Version classiqueVersion mobile

Roches ornées, roches dressées

 | 
Michel Martzluff

3 - Les hommes et leur terre en Pyrénées de l'est

Les empreintes de Sant Quintí (Latour-de-Carol). Limites paroissiales au Moyen Âge et conflits territoriaux lors de la partition politique de la vallée de Carol (Cerdagne) en 1836-1838

André Balent

Résumé

Jean Abélanet avait déjà remarqué certains toponymes de la vallée de Querol faisant référence à Sant Quinti, (Saint Quentin), martyr du nord de la Gaule, peu révéré en Catalogne. Il avait mis en relation « le peu » de Sant Quinti, empreinte sur une roche granitique proche de Quers, entre R.N. 20 et rivière de Querol, mais non retrouvée par lui, avec d’autres toponymes alentour (Roques encantades, Roca de la Justícia). Il l’avait rapproché également du Sant Quinti des « Banys d’Arles » dans le Vallespir. Ce saint, dont le culte est lié à l’eau et à ses vertus, témoigne de la christianisation d’anciens lieux de culte aquatique ; et le peu de Sant Quinti carolan se situe, lui aussi près d’un torrent pyrénéen. Or nos recherches historiques sur la vallée de Querol au XIXe siècle nous ont permis de découvrir des documents évoquant des empreintes rupestres de prétendus pas humains, dont le peu de sant Quinti. Leur emplacement, transmis jusque-là par tradition orale, a été consigné par écrit par les fonctionnaires chargés de délimiter les deux communes issues du partage de la commune de la Vallée de Carol en 1836-1838. Sauvés ainsi de l’oubli, ces lieux nous révèlent la permanence des problèmes de limites territoriales depuis le Moyen Âge, ces empreintes rupestres ayant servi à délimiter autrefois deux des paroisses de la Vallée de Carol.

Texte intégral

1. Quelques éléments de toponymie1

  • 1 Pour la transcription des toponymes, nous avons distingué ceux qui désignent des lieux-dits ou des (...)
  • 2 Abélanet 1999, p. 51-53.

1Dans un de ses récents ouvrages2, Jean Abélanet a consacré quelques pages à des toponymes nord catalans qui se réfèrent à saint Quentin. Ce saint est relativement peu révéré en terre catalane. Martyr du début du IVe s., Quentin fut évêque d’Amiens, dans le nord de la Gaule, et donna son nom au chef-lieu d’un arrondissement du département de l’Aisne, l’antique villa Augusta.

  • 3 Quinti, en catalan « normatif » : cette version du nom figure sur la carte I.G.N. au 25000e, feuill (...)
  • 4 Jean Abélanet évoque à nouveau ces antiques ex-voto dans un article récent (Abélanet 2000). Sur San (...)

2Deux églises de l’actuel département des Pyrénées-Orientales ont (ou eurent, pour l’une d’entre elles) saint Quentin pour advocation : Cortvassill (Courbassil), dans la vallée de Querol (Carol), en Cerdagne, et les Banys d’Arles (Amélie-les-Bains), en Vallespir. Dans les deux cas, Jean Abélanet ne manque pas de faire le rapprochement entre Quentin (Quinti ou Cantí3 en catalan) et les divinités ou nymphes aquatiques, encantades de la vallée de Querol - un lieu-dit Roques encantades est situé à proximité du Peu de Sant Quinti et de Cortvassill - ou Kantas Niskas dont le nom figure sur des lamelles de plomb d’époque romaine retrouvées à proximité d’une source thermale des Banys d’Arles4. Il s’agirait donc d’une christianisation de sites où l’on aurait pratiqué des cultes païens primitifs, laquelle aurait mis à profit la ressemblance consonantique entre Encantades/Kantas Niskas d’une part et Quintí/Cantí ou Quentin d’autre part.

  • 5 À propos du Pas (peu) de puta qui, remarquons-le, n’est pas très éloigné du Peu de Sant Quintí et d (...)
  • 6 À propos de la Roca de la Justícia, cf. Balent 1998.
  • 7 Abélanet 1999 ; Jean Abélanet parle de Roc de la Justícia (p. 51). La carte I.G.N. au 25000e (comme (...)
  • 8 Ramonatxo 1973, p. 37.

3Nous avions, de notre côté, remarqué ces toponymes. Leur concentration, à proximité des deux hameaux querolans de Quers et de Cortvassill, nous intriguait depuis longtemps. Des enquêtes orales nous permirent même de recueillir des bribes de légendes en passe d’être perdues concernant une empreinte rupestre que nous finîmes par localiser5. Nous publiâmes également une notice6 faisant le point sur diverses traditions orales ou rapportées dans d’autres ouvrages à propos de la Roca de la Justícia qu’évoque brièvement Jean Abélanet dans son ouvrage7. Nous écrivîmes alors que la version rapportée par Hector Ramonatxo8 qui faisait état d’un fait divers du premier tiers du XIXe siècle nous semblait justifier parfaitement la désignation de ce lieu. Mais, depuis, la consultation du premier cadastre quérolan (celui de la commune de Carol de 1830 et celui de l’une des deux communes issues de son démembrement, Latour-de-Carol de 1837) nous a prouvé que cette roche avait permis, dès cette époque, de désigner un lieu-dit cadastral. Ce seul fait nous a convaincu que l’origine de cette appellation était bien antérieure au XIXe siècle et faisait référence à la localisation de la potence où l’on exécutait les condamnés à mort ainsi que le rapportait la tradition orale.

2. La division de la Vallée de Carol en deux communes (fig. 1)

  • 9 Balent 2000, plus particulièrement les p. 178-191.
  • 10 Ibidem, p. 132. Nous avons évalué, pour les années 1832-1854, l’étendue des propriétés de Bonaventu (...)
  • 11 Les deux domaines de la vallée de Querol représentaient à eux seuls 67 ha, 56 a, 46 ca (Ibid., p. 1 (...)

4L’étude de l’histoire de la vallée de Querol au XIXe siècle nous a incité à nous pencher sur un épisode dans lequel était impliqué un personnage auquel nous nous intéressions tout particulièrement, Bonaventure Vigo Grau (Err, 1793 - Saillagouse, 1864), domicilié pendant de nombreuses années à Quers9. Ce notable cerdan fut maire de la Vallée de Carol (1819-1831) peu avant la division de celle-ci en deux communes. Il était un des grands propriétaires fonciers de Cerdagne, possédant des domaines dans plusieurs communes des deux côtés de la frontière10. Il était le plus important de la commune dont il fut le maire11.

  • 12 Laurent Vigo (1765-1841), né et mort à Err, maire de la Vallée de Carol de 1800 à 1807, maire d’Err (...)
  • 13 Orthographiée de façon erronée Devesa del Vigó et non Devesa del Vigo sur la carte I.G.N. au 25000e(...)
  • 14 Balent 2000, p. 184-187.

5Bonaventure Vigo Grau était encore (1830) maire de l’immense commune de la Vallée de Carol lorsque fut établi - enfin ! - son plan cadastral. À cette occasion, il pesa de tout son poids, en intervenant auprès des géomètres expédiés depuis Perpignan pour arpenter le terrain et effectuer les relevés nécessaires à la confection des nombreuses feuilles de ce plan complexe. Il intervint pour faire nommer officiellement un lieu-dit, proche de Quers, incluant le nom de sa famille, hérité de son père12, qui, comme tous les Vigo, était, depuis au moins le début du XVIIe siècle, originaire d’Err. En effet, c’était sa mère, Maria Nuria Grau (1769-1795), qui était native de Quers. Ainsi, nous trouvons toujours, au début du XIXe siècle, une Devesa del Vigo13 que seul Bonaventure Vigo Grau a eu le pouvoir de faire consigner sous ce nom. Il intervint à deux reprises pour faire modifier les limites de la commune qu’il administrait. S’il agit de la sorte au détriment de cette dernière, ce fut pour sauvegarder les intérêts d’un apparenté propriétaire dans la commune voisine de Guils. Mais il essaya aussi de modifier des limites communales au bénéfice de sa commune, et aux dépens de celle d’Angoustrine, à qui il voulait subtiliser le vaste territoire du Lanós, dans la « montagne » du Carlit. Dans les deux cas, ses manœuvres furent déjouées14. Ce fut la troisième intervention de Bonaventure Vigo Grau dans un problème de délimitation de territoires communaux qui nous donna l’occasion d’aborder la problématique posée par le lieu-dit, el Peu de Sant Quintí.

6Dans le courant de 1835, des sections de la commune de la vallée de Carol, celle de Porté, puis celles de Porta et de Carol-Courbassil demandèrent à former une commune séparée. En quelques mots : la haute vallée (Porta et Porté) renforcée par sa partie médiane (Carol (Querol) et Courbassil (Cortvassill) demanda à former une commune séparée. Si l’on s’en tient aux agglomérations, la commune « haute » devait inclure, de l’amont vers l’aval : Porté, Porta, Querol et Cortvassill. Quant à la commune « basse », elle allait englober, autour d’un gros village (pour la Cerdagne), Latour-de-Carol, les agglomérations plus modestes de Quers, Riutés, Salit, Iravals et Sant Pere de Sedret. De ce point de vue, l’accord entre les deux parties était acquis. Se posa alors le problème de la délimitation des sections.

  • 15 Chevalier 1984, p. 174-179. Cet auteur constate que « les séparatismes triomphent partout après 178 (...)
  • 16 Ibidem, p. 177.
  • 17 Sur le concept de casa (pluriel : cases) voir notamment l’introduction de notre D.E.A. (Balent 2000 (...)
  • 18 La division de la commune n’entraîna pas pour autant le passage à des systèmes individualistes de l (...)
  • 19 Sur tout ce qui précède, cf. Balent 2000, p. 181-182 et pp. 183-184.

