Version classiqueVersion mobile

Roches ornées, roches dressées

 | 
Michel Martzluff

3 - Les hommes et leur terre en Pyrénées de l'est

Premières données archéologiques sur le castrum Vulturaria (Ve -XIe siècles) : présentation du Pic Saint-Michel nord

André Constant

Résumé

Dans le massif transfrontalier des Albères, le « castrum » d’Ultréra est connu de longue date mais n’avait fait jamais l’objet d’aucune recherche approfondie. Dans le cadre d’un diplôme universitaire (1993), nous avons repris ce dossier en associant l’étude des textes et les données archéologiques. Afin de compléter cette première étude, la fouille de ce castrum a été entreprise depuis juillet 2000. Les premiers résultats sont d’un grand intérêt, non seulement pour appréhender le castrum du haut Moyen Âge, mais aussi en ce qui concerne la genèse locale du réseau castrai depuis l’Antiquité tardive jusqu’à l’époque féodale

Texte intégral

Introduction

1Entre les vallées de la Massane et de Sorède, le castrum d’Ultréra (commune d’Argelès-sur-Mer) occupe une position dominante (535 m) sur le versant nord du massif transfrontalier des Albères. Le site offre un vaste panorama sur toute la plaine roussillonnaise et cet emplacement privilégié trouve sans doute un écho dans le toponyme latin (Vulturaria) qui signifie « aire des vautours » (Basseda 1990, 693-694). La position stratégique du site est indéniable d’un point de vue topographique et d’ailleurs, les sources rappellent bien qu’il s’agit d’un « nid d’aigle ». Le perchement et les sources écrites témoignent donc en faveur d’une fonction militaire mais, une fois constatée cette évidence, restent les problèmes de la chronologie, de l’organisation et des autres fonctions que peuvent avoir ce type de site. Cette étude préliminaire a pour but de présenter une partie du dossier d’Ultréra qui est à l’heure actuelle le seul exemple de fouille d’un castrum du haut Moyen Âge en Roussillon.

  • 1 Ces recherches sont réalisées dans le cadre d’un doctorat sous la direction de Benoît Cursente à l’ (...)

2Les premières prospections réalisées au début des années 1990 dans la vallée de la Massane (Kotarba, Pezin, Vignaud 1991) en révélèrent les fortes potentialités archéologiques et ce, pour toutes les époques. Pour la période médiévale, une étude complémentaire utilisant les textes et l’archéologie démontra, entre autres, l’importance du château d’Ultréra pour comprendre la genèse du réseau castrai (Constant 1993 et 1995). En effet, la grande nouveauté de ces premiers travaux fût de montrer la présence de trois petits sites perchés de l’Antiquité tardive et du Moyen Âge, disséminés en contrebas des ruines du château féodal. Cette carte de répartition (fig. 1) a permis de mettre en évidence des dynamiques chronologiques et révèle que le castrum d’Ultréra est constitué à ses origines non pas d’un seul site, comme le laissaient sous-entendre les études basées uniquement sur les données textuelles et architecturales (Alart 1867 et repris par Castellvi 1987), mais d’un véritable ensemble polynucléaire difficile à appréhender car sans réelle comparaison à l’échelle du Midi de la Gaule (Constant 1995, 2000). C’est pour répondre à cette problématique et essayer de mieux définir ce que sont les premiers castra du Moyen Âge que l’on a entamé la fouille de ces divers points d’occupation1.

Figure 1 : Le contexte archéologique du castrum d’Ultréra d’après les prospections et la fouille (Kotarba 1991 ; Constant 1993, 2000 ; D.A.O. André Constant)

Figure 2 : Localisation des castra et des sièges épiscopaux de la période wisigothique (D.A.O. André Constant)

3Le site qui sera présenté ici pour la première fois – le Pic Saint-Michel nord – offre un état de conservation satisfaisant et une chronologie d’occupation qui couvre une grande partie du haut Moyen Âge. Un tel exemple fait encore défaut en Roussillon, et c’est ce qui motive cette présentation. Bien que cette fouille ne puisse pas répondre à toutes nos attentes, elle donne clairement un premier aperçu sur des aspects nouveaux (chronologie, architecture, mobilier...) d’interprétations difficiles, mais qui permettent néanmoins d’appréhender ce que pouvait être un de ces fameux castra pyrénéens, en l’occurrence celui d’Ultréra, qui apparaissent en 673 dans l’Historia Wambae regis de Julien de Tolède (Levinson 1910) (fig. 2).

