Version classiqueVersion mobile

Consommateurs et consommation

 | 
Nicolas Marty
, 
Antonio Escudero

L’inégalité comme norme : modèles de consommation dans l’Espagne préindustrielle

Belén Moreno Claverías

Résumé

Ce texte constitue une approche de l’histoire des modèles de consommation dans l’Espagne préindustrielle, à partir de résultats obtenus grâce à des recherches personnelles ainsi qu’à la contribution de différents chercheurs. Après une introduction succincte sur l’importance de la demande et de la consommation dans la croissance économique moderne, les principales caractéristiques des sources utilisées dans les études sur la culture matérielle – et notamment les inventaires post-mortem sont définies. Dans une section centrale est analysée l’évolution des modèles de consommation, en prenant en compte chacun de ses facteurs déterminants (le degré d’urbanisation, le revenu, la profession et le genre) et leur incidence sur l’inégalité liée à la consommation. L’importance des techniques de commercialisation et la sociabilité nouvelle dans les changements survenus dans la demande sont de même abordées. Ce texte se conclut par l’introduction du débat sur l’expansion du luxe et de la mode dans l’Espagne du XVIIIe siècle.

Texte intégral

1. L’histoire économique de l’Espagne de l’Ancien Régime du point de vue de la demande et de la consommation

1En 1999, la Junte de Castille-et-Léon a édité un ouvrage intitulé Consommation, conditions de vie et commercialisation, Catalogne et Castille, XVII-XIXe siècles, sous la direction de Jaume Torras et Bartolomé Yun, qui peut être considéré comme la première monographie sur l’histoire des modèles de consommation dans l’Espagne préindustrielle. La majorité des textes qu’elle contient sont orientés vers l’étude des modèles de consommation et de la commercialisation de biens domestiques, tandis que quelques-uns sont en rapport avec la mesure et la comparaison interrégionale des niveaux et de la qualité de vie. L’objectif de cet ouvrage, énoncé dans les premières pages, était de stimuler les travaux autour d’un axe de recherche « porteur d’avenir », de la même façon qu’il démontrait l’impact qu’il avait déjà dans d’autres pays. Depuis lors, nombreux ont été les travaux publiés en Espagne sur ce thème, ainsi que les contributions à des congrès nationaux et internationaux. Nombreux ont été les axes de recherche explorés sur des aspects liés à ce thème. Le caractère synthétique que doit nécessairement présenter ce travail empêche que tous soient cités, il s’agira cependant d’exposer les principales lignes d’analyse et résultats.

  • 1 McKendrick (1982), Roche (1989).

2L’introduction de cette première monographie contient la définition des bases à partir desquelles les recherches relatives à l’histoire des modèles de consommation ont été réparties, à la fois en Espagne et à l’étranger : l’importance de la demande et de la consommation pour expliquer certains changements opérés dans l’histoire économique, importance parfois occultée par le rôle de premier plan qui était traditionnellement prêté à l’offre. B. Yun soulevait la question de la nécessité de comprendre la consommation non pas comme découlant simplement de l’offre (sa quantité, sa variété, son prix …), mais comme un élément conditionné par des variables peu ou non mesurables ou quantifiables telles que les goûts, les modes, la différenciation sociale, les différentes normes de reconnaissance mutuelle… en définitive, des aspects sociaux, culturels, et même politiques qui s’échappaient souvent de l’analyse des dynamiques économiques. Des historiens comme N. McKendrick, avec sa « révolution de la consommation » ou D. Roche, avec sa « révolution des apparences », avaient mis l’accent sur les différentes dimensions de ce phénomène et sur les effets de transformation que les changements dans la demande pouvaient opérer sur l’ordre économique et social.1 Pour comprendre toutes les dimensions de l’importance de la demande dans les origines de la croissance économique moderne, il ne serait pas seulement nécessaire d’analyser l’évolution de la consommation, mais également les mécanismes qui se trouvaient derrière cette évolution : les changements dans le goût, la propension de certains groupes sociaux à consommer certains articles, l’influence du niveau d’urbanisation, le rapport des économies domestiques avec le marché, le niveau de culture, la provenance et la régularité des revenus familiaux, le genre, etc.

  • 2 McKendrick (1982), p. 9.
  • 3 Hoskins (1953), Thirsk (1978), Weatherill (1988), Shammas (1990), Levi (1996).
  • 4 Torras et Yun (dirs.) (1999), p. 19.

3La chronologie et l’intensité des changements dans les modèles de consommation avant la révolution industrielle en Espagne ont été des facteurs importants pour une partie des travaux inclus dans cet ouvrage, et pour ceux qui ont suivi. De nombreux auteurs se sont demandé s’il était possible de détecter la « révolution de la consommation » de McKendrick, c’est-à-dire, “the necessary analog to the industrial revolution, the necessary convulsion on the demand side of the equation to match the convulsion on the supply side”, dans les milieux géographiques objets de leur étude.2 Ainsi que l’avaient précédemment indiqué d’autres auteurs (Hoskins, Thirsk, Weatherill, Shammas, Levi…)3, certains chercheurs espagnols avaient déjà dénoncé dans cet ouvrage la fragilité temporelle et spatiale du concept de « révolution de la consommation » consacré par McKendrick au XVIIIe siècle. B. Yun faisait ainsi référence à cette question dans l’introduction de cette première monographie : « certaines des transformations des modèles de consommation commencent avant le XVIIIe siècle et ont un caractère cumulatif et plus saccadé selon les époques, les territoires, et peut-être, les produits ou les segments de la demande ».4

  • 5 Les contributions à ce congrès ont été publiées dans un numéro extraordinaire de la Revue d’Histoir (...)
  • 6 De Vries (2009), p. 95 et 101.
  • 7 Marfany (2012), Moreno Claverías (sous presse).

4En septembre 2001, lors du VIIe congrès de l’Association espagnole d’Histoire Economique (Université de Saragosse), a été tenue une séance plénière sur les modèles de consommation entre 1550-1850, durant laquelle, de nouveau, un débat sur l’étude des modèles de consommation a été soulevé, dans une perspective plus large orientée vers l’explication des origines de la croissance économique moderne.5 Ses coordinateurs, J. Torras et B. Yun, versaient aussi au débat les arguments de Jan De Vries sur la « révolution industrieuse », c’est-à-dire, l’augmentation du travail des familles orienté vers le marché, avec pour but une consommation plus grande, de biens plus nombreux et de meilleure qualité. Cette thèse, qui a été et qui est toujours largement discutée, a contribué à situer dans un lieu central la demande de biens de consommation, lorsqu’il s’est agi d’expliquer les origines de la croissance économique moderne. L’intensification du travail des familles dans certaines régions européennes durant le XVIIIe siècle répondrait, selon De Vries, au désir d’acheter plus de biens de meilleure qualité sur le marché, au détriment de ceux fabriqués dans un cadre domestique. Ces désirs stimuleraient, comme la « révolution de la consommation », la croissance et la diversification de l’offre. Le « comportement industrieux », selon De Vries, serait allé au-delà de l’intensification des efforts de production des membres des familles, car il poursuivait une finalité qui transcendait la simple survie.6 Ces auteurs se demandaient déjà si cette augmentation du travail pouvait cependant correspondre à d’autres facteurs – comme la pure nécessité, dans un contexte de croissance démographique et d’augmentation et de monétisation des charges fiscales –. dans ces cas-là, on ne pourrait pas déjà parler de « révolution industrieuse », mais plutôt de simple « intensification du travail », si commune chez les familles avec peu de terre et de capital, à différentes époques et dans différents endroits. Certains des travaux réalisés dans différentes zones de la catalogne vont dans ce sens.7

  • 8 Muñoz (éd.) (2011).
  • 9 Veblen (1987).
  • 10 Yun (2011), p. 10-11.

5Douze ans après la première œuvre collective sur la consommation en Espagne, B. Yun est à nouveau intervenu par l’intermédiaire de l’introduction de l’ouvrage édité par D. Muñoz.8 L’objectif de cet ouvrage était précisément d’exprimer les progrès réalisés pendant la dernière décennie dans l’historiographie espagnole sur la consommation, en prenant comme référence la monographie de 1999. Dans cette introduction, Yun souligne l’un des changements survenus dans l’histoire des modèles de consommation durant ces dix années : le renforcement du social, de la sociabilité et de la culture en tant que facteurs du développement économique. D’après lui, la crise traversée par l’histoire économique a encore plus renforcé cette perspective. Il va plus loin en affirmant que l’histoire de la consommation a été l’une des causes de cette crise, et en même temps l’une des causes de la force que l’on décèle aujourd’hui dans l’histoire économique. Le poids gagné par la perspective culturelle et sociale dans l’explication de l’économie – et de la consommation – est toujours plus grand. dans la lignée des auteurs mentionnés précédemment (Roche, McKendrick), et d’autres, comme Veblen,9 il insiste sur l’importance du rôle de la culture dans la configuration des modèles de consommation, et il souligne la part d’irrationalité économique dans les processus culturels, l’influence de la mode et de l’émulation comme facteur créateur d’identités, et surtout, comment les dépenses, et par conséquent, la demande, ne découlent pas toujours d’un calcul coût-bénéfice basé uniquement sur l’utilité économique.10

2. Les sources de l’étude des modèles de consommation : les inventaires post-mortem et les sources complémentaires

  • 11 Les différences régionales dans les inventaires post-mortem, de même que leurs avantages et leurs l (...)
  • 12 Yun (1999).

