Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Livre Vert de Pierre de la Jugie

 | 
Marie-Laure Jalabert

Première Partie. Au XIVe siècle, des personnalités fameuses à la tête du prestigieux archevêché de Narbonne

Chapitre II. Pierre de La Jugie, archevêque de Narbonne

Texte intégral

1L’archiépiscopat de Pierre de La Jugie est le second du xive siècle par la durée. Il a laissé une empreinte monumentale visible dans l’ensemble archiépiscopal, au cœur de la ville de Narbonne. Pourtant, les traces documentaires sont rares. Le testament que ce prélat a rédigé sur son lit de mort révèle des éléments de sa personnalité comme ses préoccupations intimes. Et presque trois décennies à la tête de l’archevêché de Narbonne ne peuvent l’avoir laissé indifférent. Pourtant, seuls deux ouvrages directement liés à lui nous sont parvenus : le Pontifical, ouvrage religieux qu’il lègue par testament au chapitre et à la cathédrale, et le Livre Vert, écrit à valeur temporelle. La disparition du reste des archives archiépiscopales est l’effet des multiples désastres qu’elles ont subis. Mais si, dans le dénombrement de l’archevêché de Narbonne par le cardinal Bonzy, en 1690, nous avons mention d’autres inventaires pour les xvie siècles, le Livre Vert est le seul pour les périodes antérieures. Trois siècles et demi après sa rédaction, il reste alors une référence. Faut-il interpréter l’originalité du Livre Vert comme le signe d’une conscience particulière que Pierre de La Jugie avait de sa fonction de seigneur archevêque ? Pourtant, nous verrons que ses prédécesseurs avaient géré avec soin et réussite les biens de l’archevêché.

1. Pierre de La Jugie devient archevêque de Narbonne

  • 1 Gilles est né vers 1252 à Glaine-Montaigu près de Billom (Puy de Dôme).
  • 2 Bernard est né vers 1281. Son père Guillaume est coseigneur de Fargues dans le diocèse de Bazas (G (...)
  • 3 Gaubert est né en 1297 dans le diocèse de Cahors. Il existe une incertitude sur son lieu de naissa (...)
  • 4 En 1305, l’élection au trône pontifical de Bertrand de Got (Clément V), oncle maternel de Bernard (...)

2Pierre de La Jugie est né vers 1321, dans la paroisse d’Eyrein, près de Rosiers d’Egleton, dans le Limousin (actuel arrondissement de Tulle, Corrèze). Ses origines le rapprochent de ses prédécesseurs qui appartiennent aussi à la petite noblesse du Midi au sens large : les Aycelin sont auvergnats1, les Fargues sont gascons2 et les du Val sont quercynois3. Sa famille compte des personnalités ecclésiastiques ou politiques de premier plan4. De 1342 à 1352, Pierre Roger de Beaufort, oncle maternel de Pierre, devient pape sous le nom de Clément VI. Puis, en 1370, son cousin, Pierre Roger de Beaufort II le devient sous le nom de Grégoire XI.

  • 5 Gilles Aycelin est le quatrième des neuf enfants de Pierre Aycelin et de Jacqueline de Flote. Son (...)
  • 6 L’aîné, Nicolas, entre dans l’aristocratie d’Auvergne par son mariage avec Delphine de Châteauneuf (...)
  • 7 C’est sans doute aussi le cas pour Gilles Aycelin et Bernard de Fargues car la filière offre les m (...)

3Comme ses devanciers5, Pierre de La Jugie appartient à une large fratrie, quatre frères et deux sœurs6. Il ne tarde pas à entrer dans les ordres et poursuit des études de droit7 à l’université d’Orléans, couronnées par le doctorat en 1344. Différents bénéfices, de plus en plus lucratifs, lui permettent de financer ses études. En 1332, il reçoit le prieuré bénédictin de Saint-Pantaléon, dans le diocèse de Limoges, laissé vacant par un parent. Il est, ensuite, prieur de Sainte-Livrade, en Agenais. Pierre de La Jugie ne réside pas, comme bien d’autres, considérant ces dignités comme de simples sources de revenus.

  • 8 La carrière de Bernard de Fargues démarre en trombe grâce aux faveurs de Clément V qui ne lui fero (...)

4Puis, sa carrière s’accélère avec l’élévation de son oncle, Pierre Roger, au pontificat. Le 18 juillet 1342, il succède à un autre oncle, Hugues Roger, comme abbé de Saint Jean d’Angely, dont le temporel est estimé à 4 000 florins. Le 4 février 1343, il devient abbé de Lagrasse et peut espérer 10 500 florins. Le 2 mars 1344, il obtient, avec dispense, car il n’a pas encore 24 ans, le siège métropolitain de Saragosse, évalué à 15 000 florins. Le rythme rapide auquel Pierre progresse dans la carrière ecclésiastique, par faveur familiale, n’a rien d’exceptionnel au xive siècle8.

a. Une nomination rapide

  • 9 La Chambre apostolique consigne pour Pierre de La Jugie, des communs services s’élevant à 9 000 fl (...)
  • 10 Gallia Christiana, t. VI, col. 91-94 et 957-958. H.G.L., t. IV, p. 254 et 481.
  • 11 Dès sa nomination à Rouen, ce prélat de 25 ans, arrogant et dispendieux, prend des dispositions po (...)

5La mort de Gaubert du Val, le 1er janvier 1347, à Avignon, laisse vacant le troisième archevêché le mieux doté de France, 27 000 florins9. Dès le 10 janvier10, Clément VI y nomme son neveu. Narbonne est pour ce juriste de 25 ans, le point d’orgue de la succession de bénéfices dont il a été pourvu. Est-ce le dernier ? Nous sommes en droit de nous le demander. Pour Narbonne, en tout cas, Pierre de La Jugie présente certains atouts quant à ses dispositions pour assumer correctement sa nouvelle charge. Certes, il est jeune, « carriériste », sans véritable expérience pastorale, mais il est juriste et neveu du pape. Sur bien des points, il peut être comparé à Bernard de Fargues. Certes, Pierre de La Jugie n’a apparemment pas eu de problèmes financiers, à la différence de ceux de son prédécesseur, à Rouen11, mais il s’est montré, pendant ses premières années à Narbonne, aussi arrogant, sinon plus. Pourtant, Bernard de Fargues se révéla, somme toute, remarquable dans la gestion des conséquences du démembrement de sa province et de son diocèse. Comment Pierre de La Jugie fait-il face aux difficultés qu’il rencontre à son arrivée ?

b. Des débuts difficiles

  • 12 Il est canonisé le 19 mai 1347, pour s’être consacré à soulager la misère des plus démunis. Comme (...)
  • 13 SURIUS, L., Historiae seu Vitae Sanctorum, Maii, p. 607, [note 1] Gravi tum morbo affectus erat ne (...)
  • 14 En revanche, Gaubert du Val, transféré le 17 août 1341 rejoint Narbonne dès le 18 novembre mais il (...)

6Après sa nomination qui le surprend à Gênes, Pierre de La Jugie ne rejoint pas directement son nouvel archevêché. Il s’arrête à Avignon où il assiste au procès en canonisation d’Yves Hélory, prêtre de la région de Tréguier, mort un demi-siècle auparavant12. Mais il tombe gravement malade. Son rétablissement est considéré comme un nouveau miracle du prêtre, car le diagnostic des médecins l’avait condamné13. Pierre ne fait donc son entrée à Narbonne que le 8 septembre 1348, soit un an et huit mois après sa nomination14. C’est, tout compte fait, bien plus rapide que Bernard de Fargues qui, nommé le 5 mai 1311, n’arrive que le 23 décembre 1316.

  • 15 H.G.L., t. V, col. 46.
  • 16 Dans une lettre du 17 avril 1348 (deux mois après le début de l’épidémie) aux jurés de Gérone, le (...)

7À son arrivée à Narbonne, la situation sanitaire est critique. La ville a été atteinte par l’épidémie que l’histoire a retenue sous le nom de Peste noire. Débarquée d’Orient à Marseille, le 1er novembre 1347, elle frappe Narbonne de la première semaine du Carême à la Fête-Dieu 1348. Pendant l’hiver, la forme pulmonaire sévit, avant que la forme bubonique, moins meurtrière, ne prenne le relais au printemps. Les esprits sont traumatisés par cette mortalité. La Chronique de Saint-Paul annonce 30 000 morts15. Le chiffre est sans doute exagéré, mais les pertes sont énormes16. Pourtant, Narbonne n’est pas anéantie.

8La nomination d’un nouveau prélat impose aux vassaux de l’archevêque de renouveler l’hommage qu’ils lui doivent, malgré l’épidémie qui doit limiter les déplacements et les contacts entre les personnes. Le Livre Vert dénombre vingt-quatre hommages, mais l’Inventaire Rocque n’en repère que onze en 1347 et quatre en 1348. Jusqu’à la fin de l’épiscopat, il ne fait état que de quatre autres. Seule la perte des archives peut expliquer ces lacunes. La réaffirmation du lien vassalique par la prestation de l’hommage est importante, mais ne nécessite pas la présence du seigneur en personne. Avant l’arrivée de Pierre de La Jugie, les vicaires ont reçu les hommages « courants ». En revanche, la présence de l’archevêque pour l’hommage du vicomte, le 15 septembre, est un moyen supplémentaire d’affirmation de son pouvoir sur un vassal qui pourrait prendre toute délégation pour du mépris. Aymeric se borne à accepter les gestes vassaliques courants et, nous le verrons plus loin, refuse net toute autre demande de Pierre de La Jugie.

  • 17 Lettres de Clément VI, 4028 et 4029 du 13 janvier 1349, 4050 du 3 février 1349, 4067 du 26 février

9Si les sources ne font aucune allusion à l’attitude de Pierre de La Jugie pendant la Peste noire, elles mentionnent, en revanche, un épisode qui l’a plongé personnellement au cœur de la situation politique de la ville. Le lien de vassalité entre l’archevêque et le vicomte est une source récurrente de conflits entre les deux seigneurs. À la fin de l’année 1348, Pierre vient à Narbonne pour conférer des ordinations et célébrer la Nativité. Il est alors bloqué dans son palais et assailli de projectiles par les gens du vicomte, selon le récit qu’il en donne. Le pape Clément VI, alerté, demande au sénéchal de Carcassonne que cette atteinte contre l’archevêque et l’Église de Narbonne ne reste pas impunie17. Les termes employés pour qualifier l’attaque sont très durs, mais le document qui émane de la hiérarchie ecclésiastique, n’est pas neutre.

10Aussitôt après sa nomination, Pierre de La Jugie doit donc faire face à une série de problèmes importants, dont certains sont conjoncturels et imprévisibles.

2. Le testament, révélateur in fine

  • 18 Pour V. Tabbagh, Fasti ecclesiae Gallicanae, 2, le diocèse de Rouen, Turnhoud, 1998, notice 4348.
  • 19 GUILLEMAIN, B., La cour pontificale d’Avignon (1309-1376), Étude d’une société, Paris, p. 195.