1. Présentation du site du Pic Saint-Michel nord

4Le site du Pic Saint-Michel Nord occupe la totalité d’un petit replat à une altitude de 405 m situé sur le versant nord du Pic Saint-Michel et à 350 m de distance en contrebas des ruines du château d’Ultréra (fig. 3). Cet emplacement offre une excellente vue sur l’entrée de la vallée de la Massane et d’ici, le regard embrasse toute la plaine du Roussillon (fig. 4). L’accès au site est relativement aisé du côté méridional, dominé par le site du Pic Saint-Michel, contrairement au côté nord délimité par un abrupt d’une vingtaine de mètres de haut. Cette topographie particulière – le côté méridional étant moins défendu – explique la nécessité d’occuper l’ensemble du Pic Saint-Michel (fig. 1 et fig. 3).

5Le site était recouvert par un grand pierrier dont la fouille a débuté en 2000 (Constant 2000). Dès la première campagne, nous avons mis en évidence un ensemble construit de 220 m2 sur les 350 m2 de superficie estimée à partir des observations de surface (fig. 5). Hormis la présence d’une occupation protohistorique, la stratigraphie, le mobilier et l’étude du bâti révèlent l’existence de deux phases d’occupation échelonnées entre la seconde moitié du Ve s. de notre ère et l’époque carolingienne.

Figure 3 : Coupe du massif du château d’Ultréra avec implantation des sites (D.A.O. André Constant)

Figure 4 : Pic Saint-Michel nord, vue de la partie occidentale du site. À l’arrière-plan, l’entrée de la vallée de la Massane et la plaine du Roussillon (cliché André Constant)

2. L’occupation protohistorique

6Cette séquence est caractérisée par la présence d’un niveau de sol posé directement sur la roche-mère ainsi qu’une fosse. Ils contenaient de nombreux macro-restes végétaux et des fragments de céramiques non tournées typiques de l’extrême fin de l’Âge du Bronze. Il s’agit sans doute d’une cabane construite en matériaux périssables, que l’habitat du Moyen Âge a arasée en grande partie. Ces vestiges gardent tout de même une certaine importance puisque cette séquence est encore mal connue dans le massif des Albères et, d’une façon plus générale, en Roussillon.

3. Le site du haut Moyen Âge

7L’occupation médiévale s’installe donc directement sur les niveaux protohistoriques. En l’état actuel des recherches, deux grandes phases d’occupation sont envisagées. La première phase s’inscrit durant l’époque wisigothique et, peut-être après un court abandon au VIIIe s., le site est réoccupé partiellement ou simplement fréquenté au cours de la période carolingienne.

- Phase 1

8Les premières traces d’occupation apparaissent dans le courant de la seconde moitié du Ve s. et s’étendent au VIe s. et au VIIe s. de notre ère. Les constructions de cette période ont été installées après le décaissement du substrat en paliers successifs pour aménager la pente (4 m de dénivelé du S-O au N-E du site). En l’état actuel de la recherche, la stratigraphie et le mobilier, bien que peu abondant mais suffisamment typique, permettent d’envisager l’existence d’au moins deux états de construction durant cette période (Ve-VIe s. et VIe-VIIe s.). Mais il est encore trop tôt pour connaître dans le détail la configuration des premières constructions et leur durée précise d’occupation.

9Il semblerait que le premier habitat du Pic Saint-Michel Nord (seconde moitié du Ve s. et VIe s.) se limite à une unique construction rectangulaire (pièce 1). À l’extérieur de cette habitation, la fouille a permis de mettre en évidence ponctuellement les restes d’un sol contemporain. Le plan semble acquérir son ordonnance générale au cours du VIIe s. de notre ère. À ce moment, l’habitat s’organise le long d’un axe de circulation orienté E-O, une sorte de couloir de 10 m long et d’une largeur moyenne de 2 m, qui débouche sur un espace « à ciel ouvert », sans doute une cour. On soulignera ici la présence d’une fosse très charbonneuse, peut-être liée à une vidange de foyer.

