Version classiqueVersion mobile

Roches ornées, roches dressées

 | 
Michel Martzluff

3 - Les hommes et leur terre en Pyrénées de l'est

Les maisons en terre de la rue de l’Anguille à Perpignan : du lotissement médiéval au secteur sauvegardé

François Guyonnet

Résumé

L’étude du plan de sauvegarde et de mise en valeur de la ville de Perpignan (PSMV) a montré l’importance des quartiers de bourgs dans l’évolution urbaine et l’originalité de leur architecture. La réhabilitation d’immeubles situés à proximité du cœur de l’agglomération et l’étude archéologique des élévations ont porté sur cinq parcelles. Les premières données de l’étude confirment la présence de constructions primitives en terre (bauge et pisé) édifiées vers la seconde moitié du XIIIe s. et modifiées très tôt. La découverte d’un remarquable plafond en bois peint polychrome de la fin du XVe s. ou du début du XVIe s. au n° 4 de la rue de l’Anguille démontre que la maison du XIIIe s. a été surélevée d’au moins un niveau à cette période. Néanmoins, la plupart des modifications réalisées sur les constructions en terre du XIIIe s. interviennent plus tard, aux XVIIe et XVIIIe s. Aux XIXe et XXe s., le quartier se paupérise considérablement. Les parcelles sont démembrées et retrouvent leurs proportions d’origine. Les pièces luxueuses d’époque moderne sont cloisonnées et de nouveaux planchers viennent s’intercaler entre les précédents. Les faux plafonds font disparaître les volumes anciens des pièces

Texte intégral

Introduction

1Les recherches effectuées dans le cadre de l’élaboration du plan de sauvegarde et de mise en valeur de la ville de Perpignan (PSMV) réalisées par M. Berger et Mme Tjoyas, architectes chargés d’études, ont montré l’importance certaine des quartiers de lotissements médiévaux dans l’évolution urbaine de Perpignan ainsi que l’originalité de leur architecture. Les visites d’immeubles ont révélé la présence de murs en terre dans le quartier Saint-Mathieu à l’ouest de la ville ainsi que dans le quartier Saint-Jacques sur lequel notre étude a porté.

2Une opération de réhabilitation d’immeubles portait sur cinq parcelles situées entre la rue de l’Anguille et la rue Joseph Denis. Un premier diagnostic des élévations, effectué par l’agence de Mme Tjoyas, a fait apparaître la complexité architecturale de ces maisons extrêmement remaniées et a permis de repérer la présence de murs en terre. Ces premières découvertes ont montré aux différents intervenants du Patrimoine l’intérêt d’une poursuite des recherches. Celle-ci fut envisagée sous la forme d’une étude des élévations, financée par la SAFU qui a été confiée à l’Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales par le Service Régional de l’Archéologie.

3L’étude fut menée durant trois semaines pendant le mois de juillet 2000 par deux archéologues qui intervinrent conjointement avec une entreprise de bâtiment. Devant l’importance des élévations à étudier (cinq parcelles regroupant sept maisons médiévales surélevées de deux niveaux à l’époque moderne) des choix durent être opérés. L’essentiel des investigations porta sur le repérage des murs médiévaux en terre dégagés par des sondages ponctuels dans les enduits. Les résultats furent concluants (découvertes des pans de toitures, de traces de planchers, de techniques différentes de mise en œuvre de la terre, etc.) en dépit des nombreuses reprises tardives de ces élévations en terre (rez-de-chaussée, façades, etc.). Les surélévations d’époque moderne de ces maisons que l’on peut associer aux remembrements des parcelles et les réaménagements intérieurs de cette période, firent l’objet de simples observations.

4La découverte d’un magnifique plafond peint de la fin du XVe s. ou du début du XVIe s. nécessita une attention particulière au n° 4 de la rue de l’Anguille. Ainsi, cette maison fut étudiée avec plus de précision (relevés systématiques des murs et du plafond).

5La description des immeubles a mis en évidence trois phases d’évolution des bâtiments. On trouve tout d’abord une première phase qui correspond au lotissement du quartier et à la construction de maisons en terre dans la seconde moitié du XIIIe s. et au début du XIVe s. Une deuxième phase s’étend sur toute la période moderne, de l’extrême fin du XVe s. à la fin du XVIIIe s. Elle se manifeste par une surélévation des maisons primitives et par un remembrement des parcelles médiévales. Enfin, une troisième phase voit le démembrement au XIXe s. des grands immeubles constitués à l’époque moderne. Les parcelles reprennent pour la plupart leurs proportions médiévales et les étages sont largement cloisonnés.

1. Le contexte historique : la formation du quartier médiéval

6Les découvertes de maisons en terre médiévales dans le quartier Saint-Jacques posent de nouvelles questions sur la formation et la mise en place d’un lotissement médiéval à Perpignan. L’intervention archéologique a été l’occasion d’une collaboration fructueuse entre archéologue et historien. Ainsi, Aymat Catafau, maître de conférences à l’Université de Perpignan a participé à la rédaction du rapport en rédigeant une note synthétisant toutes les données historiques concernant le quartier à l’époque médiévale (Catafau, Guyonnet 2001). Par conséquent, il semblait opportun, au préalable à l’analyse des vestiges découverts, de présenter un résumé de ses recherches historiques.

  • 1 Catafau 2000, p. 41-67 et Vidal 1904, p. 17.

7Le site de la rue de l’Anguille est situé à l’extérieur du noyau central de la ville, le quartier Saint-Jean, en bordure de la rue du Ruisseau. Cette rue reprend le tracé du rech comtal, ancienne limite de la ville, autrefois matérialisée par la première enceinte de la ville édifiée sous les comtes de Roussillon1. C’est sur la pente du Puig que s’est développé le quartier Saint-Jacques dont les bâtiments étudiés forment les premières constructions visibles depuis la place des Prêcheurs (fig. 1).

Figure 1 : Plan de masse du quartier : en gris foncé, les maisons de terre de la rue de l’Anguille (dessin F. Guyonnet, I.N.R.A.P.)

8La première mention indirecte du Puig remonte à 1172, lorsque par testament, le comte Girard de Roussillon, avant de léguer son comté à Alphonse comte de Barcelone et roi d’Aragon, fait don aux Hospitaliers, des moulins situés sous la « maison des lépreux ». Ces moulins utilisaient l’eau du rech comtal, ce qui permet de positionner la léproserie de Perpignan sur les pentes du Puig. Il apparaît que ces pentes du Puig Saint-Jacques ne sont que peu occupées dans le dernier quart du XIIe s. En effet, lorsque le nouveau seigneur de la ville manifeste son désir de reprendre en main ses possessions perpignanaises, il s’empresse de tenter d’imposer le déplacement de la ville vers les pentes du Puig. Les habitants s’opposent vigoureusement à cette décision du roi Alphonse II et obtiennent en 1176 l’abandon du projet royal avec quelques contreparties et en particulier, la charge de l’entretien des murailles de la ville.

9Au milieu du XIIIe s. la situation est bien différente car la ville déborde largement de ces limites anciennes. L’accroissement de la population est évidemment lié à la présence de la cour royale. Trois événements importants vont marquer l’histoire du quartier Saint-Jacques dans cette première moitié du XIIIe s. Les Dominicains s’implantent en contrebas du Puig vers 1242-1243 (près de la rue de l’Anguille), l’église paroissiale Saint-Jacques est fondée sur les hauteurs en 1244 et, enfin, la communauté juive s’installe progressivement sur ces pentes qui formeront un quartier exclusif, à partir de 1251. Il est certain que ces fondations et cette implantation d’une communauté ont eu des conséquences importantes sur le développement rapide des lotissements laissant des traces régulières dans la trame urbaine. Cela ne signifie pas pour autant que le Puig était vide d’habitants avant le milieu du XIIIe s. En effet, il est possible qu’à la fin du XIIe s. ou au début du XIIIe s., des maisons aient été construites en contrebas du Puig, en bordure du rech comtal. Néanmoins, aucun élément archéologique ou documentaire ne vient actuellement étayer cette hypothèse.

