Version classiqueVersion mobile

Roches ornées, roches dressées

 | 
Michel Martzluff

3 - Les hommes et leur terre en Pyrénées de l'est

Nécropoles et population de la période wisigothique dans les Pyrénées-Orientales : les apports récents de l’archéologie et de l’anthropologie

Patrice Alessandri et Marina Hue

Résumé

Dans le département des Pyrénées-Orientales, trois siècles d’occupation wisigothique (Ve-VIe-VIIe siècle) ont laissé de nombreuses traces (Corbère-les-Cabanes, Caramany, Canet, Elne, Estagel, Las Illas, Les Cluses, Perpignan-Ruscino, Rivesaltes, Saint-Paul-de-Fenouillet, Salses). Les fouilles récentes de sépultures (Los Poujols à Tautavel et Las Tombas à Estagel) permettent de compléter nos connaissances sur le profil anthropologique des populations et sur l’organisation de l’espace funéraire

Entrées d'index

Mots clés :

pyrénées, wisigoths, funéraire

Keywords :

pyrenees, Visigoths, funeral

Paraules clau :

pirineus, visigots, funerari

Texte intégral

Introduction

1La Septimanie est la partie transpyrénéenne du royaume wisigothique de Tolède qui s’étendait sur ce qui est aujourd’hui tout ou partie des départements des Pyrénées-Orientales, de l’Aude, de l’Hérault et du Gard. Les travaux historiques et archéologiques de Gisela Ripoll Lopez, Pere de Palol et, plus particulièrement pour le Roussillon, ceux de Pierre Ponsich et d’Aymat Catafau, ont certes éclairé cette période, mais il n’existe pas à ce jour de bilan exhaustif prenant en compte l’ensemble des sites de cette séquence, malgré des découvertes récentes non négligeables et certaines avancées en anthropologie. Ainsi, trois siècles de présence politique et militaire, échelonnés entre les débuts des Ve et VIIIe siècles, ont-ils laissé des traces d’importance (fig. 1). Certaines sont le fruit de découvertes fortuites (Tautavel, Estagel), d’autres sont le résultat de fouilles systématiques (Corbère-les-Cabanes, Caramany, Perpignan-Ruscino, Canet, Les Cluses, Rivesaltes). Nous leur devons une meilleure connaissance physique de l’habitat, de l’occupation des sols et une approche de la société à travers, notamment, l’étude des pratiques funéraires. Si d’autres découvertes de mobilier demeurent isolées, elles n’en complètent pas moins le paysage roussillonnais de cette période (un sarcophage à Elne, une plaque-boucle à Saint-Paul-de-Fenouillet, des monnaies à Las Illas ou encore un ardillon de plaque de ceinture à Salses). Les informations nouvelles recueillies sur divers sites, ont permis de mieux apprécier les grandes lignes de l’organisation de l’habitat et de l’espace funéraire des populations du haut Moyen Âge. Parmi ces sites, celui de Las Tombas à Estagel, fouillé de manière extensive dans les années trente et quarante, puis repris de façon exhaustive à la fin de 2001, est particulièrement riche d’enseignements. Quant au cimetière de Los Poujols à Tautavel, il est le seul à avoir fait l’objet d’une réelle étude anthropologique.

Figure 1 : Sépultures et mobiliers d’époque wisigothique dans les Pyrénées-Orientales (D.A.O. Patrice Alessandri)

1. Las Tombas à Estagel

1.1. Antécédents archéologiques

2Le lieu-dit Las Tombas est situé à Estagel, entre l’ancienne et la nouvelle route de Montner au nord et au sud, sur les pentes et au piémont d’une éminence dominant la plaine d’Estagel. Deux ravins, de Linas et de Las Clots, le bordent à l’Est et à l’Ouest.

3Après plus de cinquante années de suspension dans la recherche, le site de la nécropole du haut Moyen Âge a été à nouveau exploré en utilisant des moyens permettant d’obtenir un aperçu complet des espaces concernés. Raymond Lantier, dernier archéologue intervenant, pouvait penser en 1949 à la suite d’une dizaine de campagnes menées avant et après-guerre (entre 1936 et 1948), que le site était désormais circonscrit et fouillé dans sa totalité, même si l’habitat qu’il supposait à proximité n’avait pas été découvert (Lantier 1949, p. 80). Les moyens d’investigations de l’époque, un terrassement manuel à la pioche et à la pelle, lui permirent d’identifier et de relever 208 sépultures orientées contenant le mobilier habituel pour ces périodes du haut Moyen Âge : boucles et plaques de ceinture, fibules, parures diverses. L’ensemble de ce mobilier, et en particulier les plaques-boucles, date cette nécropole du VIe siècle.

