Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Roches ornées, roches dressées

 | 
Michel Martzluff

3 - Les hommes et leur terre en Pyrénées de l'est

Leucate et la défense de la côte languedocienne au XVIIIe siècle : approche historique et archéologique

Guillaume Eppe

Résumé

Les compoix de Leucate ne mentionnent pas les amers dans les limites de terres. Lis ne mentionnent pas non plus le chemin longeant la falaise. Cette absence se comprend si on considère que la falaise, comme le littoral, est une zone « frontière » nécessitant la construction de fortifications.
Au XVIIIe siècle, la falaise de Leucate se hérisse donc d’une série d’ouvrages due à deux directeurs des fortifications. Les études faites sur ces ouvrages sont rares et se sont limitées à deux d’entre eux : le fort de la Haute-Franqui mentionné en 1710, et le fort des Mattes construit en 1742.
Il était donc nécessaire de mener une première étude sur l’ensemble du dispositif côtier, de parler de l’histoire de chaque fortification et d’en faire, dans la mesure du possible, une description et de voir les nombreux aménagements (chemins de desserte, chemin principal...)

Els «compoix» de Leucata no mencionen els «amers» dins els límits de terres. No fan menció tampoc del camí que segueix el penya-segat. Aquesta absència es compren si es considera que el penya-segat, com el litoral, és una zona «frontera» que necessita la construcció de fortificacions. Al segle XVIII, el penya-segat de Leucata es dota així doncs d’una sèrie d’obres deguda a dos directors de les fortificacions. Els estudis fits sobre aquestes obres són rars i s’han limitat a dos d’entre ells: el fort de l’Alta-Franqui mencionat en 1710, i el fort de les Mattes construit en 1742.
És necessari doncs de dirigir un primer estudi sobre el conjunt del dispositiu costaner, de parlar de la història de cada fortificació, de fer-ne, segons les possibilitats, una descripció i de veure els nombrosos endegaments (camins de servei, camí principal...)

The compoix of Leucate do not mention the landmarks in the boarder of the lands. The do not mention eitheer the overland track along the cliff. This omission can be understood when considerns that the cliff, like the coast, is a border zone, requiring the buildng of fortifications.
In XVIII
th century, the Leucate cliff is thus armed with a series of construction works due to two Directors of Fortifications. The studies made on these works are seldom and were limited to two of them: the fort of Haute-Franqui, mentioned in 1710, and the fort of Mattes, built in 1742.
It was thus necessary to perform a first study on the coastal device as a whole, to discuss about the history of each fortification ant to provide, as much as possible, a description and to see the numerous arrangements (service tracks, main tracks...)

Texte intégral

Introduction

1Si le territoire de Leucate ne rentre pas dans le cadre strict de l’espace géographique catalan, il n’en est guère éloigné. En effet, une partie se trouvait en terre catalane et ce jusqu’en 1309, puis devint domaine rattaché au royaume de France à cette date. À partir de 1701 et jusqu’à la Révolution, les seigneurs du lieu étaient d’origine catalane. De plus, partageant l’étang du Barcarès avec les P.-O., Leucate, malgré son insularité, était aussi bien tournée pour ses échanges vers le Roussillon que vers Narbonne.

2Dernier contrefort oriental des Corbières, Leucate a une façade maritime importante (fig. 1). Cette importance se voit grâce aux grandes îles des Coussoules et de la Corrège et grâce à la « Montagne de Leucate » qui forme une véritable île. À cela, il faut ajouter les îles se trouvant dans l’étang de Salses-Leucate : Vy, La Rascasse, L’Hortel, Les Sidrières, La Liéto de Mounié. La communicarion entre la mer et les étangs se fait par des graus. Il y en a deux importants de part et d’autre de la « Montagne de Leucate » qui sont le Grau de Leucate sur l’étang de Salses-Leucate et le Grau de la Franqui sur l’étang de Lapalme. La « Montagne de Leucate » est l’une des rares hauteurs de la côte languedocienne avec l’île Saint-Martin, le Massif de La Clape et les hauteurs littorales se trouvant entre Sète et Agde.

Figure 1 : Situation de Leucate, (D.A.O. Sabine Nadal)

3La réflexion sur le dispositif militaire côtier est née après que Gilbert Larguier, lors de notre maîtrise en 1994, nous a demandé de relever les mentions de cap dans les compoix. Un seul cap a été relevé près de l’étang, le Cap de la Rousseille. Autre point de réflexion, un document du XIVe siècle mentionnait l’existence de la Fontaine du Paradis dans l’anse du même nom. Les compoix ne mentionnent ni la fontaine, ni l’anse. Le cadastre napoléonien fait mention d’un chemin des Forts qui desservait les ouvrages côtiers entre les Mattes et La Franqui mais qui n’avait que très peu de ramifications hors du périmètre militaire.

4Après la destruction de la forteresse en 1664, à la demande des États de Languedoc, la côte reste sans défense jusqu’en 1709. Les seuls ouvrages connus étaient le fort du Grau Saint-Ange au Barcarès de Saint-Laurent-de-la-Salanque (actuellement commune du Barcarès) et l’ancienne redoute du Grau de la Vieille Nouvelle, à proximité de l’île Sainte-Lucie (commune de Port-la-Nouvelle, Aude). Peut-on dire qu’il n’y avait pas urgence ? Quoi qu’il en soit, en 1709, Antoine Niquet, directeur des fortifications pour le Languedoc, fait construire deux redoutes qu’il place à La Franqui, dont Vauban voulait faire un port de commerce et de guerre. Entre 1741 et 1750, un autre directeur des fortifications, Jacques-Philippe Mareschal, complète le dispositif en faisant construire quatre ouvrages et en aménageant le paysage.