7Comment en était-on arrivé là ? Pourquoi la vaste commune de la Vallée de Carol, héritière directe d’une communauté « valléenne » d’Ancien Régime, était-elle sur le point de se désagréger ? En ce premier tiers du XIXe siècle, des forces centrifuges irrésistibles étaient à l’œuvre et allaient parvenir rapidement à leurs fins. À peu près à la même époque, l’autre commune valléenne de la Cerdagne française, Osséja, connut le même processus de scissiparité : en 1832, la division entre basse et haute vallée, entre Osséja et Valcebollère, était consommée. Dans le département voisin de l’Ariège, Michel Chevalier a mis en évidence un phénomène du même ordre. Il a constaté que les entités administratives qu’il désigne sous le nom de « communes vallées » - que l’on retrouve aussi bien dans le « lointain » Couserans que dans le Pays de Foix limitrophe de la Cerdagne - furent au XIXe siècle, minées par le virus du séparatisme15. Pour cet auteur, deux des causes de ce phénomène, furent, dans la zone qu’il a étudié, « le relâchement des anciennes indivisions pastorales et surtout le surpeuplement »16. Dans le cas précis de la Vallée de Carol - et cette analyse vaut, selon nous, pour la vallée d’Osséja - la croissance démographique fut, de toute évidence le facteur déclenchant primordial. Les espaces pastoraux, pourtant vastes, étaient convoités pour l’usage prioritaire de cases17 d’un village à l’économie plus diversifiée et, de ce fait plus prospère, Latour-de-Carol, au détriment d’un usage commun18. En effet, dans la Vallée de Carol (et dans celle d’Osséja), un conflit entre le « haut » et le « bas » de l’entité communale initiale recoupa également un conflit d’intérêts divergents que l’on peut qualifier de conflit opposant des intérêts de classe. Les cases les plus opulentes, telles les Vigo ou les Garreta, étaient concentrées dans la basse vallée. Elles disposaient des plus grands troupeaux qui profitaient d’estives, situées par définition, et pour la majorité d’entre elles, dans la haute vallée. Dans le meilleur des cas, les cases des hauts villages comme Porta ou Porté, n’étaient que « moyennes ». Celles-ci eurent longtemps le sentiment d’être tenues à l’écart des affaires municipales. En règle générale, les maires successifs, étaient souvent issus de la casa Vigo, une casa grossa de la basse vallée et formaient une véritable dynastie municipale (Bonaventure Vigo, 1790-1793 ; Laurent Vigo, 1800-1807 ; Bonaventure Vigo Grau, 1819-1831). Leurs adjoints (des Vernis, des Duran ou des Garreta) provenaient aussi de cases grosses de Latour-de-Carol. Même au niveau des simples conseillers municipaux, les villages de la haute vallée pouvaient avoir le sentiment légitime d’être mal représentés. Ce sentiment d’exclusion était aiguisé par le fait que les activités du « grand » négoce étaient pour l’essentiel concentrées à Latour qui, de plus en plus, faisait figure de petit bourg dont l’enrichissement était le résultat des activités diversifiées des grandes cases. En 1821, le maire, Bonaventure Vigo Grau, avait proposé au conseil municipal la création de deux foires à Latour-de-Carol. Cette initiative, par ailleurs sans lendemain, n’a pu qu’attiser le ressentiment et la jalousie de la haute vallée. Le 26 avril 1826, le conseil municipal de la Vallée de Carol discuta des conséquences de l’avalanche meurtrière du 6 janvier qui avait endeuillé le village de Porta. Le maire avait été critiqué pour sa réaction face au cataclysme. Ce fut à cette même séance que l’assemblée municipale eut à délibérer, à la demande du sous-préfet de Prades, de l’opportunité qu’il y aurait à ce que les sections de Porta et de Porté formassent une nouvelle commune. En fait, des citoyens de ces deux hauts villages avaient pris l’initiative d’entretenir l’autorité administrative de tutelle d’une telle demande. Cette proposition demeura pour l’heure sans suite, car les conseillers municipaux, au nombre de trois, qui représentaient les villages de la partie médiane de la vallée, Cortvassill et Querol (Carol) votèrent contre et appuyèrent de ce fait le maire et les représentants de Latour et des petits villages de la basse vallée (Quers - Bonaventure Vigo Grau lui-même -, Riutés, Iravals...) qui étaient au nombre de quatre. Dans l’immédiat, une meilleure représentation de la haute vallée au conseil municipal permit de calmer le jeu. Un de ceux qui avaient lancé l’idée de la division de la commune, Jean Garreta, de Porta, accéda (juin 1826) au poste d’adjoint, à la place d’Etienne Garreta, de Latour. Le dossier brûlant de la division de la commune était ouvert. Le débat allait rebondir quelques années plus tard19.

Figure 1 : Délimitations civiles et ecclésiastiques de la vallée du Carol (D.A.O. Sabine Nadal d’après l’auteur)

  • 20 Il s’agit d’Étienne Garreta, de Latour, dernier maire de la vallée de Carol (1833-1838).
  • 21 Bonaventure Vigo Grau cessa d’être maire en 1831, mais demeura conseiller municipal.
  • 22 Arch. Com. Latour-de-Carol, registre des délibérations du Conseil municipal de la Vallée de Carol ( (...)
  • 23 Ibidem. Cette délibération figure également dans le dossier des archives départementales des Pyréné (...)
  • 24 Dans un « mémoire » du 16 mai 1836, les conseillers municipaux des quatre villages de la haute vall (...)

8Le 18 janvier 1835, les habitants de Porté firent une pétition « visant à distraire leur village de cette commune [la Vallée de Carol] pour l’ériger en commune distincte ». Le conseil municipal de Carol eut à délibérer sur le contenu de cette pétition. Il se prononça « à l’hunanimité » (sic) en faveur de la division communale, « à l’exception de Messieurs Garreta maire20, de François Ribo adjoint et de Vigo Grat21... »22. Le 11 avril 1835, la même assemblée se prononça favorablement en faveur d’une demande formulée par les « habitants de Carol, Courbassil et Porta », pour la création d’une nouvelle commune. Etienne Garreta, François Garreta et Antoine Mouchard furent les seuls qui refusèrent de l’entériner. Bonaventure Vigo Grau semble avoir été absent23. L’administration, de son côté, appuyait la demande des villages de la haute vallée. La procédure de démembrement et constitution de nouvelles communes pouvait suivre son cours24. Leur délimitation allait retarder l’échéance. Les citoyens de la future commune « haute » (Porta-Porté) ne voulaient pas modifier le territoire des sections existantes. La limite entre les sections de Latour et celle de Querol [Carol] devait, selon eux, devenir celle des deux futures communes. Cette prétention n’était pas du goût de Bonaventure Vigo Grau et des autres propriétaires résidant dans le minuscule hameau de Quers. Celui-ci était inclus dans la section de Latour, mais le territoire de la section de Querol arrivait à proximité des maisons de Quers. Dans le cas où le point de vue des « gens d’en haut » viendrait à triompher, le plus grand propriétaire de Quers, Bonaventure Vigo Grau, maire déchu de la grande commune valléenne sur le point de disparaître, courrait le risque de devoir résider dans une maison située dans une commune où, par ailleurs, ne serait plus incluse une grande partie de son plus vaste domaine, celui de Quers, c’est-à-dire la plus grande partie de ses propriétés de la vallée, si l’on y rajoute son domaine de Porté. Amené à résider dans la future commune « basse », il n’y aurait plus été le plus grand propriétaire. Par contre, il serait devenu « le » grand propriétaire de la commune haute, sans y résider. En un mot, sa situation deviendrait problématique, dans le cas où il voudrait jouer un rôle de notable. Pouvait-il se permettre de dissocier résidence et localisation de ses plus importantes propriétés ? La seule solution résidait pour lui en une modification des limites des sections. Il lui fallait tenter de repousser plus en amont les limites entre les deux sections incriminées. Celles-ci deviendraient ainsi des limites entre deux communes. De la sorte, l’essentiel de son plus grand domaine se trouverait inclus dans la future commune de Latour-de-Carol.

3. Le rapport du géomètre départemental Charbalié et la controverse territoriale de 1836

  • 25 À la demande du préfet des Pyrénées-Orientales (lettres du 16 décembre 1835 et du 12 mars 1836), du (...)
  • 26 Nous remarquons que Bonaventure Vigo Grau francise ici un toponyme consigné dans le cadastre comme (...)
  • 27 A.D.P.O., 1 M 522. Bonaventure Vigo Grau fait allusion dans la pétition qu’il avait rédigée au rapp (...)
  • 28 Ibidem.
  • 29 Ibidem. On remarquera, toutefois que l’alignement entre les trois empreintes « pédiformes » coïncid (...)
  • 30 Ce refus était également motivé par le fait qu’il ne croyait « pouvoir abandonner les droits que le (...)
  • 31 Sur le cadastre d’origine confectionné en 1830, le lieu-dit cadastré Soula del peu de Sant Canty (S (...)
  • 32 Ce toponyme n’a jamais figuré sur les cartes de Γ État-Major ni sur celles de l’I.G.N. Il correspon (...)
  • 33 A.D.P.O., 1 M 522, rapport du géomètre Charbalié, 23 avril 1836. Dans leur Mémoire du 16 mai 1836, (...)
  • 34 Ibidem..

9Le 28 avril 1836, Bonaventure Vigo Grau prit sa plume et rédigea, à l’intention du sous-préfet de Prades, une pétition qui fut signée par les autres caps masats et propriétaires de Quers : Vernis, Garreta, Puig et Gavagnac. Ils exposaient « très humblement » au représentant de l’État qu’ils s’opposaient « aux prétentions des habitants de Porté, Porta, Carol et Courbassil qui veulent s’ériger en commune séparée ». Le géomètre « délimitateur », Charbalié, s’était, entre temps, rendu sur les lieux25 et les habitants des sections de la haute vallée, avaient, en sa présence « émis le vœu et ont persisté à vouloir faire établir les limites de séparation à l’endroit appelé le pied de St Quentin26 ce qui a été consigné au procès-verbal dressé par M. Charbalié »27. Ils estimaient en outre que cette délimitation était « injuste et hors de toute proportion pour le simple motif que les neuf dixièmes du territoire de la vallée de Carol formeraient la commune de Porta et qu’un dixième seulement resterait à celle de la Tour de Carol »28. Cet argument était imparable. Dans l’alinéa suivant de leur pétition, ils croyaient opportun d’affirmer, à juste titre, que « la limite de séparation placée au lieu de St Quentin toucherait presque aux maisons de Qués » et que « la moitié », au moins, de leurs propriétés « se trouverait dans la commune de Porta (...), chose qui serait ou pourrait devenir nuisible ou très préjudiciable aux usages et intérêts agricoles de tous les propriétaires de Qués »29. Il faut dire que Bonaventure Vigo Grau était présent le jour où Charbalié avait rédigé son rapport en présence des membres du conseil municipal de la Vallée de Carol et qu’il avait non seulement refusé de signer le document qui consignait le point de vue des caps de casa des quatre villages de la haute vallée mais qu’il avait demandé que ce procès-verbal fût accompagné d’une note motivant son refus de l’avaliser. Charbalié consigna également le refus du maire, originaire de Latour-de-Carol, Etienne Garreta30, et celui de Jacques Vernis, propriétaire à Latour et éphémère maire de la Vallée de Carol en 1831. Les refus de Bonaventure Vigo Grau et de Vernis d’entériner les propositions de la majorité du conseil municipal - composée, rappelons-le de citoyens des hauts villages de la vallée - furent repris par le géo mètre départemental en contestant l’un des arguments avancés, à savoir le recouvrement des dîmes sous l’Ancien Régime. Les habitants des villages de la haute vallée qui accompagnaient le géomètre départemental Charbalié sur le terrain avaient décrit une ligne joignant la limite entre Enveitg et la Vallée de Carol au N-W et la limite entre Guils (royaume d’Espagne) et la Vallée de Carol au S-E et passant par trois traces d’empreintes de « pied d’enfant » situées respectivement : 1) au Peu de Sant Quintí, déjà longuement évoqué, mais aussi 2) au Roc dels Assaladors31, sur la rive gauche du Riu Querol ou Aravó, en amont du précédent dans le lieu-dit cadastre el Solà del Peu de Sant Quintí, et 3) au sommet du Roc del Castelló32. Selon eux (et le fait n’a pas été démenti par leurs homologues - mais néanmoins rivaux - de Quers et de Latour-de-Carol), cette ligne était celle qui délimitait deux anciennes paroisses de la vallée. Le recouvrement des dîmes en amont de cette ligne s’était effectué au bénéfice de « la paroisse de Courbassil et Carol »33 jusqu’à la Révolution française. 48 ans plus tard, le souvenir pouvait parfaitement être conservé et produit comme argument dans la controverse territoriale entre les habitants des deux futures communes. Jacques Vernis, dans le procès-verbal rédigé par Charbalié, développa une argumentation du même ordre que celle de Bonaventure Vigo Grau : « (...) la plupart des propriétés qui se trouvent jusqu’au Roc de las justices appartiennent à des gens de Qués ou de Latour ». Toutefois, il ne contesta pas que sous l’Ancien Régime « la dîme n’ait été perçue jusqu’au pas de Saint Quentin ». Seul, Bonaventure Vigo Grau, à l’évidente mauvaise foi, osa prétendre le contraire : « (...) jamais Courbassil & Carol n’a pris la dîme sur la rive droite de la rivière que jusqu’au Roc du camp grand »34.

4. Empreintes rupestres et délimitations (fig. 1 à 4)

10En fait, ces empreintes avaient, sans l’ombre d’un doute, été prises comme repères pour délimiter des territoires. Elles servirent, en premier lieu, de limites entre les deux principales paroisses qui, dès le Moyen Âge, formèrent la communauté valléenne de Querol. Le procès-verbal établi en avril 1836 par le géomètre départemental Charbalié révèle ce fait en produisant, nous l’avons vu, des témoignages qui, tous, sauf celui de Bonaventure Vigo Grau, nous le rappellent opportunément.

