Version classiqueVersion mobile

Roches ornées, roches dressées

 | 
Michel Martzluff

3 - Les hommes et leur terre en Pyrénées de l'est

La construction des paysages médiévaux. Le rôle fondamental de la sidérurgie dans les mutations socio-économiques et culturelles des VIIIe-XIVe siècle

Véronique Izard

Résumé

Dès le VIIIe-XIe siècles jusqu’à la chute du Royaume de Majorque, les Comtés catalans ont connu un développement rapide. La remarquable conservation des fonds monastiques et privés, ainsi que la permanence de traces archéologiques, ont permis d’identifier les profonds changements survenus dans le peuplement. Cela nous a conduit à mieux estimer aujourd’hui l’impact de nouveaux moyens techniques perfectionnés et diversifiés qui ont largement participé aux spectaculaires transformations des campagnes, aux mutations sociales, économiques, politiques et environnementales. L’industrie sidérurgique locale, en fournissant les outils et les instruments indispensables à cet essor, apparaît comme un des moteurs essentiels de l’intense phénomène d’expansion agricole en Catalogne

Texte intégral

Introduction

1Au-delà des transformations des campagnes, le rôle fondamental de la métallurgie se manifeste à travers l’évolution des activités artisanales, des structures architecturales et sculpturales. L’« élan bâtisseur » catalan, dont les œuvres marquent aujourd’hui encore profondément les paysages, révèle en partie l’art des forgerons des alentours de l’an mil. Au même titre que l’architecture religieuse, l’architecture militaire, moins bien représentée et par conséquent moins connue, bénéficie des progrès de la sidérurgie.

  • 1 Izard (V.) : La « révolution industrielle » du XIVe siècle. Pouvoirs, enjeux, gestion et conflits a (...)

2Dès la fin du XIe siècle, le dynamisme social et économique répercute ses effets sur la métallurgie qui connaît à son tour un renouveau manifeste (croissance de l’extraction minière, multiplication des ateliers de traitement, évolution et perfectionnement des techniques avec progressivement l’apparition des premiers moulins industriels, etc.). Cet intense dynamisme sera pourtant brutalement interrompu au milieu du XIVe siècle. L’épidémie de peste noire met momentanément un terme à cette série d’évolutions et sonne le glas de la « première révolution industrielle »1. L’effondrement démographique, le ralentissement spectaculaire de l’économie et l’enfrichement des milieux, marquent les lendemains de l’épidémie meurtrière.

1. Une société en pleine mutation

3Ces lignes n’ont pas pour objet de retracer l’histoire de la société médiévale, ses bouleversements et ses transformations. Les écrits sur le sujet ne manquent pas. Il s’agit simplement de rappeler les changements survenus dans cette société en pleine mutation afin d’apprécier la place et le rôle de l’industrie métallurgique.

  • 2 On pourra se reporter aux nombreux articles de Pierre Ponsich et bien entendu à la thèse de Pierre (...)
  • 3 Catafau (A.) : Les celleres et la naissance du village en Roussillon (Xe-XVe siècles), Presses Univ (...)

4La naissance des abbayes bénédictines, fondées pour certaines par l’installation de moines venus d’Urgell, est à l’origine d’un dynamisme économique et d’une extension notable du peuplement. La fondation de Sainte-Marie d’Arles (778), de Saint-Génis-des-Fontaines (819) et de Saint-André-de-Sorède (823) se poursuit dans le second quart du IXe siècle avec l’implantation de plusieurs autres établissements monastiques en Roussillon et en Conflent. Saint-André d’Eixalada, installée en 840-841 près des sources d’eaux chaudes sulfureuses de Thuès, puis ruinée par une crue de la Têt survenue à l’automne 878, est réédifiée l’année suivante par les moines survivants, dans la vallée de la Llitéra. Le rayonnement de la nouvelle abbaye de Saint-Germain (plus tard Saint-Michel de Cuxa) sur de vastes territoires et celui des religieux des monastères et prieurés nés au cours des IXe et Xe siècles, va susciter une véritable mise en valeur des terres, accompagnée d’un développement notable des activités artisanales. Le dépouillement des fonds monastiques et privés des Pyrénées-Orientales a permis aux médiévistes de définir l’organisation sociale, économique et politique de la société carolingienne. L’étude de ces documents a fait l’objet de nombreux travaux scientifiques mettant en évidence l’intense mouvement d’expansion agricole engagé par les moines et leurs paysans2. Dès le premier quart du Xe siècle, ils sont à l’origine de l’installation de petits pôles ecclésiaux, les celleres, et donnent ainsi naissance à des paroisses pionnières d’où s’organisent des franges de défrichements3.

  • 4 Le rôle des Hispani dans l’histoire du peuplement a fait l’objet de plusieurs études. Ramon Abadal (...)
  • 5 Bonnassie (P.) : La Catalogne au tournant de l’an mil. Croissance et mutation d’une société, col. A (...)
  • 6 Viader (R.) : Les terres à prendre : entre terres publiques, terres communes et terres privées. In  (...)

5Dans cette conquête du territoire, la mise en culture des terroirs en friche organisée et contrôlée par les premiers souverains carolingiens, va se surimposer à l’initiative des clercs. Le système d’aprision accordé au lendemain de l’échec de la grande expédition de Charlemagne en 778, prend part au renouveau économique et démographique de la Catalogne. Le Roi franc et ses deux successeurs vont encourager l’immigration de paysans venus d’Espagne. Les Hispani qui trouvent refuge en Septimanie s’installent sur des terres publiques vierges. Octroyé aux « étrangers » fuyant la répression musulmane, ce droit de mise en valeur de terres participe au mouvement général de colonisation de l’espace4. De récentes recherches ont quelque peu remis en cause l’ampleur temporelle et spatiale accordée jusqu’alors à cette forme de repeuplement. Pierre Bonnassie a démontré que ce flot d’émigrants venus du sud coloniser les terres en friches au moyen de l’aprision n’a pas eu l’importance qu’on a pu lui accorder. L’installation de ces réfugiés, très circonscrite dans le temps, n’a pas fait l’objet d’un mouvement de masse. Il semble plutôt que le gros œuvre des défrichements a été pris en charge par des petits paysans anonymes. Les vrais pionniers furent les pauvres diables qui, poussés par la faim, allaient de proche en proche, gagner de nouveaux champs sur les garrigues et les taillis de chênes verts5. Plus récemment, les travaux de Roland Viader, remettent en cause l’existence de vastes terres vierges, incultes, cette idée de « désert » en plaine roussillonnaise. Tout en reconnaissant la réalité des vagues de défrichements et l’intensification des mises en cultures au cours de cette période, il démontre que les aprisionnaires obtiennent le droit de cultiver de manière permanente des terres abandonnées depuis longtemps ou mises en culture de manière temporaire6.

  • 7 Aline Durand a particulièrement bien démontré la réalité de ce phénomène dans la région voisine du (...)

6Cette progression des fronts pionniers, planifiée et organisée par les monastères et les autorités publiques, ou bien réalisée par les paysans, va se poursuivre au-delà de l’an mil. Quelle que soit l’origine, les modalités ou le cadre juridique de cette mise en valeur agricole des terroirs, l’accroissement des surfaces cultivées au détriment des garricis et des silvis constitue bien un phénomène majeur des IXe-XIIe siècle7.

  • 8 Izard (V.) : Les montagnes du fer. Eco-histoire de la métallurgie et des forêts dans les Pyrénées m (...)

7Dans un tel contexte, il me paraissait utile de s’interroger sur les moyens techniques et les éléments disponibles ayant permis de telles évolutions et changements. Depuis l’Antiquité les montagnes catalanes sont à l’origine d’une production intensive de fer. La richesse des gisements que renferment ces massifs a permis aux premiers sidérurgistes d’établir de grands centres de réduction dynamisant l’économie. Malgré le ralentissement de la production dès la seconde moitié du Ier siècle après J.-C., la permanence de l’industrie durant le haut Moyen Âge est un facteur essentiel de développement des communautés locales8. Aux alentours de l’an mil, l’histoire de la métallurgie est encore mal connue mais les textes, certes fragmentaires, difficiles d’accès et d’une interprétation souvent délicate, viennent préciser les données de terrain et les résultats fournis par l’archéologie. Rapidement, exploitations minières et production de fer apparaissent étroitement liées à l’histoire des grandes abbayes et à celle du Domaine. Les puissances locales ont la main mise sur ces ressources indispensables au développement des communautés et à l’accroissement des richesses, mais tout aussi nécessaires à la fabrication d’armes et autres objets de défense, représentant alors un moyen de contrôle et de puissance majeur.

2. Objets et outils en fer à travers les premières sources écrites

8Dès la fin du haut Moyen Âge, les premières informations minières et métallurgiques relevées dans divers fonds privés et publics sont ténues et parfois peu explicites, mais suggèrent néanmoins l’existence de tout un artisanat lié au fer. À travers la documentation disponible se dégagent certaines réalités économiques et politiques autour d’une industrie en pleine expansion, située au cœur d’enjeux importants.

