Version classiqueVersion mobile

Roches ornées, roches dressées

 | 
Michel Martzluff

3 - Les hommes et leur terre en Pyrénées de l'est

Tombes et nécropoles d’époque romaine en Roussillon : un premier état de la question

Jérôme Kotarba

Résumé

L’inventaire des 40 sépultures présentées ici permet de tenter une première synthèse des connaissances sur les pratiques funéraires pendant l’Antiquité romaine en Roussillon. Plusieurs hypothèses sont avancées pour expliquer la rareté des découvertes relatives aux périodes de la République et du Haut-Empire : dépôts superficiels des mobiliers funéraires, absence de recherches systématiques en archéologie préventive, enfouissement profond des nécropoles d’Illiberis (Elna) et Ruscino (Château-Roussillon). Les tombes du Bas-Empire sont mieux documentées. Enfouies ou bâties, elles offrent une typologie variée : coffrages de tuiles ou de matériaux divers, de bois, sarcophages de pierre ou de plomb, amphores, fosses simples ou avec coffrage de lauzes, mausolées

Texte intégral

Introduction

  • 1 Voir en dernier lieu à ce sujet, le point général dressé par Georges Castellvi lors des 20 ans de l (...)

1Ces vingt dernières années, les travaux réalisés sur l’Antiquité romaine en Roussillon ont grandement renouvelé nos connaissances. Que les apports soient dus à la multiplication des fouilles ou aux campagnes de prospection, peu à peu, les grands traits de la période romaine se mettent en place, souvent marqués par des spécificités locales fortes par rapport aux régions voisines. S’il est un domaine qui n’a pas ou très peu profité de l’accroissement des connaissances, c’est bien celui du monde funéraire et de ses pratiques. Les fouilles récentes sur de tels sites sont rares, et les découvertes fortuites restent très exceptionnelles1. Cette constatation d’extrême rareté, qui vaut également pour les recherches plus anciennes, amène à s’interroger sur les raisons qui peuvent l’expliquer.

  • 2 Pour la rédaction de cet article, notamment la réalisation de la liste des découvertes, j’ai pu dis (...)

2La présente contribution vise à rassembler la documentation existante pour qu’elle soit accessible aux chercheurs travaillant sur ce sujet, et aux représentants de l’administration qui gèrent et orientent les recherches. Elle s’adresse aussi à un public local avide de connaître la nature des découvertes opérées en Roussillon depuis près de deux siècles2. Précisons toutefois dès maintenant, que, n’étant pas spécialiste d’archéologie funéraire, mes propos de synthèse resteront généraux et surtout orientés vers la définition de pistes de recherche. Le but de cette communication aura été atteint s’il suscite une sensibilité accrue chez chacun, sensibilité qui fera peut-être que les prochaines années seront plus prolixes en renseignements sur les pratiques funéraires de notre département. Si les aléas des découvertes s’y mettent aussi, qui sait !

  • 3 Les éléments de datation en notre possession ne sont pas toujours précis. Dans un souci d’exhaustiv (...)

3Dans un premier temps, nous allons décrire les différentes tombes et nécropoles trouvées anciennement et récemment dans la plaine du Roussillon et attribuables de façon certaine ou probable à l’époque romaine (de la fin du IIe siècle avant J.-C. au milieu du Ve siècle après J.-C.)3. Cette présentation de la documentation en notre possession, permettra ensuite de voir les différents types de sépulture attestés en Roussillon en relation avec la typologie en usage. Nous essayerons parallèlement de passer en revue les faits qui peuvent expliquer la rareté des découvertes funéraires dans la zone étudiée, rareté particulièrement forte pour les périodes anciennes où la pratique de l’incinération est courante.

  • 4 Les principales voies prises en considération ici sont celles que l’on retrouve dans différentes ét (...)

4La carte de synthèse de cet article (fig. 1) donne une position assez précise des sites de l’inventaire, et un report des principales voies de communication connues ou supposées en usage durant l’époque romaine4. Il est en effet bien établi que les nécropoles et les tombes antiques se développent prioritairement le long des axes de circulation. Ce sujet mériterait un développement particulier que nous n’aborderons pas dans le cadre de cette contribution.

1. Localisation et description des différentes découvertes

5De façon volontaire, nous n’avons pas pris en compte dans cet inventaire différents sites où ont été trouvées des tombes en coffre de pierre. Aucun élément ne permet en effet de les rattacher à la période chronologique étudiée et parfois même des dépôts, de vases par exemple, indiquent clairement une datation médiévale. C’est en particulier le cas de la nécropole proche de Mirmande (commune de Terrats, Jaubert de Réart 1833), de celle de Sainte-Colombe à Thuir et du Mas Vidalou à Banyuls-dels-Aspres (Alart 1874), également de celle qui se trouve entre Espirade-l’Agly et Rivesaltes (Donnezan 1892) et enfin de la découverte récente à Sainte-Colombe sur la commune de Salses (article dans L’Indépendant du 9/12/1973).

1.1. Alenya, tombes de Les Motes

6En 1992, à la suite d’un défonçage agricole précédé de l’arasement d’une toute petite colline, quelques éléments liés à des tombes antiques ont été observés à la surface du terrain. Il s’agit de plusieurs fragments de grandes briques rassemblés en un point et associés à des ossements humains, de plusieurs morceaux avec cassures fraîches d’une petite cruche en céramique luisante, de nombreux débris d’un sarcophage en plomb. Le propriétaire avait en fait enlevé les plus gros éléments de ce dernier lors du défonçage et les a fait brûler avec les pieds de vigne. Les restes recueillis de ce sarcophage (fig. 2) permettent de préciser qu’il s’agit d’une cuve rectangulaire de dimensions inconnues et dont le couvercle plat comporte un rebord vertical épaissi. Un crochet rond en plomb et plusieurs clous en fer ont été trouvés au même endroit en surface du terrain (Kotarba et alii 1992).

Figure 1 : Carte de localisation des différents sites décrits (D.A.O. Jérôme Kotarba)

Figure 2 : Alenya, Les Motes. Fragments du sarcophage de plomb et mobilier associé (n° 1 : panse, n° 2 : couvercle, n° 3 : clous et anneau de fer, n° 4 : fragment d’ossement humain) (Cliché J. Kotarba)

1.2. Cabestany, tombe du Mas Garido (fig. 3)

7À la suite d’un défonçage réalisé en 1959, M. Fraiche-Prats, secrétaire de mairie du village, a recueilli une petite cruche complète qui était associée à des morceaux de tegulae. D’après Georges Claustres, qui s’est rendu sur place peu après la découverte et à qui a été remis cet objet, conservé depuis au dépôt départemental (n° d’inv. 59-1-1), il s’agit avec grande vraisemblance d’une tombe d’époque romaine (Comps, Kotarba 1997, p. 97). Cette cruche à embouchure étroite et panse globulaire (type Lattara CL-REC 1f) appartient à un modèle courant durant tout le Haut-Empire.

1.3. Cabestany, tombes du Mas Laffitte

8En 1995, Christian Donès a mis en évidence en prospection des gros morceaux de tegulae concentrés en deux points distincts. Bien qu’aucun ossement n’ait été découvert sur place, l’hypothèse de tombes romaines très dégradées par les labours a été retenue (Passarrius et alii 1995 ; Comps, Kotarba 1997, p. 96).

1.4. Canet, mausolée et tombes du Puig del Bajà (fig. 4)

9La colline du Puig del Bajà, dernière hauteur dominant les basses terres de l’embouchure de la Tet et du cordon littoral, constitue un point remarquable dans le paysage. Il s’y est développé un établissement rural, sans doute important, durant la République romaine, le Haut-Empire et une partie du Bas-Empire, habitat dont les vestiges sont très dégradés car le sommet de la colline est fortement érodé. Une occupation plus tardive se développe ensuite sur la pente est et sud, assez vaste pour correspondre à une petite communauté. C’est sans doute dans le courant du VIIe siècle que le lieu est abandonné (Kotarba 1996). Actuellement en cours d’urbanisation, ce secteur a fait l’objet de plusieurs interventions archéologiques entre 1985 et 2001.

10Les tranchées de reconnaissance opérées en 1999 sur l’habitat tardif ont mis en évidence dans la tranchée 22 (partie nord-est du bas de colline) de gros morceaux de panse d’une amphore de l’Antiquité tardive sous lesquels se trouvaient les ossements d’un jeune enfant (dét. Richard Donat). Cette sépulture (SP 102), juste dégagée lors de cette opération, a été la seule observée sur tout le versant, qui n’a toutefois été que sondé et pas décapé (Kotarba, Perrin 1999, p. 30).

Figure 3 : Cabestany, Mas Garido. Olpé trouvée dans une probable tombe (dépôt archéologique départemental) (D.A.O. J. Kotarba)

11Sur le sommet de la colline, les recherches se sont faites en aire ouverte et étalées en plusieurs campagnes entre 1992 et 2001. Les vestiges qui nous intéressent ici comprennent un bâtiment et plusieurs sépultures qui lui sont associées (fig. 5). Nos éléments de datation sont extrêmement fugaces pour l’ensemble. Dans l’attente de deux datations radiocarbones en cours de réalisation, les sépultures sont plutôt attribuables à un type du début du haut Moyen Âge. La position de l’un des défunts, recoupant au moins la fondation du bâtiment, établit une antériorité de ce dernier et tend ainsi à le rattacher à l’époque romaine.

12Le bâtiment retrouvé a fait l’objet anciennement d’un épierrement intense, sans doute délibéré car le trou laissé sera comblé avec une couche de sable pur amené intentionnellement sur le sommet de cette colline. Les observations effectuées concernent donc uniquement les fondations de cette construction et son sol d’utilisation. Le plan général (fig. 5) est une sorte de U dissymétrique dont l’élément central axé à peu de chose près nord-sud, mesure 8,60 m de long pour 3,20 m de large. L’accès se fait par le côté nord et donne sur un long couloir de 6,15 m de long et 0,60 m de large qui débouche sur une pièce carrée de 2 m de côté. Le sol du couloir et de la pièce, ainsi que celui du petit appendice du côté nord-ouest, est identique et constitué d’un béton de tuileau de bonne qualité. Le long du couloir, la présence de sortes de piliers ou de pieds-droits liés au mur principal qui ceinture l’ensemble dégage quatre emplacements dont trois ont 2 m de long pour 0,65 m de large et le dernier seulement 0,30 m de long. La suite de celui-ci est en effet occupée par un petit couloir perpendiculaire au premier, de seulement 0,35 m de large, qui ouvre sur l’appendice nord-est également de taille très réduite : 1,30 sur 0,65 m pour le sol. Il est entouré sur trois côtés par une sorte banquette de 0,35 à 0,45 m de large. Le côté sud du bâtiment semble former une sorte de façade qui relie l’aile principale à une petite pièce annexe indépendante à ce niveau des fondations. Celle-ci est rectangulaire et possède un espace intérieur d’environ 1,50 m sur 1,10. L’intérieur surcreusé avait été bouleversé anciennement et a livré à la fouille des ossements humains pêle-mêle appartenant en majorité à un sujet immature (dét. Valérie Bel). Dans le bâtiment principal, le fort épierrement déjà décrit fait que la fouille n’a pas permis de retrouver de vestiges en place liés à l’usage de ce bâtiment. Par contre quelques ossements humains ont été recueillis dans les rejets de mortier parfois présents sur les murs. Ils appartiennent au moins à un sujet adulte et à un autre immature (dét. Valérie Bel). On voit donc que ce bâtiment du Puig del Bajà reste assez énigmatique car fortement dégradé. Sa fonction funéraire ne fait pas de doute et donc l’interprétation comme mausolée semble à retenir. Les espaces dégagés le long du couloir principal conviennent bien pour le dépôt de cercueils d’adultes et d’enfants, la pièce carrée au bout du couloir aussi. Construit sur le début de la pente, il est possible que cette construction ait possédé un étage dont l’accès se faisait de plain-pied du côté ouest. Ce bâtiment funéraire, élevé sur une butte déjà remarquable dans le paysage, face à la mer, a de toute évidence été placé là pour être vu. Il est même possible de se demander s’il n’a pas pu jouer un rôle de repère pour la navigation par cabotage qui était encore importante à la fin de l’Antiquité. Cette « notoriété » possible explique peut-être en partie le soin méthodique mis ensuite à le faire disparaître.