10Les trois pièces reconnues à ce jour s’ouvrent toutes sur le passage central. Leurs entrées sont soit marquées par une interruption des murs soit, dans un cas, par une structure construite. Cette dernière se trouve dans la pièce 5 et correspond vraisemblablement à quelques marches : elles permettaient de descendre depuis la cour dans cette pièce, dont le niveau du sol se situe 1,20 m plus bas. Il est important de souligner l’absence de seuils entre les pièces : cela pourrait induire une organisation en plusieurs habitations reliées par le passage central, mais ceci reste à l’état d’hypothèse car la fonction des pièces est malaisée à définir. En effet, sur la surface explorée à ce jour, les aménagements intérieurs sont rares (sols en terre battue, absence notable de foyers) et, lorsqu’ils sont conservés, ils demeurent d’interprétation délicate. C’est la pièce 5 qui en livré le plus : une sorte de “banquette” aménagée dans le substrat et bordée par un alignement sommaire de pierres ainsi qu’une structure rectangulaire indéterminée, adossée à l’angle N-E et contenant un petit calage de poteau.

11L’élévation du bâtiment est également difficile à estimer et il n’est pas permis pour l’instant d’envisager l’existence d’un étage. Les murs ont une largeur moyenne de 0,84 m et ils sont tous constitués de blocs simplement dégrossis et liés à la terre. La découverte de clous de charpente en fer, de fines dalles de gneiss et plus rarement de lauses, attestent l’existence d’une véritable toiture. Il s’agit donc d’une architecture assez aboutie et qui semble faite pour durer.

Figure 5 : Argelès-sur-Mer : Pic Saint-Michel nord. Plan des vestiges (campagne 2000). (D.A.O. André Constant)

  • 2 Le mobilier importé du site a été déterminé par M. Bonifay (Ingénieur au C.N.R.S., U.M.R. 6573, Cen (...)
  • 3 D’après M. Bonifay, la pâte se rapproche des productions de l’atelier tunisien d’Henchir ech Chekaf (...)

12L’époque wisigothique est la mieux représentée sur l’ensemble du site. Comme nous l’avons dit, le mobilier importé est rare et fragmenté — une cinquantaine de fragments représentant une vingtaine de vases — mais suffisant et caractéristique de cette période2. Les niveaux d’occupation les plus anciens ont livré quelques pièces : une panse de sigillée africaine C et trois de sigillée africaine D dont un fond décoré de style AIII (Hayes 1972), deux fragments d’amphore africaine dont un col d’amphore3 de type Keay 62A (Keay 1984) (fig. 7, n° 1), deux panses d’amphore orientale peut-être du type LRA 1 (Keay 1984). Ces importations permettent de dater une première occupation à partir de la seconde moitié du Ve s. et au cours du VIe s. de notre ère (Bonifay 2000).

  • 4 Ces productions ont été déterminées avec le concours de Jérôme Kotarba (Ingénieur d’Études, I.N.R.A (...)

13Les sols et les couches d’abandon correspondant au dernier moment de l’occupation du bâtiment ont livré un mobilier sensiblement différent de ce que nous avons pu observer dans les niveaux plus anciens. Ici, le mobilier importé est rare, et sans doute s’agit-il de vestiges en partie résiduels, alors que les productions locales sont nettement mieux représentées4. Cette petite série est constituée principalement de trois pots dotés de bords à gorges internes plus ou moins marquées (fig. 7 : n° 3, 4 et 5) et d’un bord pendant à gorge externe (n° 6) du type 6a de la C.A.T.H.M.A. (Leenhardt, Raynaud 1993, 133). On notera également la présence d’une forme ouverte (n° 7) et d’un bord à lèvre évasée (n° 9). Si l’on se réfère aux seules collections pour l’instant disponibles dans les Pyrénées-Orientales – Tautavel-Los Bonissos (Ve-VIe s.) (Kotarba, Abélanet 1987), Perpignan-Ruscino (VIIIe-IXe s.) (Alessandri 1995) et celle de Ansignan-Le Mas (VIIe-IXe s.) (Kotarba 1993) – on s’aperçoit que notre lot diffère légèrement surtout en ce qui concerne les formes de bords à gorges internes. Toutefois, le peu de comparaisons régionales ainsi qu’un trop faible nombre de bords ne permettent pas une datation précise. Aussi, dans l’attente de nouveaux éléments – notamment une datation par le radiocarbone – et avec toutes les précautions d’usage, nous daterons cette série du VIe s.-VIIe s. de notre ère.

