Version classiqueVersion mobile

Roches ornées, roches dressées

 | 
Michel Martzluff

3 - Les hommes et leur terre en Pyrénées de l'est

Monastères et évêchés en Cerdagne : partages, dominations, absence (IXe-XIIe siècles)

Élisabeth Bille

Résumé

Malgré l’absence, au demeurant fort singulière, de communautés régulières, la Cerdagne n’en fut pas moins un champ d’expression et d’expansion pour le siège épiscopal d’Urgell et les divers monastères conflentais, berguédans, urgellitains et ripollais. Abordée sous l’angle des implantations monastiques ou épiscopales, la géopolitique de cette cuvette intra-montagnarde laisse apparaître des zones d’absence, des zones de dominations ou des zones de partage. Plus encore, l’analyse des mécanismes juridiques sous-tendant l’installation de ces communautés en différents terroirs permet de prendre la mesure des formes de domination imposées aux Cerdans

Texte intégral

Introduction

  • 1 Urgellia 12, n° 4 (815)
  • 2 Urgellia 12 n° 26 (978)
  • 3 Saint-Michel de Cuxac, Saint-Martin du Canigou, Sainte-Marie de Serrabone, Sainte-Marie de Corneill (...)
  • 4 Aux côtés de la Seu d’Urgell, il convient de relever la présence très localisée de Tavèrnoles à Ger (...)
  • 5 Il s’agit des monastères de Bagà et de Serrateix auxquels s’ajoutèrent, dans le courant du XIIe siè (...)
  • 6 Les principaux sont Sainte Marie de Ripoll et Sant Joan de les Abadesses.
  • 7 Dans les dernières décennies du XIIe siècle, les abbayes cisterciennes de Santes Creus et Poblet ac (...)

1Quiconque a porté un tant soit peu d’attention à la Cerdagne n’a pu que noter, d’ailleurs non sans surprise, la quasi-totale absence de communautés monastiques. De fait, hormis deux cellae de médiocre envergure dépendant de Sant Sadurni de Tavèrnoles, Sant Esteve de Riufred1 et Sant Pere de Ger2, le tableau est désespérément vierge. Non point que cette région ait rebuté les plus obstinés des moines. Bien au contraire, la plaine et ses versants furent, dès avant l’an mil, le champ d’expression et d’expansion, aux côtés de l’évêché d’Urgell, de nombreux monastères et prieurés conflentais3, urgéllitains4, berguedans5, ripollais6 voire barcelonais7.

2S’étalant sur plus de trois siècles, l’étude exhaustive de chacun de ces patrimoines relevait de la pure gageure. Certes, les quelque cinq cents chartes collectées permettraient aisément de dresser pour chacune de ces communautés une grande fresque, de décrire, parfois pas à pas, leurs tentatives opiniâtres pour se tailler une place de choix au sein de ces vallées où ils étaient, de toute évidence, des étrangers. Toutefois, les pages qui suivent ne sauraient présenter ces divers temporels dans toute leur complexité pas plus qu’elles ne prétendent disséquer les rapports entre moines, chanoines, pouvoirs englobants et pouvoirs locaux. Notre propos se veut à vrai dire moins ambitieux et davantage axé autour de deux thèmes particuliers : le partage juridictionnel du territoire cerdan et les formes de domination sur la terre et les hommes.

3En premier lieu, il importera donc de fixer la trame géopolitique qui sous-tendit les implantations des différentes communautés. Dans un second temps, nous examinerons quelques formes de domination proposées ou imposées aux Cerdans en tentant notamment de réévaluer la conception largement répandue d’omnipotence des seigneuries ecclésiastiques.

1. Monastères et évêché : un partage de la Cerdagne ?

  • 8 Tel est le sens général qui se dégage des différentes approches régionales présentées lors d’une ta (...)
  • 9 G. Vergès - Les abbayes du soleil Perpignan, Le Trabucayre, 1978.
  • 10 La bibliographie sur le sujet est pléthorique. Parmi les plus représentatifs de ce courant nous pou (...)

4Le prétexte d’une documentation abondante et dispersée ne saurait nous rebuter d’une étude synthétique dans l’espace et dans le temps. Néanmoins, reconstituer cette longue maturation implique de prendre en compte et de dépasser trois limites majeures. D’abord, ces chartes constituent moins l’historique d’un patrimoine qu’elles ne portent à la connaissance les options de tel évêque ou tel abbé8. Par ailleurs, ces domaines ne traversèrent pas les siècles sans quelques remaniements dont les traces sont souvent pour le moins fugaces. Dès lors, comment suivre la destinée d’une possession citée à une seule reprise ? Enfin, il est de bon ton de souligner combien les traditions historiographiques continuent à peser sur ce genre d’études. Tour à tour teintés de romantisme9 ou enserrés dans le carcan d’une démarche mécanique10, nombre de travaux s’organisent sur la base du doublet « localisation-mode » d’acquisition sans insérer ces données dans le contexte politique économique et social. Et c’est précisément ce dernier lien que nous allons tenter d’éclairer dans les paragraphes ci-après en esquissant une géopolitique des implantations ecclésiastiques en Cerdagne autour de trois zones.