13Les quatre tombes à inhumation en fosse orientées est-ouest, associées au moins spatialement à ce bâtiment, ont été fouillées et étudiées par Valérie Bel en 2001. Tous les défunts sont en decubitus dorsal avec la tête à l’ouest. Dans deux cas, la réutilisation d’une même fosse pour des dépôts successifs a été observée. Pour plusieurs sépultures, Valérie Bel a mis en évidence l’utilisation d’un coffre ou d’un coffrage en bois sans doute de forme rectangulaire et muni d’un couvercle. Ces inhumations appartiennent au haut Moyen Âge et sortent donc de notre champ d’étude.

1.5. Canohès, tombes du Chemin de Ponteilla

14Dans un article de presse paru en 1962 dans le Midi-Libre, il est fait mention de la découverte « dans la vigne de M. Coubris », par la charrue, « de sépultures à tegulae ». Un contact récent avec Michel Rous, auteur de cette découverte, permet de préciser que ces tuiles se trouvaient en un lieu déterminé, qu’il n’a pas été reconnu d’ossements humains, mais qu’il a par contre été trouvé sur place une cruche en céramique complète (article dans Le Midi Libre du 26/12/1962 ; information dans Gallia 1964, p. 473). L’interprétation proposée des (tombes) reste donc incertaine. On signalera que l’endroit de découverte se situe à environ 100 m d’un habitat antique occupé à la fin du Bas-Empire et durant l’époque wisigothique. Ces deux sites sont également tout proche de la voie ancienne qui relie Ruscino aux contreforts du Canigou, voie par lequel était en particulier acheminé le fer produit dans les montagnes.

Figure 4 : Canet-en-Roussillon, Puig del Bajà I. Vue générale du mausolée pendant la fouille (cliché J. Kotarba)

1.6. Céret, mausolées des Tombeaux

15Sur le lieu-dit Les Tumbes, c’est à proximité d’un habitat du Haut et Bas-Empire et d’une voie de circulation antique, que se trouvent les vestiges de deux constructions considérées comme des monuments funéraires.

16La première, appelée « tombeau » dans la littérature, était déjà fort dégradée au début du XIXe siècle (Henry 1820, p. 16-17). Il y a toujours, sur le rebord d’un vallon, un petit bâti en dur dont tous les parements ont été arrachés. Cette construction mesure environ 2,90 m de longueur pour 3,40 m de large et est conservée sur 1,50 m de haut, ce qui permet de dégager un espace vide intérieur d’environ 1,90 m sur et 1 m. L’ouverture se fait du côté sud-est, soit vers la plaine environnante. La voûte est faite en tas de charges avec des fragments de tegula et de briques, et est couverte au centre par des dalles et des tegulae. Les murs, qui ont entre 1 m et 1,20 m d’épaisseur, sont montés avec des galets liés au mortier. Il faut bien reconnaître que l’interprétation de mausolée pour cette construction, qui doit être conservée faute de mieux, ne repose sur aucune donnée concrète. Il n’est pas possible non plus de la dater, même si une attribution à l’époque romaine semble possible.

Figure 5 : Canet-en-Roussillon, Puig del Bajà I. Plan synthétique du mausolée retrouvé sur le dessus de la colline et des inhumations du haut Moyen Âge associées (D.A.O. J. Kotarba)

17À quelques mètres de là, une autre construction, moins connue, est considérée localement comme un autre tombeau antique. On lit au sol le plan d’une petite construction rectangulaire qui fait environ 10 m sur 5 m. Les murs sont constitués de galets liés au mortier de chaux et sont au moins conservés sur trois assises. Comme pour la première construction, l’interprétation et la datation d’époque romaine ne reposent aujourd’hui sur aucun critère précis (Vignaud, Kotarba 1989).

1.7. Collioure, tombe de l’île Saint-Vincent

18En janvier 1959, il fut découvert, sans doute de manière fortuite, une inhumation sur le terre-plein devant la chapelle de l’île Saint-Vincent. Eugène Cortade y effectua quelques fouilles rapides qui lui permirent de recueillir plusieurs morceaux de tegulae et donc d’attribuer cette sépulture à l’époque romaine (articles dans L’Indépendant de janvier 1959). Le mobilier découvert lors de cette opération est conservé au dépôt archéologique départemental. En plus des débris de tuiles, il comprend un morceau de verre de couleur verdâtre et un fragment de marmite sans doute d’origine orientale, deux éléments attribuables à l’Antiquité tardive. Sans en connaître plus sur la relation exacte entre l’inhumation et le mobilier recueilli, l’attribution de cette sépulture à la fin de l'époque romaine semble vraisemblable. Sa position sur la petite île Saint-Vincent est par contre singulière et soulève des interrogations sur sa possible signification.

1.8. Elne, nécropole du Chemin de Saint-Cyprien (fig. 6)

19Le site du chemin de Saint-Cyprien correspond à un habitat rural du Haut-Empire sur lequel s’est développée une activité potière. Il est implanté en bordure d’une bretelle routière qui reliait la voie domitienne à l’agglomération d’Elne toute proche. Les ruines de cet habitat sont réoccupées, sans doute de manière ponctuelle, à la fin du IVe siècle et durant une partie du Ve (Candau 1985, p. 51-56). C’est à cette période tardive que sont réalisées plusieurs inhumations. Une première a été fouillée en 1984 par Georges Castellvi et Pierre Campmajo, 3 autres dans une autre campagne menée la même année par Jérôme Kotarba et Annie Pezin.

20Les deux tombes les mieux conservées correspondent à des bâtières faites avec des tegulae et des imbrices. Elles sont disposées de manière orthogonale et comprennent chacune un sujet déposé en decubitus dorsal. À l’extérieur de l’une d’elles (tombe 2), plusieurs morceaux d’un même vase ont été retrouvés, mais on ne peut affirmer toutefois qu’il s’agit bien d’un dépôt volontaire. Si le coffre de la tombe 2 est réalisé avec soin en utilisant des tuiles complètes, celui de la tombe 1 comprend une part importante d’éléments de récupération notamment pour la confection du fond (Castellvi, Campmajo 1984). Pour les deux autres tombes, très dégradées, l’une pourrait correspondre à une réduction préservant quelques connexions anatomiques (tombe 3), l’autre comporte encore une partie du fond composé de fragments de tegulae jointifs sur lesquels se trouve une partie du corps (tombe 4). Sans mobilier déposé avec les défunts, ces inhumations sont attribuables au Bas-Empire, sans plus de précision. Ces quatre tombes ont été aménagées dans l’emprise d’un bassin qui constitue la seule zone ayant fait l’objet d’un décapage dans cette parcelle (Kotarba, Pezin 1984). Leur fort arasement indique que le terrain a dû subir un certain nivellement qui a pu faire disparaître d’autres sépultures. Il est donc impossible de connaître l’étendue et l’importance de cette nécropole.

Figure 6 : Elne, Chemin de Saint-Cyprien. Plan des quatre tombes retrouvées dans le bassin. (D.A.O. Jérôme Kotarba et Annie Pezin)

Figure 7 : Elne ville, plan général des découvertes. 1 : Carrefour ; 2 : rue Marceau ; 3 : rue Mazagran ; 4 : place du Planiol ; 5 : place de la République ; 6 : boulevard Voltaire ; 7 : arrivée probable de la branche routière provenant de la voie domitienne ; 8 : tracé des remparts médiévaux, (D.A.O. J. Kotarba)

1.9. Elne ville, tombes de la rue Mazagran (fig. 7)

21En réalisant des aménagements dans le sous-sol du n° 12 de la rue Mazagran (maison Auzeil-Jonca), deux sépultures ont été découvertes entre 1956 et 1958. Elles se trouvaient à plus de 2,50 m de profondeur par rapport au sol environnant. Il s’agit de deux coffres en bâtière réalisés avec des tegulae, recouvertes pour la plus grande d’imbrices. Cette dernière, partiellement dégagée, renfermait « un homme d’âge mur ». La seconde mesurait 0,73 m de longueur et correspondait à la sépulture d’un jeune enfant (fig. 8). Roger Grau, auteur des découvertes, rapporte qu’elle contenait en plus des ossements du défunt, une petite valve de pecten. Ces deux tombes ont été réalisées dans un bâti plus ancien dont de nombreux murs ont été retrouvés. Elles en ont d’ailleurs pris l’orientation (article dans L’Indépendant du 8/11/1958 ; Grau 1959, p. 236 ; Grau s. d. b.).

Figure 8 : Elne, rue Mazagran, maison Auzeil. Sépulture d’enfant en bâtière (cliché de Roger Grau)

1.10. Elne ville, nécropole de la place du Planiol et des rues Dagobert et Mazagran

22Le creusement en 1963 de profondes tranchées pour poser les égouts dans la ville basse a permis à Roger Grau d’observer et d’étudier sommairement plusieurs sépultures appartenant à une nécropole sans doute importante. Celle-ci se trouvait à l’époque antique au niveau de l’arrivée de la bretelle routière qui reliait la ville à la voie domitienne qui passe plus à l’est.

23Dans la partie sud de la place du Planiol, au niveau de sa jonction avec la rue Mazagran ainsi que dans la rue Dagobert, Roger Grau décrit les découvertes successives de : deux tombes en amphores (la plus complète qui est actuellement présentée au musée du cloître a été découpée au niveau du bas de la panse) ; une tombe avec coffre de tegulae ; deux autres contiguës dont le coffre est constitué par des pierres bien taillées en carreau et ajustées à sec pour former la cuve et le couvercle, leur fond comprend les mêmes pierres dans un cas et des briques dans l’autre ; et aussi un sarcophage en calcaire coquillier qui semblait profané. Dans la partie est de la place Saint-Jacques, c’est une sépulture formée de galets au niveau des côtés et de tegulae en guise de couverture qui a été recoupée. Toutes ces sépultures se trouvaient entre 1,5 et 2 m de profondeur et pourraient être associées à un bâtiment dont un mur épais a été accroché dans la rue Dagobert. Un peu plus loin, au niveau du croisement des rues Mazagran et Desaix, sur une légère butte, la tranchée ouverte jusqu’à 3,15 m de profondeur a souvent rencontré un sol fait de plaques de béton de tuileau. Les quelques endroits où ce niveau a été crevé ont montré la présence en dessous de sépultures. Une était faite d’un coffre en briques bien appareillé au mortier et couvert avec des briques plus épaisses. Une autre comprend un sarcophage en marbre ou en calcaire dur avec un couvercle en calcaire coquillier en forme de bâtière. Un autre sarcophage trouvé près de la place du Planiol avait aussi une cuve en calcaire dur ou en marbre, mesurant 2,15 m de long pour 0,56 m de large et 0,50 m de haut. Dans toutes ces sépultures, Roger Grau précise qu’il n’a pas recueilli de mobilier associé au défunt, mais que les observations dans le fond d’une tranchée étroite et très profonde, souvent dans l’eau, n’ont jamais été de bonne qualité (Grau 1963 ; Grau 1982-1984, p. 7, 18 ; Grau s. d.b). Ces découvertes, qui n’ont pas été complétées par d’autres observations depuis, indiquent bien la présence d’une nécropole importante, sans doute de plus de 2000 m2 si l’on relie les différents endroits signalés. Sa datation couvre au moins la fin du Bas-Empire et le début du haut Moyen Âge. Cette nécropole est peut-être encore plus importante si on englobe les tombes trouvées un peu plus loin dans la rue Mazagran et décrites ci-dessus.

1.11. Elne, sarcophages de la propriété Lazerme et du Mas d’Avall

24Contrairement aux suppositions de Michel Chalon, reprises ensuite par différents auteurs, aucun des sarcophages sculptés présentés dans une galerie du cloître d’Elne ne provient de façon certaine de cette nécropole de la ville basse (Chalon 1980, p. 357). Nous savons que l’un de ces sarcophages a été amené au cloître, peu après le congrès archéologique de 1868, depuis la métairie de Lazerme où il servait d’abreuvoir (collectif 1868, p. 177-178). Les deux autres se trouvaient déjà dans la ville haute. Une courte annotation manuscrite de Charles de Lazerme, ainsi que les notes de Louis Bassède se référant à un texte de Margail que nous n’avons pas retrouvé, évoque pour tous ces sarcophages une origine commune qui serait aux alentours du Mas d’Avall et des coteaux Saint-Martin, soit à environ 2 km de l’agglomération antique. Cette nécropole, non attestée aujourd’hui par de nouvelles découvertes, serait située à proximité de la via conflentana (Comps 2003, p. 53), et à peu de distance de l’important et luxueux habitat du Castell de la Reina Héléna occupé en continu depuis l’époque augustéenne jusque dans le courant du VIe siècle. Les trois sarcophages conservés dans le cloître sont couramment datés du VIe siècle de notre ère, voire du VIIe et sortent donc de la fourchette chronologique de cette étude (voir en dernier lieu : Briesenick 1962).

