Version classiqueVersion mobile

Roches ornées, roches dressées

 | 
Michel Martzluff

3 - Les hommes et leur terre en Pyrénées de l'est

Le banquet funèbre en Roussillon aux XVIIe et XVIIIsiècles

Raymond Sala

Résumé

Le banquet funèbre s’est maintenu en Roussillon jusque dans la deuxième moitié du XXe siècle. C’est la célébration des obsèques l’après-midi qui a fait disparaître une coutume remontant probablement à la Préhistoire et mentionnée dans les testaments du XIIe siècle. Étudié par Jean Abélanet, la roche à cupules d’Evol, le « roc de Les Escudelles », donnait probablement lieu à des libations rituelles. Les petites rigoles qui reliaient les cupules entre elles auraient permis l’écoulement d’un liquide nourricier jusqu’à la base du monument, partant jusqu’au défunt.
Aux XVIIe et XVIIIe siècles, le banquet funèbre est une institution parfois présente dans les testaments. À ce sujet, l’intendant Raymond de Saint Sauveur écrit : « un pagès donne à manger copieusement à 80 et 100 personnes lorsqu’il marie sa fille ou lorsqu’il a perdu sa femme : c’est l’usage du pays ». Un usage qui pouvait se révéler particulièrement onéreux et qui faisait pourtant l’unanimité. Cette communication s’efforcera de saisir la signification profonde du banquet funèbre à partir des pratiques familiales et locales.

Texte intégral

1. Un rite majeur

  • 1 Cf. Vovelle 1983, p. 47.
  • 2 Entretien avec Jean Ribes (1901-1998), petit-fils d’Annette Ribes, Prats-de-Mollo-La-Preste.

1« Le rite majeur des obsèques traditionnelles reste à coup sûr le banquet funèbre... »1. La remarque de Michel Vovelle était encore d’actualité dans la deuxième moitié du XXe siècle jusqu’à ce que la célébration des obsèques l’après-midi mette un terme à une « célébration familiale » au moins jusqu’au XXe siècle, assurément « familiale et collective » sous l’Ancien Régime. L’intendant du Roussillon, Raymond de Saint Sauveur, écrivait en 1790 : « un pagès donne à manger copieusement à 80 et 100 personnes lorsqu’il marie sa fille ou lorsqu’il a perdu sa femme : c’est l’usage du pays » (Saint Sauveur 1790). L’usage se maintient en 1910 à La Preste où les obsèques d’Annette Ribes rassemblent plus de 120 personnes2. À plus forte raison au XVIIIe siècle. Près de 300 personnes en 1782, à Lamanère, à l’enterrement du pages Abdon Tubert : 90 pauvres, 80 pagesos de Serralongue et Lamanère attablés sur la place ; la parenté (los demes proxims) est installée au domicile autour de deux tables de 52 convives chacune, avec en outre le personnel de service, soit 16 personnes (abbé Philippe Torreilles 1930). On ne rechigne pas sur la dépense. On donne aux pauvres « une charité générale » de pain, de vin et de soupe de légumes. Les 200 autres convives consomment un quartier de bœuf de 40 livres (48 kg environ), 6 brebis, 13 mitgeras de vy (195 litres de vin) et une charge (120 kg) de froment et de seigle.

2Le banquet funèbre chez les paysans cossus prend des proportions gigantesques. La chair est bonne. On mange beaucoup et on ne boit pas modérément (0,65 litre de vin par personne, hommes et femmes, en moyenne, à Lamanère). Le banquet funèbre génère au moins une profonde satisfaction. Michel Vovelle a vu juste qui écrit « on ne doit pas évoquer cette rencontre tout uniment à partir des folkloristes » dont les relations tardives dénoncent plutôt une table frugale. La morue dans les Pyrénées ou la viande bouillie en Salanque ou en Auvergne n’ont pas toujours figuré dans les menus des banquets funèbres.

  • 3 Cf. Sala 1991, p. 199-203.