4Le toponyme évocateur de Las Tombas est attribué de longue date aux parcelles bordant l’ancien chemin de Montner puisqu’on le rencontre déjà sur le cadastre napoléonien de 1817. Ceci explique sans doute, avec la qualité du mobilier archéologique des dépôts funéraires, que Raymond Lantier devait constater à chacune de ses campagnes que bon nombre de tombes avaient été vidées de leur contenu, en grande partie au gré de divers affouillements liés aux travaux agricoles.

  • 1 Il ne nous a pas été possible de retrouver trace de l’article de Barrière-Flavy cité.

5Plus anciennement, nous est connue l’existence d’une fouille n’ayant pas fait l’objet d’un rapport circonstancié, réalisée par Maître Boby alors notaire à Estagel, qui est brièvement mentionnée par Lantier dans plusieurs de ses publications. Cette investigation qui s’est déroulée à la fin du XIXe s., en 1887 ou 1888, a abouti à l’exploration d’un nombre indéterminé de sépultures assez mal localisées « le long de la route de Millas, dans le voisinage d’un casot » (Lantier 1936, p 102-103 et 1936-1937, p. 277). En amont encore, une première mention de découverte de sépulture remonterait au Second Empire. Elle est rapportée dans un ouvrage généraliste prenant en compte les cimetières du haut Moyen Âge du midi et de l’ouest de la France (Barrière-Flavy, p. 134, cité sans plus de précision par Lantier 1943, p. 1531). Nous proposons ici un essai de synthèse de ces diverses approches d’après nos travaux de terrain (fig. 2 et 3).

Figure 2 : Estagel, superposition des relevés topographiques de 1949 et 2001 (D.A.O. Patrice Alessandri)

1.2. Sépultures et pratiques funéraires

  • 2 Les derniers défonçages profonds effectués en 1994-95 pour arracher la vigne ont définitivement fai (...)
  • 3 Nous ne savons pas qui est l’auteur de ces déterminations car Raymond Lantier se contente d’en fair (...)

6Les tombes de cette nécropole, dont beaucoup ont pu être observées encore en place, sont du même type que celles mises au jour sur la commune voisine de Tautavel. Les fosses étaient plaquées de dalles, le plus souvent monolithes, et fermées d’un couvercle. D’après les notes des anciens fouilleurs, les coffres s’organisaient en alignements réguliers séparés par des allées de circulation. Des bornes semblaient délimiter certains espaces du cimetière et des plages laissées libres de sépultures ont pu être interprétées comme des « placettes de concessions familiales » (Lantier 1949, p. 71). Certaines tombes portaient encore des traces de signalement extérieur sous la forme de stèles et d’empierrements sur le couvercle2. Les individus étaient placés en position de décubitus dorsal, tête à l’Ouest, bras ramenés sur la poitrine ou l’abdomen. Les 208 tombes fouillées par Lantier (fig. 4), sont celles d’une population à peu près également répartie entre hommes et femmes, les enfants apparaissant en moins grand nombre3. Le phénomène de réduction concerne peu de sépultures d’adultes et les inhumations multiples sont rares. On relève une tombe abritant un homme et une femme, et une autre, deux enfants (fig. 5). Le mobilier est varié et comporte une majorité de pièces de parure (bijoux, fibules ouvragées, plaques et boucles de ceinture). Les plaques-boucles, souvent allongées, sont pourvues d’un ardillon scutiforme. Il apparaît que les artisans bronziers maîtrisent la technique de l’émail cloisonné et du champlevé. Ils empruntent les thèmes décoratifs au répertoire germanique et romain en usage durant tout le haut Moyen Âge : animaux classiques ou mythiques et motifs végétaux stylisés.

  • 4 La reconnaissance effectuée au moyen de tranchées concerne une partie seulement des sépultures déco (...)

7L’élargissement récent de la fouille a permis de se faire une meilleure idée de l’organisation spatiale du cimetière4 avec une confrontation instructive entre les résultats enregistrés entre 1935 et 1948 et ceux enregistrés en 2001.

8Les tombes se classent en quatre catégories (fig. 2) :

  • 5 Il a été choisi de les présenter avec les deux systèmes de références, celui utilisé lors des campa (...)
  • 6 Il s’agit des n° 1, 4, 19, 26, 27, 30, 43, 45, 47, 51, 53, 54, 55, 72, 83, 134, 203, 205 attribuées (...)

9- Celles, au nombre de 53, déjà relevées et fouillées par Raymond Lantier et retrouvées en 2001. On observe cependant quelques distorsions, et certaines d’entre elles n’apparaissent pas toujours parfaitement superposées ou dimensionnées lorsqu’on compare les deux levés topographiques5. Celles, au nombre de 18, relevées et fouillées par Lantier mais qui n’ont pas été retrouvées alors qu’elles se situent potentiellement dans un même périmètre de recherche6.

