Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tautavel

 | 
Michel Martzluff
, 
Aymat Catafau
, 
Martin Galinier

Le peuplement d’une vallée méditerranéenne dans la très longue durée

La Caune de l’Arago à Tautavel

André Debénath

Texte intégral

1Le Roussillon a de tous temps été une terre de passage. Les hommes s’y sont installés depuis des centaines de milliers d’années, tant sur les rives des cours d’eau que dans les grottes qui nous livrent les vestiges de leurs occupations : simples bivouacs, camps de chasse, habitats permanents. Les occupations en bordure des rivières nous sont parvenues plus ou moins bien conservées. Les dépôts fluviatiles se présentent sous forme de terrasses : accumulations de sédiments sableux ou de graviers formant des sortes de plages étagées qui permettaient la circulation des troupeaux et constituaient ainsi des zones de chasse privilégiées par les préhistoriques. Si ces terrasses donnaient un accès facile aux points d’eau, il est certain que les fontes des neiges rendaient ces lieux difficiles d’accès et les hommes trouvaient alors refuge dans les « caunes » (grottes). Comme dans tout le reste de l’Europe, le climat du Roussillon a montré durant les temps quaternaires des variations de plus ou moins grande amplitude qui ont provoqué d’importantes modifications de la morphologie du paysage ainsi que des faunes et des flores. Toutefois, l’homme a su adapter ses techniques et ses modes de vie à ces variations climatiques. La Caune de l’Arago est sans conteste le site paléolithique le plus important du Roussillon. Située à environ 3 km au nord-ouest de Tautavel, cette grotte domine la vallée du Verdouble, affluent de l’Agly, d’une centaine de mètres et s’ouvre dans des calcaires urgo-aptiens à près de 200 m d’altitude, au débouché des gorges du Gouleyrous après lesquelles la rivière s’étale dans la plaine (ill. 1). C’est une des plus grandes cavités karstiques du sud des Corbières et sa position en surplomb de la vallée en faisait un site particulièrement bien adapté à son habitat par les hommes du Paléolithique.

2Peut-être convient-il de rappeler brièvement ce que fut l’histoire de la recherche préhistorique en Roussillon. Les années 1840 virent la création à Perpignan d’une Commission pour la recherche des antiquités dans les Pyrénées-Orientales, qui s’ajoutera au Cabinet d’histoire naturelle créé en 1770. La Commission avait pour but de réaliser une carte archéologique du département et de sauvegarder les objets pouvant avoir un intérêt archéologique afin de constituer un musée.

  • 1 Fondée en 1350, fermée en 1793, l’Université de Perpignan fut réouverte en 1957 sous l’égide de l’U (...)

3Fin 1833, un pharmacien perpignanais, J. Farines avait créé la Société libre des beaux-arts, sciences et belles-lettres qui devint la Société philomathique de Perpignan (Descamps, 2005), puis, en 1839, la Société agricole, scientifique et littéraire des Pyrénées-Orientales. Elle va publier le Bulletin des travaux de la Société Philomathique de Perpignan, futur Bulletin de la Société des Arts, Sciences et Lettres de Perpignan (Belledent, 2000). Farines abandonnera la recherche vers 1836 pour se consacrer à la politique (il sera conseiller municipal de Perpignan). Néanmoins, il participera à la revalorisation du Cabinet d’Histoire naturelle qui occupait les anciens locaux de l’Université fermée lors de la Révolution1 ébauche de l’actuel Muséum d’Histoire naturelle.

4Les mouvements d’idées de la première moitié du XIXe siècle qui font progresser la science se répercutent au sein des publications de la SA.S.L. Les thèses de Darwin font l’objet de nombreuses discussions, de même que la théorie de l’abbé Bourgeois qui pensait que l’homme existait durant l’ère tertiaire ou l’authenticité de la mandibule de Moulin-Quignon mise au jour lors des fouilles de J. Boucher de Perthes.