1.1. Des zones de quasi-monopoles ?

  • 11 Urgellia 8, apendix n° 10. L’acte est une copie du XIIe siècle manifestement interpollée. Dans le c (...)
  • 12 Urgellia 3, n° 244 (996).
  • 13 Urgellia 1, n° 1. Dans l’acte de consécration de la cathédrale d’Urgell sont citées les paroisses d (...)
  • 14 Les évêques Salla (981-1010) puis Ermengol (1010-1023) étaient respectivement le frère et le fils d (...)

5Située aux confins occidentaux de la Cerdagne, la région du Bàrida constitua une zone somme toute réfractaire à l’installation monastique. En effet, l’unique possession d’envergure pourrait être la cella de Sant Viçenç de Pinsent, citée en 968 comme dépendance de Santa Maria de Solsona, n’était-ce le flou entourant la tradition de cet acte11. À l’opposé, une quinzaine de chartes mettent en lumière la solidité de l’implantation de la Seu d’Urgell en ces lieux. De fait, le siège épiscopal exerçait une juridiction sur le castrum et la vallée de Carcolze12 et au moins cinq paroisses13 et détenait nombre d’alleux, manses et autres terres. Au total donc, point de villae où la Seu d’Urgell ne fut présente. S’il est loisible d’envisager diverses raisons à cet effacement monastique, l’hypothèse la plus cohérente à nos yeux demeure l’étroitesse des relations entre les évêques Salla, puis Ermengol, et la maison vicomtale présente en Cerdagne14. C’est sans nul doute sur une partie de leurs domaines personnels, conservés ou cédés à quelques fidèles, que l’évêché constitua l’essentiel de son patrimoine.

  • 15 R. d’Abadal - Catalunya Carolíngia. Vol. II. Els diplomes carolingis a Catalunya, n° 62 (885)
  • 16 Marca hispanica, apendix n° 165 (1011)
  • 17 J Bolós - El monastir de Sant Llorenç prop Bagà. Barcelone, Col.lecció Artestudi, 1986, Apendix doc (...)
  • 18 J. Bolós - El monastir de Sant Llorenç prop Bagà..op.cit., n° 9 (950).
  • 19 Marca hispanica, apendix n° 954 (1163)
  • 20 En 1275, l’abbé reconnaissait détenir en fief du roi de Majorque les villae d’Eyne, Odeillo, Egat T (...)

6À l’autre extrémité de la Cerdagne, sur le vaste pla de la Perche et ses contreforts, l’implantation ecclésiastique se déclina sur un mode sensiblement différent. À l’aube du XIe siècle, les monastères de Cuxac et de Bagà disposaient chacun d’un ensemble de modeste envergure, fruit des libéralités comtales. D’un côté, l’ancrage de la communauté conflentaise s’articulait autour de deux noyaux : la paroisse de Saint-Pierre-dels-Forcats15 et la villa de Bolquère16. Quant à Bagà, sa présence se résumait au monte Bolquera17 et à un ensemble de terres à Via18. Passé l’an mil, la donne changea avec l’arrivée en ces lieux de Saint-Martin du Canigou. Copieusement enrichi par une série de donations comtales, son patrimoine s’étendait de Targasonne à Eyne en passant par Odeillo et Egat soit une implantation dans toute la haute Cerdagne19. Au-delà de cette énumération, deux points appellent des commentaires. D’une part, notons la pérennité voire l’extension du temporel du Canigou du XIe au XIVe siècle20. D’autre part, c’est, semble-t-il, dans les changements de cap politico-religieux de la maison comtale de Cerdagne qu’il convient de rechercher les fondements de ce basculement. Tout au long du Xe siècle, les comtes cherchèrent peut-être à s’appuyer sur Cuxac et Bagà pour contrôler cette zone de passage, politique qui aboutit à une sorte de bi-partition territoriale dont seule la trame se devine. Après 1010, un retournement de situation se produisit avec l’apparition de Saint-Martin du Canigou, fondé en 1009 à l’initiative du comte Guifred. Dès lors, les XIe et surtout XIIe siècles consacrèrent la prééminence de ce monastère tout autant qu’ils marquèrent l’effacement, somme toute forcé, de Cuxac et Bagà.

1.2. Des zones de partage et de compétition

7À l’inverse de ces deux régions de confins, la basse Cerdagne offre l’image d’un gigantesque puzzle. Partout, il n’est pas de villae où ne s’entremêlent alleux de l’un, terres ou églises de l’autre soit un inextricable empilement de biens-fonds et de revenus qui, parfois, dépassent toute logique. Pour tenter de démêler cet écheveau, nous avons opté pour une démarche micro-territoriale en focalisant notre attention sur deux espaces : le pla de Prats et la vallée d’Alp.

  • 21 Sant Llorenç prop Bagà détenait un manse à Sanavastre (J. Bolos - El monastir de Sant Llorenç prop (...)
  • 22 La Seu d’Urgell acquit un alleu en 1022 (Urgelllia 5, n° 379) puis un honneur en 1198 (Urgellia 11, (...)
  • 23 Urgellia 12, n° 4
  • 24 En 1042, le prêtre Miro et son neveu donnèrent à ce monastère un alleu situé « in villa de Sanavast (...)
  • 25 Marca hispanica sive limes hispanicus..., apendix n° 165 (1011).
  • 26 Urgellia 9, n° l467.