  • 35 Alart 1865, p. 12 ; Alart, Callier 1914-1916 ; Basseda 1990, p. 725 ; Marti Sanjaume 1926, 1928.
  • 36 Delcor 1995 (« Sant Fruitós... »), p. 230-231.
  • 37 Delcor et alii 1995 [« Esglésies de la Cerdanya,...], p. 51.
  • 38 A.D.P.O., EDT, registres B.M.S., St Esteve, la Tor ; Balent 2000, p. 59. Pour d’autres exemples ant (...)
  • 39 Balent 2000, p. 61-62 : nous avons relaté les péripéties de l’enterrement de François Grau qui avai (...)
  • 40 A.D.P.O., 95 J 207, registres paroissiaux (B.M.S.) de Saint-Etienne de Latour-de-Carol (1806-1857).
  • 41 Delcor et alii 1995 [« Sant Esteve... »], p. 229.
  • 42 Ibidem, p. 229.

11Dans le haut Moyen Âge, si l’on excepte le cas particulier de la minuscule paroisse de Sant Pere de Sedret (ou Llinars) qui fut rattachée à la vallée de Querol et dont la possession fut contestée par les habitants de la communauté voisine de Guils35, il n’y avait qu’une seule paroisse, celle de Sant Fruitós d’Iravals. Celle-ci figura dans l’Acte de consécration de la cathédrale Santa Maria d’Urgell (839)36. L’actuelle église d’Iravals reconstruite au XIe siècle est la plus ancienne de la vallée (celle de Sedret-Llinars, mentionnée pour la première fois en 90837 fut détruite pendant la guerre, en 1793). Jusqu’en 1791 (et même dans le premier tiers du XIXe siècle, après 1802, lorsque le culte catholique fut rétabli en France), on célébrait des messes en l’église de Sant Fruitós, y compris des messes d’enterrements ou de mariages, comme le prouvent les registres de catholicité, aussi bien ceux d’avant 1791 que ceux postérieurs à 1802. Mais la paroisse déchue n’était qu’une annexe de Sant Esteve de la Tor. Les habitants du « lointain » hameau de Quers considéraient qu’ils relevaient de la « paroisse » d’Iravals. Lorsque François Grau de Quers, grand-père de Bonaventure Vigo Grau, s’était marié en 1746, le prêtre avait cru bon de préciser qu’il était domicilié « al lloch de Qués, parroquia de Sant Fruitos d’Irabals sufregana de sant Esteve de la Tor »38. François Grau fit célébrer son enterrement (1783) en l’église Sant Fruitós39. Peu après le rétablissement du culte catholique, en 1806, on inhumait encore des défunts dans le cimetière d’lravals40. Au XIIIe siècle, cependant, étaient apparues deux autres églises, Sant Esteve, à la Tor (Latour) et Sant Quintí, à Cortvassill. La première41 fut mentionnée en 117742. La paroisse de Sant Esteve supplanta donc celle de Sant Fruitós d’Iravals qui fut ravalée au rang de « suffragante ». De la même façon, le vieux village d’Iravals fut éclipsé par la Tor.

  • 43 Le fait que l’on parle de l’« église de Querol », alors qu’elle est située à Cortvassill, nous amèn (...)
  • 44 Marti Sanjaume 1926, p. 161.
  • 45 M. Delcor parle (Delcor 1987, p. 447), « d’una esglèsia dedicada a Sant Marcial » que « fou constru (...)
  • 46 Ainsi, le curé de Querol (en fait Cortvassill, mais les deux lieux étaient toujours considérés comm (...)

12La seconde église édifiée à Cortvassill au XIIe siècle devint le centre de la paroisse dite de Querol43. La première mention de Sant Quintí de Cortvassill est de 112944 Cette église romane fut initialement dédiée à sant Quintí. Plus tard (date ?), l’advocation changea (pourquoi ?) et le nouveau saint tutélaire fut sant Marsal [« Marçal », en graphie catalane moderne, traduit « Martial » en français, plutôt que « Marcel »]45. Toutefois, dans la première moitié du XVIIIe siècle, le souvenir de la première advocation demeurait vivace, y compris sous la plume des curés de la paroisse46.

Figure 2 : Extrait du premier cadastre de la vallée de Carol au lieu-dit « Peu de Sant Canty » (A.D.P.-O. 2J 127/95). La rivière et le chemin sont ici figurés en gris dans l’axe nord-sud (D.A.O. André Balent)

Figure 3 : La solana de la vallée de Querol, près de Quers. Vue depuis le Peu de Sant Ouintí vers le Solà del peu de Sant Ouintí et le Roc de l’Assalador (cliché André Balent, 14 avril 2001)

Figure 4 : Emplacement du Peu de Sant Quintí, près de l’Aravó (vue vers l’ouest) et détail du tafoni pédiforme (clichés André Balent, 14 avril 2001)

  • 47 Delcor 1987, p. 447 ; Ponsich 1980, p. 145-146 et p. 165. On trouvera une liste des villages ou ham (...)
  • 48 Gigot 1965 : cet inventaire des registres paroissiaux montre bien l’existence de quatre églises (en (...)
  • 49 On peut ainsi lire, exemples parmi tant d’autres : « set del mes de fabré de mil set sents trenta y (...)
  • 50 Cortade éd. 1994.
  • 51 Ibidem : en 1804, Étienne Obrer était chargé de la succursale de Carol (Querol).
  • 52 A.D.P.O., 95 J 440, registres paroissiaux de Porta (B.M.S.).
  • 53 A.D.P.O., 2 V 10, délibération du conseil municipal de Carol (1er janvier 1827), écrite par le mair (...)
  • 54 Commentant le projet de rattacher Quers et Riutés à la succursale de Cortvassill-Querol que l’on pr (...)
  • 55 A.D.P.O., 2 V 10, texte écrit par Bonaventure Vigo Grau, 2 juin 1833.
  • 56 A.D.P.O., 2 V 10.
  • 57 Ibidem.
  • 58 Ibidem.
  • 59 Ibidem.
  • 60 Ibidem.
  • 61 Ibidem.

13Pendant très longtemps, la vallée fut donc partagée en deux paroisses principales. La basse vallée, à l’exception de Sant Pere de Sedret, forma donc la paroisse de Sant Esteve. La haute vallée constitua la paroisse de Sant Quintí, plus tard Sant Marçal. Plus tard, la constitution de nouveaux villages ou hameaux, en amont de Que rol47, justifia la construction d’églises souvent pourvues d’un vicaire à Porta et à Porté48. Mais elles étaient toujours désignées comme étant des dépendances de la paroisse Sant Marçal de Querol. Ainsi les registres de catholicité de Querol consignaient les actes qui concernaient Porta et Porté49. En 1802, lors de la réorganisation du culte catholique, après la signature d’un concordat (1801) entre le pape et le premier consul Bonaparte, Porta et Porté devinrent des paroisses. Elles figurent sur un inventaire de 1804 récemment publié par Eugène Cortade50. Quant à la paroisse de Querol-Cortvassill, elle fut, dans un premier temps, rétablie sous le consulat, ainsi que le montrent les documents publiés par Eugène Cortade51. Elle eut ensuite une existence précaire. Les registres paroissiaux de Saint-Jean-Baptiste de Porta font état de nombreuses cérémonies (baptêmes, mariages, sépultures) célébrées à Cortvassill par les prêtres de Porta : en 1812, 1815, à partir de 1826, et, encore, en 183352. Mais, le 1er janvier 1827, le maire de la Vallée de Carol, Bonaventure Vigo Grau, présidait une séance du conseil municipal de sa commune qui délibéra sur l’opportunité « que l’église de Carol et Courbazil soit érigée en succursale et d’y joindre les hameaux de Quez et Rieutez »53. Bien sûr il ne pouvait que souhaiter le rétablissement de cette paroisse, « attendu que cette église avant la révolution avait joui des mêmes prérogatives, que la dévotion et le zèle des fidèles qui en font partie a toujours été très constant ». Il donnait par ailleurs d’intéressantes précisions qui montrent comment le souvenir de l’ancienne paroisse d’Iravals demeurait vivace, encore en 1827, dans les hameaux de Quers et de Riutés54. Peu après, le 2 juin 1833, Bonaventure Vigo Grau prenait à nouveau sa plume55. pour s’adresser, au nom du maire de la Vallée de Carol, celui du conseil municipal (il était toujours membre de cette assemblée) et celui des « habitans du village de Carol & Courbazil », au préfet des Pyrénées-Orientales. Nous y apprenons que le vicaire - « Monsieur Côme » - avait été « enlevé » aux habitants de ces deux petits villages (qui étaient présentés comme étant une seule entité, en l’occurrence une section de la commune). Cependant, son traitement annuel de 320 F était payé par les vingt propriétaires de la section, aux ressources pourtant « modestes », étant donné qu’ils pouvaient « à peine payer leurs contributions ». Si l’on fait abstraction de l’inévitable misérabilisme fiscal, il était clair que, en intervenant de la sorte, les habitants de Querol et Cortvassill faisaient preuve d’une belle obstination. Le 15 mars 1838, après la scission communale, les habitants de « Carol et Courbazil » revenaient à la charge, dans une lettre au préfet des Pyrénées-Orientales56. Ils revendiquaient le rétablissement de l’antique paroisse de Sant Quinti (devenue Sant Marsal). En effet, argumentaient-ils, la section de « la vallée de Carol la plus pauvre et la plus partagée en ce qui concerne l’administration spirituelle est sans contredit celle de Carol et Courbassill (sic). Depuis longtemps cette fraction de commune réclame avec instance (sic) une succursale ; distante de plus d’une lieue des autres communes (comprendre ici les autres « villages » pourvus d’églises et de prêtres, Porta et Latour) elle se verrait privée du secours spirituel si elle ne fesait (sic) le sacrifice de maintenir à ses frais un vicaire ce qui achève d’augmenter sa misère ». Le 18 mars 1839, le maire de Porta Joseph Garreta rappelait au préfet : « (...) Un succursaliste leur (aux habitants de Querol et de Cortvassill) a été promis, ils y ont droit en considérant que Carol et Courbassil étaient anciennement le chef-lieu de la vallée et où était la seule cure : c’est pourquoi ils osent d’adresser à vous ». Le maire de Porta ajoutait en post-scriptum : « La réclamation de ces abittans (sic) de Carol est très juste et recomendable (sic) »57. Le 13 mai 1839, dans une lettre adressée au sous-préfet de Prades, le préfet du département estimait que, en ce qui concerne « l’érection de l’église de Carol en succursale (...) les motifs exposés [par les habitants] méritent d’être pris en considération ». D’ailleurs, ajoutait-il, « la section de Carol est comprise dans la recommandation du Conseil général », ce qui l’amenait en conséquence à inviter « M. l’ingénieur des Ponts et Chaussées à constater la distance et les difficultés de communication qui existent entre cette section et Latour de Carol, chef-lieu de la paroisse ». Le même jour, le préfet demandait à l’ingénieur des Ponts et Chaussées un rapport qui permettrait de « constater les difficultés de communication qui peuvent exister entre le hameau de Carol et Latour-de-Carol, chef-lieu de la paroisse actuelle et la distance qui sépare ces deux localités »58. Le conseil municipal de Porta enfonça le clou en votant, le 19 mai 1839, une délibération qui constatait que la « section » possédait une église et un presbytère en bon état et qu’elle pouvait de ce fait accueillir un pasteur. Celui-ci était nécessaire à « la section de Carol et Courbazil (...) trop éloignée de la Tour et de Porta pour pouvoir recevoir dans l’une de ces deux le secours de la religion »59. Le conseil municipal de Porta, convoqué extraordinairement le 16 septembre 1841, revint à nouveau à la charge, en prenant une délibération dans laquelle il réitérait la demande de création d’une succursale à Querol et Cortvassill, Latour-de-Carol et Porta se trouvant à « un myriamètre, aller et venir »60. La procédure administrative suivait son cours. Les plans dont le préfet avait demandé l’exécution furent transmis au ministère de la Justice et des Cultes en 1842. Le 8 novembre 1842, le conseiller d’État, directeur de l’administration des cultes, le renvoya au préfet des Pyrénées-Orientales après qu’il eut été certifié conforme. Le même document nous apprend également qu’une succursale a été érigée dans « la section de Carol et Courbassil, commune de Porta »61. Toutefois, dans les faits, cette succursale ne semble pas avoir fonctionné. Les paroissiens des deux hameaux continuèrent à fréquenter en priorité l’église de Porta. C’est ce que montrent les registres paroissiaux de l’église Saint Jean-Baptiste de ce village. En fait, Querol et Cortvassill, autrefois au centre de la communauté valléenne, n’étaient plus que de modestes hameaux. En amont, Porta et Porté, apparus plus tard, les avaient supplantés, à la suite, sans doute, du peuplement progressif de la haute vallée. En aval, Latour-de-Carol s’était affirmée depuis longtemps. Querol était resté le chef-lieu de la commune jusqu’en 1837, après avoir perdu sa succursale au début du XIXe siècle. Ses habitants (et ceux de Cortvassill), en revendiquant la présence d’un prêtre succursaliste, tentèrent d’enrayer un inexorable déclin...