  • 2 L’ancienneté de ce crâne a été fortement mise en cause lors de la présentation de la communication (...)

5En Roussillon quelques découvertes aiguisent la curiosité : un crâne trouvé à Saint-Paul-de-Fenouillet qui serait contemporain du dernier déluge (Companyo, 1851) et dans lequel le géologue Ch. Depéret voyait des caractères néandertaliens (Depéret et Jarricot, 1908)2. De même la découverte de la grotte de Moli de Vent à Estagel qui livra une faune renfermant du Renne et du matériel archéologique attribuable au Paléolithique supérieur et au Chalcolithique.

6C’est à la fin des années 1820 que furent découverts dans la grotte d’Argou (grotte de Tautavel) par J. Farines des restes fauniques, étudiés par M. de Serre, professeur à l’Université de Montpellier, et des galets brisés. Tout au long du XIXe siècle et au début du XXe, les recherches se poursuivirent de façon désordonnée et de nombreux sites furent détruits pour enrichir des collections.

  • 3 Rappelons également l’apport de J. Abélanet dans le domaine de l’art rupestre post-paléolithique.

7Le renouveau se marqua après la seconde guerre mondiale, principalement avec les travaux de P. Ponsisch à Montou et de J. Abélanet qui, à la fin, des années 1940, est titulaire d’une autorisation de fouille pour la grotte du Pas Estret où il met en évidence de l’Epipaléolithique. Ce gisement fut détruit par un fouilleur clandestin qui sévit également dans les années 1950 à la Caune de l’Arago avant de devenir conservateur du musée de Trois-Rivières au Canada où sont entreposées ses collections (Martzluff, 2003). C’est également à cette époque que J. Abélanet reconnut l’industrie lithique de Tautavel avant que les fouilles de la grotte soient reprises par H. de Lumley et son équipe en 19643.

Farines, Joseph, Nabor, Bonaventure. Né et mort à Espira-de-l’Agly, Pyrénées-Orientales (1792-1864), pharmacien à Perpignan, naturaliste, il est le fondateur de la Société Agricole, Scientifique et Littéraire des Pyrénées-Orientales. Marié à sa cousine Madeleine, il eut deux filles et un fils. Élu au conseil municipal de Perpignan en 1834, il participa activement à la vie de la commune au titre de plusieurs commissions du conseil. Il s’est également intéressé au problème de l’alimentation en eau de la ville de Perpignan, principalement en ce qui concerne le forage de puits artésiens. La polémique qui l’opposa à M. de Serre le conduisit à cesser son activité scientifique. Cependant, c’est lui qui avait raison.

1 - Localisation de la Caune de l’Arago à l’entrée des gorges de Gouleyrous (cliché M. Martzluf)

La grotte et son remplissage

8La grotte se présente comme un vaste couloir d’environ 35 m de longueur, 10 de largeur, et une quinzaine de mètres de hauteur. Son ouverture est orientée est-ouest et se situe au débouché des gorges du Gouleyrous, là où le cours du Verdouble s’élargit. Le porche actuel est en retrait d’une trentaine de mètres par rapport à celui d’origine. Des blocs d’effondrement témoignent d’un recul en plusieurs temps de ce porche, le dernier recul étant relativement récent et date sans doute d’environ 20 000 ans. Une coulée stalagmitique obstrue le fond du couloir dont la longueur exacte n’est pas connue. L’origine de la grotte est liée à la karstification des calcaires urgo-aptiens qui forment le massif des Corbières et son origine remonte à la fin du Pliocène ou au début du Pléistocène.

9Le plancher de la grotte forme une cuvette. Cette morphologie a facilité le piégeage des sédiments qui atteignent une quinzaine de mètres d’épaisseur. L’origine de ces sédiments est variée et témoigne des changements climatiques qui ont présidé à leur dépôt et à leurs modifications ultérieures. Le vent, le ruissellement, le thermoclastisme et les activités humaines et animales sont les principales causes de la mise en place des sédiments. Le substratum rocheux est recouvert par un plancher stalagmitique.