1.12. Elne, sarcophage de « Constant »

25De longue date, un fragment de sarcophage inséré dans un mur du cloître est considéré comme ayant reçu la dépouille de l’empereur Constant qui, selon certains auteurs antiques ou médiévaux, aurait été assassiné en 350 dans le castrum d’Elne, appelé alors Helena. Cette partie de sarcophage porte un chrisme classique inscrit dans une triple couronne et des strigiles. Il semble être encastré ici depuis longtemps puisqu’il y est déjà décrit par Joseph Carrère en 1787. Cet auteur signale toutefois qu’environ 30 ans auparavant, ce sarcophage « de forme carrée » était encore entier (Carrère 1787, p. 24). Ce dernier pourrait avoir en fait retiré cette information d’un manuscrit inédit de l’archidiacre Xaupi qui fixe vers 1750 cette destruction (voir à ce propos Capeille 1926, p. 84-85). Deux morceaux de ce sarcophage ont été retrouvés et rassemblés au cloître en 1958 (article dans L’Indépendant du 6/5/1959, sans doute écrit par Roger Grau). L’un des côtés porte une rosace solaire. Ce sarcophage est datable du Ve siècle (Grau s. d.a, p. 32 ; Ponsich 1980, p. 296) voire un peu plus récent encore, et n’est donc pas contemporain de l’assassinat de l’empereur. L’origine première de ce sarcophage, conservé au moins depuis le début du XVIIIe siècle dans la ville haute, n’est pas pour l’instant connue.

1.13. Elne périphérie de la ville, tombes du boulevard Voltaire

26En bordure du boulevard Voltaire, dans l’enceinte de l’ancien marché, dans une zone qui correspond aujourd’hui au jardin bordant la mairie, il a été dégagé en 1970 le couvercle d’un sarcophage qui affleurait après des pluies. Celui-ci, taillé dans un calcaire tendre, avait été réutilisé à l’envers pour recevoir des ossements humains qui n’étaient pas organisés. L’article du journal, sans doute écrit par Louis Bassède ou Roger Grau, nous signale qu’à côté, se trouvait une « amphore-sépulture » ainsi que des morceaux de tegulae appartenant sans doute à une autre tombe. Ce texte indique aussi la découverte (dont nous n’avons pas retrouvé l’information initiale), à cet endroit et une cinquantaine d’années auparavant, d’autres sépultures anciennes lors de travaux de déblaiement. La présence ici d’un cimetière de la fin de l’Antiquité est donc fort probable (articles dans Le Midi Libre du 14/10/1970 et du 18/10/1970). Celui-ci pourrait s’être développé le long d’un chemin contournant par le nord la colline occupée par la ville haute.

1.14. Elne ville, sépultures de la rue Marceau et de la place Gambetta

27En 1964, Roger Grau a observé deux sépultures entre l’extrémité de la rue Marceau et l’entrée nord-ouest de la place Gambetta. Une inhumation était en plein terre et sans aménagement visible, l’autre comprenait « une sépulture formée de gros cailloux non maçonnés sans apparemment de couverture ». Enfouies à 1,20 m de profondeur, ces inhumations ne sont pas datables, mais pourrait être de la fin de l’époque romaine ou du haut Moyen Âge (article dans L’Indépendant du 3/12/1964 ; Grau s. d.b).

1.15. Elne ville, tombe de la place de la République

28En 1964, en réalisant un sondage dans une propriété de la place de la République (immeuble Comes), Roger Grau a découvert à 3 m de profondeur une amphore découpée qu’il a pensé être une sépulture d’enfant (Grau s. d. b). Cette découverte restée inédite est décrite sans plus de précision dans son journal de fouille.

1.16. Elne, cercueil en plomb

29D’après Joseph Carrère qui écrit en 1787, il aurait été trouvé « il y a 20 ans, un cercueil en plomb, autour duquel étaient les vestiges d’une inscription presque effacée ; il renfermait des os humains et les restes d’une armure » (Carrère 1787, p. 13). Il est difficile de dire quelle part de vérité il faut accorder à ces propos, et quelle datation on doit retenir pour ce cercueil.

1.17. Elne, nécropole « au-dessous » d’Elne

30En 1870, dans un compte-rendu d’activité de la Société agricole scientifique et littéraire des P.-O., le secrétaire signale « la découverte au-dessous d’Elne, dans une tranchée, de débris d’un ancien cimetière romain, et, entre autres objets, d’une amphore et d’une brique portant le nom d’un potier inconnu, aelianvs » (Fabre 1870, p. 21). Le terme « au-dessous » d’Elne, s’appliquant à la périphérie d’une ville située en partie sur une butte, reste bien imprécis. Il ne s’agit vraisemblablement pas de la ville basse où le cimetière antique reconnu près d’un siècle plus tard se trouve à l’intérieur des remparts médiévaux, ce que le rapporteur aurait alors mentionné. Il pourrait par contre s’agir des découvertes anciennes, signalées comme les tombes du boulevard Voltaire.

1.18. Elne périphérie de la ville, sépulture du Carrefour

31Dans leurs notes de fouilles, Louis Bassède et Roger Grau ont consigné la découverte d’une tombe romaine en 1969. C’est en creusant une cave dans une parcelle près du Carrefour (ancienne maison Colomines située sur le boulevard du Général de Gaulle) qu’il a été trouvé à 3 m de profondeur, une tombe constituée de tegulae sous lesquelles se trouvaient de la cendre, des débris d’ossements brûlés et trois vases (Bassède s. d.). Il s’agit d’un lacrymatoire en verre, d’une tasse en paroi fine blanche dite « à coquille d’œuf » et d’un gobelet ansé. Ces vestiges sont conservés dans les collections des amis d’Illibéris. Ce mobilier permet de dater cette tombe à incinération de la fin du Ier siècle de notre ère. Roger Grau indique de plus, que quelques jours auparavant, à la même profondeur, ils avaient observé sommairement une fosse dont les parois étaient rubéfiées (Grau s. d.c). Il s’agissait sans doute de l’emplacement d’un bûcher funéraire. La première tombe est la seule du Haut-Empire connue à Elne. Précisons toutefois que peu de recherches ont eu lieu dans cette partie de la ville. Cet endroit situé au pied de la ville haute pourrait se trouver en bordure d’un chemin contournant la colline par le sud.

1.19. Espira-de-l’Agly, tombe du Mas Méric

32Nous empruntons à Jean Abélanet la description de cette probable tombe antique. « Au sud du Mas Méric, un défonçage fit apparaître, il y a une vingtaine d’années, un grand nombre d’ossements humains. D’après les renseignements recueillis de la bouche du régisseur, M. Seilles, il s’agissait d’une grande fosse, qu’il pensa être une fosse commune pour les soldats morts à la bataille de Peyrestortes ! Il récupéra un crâne, égaré depuis, et deux petits vases intacts » (Abélanet 1983, p. 117-118). Jean Abélanet a pensé qu’il pouvait s’agir de tombes maçonnées, car il a remarqué des débris de construction à l’emplacement indiqué. Les deux vases, aujourd’hui conservés par Gérard Bile, sont des coupelles en sigillée sud-gauloise (formes Drag. 27 et Drag. 35/36) qui sont datables de la fin du Ier siècle de notre ère. Jean Abélanet a également recueilli sur place les morceaux d’autres vases, notamment différents fragments d’une assiette (Drag. 18/31) en sigillée marbrée, ainsi qu’un fond et un bord (Drag. 35/36) en sigillée classique qui sont brûlés. L’association de vases complets et de vaisselle brûlée est souvent indicatrice d’une sépulture à incinération, le mobilier brûlé étant alors les restes des objets qui accompagnaient le défunt sur le bûcher. Par contre, leur association avec une inhumation est plus étonnante. En l’absence d’observation précise de terrain, cette seconde association doit être considérée comme douteuse et pouvant être le résultat, par exemple, de différentes tombes en un même endroit. Le site du Mas Méric, proche du cours de l’Agly, devait être à proximité de la voie qui remontait cette vallée, voie dont Jean Abélanet a surtout retrouvé des traces sur la rive opposée (Abélanet 1997, p. 128).

1.20. Llupia, cercueil en plomb

33Dans ses notes manuscrites décrivant l’habitat du Haut et Bas-Empire de Sant Romà, Georges Claustres signale la découverte d’un « cercueil en plomb » à une centaine de mètres du site (Claustres s. d.). Cet habitat de Sant Romà se trouve sur le tracé de la via conflentana.

1.21. Palau-del-Vidre, nécropole de Batipalmes (fig. 9)

34À Batipalmes, en bordure immédiate du tracé principal de la voie domitienne, l’extension du cimetière a occasionné en 1983 la fouille partielle d’une nécropole à inhumation du Bas-Empire. Cette opération dirigée par Annie Pezin a permis d’explorer 17 tombes, qui ne constituent sans doute qu’une partie de la nécropole initiale. Il faut préciser que d’une manière générale, les ossements des défunts sont très mal conservés du fait d’une forte dissolution dans le terrain encaissant, si bien que les tombes ne sont observables que par leur aménagement. La grande difficulté pour lire, lors de la fouille, les fosses creusées s’ajoute à la dissolution des ossements pour rendre inaperçues d’éventuelles sépultures en pleine terre. Neuf tombes étudiées, dont deux d’enfants, sont des coffres en bâtière constitués de tegulae avec ou sans emploi d’imbrices (fig. 10 et 11). Il faut sans doute y ajouter une dixième très dégradée dont seules les tuiles de fond étaient conservées. Les sept autres tombes se répartissent ainsi : quatre sépultures en amphore, deux d’enfants avec des coffres mixtes, une dernière qui est bâtie en dur. Les rares ossements indiquent le dépôt général du défunt en decubitus dorsal. Aucun cas de réutilisation ou de réduction n’a été observé. Dans huit tombes, il a été retrouvé un ou deux vases contenant sans doute des offrandes. Dans deux sépultures en bâtière bien conservées, il a été mis en évidence un rite particulier, sans doute pratiqué en plusieurs étapes, comprenant le bris de vases puis le rejet des fragments une fois le coffre fermé. Enfin, la sépulture bâtie, très dégradée par les labours, a livré des ossements bouleversés ainsi que des clous en fer et des crochets en plomb en forme de S. Elle a donc dû contenir un coffre en bois cloué et peut être même un sarcophage en plomb dont la cuve aurait été récupérée.

35La fouille a montré des orientations différentes, des profondeurs d’enfouissement variables et aussi un cas de recoupement entre deux tombes. Ces éléments montrent une assez mauvaise gestion de l’espace, peut-être due à une assez longue période d’utilisation du lieu. Ce fait ne se retrouve pas de manière significative dans le mobilier qui semble assez homogène mais appartenant à une période assez longue. Il a en particulier été rencontré plusieurs fois des jattes carénées à collerette (type Lattara CL-ENG B6) qui sont fréquentes dans notre région dans les contextes d’habitat du IIIe et IVe siècle (Pezin 1983).

Figure 9 : Palau-del-Vidre, Batipalmes. Plan schématique de la partie fouillée de la nécropole. (D.A.O. J. Kotarba, d’après Annie Pezin, 1983)

Figure 10 : Palau-del-Vidre, Batipalmes. Couverture en bâtière de tegulae et imbrices de la tombe 10 (cliché Annie Pezin)

Figure 11 : Palau-del-Vidre, Batipalmes. Tuiles de fond et défunt de la tombe 10 en bâtière. (cliché Annie Pezin)

36La découverte d’inhumations à cet endroit doit être un fait fort ancien puisque l’abbé Jean Sarrète signale en 1911 que ce terroir est appelé oralement La More et qu’un acte de 1246 fait mention d’une vigne dite vinea des mortes (Sarrète 1911, p. 108-109). Il pourrait s’agir des tombes antiques qui sont signalées par Jean Auguste Brutails comme très peu étudiées (Brutails 1892-1893, p. 379) et que Louis Ménétrier signale comme non loin de Villeclare (Ménétrier 1870, p. 267). Ces observations, si elles se rapportent bien à cette nécropole de Batipalmes, confirmeraient l’idée d’un assez vaste cimetière dont la fouille de 1983 n’illustre qu’une partie.

