaufée en cours de façonnage après cette retouche et avant le détachement de l’éclat, cf. note 16)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4829/img-15.jpg
Fichier image/, 475k
Légende Ill. 73 - Fractures typiques des pièces foliacées (nos 1 et 4, variétés S. 3). Elles sont transverses ou longitudinales sur des fragments d’ébauche (no 1 chaufée et au no 5, la cassure fut reprise par la retouche avant qu’une fracture transverse ne mette un terme au projet). Mais ces cassures peuvent afecter des pièces plus proches de la inition (nos 2 à 4). Le remontage des deux fragments au no 4, montre que la pièce, probablement chaufée (luisance), fut taillée dans une plaquette très mince dont l’extrémité s’est brisée lors de la retouche au niveau d’un enfoncement cortical bien visible, puis que la taille s’est poursuivie après ce premier déboire et avant que survienne une seconde fracture transverse. Les pièces 2 et 3 proviennent de la même plaque de silex oligocène de Sigean où une géode calcédonieuse logée à cœur a entraîné la cassure transverse ; seule la base de la feuille de laurier a été retouchée ensuite, plus particulièrement sur un bord par une percussion (posée ?) modérée sur le dièdre, matérialisée sur la vue de droite par une ligne de traits
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4829/img-16.jpg
Fichier image/, 714k
Légende Ill. 74 - Cassons d’ébauches (nos 9 à 12) et déchets du façonnage des outils bifaciaux (1 à 8). Déchets de débitage courts, lamellaires (nos 2, 4, 5) ou porteurs de négatifs lamellaires sur les éclats larges (nos 1, 3, 6). Au no 11, la retouche est postérieure à la cassure, signalant un usage qui a mis à proit le bon angle de coupe sur le négatif réléchi ayant probablement enclenché la cassure (ligne de tirets sur la vue de droite et coupe) ; le no 10 est brûlé, ce qui est rarement le cas pour ce genre de débris
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4829/img-17.jpg
Fichier image/, 563k
Légende Ill. 75 - Outillage à bord abattu et troncatures : Les pointes à bord abattu (no 1 à gibbosité mal réduite, no 2 et no 6, impacts probablement fonctionnels sur cette dernière) ont une silhouette plutôt fusiforme que renforce la retouche du bord libre et qui est proche de la pointe à retouche rasante de l’ill. 79 (contour pour comparaison entre les nos 1 et 2). Les éléments cassés ou défigurés par la percussion posée (no 19) sont ubiquistes, en particulier le no 3 qui pourrait suggérer une amorce de cran s’il n’y avait pas des éléments de pièces à dos très courtes et baroques, tel le no 14, pour appeler à la prudence (voir aussi les nos 4 et 5 de l’ill. 78). Les lamelles à b. a., certaines diminutives (no 7 : dos opposé à un égrisage et nos 8 à 10) sont majoritairement tronquées (nos 8, 12 et 13), portant des enlèvements rasants inverses, certains pouvant viser à régulariser le profil (no 13), d’autres très diminutifs pouvant résulter d’un emmanchement ou de l’usage (no 12). Une lamelle bordée à troncature oblique (no 11) complète ce lot, avec deux fragments de lamelles tronquées (nos 17 et 18)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4829/img-18.jpg
Fichier image/, 458k
Légende Ill. 76 - Fragments de pointes bifaciales. D’après les silex, ces fragments appartiennent à trois pointes diférentes en cours de inition en percussion lancée ou déjà fonctionnelles (voir ill. 23 et 34). Le choc ayant entraîné les cassures transverses prend appui sur la face supérieure aux nos 1 et 3 (traits ponctués sur la vue de côté). L’origine de la cassure du no 2 est indéterminable, mais deux enlèvements rasants à partir de la fracture (à gauche) pourraient indiquer le bris fonctionnel lors d’un impact à l’autre extrémité ; la retouche esquilleuse générée par une frappe sur le tranchant est postérieure (matérialisée par des tirets sur la vue). Ces pointes sont prises dans des plaquettes minces (2,5 cm environ, cf. traces corticales et sous corticales sur les nos 1 et 3). Elles pouvaient avoir une base arrondie ; il n’est pas évident que le casson no 2 soit une base, et encore moins une base de pointe asymétrique (la délinéation du tronçon est imputable à une retouche trop creuse)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4829/img-19.jpg