14Dans le niveau d’effondrement qui recouvrait la pièce 5, on soulignera la présence d’un fragment de fond de vase en pierre ollaire (fig. 7 : n° 10). Cette production des Alpes est attestée dans les niveaux récents de Ruscino par quelques exemplaires (Rébé, Marichal dans ce volume) et, en Provence, elle est souvent présente dans les niveaux des VIe s. et VIIe s. de notre ère (Vallauri 1994).

- Phase 2

15Alors que la partie orientale du site (pièce 5 et cour) semble définitivement abandonnée au-delà des VIe-VIIe s., la fouille montre que la partie occidentale de l’habitat a été réaménagée. De ce côté du site, des murs scellent les vestiges plus anciens (pièce 1) ou prolongent le bâti préexistant (partie S-O de la pièce 4). À côté de la construction ou de la réfection de murs, le passage central a été recouvert dans son ultime utilisation par un niveau de plaques de gneiss sommairement posées à plat les unes à côté des autres. Ces vestiges attestent une phase de “restauration” partielle du premier habitat car ils modifient très peu les grandes lignes du bâti établies antérieurement. On notera seulement que les nouveaux murs de la pièce 1 sont légèrement désaxés vers le N-O par rapport aux constructions antérieures. Cette dernière pièce a été reconstruite entièrement mais, étant arasée sur sa partie orientale, il est impossible de connaître le plan d’ensemble durant cette phase.

  • 5 Céramiques modelées protohistoriques, fragments d’amphores africaine ou orientale (LRA 3).
  • 6 Utilisation du tour lent, cuisson réductrice avec des traces d’oxydation et pâte micacée avec des i (...)

16Cette séquence est de datation difficile car les niveaux les plus en surface ont été complètement arasés dans la pièce 1 (fig. 6). Cependant, le pierrier qui recouvrait cette pièce et le passage central comprend une petite série de mobilier typique de l’époque carolingienne mêlé à des vestiges résiduels plus anciens5. Il s’agit de deux marmites à bord évasé (n° 11 et 12) et d’un fond légèrement bombé de pâte identique. Ces deux récipients trouvent des correspondances avec les séries des VIIIe-IXe s. de Ruscino (Alessandri 1995) et présentent tous les caractères des productions roussillonnaises6. Avec ces indices, un bec verseur de pégau (n° 13) confirme aussi une “présence” sur le site à une époque plus récente. En effet, cette dernière forme est considérée en Catalogne comme un bon traceur chronologique du IXe s. de notre ère (Riu Barrera 1998 et 1999) et, sur certains sites audois, elle est présente dans des séries datées autour de l’an Mil (Cases, Dauzat, Passelac 1993, 195) mais ici, les pâtes sont différentes.

Figure 6 : Argelès-sur-Mer, Pic Saint-Michel nord. Coupe A-B (pièce 1). (D.A.O. André Constant)

Figure 7 : Argelès-sur-Mer, Pic Saint-Michel nord. Exemples de mobilier céramique : 1 : col d’amphore africaine Keay 62A (D.A.O. M. Bonifay) ; 2 : céramique commune tournée oxydante ; 3 à 9, 11 et 12 : céramique commune tournée réductrice ; 10 : pierre ollaire ; 13 : céramique tournée à cuisson mixte (D.A.O. André Constant)

17En l’état actuel des données, le grand bâtiment du Pic Saint-Michel nord semble donc abandonné momentanément puis réaménagé partiellement sur sa partie occidentale. Le mauvais état de conservation des vestiges les plus en surface ne permet pas d’apporter plus de renseignements sur le moment de cette “restauration” qui est postérieure au VIe s. et peut-être même au VIIe s. de notre ère. La présence de traceurs de la période carolingienne dans le pierrier pourrait indiquer une datation du IXe s., mais il est difficile de dire si ce mobilier témoigne d’une véritable occupation ou d’une simple fréquentation du site à cette période. Aussi, en l’attente de nouvelles données, nous situerons ces réaménagements dans un espace chronologique large compris entre le VIIe s. et le IXe s. de notre ère.