2 - Tableau stratigraphique de la Caune de l’Arago (d’après Perrenoud 1993)

10Le remplissage, épais de plus de 10 mètres, a été subdivisé en trois complexes (de base, moyen et supérieur) comprenant chacun plusieurs séquences :

Le complexe de base

11Épais d’environ 6 mètres, il repose sur le plancher stalagmitique qui recouvre le substratum rocheux et qui s’est mis en place sous un climat tempéré humide. Ce plancher est daté par différentes méthodes (Yokoyama et al., 1981, de Lumley et al., 1984) d’un peu moins de 700 000 ans (fin de l’interglaciaire Günz-Mindel, stade isotopique 17). Ce complexe, formé par des argiles sablo-limoneuses est lui-même subdivisé en deux séquences :

  • la séquence inférieure est datée de 660 000 à 620 000 ans et elle comprend les unités stratigraphiques X, Y et Z. Les argiles qui la composent ont été déposées sous climat froid humide avec des forêts regroupant sapins et bouleaux (Renault-Miskovski, 1981) ;

  • la séquence supérieure datée de 620 000 à 570 000 ans comprend les unités archéologiques T à W. Cet ensemble correspond à la glaciation de Mindel (stades isotopiques 16 et 15). Elle est constituée par des argiles sableuses dont le dépôt s’est effectué sous un climat froid avec des alternances sèches et humides.

Le complexe moyen

12Épais d’environ 6 mètres, il est également rapporté à la glaciation de Mindel (stades isotopiques 14 à 12) et les sédiments qui le forment se sont mis en place entre 570 000 et 400 000 ans. Là encore, on distingue deux séquences.

13La séquence inférieure renferme deux ensembles : l’ensemble I mis en place entre 570 000 et 530 000 ans (stade isotopique 14), composé de sables et limons lités qui contiennent les unités archéologiques K à S. Le climat qui régnait lors de la mise en place des dépôts était steppique froid. L’ensemble II (stade isotopique 13) qui s’est déposé entre 530 000 et 480 000 ans, est composé d’argiles sablo-limoneuses. Il renferme les unités stratigraphiques H à I. La présence de nombreux arbres tels les chênes verts ou les pistachiers témoigne d’un climat beaucoup plus chaud.

14La séquence supérieure constitue l’ensemble III, épais d’environ 4 mètres (stade isotopique 12) composé de sables grossiers déposés entre 480 000 et 400 000 ans sous un climat froid et renfermant les unités archéostratigraphiques D à G.

Le complexe supérieur

15Il renferme des dépôts qui se sont mis en place depuis la glaciation de Mindel jusqu’à la glaciation würmienne (stades isotopiques 11 à 3). Il se subdivise également en deux séquences :

  • La séquence inférieure comprend deux ensembles (IV et V). Le premier montre une intercalation de planchers stalagmitiques et de cailloutis anguleux. Il renferme l’unité archéostratigraphique C. Cet ensemble se rapporte aux stades isotopiques 11 à 5 et s’est mis en place entre 400 000 et 92 000 ans. Le second ensemble attribué aux stades isotopiques 4 et 3 (glaciations de Riss et de Würm) comprend les unités archéostratigraphiques A et B datées de 92 000 à 35 000 ans ;

  • la séquence supérieure (ensemble VI) est constituée par un plancher stalagmitique daté de 35 000 ans. Le remplissage de la grotte de l’Arago se termine par des terres brunes piégées dans des fissures. Elles contiennent des industries appartenant au Moustérien.

16Comme dans tous les systèmes karstiques, les sédiments ont subi de nombreuses transformations d’origine chimique ou mécanique. Les transformations d’ordre chimique sont liées aux apports et à la dégradation des matières organiques liées à la présence des animaux qui ont vécu dans la cavité. Elles sont également à mettre en relation avec d’importants dépôts de guano par les chauves-souris. La transformation de ce guano en phosphates se traduit par l’existence d’une vaste « poche » phosphatée au sein du sédiment et elle a entraîné l’altération des éléments calcaires provenant de la dégradation des parois de la cavité ainsi que des ossements abandonnés sur le sol. Les phénomènes chimiques se traduisent également par des altérations des silex, par des dépôts d’oxydes ferro-manganifères et des phénomènes de bréchification des sédiments.

