Version classiqueVersion mobile

Consommateurs et consommation

 | 
Nicolas Marty
, 
Antonio Escudero

Révolution industrielle, identité et effet trickle-down dans une économie sous-développée 

Le « monde des couleurs » dans une petite province castillane (Palencia), 1750-18501

Fernando Ramos Palencia

Résumé

Ce chapitre étudie l’évolution des modes de consommation dans les vêtements personnels à travers les couleurs, en utilisant des inventaires post-mortem de la province de Palencia (Castille, Espagne) entre 1750 et 1850. Parallèlement, ce texte examine les concepts de Révolution Industrieuse, d’Economie de l’Identité et de trickle-down dans une économie sous-développée. L’analyse montre que – dans l’utilisation d’une couleur particulière dans la tenue vestimentaire personnelle – le caractère hiérarchique de la société et le niveau de revenu prévalaient sur l’utilité marginale que pouvait présenter un vêtement déterminé.

Texte intégral

  • 1 L’auteur souhaite présenter ses remerciements pour les financements reçus pour les projets de reche (...)

Ma vieille robe de chambre était une avec les autres guenilles qui m’environnaient. Une chaise de paille, une table de bois, une tapisserie de Bergame, une planche de sapin qui soutenait quelques livres, quelques estampes enfumées, sans bordure, clouées par les angles sur cette tapisserie ; entre ces estampes trois ou quatre plâtres suspendus formaient avec ma vieille robe de chambre l’indigence la plus harmonieuse. (…)
Je puis supporter sans dégoût la vue d’une paysanne. Ce morceau de toile grossière qui couvre sa tête ; cette chevelure qui tombe éparse sur ses joues ; ces haillons troués qui la vêtissent à demi ; ce mauvais cotillon court qui ne va qu’à la moitié de ses jambes ; ces pieds nus et couverts de fange ne peuvent me blesser : c’est l’image d’un état que je respecte ; c’est l’ensemble des disgrâces d’une condition nécessaire et malheureuse que je plains. (…)
J’ai vu la Bergame céder la muraille, à laquelle elle était depuis si longtemps attachée, à la tenture de damas. (…)
La chaise de paille reléguée dans l’antichambre par le fauteuil de maroquin.
Homère, Virgile, Horace, Cicéron, soulager le faible sapin courbé sous leur masse, et se refermer dans une armoire marquetée, asile plus digne d’eux que de moi.
Une grande glace s’emparer du manteau de ma cheminée.
Ces deux jolis plâtres que je tenais de l’amitié de Falconet, et qu’il avait réparés lui-même, déménagés par une vénus accroupie. L’argile moderne brisée par le bronze antique.
La table de bois disputait encore le terrain… un jour elle subit son sort et, en dépit de ma paresse, les brochures et les papiers allèrent se ranger dans les serres d’un bureau précieux. (…)
De ma médiocrité première, il n’est resté qu’un tapis de lisières. Ce tapis mesquin ne cadre guère avec mon luxe, je le sens. (…)
Mon luxe est de fraîche date et le poison n’a point encore agi. Mais avec le temps, qui sait ce qui peut arriver ? Qu’attendre de celui qui a oublié sa femme et sa fille, qui s’est endetté, qui a cessé d’être époux et père, et qui, au lieu de déposer au fond d’un coffre fidèle, une somme utile... »
Regrets sur ma vieille robe de chambre ; Avis à ceux qui ont plus de goût que de fortune. Diderot, 1772 (édition dirigée par Fernando savater, Ecrits philosophiques. Diderot. Madrid, 1983, p. 222-226.

« C’est le jouir, non le posséder, qui nous rend heureux ».
Michel de Montaigne, Les Essais. Barcelone : Acantilado, 2007 (I, XlII), p. 384.

1. Introduction

1Presque tous les spécialistes de l’étude de la consommation et de la culture matérielle se rencontrent lors de l’apparition de la révolution industrieuse au XVIIIe siècle – dont on peut situer l’épicentre aux Pays-Bas et en Angleterre – qui a stimulé la consommation d’une grande variété de produits. Selon De Vries (2009, p. 24), entre 1650 et 1850, l'Europe nord-occidentale et les colonies britanniques en Amérique du nord ont connu une révolution industrieuse durant laquelle de plus en plus de familles ont augmenté leur offre de travail sur le marché afin de gagner plus d’argent et d’augmenter leur demande (et/ou consommation) de biens. Cela a manifestement affecté les décisions prises au sein de l’économie familiale.

  • 2 Voth (1998, p. 56-56) a écrit que “Productivity growth – ‘ingenuity,’ in McCloskey’s phrase – may h (...)

2L’arrivée de la révolution industrielle a entraîné un dynamisme et une explosion de la consommation pas toujours simples à expliquer (McKendrick, Brewer et Plumb, 1982 ; Campbell, 1987 ; Weatherill, 1988 ; Shammas, 1990 ; Brewer et Porter, 1993 ; Berg et Clifford, 1999 ; Roche, 2000, Berg, 2005). Quoi qu’il en soit, le concept de révolution industrieuse n’aspire pas à expliquer la révolution industrielle (De Vries 2009, p. 140). Son objectif est bien différent : il consisterait à expliquer le cadre dans lequel sont apparus les changements organisationnels et les nouvelles technologies qui ont rendu possible la révolution industrielle. De fait, l’un des scénarios les plus plausibles est celui dans lequel l’augmentation du revenu par habitant durant la révolution Industrielle serait due davantage à une augmentation du travail qu’à un accroissement de la productivité (Voth, 1998).2 La clé est de savoir ce qui est arrivé (ou qui n’est pas arrivé) avant et après. De Vries (2009, p. 141) souligne que la croissance débute lorsqu’elle est stimulée par les différents facteurs de production – que ce soit en Angleterre en 1750, au Japon au XIXe siècle ou dans le sud-est asiatique en 1990 –, mais sa consolidation requiert des changements favorables dans la productivité. Et la réussite (ou l’échec) de ces changements dépend des choix d’investissement des sociétés, des entrepreneurs, et des consommateurs (économies familiales).

  • 3 On pourrait remarquer quelque chose de similaire en Espagne. Bien qu’on ne connaisse pas avec exact (...)
  • 4 Hume expliquait que “a public granary of corn, a storehouse of cloth, a magazine of arms; all these (...)

3De Vries (2009, p. 59-61) se demande comment il est possible que les personnes préfèrent avoir plus d’argent (et par conséquent travailler plus) plutôt que d’avoir plus de temps libre. avec une plus ou moins grande intensité, au cours du XVIIIe siècle, les populations européennes, rurales et urbaines, imbriquées dans les zones les plus intégrées des circuits commerciaux ont décidé de travailler plus pour mieux subsister3, mais aussi pour consommer plus. Yun Casalilla tient le même raisonnement : comment sommes-nous passés d’une consommation d’origine noble, fondée sur la guerre et l’oppression (esclaves et luxe démesuré) à une consommation qui encourage une éthique de travail nourrie par l’innovation ? La description imagée suivante suffit. A l’époque de Goya, on trouvait dans les rues madrilènes des chevaliers portant un chapeau tricorne, des artisans avec un chapeau large, et des majos et majas avec une madroñera et un filet. La noblesse imitait les modes de la cour et tentait de se distinguer du commun du peuple en exhibant ses coupés, calèches et forlones dans les bois et lors de promenades (Goya, 1788 : « la Prairie de Saint-Isidore »). Dans toutes les peintures de Goya datant d’avant les Guerres napoléoniennes, on remarque un goût et un intérêt inhabituel pour le loisir : des hommes jouant avec des cerfs-volants, fumant, buvant, jouant de la musique, jouant aux cartes ; des femmes dansant, faisant de la balançoire ; des enfants grimpant aux arbres ou jouant avec des animaux. Quels facteurs ont incité les personnes à travailler plus et à réduire leur loisir ? L’historiographie n’a pas complètement répondu à la question : survie, émulation, ostentation, surconsommation, changement technologique… Il apparaît évident que les générations passées ont vécu (survécu) tenaillées et effrayées par la violence. Pinker (2012) remarque que, tout au long de l’histoire, la violence a progressivement diminué : pas seulement le nombre de guerres, mais également le nombre d’homicides (réduction des homicides de dix à quinze fois entre la fin du Moyen-Âge et le XXe siècle). Il est évident que depuis lors (son éradication complète est une autre question) est apparue une aversion toujours plus grande à l’encontre de la violence sur les minorités ethniques, les femmes, les enfants, les homosexuels et les animaux. Hume avait déjà relevé en 1752 (Essays, Moral, Political, and Literary) que la meilleure alternative à une société dont les principes de base sont la guerre, la violence et les excès, est une société commerciale gouvernée par la richesse, la concurrence, la consommation et le désir matériel. 4

4Récemment, l’historiographie spécialisée a mis en avant le rôle joué par les élites du Monde atlantique (Williams, 2009 ; Hyden-Hanscho, Pieper et Stangl, 2014 ; Yun Casalilla, 2014) et, en particulier, par les élites de la Monarchie hispanique (Aram et Yun Casalilla, 2014). Concernant ce dernier, le rôle des couches privilégiées d’origine créole en Nouvelle Espagne dans l’acquisition et la consommation de produits manufacturés en provenance d'Asie (éventails, épices, mobilier japonais, porcelaines et soies chinoises, entre autres articles) est mis en évidence. De manière très succincte, un itinéraire de modes de consommation qui pourrait bien correspondre à l’axe Nouvelle Espagne (et ses connexions avec la vice-royauté du Pérou) – Séville et/ou cour de Madrid – couronne de castille, surtout à partir de l’ouverture de la route du Galion de Manille en 1571. De fait, les données disponibles montrent que les élites créoles mexicaines préféraient une tenue vestimentaire personnelle beaucoup plus colorée, à l’image et à la ressemblance des soies chinoises ; au détriment des teintes obscures de l'Europe en noir et blanc, caractéristiques de la réforme protestante et de la contreréforme catholique (Gasch, 2014).

  • 5 Sans vouloir être exhaustif, on peut citer les huiles de Francisco Bayeu (Paseo de las Delicias, 17 (...)
  • 6 Ce n’est pas le lieu pour résumer l’extensive littérature relative à l’histoire de la consommation (...)