11L’accession au trône pontifical de son cousin Pierre Roger II qui devient Grégoire XI, en 1370, n’a pas de conséquence immédiate sur la carrière de Pierre de La Jugie, pourtant déjà âgé. Ce n’est que cinq ans plus tard, le 27 août 137518, qu’il est transféré à Rouen, l’archevêché le mieux doté du royaume. Cette nouvelle promotion est une illustration supplémentaire du népotisme contemporain, mais elle est aussi liée à un contexte politique plus large. À partir de 1370, l’archevêque de Rouen, Philippe d’Alençon, s’oppose violemment au roi Charles V de Valois, son cousin, qui finit par lui accorder son pardon, pendant l’été 1375, contre son départ. Grégoire XI y consent, et profite de cette opportunité pour nommer sur le siège un membre de sa famille. Pour Pierre de La Jugie, ce n’est qu’un intermède. Quatre mois plus tard, le 20 décembre 1375, le pape le fait cardinal du titre de Saint Clément, à la place de son frère Guillaume, décédé l’année précédente. Mais comme il est promu à plus de 50 ans, son cardinalat figure parmi les dix plus brefs de la période avignonnaise19.

  • 20 Son testament est daté du 23 avril 1341, il meurt le 1er mai suivant. Doat, 43, fol. 207-218. Nous (...)

12En 1376, Pierre de La Jugie suit le départ de la Cour pontificale d’Avignon, mais il tombe malade en route. Il rédige son testament à Livourne, le 15 novembre. Trois jours plus tard, il est à Pise où il ajoute deux codicilles. Il se sait gravement atteint, il le mentionne. Il meurt le lendemain, le 19 novembre 1376. Pierre a attendu la dernière extrémité pour rédiger ses volontés, Bernard de Fargues avait fait de même20.

a. La sépulture

13La première des dispositions testamentaires de Pierre de La Jugie concerne sa sépulture. Alors qu’il n’en est plus archevêque, il désire reposer dans le tombeau qu’il a fait édifier à Narbonne où il a passé plus de vingt-huit ans. Bernard de Fargues a fait le même choix, mais à sa mort, le 1er mai 1341, il est encore titulaire du siège. En revanche, Gaubert du Val, toujours archevêque de Narbonne lors de son décès, le 1er janvier 1347, est inhumé dans son tombeau de la cathédrale Sainte-Trophime d’Arles, siège qu’il a occupé dix-huit ans.

  • 21 Le verbe est au parfait : Et eligo corpori meo sepulturam, dum et quando me ab humanis exire conti (...)

14Après son décès, la dépouille de Pierre de La Jugie est provisoirement déposée dans la cathédrale Sainte-Marie de Pise avant d’être transférée, le 3 novembre 1379, dans le magnifique mausolée de marbre blanc qu’il a fait élever dans la cathédrale Saint-Just et Saint-Pasteur de Narbonne et qui est achevé lorsqu’il teste21.

  • 22 Pour le détail architectural, PRADALIER-SCHLUMBERGER, M., Toulouse et le Languedoc : la sculpture (...)
  • 23 Bernard de Fargues a également fait ériger son tombeau avant sa mort dans la clôture du chœur sur (...)
  • 24 Au xviie siècle, le cardinal de Bonzy fit écrêter le grand baldaquin qui gênait la vue de celui du (...)

15Ce tombeau est toujours visible dans la cathédrale22, sur le côté sud du maître-autel, dans la clôture du chœur, symétrique de celui de Bernard de Fargues23 et d’une composition similaire. Il a subi de multiples dommages, les plus graves datant de la Révolution24. Au-dessus du caveau enterré qui contient le cercueil, un cénotaphe portait la statue gisante du prélat, aujourd’hui disparue. Le dais du gisant et six éléments d’albâtre des bas-reliefs du côté chœur, recueillis en 1830 au Musée des Augustins de Toulouse, ont été remis en place en 1972. La dénivellation d’un mètre entre le chœur et le collatéral est habilement compensée par la décoration du cénotaphe. Du côté du déambulatoire, le bas-relief a un double registre. Dans la partie supérieure, dix niches abritent des évêques vêtus de drapés très raffinés (ill. 4 et 5, p. 85), mais les têtes, les mains tenant la crosse et les blasons ont été totalement martelés. Dans le registre inférieur, des chanoines assistent aux funérailles, deux par deux, sauf dans la deuxième et la dernière arcature où un seul est représenté. De la décoration du côté du chœur ne subsiste que six des dix fragments originels, dans un registre simple. Ils sont intacts, y compris les blasons, ce qui laisse à penser que le dépôt de ces décors a pu être antérieur à l’ordre de destruction de septembre 1792. Au début du xviiie siècle, R. de Gaignières reproduit fidèlement les détails des ornements encore visibles, ce qui permet d’accorder crédit au reste du dessin (ill. 2), pour compléter la connaissance de l’état originel de l’ensemble. Le tombeau était séparé du déambulatoire par une grille. Le gisant de Pierre de La Jugie a les mains jointes, la tête sur un coussin orné d’arabesques, les pieds posés sur un lion à la crinière abondante qui mord un chien. L’ensemble est coiffé d’un baldaquin de pierre somptueusement décoré, tendu entre deux piliers du chœur. La voûte est peinte en bleu et les clefs de voûte portent les armes personnelles de Pierre de La Jugie et de l’Église de Narbonne (ill. 11 et 12, p. 89, 90). Au-dessus de la tête du gisant, deux anges enlèvent au ciel l’archevêque. De l’autre côté et sous le formeret, ses armes alternent avec celles de l’Église et des oiseaux affrontés sur un fond rouge.

ill. 2 - Dessins du tombeau de Pierre de la Jugie

ill. 2 - Dessins du tombeau de Pierre de la Jugie

Dessin de R. Gaignières, p. 137, côté chœur.

Restitution de Viollet-le-Duc, article tombeau, p. 54 (vu du déambulatoire).

b. Le testament

  • 25 Fasti ecclesiae gallicanae, Rouen, n° 4348. Contrairement à Gilles Aycelin qui reproduit in extenso(...)
  • 26 Pierre de La Jugie n’y a aucun bénéfice pendant sa carrière mais son frère Hugues en devient évêqu (...)
  • 27 Le record est détenu par Gilles Aycelin qui consacre plus de 12 000 livres pour des obits. Bernard (...)
  • 28 Les seules fondations liturgiques mentionnées dans le testament de Bernard de Fargues concernent l (...)

16Le testament contient toutes les dispositions prises par Pierre de La Jugie pour assurer son salut, sa sépulture et désigner ses légataires. Pour préserver la légalité et la validité du document, il rappelle qu’il a obtenu du pape, en février 1371, de pouvoir disposer des biens qu’il a acquis25. Pierre de La Jugie recommande d’abord son âme à des intercesseurs classiques, le Créateur, la Vierge Marie, l’archange saint Michel, les apôtres Pierre et Paul et tous les saints, mais il en choisit trois autres plus personnels. Saint Martial rappelle ses origines limousines, saint Just et saint Pasteur, patrons de l’Église de Narbonne, dénotent son attachement à son égard. Il commande pour ses obsèques cinq cents messes et mille autres, tant à Béziers26 qu’à Narbonne, lors du transfert de son corps. Il fonde des anniversaires perpétuels27 dans les monastères de Lagrasse et de Quarante, dans les cathédrales de Saragosse et de Béziers. Le chapitre de Saint-Paul de Narbonne est tenu à un obit supplémentaire en plus celui dû à tout ancien prélat, le chapitre cathédral à quatre. Pierre institue28 aussi à la primatiale, quatre fêtes doubles « qu’il n’est pas la coutume de faire dans cette église, à savoir à l’octave de saint Martial, une autre le jour de la saint Yves, une autre, le jour de la saint Benoît et une autre le jour de la saint Léger ». Le chapitre devra également faire chaque année quatre processions solennelles pour Nativité de la Vierge, pour la Saint Michel et deux autres à sa discrétion. La mention de saint Benoît rappelle que Pierre de La Jugie a été moine bénédictin. Il n’a pas oublié, non plus, qu’il est un miraculé de saint Yves, à qui il doit sa rémission en 1347, lors du procès en canonisation.

  • 29 Le testament indique Arnaud Sarverii. À une orthographe fluctuante s’ajoute les probables problème (...)

17La majorité des legs est en argent dont le cumul dépasse 2 000 florins (soit 2 400 livres tournois). En outre, tous les biens qui ne sont pas destinés à des légataires, sont vendus pour financer les legs en argent ou les fondations pieuses. En revanche, Pierre de La Jugie mentionne peu de biens réels, la plupart achetés du temps de son épiscopat. La bastide de Rayniac à Gruissan, la vigne de Na Vicessa et la maison « d’Arnaud Scamnerii »29 figurent déjà dans le Livre Vert, mais ni celle de Jean de Poilhes ni celle de Jean Tartarini, également léguées, n’y apparaissent. Cela tient à la différence de statut de Pierre de La Jugie quand il s’en rend acquéreur. Le Livre Vert indique ce qu’il a acheté en tant qu’archevêque ; le testament contient les acquets en tant que personne privée. Il en va de même dans les testaments des prédécesseurs. Bernard de Fargues n’aborde pas le patrimoine, sauf pour la maison d’Issy-les-Moulineaux, « près de Paris », léguée à son frère aîné, Raymond. Gilles Aycelin est celui qui lègue le plus important patrimoine réel à sa famille. Son neveu Albert reçoit en tant qu’héritier universel, toutes les maisons que son oncle possède à Paris, sauf celles de la rue Saint-Symphorien où il fonde le collège de Montaigu, en 1314. À son neveu homonyme, Gilles Aycelin, chevalier et frère d’Albert, il attribue le château de Châteldon et ce qui a été donné par Philippe IV dans les paroisses voisines de Puy-Guillaume et de Paslières.

  • 30 La liste de livres de Bernard de Fargues saisis au profit de la Chambre apostolique en 1341 indiqu (...)
  • 31 VERNET, A., La bibliothèque de la cathédrale de Narbonne au Moyen Âge, Narbonne, Archéologie et Hi (...)

18À côté des biens, figurent aussi des objets précieux et/ou liturgiques. Pierre de La Jugie est un vrai bibliophile, mais faute d’un inventaire des titres de sa bibliothèque, ses centres d’intérêt sont inconnus. Il a plus de livres que ses prédécesseurs30. Il lègue 125 manuscrits, ce qui est considérable, à diverses institutions ecclésiastiques, favorisant en nombre et en qualité le chapitre cathédral31 qui hérite de son Pontifical. Il affirme le caractère inaliénable du legs de ces objets forts coûteux, à la fois utiles et affectifs. Dans la bibliothèque de la cathédrale, comme dans celle du collège de Paris, fondé par Bernard de Fargues, rue de la Harpe, ils doivent être enchaînés à l’étagère ou au pupitre où ils sont rangés. Pierre s’en remet aux exécuteurs testamentaires pour les choisir et les répartir en fonction des besoins des légataires et de la qualité des ouvrages. Le reste de sa bibliothèque est vendue.