1.22. Palau-del-Vidre, tombes et élément sculpté du Camp de la Pedra

37À proximité immédiate de l’important habitat rural du Camp de la Pedra, occupé durant le Haut et le Bas-Empire, il a été découvert vers 1959 par M. Ferrer une amphore Almagro 51 complète lors de travaux (Grau 1959, p. 239). Quelques années plus tard, M. Munoz découvrit dans le même secteur une grande amphore africaine cylindrique complète qui contenait un petit pot à l’intérieur (article dans L’Indépendant du 17/11/1964). Ces découvertes attestent sans aucun doute la présence d’une nécropole à inhumation du Bas-Empire dont l’importance reste à préciser. Celle-ci se trouve en bordure du tracé principal de la voie domitienne (Comps 1997, p. 108, fig. 70).

38En 1981, le défonçage de la parcelle principale où s’étend cet habitat du Camp de la Pedra, a entraîné la découverte de nombreux vestiges et en particulier d’un élément sculpté qui pourrait appartenir à un mausolée ou à un sarcophage. Déposée par Louis Bassède et Roger Grau au musée du cloître d’Elne, cette pierre est décorée de grandes feuilles en forme d’écailles. Elle constitue un document supplémentaire indiquant une zone funéraire à proximité de cet habitat (Castellvi, Comps, Pezin 1997, p. 81-82). S’il s’agit bien d’un élément de mausolée, il indique une construction qui devait être importante et luxueuse.

1.23. Palau-del-Vidre, nécropole entre Saint-André et Palau

39En 1911, l’abbé Joseph Borrallo signale, sans doute de manière un peu hâtive, la découverte « naguère de Joseph Sarrète d’un cimetière gallo-romain entre Saint-André et Palau, et quelques fouilles très superficielles ont suffi pour mettre au jour un grand nombre de sarcophages desquels ont été retirés au milieu des débris humains des pièces de monnaie à l’effigie de Marc Aurèle » (Borrallo 1911, p. 9, note 1). La description que fait la même année, Joseph Sarrète lui-même, des fouilles entreprises au lieu-dit Bosch d’en Llucia, concerne essentiellement un établissement rural occupé durant le Haut-Empire, dans lequel il a dégagé les vestiges d’une tombe incertaine d’enfant (Sarrète 1911, p. 104-108).

1.24. Perpignan, nécropole de Ruscino

40En 1995, dans la partie nord-est du vallon qui borde le côté est de l’agglomération antique, Rémy Marichal et son équipe ont mis en évidence différents dépôts liés à une nécropole. Nous leur empruntons la description de ces vestiges. C’est dans une tranchée d’évaluation, réalisée au pied du versant abrupt, qu’ils ont étudié « une série de 6 à 7 zones cendreuses denses correspondant à des bûchers funéraires et une tombe modeste couverte de deux niveaux de galets et contenant une urne cinéraire avec son couvercle et trois gobelets à parois fines (première moitié du Ier s. ap. J.-C.) ». Ces dépôts sont profondément enfouis sous des colluvions : 2,80 m pour le dessus de la tombe, 4,10 m pour le bûcher funéraire le plus bas qui repose sur le terrain géologique. Un muret de galets observé à proximité de la tombe, semble l’isoler d’une aire de passage en galets compactés qui pourrait être une rue rejoignant sans doute la voie domitienne toute proche. L’auteur précise enfin que le mobilier recueilli montre une période d’utilisation des bûchers qui couvre plusieurs siècles (Marichal dans BSR 1995, p. 144).

41En 1997, la réalisation d’autres sondages d’évaluation au nord de l’agglomération, toujours en contrebas et à proximité du tracé de la voie domitienne, a permis de nouveau à Rémy Marichal et à son équipe d’étudier une tombe bien conservée. Voici la description qui en est faite. « La tombe de type bousthom, comprend une fiosse rectangulaire recevant le bûcher, dont les cendres ont ensuite été rassemblées sous des tegulae disposées en bâtière. Les ossements étaient sensiblement en connexion ou du moins présentaient une position qui excluait un déplacement entre le lieu de crémation et le lieu d’inhumation. La terre sous le dépôt, de nature argileuse, est fortement rubéfiée. Deux petits vases en céramique orange tournée étaient placés à une extrémité du caisson en tegulae et un gobelet en verre (fragmenté) se trouvait au centre. Leur typologie permet de dater la tombe dans le courant de la première moitié du Ier s. ap. J.-C. » (Marichal dans BSR 1997, p. 125).

1.25. Perpignan, inhumations du Mas Coste

42La fouille extensive menée en 1992 sur le site du Mas Coste, par Jérôme Kotarba et Patrice Alessandri, a montré qu’il s’agissait d’une exploitation rurale occupée du début du Ier siècle avant notre ère au milieu du Ier siècle après. Cette exploitation possédait différents équipements dont une douzaine de silos de tailles et formes différentes, qui ont été creusés et comblés durant toute la période d’activité du site, au fur et à mesure des besoins. Deux de ces silos contenaient dans leur comblement un défunt chacun (fig. 12). Les deux inhumations concernent des sujets adultes qui ont été installés avec un certain soin alors que les silos étaient abandonnés depuis quelque temps. La fouille fine et l’analyse archéo-anthropologique réalisée par Véronique Fabre permettent de reconnaître, pour le cas le mieux conservé, une décomposition en espace vide, synonyme de l’existence d’un dispositif de protection du corps ou d’un colmatage différé du silo. Le mobilier contenu dans le reste du comblement (surtout des amphores italiques de type Dressel 1A et 1B) permet de proposer un ensevelissement compris entre les années-70 et -30, sans doute simultané pour ces deux cas (Kotarba, Alessandri 1992 et contribution de Véronique Fabre). Cette découverte pose le problème de la nature et de la place accordée à ces inhumations opérées dans des structures domestiques à un moment où l’incinération est normalement pratiquée.

Figure 12 : Perpignan, Mas Coste. Inhumation pratiquée dans un silo (cliché J. Kotarba)

1.26. Perpignan, tombes du Mas Vermell

43Au nord du Mas Vermeil et du Mas Roca, Christian Donès a observé en 1991 en prospection un lot homogène de fragments d’amphores de la fin de l’Antiquité, dont plusieurs morceaux appartenant à un même récipient. Malgré l’absence d’ossements, il est possible que ces vestiges proviennent de tombes de la fin de l’Antiquité (compte-rendu de Christian Donès dans Bulletin de l’A.A.P.-O., n° 6, 1991, p. 63 ; Comps, Kotarba 1997, p. 99 ; Puig et alii 2000, p. 244-245).

1.27. Perpignan, tombes de Lo Forti

44À proximité de l’habitat antique de Lo Forti, exploitation rurale occupée en continu de l’époque républicaine à la fin du Haut-Empire puis réoccupée de manière ponctuelle à la fin du IVe siècle, Georges Claustres a observé en 1958, après un défonçage, plusieurs tombes probables en tegulae. Cette information, seulement reportée sur un croquis, reste très imprécise et donc non datable. Cet endroit est à environ 100 m de l’habitat et en bordure du chemin de Las Colobres qui correspond sans doute à un axe utilisé durant l’époque romaine (Claustres, s. d.).

1.28. Pézilla-la-Rivière, tombes de la chapelle Saint-Saturnin

45Lors de travaux récents de restauration, la chapelle Saint-Saturnin a fait l’objet de recherches archéologiques. Menées d’abord par Eugène Cortade en 1988 (Cortade 1991, p. 52-54), puis reprises de façon plus méthodique par André Constant en 1991 (Constant 1994-95), elles ont montré que cet édifice s’est installé à un endroit déjà occupé à l’époque romaine. Un sondage réalisé dans le chœur d’une première chapelle arasée a permis de retrouver un niveau d’occupation datable de la fin du IVe et du Ve siècle de notre ère, composé de 4 sols successifs. L’exiguïté du sondage ne permet pas de mieux caractériser cette présence antique. À l’intérieur du chœur de l’édifice actuel (XIIe siècle), sans relation stratigraphique restituable avec la chapelle antérieure, environ dix tombes ont été dégagées, malheureusement de manière trop rapide pour qu’une étude précise des défunts et des modes d’inhumation puisse être entreprise. Nous nous intéresserons aux aménagements des tombes recoupées par la construction de ce second édifice. Les deux sépultures les plus anciennes, et aussi les plus détériorées, sont des coffres de section quadrangulaire faits avec des tegulae dans un cas (orientation est-ouest) et avec de grandes briques pour le second (orientation sud-est – nord-ouest). Il n’est pas fait mention de leur contenu. La tombe en tegulae est recoupée par un coffre en lauzes de section rectangulaire (orientation est-ouest), qui est lui aussi antérieur au second édifice. Cette sépulture, de plus de 1,60 m de long et 0,50 m de large, contenait deux défunts disposés successivement en decubitus dorsal (Constant 1994-95, p. 82). Une sépulture du même type se trouvait à côté (orientation est-ouest). Mesurant 1,75 m de long pour 0,50 m de large, elle était vidée de son contenu. Les autres tombes observées, notamment des inhumations avec cordons de galets et des inhumations en pleine terre ont été considérées comme plus récentes et contemporaines de l’un ou l’autre édifice. La juxtaposition de sépultures différentes dans le faible espace exploré de cette chapelle, montre un cas de figure intéressant de persistance d’un cimetière, dû en partie à l’installation sans doute fort ancienne d’un lieu de culte, peut-être lié aussi à la proximité d’une voie remontant la vallée de la Tet en rive droite. Les tombes en coffre de tuiles et de briques, attribuables avec vraisemblance à l’époque romaine, pourraient appartenir à une première occupation du lieu durant le Bas-Empire. Les coffres de lauses sont un peu plus tardifs, peut-être plutôt du haut Moyen Âge.

1.29. Ponteilla, nécropole de la Font dels Horts

46La nécropole de la Font dels Horts a été découverte en 1988 lors de la réalisation des fondations d’une maison. À cet endroit, qui correspond au bas d’un versant en pente légère vers l’est, aucun vestige n’avait été signalé auparavant. La description de cette découverte est due à Mary Sanchiz qui s’est rendue sur place peu après le début des travaux. Douze coffres de tuile, grossièrement orientés est-ouest et deux amphores accolées chacune à un coffre, ont été détruits ou repérés dans le périmètre excavé pour les fondations de la maison, soit environ 170 m2 (fig. 13). Il s’agit d’un nombre minimum car quelques tombes ont pu ne pas être touchées par les travaux, et rester préservées entre les tranchées. D’après l’entrepreneur, tous les coffres, de forme quadrangulaire, étaient constitués de 6 tegulae de fond, de tegulae latérales et de 6 tegulae de couverture emboîtant les tuiles latérales. Les dimensions de chaque coffre étaient ainsi d’environ 2,10 m de longueur, de 0,42 à 0,50 m de largeur et de 0,35 m de hauteur. Les tuiles utilisées mesurent environ 0,49 m sur 0,36. Les squelettes étaient assez bien conservés et disposés la tête à l’ouest. Dans ou à côté de certaines tombes se trouvait un vase en terre cuite. Les sépultures les plus profondes, dans la partie haute de la parcelle, ont leur fond à 1,45 m de la surface. Du côté nord, deux sépultures s’appuient sur un large mur, d’axe est-ouest, qui est constitué de gros blocs liés au mortier de chaux, dont certains de marbre rose non équarri (Sanchiz 1988).

Figure 13 : Ponteilla, Font dels Horts. Plan général schématique des découvertes dans la zone excavée par les travaux. (D.A.O. J. Kotarba, d’après un relevé de terrain établi par Mary Sanchiz)

Figure 14 : Ponteilla, Font dels Horts. Mobilier retrouvé lors des travaux de construction (cliché J. Kotarba)

47Le mobilier conservé par le propriétaire comprend : deux cols d’amphore (type Keay 27 pour l’un et Keay 35 pour l’autre), un bouchon découpé dans un fragment de tuile qui fermait l’un de ces deux cols, un plat en claire D de forme Hayes 58, une cruche (type Lattara CLREC 3j ou 3k), une coupelle (type CL-REC 13d), une coupelle (type CL-REC 13l) et une coquille épaisse avec un bord usé (usage en cuillère probable) (fig. 14). Il s’y ajoute les éléments d’un autre plat Hayes 58 en claire D recueillis dans les déblais. Cette petite nécropole dont nous ignorons l’étendue est donc en usage dans le courant du IVe siècle de notre ère. Elle est en bordure du vieux chemin de Nyls à Ponteilla, qui correspond à la via conflentana (Comps 2003, p. 55).