5Vue de cette manière, l’histoire de la consommation ressemble à une histoire de succès. Néanmoins, dans la diffusion de la culture matérielle et des modes de consommation, on trouve deux histoires. l’une apparaît clairement dans les cours européennes et a son corollaire dans les musées de la moitié du monde (Dobado, 2014), et l’autre est plus difficile à retracer dans les inventaires post-mortem, dans les journaux de voyage ou chez ces peintres qui ont dépeint le quotidien des classes moyennes et pauvres (les frères Bayeu, Cabral, Camarón Bonanat, Castillo, Cruz Vásquez, Goya, Maella et Sasso vers le milieu du XVIIIe siècle, entre autres peintres espagnols5 ; ou, vers la moitié du XIXe siècle, les gravures de doré lors de son voyage en Espagne en 1862, pour donner un exemple). Et cette histoire est celle qui nous intéresse dans ce texte, et encore plus dans une économie sous-développée, comme l’est celle de la vieille-castille par comparaison avec le reste de l'Espagne, et comme l’est l'Espagne par comparaison avec les pays du nord de l'Europe.6

6A mon sens, au sein d’une société commerciale, les changements intervenus dans les modes de consommation et dans la culture matérielle ne dépendent pas seulement de l’économie (d’après Braudel, « l’économie se conçoit difficilement par elle seule »). Il s’agit probablement d’une des multiples causes, et peut-être la moins importante. Ce n’est pas le capitalisme commercial préalable à la révolution industrielle, ni le capitalisme industriel ni même le capitalisme financier qui prédominent de nos jours sur ce qui se trouve derrière « l’orgie de consommation qui associe le bonheur à la consommation » (Bauman, 2014). Y a-t-il quelque chose de plus ? Probablement l’identité. La consommation donne une identité, et ce qui importe réellement est d’observer quels changements a opérés la consommation sur la façon de se comporter et sur la formation des identités individuelles et/ou sociales. Permettez-moi d’intégrer dans ce raisonnement le concept développé par Akerlof et Kranton (2000, 2010) appelé Economie de l’Identité. Ces auteurs soulignent que « qui sont les personnes » et « comment pensent-elles par elles-mêmes » est absolument essentiel pour les décisions qu’elles prennent. De fait, leur identité et leurs règles sociales constituent leurs motivations fondamentales. En principe, les gens parviennent à un plus grand bien-être (ou si l’on veut, à un plus grand profit) si leur comportement s’adapte aux coutumes du groupe social auquel ils appartiennent pour des raisons ethniques, de genre, idéologiques, économiques, de classes et religieuses, entre autres. Si l’on remonte au milieu du XVIIIe siècle, les économies familiales ont probablement commencé à travailler de plus en plus pour améliorer leurs niveaux de subsistance. Pour prouver qu’elles avaient amélioré leur niveau de vie, elles ont décidé d’accroître leur consommation de certains biens. Cette consommation était associée à une identité.

7Dans ce contexte, ce qui est réellement important, ce sont les espaces d’interaction et le capital social des agents qui interagissent. Quel est l’usage social des choses quand les personnes interagissent ? Elles s’inscrivent probablement dans le monde des émotions, où il est impossible de généraliser et où la micro histoire tient un rôle éminent. Si l’on suit Levi (1990), il est parfois plus fructueux de se focaliser sur quelque chose de spécifique (y compris minime) mais en proposant des problèmes généraux. Et c’est que sans doute, la consommation » définit ce qu’est un individu, mais sa « non-consommation » le définit également.

2. Pourquoi les pauvres consommaient-ils à la fin du XVIIIe siècle ? Identité versus Trickle-Down.

  • 7 Franco Rubio (2013, p. 131-131).
  • 8 Campomanes relevait que l’aristocratie, pour pouvoir maintenir intact son pouvoir sur le paysan et (...)
  • 9 Ce qui se passait dans le Liceu de Barcelone du XIXe siècle en est l’illustration. Ce théâtre a ser (...)

8La société de l’Ancien Régime, et de tout le Moyen-Âge, était une société fortement légaliste, régulatrice, classificatrice et/ou stratifiée (seigneur-vassal, maître-apprenti, père-fils, époux-femme). Il s’agissait d’une société de classes fondée sur le privilège, l’inégalité et la hiérarchie. D’où la mise en œuvre d’une série de normes et règles (via l’Etat et l’Eglise) qui garantiraient la conservation du système. Une grande partie des habitudes se transmettant de génération en génération (tradition), la coutume et la famille contribuaient de façon directe et indirecte à cette régulation, par le biais d’instruments de coaction et de contrôle, mais également de cohésion sociale.7 Les lois somptuaires en sont un exemple.8 Que s’est-il passé lorsque le système hiérarchique de l’ancien régime a commencé à se fissurer ? Comment a-t-il affecté les normes de consommation ? Ces questions sont pertinentes car les pauvres aussi consommaient des articles et des produits sans rapport avec le besoin ; les classes les plus pauvres donnaient, elles-mêmes, lieu à une hiérarchie des pauvres. De la même façon les femmes portaient un certain type de vêtements et d’objets personnels car ils représentaient mieux leur époux, bien qu’en aucun cas cela n’ait impliqué une plus grande autonomie de la femme.9 Pour Haidt (2011), la tenue des femmes espagnoles du XVIIIe siècle constitue un indicateur clé des valeurs culturelles d’une époque, exposant les différences entre les riches et les pauvres, les privilégiés et les marginaux. Cox (2000, p. 10) suggère que les biens de consommation ont servi durant le Moyen-Âge d’attribut de l’identité et du statut (mutually understood markers of identity and status). Ago (2013) pense que les objets ont commencé à jouer un rôle important dans la définition du statut social et de l’appartenance à un genre.

9Combien consommaient les pauvres ? D’après McCants (2007, p. 461) la demande européenne de biens de luxe a été stimulée non seulement par les classes les plus aisées, mais aussi par les groupes sociaux moins nantis – mais évidemment beaucoup plus nombreux – situés dans les centres urbains et ruraux. Les données disponibles sur les élasticités prix et revenu suggèrent que la demande européenne en importations n’a pas uniquement changé à cause de l’augmentation des revenus ou de la diminution des prix. De fait, il s’est produit une réorientation significative des goûts et des achats des gens vers des produits d’importation au détriment d’articles provenant de l’agriculture et de l’industrie locales. Le plus étonnant est que cette augmentation des biens de luxe s’est également produite dans les classes sociales les plus défavorisées depuis le milieu du XVIIIe siècle. En ce sens, la consommation de thé, café, sucre, tabac, porcelaine et textiles en soie et coton s’est accrue de façon substantielle en Europe occidentale depuis la fin du XVIIe siècle. López Barahona et Nieto Sánchez (2012) s’expriment en des termes similaires – pour la ville de Madrid – en employant le qualificatif de paradoxal pour se référer à la coexistence de biens de luxe et de haillons dans les classes sociales les plus pauvres.

10Les économies familiales ont probablement décidé de travailler toujours plus pour améliorer leurs niveaux de revenus et de vie (niveaux de subsistance). Plus encore, les personnes et leur entourage ont travaillé pour améliorer leur position sociale au sein de la classe qui leur correspondait. Ce qui importait pour les individus, c’était leur position relative, ou en d’autres mots, leur revenu relatif par rapport à leur groupe de référence (Frank 1985, p. 38). Les considérations sur le statut se rapportaient aux salaires perçus par les gens, à la manière dont ils dépensent ces revenus et même aux lois, réglementations et aux normes culturelles qu’ils adoptent. Comment les gens justifiaient-ils ce changement (amélioration) dans l’échelle sociale ? Grâce à la consommation de biens durables et semi-durables. Historiquement, toutes les personnes se sont comparées entre elles dans tous les domaines : leurs revenus, leur statut social, l’extension de leurs propriétés agricoles, le nombre de têtes de bétail et même le nombre de chemises. La consommation imprime une identité, et ce qui est réellement important, c’est d’observer quels changements a opérés la consommation sur la façon de se comporter et sur la formation des identités individuelles et/ou sociales. Ce concept d’identité et de revenu relatif dans les normes de consommation nuance le concept d’émulation sous la forme de « trickle-down » (ruissellement). McKendrick (1982) a introduit ce terme pour expliquer la diffusion de la consommation de chaque nouvel article depuis les classes sociales les plus aisées vers les groupes sociaux les plus pauvres. le concept de trickle-down tient pour acquis que la culture de la consommation est un phénomène unitaire qui se diffuse de haut en bas dans l’échelle sociale. Selon De Vries (2009, p. 71), c’est une erreur car cela nierait la capacité d’action de la majeure partie de la société et s’abstrairait presque complètement de la sphère économique. Pour cet auteur, ce sont l’innovation et la modernité les facteurs clés, et non pas l’émulation.

3. Normes de couleur dans la tenue vestimentaire personnelle

11Pastoureau (2013, p. 295-296) souligne que la tenue est une réalité institutionnelle soumise à certains systèmes hiérarchiques et qui suit des normes et/ou règles de classification. D’après lui, « la tenue sert à classer, et le premier critère est la couleur. le goût individuel est complètement secondaire ». La mobilité sociale était impossible (ou presque) dans une société d’ordre, étant donné que cette société était fondée sur le privilège, l’inégalité, et la hiérarchie. Pour ces raisons, la tenue personnelle et les couleurs utilisées étaient envisagées au Moyen-Âge (i) comme des signes d’appartenance à un groupe déterminé et (ii) comme l’unique preuve d’une possible ascension au sein du groupe social auquel appartenait l’individu. autrement dit, il y avait des riches et des riches, et il y avait aussi différentes classes de pauvres. Dans ce contexte, la couleur est un élément essentiel à l’interprétation des codes de la tenue personnelle, car elle classe les individus dans des groupes, et ces groupes dans l’ensemble de la société.