17Les transformations d’ordre mécanique se manifestent par des déformations des couches, notamment un affaissement des couches qui ne se présentent plus sous un aspect horizontal, mais qui sont concaves. Des déformations plus importantes peuvent également affecter les planchers stalagmitiques, de même que des phénomènes liés à l’érosion ont endommagé les couches qui se trouvaient exposées après les effondrements successifs du plafond de la grotte. Les bioturbations liées à la présence des hommes et des animaux ont également joué un rôle dans la modification des sédiments, soit de façon mécanique, soit de façon chimique.

L’occupation de la grotte

18Les différentes unités archéologiques correspondent à des sols d’habitat, témoignant de la longue occupation de la grotte par les hommes et/ou les animaux. Le concept de sol d’habitat est assez flou. Pour certains auteurs, tel F. Bordes (Bordes 1975), un sol d’habitat correspond à une occupation courte et la position des objets qu’il contient doit permettre de comprendre les activités auxquelles les hommes se sont livrés. Cette définition du sol d’habitat est difficile à admettre dans le cas de certains sites en grottes : certains sols de Tautavel sont très épais, tel l’important sol G (80 centimètres), ce qui correspond certainement à une longue occupation ou à une série de nombreuses occupations plus brèves par les Paléolithiques.

19L’occupation humaine se traduit par la présence d’outillage lithique, de déchets de cuisine et parfois de structures (dallages ou apports d’éléments caillouteux provenant de l’extérieur de la grotte). Les hommes du Paléolithique ancien et du Paléolithique moyen étaient des chasseurs-cueilleurs, parfois charognards, récupérant des carcasses abandonnées par les carnassiers ou provenant d’animaux embourbés sur les bords des lacs ou des rivières. La chasse au sens strict du terme est bien caractérisée à Tautavel.

20Le silex est assez rare aux abords de Tautavel, aussi les hommes ont-ils utilisé des matières premières variées, le quartz étant dominant, sous forme de quartz hyalin et de quartz blanc qui abondent dans les alluvions du Verdouble. Les quartzites de la vallée de la Têt et les grès-quartzites de la plaine de Tautavel entrent également pour une part importante dans la fabrication de l’outillage. Ont également été utilisés des silex variés, des calcaires, etc. Les quartz et quartzites sont les matériaux les plus utilisés et ils entrent pour près de 80 % dans les matières premières utilisées dans l’ensemble du site.

21Les structures d’habitats se présentent sous forme de surfaces sur lesquelles se trouvent des concentrations de pierres qui ont été récoltées hors de la grotte ou qui proviennent de la dégradation des parois ainsi que de nombreux restes de faune (déchets de cuisine) et de l’outillage lithique. Les traces de feu n’apparaissent que dans la partie supérieure du remplissage. Sans insister sur les détails, nous considèrerons ici les principaux sols des différents ensembles.

Ensemble I

22Les sols d’habitats sont plus ou moins riches en fonction de la densité et de la durée de leur occupation par les hommes. Certains d’entre eux correspondent à des tanières de carnivores : les sols M à O contiennent plusieurs squelettes d’Ours de Deninger, de carnivores variés et des crânes de Mouflon.

23Les différents sols nous permettent d’avoir une idée assez précise des occupations des habitants : c’est ainsi que les sols K et L sont des haltes de chasseurs de Renne. L’industrie du sol K est très pauvre, mais celle du sol L est assez riche, obtenue majoritairement à partir de silex. Les racloirs dominent l’outillage sur éclats, suivis par les encoches et quelques rares denticulés. Les bifaces sont absents et il existe quelques outils sur galets. Dans le sol L, le Renne domine largement les autres restes de faune (près de 80 %) et l’étude des dents a montré que la chasse s’est effectuée au printemps et en été (Moutoussamy, 2001). Les restes sont très nombreux, à l’exception des bois.