1.30. Ponteilla, nécropole du Camp de Nyls

48Sur le lieu-dit Camp de Nyls, au niveau d’une petite butte, Guy Danielzik a indiqué en 2000 à Carole Puig et à ses équipiers, la découverte, lors d’un récent défonçage, de vestiges d’époque romaine. Il s’agit de morceaux d’amphores qui appartiennent en grande partie à un exemplaire d’origine africaine datable du VIe s. (détermination Michel Bonifay). Il aurait été trouvé sur ce même terrain, plusieurs années auparavant, lors d’un précédent labour profond, plusieurs sépultures antiques et notamment des tombes en bâtière (Puig et alii 2000, p. 135-138). La présence à cet endroit d’une petite nécropole de la fin de l’époque romaine et du début de la période wisigothique semble certaine.

1.31. Rivesaltes, nécropole de Turà

49En 1833, Pierre Puiggari rend compte des fouilles pratiquées par un certain Parés sur un terrain à monsieur Xixet dans le territoire de Turà. Suite à la découverte d’un tombeau en ardoise dans une vigne, les fouilles permirent alors de dégager plusieurs sépultures, « formées par de grandes briques à rebord, où se sont trouvés, soit intérieurement, soit extérieurement, quelques vases de terre cuite assez commune » (Puiggari 1833). Dominique Henry complète en 1835 cette description en signalant que « dans un vase on a trouvé une capsule de terre, de la forme et de la grandeur d’une moufle, renfermant des ossements de fœtus. Dans un autre tombeau, on a trouvé un squelette de haute stature, dont les os étaient parfaitement en place, à l’exception de la tête, qui se trouvait appliquée à la colonne vertébrale, preuve que l’individu avait été décapité » (Henry 1835, I, p. 436 et note 1). Ces différentes descriptions attestent bien de la découverte d’une nécropole à inhumation. Sa datation est incertaine, avec une assez forte probabilité pour la fin de l’époque romaine. La découverte à cet endroit d’une monnaie de Faustine, sans que nous sachions vraiment si elle était ou pas associée à une sépulture, ne peut pas être prise comme un élément de datation marquant l’usage de cette nécropole dans le courant du IIe siècle.

1.32. Rivesaltes, sépulture de la chapelle Saint-André

50Lors de sondages réalisés en 1989 à l’intérieur de la chapelle Saint André, Patrice Alessandri a mis en évidence des vestiges antérieurs à l’édifice du haut Moyen Âge. C’est en particulier le cas pour « une tombe sarcophage, aux parois de tuileau, et comblée avec des cendres contenant des fragments de lacrymatoires ». L’attribution à l’époque romaine de cette sépulture semble certaine et pourrait éventuellement être en relation avec un niveau d’occupation observé aussi lors de ces recherches. Il atteste la présence sur place d’un habitat occupé au moins durant l’époque romaine républicaine et le Ier siècle de notre ère (compte-rendu de Patrice Alessandri dans le Bulletin de l’A.A.P.-O., n° 5, 1990)

1.33. Saint-André, sépulture de Sainte-Eugénie

51Sur le lieu-dit Sainte-Eugénie, Jean Abélanet a découvert une tombe à la suite d’un défonçage. À un endroit où étaient présents des fragments de tegula, il a recueilli un lacrymatoire complet associé à trois vases en terre et à une plaque de bronze rivetée. La présence de quelques petits fragments d’ossements humains lui a montré qu’il s’agissait bien d’une tombe (Abélanet 1983, p. 117). L’un des vases est une petite marmite en céramique africaine de cuisine, et permet d’attribuer l’ensemble au IIe siècle de notre ère. Un autre vase est un gobelet à une anse en céramique commune locale.

1.34. Saint-Estève, sépulture de la Briqueterie

52Dans une briqueterie de Saint-Estève dont l’emplacement exact n’est pas précisé, il a été découvert en 1890 une inhumation disposée dans un coffre de tegulae. Albert Donnezan, qui n’assista pas à la découverte, recueillit sur place quelques-unes de ces tuiles, ainsi qu’« une boucle en bronze et deux énormes crampons de fer que contenait la sépulture » (Donnezan 1892, p. 268). L’attribution à l’époque romaine de cette tombe semble probable, sans plus de précision.

1.35. Salses, tombe de Garrieux

53En 1830, dans une vigne près de Garrieux, une tombe exceptionnelle d’époque romaine fut mise au jour. Voici les renseignements qu’a pu recueillir Pierre Puiggari auprès du propriétaire de la vigne et de l’ouvrier agricole qui ont fait la découverte peu de temps auparavant. La fosse qui la contenait, avait 4 ou 5 pieds en carré (1,20 à 1,50 m) et 3 pieds de profondeur (0,90 m). « Au centre s’élevait une urne de terre cuite, noire et fine, d’environ un pied de haut et 8 pouces de diamètre, munie d’un couvercle plat scellé sur un rebord intérieur. C’est dans cette urne que se trouvèrent renfermés les os du défunt. Tout autour étaient 12 ou 15 fioles de 5 à 6 pouces de longueur, les unes cylindriques et étroites, les autres carrées ; d’autres renflées, et d’autres enfin de celles qu’on appelle faussement lacrymatoires. Le tout était enclos sous une moitié d’urne ou de cruche d’argile grossière et très épaisse, qui n’avait qu’un petit orifice au sommet. Cette espèce de cloche était flanquée de 4 ou 5 vases de terre fine, les uns noirs, les autres rouges, d’un pied de haut et de 5 à 6pouces de large, entourés eux-même d’une douzaine de petits pots d’une terre très fine, gris de fer, de 2 ou 3 pouces de diamètres. Ces vases renfermaient une matière terreuse, et les fioles, des pellicules qui, secouées, voltigeaient comme un essaim de petits papillons. L’urne, les vases et les fioles reposaient tous sur une couche de cendre de 5 à 6pouces de profondeur, maintenus par des tuileaux. Il paraît qu’il y avait aussi quelques patères et une coupe qui fût brisée du premier coup de pioche. Parmi les cendres, on trouva des restes de charbon, des morceaux de corail, une agrafe en métal toute calcinée, des anneaux de cuivre d’où tombèrent en les touchant 4 ou 5 chatons avec des débris de pierres que le feu avait consumées. Une bague en or, dit-on, et plusieurs autres choses pareilles » (Puiggari 1832). Bien que cela ne soit pas dit de façon certaine, cette tombe semble bien être une incinération. La description du riche mobilier qui accompagne l’urne ne permet pas de proposer de datation précise. Il est possible alors avec prudence de la rattacher à la République romaine ou au Haut-Empire, périodes où l’incinération est pratiquée. Pierre Puiggari sous-entend que d’autres recherches ont été entreprises à proximité. Leur résultat n’est pas connu. Il n’est donc pas possible aujourd’hui de savoir s’il s’agit d’une riche tombe isolée ou au contraire, si elle appartient à une nécropole.

1.36. Salses, tombe de la vigne de M. Barthe

54Dans ses notes manuscrites, Georges Claustres a recopié une information qui se rapporte au 3 décembre 1834 (ou 1839) dont je n’ai pas retrouvé la publication d’origine, si elle existe. Dans la « vigne de M. Barthe à Salses, tombeau romain formé de tegulae (dim. 0,65 sur 0,44 m, épaisseur 4 cm et rebord de 5 cm). Trois de ces briques sans mortier formaient le pavé de la tombe ; côtés en pierres plates placées de champ et le couvert en briques semblables à celles du fond. Le squelette avait la tête vers l’Orient, à ses pieds étaient une petite urne en terre cuite (0,20 m de diamètre sur 0,15 de haut) et une lampe sépulcrale » (Claustres s. d.). Cette description concise montre qu’il s’agit d’une inhumation d’époque romaine, sans doute du Bas-Empire.

1.37. Thuir, nécropole de Sant Feliu de Rellà ou du Pas de Nabou

55La nécropole de Sant Feliu de Rellà appelée aussi du Pas de Nabou, découverte en 1893, a été décrite de façon assez précise par le Dr. Ecoiffier, maire de Thuir, dans un texte joint à l’article d’Albert Donnezan paru en 1906. « Les 14 sépultures, toutes contiguës entre elles et se touchant par leur paroi la plus longue, sont maçonnées : 13 d’entre elles, avec un appareil constitué par du mortier très fin et très blanc et par des cailloux roulés siliceux, reposant sur un pavé très soigné de cailloux du même genre. Une quatorzième, placée au centre de l’alignement représenté par les 13 autres, était exclusivement bâtie en briques rejointes avec le plus grand soin. Toutes les sépultures contenaient des vestiges d’ossements, mais presque uniquement des os longs, le crâne étant sans doute tombé en poussière. » (Ecoiffier dans Donnezan 1906, p. 458-459). L’une des sépultures contenait, au niveau de la tête, une écuelle en poterie et une spatule en forme de cuillère. Des autres tombes, 5 ou 6 bracelets de diverses formes et décorations ont été recueillis, ainsi qu’un coquillage marin. De plus des clous et des petits anneaux en fer ont été trouvés dans certaines sépultures. La sépulture en brique comprenait, en chevet vertical, une tegula portant la marque aeliani. À partir de ces descriptions, cette nécropole n’est pas datable avec précision. Elle semble appartenir à l’époque romaine, voire au début du haut Moyen Âge.

56D’après Emile Desplanque, archiviste de la commune, repris ensuite par Georges Fédière, cette nécropole se trouverait en fait au lieu-dit Vinyer del Rey (Desplanque 1896, p. 4 ; Fédière 1980, p. 328). Nous n’avons pas aujourd’hui retrouvé avec certitude ce site de découverte et ne savons donc pas s’il est ou pas associé à un habitat et notamment au village disparu de Rellà.

1.38. Thuir, tombes du Vinyer del Rey

57Au lieu-dit Vinyer del Rey, M. Charles Fauquet a signalé en 1983 à Jean-Pierre Comps la découverte de plusieurs concentrations de tegulae dans une parcelle qu’il venait de défoncer. Une tuile presque complète, qui était plantée de champ, porte la marque nivalis. Malgré l’absence d’éléments associés (céramiques, ossements ou cendres), ces concentrations pourraient correspondre à des tombes à inhumation de l’époque romaine (Comps 1984).

1.39. Thuir ou Camélas, cercueil en plomb

58Sur une carte publiée en 1951, Pierre Ponsich et Anny de Pous positionnent une inhumation d’époque romaine au nord-ouest de Thuir (Ponsich, de Pous, 1951, p. 86). Il s’agit très certainement de l’endroit de découverte d’un sarcophage en plomb, au début des années 1940, sarcophage qui fut transformé avant toute observation en plombs de chasse. Dans un autre ouvrage, Jean Abélanet et Pierre Ponsich l’indiquent une fois sur la commune de Thuir et une autre fois sur celle de Camélas, dans le vaste secteur appelé Pla de Rellà, qui est à cheval sur plusieurs communes (Abélanet, Ponsich 1985, p. 897 et 1079).

1.40. Villemolaque, tombe de Vigne Nouvelle

59Jean Abélanet a découvert anciennement une probable tombe à inhumation à proximité immédiate d’un habitat rural occupé principalement durant le Haut-Empire. Dans une vigne, il a observé quelques ossements humains (débris d’un crâne et des dents) associés à des fragments de tegulae. Cette tombe n’est pas datable (Abélanet, s. d.).

2. Essai de synthèse par période

2.1. Périodes républicaine et du Haut-Empire

60Ces deux périodes sont regroupées ici car elles sont pauvres en découvertes funéraires en Roussillon. Pourtant, elles constituent une partie importante et bien structurée de l’Antiquité romaine. Nous verrons que les causes de cette pauvreté sont en grande partie identiques pour ces deux périodes. Enfin, les rites funéraires de ces deux périodes sont majoritairement dominés par l’incinération, avec la possibilité du développement des inhumations à partir du IIe siècle de notre ère.