  • 9 Il s’agit des copies manuscrites des cartulaires disparus des abbayes de Saint-André d Eixalada (Sa (...)
  • 10 Pierre de Marca : Marca Hispanica, appendice XXVI (notée infra M. H.).
  • 11 M. H., app. XXVI.
  • 12 Cent instruments en fer. M. H., app. XXXVIII.

9L’étude attentive des chartes de donations, des actes de ventes réunis dans les cartulaires des grandes abbayes bénédictines et celle de documents tirés de fonds privés ou publics9, prouvent non seulement l’existence d’une activité métallurgique aux IXe et Xe siècles, mais confirment la permanence de l’artisanat du fer durant le très haut Moyen Âge. Les analyses des premiers textes disponibles démontrent que l’agriculture, certes basée sur des cultures traditionnelles (céréales et vigne), occupe à la fin du Ville et au début du IXe siècle une place déjà importante de l’économie. Les paysans qui peuplent la Catalogne ont nécessairement besoin d’instruments aratoires. Même si le bois représente une matière première indispensable, utilisée pour la construction, la confection de nombreux ustensiles de cuisine, objets pour l’artisanat et l’agriculture, il est permis de reconnaître que les instruments et outils en fer sont assez nombreux. Dans les premiers documents qui nous sont parvenus, par-delà les listes stéréotypées des biens cédés ou vendus, les mentions d’objets et d’outils en métal s’inscrivent comme des témoignages indirects de l’activité sidérurgique. Les indices restent ténus, mais ils suggèrent l’existence du travail du fer et la présence de divers équipements et pièces de ce métal utilisé par différentes industries. Dans l’acte d’adhésion au monastère de Saint-André Eixalada, daté de l’an 855, Protasius cède parmi les biens qu’il a acquis au territoire de Taurinya omnia usibilia ligni et ferri quod necesse habet homo...10. Dans la même charte d’adhésion, Sancoli donne entre autres biens des ferros ad turno, évoquant semble-t-il des équipements utilisés par les moulins. Victor, autre religieux qui fonde Saint-Michel, dote l’abbaye de ferramenta, terme vague désignant toutes sortes d’instruments en fer et peut-être même des armes qu’il n’est pas convenu de mentionner dans les actes ecclésiastiques. Le prêtre Atila lègue quant à lui un freno mulard11 qui rappelle, selon Aymat Catafau, l’utilisation du fer pour le travail du cuir. Au lendemain de la catastrophe qui ruina l’abbaye vingt ans après son édification, Protasius, un des moines survivants participe à la reconstruction du nouveau monastère, érigé alors au nord du village de Taurinya. Dans son testament, daté de l’an 878, il dresse une liste détaillée de ses biens parmi lesquels figurent C ferramenta12. Line fois encore le terme est générique, mais il fait cependant référence à une quantité relativement importante de pièces en métal, appartenant à un seul homme.

  • 13 Bonnassie (P.) : La Catalogne au tournant de l’an mil..., op. cit. p. 239-240 ; Molera i Sola (P.) (...)
  • 14 Les moulins dont certaines pièces étaient en fer sont cédés avec leurs équipements, en 1007 (cf. Mo (...)

10Ces informations sont précieuses car elles prouvent une certaine diversité des objets en fer à la fin du IXe siècle. Je ne peux cependant que déplorer l’absence, pour notre région nord-catalane, des documents dont disposent les historiens de Catalogne sud. Dans les innombrables manuscrits, actes de vente, de donations et testaments, conservés dans les fonds monastiques de cette partie des Pyrénées, les petits alleutiers ont pris soin de dresser un inventaire précis des différents biens qui composent leur dot. Les exadas (houes), cavagos (bêches), destrales (haches), podadoras (serpes, faucilles), falces (faux), arada (charrue), relias (socs), sont non seulement scrupuleusement notées, mais semblent faire partie de biens humbles, auxquels les donateurs attachent une valeur particulièrement importante13. L’absence de telles informations pour la partie nord de la chaîne ne me permet pas de dresser une liste des différents instruments agricoles. Les paysans cèdent l’alleu avec toutes les dépendances par le biais de listes conventionnelles. Les formules stéréotypées généralement employées révèlent le caractère imprécis, parfois même incertain des éléments qui le composent. Aucun mot ou vocable ne fait directement référence aux ustensiles en fer. Il faut attendre le XI-XIIe siècle, période où ce métal est largement répandu dans les campagnes, pour trouver non pas des mentions précises d’outils, mais des expressions, somme toute très rares, évoquant divers instruments (omnia usabilia) ou équipements (aratoria instrumenta ; molendinariis cum suis instrumentis)14.

11Ne peut-on pas déduire de ce silence des textes, de l’absence d’énumération de pièces en métal une vulgarisation de l’outillage et une diversité des instruments en fer, au point de ne pas les considérer comme de véritables objets précieux ? On peut imaginer qu’étant des outils communs utilisés pour les tâches agricoles ou activités artisanales traditionnelles, ils ne font qu’exceptionnellement l’objet d’un recours à l’écrit. Pour l’heure il est difficile d’asseoir définitivement cette hypothèse. Cependant, il semble, au vu de l’analyse des sources écrites et des résultats archéologiques, que l’on puisse lui accorder un certain crédit.

12Un tout autre phénomène particulièrement notable soutient l’idée que l’industrie du fer est une composante essentielle et coutumière de la vie des communautés. L’anthroponymie est dès le IX-Xe siècle empreinte de l’existence de toute une société métallurgique (Ferriola, Ferraturi, Fabrègue, Carbonelli, etc.), au même titre que la toponymie.

3. La réalité d’une industrie minière lucrative

  • 15 Les recherches archéologiques ont mis en évidence que l’exploitation des gisements miniers du massi (...)
  • 16 Il s’agit d’une concession faite par Recosindus et son épouse Aulo, à Esegutus et sa femme : l’alle (...)
  • 17 ... les eaux, les bois et les mines présentes et futures..., Arch. dép. Pyr.-Or., 1 Β 16, fol. 89 v (...)
  • 18 Hesse J.-Ph.) : Les mines roussillonnaises de 1300 à 1500. C.E.R.C.A., n°25, 1964, p. 254. Il exist (...)

13Au-delà de tous les indices directs ou indirects du travail du métal, les premières mentions de mines et de mineurs révèlent un fait incontestable, même s’il n’est pas explicitement formulé : leur exploitation. Le premier témoignage est relativement tardif. Relevé dans un texte de l’an 927, il fait référence aux mines des Albères15. Il s’agit d’une vente faite d’un alleu situé à Tagnano, précisant l’existence de mines dans ledit territoire. L’alleu est concédé en intégrité cum ipso menario suo16. Une autre mention nous parvient en 976. Dans un aveu féodal des justices et des droits seigneuriaux de Saint-Jean-Pla-de-Corts, Minimille reconnaît tenir en fief du seigneur Oliba, comte de Cerdagne, Conflent, Vallespir et Besalù, les aquas et aguals, boschs et meneres presentia et futura dépendant dudit lieu17. Plusieurs documents nous informent de l’existence de mines d’or et d’argent sur ce même territoire, exploitées à la fin du Moyen Âge18.

  • 19 « ... incipit finis ipsius ecclesiae per portellas et descendit cum ipso minario per traginam... », (...)
  • 20 Izard (V.) : Les montagnes du fer. Eco-histoire de la métallurgie et des forêts dans les Pyrénées m (...)
  • 21 Ce document paraît une fois encore relativement tardif. Alors que l’abbaye est dès l’an 957 proprié (...)

14Dès la seconde moitié du Xe siècle, les sources précisent que les moines sont propriétaires de plusieurs gisements qu’ils exploitent. Dans un précepte de Lothaire, roi des Francs, confirmant en l’an 981 les possessions du monastère de Saint-Génis-des-Fontaines, il est à nouveau question des mines des Albères. Le texte stipule que la limite de l’église de Sancti Laurentii (commune de Laroque-des-Albères) commence à Portelles et descend comme le minerai par le chemin muletier19. Il faudra pourtant attendre le XIIe siècle pour que la documentation nous dévoile vraiment le rôle important joué par les abbayes dans l’industrie minière et métallurgique, au même titre que les enjeux économiques qui gravitent autour de ce patrimoine. L’engagement de Saint-André d’Eixalada (Saint-Michel de Cuxa) est incontestablement le plus important. Alors que depuis le IXe siècle les moines semblent s’être investis dans l’industrie du fer, leurs possessions n’apparaîtront dans les écrits que deux siècles plus tard20. La première mention du patrimoine métallurgique de l’abbaye de Sainte-Marie d’Arles en versant nord des Pyrénées n’apparaît qu’en 114621.

  • 22 Les textes testent cependant quelque peu imprécis quant à la position exacte d'une mine. Ces premiè (...)
  • 23 Izard (y.) : Les montagnes du fer. Eco-histoire de la métallurgie et des forêts..., op. cit., p. 17 (...)
  • 24 Toute la période du XI-XIIe siècle est marquée par un profond bouleversement de l’ordre social qui (...)