6La majorité des travaux sur l’histoire des modèles de consommation a été fondé sur l’exploitation systématique des inventaires après décès. Ces listings de biens meubles, immeubles et rentes qui constituaient les patrimoines des familles sont très similaires en tous points, bien qu’il soit également certain qu’ils présentent certaines particularités dues, surtout, au droit civil en vigueur dans chaque zone. Cela conditionnait les raisons de leur rédaction, le type d’informations fournies et même la façon dont ils sont rédigés. La différence la plus importante entre certains inventaires et d’autres, bien que ce ne soit pas la seule, est celle relative à la taxation des biens.11 Là où l’héritage unique et indivisible prédominait, comme en catalogne, il manque l’évaluation monétaire des biens mentionnés dans les inventaires, contrairement aux inventaires castillans, andalous (et français ou anglais) de la même époque. Comme le note Yun, les évaluations monétaires permettent de comparer le budget des familles consacré à chaque catégorie de biens (outils de travail, articles textiles, ustensiles domestiques, etc.), mais leur absence ne constitue pas une limitation importante dans l’analyse des modèles de consommation. Au contraire, comme le démontrent un grand nombre des travaux existants, le recensement de la quantité de produits en fonction des catégories sociales et des périodes est très utile pour connaître les changements opérés dans la consommation sur le long terme.12 Les chercheurs qui travaillent avec des inventaires sans évaluations monétaires classent en général les individus de leurs échantillons en fonction de leur patrimoine immeuble, et plus particulièrement, de la quantité de terre possédée – variable fondamentale dans une société principalement agraire – ou de leur profession.

  • 13 Yun (1999), p. 30-31.

7Avec ou sans évaluation monétaire, les avantages de cette source pour l’étude de la culture matérielle et des modèles de consommation font l’unanimité. aucune autre source ne permet ainsi d’entrer dans les maisons de l’époque, et d’analyser quels espaces les constituaient, quelles sortes d’objets se trouvaient à l’intérieur, et de quel type de revenus disposait la famille : revenus de la terre et de l’élevage, de la pratique d’un métier ou du commerce, ou du prêt de capitaux avec des intérêts (les dettes attendant d’être encaissées – à la différence de celles attendant d’être payées – sont toujours détaillées, de même que les redevances et d’autres formes de crédit). L’existence de cette source dans de nombreux lieux et durant plusieurs siècles permet de comparer la consommation et la culture matérielle de zones avec des économies différentes et à des époques différentes, des questions qu’il serait, selon B. Yun, difficile de trancher avec d’autres méthodes.13 Aucune autre source ne permet de classer les différents modèles de consommation, de culture matérielle ou de style de vie, en fonction de la richesse, du métier, du lieu de résidence, de la condition sociale… Et, surtout, aucune autre source ne permet de voir « de l’intérieur » l’introduction et la propagation de nouveaux articles dans les foyers, la chronologie de cette expansion, et les groupes sociaux les plus sensibles aux nouvelles consommations.

  • 14 Sur les limites des inventaires, voir : Yun (1999), p. 27-40 ; Lencina Pérez (1999), Moreno Claverí (...)
  • 15 Voir Yun (1999), p. 36-37. Ramos Palencia (2011, p. 26), par exemple, affirme que croiser les infor (...)
  • 16 De Vries (1993).
  • 17 Définitions du Dictionnaire de la Real Academia Española (2000).
  • 18 Moreno Claverías (2003).
  • 19 Yun (1999), p. 37-38.
  • 20 Eiras Roel (1980), p. 15.

8Or, les inventaires, extraordinairement riches de par l’information qu’ils apportent – ce qui les rend difficiles à manier – présentent quelques limites qu’il est nécessaire de compenser en utilisant d’autres sources complémentaires. Etant donné que les points faibles des inventaires ont été largement commentés ailleurs,14 nous distinguerons ici ceux que nous considérons être les plus importants. En premier lieu, les groupes sociaux avec les revenus les plus conséquents sont mieux représentés dans les inventaires que les autres. La rédaction de l’inventaire coûtait de l’argent, raison pour laquelle elle était évitée lorsque les biens à partager étaient peu nombreux. Ce biais en faveur des groupes sociaux avec un plus grand pouvoir d’achat peut expliquer le manque de concordance que certains auteurs – comme De Vries – ont constaté entre l’évolution des salaires (à la baisse) et de la consommation (à la hausse, d’après les inventaires). Cependant, cette limite importante n’affecte pas avec la même intensité les inventaires réalisés dans toutes les régions. Dans le cas de la catalogne, par exemple, elle est atténuée par les caractéristiques mêmes du droit civil : les veuves entraient souvent en conflit avec l’hereu (le plus souvent le premier-né des garçons), car tandis qu’elles avaient l’usufruit des biens du mari jusqu’à leur mort, l’héritier était impatient d’avoir la pleine possession de son héritage, qu’il soit important ou modeste. Pour cette raison, de nombreuses veuves demandaient qu’un inventaire soit rédigé afin de sauvegarder le peu de choses qui pouvaient garantir leur survie (l’usage du logement, les meubles, les ustensiles domestiques, les outils de travail, les tonneaux, etc.). D’où le fait que les inventaires appartenant aux familles humbles et très humbles (journaliers sans terre, petits artisans, petits propriétaires agricoles) ne sont pas rares en catalogne. Dans tous les cas, le recours à l’examen de sources complémentaires, notariales (ventes aux enchères, contrats de mariage, etc.) et/ou fiscales (comme le cadastre) est opportun pour compenser cette limite, en particulier là où le biais en faveur des groupes sociaux avec un plus grand pouvoir d’achat semble être le plus marqué.15 En second lieu, les inventaires sont des photographies prises à un instant donné et, en tant que telles, elles sont – comme l’a noté De Vries en 1993 – structurellement incapables de montrer les flux.16 Il s’agit sans doute de la limite la plus importante de cette source. Elle ne montre pas la consommation dans son acception la plus traditionnelle d’« action et effet de consommer des denrées alimentaires et d’autres sortes de vie éphémère », mais comme le stock de produits à la disposition de la famille. Elle ne reflète pas non plus les revenus (salaires, bénéfices issus du commerce, revenus occasionnels émanant de la terre ou de l’argent), mais le patrimoine (fait de biens meubles, immeubles et de rentes fixes). Il faut partir de définitions plus larges des mots « consommation » (comme « phénomène social d’acquisition et d’usage de biens économiques et de services ») et « consommer » (« utiliser un produit pour satisfaire une nécessité réelle ou imaginée »).17 Dans cette perspective, il est possible d’analyser la relation de chaque famille avec les objets dont elles ont le plus besoin pour la vie quotidienne (les outils de travail, la production réservée à l’alimentation, le mobilier et la garde-robe les plus basiques) de même que ce que l’on appelle consommation ostentatoire (par la présence d’articles textiles de qualité, objets en or et argent, montres, miroirs, lustres de cristal, tapisseries, etc.) et consommation culturelle (livres, tableaux, sculptures, globes terrestres, cartes, etc.).18 Pour avoir une image plus juste des flux, B. Yun propose d’utiliser les budgets des familles (« livres de comptes ») et les comptes de curateur où sont enregistrées les dépenses d’entretien des mineurs sous la tutelle d’un proche ou d’un voisin19, pour ce qui se rapporte à la consommation et à la culture matérielle. Pour ce qui touche à la situation économique de départ de la famille, et qui permettra ensuite telles ou telles consommations, il faut se contenter de prendre comme indicateur les possessions – en particulier les immeubles, les revenus, et les objets de valeur –, bien qu’il ne soit pas possible de les quantifier.20 Et afin de compenser cette limite, même en partie, il est possible d’avoir recours aux sources fiscales, comme le cadastre là où il est conservé, qui permet d’avoir non seulement des références au patrimoine, mais aussi le volume de revenus annuels.

  • 21 Torras, Duran y Torra (1999).
  • 22 García Fernández (1999). Voir aussi García Fernández et Sobaler (2012).

9De fait, certaines des sources complémentaires aux inventaires, comme le sont les contrats de mariage, les ventes aux enchères, les inventaires des magasins, les livres de comptes, le cadastre et d’autres sources fiscales, la comptabilité privée des marchands et les témoignages des personnes de l’époque sur les conditions de vie et les changements dans les coutumes, ont parfois été utilisées par elles-mêmes – sans que l’on ait besoin des inventaires – pour avoir une approche rigoureuse de la transformation opérée dans les modèles de consommation. Par exemple, certains travaux se sont basés sur l’examen détaillé des dots (composées du trousseau, des bijoux, de l’argent en espèces, et dans certains cas, des biens immeubles) pour arriver à des conclusions similaires à celles obtenues au moyen d’inventaires post-mortem. Les trousseaux de la jeune mariée décrits de façon détaillée dans les contrats de mariage ont servi à analyser l’évolution sur le temps long de la consommation d’articles textiles. Par exemple, J. Torras, M. Duran et L. Torra ont analysé 222 contrats de mariage de la localité catalane d’Igualada entre 1600 et 1800, et en ont conclu que le changement de tendance dans la consommation – plus grandes variété et quantité de vêtements – semble se situer dans la seconde moitié du XVIIe siècle.21 de son côté, M. García Fernández constate, à partir de l’examen de 315 dots de la ville de Valladolid entre 1700 et 1850, l’existence sur la continuité de certains modèles de consommation, bien qu’il y ait certains changements qualitatifs substantiels dans les habitudes de vie et dans la pratique de la demande des familles à compter de la fin du XVIIIe siècle. L’auteur parvient aux mêmes conclusions que celles que l’on peut atteindre avec les inventaires après décès, à savoir, que la consommation de biens durables ou semi-durables s’articule autour du revenu et du patrimoine (les femmes riches apportaient des articles textiles plus nombreux et de meilleure qualité dans le ménage que les femmes pauvres, bien que proportionnellement, les valeurs les plus grandes se concentraient sur les biens immeubles, les bijoux et l’argent).22

  • 23 Duran (2003), Bibiloni (2011), Muñoz (2012).

10Les sources fiscales – concrètement, le recouvrement des impôts de la Bolla – ont par exemple été utilisées par M. Duran pour analyser l’offre et la consommation de tissus durant la seconde moitié du XVIIe siècle et pour vérifier l’accroissement de la consommation de draps de qualité. A. Bibiloni a observé, également grâce à ces sources fiscales, l’augmentation des importations de tissus en lin et en coton à Majorque à partir du dernier tiers du XVIIe siècle, un indicateur du changement dans les modèles de consommation. Et ce sont également des sources fiscales – en particulier le recouvrement de l’impôt du tall – qui ont permis à D. Muñoz de montrer la hausse de la demande de marchandises textiles dans la ville de valence à partir de 1670.23

3. L’évolution des modèles de consommation dans l’Espagne préindustrielle et ses facteurs déterminants (le degré d’urbanisation, le revenu, la profession et le genre)

  • 24 Voir, entre autres, Torra (1999) et (1997), Ramos Palencia (1999), Hoyo et Maruri (2003), Rosado (2 (...)

