Version classiqueVersion mobile

Consommateurs et consommation

 | 
Nicolas Marty
, 
Antonio Escudero

Introduction

Antonio Escudero et Nicolas Marty

Texte intégral

  • 1 Désormais IDHES, Institutions et dynamiques historiques de l’économie et de la société, UMR 8533.

1L’histoire économique espagnole a été profondément influencée, durant les années 1960 et 1970, par l’historiographie française. Il s’est produit par la suite une réelle rupture qui a conduit la plupart des historiens des deux pays à méconnaitre les recherches conduites de part et d’autre des Pyrénées. Pour remédier à cette situation, la Casa de Velázquez, l’Université d’Alicante et l’UMR Institutions et dynamiques historiques de l’économie (IDHE, Paris Ouest-Nanterre, CNRS1) ont organisé un colloque qui s’est déroulé en 2002 à la Casa de Velázquez, à Madrid, au cours duquel ont été présentés des bilans historiographiques assez complets couvrant plusieurs champs de l’histoire économique, sur un plan général aussi bien qu’à travers des études plus spécialisées. Ces travaux ont été publiés en 2006 par l’Université d’Alicante et la Casa de Velázquez dans le livre La Historia Económica en España y Francia (siglos XIX y XX), sous la direction de Carlos Barciela, Gérard Chastagneret et Antonio Escudero. La manifestation scientifique avait aussi abouti à la création, par les associations française et espagnole d’histoire économique d’un comité chargé de diverses missions : organiser des réunions régulières de manière à favoriser les échanges d’idées et de méthodes, bref, des espaces de rencontre et de discussion, mais aussi, contribuer à créer ou à susciter de nouveaux réseaux de recherche et d’étude pour l’histoire comparée entre les deux pays. Le comité était composé de Gérard Gayot, alors président de l’AFHE, Jean-Philippe Priotti, Olivier Raveux, Gérard Chastagneret, Antonio Escudero, Carlos Barciela, Jordi Maluquer de Motes et Pablo Martín Aceña. Après une première réunion en juin 2007, le comité décida d’organiser un workshop sur les niveaux de vie en France et en Espagne (XVIII-XXe siècle). La manifestation s’est tenue à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) à Aix-en-Provence, avec l’appui de l’UMR Telemme et de l’Université de Provence. Les 15 communications proposées lors de cet atelier ont été publiées par les universités d’Alicante et de Provence, sous la direction de Gérard Chastagneret, Jean-Claude Daumas, Antonio Escudero et Olivier Raveux. Le livre a été dédié à la mémoire de Gérard Gayot, décédé peu de mois après la rencontre. En 2012, l’AFHE a marqué son grand intérêt pour le comité franco espagnol en intégrant Jean-Claude Daumas et Natacha Coquery, ancien et nouvelle présidente de l’association, au sein du comité franco espagnol. Dans le même temps, sous l’impulsion d’Olivier Raveux et de Nicolas Marty, la décision fut prise d’organiser une troisième rencontre sur le thème de la consommation. sur cette thématique, la rencontre a été organisée à Perpignan, avec l’appui du Centre de recherches sur les sociétés et les environnements Méditerranéens (CRESEM EA 7397) dont une partie des thématiques porte sur la question des liens entre production et consommation, sur un périmètre à cheval entre la France et le monde ibérique. C’est ainsi que la rencontre fut organisée à l’Université de Perpignan les 9 et 10 avril 2014, afin de préparer la publication des douze communications réalisées par six historiens espagnols et six historiens français, et qui sont réunies dans ce livre.

  • 2 JONES, E. L. (1973): « The Fashion Manipulators. Consumer Tastes and British Industries, 1660-1800  (...)