  • 7 Elles sont présentées avec les références attribuées lors de l’intervention de 2001 : SP1001, 1002, (...)

10- Les tombes inédites au nombre de 24, non relevées par Lantier alors qu’elles se situent potentiellement dans un même périmètre de recherche7.

  • 8 Elles sont présentées avec les références attribuées lors de l’intervention de 2001 : SP1012, 1024, (...)

11- Les tombes inédites au nombre de 33, groupées au nord du site dans un espace prolongeant celui exploré par Lantier. Cet espace correspond sans doute aux fouilles réalisées par Maître Boby, à la fin du XIXe s.8.

  • 9 Rappelons à ce propos que plusieurs informations orales qui se recoupent et provenant de participan (...)
  • 10 Informations orales données par l’ensemble des personnes contactées ayant participé aux fouilles me (...)

12La majeure partie des tombes inédites est regroupée dans la partie nord du cimetière (fig. 2). Ces découvertes nouvelles viennent combler des vides inexpliqués et la position anormalement excentrée de certaines unités dans le relevé de Raymond Lantier (Lantier 1949, p. 57, tombes n° 161, 198, 205 par exemple). Les autres s’intercalent entre des tombes fouillées et semblent avoir été ignorées9. Sur un plan strictement morphologique, ces coffres sont rigoureusement de même nature que ceux décrits précédemment (Lantier 1949, p. 72). Le plan généralement observé est un trapèze avec des parois et un fond, quand il en existe un, faits de plusieurs dalles jointives ou monolithes, le plus souvent de schiste (fig. 3). La mise en œuvre d’une étude anthropologique doit être malheureusement écartée car les ossements humains mis au jour n’ont pas été conservés de façon assez rigoureuse. Pour chacune des sépultures observées et fouillées par Lantier (53 unités), des restes osseux qui ne correspondent ni à un individu unique ni à un individu complet étaient, soit replacés sans ordre dans les coffres après fouille et prélèvement des objets mobiliers, soit déposés par petits lots fragmentés à l’extérieur et à proximité immédiate des coffres. Il existe aussi des petits dépôts d’ossements épars sur le site sans lien direct avec des sépultures, mais qui sont assurément des reliquats de fouilles anciennes puisqu’on trouve souvent en association des rejets de mobiliers d’époque contemporaine. Il est cependant certain que les ossements n’ont été ni prélevés ni entièrement ré-enfouis sur place ; de nombreux crânes et os longs furent par exemple exposés sur les murs et ouvertures d’un abri agricole aujourd’hui disparu, puis emportés par des collectionneurs. Il en est de même des dalles monolithes constituant la couverture et les parois des coffres, récupérées en grand nombre par les habitants de la commune et utilisées à des fins personnelles10. Certaines d’entre elles sont encore dressées le long de la R.N. 612 en bordure de la parcelle 3777.

13- Une sépulture inédite, intégrée dans l’organisation du cimetière médiéval, demeure inviolée. Le squelette placé en décubitus dorsal a conservé toutes ses connexions anatomiques. Dépourvue de limites structurées, elle a échappé aux investigations précédentes. Elle est référencée SP1001 et se trouve au sud-ouest de la zone testée du cimetière. Seule la partie distale du squelette a été dégagée, et il n’y a aucun dépôt de mobilier dans la partie observée.

14- Pour chacune des sépultures inédites, probablement fouillées par Boby à la fin du XIXe s. (33 unités) : les ossements sont rarement replacés, et dans ce cas sans ordre, dans les coffres. Les parois et la couverture ont été déposées, mais le mobilier n’a pas été entièrement prélevé puisqu’on relève un certain nombre d’« oublis » vraisemblablement dus au manque de rigueur des investigations. La totalité des boucles et plaques de bronze mises au jour par prospection au détecteur de métaux provient en effet de cette zone nord du site.

15- Pour les tombes intercalaires, non relevées par Lantier mais intégrées dans son périmètre de recherche (18 unités) : les parois sont en place, le couvercle est toujours manquant ou partiellement déposé et l’unité est vidée de son contenu ; dans ce cas, les ossements sont toujours replacés sans ordre dans le coffre.

Figure 3 : Estagel, exemples de sépultures (D.A.O. Patrice Alessandri)

Figure 4 : Estagel, organisation générale du cimetière médiéval (D.A.O. Patrice Alessandri)

Figure 5 : Estagel, recrutement du cimetière. (Patrice Alessandri, d’après les déterminations proposées par Lantier)

1.3. Une pratique funéraire antérieure à la période wisigothique

  • 11 Détermination des céramiques et chronologie de Jérôme Kotarba, I.N.R.A.P. Des assemblages similaire (...)