14L’existence, ancienne, de deux (au moins) juridictions ecclésiastiques dans la vallée imposait une délimitation, pas seulement pour les fidèles, en fonction de leur lieu de résidence, mais aussi pour des raisons fiscales : le recouvrement des dîmes imposait que l’on sût exactement où se situaient les biens-fonds.

  • 62 A.D.P.O., 2 J 127/149, plans parcellaires de la commune de Porta-Porté et tableau d’assemblage d’ap (...)
  • 63 Sur les sections D et F de la commune de la vallée de Carol, cf. A.D.P.O. 1025 W 99, registre de l’ (...)

15La limite entre les paroisses, telle que nous la déduisons du débat contradictoire de 1836, correspondait partiellement à celle des sections, telle qu’elle avait été déterminée il y avait peu de temps, lors de l’établissement du plan cadastral en 1830 (fig. 2). Ces travaux qui étaient en cours (arpentage) dès 1827 furent achevés le 26 octobre 1830, « sous l’administration de M. Edmond Méchin, préfet » et de « M. Vigo, maire »62. Le maire d’alors, Bonaventure Vigo Grau, avait supervisé les travaux du cadastre communal. Il savait donc à quoi s’en tenir, notamment en ce qui concerne la délimitation des sections. Celle-ci, cependant, ne suivait pas, dans le cas précis des traces repérées - Peu de Sant Quintí, Roc dels Assaladors, Roc del Castelló - la délimitation ancienne entre les deux paroisses. La section F dite de Carol englobait sur la rive droite du riu Aravó ou Querol les lieux-dits de la Couillade [la Collada], Qués [Quers], la Colomina : elle s’étendait donc au-delà -en aval- de la limite revendiquée en 1836 par les conseillers de la haute vallée. Sur la rive droite du même cours d’eau, c’était au contraire la section D, dite de Latour qui remontait vers l’amont au-delà de la limite jalonnée par les traces rupestres63. Mais qu’elle fût à nouveau invoquée en 1836 et fît appel à des souvenirs encore vivaces vieux de seulement moins d’un demi-siècle (1789) prouve qu’elle correspondait à quelque chose d’ancien, remontant à un Moyen Âge indéterminé (XIIe ou XIIIe siècle, au moins) et pendant longtemps communément admise. Seul, un événement capital, telle la division politique d’une entité pluriséculaire comme la vallée de Querol/Carol, était susceptible, non seulement de la tirer de l’oubli, mais aussi de la remettre en cause. Si on pouvait entrevoir les prémices de cette scission communale dès 1826 au moins, on peut raisonnablement penser qu’en 1830 encore, un notable comme Bonaventure Vigo Grau pensait sans doute que l’on pourrait en faire l’économie et ne chipotait donc pas sur la délimitation - qu’il supervisait - des sections de la commune qu’il administrait.

  • 64 Basseda 1990, p. 724.
  • 65 Alart 1865, p. 125 ; Valls Taberner 1988, p. XXV-XXVI.

16La vallée était mentionnée comme entité dès 1047 (« vallis que decitur Ereval »)64. Mais ce ne fut qu’au XIIIe siècle qu’elle émergea comme une communauté soumise à la seule juridiction royale65. Elle le demeura jusqu’à la Révolution française, à l’exception de quatre années (1725-1729) pendant lesquelles le roi céda, moyennant finances, sa seigneurie au chevalier d’Olive. Cette entité politique devint une commune en 1790. Elle ne se confondait pas avec les paroisses qui la composaient. La casa de la vall, maison « commune » ou mairie, était située à Querol, village médian qui, par ailleurs, ne possédait pas d’église puisqu’il dépendait, au plan ecclésiastique, d’une église située à Cortvassill (fig. 1).

  • 66 Nous en avons parlé avec lui le 9 février 2001.
  • 67 Abélanet 1999, p. 51.

17L’épisode de 1836 aura permis de consigner sur des documents administratifs officiels ce qu’une longue tradition orale avait conservé. Cette tradition fut ravivée par la controverse territoriale. Celle-ci a permis de conserver le souvenir de ces traces rupestres (et même de toponymes comme le bien dénommé Roc del Castelló). Seul celui du Peu de Sant Quintí perdurait grâce aux deux lieux-dits cadastraux de Latour-de-Carol. Le souvenir de la localisation précise de l’empreinte du saint s’était, quant à lui, évanoui. Nous même pensions qu’il fallait la rechercher sur la grande roche granitique modelée par l’action d’un glacier située à la droite de l’actuelle R.N. 20, lorsqu’on se rend de Quers à Cortvassill. C’était l’opinion de Michel Martzluff avec qui nous nous sommes entretenus du thème en février 2001. Jean Rébujent, originaire d’Elne et domicilié à Porta, par ailleurs ami de Jean Abélanet, l’a également recherchée au même endroit66. C’était sans nul doute l’opinion de Jean Abélanet67 qui, lui aussi, a effectué de vaines recherches. Le rapport du géomètre Charbalié et le plan qu’il a dressé nous éclairent utilement. Il met en rapport le Peu de Sant Quintí, non pas avec la Roca de la Justícia toute proche, mais avec les empreintes jumelles du Roc de l’Assalador et du Roc del Castello (fig. 3). Il s’agit, pour le géomètre Charbalié, de pieds d’enfant. Mais ce fonctionnaire non catalanophone n’a-t-il pas interprété abusivement le catalan infant ? Si celui-ci peut désigner un tout petit enfant, il sert à nommer également un fantassin ou tout simplement un piéton. En effet, la seule trace que nous avons repérée et qui est susceptible d’être, peut-être, l’empreinte du Peu de Sant Quintí est plus grande que celle du pied d’un enfant. En effet, en février et en mars 2000, nous avons, en vain, essayé de localiser les empreintes des Rocs de l’Assalador et du Castello. En particulier, dans ce dernier lieu, fort altier, il était en effet difficile de repérer quoi que ce fût au milieu d’un amoncellement de blocs granitiques erratiques.

  • 68 A.D.P.O., 1 M 522. Cette empreinte qui ressemble à un pied est une sorte de vasque d’origine nature (...)
  • 69 A.D.P.O., 1 M 522.

18En ce qui concerne le Peu de Sant Quintí, le géomètre Charbalié donna davantage de précisions permettant une éventuelle localisation. Il nous indique d’emblée qu’il s’agit d’un « pédiforme », « peu profond mais allongé formé par la nature »68. Il nous dit clairement que l’empreinte est visible sur un « roc sis entre la rivière de Carol et le chemin de Latour de Carol à l’Hospitalet »69. Or, ce chemin suivait, à cet endroit, le même tracé que l’actuelle R.N.20. L’empreinte se situe donc à la gauche de la route, lorsqu’on remonte la vallée, et non à sa droite comme on le supposait habituellement et comme le laissait supposer la configuration du lieu-dit cadastral. Par ailleurs, le géomètre Charbalié désigne clairement la parcelle sur laquelle figure la fameuse trace du pied (cf. le document annexé). Celle-ci est de dimensions réduites, ce qui facilite la tâche. Nous avons effectué des repérages sur le terrain les 9 et 10 février 2001 et nous avons alors trouvé une trace qui semble correspondre à la description qui figure dans le rapport de Charbalié (fig. 4).

  • 70 Voir pour l’essentiel Guérin 1888, p. 52-64. Certains détails concernant la vie de Quentin figurent (...)

19Une chose est certaine : la localisation du Peu de Sant Quintí est bien plus proche du cours du riu Querol ou Aravó que ce que l’on pouvait supposer précédemment. Cela pose donc le problème de l’attribution de l’empreinte à un saint dont le culte est peu répandu en terre catalane. Le culte de ce saint est associé à tout ce qui touche l’eau. Martyrisé en 303 sous Dioclétien, Quentin, l’apôtre d’Amiens et du Vermandois, qui donna son nom à Saint-Quentin (Augusta Veromanduorum), chef-lieu d’un arrondissement du département de l’Aisne, fut enseveli sur une petite île marécageuse de la Somme. Son corps demeura ainsi, sous les eaux, pendant 55 ans « sans subir de tuméfaction ». La tête et le corps auraient été retrouvés, séparément mais à proximité, par sainte Eusébie. À l’endroit où l’on retrouva ses dépouilles, sur l’îlot de la Somme, fut édifié un monastère bénédictin. Deux puits y furent aménagés. Jusqu’au XIIe siècle, les dévots de saint Quentin venaient chercher des lotiones miraculeuses, mesures d’eau tirée du « puits » où avaient été découvertes ses dépouilles et dans lesquelles on trempait l’une de ses reliques. Par la suite « on se contenta de faire bénir l’eau que l’on tirait du puits de saint Quentin »70. Ce saint était tout particulièrement réputé pour guérir l’hydropisie. En Vermandois, la ville de Saint-Quentin posséda au Moyen Âge un hôpital pour hydropiques qui portait le nom d’« hôpital des Enflés ». Il disparut au XVe siècle. Par ailleurs, de son vivant, saint Quentin aurait fait jaillir une fontaine, à Marteville dans une prison où il a été détenu. Ses sanctuaires se trouvent souvent près des sources.

  • 71 On trouve en Cerdagne (aujourd’hui espagnole et, de ce fait en dehors des limites de l’actuel diocè (...)
  • 72 Emmanuel Brousse l’évoque dans son ouvrage sur la Cerdagne (Brousse 1926, p. 392-393). Mais cette s (...)

20Tout ceci nous renvoie au cours de l’Aravó tout proche et aux Roques Encantades - où pouvaient loger ces fées liées au milieu aquatique - que l’on trouve un peu plus en amont, sur la rive opposée. Nous comprenons aussi pourquoi, en Vallespir on a pu christianiser le sanctuaire des Kantae Niskae des Banys d’Arles en le dédiant à saint Quentin. Il n’y a pas que des analogies consonantiques...71. D’autre part, l’existence, à 500 m environ en aval (près de Quers), d’une source dont la température atteint presque 17°, et a longtemps été utilisée pour ses vertus curatives, est à mettre en relation avec celles des Banys d’Arles qui permirent le développement local du culte de saint Quentin72.

Épilogue

  • 73 Caubet considérait que les choix de Charbalié étaient judicieux car la limite qu’il proposait « est (...)
  • 74 (74) A.D.P.O., 1 M 522, dossier concernant les limites entre les futures communes de Latour-de-Caro (...)