11Tous les travaux sur l’évolution des modèles de consommation dans l’Espagne des XVIIe et XVIIIe siècles s’accordent sur le fait que l’on a assisté à une croissance de la consommation, en particulier des articles textiles. La quantité d’articles pour habiller le corps et décorer la maison n’a pas seulement augmenté, mais la variété et la qualité des marchandises se sont également multipliées. La prolifération des marchandises en coton (les indiennes), en particulier, ressort. Leur présence dans les inventaires des foyers et des « boutiques de tissus » se remarque dès la seconde moitié du XVIIe siècle dans certaines régions, tendance qui s’est – accentuée dans les deux siècles suivants.24 La forte impulsion initiée par l’industrie catalane du coton à cette époque a contribué, du point de vue de l’offre, à cette expansion de la consommation d’articles en coton sur tout le marché espagnol, à laquelle s’ajoutaient les produits étrangers lorsque la législation sur le commerce le permettait.

  • 25 Moreno Claverías (2007), Ramos Palencia (2010).

12Bien que la consommation d’articles textiles ait été celle qui a suscité le plus d’intérêt chez les chercheurs espagnols, l’augmentation d’autres types de biens dans les foyers a également pu être constatée pendant les XVIIe et surtout XVIIIe siècles, tels que, par exemple, des meubles, de la décoration et de l’éclairage, des œuvres d’art, de la verrerie, de la vaisselle, etc. cette croissance peut être étendue à d’autres produits ayant une vie éphémère, tels que le chocolat, le café et le tabac.25

13Or, il faut se demander si cette augmentation de la croissance a affecté tout le monde de la même façon. les résultats des recherches s’accordent sur le fait que cette croissance a été très inégale, et que tandis que les conditions de vies de quelques-uns se sont beaucoup améliorées, celles de la plus grande partie se sont faiblement améliorées, et à un rythme moindre. Cela a eu pour conséquence l’augmentation du fossé d’inégalités entre les uns et les autres. Les familles qui ont le plus bénéficié de la transformation des modèles de consommation partageaient des caractéristiques communes : elles disposaient de revenus considérables (qui provenaient souvent à la fois de la possession d’un grand patrimoine immobilier et de l’exercice d’activités commerciales) ; elles résidaient dans un centre urbain ; elles entretenaient de solides relations avec le marché, et avaient un certain accès à la culture (et avec lui, au pouvoir). Au contraire, celles qui en ont le moins bénéficié ont été les familles rurales, avec des revenus bas et éloignées des centres d’échange d’importance. tous les auteurs s’accordent pour dire que la « modernisation » des modèles de consommation s’est produite dans les villes avant de se produire dans les campagnes, chez les classes moyennes et élevées avant les basses, dans les catégories sociales ayant des relations étroites avec le marché avant celles dans lesquelles l’économie d’autosubsistance était la plus importante.

14L’incidence du degré d’urbanisation dans les modèles de consommation est bien connue. T. Veblen affirmait déjà à la fin du XIXe siècle que

  • 26 Veblen (1988), p. 90.

« la consommation est un élément plus important dans le mode de vie de la ville que dans celui de la campagne ».26

  • 27 Moreno Claverías (2006a).

15Les habitants des villes n’étaient pas seulement proches des nouveautés, des magasins et des nouvelles méthodes de promotion des produits, ils étaient également plus proches les uns des autres, ce qui rendait la « transmission » des goûts ou l’émulation beaucoup plus simples que dans les petites agglomérations rurales, dans lesquelles le contrôle social était, de plus, beaucoup plus grand (comment imiter la façon de s’habiller des bourgeois quand tout le monde sait qui vous êtes en réalité ?).27 Cette distinction entre les coutumes et l’apparence extérieure en fonction du lieu de résidence (campagne/ville) n’a pas échappé aux contemporains de l’époque. Par exemple, Francisco de Zamora affirmait à la fin du XVIIIe siècle que, tandis que

  • 28 De Zamora (1973), p. 463-464.

« les coutumes dans les villages et les maisons des cultivateurs sont innocentes, simples et naturelles », dans la ville (il faisait référence à Barcelone) « on pense uniquement à bien s’habiller, surtout les jours de fête, à briller dans les grandes occasions, à passer ses journées à se divertir et à chercher à se distinguer de ceux de sa classe. »28

  • 29 García et Yun (1997), p. 279. Les études de F. Ramos confirment ce fait dans la même région : les p (...)

16Dans la même ligne que McKendrick, Roche, Weatherill et Shammas, entre autres, de nombreux auteurs espagnols ont mis l’accent sur les effets du degré d’urbanisation sur les modèles de consommation. en 1997, M. García et B. Yun ont observé ce phénomène dans la castille des XVIIIe et XIXe siècles. Ils soutenaient que même à des niveaux de richesse identiques, « la consommation était plus grande dans une société urbanisée que dans une société rurale. » dans les villes, avec des marchés singulièrement plus concentrés, les coûts de distribution des produits étaient beaucoup plus bas. de plus, c’est dans les centres urbains que se sont implantés en premier les magasins fixes et les formes les plus efficaces de promotion des produits dont les principaux clients étaient les classes moyennes, minoritaires dans les zones rurales.29

  • 30 Moreno Claverías (2006b) et (2010).
  • 31 Sombart (1979), p. 63-64.

17Les familles rurales de la fin du XVIIIe siècle consommaient plus que celles de la fin du XVIIe siècle, mais bien moins que les familles des villes de la même époque. Cela ne signifie pas que la campagne soit restée en marge des changements survenus dans la demande (et dans l’offre). Les articles arrivaient surtout grâce au marché hebdomadaire, aux rares magasins fixes qui existaient dans l’agglomération la plus proche, et aux colporteurs, qui arrivaient avec leurs produits jusque dans les hameaux les plus isolés. Cependant, le rythme d’accès à la nouveauté était plus lent, les opportunités d’acheter moins cher plus rares (le marché de seconde main avait une plus petite envergure que dans les villes, en termes de volume de produits proposés, et de fréquence) et surtout, l’intérêt pour l’achat d’articles qui, à la campagne, ne servaient pas à se faire valoir socialement, était moindre.30 Plusieurs recherches ont montré la tendance des familles de la campagne à acheter des articles traditionnels (ainsi, leur propension à accumuler des draps et d’autres articles textiles pour le foyer est évidente) et des biens servant à accroître leur production (têtes de bétail, outillage agricole, tonneaux et presses pour le vin, etc.). Comme l’a relevé Sombart, dans les petits centres agraires, la richesse de la famille pouvait être exprimée au travers d’autres moyens distincts des biens de consommation, comme les têtes de bétail ou l’accumulation d’objets traditionnels.31

  • 32 Bartolomé et García (dirs.) (2012), p. 10-11.

18J. M. Bartolomé et M. García résument graphiquement, dans l’introduction de l’ouvrage collectif qu’ils ont dirigé en 2012, l’incidence différente des nouveaux modes de consommation à la campagne et dans les grandes villes. Ils affirment qu’un premier ensemble d’apports à cette monographie montre comment les freins au développement commercial, le manque de liquidités et les obstacles de nature culturelle (les préférences campagnardes pour certains biens concrets : terre, bétail, produits agraires) ont ralenti le processus d’acquisition de nouveaux produits dans de nombreuses zones rurales de la Péninsule Ibérique durant le XVIIIe siècle. En revanche, un second groupe montre l’intensité de la dynamique de consommation dans les villes – dans ce cas, Madrid et Valence – à la même époque. Ils attribuent cette intensité non seulement à l’accroissement du pouvoir d’achat, mais aussi au développement du commerce au détail et, fondamentalement, à la génération et à la généralisation de nouveaux besoins de consommation qui ont modifié l’apparence des individus.32

  • 33 Sur le taux de dépréciation et les rythmes de renouvellement des biens durables et semi-durables, v (...)

19En ce qui concerne l’influence du revenu sur les modèles de consommation, il va de soi que ceux qui avaient le plus de revenus avaient davantage de possibilités de consommer plus, et de meilleures choses que ceux qui avaient des revenus plus faibles. Une bonne partie de la population de l’Espagne préindustrielle – principalement agraire et avec un revenu faible – avait des difficultés sérieuses pour survivre, raison pour laquelle la demande de produits manufacturés était plus faible que dans d’autres régions européennes avec un revenu moyen plus grand. De fait, cette fragilité de la demande a été considérée comme l’un des facteurs clé qui expliqueraient le retard relatif avec lequel le processus d’industrialisation s’est affirmé en Espagne. Cela ne doit cependant pas suggérer une conception immobiliste des modèles de consommation. La tendance, comme le montrent toutes les études, est que les familles – il est vrai, certaines plus que d’autres – ont tendu à consommer plus et de meilleures choses, en même temps que la durée de vie moyenne des articles se réduisait, lentement mais sûrement (c’est-à-dire que les biens usés – en particulier les textiles – étaient toujours plus fréquemment remplacés par des neufs).33

  • 34 Sempere y Guarinos (1788), pp. 160-164.
  • 35 Moreno Claverías (2007).
  • 36 Weatherill (1987), p. 191-194 et Shammas (1990), p. 104-111. Yun aborde cette question dans (1999), (...)