Ensemble II

24Les sols H à J correspondent eux aussi à des camps de chasseurs de Cervidés, on y rencontre des cerfs et des daims. Le sol le plus riche (J) montre que les animaux furent chassés en Automne. Outre le Cerf et le Daim, on remarque également la présence du Renne, de Bovidés (Bison, Bœuf musqué), ainsi que du Cheval de Mosbach, du Mouflon et du Rhinocéros. L’industrie comprend des racloirs qui dominent, mais les racloirs simples sont plus nombreux que dans le sol H. Il existe également de nombreux outils à coches, ainsi qu’une plus grande représentation des outils sur galets, principalement des choppers.

25Les sols H et I correspondent à de brèves occupations. Le sol H renferme une industrie dans laquelle les racloirs dominent fortement, accompagnés d’outils à encoches et de denticulés.

Ensemble III

26Le sol G est l’un des plus importants du site. Il est très riche et pourrait correspondre à une superposition d’occupations saisonnières. La densité du matériel archéologique est telle qu’il n’est pas possible d’y faire des subdivisons fines. Plusieurs dizaines de milliers d’objets en proviennent : restes osseux, outils, produits de fabrication des outils. Les herbivores sont largement représentés : Cheval de Mosbach, Bison, Rhinocéros, Renne, Cerf, Mouflon, Thar. Des carnivores sont également présents : Loup, Cuon, Renard, Lion des cavernes, Lynx.

27L’industrie lithique récoltée comprend plusieurs milliers d’objets. Là encore, les racloirs sont les outils dominants avec de nombreux types composites. Les encoches sont de types variés et les denticulés sont mieux représentés que dans les niveaux sous-jacents. Il existe de nombreux outils sur galets (choppers et chopping-tools) ainsi que des bifaces.

28Le sol F correspond lui aussi à des occupations successives et sa faune n’est guère différente de celle du sol G. Toutefois on y trouve quelques restes de Daim et de Chamois qui témoignent d’une amélioration climatique. Ce sol est caractérisé par la présence de très nombreux restes de Mouflon, ce qui indique une chasse spécialisée. L’industrie est très proche de celle du sol G.

29Le sol E renferme une faune également dominée par le Mouflon, le Cheval et le Thar qui étaient déjà chassés précédemment. Là encore, la chasse a été sélective. Il existe aussi quelques restes de Bison et d’Éléphant. L’industrie se caractérise par l’augmentation des encoches, bien que les racloirs restent en nombre important avec une diminution des types composites. Les bifaces sont mieux représentés.

3 - Industrie du sol G. : 1 racloir à bord légèrement denticulé ; 2 racloir convergent à retouches abruptes ; 4 à 6 denticulés ; 7 denticulé inverse associé à un racloir sur face plane ; 8 limace atypique ; 9 et 10 grattoirs (d’après D. Barsky 2001)

4 - 1 Biface ; 2 chopper ; 3 chopping-tool (d’après Byrne 2001)

30La partie supérieure du sol D voit disparaître le Mouflon auquel se substitue le Bouquetin et les grands herbivores sont rares. L’industrie montre encore une importance croissante des encoches et une diminution des outils composites, mais les racloirs dominent toujours. Les outils sur galets sont rares et les bifaces toujours présents, mais en petit nombre.

Ensemble IV

31Le niveau C se compose essentiellement de planchers stalagmitiques interstratifiés avec des niveaux sableux riches en restes de Porc-épic. On y trouve peu d’industrie (encoches et racloirs) ainsi que quelques charbons et esquilles osseuses brûlées.

Ensemble V

32Les niveaux B et A qui composent cet ensemble se rattachent à l’interglaciaire Riss-Würm et au début de la glaciation würmienne. Ils sont très pauvres.