8Le pla de Prats est une petite plaine d’environ 35 km2 coincée entre le col de Saig (ouest) et le torrent de la Valirota (est). À l’échelle du pla tout entier, force est de constater un éparpillement des possessions entre la Seu d’Urgell, Cuxac, Bagà et à un degré moindre Serrateix, Tavèrnoles et Saint-Martin du Canigou. Plus encore, une mosaïque semblable se retrouver dans chaque villa. Ainsi, l’implantation de Bagà dans le finage de Sanavastre21 fut-elle tempérée par celle de l’évêché d’Urgell22, de Serrateix23 et de Tavèrnoles24. Mieux, le cas de l’église de Sant Llorenç de Das illustre parfaitement cet éclatement juridictionnel. Si Cuxac en détenait une part en 101125, l’église participait, au XIIe siècle, du patrimoine de seigneurs locaux dont un représentant, le chanoine Bérenger, la céda à la cathédrale en 113926. En un mot, ces cas de figure nous invitent donc à réfuter l’hypothèse de stratégies domaniales et, au contraire, de privilégier l’idée d’une gestion, plus ou moins habile, de possessions grappillées.

  • 27 Voir note 1.
  • 28 Sant Llorenç prop Bagà possédait un alleu à Alp et des terres à Mosoll (983 : Baronia de Pinos i Ma (...)
  • 29 Urgellia 1, n° 1.

9La vallée d’Alp, grande voie de communication conduisant de la Cerdagne au Berguedà, constitue notre second poste d’observation. Bien qu’aucun monastère ou évêché n’aient été en mesure de constituer là un noyau cohérent, leur implantation fut loin de s’effectuer en ordre dispersé. Bien au contraire, une poignée de chartes met en lumière les principales flexures d’une dynamique s’étalant sur plus de deux siècles. Dans la première moitié du IXe siècle, Sant Sadurni de Tavèrnoles tenta de contrôler la partie médiane de la vallée en s’appuyant sur la cella Sant Esteve de Riufred27, mais ces efforts n’aboutirent finalement qu’à la constitution d’un patrimoine somme toute étriqué. Dans un second temps, les monastères berguédans28 acquirent là quelques alleux et autres parcelles de terre. Néanmoins, loin de renforcer leurs assises, ces derniers se replièrent sur leurs maigres possessions pour ne constituer, à l’aube du XIIIe siècle, que des seigneurs secondaires. En outre, la distorsion est manifeste entre l’amont et l’aval de la vallée. En effet, si l’éclatement était de règle dans les villae d’Alp et de Mosoll, l’implantation monastique et épiscopale s’avérait beaucoup plus évanescente sur le vaste pla de la Molina. Certes, le siège urgéllitain détenait là les paroisses de Saltéguet, Ovella et Sogramorta mais ces possessions découlaient davantage de ses prérogatives épiscopales que d’une politique foncière soutenue29. Ainsi, hormis la Seu d’Urgell et le monastère de Tavèrnoles, l’emprise ecclésiastique se révélait bien superficielle dans la moyenne et haute vallée de la rivière d’Alp.

1.3. Des zones d’absence ?

  • 30 Arxiu Historic Comarcal de Puigcerdà, Liber Extraneorum 1293-1294, M. de Ooliana et P. de Coguls.
  • 31 F. Miquel Rossel - Liber Feudorum Maior, vol. 2, doc. n° 595. Dans la villa d’Hix se trouvait la « (...)
  • 32 F. Miquel Rosell - Liber Feudorum Maior, vol. 2, doc. n° 590 et n° 592.
  • 33 Th. Bisson - Fiscal Accounts of Catalonia Under the Early Count-Kings (1151-1213), vol. 2, p. 24-25 (...)
  • 34 Il s’agit d’une petite conque naturelle où se concentrent les villae de Brangoli, Bena, Feners et L (...)

10L’exemple du pla de la Molina nous invite dès à présent à nous interroger sur l’existence de zones délaissées par les diverses communautés religieuses. D’emblée, notons combien le cas de la vallée de la Llosa constitue un sévère avertissement pour qui serait tenté de raisonner de manière purement mécanique. De fait, la rareté des sources écrites antérieures au XIIe siècle enjoindrait à réfuter toute présence monastique ou épiscopale si n’était une série d’actes notariés du XIIIe et XIVe siècles faisant état de l’implantation de la Seu d’Urgell et de Santa Maria de Ripoll dans cette vallée30. Dès lors, il nous incombe seulement de baliser le terrain, de trouver, dans un vaste éventail de possibles, un faisceau d’indices expliquant ces zones délaissées. Ainsi, deux cas de figure paraissent-ils envisageables à l’échelle de toute la Cerdagne. Tout d’abord, l’on note l’existence de pôles marqués par une forte présence de l’autorité publique. Il en est ainsi de la villa d’Hix, sise au pied du Monte Cerdanun.31 où aucun des monastères bénédictins antérieurs au XIIe siècle ne semblait détenir de biens-fonds ou y lever des revenus. Autre territoire fermement tenu par les comtes de Cerdagne, la haute vallée du Carol. En effet, le péage d’Yravals32, le doublet castrum de Carol-villa de Cortvassil, les manses et autres revenus encore levés en ces lieux au XIIe siècle33 sont autant de marqueurs d’une implantation comtale qui, au regard de l’intérêt militaire et commercial de cette grande voie de passage, ne laisse guère de place aux communautés religieuses. Dans d’autres zones, comme le pla de la Molina, l’amont de la vallée de Valcebollère ou encore le piémont de la montagne d’Enveig34, monastères et évêchés semblent s’être heurtés aux intérêts des communautés d’habitants. De fait, si les parcelles arrachées aux flancs des versants ne pouvaient être, pour ces communautés religieuses lointaines, d’un attrait considérable, il en allait autrement des forêts et des estives qui, à n’en point douter, s’avéraient une véritable manne que ces hommes des hautes vallées étaient peu enclins à partager.