Fichier image/, 455k
Légende Ill. 77 - Fragments de pointes bifaciales et résidus de pièces bifaciales (no 8, 13 variétés S. 15, no 9, jaspe brun, no 14 variétés S. 3, no 16 variété S. 13) : Une extrémité de feuille de laurier sans doute cassée au débitage (no 2), une pièce esquillée retouchée prise dans éclat issu d’une grande pointe (no 17, variété S. 1 retouche antérieure à gauche, secondaire à droite), mais aussi une élégante pointe biface diminutive probablement taillée par pression (no 9, voir ill. 39) et deux bases possibles pour des pointes de même ordre (nos 10 et 11), représentent ici les éléments les plus caractéristiques. Les autres vestiges de pièces à retouche biface sont moins pertinents via quelques possibles éclats de façonnage (nos 3, 4, 5) proches des résidus de percussion posée : les pièces esquillées (12, 13, 15 et 16) et leurs chutes (nos 6, 7, 8, 14 et le no 1 qui n’est pas un fragment de pointe cranté ou de pédoncule, plan de issuration en tireté)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4829/img-20.jpg
Fichier image/, 659k
Légende Ill. 78 - Pointes à face plane, outils et cassons à retouches solutréennes. Aux deux pointes à face plane sommairement aménagées, l’une sur un déchet d’écrêtage (no 10), l’autre sur une lame à typique proil rectiligne (no 12) s’ajoutent des extrémités brisés (nos 9, 11), par de possibles impacts fonctionnel dans un cas (no 2) ainsi que d’autres éléments déigurés par la percussion posée, plus ambigus (nos 6, 7). Certains outils atypiques, car trapus et peu aigus, pourraient être rattachés à ce lot (no 4 à base tronquée et 5), avec un racloir convergeant sur éclat cortical (no 3). Les usures macroscopiques sont igurées par une ligne de points. Inclassable, la pièce encochée no 1 possède une double patine sur cette variété S. 9 : le négatif laminaire de la face supérieure et le vestige de la face d’éclatement sont bruns et luisants (en grisé sur la vue), alors que l’enlèvement vibré sur la face inférieure et les retouches latérales ont blanchi, ce qui témoigne d’une chaufe de la lame préalable à la retouche, ici solutréenne et à la reprise en percussion posée (cf. note 16)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4829/img-21.jpg
Fichier image/, 698k
Légende Ill. 79 - Pointes solutréennes microlithiques, becs et/ou fragments de soie. Deux fragments de minuscule pointe à retouche biface couvrante et biface partielle, dont la base est encochée et l’extrémité apicale taillée dans la partie bulbaire d’une lamelle (no 11), permettent de proposer une reconstitution graphique pour cet objet exceptionnel (même silex et enchaînement des retouches, voir ill. 33). Deux exemplaires de pointes naines (nos 10 et 12) peuvent être formellement associés aux armatures sans préjuger d’une fonction. Il en est de même pour les fragments de pointes à retouche biface envahissante (nos 1 à 6 et 8, 9). La mise en relation provocatrice des nos 2 et 3 (il ne s’agit pas tout à fait du même matériau) vise à mettre l’accent sur d’autres possibilités d’interprétation que des fragments de soies ou de becs, par exemple de pointes triédriques, connues dans d’autres complexes typologiques à la fin des temps glaciaires. Avec un débris de solide outil solutréen (no 13, pointe à face plane ?), plusieurs cassons sont ambigus quant à leur classement typologique (nos 7 et 14 à 16), y compris parmi les courtes pièces baroques déjà signalées dans la figure précédente (cas du no 7)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4829/img-22.jpg