3Exclue selon les folkloristes parce qu’elle était présente les jours de fête, la volaille est bien attestée sur la table d’un brassier du Tech en 1687. Sa veuve Anna Rocha a commandé deux poules et une brebis dont le coût s’élève à 8 réaux. Elle a payé en outre 7 réaux de vin et 12 réaux de pain auxquels il faut ajouter 2 réaux pour des œufs, de l’huile, des épices... et des haricots que l’on retrouve autour des délicieuses boules de picolat (de chair à saucisse et de haché de veau) des enterrements vallespiriens du XXe siècle3. À une époque de fréquente disette, le banquet funèbre constitue un vrai festin. Les « provisions de bouche », avec du lard en 1714 à Prats-de-Mollo, témoignent d’une exceptionnelle générosité. Les familles en deuil savent recevoir... au nom du défunt qui régale. Quelques trop rares mentions testamentaires font état d’une préoccupation partagée. Jean Vilanova de Serralongue (1703) et Bonaventure Borrallo de Prats-de-Mollo (1714) se portent garants du « dépens de manger et boire aux invités » pour le premier, du « gasto » pour le second afin de nourrir les personnes qui « interviendront » à son enterrement.

2. Le mort présent-absent

  • 4 Cf. Amades (J.) 1980, p 463-464.

4Le mort se préoccupe de la pitance des vivants. De ce fait, sa participation au banquet funèbre est établie, symboliquement en général, en réalité parfois quand son couvert est dressé sur la table familiale. Pendant le repas funèbre, le panégyrique du défunt rappelle aussi la présence du mort. En 1685, l’évêché voisin de Gérone inflige une amende de 10 livres aux prêtres qui font, à cette occasion, l’éloge du défunt4.

5Le mort participe ainsi aux agapes funèbres lesquelles, selon Joan Amades, le folkloriste catalan, ne comportent pas de dessert en signe de deuil. Des fruits secs seulement, noix, amandes, noisettes, appelées aujourd’hui encore granes de capellà (graines de prêtre). Outre l’irrévérence évidente à l’égard d’un clergé voué au célibat, les fruits secs, et plus particulièrement les noisettes, relèvent du folklore funèbre. La chanson carnavalesque conforte la remarque : El carnaval és mort, tira avellanes dins el clot (le carnaval est mort, jette des noisettes dans la fosse). La nourriture des vivants conduit ainsi à la nourriture des morts.

3. Les anciennes pratiques

  • 5 Cf. Vovelle 1983, p. 48 et 49.

6Le repas des morts s’inscrit dans la longue, très longue durée. Le banquet antique, la fête des Charisties, se déroulait à Rome le 22 février. Riches et pauvres portaient des mets sur les tombeaux et y pratiquaient des libations. À la fin du XVe siècle, les fosses à offrandes des cimetières mérovingiens subsistent dans les cimetières albigeois. Le banquet funèbre médiéval utilise parfois dans les églises les mundi, sortes de puits ouverts trois fois l’an pour permettre aux âmes de respirer5. Sur l’emplacement de l’ancienne abside de l’église Saint-Christophe du Vernet, un puits mis au jour récemment en juillet 2000, permettait peut-être de communiquer avec les morts inhumés dans le sanctuaire et dans le cimetière voisin.

  • 6 Cf. Abélanet 1992, p 140-142.

7Par rapport au banquet médiéval, le banquet préhistorique en Roussillon a des sites clairement établis. Étudié par Jean Abélanet, le rocher à cupules d’Evol, le roc de Les Escudelles, donnait lieu à des libations rituelles. Les petites rigoles qui reliaient les cupules entre elles ont permis sans doute l’écoulement d’un liquide nourricier jusqu’à la base du monument, partant jusqu’au défunt6.

  • 7 Cf. Sala 1991, p. 117-118.
  • 8 Entretien avec Mademoiselle Suzanne Ribes (1914-2002), souvenirs du grand-père maternel Abdon. Garc (...)