  • 35 À titre d’exemple nous pouvons citer la Ribagorce où, en l’an mil, Santa Maria de Alaón et Santa Ma (...)

11Autour de l’an mil, la Cerdagne, à l’image d’autres régions pyrénéennes35, apparaît donc comme découpée en aires d’influence monastique ou épiscopale. Néanmoins, si la tendance à la concentration domine dans le Bàrida ou le pla de la Perche, la situation paraît différente dans les autres vallées du pays. Peu ou prou, les perspectives d’expansion foncière ou juridictionnelles de tel ou tel établissement furent partout ailleurs limitées voire empêchées par les appétits des autres communautés, de l’aristocratie et des communautés villageoises.

2. Communautés religieuses et emprise foncière

12Nous avons tenté jusqu’ici de cerner les enjeux géopolitiques sous-jacents à l’installation de la Seu d’Urgell et des divers monastères, de voir comment se matérialisait, dans l’espace, leur désir de puissance. Bien sûr, l’analyse de ce flot ininterrompu de biens mobiliers et immobiliers ne pouvait que contribuer à renforcer l’image d’une société prise dans les rets de communautés voraces. Disons-le d’emblée : lorsque l’on traque les formes de leur implantation, celles-ci s’avèrent tout au contraire souvent superficielles. Et c’est autour d’un outil juridique, la cession de biens-fonds avec réserve d’usufruit, et d’une structure juridique, l’alleu, que nous voudrions à présent transporter le débat.

  • 36 L’utilisation de cette pratique a été mise en évidence pour le Vallès par R. Viader et J. M. Salrac (...)

13Une quarantaine de chartes s’échelonnant entre 950 et 1160 rendent compte d’une pratique juridique adoptée par les évêques et les abbés possessionnés en Cerdagne : la cession, à une communauté monastique ou canoniale, d’un bien avec réserve d’usufruit. Au demeurant, la structure de la transaction se laisse aisément saisir. Un individu cédait un bien-fond mais en conservait la jouissance contre le versement d’un cens annuel au monastère ou à l’évêché36. En somme, retrouver l’originalité de cette pratique revient à s’interroger sur trois points : la nature des biens cédés, le poids du cens versé et enfin les enjeux entourant ce type de transactions.

  • 37 Utgellia 6, n° 649. Un alleu, sis dans le terroir d’Enveig, se composait de trois terres et d’un ja (...)
  • 38 Urgellia 5, n° 540. En 1039, Isouardo laissa à son frère Miro « ipsa hereditate que habeo depatrem (...)
  • 39 Urgellia 4, n° 352. En 1019, le lévite Sanz donna à la Seu d’Urgell un alleu dans la villa d’Anes, (...)
  • 40 Les lacunes sont flagrantes dans les bulles épiscopales conservées pour Saint-Michel de Cuxac et Sa (...)

14À première vue, les acquisitions s’avéraient fort diversifiées. Tour à tour on relève des terres, des alleux, une hereditate, des manses soit un ensemble bien hétéroclite Dans les faits, plus de 60 % des chartes relatives à la Seu d’Urgell ou à Bagà concernent des alleux, terme à la polysémie à vrai dire déroutante. Ainsi, ce vocable désignait-il tour à tour un lot de terres37, un bien familial38 ou encore une partie d’un finage39. Mieux, bien souvent, le caractère stéréotypé des descriptions interdit d’apprécier la nature du bien cédé40 Vue sous cet angle, la prégnance foncière des communautés ecclésiastiques perd singulièrement de sa netteté.

  • 41 Urgellia 2, n° 157. En 968, Leupardo fit donation à la Seu d’Urgell de son hereditate dans le finag (...)
  • 42 Urgellia 9, n° 1372. En 1125, deux frères, Guillem Bernat et Pere d’Anes déclaraient tenir pour San (...)
  • 43 Urgellia 3, n° 273. Au début du Xe siècle, Astregodo et ses quatre enfants tenaient pour la Seu d’U (...)
  • 44 Urgellia 4, n° 379. En 1022, un certain Galindo remit au chapitre cathédral d’Urgell son alleu, mai (...)
  • 45 Urgellia 6, n° 646. Au milieu du XIe siècle, le prêtre Seniofredus, Bonofilio et sa femme Logridia (...)
  • 46 Urgellia 7, n° 938. En 1080, le prêtre Arnall tenait pour la Seu d’Urgell un alleu à Aristot contre (...)
  • 47 J. Serra i Vilaró -Baronies de Pinos i Mataplana„ vol. 1, p. 103. En 1064, Guifred et sa femme tena (...)