12La mode est un phénomène social très ancien, bien qu’avant la révolution industrielle elle ait été limitée à certains groupes privilégiés. De fait, au fil des siècles et des années, la consommation de biens s’est démocratisée et le rythme de renouvellement des produits textiles s’est accru, se traduisant soit par des vêtements neufs, soit par des produits textiles de seconde main. Tout montre que la rapidité d’introduction des modes nouvelles s’accroît au fil du temps : l’utilité marginale des produits textiles se réduit tandis que l’attrait hédoniste pour la nouveauté augmente. Et dans ce contexte, la couleur devient un élément clé des modes. Les couleurs reflètent les changements sociaux, idéologiques et religieux (entre autres), bien qu’elles soient également sujettes au changement technologique et à la modernisation des techniques de teinture.

  • 10 Voir l’édition fac-similé de la Novísima Recopilación de las Leyes de España mandada por el señor D (...)

13Quand il s’agit d’étudier l’évolution des couleurs de la tenue personnelle, plusieurs questions pertinentes se posent : (i) existait-il des différences de couleur dans les tenues que revêtaient les différents groupes sociaux ? ; (ii) les habitants de la ville et de la campagne utilisaient-ils des couleurs différentes ? ; et (iii) existait-il des différences de genre parmi les couleurs utilisées ? A l’origine, la législation bourbonienne a cherché à ce qu’il en soit ainsi au moyen de lois qui visaient à protéger l’industrie textile de la Monarchie, mais aussi à travers des normes dans le domaine personnel et privé, en concordance avec la société hiérarchique. En ce sens, la Pragmatique Sanction du 5 novembre 1723 sur les tenues et autres choses a réglementé non seulement les canons et les modèles appropriés de tenue personnelle, mais conseillait en outre le type de tissus et de vêtements à porter selon le genre et la couche sociale de chaque personne. De même un accent particulier était mis sur l’interdiction des tissus de luxe et de l’usage de parures de fausses pierres.10 Ainsi, dans le livre VI titre XIII, appelé « Des tenues et vêtements ; et usage de meubles et de bijoux », étaient faites les indications suivantes :

(1) « (…) Dans le cadre de son exécution aucune personne, homme ou femme, de quelque grade ou qualité que ce soit, ne peut revêtir ni apporter, dans aucun type de tenue, du brocart, du tissu d’or, d’argent ou de soie, qui aurait un fond, pas plus qu’un mélange d’or, d’argent, brodé, des clous, des galons, un cordon, une surpiqûre, des boutons, des rubans d’or ou d’argent, des fils métalliques, ni aucun autre genre de chose contenant de l’or, de l’argent, ou tout autre genre de garniture tel que l’acier, ou le verre, la stéatite, les perles, d’autres pierres fines ou fausses, à moins que ça ne soit à l’occasion de noces, où seul l’usage de boutons d’or ou d’argent battu est permis.
(3) De même il est interdit de porter tout type de clous, dentelles de soie blanches ou noires, en fil, en gaze, ou celles dites de Genève, ni de les utiliser dans des robes, des justaucorps de femme, des casaques, des basquines, des toiles, des gants, des châles, des rubans de chapeaux, des jarretières, ni dans d’autres tenues, à moins qu’ils ne soient fabriqués en ces Royaumes, auquel cas tout ceci est autorisé sans limites pourvu qu’ils soient portés et utilisés par les femmes et les hommes avec modération ; ceux-ci étant prévenus que si un abus de cette pratique devait être avéré, ils seraient désormais absolument interdits. Il est de même ordonné, qu’aucun genre de ruban en relief, qui contiendrait un mélange d’or, d’argent, de quelque type ou couleur qu’ils soient, ne pourra être utilisé.
(4) Lorsque l’abus est reconnu, et qu’il est important, constitué par le fait, pour une partie, d’introduire l’usage de parures de fausses pierres, et des dépenses inutiles, et ce au mépris du raffinement ; il est ordonné que désormais aucune personne, homme ou femme, de quelque qualité et grade que ce soit, ne pourra acheter, vendre ou apporter de parures, ou d’autres ornements de fausses pierres, qui imiteraient des Diamants, des Emeraudes, des Rubis, des Topazes, ou d’autres pierres fines, …
(5) En ce qui concerne les vêtements d’homme, et de femme, il est permis de porter des velours lisses et façonnées, noirs et de couleurs veloutées, des Damas, Satins, Taffetas lisses et façonnés, et toutes les autres sortes de soie, qui seraient fabriqués dans ces Royaumes d'Espagne, dans ses territoires, et dans les Provinces amies avec lesquelles du commerce serait fait ; … et lesdits vêtements pourront être garnis de modestes ceintures, de galons, ou d’une bordure de soie en ourlet, et rien de plus. ces garnitures ne pourront pas excéder les six doigts de largeurs, et les vêtements ne pourront pas comporter plus d’une garniture ; et à la condition que lesdites modestes ceintures, galons, ou bordure de soie soient précisément fabriquées et façonnées dans ces Royaumes d'Espagne, à l’exception du costume de tous les Ministres supérieurs, subalternes et inferieurs des tribunaux de Madrid, et de ceux d’ailleurs, y compris les Corregidors, Juges et Conseillers ; dont il est ordonné qu’il soit noir : et pour ce qui est des autres personnes de la Cour, des Villes, des Bourgs et des Lieux de ces Royaumes, et celles du Palais, les différentes couleurs déjà introduites et qui sont utilisées sont autorisées.
(6). Il est ordonné que l’interdiction afférente aux costumes s’applique également aux Comédiens, hommes et femmes, aux Musiciens, et aux autres personnes qui participeraient aux Comédies pour chanter, et jouer. Seuls seront autorisés les vêtements lisses de soie, noirs ou de couleur, qui seraient fabriqués dans ces Royaumes, dans ses Territoires, et dans les Provinces amies ; (…)
(17). Les Apprentis qualifiés, les Artisans, les Coiffeurs, les Tailleurs, les Cordonniers, les Menuisiers, les Ebénistes, les Maîtres, les Conducteurs de voitures, les Forgerons, les Tisseurs, les Fourreurs, les Plombiers, les Tondeurs, les Tanneurs, les Maréchaux-Ferrants, les Pelletiers, Tisseurs en sparterie, Epiciers, et les autres métiers similaires, ou inférieurs, et les Ouvriers, les Payses et les Journaliers, ne pourront porter ni ne porteront de vêtements de soie, ou quoi que ce soit d’autre mélangé à de la soie, et pourront seulement porter et apporter des vêtements de drap, de grosse toile, de raxa ou de flanelle, ou faits de toute autre sorte de laine, qui ne serait pas mélangée à de la soie : Il est seulement permis de porter des casaques dont les manches, et le revers des manches, est en velours ras, ou dans n’importe quelle matière autorisées ; et de porter des bas de soie, et des chapeaux fourrés de taffetas… (…) »

  • 11 Selon le Dictionnaire de la Real Academia, mantéiste se définit comme « l’élève qui se rendait dans (...)

14Cependant, dans la pratique et peu de temps après sa sanction, la Pragmatique était à peine respectée par l’ensemble de la population, malgré le fait qu’elle ait été publiée de nouveau en 1729. L’homme politique d’Albacete (Procureur du conseil de castille au temps de Philippe V), mantéiste11 et défenseur du Royalisme, Melchor de Macanaz (1670-1760), s’exprime, avec une forte conscience de classe, selon les termes suivants :

  • 12 Sempere Guarinos ({1788} 1973), tome 2, p. 157-161.

« …que chacun s’habille selon sa classe, de façon à ce que sa tenue représente sa profession, et que les nobles ne se confondent pas avec les plébéiens, pas plus que les grands avec les moyens »… (car) … « … la majeure partie des maux, et le retard général de l'Espagne, ainsi que des désordres, et des dépenses dans lesquels s’avilit la vanité et l’émulation. Je le crois aussi car je vois tant de Pragmatiques qui visent à leur modération, et touchée dans toutes les Cours par ces maux… Je peux vous assurer qu’il en va de même pour les toiles, les galons, les montres, &c. et si cela est en ruine chez les puissants, chez les pauvres vaniteux, qu’est-ce que ce sera ? En outre, il est véritablement impossible aujourd’hui de distinguer le noble du plébéien, le riche du pauvre, et l’honorable de l’indigne ; c’est de là que naissent la vanité, la suffisance, l’abandon de l’agriculture et de tout travail ; et pour finir tous les maux ensemble ; car lorsque le fils du paysan se voit vêtu d’un costume, qui est le propre du puissant, il rêve, joue, et il devient sujet à la fatigue, et s’accommode d’une lente inaction, ce qui fait de lui un membre véreux de l’Etat. »12

  • 13 Des années plus tard (c. 1820-23), Goya a peint une de ses plus célèbres peintures noires – « Duel (...)

15Durant le règne de Charles III, de nombreuses mesures ont été adoptées, qui cherchaient à réguler le commerce contrôlé par les cinq corporations Majeures – soie, toile, épices, droguerie, quincaillerie et joaillerie – à enrayer la mendicité dans les rues et même à réformer les coutumes de la population espagnole. Cependant, en 1766 s’est produite à Madrid et dans d’autres villes espagnoles ce qu’on a appelé la révolte contre Esquilache, fondamentalement due à l’augmentation des prix des aliments. Quel en a été le déclencheur ? Une norme qui régulait la tenue vestimentaire des habitants. Concrètement, on cherchait à remplacer les capes espagnoles typiques et les chapeaux à large bord par des capes beaucoup plus courtes et des chapeaux à trois pics, ou tricornes. Goya, en tant que témoin des événements, a peint l’huile appelée « La Révolte contre Esquilache » (c. 1766-67). Dans ce tableau, on peut voir une multitude de personnes autour d’un piédestal sur lequel se trouve un religieux : à gauche, plusieurs personnes avec des chapeaux à large bord ; à droite, un autre ensemble de personnes avec des tricornes observe l’une d’entre elles en train de couper une cape. Parmi ce dernier groupe de personnes, l’une d’elles exhibe une sorte de petit étendard avec une inscription que Gassier (1974) a associée aux mots « Meurs/es/quilache ».13 Quelles sont la symbolique et les implications de cette peinture ? Il apparaît évident que la tenue vestimentaire et la façon de s’habiller reflètent un bras de fer institutionnel entre « tradition-statu quo » (capes longues et chapeaux à très larges bords) et « modernité-réforme » (capes plus courtes et chapeaux plus discrets). De nouveau la tenue se présente – selon les mots de Pastoureau – comme une « réalité institutionnelle » clé pour comprendre les changements qui sont en train de se produire dans la société.