  • 32 Bernard de Fargues lègue à la cathédrale une de ses meilleures chapelles complètes et une « très b (...)

19Comme ses prédécesseurs32, Pierre lègue aussi les vêtements sacerdotaux qu’il a portés pour officier, chapes ou chapelles de couleurs différentes, en privilégiant toujours la primatiale. C’est pour lui une manière de rester présent.

  • 33 Le terme de « jocalia » ne permet pas de préciser de quels genres d’objets, sans aucun doute litur (...)
  • 34 Il lègue à Saint-Étienne qu’il a fondé, sa croix de procession, une navette pour l’encens, ses cha (...)

20Il rappelle qu’il a particulièrement doté en objets du culte la chapelle Saint-Martial qu’il a fait ériger dans le palais. De son vivant, il en a pourvu les sept autels d’ornements, dont soixante cathèdres de noyer « de bonne taille ». Ces autels sont dédiés à saint Martial, saint Jean-Baptiste, saint Yves, la sainte Vierge, sainte Catherine, saints Léger et Éloi, à la passion du Christ. Un huitième est prévu, il sera laissé au choix des fidèles. Les saints limousins, Martial, Léger et Éloi, occupent une place importante dans ces fondations. Pour que chacun des autels soit bien pourvu, il lègue plusieurs objets précieux33 d’argent, 25 ouvrages qu’il rend inaliénables et une de ses meilleures chapelles. Il ordonne que la chapelle de la Passion du Christ, qu’il fonde dans son premier codicille, soit dotée « d’une grande statue de crucifix en bois, d’une autre en argent pesant six marcs, de trois calices, bons et suffisants, dont un, grand et beau d’un poids de trois marcs ou deux et demi au minimum ». Pierre demande aussi que certaines sommes léguées soient spécifiquement affectées à l’achat d’objets de culte pour les établissements de Saint-Jean-d’Angély, Lagrasse, Quarante. Bernard de Fargues avait été le plus généreux des trois prédécesseurs34.

c. Les légataires

  • 35 D’une manière générale, Gilles Aycelin n’a pas fait de son ancien diocèse narbonnais le centre de (...)

21Son ancien diocèse de Narbonne et la cathédrale Saint-Just et Saint-Pasteur sont l’objet de la générosité posthume de Pierre de La Jugie, ce qui n’a pas été le cas de tous ses prédécesseurs35. Il est vrai que Bernard de Fargues et Gaubert du Val s’étaient montrés généreux de leur vivant. Pierre de La Jugie désigne les chanoines comme héritiers universels pour tous les biens qui resteraient après la répartition. Le chapitre reçoit aussi nommément cinquante de ses plus beaux livres et la maison d’Avignon dont il vient d’hériter. La cathédrale est destinataire d’une très belle chapelle, ainsi que de tous les objets de culte en la possession du prélat à sa mort, hormis ceux légués par ailleurs.

  • 36 Bernard de Fargues institue deux chapelains dans sa cathédrale. Aucune des quinze chapellenies ou (...)

22Deux fondations de Pierre de La Jugie, dans la nouvelle chapelle du Palais Neuf36, sont particulièrement importantes. Il institue, dans sa chapelle Saint-Martial proprement dite, un chapitre de treize chanoines. Trois d’entre eux auront un office : le prieur, le préchantre et le sacriste avec dix livres de prébende de plus que les autres. Pour assurer la sécurité matérielle du chapitre, Pierre lui donne à choisir une de ses maisons narbonnaises et le dote d’un revenu de cinq cents florins d’or pris sur sa seigneurie de Saint-Marcel-sur-Aude, sur ses bastides de Rayniac et de Villar de Belle, sa maison de Narbonne avec ses ouvroirs et, au besoin, d’autres de ses biens. Mais, il se méfie du comportement des chanoines : inattention lors des offices, arrogance et surtout cumul de bénéfices qui ne sont vus que comme des revenus et conduisent à l’absentéisme des titulaires. Pour que le service en l’honneur de saint Martial soit effectif, il impose que le bénéficier ne puisse obtenir d’autre prébende, sauf dans les églises narbonnaises de Saint-Paul et Saint-Étienne.

23Il fonde aussi une communauté de treize prêtres, sous l’autorité d’un prieur, pour la chapelle de la Passion de Jésus-Christ, dotée de deux cent cinquante florins de rente et d’une maison. Il veut que la chapelle soit ornée d’un grand Christ en croix en bois, d’une autre croix en argent pesant six marcs, de trois calices dont un « de trois marcs ou deux et demi au minimum » et que les officiants reçoivent quatre chapes complètes.

24Pierre dote aussi certains établissements religieux et églises du diocèse de Narbonne. Il attribue au monastère de Quarante cent florins pour un anniversaire perpétuel et un objet précieux d’argent ; la collégiale Saint-Paul reçoit la moitié de sa vigne de Na Vicensa, une chape et cent florins ; et celle de Saint-Étienne de Narbonne une chapelle. Il attribue cinq florins à chacun des quatre ordres mendiants, Mineurs, Prêcheurs, Augustins et Carmes, non seulement de Narbonne, mais aussi de Béziers et de la ville dans laquelle son corps sera provisoirement déposé.

25Pierre de La Jugie n’oublie pas les sièges dont il a été pourvu durant sa jeunesse, mais ne manifeste aucune générosité particulière envers l’Église de Rouen. Il lègue cent florins pour des ornements pour le monastère Saint-Jean-d’Angély et deux cents pour celui de Lagrasse ainsi que deux chapelles et vingt-cinq volumes.

  • 37 Bernard de Fargues lègue 2 000 livres au Pape. En revanche, Gilles Aycelin ne lègue qu’au roi de F (...)

26Il consacre deux cents florins pour la célébration d’un anniversaire à son intention, dans son ancien diocèse de Saragosse. Le pape37 hérite d’un Décret de Gratien, grand ou petit, au choix et d’un objet précieux d’argent.

  • 38 G. Aycelin répartit près de 800 livres mais Bernard de Fargues plus de 7 000 livres. Le frère et l (...)

27Pierre de La Jugie n’a pas de vision lignagère dans son testament, ce qui tranche apparemment avec l’attitude ses trois prédécesseurs38. Il ne lègue rien aux membres de sa famille qu’il a largement soutenus de son vivant, à l’exception de 500 florins d’or à Guillaume de Beaufort et de la valeur d’un cheval.

  • 39 Le total des legs dépasse les 700 livres.
  • 40 Il prévoit une somme de 4 000 livres pour payer ses serviteurs et familiers.

28Il n’oublie pas ses familiers et tous ceux qui ont été à son service, pour lesquels il demande le doublement des gages de l’année en cours, mais sans les chiffrer. C’est apparemment un point qui lui tient à cœur, car il répète son souhait et réclame un versement effectif, dans le second codicille, sans toutefois reparler du doublement. Si Gilles Aycelin énumère scrupuleusement le nom de tous ceux qu’il tient à gratifier pour les services qu’ils lui ont rendus39, Pierre de La Jugie, comme Bernard de Fargues40, se contente d’un terme générique, en fin de texte.

29Le testament de Pierre de La Jugie exprime son indéniable attachement à Narbonne où il a passé presque trois décennies. Il a, comme Bernard de Fargues, une réelle générosité à l’égard de son chapitre cathédral, signe d’une probable bonne entente. En dépit de la longueur de son archiépiscopat, Pierre de La Jugie n’a pas oublié ses origines limousines. En témoigne la fondation du chapitre pour desservir la chapelle Saint Martial qu’il a fait aménager, de son vivant, dans le palais. Il semble plus encore soucieux que ses prédécesseurs que le culte soit abondamment célébré auprès de l’archevêque.

3. Pierre de La Jugie et les chantiers narbonnais (1347-1375)

a. Le chantier de la cathédrale (ill. 6, p. 87)

  • 41 Voir plus loin, les modalités de financement.
  • 42 Le Capitole est l’ancien temple de Jupiter construit par les Romains sur le forum (nouveau nom de (...)

30À la nomination de Pierre de La Jugie, en 1347, la nouvelle primatiale, bien qu’ouverte au culte, est loin d’être achevée. Le legs testamentaire de cinq mille florins par Gaubert du Val et les revenus des bénéfices rendus vacants41 par la Peste noire, en 1348, viennent donner un élan nouveau à l’œuvre de la cathédrale. Mais, les travaux avancent lentement. En dépit des ravages de la peste, le chantier occupe une vingtaine de tailleurs de pierre, ce qui suppose une foule de manœuvres. Le maître d’œuvre Raymond Aicard poursuit la construction des tours. Le portail nord-est presque achevé en 1349, mais celui du côté sud n’a été entrepris qu’en 1346. Le chantier, mené à partir de 1349 par Pierre Daniel, magister principalis, secondé par Louis Richeclerc, se heurte désormais à une opposition irréductible des consuls. Depuis le milieu des années 1340, le pouvoir archiépiscopal est déjà en guerre ouverte contre eux au sujet du Capitole42, lorsque la cathédrale se heurte aux remparts.

  • 43 Abbé SIGAL, Contribution à l’histoire de la cathédrale Saint-Just de Narbonne, B.C.A.N., 1921, p.  (...)

31Ce nouvel épisode déclenche une salve de vingt et une batailles juridiques entre les deux camps, de 1345 à 135443. Le conflit présente deux phases principales et un épilogue, au tout début des années 1360. De 1345 à 1348, les adversaires rivalisent d’influence afin de gagner le roi à leur cause. Pour contrer l’opposition des consuls qui refusent l’ouverture d’une brèche dans les remparts pour la poursuite du chantier, les chanoines écrivent au roi pour qu’il appuie leur projet, gage de prestige royal. Le roi se rend à l’avis des chanoines, mais, aussitôt, les consuls font appel au sénéchal de Carcassonne pour faire arrêter la démolition, pendant l’été 1345. Nouvelle protestation des chanoines qui obtiennent, en octobre, une nouvelle autorisation de démolition. Le contexte général rajoute aux difficultés. La région est alors prise entre deux guerres. Les incursions anglaises menacent toujours plus vers l’est à tel point que Toulouse relève ses remparts en 1346, Limoux, Carcassonne et Montréal en 1347. Prenant part au conflit aragonais, Philippe VI de Valois envahit le Roussillon, en juin 1347. Le littoral doit aussi faire face à la piraterie génoise et catalane, et les routiers sévissent. Le désir des chanoines de relancer les travaux donne le signal de la seconde phase du procès contre les consuls, de mars 1349 à juin 1354.

  • 44 Doat, 53, fol. 140.
  • 45 L’architecte de la cathédrale Pierre Daniel, également ingénieur militaire, participe aux travaux (...)
  • 46 J. Caille a récemment fait une mise au point sur son passage à Narbonne. « Nouveaux regards sur l’ (...)