21Le débat contradictoire à propos de la délimitation entre les deux futures communes allait bientôt être tranché. La proposition des pétitionnaires de la basse vallée conduits par l’ex maire Bonaventure Vigo Grau de reculer vers l’amont les limites communales fut prise en considération par Augustin Aiguillé, sous-préfet de Prades, qui, dès le 5 mai 1836, écrivait en marge de la pétition qu’il fallait « la renvoyer » à l’ingénieur en chef du cadastre. Le préfet du département fut également informé. Entre le 10 et le 17 mai, le directeur du cadastre et l’ingénieur en chef se concertèrent. Le 17, celui-ci renvoya la pétition rédigée par Bonaventure Vigo Grau au « géomètre délimitateur et triangulateur » Charbalié pour que ce dernier rédigeât un « rapport sur le contenu de la dite pétition ». Ce géomètre qui connaissait bien le terrain pour y avoir travaillé livra, le 19 mai 1836, le fruit d’une réflexion longuement mûrie dans un rapport détaillé (dont nous publions ci-dessous de larges extraits dans l’Annexe II) rédigé avec une écriture petite et fine, dans la marge de la pétition rédigée par Bonaventure Vigo Grau qui avait été laissée à cet effet. Il proposait des limites qu’il traça sur un plan annexe et qui satisfaisaient les revendications des pétitionnaires. Le 25 mai 1836, le géomètre en chef du cadastre Caubet livrait à son tour son opinion. Il abondait dans le sens de Charbalié en reprenant ses conclusions73. Le 31 mai 1836, le directeur [départemental] des contributions directes approuvait à son tour les conclusions de Charbalié. Le 11 juin 1836, enfin, le préfet des Pyrénées-Orientales les contresignait, décidant de la sorte de limites intercommunales qui ne pouvaient que satisfaire Bonaventure Vigo Grau et les pétitionnaires de Quers74.

  • 75 Arch. Com. Latour-de-Carol, le registre des délibérations du conseil municipal de la Vallée de Caro (...)

22À partir de ce moment, les jours de la commune de la vallée de Carol étaient comptés. La signature du roi des Français, Louis-Philippe Ier, avait entériné officiellement sa disparition en consacrant la scission de la haute vallée et l’érection de cette dernière en commune dont le chef-lieu fut fixé à Porta : l’ordonnance royale fut promulguée le 14 décembre 1836. La dernière séance du conseil municipal de la vénérable « commune-vallée » de Carol eut lieu en mai 1837, dans la vieille « maison commune », la casa de la vall, à Querol75. Le 2 février 1838, le préfet des Pyrénées-Orientales nommait les maires des nouvelles communes de Latour-de-Carol et de Porta qui prenaient désormais la place de la vieille « commune-vallée ».

23Dans ce conflit territorial - qui était en fait une véritable lutte de classes - chacun des deux camps avait défendu âprement ses intérêts. Une fois le principe de la partition communale acquis, chacune des parties a essayé de pousser son avantage plus loin. Les notables des cases grosses allaient conserver le pouvoir à Latour-de-Carol. Mais les caps de cases plus modestes de la haute vallée eurent le sentiment de prendre leur revanche. Dans la nouvelle commune dont ils avaient obtenu la création, ils allaient détenir le pouvoir. Mais, par la suite, la haute vallée allait, dans moins de trente ans (en 1861) connaître une nouvelle scission municipale.

24En 1836, la controverse sur la délimitation des deux communes à créer avait permis d’exhumer le souvenir des limites des deux anciennes paroisses de la vallée. Ces limites n’étaient pas formelles car elles indiquaient à qui revenaient les dîmes dues par les tenanciers pour les biens-fonds qu’ils exploitaient. Ce débat a permis également de faire connaître quelques toponymes qui seraient tombés dans l’oubli. Il a permis aussi de consigner par écrit des souvenirs qui demeuraient, alors, présents dans la tradition orale. Celle-ci connaissait la localisation et la fonction de trois empreintes rupestres de pas prétendument humains. Sans doute des légendes étaient associées à ces traces. Les rapports administratifs de 1836 n’y font aucune allusion. Mais sans eux, et sans la division communale de la vallée de Querol, il est vraisemblable que nous n’en aurions jamais entendu parlé et nous demeurerions perplexes en nous interrogeant, comme l’a fait Jean Abélanet, sur la présence de deux lieux-dits du cadastre de Latour-de-Carol qui se réfèrent très explicitement à sant Quintí (ou Cantí).

SOURCES

251 - Entretiens et/ou conversations cités dans les notes infrapaginales.

262 - Archives communales de Latour-de-Carol. Registre des délibérations de la commune de la Vallée de Carol (1816-1837).

273 - Archives départementales des Pyrénées-Orientales. 2E 881-884 [5 Mi 92] : registres des baptêmes, mariages et décès de Querol, 1733-1790 ; 2J 127/95 : cadastre dit « napoléonien », commune de Latour-de-Carol ; 2J 127/149 : commune de Porta-Porté, plans parcellaires et tableau d’assemblage, d’après les plans initiaux de la commune de la Vallée de Carol, datés de 1830 et remaniés (corrections et modifications en 1836-1838, au moment de la division de la commune en deux nouvelles communes, Latour-de-Carol et Porta-Porté) ; 95J 207 : registres des baptêmes, mariages et sépultures de la paroisse Saint Etienne de Latour-de-Carol [et Courbassil] (1806-1857, avec interruptions) ; 95J 440 : registres des baptêmes, mariages et sépultures de la paroisse Saint Jean-Baptiste de Porta (1805-1834 et 1836-1855) ; 95J 441 : registres des baptêmes, mariages et sépultures de la paroisse Notre Dame de Montserrat de Porté (1807-1857, avec interruptions) ; 1M 522 : dossier concernant la délimitation entre les deux nouvelles communes de Latour-de-Carol et Porta-Porté (1836) ; 2V 10 : dossier concernant l’érection et la suppression des cures de Porta, Carol et Courbassil ; 1025W 99 : registre de l’état des sections de la commune de Carol (1832).

Bibliographie

Abélanet 1999 : ABÉLANET (J.) - Lieux et Légendes du Roussillon et des Pyrénées catalanes, Editorial El Trabucaire, Canet, 1999, 206 p. [p. 51-53, Un saint du Nord catalanisé : saint Quentin].

Abélanet 2000 : ABÉLANET (J.) - Les plombs inscrits des Bains d’Arles (Amélie-les-Bains), Bulletin de l’Association archéologique des Pyrénées-Orientales, 15, Perpignan, 2000, p. 69-76.

Adell i Gisbert 1995 : ADELL i GISBERT (J.-A.) - Sant Quinti d’Ardòvol. Catalunya romànica, VII, La Cerdanya, el Conflent, Enciclopèdia catalana, Barcelona, 1995, p. 215.

Alart 1865 : ALART (J.-B.) - Notices historiques, Vallée de Querol. Almanach roussillonnais, Perpignan, imprimerie Alzine, 1865, p. 118-141.

Alart 1914-1915-1916 : ALART (J.-B.) - Général CALLIER, Correspondance inédite de l’archiviste Alart et du général Callier au sujet de la délimitation de la frontière des Pyrénées-Orientales (1864-1867). Ruscino, Perpignan, 1914, p. 5-44, p. 129-176 ; 1915, p. 124-144 ; 1916, p. 83-129.

Balent 1998 : BALENT (A.) - La Roca de la Justícia. Histoires de pierres - Històries de pedres, ADECO, AME, Olette - Montpellier, 1998, p. 65-66 [français], p. 70-71 [catalan], p. 77 et p. 78 [notes].

Balent 1998 : BALENT (A.) - El pas (el peu) de puta. Histoires de pierres - Històries de pedres, ADECO, AME, Olette - Montpellier, 1998, p. 63 [français], p. 69 [catalan], p. 77 et p. 78 [notes].

Balent 2000 : BALENT (A.) - Les Vigo : une famille en Cerdagne aux XVIIIe et XIXe siècles. Casa, frontière et pouvoirs. D.E.A. d’histoire contemporaine (dir. Michel Cadé), Université de Perpignan, 2000, 225 p. [p. 187-189].

Basseda 1990 : BASSEDA (L.) - Toponymie historique de Catalunya Nord. Revista Terra Nostra, 73-80, Prades, 1990, p. 421, [p. 618-619].

Becat 1987 : BECAT (J.) - La revisió toponímica dels mapes de l’IGN per a Catalunya Nord : una evolució lògica cap a la grafia catalana. Études Roussillonnaises offertes à Pierre Ponsich, Mélanges d’histoire et d’histoire de l’art du Roussillon et de la Cerdagne, Perpignan, 1987, p. 551-557.

Brousse 1926 : BROUSSE (Ε.) - La Cerdagne française. 2e édition, imprimerie de l’Indépendant, Perpignan, 1926, p. 392-393.

Chevalier 1984 : CHEVALIER (M.) - La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises. 2e édition, Milan Résonances, Tarascon-sur-Ariège, 1984, 1063 p.

Cortade 1994 : CORTADE (E.) (éd.) - Registre des prêtres des Pyrénées-Orientales par Mgr de Laporte. Bulletin de la société agricole, scientifique et littéraire des Pyrénées-Orientales, CII, Perpignan, 1994, p. 91-144.

Delcor 1987 : DELCOR (M.) - Una descripció de la vall de Querol del jurisconsult Antoni Oliba (s. XVI). Urgellia, VIII, la Seu d’Urgell, 1987, p. 431-457.

Delcor 1995 : DELCOR (M.) - Sant Marçal de Cortvassill (abans Sant Quinti). Catalunya romànica, VII, La Cerdanya el Conflent, Enciclopèdia catalana, Barcelona, 1995, p. 209.

Delcor, Puigferrat i Oliva, Ramos i Martinez 1995 : DELCOR (M.), PUIGFERRAT i OLIVA (G), RAMOS i MARTINEZ (M.-L.) - Esglésies de la Cerdanya anteriors a 1300. Catalunya romànica, VII, La Cerdanya, el Conflent, Enciclopèdia catalana, Barcelona, 1995, p. 44-52.

Delcor et alii 1995 : DELCOR (M.), BOLÓS i MASCLANS (J.), CLAVER i SALVAT (L.), CRUANYES i RAFOLS (J.), ROMEA i CASAS (E.) - Castell de Querol. Catalunya romànica, VII, La Cerdanya, el Conflent, Enciclopèdia catalana, Barcelona, 1995, p. 207-208.

Delcor, Ramos i Martinez, Ventosa i Serra 1995 : DELCOR (M.), RAMOS i MARTINEZ (M.-L.), VENTOSA i SERRA (E.) - Sant Esteve de la Tor de Querol. Catalunya romànica, VII, La Cerdanya, el Conflent, Enciclopèdia catalana, Barcelona, 1995, p. 229.

Delcor 1995 : DELCOR (M.) - Sant Fruitós d’Iravals. Catalunya romànica, VII, La Cerdanya, el Conflent, Enciclopèdia catalana, Barcelona, 1995, p. 230-231.

Gigot 1965-1988 : GIGOT (J.-G.) - Situation à ce jour de l’état civil antérieur à 1792 (registres paroissiaux) pour la Cerdagne et le Capcir (cantons actuels de Saillagouse et de Mont-Louis). CERCA, 29, Perpignan, 1965, p. 167-194 [voir plus particulièrement p. 187 et pp. 192-194].

Cran Enciclopèdia catalana, 2a edició, Enciclopèdia catalana, Barcelona, XX, 1988, p. 393 ; XXII, 1988, p. 446.

Guérin 1888 : GUÉRIN (P.) - Les petits Bollandistes. Vie des Saints de l’Ancien et du Nouveau Testament. Tome treizième, Du 28 octobre au 30 novembre, 7e édition revue et corrigée, Bloud et Barral, Paris, 1888.