  • 14 Tous les détails de l’échantillon des inventaires utilisés, ainsi que les modèles de consommation d (...)

16Pour approfondir le rôle joué par les couleurs dans la tenue vestimentaire, nous allons nous appuyer sur un échantillon de 379 inventaires post-mortem de la province de Palencia, datés d’entre 1750 et 1840. Ces inventaires ont été sélectionnés selon trois courtes périodes : 1752-1765, 1785-1800 et 1830-1840. Les raisons du pourquoi de ces tranches sont les suivantes (i) pour la proximité du cadastre d'Ensenada dans la première tranche ; (ii) afin d’éviter les effets des invasions napoléoniennes, des inventaires chronologiquement situés à la fin du XVIIIe siècle ont été rassemblés ; (iii) la dernière tranche sélectionnée correspondrait au décollage de l’économie castillane à partir des années 1820.14

Tableau 1 – Pourcentage d’inventaires post-mortem dont les habits ont une couleur déterminée, Palencia 1750-1840

Couleur

1752-65

1785-00

1830-40

Jaune

16.2

27.7

30.3

Bleu

55.6

62.3

56.8

Blanc

30.8

42.3

45.5

Gris

3.4

2.3

9.8

Marron

12.0

14.6

22.0

Mauve

11.1

22.3

25.0

Orange

3.4

1.5

1.5

Noir

64.1

43.1

58.3

Rouge

53.0

36.2

40.9

Vert

36.8

33.8

22.7

Nombre d’inventaires

117

130

132

17Comme on peut le voir dans le tableau 1, les couleurs les plus employées étaient le noir et le bleu, suivis du blanc (tendance croissante) et du rouge (tendance décroissante). Au second plan se trouvaient le jaune, le mauve, le vert (avec une trajectoire nettement décroissante qui est passée de 36,8 % en 1752-65 à 22,7 % en 1830-40) et le marron. Ensuite le gris (presque 10 % en 1830-40) et finalement les teintes orangées qui figurent à peine dans les inventaires.

18La première question sous-jacente est de savoir si les pauvres préféraient les mêmes couleurs que les riches. Une différence de base (substantielle) résidait dans le fait que les inventaires les plus importants contenaient plus d’habits et une plus grande variété de couleurs. Pour approfondir un peu plus cette tendance, les inventaires post-mortem ont été divisés en quartiles de richesse (voir le tableau a.1 des annexes). Ainsi qu’on peut le voir dans les graphiques a.2 des annexes, entre 1752 et 1765, dans 25 % des inventaires les plus modestes on a trouvé – dans cet ordre – les couleurs suivantes : bleu, noir, rouge, vert, marron, blanc, mauve et jaune. En 1830-40 les couleurs bleue et noire se sont maintenues comme couleurs les plus populaires, suivies du blanc, du rouge et du marron avec des pourcentages similaires, jaune et mauve dans des proportions identiques, et, enfin, le vert qui a connu une baisse très importante.

19Qu’est-il advenu dans les 25 % d’inventaires les plus importants ? en 1752-65, les couleurs les plus utilisées étaient dans cet ordre les suivantes : noir, rouge, bleu, blanc, vert, jaune, mauve, marron, orange et gris. en 1830-40 se sont produits certains changements significatifs : noir, blanc, rouge, bleu, jaune et mauve avec des pourcentages similaires, marron, vert, gris et orange. Etant donné que depuis la fin du XVIIIe siècle, l’industrie européenne était capable de fabriquer une teinte précise – tant dans le domaine de la teinturerie que dans celui de la peinture –, le choix d’une couleur en particulier pouvait répondre à des éléments éthiques, idéologiques et sociaux. Il est par trop connu que le capitalisme d’origine protestante – Melanchton écrivit en 1527 De Vestitu, dans lequel il défendait une éthique du noir et de l’obscur – a misé sur une éthique fondée sur les couleurs blanc-noir-gris du fait de leur discrétion et de leur adaptation à tous les types de circonstances. Le contrôle de la Méditerranée à partir du XVIe siècle y a également contribué, en contrôlant et empêchant dans certaines occasions la circulation des teintures asiatiques. a compter des XVIIIe et XIXe siècles, les valeurs protestantes sont devenues les valeurs du capitalisme, de la société industrielle et de la société bourgeoise (Pastoureau 2013, p. 254). Et en effet, cela paraît se vérifier dans l’échantillon des inventaires disponibles pour la province de Palencia. Tant en 1752-65 qu’en 1830-40, la couleur noire était celle qui apparaissait le plus fréquemment dans 25 % des inventaires les plus conséquents. A partir de 1830-40 le blanc s’est trouvé en seconde position. Pourquoi ? Pendant des siècles les sous-vêtements et la literie étaient blancs pour des raisons d’hygiène et pour des raisons pratiques : les toiles de coton, de chanvre et de lin perdaient leur teinte lorsqu’elles bouillaient. Par conséquent, les classes les plus aisées utilisaient sûrement plus de chemises blanches que quiconque et avaient plus de sous-vêtements blancs (79 % en 1830-40) que les classes les plus pauvres (33 % en 1830-40) car elles pouvaient se permettre une meilleure hygiène et car l’éthique associée au succès en disposait ainsi. Cela s’appréciait surtout avec l’utilisation de la couleur grise. Cette couleur était à peine employée entre 1750 et 1840, sauf pour les 25 % des inventaires avec la plus grande richesse patrimoniale en 1830-40 : dans presque le quart de ces inventaires, on a trouvé des blouses de femme, des casaques, des vestes, des jaquettes, des bas, des pantalons et des robes (de femme et d’enfant) de couleur grise. On observe un comportement similaire avec les teintes marron : plus de 40 % du quartile le plus riche a employé des habits de couleur marron.

20Une autre couleur utilisée beaucoup plus fréquemment par les classes sociales les plus aisées – surtout à partir de la fin du XVIIIe siècle était la couleur mauve et/ou violette, une teinte de forte tradition dans la royauté. En ce sens, les mots prononcés par la reine Isabelle Ire d'Angleterre en 1562 furent assez éloquents :

« none shall wear in his apparel any silk of the color purple, cloth of gold tissue, but only the King, Queen… except dukes and marquises who may wear in doublets and sleeveless coats cloth of gold of tissue not exceeding £ 5 the yard, and purple in mantles of the Garter »
(Schulman, 2007).

21Deux siècles plus tard, Marie Antoinette (1755-93) a introduit la couleur “puce” (mélange de marron et de mauve) auprès de la cour française. Presque en même temps apparaissent dans des inventaires datés de 1789, 1790, 1798 et 1799 des habits de couleur puce (casaques, jaquettes, caleçons, pardessus et pourpoints), tant dans la ville de Palencia que dans des milieux ruraux (Cevico de la Torre et Prádano de Ojeda).

22Dans les grandes lignes, la deuxième couleur la plus utilisée a été le bleu. Il y avait néanmoins une différence entre les 25 % d’inventaires les moins fournis et les 25 % les plus fournis. Alors que dans les premiers, la couleur bleue et le noir étaient employés en 1830-40 dans 45 % des cas, se partageant la première place ; dans les inventaires appartenant aux classes les plus aisées, le bleu occupait le troisième poste en 1752-65 et le quatrième poste en 1830-40. Pastoureau (2013, p. 32-42) relève que durant le XVIIIe siècle, le bleu est devenu la couleur préférée des européens. du côté de l’offre, les raisons étaient claires : la découverte du bleu de Prusse dans les années 1720 combinée à l’importation massive d’indigo – teinte beaucoup plus forte que l’ancien pastel – en provenance des Antilles et d'Amérique centrale, pour un coût relativement peu élevé dû à la fabrication par une main d’œuvre esclave et non pas américaine indigène. Les raisons pour lesquelles les classes les plus aisées ont préféré les teintes bleues aux teintes noires obéissaient à des considérations éthiques et idéologiques en relation avec leur statut social. Au contraire, si les classes les moins favorisées ont employé des couleurs plus obscures telles que le noir, la gamme des gris et même des bleus, ça a été pour des raisons plutôt économiques. Il était simplement plus facile de convertir une tenue dans ces coloris en une typique « tenue du dimanche ».

  • 15 L’utilisation de granulés donnait des résultats très satisfaisants en comparaison avec ceux obtenus (...)
  • 16 Pastoureau (2013), p. 82-83 et p. 230-31.

23La couleur qui a rivalisé avec le bleu dans les inventaires des familles les plus aisées a été le rouge. En 1750-65 le rouge était la seconde couleur la plus fréquente dans les patrimoines les plus fortunés de la province de Palencia, alors qu’en 1830-40 il occupait la 3e place. Toujours devant le bleu. Les raisons ? Jusqu’au XVIIIe siècle, les teinturiers occidentaux obtenaient leurs couleurs les plus vives et les plus stables dans la gamme des rouges.15 Prenons un autre exemple imagé. Dans l’huile sur toile de Goya Le Mariage (Goya, 1792 : cartons pour tapisseries, Musée du Prado), on peut observer un jeune marié vêtu d’une veste somptueuse (redingote) de velours rouge, avec les poignets très larges, un jabot très élaboré, et des pans amples. Pour sa part, la jeune mariée apparaît parée de bijoux, avec une robe bleue brodée d’or. Ce carton reflète clairement deux aspects : (i) l’opulence et l’ostentation des plus fortunés et (ii) les mariages inégaux et/ou les mariages de raison : des femmes mariées pour le bien de la famille ou pour monter dans l’échelle sociale. Ce qu’il ne faut pas non plus oublier sur l’importance de la couleur rouge, c’est que les jeunes mariées – surtout dans les milieux ruraux – étaient vêtues de rouge presque jusqu’à la fin du XIXe siècle.16