2Pourquoi la consommation ? « Economic history is a supply-side subject »2. Cette phrase d’Eric Jones était logique en 1973. Les travaux se portaient alors essentiellement l’étude de la croissance à travers le réinvestissement du capital, les innovations technologiques et les systèmes techniques ou les nouvelles formes d’organisation du travail, autant d’éléments permettant d’expliquer l’augmentation de la productivité, des revenus et de ce fait, de la demande. D’autre part, exception faite des études sur les modes de consommation et la culture matérielle influencée par l’école des Annales, les travaux d’histoire économique sur la consommation se concentraient sur les questions de prix et de revenus ceteris paribus, en laissant de côté bien d’autres éléments possibles d’analyse. Les écrits académiques sur ce thème ont également été structurés pendant un temps par les discussions entre optimistes et pessimistes concernant les niveaux de vie de la classe ouvrière pendant la première phase de l’industrialisation. Ce panorama s’est ensuite considérablement modifié et enrichi. en 1982, Neil McKendrick soutint que l’Angleterre du XVIIIe siècle avait connu une révolution de la consommation qui était en réalité le véritable prélude à la révolution industrielle, attribuant l’augmentation de la demande à un changement dans les habitudes de consommation provenant de l’émulation et de l’imitation, et plus spécifiquement, de l’effet connu sous l’appellation de trickle down. Quelques années plus tard, Jan de Vries a inventé l’expression de « révolution industrieuse ». depuis le milieu du XVIIe siècle, des familles paysannes ont décidé de renoncer à une partie de leur temps de loisirs, intensifier leur travail afin de gagner un revenu permettant d’acheter de nouveaux produits, différents de ceux que l’on trouve dans les marchés locaux ou d’envergures limitées. La demande est dans ce point de vue considérée comme un élément fondamental du changement économique et a largement contribué à ouvrir la voie aux processus d’industrialisation.

3Ces travaux ont contribué à l’émergence d’une vaste littérature sur la consommation et la culture matérielle et suscité des discussions encore ouvertes aujourd’hui. Certes, les éléments de la révolution des consommateurs et des « convulsions de la demande » tels qu’ils ont été proposés par McKendrick ont peu de partisans aujourd’hui. cependant, il est prouvé que, malgré le fait que les salaires réels n’aient guère augmenté au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, une croissance significative, bien que progressive, de la demande pour les biens durables et semi durables (meubles, ustensiles de cuisine, tissus) et de l’épicerie (chocolat, café, thé, sucre, tabac) a été constatée à partir du milieu du XVIIe siècle. Sommes-nous en présence d’une réelle augmentation de la consommation ou bien tout simplement face à un « effet de source », lié à une utilisation qui donnerait une image biaisée de la réalité à travers les inventaires après décès ? Le renoncement des familles à jouir de leur temps libre et à augmenter ainsi leurs revenus est-il lié uniquement aux transformations des modes de consommation ou à d’autres causes, comme par exemple, des facteurs malthusiens ou bien une pression fiscale accrue ? Et s’il y a une croissance réelle de la consommation, pourquoi les modes de consommation ont-ils été modifiés ? Phénomènes d’émulation, d’identité, transition d’une éthique puritaine à une autre, de nature romantique, caractère addictif des produits de groceries ?