20Doit-on cependant uniquement attribuer la hausse de la consommation d’articles manufacturés à l’augmentation du revenu ? Il semblerait que non, du moins dans les sociétés agraires préindustrielles. En premier lieu, car le même revenu peut se traduire par une structure de dépense complètement différente en fonction du lieu et du mode de vie, et du type de besoins devant être satisfaits. C’est ce qu’affirmait J. Sempere y Guarinos en 1788 : « ce ne sont pas seulement les revenus qui forment la richesse, mais aussi leurs relations avec les besoins de ceux qui les possèdent. Avec quatre-cents ducats, un homme célibataire d’un petit village pourra être riche : et avec quatre mille, un Madrilène marié, avec une famille, des maladies, des procès, des consultations médicales, et d’autres malheurs, sera pauvre ».34 Ensuite, parce que la structure de dépenses de la famille était conditionnée par des aspects culturels et sociaux. les inventaires des agriculteurs grands propriétaires de l’époque en constituent une bonne preuve : s’il est certain qu’ils avaient plus de biens, et de meilleure qualité, que les agriculteurs avec peu de terre, le fait qu’ils étaient beaucoup plus austères que les membres des classes moyennes urbaines l’est également, alors que ces derniers disposaient d’un revenu considérablement plus faible. N’importe quel notaire ruiné d’une petite ville disposait de plus de « frivolités » que de nombreux riches agriculteurs : perruque, casaque, montre-bracelet, tables de jeu, lustres de cristal, tapis, livres, objets d’art… c’est-à-dire qu’il existait différentes préférences, différentes stratégies de consommation, différentes formes de promotion sociale. tandis que certains optaient pour l’acquisition d’articles solides et durables, grâce à l’épargne et à l’investissement dans des biens immobiliers à transmettre à leurs fils, d’autres préféraient utiliser leur argent pour vivre le plus confortablement possible, pour être « à la mode » et s’endetter, si nécessaire, pour apparaître tels qu’ils étaient ou qu’ils prétendaient devenir.35 Différentes études – tant en Espagne qu’en Europe Occidentale – ont démontré que le revenu était un facteur « rendant possible » une consommation plus grande et plus variée, mais qu’il n’était pas le facteur qui déterminait les différents modes de consommation. Les variables culturelles, professionnelles ou de proximité du marché semblent avoir un poids plus grand.36

  • 37 Moreno Claverías (2003) et (2007).
  • 38 Voir par exemple, Maruri (1999), Moreno (1999), Cruz (2003), Bartolomé (2011).

21Il a en effet été fréquemment affirmé que la catégorie socio-professionnelle dans laquelle se situait la famille était un facteur plus déterminant que le revenu dans la configuration des modèles de consommation sous l’ancien régime. La consommation semblait être plus socialement segmentée que hiérarchisée en fonction des niveaux de revenu, ce qui est dû au poids des règles de reconnaissance mutuelle dans une société qui ne s’était pas encore complètement défaite de son caractère de classes. Les études portant sur les modèles de consommation en catalogne entre 1670 et 1790 montrent l’existence de différentes stratégies de consommation qui semblent correspondre à différents groupes sociaux-professionnels. ces différentes façons de consommer pourraient être simplifiées ainsi : une partie de la population consommait « peu de peu », c’est-à-dire, une faible quantité de peu de sortes de biens (dont feraient partie les journaliers et les petits paysans propriétaires) ; d’autres consommaient « beaucoup de peu », autrement dit, une grande quantité de quelques biens traditionnels (les paysans avec des propriétés grandes ou moyennes, qui avaient tendance à accumuler en particulier des articles textiles pour le foyer) ; d’autres consommaient « peu de beaucoup », c’est-à-dire une faible quantité d’une grande variété de biens, la plupart d’entre eux étant une imitation bon marché d’articles nouveaux ou de luxe tels que les montres, certains vêtements, des objets décoratifs pour la maison, etc. (on trouvait ici les artisans prospères et les commerçants) et, enfin, certains consommaient « beaucoup de beaucoup », autrement dit une importante quantité d’une grande variété de biens (l’élite bourgeoise, issue tant des lettres que du commerce, de même que les prêtres, qui étaient habituellement à l’avant-garde des goûts nouveaux). Les juges, docteurs en médecine et en droit, les hauts dignitaires publics, les grands commerçants-banquiers et prêtres – la majorité d’entre eux ayant des revenus importants provenant de l’argent, de la terre et de l’exercice de leur profession – ont été les protagonistes de la transformation des modèles de consommation. Ils ont également été les premiers à accueillir et à propager les modes nouvelles – provenant souvent de France – et à consolider les nouvelles formes de sociabilisation.37 Diverses études ont démontré l’importance du rôle joué par la bourgeoisie naissante dans la stimulation de la consommation à usage domestique qui aurait été à la base du développement industriel.38

  • 39 Jones (1996), p. 35-36.
  • 40 Roche (1989), p. 480. La valeur moyenne des garde-robes masculines était de 17 livres, contre 15 po (...)

22Certains auteurs ont mentionné l’importance qu’ont eue les femmes dans la propagation des goûts nouveaux et la transformation des modèles de consommation. A la fin du Dix-huitième siècle certaines théories ont émergé, permettant d’expliquer l’attraction prétendument ressentie par les femmes pour les frivolités et les nouveautés. Pour certains auteurs illustres, les capacités sensitives féminines feraient des femmes des sujets très vulnérables aux objets agréables et frivoles, et, par conséquent, en feraient des consommatrices potentielles de ces objets, dans une plus grande mesure que les hommes.39 Certaines études empiriques ont confirmé cette interprétation. Selon D. Roche, par exemple, les femmes ont été les protagonistes incontestables de ce goût nouveau pour l’accumulation d’objets somptueux, qui est né à Paris au XVIIIe siècle. elles ont été, dans toutes les catégories sociales, celles qui ont fait circuler les objets nouveaux et les nouvelles valeurs des consommations superflues : « institutrices de sensibilité, elles sont déjà les vitrines de l’homme. » cependant, en dépit de cette propension supposée à la consommation de nouveaux articles, le même auteur constate que la valeur économique des vêtements masculins et féminins dans les classes populaires parisiennes – autrement dit celles qui étaient majoritaires – était très similaire, avec un léger avantage pour le vestiaire masculin.40

  • 41 Weatherill (1986), p. 151.
  • 42 Moreno Claverías (2004).

23L. Weatherill analyse les modèles de consommation des femmes anglaises entre 1660 et 1740 grâce aux inventaires, et il parvient à la conclusion qu’en dépit de petites différences entre la consommation des femmes et des hommes, celles-ci sont trop subtiles pour évoquer l’existence d’une sous-culture féminine, et que, parmi les classes populaires, l’influence du statut, la richesse et la profession étaient plus importants que le genre.41 Les études de ce type sont très rares en Espagne. L’analyse des inventaires post-mortem, des ventes aux enchères et autres sources complémentaires des femmes de Barcelone et de la région agraire du Penedès donne lieu aux conclusions suivantes : premièrement, la majorité des femmes – pauvres et résidant dans des milieux agraires – n’ont pas pu se consacrer à l’embellissement de leur foyer et de leur personne à la façon des bourgeois, tout d’abord parce qu’elles ne pouvaient pas se le permettre, et ensuite parce que les goûts bourgeois n’étaient pas encore universels. Deuxièmement, le degré d’autonomie des femmes dans l’Espagne préindustrielle pour agir en tant que sujets économiques était très réduit, et il était délimité par le droit civil. Les femmes devaient avoir l’autorisation expresse du mari, père ou frère, pour effectuer des transactions économiques d’importance, et pour gérer l’argent, y compris la majorité des femmes bourgeoises, qui n’avaient pas l’autonomie suffisante pour faire des achats d’importance. L’analyse des ventes aux enchères montre que la majorité des acquéreurs étaient des hommes et qu’ils étaient – dans tous les cas – ceux qui achetaient les produits les plus chers et sophistiqués. Troisièmement, les objets « superflus » ou « frivoles » qui se généralisaient dans les foyers des classes moyennes et hautes des villes étaient aussi voire plus abondants dans les inventaires masculins que dans les féminins. Ceux-ci disposaient habituellement de plus de vêtements, de plus de chaussures et de plus d’ornements à usage personnel. Enfin quatrièmement, la culture de l’individualité, la revendication de l’individu sur la famille qui s’est développée dans les villes durant le XVIIIe siècle et plus particulièrement pendant le suivant, était toujours étrange dans les milieux ruraux, les comportements relatifs à la consommation répondaient donc à une logique plus familiale qu’individuelle.42

4. L’importance des techniques de commercialisation et de la sociabilité nouvelle dans les changements de la demande

  • 43 Muñoz (2011).

24Les changements dans les modèles de consommation sont survenus parallèlement à la transformation des techniques de commercialisation et de la sociabilité. Comme le remarque D. Muñoz, il n’est pas possible d’aborder des questions telles que la « révolution de la consommation » ou la « révolution industrieuse » sans s’interroger sur les changements dans le processus de distribution qui ont permis de stimuler cette demande nouvelle. L’intensification du trafic commercial de gros au niveau international s’est accompagnée d’une série de transformations des systèmes de vente au détail, autrement dit, la vente ambulante (foires, marchés, camelots), le commerce d’occasion, la vente directe par des maîtres artisans, et les systèmes de vente fixes (magasin ou « boutique »). l’auteur, qui analyse l’évolution des systèmes de vente dans la ville de valence au XVIIIe siècle, soutient qu’il existe de grandes similitudes avec ce qui se passait dans toute l’Europe occidentale, parmi lesquelles on peut noter l’augmentation du nombre d’établissements de vente en réponse à une demande plus large et au renforcement progressif des systèmes de vente fixe, tant de denrées périssables (alimentation, tabac, café, etc.) que de biens durables et semi-durables (textile, céramique, mobilier, etc.). Les magasins – et plus particulièrement ceux spécialisés dans la vente de tissus – présentaient une offre toujours plus diversifiée et stimulaient la consommation grâce au crédit à la consommation et au développement de nouvelles techniques de marketing.43

  • i Boutiques de tissus.
  • 44 Torra (1997).
  • ii Commerçant.
  • 45 Torra (2003).