1. À La Franqui, l’œuvre d’un proche de Vauban : Antoine Niquet

5Alors qu’il est en déplacement, Vauban s’arrête à La Franqui et envisage d’établir un port dans une rade profonde de 9 m en avant du Grau de La Franqui. En 1705, l’ingénieur Antoine Niquet est nommé directeur des fortifications pour le Languedoc et reçoit l’ordre du duc de Roquelaure, commandant en chef du Languedoc, de construire des redoutes sur la côte languedocienne. En 1709, il obtient des crédits de la part des États de Languedoc pour la construction de redoutes légères en terre et en bois à Agde, La Nouvelle et Leucate. Il se voit aussi confier la construction du canal royal qui, partant de La Nouvelle, devait rejoindre le Grau de La Franqui. C’est donc dans l’optique de protection du futur canal royal que deux redoutes avec batteries à barbette vont être construites à La Franqui.

1.1. La redoute de la Basse-Franqui

6Elle est mentionnée sur un plan du tracé du canal royal entre le canal de la Robine et le Grau de La Franqui en date de 1724, plan aujourd’hui disparu et dont il ne reste aucune copie (il se trouvait aux Archives départementales de l’Hérault). Les seuls documents restants sont postérieurs à 1760. Un rapport établi en 1779 par le capitaine des canonniers garde-côtes, Pech de la Clauze, donne une description précise de l’ouvrage :

7« La redoute et la batterie de la Basse-Franqui distantes de 11 mille mètres de la Batterie de La Nouvelle sur la gauche, est située sur un plateau, à mi-côté de la montagne de Leucate, à environ 70 mètres de la mer, elle est construite en maçonnerie. On y monte par le moyen d’une échelle de meunier de 3 mètres de hauteur, que l’on retire dans la batterie pour éviter les surprises.

8Elle est armée de 2 pièces de 24 en fer montés, sur affûts de côte en asses bon état, et une caisse à rougir les boulets. L’intérieur de cette Batterie contient un petit avant magasin, un magasin à poudres, voûté et très sain, qui a de longueur interne 3m40 sur 2m35 de largeur, un corps de garde pouvant contenir 20 hommes, 10 à 12 y sont suffisants, il n’y a point de magasins d’artillerie, on tient les écouvillons et refouloirs dans le Corps de Garde et les petits attirails dans le petit avant magasin poudre. Cette batterie bien située est nécessaire pour défendre l’enfoncement de l’anse de La Franqui ; pour battre la plage de gauche depuis la ligne du Nord jusqu’au continent à droite de la Haute Franqui à l’Est Sud-Est. L’épaulement à besoin d’être réparé et la porte qui donne sur la platte forme renouvellée. L’élévation de la batterie de Basse Franqui au dessus du niveau de la mer est de 22 mètres ». Cette précision, quant à l’altitude et à la distance par rapport à la mer, a permis de localiser le site au-dessus de l’ancienne caserne des douanes. Un autre rapport donne une description moins avantageuse de l’ouvrage.

9Ce rapport a été établi en 1793 par le général Lamartinière :

  • 1 A.D.P.-O., L1011.

10« La redoute de la basse franquie est construite en maçonnerie, sur une élévation d’environ 25 a 30 pieds au dessus du niveau la mer, escarpée et baignée par la laisse. Cette redoute protège un mouillage propre à tous vaisseaux mais si étroit qu’on peut le considérer comme un canal de 200 toises environ de longueur sur a peu près 8 toises de largeur, au plus fort qui longe la terre dans toute sa longueur, à un jet de pierre de distance. En avant et attenant à cette redoute, est une plateforme en maçonnerie armée de trois pièces de 24, disposition très vicieuse en ce qu’elle expose les canoniers dans la batterie, aux éclats de pierre que peuvent disperser, sur eux, les boulets de l’ennemi portant dans la maçonnerie de la redoute. Ces trois pièces sont montées sur de vieux affuts de siège, mais le peu de largeur de cette platforme réclame impérieusement l’usage des affuts marins. Dans ces étroites dimensions, on a osé insérer un fourneau à rougir les boulets qui se trouve, au plus disant, de douze pieds de la pièce de gauche. Cette disposition très vicieuse n’étant pas admissible, et étant absolument contraire aux régie de précaution qu’exige le service des batteries, il est nécessaire placer ce fourneau plus en arrière, en l’isolant de la batterie. Le magasin à poudre de cette batterie est assez solidement construit, mais contre l’usage et les principes de sureté, il est situé dans l’intérieur de la redoute. Les trois pièces sont approvisionnées à 44 boulets chacune et beaucoup plus en poudres1 ».

11On voit qu’en 14 ans, la situation a changé : la présence d’une troisième pièce sur affût de siège complique la manœuvre sur une plate-forme jugée assez étroite d’où la disposition qualifiée de « vicieuse » de la caisse à rougir les boulets et la critique, non fondée, sur le magasin à poudres. Dans le tableau qui suit le rapport le nombre de pièces prévisionnelles est assez important : 2 pièces de 8 et 3 de 24 avec une dotation de 100 boulets par pièce. On devine tout de suite que la critique sur l’étroitesse de la plate-forme prend une tournure assez bizarre car le général Lamartinière veut mettre 5 pièces alors qu’avec 3 canons, la batterie frise l’encombrement. D’où, peut-être, la construction d’une seconde batterie plus bas à l’emplacement de la caserne des douanes. La redoute et la batterie sont portées au cadastre napoléonien pour une superficie de 374 m2. En 1912, dans son dictionnaire topographique, Sabarthès parle de l’ancien fort. En 1942-1944, la redoute est rasée pour la construction d’un blockhaus se trouvant au-dessus. Des vestiges sont encore visibles sur trois parcelles loties notamment aux n° 5 et 7 de la Montée du Fort où l’on distingue le talus de la batterie, une partie de la base de la redoute et des murs de soutènement appuyés contre la falaise.