Fichier image/, 463k
Légende Ill. 80 - Outils solutréens (no 1 variétés S. 15, no 3 variétés rouges S. 14, no 10 variétés S. 3, no 14 jaspe brun). Le racloir convergeant sur éclat d’entame (no 10), un racloir sur éclat (no 14) et un fragment cortical à retouche anguleuse proche du grattoir à front ogival (no 8) sont les éléments typiques. Si l’on excepte le fragment d’ébauche de feuille de laurier repris en percussion posée (no 12), les autres éléments, souvent transformés en pièces esquillées (nos 1, 4, 6, 13) ou représentés par leurs déchets (nos 2, 3, 7), sont plus ambigus et ne se rattachent à l’outillage solutréen que par la morphologie de la retouche (nos 3, 4 et 9, possibles fragment de pointe à face plane)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4829/img-23.jpg
Fichier image/, 662k
Légende Ill. 81 - Grattoirs (nos 5 et 19 variétés S. 15, no 6 variétés S. 3, no 7 jaspe brun, no 17 brûlé) : quelques supports résultent d’un débitage lamelli-lamellaire (nos 1, 12, 13, 15 et 18) et les éléments les plus typiques sont ici les exemplaires unguiformes (nos 7 à 11, 13 et 14) et des pièces pygmées dont les fronts sont rétrécis et de tendance ogivale (no 12, no 15) ; d’autres s’individualisent par un front peu arrondi, surbaissé (nos 2 à 6), la retouche pouvant être très courte (no 4), parfois prise dans le bulbe par une denticulation (no 2), où être plus rasante (no 5, à comparer avec l’éclat également aiguisé dans la partie bulbaire no 11, ill. 85) et dans ce cas positionnée sur le côté d’un éclat à face inverse tuilé issu de la pièce esquillée (no 3) ; certains types sortent du lot, tel le no 19, étranglé par des encoches, l’exemplaire épais no 17 ou le no 18, résidu d’un grattoir sur forte lame qui a été repris en percussion posée, comme le no 20 (émoussé signiié par une ligne pointillée), mince et construit à partir de la face normale, ainsi que le no 16, associé à un bec alterne (voir le même type au no 20 ill. 82
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4829/img-24.jpg
Fichier image/, 632k
Légende Ill. 82 - Grattoirs (no 4 variété rouge S. 13, no 12 variété S. 3). Sont regroupés ici les fronts à tendance ogivale allant jusqu’à former une angulation (nos 1, 2, 3, 5, 7 à 15 et 18), ainsi que des fronts rétrécis par un discret épaulement (nos 6, 16, 17 et 20 associé à un bec alterne) ou formant un léger museau (nos 19, 21). Certains exemplaires sont porteurs de retouches rasantes associables à la technique solutréenne (nos 2, 4, 13). Les supports sont allongés, souvent cassés, mais ce sont aussi des éclats prélevés à tous les stades du débitage : nos 1, 16, dérivant probablement du façonnage des pièces solutréennes, nos 3, 5, 12, 19 et 21 de la percussion posée, nos 4, 6, 7, 8, 10, 11, 13, 17 et 18 du débitage lamino-lamellaire en percussion lancée. Certains portent des retouches secondaires et des ébréchures sur les ils ou les dièdres, parfois des émoussés macroscopiques probablement liés à l’usage ou à l’emmanchement (lignes de points aux nos 7 et 18)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4829/img-25.jpg
Fichier image/, 572k