4Si le débat sur la révolution des consommateurs dans le monde préindustriel occidental a été et reste très riche, il ne doit pas masquer le fait que l’histoire de la consommation a été singulièrement enrichie sur d’autres thématiques au cours des dernières décennies. Plusieurs raisons peuvent être mises en avant. La première est que l’évolution peut certes être analysée en termes de revenus et de prix, mais aussi par l’intermédiaire d’autres facteurs qui peuvent être déterminants : la différenciation des produits et des techniques de distribution, le crédit, les habitudes sociales, la culture, la valeur symbolique des marchandises. La deuxième est que l’augmentation de la consommation liée au développement du marketing et de la publicité est devenue un moteur de la croissance économique depuis la période de l’entre-deux-guerres et surtout après la seconde Guerre mondiale. Cela a provoqué des travaux et questionnement sur l’importance des formes commerciales, depuis la boutique jusqu’aux structures de distribution qui ont permis l’élargissement de la consommation pour aboutir à la consommation de masse. La troisième raison est la spécialisation de la recherche. Il convient d’évoquer à cet égard le développement de l’histoire de l’alimentation. Revendiqué dès les années 1930 par Lucien Febvre et Marc Bloch, ce champ de recherche a refait surface avec force dans les années 1960 sous l’impulsion de Fernand Braudel. Ce dernier a clairement identifié trois domaines d’investigation qui ont ensuite prospéré : la mesure de la consommation, qui a abouti à l’étude de la transition nutritionnelle ; les effets de la nutrition sur la santé et l’étude socio-culturelle des habitudes alimentaires. Plusieurs de ces points ont donné lieu à des études approfondies et sont encore discutés aujourd’hui. Un des points importants a été l’attention de plus en plus grande aux produits et à la demande. Les éléments faisant penser à une diffusion « naturelle » des produits par le biais de la distribution ont été largement repensés, au regard des travaux stimulants de la sociologie économique. Les marchés des produits apparaissent désormais de plus en plus clairement comme le résultat de jeux d’acteurs – marchands et non marchands – dans des contextes situés, au sein desquels les normes, la qualité, les rapports de force, jouent un rôle fondamental. Parmi ces acteurs, les consommateurs et leur place sont analysés avec de plus en plus de finesse. Il est entendu que les logiques marchandes et non marchandes sont en permanente interactions, loin de schémas figés de modèles de marché universel. Il convient de rappeler aussi que désormais, une vision centrée strictement sur le bien-être lié au revenu et à la consommation a été dépassée grâce aux travaux théoriques d’Amratya Sen et de la recherche récente sur les conditions de vie des travailleurs au cours de l’industrialisation. Si ces travaux ont confirmé que la consommation de la classe ouvrière a légèrement augmenté, ils ont montré que leur niveau de vie s’est d’abord détérioré comme en témoignent les données statistiques sur l’espérance de vie et la taille moyenne des individus.

5Les douze chapitres qui composent ce livre couvrent une longue période (deuxième moitié du XVIIe - XXIe siècle) et abordent certains des problèmes qui viennent d’être identifiés dans les paragraphes précédents. La consommation préindustrielle apparaît dans trois des travaux proposés. Belen Moreno présente un « état de l’art » sur les habitudes de consommation dans l’Espagne pré-industrielle, une question qui a généré une vaste bibliographie dans les quinze dernières années. Fernando Ramos examine l’évolution des modes de consommation vestimentaires dans une ville espagnole entre 1750 et 1850 à travers les couleurs, concluant que le choix a été déterminé par la nature hiérarchique de la société. Pour sa part, Olivier Raveux fait une étude « totale » de la consommation des indiennes à Marseille pendant le dernier tiers du XVIIe siècle, en examinant l’importation de coton asiatique et la diffusion de la mode des couvertures de lit et des robes de chambre. Il éclaire de ce fait la capacité d’adaptation des artisans de la ville de Marseille, capacité nécessaire à la modification des gouts et à la diffusion de ces deux nouveaux produits. Deux des chapitres concernent la consommation et le bien-être. Antonio Escudero, Jose Joaquín García Gómez et Pedro Perez Castroviejo étudient la consommation de la classe ouvrière de deux zones industrielles de l’Espagne (Vizcaya et Alcoy) pendant l’industrialisation. Entre 1870 et la fin du siècle, la consommation a augmenté légèrement, mais s’est accompagnée d’une réelle détérioration du niveau de vie, comme en témoignent les données de l’espérance de vie et celles concernant la taille moyenne. Cette vision pessimiste se modifie après 1900, non seulement par l’augmentation des salaires réels, mais par l’intermédiaire de l’intervention de l’État (réforme de la santé dans les villes et de la réglementation de l’enfant et de la jeunesse). Jordi Maluquer de Motes utilise quant à lui les comptes nationaux espagnols et français et les chiffres de population pour analyser l’évolution de la consommation privée dans les deux pays entre 1950 et 2013. Il examine tout d’abord l’évolution à court terme des deux séries, puis sa convergence en mettant en relation le pourcentage de la consommation espagnole par rapport à la française. Il montre que le rapport entre les deux varie toujours entre 60 et 80 % et met en évidence le fait que, contrairement à ce qui était communément admis, entre 2001 et 2009 – la période que certains observateurs ont pu qualifier de « décennie prodigieuse espagnole » – la convergence est en réalité plus limitée que dans les périodes précédentes.