1.2. La redoute de la Haute-Franqui

12Elle apparaît en 1711. Il n’est pas question de phare phénicien ou grec ou de villa romaine comme la tradition locale le souhaiterait. Il n’est pas question d’un château médiéval comme Anny de Pous le suggérait en 1965.

  • 2 Anny de Pous 1965, p. 133-134.
  • 3 A.D.P.-O., L1011.

13Le fort se compose en fait d’un bâtiment, la redoute, faisant office de corps de garde et magasins et d’une terrasse semi-circulaire, la batterie. Cette dernière est peu aménagée. De part et d’autre on distingue deux arcs de 0,50 m de largeur pour 0,10 m de hauteur. Il s’agit vraisemblablement des arcs de manœuvre pour les canons. La hauteur “restituée” du mur de la batterie est de 1,50 m et son épaisseur à la base est de 1 m. La terrasse fait un demi-cercle de 19,60 m de diamètre. Contre le bâtiment, entre les deux portes, se trouve encore la caisse à rougir les boulets. La superficie du fort est estimée à 350 m2, fossés compris. Le fort a reçu 3 visites de reconnaissance dont les auteurs, cités par Anny de Pous2 nous ont laissé des descriptions assez intéressantes : en 1758 le chevalier de Beautreville s’étonne de l’absence de fossés ce qui laisse supposer que les fossés ont été faits après cette date ; en 1759 le marquis de la Feuillée nous apprend que la redoute peut contenir 30 hommes comme celle de la Basse-Franqui dont elle devait partager certaines ressemblances ; en 1772, monsieur de Chabaud nous apprend que la redoute menace de tomber en ruine et que la batterie est armée de cinq pièces. Anny de Pous met dans la liste des rapports concernant la Haute-Franqui un rapport de Jacques-Philippe Mareschal en date de l’année 1779 où il est écrit que la batterie est en ruine et menace de s’effondrer. La même année, le capitaine des canonniers garde-côtes signale qu’à la Haute-Franqui se trouvent quatre pièces de 24 et une garnison composée d’un caporal et de quatre soldats du régiment de Foix. En fait, le rapport de Jacques-Philippe Mareschal porte sur un ouvrage que ce dernier a construit un peu plus loin. En 1793, le général Lamartinière décrit la redoute en ces termes : « La redoute de la haute franquie est située à environ deux a trois cent toises de la basse, sur le même air de Celle, mais beaucoup plus élevée, ce qui la rend beaucoup plus plongeante. Inconvénient qui est d’autant plus grand quelle est armée de deux pièces de 8 d’un service douteux mais montées sur des affûts batards de bon service, sur une plateforme en avant de la redoute, ce qui expose les canoniers aux mêmes dangers que ci-dessus. Cette batterie étant destinée à la défense des approches du port de la franque et du mouillage, de ses alentours doit être armée de deux pièces de 24 et d’un mortier de 12 pouces. Cette redoute n’a pour magasin à poudre qu’une espèce de cage, de légère charpente, située au dessus des lits de la garde et sous le même toit et qui voit exposer les poudres à toute l’humidité de l’atmosphère et à tous les accidens auxquels l’incurie et l’imprudence du soldat peut donner lieu3 ». Curieusement, il n’est rien dit sur la caisse à rougir les boulets placée entre les deux portes de la redoute. Une disposition pour la moins curieuse et assez dangereuse qui pouvait être la même qu’à la Basse-Franqui tant les deux ouvrages sont ressemblants.

14Le tableau d’inventaire de l’armement montre une dotation prévisionnelle, et néanmoins réelle, de 100 boulets par pièce. La redoute et la batterie sont portées au cadastre napoléonien pour une superficie de 350 m2. En 1912, le fort est dit ruiné. Il est partiellement démantelé après la Seconde Guerre mondiale et plusieurs pierres de taille ont fini dans un cimetière à Lapalme. Le fort a été restauré dans les années 1990.

2. Le programme de Jacques-Philippe Mareschal (1741-1750)

  • 4 Anne Blanchard 1998, p. 112-113.

15En 1741, Jacques-Philippe Marechal est nommé directeur des fortifications du Languedoc et avec l’appui des Etats de Languedoc, il met sur pied un programme plus ambitieux que celui de son prédécesseur. Il va baser sa conception de la défense de la côte sur quatre ouvrages type dont trois ont été définis par Anne Blanchard4.

  • Le Signal : c’est une petite tour de guet de 6m de côté à la base et comptant deux étages surmontés d’une plate-forme de surveillance. La tour était gardée par un effectif de 2 à 4 hommes. Le signal le mieux conservé et le plus proche est la Tour de la Vieille-Nouvelle (commune de Port-la-Nouvelle, Aude).

  • La Redoute simple : elle doit surveiller les graus. Armée de pièces d’artillerie légère, elle permettait aux milices de se porter plus rapidement sur le terrain menacé. La redoute de Montoulieu (commune de Narbonne, Aude) semble être de ce type. La redoute de Ballestras (commune de Palavas-les-Flots, Hérault) est de ce type.

  • La Grande Redoute avec Batteries : lourdement armée, elle permettait de défendre l’entrée d’un port ou d’un grau important. Il en existe une sur le pic Saint-Loup à Agde (Hérault). La Batterie est le seul ouvrage à ne pas être défini. On peut, sans risque et au vu des descriptions, avancer la définition suivante : il s’agit d’un ouvrage important, muni d’un signal et armé de pièces permettant le tir en barbette en l’absence de créneaux de tir. Ce genre d’ouvrage devait protéger les zones sensibles du littoral.