Marti Sanjaume 1926-1928 : MARTI SANJAUME (J.) - Dietari de Puigcerdà amb sa vegueria de Cerdanya i sots vegueria de vall de Ribes, I. Cerimonial prehistoria-1290, Imprenta i llibreria de Llorenç Bonet i Batlle, Ripoll, 1926, p. 1-464., II (vol. 1, apendix : a. 815-1300), Imprenta Mariana, Lleida, 1928, p. 465-764.

Ponsich 1980 : PONSICH (P.) - Limits històrics i repertori toponímic dels llocs habitats dels antics « Països » de Rosselló-Vallespir-Conflent-Capcir-Cerdanya-Fenolledès. Terra Nostra, 37, Prades, 1980, p. 145, p. 148, p. 165.

Ponsich 1996 : PONSICH (P.) - Sant Quintí dels Banys d’Arles. Catalunya romànica, XXV, El Vallespir el Capcir el Donasà la Fenolleda el Perapertusès, Enciclopèdia catalana, Barcelona, 1996, p. 93-94.

Ramonatxo 1973 : RAMONATXO (H.) - Des Pyrénées à la Néva. Préface du colonel Rémy, Imprimerie Fournié, Toulouse, 1973, p. 36-37.

Sargatal i Pellicer 1996 : SARGATAL i PELLICER - Diccionari de sants. Amb especial referència als sants i les santes que viuen i treballen a Catalunya. Edicions 62, Barcelona, 1996 [voir plus particulièrement p. 168].

Sellier 1991 : SELLIER (D.) - Analyse morphologique des marques de la météorisation des granites à partir de mégalithes morbihannais. L’exemple de l’alignement de Kerlescan à Carnac. Revue archéologique de l’Ouest, 8, Nantes, 1991, p. 83-97.

Valls Taberner 1988 : VALLS TABERNER (F.) - Privilegis i ordenacions de les valls pirinenques : vall d’Aneu, Vallferrera i vall de Querol. Promociones publicaciones universitarias, Barcelona, 1988, 380 p.

Annexes

ANNEXE I : EXTRAITS DU RAPPORT DU GÉOMÈTRE DÉPARTEMENTAL CHARBALIÉ, 23 avril 1836

« (...). Vu la lettre de M. le géomètre en chef du 19 mars 1836qui nous enjoint de nous rendre incessamment dans la susdite commune de Carol pour y procéder contradictoirement avec M. le maire et l’adjoint spécial de la dite commune à la division du dit territoire et dresser un procès verbal et un plan des lieux, nous sommes rendu au village de Carol en la mairie où nous avons trouvé M. Etienne Garreta maire habitant à Latour de Carol (sic), M. Jacques Vernis propriétaire du même lieu et M. Bonnaventure (sic) Vigo propriétaire et membre du conseil municipal habitant à Qués et autres propriétaires du dit hameau de Qués et du village de Latour de Carol, Rieutés et autres et M. Antoine Mouchard propriétaire demeurant à Porté adjoint spécial des sections de Porté, Porta, Courbassil et Carol, M. François Ribo adjoint au maire de la commune, propriétaire habitant au village de Carol et M. Jean Garreta, Izidore (sic) et Oliva Joseph de Porta et Jean Barnola propriétaire de Porté et Etienne Barnola aussi propriétaire au dit Porté, tous les cinq membres du conseil municipal et autres principaux habitans (sic) et propriétaires des hameaux de Porté, Porta, Carol et Corbassil (sic). Après avoir donné connaissance à tous ces messieurs de l’objet de notre mission, nous avons prié ceux des hameaux de Porté, Porta, Carol et Courbassil de venir nous montrer la limite qu’ils prétendent prendre pour la division du territoire de leur commune d’avec celle de Latour de Carol (sic) a quoi ils ont obtempéré. En conséquence ils nous ont condui (sic) à un roc qu’il ont appelé le pas de St Ouintin et sur lequel ils nous ont montré un petit trou peu profond mais un peu allongé formé par la nature représentant l’empreinte du pied gauche d’un enfant. Ce roc est sis entre la rivière de Carol et le chemin de Latour de Carol à l’Hospitalet et à la ville d’Ax au sud du pré de Vernis Thomas dit Frontal de Qués n° 89 de la section D. Le roc porte le n° 90 de la même section.. Ils nous ont dit que de ce point la ligne divisoire entre les deux susdits territoires devait être formée par le côté sud des n° 97, 98 et 99 de la même section appartenant les deux premiers à Gavanyac François les hers [héritiers] à Quès et le dernier au susdit Vernis Frontal, jusqu’à l’extrémité supérieure du dit n° 97. Que par une ligne droite dans la direction dans la direction du sud-ouest au nord-est elle monterait sur un autre roc dit dels Assaladous [Assaladors] sur lequel on trouve la même empreinte que sur celui n° 90 (sic) et que de là elle irait se terminer par une autre ligne droite qui inclinerait tant soit peu vers l’est à la croisière (sic) du ruisseau avec le territoire de Latour de Carol et d’Enveigt (sic), au lieu dit le saut de Salit. Ils nous ont dit ensuite que du premier point sus mentionné en allant vers l’ouest la limite serait formée par une ligne droite qui partant du dit point irait se terminer dans la direction du nord est au sud ouest au territoire d’Espagne en passant le Roc del Casteillou [Castelló] sur lequel on trouve la même empreinte que sur les précédens (sic). Ils nous ont assuré que c’était l’ancienne limite de la paroisse de Courbassil et Carol : que du temps qu’on payait la dîme cette paroisse l’avait toujours retirée, jusques points cy dessus désignés et ont signé après lecture faite ».

Ont signé : Barnola, Barnola, Jn Garreta, Oliba, Ribo, Fr Ribo, M. Garrette, Etienne Ramonatxo, Cot Antoine, Frexes (?), Garretta, Marti, Gil Ribo, Garretta, Ramonatxo (?), Rosé, Garretta, Ramonxo (sic, pour Ramonatxo ?), Gavanach (sic), Piera (sic, pour Pierre) Barnola, Pere Barnola Patit (sic, pour Petit), Olive, Raminaixo (sic, pour Ramonatxo), Joan Ribo

ANNEXE II : EXTRAITS DE LA RÉPONSE DE CHARBALIÉ, EN MARGE DE LA PÉTITION DE BONAVENTURE VIGO GRAU, Perpignan, 19 mai 1836

(...) Considérant que lorsque nous avons fait la reconnaissance de la limite à proposer pour la division du territoire de Latour de Carol (sic) d’avec celle de Porta, nous avons proposé aux habitans de cette dernière de prendre pour limite le ravin de la Coumebeille [Coma Vella] qui partant du confluent avec la rivière de Carol touche au territoire d’Enveitg, que cette proposition fut rejettée (sic) par tous ces mêmes habitans (sic), quoiqu’elle soit la plus naturelle.

Considérant que du côté de la rive droite de la rivière de Carol à partir du susdit confluent on pourrait descendre la dite rivière jusqu’à l’extrémité nord du n° 482 S°n [section] F appartenant à Martÿ (?) dit pere Martir, que de là elle pourrait se diriger vers le sud puis vers l’ouest en suivant la division entre le dit N° 482 et les N° s 483, 481, 480, 478, 477et 474 qui resteraient sur le territoire de Latour, et les N° s 441, 442 et 437 de la même section F qui demeureraient dans le territoire de Porta. Elle arriverait au chemin de Qués d’où par une ligne droite qui traverserait la pature (sic) elle irait aboutir à une espèce de chemin dit la carretere mixanne [carretera mitjana] qu’elle longerait ensuite jusqu’au ruisseau de riutartare [riu Tarterès] à la jonction de ce même ruisseau avec le Ravin des Mouillassous [Mollassos] où l’on trouve le territoire d’Espagne ; que de cette manière le vœu des pétitionnaires se trouverait rempli.

En conséquence, nous avons l’honneur de vous proposer d’adopter cette limite, avec d’autant plus de raison que la portion du territoire qui doit former la commune de Latour de Carol est extrêmement minime, comparée à celle qui reste dans Porta, puisqu’elle n’est que d’environ un quatorzième. (...)

Notes

1 Pour la transcription des toponymes, nous avons distingué ceux qui désignent des lieux-dits ou des localités n’étant pas des chefs-lieux de communes, ou les communes comprenant plusieurs villages comme la « Vallée de Carol ». Pour les premiers nous avons adopté les versions qui figurent sur les cartes de 11.G.N. au 25000e publiées après 1983. Nous les avons éventuellement corrigés, en adoptant toujours la graphie catalane officielle, en tenant compte de données nouvelles mises en évidence par les documents, au fur et à mesure de nos recherches. Ainsi nous écrivons « Quers » au lieu de « Qués », « Cortvassill » au lieu de « Courbassil », sauf bien sûr, s’il s’agit de la citation d’un document. Dans ce dernier cas, nous reprenons l’orthographe que nous avons trouvé et écrivons « Qués » ou « Quez », « Courbassill » ou « Courbazil »,... Pour tous les autres toponymes, lieux-dits cadastrés ne figurant pas sur les cartes de l’I.G.N., ou n’apparaissant que dans d’autres documents administratifs à diffusion restreinte, nous les avons restitués dans l’orthographe normalisée catalane, sauf, bien sûr, lorsque nous les citons dans les extraits de textes où ils sont insérés. Pour les noms de communes, nous avons gardé leur graphie officielle. « Carol » ou « Vallée de Carol » désigne ainsi la commune qui a existé entre 1790 et 1838, alors que « Querol » désigne le hameau ou la vallée (ou encore le cours d’eau qui la traverse). À noter qu’avant d’adopter la graphie « Latour-de-Carol » dans le courant du XIXe siècle, l’administration a hésité entre « La Tour », « la Tour » et « Latour », utilisant indifféremment l’une et l’autre, bien que manifestant – déjà – une préférence pour cette dernière.
Pour l’orthographe des extraits de textes cités, quand nous avons cité des extraits de textes des XVIIIe et XIXe siècles, nous avons systématiquement conservé, en français et en catalan, l’orthographe et la syntaxe originales, y compris l’absence de majuscules et les incorrections syntaxiques.

2 Abélanet 1999, p. 51-53.

3 Quinti, en catalan « normatif » : cette version du nom figure sur la carte I.G.N. au 25000e, feuille 2249 ouest de le « Série Bleue » et 2249 OT de la série « Top 25 ». La transcription a été faite lors de la révision toponymique effectuée à l’initiative de l’I.G.N. à partir de 1982 à laquelle nous avions participé, pour l’actuelle commune de Latour-de-Carol (Bécat 1987). El Peu de Sant Quintí figure donc depuis cette date sur les diverses éditions de cette carte. Toutefois sur le plan cadastral – le premier cadastre, établi en 1830, comme ses révisions ultérieures – nous trouvons ce toponyme orthographié Peu de St Canty. Ce lieu-dit est contigu à un Sola del Peu de Sant Canty. Il faudrait écrire dans l’orthographe catalane : Peu de Sant Cantí et Solà de Peu de Sant Cantí (A.D.P-O., 2 J 127/95, section D1, feuille D). Comme le montrent les archives notariales, les registres paroissiaux puis ceux de l’État civil, le prénom de « Canty » ou « Canti » était couramment attribué au XVIIIe siècle dans la vallée de Querol et fut utilisé jusque dans la première moitié du XIXe : par exemple, entre mai 1848 et juillet 1849, « Canty » Izern fut maire de Latour-de-Carol. Ainsi le souvenir et la popularité du premier saint titulaire de la paroisse de Cortvassill perdurèrent longtemps après qu’il eut été supplanté par Sant Marçal (Saint Martial).

4 Jean Abélanet évoque à nouveau ces antiques ex-voto dans un article récent (Abélanet 2000). Sur Sant Quintí des Banys d’Arles (Amélieles-Bains), l’histoire du site et de l’ancienne église, aujourd’hui détruite, (cf. Ponsich 1996, p. 93-94).