6Quatre des chapitres ont en commun le fait d’étudier la consommation par le biais d’autres facteurs explicatifs que les revenus et les prix. Pour comprendre les rouages complexes du marché alimentaire français des XVIIe et XVIIIe siècles, Philippe Meyzie propose de s’appuyer sur la connaissance des goûts et des préférences des consommateurs, citant des sources qui permettent d’approfondir la culture alimentaire des classes populaires. Marie Gillet examine les nouvelles pratiques introduites par les commerçants de Besançon au cours du XIXe siècle pour attirer les clients, démontrant ainsi que ceux-ci ne renoncent pas pour autant aux méthodes traditionnelles – la confiance et la capacité d’acheter à crédit en plusieurs versements. Anais Albert analyse les stratégies publicitaires de deux magasins de vente à crédit à Paris à la Belle Epoque. L’un d’entre eux a élaboré une stratégie publicitaire centrée sur les questions d’ascension sociale, tandis que l’autre s’est tourné vers les questions d’identité ouvrière. Jean-Claude Daumas, enfin, propose une analyse nouvelle de la grande modernisation des campagnes françaises, mise à jour dans d’autres perspectives par Eugen Weber, en centrant son propos sur les consommateurs, les objets et les pratiques entre 1860 et 1914. Il montre à quel point la période qui s’ouvre au cours du second empire représente un réel rattrapage des mondes ruraux par rapport aux villes, sous l’action de facteurs favorables, en analysant les objets et les lieux de vie. Cependant les écarts restent importants entre les groupes sociaux, les différents espaces ruraux. Le marché joue un rôle fondamental, sans bouleverser néanmoins complètement le paysage de la consommation rurale française avant 1914.

7Les autres chapitres traitent de l’histoire de l’alimentation. Fabrice Poncet montre l’utilité des « lettres de voiture » pour étudier la consommation alimentaire sous l’ancien régime, en mettant l’accent sur l’étude des actes relatifs aux expéditions de beurre de Gournay à Paris. Cette documentation permet de connaître les quantités et les lieux de consommation et de repérer de manière précise qui sont les commerçants et les consommateurs. Roser Nicolau et Josep Pujol-Andreu utilisent quant à eux une source peu mobilisée jusqu’à présent, les enquêtes sur les prix de l’Institut pour les réformes sociales, pour construire les taux relatifs de prix des denrées alimentaires en Espagne au début du XXe siècle. Ces indices permettent d’approfondir les différences régionales dans le régime alimentaire et le contraste avec les données de la mortalité et de la taille moyenne. Enfin, Josep Bernabeu-Mestre, Maria Eugenia Galiana-Sánchez et Eva-María Trescastro-López étudient l’impact que les changements dans les habitudes de consommation alimentaire ont pu avoir sur la santé de la population espagnole du XXe siècle. Pendant les années 1960 et 1970, la malnutrition dont de nombreux espagnols ont souffert pendant la guerre civile a été dépassée. Mais depuis les années 1980, de nouvelles habitudes associées à l’inactivité physique ont augmenté l’obésité, le diabète, certains cancers et les maladies cardiovasculaires.