24On peut retrouver deux histoires parallèles, mais contradictoires, dans l’évolution de l’usage de teintes vertes et jaunes. La couleur jaune n’a généralement pas été une couleur très appréciée en Europe septentrionale. Le jaune était traditionnellement la couleur de la trahison, de la tromperie et du mensonge. De fait, au XIXe siècle, on caricaturait les époux trompés avec des costumes jaunes ou une cravate jaune. Il ne se passait pas la même chose dans les territoires de la Monarchie hispanique, et en particulier en Nouvelle Espagne et dans les vice-royautés du Pérou et du Río de la Plata. Les valeurs chromatiques européennes ne coïncidaient généralement pas avec les américaines. Une explication pourrait bien se trouver dans les routes commerciales qui connectaient directement Acapulco avec la Chine via Manille. Grâce à la forte valeur de la monnaie mexicaine, les élites créoles de Nouvelle Espagne achetaient une grande quantité de soies chinoises et asiatiques, qui utilisaient des couleurs plus chaudes et plus vives. Il faudrait cependant attendre jusqu’en 1778, lorsque Carlos III a aboli le monopole de la Casa de Contratación de Cadix pour qu’il y ait un commerce avec les colonies américaines. Cela a permis à différents ports de la Péninsule ibérique (notamment les ports nordiques de la Corogne, Gijón et Santander) de négocier directement avec les ports américains. Bien qu’il n’existe pas assez de preuves permettant de corroborer cette hypothèse, il est certain que l’usage de la couleur jaune dans la tenue vestimentaire s’est multiplié entre 1752-65 (16 %) et 1830-40 (30 %) dans l’échantillon des inventaires disponibles pour la province de Palencia. elle était normalement utilisée dans les habits féminins tels que des basquines et/ou des tuniques, des combinaisons, des gaines, des jupons, des mantes, des mantilles et des foulards ; mais on en trouve également des traces dans des casaques, des gilets, des jaquettes et des justaucorps.

25Il s’est passé le contraire avec la couleur verte. En 1752-65, c’était la quatrième couleur (36,8 %) à apparaître dans les habits recensés dans les inventaires post-mortem. En 1830-40, ce pourcentage s’est réduit de presque quinze points (22,7 %), et elle est tombée à la septième place de l’échelle des couleurs, pratiquement à égalité avec le marron. Cette réduction s’est produite dans tous les quartiles de revenu ; cela signifie que ce n’est pas un phénomène propre aux classes fortunées ou aux groupes sociaux les plus pauvres. Son utilisation en 1830-40 était limitée aux capes, gilets, vestes, redingotes et pantalons de laine de teinte vert foncé (couleur olive). Si l’on prend en compte le fait que, durant le XVIIIe siècle, le vert était utilisé pour des habits typiquement féminins tels que les jupons, les mantes ou les tuniques, mais également dans des habits masculins comme les casaques, les jaquettes et les manteaux ; le plus probable est que la couleur verte soit « passée de mode » au détriment des teintes jaunes et mauves, et de couleurs beaucoup plus inaltérables comme le bleu et le rouge. S’il y a eu quelques autres raisons de nature technique – il n’y a pas eu de mélanges des teintes jaunes et bleues avant l’importation massive d’indigo américain au XVIIIe siècle – ou culturelle – traditionnellement le vert est une couleur associée à la chance et à l’infortune, au hasard, à la jeunesse, à l’amour et à l’infidélité, à l’argent et aux bourgeois du XVIe siècle et même aux esprits malins sous forme de dragons et de serpents – il est difficile de les quantifier et de les évaluer avec exactitude.

26Dans le tableau 2, on peut voir les modèles de consommation en fonction de la situation géographique – milieux urbains versus milieux ruraux – des économies familiales. Dans la ville de Palencia, les couleurs les plus utilisées en 1830-40 étaient, dans cet ordre : noir, bleu et blanc à égalité à la seconde place, rouge, jaune, mauve, marron, vert, gris et orange. Dans les milieux ruraux, sur cette même période, l’ordre était le suivant : bleu, noir, blanc, rouge, mauve, vert, jaune, marron, gris et orange. Les différences les plus importantes étaient que (i) le blanc était beaucoup plus ancré dans les milieux urbains ; (ii) les teintes vertes ont commencé à disparaître en premier dans la ville, ces teintes étant remplacées par des couleurs mauves à la campagne et par des couleurs marrons, violettes et jaunes – à compter du XIXe siècle – à la ville ; (iii) les teintes violettes et mauves se sont massivement diffusées dans les villes à partir de 1785-00 ; (iv) les teintes jaune, or ou paille (jupons, tuniques, foulards, mantes et mantilles, entre autres habits) ont commencé à être massivement utilisées dès 1830 ; (v) la couleur grise a été présente de façon significative uniquement à la ville, atteignant presque 30 % des inventaires situés en ville ; et (vi) la couleur rouge a été de moins en moins utilisée à la campagne.

Tableau 2 – Citadin versus Rural
Pourcentage d’inventaires post-mortem dont les habits ont une couleur déterminée, Palencia 1750-1840

Couleur

Rural

Citadin

1752-65

1785-00

1830-40

1752-65

1785-00

1830-40

Jaune

9.7

22.8

18.0

41.7

44.8

68.8

Bleu

49.5

57.4

47.0

79.2

79.3

87.5

Blanc

24.7

34.7

32.0

54.2

69.0

87.5

Gris

0.0

1.0

4.0

16.7

6.9

28.1

Marron

10.8

8.9

13.0

16.7

34.5

50.0

Mauve

8.6

11.9

24.0

20.8

58.6

59.4

Orange

1.1

0.0

1.0

12.5

6.9

3.1

Noir

59.1

41.6

46.0

83.3

82.8

96.9

Rouge

48.4

36.6

31.0

70.8

34.5

71.9

Vert

21.5

30.7

20.0

54.2

44.8

31.3

Nombre d’inventaires

93

101

100

24

29

32

Note : les inventaires situés dans des milieux urbains correspondent à la ville de Palencia ; les milieux ruraux correspondent à des inventaires post-mortem provenant des régions de Tierra de Campos, le Cerrato, Boedo-Ojeda, Cervera-Guardo et Aguilar.

  • 17 Pour la période comprise entre 1752 et 1765, les données contenues dans l’inventaire post-mortem on (...)

27Quelles couleurs les personnes qui travaillaient dans les champs, telles que les agriculteurs ou les bergers, utilisaient-elles ? Existait-il une différence avec ceux qui se consacraient à des activités textiles, artisanales et/ou qui travaillaient dans le secteur tertiaire ?17 On peut voir dans le tableau 3 que les différences étaient presque minimes en 1830-40. Pour l’essentiel, les personnes qui travaillaient dans les secteurs secondaire et tertiaire préféraient légèrement les teintes bleues aux noires, jaunes aux mauves, et les couleurs vertes aux marrons ; concernant les personnes qui travaillaient dans le secteur primaire, les préférences étaient inversées.

Tableau 3 – Profession du Chef de Famille
Pourcentage d’inventaires post-mortem dont les habits ont une couleur déterminée, Palencia 1750-1840

couleur

Profession du chef de famille : secteur primaire

Profession du chef de famille : secteur secondaire et tertiaire

1752-65

1785-00

1830-40

1752-65

1785-00

1830-40

Jaune

3.2

24.7

18.3

32.0

32.1

50.0

Bleu

38.1

48.1

46.3

74.0

83.0

74.0

Blanc

22.2

29.9

34.1

38.0

60.4

64.0

Gris

1.6

1.3

3.7

6.0

3.8

20.0

Marron

14.3

7.8

15.9

10.0

24.5

32.0

Mauve

4.8

15.6

23.2

18.0

32.1

48.0

Orange

3.2

0.0

0.0

4.0

3.8

4.0

Noir

60.3

39.0

50.0

68.0

67.9

72.0

Rouge

47.6

35.1

31.7

60.0

37.7

56.0

Vert

15.9

28.6

13.4

42.0

41.5

38.0

Nombre d’inventaires

63

77

82

50

53

50

Notes : Professions du chef de famille d’après les inventaires post-mortem de 1752-1765 : Secteur primaire : maraîcher, journalier, paysan et apprenti paysan.
Secteur secondaire et tertiaire : épicier, potier, presseur, coiffeur, camelot, charpentier, sellier, cirier, secrétaire, fabriquant de draps, bourrelier, maréchal-ferrant, forgeron, joailler, lancier, fabriquant de bourses, apprenti marchand, organiste, lainier, procureur, tavernier, tisseur de toiles ou de paniers, petit commerçant, teinturier, cordonnier et membre du Gremio de la Puebla.
Professions du chef de famille d’après les inventaires post-mortem de 1785-1800 :
Secteur primaire : maraîcher et paysan.
Secteur secondaire et tertiaire : maçon, apothicaire, sellier, chirurgien, commerçant, secrétaire, fabricant d’étamine, majordome chez des particuliers, médecin, orfèvre, sergent, petit commerçant, et membre du Gremio de La Puebla.
Professions du chef de famille d’après les inventaires post-mortem de 1830-1840 :
Secteur primaire : maraîcher et paysan.
Secteur secondaire et tertiaire : charpentier, charretier, commerçant, tanneur, fabriquant de couvertures, boulanger, forgeron, ferblantier, maitre vitrier, tailleur, petit commerçant, tondeur de draps et cordonnier.

  • 18 Sur la tenue et le genre, je recommande le livre de Burman et Turbin (2003). En particulier, les ch (...)

28Il est difficile de distinguer les vêtements masculins des vêtements féminins dans les inventaires post-mortem, étant donné qu’il était rarement indiqué à qui ils appartenaient.18 Il y avait évidemment des vêtements typiquement masculins ou féminins, mais d’autres, comme les chemises, les jaquettes ou les casaques pouvaient induire certains doutes. Une approche pour distinguer les vêtements masculins des féminins a consisté à prendre en considération le genre de la personne décédée (voir tableau 4).

Tableau 4 – Genre de la personne dont les biens ont été répertoriés. Pourcentage d’inventaires post-mortem dont les habits ont une couleur déterminée, Palencia 1750-1840.

