Version classiqueVersion mobile

Représentations esthétiques en Argentine et dans le Rio de la Plata XIXe, XXe, XXIe siècle. Politique, Fêtes et Excès

 | 
Sylvie Sureda-Cagliani

Préface

Sylvie Sureda-Cagliani

Texte intégral

1Cet ouvrage présente la publication des Actes du II Colloque International sur l’Argentine, « Représentations esthétiques en Argentine et dans le Río de la Plata XIX, XX, XXIe : Politique, Fêtes et Excès. », en hommage au professeur Francis Suréda.

2Ce Colloque qui s’est tenu à l’Université de Perpignan les 17 et 18 octobre 2013 à l’initiative du CreaC (Centre de Recherches d’Études Argentines du Crilaup), est né d’un projet de recherche sur le théâtre argentin entre des enseignants-chercheurs argentins et français. Il a répondu à la volonté de renforcer les liens solides déjà tissés depuis de très nombreuses années entre le CRILAUP (Perpignan) et le GETEA (Buenos-Aires). L’approche transdisciplinaire de la problématique du colloque qui embrassait des domaines d’études variés tels que le théâtre, le cinéma, la littérature, la musique et la peinture, visait à offrir une lecture éclectique des représentations esthétiques de la politique, des fêtes et des excès en Argentine aux XIXe, XXe et XXIe siècles. Les communications ont contribué à favoriser une réflexion autour des différents aspects de la thématique proposée. En ancrant ce colloque dans l’héritage du CRILAUP, le CreaC souhaite continuer à nourrir les échanges fructueux entre les enseignants-chercheurs spécialistes de l’Argentine, du Mexique et des autres pays d’Amérique Latine. Il convient d’ajouter que les travaux recueillis dans cet ouvrage invitent le lecteur à explorer diverses pistes de recherches. Ce Colloque a donné lieu à une riche expérience scientifique et humaine qu’il est souhaitable de pouvoir continuer à renouveler dans le futur.

3Je remercie toutes et tous les collègues et ami(e)s d’avoir participé à cette rencontre et je tiens à remercier tout particulièrement le Professeur Daniel Meyran, Directeur du CRILAUP pour son soutien inconditionnel qui a permis que ce colloque soit mené à bien dans les meilleures conditions. Je dédie ces actes « in memoriam » à mon père, et je conclurai en reprenant les mots du proverbe náhuatl chers à son « cuate » Daniel Meyran :

« La vida es un sueño del que uno despierta muriendo ».

© Presses universitaires de Perpignan, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search