8Le monde souterrain est le séjour des morts qui sollicitent les vivants. La terre-mère qui doit nourrir ses morts réclame son dû aux vivants. Le rite bachique de réconciliation a perduré en Roussillon à travers la course bovine, le corre bou catalan en usage encore en Haut-Vallespir dans les années 1950. La passion des habitants pour la course taurine se maintient d’un siècle à l’autre. Dans la première moitié du XXe, les habitants de Saint-Laurent-de-Cerdans cessent toute activité pour assister à l’arrivée des taureaux de Camargue. En Vallespir, « les courses de taureaux sont de toutes les fêtes » écrit-on en 1787 ; « les sifflets qui les annoncent mettent tout le monde en mouvement, le laboureur quitte la charrue et l’ouvrier sa boutique ; rien ne serait capable de les retenir » (Carrère 1787). Le XVIIIe siècle jette dans « le clos », (des arènes improvisées sur la place publique), « des bêtes à cornes du pays, méchantes et propres à courir », sans mise à mort, car le bétail était récupéré après la course par son propriétaire. Une outre en peau de chèvre ou de mouton, lancée dans les arènes, signifiait le départ de l’animal. Joan Amades a vu dans une telle coutume un rituel sacré dans la mesure où l’outre rappelle à la fois l’animal sacrificiel et les libations de vin... à destination des morts de la paroisse. Car la course se déroulait, pendant la fête des morts, le deuxième ou dernier jour de la fête locale, el dia d’ànimes (le jour des âmes). Des cas individuels illustrent le caractère dionysiaque de la course. Le 17 novembre 1877, les obsèques du curé de Saint-Laurent-de-Cerdans, Emmanuel Pascot, donnent lieu à une course bovine : « Après l’enterrement de leur curé et pour lui témoigner tous leurs regrets, les habitants de Saint-Laurent-de-Cerdans firent courir une vache assez méchante », écrit le curé de Saint-Sauveur-La-Preste7. La corrida funèbre est encore attestée par la mémoire orale qui voyait dans la course post-mortem d’un notable laurentin une manifestation de joie des héritiers8.

9Le corre bou catalan, qui l’après-midi succède à la messe des morts du matin, était bien à l’origine un rite orgiaque funèbre que l’Église a sans doute épargné en raison de son caractère particulièrement festif.

4. Le cadre chrétien

10L’Église n’a pas toujours été intransigeante avec les rites païens. Certes, elle a interdit le repas commémoratif : le refrigerium que les premiers chrétiens prenaient sur les tombes des martyrs. Des rites de substitution ont succédé aux pratiques païennes. Ainsi la fête de la chaire de saint Pierre apôtre, appelée aussi la fête du banquet de saint Pierre en souvenir de la fête romaine des Charisties. L’Église a su aussi se montrer conciliante dans les vieilles continuités naturalistes et chthoniennes. Ainsi, a-t-elle laissé vivre les anciennes mythologies de la mort qui font se traîner la foule des âmes en peine entre les deux mondes : le monde des morts qui entoure le monde des vivants. De ce fait, les morts sont en transit.

  • 9 Cf. Amades 1982, p. 630.
  • 10 Cf. Jampy 1913, p. 750.
  • 11 Cf. Siboune 1896, p. 78-79.

11On éteint encore aujourd’hui le cierge de la veillée funèbre au retour seulement des obsèques pour aider l’âme du défunt à prendre congé de sa famille. En revanche, les « doubles » visitent les vivants. À la Toussaint, les âmes du Purgatoire regagnent le logis à la lueur des feux allumés au sommet des clochers par les sonneurs du glas. La nuit des morts exige des parents tristesse et recueillement en présence des récents défunts dont les âmes se tiennent dans les encoignures et pour lesquelles parfois on dresse le couvert9. Le repas funèbre de la Toussaint existe sous la forme d’un « réveillon composé de châtaignes et de vin blanc » autour de l’âtre10 ou des feux campanaires : « là sous les cloches, on (sonneurs et bénévoles, des jeunes en général) se livrait à une énorme tourregnade (une grillade) et à des libations successives et réitérées »11.