16Une sépulture inédite et également inviolée, référencée SP1020, se trouve décalée à l’ouest du cimetière et désorientée puisqu’elle se développe selon un axe nord-sud (fig. 2). Le coffre est fait de petites dalles jointives de schiste tant pour les parois que pour la couverture. Il renferme un individu accompagné de dépôts funéraires sous la forme de trois vases : une écuelle, un pot et une amphorette, appartenant très probablement au bas Empire (fig. 6)11.

17La fouille et l’étude anthropologique de cette sépulture ont révélé une double utilisation. Le premier individu est déposé en décubitus dorsal, le crâne placé au sud, les bras étendus le long du corps, les mains reposant sur le bassin. Le squelette est pressé sur sa gauche, contre la paroi. La paroi de droite a glissé sur la gauche par effet de ruissellement. La plupart des articulations sont en connexion, le crâne est posé sur un calage céphalique de pierre. Ce premier individu est une femme d’environ une cinquantaine d’années. Elle repose, au niveau de ses vertèbres cervicales sur un second individu adulte seulement représenté par son crâne et ses deux tibias. On observe donc une persistance des usages funéraires hérités de la basse Antiquité sur un même site, avec pour évolution fondamentale, l’adoption d’un principe appelé à durer qui impose que le défunt soit déposé les pieds à l’Est, la tête à l’Ouest, le « regard » tourné vers l’orient lointain où sont pieusement entretenus les lieux les plus sacrés de la chrétienté.

Figure 6 : Estagel, mobilier de la tombe du Bas-Empire, US 1020. (cliché et dessin Patrice Alessandri)

2. Los Poujols à Tautavel

18La plaine de Tautavel constitue une unité géographique remarquable. Presque entièrement entourée de barrières rocheuses calcaires, la cuvette de Vingrau-Tautavel est traversée par le Verdouble, rivière pérenne sur les rives de laquelle se rencontrent de nombreux gisements archéologiques depuis le Paléolithique inférieur qui est attesté dans la célèbre Cauna de l’Arago. Mentionnons également les sites antiques des Gonleyrous, des Saintes-Puelles et les occupations du haut Moyen Âge des grottes de Vingrau, des Bonissos, du Cimenteri.

2.1. Données archéologiques

  • 12 Prospections de Jean Abélanet, alors conservateur du musée de Tautavel.
  • 13 Fouille partielle de Los Poujols menée par Patrice Alessandri et Jean Abélanet en 1989.

19Durant le haut Moyen Âge, à l’ouest du village actuel, la présence d’une petite communauté est attestée dans la vallée par la présence de sépultures sur une éminence du site de Los Poujols qui culmine à 134 mètres pour un diamètre réduit, variant de 100 à 150 m (fig. 7). La présence de ces tombes est connue localement depuis le début du XXe siècle où « (...) un charruage profond met au jour de nombreuses tombes, concernant des squelettes de grandes tailles, ainsi que des armes et des éléments d’armures (...) » (Abélanet, 1984, p. 204). Au cours d’une prospection durant l’hiver 1979, Jean Abélanet retrouve des fragments d’os humains et des dents sur la pente ouest. Il publie en 1984 une boucle de ceinture d’époque wisigothique en bronze découverte au sommet de la colline12. Une fouille est menée en 198913 et la vocation funéraire de la colline se révèle alors par la découverte de 5 tombes orientées (fig. 8) occupant le plateau sommital organisé en terrasses. Une plaque et une plaque-boucle en bronze ornées sont associées aux sépultures (Alessandri 1990-91, p. 178).

20Les thèmes décoratifs abordés (fig. 9) appartiennent au répertoire germanique (animaux mythiques traités de manière réaliste), et byzantin (animaux classiques et végétaux stylisés). Les rapprochements iconographiques avec des découvertes similaires, notamment sur le site héraultais de Saint-André-de-Sangonis-Cambous permettent de les caler chronologiquement entre la fin du VIIe et le début du Ville s. (Ginouvès, Schneider 1988, p. 163-164).

21La nature schisteuse acide du socle naturel du site de Las Tombas à Estagel est responsable du mauvais état de conservation des ossements et ne favorisait pas une étude anthropologique, même si les restes osseux avaient été conservés ce qui, nous l’avons relevé, n’a été que très partiellement le cas. Au contraire, le relief calcaire de Tautavel et le prélèvement attentif des ossements autorisent une telle recherche dans de bonnes conditions. Cette étude a établi que les 5 sépultures de Los Poujols contenaient les restes d’une quinzaine d’individus. Sur le plan méthodologique il a d’abord fallu retrouver les liaisons entre les os pour reconstituer les squelettes. Les réductions sont en effet constituées de segments pouvant appartenir à plusieurs individus distincts. À la suite de cette opération, des individus nouveaux sont apparus, sous la forme de un ou plusieurs restes.