Légende Ill. 83 - Grattoirs repris en percussion posée (no 2 variétés S. 15, no 8 variétés S. 13, no 9 variétés S. 15, no 6 brûlé). Cette reprise s’efectue souvent dans l’axe de la pièce et concerne le plus souvent le front qui est déformé par des enlèvements esquilleux inverses plus ou moins appuyés (nos 1, 3, 4, 5, 9 et 10). Ces enlèvements peuvent être préférentiels à l’autre extrémité quand la pièce est entière (nos 2, 6, 7 et 11). Certains grattoirs ont cependant été formés à partir d’une pièce esquillée (nos 8, 9 et 12), celle-ci ayant pu recouper un front antérieur (no 13) lequel est parfois réactivé après la percussion posée (no 4) par une retouche qui pouvait viser à réafûter la partie très usée du front (voir no 2 ill. 82)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4829/img-26.jpg
Fichier image/, 547k
Légende Ill. 84 - Grattoirs divers et burins (no 5 en jaspe brun). Les grattoirs présentés ici sont typiques, mais rarement attestés et font preuve d’une grande variabilité morphologique guidée par l’incurvation propice de la face inférieure (angle de coupe) et le type de support, plutôt de seconde intention et souvent cortical, tel le no 1 réalisé sur un déchet en pelure et afecté d’une retouche adjacente de type raclette. L’exemplaire diminutif en bouton (no 9) s’oppose à celui au front étendu sur lame torse (no 6 « en D ») ou au large exemplaire sur bord d’éclat tiré d’un nucléus discoïde (no 3). L’exemplaire sur lame épaisse (no 7, plans de issuration en tirets) possède un front très sommairement aménagé, sans doute a posteriori, comme le no 5, au front surbaissé. Les burins ont été réalisés sur forte lame ; ils sont soit dièdre (no 10), soit d’angle sur troncature (no 8) avec une seconde troncature oblique probable à l’autre extrémité, cassée selon une issure matérialisée par une plage de tirets (voir ill. 31)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4829/img-27.jpg
Fichier image/, 634k
Légende Ill. 85 - Éclats retouchés (no 1 variétés S. 3). Mis à part l’élément no 8 (lame aiguisée par une retouche rasante et portant des micro enlèvements rasants inverses sur une cassure), les supports utilisés sont ici des déchets de façonnage de pièces solutréennes peu transformés par une courte retouche abrupte de type raclette (nos 6, 12, 15) souvent très partielle (nos 1, 4, 5, 10), mais aussi par une micro denticulation (nos 1, 2, 13) ou de minuscules coches (nos 3, 7, 9, 14 et 16), plus rarement par une retouche rasante partielle (no 11)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4829/img-28.jpg
Fichier image/, 614k
Légende Ill. 86 - Éclats retouchés (no 6 brûlé, no 2 à double patine ivoire du support et blanche sur la retouche). Les supports sont ici plus épais et liés à la percussion lancée, plus particulièrement à l’extraction de lames (nos 3, 6, 7, 12), rarement minces (no 4). Ces produits plus ou moins denticulés (no 7) ou encochés (no 3) sont fréquemment tronqués par des coups portés sur l’une des faces (nos 3, 5, 6, 7, 9 et 12) ou recoupés par une retouche clactonienne (nos 1, 2, 7 et 12) dont il reste quelques éléments positifs parmi les minuscules déchets (nos 11, 13, 14). Le casson no 10 est un bord d’outil recoupé en percussion posée
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4829/img-29.jpg
Fichier image/, 539k
Légende Ill. 87 - Racloirs et retouchés divers (no 3 cristal de roche, no 10 variétés S. 13, nos 18 et 19 variété S. 14). Avec un éclat mince dont la retouche convergente forme un front anguleux prolongeant une tendance qui afecte les grattoirs (no 13), se côtoient des supports très divers, parfois minuscules (nos 15, 16), rarement lamino-lamellaires (nos 1, 2, 6 et 12), où la retouche dominante est courte et semi abrupte ou abrupte (no 11 troncature ?), formant parfois des encoches (nos 1, 2, 8, 9, 16), certaines pouvant dégager des becs (nos 17, 18). La morphologie aléatoire de petits éclats issus de la percussion posée (forme tuilée de la face inférieure) est mise à proit pour donner des grattoirs très atypiques (nos 19 et 21) ; on remarquera la retouche épineuse de l’éclat no 14, cassé en cours de façonnage, et l’exemplaire no 22 qui résulte de la reprise d’un racloir en percussion posée