5 À propos du Pas (peu) de puta qui, remarquons-le, n’est pas très éloigné du Peu de Sant Quintí et des deux autres empreintes rupestres qui lui sont associées (cf. Balent 1998).

6 À propos de la Roca de la Justícia, cf. Balent 1998.

7 Abélanet 1999 ; Jean Abélanet parle de Roc de la Justícia (p. 51). La carte I.G.N. au 25000e (comme par exemple la TOP 25000, feuille 2245 OT) consigne la Roca de la Justícia (cf. aussi Bécat 1987).

8 Ramonatxo 1973, p. 37.

9 Balent 2000, plus particulièrement les p. 178-191.

10 Ibidem, p. 132. Nous avons évalué, pour les années 1832-1854, l’étendue des propriétés de Bonaventure Vigo Grau à 147 ha, 66 a, 28 ca, au moins. Elles étaient réparties sur 4 communes.

11 Les deux domaines de la vallée de Querol représentaient à eux seuls 67 ha, 56 a, 46 ca (Ibid., p. 132).

12 Laurent Vigo (1765-1841), né et mort à Err, maire de la Vallée de Carol de 1800 à 1807, maire d’Err de 1812 à 1824, conseiller d’arrondissement de Prades de 1812 à 1821, conseiller général des P.-O. de 1822 à 1828 (Ibid., notamment, p. 165-172).

13 Orthographiée de façon erronée Devesa del Vigó et non Devesa del Vigo sur la carte I.G.N. au 25000e.

14 Balent 2000, p. 184-187.

15 Chevalier 1984, p. 174-179. Cet auteur constate que « les séparatismes triomphent partout après 1789 » et ajoute que « les communes vallées ont plutôt survécu dans les régions d’habitat dispersé, où les séparatismes se cristallisaient moins nettement qu’en pays de village » (ce qui était précisément le cas des vallées de Carol et d’Osséja).

16 Ibidem, p. 177.

17 Sur le concept de casa (pluriel : cases) voir notamment l’introduction de notre D.E.A. (Balent 2000, p. 10-13) où nous nous sommes efforcé de mettre en évidence son importance sociale et anthropologique.

18 La division de la commune n’entraîna pas pour autant le passage à des systèmes individualistes de la vie pastorale. Les modes d’organisation collective- indivision des estives et organisation de troupeaux communaux- furent simplement transférés de la « grande » commune initiale vers chacune des « petites » issues de la scission.

19 Sur tout ce qui précède, cf. Balent 2000, p. 181-182 et pp. 183-184.

20 Il s’agit d’Étienne Garreta, de Latour, dernier maire de la vallée de Carol (1833-1838).

21 Bonaventure Vigo Grau cessa d’être maire en 1831, mais demeura conseiller municipal.

22 Arch. Com. Latour-de-Carol, registre des délibérations du Conseil municipal de la Vallée de Carol (1816-1837).

23 Ibidem. Cette délibération figure également dans le dossier des archives départementales des Pyrénées-Orientales (A.D.P.O.), 1 M 522.

24 Dans un « mémoire » du 16 mai 1836, les conseillers municipaux des quatre villages de la haute vallée développèrent une argumentation dirigée contre le pouvoir des notables de la basse vallée qui révèle une certaine nostalgie pour un « avant 1789 », paradoxalement plus « démocratique », pour le fonctionnement des institutions municipales que le régime censitaire en vigueur qui avait renforcé l’emprise politique des plus nantis : « À la révolution [de 1789], les notables de la Tour s’étant emparés de l’autorité administrative de la commune qu’ils conservent encore, force a été de supporter les infractions à nos droits et privilèges et les abus d’autorité qui n’ont cessé de planer sur nous (...) Trois seulement, fâchés de ce que l’autorité qu’eux ou les leurs ont exercé sur nous depuis la Révolution allait leur échapper ont formé une opposition vague et dénuée de tout sens commun ». Les « trois » en question étaient précisément ceux des membres du conseil municipal qui allaient contester le bien-fondé d’une délimitation entre les deux nouvelles communes qui passerait par trois empreintes rupestres, parmi lesquelles le peu de Sant Quintí (A.D.P.O. 1 M 522, Mémoire présenté par les membres du Conseil municipal de la communauté de Latour-de-Carol (sic), habitant les sections de Courbassil, Carol, Porté et Porta, Porta, 16 mars 1836, signé par les conseillers municipaux P. Ribo, Jh. Garreta, Ribo, Esteva Barnola, Oliba, Frs Ribo ; cf. aussi Balent 2000, p. 188).

25 À la demande du préfet des Pyrénées-Orientales (lettres du 16 décembre 1835 et du 12 mars 1836), du directeur des Contributions directes (16 mars 1836). Ce rapport fut visé par le préfet des Pyrénées-Orientales le 11 juin 1836 (cf. A.D.P.O., 1 M 522).

26 Nous remarquons que Bonaventure Vigo Grau francise ici un toponyme consigné dans le cadastre comme lieu-dit dans un catalan transcrit de façon phonétique. En 1830, Bonaventure Vigo Grau avait aidé Charbalié lorsque fut établi le cadastre de la Vallée de Carol.

27 A.D.P.O., 1 M 522. Bonaventure Vigo Grau fait allusion dans la pétition qu’il avait rédigée au rapport initial rédigé trois jours plus tôt (le 23 avril 1836) le géomètre délimitateur et triangulateur du cadastre du département des Pyrénées-Orientales, Charbalié, concernant une proposition de tracé des limites entre les deux futures communes issues de la partition de la Vallée de Carol. Nous reproduisons infra de larges extraits de ce rapport, capital pour la bonne intelligence des faits.

28 Ibidem.

29 Ibidem. On remarquera, toutefois que l’alignement entre les trois empreintes « pédiformes » coïncident avec une limite naturelle entre la haute et la basse vallee. En aval de celles-ci (et du verrou granitique entaillé par l’Aravó), les terrasses alluviales de ce cours d’eau forment une « digitation » qui prolonge directement la dépression cerdane. En amont, on pénètre dans un monde différent en gagnant rapidement de l’altitude. Cette limite constitue également un seuil climatique.

30 Ce refus était également motivé par le fait qu’il ne croyait « pouvoir abandonner les droits que les habitants de Latour-de-Carol peuvent avoir sur la maison commune [de la vallée] sise au village de Carol ».

31 Sur le cadastre d’origine confectionné en 1830, le lieu-dit cadastré Soula del peu de Sant Canty (Solà del Peu de Sant Quintí) portait également le nom de Roc des Assaladous (Roc dels Assaladors) cf. A.D.P.O., 2 J 127/95 ; 2 J 127/149.

32 Ce toponyme n’a jamais figuré sur les cartes de Γ État-Major ni sur celles de l’I.G.N. Il correspond au point coté 1724 m, situé à proximité du hameau de Quers, des feuilles les plus récentes au 25000e de 1 I.G.N. Il fut consigné dans le rapport du géomètre Charbalié que nous commentons ici. Jean Delcor (entretien du 1er mai 2000) et son fils, Francis Delcor, tous deux domiciliés à Quers (conversations en 2000 et en 2001) connaissent parfaitement cette dénomination et la localisent correctement (il en est de même pour le Roc dels Assaladors). Toutefois, dans la 2e moitié du XXe siècle, comme ce toponyme n’avait pas été conservé par écrit, s’est répandue la dénomination de Pain de Sucre. Outre le fait qu’elle ne convient guère à ce type de relief glaciaire, celle-ci n’a pas été produite par des personnes, utilisatrices professionnelles, ayant une connaissance approfondie d’un territoire, fruit d’une longue « pratique ». Que des agriculteurs et éleveurs comme les Delcor aient seuls conserve – oralement – jusqu’à ce jour la dénomination la plus ancienne du toponyme est très révélateur. José Puig, de Riutes, connaît également l’appellation Roc del Castelló. Par ailleurs l’appellation Roc del Castelló, évoque parfaitement l’aspect « nid d’aigle » ruiniforme du lieu (amoncellement de blocs granitiques).

33 A.D.P.O., 1 M 522, rapport du géomètre Charbalié, 23 avril 1836. Dans leur Mémoire du 16 mai 1836, les conseillers municipaux des quatre villages de la haute vallée rappelaient que « la division du territoire avait été de tous les temps telle qu’elle est consignée dans le procès-verbal de M. Charbalié du 23 avril dernier. Le pied de Saint Quintin empreint sur le roc (...) et auquel nos aïeux attachaient des préjugés superstitieux, a toujours été le mémento de la division territoriale des deux sections (...) ».

34 Ibidem..

35 Alart 1865, p. 12 ; Alart, Callier 1914-1916 ; Basseda 1990, p. 725 ; Marti Sanjaume 1926, 1928.

36 Delcor 1995 (« Sant Fruitós... »), p. 230-231.

37 Delcor et alii 1995 [« Esglésies de la Cerdanya,...], p. 51.

38 A.D.P.O., EDT, registres B.M.S., St Esteve, la Tor ; Balent 2000, p. 59. Pour d’autres exemples antérieurs, cf. ibidem, p. 55-56.

39 Balent 2000, p. 61-62 : nous avons relaté les péripéties de l’enterrement de François Grau qui avait exigé par testament que ses obsèques fussent célébrées en l’église d’Iravals.

40 A.D.P.O., 95 J 207, registres paroissiaux (B.M.S.) de Saint-Etienne de Latour-de-Carol (1806-1857).

41 Delcor et alii 1995 [« Sant Esteve... »], p. 229.

42 Ibidem, p. 229.

43 Le fait que l’on parle de l’« église de Querol », alors qu’elle est située à Cortvassill, nous amène à réfléchir sur cette apparente confusion toponymique et sur l’origine de ces deux villages « jumeaux », situés à peu de distance l’un de l’autre. Le plus ancien, d’origine « écclésiale », serait ainsi Cortvassill. L’actuel hameau de Querol, longtemps siège des institutions civiles valléennes, est lui d’origine « castrale » : cette agglomération fut donc bâtie postérieurement, au pied du château. Celui-ci, lieu de résidence de l’officier royal, (castlà puis alcaid) est mentionné pour la première fois en 1243 (Alart 1870 ; Delcor et alii 1995 (Querol)), alors que Cortvassill où est bâtie l’église dite « de Querol » est mentionné plus d’un siècle auparavant. La construction des tours du château peuvent cependant « ésser del segle XII ο XIII » alors que « el recinte jussà ha d’ésser datat en un moment posterior, segurament ja en els darrers segles de l’edat mitjana » (Ibidem, p. 208).

44 Marti Sanjaume 1926, p. 161.

45 M. Delcor parle (Delcor 1987, p. 447), « d’una esglèsia dedicada a Sant Marcial » que « fou construïda al segle XIII a Porta ». Mais l’église de Porta est dédiée à Saint Jean Baptiste (Voir notamment A.D.P.O., 95 J 440 et Gigot 1965, p. 187 qui indique que sa première mention est de 1544). D’autre part, le juriste originaire de Porta, Antoni Oliba, cité, précisément, par M. Delcor (Delcor 1987, p. 440 et p. 443), écrivait, à la fin du XVIe siècle, qu’il y avait, dans la vallée, quatre églises : Sedret, La Tor, Iravals (« sub diuo Fructuoso, sed proxima annexa » [récemment annexée à Sant Esteve de la Tor]), Cortvassill [église « sub invocatione Sancti Quintini »]. Il ne mentionne pas les lieux de culte de Porta et de Porté.