32L’avocat du chapitre s’attache à démontrer les droits de l’archevêque sur une partie des remparts de Narbonne en se référant aux donations carolingiennes et à la configuration de l’église de Théodard. Il rappelle que, pour assurer la garde, les sergents étaient obligés de traverser le transept, car l’angle sud-est de l’ancienne cathédrale interrompait la courtine et le chemin de ronde. Il aurait peut-être eu gain de cause, si la rupture de la trêve de 1346 n’avait relancé le conflit avec l’Angleterre. Ordre est donné de renforcer les défenses des villes44. Profitant des succès militaires français de 1353, le chapitre obtient du sénéchal de Carcassonne, une inspection du chantier et des remparts, le 27 mars 1354, à laquelle Pierre de La Jugie participe. Malgré l’opposition des consuls, le sénéchal ouvre à nouveau le procès, le lendemain. Mais, en décembre, la reprise du conflit anglo-français conduit à l’ordre royal du 3 février 1355 de renforcer les fortifications45. Précaution indispensable, en novembre 1355, la chevauchée du Prince de Galles, le Prince Noir, dévaste la région46. En 1361, le verdict est sans appel pour le chantier, aucune brèche ne sera ouverte dans le rempart. Les travaux de la cathédrale sont définitivement interrompus : elle se réduit à un chœur fermé par un mur (ill. 6, p. 87). Selon les consuls, le vaste chœur et les bas-côtés suffisent amplement à recevoir les fidèles décimés par la peste.

33Les chanoines ont été déboutés de leur projet de nef, mais ils n’en poursuivent pas moins d’autres travaux, dans la cathédrale et autour. Ils entrent alors en conflit avec l’archevêque. Le maître Pierre Daniel est chargé, à partir de 1349, de l’édification du cloître qui doit occuper la majeure partie de l’ancienne cathédrale de Théodard, démolie en 1344. Mais, la galerie méridionale du futur cloître doit occuper la partie nord d’une maison prestimoniale, située entre le palais, le rempart et l’ancienne cathédrale et dont la possession divise le chapitre et l’archevêque jusqu’à ce qu’elle soit partagée, lors de l’arbitrage du 20 juillet 1349.

  • 47 L’abbé Sigal avance pour la construction de ce qui est de nos jours la chapelle de l’Annonciade la (...)

34Dans le projet, l’angle sud-ouest du cloître s’appuie à la fois sur le rempart et sur le corps de logis de l’aile des Synodes, empêchant ainsi les consuls d’assurer le passage de la garde le long de la muraille, comme autrefois avec l’ancienne cathédrale. Pour résoudre le différend, la transaction de 1361 impose au chapitre de faire deux portails dans le mur du cloître, l’un du côté du palais au sud, l’autre à l’ouest. Les portes seront ouvertes dès matines pour que les gardes puissent accéder aux courtines grâce à l’espace laissé vide par l’arrêt de la nef. En cas de menace, elles devront rester ouvertes tout le temps. À la place du chevet de la cathédrale carolingienne, les chanoines ont élevé la salle capitulaire47, à trois nefs égales, soit neuf travées carrées voûtées comme celles du cloître. Au premier étage de ce bâtiment se trouve une salle couverte d’une voûte en coupole.

  • 48 Dictionnaire raisonné d’architecture, t. 2, p. 376, cathédrale.

35L’arrêt du grandiose projet de la nouvelle cathédrale Saint-Just et Saint-Pasteur est un épisode négatif de plus dans l’archiépiscopat de Pierre de La Jugie, certes plus pour le chapitre que pour le prélat. L’ensemble cathédral n’est reste pas moins un incontournable exemple du gothique en Languedoc, par ses dimensions, par la qualité et les innovations de l’architecture plus que par son décor, très dépouillé. Écoutons Viollet-le-Duc48 : « Les chapiteaux des piles sont complètement dépourvus de sculpture ; le triforium est d’une simplicité rare ; mais en revanche, l’agencement des arcs, les pénétrations des moulures, les profils sont exécutés avec une perfection qui ne le cède à aucun de nos édifices du nord. Les voûtes sont admirablement appareillées et construites. L’ensemble de la construction, bien pondéré, dont les poussées et les butées sont calculées avec une adresse incomparable, n’a pas fait le moindre mouvement ; les piles sont restées parfaitement verticales ». À Narbonne, ce ne sont pas les vitraux, majoritairement composés de grisailles avec entrelacs colorés et écussons armoriés, qui apportaient de la couleur, c’étaient les peintures murales, dont des fragments sont encore visibles.

b. Le nouveau Palais Neuf

36Pendant que chapitre et consuls s’affrontent, le nouvel archevêque entame le chantier du second Palais Neuf. La résidence archiépiscopale forme déjà un ensemble cohérent de belles proportions, avant tout utilitaire et défensif. Le Livre Vert sépare bien le Palais Neuf de « l’autre » (aliud palatium alii contiguum), c’est-à-dire le Palais Vieux, où il localise les différentes juridictions ecclésiastiques : la cour de l’official ordinaire et celle du juge des appeaux avec leur notairie respective. Il ne cite explicitement comme construction de Pierre de La Jugie que les « cinq boutiques [de la tour Saint-Martial] qui bordent la rue ».

  • 49 Gallia Christiana, t. VI, 1739, col 92. Le testament insiste sur la paternité de Pierre de La Jugie (...)
  • 50 Cette voie publique pentue, allant de la place de la Caularia à la cathédrale, sépare les deux pal (...)

37Le texte ne dit pas qui est le commanditaire de la chapelle en l’honneur de saint Martial, mais d’autres sources établissent qu’il s’agit de Pierre de La Jugie, en 136149. Le Livre Vert la dit « fort belle » (valde pulchra) en comparaison de la chapelle du Palais Vieux qui n’est qu’« assez belle » (satis pulchra). Nous savons par le testament qu’elle comprend huit autels, or la salle basse de la « torreta » paraît bien exiguë pour un tel dispositif. Les recherches d’Y. Carbonell-Lamothe ont permis d’en préciser la configuration. La base de la tour sert de chœur, les parties hautes servent de clocher, le reste de la chapelle occupe les deux premières travées du bâtiment longeant le passage de l’Ancre50. La torreta prend alors le nom du saint limousin et devient la tour Saint-Martial.

  • 51 H.G.L., t. X, preuves, col. 1225.
  • 52 Le terme de « tinel » est employé en Italie et dans le midi de la France pour désigner les salles (...)

38Pierre de La Jugie s’emploie à embellir le palais tout en renforçant les défenses. Ce prélat raffiné est souhaite un cadre somptueux pour son confort et pour mettre en valeur la dignité de son titre. Il fait construire une nouvelle aile, en direction de l’ouest, vers le rempart, car l’espace en façade est déjà occupé par le premier Palais Neuf. Certes, il aurait pu démolir certaines parties existantes, mais ce choix lui permet de clore le palais, dans la partie qui ne l’était pas encore. Cette nouvelle aile, à deux niveaux, ne sert pas d’habitation. Le bâtiment, d’une trentaine de mètres de long sur quinze de large (ill. 7, p. 87), s’appuie sur le rempart gallo-romain, encore visible de l’intérieur de la salle basse. La puissante courtine, aux murs épais et crénelés, est flanquée de deux tours semi-circulaires saillantes. Pierre de La Jugie a pu utiliser l’ordre royal de 1355 de renforcer les fortifications de la sénéchaussée, pour en faire une véritable citadelle. En effet, les consuls vont jusqu’à considérer cet aménagement comme un danger pour la ville et ses habitants51. Mais c’est plus pour répondre à l’exigence de prestige du siège métropolitain de Narbonne, qu’il commande, au début des années 1350, ce corps de bâtiment dont le mur extérieur est logiquement marqué de ses armes. Au rez-de-chaussée du nouveau bâtiment, la vaste salle (l’actuelle « Salle des Consuls »), coupée par un alignement de piliers supportant le plafond, a pu servir de cellier. Certains historiens ont fait un lien avec la Salle de la Grande Audience du palais d’Avignon que Clément VI, l’oncle de Pierre, entreprit en 1344. La magnifique pièce d’apparat du premier étage, dite salle du Synode, a perdu sa disposition originelle, notamment au niveau du plafond et des fenêtres, lors de son réaménagement dans le premier tiers du xviie siècle. Elle n’avait, même à l’origine, qu’une lointaine ressemblance avec la vaste salle du Grand Tinel52 d’Avignon, mais elle peut être rapprochée du « grand Tinell » du palais royal de Barcelone. L’influence de la Catalogne sur le Languedoc, et réciproquement, est attestée dans les domaines artistiques, notamment. L’un des maîtres d’œuvre de la cathédrale, Jacques Fauran, a aussi été appelé à Gérone en 1320, à Perpignan en 1324. Le Livre Vert n’évoque pas cette construction et il est peu probable qu’il s’agisse d’une suppression de P. Baliste. Le texte ne fait état que des deux lieux du culte du palais, ainsi que des espaces ayant un rôle dans les « services administratifs » ou faisant rapport. Cela correspond à une logique spécifique de l’inventaire.

39Entre le bâtiment du Synode et le nouveau cloître, se trouve, en partie sur l’emplacement de la maison prestimoniale partagée en 1349, la salle dite Médiévale, dont le puissant pilier central soutient les quatre voûtes d’ogives.

  • 53 Cet aménagement est similaire à celui de Bernard de Fargues plus haut dans le passage. Cité par G. (...)

40Afin de faciliter la communication entre les deux palais, Pierre de La Jugie obtient, en 1364, d’Arnould d’Audrehem, lieutenant général du roi en Languedoc, l’autorisation de construire une arcade entre les deux tours Saint-Martial et Sainte-Madeleine53. Ce couloir est suspendu au-dessus de l’entrée du passage de l’Ancre donnant sur la Place de la Caularia.

41Ainsi donc, alors que les chanoines connaissaient des difficultés insurmontables pour faire avancer la construction de la nef de la nouvelle cathédrale, Pierre de La Jugie a pu poursuivre l’extension du Palais Neuf. Les salles de l’aile ouest sont, aujourd’hui encore, les plus « médiévales » de l’ensemble palatial, en dépit de la transformation partielle de la salle dite des Synodes.

4. Pierre de La Jugie, seigneur

  • 54 Narbonne, Archéologie et Histoire, p. 165.

42Le Livre Vert, seul document seigneurial de Pierre de La Jugie (son Pontifical est un ouvrage liturgique), est le signe évident de l’intérêt que le prélat porte à son rôle de seigneur. Il est très conscient de sa dignité. Pourtant, cette mise par écrit de « toutes les possessions et droits » de l’archevêque ne décrit guère l’action de Pierre de La Jugie en tant que seigneur. Dans son article de 197354,

  • 55 Le relevé de B. Brouns dévoile l’importance des pérégrinations du prélat, p. 88-92 de l’article ci (...)