33À l’exception de celle des niveaux supérieurs qui s’apparente au Moustérien, l’industrie de Tautavel est plus difficile à classer. Dès 1976, H. de Lumley, reconnaissait de l’Acheuléen moyen comprenant des racloirs ainsi que des bifaces de différents types (lancéolés, amygdaloïdes et ovalaires) et un Tayacien caractérisé par un débitage non Levallois, peu facetté avec de nombreux racloirs, principalement simples et transversaux ainsi que des encoches et des outils variés (pointes de Tayac, de Quinson). Il convient toutefois d’être réservé en ce qui concerne le Tayacien (Chase et al., 2009). Des travaux récents (Barsky 2001) montrent la difficulté d’établir une diagnose précise de ces industries.

L’homme de Tautavel

34Le Caune de l’Arago a livré de très nombreux restes humains (plus de 120). Le plus connu d’entre eux est un crâne incomplet (Arago 21), trouvé en plusieurs éléments dont la découverte s’est échelonnée sur plusieurs années. Ce crâne s’accompagne de nombreux restes du squelette céphalique (plusieurs mandibules et de nombreuses dents) et du squelette postcrânien (phalanges, métatarsiens, partie gauche d’un bassin, diaphyses de fémurs, humérus, etc.). La première mandibule a été mise au jour en 1969 et les premiers éléments du crâne (face et frontal) en 1971. La conservation de l’ensemble du matériel humain est remarquable. Tous ces vestiges ont été découverts, comme c’est le cas le plus souvent, épars parmi les déchets de cuisine, sans aucune trace d’inhumations qui n’apparaîtront que beaucoup plus tard dans l’histoire de l’humanité.

35Le crâne Arago 21 appartient à un individu masculin âgé d’une vingtaine d’années d’une taille de l’ordre de 1,65 mètre. De grosses pierres apportées par l’homme se trouvaient à proximité du crâne qui présente plusieurs fractures post-mortem, mais l’ensemble a pu être reconstitué dans de bonnes conditions. L’occipital n’a jamais été retrouvé, mais une reconstitution totale du crâne a été effectuée à l’aide d’un moulage de l’occipital de Swanscombe (Angleterre) qui est morphologiquement le plus proche du fossile de l’Arago. Le crâne, comme les autres restes, se caractérise par sa robustesse. Le front est fuyant vers l’arrière et la voûte crânienne est basse. Les arcades sus-orbitaires sont très marquées et le prognathisme important. Les os sont épais et la capacité crânienne de l’ordre de 1150 cc, bien inférieure à celle des hommes de Neandertal et des hommes modernes. Les orbites sont moins arrondies que chez les Néandertaliens. Les os maxillaires et malaires forment un angle entre eux et la face n’a donc pas l’aspect en museau de celle des Néandertaliens. L’ouverture nasale est haute et étroite et non large comme chez les néandertaliens.

36Les différents caractères de ce crâne (face longue, avancée du massif facial supérieur, orbites basses et larges) montrent qu’il s’éloigne des Néandertaliens bien connus en Europe (Spitery, 1982). Les dates obtenues par les diverses méthodes de datations employées lui donne un âge d’environ 450 000 ans.

37Les mandibules, qu’elles soient masculines ou féminines, appartiennent à des adultes. Elles sont beaucoup plus grandes que les mandibules des hommes modernes et se caractérisent par la robustesse. Elles ne présentent pas de menton et leur symphyse est fuyante vers le bas et l’arrière. Les dents sont également volumineuses.

38Les ossements du squelette post-céphalique sont également robustes et se différencient eux aussi très nettement des Néandertaliens. Les insertions musculaires sur l’ensemble des pièces du squelette montrent que l’homme de Tautavel avait une musculature fortement développée.

