Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Livre Vert de Pierre de la Jugie

 | 
Marie-Laure Jalabert

Première Partie. Au XIVe siècle, des personnalités fameuses à la tête du prestigieux archevêché de Narbonne

Chapitre I. Gloire et crises de l’archevêché de Narbonne jusqu’au xive siècle

Texte intégral

  • 1 Les communautés chrétiennes cherchent à faire remonter le plus loin possible l’évangélisation. À l (...)

1Quand Pierre de La Jugie est nommé archevêque de Narbonne en 1347, le prestige de la ville est bien loin. Sa position de capitale plus que l’ancienneté de l’évangélisation de la province de la Narbonnaise Première1 avait contribué à lui donner une place de choix dans la hiérarchie ecclésiastique de la Chrétienté occidentale. Mais le millénaire d’histoire qui s’est écoulé a bouleversé les données de départ. Le Languedoc a été une terre de passage et de confrontation. Au xive siècle, les héritages de ces bouleversements géopolitiques forment le cadre dans lequel évoluent les archevêques de Narbonne dont la puissance et la richesse suscitent des convoitises et des jalousies.

1. L’archevêché de Narbonne, une peau de chagrin

  • 2 Les débuts de l’histoire de l’Église de Narbonne sont obscurs jusqu’au ve siècle. L’évêque n’inter (...)

2Narbonne, capitale administrative de la Narbonnaise Première, devient la métropole chrétienne de la province2 (carte 2). Comme métropolitain, son évêque a le privilège de consacrer les suffragants : Toulouse, Béziers, Agde, Nîmes, Lodève et Uzès. Cette primauté est cependant contestée en 421 et en 461. La conquête de l’Aquitaine par Clovis en 507 disloque la province gallo-romaine. Les diocèses de Toulouse et d’Uzès sont désormais soumis au pouvoir des Francs. La Septimanie devient l’appendice septentrional du royaume des Wisigoths. Elle est remaniée de l’intérieur du point de vue ecclésiastique. Maguelone, Elne et Carcassonne sont élevées au rang d’évêchés suffragants de Narbonne ce qui renforce le poids de la métropole. La consécration politique vient avec le choix du roi Euric II de faire de Narbonne sa résidence.

a. La perte des évêchés catalans

  • 3 En 719, Narbonne tombe aux mains des Arabes. Bien que cette occupation ait été dramatisée par les (...)
  • 4 Un acte de 865 mentionne trois archidiacres (H.G.L., II, texte 165, col. 341). Pour E. Griffe, l’a (...)
  • 5 Bulle Potestatem ligandi, 6 novembre 1097, citée par H. VIDAL, Les origines de la primatie narbonn (...)

3Quand les Carolingiens y prennent pied en 759 après l’épisode musulman3, la Septimanie est l’objet d’une bienveillance toute particulière de leur part car la menace musulmane reste encore très présente jusqu’à la prise de Barcelone en 801. Mais l’algarade lancée contre Narbonne en 793, comme une attaque par mer bien postérieure, en 1019-1020, restent vaines. La progression des conquêtes de Pépin le Bref permet à la province de récupérer les évêchés perdus de Nîmes, Uzès et Toulouse. Ses successeurs, Charlemagne et Louis le Pieux, en ajoutent de nouveaux, transpyrénéens alors que leur métropole Tarragone est encore aux mains des Musulmans : Gérone (785), Urgel (vers 792), d’Ausone-Vich (vers 795) et de Barcelone (801). À cheval sur les Pyrénées, la province retrouve une position charnière et un prestige renforcé. L’organisation administrative du diocèse de Narbonne se met en place à cette période4. La forte identité de la Tarraconaise se traduit par l’aspiration croissante de ces évêchés à reformer une province indépendante. Ce désir devient possible grâce à la reprise de Tolède par les Chrétiens en 1085. Le 15 octobre 1088, Urbain II confère à Tolède la primatie sur l’Espagne. L’éclatement de la province de Narbonne intervient le 1er juillet 1091 lors du rétablissement de l’archevêché de Tarragone. La confirmation papale, en 1097, de la primatie sur la Narbonnaise Première, et son extension sur la Seconde5 ne compense pas. De nouvelles confirmations par Pascal II en 1099 et en 1107 n’empêchent pas les contestations ultérieures de la part de Bourges et de Vienne. Elles sont définitivement rejetées au début du xve siècle.

Carte 2 – Extension maximale de la province ecclésiastique de Narbonne.

b. La question du duché de Narbonne

4Dès le viiie siècle, la Septimanie est ballottée par le pouvoir carolingien. Elle est d’abord incorporée au royaume d’Aquitaine crée par Charlemagne en 781 pour son fils Louis. En 817, elle est démembrée. Les comtés de Narbonne et du Razès sont associés à la Marche d’Espagne, alors que le comté de Carcassonne reste aquitain. Un demi-siècle plus tard, la création du Marquisat de Gothie n’est qu’un épisode éphémère. Face à cette complexité politique, la permanence du pouvoir ecclésiastique est remarquable.

  • 6 H.G.L., t. VI, p. 379.
  • 7 Raymond Saint-Gilles (1041-1105) est le premier comte de Toulouse à être qualifié de duc de Narbon (...)
  • 8 Besse cite la lettre d’Arnaud Amaury aux cardinaux où le prélat indique qu’il a reçu l’hommage et (...)