43B. Guillemain affirme que Pierre de La Jugie « paraît bien avoir résidé dans son diocèse ». L’historien se fonde sur le fait qu’il n’occupe aucune fonction à la Curie avignonnaise et qu’il n’est pas envoyé en ambassade. Certes, il serait facile de le suivre dans ce raisonnement en voyant combien le service royal pour l’un, pontifical pour l’autre, ont éloigné Gilles Aycelin puis Gaubert du Val de leur diocèse. Pourtant, force est de constater, comptabilités à l’appui, que Bernard de Fargues n’est dans son diocèse qu’à « mi-temps »55, bien qu’il n’occupe aucune fonction officielle. Pierre de La Jugie est aussi appelé, ponctuellement, à servir d’intermédiaire à l’autorité royale ou pontificale. Il veille au versement des décimes et des trentièmes, à la réunion de 4 000 florins pour acheter le départ des routiers qui infestent le Midi. En février 1365, il est envoyé à Avignon, avec d’autres prélats, pour favoriser la réconciliation entre Charles V et son cousin, Charles de Navarre, forcé à se contenter de la seigneurie de Montpellier et à renoncer à la Bourgogne et à la Champagne.

a. L’accroissement de la mense archiépiscopale

44Accroître le temporel de la mense archiépiscopale permet, certes, de renforcer le prestige du prélat, mais, surtout, d’augmenter les revenus qui lui servent à assurer les charges de sa mission pastorale et son fastueux train de vie, deux concepts indissociables. La lecture du Livre Vert signale que Pierre de La Jugie acquiert surtout des biens fonciers (annexe 5, p. 339) à Narbonne, Gruissan, Pieusse, Canet-d’Aude et Fontarèche. Il peut aussi acheter des rentes en nature, comme à Poilhes. Le prix de l’acquisition n’est jamais mentionné et le nom du vendeur l’est rarement. En revanche, quand le bien produit un cens, ce dernier est chiffré. Cependant, le Livre Vert n’est pas toujours très précis. Il cite bien l’achat par l’archevêque des cinquante sous que le recteur de Fontjoncouse était tenu de payer à son entrée en charge, mais il se contente d’évoquer l’hommage dû à Pierre de La Jugie par le seigneur de Dur-fort « ratione uxoris sue », pour sa femme, pour une partie de cette seigneurie.

  • 56 Rocque, III, fol. 142 r et Cartulaire de Fontjoncouse, 2 décembre 1360.

45Il n’indique pas qu’en 1360, le prélat a acheté ces biens pour cinq cents florins d’or à Béatrice de Boutenac, épouse de Guillaume de Durfort56. Ces acquisitions, qui figurent précisément dans le testament lorsqu’elles ont été faites à titre privé, confortent le patrimoine archiépiscopal, dont la gestion doit être assurée au mieux des intérêts de l’archevêque. Comme ses prédécesseurs, Pierre de La Jugie a augmenté la mense archiépiscopale et les revenus qu’elle produit.

b. La gestion de la seigneurie

  • 57 Rocque, IV, fol. 330 r.
  • 58 Rocque, III, fol. 72 r. Livre Vert, fol. 8 v.
  • 59 Rocque, III, fol. 354 r.

46Le Livre Vert témoigne de changements dans la perception des revenus ou dans le statut des seigneuries et de leurs habitants. Mais, il ne précise jamais si l’initiative vient de l’archevêque, ou s’il a été contraint à la négociation par les communautés. En 1349, Pierre affranchit les habitants de Saint-Marcel-sur-Aude et leurs biens, moyennant le rachat du droit de mansata (masade), c’est-à-dire du droit de servage et sans préjudice des autres droits seigneuriaux57. En 136358, un accord convertit en argent la redevance en poisson due par la communauté de Gruissan pour le droit de pêche dans la portion d’Aude qui passe à Saint Loup, au bord de la condamine du Fleix. Ces deux exemples semblent indiquer que Pierre de La Jugie cherche des rentrées de trésorerie annuelles fixes. Mais, les prestations en travail continuent à être exigées, d’après le Livre Vert et l’Inventaire Rocque. En 1351, il est établi que les habitants de Ventenac-en-Minervois doivent apporter le blé prélevé par l’archevêque à son palais59. La Peste noire aurait-elle conduit Pierre de La Jugie à une « réaction seigneuriale » pour faire face à la pénurie de main d’œuvre ?

  • 60 Rocque, III, fol. 503 v.

47À travers les accords conclus entre Pierre de La Jugie et les communautés, apparaît le rapport de force entre un seigneur qui négocie l’intérêt de son temporel, et des habitants aspirant à plus de liberté. Les mentions de consuls ou de syndics sont le signe que l’émancipation politique des communautés est en route, même si ces représentants sont encore largement contrôlés, voire imposés, par le pouvoir seigneurial. En 1354, Raymond Rouch, vicaire et trésorier de l’archevêque, est chargé de clore le différend qui s’est élevé entre Pierre de La Jugie et les habitants de Pia60. Le prélat prétend pouvoir faire paître le bétail étranger sur le terroir du village, alors que les habitants soutiennent le contraire. R. Rouch agit alors en gestionnaire responsable.

48Considérant que faire paître ce bétail apporte plus de désagréments que d’avantages par les destructions qu’il cause aux récoltes et donc aux agriers que prélève l’archevêque, il réserve le pâturage aux habitants et défend à tout officier archiépiscopal d’y mettre un bétail étranger. Il décide que le bétail contrevenant à l’accord et trouvé à paître, sera sous le coup du ban. Le cas échéant, le profit de la prise de gage serait partagé par moitié entre le prélat et l’habitant à l’origine de la sanction. Comme la mesure est considérée comme une faveur, les habitants doivent verser cinquante sous barcelonais à l’archevêque. Il est inconcevable que le vicaire ait agi de son propre chef. Il se peut que Pierre de La Jugie, seigneur et surtout juriste, ait inspiré cette solution qui semble satisfaire les deux parties.

c. Les conflits de seigneurie

49À sa nomination, en 1347, Pierre de La Jugie hérite des querelles et des rivalités surgies dans la première moitié du xive siècle. Elles perdurent, même si les archives en ont moins gardé la trace que pour les périodes précédentes.

  • 61 Rocque, I, fol. 369 v.
  • 62 MOUYNÈS, AA, 11e thalamus, fol. 11.
  • 63 Rocque, I, fol. 336 v-337 r.

50À Narbonne, la qualité des relations entre l’archevêque et les consuls dépend du niveau de compatibilité de leurs intérêts. En 1347, l’archevêque accepte que les consuls laissent entrer du vin dans la ville, en dépit du vêt, car il y a pénurie61. En 1372, le vicaire archiépiscopal obtient des consuls l’autorisation de faire paître ses troupeaux sur leur terroir, à l’abri de l’inondation62. Mais Pierre de La Jugie ne manque pas de faire valoir ses droits lors des empiètements des consuls et même plus : deux exemples en 1352, il porte plainte contre l’utilisation d’une maison pour les assemblées publiques et fait enlever leurs armes de la maison consulaires63.

  • 64 Rocque, I, fol. 412 v.
  • 65 L’Inventaire Rocque indique sans donner de détail que Pierre de La Jugie a prêté serment de fidéli (...)

51De même, les interventions royales sont diversement accueillies. Au début de 134864, le roi autorise l’archevêque à prendre du sel de ses salins sans prélever de gabelle, petit sacrifice pour obtenir le soutien d’un puissant vassal65. Cela n’empêche pas Pierre de La Jugie de s’opposer fermement à la décision de Philippe VI d’instituer une viguerie royale dans la ville. Ce projet est ouvertement soutenu par les consuls, car il permettrait au roi d’affermir son pouvoir localement et donc de contrer les deux autres seigneurs, le vicomte et l’archevêque. L’incident de Noël 1348 qui voit le prélat assailli dans son palais, selon lui, par des gens du vicomte est, peut-être, en relation directe avec cette décision qui ne sera pas remise en cause. La viguerie est créée, le 23 août 1349, par démembrement de celle de Béziers.

  • 66 En 1350 et 1369 à Capestang (Rocque, IV, fol. 91 r et 121 r) ; en 1354, à Fa (III, fol. 363 v) pou (...)
  • 67 Rocque, III, fol. 297 v. Au début des années 1320, Bernard de Fargues était déjà intervenu (fol. 3 (...)

52Pierre de La Jugie réagit aussi systématiquement aux empiètements des officiers royaux sur ses droits. Il s’agit, le plus souvent, d’atteintes à ses droits de justice, mais, en 1369, des officiers royaux ont troublé son droit d’ordonner criées et d’instituer des notaires pour la temporalité66. Des solutions peuvent être trouvées dans des compromis équitables, comme, en 1357, quand les bois de Quillan et Coudons, revendiqués à la fois par Pierre de La Jugie, seigneur des lieux et le roi, sont partagés entre eux67.

  • 68 Rocque, III, fol. 123 r.
  • 69 Rocque, I, fol. 167 r et 185 v ; B.N., manuscrit Baluze, 392, 591.
  • 70 MOUYNÈS, annexe AA, p. 339.

53Les archives ne sont guère loquaces sur les rapports entre Pierre de La Jugie et ses vassaux. Ils sont conflictuels, en 134968, à Quillanet où les deux autres coseigneurs disputent à l’archevêque l’exercice de la juridiction criminelle. La prise de contact avec le vicomte est délicate. Pierre de La Jugie lui fait demander pour son entrée officielle à Narbonne, le 8 septembre 1348, de l’escorter de la Porte Royale jus-qu’au quartier archiépiscopal en marchant à sa droite et en tenant son cheval par le frein. Le vicomte Aymeric VI refuse sans appel, ce qui n’empêche pas sa prestation d’hommage, sept jours après, le 1569. Chacun défend ses prérogatives. En 1349, un compromis décide que l’archevêque garde la préséance dans l’ordre d’énumération des seigneurs pour les criées publiques70, mais que les proclamations par lesquelles Pierre de La Jugie se dit indûment « seigneur de Narbonne » sont supprimées.

  • 71 H.G.L., t. V, col. 1569.
  • 72 Rocque, I, fol. 199 v. Un livre de 148 feuillets.
  • 73 MOUYNÈS, annexe AA, p. 339-357, Rocque, I, fol. 173 v à 185 v.

54Le principal sujet de discorde entre les archevêques et vicomtes successifs reste la limite de leurs juridictions respectives dans la ville et le territoire de Narbonne, en dépit de la sentence arbitrale de 121471. Le serment prêté par Aymeric, en 1232, indique le partage de juridiction, et l’Inventaire Rocque précise à chaque prestation ultérieure que l’hommage est « en tout conforme à celui de 1232 ». Pourtant, la situation ne semble pas être satisfaisante, car Bernard de Fargues et Amalric II s’adressent au juge royal de Béziers, en 132372, pour résoudre la querelle qui les oppose. Elle est finalement réglée, le 22 février 135273, par sentence arbitrale, après audition des déclarations contradictoires des deux adversaires. Les sources ecclésiastiques soulignent la mauvaise foi du vicomte qui n’hésite pas à revendiquer des biens de la mense archiépiscopale, comme Saint-Loup.

55Il y a de fortes chances que l’archevêque en ait fait autant. Les limites du partage de juridiction, dans la ville, les faubourgs et tout le terroir jusqu’à la mer, sont détaillées précisément. Il semble que cette sentence ne fasse que réaffirmer les accords antérieurs. Elle apaise la rivalité entre l’archevêque et le vicomte, mais elle porte en germe un élément qui va attiser le conflit entre les consuls et le chapitre. Elle reconnaît explicitement à la juridiction de l’archevêque le rempart occidental de la Cité.