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4829/img-30.jpg
Fichier image/, 610k
Légende Ill. 88 - Outils recoupés par percussion posée (no 3 varié S. 13). La retouche caractérise ici l’outil avant la percussion posée qui a emporté un front de grattoir (no 10), le bord d’une forte lame soigneusement retouchée par des enlèvements rasants et plats (no 6) et d’autres racloirs moins typiques (nos 3, 4, 5, 11 et 12), mais aussi des pièces faiblement retouchées (nos 8 et 9), denticulées (nos 1, 2) ou encochées (no 7)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4829/img-31.jpg
Fichier image/, 641k
Légende Ill. 89 - Pièces faiblement transformées diverses (nos 1 et 4 en quartz). L’éclat encoché no 1 (matériau blanc saccharoïde, néocortex éolisé) et le denticulé no 4 (quartz ilonien local) comptent parmi les rarissimes outils en roches banales du substrat local. On remarquera la retouche opportuniste qui appointe une lamelle d’écrêtage (no 3) et la micro retouche alternante qui afecte le dièdre d’un fragment de rognon (no 2). La production de la grosse cupule thermique encochée (no 6) a été favorisée par un défaut de la plaquette (nodule crayeux interne, voir ill. 68, no 3), peut-être lors d’une chaufe pour faciliter le débitage
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4829/img-32.jpg
Fichier image/, 622k
Légende Ill. 90 - Supports faiblement retouchés et utilisés (no 4 variétés S. 15, voir ill. 18, no 10 variétés S. 13). Une majorité de fragments lamellaires ou d’éclats sont munis de coches (nos 2, 10, 11, 13, 15), parfois minuscules (nos 3, 6, 7, 9, 12), et/ou sont bordés par une micro retouche abrupte (no 1 proche du grattoir, no 5, 14). Les autres portent des retouches irrégulières et dispersée (nos 4, 10, 17, 18), parfois bifaces (no 16) sur des supports plus volumineux, rares cependant
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4829/img-33.jpg
Fichier image/, 680k
Légende Ill. 91 - Supports faiblement retouchés et utilisés. Les petites encoches dominent sur de minuscules éclats minces ou des fragments de lamelles, avec une remarque particulière pour des coches produites par l’insertion d’un objet tranchant sur le bord de l’éclat, suivi d’un mouvement tournant qui génère une micro retouche généralement positionnée à gauche de l’entaille et qui ne semble pas fortuite (nos 1, 2, 6). On remarquera la courte retouche alterne, abrupte, parfois micro denticulée, qui est positionnée sur des extrémités pointues (nos 15, 16, 17, 20, 25, 26)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4829/img-34.jpg
Fichier image/, 545k
Légende Ill. 92 - Nucléus associés à la percussion posée. Un petit rognon (no 2) a été débité en percussion posée, alternativement en A puis en B, produisant une pièce esquillée, alors que l’exemplaire no 1 est un nucléus exploité en percussion lancée, puis en percussion posée (signes en T) et que le no 3 a d’abord été formaté sur un bord par percussion posée (vue de côté) puis exploité par un débitage bipolaire lancé en A et repris comme une pièce esquillée en B
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4829/img-35.jpg
Fichier image/, 534k