39La question s’est donc posée de la classification des restes humains de l’Arago au sein des hominidés. Proches des Sinanthropes et Pithécanthropes, l’homme de Tautavel a été classé parmi les Homo erectus (Homo erectus tautavelensis), donc parmi les anténéandertaliens, prédécesseurs des Néandertaliens. Certains auteurs penchent pour en faire un ancêtre direct des néandertaliens.

40Si les Homo erectus sont bien connus en Asie et en Afrique d’où ils ont colonisé l’Europe, leurs restes sont très rares sur ce continent, les principaux étant ceux de Swanscombe (Angleterre), Atapuerca (Espagne), Pétralona (Grèce) et en France Biache et surtout Tautavel qui a livré un nombre important de restes, donnant à ce site une importance capitale pour la connaissance des Homo erectus européens.

41La Caune de l’Arago est donc un des plus anciens sites préhistoriques du Sud de la France, témoignant de la pérennité de la présence humaine dans la vallée du Verdouble.

5 - Dessin du crâne de l’homme de Tautavel, Arago 21 (d’après Tattersall et al., 1988)

Bibliographie

BARSKY, D., 2001. Le débitage des industries lithiques de la Caune de l’Arago (Pyrénées-Orientales, France) : leur place dans l’évolution des industries du Paléolithique inférieur, en Europe méditerranéenne. Thèse de doctorat de l’Université de Perpignan.

BELLEDENT, F.-G., 2000. La ville et le pouvoir intellectuel : les sociétés savantes au XIXe siècle. La Ciutat i els poders. La ville et les pouvoirs, ICRECS-Presses Universitaires de Perpignan, p. 479-485.

BORDES, F., 1975. Sur la notion de sol d’habitat en préhistoire paléolithique. Bulletin de la Soc. préhistorique française, 72 : 139-144.

BYRNE, L., 2001. Caractéristiques technologiques et typologiques des outillages lithiques du Pléistocène moyen de la Caune de l’Arago (Tautavel, Pyrénées-Orientales). Thèse de doctorat de l’Université de Perpignan.

CHASE, P.G., DEBÉNATH, A., DIBBLE, H. L. et Mc.PHERRON, 2009. The Cave of Fontéchevade. Recent Excavations and Their Paleoanthropological Implications. Cambridge University Press, New York, p. 3-27

COMPANYO, L., (1851). Considérations sur les ossements fossiles trouvés dans le Roussillon et sur deux têtes humaines. Bulletin de la S.A.S.L. des P.-O., p. 250-260.

DEBÉNATH, A., 1999. Les origines du peuplement : Le Paléolithique ancien. In J. Sagnes, (directeur) : Nouvelle histoire du Roussillon, p. 15-23. Éditions Trabucaïre, Perpignan.

DEPÉRET, Ch., JARRICOT, J., 1908. Le crâne préhistorique de Saint-Paul. Bulletins et Mémoires de la Soc. d’Anthropologie de Paris, 9 : 543-561.

DESCAMPS, C., 2005. Joseph Farines, le véritable découvreur de la Cauna de l’Arago (Tautavel). Roches ornées, roches dressées. Les hommes et leur terre en Pyrénées de l’est (actes du colloque en hommage à Jean Abélanet, 2001, Martzluff, dir.), Association des Archéologues des Pyrénées-Orientales et Presses Universitaires de Perpignan, p. 324-341.

LUMLEY, H. de, 1976. Les civilisations du Paléolithique inférieur en Languedoc méditerranéen et en Roussillon. in H. de Lumley : La Préhistoire française, tome 1, fasc. 2, IXe Congrès UISPP, Nice 1976, CNRS éd., p. 852-878.

LUMLEY, H. de, FOURNIER, A., PARK, Y.C., YOKOYAMA, Y., et DEMOUY, A., 1984. Stratigraphie du remplissage pléistocène moyen de la Caune de l’Arago à Tautavel. Étude de huit carottages effectués de 1981 à 1983. L’Anthropologie, 88 : 5-18.