5Les bouleversements entraînés par la croisade contre les Cathares font ressurgir la question du titre de duc de Narbonne. Le transfert des terres des Trencavel, puis de la maison de Saint-Gilles à des seigneurs du nord du royaume de France provoque une redistribution des pouvoirs qui ne va pas sans tensions. En mars 1212, est élu archevêque de Narbonne Arnaud Amalric. Ancien abbé de Poblet, de Grandselve puis de Cîteaux, il avait pris la tête de la croisade déclenchée après la mort de Pierre de Castelnau. Digne héritier des positions de Bernard de Clairvaux, il participe activement au conflit. Puis, en tant qu’archevêque de Narbonne, il entend bien défendre toutes ses prérogatives, notamment au temporel. Il cherche à s’affirmer dans la hiérarchie féodale et s’intitule duc de Narbonne6, titre auparavant détenu par la maison de Saint-Gilles7. En vertu de son action dans la croisade, Arnaud Amaury relève le titre et tente par ce biais de devenir seigneur de la totalité de la ville de Narbonne. De fait, le jour de l’élection d’Arnaud, le 12 mars, le vicomte lui prête serment de fidélité pour la partie de la ville qu’il tient de lui en tant qu’archevêque et le lendemain, pour la vicomté et la partie de la Cité qu’il tient de lui en tant que duc8.

  • 9 Pour plus de détails sur les différents épisodes, je renvoie le lecteur à deux articles. CAILLE, J (...)
  • 10 Quand Simon de Montfort se présente devant Narbonne, Arnaud l’attend devant la porte du Bourg qu’i (...)

6C’est sans compter avec la détermination de Simon de Montfort qui revendique le titre9. Le concile de Montpellier, en décembre 1214, puis celui de Latran, l’année suivante, lui ont définitivement attribué les terres conquises lors de la croisade et tous les droits afférents. Arnaud ne doit plus porter le titre de duc. Le différend dégénère en conflit ouvert en 121610 alors que Simon de Montfort prête hommage à Philippe Auguste pour ses fiefs, y compris le duché. La mort de Montfort en 1218 et celle de Raymond VI en 1222 renversent la situation. Amaury de Montfort est en situation précaire face à la tentative de Raymond VII de récupérer ses terres. Arnaud Amaury rallie le camp de Montfort, soutenu par le roi de France et le Pape. En 1223, Raymond VII obtient par la force l’hommage du vicomte de Narbonne. Après l’échec de la tentative de la maison de Saint-Gilles, Amaury de Montfort porte à nouveau le titre de duc de Narbonne qu’il cède à Louis VIII avec tous ses droits sur les terres conquises. Le traité de Meaux-Paris, 12 avril 1229, confirme la cession. Désormais, le duché dépend du domaine royal et le vicomte de Narbonne rend hommage au roi pour la vicomté et la moitié de la Cité.

2. Relations dans une ville partagée

  • 11 Cette présentation sommaire est tirée du long article de Jacqueline Caille qui vient d’être cité. (...)

7La structure urbaine bipartite de Narbonne11 (annexe 3, p. 337) est commune à la plupart des villes construites sur les rives d’un cours d’eau. La Cité gallo-romaine se trouve sur la rive gauche de l’Aude. Au Moyen Âge, le Bourg s’est développé sur la rive droite où il n’y avait pendant l’Antiquité que des nécropoles et des villae, attestées par les fouilles archéologiques. L’essor urbain du xie siècle a entraîné l’apparition de nouveaux faubourgs sur la rive gauche, Coyran et Belvèze à l’ouest, Villeneuve à l’est. Mais cette répartition topographique simple ne reflète pas le partage de pouvoir entre le vicomte et l’archevêque, contrairement à ce qui se produit dans bien des cités épiscopales.

  • 12 Notre-Dame-de-Lamourguier, désignée au Moyen Âge sous le vocable de Sainte-Marie de Monachia et sé (...)

8Trois seigneurs féodaux se partagent la juridiction du Bourg : l’abbaye de Saint-Paul dans l’angle sud-ouest ; le vicomte à proximité de la rive de l’Aude, au-delà du Pont Vieux vers l’ouest et l’archevêque entre les deux, dans la paroisse Saint-Paul. Ce dernier dispose aussi de la juridiction sur la paroisse Notre-Dame-de-Lamourguier12 qui occupe la moitié orientale du Bourg.

  • 13 CAILLE, J., La seigneurie temporelle..., p. 169. Il s’agit, entre autres, des maisons qui se trouv (...)
  • 14 Doat, t. 55, fol. 4 r à 7 r.

9La situation féodale de la Cité est en apparence plus simple. Le vicomte est le seigneur féodal d’une grosse moitié orientale et il est le vassal de l’archevêque pour le reste sous réserve de droits et de biens expressément exclus dont la liste figure dans les actes d’inféodation du xiiie siècle13. La possession par l’archevêque de la partie occidentale de la Cité se fonde sur la donation de Pépin à Daniel en 759. L’archevêque aurait reçu la moitié de toute la Cité avec les tours et les dépendances à l’intérieur et à l’extérieur, la moitié des droits du commerce, tonlieux et droits de port, des salines et des navires de mer naufragés. L’original est perdu, mais la teneur de la concession figure dans un acte de Charles le Chauve accordant sa protection à Église de Narbonne et à l’abbaye de Saint-Paul, par lequel il confirme la concession antérieure. Nous ne disposons de ce texte que par un vidimus établi par Barthélemy Pincardi, le 1er juillet 131814. Mais les documents de la période carolingienne sont toujours à prendre avec précaution, en raison des nombreuses interpolations destinées à justifier des prétentions postérieures.

a. La question de l’hommage dû à l’archevêque par le vicomte de Narbonne

10Depuis le rattachement de la vicomté au domaine royal par le traité de Meaux en 1229, le vicomte prête un hommage à l’archevêque pour la moitié occidentale de la Cité, et un autre au roi pour la moitié orientale qu’il tient de lui. Cette obligation de vassalité envers l’archevêque entraîne de perpétuelles tensions et indispose certains vicomtes qui cherchent par un subterfuge oratoire à ne dépendre que du roi pour la « ville de Narbonne », y compris, implicitement, la partie relevant de l’archevêque. Inversement, la tentative d’Arnaud Amaury de restaurer le duché au profit de l’Église dans le premier tiers du xiiie siècle avait pour but d’imposer l’archevêque comme le seigneur supérieur de toute la ville.