10Le quartier Saint-Jacques n’est pas uniquement occupé par la communauté juive puisque leur implantation s’est faite progressivement jusqu’en 1251, date à laquelle, la reine Yolande d’Aragon leur ordonne de déménager pour venir s’installer sur le Puig sous peine de poursuites. De nombreux artisans, et en particulier des tisserands, résident dans le quartier qui est aussi le territoire des prostituées de Perpignan. Ainsi, le quartier Saint-Jacques dont les âmes sont encadrées par les desservants de l’église paroissiale du même nom, est un quartier populaire où les petites gens côtoient les exclus. Dans la seconde moitié du XIIIe s., on ne peut plus ajouter les lépreux à la liste des exclus puisque la léproserie a été transférée au début du siècle vers la route de Canet.

11À partir de 1251, le quartier juif se développe considérablement et semble se structurer. En 1263, ce quartier est appelé le call (de calle, la rue en castillan) et semble entouré de murs percés de portes fermées la nuit (Vidal 1992). En outre, les maisons juives en bordure du call n’ont pas le droit d’ouverture sur l’extérieur. Cependant, l’image d’un quartier juif totalement isolé et coupé du reste de la ville doit être écarté car les actes qui mentionnent la cohabitation entre juifs et chrétiens sur le Puig sont nombreux. La localisation du call est très approximative : selon P. Vidal, les Juifs étaient installés entre la place du Puig, le couvent des Dominicains et la rue Saint-François de Paule, la rue de l’Anguille se situant à l’extérieur du quartier juif. Ce tracé ne laisse cependant aucune place à un mur de clôture. En fonction de la disposition des parcelles, la limite du quartier pourrait alors passer au centre de l’îlot. Des portes situées aux extrémités des rues pouvaient donc être la seule particularité architecturale entre l’intérieur et l’extérieur du quartier juif. L’exemple actuel de séparation entre les quartiers gitan et maghrébin de Saint-Jacques pourrait être avancé à titre de comparaison.

  • 2 Vidal- op. cit., p. 52 et note 120.
  • 3 Guyonnet, Catafau, op. cit. p. 16.

12Aux XIVe et XVe s, le quartier juif évolue vers la mixité de ses habitants. Ceci est particulièrement vérifié après 1360, lorsque la communauté subit les premières attaques et qu’elle décline (émigrations et conversions). Celle de 1391 aurait détruit le quartier juif y compris les maisons de ceux qui auraient voulu les protéger. Au milieu du XVe s. le quartier est habité par quelques juifs vivant au milieu des chrétiens2. Après cette date plus aucune mention des portes du call ou de ces murs ne semble être faite. La population semble se diversifier car aux artisans viennent s’adjoindre certains notables qui « vivent dans ce quartier qui n’est pas (et n’a jamais été jusqu’à cette date), un quartier de ségrégation exclusive, ni religieuse, ni sociale »3.

2. Les maisons médiévales en terre

13L’étude a permis de localiser avec précision huit maisons en terre (n° 4-6-8 rue de l’Anguille et n° 1-1b-3 rue J. Denis) auxquelles nous pouvons probablement ajouter deux maisons au n° 2 ter de la rue de l’Anguille (fig. 2). Les parcelles de ces maisons sont de superficie assez proche avec quelques différences manifestes. Les volumes de ces bâtiments ont pu être identifiés ainsi que leurs principales caractéristiques architecturales. En dépit d’un manque d’information sur certains points (façades, escalier, mode de couverture, etc...), nous pouvons nous réjouir d’avoir étudié des maisons médiévales en terre dont la majeure partie de l’élévation était conservée. Le manque d’étude, jusqu’à ce jour, sur la maison en terre médiévale donne à ces découvertes un caractère exceptionnel (Guyonnet, Catafau 2003). Celle-ci est bien souvent conservée à l’état de simples traces archéologiques observées au cours de fouilles et dont l’analyse se réfère à des modes de constructions similaires utilisés dans des bâtiments d’époque moderne et contemporaine encore en élévation.

Figure 2 : Plan au sol des maisons (dessin F. Guyonnet, I.N.R.A.P)

2.1. Le parcellaire médiéval

14Au premier abord, la régularité du parcellaire semble évidente. Les îlots du quartier Saint-Jacques sont implantés sur une trame urbaine régulière où les rues se recoupent à angle droit. L’îlot bordé par les rues de l’Anguille et Joseph Denis possède une largeur de 20,5 m entre les deux rues. Les parcelles rectangulaires sont perpendiculaires à la rue et sont séparées au centre de l’îlot par un mur mitoyen. Ces parcelles non-traversantes semblent assez régulières et présentent une largeur de façade d’environ 5 mètres pour une profondeur de 9 mètres. Une parcelle de superficie identique se développe de l’autre côté de l’îlot. L’assemblage de deux parcelles constitue un rectangle d’environ 20 mètres par 5, perpendiculaire aux rues bordant l’îlot (fig. 3).

Figure 3 : Vue de la rue de l’Anguille montant vers la place du Puig, depuis le n° 4 (F. Guyonnet, I.N.R.A.P)

15Lorsque l’on observe attentivement le plan des maisons étudiées, on aperçoit des disparités par rapport à ce schéma régulier. La profondeur des parcelles varie d’un côté à l’autre des rues et leurs largeurs ont des variations qui peuvent être importantes.

16L’irrégularité du parcellaire est perceptible dans la partie méridionale du n° 2 ter de la rue de l’Anguille. Cette parcelle marque le départ en pointe de l’extrémité occidentale de l’îlot. La forme particulière de l’îlot résulte de la connexion de la trame urbaine du quartier Saint-Jacques sur un axe antérieur (le rech comtal situé à l’emplacement de la rue du Ruisseau). Par conséquent, la parcelle est façonnée pour sa partie sud par la jonction entre la rue Joseph Denis et la rue du Ruisseau. Cette disposition entraîne une façade à deux pans et un plan polygonal de cette partie du bâtiment qui diffère totalement de toutes les autres parcelles étudiées.

17Le mur mitoyen qui sépare les parcelles au centre de l’îlot n’est pas situé exactement au centre. En effet, l’axe décrit par la succession de ces murs mitoyens est légèrement décalé vers le nord. Ceci a pour conséquence une profondeur plus importante des parcelles bordant la rue Joseph Denis (9,5 à 10 m) par rapport à celles bordant la rue de l’Anguille (9 m).

18Les différences de largeur sont perceptibles dès le n° 4 rue de l’Anguille qui représente la plus importante des parcelles : la largeur est de 7 m entre deux murs en terre. La parcelle opposée, le n° 1 rue J. Denis, est légèrement plus étroite puisque le mur oriental de cette maison est légèrement décalé vers l’ouest par rapport au mur équivalent de la parcelle précédemment citée. Ce décalage se répercute dans la superficie des parcelles suivantes situées plus à l’ouest.

19Ainsi, la superficie de ces maisons médiévales oscille entre 63 m - pour la plus importante et 45 m - pour la plus petite. La moyenne se situant entre 45 et 50 m

20Comment peut-on expliquer cette régularité d’apparence et les disparités de détail de ce parcellaire médiéval ?

21C’est le principe du lotissement médiéval : un découpage régulier des nouveaux espaces urbanisés est effectué puis un schéma directeur est prescrit pour la construction à l’intérieur d’un îlot. Ceci explique la régularité d’un parcellaire perpendiculaire à la voie publique avec la présence d’un mur mitoyen au centre de l’îlot qui permet d’obtenir une profondeur acceptable pour des maisons bordant chaque rue.

22Les différences de largeur entre chaque parcelle peuvent s’expliquer par l’attribution de lots de tailles différentes et par la construction progressive des maisons. Des recherches dans les archives sont nécessaires pour confirmer ces hypothèses résultant des observations de terrain.