Conclusion

  • 7 Pour les Cluses, des sondages ont révélé une phase d’occupation de l’Antiquité tardive (seconde moi (...)

18La première campagne de fouille du Pic Saint-Michel nord révèle donc la création de cet habitat au cours de l’époque wisigothique : premiers indices d’occupation de la seconde moitié du Ve s. de notre ère, continuité de l’habitat durant le VIe s. et probablement jusqu’au VIIe s. de notre ère. En attendant l’exploration des autres sites voisins, on peut d’ores et déjà penser que l’occupation des pentes du Pic Saint-Michel est bien contemporaine du castrum Vulturaria cité en 673 dans les écrits de Julien de Tolède. C’est sans doute ici un des intérêts majeurs de ces découvertes car, des quatre castra pyrénéens cités par cet auteur (Caucoliberis / Collioure, Vulturaria / Ultréra, Clausuras / Les Cluses et Libiae / Llivia) et d’après les données disponibles pour ces sites, seul Ultréra fournit une chronologie et un bâti du haut Moyen Âge7. Ces premiers résultats offrent donc la possibilité d’appréhender, bien que partiellement, un castrum de cette période.

  • 8 Il ne s’agit en aucun cas d’un exemple similaire aux vastes sites du Midi de cette période, comme P (...)

19La fonction militaire de ces castra découle tout simplement du contexte politique dans lequel Julien de Tolède les replace. Rien n’est dit par l’auteur sur l’organisation ou l’architecture de ces sites et le cas d’Ultréra montre combien la réalité cachée derrière le mot castrum” est loin de se résumer au simple caractère stratégique. Ici, les prospections dévoilent une structure spatiale complexe du castrum qu’il est d’autant plus difficile d’appréhender qu’elle ne trouve aucune comparaison dans des contextes contemporains8. Le Pic Saint-Michel nord s’insère dans un réseau de sites perchés datés de la période wisigothique au sens large : ce premier castrum doit être défini non pas comme un site unique, mais comme un ensemble polynucléaire composé de plusieurs points d’occupation. Il ne faut donc pas traduire ici automatiquement “castrum” par les termes de “château” ou de “fortification” auxquels correspondent d’ailleurs des termes latins appropriés (castellum, munitio). La réalité archéologique est beaucoup plus complexe et nous sommes encore loin de ce qu’est le “pôle castral” d’Ultréra à l’époque féodale : un château avec son donjon, une chapelle et des bâtiments annexes.

20Pour l’instant, seul le Pic Saint-Michel nord donne des informations sur l’organisation globale de cet ensemble de sites. Les données de surface et le plan révèlent l’existence d’un habitat assez grand (350m2), dense et très structuré autour d’un axe de passage central. Cet habitat à une fonction défensive car il est en position inconfortable au-dessus d’un important escarpement, et ceci trahit sans doute un souci de protection. Cependant, la découverte de fusaïoles dévoile l’existence d’un petit artisanat domestique. Bien que modeste, cette dernière découverte révèle une dimension économique et laisse sous-entendre que le castrum comprendrait à ses origines des unités d’habitats à fonctions diverses, peut-être complémentaires.

21Les prospections démontrent que les sites d’époque wisigothique sont réoccupés à une période plus tardive encore mal définie (IXe-XIe s.), mais que l’on pense antérieure à l’émergence du pôle castrai féodal (XIe s.). Cette hypothèse est en partie confirmée par la fouille du Pic Saint-Michel nord qui dévoile une réoccupation - ou simple fréquentation - du site à une époque plus tardive (IXe s.). Ces résultats corroborent les rares données écrites de cette période qui mentionnent la turris en 926 ou le castrum Vulturarium en 981. Il semblerait donc que le castrum présente encore une configuration polynucléaire avant l’an Mil.