25L Torra avait déjà attiré l’attention sur l’importance que les botigues de telesi ont eue dans la transformation des modèles de consommation dans la catalogne des XVIIe et XVIIIe siècles.44 Ces établissements offraient une variété toujours plus grande de tissus (beaucoup d’entre eux étaient importés, lorsque les tarifs douaniers ne l’empêchaient pas), de qualités et de prix. Cette augmentation et la diversification de l’offre ont été accompagnées par l’importance du crédit à la consommation, qui a facilité la diffusion de la demande. Cela est démontré par l’énumération des clients avec des dettes en cours de paiement au moment de la rédaction de l’inventaire du botiguerii. Ces listings suggèrent l’existence d’une clientèle stable et bien enracinée, majoritairement des générations des mêmes familles de professionnels libéraux et de commerçants, auxquelles se sont ajoutés les secteurs les plus dynamiques de l’artisanat urbain.45

  • 46 Dávila (1999).

26R. M. Dávila, de son côté, s’est attaché à analyser le commerce au détail dans la ville de Valladolid entre 1750 et 1870. Les magasins fixes ne se sont pas seulement multipliés (ils sont passés de 192 à 379 entre 1752 et 1852), ils se sont également modernisés et spécialisés. Ce processus s’est traduit par la transformation physique des échoppes, notamment à partir de 1840. La maison-boutique, dans laquelle les espaces domestiques et commerciaux étaient à peine séparés, et qui n’était pas spécialisée (vente de différentes sortes d’articles), est progressivement remplacée par le magasin spécialisé, qui utilise les vitrines et la publicité (sur les façades et dans la presse) pour promouvoir ses articles.46

  • 47 Cruz (1994).

27L’apparition de nouvelles modalités de sociabilité a accompagné les innovations dans le monde du commerce – les magasins sont souvent devenus des lieux de réunion – et la transformation des modèles de consommation. J. Cruz, dans ses études sur la ville de Madrid au XVIIIe siècle, voit des preuves de cela dans la démocratisation de la réunion entre amis et des rencontres en plein air, des visites et des salons, dans l’éclosion de la presse et le développement du marché de l’art.47

  • iii Sortes de visites longues et ennuyeuses.
  • iv Miroirs avec appliques pour bougies.
  • 48 Curet (1952), p. 300-320.

28Les actes sociaux ont acquis une dimension importante dans les maisons bourgeoises, qui disposaient d’espaces exclusivement réservés à ce type d’actes. Dans la Barcelone de la seconde moitié du XVIIIe siècle, par exemple, le « hall d’entrée » (avec des sièges sur lesquels faire attendre les visiteurs et des tableaux sur les murs) remplaçait « l’entrée » de la majorité des maisons (dans lesquelles on entreposait habituellement les outils agricoles). La « tribune », dans laquelle les dames recevaient les visiteurs, était une autre pièce typiquement bourgeoise. Cette pièce était décorée avec des meubles luxueux (tables de jeu, tapis, fauteuils à bras, tabourets, canapés, miroirs) et des ornements de toutes sortes (rideaux, lustres de cristal, tableaux et sculptures). Les réunions entre amis et les visitonesiii, sortes de socialisation à la mode chez les classes citadines élevées de l’époque, se tenaient dans la tribune et dans la « pièce principale », décorée de la même façon. Les attraits du visitón – l’équivalent de la « grande soirée » française-, étaient la « fête » (danse), les « rafraîchissements » (chocolat, café, gâteaux, etc.) et le jeu (cartes, jeu de l’oie, « poule », etc.), auxquels s’ajoutaient parfois des concerts. La préparation de ces réceptions était laborieuse, et le salon devaient être le plus splendide possible, grâce à l’allumage des lustres de cristal, des candélabres, et des cornucopiesiv, et à la meilleure présentation possible de la table.48

  • 49 Cruz (1992), p. 284.
  • 50 Cruz (2003), p. 183-184 et 195-197.

29La participation régulière à ce type de réunions est devenue un symbole de distinction sociale.49 Les nouvelles formes de sociabilité se déroulaient à l’intérieur des foyers bourgeois, mais elles s’étendaient à l’espace public dans les cafés, les théâtres, et les magasins. J. Cruz va plus loin, lorsqu’il démontre l’importance jouée par la nouvelle culture matérielle et le mode de vie adopté par les élites lettrées dans un premier temps, puis par les libéraux, dans la construction de leur nouvelle identité et dans la révélation de leur projet politique. Dans ce processus, qui, comme dans d’autres pays, est apparu en Espagne dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, une fraction significative de la société dominante a commencé à redéfinir les conceptions traditionnelles du goût et du comportement. L’un des points fondamentaux de cette nouvelle culture a été la croyance en la démocratisation des pratiques de consommation, qui a été bien accueillie par les classes moyennes et populaires. l’auteur, au travers de l’analyse de la structure et de la culture matérielle des maisons madrilènes des classes moyennes et hautes au XIXe siècle, est parvenu à la conclusion que celles-ci ont été conçues comme des symboles de position sociale et comme des instruments de transmission de nouvelles notions de modernité. La distinction entre les espaces publics et privés a constitué l’un des changements fondamentaux dans les maisons traditionnelles, de même que l’agencement d’espaces larges et luxueusement décorés dans la partie frontale de la maison (« accueil », salon de visites, salle de séjour, salle à manger, etc.) destinés à toutes sortes d’activités sociales (réunions entre amis, dîners, bals, concerts, événements littéraires, etc.).50

5. L’essor du luxe et de la mode au XVIIIe siècle

  • 51 De Zamora (1973), p. 463-464.

30L’essor du luxe et de la mode, à l’image de ce qui s’est passé dans d’autres régions d’Europe et d’Amérique, a été décrit avec stupeur par les catégories sociales les plus traditionnelles et a suscité des débats enflammés entre les partisans et les détracteurs de cet essor. Les textes de l’époque apportant des informations sur ce phénomène, qui touchait particulièrement les villes, sont nombreux. Francisco de Zamora, par exemple, s’exprimait en ces termes lorsqu’il faisait référence à ce qui se passait dans la ville de Barcelone à la fin du XVIIIe siècle : « A Barcelone ils sont tous les jours plus dépravés par le luxe, le bon traitement, les modes étrangères, le développement du commerce, l’amour de la commodité et de la liberté, et l’oubli de la gravité et de la réserve passées ».51 Les changements dans la tenue vestimentaire étaient ceux qui suscitaient le plus de préoccupation. Par exemple, F. Romà y Rosell relevait en 1768 :

  • 52 Romà y Rossell (1768). Cité par Torras et Yun (2003), p. 23.

« les gens ne se préoccupent plus d’acheter ces vêtements solides et lourds qu’ils transmettaient à leur arrière-petit-fils (…) Ils apprécient tous les vêtements légers, et dont le prix faible rend plus accessible le plaisir de suivre les modes, qui changent tous les ans ».52

  • 53 Torras et Yun (2003), p. 23-24.

31Comme l’affirment J. Torras et B. Yun, des témoignages comme celui-ci illustrent ce que certaines études démontrent de façon empirique, c’est-à-dire que l’augmentation de la production des manufactures aux XVIIe et XVIIIe siècles était fondée sur la différenciation des articles textiles, de qualité et de prix toujours plus variés, afin de les adapter à différents profils de consommateur et/ou pour inciter ceux-ci à accélérer le rythme de remplacement de leurs vêtements.53

32J. Sempere Guarinos a affirmé la même chose en 1788, non seulement à propos de la tenue vestimentaire, mais aussi concernant le mobilier :

  • 54 Sempere y Guarinos (1788), p. 177-178.

« si les meubles étaient plus coûteux, ils duraient également plus longtemps, et après avoir servi de nombreuses années on pouvait toujours utiliser la matière avec laquelle ils étaient fabriqués ; ce qui n’arrive pas avec les papiers peints, les tables, les canapés et autres meubles qui sont à la mode aujourd’hui ».54

33Ces changements ont généré, tout comme dans le reste de l’Europe, des débats enflammés sur l’essor du luxe et de la mode. Les détracteurs les plus véhéments étaient logiquement les membres de la petite noblesse traditionnelle qui craignaient profondément « l’altération des coutumes », c’est-à-dire n’importe quelle transformation qui pourrait remettre en doute leur pouvoir et leurs privilèges, même si cela concernait les vêtements. L’apparence, sous l’Ancien Régime, était fondamentale pour situer chaque individu à un endroit de l’échelle sociale, il existait des règles très claires à ce sujet, et la lente dissolution de ces règles faisait s’affoler ceux qui avaient tout à perdre. Certains de ces témoignages, en dépit de leur alarmisme exagéré, s’avèrent utiles pour illustrer certains des changements qui étaient en train de se produire.

34C’est par exemple le cas pour Rafael d’Amat, Baron de Maldá, qui écrivit, en faisant référence à la ville de Barcelone de la fin du XVIIIe siècle :

  • 55 D’amat (1994), p. 86.

« Aujourd’hui, le luxe et la mode, dont la plus grande part provient des comédiens français, ont altéré chez beaucoup d’hommes et de femmes le bon ordre dans la droiture des coutumes et la distinction des classes pour ce qui est des garde-robes et des dépenses croissantes ».55

35D’après ce membre de la noblesse, le luxe et la mode étaient la cause de la maladie et de la pauvreté :

  • 56 D’amat (1994), p. 87.

« Le luxe et la mode ont altéré chez de nombreux hommes et femmes les costumes catalans par une telle variété de tenues et d’ornements étrangers, et si coûteux, que cela a causé une grande dégradation de la santé et de la bourse ».56

36Le Baron s’est également exprimé sur la multiplication des magasins, ateliers et services constatée par les études précédemment mentionnées :

  • 57 D’amat (1994), p. 87.

« Il y a certains magasins d’horlogers, qui s’étendent chaque jour un peu plus car presque tout le monde porte une montre dans sa poche ; de quincaillers, layetiers, couturiers, perruquiers et chocolatiers qui s’accroissent chaque jour (…) et sont devenus, du fait de la grande consommation de chocolat, une corporation de chocolatiers ».57

37L’adoption des modes étrangères, et notamment la mode française, était particulièrement abominable aux yeux de ces courants défenseurs de la tradition. Le Baron détestait particulièrement les chapeaux à la française portés par les hommes et les robes « informes » des femmes, qui tombaient droit depuis la poitrine et qui donnaient selon lui

« aux femmes célibataires l’apparence d’être enceintes et de s’habiller plus mal encore que les actrices ».