2.2. L’architecture

23Le diagnostic des immeubles de la rue de l’Anguille a apporté les éléments suffisants pour esquisser une restitution des maisons médiévales en terre bordant les pentes du Puig Saint-Jacques. Les murs mitoyens étaient conservés, les pentes de toiture étaient encore visibles ainsi que les trous d’encastrement des planchers et des pannes de charpentes (fig. 4).

24Les murs mitoyens élevés en terre délimitaient une maison dont l’élévation ne devait pas dépasser 6 m en bordure de rue pour 9 m au faîtage au centre de l’îlot. La façade médiévale est totalement inconnue car les élévations sur la rue ont toutes été reconstruites en brique. Deux principales hypothèses peuvent s’affronter : une élévation entièrement en terre et une élévation composite à encorbellement où pouvaient se côtoyer un rez-de-chaussée en terre et un étage en pans de bois.

Figure 4 : Coupe longitudinale du n° 4 rue de l’Anguille et relevé des élévations médiévales en bauge (relevé : F. Guyonnet et R. Pellé, I.N.RA.P.)

25La deuxième hypothèse semble la plus probable, et ce, pour plusieurs raisons. Tout d’abord, la largeur des rues est assez importante (4,5 m) et permet le vis-à-vis de deux maisons à encorbellement. En effet, un débord maximal d’un mètre de chaque maison sur la voie publique laisse suffisamment d’espace entre deux bâtiments pour éclairer les intérieurs et la rue. Par ailleurs, la construction en pans de bois en encorbellement, largement utilisée dans l’architecture civile médiévale, est représentée à de nombreux endroits dans le centre ancien de Perpignan. Il est certain que les exemples conservés sont sans aucun doute plus récents (XVe-XVIe s.) et utilisent un type de construction différent où les solives de plancher, parallèles aux murs latéraux, débordent sur la rue pour soutenir la façade en pans de bois. Les maisons de la rue de l’Anguille pourraient être une version plus simple et plus ancienne de ces constructions en pans de bois. Enfin, les modifications d’époque moderne ont été caractérisées par d’importantes surélévations. Celles-ci ne pouvant pas s’appuyer sur un encorbellement prévu pour un étage unique, il a été choisi d’abattre totalement les façades anciennes pour les reconstruire en brique. Ceci explique l’absence totale de terre dans les façades actuelles à la différence des murs mitoyens qui ont simplement été surélevés et renforcés en partie basse. Les surélévations modernes avaient également pour inconvénient de limiter la luminosité dans les parties basses des immeubles. Nous avons vu que la création d’une cour était la réponse pour remédier à ce manque de lumière. La reconstruction des façades par la suppression des encorbellements permettait également de gagner en luminosité par l’alignement des étages sur le rez-de-chaussée (fig. 5).

26Malheureusement, si cette hypothèse d’encorbellement nous semble probable, il est encore trop tôt pour avancer des conclusions sur l’aspect de ces façades. Les ouvertures ne peuvent être que supposées et la structure de la façade reste difficile à restituer. En comparant avec d’autres maisons de quartiers suburbains, on peut logiquement penser que le rez-de-chaussée était ouvert par des devantures de boutiques et par des portes d’accès. L’étage devait être percé de deux, voire trois travées de fenêtres. Cette façade pouvait être construite en terre au rez-de-chaussée et en pans de bois et torchis à l’étage. Des piliers en pierre ou en bois (pouvant également servir de jambages à des portes) devaient éventuellement se situer dans le prolongement des murs latéraux en terre, pour recevoir des pièces de bois de soutènement de l’étage. À l’étage, on ne sait pas si les murs en terre se prolongeaient pour suivre l’encorbellement ou au contraire si le pan de bois effectuait un retour pour rejoindre le mur en terre interrompu dans l’axe du rez-de-chaussée.

27Un premier niveau de plancher délimitait un rez-de-chaussée dont la hauteur sous plafond d’environ 3 m à 3,5 m était assez importante. L’étage était moins haut puisque le plancher des combles se situait à environ 2,5 m du sol. Seuls les trous d’encastrement dans les murs en terre peuvent nous renseigner sur la structure du plancher. L’écartement entre les solives dont la section devait fluctuer entre 0,15 et 0,20 m, était d’environ 0,25 m. Le rapprochement et la section normale des solives ne nécessitaient pas nécessairement de poutres intermédiaires en renfort dans les parcelles dont la largeur n’excédait pas 5 m. En revanche, on peut éventuellement restituer un support de ce type pour le n° 4 de la rue de l’Anguille où la largeur de 7 m pouvait favoriser l’affaissement central de ce plancher.

Figure 5 : Coupe longitudinale des n° 8 rue de l’Anguille et n° 3 rue J. Denis et relevé des élévations médiévales en bauge (relevé : F. Guyonnet et R. Pellé, I.N.R.A.P.)

28Le deuxième niveau de plancher observé séparait l’étage des combles. Les solives semblaient identiques dans leur disposition mais c’est la structure même du plancher qui pouvait différer d’une maison à l’autre. Ainsi, au n° 4 de la rue de l’Anguille, le dernier plancher était limité à la partie arrière de la parcelle et ne se poursuivait pas jusqu’à la façade. Il formait une sorte de mezzanine que l’on ne retrouve pas dans les autres maisons. Cet étage partiel est lié à la proximité de la toiture dont la pente ne permettait pas la circulation sur un plancher jusqu’à la façade. Pour quelle raison, ce plancher n’a pas été prolongé à l’exemple d’autres maisons étudiées et en particulier le n° 8 de la rue de l’Anguille ? Peut-être pour éclairer et rendre habitable cet étage partiel grâce aux fenêtres du premier étage. Il est certain que le prolongement du plancher jusqu’à la façade aurait réduit considérablement, voire supprimé la luminosité d’un étage dont la fonction aurait été obligatoirement celle de combles inhabitables.

29La toiture de ces maisons avait une pente située entre 25 et 30 %. Le faîtage était certainement le même pour deux maisons situées de part et d’autre du mur mitoyen placé au centre de l’îlot. Ceci réduisait considérablement le risque d’infiltration et conférait un aspect unifié de deux parcelles abritées sous un toit à deux pans. Par contre, la topographie en pente du quartier implique qu’un décrochement existait entre chaque maison. Ainsi, la partie supérieure de chaque mur occidental des maisons devait se trouver à l’extérieur sur son flanc ouest. La disposition des pannes a pu être entraperçue dans plusieurs maisons grâce à leurs trous d’encastrement dans la partie sommitale des murs de terre. Une observation que l’on peut faire sur le n° 4 de la rue de l’Anguille est le rapprochement entre ces pannes. L’espacement d’environ 0,85 m résulte probablement de la faible section de ces pannes. Celles-ci ne devaient pas excéder 0,25 m si l’on se réfère aux trous subsistants. La multiplication des pannes permettait d’économiser des frais sur le bois car les pannes de section plus importante étaient certainement plus onéreuses et peut-être plus difficiles à se procurer. En outre, cette disposition ne nécessitait pas la présence d’une poutre de renfort intermédiaire placée comme un arbalétrier dans l’axe de la parcelle.

30La restitution plutôt cohérente de ces maisons médiévales de la rue de l’Anguille ne doit pas cacher d’importantes lacunes qui ne pourront être comblées qu’avec la poursuite des investigations et des découvertes complémentaires sur d’autres maisons du quartier (fig. 6). Ainsi, nous ne sommes pas renseignés sur les matériaux de couverture et sur la position des escaliers et des portes du rez-de-chaussée. La fouille archéologique pourra certainement répondre à ces questions et d’autres études d’architecture pourront peut-être nous apporter des informations sur les façades d’origine.

Figure 6 : Restitution hypothétique des maisons médiévales en terre (dessin F. Guyonnet, I.N.R.AP.)

2.3. La construction en terre

31Les élévations en terre des maisons médiévales de la rue de l’Anguille étaient suffisamment bien conservées pour que l’on puisse dégager quelques réflexions sur ce mode de construction. Il convient d’analyser le matériau, la terre, qui était mise en œuvre de deux façons différentes : le pisé et la bauge.