61Dans la plaine du Roussillon, la période romaine républicaine est caractérisée, sans doute dès le tout début de la conquête, par une importante vague d’installation de petites fermes, phénomène qui touche tous les terroirs et qui fait que la campagne sera intensément occupée, d’une manière sans équivalent aux périodes suivantes. C’est aussi durant la République romaine que la ville de Ruscino prend de l’importance (notamment avec la structuration de maisons richement décorées à l’époque césarienne). À l’inverse, les textes antiques indiquent qu’Elne perd de son lustre passé, ce que l’archéologie confirme au moins par l’absence de restructuration de l’habitat. De plus, durant cette période, l’exploitation méthodique des ressources minières et en particulier du fer du Canigou est très importante et a dû avoir des répercussions dans le niveau de vie d’une partie de l’élite et également dans la structuration des voies d’échanges. Or, il faut bien reconnaître que les découvertes funéraires attribuables à cette période frisent l’absence totale. Seules les deux personnes inhumées dans des silos au Mas Coste (Perpignan) appartiennent de façon sûre à cette époque. D’autres plus hypothétiques comme la riche tombe de Garrieux (Salses) ou comme certains des bûchers funéraires observés en dessous de Ruscino pourraient en faire partie, mais ont aussi autant de chance d’être du Haut-Empire. Il faut donc bien reconnaître aujourd’hui que nous ne savons rien des pratiques funéraires de l’époque romaine républicaine en Roussillon. L’absence de découverte fortuite de tombes liées à cette forte occupation rurale, aussi modestes que soient les paysans, est fort étonnante. D’autant plus qu’il est impossible de savoir si les inhumations du Mas Coste constituent un fait exceptionnel ou habituel et même s’il faut y voir un geste de relégation ou au contraire de respect. L’absence de tombes liées aux occupations urbaines est aussi à remarquer.

62Pour la période du Haut-Empire, le Roussillon continue à être une terre agricole et viticole fortement exploitée. Les établissements ruraux se sont souvent restructurés en unités plus importantes qu’à la période précédente. La crise du IIe siècle qui concerne une zone géographique très vaste de l’empire romain, va avoir des répercussions très fortes ici car elle est précédée de la chute de la ville de Ruscino dans la seconde moitié du Ier siècle de notre ère. Cette dernière était pourtant devenue à l’époque augustéenne une colonie latine et s’était alors parée d’un vaste complexe public. Elne, devenue peu de choses, retrouve de l’importance à la fin du Ier siècle notamment avec une importante campagne de constructions. L’exploitation des ressources, le commerce et les échanges restent importants durant toute cette période. Si le bilan des découvertes funéraires est un peu plus important que pour la période précédente, nous allons voir qu’il demeure en fort déficit. En ce qui concerne Ruscino, deux incinérations observées dans des tranchées de reconnaissance sont attribuables à cette période. Elles appartiennent sans doute à une nécropole, mais dont l’importance ne peut être précisée. À Elne, la tombe du Carrefour est aussi du Ier siècle de notre ère. Découverte lors de travaux, dans une partie de la ville où il n’y a pas eu d’autres recherches, il est impossible de savoir s’il s’agit d’une tombe isolée ou d’une nécropole. Ces trois tombes correspondent à des incinérations avec un cas d’installation de la sépulture directement sur le foyer de crémation du défunt. Cette pratique funéraire particulière, qui se retrouve de manière de plus en plus fréquente depuis la multiplication des fouilles minutieuses, est ici attestée pour la première fois dans notre département à l’époque romaine. On rappellera en effet qu’un bousthom a été étudié sur la nécropole du Camp del Ginebre à Caramany (fouilles Alain Vignaud) qui date du Néolithique moyen.

63Dans la campagne roussillonnaise, la tombe sans doute multiple du Mas Méric (Espira-de-l’Agly) et celle de Sainte-Eugénie (Saint-André) sont datables du Haut-Empire grâce au mobilier associé, de la sigillée sud-gauloise dans le premier cas, de la céramique africaine de cuisine dans le second. Par contre, les observations de terrain, sans fouille, sont trop sommaires pour attester de façon sûre qu’il s’agit d’incinération. Au Mas Méric, les deux fragments de sigillée brûlés retrouvés pourraient provenir d’un bûcher. Un trait commun à ces cinq sépultures du Haut-Empire est la présence de plusieurs vases : respectivement 4 et 3 à Ruscino, 3 à Elne, au moins 3 au Mas Méric, 4 à Sainte-Eugénie. Si aucune lampe n’est attestée dans ces tombes, les gobelets à boire sont souvent présents. Par contre, on remarquera qu’une seule urne cinéraire est clairement attestée.

64La riche tombe de Garrieux (Salses) que nous ne savons pas dater, avec près de 30 vases dont une douzaine de fioles en verre et différents objets en métal plus ou moins précieux, se démarque fortement des découvertes postérieures. Si tout semble indiquer qu’il s’agit de la sépulture d’un personnage important, il faut toutefois garder à l’esprit que la rareté des comparaisons rend cette affirmation pour l’instant incertaine.

65Cette extrême rareté des incinérations des époques républicaine et du Haut-Empire est due à notre avis à plusieurs facteurs. Tout d’abord, on citera en premier le recouvrement sédimentaire qui sert à expliquer des absences ponctuelles. Pour les nécropoles liées aux agglomérations de Ruscino et d’Elne, les rares découvertes existantes montrent en effet que ces vestiges sont profondément enfouis. Dans les deux cas, les tombes trouvées sont au pied de versants abrupts où un fort niveau de colluvions s’est développé. Celui-ci rend difficiles les fouilles, mais en contrepartie, il a scellé différents niveaux de sol en relation avec l’usage funéraire de ces zones. Ce fort enfouissement est observé à Ruscino et à Elne, agglomérations installées sur des hauteurs qui ont donc installé leurs nécropoles sur les versants périphériques, mais il ne peut en rien expliquer la rareté des tombes liées aux installations rurales du reste de la plaine. Un second critère d’explication pourrait être lié à la rareté des recherches et notamment des diagnostics systématiques en archéologie préventive. En effet, les travaux menés cette dernière décennie ont été fortement liés à la détection préalable d’un site. La conduite plus systématique de recherches méthodiques en amont des grands travaux d’aménagement du territoire devient progressivement une manière habituelle de travail dans notre région. Leur multiplication devrait apporter son lot d’informations nouvelles. Néanmoins, si les prospections, notamment après les charruages profonds, ne livrent pas plus souvent de vestiges de tombes à incinération, ce doit être qu’un troisième facteur est à prendre en compte. Il est ainsi probable que le traitement réservé au défunt comprenne des habitudes particulières encore peu documentées. L’absence éventuelle d’enfouissement des résidus de l’incinération, voire leur répartition à la surface du sol, semble une des possibilités à envisager. C’est ce type d’explication qu’évoquent Valérie Bel et Michel Feugère, dans une synthèse récente sur les signes de la romanisation, pour expliquer régionalement l’extrême rareté des vestiges funéraires du IIIe et IIe siècle avant notre ère (Bel, Feugère 1998, p. 350). En Roussillon, comme dans d’autres zones de la région, cette difficulté pour découvrir des tombes à incinération se retrouve en effet déjà pour une bonne partie du IIe Âge du Fer. La méconnaissance totale des nécropoles pré-romaines de Ruscino et d’Elne est, à ce niveau, tout à fait significative. Cette constatation incite à penser que ce doit bien être la pratique de rites particuliers, aujourd’hui peu attestés par l’archéologie, qui explique cette longue absence de dépôts funéraires.

2.2. Période du Bas-Empire

66En Roussillon, le Bas-Empire est marqué par une occupation rurale qui n’est plus aussi homogène qu’auparavant. Les zones de piémonts et les terres pauvres sont abandonnées (souvent dès le courant du IIe siècle) et ne seront pas réoccupées. Par contre, les parties alluviales, au sol riche, sont occupées par des établissements souvent de grande taille dont une petite partie au moins possède des équipements luxueux (thermes, pièces chauffées, mosaïques). Cette élite se concentre surtout autour d’Elne. La pratique de l’inhumation est maintenant généralisée. Contrairement aux périodes précédentes, le nombre de tombes roussillonnaises attribuables au Bas-Empire est assez conséquent, d’autant plus que nous y attachons une bonne partie des découvertes non datées. Sans calcul particulier, ce nombre semble en adéquation avec l’occupation humaine constatée. La carte de répartition des points de découverte ne présente pas de vide particulier, notamment dans les zones fortement occupées à cette période (fig. 1). La rareté des fouilles récentes de tombes ou de nécropoles est à remarquer, et semble surtout conjoncturelle. Elle tient en partie au faible développement de l’archéologie préventive dans notre département et aussi à la multiplication des opérations dans la périphérie de Perpignan, c’est-à-dire dans une zone très peu occupée au Bas-Empire.

67Au niveau des villes, aucun élément pour l’instant ne laisse entrevoir une reprise d’occupation de Ruscino au Bas-Empire. La ville importante du Roussillon est maintenant Elne qui deviendra un peu plus tard le siège de l’Évêché. Il faut toutefois bien reconnaître que nous ne connaissons aujourd’hui que peu de choses de l’agglomération de cette période. C’est sans doute la ville basse, où les recherches récentes ont été rares, qui est le principal centre occupé. C’est d’ailleurs dans cette partie, c’est-à-dire au pied est de la butte, que se trouvent la, et sans doute plutôt, les nécropoles d’Elne. Découvertes lors de travaux réalisés dans les années 1960-1970, elles ne sont que très partiellement connues et n’ont jamais fait l’objet de véritables fouilles. Elles offrent une grande variété de sépultures dont malheureusement la chronologie ne peut pas être précisée. De toute évidence, une partie importante des clés permettant de comprendre les rites funéraires du Bas-Empire et du début du haut Moyen Âge, doivent se trouver à Elne, notamment parce que des possibilités de stratigraphie existent. La nécropole de la place du Planiol profondément enfouie et en zone urbaine dense restera pendant longtemps difficile à fouiller. Par contre, il serait intéressant d’entreprendre des recherches pour juger de l’état de conservation et de l’étendue de la nécropole du boulevard Voltaire.

2.3. Typologie des tombes du Bas-Empire (fig. 1 et fig. 15)

68Nous allons maintenant examiner les différents types d’inhumations qui sont datés ou attribués au Bas-Empire. Les dénominations retenues sont issues de la typologie récemment proposée par Michel Colardelle, Gabrielle Démians d’Archimbaud et Claude Raynaud pour les sépultures du Bas-Empire et du haut Moyen Âge dans le Sud-Est de la Gaule, propositions issues d’un travail collectif (Colardelle et alii 1996).

Figure 15 : Tableau de répartition des différents types de sépultures par site

2.3.1. Les coffrages de section quadrangulaire en tuiles (type 5) et en briques

69Ce type de coffre est plusieurs fois attesté en Roussillon. La petite nécropole de la Font dels Horts (Ponteilla), qui n’a malheureusement pas fait l’objet de fouilles, mais pour laquelle nous disposons d’informations précises, en a livré 12. Ils correspondaient tous à des sépultures d’adultes, orientées de la même façon et parallèles à un mur qui semble limiter la nécropole. Quelques vases sont associés à certaines des tombes mais sans observation sur leur position ni sur leur nombre. L’attribution au Bas-Empire de cette nécropole est certaine et sans doute même plutôt à centrer sur le IVe siècle. Une tombe de la nécropole de la place du Planiol (Elne) est constituée d’un coffre en tegulae, une autre proche est faite avec des briques liées au mortier. Une sépulture de la chapelle Saint-Saturnin (Pézilla-la-Rivière) est constituée de tegulae et est associée à un coffre en briques. Dans ces quatre cas, plus ou moins bien conservés et étudiés, il n’y a pas de mobilier signalé en association. Une seule des 14 tombes de la nécropole du Pas de Nabou (Thuir) a un coffre constitué de briques, qui sont signalées soigneusement maçonnées et comprenant une tegula estampillée au chevet. Enfin, la sépulture de la Briqueterie à Saint-Estève semble aussi entrer dans ce groupe de coffres. Une boucle en bronze et deux « crampons » en fer se trouvaient à l’intérieur.

2.3.2. Les coffrages de section quadrangulaire en matériaux composites (type 11)

70Nous avons regroupé ici des coffres souvent quadrangulaires, proche du type 5 mais qui comprennent l’utilisation de différents matériaux. Dans la nécropole de la place du Planiol (Elne), deux tombes jointives sont faites avec des carreaux de pierre bien ajustés, remplacés dans l’une par des briques au niveau du fond. Une autre sépulture de cette nécropole comprend une couverture en tegulae et des côtés avec des galets, correspondant peut-être au calage de planches en bois. Dans la nécropole de Batipalmes (Palau-del-Vidre) deux tombes d’enfants sont faites de matériaux composites : une première comprend un fond et un couvercle en tegulae et des côtés qui devaient être en bois ; la seconde devait comprendre des planches de bois dont le calage rectiligne de galets est resté en place et des morceaux de brique à la tête et au pied. Dans la vigne Barthe à Salses, le fond et le dessus sont faits avec de tegulae et les côtés en pierres plates. Comme dans le premier cas de Batipalmes, un vase est disposé dans le coffre de Salses. Enfin dans la chapelle Saint-André (Rivesaltes), les parois d’une tombe sont faites avec des morceaux de fragments en béton de tuileau.