  • 58 Pascual (2003), p. 105-108.
  • 59 Par exemple, Giorgi (2012) a démontré comment la tenue masculine « à la française » (casaque, jaque (...)

38En 1798, il se plaignait que la mode française se soit aussi dangereusement étendue « chez les personnes de première classe et celles qui avaient entre 30 et 40 ans ». les personnes à la mode et les dandys – ainsi qu’étaient habituellement appelés ceux qui, parmi les classes moyennes et hautes, suivaient les modes nouvelles – achevaient leur francisation en pratiquant la contredanse lors des rassemblements sociaux, en employant des mots français dans leurs conversations, et en se tenant au courant des nouveautés musicales et théâtrales en France.58 Cette influence de la mode française a été constatée par différents auteurs grâce à l’analyse des inventaires post-mortem.59

  • 60 Díez (2000), p. 9.
  • 61 Sur les caractéristiques des lois somptuaires promulguées en Espagne durant l’époque moderne et son (...)

39L’entrée du luxe dans certains foyers des villes n’a pas seulement suscité les plaintes de certains membres de la noblesse qui constataient comment leurs signes de distinction perdaient de leur exclusivité – c’était le cas pour Maldá – elle a surtout provoqué un intense débat intellectuel. Dans ce débat s’affrontaient deux façons d’envisager les hiérarchies sociales et l’origine de l’enrichissement des nations. Comme le relève F. Díez, ceux qui s’opposaient au luxe et à la mode considéraient que ceux-ci étaient la cause de la ruine et de la corruption, qu’ils avaient des effets négatifs sur les coutumes et qu’ils compromettaient la stabilité de l’organisation de la société.60 Ces courants opposés à la propagation du luxe réclamaient de façon insistante auprès des autorités l’application effective des lois somptuaires qui avaient été promulguées par presque tous les monarques espagnols de l’époque moderne.61 Ils demandaient principalement une plus grande fermeté et un plus grand contrôle de toute nouvelle tenue ou de toute nouvelle consommation qui affecterait la distinction de chaque classe selon sa position dans l’échelle sociale. Monsieur Melcho de Macanaz a été l’un des nombreux représentants de cette attitude en Espagne, qui a demandé en 1724 à Felipe V :

  • 62 Sempere y Guarinos (1788), tome II, p. 160-164.

« disposez que chacun s’habille selon sa classe, pour que la tenue représente sa profession, et que les nobles ne soient pas confondus avec les plébéiens, ni les grands avec les moyens ».62

  • 63 Díez (2000), p. 126.

40A l’opposé, on trouvait les « apologistes du luxe ». D’après F. Díez, d’un point de vue économique, il était compréhensible que la consommation de biens de luxe exacerbait le commerce intérieur et dynamisait les secteurs de la production grâce à l’augmentation de la demande de travail et à la stimulation du travail qualifié et des progrès technologiques qu’elle représentait.63 En Espagne, l’un des apologistes du luxe les plus reconnus a été J. Sempere y Guarinos. Selon lui, Monsieur Melchor de Macanaz et tous ceux qui défendaient la correspondance nécessaire entre « la classe » et certains signes de distinction spécifiques s’essayaient à quelque chose d’irréalisable :

« le fait, pour chacun, dans son imagination, de distinguer entre les classes et l’état, est une chose facile. Mais dans la pratique, l’état actuel de la Monarchie espagnole s’affaiblissant, il n’y aurait pas de chose plus difficile, et risquée ».

41Il affirmait que cette opération était beaucoup plus facile à l’époque où

« il n’y avait pas en Espagne plus de trois états : l’ecclésiastique, le Militaire ou le noble, et le civil »

  • 64 Sempere y Guarinos (1788), tome II, p. 160-164.

42Mais en ce temps (1788), il n’y avait aucun moyen de « distinguer les classes de l’état » par des critères clairs.64 La société de l’Ancien Régime a laissé place, lentement mais sûrement, à la société de classes, et la consommation a acquis une importance fondamentale durant cette période de transition.

43De nombreux apologistes du luxe étaient des représentants de la haute bourgeoisie des affaires, et de ce fait, lorsqu’ils encensaient les avantages tirés des nouvelles consommations, ils défendaient en même temps leurs propres intérêts économiques. Le conseil du commerce de Barcelone, par exemple, a conçu en 1797 un document en faveur de la propagation du luxe et de la mode, dans lequel certains des changements observés de façon empirique dans certaines études mentionnées précédemment, se reflètent clairement. Les auteurs du texte du conseil, s’ils reconnaissaient l’existence de certains problèmes moraux dérivés de l’expansion du luxe, mettaient en avant l’importance de leurs effets économiques :

« ce qui paraît être un mal, cesse au fond d’en être un (…). Nous nous concentrerions trop sur la fortune des gens aisés, ou sur la classe des propriétaires, si cette frénésie pour le changement de vêtements, de meubles, et pour le luxe de la table, ne la faisait pas parvenir jusqu’au peuple. Et quoi que l’on puisse dire du luxe vu sous l’aspect moral, le conseil ne peut pas ici faire abstraction de l’avantage qu’il y a à ce que les professions publiques s’accroissent le plus possible ».

44Le texte du conseil met un accent particulier sur les changements survenus dans les habitudes traditionnelles de consommation. L’influence de la mode dans la société urbaine confère une valeur plus grande au remplacement rapide des biens, en particulier textiles, qu’à leur durabilité. Ce goût pour les nouveautés, souvent originaire de l’étranger, n’a pu être freiné par aucune sorte de législation. Townsend, dans son Voyage en Espagne fait dans les années 1787 et 1789, relève que

  • 65 García et Yun (1997), p. 256.

« tous les hommes étaient vêtus avec de la toile de coton de Manchester, et on ne voyait pas une femme sans son voile de mousseline, en dépit de toutes les interdictions plus que sévères en la matière ».65

  • 66 Moreno Claverías (2007).

45Ce type de témoignages, de même que les études fondées sur l’analyse de centaines d’inventaires post-mortem dans différentes régions de l’Espagne montrent que quelque chose était en train de changer dans les façons de consommer, et notamment que la propension à acheter des articles neufs et de luxe augmentait chez les classes moyennes et hautes, en particulier des villes. Cela ne doit cependant pas nous faire oublier les catégories sociales plus pauvres, majoritaires, tant dans les milieux urbains que ruraux. Le nombre de leurs inventaires post-mortem est très faible. dans le cas de la catalogne, pour lequel ils ne sont pas si rares, il est possible de constater la pauvreté et l’austérité « forcée » dans laquelle vivaient de larges catégories sociales, sans parler des mendiants, des vagabonds et des pauvres, si nombreux qu’ils faisaient se multiplier les institutions d’assistance de toute sorte aux XVIIIe et XIXe siècles. Ceux-ci sont absents des inventaires post-mortem et, par conséquent, il faut être prudent lorsque l’on généralise cette amélioration des modèles de consommation à la population dans sa globalité. d’autre part, le fait que le nombre de textiles ait été croissant au cours du temps ne doit pas nécessairement indiquer une amélioration de la qualité de vie, étant donné qu’il faut vérifier ce qu’il fallait faire pour les acheter (travailler plus au détriment des loisirs ?) ou ce à quoi il fallait renoncer (les petits paysans catalans possédaient plus de chemises à la fin du XVIIIe siècle qu’à la fin du siècle précédent, mais ils avaient par exemple également moins d’objets en or et argent).66 Enfin, la répartition du revenu en Espagne a été traditionnellement très inégale et les phases de croissance économique ont logiquement entraîné l’augmentation de la différenciation et de l’inégalité sociale. la littérature et les sources issues d’archives de toutes sortes montrent la cohabitation de deux mondes complètement éloignés jusqu’à une période avancée du XXe siècle : d’un côté, ceux qui vivaient confortablement, bien habillés et bien nourris et qui pouvaient se permettre le luxe d’être à la mode et de consommer de façon ostentatoire, et de l’autre, une grande masse de la population – moins visible dans les sources – avec des difficultés réelles pour survivre, et, par conséquent, pour consommer certains types de biens. Il s’agirait cependant là d’un autre débat.

Bibliographie

BARTOLOME, J. M. (2011) : “La relevancia de la profesión : contrastes patrimoniales, condiciones de vida y pautas de consumo de la burguesía en una ciudad interior peninsular : León (1700-1850). dans MUÑOZ, D. (éd.) : Comprar, vender y consumir. Nuevas aportaciones a la historia del consumo en la España moderna. Universitat de València, p. 223-241.

BARTOLOMÉ, J. M. et GARCÍA, M. (dirs.) (2012) : Apariencias contrastadas : contraste de apariencias. Cultura material y consumos de Antiguo Régimen, Université de León.

BIBILONI, A. (2011) : “Cambios en el consumo textil en españa del siglo XVII : el auge del lino y el algodón”. Dans MUÑOZ, D. (éd.) : Comprar, vender y consumir. Nuevas aportaciones a la historia del consumo en la España moderna. Universitat de València, p. 77-98.

CANTOS, M. (2011) : “En los márgenes de la ciudad : indumentaria y consumo en l’Horta de València. torrent en el siglo XVIII”. Dans MUÑOZ, D. (éd.) : Comprar, vender y consumir. Nuevas aportaciones a la historia del consumo en la España moderna. Universitat de València, p. 199-222.

CRUZ, J. (1992), “Élites, comerciantes y consumo en Madrid a finales del antiguo régimen”, VI Simposio de Historia Económica, Bellaterra-Terrassa, vol. II, p. 283-288.

CRUZ, J. (1994) : “Elites, Merchants, and Consumption in Madrid at the end of the old regime”. Dans J. SCHUURMAN, A. J. and WALSH, L. S. (éd.) Material Culture : Consumption, Life-Style, Standard of Living, 1500-1900, Milan, Eleventh International Economic History Congress, p. 137-147.

CRUZ, J. (2003) : “La construcción de una nueva identidad liberal en el Madrid del XIX. el papel de la cultura material del hogar”. Revista de Historia Económica, année XXI, numéro exceptionnel, p. 181-206.

CURET, F. (1952) : Visions barceloneses 1760-1860. La vida a la llar. Barcelona, Dalmau.