32Le pisé était localisé précisément sur le mur ouest à l’étage des n° 2 ter et n° 4 de la rue de l’Anguille. L’épaisseur de ce mur est de 0,70 m, mais les reprises modernes en brique peuvent fausser cette observation. En effet, on ne peut pas savoir si cette épaisseur était constante ou au contraire plus importante en partie basse.

33En dépit de l’état très dégradé de ce mur en terre, près de six banches de construction en pisé d’environ 45 cm de hauteur pouvaient être distinguées en raison de la différence de tassement de terre d’une banche à l’autre.

34La terre utilisée dans la construction de ce mur est très homogène. Il s’agit d’une terre argileuse à la granulométrie très fine ne comportant que de rares inclusions de gravier. La couleur de cette terre est plutôt jaune. On peut rapprocher cette terre du sol naturel argilo-limoneux repéré dans un sondage effectué dans l’immeuble n° 1 bis de la rue Joseph Denis. Ne pourrait-on pas penser que la masse de terre résultant des décaissements superficiels réalisés sur le site pour l’implantation de la maison a été utilisée pour la construction de ce mur ?

35Le principe du pisé consiste en un damage sous l’impact d’un pilon, d’une terre répandue en couches successives dans un encaissement mobile (banche). Cette compression d’une terre faiblement humide forme une masse compacte et homogène. Les différents lits étaient perceptibles et la partie supérieure des banches était marquée par une compression plus importante (ce qui permettait de les distinguer).

36La technique de construction en pisé exige un coffrage en bois (banche) qui peut être maintenu par un système de traverses dont les trous sont perceptibles dans l’élévation mais également par un étalement extérieur qui ne laisse aucune trace après démontage. Ce pan de mur en pisé de la rue de l’Anguille ne possède aucune trace de traverse ni de limite verticale de banche. Ceci peut s’expliquer par le caractère fragmentaire de l’élévation conservée sur une faible longueur (1,25 m maximum).

37Aucune explication ne peut être avancée pour comprendre l’emploi du pisé dans un mur de ces maisons médiévales qui sont par la suite exclusivement construites en bauge. L’originalité de cette maison du n° 4 de la rue de l’Anguille réside dans l’utilisation de la bauge et du pisé. La bauge est utilisée dans la construction du mur est et dans celle du mur mitoyen sud qui sont liés. Le pisé, très mal conservé est utilisé dans la construction du mur ouest. Aucune explication ne peut être avancée sérieusement pour comprendre cette différence de construction. Ce mur en pisé ne pourrait-il pas être les vestiges d’une bâtisse bordant le rech comtal et antérieure à la construction du lotissement ? Cette idée rejoindrait l’hypothèse émise par Aymat Catafau, de bâtiments construits à l’extérieur de l’enceinte à la fin du XIIe ou au début du XIIIe s.

38La bauge ou tapia en occitan est la technique de construction en terre la plus représentée dans ces maisons médiévales de la rue de l’Anguille. La construction en bauge se caractérise par une succession de lits de terre superposés qui utilise, selon les régions, une diversité de procédés de mise en œuvre (De Chazelle-Gazzal 1999). Les élévations en bauge de la rue de l’Anguille sont très bien conservées, mais les parements ont souvent été piquetés plusieurs fois pour la pose d’enduits (fig. 7). Aussi, il est difficile de restituer précisément l’épaisseur de ces murs qui varie entre 0,50 et 0,70 m. En outre, on ne peut savoir s’il existait une différence de largeur de mur entre la partie basse et la partie haute de la maison.

Figure 7 : Détail d’un mur en bauge au n° 8 rue de l’Anguille (F. Guyonnet, I.N.R.AP.)

39La terre utilisée dans la construction en bauge est un mélange argilo-sableux incluant des gravillons de faible dimension. Quelques tessons de céramique commune grise et un tesson de céramique culinaire vernissée de l’extrême fin du XIIIe s. ou du début du XIVe s. ont pu être recueillis dans la terre. On peut s’interroger sur la provenance de cette terre. S’agit-il d’un mélange d’argile et de sable réalisé par les maçons sur le chantier ou de charrois provenant d’une carrière implantée dans les atterrissements de la Têt ? La présence de tessons érodés et le caractère homogène du mélange qui ne semble pas inclure de matériaux (poche d’argile ou de sable non mélangée) indique plutôt une composition naturelle de la bauge.

40Cette terre est mise en œuvre comme une maçonnerie traditionnelle. Des pains de terre sont juxtaposés en assises régulières dont l’épaisseur oscille entre 0,10 et 0,18 m. Le degré d’humidité de ces blocs de terre était certainement peu élevé pour donner une plasticité au matériau favorisant la cohésion des pains, garantie par une projection forte, par un battage ou par pression. Avant la pose du lit de terre supérieur, de fins branchages étaient disposés sur le lit d’attente. Ces branchages, essentiellement de la fougère et de la bruyère, formaient une sorte d’armature entre les différents lits de terre pour éviter les effets indésirables de pression verticale et d’écartement (norme sismique avant l’heure !). En outre, les branchages pouvaient éventuellement assurer un drainage du surplus d’eau des assises de terre. Cette mise en œuvre de la terre ne nécessite pas une mise en place de coffrage à la différence du pisé. Les parements étaient probablement rectifiés par raclage ou par battage. Il est possible que ces pains de terre aient été acheminés sur un échafaudage - ou sur les planchers montés simultanément avec les murs - dans une enveloppe de tissu. En effet, un morceau de tissu grossier a été repéré à la jonction de deux pains de terre. Ainsi, on peut supposer que ces blocs étaient façonnés sur le chantier au rez-de-chaussée puis, pour faciliter la manutention, enveloppés dans du tissu avant d’être apportés à un appareilleur.

41Une autre remarque peut être faite sur la mise en œuvre de cette bauge. Les murs sont effectivement montés en lits de terre superposés horizontaux, mais cette disposition s’interrompt au niveau de la partie supérieure de la façade (ce qui nous permet d’en restituer la hauteur). Au-dessus, les assises sont disposées à l’oblique pour rejoindre la partie supérieure du mur mitoyen, plus haut, situé au centre de l’îlot et recevant le faîtage. En observant le mur est du n° 4 de la rue de l’Anguille, on constate que, dès le premier étage, les assises prennent un pendage pour rejoindre le mur mitoyen. Ceci implique que les maçons ont cherché à rattraper les lits de terre du mur mitoyen. Ainsi, les murs de terre étaient chaînés entre eux par la continuité des lits de terre mais parfois, les assises variaient entre deux murs et des réglages obliques devaient être effectués.

42Des fouilles archéologiques doivent être entreprises pour étudier les fondations de ces maisons. Dans l’état actuel de nos connaissances, on ne sait absolument pas si ces constructions reposaient sur le sol naturel ou au contraire, sur un soubassement ou solins de pierre.

  • 4 De Chazelle-Gazzal 1999, p. 229-254. De Chazelle-Gazzal, op. cit. Pesez 1998, p. 67-68.
  • 5 Klein, Rivière 1992, p. 23-27.

43La découverte de ces maisons en terre de la rue de l’Anguille est très importante pour la connaissance de l’architecture civile médiévale. Les exemples sont assez nombreux de constructions en pisé et en bauge pour la période médiévale et antique, mais ils ont été observés à l’état fragmentaire au cours de fouilles archéologiques4. Les exemples encore en élévation sont principalement datés des périodes moderne et contemporaine5. Par conséquent, on peut se féliciter de la découverte de ces maisons de la rue de l’Anguille, pratiquement complètes pour une période aussi ancienne que la fin du XIIIe s. ou le début du XIVe s. Ces maisons médiévales dont la restitution pourra être affinée par la poursuite des études architecturales dans le quartier, vont désormais servir de référence pour l’habitat urbain en terre et en particulier pour les recherches sur la construction dans les bourgs médiévaux.

  • 6 Cet inventaire concerne des maisons dont les plus anciens indices de datation remontent au bas Moye (...)