12Mais les morts ne se satisfont pas d’une nourriture occasionnelle et donc aléatoire. Le geste répété, continué, est apprécié. Le banquet funèbre n’est point le seul ni le dernier. En Roussillon comme en Provence, le repas de « renouvellement de parenté » se répète avec les services religieux. Comme en Catalogne, le Roussillon distingue l’enterro (l’enterrement) des funérailles : à savoir les homes (les honneurs funèbres) ou el bé (le bien), deux messes renvoyées à un autre jour après la messe corps présent. Plus libre, le calendrier des honneurs funèbres célébrés en général dans l’année permet de rassembler la famille élargie qu’il faut sustenter copieusement.

  • 12 A.D.P.-O. (Archives Départementales des Pyrénées-Orientales), 3E/5826 et Sirven 1858, p. 309-350.
  • 13 Cf. Sala 1991, p. 203 et Sala, 1996, p. 439.

13Le « renouvellement de parenté » qui rassemble les cousins éloignés n’oublie pas les charités des pauvres : du pain toujours, avec accessoirement du vin, de la viande, des haricots à la porte du défunt, à la sortie de l’église, à la maison mortuaire, au cimetière. La porte du cloître-cimetière Saint-Jean de Perpignan junta la capella del crucifici, fait écrire en 1618 le jardinier Pere Gibert, est l’endroit ahont acostumen de donar les charitats. En 1700, le menuisier Jacques Séré fonde des charités de pain à distribuer dans le cimetière Saint-Jean à tous les pauvres en décembre et en janvier12. Manducation et libations s’effectuent en présence des morts. En 1745, Pierre Figueras, pagès de Montferrer laisse dans son testament des oblations de pain et de vin, à l’occasion des absoutes récitées sur sa fosse. Contre le prêtre qui pourrait se montrer réticent, le testateur menace de substituer à ses absoutes la célébration de 30 messes au couvent des Capucins à Céret. Ainsi « la vieille coutume » perdure au moins à Montferrer jusqu’au milieu du XVIIIe siècle13. À la suite de Mgr Soanen, l’évêque de Senez en Provence, le clergé sait que « tout le mal se fait au cimetière ».

  • 14 Cf. Jampy 1913, p. 751.

14Le cimetière, « séjour très habité des morts » (Michel Vovelle) est un monde souterrain où les âmes demeurent plus ou moins longtemps. La légende du mineur enseveli pendant la vigile de la Toussaint « dans les régions minières du Haut-Vallespir » est riche d’enseignement. Le mineur enfoui dans les entrailles de la terre est un mort-vivant comme le sont d’ailleurs les morts du cimetière, plus précisément leurs « doubles » qui peuvent se montrer agressifs et vindicatifs. L’Église a voulu exorciser les vieilles peurs dont l’éradication s’est avérée impossible. Aussi a-t-il fallu donner un sens chrétien à des pratiques païennes. Offrandes et libations au cimetière apaisent le mort qui fait peur. Offrandes et libations délivrent le mineur enseveli. À l’initiative de sa femme, le pain, le vin et le luminaire de l’offertoire de la messe d’enterrement et de la neuvaine délivrent le mort-vivant. « C’est toi-même, dit le mineur à sa femme, qui pendant ces dix jours m’as alimenté dans ma solitude. La lumière que tu portais à l’autel m’éclairait, le pain de l’offrande me nourrissait et le flacon de vin apaisait ma soif »14.

5. Le banquet eucharistique

  • 15 Ibid., p. 650.

15La transsubstantiation qui change le pain et le vin en la substance du corps et du sang de Jésus-Christ donne tout son sens au Saint sacrifice de l’autel. L’Eucharistie devient alors banquet funèbre dispensateur de vie éternelle. C’est pourquoi les offrandes de pain et de vin de l’offertoire appartiennent jusqu’au début du XXe siècle à la liturgie des défunts. En 1913, Martin Jampy dans la Semaine religieuse, l’atteste volontiers : « Immédiatement après le défunt marche une femme la tête recouverte du traditionnel capuchon que nos mères mettaient toujours quand elles se confessaient ou communiaient ou assistaient à une cérémonie funèbre. Cette femme porte un cabas qui renferme un flacon de vin et un morceau de pain sous un linge blanc. À l’offertoire, avant que l’assistance vienne, une chandelette à la main, baiser l’étole, elle offrira le pain et le vin au prêtre »15.