Couleur

Homme

Femme

Jaune

20.3

43.0

Bleu

53.3

77.2

Blanc

36.7

51.9

Gris

4.7

7.6

Marron

14.7

22.8

Mauve

17.7

40.5

Orange

2.0

2.5

Noir

56.0

63.3

Rouge

41.3

49.4

Vert

25.7

38.0

Nombre d’inventaires

300

79

29Si l’on part de cette théorie, on peut remarquer que les femmes préféraient le bleu au noir, le blanc au rouge, et les teintes mauves et jaunes aux teintes vertes. Dans le cas des hommes, c’était le contraire, ils préféraient le noir au bleu, le rouge au blanc, et de même les teintes vert foncé ou la couleur olive aux couleurs jaune et mauve.

4. Conclusion

30L’étude des couleurs et de leur impact sur les modèles de consommation n’est pas aisée, car la perception que l’on a des couleurs varie au cours du temps. Compte tenu des données, dans l’usage d’un vêtement déterminé, le caractère taxonomique ou classificateur prévalait sur l’utilité. Cela se constate dans l’utilisation de certaines couleurs – mauve et gris – dans les quartiles de richesse patrimoniale les plus hauts. Le rôle de la demande n’est pas clair. Il paraît clair que cette lente prédilection pour le bleu au détriment du rouge, a correspondu à des changements technologiques et à l’augmentation de l’offre de teintes spécifiques (c’est-à-dire, selon les termes de Say, que toute offre génère sa propre demande). Cependant, il semble que des facteurs de type social et esthétique – lié à l’évolution des goûts et à la mode – ont eu une influence décisive sur l’ostracisme des autres couleurs comme le vert ; ou, au contraire, sur l’utilisation croissante des teintes jaunes à partir du XIXe siècle. Une fois de plus, il ne semble pas non plus plausible que les modes ou les goûts pour une couleur déterminée se soient nécessairement diffusés depuis les classes les plus aisées vers les moins favorisées.

Bibliographie

AGO, R. (2013): Gusto for Things. A History of Objects in Seventeenth-Century Rome. The University of Chicago Press: chicago.

AKERLOF, G. et KRANTON, R. (2000): “Economics and Identity”. The Quarterly Journal of Economics CXV (3), p. 715-753.

AKERLOF, G. et KRANTON, R. (2010) : Identity Economics. How our identities shape our work, wages, and well-being. Princeton: Princeton University Press.

ARAM, B. et YUN CASALILLA (2014): Global Goods and the Spanish Empire, 1492-1824. Circulation, Resistance and Diversity. Lenders: Palgrave-Macmillan.

Archivo Histórico Provincial de Palencia. Sección Protocolos Notariales.

BAUMAN, Z. (2014) : ¿La riqueza de unos pocos nos beneficia a todos ? Barcelona: Paidós.

BERG, M. (2005): Consumers and Luxury and Pleasure in Eighteenth-Century Britain Consumer Culture in Europe 1650-1850. Oxford: Oxford University Press.

BERG, M. et CLIFFORD, H. (1999) (éds.): Consumers and Luxury. Consumer Culture in Europe 1650-1850. Manchester: Manchester University Press.

BRAUDEL, F. (1984): Civilización Material, economía y capitalismo, siglos XV-XVIII. 3 volumes. Madrid: Alianza.

BREWER, J. et PORTER, R. (éds.) (1993): Consumption and the World of Goods. Londres-Nueva York: Routledge.

BURMAN, B. et TURBIN, C. (2003) (éds.): Material Strategies: Dress and Gender in Historical Perspective. New Jersey: Wiley-Blackwell.

CAMPBELL, C. (1987): The Romantic Ethic and the Spirit of Modern Consumerism. Oxford: Blackwell.

COX, N. (2000): The Complete Tradesman: A study of Retailing 1550-1820. London: Ashgate.

DÁVILA CORONA, R., DURÁN PUJOL, M.; GARCÍA FERNÁNDEZ, M. (2004): Diccionario Histórico de Telas y Tejidos. Castellano-Catalán, Junta de Castilla y León / Caja Duero, Salamanca.

DOBADO, R. (2014) : “La globalización hispana del comercio y el arte en la edad Moderna”. Estudios de Economía Aplicada 32 (1), p. 13-42.

FATTACCIU, I. (2011): Across the Atlantic: Chocolate consumption, imperial political economies and the making of a Spanish imaginary (1700-1800). EUI PhD theses; Department of History and Civilization.

FRANCO RUBIO, G. (2009) : Cosas de la vida. Vivencias y experiencias cotidianas en la España Moderna. Cuadernos de Historia Moderna, Anejo VIII. Madrid: Universidad Complutense.

FRANK, R. H. (1985): Choosing the right pond. Human behavior and the quest for status. New York y Oxford: Oxford University Press.

GARCÍA FERNÁNDEZ, M. (dir.) (2013) : Cultura material y vida cotidiana moderna : escenarios. Madrid: Sílex.

GASCH TOMÁS, J.L. (2012): Material culture and consumption of Asian goods in the Atlantic world. The Manila Galleon from New Spain to Castile (1565-c.1700). EUI PhD theses; Department of History and Civilization.

GASCH TOMÁS, J.L. (2014): “Globalisation, Market Formation and Commodisation in the Spanish Empire. Consumer Demand for Asian Goods in Mexico City and Seville, c. 1571-1630”. Revista de Historia Económica 32 (2), p. 189-221.

GASSIER, P. et WILSON, J. (1974) : Vida y obra de Francisco de Goya. Reproducción de su obra completa : pinturas, dibujos y grabados. Barcelona: Juventud.

HAIDT, R. (2011): Women, work and clothing in eighteenth century Spain. Voltaire Foundation, Oxford University: Oxford.

HYDEN-HANSCHO, V., PIEPER, R. ET STANGL, W. (éds.) (2014): Cultural Exchange and Consumption Patterns in the Age of Enlightenment. Europe and the Atlantic World. Bochum: Verlag.

LEVI, G. (1990): La herencia inmaterial. La historia de un exorcista piamontés del siglo XVII. Madrid: Nerea.

LÓPEZ BARAHONA, V., et NIETO SÁNCHEZ, J. (2012): “Dressing the Poor: the Provision of clothing among the lower classes in eighteenth-century Madrid”. Textile History 43 (1), p. 24-43.

MCCANTS, A.E.C. (2007): “Exotic Goods, Popular consumption, and the standard of living: thinking about Globalization in the early Modern World”. Journal of World History 18 (4), p. 433-462.

MCKENDRICK, N. (1982): “Commercialization and the economy”. Dans MCKENDRICK, N., BREWER, J., ET PLUMB, J.H. (éds.): The Birth of a Consumer Society. Londres: Europa Publications limited.

MORENO CLAVERIAS, B. (2006) : “Lugar de residencia y pautas de consume. el Penedés y Barcelona, 1770-1790”. Revista de Historia Industrial 31, p. 152-160.

MORENO CLAVERÍAS, B. (2010): “Luxury, fashion and peasantry: the introduction of new commodities in rural Catalan, 1670-1790”. En LEMIRE, B., The Force of Fashion in Politics and Society. Global Perspectives from Early Modern to Contemporary Times. London: Ashgate, p. 67-96.

MUÑOZ NAVARRO, D. (2011) (éd.) : Comprar, vender y consumir. Nuevas aportaciones a la historia del consumo en la España moderna. Valencia : PUV.

PASTOUREAU, M. (2013) : Diccionario de los colores. Barcelona: Paidós.

PÉREZ GARCÍA, M. (2013): Vicarious Consumers. Trans-National Meetings between the West and East in the Mediterranean World (1730-1808). London: Ashgate.

PÉREZ SAMPER, M. A. et FRANCO RUBIO, G. (2012) : “Mirar la historia con otros ojos”. Revista de Historia Moderna 30, p. 11-15.

PINKER, S. (2012) : Los ángeles que llevamos dentro. El declive de la violencia y sus implicaciones. Barcelona : Paidós.

RAMOS PALENCIA, F. (2010) : Pautas de consumo y mercado en Castilla, 1750-1850. Economía familiar en Palencia al final del Antiguo Régimen. Madrid : Sílex.

REYES GARCIA-HURTADO, M. (éd.) (2009) : La vida cotidiana en la España del siglo XVIII. Madrid: Sílex.

ROCHE, D. (2000 [1997]): A History of Everyday Things. The birth of consumption in France, 1600-1800. Cambridge: Cambridge University Press. En français Histoire des choses banales. Naissance de la consommation dans les sociétés traditionnelles (XVII-XVIIIe siècle). Librairie Arthème Fayard.

SEMPERE GUARINOS, J. (1788) : Historia del Luxo y de las Leyes Suntuarias de España, 2 tomos. Madrid, edition facsimile de 1973: éditions Atlas.

SHAMMAS, C. (1990): The Pre-industrial Consumer in England and America. Oxford: Clarendon Press.

SHULMAN, R. (2007): “Sumptuary legislation and the Fabric construction of National Identity in Early Modern England”. Constructing the Past 8 (1), article 8.

VOTH, J. (1998): “Time and Work in Eighteenth-Century London”. The Journal of Economic History 58 (1), p. 29-58.

VRIES, J. De (2009) : La Revolución Industriosa. Consumo y economía doméstica desde 1650 hasta el presente. Barcelona: Crítica.

WEATHERILL, L. (1988): Consumer Behaviour and material culture in Britain, 1660-1760. Londres-Nueva York: Routledge.

WILLIAMS, C.A. (ed.) (2009): Bridging the Early Modern Atlantic World. People, Products, and Practices on the Move. Londres: Ashgate.

YUN CASALILLA (2014): “The History of consumption of early Modern Europe in a trans-atlantic Perspective. Some new challenges in European Social History”. Dans HYDEN-HANSCHO, V., PIEPER, R. et STANGL, W. (éds.): Cultural Exchange and Consumption Patterns in the Age of Enlightenment. Europe and the Atlantic World. Bochum: Verlag.

Annexes

Tableau A.1
Répartition des inventaires post-mortem par quartiles (en valeurs ré
elles), Palencia 1750-1840.

Période

Nombre d’inventaires

Moyenne

Moyenne p25

Moyenne p50

Moyenne p75

Valeur maximale

1752-65

117

19,170.65

6,369.00

12,145.50

20,836.50

141,458.50

1785-00

130

29,041.64

8,796.50

17,068.50

32,149.50

228,728.00

1830-40

132

29,230.99

8,022.75

15,490.65

30,895.25

526,215.00

Graphique A.2
Utilisation des couleurs dans les vêtements selon les quartiles de richesse patrimoniale, 1750-1840.