44Les exemples de maisons en lits de terre superposés avec branchages sont nombreux dans le Languedoc occidental. Ainsi, des vestiges de murs comparables ont été mis à jour dans des fouilles à Elne (Kotarba, Pezin 1989) et des maisons probablement plus récentes et utilisant cette technique particulière de bauge ont été répertoriées dans l’Aude par D. Baudreu6. Un travail de comparaison doit être réalisé avec les édifices encore en élévation même si leur datation est plus récente. En effet, ce type d’architecture vernaculaire n’a certainement pas beaucoup évolué entre le Moyen Âge et l’époque moderne.

  • 7 Batlle 1985, p. 35-53
  • 8 Hayez 1975, p. 77-102.

45Les recherches d’archives vont être essentielles pour connaître la véritable part de la terre crue dans l’architecture. Le terme de tapia ou tapie employé communément pour désigner la terre crue dans les constructions médiévales situées entre la Catalogne et la Provence est peu explicite pour distinguer le pisé, de la bauge et de l’adobe. Ainsi, dans les textes barcelonais du XIIIe s., le tapia est utilisé principalement dans les parties supérieures des élévations et dans le cloisonnement des maisons7. Mais ces maisons barcelonaises connues par les textes sont des habitations luxueuses qui privilégient l’emploi de la pierre dans l’architecture. Nous voyons avec les exemples de la rue de l’Anguille qu’une maison, et plus généralement un quartier, peut être entièrement construite en terre, matériau parfaitement adapté en raison de son faible coût dans ces zones de faubourg. Il conviendrait, à l’exemple de ce qui a été réalisé pour Avignon, de rechercher les propriétaires de ces bourgs et d’étudier les actes qui évoquent la formation du lotissement afin de retrouver quelques mentions sur la construction des maisons en terre8.

3. Les transformations d’époque moderne (XVIe-XVIIIe s.)

46Les transformations qui ont été effectuées sur les maisons médiévales ont pratiquement doublé la superficie habitable. L’architecture s’est trouvée profondément modifiée au point de faire disparaître en grande partie les structures en terre noyées sous les surélévations et les reprises partielles en brique. Ces bouleversements de l’architecture accompagnaient de profondes transformations du parcellaire qui se sont manifestées par des opérations de remembrement.

47Cette transformation des maisons médiévales a débuté à la fin du XVe ou au début du XVIe s. et s’est prolongée aux XVIIe et XVIIIe s. Ainsi, à la fin de l’Ancien Régime, la physionomie du quartier avait considérablement changé. Les élévations avaient doublé en hauteur et les remembrements cachaient les anciennes parcelles médiévales désormais unifiées deux par deux ou trois par trois au sein d’une même façade ordonnancée (fig. 8). La pérennité du parcellaire médiéval dans ces immeubles remembrés d’époque moderne simplifiera au XIXe s. le retour au parcellaire primitif lors du démembrement des immeubles.

48À l’exception du plafond peint du n° 4 de la rue de l’Anguille, les nombreuses surélévations et reconstructions de cette époque n’ont pas fait l’objet, par manque de temps, d’une observation aussi attentive que les structures en terre médiévale. Toutefois, il semble acquis que nous avons repéré, relevé et compris les éléments essentiels de ces transformations.

3.1. Les premières transformations à l’extrême fin du XVe s. ou au début du XVIe s. : l’exemple du plafond peint au n° 4 de la rue de l’Anguille

49La première maison médiévale qui a été transformée semble être le n° 4 de la rue de l’Anguille. Cette parcelle a probablement été unifiée avec le n° 1 de la rue Joseph Denis, maison située dans le prolongement méridional. Les portes obstruées et le prolongement des planchers perceptibles sur les élévations de la cour tendent à prouver cette hypothèse. Par ailleurs, il paraît difficile de concevoir une maison modifiée en raison de la pose d’un remarquable plafond peint qui se limiterait exclusivement à l’emprise d’une parcelle médiévale de 63 m2. La datation de cette transformation est assurée par celle du plafond que l’on situe au tournant des XVe et XVIe s. À cette période, la parcelle devenue traversante et surélevée d’un étage supplémentaire devait côtoyer des maisons conservant leur aspect primitif. Si l’hypothèse d’un étage à encorbellement est confirmée pour les maisons en terre, ces transformations du n° 4 de la rue de l’Anguille ont aussi marqué le premier réalignement de façade des étages sur le rez-de-chaussée pour gagner en luminosité. Cette reconstruction totale des façades peut s’expliquer par le fait que les élévations médiévales ne pouvaient supporter les surélévations et le temps avait probablement dégradé les murs exposés aux intempéries.

50Le plafond du 1er étage est sans doute la plus belle découverte réalisée dans cette maison et sur l’ensemble de l’opération. Ce plafond s’étendait probablement sur la totalité de la parcelle et a été détruit partiellement lors de la construction du mur de refend. La poutre centrale, aujourd’hui accolée à ce mur de refend, soutenait des solives identiques à celles conservées et qui se développaient sur la partie arrière de la parcelle jusqu’au mur en terre. La poutre de rive est un assemblage à mi-bois de deux pièces de section rectangulaire, inférieure à la poutre centrale, reposant sur un pilier de brique placé contre la façade. Les solives de section rectangulaire (0,20 de largeur pour 0,25 de hauteur) sont disposées par intervalle d’environ 0,38 m sur une longueur de 4,45 m, qui est la distance entre les poutres de soutien. Les pièces de bois, sont dépourvues de moulure et les angles sont grossièrement délardés. Une baguette moulurée placée à la jonction des poutres et des solives assurait une légère touche décorative à ce plafond. Cette baguette était conservée sur presque 4 m de longueur dans la partie sud-ouest de la pièce.

51Une trémie de cheminée était perceptible contre le mur est. Ces dimensions atteignaient 2,20 m de longueur pour 0,90 à 1 m de large, pour le passage de la hotte qui a totalement disparu. Celle-ci était probablement en staff et semble avoir été modifiée très tôt si l’on se réfère au conduit transformé par l’ajout d’une poutre soutenue par deux petits corbeaux en tête de chat caractéristique en Roussillon aux XVIe et XVIIe s. La trémie avait perdu ses chevêtres, qui sont deux pièces de bois assemblées perpendiculairement au mur et à une solive et recevant les bouts des solives raccourcies par la trémie. Elle a pu être repérée grâce à des encoches obliques qui accueillaient les parcloses, planchettes placées entre deux solives.

Figure 8 : Évolution du parcellaire médiéval au cours de l’époque moderne (dessin F. Guyonnet, I.N.R.A.P.)

52Le décor peint peut être restitué sur l’ensemble du plafond à l’exception des poutres maîtresses qui ont perdu toute trace de peinture.

53Les solives sont ornées sur toutes les faces d’un décor de fleurs de lys allongées dont l’orientation est alternée et qui sont reliées par des rinceaux. La couleur de ce décor est dans les tons jaune-or et le remplissage entre les lys et les rinceaux est alternativement bleu ou rouge. Les ais d’entrevous sont décorées d’une fleurette centrale à partir de laquelle se développe aux angles une branche composée de trois feuilles de lierre. Ce décor floral se superpose à un décor bichromique rouge et bleu en quatre parties. L’ensemble est encadré par un décor végétal stylisé peint au pochoir sur l’entrevous et sur les couvre-joints. Les fleurettes sont alternativement grises ou jaunes et le décor rouge et bleu est placé de sorte à créer un effet de damier sur l’ensemble des entrevous (fig. 9).

Figure 9 : Détail du plafond peint du n °4 rue de l’Anguille (XVe-XVIe s.). On observe deux entrevous et une parclose entre deux solives (F. Guyonnet, I.N.R.A.P.)