56Pierre de La Jugie se montre donc un seigneur attentif à la défense des intérêts de la mense archiépiscopale dont il est le dépositaire et qu’il s’attache à accroître. Cependant, une mention enjoignant de rechercher les droits perdus est suffisamment présente dans le Livre Vert pour témoigner que la situation n’est pas aussi idyllique.

5. Pierre de La Jugie et ses devoirs spirituels

  • 74 CARBONELL-LAMOTHE, Y., PRADALIER-SCHLUMBERGER, M., Le pontifical de Pierre de La Jugie à Narbonne, (...)
  • 75 PRADALIER-SCHLUMBERGER, M., Le décor peint du pontifical de Pierre de La Jugie, L’archevêché de Nar (...)
  • 76 BORDONA, J. Miniatura, Ars Hispaniae, t. XVIII, p. 153.

57Le Livre Vert n’est pas le seul ouvrage rédigé à l’initiative de Pierre de La Jugie, qui nous soit parvenu. Le Trésor de la cathédrale Saint-Just et Saint-Pasteur renferme, aujourd’hui encore, son Pontifical74, livre liturgique de l’évêque. Le prélat l’a légué par testament au chapitre. Il décrit les rites et les sacrements qui réclament l’évêque comme officiant exclusif : sacrements de confirmation et d’ordination aux ordres majeurs, rites de dédicace ou de réconciliation d’une église, bénédictions des abbés et abbesses, bénédiction du saint chrême... Celui de Pierre de La Jugie, magnifiquement enluminé, contient aussi d’autres rites. Il est daté de 1350, trois ans seulement après sa nomination. Il est donc antérieur au Livre Vert, mais sans aucun rapport avec lui. Ce grand volume de 38 cm sur 27 cm se compose de quatre parties. Le début est consacré à un calendrier et des tables de calcul du nombre d’or, de la lettre dominicale et de l’épacte. Le comput a une importance cruciale pour déterminer les fêtes religieuses mobiles. Ensuite, près d’une centaine de folios sont consacrés à la procédure des ordinations. La troisième partie, sur les consécrations et bénédictions d’objets liturgiques, est incomplète. Quant à la dernière, sur les différents offices et l’habillement de l’évêque, elle est réduite à l’état de fragment. L’ouvrage comporte actuellement 185 folios, mais au moins une cinquantaine ont été découpés. Ces mutilations ne cachent pas que certaines miniatures sont restées inachevées. Ces manques n’ont pas dû empêcher l’utilisation de ce précieux ouvrage, lors des grandes cérémonies. Cela vient peut-être simplement du fait que l’un des artistes ayant décoré le Pontifical n’a pas été payé et qu’il a interrompu son travail. Les historiens de l’art75 ont noté que ce manuscrit se distingue de ceux conservés en Languedoc par l’importance et la qualité du décor peint. Des analogies certaines existent avec le Missel de Gérone76.

58La magnificence de cet ouvrage contribue à souligner un trait de la personnalité de Pierre de La Jugie déjà évoqué : raffiné et bibliophile, il porte un intérêt particulier aux lettres et aux arts, ce qui s’exprime aussi dans la construction de son palais. Qu’il ait subsisté de ce prélat ce Pontifical et le Livre Vert n’est pas anodin. Certes, l’un est resté inachevé et l’autre n’est qu’une copie très postérieure, mais chacun nous livre les deux facettes de la mission de l’archevêque de Narbonne : Pierre de La Jugie est pasteur et seigneur. Dans leur domaine respectif, les deux ouvrages peuvent être mis en parallèle. Chacun se veut exhaustif, pourtant, les deux sont imparfaits – en dépit de son statut d’« extrait », la copie du Livre Vert fait apparaître quelques anomalies qui ne peuvent être imputées à P. Baliste. Malgré les apparences, le Pontifical n’est pas qu’un ouvrage d’apparat : il contient des éléments très concrets de la mission épiscopale. Pierre de La Jugie n’y est d’ailleurs représenté que comme évêque. C’est ainsi, également, qu’il se désigne dans le Livre Vert, lors de sa prise de parole directe (folio 36 v), alors que le rédacteur lui donne le titre d’archevêque.

59Grand seigneur, nous l’avons amplement vu, Pierre de La Jugie est aussi, et même surtout, un prélat conscient des devoirs de sa charge, même s’il laisse régulièrement ses vicaires intervenir sur place, en son nom. Il est, en effet, fréquemment à Avignon. Il est tenu d’accomplir une fois par an une visite au pape, visite dite « ad limina ». Ces séjours peuvent être motivés par sa prééminence spirituelle sur le Languedoc, mais la présence de membres de sa famille est, sans doute, un argument plus convaincant.

  • 77 MARTENE et DURAND, Thesaurus novus anecdotorum, Paris, 1717, t. I, col. 1395-1399, lettre datée de (...)

60Pourtant, ses débuts en tant que supérieur ecclésiastique se sont aussi avérés difficiles. En tant que métropolitain, Pierre de La Jugie se doit de faire appliquer les prescriptions pontificales, notamment sur les abus du clergé. Il raconte avec force détails, dans une lettre à ses suffragants77, l’outrage qu’il a subi, à Carcassonne, lorsqu’il s’est rendu chez son suffragant, Gisbert Jean (1347-1354).

61Il a trouvé les églises de la cité et du bourg fermées, ainsi que la cathédrale Saint-Nazaire, dans laquelle il parvint à se glisser par une petite porte. Il y observe que les hosties consacrées et le saint chrême sont mal conservés. Carcassonne n’est pas un cas isolé. Les procès-verbaux des visites pastorales indiquent fréquemment ce genre d’incuries. L’accès au palais épiscopal lui est ensuite refusé et les chanoines refusent de lui faire obéissance. La situation est telle que Pierre de La Jugie jette l’interdit sur tous les lieux de culte de Carcassonne et excommunie l’évêque. Ces sanctions sont dramatiques pour les fidèles, privés de tout accès aux sacrements, alors indispensables pour structurer la vie sociale (baptêmes, mariages, funérailles). Afin de dissuader un tel comportement du clergé, inadmissible même face à un nouveau titulaire, il fait publier l’excommunication en occitan dans toutes les églises de la province. La sentence est cassée par les évêques de la province, l’année suivante, après que Gisbert est allé demander pardon à Pierre de La Jugie. Cette arrogance envers le métropolitain n’est qu’un premier épisode. Lors du concile de 1351, Gisbert se fait encore remarquer en prétendant avoir droit à la première place après l’archevêque, faisant fi du rang conforme à l’ancienneté du sacre. Les autres évêques protestent. Pierre de La Jugie tranche momentanément la question, à charge pour Gisbert de prouver ses prétentions, dans l’année.

62Face à ces difficultés, Pierre de La Jugie profite de la présence de son oncle Clément VI (1342-1352) sur le trône pontifical, pour obtenir que le pape ordonne à tous les suffragants de prêter un serment de fidélité. Il affermit ainsi son autorité de métropolitain face à des évêques qui prétendent être nommés et consacrés par le Saint Siège, sans l’intervention ni du chapitre métropolitain ni de l’archevêque.

  • 78 HEFELE, C. J., Histoire des conciles, t. VI, p. 916. B.N., ms, Baluze 386, n° 257-271.
  • 79 HEFELE, C. J., ibidem, t. VI, p. 960-963.

63Les trois conciles que Pierre de La Jugie réunit témoignent de ses préoccupations – réelles, au-delà du formalisme – quant à la situation du clergé et des fidèles. Le premier est le concile de Béziers78, inauguré le 7 novembre 1351, conformément à la lettre de Pierre, datée du château de Montels, le 28 septembre, adressée aux de Carcassonne, d’Elne, d’Alet, de Béziers, d’Agde, de Maguelone, de Nîmes et d’Uzès – Lodève et Saint Pons sont vacants. Quand Urbain V (1362-1370) exhorte les métropolitains à remettre en vigueur les synodes provinciaux, les archevêques de Narbonne, d’Auch et de Toulouse lui demandent l’autorisation de tenir un synode général du Languedoc. Ils prétendent qu’il est souhaitable qu’une certaine homogénéité règne entre les provinces limitrophes. C’est pourquoi le concile tenu à Lavaur79, dans la province de Toulouse, du 27 mai au 6 juin 1368, est dit des « Trois Provinces ».

  • 80 HEFELE, C. J., ibidem, t. VI, p. 966-967. B.N., ms, Baluze 386, n° 272-278 et ms. 378, n° 279-290. (...)

64Enfin, conformément à la demande de son neveu, Grégoire XI, Pierre de La Jugie convoque un concile provincial à Narbonne80, pour le 15 avril 1374.

65Si le nombre de canons rédigés à l’issue de ces assemblées est différent, lessujets sont récurrents. Il y est question, bien sûr, de la liberté de l’Église, mais aussi d’une volonté affirmée de réforme des mœurs du clergé. La législation la plus importante émane du concile des Trois Provinces qui recommande aux clercs d’instruire les fidèles et qui élabore un résumé du dogme et de la morale chrétienne, pour les clercs les moins instruits. Cette insistance sur l’instruction et la moralité des clercs est déjà présente dans les canons des conciles d’Avignon de 1326 et 1337. Il en va de même pour l’obligation de la confession des fidèles à leur curé, et pour les bénéficiers ayant charge d’âmes, la célébration d’au moins une messe par mois.

  • 81 Cet ensemble conventuel a été créé en 1215 par l’ordre mendiant, mieux connu sous le nom de Domini (...)

66Pierre de La Jugie ne limite son action ni à sa province, ni aux affaires religieuses. Il entend bien faire respecter la primauté qu’il exerce, au moins de fait, sur le Languedoc. En 1364, il préside l’assemblée de la province à Nîmes. La même année, il adresse aux évêques de Castres, d’Albi, de Rodez, de Vabre et du Puy, la lettre sur la bulle pontificale excommuniant les hérétiques qu’il a rédigé à l’intention de ses suffragants. Il le fait à la demande du pape, ou du moins avec son consentement, car ces évêchés n’ont jamais fait partie de la province sur laquelle s’exerce la primatie. En janvier 1369, il participe aux cérémonies du transfert des reliques de saint Thomas d’Aquin, en l’église des Jacobins81, à Toulouse.

67Tout ce qui vient d’être dit contribue à donner à Pierre de La Jugie une image moins noire que celle généralement attribuée aux archevêques du xive siècle. Il exerce brillamment son double rôle de prélat et de grand seigneur. Deux volets de sa personnalité ressortent particulièrement. Il est un juriste conscient de ses prérogatives et résolu à les faire respecter en utilisant les ressources de l’écrit. Il aime aussi le luxe, son Pontifical en témoigne, et il apprécie un art de vivre raffiné. Les parties du Palais Neuf qu’il a fait construire le montrent, comme les legs d’objets précieux contenus dans son testament. Même s’il a tendance à vivre à crédit comme tout seigneur, ses dépenses supposent que le temporel procure de gros revenus, en dépit des malheurs du temps. Les éléments biographiques le concernant ont permis de voir que les points communs avec ses prédécesseurs directs sont assez nombreux.