  • 16 A.D.P.-O., 3E1/4346 et 3E35/38.
  • 17 Cf. Sala 1991, p. 218.
  • 18 Cf. Jampy 1913, p. 752.

16Ainsi le peuple de Dieu a-t-il proclamé la présence du Christ au moment de l’offertoire. La offerta de pa i de vi fait l’unanimité, com es de bona pratiqua y de costum, fait noter dans son testament, en 1607, un pages de Saint-Martin-de-Fenollar, com se te acostumat, fait écrire, en 1730, une testatrice d’Als banys (Amélie-les-Bains)16 L’année de deuil qui multiplie les messes basses, « les messes au détail » de Michel Vovelle, multiplie les oblations. « Les parents des décédés de l’année » viennent faire l’offrande au pied de l’autel, chaque dimanche et fêtes annuelles, note, en 1880, le curé de Saint Sauveur-La-Preste17. La pratique subsiste en 1913, « dans la plupart des paroisses du Haut-Vallespir qui est une des parties de la province la plus riche en traditions et la plus fidèle à les maintenir », note Martin Jampy18. On conçoit que le refresc, le rafraîchissement, substitut du banquet pour les familles plus pauvres ou plus économes, comporte au moins du pain et du vin, les saintes espèces de la Communion. Ce fut le cas, en 1908, à la Preste, aux obsèques de Janet Ribes, l’époux d’Annette qui eut droit, deux ans plus tard, au vrai banquet.

  • 19 Cf. Sala 1991, p. 203.
  • 20 Entretien avec Monsieur Pierre Prades (1932), Perpignan.

17En 1722, à l’enterrement et au cap d’any, la messe anniversaire du pratéen André Pagès et Xatart, le refresc des pauvres se compose d’un morceau de pain avec un morceau de viande et un verre de vin19. Dans les années 1930, à Olette, le roquefort accompagne la tranche de pain du rafraîchissement20. Reste l’omniprésence du pain et du vin dans le temps et dans l’espace : au cimetière, au logis du défunt, dans l’église à la Sainte Table. Sous ses multiples aspects : charités, offrandes, refresc, banquet, le repas funèbre assure ainsi le passage du sacrifice rituel au sacrifice eucharistique, de l’entremonde à la communion des saints. Rite bachique de réconciliation et Saint sacrifice de la messe restent intimement liés.

6. Le profane et le sacré

  • 21 Jampy, 1913, p. 617.

18En 1913, le menu du repas funèbre défile encore sur le parvis de l’église, après la grand-messe. Chevreaux, agneaux, épines dorsales de porc, chapelet de boudins sont vendus à l’encant, aux enchères, par l’animer, l’armier languedocien, le quêteur des âmes, intermédiaire traditionnel entre les vivants et les morts. L’argent de l’encant est destiné à la célébration de messes de requiem pour les morts de la paroisse. Les nourritures terrestres deviennent ainsi nourritures célestes par la grâce de l’Eucharistie. Mais le pain est l’aliment de base par excellence, au temporel comme au spirituel. À son refresc de cap d’any, André Pagès et Xatart ajoute un petit pain pour chaque pauvre, laissant pour ce supplément cinq « quartières de seigle » (359 litres). Deux siècles plus tard, le quêteur des âmes sollicite la campagne après le dépiquage du blé : « c’était surtout cette céréale qui remplissait le sac de l’animer »21. La même céréale toujours présente dans le sacrifice eucharistique.

19À la remarque de Philippe Ariès : « la mort est essentiellement l’occasion de messes » (Ariès 1977), on peut ajouter : et de repas funèbres réels et (ou) sublimés en communion avec la mort païenne et chrétienne. Rite majeur tombé en désuétude à la fin du XXe siècle, le banquet funèbre survit au moins avec les messes des défunts. Aussi de la Préhistoire à nos jours, le repas de l’après-mort reste toujours rituel sacré.