15À partir du XIIe siècle, les informations sur les mines ne se limitent plus à la simple évocation d’un gisement comme frontière de territoire ou comme bien cédé ou vendu. Les textes, plus nombreux et un peu plus précis, nous renseignent sur la nature du minerai, le ou les propriétaires, le nom du gîte et sa localisation22. Le type de document, chartes de donations, actes de ventes ou minutes de procès, révèle non seulement la valeur accordée à ces ressources, mais prouve que l’exploitation des gisements est à l’origine de bénéfices importants, disputés par les hauts dignitaires. En 1146, Raymond, abbé de Sainte-Marie d’Arles, s’oppose au vicomte de Castelnou, Gauzbert, au sujet de la propriété d’une mine d’argent découverte à la Comba de Buxeda. La sentence, rendue par Udalgar évêque d’Elne, reconnut la copropriété de la mine située dans un ravin qui limite le territoire des deux opposants. Le comte de Castelnou ne recevra cependant aucun revenu puisqu’il cède ces bénéfices à ladite abbaye pour la construction de l’autel de l’église Sainte-Marie en pleins travaux de restauration23. Ce procès, témoin des enjeux économiques et tensions qui gravitent autour des mines est le premier d’une longue liste où l’on voit s’opposer pour défendre leurs droits, dans un premier temps, les moines et les seigneurs locaux24 puis, à partir du XIIIe-XIVe siècle, le roi et les exploitants miniers.

  • 25 Arch. dép. Pyr.-Or., 1 Β 234.

16La richesse minière des religieux d’Arles s’accroît en 1197 avec l’acquisition de la mine d’argent de Pugalduc. Si l’abbaye semble s’intéresser particulièrement à l’exploitation des métaux précieux - en l’occurrence l’argent (plomb-argentifère) -, elle ne manque pas d’attention pour les autres gisements métallifères. La concession faite à Robert abbé d’Arles, par Pierre Ier roi d’Aragon, concerne toutes les mines présentes sur le territoire de ladite abbaye. Les accords conclus au terme de cet acte prouvent là encore, que ces ressources représentent un bien précieux très lucratif. Le roi accepte en effet de ne se dessaisir des minières qu’après l’avis de plusieurs aristocrates dont Hugues Pons, comte d’Empuries, Pierre Vincent, Guillaume Durfort et d’autres seigneurs de la Cour. Il le fera en contrepartie d’une somme d’argent considérable, élevée à mille sous de Barcelone25.

  • 26 Fontfroide est effectivement propriétaire de plusieurs mines et forges dans la montagne audoise, Ve (...)
  • 27 Arch. dép. Pyr.-Or., FdF, 2Mi 46/10, n° 170.

17Les religieux installés en Catalogne ne sont pas seuls à s’intéresser aux mines des Pyrénées. L’abbaye cistercienne de Notre-Dame de Fontfroide, située au sud-ouest de Narbonne, s’investit dans l’exploitation des gisements du Canigou. Particulièrement active dans le dynamisme métallurgique des Corbières26, elle reçoit en franc alleu, en l’an 1202, la terre d’Escaro avec les justices et les mines d’or, d’argent, de cuivre, de fer et autres métaux qui se trouvent sur ledit territoire27.

  • 28 Derrière cette formule stéréotypée énumérant les différents métaux, il faut voir ici l’exploitation (...)

18Quant aux moines de Saint-Michel de Cuxa, ils n’ont bien sûr pas manqué de s’engager dans l’exploitation et la transformation des métaux. Leurs initiatives sont sans doute les plus précoces et leurs possessions les plus importantes. Outre les mines de fer de Fillols, ils détiennent, au milieu du XIIIe siècle, des gisements à Sahorre, Escaro, Corts et Taurinya ; probablement même à Valmanya, Estoher et Vernet. En 1281, l’abbaye confie l’exploitation d’une partie de ces ressources à Arnald de Codalet, associé à deux autres riches hommes d’affaires. Les contrats de fermage stipulent que la huitième partie du minerai d’argent, de cuivre, de plomb et autres métaux extraits sera au bénéfice des concessionnaires, le reste sera restitué à l’abbaye28.

19Au XIIIe siècle, l’exploitation minière intensive est manifeste dans toute la partie est de la chaîne pyrénéenne et pour autant que l’on puisse en juger, reconnue comme un élément de fortune évident par les ecclésiastiques. Les religieux auraient-ils investi des sommes colossales pour l’acquisition de gîtes métallifères, délégué l’exploitation à de riches hommes d’affaires et financé la gestion de ces ressources, si « le jeu n’en valait pas la chandelle » ? Assurément non. La sidérurgie est un réel facteur d’enrichissement que certains hommes d’Église ont su, ou plus justement, pu saisir.

  • 29 L’annexion du Vallespir, qui était rattaché à Besalù, en 1111 et celle des domaines comtaux de Cerd (...)
  • 30 Bisson (Th.) : Fiscal accounts..., op. cit, vol 2, p. 20-21. Les premières redevances imposées à l’ (...)

20Mais si plusieurs monastères sont à la tête d’un patrimoine minier, métallurgique et forestier important, acquis principalement par le biais des donations, les comtes catalans doivent également une partie de leur fortune aux ressources métallifères comprises dans leurs territoires. Les inventaires, chartes et comptes fiscaux relatifs aux différents domaines comtaux nous renseignent sur l’activité minière et métallurgique laïque au milieu du XIIe-début du XIIIe siècle. L’inventaire administratif de la vieille Catalogne de 1151 permet d’apprécier les ressources et les bénéfices retirés dans les comtés nouvellement annexés du Vallespir et de Cerdagne-Conflent29. Raymond Beranger IV perçoit des redevances sur les mines de fer qui sont exploitées près de Corniliano (Corneilla-de-Conflent) et à Saórra (Sahorre). Il reçoit également la quatrième partie des revenus des minerais de fer et d’argent extraits de gisements situés à Ascharó (Escaro), dans l’honor de Villa francha (Villefranche) et de Pins (Py)30.

21Au milieu du Moyen Âge classique, la montagne catalane apparaît bien comme un véritable centre minier dont les clercs et les aristocrates sont les principaux représentants. Cette exploitation intensive des mines suggère indéniablement l’existence d’établissements sidérurgiques, dont les bénéfices retirés paraissent tout aussi lucratifs. Les outils sortis des forges sont en effet indispensables au développement de l’agriculture et des activités artisanales qui se multiplient. Pourtant, les premières informations explicites concernant ces ateliers sont plus tardives encore que les mentions relatives aux mines, et sont elles aussi chargées d’ambiguïtés.

4. Les ateliers de réduction et transformation du fer dans l’ombre des premières sources manuscrites

  • 31 Les nombreux documents qui restent à dépouiller permettront peut-être de réviser ce constat. Nous v (...)
  • 32 En 927, un habitant de Laroque-des-Albères est qualifié de Ferrario. Catafau (Α.), Passarrius (Ο.)  (...)

22Les ateliers de réduction et de transformation du fer restent en effet dans l’ombre jusqu’au début du XIIe siècle31 et les premiers textes, avares d’indications, sont très imprécis et malheureusement insuffisants pour apprécier la construction ou l’entretien des forges. Impossible de connaître les techniques et les mécanismes utilisés, difficile de définir précisément le type d’établissement (fonderie ou forge de transformation) et donc l’organisation du travail du fer. Les outils, les ustensiles et les équipements en fer qui font l’objet des donations dès le milieu du IXe siècle, l’activité minière devenue au cours des siècles suivants intensive, la présence d’hommes qualifiés de forgerons32 ou encore les découvertes archéologiques sont autant d’éléments qui suffisent pourtant à prouver la réalité des fonderies et forges à fer aux IXe-XIe siècles. Se pose alors la question de savoir pourquoi ces ateliers ne figurent-ils pas dans les documents ?

  • 33 Caucanas (S.) : Moulins et irrigation en Roussillon du IXe au XVe siècle. CNRS éd., Paris, 1995, p. (...)