46 Ainsi, le curé de Querol (en fait Cortvassill, mais les deux lieux étaient toujours considérés comme un seul et unique ensemble), Joan de Travy, pouvait ainsi rédiger les actes de baptêmes ou sépultures : « Als dotza de janer de mil set sents trenta y set jo Joan de Travy rector de la iglesia parrochial dels gloriosos sancts Canti y Marsal del lloch de Carol... ». Autre exemple, en français (approximatif), 28 ans plus tard : « Cejourd’hui le quinza janvier mille sept sants sinquanta sinch a été enterré au cimetiere de leglisa paroissiale des saints Quintin et Marsal du lieu de Carol le cadavre de Pierre Tapis... ». En 1744, le prêtre de la paroisse intitulait ainsi ses registres de catholicité : « Extrait des registres baptistaires ou de mariages ou mortuaires de la paroissiale église des saints Quintin et Marsial du lieu de Carol en Cerdanya diocese de Urgell ». Cf.. A.D.P.O., 5 Mi 92 (2 Ε 881 à 884), registres B.M.S. de Querol, 1737-1790.

47 Delcor 1987, p. 447 ; Ponsich 1980, p. 145-146 et p. 165. On trouvera une liste des villages ou hameaux dont certains ont disparu, qui ont été créés dans la haute vallée de Querol.

48 Gigot 1965 : cet inventaire des registres paroissiaux montre bien l’existence de quatre églises (en plus de Saint-Pierre-de-Cedret qui n’apparaît pas) dans la vallée de Querol avant la révolution française. Les premières mentions des églises qualifiées à tort de paroissiales de Saint-Jean-Baptiste de Porta et de Sainte-Marie de Porté datent de 1544 (Ibidem, p. 187). À noter que l’advocation de l’église de Porté est plutôt « Notre Dame de Montserrat » : elle est clairement désignée de la sorte par un vicaire, Joseph Visas, en 1789 (il parle de l’église Notre Dame de Montserrat de Porté, paroisse de Carol) et deux prêtres de cette paroisse (constituée en tant que telle en 1802), Félicien Avench en 1815 (notamment) et Joseph Carbonell (par exemple en 1828). À partir de 1837 (Samso desservant de la paroisse), on ne parle plus que de « Sainte Marie de Porté » : pour tout ce qui précède, cf. A.D.P.O., 5 Mi 92 (2 Ε 881 à 884) (avant 1791) et 95 J 441 (après 1802).

49 On peut ainsi lire, exemples parmi tant d’autres : « set del mes de fabré de mil set sents trenta y set jo lo reverent Mosen Francisco Marti vicari de Porta y Porté pendens de la iglesia parrocbial dels gloriosos sants Canti y Marsal he batejat... » (à la même époque le curé de Carol, responsable de toute la paroisse était mossèn de Travy. Même chose, quelques années dans un français hésitant rempli de catalanismes « Cejourd’hui le onza de mars mil set cents quaranta quotra je François prêtre et vicaire du lieu de Porta dependant de la paroisse et de la église du lieu de Carol... » ; « cejourd’huy le vint y trois mars mille sept sants sinquanta a été enterré au cimetière de la église de Saint Jean de Porta dependant de cette paroisse de Carol le cadavre de Victoria Puig... » ; « Ce jourd’huy le neuf octobre dmille sept sants sinquanta un a été enterré au cimetière de l eglisa de notra dama de Porté le cadavre de Ramon Palau... » ; le 23 janvier 1764, enterrement au cimetière de « Notre Dame de Porté, paroisse de carol de Giroma Vivas... » ; « ce jourdhui le catorzième auvril mil sept cens soixante dix je soussigné [Buscall, vicaire] prêtre et vicaire du lieu de Portè parroisse de Carol ay bautisé aux fonts bautismales Marie Margarida fille de... ». Cf. : A.D.P.O., 5 mi 92 (2 Ε 881 à 884).

50 Cortade éd. 1994.

51 Ibidem : en 1804, Étienne Obrer était chargé de la succursale de Carol (Querol).

52 A.D.P.O., 95 J 440, registres paroissiaux de Porta (B.M.S.).

53 A.D.P.O., 2 V 10, délibération du conseil municipal de Carol (1er janvier 1827), écrite par le maire, Bonaventure Vigo Grau.

54 Commentant le projet de rattacher Quers et Riutés à la succursale de Cortvassill-Querol que l’on proposait de rétablir, la délibération précisait : « (...) en aucune manière les hameaux de Quez et de Rieutez ne pouvaient être réunis à cette église [Sant Marçal de Cortvassill] (...) qu’il leur serait douloureux de se séparer de leur ancienne église d’Irabals annexée à celle de Latour-de-Carol (...) ».

55 A.D.P.O., 2 V 10, texte écrit par Bonaventure Vigo Grau, 2 juin 1833.

56 A.D.P.O., 2 V 10.

57 Ibidem.

58 Ibidem.

59 Ibidem.

60 Ibidem.

61 Ibidem.

62 A.D.P.O., 2 J 127/149, plans parcellaires de la commune de Porta-Porté et tableau d’assemblage d’après les plans initiaux de la commune de la vallée de Carol, datés du 26 octobre 1830 et remaniés en 1836-1838, au moment de la partition de cette commune. Ce plan a été levé par Borrel, Verniet, Caubet et Franciel, géomètres de 1e classe sous l’autorité de Mary, géomètre en chef du cadastre des PyrénéesOrientales. Charbalié avait, quant à lui, fait des travaux d’arpentage, en vue de l’établissement du plan cadastral de cette commune, dans la Vallée de Carol, dès 1827 (Balent 2000, p. 185, note 221).

63 Sur les sections D et F de la commune de la vallée de Carol, cf. A.D.P.O. 1025 W 99, registre de l’état des sections de la commune de la vallée de Carol (1832).

64 Basseda 1990, p. 724.

65 Alart 1865, p. 125 ; Valls Taberner 1988, p. XXV-XXVI.

66 Nous en avons parlé avec lui le 9 février 2001.

67 Abélanet 1999, p. 51.

68 A.D.P.O., 1 M 522. Cette empreinte qui ressemble à un pied est une sorte de vasque d’origine naturelle. A l’origine de cette microforme - que l’on retrouve dans les reliefs granitiques - il y a une dégradation qui résulte de l’action des agents météorologiques : l’étude de Dominique Sellier sur les marques de météorisation de mégalithes granitiques bretons (Sellier 1991, cf. plus particulièrement, p. 87, p. 90-91, p. 95-97) donne une idée de la façon dont a pu se former une empreinte du type de celle du peu de Sant Quintí. Cette dernière n’a pas d’équivalent dans le voisinage. La construction de la R.N. 20 juste au-dessus aurait peut-être pu entraîner la disparition d’éventuelles empreintes de même type. Mais cela est peu vraisemblable, car, du côté du cours de l’Aravo, la limite de la parcelle sur laquelle se situe le « pédiforme » semble ne pas avoir été modifiée par l’élargissement de la chaussée consécutif à la construction de la route qui s’est effectué du côté du versant montagneux. Nous tenons ici à remercier Michel Martzluff qui nous a signalé cet article.

69 A.D.P.O., 1 M 522.

70 Voir pour l’essentiel Guérin 1888, p. 52-64. Certains détails concernant la vie de Quentin figurent également dans Sargata i Pellicer 1996, p. 168.

71 On trouve en Cerdagne (aujourd’hui espagnole et, de ce fait en dehors des limites de l’actuel diocèse d’Elne-Perpignan) un autre lieu de culte dédié à saint Quentin : il s’agit de l’église aujourd’hui ruinée de Sant Quinti d’Ardòvol dans la commune de Prullans (cf. Adell i Gisbert 1995, p. 215). À noter également que la tradition orale locale conserve, comme pour les lieux-dits et église de Cortvassill, l’appellation de Cantí au lieu de Quintí. À Prullans, la fête votive de saint Quentin fut célébrée jusque vers 1960 (cf. Sargatal i Pellicer 1996, p. 168). Le culte de saint Quentin est, on peut s’en douter, peu répandu dans les terres catalanes. En dehors des rares cas (Cerdagne et Vallespir) que nous venons d’évoquer, nous mentionnerons, à la suite de Ramon Sargatal i Pellicer, la fête de saint Quentin célébrée à Cambrils dans la commune d’Odèn dans le Solsonès (Ibidem, p. 168). Pour sa part, la Gran Enciclopèdia catalana (1988) mentionne, en dehors de la Cerdagne et du Vallespir cinq autres lieux, tous dans la Catalunya Vella, dédiés au saint picard. Le plus important est Sant Quinti de Mediona, commune de l’Ait Penedés, où se trouve un monastère bénédictin dédié lui aussi à sant Quinti, fondé en 962. Dans le Vallès Oriental, la commune de Castellbisbal possède une église romane dédiée au saint picard. Dans le Berguedà, l’advocation de sant Quinti est celle d’une église d’une enclave de la commune de Montclar del Berguedà, près d’Avià. Dans la Garrotxa, une ancienne parroisse, Sant Quinti d’en Bas, mentionnée dès 998, est située dans l’ancien territoire de la commune de Sant Esteve d’en Bas (actuelle commune de la Vall d’en Bas). Enfin, près de Ripoll, dans la paroisse de Campdevànol, on trouve un Sant Quinti de Puigrodon, appelé aussi, de façon populaire, Sant Quentí.

72 Emmanuel Brousse l’évoque dans son ouvrage sur la Cerdagne (Brousse 1926, p. 392-393). Mais cette source se trouve néanmoins sur l’ancien territoire des paroisses Sant Fructuós d’Iravals et Sant Esteve de la Tor.

73 Caubet considérait que les choix de Charbalié étaient judicieux car la limite qu’il proposait « est la plus naturelle et la moins variable puisqu’elle est formée, du côté de la rive gauche de la rivière de Carol, par le ravin de Coume beille, et sur la rive droite par les divisions des propriétés du hameau de Qués ». Il ajoutait que « (...) la limite indiquée par les habitans (sic) des hameaux qui ont demandé l’érection en commune [les quatre villages de la haute vallée] n’est pas aussi naturelle puisqu’elle est formée par des lignes droites qui divisent plusieurs propriétés (...) ». Il déniait ainsi toute légitimité à la ligne joignant les trois empreintes pédiformes. (A.D.P.O., 1 M 522).

74 (74) A.D.P.O., 1 M 522, dossier concernant les limites entre les futures communes de Latour-de-Carol et de Porta-Porté, avis marginaux du sous-préfet Aiguillé, Prades, 5 mai 1836 ; du géomètre Charbalié, Perpignan, 19 mai 1836 ; du géomètre en chef Caubet, Perpignan, 25 mai 1836 ; du directeur départemental des contributions directes, Perpignan, 31 mai 1836 ; du préfet des Pyrénées-Orientales, Perpignan, 11 juin 1836.

75 Arch. Com. Latour-de-Carol, le registre des délibérations du conseil municipal de la Vallée de Carol, ne dit pas quel jour du mois de mai 1837, eut lieu cette ultime réunion.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Délimitations civiles et ecclésiastiques de la vallée du Carol (D.A.O. Sabine Nadal d’après l’auteur)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4273/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Figure 2 : Extrait du premier cadastre de la vallée de Carol au lieu-dit « Peu de Sant Canty » (A.D.P.-O. 2J 127/95). La rivière et le chemin sont ici figurés en gris dans l’axe nord-sud (D.A.O. André Balent)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4273/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Figure 3 : La solana de la vallée de Querol, près de Quers. Vue depuis le Peu de Sant Ouintí vers le Solà del peu de Sant Ouintí et le Roc de l’Assalador (cliché André Balent, 14 avril 2001)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4273/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Figure 4 : Emplacement du Peu de Sant Quintí, près de l’Aravó (vue vers l’ouest) et détail du tafoni pédiforme (clichés André Balent, 14 avril 2001)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4273/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 175k

Auteur

Doctorant CHRiSM, Université de Perpignan, 29 rue du Vélodrome, 66100 Perpignan. cat-ab-balent@wanadoo.fr

© Presses universitaires de Perpignan, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search