Figure 7 : Tautavel, vue depuis l’est du site de Los Poujols, au centre. (cliché Marina Hue)

Figure 8 : Tautavel, dessin de la tombe T3 (relevé Marina Hue)

Figure 9 : Tautavel, dessin des plaques-boucles wisigothiques de Los Poujols, à Tautavel (dessins de Patricia Pons et Marina Hue)

2.2. Données anthropologiques

22L’étude anthropologique s’attache à déterminer le sexe, la stature et l’âge au décès de la population inhumée (cf. tableaux 1). Une tentative de caractérisation des populations a été faite par l’un d’entre-nous (Marina Hue). Un crâne long et haut, au front large et peu divergent est le seul témoin qui pourrait caractériser une population wisigothique de l’Est. Mais les autres indices mesurés nous révèlent plutôt une population moyenne de type méditerranéen : petite taille, crâne court, face large (Mafart 1983). Les individus inhumés à Tautavel sont-ils le fruit d’une intégration réussie ?

23En ce qui concerne l’état sanitaire des populations inhumées à Los Poujols, il semblerait que « Ces individus ont souffert de pathologies qui se retrouvent dans d’autres populations. Ce constat nous montre l’état sanitaire déplorable qui était le leur. » (Hue 1999, p. 42 et tableaux en annexes). Quelques pathologies nécessitent des éclaircissements (cf. tableau 2).

  • 14 1 enfant sur 5000 selon les formes de la maladie.

24- Spina bifida : il s’agit d’une malformation congénitale encore courante aujourd’hui14. Elle consiste en l’ouverture anormale du « tube osseux » formé par la colonne vertébrale afin de protéger la moelle épinière, les sacs méningés et le système nerveux. Pour cet individu (T1), l’arc postérieur de sa cinquième vertèbre lombaire est presque absent, ne subsistent que les processus articulaires supérieurs et le processus articulaire inférieur droit. Les processus costiformes sont atrophiés ainsi que la lame vertébrale droite. L’ouverture de l’arc neural laisse le canal médullaire béant en arrière ; de ce fait le sac méningé devait faire saillie sous la peau et y adhérer.

  • 15 Le fémur ne s’articule pas normalement avec le bassin et « crée » une deuxième cavité articulaire.

25- Épiphysiolyse fémorale : cette pathologie, à ne pas confondre avec une luxation congénitale de la hanche, est une malformation de naissance. Il s’agit du résultat de lésions graves du cartilage du col du fémur pendant la vie fœtale (T2). De ce fait, la tête fémorale est plus basse que la normale, formant un angle de 90° au lieu de 135° avec la diaphyse du fémur (dérive de la ligne de Klein). Cette malformation est rapidement handicapante car, elle se transforme en coxarthrose15, la marche est très difficile, douloureuse, voire impossible.

26- Tuberculose osseuse : il s’agit ici d’un stade quasi terminal d’une tuberculose d’abord pulmonaire, qui, lorsqu’elle n’est pas soignée, envahit le corps et finit par attaquer le squelette. Pour cet individu jeune (T2RA), les troisièmes et quatrièmes vertèbres lombaires sont soudées. Seulement trois points sont encore ouverts : l’échancrure vertébrale supérieure gauche, celle de droite et le bord médian de l’apophyse articulaire inférieure gauche. Nous avons observé un tassement latéral droit pour les corps vertébraux. La troisième vertèbre a basculé vers l’avant sans pour autant dépasser la quatrième, elle s’est plutôt soulevée au niveau de l’arc neural. Le basculement et le tassement ont occasionné une ouverture interne anormale des corps vertébraux au niveau de leur jonction en face latérale droite, ainsi les vertèbres se sont soudées avant de se déformer. Cette atteinte osseuse est appelée spondylodiscite tuberculeuse ou mal de Pott.

27- Perforation oléocranienne : cette particularité peu observée, mais sur plusieurs périodes, n’a pas encore d’origine établie avec certitude. Il s’agit d’une perforation plus ou moins grande (2 ou 3 mm à 4 ou 5 mm) située dans la fosse qui borde les trochlées articulaires de l’épiphyse distale de l’humérus (T3 et T5).

28- ostéomalacie : c’est simplement un désordre métabolique important. Ici, l’individu (T3) présente les symptômes d’un fort déficit en calcium, ce qui a provoqué un ramollissement des cinquièmes métatarsiens.

29- cancer ganglionnaire métastatique : cet individu (T5R) présente un crâne un peu particulier. On peut observer trois perforations non alignées aux environs de la suture pariétale. Ces perforations dont la plus grande fait un centimètre de diamètre et dont les bords ont un aspect cicatrisé, sont dues à des métastases perforantes dites « à l’emporte-pièce ». Elles sont la conséquence d’un cancer ganglionnaire des reins ou de la thyroïde, à un stade évolué.