16On va s’apercevoir que malgré ces définitions, plus ou moins, précises, d’ouvrages-type, se cachent des problèmes locaux (construction d’ouvrages supplémentaires, problèmes de garnisons, problèmes matériels...). En février 1746, douze ouvrages sur une vingtaine étaient achevés. En 1750, le programme est bouclé et quatre des ouvrages se trouvent sur la falaise de Leucate : la Redoute des Mattes, le Signal, la Batterie du Grand Cap et la Grande Redoute avec Batteries du Cap des Frères.

2.1. La Grande Redoute avec Batteries du Cap des Frères

  • 5 Anny de Pous 1965, p. 134.
  • 6 Albagnac 1976/1977, p. 170.

17Elle n’a pas laissé de trace historique. Seul le rapport Mareschal de 1779, cité par Anny de Pous, semble s’y rapporter bien que concernant, selon son auteur, le fort de la Haute-Franqui « (...) abandonnée attendu que la batterie est hors de service, son revêtement étant au moment de crouller (...)5 ». Le Directeur des Fortifications voulait sans doute s’exonérer en attribuant un rapport désastreux à un fort qui avait une garnison la même année, celui de la Haute Franqui. Quoi qu’il en soit, la Grande Redoute était déjà mal en point en 1779. Elle n’apparaît pas dans l’inspection de la côte du général Lamartinière en 1793 mais apparaît au cadastre napoléonien où elle est signalée comme vigie avec une superficie inférieure à 50 m2. Au milieu du XIXe siècle, l’ouvrage est qualifié de fortin. En 1912, Sabarthès signale la présence d’une ancienne batterie sur le Petit Cap des Frères. On sait, par un article de Lucien Albagnac6 que la batterie d’Agde (en fait une grande redoute avec batterie) était, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, armée de 12 canons.

18La superficie de l’ouvrage varie, selon que l’on tienne compte ou non de la présence de fossés, de 300 à 450 m2. En partie visible, l’ouvrage se compose de 4 éléments dont 3 certains : un hypothétique fossé à l’est, une avancée maçonnée de 6 m de long sur 1,50 m de largeur, une terrasse de 10,50 m de longueur sur 7,50 m de largeur et un bâtiment dont les dimensions très approximatives sont de 10 m de long sur 8m de large. Le site est orienté de la manière suivante : l’entrée de la redoute à l’ouest, l’extrémité de la batterie à l’est.

19De l’avancée, il n’y a rien à dire sinon qu’elle est conservée sur 0,50 m de hauteur et est à moitié enfouie. La terrasse, visible au tiers, comporte une fosse de 1,30 m de côté qui semble être la caisse à rougir les boulets. Les murs de la terrasse font actuellement 0,30 m d’épaisseur et sont conservés sur 0,50 m de hauteur au maximum. Sur la face sud, on trouve un mur de 1,60 m de long pour 0,30 m d’épaisseur à l’est, un passage de 0,50 m et un mur situé à l’ouest de 0,80 m de long sur 0,30 m d’épaisseur. Ce dernier mur est prolongé par une construction de 1,40 m sur 1,50 m qui, au départ, avait été interprétée comme une guérite. En fait, il s’agit de l’une des deux branches de la batterie à barbette. Le bâtiment, dont il ne reste qu’un tas de pierres et de tuiles à une forme quadrangulaire. On y trouve encore des éléments d’encadrements de porte. La butte constituée par les restes fait près de 1 m de hauteur. Des briquettes de pavements de différentes tailles ont été ramassées près de cette butte qui sert, depuis peu, aux chasseurs. L’absence de documentation et la rapidité avec laquelle le site s’est dégradé laissent à penser que la grande redoute n’a jamais servi. Il est probable qu’elle a été très vite abandonnée et arasée.

20Il reste quand même un problème sérieux sur ce qu’était vraiment cet ouvrage. Par ses dimensions, il se rapproche de la batterie et par sa configuration (présence d’une partie de branche, toit avec des tuiles, présence d’un fossé et avancée maçonnée) il se rapproche davantage de la grande redoute à batteries. Seule une opération archéologique permettrait de comprendre un peu mieux cette fortification.

2.2. La batterie du Grand Cap

  • 7 Jacques Hiron 1998, p. 32.

21Elle se trouvait à l’emplacement de l’actuel sémaphore. La seule description nous est donnée par Pech de la Clauze en 1779 : « La batterie du Grand Cap de Leucate est située sur le cap de ce nom le plus avancé en mer dans cette partie et à la meilleure position ; il est distant de la haute franqui d’environ 1800 mettes. Le sémaphore qui est à sa droite sur le Cap du Signal en est distant de 300 mètres. Cette batterie est actuellement armée de deux pièces de 24 en fer, montés sur affûts de Côte en bon état. Son épaulement n’est qu’en pierre sèche et en terre mal dirigé. La position de cette batterie et son importance exige un nouvel établissement sur un tracé circulaire qui découvrira les deux côtés du continent en suivant la forme du plateau. Ce poste n’a aucun établissement ; la Redoute des Mattes fournit la garde qui bivouaque chaque nuit. Son armement sera augmenté d’une 3ème pièce de 24pour battre le passage et l’enfoncement de l’anse de La Franqui. La défense de cette batterie se développera du Nord au Sud depuis la ligne du continent de gauche jusqu’à celle de droite, elle sera fermée par un mur crénelé et la porte d’entrée du côté de l’Ouest couverte par un redan. Son intérieur contiendra un corps de garde pour 18 à 20 hommes, un magasin à poudre voûté de 4 mètres sur 3, un logement pour le gardien et un magasin d’attirail. L’élévation de la batterie du Grand Cap de Leucate au-dessus du niveau de la mer est de 33 mètre7 ».