2.3.3. Les coffrages de section triangulaire en tuiles (type 8.1)

71Il s’agit d’un type bien représenté en Roussillon. La nécropole de Batipalmes (Palau-del-Vidre) offre 9 exemplaires de bâtière dont deux tombes de petite taille sans doute utilisées pour des enfants. La construction des coffres est plus ou moins sophistiquée, ne comprenant pour les plus simples que des tegulae et pour les plus élaborées des imbrices qui couvrent les jonctions tant des grands côtés que du faîte central. L’ajout d’un ou de deux vases est quasi-systématique, avec toutefois l’observation à deux reprises de vases brisés qui se retrouvent à l’extérieur du coffre. Dans la petite nécropole du Chemin de Saint-Cyprien (Elne), un vase brisé est vraisemblablement aussi présent à l’extérieur d’un coffre. Pour les deux tombes en bâtière de cet endroit, on constate une grande différence de qualité dans les matériaux utilisés pour faire le coffre, un cas comprenant surtout des éléments de récupération, et l’autre utilisant des tegulae et imbrices complètes. Dans la rue Mazagran (Elne), ce sont deux sépultures en bâtières qui ont été trouvées, dont une d’adulte qui comprend des imbrices. L’autre était de petite taille et contenait un enfant. Au Camp de Nyls (Ponteilla) ce sont aussi des bâtières qui ont été découvertes anciennement. Les éléments de datation recueillis à Batipalmes indiquent une utilisation des bâtières au Bas-Empire. Ce type de tombes est d’ailleurs surtout fréquent au Ve siècle, mais aussi attesté à des dates plus anciennes et plus tardives (Colardelle et alii 1996, p. 284-285).

2.3.4. Les coffrages indéterminés en tuiles et briques

72Sous cette dénomination, nous regroupons les découvertes de tombes faites en prospection grâce à l’association de tuiles ou de briques et d’ossements humains, et les découvertes anciennes insuffisamment décrites. Dans ces deux cas, la forme du coffre ne peut être précisée. Pour les données de prospections, des tombes de ce groupe ont été attestées à Les Motes (Alenya), au Mas Laffitte (Cabestany), au Chemin de Ponteilla (Canohès), à Lo Forti (Perpignan), au Vinyer del Rey (Thuir) et à Vigne Nouvelle (Villemolaque) avec des briques dans le premier cas et des tegulae dans tous les autres. C’est aussi le cas de la nécropole « au-dessous » d’Elne où les coffres ne sont pas décrits mais où l’on sait qu’il y a une tegula estampillée, et de la tombe de l’île Saint-Vincent (Collioure) où l’on ne connaît pas l’organisation de la tombe. Pour les découvertes anciennes, nous citerons une tombe probable en tegidae au boulevard Voltaire (Elne) et les sépultures en tegulae non décrites de Turà (Rivesaltes). D’autres tombes trouvées lors de fouilles, mais fortement dégradées par les travaux agricoles sont également rangées dans cette catégorie. C’est le cas d’une sépulture de Batipalmes (Palau-del-Vidre) et d’une autre au Chemin de Saint-Cyprien (Elne), dont le fond, identique, est constitué de tegulae.

2.3.5. Les sépultures en amphore (type 9)

73Les tombes en amphore sont assez fréquentes et presque toujours associées à d’autres types de tombes. On en décompte une quinzaine en Roussillon, sans toutefois garantir qu’elles se rattachent bien toutes à la période romaine, certaines pouvant être un peu plus tardives. Nous n’avons pas travaillé dans le cadre de cette étude sur la détermination typologique de chaque découverte pour le vérifier. D’une manière générale, ce type de sépulture est réservé à l’inhumation des enfants en bas âge. En Roussillon, nous disposons de peu de données concrètes sur l’âge du défunt. Si à Batipalmes (Palau-del-Vidre), quelques ossements ont été observés, ils n’ont pas été étudiés. Au Puig del Bajà (Canet-en-Roussillon), le jeune sujet immature observé sous de gros fragments d’une même amphore, n’a pas été dégagé. La bonne fréquence de ce type 9 en Roussillon correspond bien aux observations générales qui montrent que cette façon d’inhumer est surtout fréquente en Languedoc-Roussillon et en Catalogne (Colardelle et alii 1996, p. 286-287).

2.3.6. Les sarcophages de plomb (type 6)

74Quelques sarcophages de plomb ont été trouvés en Roussillon : un au XVIIIe s. à Elne, deux vers le milieu du XXe siècle à Llupia et à Thuir ou Camélas, un dernier plus récemment à Alenya. Les trois premiers ne sont connus que par une mention, ne sont pas datés et doivent pour l’instant être considérés comme des découvertes isolées, non associées avec certitude à une nécropole. Le dernier, trouvé après un défonçage qui l’a fortement dégradé et fait disparaître, semble associé à une tombe en grandes briques et à une petite cruche en céramique luisante. Il pourrait donc être du Bas-Empire. Cette datation entre dans la fourchette chronologique proposée pour le type 6 (Colardelle et alii 1996, p. 278-280) que ces auteurs associent au IVe siècle et au début du Ve s.

2.3.7. Les sarcophages de pierre (type 7.1)

75Dans notre inventaire, huit sarcophages ont été pris en compte. De manière sûre, les trois exemplaires décorés présentés au cloître d’Elne sont nettement postérieurs au cadre de cette étude. Le quatrième, lui aussi exposé au cloître, décoré d’un chrisme et considéré comme la tombe de Constant, est daté du Ve siècle et peut donc appartenir à la fin de la période romaine. Les quatre autres sarcophages retenus dans cette étude proviennent de nécropoles de la ville basse d’Elne et n’ont pas été datés. Ils sont soit en calcaire coquillier tendre, soit en calcaire dur ou marbre. L’un d’eux est un couvercle réutilisé à l’envers.

2.3.8. Les coffrages en lauzes de section quadrangulaire (type 7.2)

76Ce type de coffre est fréquent dans notre département, notamment durant la période wisigothique. Pour les nécropoles de Les Tumbes à Estagel et de Lou Poujol à Tautavel, c’est en effet très majoritairement ce type de coffrage qui est en usage au VIe et VIIe siècle (voir à ce propos la contribution de Patrice Alessandri et Marina Hue et leur bibliographie dans ce même ouvrage). Pour la plaine du Roussillon, ce type de sépultures est souvent signalé. Nous n’avons retenu dans notre inventaire que les mentions issues de sites où il y a aussi des tombes romaines probables (cf. notes et références en fin de la liste des tombes et nécropoles pour quelques cas non retenus). C’est le cas pour les deux tombes en lauzes de Saint-Saturnin (Pézilla-la-Rivière) et une à Turà (Rivesaltes). Aucune de ces trois sépultures n’est datable individuellement. Toutefois, l’un des coffres de Saint-Saturnin recoupe un coffre quadrangulaire en tegulae.

2.3.9. Les sépultures en coffre de bois

77À Batipalmes (Palau-del-Vidre), les clous en fer retrouvés dans une sépulture bâtie laissent entrevoir l’utilisation d’un coffre en bois cloué.

2.3.10. Les fosses en pleine terre (type 14)

78Il s’agit d’un mode d’inhumation très fréquent, notamment durant le Moyen Âge. Les deux seules prises en compte ici sont celles de la rue Marceau à Elne qui n’ont pas livré d’élément de datation. Elles ont été retenues pour constituer un dossier complet des découvertes de sépultures dans la ville basse d’Elne. Sur les différents sites pris en compte dans notre étude, nous n’avons pas rencontré de mention de tombes en pleine terre associées à des sépultures antiques probables. Celles de Saint-Saturnin (Pézilla-la-Rivière) n’ont pas été retenues car elles sont attribuées par l’auteur à une utilisation médiévale du cimetière. Cette absence dans la littérature et dans les fouilles récentes ne veut pas pour autant dire que ce type d’ensevelissement n’est pas pratiqué durant l’époque romaine. En effet, dans le cas de la nécropole de Batipalmes (Palau-del-Vidre), des tombes de ce type, sans contenant et sans offrande auraient pu ne pas être vues à la fouille car le terrain a dissout les ossements et les fosses de creusement des tombes n’ont pas pu être observées.

2.3.11. Les sépultures bâties et les mausolées

79Au Pas de Nabou (Thuir), 13 des 14 tombes retrouvées étaient bâties avec des galets liés au mortier. Leurs fonds étaient faits avec les mêmes galets disposés pour obtenir un sol soigné. La sépulture bâtie de Batipalmes (Palau-del-Vidre), très dégradée, était construite avec des galets liés au mortier et comprend un revêtement interne en béton de tuileau. Les deux constructions des Tombeaux (Céret) sont très dégradées et d’interprétation incertaine. La mieux connue présente un bâti massif qui dégage un espace interne restreint mais assez large et long pour y déposer un défunt. La pierre du Camp de la Pedra (Palau-del-Vidre), possible partie d’une toiture sculptée de feuilles disposées en écaille, appartenait vraisemblablement à un monument assez luxueux. Enfin, le bâtiment complexe du Puig del Bajà (Canet-en-Roussillon) avec un bâti de grande taille dégageant différents espaces, correspond à un monument funéraire sans doute familial ou plusieurs personnes ont pu être inhumées.

80Bien que l’on ne puisse affirmer d’une manière formelle que tous les types d’inhumations présentés ici appartiennent spécifiquement au Bas-Empire, cette longue énumération montre bien, à elle seule, que la dernière période de l’époque romaine est marquée par l’utilisation de nombreux types différents. Le choix du contenant varie en fonction de l’âge du défunt. Par contre, nos connaissances en Roussillon sont bien trop limitées pour préciser si la chronologie influe sur cette diversité. L’homogénéité intrinsèque des nécropoles de Batipalmes (Palau-del-Vidre) et de la Font dels Horts (Ponteilla), chacune liée à un type de coffre en tuiles différent, suggère fortement une différence chronologique que nous ne savons apprécier. Cette variabilité des types tient sans doute aussi en grande partie, pour les coffres quadrangulaires, à une adaptation aux matériaux utilisables. Ainsi, il ne paraît pas étonnant de trouver un large échantillonnage de coffres différents à Elne, agglomération où des matériaux variés sont présents et disponibles.

81Nous avons évoqué pour la nécropole de Saint-Saturnin (Pézilla-la-Rivière), une probable continuité d’utilisation du lieu comme cimetière depuis la fin de l’époque romaine. Plusieurs éléments chronologiques et typologiques confortent cette possibilité. Mais il faut, à notre avis, prendre garde de ne pas généraliser trop vite ce schéma de continuité car, dans bien d’autres cas, un hiatus trop important entre deux périodes incite à la plus grande prudence. Ce phénomène de continuité ou de rupture entre l’époque romaine et le Moyen Âge, mérite une attention particulière pour éviter une déduction trop hâtive. Espérons que les travaux qui auront lieu à l’avenir dans et autour de chapelles ou d’églises de notre département entraîneront des recherches approfondies qui éclaireront cette question avec des cas précis.

Conclusion

82Au terme de ce bilan, il faut bien reconnaître que de grandes zones d’ombre empêchent de connaître la nature et la diversité des pratiques funéraires antiques en Roussillon et encore plus d’avoir une vision évolutive. Ce recensement montre une forte différence entre les tombes et nécropoles à inhumation de la fin de l’époque romaine, normalement représentées, et la rareté des incinérations attribuées aux périodes précédentes.

83Quoi qu’il en soit des raisons qui expliquent cette rareté, il paraît important de sensibiliser la communauté archéologique pour une meilleure prise en compte des problématiques spécifiques à ce domaine, notamment en archéologie préventive. Ce qui exige la mise à disposition des moyens nécessaires pour un examen minutieux et objectif des moindres vestiges funéraires potentiels, même fugaces comme de simples rejets charbonneux. L’analyse des dépôts de ce type pris dans des stratigraphies plus ou moins complexes apportera un éclairage nouveau sur les probables rites funéraires non accompagnés d’enfouissement. C’est avec de tels efforts que des avancées significatives seront faites dans la connaissance des périodes où les incinérations sont majoritaires. Les découvertes récentes de Ruscino, fort prometteuses dans ce domaine, semblent bien indiquer que c’est cette direction qu’il faut suivre. Comme il est très difficile de mettre en évidence de tels sites, il faudrait une exploration spécifique des zones les plus propices à leur implantation comme le sont la proximité des voies et les entrées des agglomérations principales, et ce, même si aucun vestige concret ne les matérialise aujourd’hui.