MARTZLUFF, M., 2003. Archéologie et citoyenneté : entre bénévoles et professionnels, que sont les amateurs roussillonnais devenus ? In Elne. Ville et Territoire. L’historien et l’archéologue dans sa cité (2e rencontre d’Histoire et d’Archéologie d’Elne en hommage à Roger Grau, 1999, M. Grau et O. Poisson (dir.), Société des Amis d’Illibéris, Elne, p. 445-457.

MOUTOUSSAMY, J., 2001. Étude paléontologique, biostratigraphique et paléoécologique des cervidés de la Caune de l’Arago. Thèse de doctorat de l’Université de Perpignan.

PERRENOUD, C., 1993. Origine et mise en place des paragénèses phosphatées de remplissages karstiques quaternaires. Étude micromorphologique des sédiments de la Caune de l’Arago (Tautavel, Pyrénées-Orientales). Thèse de Doctorat du Muséum National d’histoire Naturelle de Paris.

RENAUD-MISKOVSKI, J., 1981. Étude palynologique du remplissage de la Caune de l’Arago à Tautavel. Signification chronologique, paléoclimatique et palethnographique des flores. In de Lumley H. et Labeyrie A. (dir.) : Datations absolues et analyses isotopiques en Préhistoire. Méthodes et limites. Datation du remplissage de la Caune de l’Arago à Tautavel. Colloque international du CNRS, Tautavel 22-28 Juin, preprints p. 253-258.

SPITERY, J., 1982. La face de l’homme de Tautavel. In 1er Congrès international de Paléontologie humaine, Nice 1982, Prétirage, tome 1 : L’Homo erectus et la place de l’homme de Tautavel parmi les hominidés fossiles, p. 110-135.

TATTERSALL, I., DELSON, E. et VAN COUVERING, J., 1988. Encyclopaedia of Human Évolution and Prehistory. Garland New-York and London, p. 23-28.

YOKOYAMA, Y., GUAEGEBEUR, J.-P., BIBRON, R., LÉGER, C., NGUYEN, H.-V. et POUPEAU, G., 1981. Electronic Spin Resonance (ESR) Dating of Stalagmites of the Caune de l’Arago at Tautavel. In de Lumley H. et Labeyrie A. (dir.) : Datations absolues et analyses isotopiques en Préhistoire. Méthodes et limites. Datation du remplissage de la Caune de l’Arago à Tautavel. Colloque international du CNRS, Tautavel 2-28 juin, preprints p. 507-532.

Notes

1 Fondée en 1350, fermée en 1793, l’Université de Perpignan fut réouverte en 1957 sous l’égide de l’Université de Montpellier et ne retrouvera son autonome qu’en 1979. Une chaire de Préhistoire y fut créée en 1995.

2 L’ancienneté de ce crâne a été fortement mise en cause lors de la présentation de la communication de Depéret et Jarricot à la Société d’anthropologie de Paris, par la suite, J. Abélanet mit au jour dans les brèches qui contenaient ce crâne des restes de poteries.

3 Rappelons également l’apport de J. Abélanet dans le domaine de l’art rupestre post-paléolithique.

Table des illustrations

Légende 1 - Localisation de la Caune de l’Arago à l’entrée des gorges de Gouleyrous (cliché M. Martzluf)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4820/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Légende 2 - Tableau stratigraphique de la Caune de l’Arago (d’après Perrenoud 1993)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4820/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende 3 - Industrie du sol G. : 1 racloir à bord légèrement denticulé ; 2 racloir convergent à retouches abruptes ; 4 à 6 denticulés ; 7 denticulé inverse associé à un racloir sur face plane ; 8 limace atypique ; 9 et 10 grattoirs (d’après D. Barsky 2001)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4820/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende 4 - 1 Biface ; 2 chopper ; 3 chopping-tool (d’après Byrne 2001)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4820/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende 5 - Dessin du crâne de l’homme de Tautavel, Arago 21 (d’après Tattersall et al., 1988)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4820/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 113k

Auteur

Professeur honoraire des Universités, chercheur associé au Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540