Légende Ill. 93 - Pièces esquillées associables au débitage, type A2. Ces déchets sont oblongs et épais, leurs négatifs sont lamellaires et leurs bords de frappe, parfois très désaxés (no 1), peuvent être plats (no 2). Ces pièces se brisent longitudinalement en éclats caractéristiques (nos 3 et 6) et produisent des éléments lamelliformes peu normalisés (en encadré) : soit des produits larges à double dos de préparation (nos 8, 9), soit des produits plus typiques mais souvent brisés (no 7) ou désaxés, au talon iliforme et qui conservent souvent les traces annexes de ce mode de débitage (nos 10 et 11). Ils sont parfois faiblement retouchés par des égrisages inverses ou des encoches (no 7). On remarquera les cupules thermiques sur le cortex du no 4, fréquentes sur les cortex des silex de Roquefort-les-Corbières gisant sur les vieilles surfaces à industries moustérienne (haloclastie ? cf. ill. 29)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4829/img-36.jpg
Fichier image/, 608k
Légende Ill. 94 - Pièces esquillées formées pour le débitage, type A3 (no 2 jaspe brun). Certaines pièces épaisses témoignent de reprises latérales en percussion posée qui ne peuvent pas être associées à un usage, mais à la calibration latérale du support, même minuscule (no 4). Ce formatage a parfois produit des néocrêtes (nos 2, 3) qui apparaissent le plus souvent sous forme de vestiges (nos 1, 6) et dont les produits peuvent être utilisés (no 5)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4829/img-37.jpg
Fichier image/, 585k
Légende Ill. 95 - Pièces esquillées en « navettes », type A4 (no 10 variétés S. 3). Ces pièces allongées et étroites, au bord de frappe aigu à punctiforme, témoignent d’une séquence poussée du débitage en percussion posée, bien que certaines aient visiblement été utilisées, par exemple aux nos 4 et 6 (émoussé signalé par une ligne pointillée) et au no 8 (double patine, l’ancienne étant matérialisée en gris, et micro retouche alternante signalée par des triangles). Les lamelles à deux pans, étroites et minces, à talons réduits (voir ill. suivante), sont diiciles à obtenir car ces pièces se cassent souvent à une extrémité (no 5) ou produisent des sortes de chutes de burin (no 7) et des chutes typiques en « bâtonnet », fréquemment utilisées sur les dièdres (nos 10 et 11)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4829/img-38.jpg
Fichier image/, 593k
Légende Ill. 96 : Produits lamelliformes du débitage en percussion posée (nos 2 et 14 variétés S. 3). Les chutes portent souvent les stigmates bipolaires des contraintes de ce débitage (face d’éclatement vibrée et esquillée, contrecoups ici matérialisés par un T) et ces déchets, de forme aléatoire, dégagent assez rarement des pans et des fils réguliers propices à la confection d’armatures (nos 7, 9, 14, 15, 19 à 23) ; quelques-uns portent une retouche ubiquiste (spontanée, utilisation ?), par exemple sur l’exemplaires à pan revers (no 8)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4829/img-39.jpg
Fichier image/, 489k
Légende Ill. 97 - Éléments allongés typiques issus de la pièce esquillée (no 2 variété S. 14, no 6 variétés S. 13). Les produits peu normalisés et larges sont plus fréquents (nos 1, 2, 4) que les véritables lamelles (nos 10, 14), souvent cassées (no 3), grevées d’accidents bulbaires (nos 7, 15) ou de type Siret (no 6) et de pans latéraux abrupts (nos 2, 5 et 11, produits à dos de préparation pouvant être utilisés sur les dièdres). Les chutes latérales des pièces classiques de type B sont caractéristiques (nos 8, 9, voir ill. 99, nos 13 à 15), mimant parfois la chute de burin épaisse (no 16) ou la lamelle à bord abattu lorsque la percussion enlève des bords retouchés d’outils (nos 12, 13 et 18). La face inverse est souvent vrillée donnant des résidus de morphologie aléatoire (no 17)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4829/img-40.jpg
Fichier image/, 431k