22Cette description nous montre que la porte d’accès se trouvait du côté ouest et que la fortification était bien orientée, comme la grande redoute du Cap des Frères. Le cadastre napoléonien de 1810 ne mentionne qu’une vigie accessible par deux chemins dont un, au sud, semble abandonné.

  • 8 Sabarthès 1912, p. 170.

23En 1912, Sabarthès parle du sémaphore et note la présence d’une « ancienne batterie et redoute8 ». L’ancien sémaphore, appelé Fortin ou Vieux Fort, a été détruit par la Marine Nationale en 1990 et remplacé par le sémaphore actuel qui reprend le tracé de l’ancien, lequel se situait sur l’emplacement de la batterie. Un témoignage oral faisait état, avant la destruction, de l’existence de « murs avec des archères » ; il s’agissait de l’un des murs de l’ancienne batterie. À proximité du site, au sud, on note la présence de murs appartenant à l’ancien chemin partiellement abandonné en 1810. De l’autre chemin, côté nord, il ne reste aucune trace (fig. 2).

2.3. Le signal (fig. 3)

  • 9 Jacques Hiron 1998, p. 32.
  • 10 À proximité du site, subsistent les ruines d’un bâtiment quadrangulaire. Peut-être s’agit-il de la (...)
  • 11 Degage 1976/1977, p. 173.

24Il a pu être retrouvé grâce au rapport de Pech de la Clauze sur la batterie du Grand Cap. Une recherche à 300 m du Grand Cap a permis de retrouver les vestiges du signal à proximité du point IGN 47. Il reste les traces d’une tour d’environ 6 m de côté orientée Nord/sud avec une porte qui devait se trouver certainement à l’ouest. À proximité du site, on peut voir un mur maçonné de 0,50 m d’épaisseur faisant une courbe vers le nord. Le signal apparaît en tant que vigie sur le cadastre napoléonien de 1810 à 300 m au sud de l’ancienne batterie du Grand Cap. Le lieu porte encore le nom local de Peunto de la Garde9. Il s’agit du seul signal qui ne soit pas à proximité d’un grau. Il protégeait l’accès vers une petite plage en contrebas de l’actuel sémaphore. Par ses dimensions, il devait se rapprocher de la Tour de la Vieille-Nouvelle. Il semble que le site ait aussi porté le nom de Vigie du Bryganty10. Grâce à un article d’Alain Degage11, on connaît le devis de construction d’une telle tour : 1790 livres 14 sous 9 deniers soit 10 fois le montant total du compoix de la communauté de Leucate.

2.4. La redoute des Mattes (fig. 4)

25Elle est mentionnée à la fin de la première moitié du XVIIIe siècle. Pour cet ouvrage, la documentation est plus importante. Cela est dû à deux facteurs : la proximité avec le village de pêcheurs des Mattes et la présence de terres agricoles au lieu-dit Saint-Pierre, à proximité de l’ouvrage. Appelée Redoute Richelieu, la fortification est terminée en 1742, soit un an après le début du programme. Elle se compose, dès l’origine, de la redoute, d’une terrasse servant pour une batterie et d’un retranchement dominant l’étang et construit le long du chemin de desserte.

  • 12 Compoix de Leucate, AML, SI. Compoix de Jacques Azeau.
  • 13 Brevette d’imposition, AML, S2. Brevettes de Barthélémy André, Antoine Andrieu et Charles Tapiès.

26Le compoix de 1744 mentionne la redoute à deux reprises et la brevette d’imposition au compoix de 1781 porte trois mentions dont deux sur l’ensemble redoute+retranchement. En 1744, Jacques Vigoroux tient un vacant de 0,0253 ha à La Redoute. Mention plus intéressante, celle de Jacques Azeau qui tient « une auzerde à la Redoute confronte de tous vents vacants contenant 1 cartière 3 ponnières 1 coup (0,197225 ha) moitie champ et estimé tout moyen fait neuf deniers trois carts12 ». On retrouve les vacants omniprésents à partir de 1745. La mauvaise tenue de la brevette fait que certaines dates ont été omises. À une date inconnue, Barthélémy André procède à l’augment d’un vacant de 0,8092 ha confrontant la Redoute des Mattes. À une date non déterminée, Antoine Andrieu procède à l’augment d’un vacant de 1,336 ha à Saint-Pierre dont les confronts sont « au cers la garrigue, au marin le retranchement, au midi le mailheul de l’ermite, à l’aquilon le Chemin de la Redoute ». En 1763, Charles Tapiès procède à l’augment d’un vacant à Saint-Pierre dont les confronts sont « au cers un vacant, au marin vacant et retranchement, au midi vacant, à l’aquilon Chemin de la Redoute13 ». Pech de la Clauze, dans son rapport de 1779, signale que la garnison était constituée d’un patron, d’un caporal et de quatre canonniers garde-côtes. C’est une partie de cette garnison qui devait assurer, de nuit, la surveillance de la batterie du Grand Cap.

  • 14 Hiron ibidem, p. 34.