Notes

1 Gilles est né vers 1252 à Glaine-Montaigu près de Billom (Puy de Dôme).

2 Bernard est né vers 1281. Son père Guillaume est coseigneur de Fargues dans le diocèse de Bazas (Gironde).

3 Gaubert est né en 1297 dans le diocèse de Cahors. Il existe une incertitude sur son lieu de naissance exact dont l’orthographe fluctue : sans doute Saint-Pierre d’Aussac (ou d’Avesat, Commune de Pechpeyroux) plus que Saint-Pierre de Nassac (Aujourd’hui de Miramont, Tarn et Garonne).

4 En 1305, l’élection au trône pontifical de Bertrand de Got (Clément V), oncle maternel de Bernard de Fargues, inaugure une période faste pour la famille jusqu’à sa mort en 1314. Un compatriote de Gaubert du Val, Jacques Duèze, est alors élu au trône pontifical (1316) sous le nom de Jean XXII. En revanche, les Aycelin sont portés par l’influence royale. La mère de Gilles, Jacqueline, est la sœur de Pierre Flote, chancelier de France sous Philippe IV. Cette alliance aurait marqué le départ de la carrière de la famille d’après F. J. Pegues (The Lawyers of the last Capetians, Princeton, 1962, p. 37) mais J. A. MacNamara semble plus réservée (Gilles Aycelin, the servant of two Masters, Syracuse, 1973, p. 11).

5 Gilles Aycelin est le quatrième des neuf enfants de Pierre Aycelin et de Jacqueline de Flote. Son plus célèbre frère est Hugues, entre autres cardinal « de Billom », et confident de plusieurs papes. Sur les cinq filles, quatre sont religieuses et la benjamine épouse un noble local, Evrard de Chalençon. Les Fargues sont neuf, sept garçons et deux filles dont certains figurent dans les comptabilités des bayles : Bertrand, archidiacre de Fenouillèdes (1334-1346), Jeanne qui épouse Raymond-Bernard de Balenx, seigneur de Gavaudan et Congia. BROUNS, B., Bernard de Fargues, 1311-1341. Un archevêque contesté ?, B.C.A.N., t. 50, 2000-2003, p. 41-95.

6 L’aîné, Nicolas, entre dans l’aristocratie d’Auvergne par son mariage avec Delphine de Châteauneuf et de Saint-Remèze. Veuf en 1364, il se remarie avec Éléonore de Lévis Mirepoix. Élise épouse un Puydeval du lignage des Marcillac, sires de Saint-Exupéry. Marie est abbesse de La Règle à Limoges. Guillaume, bénédictin comme Pierre, est fait cardinal-diacre au titre de Sainte-Marie-in-Cosmedin par son oncle Clément VI en 1342. En 1348, il achète le château de La Livinière et de Ferrals-des-Corbières au profit de Nicolas. Le dernier fils, Hugues, devient évêque de Béziers en 1349 puis de Carcassonne. GUILLEMAIN, B., Pierre de La Jugie, archevêque de Narbonne (1347-1375), Narbonne, Archéologie et Histoire, t. 2, p. 164. Baluze indique un autre Guillaume, seigneur de Colonges, Vitae paparum Avenionensium, éd. Guillaume Mollat, Paris, 1914-1922, p. 363.

7 C’est sans doute aussi le cas pour Gilles Aycelin et Bernard de Fargues car la filière offre les meilleures chances de réussite à qui veut faire carrière. (GUILLEMAIN, B. et MARTIN, C., Origines sociales, intellectuelles et ecclésiastiques des évêques de la province de Narbonne entre 1249 et 1317, Les évêques, les clercs et le roi (1250-1300), Cahiers de Fanjeaux, 7, 1972, p. 91-106).

8 La carrière de Bernard de Fargues démarre en trombe grâce aux faveurs de Clément V qui ne lui feront jamais défaut. En 1306, il le nomme successivement archidiacre de l’église de Beauvais, évêque d’Agen en succession de son grand oncle Bertrand de Got puis archevêque de Rouen. Deux jours après son couronnement, Jean XXII confère à Gaubert du Val à la fois l’église paroissiale de Boutenac dans le diocèse de Narbonne et un canonicat de la cathédrale de Meaux. À partir 1316, Gaubert gère la charge de trésorier de l’Église romaine conjointement avec Aymar Amiel. En 1317, le pape lui donne l’archiprêtré de Saint-Cirq-la-Popie qu’il échange en juin suivant avec l’archidiaconat de Cahors. En 1318, Gaubert obtient canonicat, prébende et dignité de préchantre dans la nouvelle collégiale de l’Isle-Jourdain. En 1319, il est nommé à la fois évêque de Marseille et camérier pontifical, titre qu’il conserva jusqu’à sa mort. En 1323, il devient archevêque d’Arles jusqu’à son transfert à Narbonne à l’automne 1341.

9 La Chambre apostolique consigne pour Pierre de La Jugie, des communs services s’élevant à 9 000 florins. La mention date très probablement du 16 janvier 1347. (Coll. 456, f. 103r)

10 Gallia Christiana, t. VI, col. 91-94 et 957-958. H.G.L., t. IV, p. 254 et 481.

11 Dès sa nomination à Rouen, ce prélat de 25 ans, arrogant et dispendieux, prend des dispositions pour obtenir de quoi payer ses quarante mille florins de dettes (lettre de Clément V, 5 octobre 1306, n 910) et accorder aux membres de sa famille des pensions viagères. En novembre 1308, son oncle Clément V met sous tutelle les biens de l’archevêché pour rembourser les sommes que Bernard doit à des marchands à la cour pontificale. La permutation des prélats entre Rouen et Narbonne permet à Clément V de faire d’une pierre deux coups. D’une part, Gilles Aycelin, membre du Conseil du roi et brillant diplomate peut ainsi se rapprocher de Paris. D’autre part, le transfert du dépensier neveu prive prive Philippe IV d’un moyen de pression contre le Pape pour obtenir la condamnation de la mémoire de Boniface VIII, la réhabilitation de Guillaume de Nogaret et la suppression de l’Ordre du Temple (qui est l’objet du concile de Vienne prévu pour le mois d’octobre).

12 Il est canonisé le 19 mai 1347, pour s’être consacré à soulager la misère des plus démunis. Comme Pierre, il a fait des études de droit à Orléans.

13 SURIUS, L., Historiae seu Vitae Sanctorum, Maii, p. 607, [note 1] Gravi tum morbo affectus erat nepos ejus Pontificis, idemque Archiepiscopus Narbonensis, spemque vitae ejus medici et periti homines abjecerant ; sed cum illius amici, Dei et B. Yvonis opem implorassent, certumque votum. Yvoni nuncupassent, statim illi instaurata salus est.

14 En revanche, Gaubert du Val, transféré le 17 août 1341 rejoint Narbonne dès le 18 novembre mais il ne résidera pas en raison de sa charge de Camérier. VIDAL, J.-M., Lettres communes de Benoît XII, Paris, 1913, n° 9122.

15 H.G.L., t. V, col. 46.

16 Dans une lettre du 17 avril 1348 (deux mois après le début de l’épidémie) aux jurés de Gérone, le viguier vicomtal déclare qu’un quart de la population est morte. D’après les dénombrements de 1338, on peut estimer les morts à 20 000. G. Larguier estime aux 4/5e des habitants de la ville les pertes cumulées : il ne resterait que 6 à 7 000 habitants en 1352. (Le drap et le grain en Languedoc..., p. 76).

17 Lettres de Clément VI, 4028 et 4029 du 13 janvier 1349, 4050 du 3 février 1349, 4067 du 26 février.

18 Pour V. Tabbagh, Fasti ecclesiae Gallicanae, 2, le diocèse de Rouen, Turnhoud, 1998, notice 4348.

19 GUILLEMAIN, B., La cour pontificale d’Avignon (1309-1376), Étude d’une société, Paris, p. 195.

20 Son testament est daté du 23 avril 1341, il meurt le 1er mai suivant. Doat, 43, fol. 207-218. Nous ne disposons pas du testament de Gaubert du Val mais, certaines de ses dispositions testamentaires apparaissent dans les lettres de Clément VI éditées par E Deprez, Paris, 1958.

21 Le verbe est au parfait : Et eligo corpori meo sepulturam, dum et quando me ab humanis exire continget, in ecclesia Narbonensi, videlicet in sepultura sive tumulo quem ibidem edificari feci. BALUZE, E., Vitae paparum avinionensium, éd. G. Mollat, 1916-1928, t. 4, p 141-149.

22 Pour le détail architectural, PRADALIER-SCHLUMBERGER, M., Toulouse et le Languedoc : la sculpture gothique, xiiie-xive siècles, Toulouse, 1998, p. 311-317.

23 Bernard de Fargues a également fait ériger son tombeau avant sa mort dans la clôture du chœur sur le côté nord. La nudité du tombeau tranche radicalement avec la somptuosité du décor de celui de Pierre de La Jugie. Le dessin de Gaignières montre une cuve dépourvue de tout ornement et un gisant aux vêtements richement ornés, coiffé d’une mitre orfévrée. GAIGNIERES, R. de, Les dessins d’archéologie, 1912, série 1, Tombeaux.

24 Au xviie siècle, le cardinal de Bonzy fit écrêter le grand baldaquin qui gênait la vue de celui du maître-autel, en cours d’édification. Le 20 septembre 1792, la municipalité de Narbonne reçoit l’ordre d’effacer ou d’enlever les armoiries et ornements (A.M.N., série 1). Mais les atteintes les plus graves datent sans doute du 10 août 1793, au moment de la destruction des archives de l’archevêché et du tombeau des chairs de Philippe III le Hardi.

25 Fasti ecclesiae gallicanae, Rouen, n° 4348. Contrairement à Gilles Aycelin qui reproduit in extenso dans son testament la lettre de Clément V qui l’autorise à tester, Pierre ne donne pas de détail.

26 Pierre de La Jugie n’y a aucun bénéfice pendant sa carrière mais son frère Hugues en devient évêque en 1349.

27 Le record est détenu par Gilles Aycelin qui consacre plus de 12 000 livres pour des obits. Bernard de Fargues se contente d’un peu plus de 1 200 livres.

28 Les seules fondations liturgiques mentionnées dans le testament de Bernard de Fargues concernent le Salve Regina qu’il fait chanter chaque soir dans la cathédrale et l’institution de la fête de la Conception de la Vierge pour lesquels il lègue mille livres.

29 Le testament indique Arnaud Sarverii. À une orthographe fluctuante s’ajoute les probables problèmes de transcription. De même pour la vigne précédente, désignée sous le nom de son ancienne propriétaire, « domina » Vicensa.