8En 2014, sous l’égide du comité franco espagnol, les deux associations d’histoire économique se sont donc retrouvées à Perpignan pour évoquer les pistes d’avenir. Le comité espagnol avait été au préalable renouvelé à cette occasion, avec comme principal animateur Joseba de la Torre, et les historiens Carmen Sarasua, Vicente Pinilla et Nuria Puig. Côté français, Natacha Coquery et Nicolas Marty, respectivement présidente et secrétaire général de l’AFHE, souhaitèrent élargir encore le comité en intégrant de jeunes chercheurs (Cédric Perrin, Florent le Bot) et un collègue moderniste (Patrice Poujade), tous très actifs dans le domaine, qui venaient s’ajouter à ceux qui étaient les acteurs des premiers jours (Alexandre Fernandez, Olivier Raveux). Le nouveau comité a décidé de se rapprocher à nouveau de la Casa de Velázquez et d’organiser la quatrième rencontre du comité franco espagnol dans cette vénérable institution sous le titre « A la recherche du bien commun : un regard historique économique franco-espagnol / intervention publique et le bien-être dans l’histoire économique de l’Espagne et de la France ». L’objectif sera de réunir à la fois les spécialistes reconnus dans le domaine en France et en Espagne, mais aussi de faire un appel ouvert. Les éditeurs espèrent que ce livre et les prochaines rencontres permettront de multiplier les relations et les échanges entre les historiens de l’économie des deux pays.

Notes

1 Désormais IDHES, Institutions et dynamiques historiques de l’économie et de la société, UMR 8533.

2 JONES, E. L. (1973): « The Fashion Manipulators. Consumer Tastes and British Industries, 1660-1800 », en L. P. CAIN y P.J. USELDING (eds.), Business Enterprise and Economic Change, Kent, Kent State University Press.

Auteurs

Professeur d’Histoire économique à l’Université d’Alicante, il a enseigné dans les universités de Valence et du Pays Basque et il a été professeur associé à l’Université de Paris X-Nanterre. Il fait partie du conseil de rédaction des revues Revista de Historia Industrial et Áreas, Revista de Ciencias Sociales. Il est actuellement directeur de l’Institut d’Économie Internationale de l’Université d’Alicante. Il a publié des livres, des chapitres de livres et des articles sur l’industrie minière, la sidérurgie, l’industrialisation de Biscaye, les groupes de pression et la politique économique durant la Restauration, le niveau de vie des mineurs, l’évolution du bien-être en Espagne et la colonisation du Rif. Il a été président du comité franco-espagnol d’Histoire économique, comité qui a favorisé la publication des livres La Historia Económica en España y Francia (siglos XIX y XX) (2006) et Los niveles de vida en España y Francia (siglos XVIII-XX) (2011). Il a été chercheur principal dans plusieurs projets, le plus récent étant La minería y su contribución al desarrollo económico y territorial de España (1700-2000) (HAR C03 01) (2015-2018). Parmi ses publications des cinq dernières années, 1) “The restructuring of the spanish integrated steel industry in the European panorama (1971-86): a lost opportunity”, Business History (2009); 2) “The living standard of miner in Biscay (1876-1936): wages, Human development Index and height”. Revista de Historia Económica / Journal of Iberian and Latin American Economic History (Second Series) (2010); 3) “Diferencias provinciales de bienestar en la España del siglo XX”. Revista de Historia Industrial (2011); 4) “The international competitiveness of the Basque iron and steel industry (1880-1913)”. Économies et Sociétés. Série “Histoire économique quantitative” (2014) ; 5) :“Urban penalty : nuevas hipótesis y caso español (1860-1923)”. Historia Social (2014); 6): “Urban environmental degradation and the standard of living: the case of the spanish mining industry (1870-1930)”. Continuity and Change (2015). Contact : escudero@ua.es

Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Perpignan. Après une thèse consacrée à l’histoire de la Source Perrier (Prix académie François Bourdon 2001), il développe des travaux sur l’histoire économique de la France méridionale et sur l’histoire des marchés des biens de consommation. Il a publié notamment sur l’histoire du marché des eaux embouteillées en France et en Europe dans plusieurs revues, dont Entreprises et histoire et Vingtième siècle. Son livre, L’invention de l’eau embouteillée Qualité, normes et marchés de l’eau en bouteille en Europe 19e-20e siècle, publié en 2013 chez PIE Peter Lang, a été couronné par l’Académie Nationale de Médecine en 2014. Il est depuis 2011 secrétaire général de l’Association Française d’Histoire Economique et anime le versant français du Comité franco espagnol d’histoire économique. Contact nicolas.marty@univ-perp.fr

© Presses universitaires de Perpignan, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search