27La redoute est décrite vers 1792 : « la tour construite en pierre de taille comprend un rez-de-chaussée renfermant trois pièces consistant en un corps de garde et deux magasins ; le premier étage comprenant trois pièces dallées dont une possède une cheminée ; la terrasse ou plate-forme qui est dallée et entourée d’un mur crénelé. La tour des Mattes parfaitement carrée à 12 mètres de côté et occupe une superficie de 1,44 are. La batterie située à l’Est de la tour a une superficie de 63 centiares ; elle est formée par un épaulement destiné à recevoir deux pièces d’artillerie14 ». On peut noter, à ce stade, que la terrasse de la batterie occupe une surface moindre mais suffisante pour manœuvrer deux canons. En 1793, un an plus tard, le général Lamartinière termine son inspection leucatoise par la redoute des Mattes et nous laisse une description très détaillée du site que l’on retrouvera plus tard, en 1810, sur le cadastre napoléonien : « La redoute des Mattes ayant la mer en face et l’étang de Leucate à sa droite, est construite en maçonnerie et située sur une hauteur d’environ 40 à 45 pieds au-dessus de la mer. Elle est défendue, dans son approche du côté de l’étang, le seul par ou elle soit accessible, par un retranchement en maçonnerie qui, du niveau de la mer et de l’étang, s’éleve en montant jusque à la hauteur de la redoute, en suivant la rampe assez rapide qui y conduit.

28Sur le milieu à peu près de cette hauteur, et sur un pan du retranchement qui flanque la partie de ce même retranchement qui est en dessous, est une batterie de deux pièces de 8 qui bat et la partie du retranchement qu’elle flanque et une partie de la plage sur laquelle se trouve le grau, c’est à dire la communication entre la mer et l’étang.

Figure 2 : Le sémaphore du Cap Leucate à l’emplacement de l’ancienne batterie, vers 1900

Figure 3 : Le Signal de la Vieille Nouvelle (Port-la-Nouvelle, Aude) (cliché : Guillaume Eppe)

Figure 4 : La redoute des Mattes vers 1900

29À la gauche de la redoute, sur une plate-forme en maçonnerie, il y a quatre pièces en batterie savoir une pièce de 24 montée sur un vieux affût de siège, deux pièces de 8 d’un service douteux montées sur deux mauvais affuts de siège et une troisième pièce de 8 de bon service, montée sur un affut batard de bon service, et sur la gauche de la dite plate-forme et sur le rocher, sont trois pièces de 8 en batterie, montées sur de bons affuts batards.

30La trop grande élévation de cette batterie au-dessus du niveau de la mer rendant le service des pièces qui y sont établies extraordinairements plongeants, surtout pour le calibre de 8, il est évident qu’une seconde pièce de 24 et un mortier de 12 pouces y produiraient un bien meilleur effet que cette multiplicité de pièces de 8 qu’on pourroit utiliser en les mettant en batterie sur un plateau trez près de la basse franquie, sur sa gauche de dix à douze pieds plus bas que la plate-forme de cette batterie et faisant face à la direction de la longueur du port, qu’elles défendroient par enfilade.

  • 15 A.D.P.-O., L1011.

31Le magasin à poudre de la batterie des Mattes étant placé dans l’intérieur de la redoute, et le fourneau à rougir les boulets étant aussi mal placé que ceux des batteries précédentes, on peut appliquer les mêmes observations que ci selles. L’approvisionnement de cette Batterie est trez incomplet15 ».

32Sur le tableau joint, il est fait mention de trois pièces avec une dotation de 100 boulets par pièce. L’importance du dispositif, notée par le général Lamartinière, s’explique par la présence d’un important grau, celui de Leucate, et du village de pêcheurs avec son barcarès ou port des barques où mouillaient beaucoup de sardinal et de betto (fig. 3).

33En 1810, l’ensemble des Mattes est porté au cadastre napoléonien pour une superficie de 272 m2 (fig. 6). En 1821, le fort est dit abandonné et est vendu aux enchères le 22 décembre 1895 avec une mise à prix de 80 francs. Ce sera Justin Bertrand qui fera l’acquisition du fort. Celui-ci sera entièrement démoli pour la construction de la jetée du grau en 1910. La terrasse, encore visible dans les années 1970, a été englobée dans une propriété privée. Il est actuellement impossible de dire s’il s’agit de la terrasse de la redoute ou de la terrasse de la batterie. Le retranchement se trouve dans un camp de vacances du Ministère des Finances. Il a été impossible de voir ce qu’il en restait.

3. Les autres aspects de la protection de la côte : les effectifs et la voirie

3.1. Des effectifs en progression

  • 16 A.D.P.-O., 3J334.
  • 17 Larguier 1989.

34Le 19 septembre 1742, François de Tord de Calvo, seigneur de Leucate, fait mention dans une lettre d’une garnison à Leucate16. Par Pech de la Clauze, on connaît les effectifs de l’année 1779 : pour la redoute des Mattes dont une partie de la garnison va, de nuit, veiller sur la batterie du Grand Cap, on compte un patron, un caporal, quatre canonniers et la redoute de la Haute-Franqui compte un caporal, quatre soldats. Pour la redoute de la Basse-Franqui et la batterie du Grand Cap, on doit se limiter aux capacités des fortifications : 20 hommes (une dizaine suffisent) pour la Basse-Franqui, une vingtaine d’hommes pour la batterie du Grand Cap. Les effectifs de 1779 peuvent donc être estimés à une trentaine de soldats et officiers. En 1789, on trouve dans le cahier de doléances de Leucate deux choses intéressantes : tout d’abord un volet concernant une demande d’exemption de la milice des canonniers matelots de la communauté et, dans un deuxième point, « un chemin depuis le village jusques a la grande route de perpignan qui se trouve a demi lieue de distance, afin de faciliter l’exportation des denrées et pour l’importation des munitions de guerre soit au fort de la Franqui et Mattes17 ». Ce court passage en dit long sur l’insularité caractéristique de Leucate et les problèmes d’approvisionnement qui en découlent.