  • 15 Amalric a attendu l’arrivée de Bernard (23 décembre 1316) pour se présenter à lui (2 janvier 1317) (...)

11Le vicomte doit l’hommage lorsque le titre lui échoit ainsi qu’à l’entrée en charge d’un nouveau prélat. La rapidité de l’exécution de ce devoir féodal est directement liée à la qualité de leurs relations qui dépend elle-même, en grande partie, de leur personnalité. Gaubert du Val est celui qui a obtenu le plus facilement cette prestation : Aymeric VI (1341-1388) prête serment le 16 février 1342, six mois après la nomination de l’archevêque. En revanche, le vicomte Amalric II (1298-1328) avait opposé une farouche résistance. Il avait tenté, auparavant, de se soustraire au pouvoir de l’archevêque en étendant à l’ensemble de ses fiefs narbonnais son hommage au roi. Gilles Aycelin obtint de Philippe IV la révocation de cet hommage, mais il dut attendre sept ans la prestation de foi d’Amalric. Le conflit de personnalités atteint son paroxysme avec Bernard de Fargues qui refusa l’hommage d’Amalric II, le prétendant trop tardif15. La situation ne s’est débloquée qu’avec la mort du vicomte. Ses successeurs prêtent l’hommage aux archevêques dans des délais raisonnables.

b. Les empiètements de juridiction et le rôle du roi dans les querelles narbonnaises

  • 16 Dans l’Inventaire Rocque, les adversaires de l’archevêque ont toujours le mauvais rôle : le vicomt (...)

12Les tensions entre les principaux coseigneurs de Narbonne sont exacerbées par la localisation des deux autorités. Les palais archiépiscopal et vicomtal se font face et, comme l’archevêque et le vicomte multiplient provocations et intimidations, la querelle tourne facilement à l’affrontement. À plusieurs reprises, le cœur de la Cité connaît un état de siège. Chacun fait alors appel au roi et au pape, mais aucun règlement durable ne parvient à être établi avant l’époque de Pierre de La Jugie. Les revendications sont avancées avec une mauvaise foi certaine des deux côtés. Le caractère univoque de la documentation archiépiscopale donne une image biaisée. L’archevêque apparaît comme l’éternelle victime d’un vassal sournois et procédurier16 qui a recours à l’intervention de l’autorité royale pour faire passer en force ses intérêts. Mais l’archevêque en fait autant.

13Les appels aux cours et aux agents royaux (juge royal et viguier de Béziers, sénéchal de Carcassonne, juge mage de Toulouse, Parlement de Paris) permettent de faire reconnaître un droit aux dépens de l’adversaire, ou de différer un problème le temps de l’enquête ou de la procédure. Pour le roi, c’est à chaque fois une occasion de se faire plus présent dans un territoire récemment rattaché au domaine royal où son autorité n’est pas encore évidente pour tous.

c. Les relations avec les consuls

  • 17 AMOUROUX R., Le consulat et l’administration municipale de Narbonne des origines à la fin du XIVe (...)

14À côté du vicomte et de l’archevêque, il existe à Narbonne une troisième autorité qui entend bien se faire respecter : les consuls. Longtemps, chaque partie de la ville eut son propre consulat. En 1338, l’union des deux consulats17, celui de la Cité et celui du Bourg, donna plus de force aux consuls.

  • 18 Philippe IV envisage de construire un port de mer militaire et commercial dans la vicomté de Narbo (...)

15Leur mission est de défendre les habitants de Narbonne, mais, ils tiennent surtout à préserver les intérêts de la fraction la plus riche dont ils sont issus. Leur désir d’émancipation par rapport aux seigneurs les fait se tourner vers l’autorité royale. L’accord en paréage18 de 1309 donne au roi un contrôle sur la nomination des consuls et son annulation, en 1322, ne change rien à cette mainmise. Sur toute la période, les consuls adoptent une position stricte de défense de leurs prérogatives : proclamation, police, monnaie, droit de pâture, contrôle du commerce ou de l’urbanisme.

16Le problème lié aux débordements de l’Aude et au changement de lit du fleuve est l’exemple emblématique des conflits d’intérêts qui opposent les autorités locales (archevêque, vicomte, consuls) et royale. À la mort de Gaubert du Val, des conflits restent en suspens et nombre de ceux qui semblent réglés ne demandent qu’à être réactivés.

d. Les paroisses et les autres établissements religieux

17La ville de Narbonne est divisée en six paroisses. Le Bourg est partagé en deux : l’ouest dépend de l’abbaye de Saint-Paul et l’est de Notre-Dame-de-Lamourguier. Dans la Cité, se trouvent les paroisses de Saint-Just, de Saint-Sébastien, de Notre-Dame-de-la-Major et de Saint-Cosme. Hors les murs, sur la rive gauche de l’Aude, se trouvent les paroisses de Saint-Félix et de Saint-Étienne.

  • 19 LE GOFF, J., Ordres mendiants et urbanisation dans la France médiévale. État de l’enquête, Annales (...)
  • 20 Pour une étude plus approfondie : CAILLE, J., Les ordres mendiants à Narbonne, des origines à la f (...)
  • 21 Les Minorettes y demeurent même après la destruction, par les Anglais du Prince Noir, fin 1355, du (...)