54Les parcloses étaient moins bien conservées : il en subsiste cinq dans la partie sud-ouest du plafond. Ces planchettes obliques destinées à cacher la jonction des solives avec les poutres maîtresses possédaient un décor original et individuel qu’il est impossible de restituer sur l’ensemble du plafond. Cependant, les cinq exemplaires conservés offrent un bon échantillon de ce type de décor. D’est en ouest nous allons passer en revue ces parcloses qui, bien que différentes, sont conçues sur le même schéma : deux diagonales découpent la planchette en quatre parties peintes alternativement en rouge et en bleu. C’est sur cette base agrémentée de feuillage que sont centrés les personnages.

55La première parclose est très mal conservée : seule l’extrémité d’une patte d’animal est visible. La suivante représente un lapin ou un lièvre debout, dressé sur ses pattes arrière. Cet animal est ceinturé d’une cordelette à la taille et tient un grand bâton.

56La parclose suivante représente un être imaginaire avec un buste de femme pourvu d’ailes déployées et une sorte de feuillage enroulé en guise de jambes. Ce personnage tient un bouclier et une épée positionnée en garde qui semble le protéger d’un autre personnage situé de l’autre côté de la solive. Ce dernier est une sorte de centaure au buste de femme qui se protège également par un bouclier que l’on pourrait confondre avec une ombrelle. D’un autre bras, bandé vers l’arrière, ce centaure tient une lance qui se confond avec la diagonale structurant le décor de la parclose. Ces deux personnages semblent se faire face dans un combat.

Figure 10 : Relevé et restitution du plafond peint du n° 4 rue de l’Anguille (dessin F. Guyonnet, I.N.R.A.P.)

57Le décor de la dernière parclose paraît beaucoup moins belliqueux : un renard (ou un loup) chevauche un lièvre. Il tient dans une main les rennes et dans l’autre une lance.

58Ce plafond du n° 4 rue de l’Anguille est assez bien conservé. Sa structure composée de larges solives dénuées de moulure est de conception ancienne que l’on trouve communément dans des intérieurs du XIVe et du XVe s. Cependant, le décor peint semble indiquer une datation plus récente, vers la fin du XVe s. ou le début du XVIe s., par la qualité et la richesse des frises fleurdelisées qui ornent les trois faces des solives. Une étude plus détaillée de ce décor peint pourrait être envisagée pour affiner la datation par comparaison avec d’autres décors peints de Perpignan et pour connaître les détails de sa réalisation : ainsi on pourrait déterminer si les entrevous et les parcloses ont été réalisés in situ ou au contraire dans un atelier pour être ensuite apportés sur place et ajustés dans des emplacements réservés (fig. 10).

3.2. De la maison médiévale à l’immeuble à cour centrale : les XVIIe et XVIIIe s

59Les deux siècles suivants vont voir s’amplifier le phénomène de remembrement et de surélévation des maisons médiévales.

60Au XVIIe s. le n° 2 ter de la rue de l’Anguille est surélevé et couvert au premier étage d’un très beau plafond à solives apparentes (à la française). À cette période, cette parcelle est unifiée à la maison voisine (n° 4) et peut-être même à la parcelle située plus à l’ouest (n° 2 bis). Les surélévations entraînent le réalignement des façades mais également la création de cours pour capter la lumière au cœur du bâtiment. C’est alors qu’un mur de refend est élevé et la moitié du plafond peint est abattu pour l’aménagement d’une cour dans la partie méridionale du n° 4 de la rue de l’Anguille. Cette cour permettait de compléter, par un système de coursive, la distribution des pièces déjà assurée par des portes percées dans les anciens murs mitoyens.

61Le décor du premier étage est profondément modifié, le tronçon subsistant du plafond peint du XVe-XVIe s. est recouvert d’un placage de planches et de couvre-joints pour répondre au plafond dit « à la française » nouvellement posé sur l’ensemble du premier étage du n° 2 ter. Ces aménagements réalisés au XVIIe s. sont peut-être liés à la construction d’une nouvelle cheminée en staff, près de la porte, contre le mur ouest. Celle-ci vient certainement remplacer la cheminée antérieure, du XVe-XVIe s. et située à l’opposé de la pièce.

Figure 11 : Vue d’une cheminée de la fin du XVIIIe s. au n° 2 ter rue de l’Anguille (F. Guyonnet, I.N.R.A.P.)

62À la fin du XVIIIe s. la mode ayant inévitablement changé, on recouvre l’ensemble de la pièce d’un faux plafond en staff décoré de moulures linéaires. Ce type de plafond est également posé a l’étage du n° 2 ter de la rue de l’Anguille. L’extrémité nord de la parcelle est occupée par une chambre aménagée à l’extrême fin du XVIIIe s. et intégralement conservée. La chambre est dotée d’une belle cheminée en marbre avec un décor de gypseries et d’une alcôve de plan rectangulaire encadrée par deux portes de circulation. Le sol de cette pièce est remarquable : il est constitué de petits carreaux de terre cuite (environ 5x20 cm) disposés en chevrons. Ce sol est plus ancien (XVIIe s.) que l’aménagement de la chambre dans son état actuel (fig. 11).

63Ainsi, la fin du XVIIIe s. marque l’apogée de cette habitation composite constituée par le remembrement progressif de quatre anciennes maisons médiévales en terre qui disparaissent sous les plafonds luxueux et les surélévations de cette époque. Le n° 4 rue de l’Anguille ne forme qu’une pièce sur chaque étage de cette maison et possède la cour qui vient aérer et éclairer l’espace. Le rez-de-chaussée de cet ensemble était probablement destiné à une activité commerciale ou artisanale et un ou plusieurs chevaux pouvaient éventuellement être abrités dans une écurie aménagée dans un recoin.

64Le principe de transformation des constructions médiévales est exactement identique pour les parcelles situées plus à l’est. Un immeuble composite a été constitué probablement à partir du XVIIe s. grâce au remembrement de six parcelles médiévales (n° 6 et 8 rue de l’Anguille et n° 1 bis et 3 rue Joseph Denis). Cet immeuble se développe autour d’une cour centrale aménagée grâce à la destruction d’un ancien mur mitoyen en terre. Celle-ci éclaire largement les différentes parties de l’immeuble percé de nouvelles ouvertures et permet le passage d’une pièce à l’autre par un système de coursive. Un escalier à trois volées est certainement construit dans la partie est de l’immeuble. Le rez-de-chaussée est largement ouvert dans l’axe de la cour par des arcades permettant le passage de chevaux ou de charrettes. Les volumes ainsi ouverts au rez-de-chaussée pouvaient accueillir une activité commerciale ou artisanale et les chevaux de la maison. Les façades sont alors transformées par une composition de travées ordonnancées qui cache les disparités intérieures. La surélévation d’un ou deux étages est assurée par un système de piliers en brique sur lesquels reposent les pannes. Le remplissage de brique entre ces piliers est ainsi réduit à une épaisseur minimale.

65Un soin est apporté à l’aménagement du premier étage où l’on retrouve des plafonds à solives apparentes de conception plus simple que pour celui observé au n° 2 ter de la rue de l’Anguille.

66À la fin du XVIIIe s., les dix maisons médiévales étudiées semblent rassemblées au sein de deux parcelles qui offrent une surface d’habitation assez importante sur trois, voire quatre niveaux. On peut penser qu’au lotissement assez pauvre du Moyen Âge a succédé un quartier plus cossu qui voit son apogée à la fin de l’Ancien Régime. Les remembrements de parcelles, les surélévations et la qualité de certains décors ne doivent pas occulter certaines questions.

67Ainsi, la qualité des décors rencontrés dans l’ensemble constitué des n° 2 ter et 4 rue de l’Anguille et du n° 1 rue Joseph Denis ne se retrouve pas dans l’immeuble suivant comportant les n° 6 et 8 rue de l’Anguille et des n° 1 bis et 3 rue Joseph Denis. Ce dernier bâtiment est beaucoup plus simple et son intérêt résulte plus de son plan organisé autour d’une cour centrale que de ses particularités architecturales qui sont plutôt communes (façades, plafonds, etc.). Ceci permet de relativiser l’enrichissement du quartier, information qui pourrait ressortir de l’étude exclusive de la partie occidentale.