23Plusieurs explications peuvent être proposées face à l’énigmatique silence des textes antérieurs au XIIe siècle. On peut supposer que les fonderies dispersées au milieu des forêts montagnardes, considérées comme des ateliers artisanaux traditionnels, n’ont pas suscité de recours à l’écrit. Au-delà de cette hypothèse, on peut imaginer que ces ateliers se cachent peut-être derrière les formules stéréotypées, généralement employées dans les testaments pour définir les biens qui composent la dot des alleutiers. Les problèmes posés par les sources anciennes ont déjà été soulignés, tout comme la difficulté d’interpréter les listes conventionnelles, peu précises et peu explicites. On lègue une maison (casa), un jardin (ortis), une vigne (vineis), un pré (pratis), des forêts (silvis), des garrigues (guarricis), ou un moulin avec l’eau et les aménagements hydrauliques (molendinis cum suis caput aquis, aquis...), mais jamais de farga, fabricae, ferrerria,... ou mansus de ferrario. Dans son étude sur les ressources hydrauliques en Roussillon, Sylvie Caucanas soulève l’ambiguïté qui règne notamment autour des mots utilisés, entre le IXe et le XIIe siècle, pour désigner les moulins. L’étude révèle que les vocables ordinairement employés : molindinus, molendinum, molinare, molinus, molinaris, etc., ne permettent pas de connaître l’usage, soit agricole (moulin à blé, moulin à huile, etc.), soit industriel (moulin à fer, scierie, moulin drapier, etc.), de ces établissements33. Ces termes, employés indistinctement avant le milieu du XIIe siècle, ne reflètent donc pas l’usage qui est fait du, ou des ateliers cédés. Est-il en ce sens permis de croire que certains de ces moulins sont des établissements sidérurgiques ? Peut-on dès lors penser que ces molindinum installés sur les berges des cours d’eau ont recours à la force motrice de l’eau pour le traitement des métaux ? Pour l’heure, la réponse est négative. Mais ces questions font toujours débat chez les historiens des techniques. Il convient de souligner simplement ici que le moulin à fer hydraulique n’apparaît dans les sources roussillonnaises qu’à partir du XIVe siècle.

24Quoi qu’il en soit des procédés techniques et des opérations spécifiques réalisées au sein des ateliers métallurgiques (ces questions n’étant pas l’objet de cet article), les forges en activité aux IX-XIIIe siècles sont capables de répondre à un marché local important et grandissant.

  • 34 « ... ipsas fabricas... », M. H., ap. XCIV.
  • 35 L’évêque de Gérone concède à l’abbaye d’Arles tout ce qui est compris dans les limites du territoir (...)

25Ce n’est en fait qu’au milieu du Xe siècle que les établissements métallurgiques apparaissent dans les sources écrites. En 957, dans l’acte de consécration des églises de la vallée d’Albaniana, des fabricas sont évoquées comme bornes limitant le territoire34. Localisés en marge de notre secteur d’étude, ces ateliers semblent être le premier témoignage des forges monastiques de l’abbaye de Sainte-Marie d’Arles35. Sans doute à cette date les religieux d’Arles et ceux des différents monastères de Catalogne étaient-ils à la tête de plusieurs ateliers installés au sein des espaces qui leur ont été légués. Pourtant, les documents n’en font pas état avant le milieu du Moyen Âge classique.

  • 36 « ... dono tibi Petro de Avalri et filio tuo Guzberto omnes dominicaturam et quicquid habeo in vill (...)
  • 37 Parmi ces fabricas, une se trouve à Escaro et une à Corneilla-de-Conflent « Et habet comes in Parro (...)
  • 38 Bisson (Th.) : Fiscal accounts... op. cit., tome 2, p. 19 et 23.

26Il faut attendre les premières décennies du XIIe siècle pour que les sources nous dévoilent la présence de forges comtales implantées au versant nord des Pyrénées. En 1126, Raymond Beranger IV, comte de Barcelone, fait donation à Pierre d’Avalri et à son fils Gauzbert de la moitié des revenus prélevés sur les troupeaux ovins qui montent aux pasquiers de Terranera à Formiguères et de tous les droits et justices de la vallée de Py, mais il en excepte les forges36. Alors que l’exploitation minière est à cette époque le théâtre de vives oppositions entre les différents groupes sociaux en puissance, les forges, éléments indispensables au sein de la chaîne opératoire des métaux, font également l’objet de restrictions particulières. Elles représentent en effet un bien précieux pour lequel des capitaux ont semble-t-il été investis et sont par ailleurs une source d’enrichissement conséquent. L’intérêt que le comte de Barcelone accorde aux ateliers métallurgiques est tout aussi important que celui consacré à l’activité extractive. Hormis les ferrerias de Py dont il retire les bénéfices, en 1151, il perçoit des revenus sur plus de quatorze forges installées dans son royaume37. À côté de ces établissements, il a des droits sur plusieurs ateliers de forgerons, notamment la ferrarii de Prats-de-Mollo et le mansus de ferrario de Llivia38.

  • 39 « ... ego Ildefonsus dei gracia rex Aragonum comes Barchinone... dono domino deo et monasterio Sanc (...)

27Près de trente ans plus tard, son successeur au trône, Alphonse Ier roi d’Aragon, se dessaisit des droits et justices qu’il avait conservés sur les forges de Py. En 1183, il cède aux moines du monastère de Saint-Pierre de Camprodom, les manticas, les forêts et les pacages qui en dépendent. L’acte de concession précise les limites du territoire39 et définit pour la première fois les droits d’usages sur les forêts, ressource indispensable à l’activité des forges. Hormis les forges de Py, il détient plusieurs manticas situées au mansis de la Plana.

  • 40 « ... fabrega de Roiriis... ». Arch. dép. Pyr.-Or., 1 Β 79 ; copie de l’acte datée de 1187.
  • 41 En 1846, lors d’une enquête ordonnée par le gouvernement, le propriétaire de la forge prouve l’anci (...)

28En 1168 apparaît une nouvelle mention du patrimoine métallurgique des religieux de Sainte-Marie d’Arles. Dans une convention signée entre l’abbé Ramon et Bernard de Buada, mettant un terme à un long différent au sujet des usages et des droits que ledit Bernard de Buada perçoit sur le fief de Coustouges, il est question de la forge de Ruiros40. Entre le XIIe et XIIIe siècle, il semble que la forge de Saint-Ferréol près d’Arles et la forge de Galdares, située sur la commune de Serralongue battaient également le fer41.

  • 42 « ... autrega a Berenger de Vilar e a ssa muler que podessen far fargue en lo loc mas del Vilar qui (...)

29Le premier acte de concession pour l’édification d’une forge n’est pas antérieur au XIIIe siècle (1210). Dans un extrait du cartulaire du château de Castelbon, Archambaud, comte de Foix et vicomte dudit lieu, donne l’autorisation à Berenguer Vilar et à sa femme de construire une forge au Mas del Vilar, dépendant de la paroisse de Sainte-Eugénie42. L’inventaire du cartulaire, réalisé en 1405, reprend de façon sommaire les principaux actes passés les premières décennies du XIIIe siècle. Il n’offre malheureusement aucune information, aucun détail précis concernant l’édification de la forge, les instruments qui la composent ou sa localisation précise.

  • 43 Arch. dép. Pyr.-Or., 2 Mi/20, fol. 20 v°.
  • 44 Inventaire archéologique de la basse vallée du Tech et des Albéres, mené sous la direction de Jérôm (...)

30Au-delà de ces mentions, bien d’autres forges et petits ateliers de forgerons existent. La fabrica de Miliariis (Millas) par exemple, est dévoilée par le terrier de 129343. Les forges de Caramany (XI-XIIe siècle), de La Citadelle et d’Al Quinta proche de Laroque-des-Albères (IX-XIIIe siècle) sont, quant à elles, révélées par les recherches archéologiques44. Ces forges, dépendantes de l’habitat médiéval, sont de petits ateliers de forgeron où réduction et transformation semblent s’être combinées. À côté de ces ateliers, on peut citer également les forges de châteaux. Les prospections de terrain ont en effet mis en évidence l’existence de vestiges métallurgiques dans l’enceinte même de ces lieux d’habitats fortifiés.

31Malgré les lacunes et l’imprécision des sources antérieures au XIIIe siècle, la réalité de l’exploitation minière et l’importance de la production de fer se dégagent des documents dépouillés. L’évolution de la société, les mises en valeur agricoles, les changements survenus dans les systèmes d’exploitation, la diversification de l’artisanat, le perfectionnement des techniques ou bien encore les conflits, nés autour des mines et des forges, sont autant de témoins des enjeux politiques et économiques qui gravitent autour de la métallurgie.

5. Les produits sortis des forges : facteurs essentiels de changements

  • 45 Planchais (Ν.) : Analyses polliniques du remplissage holocène de la lagune de Canet (Plaine du Rous (...)
  • 46 Izard (V.) : Résultats de l’étude anthracologique des charbons de bois prélevés sur le site du Mas (...)