18Mais c’est par la présence, depuis le xiiie siècle, de quatre couvents de Mendiants19 que Narbonne est l’une des villes majeures du royaume au xive siècle, autant que par le rang de « bonne ville » que lui attribue le roi. S’y sont également implantés deux ordres dits secondaires, les Sachets et les Pies, avant leur dissolution par le concile de Lyon, en 127420. Deux établissements mendiants féminins complètent le tableau : les Minorettes ou Clarisses (Franciscaines) et les Augustines de Sainte-Marie-de-Bethléem dont les couvents se situent respectivement l’un au Breuil, dans la boucle que fait l’Aude au nord-ouest de la ville21, et l’autre au-delà de la Porte-Royale, en direction de Béziers. L’implantation des ordres masculins s’est faite en deux vagues successives, au xiiie siècle, toujours hors les murs. Les Dominicains, aussi dits Prêcheurs ou Jacobins, s’installent au sud-est de la ville, au-delà du Bourg, à la Mayole, au tournant des années 1230. À peu près à la même époque, les Franciscains alias Mineurs ou Cordeliers, choisissent le nord-est, tout près des remparts de la Cité. Dans la seconde moitié du siècle, les Augustins, puis les Carmes s’installent plus à l’écart de la ville encore : les uns à la Salada, au nord, du côté de la Cité, en direction de Béziers et les autres, entre la rive droite de l’Aude et la route qui part vers Carcassonne. Si les Prêcheurs et les Mineurs vont prospérer sur leur établissement initial, les deux autres ordres vont se rapprocher chacun du Bourg. Les Augustins optent pour le barri Saint-Mathieu, au-delà de la porte Saint-Paul, sur la voie Domitienne, vers Perpignan. Les Carmes s’approchent de la Porte du Pont Neuf, ouvrages qui seront, au cours du xive siècle, désignés sous leur nom.

3. Démembrement du diocèse, les découpages de 1317-1318

19Au début du xive siècle, la province ecclésiastique de Narbonne est l’une des plus vastes du royaume, s’étirant du Rhône aux Pyrénées, en bordure de la Méditerranée et au-delà de Toulouse vers l’ouest (carte 3). Depuis la perte des quatre évêchés catalans à la fin du xie siècle, elle n’a subi qu’une modification interne avec la création, en 1296, par Boniface VIII, du diocèse de Pamiers aux dépens de celui de Toulouse, jugé démesuré. Elle est dotée de dix suffragants. Au début de l’archiépiscopat de Bernard de Fargues, elle est fortement amputée, mais un redécoupage des diocèses laissés sous l’autorité de l’archevêque de Narbonne permet de conserver le nombre de suffragants.

20Réorganisant les évêchés méridionaux, Jean XXII sépare le diocèse de Toulouse de la province. Par bulle du 26 mai 1317, il l’élève au rang d’archevêché et lui attribue Pamiers comme suffragant. Pour dédommager Narbonne de cette double perte, le pape projette la création du diocèse de Limoux. En février 1318, il revient sur cette décision face aux oppositions dont celle de Bernard de Fargues. Cette mesure privait l’archevêché de revenus et surtout du siège et du ressort d’une des trois officialités archiépiscopales, ce que l’archevêque n’était pas disposé à accepter. De plus, le Pape prévoyait de faire contribuer Narbonne à hauteur de 5 000 livres annuelles, ce qui est jugé bien trop lourd par l’archevêque. Le choix du pape s’est donc porté sur deux abbayes bénédictines opulentes dont les possessions sont affectées à l’évêché qui s’y substitue.

Carte 3 – La province de Narbonne avant le redécoupage par Jean XXII.

  • 22 1er mars 1318, A.N., manuscrit latin 4114, fo 25 et les limites, fos 26 et 27.

21La contribution de Narbonne n’est plus que de 2 000 livres envers l’une et de 1 635 envers l’autre. Le nouveau diocèse d’Alet, au sud-ouest de celui de Narbonne (carte 4), est la partie méridionale de l’ancien comté de Razès. Il est composé du sud au nord : du Capcir, du Donazan, du Pays de Sault, du Fenouillèdes et du Haut-Razès. Plus au nord, le Bas-Razès n’est plus rattaché au diocèse de Narbonne que par un couloir de trois ou quatre lieues de large (avec Limoux). L’érection de Saint-Pons-de-Thomières fait perdre à Narbonne la majeure partie du Minervois. La bulle constitutive22 ne donne pas de liste de paroisses, mais elle indique précisément les limites du nouveau diocèse.

  • 23 Cette cession met fin aux prétentions de l’archevêque sur l’abbaye de Lagrasse et élargit le coulo (...)

22Si l’opulence et le prestige de la province de Narbonne étaient en cause dans la première initiative pontificale, la seconde met à mal le diocèse et le prive de quatre-vingts paroisses au profit de l’évêché d’Alet et de cinquante au profit de celui de Saint-Pons-de-Thomières. En 1333, le diocèse en récupère deux sur le diocèse de Carcassonne : Moux et Clermont-sur-Lauquet avec son annexe Greffeil23.

Carte 4 – La province de Narbonne après le redécoupage par Jean XXII.

  • 24 Le Narbonnais (chef lieu Capestang), le Minervois (Azille), la Basse-Corbière (Roquefort-des-Corbi (...)
  • 25 BROUNS, B., Bernard de Fargues, 1311-1341. Un archevêque contesté ?, B.C.A.N., t. 50, 2000-2003, p (...)

23Dans les nouvelles limites, le diocèse de Narbonne est divisé en six archiprêtrés24. Cet amoindrissement territorial et juridictionnel n’entraîne pourtant pas de diminution des revenus dont dispose directement l’archevêque. En effet, quand un ecclésiastique, évêque ou abbé, reçoit un bénéfice, il doit verser à la Chambre apostolique des annates ou communs services, équivalant à un an de revenus. En 1311, Bernard de Fargues doit 8 000 florins, alors qu’il en est réclamé 10 000 à Gaubert du Val, en 134225. Seule la prospérité de la région peut expliquer cette augmentation.

24En dépit des découpages successifs, la province et le diocèse de Narbonne conservent un grand prestige dans la hiérarchie ecclésiastique du royaume de France. La tentative de récupération du titre de duc de Narbonne par Arnaud Amaury a été le dernier sursaut d’un archevêque pour se placer de façon incontournable au sommet de la hiérarchie féodale du Midi languedocien. Ces successeurs vont recentrer leur puissance politique sur d’autres plans, notamment la gestion de leur seigneurie.