Légende Ill. 98 - Recoupe des éclats épais en percussion posée (nos 2 et 6 brûlé, no 7 variétés S. 3 et no 2 variété S. 14). Au contraire des pièces nos 2 et 5, où la percussion reprend les bords coupants de l’éclat, les impacts violents de la pièce no 1 sont positionnés sur l’axe de débitage en A (cassure plane proximale, partage par un enlèvement inverse dextre,), puis décalés vers la gauche (avec un enlèvement direct en B). Bien qu’il existe une production d’éclats Janus, parfois utilisés (en encadré), les ébréchures inverses postérieures à la percussion posée sur le no 1, la reprise en percussion posée peu violente du petit éclat retouché no 4 et les ébréchures bifaces sur les ils de la pièce cassée no 3, incitent à considérer ces pièces comme des supports utilisés, diférents des pièces nucléiformes, tel le résidu de type A1, au no 6
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4829/img-41.jpg
Fichier image/, 618k
Légende Ill. 99 - Recoupe des éclats en percussion posée, pièces esquillées type B1 (no 10 variétés S. 15, faciès des Costières, cf. ill. 17). Les pièces esquillées classiques, minces et sub-quadrangulaires sont produites à partir d’éclats peu épais par des reprises croisées de la percussion, comme en A, puis en B sur l’exemplaire no 1 par exemple. Ces reprises tournantes génèrent des bords de frappe plus ou moins aigus qui calibrent la pièce et qui apparaissent sur les négatif des chutes inverses (éclats Janus nos 2, 3) ou directes (éclats nos 11, 12), mais aussi sous forme de discrets enlèvements rasants latéraux à partir des cassures (nos 7 et 8), voire comme de véritables produits d’écrêtage (nos 13 à 15) ou des chutes de burin à partir de pièces diminutives (nos 4 et 5). Certaines pièces portent des traces macroscopique d’utilisation (micro retouche au no 4), mais ce sont souvent les sous-produits qui ont visiblement été utilisés (nos 3 et 11). On remarquera les cupules typiques du silex translucide de Roquefort-les-Corbières sur le cortex du no 1 (possible haloclastie)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4829/img-42.jpg
Fichier image/, 625k
Légende Ill. 100 - Pièces esquillées associables à la production d’éclats ou de lamelles. Ces résidus de type A (nos 3, 5) ou B, sont de dimensions variables, certains très diminutifs (no 3). Ils possèdent souvent un bord de frappe plan (en hachuré sur les vues de côté) et quelquefois cortical, où une percussion violente s’est exercée à l’opposé sur un bord aigu (no 2), le plus souvent réduit (nos 1, 6 et 8), voire pointu (nos 5, 7), soit sur un bord resté plan (no 4) qui les rend proches de petits nucléus. Certaines de ces pièces ofrent toutefois des traces d’utilisation sous forme d’une courte retouche irrégulière (no 4) ou d’émoussés macroscopiques (matérialisés par une ligne de points aux nos 2 et 8)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4829/img-43.jpg
Fichier image/, 480k
Légende Ill. 101 - Éclats typiques issus de la pièce esquillée (no 1 brûlé, no 9 jaspe brun, no 10 et 11 variétés S. 14). Les éclats atteignant ou dépassant 2 cm d’extension sont rarement bien formés (nos 1 à 6, 12 et 14) les plus fréquents étant minuscules (no 7). Cette production témoigne des contraintes d’un violent débitage posé, principalement sur les faces d’éclatement partagées par des fractures longitudinales de type Siret (no 2), en silet (nos 6, 8, 10) ou afectées de divers accidents sous bulbaires (nos 1, 3, 4, 7, 9, 11) qui peuvent exhumer un cône incipient, tant au niveau du bulbe (nos 6 et 8) que des contrecoups latéraux ou opposés (nos 5, 10, 11). Des chutes sont associables à l’entame transverse de l’éclat qui conserve son bulbe (no 9), à des reprises croisées (nos 1, 5) ou à des modiications de l’angle de frappe (no 12). La retouche a posteriori et les ébréchures (signalées par une ligne de tirets) peuvent être spontanées ou antérieures au détachement de l’éclat (nos 3, 4, 9), elles sont plus ou moins associables l’utilisation (nos 1 et 14, ce dernier éclat rattachable aux pièces de la igure précédente)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4829/img-44.jpg