32Le vaste mouvement de croissance et d’expansion socio-économico-culturelle qui marque le temps carolingien trouve une large partie de son fondement dans le développement de la métallurgie. Les grands défrichements, la progression des labours et des cultures, la plantation de vignes et d’arbres fruitiers, ont sans aucun doute bénéficié de l’industrie sidérurgique locale. Cet intense mouvement de conquête ou reconquête des terres abandonnées au cours des périodes précédentes, est particulièrement marqué dans la plaine roussillonnaise. Partout les hommes arrachent aux garrigues et aux forêts les terres de culture. Ces transformations s’accompagnent de l’aménagement des cours d’eau, de l’irrigation, de l’assèchement des zones humides et des marécages. L’action des défricheurs est manifeste et intense. Elle est non seulement traduite par les écrits, mais les données paléoécologiques en font état. Les résultats de l’analyse pollinique de la lagune de Canet montrent vers 700±70 B.P. (soit vers la fin du XIIe-XIIIe siècle) un paysage presque totalement anthropisé45. La chute importante des pollens d’Alnus, Corylus et Fagus, s’accompagne d’une augmentation des représentations des Chénopodiacées, Cypéracées et Graminées, traduisant l’ouverture du milieu et l’extension des pelouses. De manière synchrone, la croissance des indices culturaux met en évidence l’extension des terroirs et le développement important des activités agricoles aux environs du site. La vigne atteint des valeurs assez inhabituelles avec 7 %. L’importance de la viticulture a par ailleurs été mise en évidence par les analyses anthracologiques des macro-restes ligneux prélevés sur le site de Vilarnau, au Mas Miraflor, situé tout proche de l’étang de Canet. Les communautés villageoises de la fin du Moyen Âge consacraient une partie de leurs activités à la culture de la vigne. Vitis type vinifera est particulièrement bien représentée dans les diagrammes anthracologiques de niveaux daté du XIe-XIIe siècle46. Les données pollenanalytiques montrent également une croissance progressive des pollens de céréales de seigle et de sarrasin. Parallèlement, Platanus, Olea et Castanea augmentent.

  • 47 Voir sur le sujet : Caucanas (S.) : Moulins et irrigation en Roussillon..., op. cit., 421 p.
  • 48 Arch. dép. Pyr.-Or. 3 Ε 1/1, f° 36 v°.
  • 49 Bisson (Th.), Fiscal accounts... op. cit., tome 1, p. 46.
  • 50 « ... ffabrica ville de Miliariis... quolibet anno unas ferraturas equi... et amplius debet ferrare (...)
  • 51 Et exeunt de honore de Pratis censualiter...et donam ferrarii istius honoris CXX. paria de ferris… (...)
  • 52 « ... ferramenta necessaria mansi de Buada, exc(ep)tis ferramentis operis lapideri et deferat cum a (...)
  • 53 Izard (V.) : Les montagnes du fer. Eco-histoire de la métallurgie et des forêts..., op. cit., tome (...)

33Si les produits sortis des forges offrent aux paysans un outillage diversifié, rendant possible la mise en valeur intensive des terroirs, ils fournissent également aux artisans des outils à la fois plus nombreux et perfectionnés. Ce vaste mouvement de colonisation et de transformation des campagnes s’accompagne en effet du développement des techniques et des activités artisanales. C’est au cours de cette période que l’on voit naître ou « renaître » de nouvelles industries qui vont rapidement se généraliser, notamment l’exploitation des carrières locales de marbres, la taille et la sculpture de la pierre. La multiplication de moulins (scierie, tannerie, moulin à blé, etc.), questions déjà bien étudiées en Roussillon47, bénéficie tout autant de l’industrie sidérurgique en place. Ces ateliers s’équipent de diverses pièces en métal améliorant nécessairement leurs productions. Les forges elles-mêmes diversifient leurs outillages. La fabrica de Pollestres compte, au-delà des petits ustensiles, 3 mallo, 1 destral, 2 encluges, 1 manxer, 5 canales, 1 callatorem et 1 cornudam48 Progressivement, certains de ces ateliers se spécialisent et leurs produits répondent à un marché parfois ciblé. L’atelier de Py paraît s’être spécialisé dans la fabrication de projectiles, ou de pointes de flèches49. La fabrica de Millas (1293) se présente essentiellement comme une maréchalerie au service des communautés, mais surtout du royaume. Le forgeron est redevable annuellement de deux fers à chevaux et doit ferrer toutes les montures royales50. Au milieu du XIIe siècle, parmi les ateliers placés sous le regard du comte de Barcelone, la ferrarii de Pratsde-Mollo verse un cens en nature élevé à cent vingt paires de fer ; quant au mansus de ferrario de Llivia, il est tenu d’effectuer gracieusement tous les travaux de forge indispensables aux besoins du comté51. Si l’activité de ces deux ateliers de forgerons répond très certainement aux besoins des populations locales, il semble surtout qu’elle soit axée sur l’entretien des cavaleries et voitures affectées au commerce et aux transports. La fabrega de Roiriis (Ruiros) confectionne et répare les outils et ustensiles en fer indispensables au mansi de Buada. Son activité, sans aucun doute liée aux communautés agricoles proches, exclut tous les travaux de forge nécessaires aux tailleurs de pierres52. Cette restriction semble trouver son fondement dans la gestion des forêts qui se met progressivement en place et l’économie de combustible au sein de l’atelier53.

  • 54 C’est au cloître de Saint-Michel que le marbre rose de Villefranche-de-Conflent apparaît en premier (...)

34Au-delà du développement de l’agriculture et de l’artisanat, mettant en évidence une multiplication et une diversification de l’outillage, le perfectionnement de la métallurgie se manifeste notamment à travers l’évolution des techniques architecturales et sculpturales. L’élan bâtisseur catalan, phénomène caractéristique de la période romane dont les œuvres marquent encore aujourd’hui profondément les paysages, révèle en partie l’art des forgerons du second millénaire. À défaut de textes, ce sont les monuments eux-mêmes qui nous livrent l’habileté des hommes du fer. Les progrès réalisés en matière sidérurgique offrent tout d’abord aux sculpteurs et aux tailleurs de pierres des outils de meilleure qualité, plus solides, plus précis et plus adaptés. Cet outillage permet d’améliorer les techniques d’extraction. À côté de la multiplication d’exploitations minières, on ouvre des carrières de grès, de granit et de marbre. À partir du XIIe siècle, la pierre de taille remplace les moellons et les galets (fig. 1). De grands ateliers de sculpture se développent. Les décors ornant les édifices religieux, dont les premiers essais remontent au XIe siècle (à Saint-Génis-des-Fontaines et Saint-André-de-Sorède) s’épanouissent au cours du siècle suivant (Serrabonne, Corneilla-de-Conflent, Saint-Michel de Cuxa, etc.) (fig. 2 et 3). Jusqu’ici les marbrières roussillonnaises, assez riches pourtant, ne semblaient pas avoir été exploitées, du moins intensément. Les premiers emplois des marbres locaux se rencontrent au cloître de Saint-Michel de Cuxa en 1120. À partir de cette date, l’utilisation de cette matière se généralise54.

Figure 1 : À partir du XIe-XIIe siècle, la pierre de taille remplace les moellons assisés et les galets (Saint-André-de-Sorède) (cliché de l’auteur)

Figure 2 : Linteau en marbre blanc de la porte de l’église de Saint-André-de-Sorède (cliché de l’auteur)

Figure 3 : Corbeau décoré soutenant un petit toit destiné à protéger le linteau de Saint-Génis-des-Fontaines (cliché de l’auteur)

Figure 4 : Représentation de la scène du Quo vadis Domine, galerie sud du cloître d’Elne. Porte de la prison de Mamertime ornée de ferrures (chapiteau sculpté en 1172) (cliché de l’auteur)

  • 55 L’église de Sant-Pere de la Serre (sur la commune de Prunet-Belpuig), de Coustouges, Castelnou, Sai (...)
  • 56 Sur les fers forgés en Catalogne, on pourra se reporter aux travaux de Justafré Parent (R.) : Le fe (...)

35Mais l’art du forgeron s’exprime surtout à travers la magnificence de certains objets en métal, plus particulièrement les pentures qui décorent les portes des édifices religieux et des châteaux. Ces œuvres sont difficiles à replacer chronologiquement, mais la représentation de la scène du Quo vadis Domine, décors de la galerie sud du cloître d’Elne, offre une première datation. Ce chapiteau sculpté en 1172, présente des ferrures sur la porte de la prison de Mamertime à Rome. L’auteur qui ne connaissait vraisemblablement pas l’édifice s’est semble-t-il inspiré de ce qu’il pouvait voir en Roussillon (fig. 4). Aujourd’hui encore, on peut admirer de magnifiques ferrures des XIIe-XIIIe siècles sur les vantaux de plusieurs églises romanes55 (fig. 5). L’étude de détail de ces fers forgés révèle toute la maîtrise technique du travail du fer dès cette époque56 (fig. 6).

  • 57 Aux yeux de certains spécialistes, la partie orientale des Pyrénées apparaît dès le très haut Moyen (...)
  • 58 Arch. dép. Pyr.-Or., 1 Β 94 ; 1 Β 304 ; C. M. t. II, p. 311-313.
  • 59 Testament de Ramire, daté de 1061. C. M., t. II, feuil. 77-81. Les armes, les cavaleries et les art (...)
  • 60 M. H., ap. CLXII, 1010. Cartulaire de Sant-Cugat del Vallès. Molera i Sola (P.) et al. : Llibre de (...)