4. Richesse et pauvreté du terroir

25La seigneurie des archevêques déborde du cadre géographique du diocèse de Narbonne au sud. L’archevêque détient des biens et des droits dans le nord du diocèse d’Elne, en terre aragonaise, et dans le diocèse d’Alet nouvellement créé par le redécoupage de Jean XXII (carte 4). L’espace décrit dans le Livre Vert s’étend sur les trois quarts de l’actuel département de l’Aude, Carcassès et Lauraguais exclus, ainsi que sur la frange nord du département des Pyrénées Orientales (vallée de l’Agly).

a. Un littoral difficile, mais prospère

26Aux confins du Massif Central, du Bassin d’Aquitaine et des Pyrénées, la seigneurie des archevêques de Narbonne est ouverte sur la Méditerranée. Les nuances climatiques longitudinales se superposent à des reliefs plutôt disposés du nord au sud offrant une mosaïque variée de paysages.

  • 26 À l’est de Narbonne, la Clape barre l’accès et la vue sur la mer. Ce « gros cailloux » (étymologiq (...)
  • 27 DUPONT, A., L’exploitation du sel sur les étangs de Languedoc (ixe-xiiie siècles), A.M., t. 70, p. (...)

27À l’est, le domaine méditerranéen règne sur la frange littorale, plate et sableuse26. Les étangs sont plus larges qu’aujourd’hui en raison d’un « petit âge glaciaire » qui commence à la fin du xiiie siècle faisant suite à l’optimum médiéval, relativement doux et sec. Le refroidissement des températures estivales va de pair avec le renforcement de la pluviosité. Aux xiiie et xive siècles, périodes de sécheresse et inondations génératrices de disettes se succèdent à un rythme accéléré. Le littoral est alors assez favorable à l’installation humaine. Des communautés y vivent de la pêche, d’une pauvre agriculture et d’un élevage extensif sur des pâturages âprement disputés. Des salines27, sources de richesse, sont attestées sur les étangs ou dans des terroirs abandonnés par la mer depuis plusieurs siècles. En effet, les atterrissements de l’Aude ont largement colmaté le delta, mais des marécages salés ou saumâtres subsistent, entre autres, au sud de Capestang et autour de l’étang Salin de Coursan.

  • 28 D’après R. Caïrou, l’appellation « Anse des Galères » pourrait venir de la construction de « galèr (...)
  • 29 Vers les iiie-ive siècles, l’Aude se détourne de l’étang de Bages pour se jeter dans celui de Camp (...)

28Mais dès l’Antiquité, Narbonne doit sa fortune à l’accès à la mer. Son ensemble portuaire en arrière du cordon littoral aurait pourtant pu paraître malcommode. Les galères devaient franchir un grau pour accéder aux appontements à La Nautique, au nord de l’étang de Bages-Sigean28. De là, une batellerie de barques à fond plat, sans doute manœuvrées à la partègue à cause du vent de Cers, remontait l’Aude jusqu’à Las Naus (Les Barques), en ville. Mais les variations du cours du fleuve modifient les accès à la mer, contraignant à de nouveaux aménagements29. À ces difficultés, s’ajoutent les effets, négatifs pour Narbonne, de décisions de la monarchie française. Le choix d’Aigues-Mortes par Louis IX, après 1229, comme accès privilégié de la monarchie à la Méditerranée prive Narbonne d’un surcroît d’activité. Au début du xive siècle, la ville est un moment menacée par le projet de construction d’un port en eau profonde à Leucate, tant pour le commerce que pour les navires de guerre. Mais l’idée est abandonnée, après l’annulation, en 1322, du paréage conclu entre Philippe IV et le vicomte de Narbonne, en 1309. L’installation définitive de la Papauté à Avignon renforce encore le sillon rhodanien et le succès des foires de Saint-Gilles puis de Beaucaire excentre un peu plus Narbonne. Pourtant, les liaisons maritimes et le commerce, notamment l’exportation de draps, ne sont jamais interrompus au xive siècle.

b. Un arrière-pays contrasté...

29L’arrière-pays allie avec bonheur les activités agro-pastorales et un artisanat varié. Le domaine typiquement méditerranéen s’estompe avec l’éloignement progressif du littoral. À l’ouest, les influences atlantiques l’emportent. Le Razès, voisin du Lauragais, annonce déjà le pays aquitain. Plus que le climat, c’est le relief qui donne des caractéristiques particulières aux « pays ».

30Du seuil de Naurouze (ou du Lauragais) à la mer, l’immense gouttière où coule l’Aude depuis Carcassonne est une voie de passage historique et une plaine fertile où l’habitat est le plus souvent groupé en villages, depuis le Moyen Âge. Au nord de ce large couloir, le Minervois est d’abord une plaine agricole avant de révéler qu’il appartient pleinement à la Montagne Noire, versant méridional du Massif Central. De l’autre côté de la dépression, vers le sud, les Corbières offrent une mosaïque de reliefs et de paysages. Entre les plateaux des Corbières orientales et ceux du Chalabrais à l’ouest, le massif s’élève progressivement en direction du sud. La montagne d’Alaric, en majeure partie dans le diocèse de Carcassonne culmine à 592 m alors que plus au sud, le massif de Mouthoumet atteint 1 231 m au Pech de Bugarach.

31Le Pays de Sault, dans le diocèse médiéval d’Alet, à l’extrême sud de la seigneurie des archevêques, est pyrénéen. Il est le domaine de la forêt, encore plus présente au Moyen Âge qu’aujourd’hui. Les parties les plus élevées sont les plus difficiles. Des communautés résidaient alors dans des villages aujourd’hui disparus, comme celui de Gébets, cité dans le Livre Vert.

c. ... à la prospérité nuancée, mais réelle

32Ni la Croisade ni la redistribution des fiefs à la noblesse du Nord n’ont porté le coup de grâce à l’âge d’or de la civilisation méridionale. Le pouvoir archiépiscopal a même tiré profit des bouleversements, notamment grâce à Arnaud Amauri qui a considérablement augmenté le temporel. Les difficultés naturelles, notamment météorologiques, ne sont jamais un obstacle insurmontable. Quand les crues de l’Aude ravagent les terroirs agricoles et les pâturages de la basse vallée, les régions épargnées fournissent des céréales et du vin et des accords sont conclus pour déplacer le bétail.