15Par ailleurs, l’on peut supposer que, par ce type de contrat, les évêques ou les abbés, recherchaient des revenus importants. Or, l’élément récurrent et frappant, s’avère la modicité du taux des cens versés bien plus que leur hétérogénéité. En effet, dans la moitié des chartes recensées, le prélèvement équivalait à la tasque41, payée le plus souvent en pain et en vin42, alors que pour l’autre moitié il s’agissait de cens purement récognitifs tels un sou43, une livre de cire44, un setier d’huile45 ou encore une incongrue mesure de pimentum46. Certe, quelques clauses prévoyaient un alourdissement du cens au tercium à partir de la seconde génération47 mais cette pratique n’était en aucun cas systématique. Dans l’extrême majorité des cas, cette ponction semblait donc largement inférieure à la valeur du bien acensé.

  • 48 Urgellia 9, n° 1380.
  • 49 Urgellia 9, n° 1375.
  • 50 Urgellia 12, n° 92 (1083).
  • 51 Urgellia 12, n° 85 (1079).

16Autre limite sérieuse aux appétits des monastères et autres chapitres cathédraux ou canoniaux : la durée de l’usufruit. Sur trente-deux actes utilisés, treize notifient des remises à titre viager, c’est-à-dire limitées à la durée de vie du preneur, et dix-neuf une cession étendue à toute sa descendance. Si ces rapides calculs constituent à dire vrai un argument bien léger, la nature des clauses ne laisse guère de doute sur les difficultés que rencontrèrent abbés et évêques pour reconnaître ou rentrer en possession des biens donnés par des laïcs. Deux exemples paraissent, à cet égard, des plus significatifs. Avant 1125, le miles Ramon Arnau donna à Santa Maria de Solsona un manse situé dans la villa de Bor mais ce dernier tomba dans l’escarcelle de ses neveux Guillem Bernat et Pere d’Anes qui le conservèrent en dépit des vœux de leur oncle48. En 1125, le contentieux fut réglé par la restitution du manse à la canoniale. Toutefois, une clause précisait que les deux frères le conserveraient de leur vivant contre le versement de la tasque49 Dans la même veine, pas moins de quatre chartes montrent combien le patrimoine du monastère de Tavèrnoles fut contesté dans certaines villae. Ainsi voit-on l’abbé faire, à deux reprises, appel à la justice comtale pour faire respecter ces titres de propriété à Das50 et à Riufred51.

  • 52 Urgellia 9, n° 1388.

17Enfin, l’emprise s’avère dans certains cas d’autant plus superficielle que monastères et évêchés ne contrôlaient qu’indirectement ces biens-fonds. Telle était par exemple la situation en 1127 lorsqu’un certain Bernat Isarn céda à la Seu d’Urgell un alleu sis à Caldégas, alleu pour lequel deux frères s’engageaient à verser les redevances52.

  • 53 Urgellia 6, n° 671. En 1054, Guiberga et ses enfants conservent de leur vivant l’alleu que leur mar (...)
  • 54 Urgellia 4, n° 322. En 1012, le chapitre de la cathédrale d’Urgell remit à Oliba et au prêtre Senio (...)
  • 55 J. Bolós - El monastir de Sant Llorençprop Bagà..., op. cit., n° 47. En 996, le prêtre Audulfus, Su (...)
  • 56 Urgellia 3, n° 273. Les descendants de l’archiprêtre Isarn ne pourront « vindere nec donare nec com (...)
  • 57 Baronia de Pinos i Mataplana, vol. 1, p. 103. En 1064, une clause précisait que les enfants de Wifr (...)
  • 58 Urgellia 4, n° 379. Les descendants, « neptos » puis « propinquis » de Galindo peuvent conserver l’ (...)

18Dès lors, on en conviendra, ces éléments semblent témoigner d’une emprise floue sur la terre. Néanmoins, cette pratique était-elle pour autant un aveu d’impuissance de la part des communautés religieuses ? Pour les évêques et les abbés, l’objectif paraissait double : gérer un patrimoine fort éclaté mais aussi affirmer leur pouvoir face aux appétits de l’aristocratie laïque. Pour les parcelles dispersées, la pratique de l’acensement, ou du sous-acensement, ne fait guère question. En effet, l’emprise de ces établissements étaient loin d’être une fiction lointaine et inopérante. Dans les ultimes décennies du XIIIe siècle, une belle série de cens matérialisait la présence de ces communautés pluri-centenaires dans tel ou tel village, signe d’une légitimité jamais démentie. Plus ardu en revanche demeure le problème de la gestion des alleux, manses et autres paroisses. Même si les hiérarchies socioéconomiques se lisent mal, quelques indices incitent à voir dans la majorité des contractants des membres de l’aristocratie locale ou régionale gravitant autour des détenteurs de la puissance publique, comtes, vicomtes, évêques ou abbés. Dans ce milieu aristocratique, les contrats avec réserve d’usufruit ne se composaient ni plus ni moins que sur la trame de fidélités en cascade. De fait, évêques ou abbés utilisèrent un stock de formules, telles « in tale conventum »53 ou plus rarement « in tale placitum »54 ou « in tale pactum »55, lesquelles scellaient les conditions de la cession tout autant qu’elles intégraient le tenancier dans le réseau de fidélité tissé autour de son bailleur. Par ailleurs, une série de restrictions visait à contrôler le devenir du bien rétrocédé en usufruit. Ainsi, certaines chartes précisaient-elles que le tenancier ne pouvait ni vendre, ni donner son alleu ou son manse56. Dans certains cas, il était précisé que la réserve en usufruit ne courrait que sur les descendants directs et légitimes57, enfants, frères ou sœurs, neveux, sur une ou plusieurs générations58.