36Au même titre que l’architecture religieuse, l’architecture militaire, moins connue car moins étudiée et surtout moins bien représentée, bénéficie des progrès sensibles de la sidérurgie. L’activité des forgerons ne se borne pas à la fabrication d’outils pour les artisans et les paysans, mais l’armement et les éléments défensifs constituent une part importante de la production57. Les châteaux, construits ou reconstruits dès le Xe siècle par les comtes de Roussillon, de Cerdagne et de Besalù, les vicomtes et les seigneurs locaux, s’approvisionnent de divers objets et armes en fer. Les chaînes, crémaillères, épées, menottes, colliers de fer, cottes de maille et autres instruments nécessaires à la défense des places fortes et à la garde des prisons revêtent dans cette période du Moyen Âge une place capitale58. Le testament de Ramire, roi d’Aragon prouve que les cavaleries du milieu du XIe siècle sont équipées de tout un armement important59 Dans le climat de violence, de guerre et d’insécurité qui marque toute la période romane, les hommes d’Église, tenus de ne pas porter les armes (... item plaucit ut clericos qui arma nonportaverint...) ne manquent pourtant pas de les prendre. Dès le Xe siècle, les moines détiennent toutes sortes d’objets de défense. À côté des haches (dextrales), souvent considérées comme des armes, on note la présence de flèches (dardo : dard), lances (lancia), épées, parfois ornées d’or (spada cum auro : espada form. ant. espasa), boucliers (scuto) et autres objets défensifs (armas) confectionnés par les forgerons locaux60.

  • 61 M. H., ap., L, an 890 ; ibidem ap., LXII, an 902 ; ibidem ap. CIV, an 966 ; C. M., t. II, p. 304 ; (...)

37Contrairement au fer qui se retrouve partout, l’argent et l’or sont plus précisément destinés à l’orfèvrerie, à la décoration, à la joaillerie et au monnayage. Calicem argenteum cum patena argentea, vascula argentea, mobilem... sive in auro, sive in argento, ornamentum, anapos... gradates...de argento, fibula de auro, crucem ex argento et auro, etc., figurent parmi les nombreux objets d’église61.

Figure 5 : Ferrures de la porte de l’église de Sant-Pere de la Serre (La Trinité, Prunet-Belpuig, XIIe-XIIIe siècle) (cliché de l’auteur)

Figure 6 : Vertevelle décorée, église de Saint-Paul de Py (cliché de l’auteur)

Conclusion

38Si l’industrie métallurgique est intimement liée à la croissance économique du monde carolingien, elle en est assurément la raison technique principale. Dans ce vaste mouvement de conquête et reconquête de l’espace, dans ce dynamisme de mise en valeur des ressources, dans cette phase d’évolution des techniques agricoles, artisanales et architecturales, la métallurgie du fer, s’inscrit comme moteur de toute une série d’évolutions.

  • 62 Izard (V.) : La « révolution industrielle » du XIVe siècle, op. cit.

39Par ailleurs, les exploitations minières plus importantes, l’augmentation du nombre de forges et la croissance de la production des métaux, sont à l’origine de l’enrichissement considérable des notables. Loin d’être indifférents aux retombées financières procurées par la métallurgie, les clercs, comte-rois et puissants seigneurs locaux investissent et développent intensément l’industrie. Entre les mains des plus riches, les mines, les forges et les activités qui en dépendent, orchestrent toute une série de conflits et de tensions qui vont prendre, au cours des siècles suivants, des tournures plus graves. Les enjeux autour de ce patrimoine farouchement convoité ne cessent de s’accroître et vont s’étendre aux cours d’eau et aux forêts. Le XIVe siècle, marqué par l’explosion de la molina de ferr, s’inscrit comme un des siècles les plus marquants de l’histoire de l’industrie sidérurgique62. La codification stricte des droits d’usages, la réglementation des exploitations, les interdictions, la multiplication d’édits royaux concernant les mines, les forges, les forêts et le fer, le contrôle du commerce, la nomination de gardes, etc. sont autant de mesures mises en place pour enrayer les conflits, fraudes, usurpations et pratiques illicites.

  • 63 Izard (V.) : Les montagnes du fer. Eco-histoire de la métallurgie et des forêts..., op. cit., tome (...)

40Mais l’épidémie de peste noire qui frappe les comtés catalans en 1348 va momentanément mettre un terme à ce dynamisme63. La maladie, qui apparaît sous un caractère particulièrement violent et meurtrier, alourdie par des récurrences enregistrées au cours des périodes suivantes (1361-1362, 1371), ruine de nombreuses forges et interrompt pour un temps l’exploitation de plusieurs gisements miniers. La catastrophe démographique s’accompagne de l’abandon de terres et d’un enfrichement des milieux.

41Malgré cette rupture, la trame des paysages qui caractérisent aujourd’hui encore notre environnement est désormais fixée et une véritable aristocratie minière et métallurgique est née. La puissance et la richesse de notables locaux se sont forgées ainsi sur l’exploitation des ressources métallifères et sidérurgiques farouchement convoitées.

Notes

1 Izard (V.) : La « révolution industrielle » du XIVe siècle. Pouvoirs, enjeux, gestion et conflits autour d’un patrimoine minier, sidérurgique et forestier convoité (Pyrénées catalanes, France). Domitia, n° 2, C.R.Hi.S.M., Perpignan, 2002, p. 43-62.

2 On pourra se reporter aux nombreux articles de Pierre Ponsich et bien entendu à la thèse de Pierre Bonnassie : La Catalogne du milieu du Xe à la fin du XIe siècle. Croissance et mutation d’une société, Toulouse, 1975-1976, 1047 p.

3 Catafau (A.) : Les celleres et la naissance du village en Roussillon (Xe-XVe siècles), Presses Universitaires de Perpignan, 1998, 717 p.

4 Le rôle des Hispani dans l’histoire du peuplement a fait l’objet de plusieurs études. Ramon Abadal a notamment défini le contexte politique, juridique et économique du régime aprisionnaire (1926, 1952).

5 Bonnassie (P.) : La Catalogne au tournant de l’an mil. Croissance et mutation d’une société, col. Albin Michel, Paris, 1990, 498 p.

6 Viader (R.) : Les terres à prendre : entre terres publiques, terres communes et terres privées. In : Exploitation, gestion et appropriation des ressources montagnardes du Moyen Âge aux temps modernes ; communication orale, colloque de Font-Romeu (P.-O.), 8-10 nov. 2002, actes à paraître.

7 Aline Durand a particulièrement bien démontré la réalité de ce phénomène dans la région voisine du Bas-Languedoc. Durand (A.) : Paysages, terroirs et peuplement dans les campagnes du Bas-Languedoc (Xe-XIIe siècles), Thèse, Université de Paris, Panthéon-Sorbonne, Paris, 1994,517 p.

8 Izard (V.) : Les montagnes du fer. Eco-histoire de la métallurgie et des forêts dans les Pyrénées méditerranéennes (de l’Antiquité à nos jours). Pour une histoire de l’environnement. Thèse, Université de Toulouse II, Toulouse, 1999, vol. I, p. 122-164.

9 Il s’agit des copies manuscrites des cartulaires disparus des abbayes de Saint-André d Eixalada (Saint-Michel de Cuxa), Sainte-Marie d’Arles, Saint-Génis-des-Fontaines et Elne ; de fonds privés : actes notariaux, et fonds publics : documents du comté et royaume d’Aragon.

10 Pierre de Marca : Marca Hispanica, appendice XXVI (notée infra M. H.).

11 M. H., app. XXVI.

12 Cent instruments en fer. M. H., app. XXXVIII.

13 Bonnassie (P.) : La Catalogne au tournant de l’an mil..., op. cit. p. 239-240 ; Molera i Sola (P.) et al. : Llibre de la farga, col.lecció Nissaga, n° 1, Barcelona, 1983, p. 34-35.

14 Les moulins dont certaines pièces étaient en fer sont cédés avec leurs équipements, en 1007 (cf. Monsalvatge y Fossa : Noticias historiens, t. IX, Olot, 1899. Les animaux de trait sont légués avec les instruments aratoires « ... aratoria animalia... et alia aratoria instrumenta », 1173, M. H., app. CCCCLXVI).

15 Les recherches archéologiques ont mis en évidence que l’exploitation des gisements miniers du massif des Albères remonte à l’Antiquité. Plusieurs ferriers romains associés ou non à l’habitat ont été découverts dans cette partie de la chaîne. Izard (V.) : Les montagnes du fer. Ecohistoire de la métallurgie et des forêts dans les Pyrénées méditerranéennes.op. cit., p. 125-143.

16 Il s’agit d’une concession faite par Recosindus et son épouse Aulo, à Esegutus et sa femme : l’alleu situé à Tagnano (Tanya, ancien village au sud de Laroque-des-Albères est cédé avec ses mines). Arch. dép. Pyr.-Or., FdF, 2 MI 46/11, n° 29.

17 ... les eaux, les bois et les mines présentes et futures..., Arch. dép. Pyr.-Or., 1 Β 16, fol. 89 v°, 90 r°. Copie de l’acte de 976 datée de 1313.

18 Hesse J.-Ph.) : Les mines roussillonnaises de 1300 à 1500. C.E.R.C.A., n°25, 1964, p. 254. Il existe également un gîte de fer au lieu-dit le Pla del Mané, situé au nord-ouest du village actuel. Les recherches archéologiques menées aux alentours immédiats de la galerie ont mis en évidence les traces d’une occupation antique : Inventaire archéologique de la basse vallée du Tech et des Albères, mené sous la direction de Jérôme Kotarba, 1993, notice III, Llauro. Pour l’instant, aucune relation formelle entre les deux sites archéologiques n’a pu être établie.