  • 30 En 1298, l’association des cisterciens de Fontfroide, du chapitre de Saint-Just et du vicomte perm (...)

33Le système agricole s’est adapté à la pression démographique, certes très relative dans les Hautes-Corbières médiévales, en associant étroitement ager, saltus et silva comme en témoignent le Livre Vert et les comptabilités. Le froment et le vin sont partout attestés, l’avoine est plus rare, en dépit de la réduction de la sécheresse estivale au xive siècle, ce qui lui est plus favorable. Mais les chiffres sont formels : l’orge est la céréale prépondérante, de manière écrasante. L’accroissement de la production des « blés » vient à la fois de l’extension des terroirs et de l’intensification des cultures. Des réseaux de drainage ont permis de gagner, avec une réussite inégale, des parcelles sur les basses terres30.

  • 31 DURAND, A., Paysages, terroirs et peuplement dans les campagnes du Bas Languedoc (Xe-XIIe siècle), (...)
  • 32 BOURIN, M., Les droits d’usage et la gestion de l’inculte en France méridionale : un terrain de co (...)
  • 33 Rocque, III, fol. 136 v, 1327, sur le terroir de Fontjoncouse.
  • 34 SOSSON, J.-P., Un compte inédit de construction de galères à Narbonne (1318-1320), Bulletin de l’I (...)

34Mais l’anthropisation croissante du couvert forestier, surtout depuis les défrichements des xiie et xiiie siècles31 accentue la pression sur le saltus32. Les documents du xive siècle témoignent d’incessantes querelles à son sujet entre des utilisateurs dont les intérêts divergent. Les droits de pâturage sont largement revendiqués par les communautés qui souhaitent une limitation du nombre de têtes et l’exclusion du bétail « étranger »33, pour protéger les cultures sans porter atteinte à cet inculte qui fournit des ressources complémentaires non négligeables. Face au déboisement croissant, les seigneurs dont les archevêques de Narbonne et les communautés nomment des bandiers, des gardes forestiers pour préserver les troncs indispensables aux charpentes et aux chantiers navals34. Rares dans la partie orientale de la région, domaine de la garrigue et des formations végétales basses, ils descendent des contreforts des Pyrénées ou de la Montagne Noire par flottage.

  • 35 ROMESTAN, G., Draperie roussillonnaise et draperie languedocienne dans la première moitié du xive (...)

35Si les bovins sont rares dans la documentation, les ovins y sont très présents, surtout pour la laine. À la fin du xiiie et au début du xive siècle, Narbonne est l’un des centres drapiers les plus importants du Languedoc, utilisant des laines et des matières tinctoriales de l’arrière pays. La ville contrôle la plupart des étapes, mais les artisans narbonnais sont spécialisés dans le parage des draps, opérations de blanchiment et d’apprêt, les plus techniques et les plus rémunératrices. Les pareurs sont regroupés à proximité de l’Aude : la rue de la Parerie existe encore aujourd’hui. La production est destinée au grand commerce de draps de qualité moyenne et d’un prix raisonnable. Narbonne a pris là un créneau laissé vide entre les draps de luxe de Flandre et les draps locaux de basse qualité, mais elle doit le partager avec les draps du Roussillon aragonais35. Ensemble, ils bénéficient de la réouverture de la Méditerranée orientale. L’apogée de ce grand commerce se situe entre 1310 et 1340. Ensuite, la draperie valencienne dame le pion à celle de Narbonne.

  • 36 ROMESTAN, G., La gabelle des draps en Languedoc (1318-1333), Hommage à André Dupont, Études médiév (...)
  • 37 G. Larguier estime qu’à produit égal, la pièce de drap produite à Perpignan est environ 25 % moins (...)

36La politique royale a eu un impact certain sur cette évolution. En effet, à partir de l’extrême fin du xiiie siècle, la monarchie prohibe l’exportation de laine et de draps écrus afin de défendre la draperie languedocienne36. Elle assure ainsi d’une part l’abondance de la production au meilleur prix et d’autre part le plein emploi dans le secteur textile. Les ateliers narbonnais qui assurent les opérations de finition prospèrent. L’importance de la fraude conduit les chefs de métiers à demander un renforcement de cette politique qui prive cependant le roi du revenu de la vente de licences d’exportation. En compensation de cette perte, de 1318 à 1333, le pouvoir royal impose une taxe de douze deniers par pièce de drap fabriquée. Cette mesure a l’inconvénient majeur de rendre le produit plus cher37. À la fin de la décennie, l’opposition à la gabelle va croissant, y compris de la part de certains artisans, mais elle se heurte à la résistance farouche de ses partisans.

  • 38 Narbonne doit s’acquitter sur cinq ans de plus de 17 200 livres, dont 12 000 par les pareurs. G. L (...)

37L’abolition est finalement décrétée moyennant cent cinquante mille livres tournois, une somme colossale répartie sur les communautés de la sénéchaussée38. Même si l’intégralité de la somme ne fut pas payée, l’économie de la région a pu dégager de quoi en régler la plus grande partie sur une décennie. C’est dire sa puissance.

d. Les remaniements administratifs

  • 39 Mouynès, AA, p. 132, 8e thalamus, fol. 37-39.
  • 40 Rocque, II, fol. 82 r.

38Dans la même période, Narbonne est aussi en mesure de financer les 5 000 livres tournois pour l’union des deux consulats proclamée par Philippe VI le 12 juin 1338. Les consuls obtiennent, le 23 août 1349, la création d’une viguerie39 royale séparée de celle de Béziers contre trois mille livres tournois, alors que la province ecclésiastique a déjà accordé douze mille livres au roi pour la guerre contre l’Angleterre40. Si la communauté est capable de mobiliser de telles sommes, c’est que la prospérité n’a pas disparu. Les archevêques qui perçoivent des revenus sur les activités agricoles et commerciales bénéficient de ce contexte favorable.