  • 59 R. Viader - « Remarques sur la tenure et le statut des tenanciers dans la Catalogne du Xe au XlIIe (...)

19Enfin, nous ne pouvons que suivre, à propos de la formule « ad servitium et fidélitatem », l’opinion de Roland Viader qui décrit, pour la Catalogne des XIIe et XIIIe siècles, une tenure « modelée à l’image du fief », construite davantage sur des liens d’homme à homme que sur des bases purement foncières59.

20Au Moyen Âge central, les relations socio-économiques entre les diverses communautés ecclésiastiques et les laïques s’effectuaient donc sur la base d’un système complexe dont seul un pan est éclairé par les sources écrites. Évêques et abbés recevaient de l’aristocratie locale ou régionale des terres, manses, alleux et autres revenus, aristocratie qui, en retour, accédait aux hautes fonctions cléricales, sources de richesse et de puissance. Par ce subtil jeu de redistribution, dont les paragraphes ci-avant ne sont qu’une esquisse, l’aristocratie constituait une clientèle pour l’Eglise qui puisait en son sein ses forces vives mais aussi ses principaux soutiens politiques.

Conclusion

  • 60 E. Bille - « Moines et paysans... », op. cit.
  • 61 A. Constant - « Châteaux et peuplement dans le massif des Albères et ses marges du IXe siècle au dé (...)
  • 62 A. Constant - « Châteaux et peuplement... », op. cit., p. 456-457.

21L’originalité de la Cerdagne réside à n’en point douter en l’absence de monastères. À la différence d’autres vallées pyrénéennes comme le Pallars, où le monastère de Gerri occupait la partie médiane de la vallée de la Noguera Pallaresa, ou de la Ribagorce60, à l’inverse du piémont des Albères parsemé de communautés monastiques61, aucun monastère, fut-il de médiocre envergure, ne fut fondé dans la conque cerdane. Tout au contraire, les comtes de Cerdagne appuyèrent les installations voire fondèrent des établissements dans les régions périphériques de leur comté, en Confient (Saint Martin du Canigou) et dans le Berguedà (Bagà et Serrateix). Par ailleurs, à l’inverse semble-t-il des Albères62, il n’est aucune trace de zones d’immunité monastique ou épiscopale. Tout au plus distingue-t-on une imbrication de zones de quasi-monopole d’une communauté, de zones de partage mais aussi de zones d’absence. Par ailleurs, il y a beau temps que l’historiographie a relégué au rang de simple topos la figure du moine défricheur. Sans doute convient-il de réserver un sort similaire à celle du monastère ou de l’évêché vorace, voire prédateur. Même si des frictions et des querelles transparaissent au fil des chartes, ce sont bien des relations tout en souplesse qui liaient communautés ecclésiastiques et monde laïc, relations qui se déclinaient d’ailleurs davantage sur un mode juridictionnel que foncier. Faute de maîtriser totalement de vastes domaines, évêques et abbés s’appliquèrent le plus souvent à en capter les revenus secondaires et à tisser, autour d’eux, une trame de fidélités.

ABRÉVIATIONS UTILISÉES

22Urgellia : revue éditée par les soins du musée épiscopal de la Seu d’Urgell. Les onze premiers volumes contiennent la transcription, réalisée par Mossen Cebrià Baraut, des actes des IXe–XIIIe siècles contenus dans le Liber dotaliorum ecclesie Urgellensis. Le volume 12 contient la transcription du chartrier du monastère de Tavèrnoles.

23Baronia de Pinos i Mataplana : J. Serra i Vilaro, Baronia de Pinos i Mataplana. Investigacions historicas al seu arxiu, 3 volums, Bergà, 1955.

24Marca Hispanica : P. de Marca, Marca hispanica sive limes hispanicus..., Paris, 1688.

Notes

1 Urgellia 12, n° 4 (815)

2 Urgellia 12 n° 26 (978)

3 Saint-Michel de Cuxac, Saint-Martin du Canigou, Sainte-Marie de Serrabone, Sainte-Marie de Corneillà ou encore la fondation hospitalière de Marcevol disposaient de nombreux bien-fonds en Cerdagne.

4 Aux côtés de la Seu d’Urgell, il convient de relever la présence très localisée de Tavèrnoles à Ger, Alp et Sanavastre (C. Baraut - Urgellia 12).

5 Il s’agit des monastères de Bagà et de Serrateix auxquels s’ajoutèrent, dans le courant du XIIe siècle, les prieurés de Frontanya et La Portella et la canoniale de Lillet.

6 Les principaux sont Sainte Marie de Ripoll et Sant Joan de les Abadesses.

7 Dans les dernières décennies du XIIe siècle, les abbayes cisterciennes de Santes Creus et Poblet acquirent divers droits sur les montagnes d’Enveig et d’Alp. A. Altisent - Diplomatari de Santa Maria de Poblet. Vol. I (anys 960-1177), Barcelone, 1984, et Udina i Martorell - El « Llibre Blanch de Santes Creus » (Cartulario del siglo XII), Barcelone, 1947.