D’AMAT, R., Baró de Maldà (1994) : Viles i ciutats de Catalunya. À la charge de Margarida Aritzeta. Barcelone, Barcino.

DÁVILA, R. M. (1999) : “Transformación y permanencia del comercio minorista vallisoletano, 1750-1870”. Dans TORRAS, J. et YUN, B. (dirs.) (1999) : Consumo, condiciones de vida y comercialización. Cataluña y Castilla, siglos XVII-XIX. Junta de Castilla y León. Consejería de Educación y Cultura, p. 355-376.

DE VRIES, J, (1993) : “Between purchasing power and the world of goods : understanding the household economy in early modern europe”. Dans BREWER, J. et PORTER, R. (éds.), Consumption and the world of goods. London-New York, Routledge, p. 85-132.

DE VRIES, J. (2009) : La revolución industriosa. Consumo y economía doméstica desde 1650 hasta el presente. Barcelona, Crítica.

DE ZAMORA, F. (1973) : Diario de los viajes hechos en Cataluña. Barcelona, Curial.

DÍEZ, F. (2000) :“La apología ilustrada del lujo en España. Sobre la configuración del hombre consumidor”. Historia Social, 37, p. 3-25.

DURAN, M. (2003) : “Oferta y consumo de tejidos en cataluña en la segunda mitad del siglo XVIII”. Revista de Historia Económica, année XXI, Numéro exceptionnel, p. 61-88.

EIRAS ROEL, A. (1980) : « La documentación de protocolos notariales en la reciente historiografía modernista ». Estudis Històrics i Documents dels Arxius de Protocols, VIII, p. 7-27.

GARCÍA FERNÁNDEZ, M. (1999) : “Los bienes dotales en la ciudad de Valladolid, 1700-1850. El ajuar doméstico y la evolución del consumo y la demanda”. Dans TORRAS, J. et YUN, B. (dirs.) (1999) : Consumo, condiciones de vida y comercialización. Cataluña y Castilla, siglos XVII-XIX. Junta de Castilla y León. Consejería de Educación y Cultura, p. 133-158.

GARCÍA FERNÁNDEZ, M. et SOBALER, M. A. (2012) : “Las dotes matrimoniales de solteras y viudas en la Castilla rural (1700-1760) : Pautas de cultura material diferenciadas”. Dans BARTOLOMÉ, J. M. et GARCÍA, M. (dirs.) : Apariencias contrastadas : contraste de apariencias. Cultura material y consumos de Antiguo Régimen, Université de León, p. 41-78.

GARCÍA FERNÁNDEZ, M. et YUN, B. (1997) : « Pautas de consumo, estilos de vida y cambio político en las ciudades castellanas a fines del Antiguo Régimen ». Dans FORTEA PÉREZ, J. I., (éd.), Imágenes de la diversidad. El mundo urbano en la Corona de Castilla (s.XVI-XVIII). Université de Cantabrie, Santander, p. 245-282.

GIORGI, A. (2012) : “Vestir a la española y vestir a la francesa : Apariencia y consumo en el Madrid del siglo XVIII”. Dans BARTOLOMÉ, J. M. et GARCÍA, M. (dirs.) : Apariencias contrastadas : contraste de apariencias. Cultura material y consumos de Antiguo Régimen, Universidad de León, p. 157-172.

HOSKINS, W. G. (1953) : “The rebuilding of rural england, 1570-1640”. Past and Present, 4, p. 44-59.

HOYO, A. et MARURI, R. (2003) : “Pautas de consumo textil en una sociedad rural : liébana (cantabria), 1700-1860”. Revista de Historia Económica, année XXI, numéro exceptionnel, p. 107-140.

JONES, J (1996) : “Coquettes and Grisettes. Women Buying and selling in Ancien Régime Paris”. Dans V. De GRAZIA et E. FURLOUHG (éd.) : The Sex of Things. Gender and Consumption in Historical Perspective. University of California Press.

LENCINA PÉREZ, X. (1999) : “Los inventarios post-mortem en el estudio de la cultura material y el consumo. Propuesta metodológica. Barcelona, siglo XVII”. Dans TORRAS, J. et YUN, B. (dirs.) (1999) : Consumo, condiciones de vida y comercialización. Cataluña y Castilla, siglos XVII-XIX. Junta de Castilla y León. Consejería de Educación y Cultura, p. 41-60.

LEVI, G. (1996) : “Comportements, ressources, procès : avant la “révolution” de la consommation”. Dans REVEL, J. (dir.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard/Le Seuil, p. 185-207.

MARFANY, J. (2012) : Land, Proto-Industry and Population in Catalonia, c.1680-1829. An alternative Transition to Capitalism ? Farnham, Ashgate.

MARURI, R (1999) : “Vestir el cuerpo, vestir la casa. El consumo de textiles en la burguesía mercantil de Santander, 1750-1850”. Dans TORRAS, J. et YUN, B. (dirs.) (1999) : Consumo, condiciones de vida y comercialización. Cataluña y Castilla, siglos XVII-XIX. Junta de Castilla y León. Consejería de Educación y Cultura, p. 159-182.

McKENDRICK, N. (1982) : « Introduction. The birth of a consumer society. The commercialization of eighteenth-century england ». Dans McKENDRICK, N., BREWER, J., PLUMB, J. H. (éds.), The Birth of a Consumer Society. The Commercialization of Eighteenth-Century England. Indiana University Press,. 1-9.

MORENO CLAVERÍAS, B. (1999) : “La burguesía local de las letras y los negocios a través de los inventarios post-mortem. el Penedés del siglo XVIII”. Dans TORRAS, J. et YUN, B. (dirs.) (1999) : Consumo, condiciones de vida y comercialización. Cataluña y Castilla, siglos XVII-XIX. Junta de Castilla y León. Consejería de Educación y Cultura, p. 89-106.

MORENO CLAVERÍAS, B. (2003) : “Pautas de consumo y diferenciación social en el Penedés del siglo XVII. Una propuesta metodológica a partir de inventarios sin valoraciones monetarias”. Revista de Historia Económica, année XXI, 2003, nº exceptionnel, p. 207-243.

MORENO CLAVERÍAS, B. (2004) : “Mito y realidad de la feminización del consumo en la Europa Moderna : las pautas de consumo de las mujeres en la cataluña preindustrial”. Arenal. Revista de Historia de las Mujeres, Vol. 11, p. 119-154.

MORENO CLAVERÍAS, B. (2006a) : “Lugar de residencia y pautas de consumo. El Penedés y Barcelona, 1770-1790”. Revista de Historia Industrial, nº 31, p. 139-166.

MORENO CLAVERÍAS, B. (2006b) : “Les modes de consommation et différentiation sociale de la paysannerie catalane, 1670-1790”. Histoire & Mesure, 2006, vol. XXI, p. 141-183.

MORENO CLAVERÍAS, B. (2007) : Consum i condicions de vida a la Catalunya Moderna. El Penedès, 1670-1790. Vilafranca del Penedès, Edicions i Propostes Culturals Andana.

MORENO CLAVERÍAS, B. (2010) : “Luxury, fashion and Peasantry : the Introduction of new commodities in rural catalan areas, 1670-1790”. Dans LEMIRE, B. (éd.) : The Force of Fashion in Politics and Society. Global Perspectives from Early Modern to Contemporary Times. England and USA, Ashgate, p. 67-96

MORENO CLAVERÍAS, B. (dans la presse) : “Une révolution industrieuse a-t-elle existé après les transformations des modes de consommation dans la catalogne rurale du XVIIIE siècle ? », exposé présenté lors des secondes Journées de Ca Tron « Niveau de vie et révolution des objets dans les campagnes (17e-19e siècles) »,Ca Tron, Treviso, Italia, 24-26 novembre 2011. Actuellement dans la presse dans la Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine.

MUÑOZ, D. (éd.) (2011) : Comprar, vender y consumir. Nuevas aportaciones a la historia del consumo en la España moderna, Universitat de València.

MUÑOZ, D. (2011) : “Espacios de consumo en la valencia preindustrial. notas para una historia de la comercialización en la españa Moderna”. Dans MUÑOZ, D. (éd.) : Comprar, vender y consumir. Nuevas aportaciones a la historia del consumo en la España moderna. Universitat de València, p. 99-120.

MUÑOZ, D. (2012) : “Oferta y consumo textil en valencia (1675-1718). los registros fiscales como fuente para la historia del consumo”. Dans BARTOLOMÉ, J. M. et GARCÍA, M. (dirs.) : Apariencias contrastadas : contraste de apariencias. Cultura material y consumos de Antiguo Régimen, Université de León, p. 139-156.

PASCUAL, V. (2003) : El Baró de Maldà : Materials per a una biografia. Barcelona, Publicacions de l’Abadia de Montserrat.

RAMOS PALENCIA, F. (1999) : “Una primera aproximación al consumo en el mundo rural castellano a través de los inventarios post-mortem : Palencia, 1750-1840”. Dans TORRAS, J. et YUN, B. (dirs.) (1999) : Consumo, condiciones de vida y comercialización. Cataluña y Castilla, siglos XVII-XIX. Junta de Castilla y León. Consejería de Educación y Cultura, p. 107-132.

RAMOS PALENCIA, F. (2010) : Pautas de consumo y mercado en Castilla, 1750-1850. Economías familiares en Palencia al final del Antiguo Régimen. Madrid, Sílex.

RAMOS PALENCIA, F. (2011) : “Notas metodológicas sobre utilización de los inventarios post-mortem : clasificación de bienes de consumo, bases de datos e impacto de créditos y deudas, 1700-1850”. Dans MUÑOZ, D. (éd.) : Comprar, vender y consumir. Nuevas aportaciones a la historia del consumo en la España moderna. Universitat de València, p. 21-54.

ROCHE, D. (1989) : La culture des apparences. Une histoire du vêtement (XVIIe-XVIIIe siècle). Paris, Fayard.