39L’historiographie a souvent eu tendance à nier la prospérité de cette portion du Languedoc en anticipant son déclin économique. Cette vision a été corrigée par G. Larguier et J. Caille, mais elle est encore évoquée. En dépit des difficultés d’origine naturelle ou humaine, l’espace qui sert de cadre à la seigneurie archiépiscopale conserve une réelle richesse.

Notes

1 Les communautés chrétiennes cherchent à faire remonter le plus loin possible l’évangélisation. À l’époque carolingienne, une version est mise au point pour soutenir qu’à Narbonne, elle est l’œuvre de Paul-Serge, proconsul de Chypre converti par l’apôtre saint Paul au ier siècle. En fait, seule est attestée courant iiie siècle la prédication d’un Paul, mort à Narbonne et enterré au lieu-dit Ad Albolas à la sortie de la ville. M. Gayraud dans Histoire de Narbonne, p. 83.

2 Les débuts de l’histoire de l’Église de Narbonne sont obscurs jusqu’au ve siècle. L’évêque n’intervient pas dans les questions qui occupent l’Église des Gaules.

3 En 719, Narbonne tombe aux mains des Arabes. Bien que cette occupation ait été dramatisée par les sources ecclésiastiques postérieures, il est fort probable qu’il a été accordé aux chrétiens la « protection » payante due aux « peuples du Livre ».

4 Un acte de 865 mentionne trois archidiacres (H.G.L., II, texte 165, col. 341). Pour E. Griffe, l’archidiaconat unique devient multiple au ixe siècle et le nombre des archiprêtres augmente. Quatre archidiacres figurent, lors de l’élection de l’archevêque Théodard en 885, comme signataires du decretum. GRIFFE, E., Histoire religieuse des anciens pays de l’Aude, Paris, 1933, p. 135 et p. 116.

5 Bulle Potestatem ligandi, 6 novembre 1097, citée par H. VIDAL, Les origines de la primatie narbonnaise (xie-xiie siècles), Narbonne, Archéologie et Histoire, p. 122.

6 H.G.L., t. VI, p. 379.

7 Raymond Saint-Gilles (1041-1105) est le premier comte de Toulouse à être qualifié de duc de Narbonne par l’archevêque Dalmace en 1088. BESSE, Histoire des ducs, marquis et comtes de Narbonne, 797-1567, Paris, 1660, p. 355.

8 Besse cite la lettre d’Arnaud Amaury aux cardinaux où le prélat indique qu’il a reçu l’hommage et le serment du vicomte Aymeric pour le duché, en présence du légat du Saint Siège et de suffragants. Il y soutient également que ses prédécesseurs avaient toujours joui du duché. La lettre est très partiale. Besse justifie la position d’Arnaud en se fondant sur l’albergue que le vicomte a fait à l’archevêque et à sa suite « comme on le doit au duc ».

9 Pour plus de détails sur les différents épisodes, je renvoie le lecteur à deux articles. CAILLE, J., La seigneurie temporelle de l’archevêque dans la ville de Narbonne (Deuxième moitié du xiiie siècle), Cahiers de Fanjeaux, n° 7, Les évêques, les clercs et le roi (1250-1300), p. 165-209. FOREVILLE, R., Arnaud Amalric, archevêque de Narbonne (1196-1225), Narbonne, Archéologie et Histoire, t. 2, p. 129-146.

10 Quand Simon de Montfort se présente devant Narbonne, Arnaud l’attend devant la porte du Bourg qu’il ferme à son arrivée. Grâce à la bousculade provoquée par les Français, Montfort pénètre dans la ville, reçoit l’albergue du vicomte Aymeric III et fait flotter son drapeau sur le palais vicomtal. Arnaud l’excommunie et jette l’interdit sur les églises de Narbonne. Le vicomte passe outre. Les anathèmes pleuvent sur Simon de Montfort, Aymeric et leurs partisans. La nuit suivante, plusieurs gens de Montfort jettent des pierres contre le palais épiscopal et s’emparent des étals de la leude appartenant à l’archevêque. Arnaud s’en remet au Pape, mais l’arbitrage proposé échoue. Après la mort d’Innocent III le 16 juillet 1216, Arnaud renouvelle ses plaintes (aggravées) auprès d’Honorius III. H.G.L., t. VI, p. 479.

11 Cette présentation sommaire est tirée du long article de Jacqueline Caille qui vient d’être cité. Le schéma de la ville reprend son travail.

12 Notre-Dame-de-Lamourguier, désignée au Moyen Âge sous le vocable de Sainte-Marie de Monachia et sécularisée à la Révolution, est aujourd’hui un musée lapidaire.

13 CAILLE, J., La seigneurie temporelle..., p. 169. Il s’agit, entre autres, des maisons qui se trouvent le long de l’enceinte occidentale, de la Porte Royale au nord à la Porte Aiguière au sud, y compris l’ancien Capitole romain, dit Capduel.

14 Doat, t. 55, fol. 4 r à 7 r.

15 Amalric a attendu l’arrivée de Bernard (23 décembre 1316) pour se présenter à lui (2 janvier 1317), mais le prélat prétend que le vassal aurait dû s’acquitter de son devoir dès sa nomination connue (Rocque, I, fol. 159 v). Le vicomte meurt sans avoir pu rendre hommage. Bernard de Fargues refuse encore en 1323, Doat, t. 49, fol. 455.

16 Dans l’Inventaire Rocque, les adversaires de l’archevêque ont toujours le mauvais rôle : le vicomte et ses agents sont dits démoniaques, les consuls malicieux, mais les séries AA et BB rétablissent souvent l’équilibre.

17 AMOUROUX R., Le consulat et l’administration municipale de Narbonne des origines à la fin du XIVe siècle, thèse de droit, Toulouse, 1970, dactylographiée, 342 folios.