Figure 5 : Emplacement des redoutes d’après la matrice cadastrale et le cadastre napoléonien de 1810 (A. D. Α., PW6872, 1043W36) (D.A.O. S. Nadal)

Figure 6 : Emplacement des batteries d’après la matrice cadastrale et le cadastre napoléonien de 1810 (A. D. Α., PW6872, 1043W36) (D.A.O. S. Nadal)

35En 1793, en fin de son rapport d’inspection à Leucate, le général Lamartinière fait l’inventaire de la garnison : « Les batteries de la basse et haute franquie, et celle des Mattes, sont servies par une compagnie de canoniers volontaires nationaux qui vient d’être organisée à Leucate et qui est forte de 67 canoniers et sous l’instruction du commandant Labadie, ancien canonier des régiments d’artillerie ». En 1808, un dernier inventaire fait état de 96 hommes et 51 fusils. En un siècle, on passe d’une quinzaine d’hommes et de deux fortifications à une centaine d’hommes répartis sur les six ouvrages couvrant les 3 km de côte.

  • 18 Hiron ibidem, p. 38.

36Cette garnison devait, au départ, veiller sur l’un des avant-ports de Narbonne, puis, le temps passant, prévenir les attaques des pirates sur la côte et intervenir lors des naufrages nombreux aux XVIIIe et XIXe siècles18. Chose assez curieuse, les garnisons ne semblent pas être intervenues dans les conflits violents (meurtres, agressions, destructions de vignes, destructions de filets, saccages de cabanes, violences envers les consuls) entre pêcheurs de Leucate et de Saint-Laurent-de-la-Salanque qui vont émailler le XVIIIe siècle.

3.2. Les chemins et ce qu’il en reste

37Le Chemin des Forts servait en quelque sorte de limite entre les terres agricoles, dont de nombreux vacants et hermes, et les fortifications. On voit encore des ornières avec un entraxe de 1,55 m entre le Cap Leucate et la Pointe de la Sorcière. Il partait de la redoute des Mattes, accessible par un chemin défendu par un retranchement, et se terminait à la redoute de la Basse-Franqui. Ce chemin est protégé de part et d’autre par des murs de 1,70 m de hauteur aux endroits les mieux conservés et de 0,50 m d’épaisseur. Ces murs sont là pour protéger les divers chargements empruntant le chemin (poudres, boulets...). Mais il ne faut pas oublier que nous sommes dans une région de montagne et non de plaine. Les chemins sont bien délimités, voire même surveillés, par des petites cabanes dont une existe encore entre le Cap Leucate et la Pointe de la Sorcière. Ce chemin, visible sur le cadastre napoléonien, avait été abandonné en plusieurs endroits en 1810 (fig. 5).

  • 19 Mission 1965 CDP9062 P/400, cliché 9454.

38Cependant une photographie aérienne de l’IGN19 montre des traces de chemin dans certaines parcelles proches de la falaise démontrant ainsi, 200 ans après, l’existence de ce qui a été le Chemin des Forts. De plus, des chemins partaient du village vers les fortifications : chemin du Fort des Mattes dont la route actuelle reprend en partie le tracé, chemin du Signal dont le cadastre napoléonien gardait les traces devenues quasiment inexistantes depuis, chemin de la batterie du Grand Cap dont il reste des ornières au lieu-dit Guitard, chemin du Cap des Frères dont le tracé est actuellement fossilisé, chemin de la Haute-Franqui aujourd’hui goudronné, chemin de la Basse-Franqui lui aussi goudronné puis bétonné entre le blockhaus et le bas de la Montée du Fort.

Conclusion

  • 20 Le projet d’un port à la Franqui date de 1309. Véritable serpent de mer, le projet est sans cesse r (...)

39Finalement, on peut discerner deux méthodes. D’abord celle de Niquet qui semble logique, puisque les redoutes construites ont pour but de protéger une rade profonde où peuvent mouiller des navires de 40 canons et aussi de protéger le futur canal (qui ne sera jamais achevé) entre le Canal de la Robine et l’étang de Lapalme (où un port devait être construit à La Franqui)20. À l’inverse, la méthode de Mareschal surprend. Une seule fortification paraît avoir une place logique, la redoute des Mattes, avec ses extensions démesurées. Cette fortification protège le Grau de Leucate et le port des barques en contrebas. Une fortification utile, mais sans garnison, est la batterie du Grand Cap qui, par sa position, était le maillon entre les redoutes de la Franqui et la redoute des Mattes. La preuve en est que le site a été repris par la Marine Nationale pour la construction d’un sémaphore encore en activité. Il est à noter que deux fortifications ne sont pas mentionnées entre 1779 et 1793 : le signal et la grande redoute du Cap des Frères.

40Cependant, face à la mer, le parfait alignement, selon la même orientation, des fortifications construites par Jacques-Philippe Mareschal, suggère aussi une mise en spectacle des talents du directeur des fortifications sur la scène que constituait la falaise de Leucate.

LEXIQUE

41Auzerde : terre emplie de luzerne.

42Batterie à barbette : batterie permettant le tir des canons par-dessus le parapet en l’absence de créneaux de tir.

43Betto : petite barque de pêche à voile latine typique de cette région et utilisée dans les étangs ou à proximité des côtes.

44Brevette d’imposition : registre où sont notées toutes les transactions (dot, don, échange, achat, vente, augment) portant sur les terres cultivées ou non et sur les bâtiments.

45Compoix : matrice cadastrale établit dans les pays de taille réelle et énumérant toutes les possessions des propriétaires avec les qualités et superficies exactes des bâtis et des terres.

46Grau : passage entre la mer et l’étang.

47Herme : terres vacantes, à l’abandon.

48Sardinal : barque de pêche plus importante que le betto proche de la barque catalane.