68Par ailleurs, on ne connaît pas l’ampleur de ce phénomène de remembrement sur le quartier. Un exemple, conservé intégralement de nos jours, est visible de l’autre côté de la rue de l’Anguille (n° 3 ou 5). On remarque dans ce bâtiment l’ordonnance de façade qui regroupe trois anciennes maisons médiévales et l’on observe la présence d’une cour intérieure avec escalier latéral à plusieurs volées. Cependant, ce phénomène de remembrement qui semble bien représenté dans cette partie du quartier n’était pas forcément de règle sur les autres parcelles situées plus à l’ouest en direction de la place du Puig. On ne peut oublier que l’on se trouve à l’extrémité ouest du quartier de bourg. Les parcelles que nous avons étudiées ont peut-être reçu l’influence du centre monumental tout proche alors que d’autres maisons situées plus à l’écart n’ont pas fait l’objet de transformations importantes. Pour appuyer cette hypothèse, on peut se référer aux travaux qui ont été à l’origine de notre intervention. En effet, la réhabilitation actuelle des immeubles de ce quartier dégradé débute par son extrémité ouest, là où il se trouve en contact avec des îlots salubres. Ne pourrait-on pas restituer ce schéma d’évolution urbaine pour l’époque moderne ? À l’inverse, le projet de réhabilitation en cours est amené à s’étendre sur l’ensemble du quartier. Par conséquent, les maisons situées beaucoup plus loin ont peut-être fait l’objet de restructuration à l’époque moderne. Seule la poursuite des recherches dans le cadre de travaux pourra répondre à ces interrogations.

69Une autre question demeure : la durée sur laquelle se sont étalés ces travaux et ces opérations de remembrement. L’exemple de l’immeuble composite situé à l’est (n° 6-8 rue de l’Anguille, etc.) est intéressant sur ce point. On observe que le plan de la parcelle a été défini avec sa cour centrale, l’espace réservé pour l’escalier et les arcades alignées au rez-de-chaussée. Cependant, des différences dans la réalisation des arcades, des plafonds du premier étage et des façades semblent indiquer une réalisation progressive de ce bâtiment. Un propriétaire a peut-être acheté les parcelles voisines de sa propriété intégrées progressivement dans un ensemble nouveau projeté dès l’origine. Cette action s’est probablement échelonnée sur plusieurs années voire sur plusieurs décennies. Une autre hypothèse peut être avancée pour justifier ces différences dans la réalisation : celle de la copropriété. En effet, ce vaste immeuble organisé autour d’une cour a peut-être été aménagé par plusieurs propriétaires qui ont suivi un schéma directeur à cour centrale et escalier en commun tout en conservant leur autonomie d’action pour les détails d’architecture.

70Les archives pourront probablement nous renseigner sur ces deux points si toutefois un chercheur passionné s’intéresse à l’évolution de ces quartiers modestes durant l’époque moderne.

4. Les transformations d’époque contemporaine (XIXe-XXe s.)

71Les immeubles, constitués à l’époque moderne par le regroupement de plusieurs parcelles médiévales, furent démembrés dès la première moitié du XIXe s. Les raisons de ce démembrement sont difficiles à expliquer. On peut avancer une paupérisation croissante du quartier qui perdure jusqu’à nos jours. Celle-ci a pu être associée à un besoin important en logements qui amena certains propriétaires à tronçonner leur immeuble pour en vendre une partie et ainsi multiplier les appartements. Ce phénomène est marqué par un retour à l’état initial du parcellaire pour la plupart des bâtiments (excepté le n° 8 de la rue de l’Anguille et le n° 3 de la rue Joseph Denis qui regroupent chacun deux anciennes parcelles médiévales).

72Le n° 1 bis de la rue Joseph Denis est probablement le premier à être séparé de l’immeuble d’époque moderne. À cette occasion, il fait l’objet d’une profonde transformation caractérisée par un nouveau découpage des planchers, une surélévation, une nouvelle ordonnance de façade et la construction d’un escalier tournant. La conception de cet immeuble était destinée à faire quatre appartements distincts. Pour remédier au manque de luminosité occasionné par le découpage des planchers qui venait obturer partiellement les baies antérieures ouvrant sur la cour, la façade sur la rue fut largement ouverte par trois travées de fenêtres. Le style des portes intérieures toutes identiques et de l’escalier, laisse à penser que ces transformations ont été effectuées dans la première moitié du XIXe s.

73Les autres parcelles n’ont pas subi de modifications aussi importantes. Le n° 8 de la rue de l’Anguille a été séparé du n° 3 de la rue Joseph Denis par l’obturation des portes et d’une arcade sur la cour. La partie ouest du n° 3 rue Joseph Denis a uniquement reçu un plancher complémentaire au rez-de-chaussée tandis que la partie est a été recomposée suite à la création d’un escalier droit contre le mur. La façade a vu le percement d’une nouvelle série d’ouvertures correspondant au nouveau plancher.

74La parcelle opposée, le n° 8 rue de l’Anguille a uniquement fait l’objet de transformations d’entretien. En effet, les planchers et la charpente ont presque tous été repris au XXe s. alors que la cour fut couverte d’une dalle de béton armé et que plusieurs ouvertures ont été modifiées en façade.

75La parcelle située au n° 6 de la rue de l’Anguille a certainement été séparée de l’immeuble moderne dès le XIXe s. C’est alors que les planchers ont été modifiés ainsi que les ouvertures sur la rue. En revanche, dans les années 1930, des travaux d’embellissement ont été effectués à l’intérieur et en façade (balcon et devanture à pilastres) suite à l’installation probable d’une boucherie (fig. 12).

76C’est probablement au milieu du XIXe s. que le n° 4 de la rue de l’Anguille fut séparé du n° 1 rue Joseph Denis. L’arcade située au rez-de-chaussée du mur mitoyen est alors bouchée et contre l’obturation est élevée une médiocre façade perpendiculaire ouvrant sur la cour réduite à plus de sa moitié initiale. Cette façade protège un escalier et une succession de pièces exiguës.

Figure 12 : Façade de style 1930 au n° 6 rue de l’Anguille (F. Guyonnet, I.N.R.A.P.)

77La datation de cette importante modification de l’architecture peut être attestée par des garde-corps présents aux fenêtres ; ceux-ci sont caractéristiques de la fin du XIXe s. Par ailleurs, la chambre du dernier étage possède une cheminée en staff dans le style de la seconde moitié du XIXe s. Enfin, dans les années 40 ou 50 du XXe s. les derniers travaux de réfection ont été entrepris sur l’immeuble. L’escalier a été entièrement reconstruit en béton et en placage alors que le dernier étage voyait ses fenêtres modifiées (appuis en béton) et la toiture disparaître au profit d’une terrasse disgracieuse.

78Toutes ces transformations effectuées aux XIXe et XXe s. ont contribué à la dégradation de ces immeubles. En effet, le découpage parcellaire médiéval, sur lequel se sont réimplantées les propriétés nouvellement constituées par le démembrement des ensembles antérieurs, n’est pas du tout adapté à ces immeubles surélevés depuis l’époque moderne et qui se retrouvaient alors privés d’espace intérieur et de visibilité sur une cour. Dans ces quartiers modestes, les exigences en matière de logement de la population traditionnelle composée d’artisans, de commerçants et d’ouvriers ont évolué dans la seconde moitié du XXe s. Ainsi, la population du quartier a changé pour se marginaliser avec l’arrivée des tziganes. Le maintien de la communauté gitane dans le quartier a permis de transmettre jusqu’à nos jours un habitat certes dégradé mais pouvant encore être réhabilité. Les mesures de protection définies par le Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur du centre ancien de Perpignan (P.S.M.V.) vont permettre la transmission aux générations futures de ce patrimoine architectural.

Conclusion

79Le centre historique de Perpignan est tout à fait exceptionnel. Il a été épargné lors des bouleversements urbains du XIXe s. qui se sont concentrés au-delà des anciennes limites de fortifications du XVIIe siècle.