19 « ... incipit finis ipsius ecclesiae per portellas et descendit cum ipso minario per traginam... », M. H., ap. CXXIX.

20 Izard (V.) : Les montagnes du fer. Eco-histoire de la métallurgie et des forêts dans les Pyrénées méditerranéennes..., op. cit., p. 173 ; Verna C. : Esquisse d’une histoire des mines et de la métallurgie monastiques dans les Pyrénées (IXe-première moitié du XVIe siècle. In : Moines et métallurgie dans la France médiévale. Études réunies par Benoit (P). et Cailleaux (D.), A.E.D.E.H., Paris, 1991, p. 48.

21 Ce document paraît une fois encore relativement tardif. Alors que l’abbaye est dès l’an 957 propriétaire de plusieurs fabricas installées dans la vallée d’Albanya (village situé au nord-ouest de Figuères), on peut penser qu’elle a également investi très tôt dans l’exploitation minière pour alimenter ses forges.

22 Les textes testent cependant quelque peu imprécis quant à la position exacte d'une mine. Ces premières données indiquent le territoire sur lequel se trouve le gisement, ce qui ne permet pas toujours de relier le gîte aux informations plus tardives ou aux traces repérées sur le terrain.

23 Izard (y.) : Les montagnes du fer. Eco-histoire de la métallurgie et des forêts..., op. cit., p. 174-175 ; Arch. dép. Pyr.-Or., 1 Β 234, fol. 14.

24 Toute la période du XI-XIIe siècle est marquée par un profond bouleversement de l’ordre social qui désole le Roussillon. Les féodaux qui entendent défendre et étendre leurs droits s’opposent non seulement entre eux, mais aussi aux clercs. Ils orchestrent toute une série de conflits à l’origine de multiples procès, de violences, razzias et parfois même de guerres. De nombreux documents font état de ces conflits entre laïcs et religieux, organisés autour de violations de droits, d usurpations de biens, de contestations de propriété, etc. (voir notamment Catafau (A.) : Les celleres et la naissance du village..., op. cit., pp. 39-55). Si les mines n’ont pas échappé à ces conflits, il semble cependant que les enjeux autour de ces ressources, que l’on ne peut ni déplacer, ni remplacer, mais qui sont surtout une source de revenus importants, ont donné un caractère plus virulent à ces affaires que les conflits organisés autour d’une parcelle de vigne ou d’un manse.

25 Arch. dép. Pyr.-Or., 1 Β 234.

26 Fontfroide est effectivement propriétaire de plusieurs mines et forges dans la montagne audoise, Verna (C.) : Le temps des moulines. Le fer et son exploitation du Comté de Foix à la Vicomté de Béarn (fin du XIIe siècle-fin du XVe siècle), Thèse de doctorat d'histoire, Université de Paris I, 1994, vol I, p. 33-35.

27 Arch. dép. Pyr.-Or., FdF, 2Mi 46/10, n° 170.

28 Derrière cette formule stéréotypée énumérant les différents métaux, il faut voir ici l’exploitation des mines de fer, particulièrement abondantes dans cette partie du massif du Canigou, et celle d’une mine d’argent (ou plomb argentifère) située sur le territoire de Sahorre. Arch, dép. Pyr.-Or., 2 Mi / 8, fol. 32 v° - 34 v°, Miro Arnald, notaire à Perpignan ; Alart (B.), Éphémérides..., 1865.

29 L’annexion du Vallespir, qui était rattaché à Besalù, en 1111 et celle des domaines comtaux de Cerdagne-Conflent en 1118, ont permis de reconstituer l’ancien patrimoine comtal. Dans la réorganisation des ressources matérielles, le comte-roi de Barcelone Raymond Béranger IV (1131-1162) a su apprécier les revenus issus des régions nouvellement conquises. Se reporter à l’inventaire administratif de 1151, dépouillé par Thomas Bisson : Fiscal accounts of Catalonia under the early count-kings (1151-1213), Los Angeles-Londres, 1984.

30 Bisson (Th.) : Fiscal accounts..., op. cit, vol 2, p. 20-21. Les premières redevances imposées à l’exploitation minière sont antérieures au XIIe siècle. À l’époque carolingienne, l’église d’Urgell perçoit déjà des droits sur les mines situées en Andorre. Ce privilège sera confirmé dans un précepte de Charles le Chauve de 860. Gallardo i Garriga (Α.), et Rubio i Tuduri (S.) : La farga catalana, descripció i funcionament, Flistória, Distribució geogràfica, Barcelona, 1930, p. 42. C’est dans les décennies 1040-1050 que le locidum, redevance imposée aux paysans pour l’usage des forges apparaît en Catalogne. Bonnassie (P.), La Catalogne au tournant de l’an mil..., op. cit., p. 237.

31 Les nombreux documents qui restent à dépouiller permettront peut-être de réviser ce constat. Nous verrons dans les lignes qui suivent que des forges installées dans le comté de Bésalu apparaissent dans les textes à partir du IXe siècle. Dans la province du Vallès, toujours en versant sud des Pyrénées, Victor Farias i Zurita relève les premières mentions de forges dépendantes de l’habitat entre 1050 et 1150 et souligna que ce n’est qu’au milieu du XIIe siècle que les mentions deviennent plus nombreuses. Farias i Zurita (V.) : La ferreria i el mas al nordest català medieval, Quaderns, Centre d’Estudis Comarcals de Banyoles, Actes del col.loqui de tarder El mas medieval a Catalunya, Banyoles, 1998, p. 29-44.

32 En 927, un habitant de Laroque-des-Albères est qualifié de Ferrario. Catafau (Α.), Passarrius (Ο.) : Laroque-des-Albères de l’Antiquité au Moyen Âge. Histoire et archéologie du peuplement et mise en valeur d’un terroir villageois. Études Roussillonnaises, Revue d’Histoire et d’Archéologie Méditerranéenne, tome XIV, 1995-1996, p. 12.

33 Caucanas (S.) : Moulins et irrigation en Roussillon du IXe au XVe siècle. CNRS éd., Paris, 1995, p. 57.

34 « ... ipsas fabricas... », M. H., ap. XCIV.

35 L’évêque de Gérone concède à l’abbaye d’Arles tout ce qui est compris dans les limites du territoire. Ledit monastère et les églises de Sainte-Marie, de Saint-Pierre et de Saint-Paul qui lui sont soumises, jouiront de tout ce qui a été cédé. « ... Ego Arnulfus nutu Dei Episcopus humilis... qui adminiculante Deo sanctae sedi Gerundensis ecclesiae praesum,... Indictione prima, rogatu et obsecratione eximii Abbatis Aimerici coenobii quo nuncupatur Arulas et omnium monachorum ejusdem monasterii beatae semper virginis mariae domino samulantium, et ante nos sacerdotes, cum concensu et voluntate archidiaconorum et ceterorum canonicorum meorum et omnium fidelium laïcorum ad consecrandas ecclesias in pago Bissuldense sitas, fundatas videlicet in honore domini et invocatione sanctae mariae et sanctorum apostolorum Petri et Pauli, quae sunt in valle Albaniane, subditae sanctae mariae praedicti coenobii arulae, viniens, praedictis ecclesiabus decimas etprimitias et ablationes fidelium, sicut dumum eis evenerunt... ». Ibid.

36 « ... dono tibi Petro de Avalri et filio tuo Guzberto omnes dominicaturam et quicquid habeo in villa de Pino preter ferrarias et dono vobis mediatatem depaschuariis de omnibus ovibus que essendunt adpascha de Terrenera ubisque usque adFormigueriam... ». Arch. dép. Pyr.-Or.

37 Parmi ces fabricas, une se trouve à Escaro et une à Corneilla-de-Conflent « Et habet comes in Parroechia de Ascharó... fabrica... ». À Corneilla-de-Conflent, outre les redevances perçues sur la mine de fer, il a des privilèges sur les soufflets (manteges), très certainement les soufflets dont il a équipé une forge. « ... cornes habet in Corniliano... Ipar de ferris ;... et habet in ipsa mènera de ferro quartampartem cum manteges quas ibi don(at)... ». Bisson (Th.) : Fiscal accounts..., op. cit., tome 2, p. 10-28.

38 Bisson (Th.) : Fiscal accounts... op. cit., tome 2, p. 19 et 23.

39 « ... ego Ildefonsus dei gracia rex Aragonum comes Barchinone... dono domino deo et monasterio Sancti Petri de Campo Rotundo illas manticas meas quas ego habeo in villa de Pinu, cum omni adempramento quodpertinet ad illas manticas sicut continetur ab istis afrontationibus, scilicet, de collo de Menteto usque ad Fontem de Teg et usque ad Cher de Archa et usque ad crucem de Pinu et usque ad Grun... ». Arch. dép. Pyr.-Or., 1 Β 138.