ROSADO, L. M. (2011) : “El vestido y el ajuar doméstico : evolución de las pautas de consumo del textil en el medio rural valenciano a lo largo del siglo XVIII”. Dans MUÑOZ, D. (éd.) : Comprar, vender y consumir. Nuevas aportaciones a la historia del consumo en la España moderna. Universitat de València, p. 173-198.

SEMPERE Y GUARINOS, J. (1788), Historia del lujo y de las leyes suntuarias en España, tome II, Madrid.

SHAMMAS, C. (1990) : The Pre-industrial Consumer in England and America. Oxford, Clarendon Press.

SOMBART, W. (1979) : Lujo y capitalismo. Madrid, Alianza editorial.

THIRSK, J. (1978) : Economic Policy and Projects. The Development of a Consumer Society in Early Modern England. Oxford, Clarendon Press.

TORRA, L. (1997) : “Comercialización y consumo de tejidos en Cataluña (1650-1800)”. Revista de Historia Industrial, 11, p. 177-195.

TORRA, L. (1999) “Pautas de consumo textil en la cataluña del siglo XvIII. una visión a partir de los inventarios post-mortem”. Dans TORRAS, J. et YUN, B. (dirs.) (1999) : Consumo, condiciones de vida y comercialización. Cataluña y Castilla, siglos XVII-XIX. Junta de Castilla y León. Consejería de Educación y Cultura, p. 89-106.

TORRA, L. (2003) : “Las botigues de teles de Barcelona : aportación al estudio de la oferta de tejidos y del crédito al consumo (1650-1800)”. Revista de Historia Económica, année XXI, 2003, numéro exceptionnel, p. 89-105.

TORRAS, J. et YUN, B. (dirs.) (1999) : Consumo, condiciones de vida y comercialización. Cataluña y Castilla, siglos XVII-XIX. Junta de Castilla y León. Consejería de Educación y Cultura.

TORRAS, J. ET YUN, B. (2003) : “Historia del consumo e historia del crecimiento. El consumo de tejidos en España, 1700-1850”. Revista de Historia Económica, année XXI, 2003, numéro exceptionnel, p. 17-41.

TORRAS, J., DURAN, M., TORRA, L. (1999) : “El ajuar de la novia. el consumo de tejidos en los contratos matrimoniales de una localidad catalana, 1600-1800”. Dans TORRAS, J. et YUN, B. (dirs.) (1999) : Consumo, condiciones de vida y comercialización. Cataluña y Castilla, siglos XVII-XIX. Junta de Castilla y León. Consejería de Educación y Cultura, p. 61-70.

VEBLEN, T. (1987) : Teoría de la clase ociosa. Barcelona, Orbis.

WEATHERILL, L. (1986) : « A Possession of One’s Own : Women and Consumer Behavior in England, 1660-1740 ». Journal of British Studies, 25 (2), p. 131-156.

WEATHERILL, L. (1988) : Consumer Behaviour and Material Culture in Britain, 1660-1760. London-New York, Routledge.

YUN, B. (1999) : “Inventarios post-mortem, consumo y niveles de vida del campesinado del Antiguo Régimen. Problemas metodológicos a la luz de la investigación internacional”. Dans TORRAS, J. ET YUN, B. (dirs.) (1999) : Consumo, condiciones de vida y comercialización. Cataluña y Castilla, siglos XVII-XIX. Junta de Castilla y León. Consejería de Educación y Cultura, p. 27-40.

YUN, B. (2011) : “Prólogo”. Dans MUÑOZ, D. (éd.) (2011) : Comprar, vender y consumir. Nuevas aportaciones a la historia del consumo en la España moderna, Universitat de València, p. 3-14.

Notes

1 McKendrick (1982), Roche (1989).

2 McKendrick (1982), p. 9.

3 Hoskins (1953), Thirsk (1978), Weatherill (1988), Shammas (1990), Levi (1996).

4 Torras et Yun (dirs.) (1999), p. 19.

5 Les contributions à ce congrès ont été publiées dans un numéro extraordinaire de la Revue d’Histoire Economique intitulé La consommation dans l’Espagne Préindustrielle, année XXI, 2003.

6 De Vries (2009), p. 95 et 101.

7 Marfany (2012), Moreno Claverías (sous presse).

8 Muñoz (éd.) (2011).

9 Veblen (1987).

10 Yun (2011), p. 10-11.

11 Les différences régionales dans les inventaires post-mortem, de même que leurs avantages et leurs limites, ont été traitées de façon approfondie par Moreno Claverías (2003).

12 Yun (1999).

13 Yun (1999), p. 30-31.

14 Sur les limites des inventaires, voir : Yun (1999), p. 27-40 ; Lencina Pérez (1999), Moreno Claverías (2003), Ramos Palencia (2011), p. 21-54.

15 Voir Yun (1999), p. 36-37. Ramos Palencia (2011, p. 26), par exemple, affirme que croiser les informations fournies par les inventaires avec celles des inventaires de dots, les comptes de curateur et, pour la moitié du XVIIIe siècle, le Cadastre d’Ensenada, permet d’atténuer l’impact de ce biais.

16 De Vries (1993).

17 Définitions du Dictionnaire de la Real Academia Española (2000).

18 Moreno Claverías (2003).

19 Yun (1999), p. 37-38.

20 Eiras Roel (1980), p. 15.

21 Torras, Duran y Torra (1999).

22 García Fernández (1999). Voir aussi García Fernández et Sobaler (2012).

23 Duran (2003), Bibiloni (2011), Muñoz (2012).

24 Voir, entre autres, Torra (1999) et (1997), Ramos Palencia (1999), Hoyo et Maruri (2003), Rosado (2011), Cantos (2011).

25 Moreno Claverías (2007), Ramos Palencia (2010).

26 Veblen (1988), p. 90.

27 Moreno Claverías (2006a).

28 De Zamora (1973), p. 463-464.

29 García et Yun (1997), p. 279. Les études de F. Ramos confirment ce fait dans la même région : les principaux protagonistes de l’expansion des nouveaux articles en Castille ont été les couches moyennes et hautes des villes. Ramos Palencia (2010), p. 162.

30 Moreno Claverías (2006b) et (2010).

31 Sombart (1979), p. 63-64.

32 Bartolomé et García (dirs.) (2012), p. 10-11.

33 Sur le taux de dépréciation et les rythmes de renouvellement des biens durables et semi-durables, voir Ramos Palencia (2010), p. 81-90.

34 Sempere y Guarinos (1788), pp. 160-164.

35 Moreno Claverías (2007).

36 Weatherill (1987), p. 191-194 et Shammas (1990), p. 104-111. Yun aborde cette question dans (1999), p. 27-40.

37 Moreno Claverías (2003) et (2007).

38 Voir par exemple, Maruri (1999), Moreno (1999), Cruz (2003), Bartolomé (2011).

39 Jones (1996), p. 35-36.

40 Roche (1989), p. 480. La valeur moyenne des garde-robes masculines était de 17 livres, contre 15 pour celles des femmes.

41 Weatherill (1986), p. 151.

42 Moreno Claverías (2004).

43 Muñoz (2011).

44 Torra (1997).

45 Torra (2003).

46 Dávila (1999).

47 Cruz (1994).

48 Curet (1952), p. 300-320.

49 Cruz (1992), p. 284.

50 Cruz (2003), p. 183-184 et 195-197.

51 De Zamora (1973), p. 463-464.

52 Romà y Rossell (1768). Cité par Torras et Yun (2003), p. 23.

53 Torras et Yun (2003), p. 23-24.

54 Sempere y Guarinos (1788), p. 177-178.

55 D’amat (1994), p. 86.

56 D’amat (1994), p. 87.

57 D’amat (1994), p. 87.

58 Pascual (2003), p. 105-108.

59 Par exemple, Giorgi (2012) a démontré comment la tenue masculine « à la française » (casaque, jaquette et caleçon) a commencé à être considérée comme un symbole honorifique par les Madrilènes du dix-huitième siècle.

60 Díez (2000), p. 9.

61 Sur les caractéristiques des lois somptuaires promulguées en Espagne durant l’époque moderne et son manque d’efficacité, voir Sempere y Guarinos (1788), tome II.

62 Sempere y Guarinos (1788), tome II, p. 160-164.

63 Díez (2000), p. 126.

64 Sempere y Guarinos (1788), tome II, p. 160-164.

65 García et Yun (1997), p. 256.

66 Moreno Claverías (2007).

Notes de fin

i Boutiques de tissus.

ii Commerçant.

iii Sortes de visites longues et ennuyeuses.

iv Miroirs avec appliques pour bougies.

Auteur

Enseignant Chercheur au Département d’Analyse Economique : Théorie Economique et Histoire Economique, Faculté des Sciences Economiques et Commerciales, Université Autonome de Madrid (UAM). Elle enseigne différentes matières d’Histoire Economique (mondiale, espagnole, de l’entreprise). Ses principaux axes de recherche portent sur les formes d’accès à l’exploitation de la terre, l’histoire des modèles de consommation, et le monde de l’apprentissage de l’artisanat pendant l’époque préindustrielle. Elle fait actuellement partie du projet de recherche « Villes, personnes et échanges sous la Monarchie Hispanique : politique économique, changement institutionnel et développement des marchés », Ministère de l’Education et de la Science (HAR2012-39034-C03-02). Certaines de ses publications les plus pertinentes sur le thème abordé dans ce chapitre sont B. Moreno (2006) : “Les modes de consommation et différentiation sociale de la paysannerie catalane, 1670-1790”. Histoire & Mesure, 2006, volume XXI, nº 1, p. 141-183; B. Moreno (2010): “Luxury, fashion and Peasantry: the Introduction of new commodities in Rural Catalan areas, 1670-1790”. Dans Lemire, B. (éd.): The Force of Fashion in Politics and Society. Global Perspectives from Early Modern to Contemporary Times, Ashgate, England and USA, p. 67-96; B. Moreno (2014): “Class versus consumption and consumption versus class: the role of consumption in processes of upward social mobility in pre-industrial Catalonia”. Dans Broad, J. & Schuurman, A.: Wealth and Poverty in European Rural Societies from the Sixteenth to the Nineteenth Century, Brepols, p. 139-155.

© Presses universitaires de Perpignan, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search