Bibliographie

Alart 1867 : ALART (Β.) - Notes et documents historiques sur le département des Pyrénées-Orientales, Perpignan, 1867.

Alessandri 1995 : ALESSANDRI (P.) - Ruscino, des Wisigoths aux Francs. In : Histoire et archéologie des terres catalanes au Moyen Âge. Presses Universitaires de Perpignan, 1995, p. 9-48.

Basseda 1990 : BASSEDA (L.) - Toponymie historique de Catalunya Nord. Terra Nostra, 73-80, Prades, 1990.

Bonifay 2000 : BONIFAY (M.) - Le mobilier importé. Site du Pic Saint-Michel nord. In : CONSTANT (A.) avec les contributions de BONIFAY (M.), ZAOUR (N.), avec la collaboration de BÉNÉZET (J.), KOTARBA (J.), MAZIÈRE (F.) - Pic Saint-Michel nord. Première approche sur la genèse du castrum Vulturaria, D.F.S., 2000, p. 47-48.

Cases, Dauzat, Passelac 1993 : CASES (J.-P.), DAUZAT (M.), PASSELAC (M.) - Castelnaudary, Mas-Saintes-Puelles : Barrié (Aude). In : LEENHARDT (M.), RAYNAUD (C.), SCHNEIDER (L.) dir. - C.A.T.H.M.A. : Céramiques languedociennes du haut Moyen Age (VIIe-XIe s.). Études micro-régionales et essai de synthèse, Archéologie du Midi Médiéval, 11, 1993.

Castellvi 1988 : CASTELLVI (G.) - Les châteaux du Roussillon. In : BARRAL I ALTET (X.) dir. - Le paysage monumental de la France autour de l’An Mil. Paris, Picard, 1987, p. 458-464.

Castellvi 1995 : CASTELLVI (G.) - Clausurae (Les Cluses, P.-O.) : forteresses-frontière du Bas Empire romain. In : Frontières terrestres, frontières célestes dans l’Antiquité. Collection Études, Presses Universitaires de Perpignan, 1995, p. 95-104.

Chevalier 1987 : CHEVALIER (Y.) - Céramique chrétienne antique du port de Collioure. Études roussillonnaises offertes à Pierre Ponsich, Perpignan, 1987, p. 133-136.

Constant 1993 : CONSTANT (A.) - Histoire et archéologie de l’habitat médiéval dans la vallée de la Massane du VIIIe siècle au XVe siècle. Mémoire de maîtrise, Université de Perpignan, 1993.

Constant 1995 : CONSTANT (A.) - Habitats et structures de peuplement dans le massif des Albères et ses pourtours (Roussillon-Vallespir / Alt Empordà-Alta Garrotxa) du IXe siècle au XIIe siècle. Mémoire de D.E.A., Université de Toulouse - Le Mirail, 1995.

Constant 1997 : CONSTANT (A.) - Châteaux et peuplement dans le massif des Albères et ses marges du IXe siècle au début du XIe siècle. In : Autour de l’An Mil. Annales du Midi, 109, n° 219-220, 1997, p. 443-466.

Constant 2000 : CONSTANT (A.) avec les contributions de BONIFAY (M.), ZAOUR (N.), avec la collaboration de BÉNÉZET (J.), KOTARBA (J.), MAZIÈRE (F.) Pic Saint-Michel nord. Première approche sur la genèse du castrum Vulturaria. D.F.S., 2000.

Grau 1978 : GRAU (R.) - Un fort romain à sauver, le castell dels Moros de l’Écluse. Archeologia, 124, 1978, p. 64-70.

Hayes 1972 : HAYES (J.W.) - Late Roman Pottery. Londres, 1972.

Keay 1984 : KEAY (S.J.) - Late roman amphorae in the western Mediterranean. A typology and economic study : the catalan evidence. BAR International Serie, 196, Oxford, 1984.