80Le centre ancien a également échappé aux grandes opérations de rénovation de quartiers qui dans la plupart des villes de France, ont été effectuées dans les années 1960-1980 aux dépens de l’habitat ancien. La création d’un secteur sauvegardé vient à point pour transmettre aux générations futures cet héritage architectural qui résulte d’une longue évolution urbaine. Ce document d’urbanisme qu’est le P.S.M.V. ne doit pas être interprété comme une contrainte par les aménageurs publics ou privés, mais comme une chance de redynamiser et d’embellir le centre historique qui est l’un des plus remarquables de notre pays.

81La notion de conservation du Patrimoine peut être difficile à justifier dans les quartiers périphériques comme celui du Puig Saint-Jacques. Longtemps laissés à l’abandon, ces quartiers pauvres et insalubres se sont progressivement dégradés. Néanmoins, l’étude archéologique a mis en évidence leur intérêt scientifique ; la découverte de maisons en terre est remarquable pour la connaissance de l’habitat civil médiéval et pour celle de la genèse des quartiers de lotissements médiévaux.

82Les périodes plus récentes ont été marquées par des transformations importantes, quelquefois luxueuses (plafond peint du n° 4 rue de l’Anguille) et finalement le déclin du quartier a été analysé à partir des démembrements du XIXe s. Outre ces informations scientifiques, dont la partie médiévale a déjà fait l’objet d’une communication dans une table ronde consacrée à l’architecture de terre qui s’est tenue en novembre 2001 à l’école d’architecture de Montpellier, l’étude souligne l’intérêt de la réhabilitation de ces quartiers.

83L’étude archéologique apporte les renseignements nécessaires pour mener à bien une réhabilitation conforme au règlement du plan de sauvegarde. Son rôle est de servir un programme de travaux et non de le contrarier. C’est pourquoi il serait souhaitable à l’avenir que les archéologues puissent intervenir avant tout projet.

Bibliographie

Battle 1985 : BATTLE (C.) - La maison barcelonnaise au XIIIe s. : caractéristiques, techniques et matériaux de construction. Cahiers de la Méditerranée, 31, Nice, 1985, p. 35-53.

Baudreu 1992 : BAUDREU (D.) - Bellegarde-du-Razès (Aude). Archéologie médiévale, 22, 1992, p. 400-401

Catafau 2000 : CATAFAU (A.) - La villa Perpiniani, son territoire et ses limites (Xe-XIIIe s.), La Ville et ses pouvoirs, L. Assier-Andrieu et R. Sala dir, 2000, p. 41-67.

Catafau, Guyonnet 2001 : CATAFAU (A.) GUYONNET (F.) - Perpignan. Rue de l’Anguille. Étude des élévations. Document Final de Synthèse, Service Régional de l’Archéologie, D.R.A.C. Languedoc Roussillon, A.F.A.N. 2001, 46 p., 34 planches.

De Chazelle-Gazzal 1997 : DE CHAZELLE-GAZZAL (C.-A.) - Les maisons en terre de la Gaule méridionale. Monographies Instrumentum, 2, Éd. Mergoil, Montagnac 1997.

De Chazelle-Gazzal 1999 : DE CHAZELLE-GAZZAL (C.-A.) - À propos des murs en bauge de Lattes. Problématique des murs en terre massive dans l’Antiquité, Lattara, 12, 1999, p. 229-254.

Guyonnet, Catafau 2003 : GUYONNET (F.), CATAFAU (A.) - La construction urbaine en terre au XIIIe siècle : l’exemple de la rue de l’Anguille à Perpignan. Actes de la Table-Ronde « Échanges transdisciplinaires sur les architectures et les constructions en terre crue ». Édition de l’Espérou, Montpellier, 2003, p. 389-411.

Hayez 1975 : HAYEZ (A.-M.) - Les bourgs avignonnais du XIVe s. Bulletin philologique et historique du C.T.H.S., Paris, 1975, p. 77-102.

Klein, Rivière 1992 : KLEIN (Α.), RIVIÈRE (Ph.) - Redécouvrir la terre crue. Approche typologique, architecturale et technologique. Monuments Historiques, 181, 1992, p. 23-27.

Kotarba, Pezin 1989 : KOTARBA (J.), PEZIN (A.) - Elne, place de l’église. Rapport de fouilles, S.R.A. 1989.

Pesez 1998 : PESEZ (J.-M.) - La construction en terre crue, Cent maisons médiévales en France (du XIIe au milieu du XVIe s.). Un corpus et une esquisse. Monographie du C.R.A., 20, Paris, C.N.R.S., 1998, p. 67-68.

Vidal 1904 : VIDAL (P.) - Histoire des remparts de Perpignan et des agrandissements de la ville. Revue d’Histoire et d’Archéologie du Roussillon. T. V, 1904, p. 17.

Vidal 1992 : VIDAL (P.) - Les juifs des anciens comtés de Roussillon et de Cerdagne, réédition Mare Nostrum, Perpignan 1992, n. 31.

Notes

1 Catafau 2000, p. 41-67 et Vidal 1904, p. 17.

2 Vidal- op. cit., p. 52 et note 120.

3 Guyonnet, Catafau, op. cit. p. 16.

4 De Chazelle-Gazzal 1999, p. 229-254. De Chazelle-Gazzal, op. cit. Pesez 1998, p. 67-68.

5 Klein, Rivière 1992, p. 23-27.

6 Cet inventaire concerne des maisons dont les plus anciens indices de datation remontent au bas Moyen Âge mais cette technique de construction a perduré à l’époque moderne. La bauge avec des lits de végétaux se rencontre dans les villages de Pieusse, de Routier, de Montréal, de Brugairolles, de Villar-Saint-Anselme ou encore à la cité de Carcassonne (Baudreu 1992, p. 400-401).

7 Batlle 1985, p. 35-53

8 Hayez 1975, p. 77-102.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Plan de masse du quartier : en gris foncé, les maisons de terre de la rue de l’Anguille (dessin F. Guyonnet, I.N.R.A.P.)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4270/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Figure 2 : Plan au sol des maisons (dessin F. Guyonnet, I.N.R.A.P)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4270/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Figure 3 : Vue de la rue de l’Anguille montant vers la place du Puig, depuis le n° 4 (F. Guyonnet, I.N.R.A.P)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4270/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Figure 4 : Coupe longitudinale du n° 4 rue de l’Anguille et relevé des élévations médiévales en bauge (relevé : F. Guyonnet et R. Pellé, I.N.RA.P.)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4270/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Figure 5 : Coupe longitudinale des n° 8 rue de l’Anguille et n° 3 rue J. Denis et relevé des élévations médiévales en bauge (relevé : F. Guyonnet et R. Pellé, I.N.R.A.P.)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4270/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Figure 6 : Restitution hypothétique des maisons médiévales en terre (dessin F. Guyonnet, I.N.R.AP.)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4270/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Figure 7 : Détail d’un mur en bauge au n° 8 rue de l’Anguille (F. Guyonnet, I.N.R.AP.)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4270/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Figure 8 : Évolution du parcellaire médiéval au cours de l’époque moderne (dessin F. Guyonnet, I.N.R.A.P.)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4270/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Figure 9 : Détail du plafond peint du n °4 rue de l’Anguille (XVe-XVIe s.). On observe deux entrevous et une parclose entre deux solives (F. Guyonnet, I.N.R.A.P.)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4270/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Figure 10 : Relevé et restitution du plafond peint du n° 4 rue de l’Anguille (dessin F. Guyonnet, I.N.R.A.P.)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4270/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Figure 11 : Vue d’une cheminée de la fin du XVIIIe s. au n° 2 ter rue de l’Anguille (F. Guyonnet, I.N.R.A.P.)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4270/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Figure 12 : Façade de style 1930 au n° 6 rue de l’Anguille (F. Guyonnet, I.N.R.A.P.)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4270/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 93k

© Presses universitaires de Perpignan, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search