8 Tel est le sens général qui se dégage des différentes approches régionales présentées lors d’une table-ronde sur les cartulaires tenue au début des années 1990, (Les cartulaires, Paris, 1993). Pour une mise en perspective de la question : P. Chastang - Lire, écrire, transcrire. Le travail des rédacteurs de cartulaires en bas Languedoc (XIe-XIIIe siècles), Paris, Éditions du CTHS, 2001.

9 G. Vergès - Les abbayes du soleil Perpignan, Le Trabucayre, 1978.

10 La bibliographie sur le sujet est pléthorique. Parmi les plus représentatifs de ce courant nous pouvons citer : P. Ponsich - « Le domaine foncier de Saint Michel de Cuxa aux IXe, Xe et XIe siècles, Études Roussillonnaises, II, 1952, p. 67-100 ; J. Bolos - « L’evolució del domini del monastir de Sant Llorenç prop Bagà durant els segles IX-XII », Acta Mediaevalia, 1980, p. 55-75 ; E. Bille - Moines et patsans dans la moyenne vallée du rio Ribagorzana avant l’an mil, mémoire de DEA dactylographié, Université Montpellier III, 1995.

11 Urgellia 8, apendix n° 10. L’acte est une copie du XIIe siècle manifestement interpollée. Dans le chartrier de la canoniale de Solsona, on ne retrouve aucune trace de cette possession.

12 Urgellia 3, n° 244 (996).

13 Urgellia 1, n° 1. Dans l’acte de consécration de la cathédrale d’Urgell sont citées les paroisses de Bar, Carcolze, Ansovell, Arsèguel et Aristot.

14 Les évêques Salla (981-1010) puis Ermengol (1010-1023) étaient respectivement le frère et le fils du vicomte Bernard. J. Miret i Sanz - Los vescomtes de Cerdanya, Conflent y Berguedà, Barcelone, 1901.

15 R. d’Abadal - Catalunya Carolíngia. Vol. II. Els diplomes carolingis a Catalunya, n° 62 (885)

16 Marca hispanica, apendix n° 165 (1011)

17 J Bolós - El monastir de Sant Llorenç prop Bagà. Barcelone, Col.lecció Artestudi, 1986, Apendix documental, n° 38 (981).

18 J. Bolós - El monastir de Sant Llorenç prop Bagà..op.cit., n° 9 (950).

19 Marca hispanica, apendix n° 954 (1163)

20 En 1275, l’abbé reconnaissait détenir en fief du roi de Majorque les villae d’Eyne, Odeillo, Egat Targasonne et Vilalta (ADPO, 1B15, F°76).

21 Sant Llorenç prop Bagà détenait un manse à Sanavastre (J. Bolos - El monastir de Sant Llorenç prop Bagà..., op. cit., n° 40) et des alleux dans l’unité d’habitat de Venzilles (J. Serra i Vilaró - Bannies de Pinos i Mataplana, vol. 3 p. 103).

22 La Seu d’Urgell acquit un alleu en 1022 (Urgelllia 5, n° 379) puis un honneur en 1198 (Urgellia 11, n° 1890).

23 Urgellia 12, n° 4

24 En 1042, le prêtre Miro et son neveu donnèrent à ce monastère un alleu situé « in villa de Sanavastre » (Urgellia 12, n° 63).

25 Marca hispanica sive limes hispanicus..., apendix n° 165 (1011).

26 Urgellia 9, n° l467.

27 Voir note 1.

28 Sant Llorenç prop Bagà possédait un alleu à Alp et des terres à Mosoll (983 : Baronia de Pinos i Mataplana, vol. 1 p. 90-91).

29 Urgellia 1, n° 1.

30 Arxiu Historic Comarcal de Puigcerdà, Liber Extraneorum 1293-1294, M. de Ooliana et P. de Coguls.

31 F. Miquel Rossel - Liber Feudorum Maior, vol. 2, doc. n° 595. Dans la villa d’Hix se trouvait la « domum comitale » des comtes de Cerdagne, citée en 1061 (J. Kerambloch - Les comtes de Cerdagne et leurs vassaux au XIe siècle, Mémoire de maîtrise dactylographié, Toulouse-Le-Mirail, 1996).

32 F. Miquel Rosell - Liber Feudorum Maior, vol. 2, doc. n° 590 et n° 592.

33 Th. Bisson - Fiscal Accounts of Catalonia Under the Early Count-Kings (1151-1213), vol. 2, p. 24-25. Il s’agit de deux listes de revenus perçus en 1151 par le comte sur les villae de Carol et d’Hix.

34 Il s’agit d’une petite conque naturelle où se concentrent les villae de Brangoli, Bena, Feners et Les Cases.

35 À titre d’exemple nous pouvons citer la Ribagorce où, en l’an mil, Santa Maria de Alaón et Santa Maria de Lavaix se partageaient la moyenne vallée de la rivière Ribagorzana. (Ε - Bille, Moines et paysans..., op. cit.).

36 L’utilisation de cette pratique a été mise en évidence pour le Vallès par R. Viader et J. M. Salrach : R. Viader - Autour d’une pratique juridique : les contrats agraires des archives capitulaires de Barcelone (XIe-XIIIe siècles) », Acta Mediaevalia, 1995-1996, p. 147-165. J. M. Salrach - Formació, organització i défensa del domini de Sant Cugat del Vallès en els segles X-XII, Acta Mediaevalia, 1992, p. 127-173.