Bibliographie

Abélanet 1992 : ABÉLANET (J.) - Autrefois des hommes... préhistoire du pays catalan. Perpignan, Trabucaire, 1992.

Amades 1980 : AMADES (J.) - Folklore de Catalunya, costums i creences. Biblioteca Perenne, Barcelona, Ed. Selecta, 2è ed, 1980.

Amades 1982 : AMADES (J.) - Costumari català, el curs de l’any. 5 vol, Barcelona, Salvat, Éd. 62, vol. V, 1982.

Ariès 1977 : ARIÈS (P.) - L’homme devant la mort. Paris, Le Seuil, 1977.

Carrère 1787 : CARRERE (J.-B.-F.) - Voyage pittoresque de la France avec la description de toutes ses provinces - Province de Roussillon. Paris, imprimerie de Monsieur, 1787.

Jampy 1913 : JAMPY (M.) - Les traditions catalanes. La semaine religieuse de Perpignan, Perpignan, 1913.

Saint Sauveur 1790 : SAINT SAUVEUR (R. de) - Compte de l’administration de Monsieur Raymond de Saint Sauveur, Intendant de Roussillon. Paris, 1790.

Sala 1991 : SALA (R.) - Le visage de la mort dans les Pyrénées catalanes, sensibilités et mentalités religieuses en Haut-Vallespir, XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles. Paris-Economica, Perpignan - CREC, 1991.

Sala 1996 : SALA (R.) - Dieu, le Roi, les Hommes, Perpignan et le Roussillon (1580-1830), Perpignan, Trabucaire, 1996.

Siboune 1896 : SIBOUNE (A. de) - Mon vieux Céret. Céret, Roque, 1896.

Sirven 1858 : SIRVEN (J.) - Ephémérides de l’Hôpital Saint-Jean et de l’hospice de la Miséricorde de Perpignan de l’année 1116 à 1850, BSASL (Bulletin de la Société Agricole, Scientifique et Littéraire du département des Pyrénées-Orientales), 1858.

Torreilles 1930 : TORREILLES (Ph.) - Un enterrement à Lamanère. Revue historique et littéraire du diocèse de Perpignan, 1930.

Vovelle 1983 : VOVELLE (M.) - La mort et l’Occident de 1300 à nos jours. Paris, Gallimard, 1983.

Notes

1 Cf. Vovelle 1983, p. 47.

2 Entretien avec Jean Ribes (1901-1998), petit-fils d’Annette Ribes, Prats-de-Mollo-La-Preste.

3 Cf. Sala 1991, p. 199-203.

4 Cf. Amades (J.) 1980, p 463-464.

5 Cf. Vovelle 1983, p. 48 et 49.

6 Cf. Abélanet 1992, p 140-142.

7 Cf. Sala 1991, p. 117-118.

8 Entretien avec Mademoiselle Suzanne Ribes (1914-2002), souvenirs du grand-père maternel Abdon. Garcerie (1850-1937) à propos d’un notable de Saint-Laurent-de-Cerdans, le sieur Campdoras.

9 Cf. Amades 1982, p. 630.

10 Cf. Jampy 1913, p. 750.

11 Cf. Siboune 1896, p. 78-79.

12 A.D.P.-O. (Archives Départementales des Pyrénées-Orientales), 3E/5826 et Sirven 1858, p. 309-350.

13 Cf. Sala 1991, p. 203 et Sala, 1996, p. 439.

14 Cf. Jampy 1913, p. 751.

15 Ibid., p. 650.

16 A.D.P.-O., 3E1/4346 et 3E35/38.

17 Cf. Sala 1991, p. 218.

18 Cf. Jampy 1913, p. 752.

19 Cf. Sala 1991, p. 203.

20 Entretien avec Monsieur Pierre Prades (1932), Perpignan.

21 Jampy, 1913, p. 617.

Auteur

Professeur des Universités, Institut franco-catalan, Université de Perpignan. 52 av. Paul Alduy, 66860 Perpignan

© Presses universitaires de Perpignan, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search