40 « ... fabrega de Roiriis... ». Arch. dép. Pyr.-Or., 1 Β 79 ; copie de l’acte datée de 1187.

41 En 1846, lors d’une enquête ordonnée par le gouvernement, le propriétaire de la forge prouve l’ancienneté de son établissement en joignant une transaction datée du 1er février 1244. Arch. dép. Pyr.-Or., 6 Mp 449, le 16 août 1846. Deux siècles et demi plus tard, le Seigneur de Cabrenç renouvelle le bail à ferme de la mouline en faveur de Balendo, forgeron génois (1493). Arch. dép. Pyr.-Or., 124 EDT 152. Lors de la même enquête, les frères Dubois, co-propriétaires de la forge de Saint-Ferréol prétendent posséder des actes « qui remontent à cinq cents ans et plus ;... d’après le contenu de ces actes, la forge datait du Xe-XIIe siècle ». Arch. dép. Pyr.-Or., 6 Mp 449, le 13 décembre 1847.

42 « ... autrega a Berenger de Vilar e a ssa muler que podessen far fargue en lo loc mas del Vilar qui es en la parroquia de Santa Eugenie... », cf. Bernard Alart : Cartulaire roussillonnais manuscrit, Cote MS 107, vol. E, feuillet 7-8. (noté infra. C. M.). Castelbó est situé dans la province de l’Ait Urgel.

43 Arch. dép. Pyr.-Or., 2 Mi/20, fol. 20 v°.

44 Inventaire archéologique de la basse vallée du Tech et des Albéres, mené sous la direction de Jérôme Kotarba, 1993.

45 Planchais (Ν.) : Analyses polliniques du remplissage holocène de la lagune de Canet (Plaine du Roussillon, département des Pyrénées-Orientales), Ecologia Mediterranea, Tome XI, fasc. 1, 1985, p. 123-125.

46 Izard (V.) : Résultats de l’étude anthracologique des charbons de bois prélevés sur le site du Mas Miraflor (Vilarnau d’avail). In : Alessandri (P.), en coll avec Chevillot (P.) et al. : Fouille de sauvetage, archéologie d’un village médiéval déserté, Villarnau, Mas Miraflor (Perpignan, Pyrénées-Orientales), Service Régional de l’Archéologie avec le concours du Conseil Général des P.-O., 1997-1998. Izard (V.) : Résultats anthracologiques. In : O. Passarrius et alii, Histoire et archéologie d’un village médiéval déserté, Vilarnau Mas Miraflors. Document de synthèse, Service régional de l’archéologie, janvier 2004, 7 vol., 2181 p.

47 Voir sur le sujet : Caucanas (S.) : Moulins et irrigation en Roussillon..., op. cit., 421 p.

48 Arch. dép. Pyr.-Or. 3 Ε 1/1, f° 36 v°.

49 Bisson (Th.), Fiscal accounts... op. cit., tome 1, p. 46.

50 « ... ffabrica ville de Miliariis... quolibet anno unas ferraturas equi... et amplius debet ferrare quolibet pedem animalis de familia dicti dominipro duobus denarioribus ». Arch. dép. Pyr.-Or., 2 Mi/20, fol. 20 v°.

51 Et exeunt de honore de Pratis censualiter...et donam ferrarii istius honoris CXX. paria de ferris… Et est in isto honore (de Llívia) unus mansus de ferrario qui facit comiti operas de ferro et non aliud censum... ». Bisson (Th.), Fiscal accounts... op. cit., tome 2, p. 18-23.

52 « ... ferramenta necessaria mansi de Buada, exc(ep)tis ferramentis operis lapideri et deferat cum ad fabrega de Roiriis....In manso de Roirus pro alberga... facit operarferream manso de Buada ». Arch. dép. Pyr.-Or., 1 Β 79.

53 Izard (V.) : Les montagnes du fer. Eco-histoire de la métallurgie et des forêts..., op. cit., tome 1, p. 450.

54 C’est au cloître de Saint-Michel que le marbre rose de Villefranche-de-Conflent apparaît en premier lieu (1120 et 1140). Le marbre blanc de Céret apparaît ensuite au cloître d’Elne et à Corneilla-de-Conflent (vers 1180). Ponsich (P.) : L’art de bâtir en Roussillon et en Cerdagne du IXe au XIIIe siècle, dans Les Cahiers de Saint-Michel de Cuxa. Bâtir à l’époque préromane et romane, t. XXVI, 1995, p. 35-56.

55 L’église de Sant-Pere de la Serre (sur la commune de Prunet-Belpuig), de Coustouges, Castelnou, Saint-Feliu-d’Amont, le prieuré de Serrabonne ou le Monastir-del-Camp de Passa, s’inscrivent parmi les plus beaux exemples de pentures médiévales de Catalogne nord. La grille en fer forgé qui clôture le chœur de l’église de Coustouges fait également partie de ce patrimoine hérité du XIIe siècle.

56 Sur les fers forgés en Catalogne, on pourra se reporter aux travaux de Justafré Parent (R.) : Le fer forgé catalan du XIIe au XIVe siècle, Conflent, n° 167 à 171, Prades, 1990-1991 ; Arreu (M.) et Comas (F.) : La Forja, Col.lecció Nissaga, n°8, Barcelona, 1987, p. 109.

57 Aux yeux de certains spécialistes, la partie orientale des Pyrénées apparaît dès le très haut Moyen Âge comme un des grands foyers de diffusion de l’armement. Selon Édouard Salin, l’extrémité est des Pyrénées et le Norique sont les seules contrées d’Europe qui renferment des minerais de fer dont la richesse, la pureté et la teneur en manganèse permettraient d’obtenir un acier très carburé qui se prête à la fabrication des armes et plus spécialement des épées. Bonnassie P. : La Catalogne au tournant..., op. cit., p. 237. Philippe Senac souligne que l’échec des musulmans sur les chrétiens réside en partie dans la faiblesse de leur équipement défensif. Du côté chrétien, les actes du XI-XIIIe siècle mentionnent avec une fréquence sans cesse plus grande des lorikas, des lances et des épées. Senac (Ph.) : La frontière et les hommes (VIIIe-XIIe). Le peuplement musulman au nord de l’Èbre et les débuts de la reconquête aragonaise. Thèse de doctorat d'État, Université de Toulouse-le-Mirail, Toulouse, 1997, p. 621.

58 Arch. dép. Pyr.-Or., 1 Β 94 ; 1 Β 304 ; C. M. t. II, p. 311-313.

59 Testament de Ramire, daté de 1061. C. M., t. II, feuil. 77-81. Les armes, les cavaleries et les artilleries qui équipent les navires sont citées dans les legs testamentaires et les traités des Xe-XIIIe siècles. Ces objets sont toujours considérés comme des biens précieux et parfois exempts des donations. « ... exceptas aurum, mulos et equos, et arma... » : Testament de Guillaume, comte de Besalù, 1034. M. H., ap. CCXII. « Ad cavalleriam... equum meum Dane cum omni armarura mea. » : Testament de Raymond Berenger III, 1131. M. H., ap. CCCLXXXI. « ... cum CC hominibus in equis et armis... ». Devic et al. : Histoire générale... op. cit., t. preuve : CXCI, 1289. Sénac (Ph.) : La frontière et les hommes..., op., cit., p. 624.

60 M. H., ap. CLXII, 1010. Cartulaire de Sant-Cugat del Vallès. Molera i Sola (P.) et al. : Llibre de la farga..., op. cit., p. 34.

61 M. H., ap., L, an 890 ; ibidem ap., LXII, an 902 ; ibidem ap. CIV, an 966 ; C. M., t. II, p. 304 ; M. H., ap. CLXII, an 1010 ; ibidem ap., CCXCV, an 1084.

62 Izard (V.) : La « révolution industrielle » du XIVe siècle, op. cit.

63 Izard (V.) : Les montagnes du fer. Eco-histoire de la métallurgie et des forêts..., op. cit., tome 1, p. 257-486.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : À partir du XIe-XIIe siècle, la pierre de taille remplace les moellons assisés et les galets (Saint-André-de-Sorède) (cliché de l’auteur)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4263/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Figure 2 : Linteau en marbre blanc de la porte de l’église de Saint-André-de-Sorède (cliché de l’auteur)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4263/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Figure 3 : Corbeau décoré soutenant un petit toit destiné à protéger le linteau de Saint-Génis-des-Fontaines (cliché de l’auteur)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4263/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Figure 4 : Représentation de la scène du Quo vadis Domine, galerie sud du cloître d’Elne. Porte de la prison de Mamertime ornée de ferrures (chapiteau sculpté en 1172) (cliché de l’auteur)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4263/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Figure 5 : Ferrures de la porte de l’église de Sant-Pere de la Serre (La Trinité, Prunet-Belpuig, XIIe-XIIIe siècle) (cliché de l’auteur)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4263/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Figure 6 : Vertevelle décorée, église de Saint-Paul de Py (cliché de l’auteur)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4263/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 54k

© Presses universitaires de Perpignan, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search