Versión clásicaVersión móvil

Rôles, statuts et représentations des femmes

 | 
Christophe Juhel

Les femmes criminelles au XVIIIe siècle dans la province de Roussillon

Delphine Sanchez

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

Le traitement de la criminalité a longtemps fait abstraction de la spécificité de la délinquance féminine au profit d’une approche globale. Les femmes ont longtemps été l’objet de stéréotypes faisant d’elles des êtres inférieurs aux hommes en matière de violence. Il faut attendre 1970 pour voir les criminologues et sociologues s’intéresser à ce phénomène. Jusque-là, les études relatives à la justice criminelle démontraient en effet la prédominance masculine en la matière. Quantitativement, ils représentent entre 80 et 90 % des auteurs d’infractions durant le XVIIIe siècle. « Lombroso explique notamment le taux très bas de la criminalité féminine par rapport à la criminalité masculine par la prostitution. En effet, elle est l’équivalent féminin de la criminalité masculine »1. Néanmoins, ces propos restent à nuancer car la criminalité féminine ne se limite pas à cette infraction. Les femmes ont une criminalité qui leur est propre, qui se caractérise par une petite délinquance faite de...

© Presses universitaires de Perpignan, 2017

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search