30 La liste de livres de Bernard de Fargues saisis au profit de la Chambre apostolique en 1341 indique 24 volumes. Il en a d’autres, mais son testament ne cite que son bréviaire en deux volumes, un petit manuel et un missel à la couverture verte avec les offices de Noël légués à son chapelain ainsi que son grand missel appelé mixtum et un bréviaire légués à l’autel majeur de Saint-Étienne. La liste des dépouilles de Gaubert du Val en 1347 en mentionne 82. COURCELLES, D. de, La bibliothèque du chapitre de la cathédrale Saint-Just de Narbonne, Livres et bibliothèques (xiiie-xve siècles), Cahiers de Fanjeaux, t. 31, 1996, p. 185-208.

31 VERNET, A., La bibliothèque de la cathédrale de Narbonne au Moyen Âge, Narbonne, Archéologie et Histoire, t. 2, p. 169-177.

32 Bernard de Fargues lègue à la cathédrale une de ses meilleures chapelles complètes et une « très bonne et solennelle » cape de procession ainsi que ses tentures de soie brochée d’or, à Saint-Étienne ses deux capes processionnelles et toutes ses étoffes de diverses couleurs et factures parce que l’église n’en a pas pour les fêtes. Il dote l’église de Capestang d’une de ses chapelles pour l’autel majeur et la chapelle du château de son vêtement sacerdotal quotidien.

33 Le terme de « jocalia » ne permet pas de préciser de quels genres d’objets, sans aucun doute liturgiques, il s’agit.

34 Il lègue à Saint-Étienne qu’il a fondé, sa croix de procession, une navette pour l’encens, ses chandeliers d’argent, deux bassins d’argent et pour l’autel majeur ses parements d’autel avec calice. Il destine à la cathédrale son bâton pastoral, sa mitre ainsi qu’un parement d’autel avec une croix et un grand calice. Gilles Aycelin avait légué à son successeur sa mitre la plus précieuse et sa crosse, à la cathédrale la croix que l’on pose sur l’autel et un ornement pour services mortuaires.

35 D’une manière générale, Gilles Aycelin n’a pas fait de son ancien diocèse narbonnais le centre de ses préoccupations testamentaires. Rouen dont il est encore titulaire, est mieux loti mais, c’est l’Auvergne, berceau de sa lignée, qui est la plus favorisée. Bernard de Fargues fait des legs généreux, essentiellement dans le diocèse de Narbonne : 600 livres à la fabrique de la cathédrale, plus de 250 livres pour alourdir la grande cloche qu’il a fait faire, 2 000 livres aux ordres Mendiants, monastères et établissements religieux, et pour les filles à marier de Narbonne et du diocèse. Il demande que 500 setiers de grains et 200 livres de tissus de laine et de lin soient distribués aux miséreux des seigneuries de la mense archiépiscopale. Plusieurs lettres papales de 1347 témoignent de la générosité de Gaubert du Val. Il lègue 5 000 florins d’or pour l’édification d’une chapelle dans la primatiale, 1 000 pour la confection d’une chasse pour les reliques de saint Just et saint Pasteur, 50 écus d’or pour l’entretien du chapelain. Dix livres reviennent au chapitre et aux serviteurs du chœur, cent sous petits tournois au chapitre de Saint-Paul (DEPREZ, Clément VI, lettre 3112). Le chapitre de Saint-Just est autorisé à accepter une créance héritée de Gaubert de 3 300 florins d’or (ibid., lettre 3128). Cinquante sous sont attribués aux recteurs des hospices de la ville et du diocèse de Narbonne, à chaque religieux et religieuse de Narbonne et de Limoux ainsi qu’aux couvents des ordres mendiants (ibid., lettre 3114). Mais, il n’oublie pas les œuvres du diocèse de Cahors (ibid., lettre 3113) ni ses auxiliaires dans la gestion narbonnaise : 100 écus d’or à chacun des chanceliers de Narbonne et de Limoux, des bayles d’Alaigne, Quillan, Villerouge-Termenès, Canet-d’Aude, Capestang, Montels et Narbonne (ibid., lettre 3112).

36 Bernard de Fargues institue deux chapelains dans sa cathédrale. Aucune des quinze chapellenies ou vicairies perpétuelles ni des treize prébendes établies par Gaubert du Val, n’est dans le diocèse de Narbonne.

37 Bernard de Fargues lègue 2 000 livres au Pape. En revanche, Gilles Aycelin ne lègue qu’au roi de France : 200 livres pour des sommes dépensées lors de son service et peut-être indûment remboursées.

38 G. Aycelin répartit près de 800 livres mais Bernard de Fargues plus de 7 000 livres. Le frère et les neveux de Gaubert du Val reçoivent au moins 5 000 florins d’or. (DEPREZ, Clément VI, lettres 3099 et 3135).

39 Le total des legs dépasse les 700 livres.

40 Il prévoit une somme de 4 000 livres pour payer ses serviteurs et familiers.

41 Voir plus loin, les modalités de financement.

42 Le Capitole est l’ancien temple de Jupiter construit par les Romains sur le forum (nouveau nom de la place Place Bistan). Il est cité dans les actes du Moyen Âge sous le nom de Capduel. Gaubert du Val souhaite en démolir la tour en 1344 pour agrandir la maison des Repenties.

43 Abbé SIGAL, Contribution à l’histoire de la cathédrale Saint-Just de Narbonne, B.C.A.N., 1921, p. 11-153 et 1948, p. 21-67.

44 Doat, 53, fol. 140.

45 L’architecte de la cathédrale Pierre Daniel, également ingénieur militaire, participe aux travaux de réfection de l’enceinte de Narbonne. En 1356, il est chargé d’édifier une tour (A.M.N., série EE, n 1645).

46 J. Caille a récemment fait une mise au point sur son passage à Narbonne. « Nouveaux regards sur l’attaque du Prince Noir contre Narbonne en novembre 1355 », S.E.S.A., t. CIX, 2009, à paraître.

47 L’abbé Sigal avance pour la construction de ce qui est de nos jours la chapelle de l’Annonciade la date de 1350, soit juste après le partage de la maison « prestimoniale » entre les chanoines et l’archevêque. (SIGAL, abbé L., 1921, p. 50) Certains historiens l’attribuent à Jean Corsier, vicaire de François de Conzié (1391-1433), mais les historiens de l’art affirment que le style correspond à la seconde moitié du xve siècle. Sur l’état de la question, CAILLE, J., « La conclusion des accords de Narbonne. Le contexte local. », Le Midi et le Grand Schisme d’Occident, Cahiers de Fanjeaux, t. 39, p. 500, notes 29 à 32.

48 Dictionnaire raisonné d’architecture, t. 2, p. 376, cathédrale.

49 Gallia Christiana, t. VI, 1739, col 92. Le testament insiste sur la paternité de Pierre de La Jugie qui a mené le chantier à ses frais. Les armes de l’archevêque sur la clé de voûte de la salle haute de la tour confirment qu’il est intervenu dans l’aménagement intérieur.

50 Cette voie publique pentue, allant de la place de la Caularia à la cathédrale, sépare les deux palais archiépiscopaux. Elle est aussi appelée passage de l’Ancre car une ancre en ornait l’entrée en signe des droits de l’archevêque sur les activités littorales.

51 H.G.L., t. X, preuves, col. 1225.

52 Le terme de « tinel » est employé en Italie et dans le midi de la France pour désigner les salles à manger, ou les réfectoires. Il vient du bas latin « tina », qui veut dire tonneau, en raison de la voûte, souvent lambrissée et en berceau.

53 Cet aménagement est similaire à celui de Bernard de Fargues plus haut dans le passage. Cité par G. Lafont, Histoire des archevêques de Narbonne, t. 2, p. 414.

54 Narbonne, Archéologie et Histoire, p. 165.

55 Le relevé de B. Brouns dévoile l’importance des pérégrinations du prélat, p. 88-92 de l’article cité plus haut.

56 Rocque, III, fol. 142 r et Cartulaire de Fontjoncouse, 2 décembre 1360.

57 Rocque, IV, fol. 330 r.

58 Rocque, III, fol. 72 r. Livre Vert, fol. 8 v.

59 Rocque, III, fol. 354 r.

60 Rocque, III, fol. 503 v.

61 Rocque, I, fol. 369 v.

62 MOUYNÈS, AA, 11e thalamus, fol. 11.

63 Rocque, I, fol. 336 v-337 r.

64 Rocque, I, fol. 412 v.

65 L’Inventaire Rocque indique sans donner de détail que Pierre de La Jugie a prêté serment de fidélité au roi de France, en 1356 et en 1364 (I, fol. 531 v). La note 62 de l’article de J. Caille sur la seigneurie temporelle de l’archevêque (p. 172) contient une coquille.

66 En 1350 et 1369 à Capestang (Rocque, IV, fol. 91 r et 121 r) ; en 1354, à Fa (III, fol. 363 v) pour la justice. Rocque, I, fol. 462 v.

67 Rocque, III, fol. 297 v. Au début des années 1320, Bernard de Fargues était déjà intervenu (fol. 399 r).

68 Rocque, III, fol. 123 r.

69 Rocque, I, fol. 167 r et 185 v ; B.N., manuscrit Baluze, 392, 591.

70 MOUYNÈS, annexe AA, p. 339.

71 H.G.L., t. V, col. 1569.

72 Rocque, I, fol. 199 v. Un livre de 148 feuillets.

73 MOUYNÈS, annexe AA, p. 339-357, Rocque, I, fol. 173 v à 185 v.

74 CARBONELL-LAMOTHE, Y., PRADALIER-SCHLUMBERGER, M., Le pontifical de Pierre de La Jugie à Narbonne, Midi, revue de sciences humaines et de littérature de la France du Sud, 1986, n° 1, p. 19-25.

75 PRADALIER-SCHLUMBERGER, M., Le décor peint du pontifical de Pierre de La Jugie, L’archevêché de Narbonne au Moyen Âge, Méridiennes, 2008, p. 133-145.

76 BORDONA, J. Miniatura, Ars Hispaniae, t. XVIII, p. 153.

77 MARTENE et DURAND, Thesaurus novus anecdotorum, Paris, 1717, t. I, col. 1395-1399, lettre datée de Limoux, le 6 juillet 1349.

78 HEFELE, C. J., Histoire des conciles, t. VI, p. 916. B.N., ms, Baluze 386, n° 257-271.

79 HEFELE, C. J., ibidem, t. VI, p. 960-963.

80 HEFELE, C. J., ibidem, t. VI, p. 966-967. B.N., ms, Baluze 386, n° 272-278 et ms. 378, n° 279-290. La lettre est datée du château de Montels, le 1er février.

81 Cet ensemble conventuel a été créé en 1215 par l’ordre mendiant, mieux connu sous le nom de Dominicains.

Table des illustrations

Titre ill. 2 - Dessins du tombeau de Pierre de la Jugie
Légende Dessin de R. Gaignières, p. 137, côté chœur.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/477/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 367k
Légende Restitution de Viollet-le-Duc, article tombeau, p. 54 (vu du déambulatoire).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/477/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 294k

© Presses universitaires de Perpignan, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540