18 Philippe IV envisage de construire un port de mer militaire et commercial dans la vicomté de Narbonne, à Leucate, fief d’Amalric II. Le roi et le vicomte concluent un contrat pour mettre en oeuvre le projet. TARDE, H. de, Le pariage du 7 avril 1309, Narbonne, Archéologie et Histoire, tome 2, p. 77-83.

19 LE GOFF, J., Ordres mendiants et urbanisation dans la France médiévale. État de l’enquête, Annales ESC, 1970, p. 924-946.

20 Pour une étude plus approfondie : CAILLE, J., Les ordres mendiants à Narbonne, des origines à la fin du Moyen Âge, Le Ciel sur cette terre. Dévotions, Église et religion au Moyen Âge. Mélanges en l’honneur de Michelle Fournié. Collection Méridiennes, 2008, p. 165-206.

21 Les Minorettes y demeurent même après la destruction, par les Anglais du Prince Noir, fin 1355, du barri portant leur nom qui s’est developpé entre le couvent et le faubourg de Belvèze-Coyran. Mais, à la fin du siècle, elles s’installent intra muros.

22 1er mars 1318, A.N., manuscrit latin 4114, fo 25 et les limites, fos 26 et 27.

23 Cette cession met fin aux prétentions de l’archevêque sur l’abbaye de Lagrasse et élargit le couloir rattachant le Bas-Razès au diocèse.

24 Le Narbonnais (chef lieu Capestang), le Minervois (Azille), la Basse-Corbière (Roquefort-des-Corbières), la Haute-Corbière (Montbrun-des-Corbières), le Termenès (Termes) et le Razès (Ajac).

25 BROUNS, B., Bernard de Fargues, 1311-1341. Un archevêque contesté ?, B.C.A.N., t. 50, 2000-2003, p. 65, note 361. Gaubert du Val n’en acquittera que la moitié par faveur pontificale.

26 À l’est de Narbonne, la Clape barre l’accès et la vue sur la mer. Ce « gros cailloux » (étymologiquement Clapas désigne un amas de cailloux) est un massif calcaire culminant à 214 m au Pech-Redon qui se prolonge par une série de « pechs » (podium, en latin) : Pech Maynaud (32 m), Pech de Gruissan (35 m), Saint-Martin (72 m) ; l’île de Sainte-Lucie (26 m, Cauquenne dans le Livre Vert). Plus au sud, la falaise de Leucate fait saillie sur la côte.

27 DUPONT, A., L’exploitation du sel sur les étangs de Languedoc (ixe-xiiie siècles), A.M., t. 70, p. 7-25.

28 D’après R. Caïrou, l’appellation « Anse des Galères » pourrait venir de la construction de « galères » en 1320 par le pape Jean XXII en un lieu dit « ad Capelas ». Port des galères et anse des galères, B.C.A.N., 1975, t. 37, p. 40.

29 Vers les iiie-ive siècles, l’Aude se détourne de l’étang de Bages pour se jeter dans celui de Campignol au Roc de Conilhac. L’accès se fait par le grau de Gruissan. Le toponyme Tournebelle indique un virage vers Narbonne obligeant à tourner les voiles (torneveles), ce qui correspond bien au trajet. En outre, à partir de 1215, l’archevêque perçoit la moitié du droit de leude pour le péage des navires autres que ceux des Narbonnais passant par le Grazel, nom donné au grau de Gruissan. Puis, l’Aude reprend son cours antérieur.

30 En 1298, l’association des cisterciens de Fontfroide, du chapitre de Saint-Just et du vicomte permet l’assèchement de l’étang de Preissan, près d’Ouveillan. Les résultats sur l’étang Salin sont médiocres et après les années 1330, les tentatives cessent.

31 DURAND, A., Paysages, terroirs et peuplement dans les campagnes du Bas Languedoc (Xe-XIIe siècle), doctorat nouveau régime, Paris I, 1991.

32 BOURIN, M., Les droits d’usage et la gestion de l’inculte en France méridionale : un terrain de comparaison « avant la peste », in L’espace rural du Moyen Âge : Portugal, Espagne, France : XII-XIVe siècle. Mélanges en l’honneur de Robert Durand, Paris, 2002, p. 193-206.

33 Rocque, III, fol. 136 v, 1327, sur le terroir de Fontjoncouse.

34 SOSSON, J.-P., Un compte inédit de construction de galères à Narbonne (1318-1320), Bulletin de l’Institut d’histoire belge de Rome, 1962, p. 57-318.

35 ROMESTAN, G., Draperie roussillonnaise et draperie languedocienne dans la première moitié du xive siècle, 42e congrès de la Fédération historique du Languedoc méditerranéen et du Roussillon, 1969, p. 31-59.

36 ROMESTAN, G., La gabelle des draps en Languedoc (1318-1333), Hommage à André Dupont, Études médiévales languedociennes, Fédération historique du Languedoc méditerranéen et du Roussillon, Montpellier,1374, p. 197-237.

37 G. Larguier estime qu’à produit égal, la pièce de drap produite à Perpignan est environ 25 % moins chère que celle de Narbonne ou de Carcassonne.

38 Narbonne doit s’acquitter sur cinq ans de plus de 17 200 livres, dont 12 000 par les pareurs. G. Larguier indique qu’en 1338, sur les 503 pareurs narbonnais, 25 règlent 40 % de la somme alors que la majorité n’acquitte que le minimum.

39 Mouynès, AA, p. 132, 8e thalamus, fol. 37-39.

40 Rocque, II, fol. 82 r.

Table des illustrations

Légende Carte 2 – Extension maximale de la province ecclésiastique de Narbonne.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/476/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Carte 3 – La province de Narbonne avant le redécoupage par Jean XXII.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/476/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende Carte 4 – La province de Narbonne après le redécoupage par Jean XXII.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/476/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 121k

© Presses universitaires de Perpignan, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540