Fichier image/, 537k
Légende Ill. 102 - Pièces esquillées diverses (no 7 en cristal de roche, no 8 variétés S. 13). Types A2 (no 2), A3 (nos 6 et 8), A4 (no 4), B1 (no 7, avec reprise croisée en B et C après cassure d’une extrémité), B2 (nos 3 et 5 partagés en deux). On remarquera au no 1 les dièdres des bords de frappe opposés à l’orthogonale sur la reprise d’une lame dans l’axe de débitage et aussi les bords de frappe très désaxés du no 9. Sur cet exemplaire la préparation de la percussion posée est passée par une retouche abrupte (en haut) opposée à une large coche clactonienne (ces bords asymétriques ne sont guère aigus et favorables à un usage, la pièce est d’ailleurs reprise en B, probablement pour extraire d’autres éléments minces)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4829/img-45.jpg
Fichier image/, 533k
Légende Ill. 103 - Pièces esquillées de morphologie classique, type B. Ces élément posent le problème de l’utilisation possible des pièces en percussion posée, en particulier si l’on compare les exemplaires nos 1 et 7. Contrairement au produit mince réalisé sur un tronçon de lame (no 1, voir ill. 32) où l’un des bords actifs percutés est légèrement émoussé (usage comme coin ou ciseau ?), les bords de frappe empâtés de cortex de l’éclat épais no 7 ne sont pas aigus. Cependant les deux possèdent de nettes ébréchures sur les ils latéraux. On remarquera sur d’autres pièces l’association entre une retouche secondaire (denticulée au no 3, partielle au no 6) et les ébréchures des tranchants. La percussion sur les pièces minces est très mesurée (partielle au nos 2, 4 et 8), mais une percussion d’abord transverse sur l’éclat no 5, puis croisée en B à partir de bords plans (ancien talon et négatif de chute lamellaire) renvoie plutôt à un procédé de calibration pour l’obtention de sous produits minces décrits à l’illustration 99
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4829/img-46.jpg
Fichier image/, 640k
Légende Ill. 104 - Pièces esquillées résultant probablement d’un usage comme outil (nos 6, 9 et 14, variétés S. 13, no 15 variétés S. 14). Ces pièces sont minces et la percussion posée est modérée. Elles sont typiques quand la retouche est postérieure aux enlèvements bipolaires, comme pour le denticulé no 9, une troncature émoussée au no 10, des pièces encochées (nos 7, 15) et faiblement retouchées par un bordage d’enlèvements courts et semi abrupts (nos 8, 12, 14 et 15), parfois associés (no 3) à des enlèvements rasants sur la cassure opposée (emmanchement ?). Cet usage est moins évident à déterminer macroscopiquement avec des pièces dont la frappe en percussion posée a été très faible, par exemple à partir d’un éclat déjà retouché (nos 6 et 11, ce dernier partagés en deux) ou lorsqu’elles sont associées à des micro retouches (no 2), à des émoussés (no 13) et à des ébréchures plus particulièrement observables sur les chutes à pans verticaux (no 16)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4829/img-47.jpg
Fichier image/, 567k
Légende Ill. 105 - Pièces esquillées utilisées (no 6 en cristal de roche, no 5 variétés S. 14, no 7 variétés S. 15). La retouche est ici toujours postérieure aux esquillements de la percussion posée, les ébréchures macroscopiques afectent surtout les dièdres des pans abrupts (nos 2, 4 et 10)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4829/img-48.jpg
Fichier image/, 511k

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540