30Nous pouvons nous étonner de la fréquence de pathologies sur une population aussi réduite. Bernard Mafart dans son étude de la première période d’occupation de l’église de la Gayole (Var), aux Ve-VIIe s., aboutit aux mêmes conclusions et met en discussion le fait que les pathologies d’ordre congénital seraient la conséquence de croisements consanguins et les pathologies d’ordre métabolique seraient dues à un mauvais état sanitaire général (Mafart 1983, p. 135).

31Pour Tautavel, il est difficile de conclure sur ce surcroît de maladies. Un isolement des populations du VIIe siècle, pouvant favoriser une mauvaise gestion de l’environnement sanitaire et de l’endogamie, serait tout aussi acceptable pour l’expliquer que le résultat de guerres, de troubles sociaux ou de grandes épidémies.

Conclusion

  • 16 Fouilles de Georges Castellvi en cours.

32La Septimanie, et plus particulièrement sa partie la plus occidentale qui correspond à peu près au département des Pyrénées-Orientales est normalement pourvue de vestiges du très haut Moyen Âge. Les traces de l’occupation apparaissent cependant inégalement réparties à l’intérieur de ce territoire. L’essentiel des découvertes se concentre dans la partie orientale et ignore quasiment les hauts cantons de Confient, Cerdagne et Capcir. Dans la plaine roussillonnaise, en dehors de la ville d’Elne, les témoins les plus importants de l’occupation, cimetières, objets de parure, semblent se rencontrer préférentiellement dans la moitié nord et cette perception se renforce encore lorsqu’on intègre le Fenouillèdes à l’étude. La nature des vestiges est assez contrastée. En effet, en dehors des objets rencontrés en abondance en contexte funéraire, seules de courtes séries de vaisselle de terre cuite ou de rares découvertes éparses d’un monnayage lourd (triens d’argent, d’or ou d’électrum) et de parures (uniquement des boucles et des plaques de ceintures) viennent illustrer l’environnement matériel par un petit apport de mobilier domestique. Les restes de constructions conservés jusqu’à aujourd’hui sont rares aussi. Le fort des Cluses, hérité de l’Antiquité, est le seul exemple d’ouvrage à caractère défensif16 ; l’église Saint-Martin-de-Turà à Rivesaltes (Alessandri 1990-1991 a) est le seul édifice de culte qui peut se rattacher à cette période. Cet état de fait ne reflète sans doute pas un choix d’installation bien déterminé, qui, pour des raisons ignorées, délaisserait la moitié ouest du département et le sud du Roussillon, mais plus, sans doute, les limites actuelles de la connaissance archéologique. Une autre limite est l’investissement des chercheurs pour la période. Le potentiel n’est à ce jour qu’incomplètement exploité par l’anthropologie.

Tableau 1 : âge au décès, stature, sexe (désignations des tombes d’après les carnets de fouille)

Tableau 1 : âge au décès, stature, sexe (désignations des tombes d’après les carnets de fouille)

(enfant : 18 mois/12 ans ; adolescent : 12-20 ans ; adulte jeune : 20-30 ans ; adulte moyen : 30-50 ans ; adulte vieux : + de 50 ans. Les fourchettes d’âge sont indicatives)

Tableau 2 : pathologies

Tableau 2 : pathologies

(adulte jeune : 20-30 ans ; adulte moyen : 30-50 ans ; adulte vieux ; + de 50 ans. Les fourchettes d’âge sont indicatives)

Bibliographie

Abélanet 1984 : ABÉLANET (J.) - Un cimetière Wisigothique à Tautavel. Archéologie du Midi Médiéval, t. 2, publication du Centre d’Archéologie Médiévale du Languedoc, 1984, p. 204-205.

Alessandri 1990-1991 a : ALESSANDRI (P.) - L’église Saint-Martin de Rivesaltes, Archéologie du Midi Médiéval, publication du Centre d’Archéologie Médiévale du Languedoc, t. 8-9, Carcassonne, 1991, p.174-177.

Alessandri 1990-1991 b : ALESSANDRI (P.) - La nécropole de Los Poujols à Tautavel. Archéologie du midi médiéval, t. 8-9, publications du Centre d’Archéologie Médiévale du Languedoc, 1990-1991, p. 177-178.

Alessandri 2001 : ALESSANDRI (P.) - Le cimetière wisigothique d’Estagel. Document Final de Synthèse, D.R.A.C. Languedoc-Roussillon, S.R.A., Montpellier, 2001.