37 Utgellia 6, n° 649. Un alleu, sis dans le terroir d’Enveig, se composait de trois terres et d’un jardin en 1052.

38 Urgellia 5, n° 540. En 1039, Isouardo laissa à son frère Miro « ipsa hereditate que habeo depatrem meum. et est ipse alaude... » dans la villa d’Alf.

39 Urgellia 4, n° 352. En 1019, le lévite Sanz donna à la Seu d’Urgell un alleu dans la villa d’Anes, alleu qui confrontait le Sègre, le lieu-dit Cornaria et l’« era d’Anlane ».

40 Les lacunes sont flagrantes dans les bulles épiscopales conservées pour Saint-Michel de Cuxac et Santa Maria de Ripoll où la plus grande partie du texte se borne à une longue litanie d’alleux sis dans des villae sans autre forme de précision. (Marca hispanica sive limes hispanicus..., apendix n° 164 (1001) et n° l65 (1011)).

41 Urgellia 2, n° 157. En 968, Leupardo fit donation à la Seu d’Urgell de son hereditate dans le finage de Beders « in tale conventum quod teneat ipsa sua posterita et per I annum sic douant ipsa tascha. ».

42 Urgellia 9, n° 1372. En 1125, deux frères, Guillem Bernat et Pere d’Anes déclaraient tenir pour Santa Maria de Solsona un manse dans la villa de Bor contre le versement annuel de « omnem tascham panis videlicet vini ».

43 Urgellia 3, n° 273. Au début du Xe siècle, Astregodo et ses quatre enfants tenaient pour la Seu d’Urgell un alleu à Meranges et des vignes à Ardaix. En échange, ils versaient chaque année « I solidum in rem valentem ».

44 Urgellia 4, n° 379. En 1022, un certain Galindo remit au chapitre cathédral d’Urgell son alleu, mais en conserva la jouissance contre le versement annuel de « argençadas II de cera ».

45 Urgellia 6, n° 646. Au milieu du XIe siècle, le prêtre Seniofredus, Bonofilio et sa femme Logridia versaient à la Seu d’Urgell « libras II de cera aut argençadas II de oleo ut ardeat in dormitorio ».
Urgellia
7, n° 1039. En 1086, le chapitre cathédral d’Urgell percevait « sestarium Ipurisme olei » sur des alleux sis à Palau, Osseja et Venzilles.

46 Urgellia 7, n° 938. En 1080, le prêtre Arnall tenait pour la Seu d’Urgell un alleu à Aristot contre le versement d’un « censum... canadas II in optimo pimento ».

47 J. Serra i Vilaró -Baronies de Pinos i Mataplana„ vol. 1, p. 103. En 1064, Guifred et sa femme tenaient un alleu pour Sant Llorenç prop Bagà contre le paiement annuel de la tasque. Par ailleurs, il était convenu qu’à leur mort, l’alleu resterait aux mains de leur neveu et que ce dernier verserait « ipso terç ».

48 Urgellia 9, n° 1380.

49 Urgellia 9, n° 1375.

50 Urgellia 12, n° 92 (1083).

51 Urgellia 12, n° 85 (1079).

52 Urgellia 9, n° 1388.

53 Urgellia 6, n° 671. En 1054, Guiberga et ses enfants conservent de leur vivant l’alleu que leur mari et père a donné à la Seu d’Urgell. A leur mort, cet alleu doit entrer dans le patrimoine cathedral « in tale vero conventum si havent infantes de legitime conjugio tenant et possideant et donent tascham ad Sancta Maria ».

54 Urgellia 4, n° 322. En 1012, le chapitre de la cathédrale d’Urgell remit à Oliba et au prêtre Seniofred sept terres dans le terroir de Tallo « in tali placitum vel conventum ut dum vixeritis tenentes et possedentes... ».

55 J. Bolós - El monastir de Sant Llorençprop Bagà..., op. cit., n° 47. En 996, le prêtre Audulfus, Suniarius et sa femme Quindeberga remirent au monastère de Bagà une terre à Talló « in tale pactum ut dum vixerit Quindeberga et filiis Husilane quoddam laborare faciant. »

56 Urgellia 3, n° 273. Les descendants de l’archiprêtre Isarn ne pourront « vindere nec donare nec comutare » l’alleu que ce dernier a donné à la Seu d’Urgell et qu’ils ont conservé en usufruit.

57 Baronia de Pinos i Mataplana, vol. 1, p. 103. En 1064, une clause précisait que les enfants de Wifredus pourraient conserver l’alleu que leur père venait de donner au monastère de Bagà à la stricte condition que « si nobis nati fiterint de legitime conjugio ».

58 Urgellia 4, n° 379. Les descendants, « neptos » puis « propinquis » de Galindo peuvent conserver l’alleu que ce dernier vient de donner à la Mitre urgéllitaine « usque ad VII generationem. ».

59 R. Viader - « Remarques sur la tenure et le statut des tenanciers dans la Catalogne du Xe au XlIIe siècle », Annales du Midi, 1995, p. 154-155.

60 E. Bille - « Moines et paysans... », op. cit.

61 A. Constant - « Châteaux et peuplement dans le massif des Albères et ses marges du IXe siècle au début du XIe siècle », Annales du Midi, T. 109 n° 219-220, 1997, p. 443-466.

62 A. Constant - « Châteaux et peuplement... », op. cit., p. 456-457.

© Presses universitaires de Perpignan, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search