Note du traducteur : « nom donné au XVIIIe siècle à un certain type populaire madrilène » (Dictionnaire Larousse).

Notes

1 L’auteur souhaite présenter ses remerciements pour les financements reçus pour les projets de recherche suivants : (i) ECO2012-38028 (Bien-être et inégalités dans une société préindustrielle : Espagne, 1500-1800), dont le chercheur principal est Leandro Prados, et (ii) P09-HUM-5330 projet d’excellence financé par la Junta d’Andalousie (Nouveaux produits atlantiques, Science, Guerre, Economie et Consommation dans l’Espagne de l’Ancien Régime. Le cas andalous. 1492-1824), dont le chercheur principal est Bartolomé Yun Casalilla. Il souhaite pour finir présenter ses remerciements pour les commentaires des participants au séminaire « Consommateurs et consommations XVIIe-XXIe siècles. Regards franco-espagnols » organisé par le Comité franco espagnol d’historique économique (Université de Perpignan, 9-10 avril 2014).

2 Voth (1998, p. 56-56) a écrit que “Productivity growth – ‘ingenuity,’ in McCloskey’s phrase – may have played an even smaller role than is assumed in accounts of the British Industrial revolution. Output growth would have largely been driven by additional labor input, and the ‘Industrious revolution,’ as Jan de Vries termed it, was responsible for overcoming the adverse effects of rapid population growth. Abstention seems to have been more important than invention, but it was abstention from leisure-and only partly from consumption that was at the core of economic growth.”

3 On pourrait remarquer quelque chose de similaire en Espagne. Bien qu’on ne connaisse pas avec exactitude le nombre d’heures consacrées au travail, tout porte à dire qu’il a augmenté. A titre d’exemple, l’enquête réalisée par Francisco de Zamora dans la catalogne (Barcelone et les villages de son Corregimiento) de la fin du XVIIIe siècle (Bibliothèque du Palais royal de Madrid) fournit des renseignements sur la répartition des repas, les horaires de travail et de repos. Bien que les différences entre les coutumes des environs de Barcelone et de la castille rurale soient évidentes, il est probable que le temps consacré par un paysan à son ouvrage ne soit pas si différent dans les deux lieux. Deux modèles étaient décrits dans cette enquête : (i) horaire de travail de 5 heures à 19 heures (7h-8h petit-déjeuner ; 12h-13h déjeuner ; 15h30-16h30 goûter ; 20h-21h dîner) ; (ii) journée continue avec des pauses ponctuelles pour le petit-déjeuner et les repas, pendant un horaire de travail allant du lever du jour à 20h. D’autres exemples, se rapportant cette fois à l’échantillon, seront abordés plus loin dans ce texte. dans les mémoires (voir les « réponses Particulières » du cadastre de la Ensenada) du paysan de Villarramiel, Mateo Alonso García, âgé de 55 ans, marié à María de la Puerta, 50 ans, il est écrit qu’il a un fils de 26 ans, étudiant et ne travaillant pas, une fille de 20 ans qui gagne 10 ducats (un ducat équivalait à 11 réales et 1 maravédi), et une autre fille de 17 ans qui en gagne 11. Pendant ce temps, « l’apprentissage de la couture tient lieu d’école » pour la cadette des filles, âgée de 10 ans. Cette famille se permettait en outre d’avoir un domestique, qu’elle payait 12 ducats. Andrés Sánchez Lobejón, paysan de 54 ans, marié à Melchora Caballero, âgée de 43 ans, nous indique dans ses mémoires que sa fille de 16 ans recevait 50 réales pour peigner et filer, et sa fille cadette âgée de 13 ans en recevait 30. Pendant ce temps, son fils de 10 ans allait à l’école. Pour sa part, Alejandro Tadeo – également habitant de Villarramiel, lainier de 45 ans et époux d’Antonia Guerra Rodríguez, âgée de 45 ans – déclarait qu’il avait un fils de 11 ans apprenti maçon qui gagnait 100 réales, une fille de 17 ans qui en gagnait 66 et une autre fille de 11 ans qui gagnait 30 réales. Inés Gonzáles, veuve de 50 ans, a déclaré qu’elle gagnait 50 réales pour filer la laine ; son fils de 21 ans, 10 ducats en tant que journalier ; son autre fils, âgé de 19 ans, 10 ducats supplémentaires comme journalier ; sa fille de 13 ans, 3 ducats pour peigner la laine. Pour finir, son fils de 11 ans allait à l’école.

4 Hume expliquait que “a public granary of corn, a storehouse of cloth, a magazine of arms; all these must be allowed real riches and strength in any state. Trade and industry are really nothing but a stock of labour, which, in times of peace and tranquility, is employed for the ease and satisfaction of individuals; but in the exigencies of state, may, in part, be turned to public advantage. could we convert a city into a kind of fortified camp, and infuse into each breast so martial a genius, and such a passion for public good, as to make every one willing to undergo the greatest hardships for the sake of the public; these affections might now, as in ancient times, prove alone a sufficient spur to industry, and support the community. It would then be advantageous, as in camps, to banish all arts and luxury ; and, by restrictions on equipage and tables, make the provisions and forage last longer than if the army were loaded with a number of superfluous retainers. But as these principles are too disinterested and too difficult to support, it is requisite to govern men by other passions, and animate them with a spirit of avarice and industry, art and luxury”. See Part II, Essay I : Of Commerce. Essays, Moral, Political, and Literary published in 1752 by David Hume.

5 Sans vouloir être exhaustif, on peut citer les huiles de Francisco Bayeu (Paseo de las Delicias, 1784-85) ; Ramón Bayeu (Abanicos y Roscas, 1778 ; El choricero, 1778 ; La Cocina, 1780 ; El muchacho de la esportilla, 1786 ; Baile a orillas del Manzanares, c. 1786) ; Cabral, (Corpus en sevilla, 1857) ; Camarón Bonanat (Romería, 1785), Carnicero (Ascensión Globo Aranjuez, 1784) ; Castillo (El parque del Retiro con paseantes, 1779 ; Pradera de San Isidro, 1785) ; Cruz Vázquez (Feria de Madrid en la Cebada, 1777-80) ; Goya (Manzanares, 1776-77) ; Quitasol, 1777 ; Riña en la Venta Nueva, 1777 ; Cometa, 1777-78 ; El resguardo de tabacos, 1777-80 ; Las Lavanderas, 1777-80 ; Los Leñadores, 1777-80 ; Muchachos cogiendo fruta, 1778 ; El cacharrero, 1779 ; La Feria de Madrid, 1779 ; La era ‘el verano’, 1786 ; El albañil herido, 1786-87 ; Los pobres en la fuente, 1786-87 ; Pastor tocando la dulzaina, 1786-87 ; La ermita de San Isidro el día de la fiesta, 1788 ; La Boda, 1792 ; Las mozas del cántaro, 1791-92) ; Maella (Pescadores, 1783-84) et Sasso (El charlatán de la aldea, c. 1757 ; Reunión de Mendigos, c. 1757), entre autres.

6 Ce n’est pas le lieu pour résumer l’extensive littérature relative à l’histoire de la consommation qui existe en Espagne. Quoi qu’il en soit, le point d’inflexion de l’historiographie espagnole de la consommation et de la culture matérielle se situe en 1999, avec la publication de l’ouvrage Consommation, conditions de vie et commercialisation, Catalogne et Castille, XVII-XIXe siècle, édité par Jaume Torras et Bartolomé Yun Casalilla. L’école de pensée sur la culture matérielle et les modèles de consommation « Torras-Yun Casalilla » a fourni des résultats extrêmement fructueux : Dávila Corona, Durán Pujol et García Fernández (2004) ; Moreno Claverías (2006, 2010), Ramos Palencia (2010) et Muñoz Navarro 2011), pour en citer quelques-uns. En parallèle sont apparues deux approches complémentaires de recherche. Yun Casalilla, depuis l’Institut européen universitaire de Florence et l’université Pablo de Olavide, a développé une approche plus internationale et orientée vers les relations entre l’Europe et le Monde atlantique, en faisant appel aux concepts de transnationalisation et de mondialisation des modèles de consommation. Dans cette lignée, les travaux d’Aram et Yun Casalilla (2014), Pérez-García (2013), Gasch (2012) et Fatacciu (2011) se distinguent. Dans une perspective plus locale et située dans l’histoire sociale et les mentalités, les travaux collectifs rassemblés chez García Fernández (2013) ; Pérez Samper et Franco Rubio (2012) ; Franco Rubio, G. (2009) ; et Reyes García-Hurtado (2009), entre autres, se distinguent.