Blasco, Feugère, Jeannot, Raynaud 1987 : BLASCO (C.), FEUGÈRE (M.), JEANNOT (D.), RAYNAUD (C.) - Nécropoles de Quarante (Hérault). Archéologie en Languedoc, nécropoles languedociennes de l’Antiquité Tardive et du haut Moyen Âge, revue trimestrielle de la Fédération Archéologique de l’Hérault, Lodève, 1989, p. 128-132.

Ginouvès, Schneider 1987 : GINOUVÈS (O.), SCHNEIDER (L.) - Les nécropoles de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge dans la moyenne vallée de l’Hérault, essai d’inventaire et approche de l’environnement social. Archéologie en Languedoc, nécropoles languedociennes de l’Antiquité Tardive et du haut Moyen Âge, revue trimestrielle de la Fédération Archéologique de l’Hérault, Lodève, 1989, p. 91-98.

Girard, Raynaud 1987 : GIRARD (Α.), RAYNAUD (C.) - Une nouvelle nécropole de l’Antiquité tardive en Lunellois : les Trentiers (Saint-Nazaire-de-Pézan, Hérault). Archéologie en Languedoc, nécropoles languedociennes de l’Antiquité Tardive et du haut Moyen Âge, revue trimestrielle de la Fédération Archéologique de l’Hérault, Lodève, 1989, p. 133-141.

Hue 1999 : HUE (M.) - Contribution à l’étude anthropologique des sépultures wisigothiques de la nécropole de Lou Poujol, Tautavel (Pyrénées-Orientales). Mémoire de D.E.A., Université de Perpignan, 1999.

Kotarba, Abélanet 1987 : KOTARBA (J.), ABÉLANET (J.) - Un dépotoir d’époque wisigothique. Archéologie du midi médiéval, tome 5, publications du Centre d’Archéologie Médiévale de Languedoc, 1987, p. 85-92.

Lantier 1936 : LANTIER (R.) - Le cimetière wisigoth d’Estagel. Bulletin de la Société des Antiquaires Français, Paris, 1936, p. 102 à 107.

Lantier 1936-1937 : LANTIER (R.) - Le cimetière wisigoth d’Estagel. Bulletin Archéologique du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, Paris, 1937, p. 276 à 282.

Lantier 1949 : LANTIER (R.) - Le cimetière wisigothique d’Estagel. Gallia, tome 7, fasc. 1, publications du C.N.R.S., Paris, 1949, p. 55-80.

Mafart 1983 : MAFART (Β.) - Contribution à la connaissance de la pathologie osseuse au Moyen Age en Provence. C.N.R.S. Marseille, 1983.

Manniez 1987 : MANNIEZ (Y.) - La nécropole des Clapiès à Villeneuve-les-Béziers, premiers résultats. Archéologie en Languedoc, nécropoles languedociennes de l’Antiquité Tardive et du haut Moyen Âge, revue trimestrielle de la Fédération Archéologique de l’Hérault, Lodève, 1989, p. 99-105.

Notes

1 Il ne nous a pas été possible de retrouver trace de l’article de Barrière-Flavy cité.

2 Les derniers défonçages profonds effectués en 1994-95 pour arracher la vigne ont définitivement fait disparaître ces vestiges fragiles.

3 Nous ne savons pas qui est l’auteur de ces déterminations car Raymond Lantier se contente d’en faire état sans référence. Une information orale, obtenue en 2001 de la part d’un participant aux fouilles de 1947-48, nous rapporte que cette rapide étude anthropologique était due, ces années-là, à un médecin d’Estagel.

4 La reconnaissance effectuée au moyen de tranchées concerne une partie seulement des sépultures découvertes lors des interventions précédentes. Leur nombre est suffisant pour que l’enquête puisse être considérée comme pertinente.

5 Il a été choisi de les présenter avec les deux systèmes de références, celui utilisé lors des campagnes 1935-47 associé à celui utilisé en 2001 placé entre parenthèses. Les correspondances sont : n° 2 de Lantier (SP1022), 4bis (SP1028), 9 (SP1017), 11 (SP1018), 24 (SP1023), 25 (SP1015), 39 (SP1117), 41 (SP1007), 42 (SP1006), 44 (SP1014), 48 (SP1005), 49 (SP1013), 50 (SP1004), 52 (SP1003), 61 (SP1048), 66 (SP 1037), 74 (SP1098), 75 (SP1097), 76 (SP1115), 77 (SP1096), 78 (SP1095), 79 (SP1050), 85 (SP1039), 86 (SP1038), 92 (SP1030), 92bis (SP1051), 96 (SP1040), 109 (SP1053), 119 (SP1054), 125 (SP1052), 131 (SP1042), 132 (SP1041), 135 (SP1044), 136 (SP1055), 147 (SP1032), 149 (SP1111), 150 (SP1086), 152 (SP1081), 153 (SP1080), 154 (SP1079), 156 (SP1056), 159 (SP1058), 163 (SP1047), 168 (SΡ1046), 179 (SP1034), 180 (SP1116), 181 (SP1109), 184 (SP1033), 188 (SP1110), 194 (SP1065), 195 (SP1063), 196 (SP1066), 197 (SP1060).