Keay 1998 : KEAY (S.J.) - African amphorae. In : SAGUI (L.) dir. - Ceramica in Italia : VI-VII secolo. Atti del Convegno in honore di John Hayes (Rome, 11-13 mai 1995). Florence, All’Insegna del’Giglio, 1998.

Kotarba, Abélanet 1987 : KOTARBA (J.), ABÉLANET (J.) - Un dépotoir d’époque wisigothique à Tautavel (Pyrénées-Orientales). Archéologie du Midi Médiéval, 5, 1987, p. 85-92.

Kotarba, Pezin, Vignaud 1991 : KOTARBA (J.), ΡΕΖΙΝ (Α.), VIGNAUD (A.) avec la participation de CONSTANT (Α.), DONÈS (C.), MAZIÈRE (F.), PASSARRIUS (O.) - Inventaire des sites archéologiques de la basse vallée du Tech et des Albères, Rapport de P.I., 1991.

Kotarba 1993 : KOTARBA (J.) - Ansignan : Le Mas (Pyrénées-Orientales). In : LEENHARDT (M.), RAYNAUD (C.), SCHNEIDER (L.) dir. : C.A.T.H.M.A : Céramiques languedociennes du haut Moyen Âge (VIIe-XIe s.). Études micro-régionales et essai de synthèse, Archéologie du Midi Médiéval, 11, 1993, p. 207-208.

Leenhardt, Raynaud, 1993 : LEENHARDT (M.), RAYNAUD (C.) - Classification, typologie, comptages. In : LEENHARDT (M.), RAYNAUD (C.), SCHNEIDER (L.) dir. - C.A.T.H.M.A. : Céramiques languedociennes du haut Moyen Âge (VIIe-XIe s.). Études micro-régionales et essai de synthèse, Archéologie du Midi Médiéval, 11, 1993, p. 130-140.

Levinson 1910 : LEVINSON (W.). éd. - Iuliani Toletani, Historia Wambae Regis. Monumenta Germaniae Historica, 5, Scriptores Rerum Merovingicarum, Berlin, 1910, p. 501-526.

Llado Font 1993 : LLADO FONT (J.) - Martin Vivès ou la passion de “l’art del foc”, Conflent, 182, 1993, p. 31-38.

Palol i Sallelas 1952 : PALOL I SALELLAS (P. de) - El Castro hispanovisigodo de “Puig Rom” (Rosas). In : La labor de la comissaria provincial de excavaciones arqueológicas de Gerona durante los anos 1942 a 1948, 27, Madrid, 1952, p. 159-161.

Riu i Barrera 1998 : RIU I BARRERA (E.) - La ceràmica espatulada i les sitres de Catalunya vella (c.s. IX-XI), a mès d’une quantes observations sobre l’arqueologia, la ceràmica i la historia. In : PADILLA (J.I.), VILA (J.M.) dir. - Ceràmica Medieval i Postmedieval. Circuits productius i seqüencies culturals. Monografies d’Arqueologia Medieval i Postmedieval, n° 4, Barcelone, 1998, p. 21-37.

Riu i Barrera 1999 : RIU I BARRERA (Ε.) - La ceràmica de la Mediterrània nord-occidental en els segles VIII-IX. Catalunya, el Pais Valencià i les Balears entre l’Imperi carolingi i l’al Andalus. In : Catalunya à Lèpoca carolingia. Art i cultura abans del romànic (segles IX i X). Cataleg d’exposició, Museu National d’Art de Catalunya, Barcelone, 1999, p. 259-263.

Schneider 2001 : SCHNEIDER (L.) - Oppida et castra tardo-antiques (IVe-VIIe s.). À propos des établissements de hauteur de Gaule méditerranéenne. In : Les campagnes de la Gaule à la fin de l’Antiquité. Habitat et peuplement aux IVe et Ve siècles. Colloque AGER IV (Montpellier, 11-14 mars 1998). Éd. APDCA, Antibes, 2001, p. 433-448.

Vallauri 1994 : VALLAURI (L.) - Les vases en pierre ollaire. In : DEMIANS D’ ARCHINBAUD (G.) dir. - L’oppidum de Saint-Blaise du Ve au VIIe s., D.A.E, 45, Paris, 1994, p. 198-200.