ARCHIVES DÉPARTEMENTALES DES PYRÉNÉES-ORIENTALES

493J334 - Documents divers concernant les seigneuries de Lapalme et de Leucate (1717-1780).

50L1011 - Artillerie. Etat des batteries de la côte entre l’Aude et la Têt, inspectées en 1793 (6 Pluviôse) par le général Lamartinière.

511Fi166 - Carte géométricale des étangs de Lapalme, Leucate et Salses. Imprimerie de l’Indépendant, 1860. Echelle 1/25000.

ARCHIVES DÉPARTEMENTALES DE L’AUDE

521043W 36 - Matrice cadastrale napoléonienne de Leucate (1810).

53PW6872 - Cadastre napoléonien de Leucate, section B, feuilles 1 à 7 (1810).

ARCHIVES MUNICIPALES DE LEUCATE

54S1 - Compoix de Leucate pour l’année 1744.

55S2 - Compoix de Leucate pour l’année 1781 et Brevette d’imposition 1745-an IX.

Bibliographie

Albagnac 1976-1977 : ALBAGNAC (L.) - Sète, île forte. Bulletin de la Société d’Etudes Scientifiques de Sète et de sa Région, tome VIII/IX, 1976/1977, p. 169-171.

Blanchard 1998 : BLANCHARD (A.) - La défense des côtes languedociennes à l’époque moderne (XVIe-XVIIIe siècle). In : L’homme et les espaces maritimes (XVIe-XVIIIe siècle), C.E.R.M., 1998, p. 105-117.

Degage 1976-1977 : DEGAGE (A.) - La Tour du Castellas. Bulletin de la Société d’Etudes Scientifiques de Sète et de sa Région, tome VIII/IX, 1976/1977, p. 173-175.

Eppe 1996 : EPPE (G.) - La batterie du Cap des Frères. Bulletin de l’Association Archéologique des Pyrénées-Orientales, n° 11, 1996, p. 40-41.

Hiron non daté : HIRON (J.) - Le Fort des Mattes. Les Collectionneurs Leucatois, non daté, non paginé.

Hiron 1998 : HIRON (J.) - Il était une fois Leucate. Éditions du Cap Leucate, 1998, 191 p.

Ramon 1989 : RAMON (G.) - El nom de Catalunya a la cartografia dels segles XVI a XX. Terra Nostra, n° 66, Codalet, 1989, 100 p.

Larguier 1989 : LARGUIER (G.) - Les Cahiers de Doléance Audois. Association des amis des Archives de l’Aude, Carcassonne, 1989, 508 p.

Larguier 1996 : LARGUIER (G.) - Le drap et le grain. Narbonne et le narbonnais 1300-1789. Presses Universitaires de Perpignan, Collection Études, 3 tomes, 1996, 1366 p.

De Pous 1965 : DE POUS (A.) - Le Fanal de La Franqui. Congrès de la Fédération Historique du Languedoc-Roussillon, 1965, p. 127-135.

Sabarthès 1912 : SABARTHES (A.) - Dictionnaire topographique du département de l’Aude. Editions Lacour-Redeviva, 1997, réimpression de l’édition de 1912, 595 p.

Notes

1 A.D.P.-O., L1011.

2 Anny de Pous 1965, p. 133-134.

3 A.D.P.-O., L1011.

4 Anne Blanchard 1998, p. 112-113.

5 Anny de Pous 1965, p. 134.

6 Albagnac 1976/1977, p. 170.

7 Jacques Hiron 1998, p. 32.

8 Sabarthès 1912, p. 170.

9 Jacques Hiron 1998, p. 32.

10 À proximité du site, subsistent les ruines d’un bâtiment quadrangulaire. Peut-être s’agit-il de la vigie du Bryganty ?

11 Degage 1976/1977, p. 173.

12 Compoix de Leucate, AML, SI. Compoix de Jacques Azeau.

13 Brevette d’imposition, AML, S2. Brevettes de Barthélémy André, Antoine Andrieu et Charles Tapiès.

14 Hiron ibidem, p. 34.

15 A.D.P.-O., L1011.

16 A.D.P.-O., 3J334.

17 Larguier 1989.

18 Hiron ibidem, p. 38.

19 Mission 1965 CDP9062 P/400, cliché 9454.

20 Le projet d’un port à la Franqui date de 1309. Véritable serpent de mer, le projet est sans cesse remis sur le tapis. La dernière version apparaît en même temps que la ligne de chemin de fer Narbonne-perpignan, en 1857, et prévoyait un port de 200 ha. Le projet sera ramené à 65 ha puis abandonné. Une jetée de 2000 m de longueur devait partir de la base du Cap des Frères où il était apparemment prévu de remettre la batterie en état.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Situation de Leucate, (D.A.O. Sabine Nadal)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4281/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Figure 2 : Le sémaphore du Cap Leucate à l’emplacement de l’ancienne batterie, vers 1900
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4281/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Figure 3 : Le Signal de la Vieille Nouvelle (Port-la-Nouvelle, Aude) (cliché : Guillaume Eppe)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4281/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Figure 4 : La redoute des Mattes vers 1900
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4281/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Figure 5 : Emplacement des redoutes d’après la matrice cadastrale et le cadastre napoléonien de 1810 (A. D. Α., PW6872, 1043W36) (D.A.O. S. Nadal)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4281/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Figure 6 : Emplacement des batteries d’après la matrice cadastrale et le cadastre napoléonien de 1810 (A. D. Α., PW6872, 1043W36) (D.A.O. S. Nadal)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4281/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 87k

Auteur

Documentaliste du Centre archéologique départemental. 6 rue des Augustins, 66000 Perpignan. guimeppe@aol.com

© Presses universitaires de Perpignan, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540