7 Franco Rubio (2013, p. 131-131).

8 Campomanes relevait que l’aristocratie, pour pouvoir maintenir intact son pouvoir sur le paysan et sur les classes populaires, devait avoir un accès exclusif et privilégié au marché du luxe : « (…) il est absolument impossible de conserver la grandeur de la noblesse et des dignités entre les hommes si tous s’harmonisent à un même niveau de dépenses et d’habillement ». Sempere y Guarinos (1788, tome II, p. 198-203) réfléchissait dans son Histoire du Luxe sur la consommation au XVIIIe siècle : « une nation dans laquelle tous ont la capacité illimitée d’acquérir par héritage, donations, emplois, salaires, commerce, arts et métiers et dans laquelle, même avant leur naissance, les individus se trouvaient déjà établis dans une classe honorable ou basse, encourage immanquablement l’inégalité ; exacerbe la vanité, et l’incite à chercher des moyens de se distinguer ou de s’assimiler aux classes immédiatement supérieures ; c’est dans cette concurrence que réside le stimulant principal du luxe. (…) ajoutez à cela que la terre, qui est la première source de subsistance, étant répartie entre un faible nombre de propriétaires, le reste de la nation doit s’attacher à satisfaire leurs besoins, soit réels, soit imaginaires, sans lesquels ceux-ci seraient condamnés à périr. (…) en ce sens on peut affirmer que le luxe est nécessaire à l’état. … dans un état, dont la constitution rend tous les hommes, égaux par nature, très inégaux ; dans lequel, en général, les moyens d’accéder à la classe supérieur ne sont pas la modération et la vertu, mais les richesses, ou les emplois ; dans lequel les hommes ne s’apprécient pas pour leurs qualités et leur conduite, mais pour leur allure extérieure ; et finalement, dans lequel être bien vêtu est une des conditions à laquelle les hommes, et les femmes, font le plus attention pour être bien reçus dans les cercles publics et privés. (…) Evoquer certains corps, qui, de par leurs statuts particuliers, se voient imposer un code vestimentaire et un certain mode de vie peu compatible avec les excès et les extravagances de la mode, permettra de démontrer la difficulté qu’il y a à contenir le luxe dans de tels états. (…) Il est notable que les souverains de ceux-ci s’attachent à accroître le plus possible leurs revenus, aux dépens des passions de leurs vassaux, permettant que le luxe décuple entre autres la consommation, et avec elle les droits, qu’ils s’endettent auprès de la real Hacienda pour leurs achats et ventes, pour devenir plus riches et puissants, étendre leurs limites,… Par conséquent, plus la consommation sera décuplée, plus les revenus de la real Hacienda s’accroîtront. Si les hommes se contentaient du nécessaire, le commerce existerait à peine, et par conséquent le trésor serait amoindri… (A la fin Sempere Guarinos termine en annotant) Mais même dans ce cas il ne faut pas affirmer que le luxe est absolument nécessaire. Ce qui est nécessaire, c’est la multiplication de la consommation. »

9 Ce qui se passait dans le Liceu de Barcelone du XIXe siècle en est l’illustration. Ce théâtre a servi à constituer une nouvelle classe sociale assez aisée, à liquider des affaires, former des alliances, consolider des amitiés ou même donner libre cours à des amours. Il y avait certains jours spéciaux où il ne fallait surtout pas se tromper entre l’amante et la femme officielle. Citation de La Vanguardia, 10/03/2010 dans le documentaire de Carlos Balagué, la Bomba del Liceu (2009). le dialogue suivant, extrait du même documentaire, a été recueilli par l’historien du Liceu, Roger Alier : « au XIXe siècle, le théâtre du Liceu de Barcelone a été l’une des vitrines de cette double morale, avec des rencontres furtives dans l’obscurité des loges, et même des représentations dans lesquelles les amantes se substituaient aux épouses en tant que compagnes des grands bourgeois.
- J’ai appris que tu avais une amante – aurait dit une dame de la haute société à son mari, une nuit, dans leur loge du Liceu.
- Mais, femme, tu dois être compréhensive. Tu sais bien dans quelles conditions la concurrence me fait vivre ces derniers temps. Rafeques a acheté une nouvelle voiture, et je n’ai pas eu d’autre solution que d’en acheter une plus luxueuse. Il s’est ensuite bâti une maisonnette sur la côte, et m’a obligé à rechercher une résidence au plus vite. A présent qu’il a pris une amante, que pouvais-je faire ? Regarde, prend les jumelle, celle de Rafeques est la blonde de la quatrième rangée avec la robe bleue, la mienne est la brune avec le ras-de-cou en corail qui se trouve derrière
…- Mmmmmm, je vois, je vois… et tu sais quoi ? La nôtre me plaît plus !

10 Voir l’édition fac-similé de la Novísima Recopilación de las Leyes de España mandada por el señor Don Carlos IV qui couvre jusqu’à l’année 1804, pour retrouver toutes ces lois qui touchaient la consommation et la commercialisation de produits textiles. Concrètement, il faut noter le livre VI titre XIII appelé « Des tenues et vêtements ; et usage de meubles et de bijoux » ; le livre IX titre XII appelé « Des choses dont l’introduction est interdite dans le royaume » et le livre IX titre XVI sur « De l’extraction interdite de la soie, laine, et autres tissus du royaume ». Ainsi, dans cette même loi sont repris des articles d’autres lois des années 1657, 1674 et 1671, qui disposent la quantité d’argent et de vêtements qu’il faut remettre à la future femme ou aux filles à titre d’arrhes ou de dots ; sans oublier les vêtements de deuil qui conviennent, etc.

11 Selon le Dictionnaire de la Real Academia, mantéiste se définit comme « l’élève qui se rendait dans les écoles publiques vêtu d’une soutane et d’un manteau d’ecclésiastique, lorsque les étudiants utilisaient cette tenue. On appelait ainsi la majorité des écoliers, pour les différencier de ceux qui avaient une bourse dans les écoles plus grandes ». Très succinctement, il existait entre les étudiants universitaires castillans des XVIe, XVIIe, et XVIIIe siècles une claire division de classe en deux catégories : collégiens (du fait d’une grâce ou d’un paiement préalable, ils résidaient dans des Ecoles établies près des universités et se distinguaient par la tenue spéciale qu’ils portaient, appelée bourse), et mantéistes (en général, ils devaient travailler pour pouvoir payer le loyer des maisons particulières et pensions où ils vivaient). Avec le temps les collégiens sont devenus un groupe de privilégiés ayant accaparé tous les postes universitaires, empêchant la moindre réforme universitaire pendant l’Illustration : en général, les « bourses » allaient à des fils, neveux, parents proches et amis d’autres collégiens.

12 Sempere Guarinos ({1788} 1973), tome 2, p. 157-161.

13 Des années plus tard (c. 1820-23), Goya a peint une de ses plus célèbres peintures noires – « Duel à coups de gourdins » - qui symbolise la lutte fratricide entre deux façons de concevoir l’Espagne. Sa perception et ses craintes de la moitié du XVIIIe siècle se sont confirmées. Plus de détails sur https://www.museodelprado.es/goya-en-el-prado/

14 Tous les détails de l’échantillon des inventaires utilisés, ainsi que les modèles de consommation dans la province de Palencia peuvent être consultés chez Ramos Palencia (2010).

15 L’utilisation de granulés donnait des résultats très satisfaisants en comparaison avec ceux obtenus avec le pastel (bleu), la gaude ou le genêt (jaune), l’ortie et le bouleau (vert), le noyer (noir) et l’alisier (gris). A l’exception du rouge, les effets de la pluie, des lavages, de l’air ou du soleil faisaient que les vêtements qui n’étaient pas rouges se décoloraient beaucoup plus vite. Voir Pastoureau (2013), p. 231.

16 Pastoureau (2013), p. 82-83 et p. 230-31.

17 Pour la période comprise entre 1752 et 1765, les données contenues dans l’inventaire post-mortem ont été croisées avec les Libros de Cabeza de Familia du cadastre d’Ensenada. De cette façon, la profession du chef de famille a été obtenue. compte tenu de la difficulté que représente le classement de la population préindustrielle par secteurs économiques, le classement de la profession du chef de famille entre son appartenance au secteur primaire et sa pratique d’activités relevant du secteur secondaire et tertiaire a été choisi. Dans le cas où il percevrait des revenus provenant des deux secteurs, l’attribution à l’un ou l’autre secteur de production a été réalisée en fonction du montant des revenus pris en compte dans le cadastre d’Ensenada. Qu’est-ce que cela signifie ? Si les revenus provenant de l’agriculture ou de l’élevage étaient supérieurs à ceux provenant des activités industrielles ou artisanales, l’économie familiale a automatiquement été inscrite dans le secteur primaire, et vice versa. Pour les deux autres tranches chronologiques (1785-1800 et 1830-1840), les inventaires post-mortem ne reflétaient généralement pas la profession du chef de famille. Dans ces cas-ci, la possession de certains outils textiles (bobinoirs, dévidoirs et métiers à tisser) et le peu de patrimoine rustique ont été utilisés pour inscrire le chef de famille dans le secteur secondaire ou tertiaire. Plus de détails chez Ramos Palencia (2010, chapitre 2).

18 Sur la tenue et le genre, je recommande le livre de Burman et Turbin (2003). En particulier, les chapitres de Hayward “Reflections on Gender and Status Distinction : An Analysis of the Liturgical Textiles Recorded in Mid-Sixteenth-Century London” et de Burman “Pocketing the Difference : Gender and Pockets in Nineteenth-Century Britain”.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4747/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k

Auteur

Professeur au département de Méthodes Quantitatives, Economie et Histoire Economique de l’Université Pablo de Olavide de Séville (UPO). Il enseigne actuellement l’Histoire Economique dans les Facultés de droit et d’Etudes Commerciales, et donne des cours dans le Master Europe, le Monde Méditerranéen et sa diffusion Atlantique. Ses principaux axes de recherche sont l’étude des inégalités économiques et du capital humain dans les sociétés préindustrielles, le rôle des institutions dans l’économie politique classique, les modes de consommation et la culture matérielle, et l’histoire économique du jeu. Il travaille actuellement sur ces projets de recherche : (i) Bien-être et inégalités dans une société préindustrielle : Espagne, 1500-1800. Ministère de l’Economie et de la Compétitivité (ECO2012-38028) ; (ii) Nouveaux produits atlantiques, Science, Guerre, Economie et Consommation dans l'Espagne de l’Ancien Régime. Le cas andalous. 1492-1824. Junta d’Andalousie (P09-HUM-5330). Articles representatifs : Nicolini, E. et Ramos Palencia F. (2010): « A new method for estimating the money demand in pre-industrial economies: probate inventories and Spain in the eighteenth century ». European Review of Economic History 14, p. 145-177; Ramos Palencia, F. (2010): “Azar y Fortuna en España: La Lotería Nacional, 1850-2000”. Investigaciones de Historia Económica 17, p. 149-185; Ramos Palencia, F. (2003): “La demanda de textiles en las familias castellanas del Antiguo Régimen: ¿aumento del consumo sin revolución industrial?”. Revista de Historia Económica, año XXI, Número extraordinario, p. 141-180. Ouvrages représentatifs : Ramos Palencia, F. et Yun casalilla, B. (2012) : Economía Política desde Estambul a Potosí. Valencia : PUV ; Ramos Palencia, F. (2010) : Pautas de consumo y mercado en Castilla, 1750-1850. Madrid : Sílex.

© Presses universitaires de Perpignan, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search