Notes

1 Ces recherches sont réalisées dans le cadre d’un doctorat sous la direction de Benoît Cursente à l’université de Toulouse-Le Mirail, portant sur l’étude des pouvoirs et de l’occupation de l’espace jusqu’au XIIIe s. dans le massif Albères et en Vallespir. Pour les castra antérieurs à l’an Mil, le problème des circonscriptions judiciaires et des terres publiques (palacios), a fait l’objet d’un article (Constant 1997).

2 Le mobilier importé du site a été déterminé par M. Bonifay (Ingénieur au C.N.R.S., U.M.R. 6573, Centre Camille Jullian, Aix-enProvence).

3 D’après M. Bonifay, la pâte se rapproche des productions de l’atelier tunisien d’Henchir ech Chekaf et ce type d’amphore ne semble pas antérieur au VIe s. de notre ère (Keay 1998, 145).

4 Ces productions ont été déterminées avec le concours de Jérôme Kotarba (Ingénieur d’Études, I.N.R.A.P.). Les pâtes se caractérisent par une coloration grise à noire, un fin dégraissant de micas et des particules grossières de quartz visibles à l’œil nu.

5 Céramiques modelées protohistoriques, fragments d’amphores africaine ou orientale (LRA 3).

6 Utilisation du tour lent, cuisson réductrice avec des traces d’oxydation et pâte micacée avec des inclusions de quartz.

7 Pour les Cluses, des sondages ont révélé une phase d’occupation de l’Antiquité tardive (seconde moitié du IVe s. et début du Ve s.) (Grau 1978 et surtout Castellvi 1995). À Collioure, très peu d’informations existent si ce n’est la découverte en 1963 d’une construction et d’un niveau daté à partir de la fin du IVe s. par une monnaie de Gratien et de la sigillée claire (LIado Font 1993, 34) et, dans le port, la présence d’un dépotoir de la seconde moitié du Ve s. et du second quart du VIe s. (Chevalier 1987) qui ne peut pas encore être clairement lié à une occupation terrestre.

8 Il ne s’agit en aucun cas d’un exemple similaire aux vastes sites du Midi de cette période, comme Pampelune dans l’Hérault, dotés d’une enceinte et interprétés en “agglomérations perchées et fortifiées” (Schneider 2001, 436-439). Ultréra diffère également du site du Puig Rom, près de Rosas en Empourdan (Palol i Sallelas 1952), qui est sans doute un habitat fortifié (îlots d’habitations avec silos et outillage agricole en grande quantité) sans qu’il soit permis de dire s’il s’agit d’un “castrum”, comme il a été longtemps supposé.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Le contexte archéologique du castrum d’Ultréra d’après les prospections et la fouille (Kotarba 1991 ; Constant 1993, 2000 ; D.A.O. André Constant)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4261/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Figure 2 : Localisation des castra et des sièges épiscopaux de la période wisigothique (D.A.O. André Constant)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4261/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Figure 3 : Coupe du massif du château d’Ultréra avec implantation des sites (D.A.O. André Constant)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4261/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Figure 4 : Pic Saint-Michel nord, vue de la partie occidentale du site. À l’arrière-plan, l’entrée de la vallée de la Massane et la plaine du Roussillon (cliché André Constant)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4261/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Figure 5 : Argelès-sur-Mer : Pic Saint-Michel nord. Plan des vestiges (campagne 2000). (D.A.O. André Constant)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4261/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Figure 6 : Argelès-sur-Mer, Pic Saint-Michel nord. Coupe A-B (pièce 1). (D.A.O. André Constant)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4261/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Figure 7 : Argelès-sur-Mer, Pic Saint-Michel nord. Exemples de mobilier céramique : 1 : col d’amphore africaine Keay 62A (D.A.O. M. Bonifay) ; 2 : céramique commune tournée oxydante ; 3 à 9, 11 et 12 : céramique commune tournée réductrice ; 10 : pierre ollaire ; 13 : céramique tournée à cuisson mixte (D.A.O. André Constant)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4261/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 45k

© Presses universitaires de Perpignan, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search