6 Il s’agit des n° 1, 4, 19, 26, 27, 30, 43, 45, 47, 51, 53, 54, 55, 72, 83, 134, 203, 205 attribuées par Lantier.

7 Elles sont présentées avec les références attribuées lors de l’intervention de 2001 : SP1001, 1002, 1009, 1010, 1011, 1031, 1036, 1043, 1045, 1057, 1059, 1061, 1062, 1063, 1064, 1076, 1077, 1078, 1082, 1083, 1099, 1100, 1101, 1114.

8 Elles sont présentées avec les références attribuées lors de l’intervention de 2001 : SP1012, 1024, 1025, 1026, 1027, 1029, 1067, 1068, 1069, 1070, 1071, 1072, 1073, 1074, 1084, 1085, 1087, 1088, 1089, 1090, 1091, 1092, 1093, 1094, 1102, 1103, 1104, 1105, 1106, 1107, 1108, 1112, 1113.

9 Rappelons à ce propos que plusieurs informations orales qui se recoupent et provenant de participants aux campagnes de fouilles anciennes font état de prospections « à la barre à mine » de manière à repérer les couvercles de coffres avant d’ouvrir un sondage de reconnaissance. Les tombes explorées antérieurement et débarrassées de leur couvercle ont pu ainsi être ignorées.

10 Informations orales données par l’ensemble des personnes contactées ayant participé aux fouilles menées entre 1936 et 1948.

11 Détermination des céramiques et chronologie de Jérôme Kotarba, I.N.R.A.P. Des assemblages similaires, écuelle, pot, cruche ou amphorette, se relèvent dans diverses nécropoles héraultaises comme celle de Saint-Jean-de-Conques à Quarante (Blasco, Feugère, Jeannot, Raynaud 1987, p. 134 et fig. 3, p. 136), Les Clapiès à Villeneuve-les-Béziers (Manniez 1987, p. 99 et fig. 3, p. 102), Les Trentières à Saint-Nazaire-dePézan (Girard, Raynaud 1987, p. 131) ou encore Pichaures à Nébian (Ginouvès, Schneider 1987, p. 94 et fig. 7, p. 97). Les sépultures concernées, toutes en coffres de tuiles ou de pierres sont calées dans le IVe s. avec une possibilité de débordement sur le début du Ve s.

12 Prospections de Jean Abélanet, alors conservateur du musée de Tautavel.

13 Fouille partielle de Los Poujols menée par Patrice Alessandri et Jean Abélanet en 1989.

14 1 enfant sur 5000 selon les formes de la maladie.

15 Le fémur ne s’articule pas normalement avec le bassin et « crée » une deuxième cavité articulaire.

16 Fouilles de Georges Castellvi en cours.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Sépultures et mobiliers d’époque wisigothique dans les Pyrénées-Orientales (D.A.O. Patrice Alessandri)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4255/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Figure 2 : Estagel, superposition des relevés topographiques de 1949 et 2001 (D.A.O. Patrice Alessandri)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4255/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Figure 3 : Estagel, exemples de sépultures (D.A.O. Patrice Alessandri)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4255/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Figure 4 : Estagel, organisation générale du cimetière médiéval (D.A.O. Patrice Alessandri)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4255/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Figure 5 : Estagel, recrutement du cimetière. (Patrice Alessandri, d’après les déterminations proposées par Lantier)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4255/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Figure 6 : Estagel, mobilier de la tombe du Bas-Empire, US 1020. (cliché et dessin Patrice Alessandri)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4255/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Figure 7 : Tautavel, vue depuis l’est du site de Los Poujols, au centre. (cliché Marina Hue)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4255/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Figure 8 : Tautavel, dessin de la tombe T3 (relevé Marina Hue)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4255/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Figure 9 : Tautavel, dessin des plaques-boucles wisigothiques de Los Poujols, à Tautavel (dessins de Patricia Pons et Marina Hue)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4255/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau 1 : âge au décès, stature, sexe (désignations des tombes d’après les carnets de fouille)
Légende (enfant : 18 mois/12 ans ; adolescent : 12-20 ans ; adulte jeune : 20-30 ans ; adulte moyen : 30-50 ans ; adulte vieux : + de 50 ans. Les fourchettes d’âge sont indicatives)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4255/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Tableau 2 : pathologies
Légende (adulte jeune : 20-30 ans ; adulte moyen : 30-50 ans ; adulte vieux ; + de 50 ans. Les fourchettes d’âge sont indicatives)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4255/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 75k

© Presses universitaires de Perpignan, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search