Bibliographie

Abélanet 1983 : ABÉLANET (J.) - L’entrée en histoire. Le pays catalan, I, Pau, Soc. nouv. d’éd. rég. et de diff., 1983, p. 71-138.

Abélanet s. d. : ABÉLANET (J.) - Notes manuscrites déposées au S.R.A., Montpellier.

Abélanet, Ponsich 1985 : ABÉLANET (J.), PONSICH (P.) - Villes et villages des pays catalans du Nord et du Fenouillèdes, Le pays catalan, I, Pau, Soc. nouv. d’éd. rég. et de diff., 1985, p. 873 à 1096.

Alart 1874 : ALART (Β.) - Rapport sur l’ancien cimetière de la Vila vella de Banyuls dels Aspres. Bulletin de la Société Agricole, Scientifique et Littéraire des Pyrénées-Orientales, volume 21, 1874, p. 260-272.

Bassède s. d. : BASSÈDE (L.) - Archives manuscrites de Louis Bassède, déposées à l’association des Amis d’Illibéris, Elne.

Bel, Feugère 1998 : BEL (V.), FEUGÈRE (M.) - Pratiques funéraires, dans FEUGÈRE (M.), PASSELAC (M.), PELLECUER (C.), GARMY (P.) - Signes de la romanisation, RAN, 31, 1998, p. 346-353.

Borrallo 1911 : BORRALLO (J.) - Discussion sur les Antiquités et les Légendes concernant le lieu de Saint-André de Sureda et la fondation de son abbaye, imp. Roque, Céret, 1911, 36 p.

Briesenick 1962 : BRIESENICK (Β.) - Typologie und Chronologie der südwest-gallischen Sarkophage, Jahrbuch des römisch-germanischen Zentralmuseums Mainz, 9, 1962 (= 1964), p. 76-182.

Brutails 1892-1893 : BRUTAILS (J.-A.) - Notes sur l’art religieux du Roussillon, Bulletin Archéologique du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, 1892, p. 523-617.

BSR 1995 : GARMY (P.) (dir.) - Bilan Scientifique Régional 1995, Montpellier, Ministère de la Culture-D.R.A.C.-S.R.A. Languedoc-Roussillon, 1996, 198 p.

BSR 1997 : GARMY (P.) (dir.) - Bilan Scientifiique Régional 1997, Montpellier, Ministère de la Culture et de la Communication-D.R.A.C.-S.R.A. Languedoc-Roussillon, 1998, 165 p.

Candau 1985 : CANDAU (S.) - Implantation romaine dans la commune d’Elne. Font de Sègre n° 10, 1985, 84 p.

Capeille 1926 : CAPEILLE (J.) - L’assassinat de l’Empereur Constant à Elne l’an 350, Revue historique et littéraire du diocèse de Perpignan, 1926, p. 82-85.

Carrère 1787 : CARRERE (J.) - Voyage pittoresque de la France avec la description de toutes ses provinces. Province du Roussillon, Paris, Lamy, imp. de Monsieur, 1787, 438 p.

Castellvi 2003 : CASTELLVI (G.) - Bilan des recherches archéologiques menées dans les Pyrénées-Orientales entre 1980 et 2003. L’Antiquité. Bulletin de l’A.A.P-O., 18, 2003, p. 68-74, 9 fig.

Castellvi, Campmajo 1984 : CASTELLVI (G.), CAMPMAJO (P.) - Elne, Vigne Canut, rapport de sauvetage, février 1984, Montpellier, S.R.A. Languedoc-Roussillon, 1984, 5 p., ill.

Castellvi, Comps, Pezin 1997 : CASTELLVI (G.), COMPS (J.-P.), PEZIN (Α.), avec la participation de BAYROU (L.) - Trois nouveaux milliaires découverts dans les Pyrénées-Orientales. In : Voies romaines du Rhône à l’Èbre : via Domitia et via Augusta. Documents dArchéologie Française, 61, 1997, p. 78-87.

Chalon 1980 : CHALON (M.) - Étude sur le Roussillon du IVe au IXe siècle, RAN, sup. 7, Paris, 1980, p. 341-363.

Claustres 1974 : CLAUSTRES (G.) - Le Roussillon sous l’occupation Romaine, Bulletin de la Société Agricole, Scientifique et Littéraire des Pyrénées-Orientales, 85, 1974, p. 37-56.

Claustres s. d. : CLAUSTRES (G.) - Archives manuscrites de Georges Claustres, déposées au Centre Archéologique de Ruscino.

Colardelle et alii 1996 : COLARDELLE (M.), DEMIANS D’ARCHIMBAUD (G.), RAYNAUD (C.) - Typo-chronologie des sépultures du Bas-Empire à la fin du Moyen Âge dans le Sud-Est de la Gaule, Archéologie du Cimetière chrétien, actes du 2e colloque ARCHEA, Orléans (29/9 au 1/10 1994), 11e sup. Revue Archéologique du Centre, Tours, 1996, p. 271-303.

Collectif 1868 : compte-rendu de la séance du 24 novembre, Congrès Archéologique de France, XXXVe session, Carcassonne, Narbonne, Perpignan et Béziers, 1868, Paris 1869, p. 179-191.

Comps 1984 : COMPS (J.-P.) - Notices de découverte de site archéologique, Montpellier, S.R.A. Languedoc-Roussillon, 1984, n. p.

Comps 1997 : COMPS (J.-P.) - La via Domitia de Salsulae à Ad Centuriones. In : Voies romaines du Rhône à l’Èbre : via Domitia et via Augusta. Documents d’Archéologie Française, 61, 1997, p. 88-110.

Comps 2003 : COMPS (J.-P.) - Via de carles, via Conflentana, caminum Franceschum... et quelques autres : de la Tet à l’Albère, l’apport des textes médiévaux à la recherche de la voirie ancienne. Elne, ville et territoire. L’historien et l’archéologue dans sa cité. Hommage à Roger Grau. Actes de la deuxième Rencontre d’Histoire et d’Archéologie d’Elne, 1999, Société des Amis d’Illiberis, 2003, p. 45-73.

Comps, Kotarba 1997 : COMPS (J.-P.), KOTARBA (J.) - La campagne proche de Ruscino. Vie d’un terroir durant l’époque romaine. In : Archéologie récente en Roussillon. Hommage à G. Claustres. Études Roussillonnaises, tome XV, 1997, p. 83-101.

Constant 1994-95 : CONSTANT (A.) - Un édifice cultuel médiéval et sa nécropole : la chapelle Saint-Saturnin de Pézilla-de-la-Rivière, Études Roussillonnaises, XIII, 1994-95, p. 79-84.

Cortade 1991 : CORTADE (Ε.) - L’ermitage de Saint-Saturnin de Pézilla de la Rivière, Études Roussillonnaises, X, 1991, p. 41-60.

Desplanque 1896 : DESPLANQUE (Ε.) - Introduction de l’inventaire sommaire des archives communales de Thuir, 1896, 28 p.

Donnezan 1892 : DONNEZAN (A.) - Note sur quelques sépultures du Roussillon, Bulletin de la Société Agricole, Scientifique et Littéraire des Pyrénées-Orientales, volume 33, 1892, p. 262-272.

Donnezan 1906 : DONNEZAN (A.) - Les fouilles des cavernes et les monuments mégalithiques du Roussillon, Congrès Archéologique de France, LXXIIIe session, Carcassonne et Perpignan, 1906, Paris 1907, p. 441-463.

Fabre 1870 : FABRE (L.) - Résumé des travaux de la section des lettres et arts libéraux (du mois de juin 1868 au mois de mars 1870), Bulletin de la Société Agricole, Scientifique et Littéraire des Pyrénées-Orientales, volume 18, 1870, p. 18-25.

Fédière 1980 : FÉDIÈRE (G.) - Marques sur tuiles et sur briques d’époque romaine en Roussillon. In : Ruscino, études archéologiques I. RAN, sup. 7, Paris, 1980, p. 328-335.

Gallia 1964 : GALLET de SANTERRE (H.) (dir.) - Informations archéologiques, circonscription du Languedoc-Roussillon, dans Gallia, 22, 1964, p. 473-510.

Gallia 1985 : NICKELS (A.) (dir.) - Informations archéologiques, circonscription du Languedoc-Roussillon, dans Gallia, 43, 2, 1985, p. 391-415.

Gallia informations 1993 : Massy (J.-L.) et alii - Languedoc-Roussillon, dans Gallia Informations Préhistoire et Histoire 1992 – 1, 1993, p. 87-200.

Grau 1959 : GRAU (R.) - La région d’Elne à l’époque romaine, essai de géographique archéologique, CERCA, n° 5, 1959, p. 234-241.

Grau 1963 : GRAU (R.) - Découvertes fortuites à Elne, rapport de surveillance, Montpellier, S.R.A. Languedoc-Roussillon, 1963, 4 p., ill. non paginées.

Grau 1982-1984 : GRAU (R.) - La société des Amis d’Illiberis et du Musée d’Elne, Cahiers d’Elne, 2, 1982, p. 5-7 ; 3, 1983, p. 17-19 ; 4, 1984, 23-24.

Grau s. d.a : GRAU (R.) - Elne Illiberis, archéologie, histoire. Guide des monuments, imp. catalane, Perpignan, n. d., 58 p.

Grau s. d. b : GRAU (R.) - Journal des fouilles (de 1949 à 1978), cahier manuscrit de Roger Grau, déposé à l’association des Amis d’Illibéris, Elne.

Grau s. d. c : GRAU (R.) - Trouvailles fortuites dans la cité d’Elne (de 1951 à 1970), cahier manuscrit de R. Grau, déposé à l’association des Amis d’Illibéris, Elne.

Henry 1820 : HENRY (D.-M.-J.) - Recherches sur la voie de Rome en Espagne à travers le Roussillon et examen critique de l’itinéraire d’Antonin depuis Narbonne jusqu’aux trophées de Pompée, Perpignan, imp. Tastu, 1820, 31 p.

Henry 1835 : HENRY (D.-M.-J.) - Histoire de Roussillon. Paris, imp. royale, 1835, 2 vol., 558 p. et 671 p. (rééedition Laffitte reprints, Marseille 1974).

Jaubert de Réart 1833 : JAUBERT de RÉART (J.) - Archéologie, Le Publicateur des Pyrénées-Orientales, n° 18, 1833.

Kotarba 1996 : KOTARBA (J.) - Canet-en-Roussillon, Puig del Baja. In : Formes de l’habitat rural en Gaule Narbonnaise, n° 3. Éditions APDCA, Sophia Antipolis, 1996.

Kotarba et alii 1992 : KOTARBA (J.), CONSTANT (Α.), DONÈS (Ch.), MAZIÈRE (F.), PASSARRIUS (O.), RIEU (B.), VIGNAUD (A.) - Inventaire des sites archéologiques de la basse vallée du Tech et des Albères, rapport de prospections pédestres, Montpellier, S.R.A. Languedoc-Roussillon, 1992, 2 vol., II et III : notices, non paginées.

Kotarba, Alessandri 1992 : KOTARBA (J.), ALESSANDRI (P.), avec la coll. de BERLIC (F.), FABRE (V.), DE LA FUENTE (P.), NOEL (J.) - Perpignan, Mas Coste, rapport de sauvetage urgent (mai à octobre 1992), Montpellier, S.R.A. Languedoc-Roussillon, 1992, 71 p.

Kotarba, Perrin 1999 : KOTARBA (J.), PERRIN (T.) - Canet-en-Roussillon, Puig del Baja II, Première approche d’un vaste habitat d’époque wisigothique, D.F.S. de fouilles d’évaluation (7/10 au 13/10/1999), Montpellier, S.R.A. Languedoc-Roussillon, 1999, 80 p.

Kotarba, Pezin 1984 : KOTARBA (J.), PEZIN (A.) - Elne, Chemin de Saint-Cyprien, rapport de fouilles, août 1984, Montpellier, S.R.A. Languedoc-Roussillon, 1984, 15 p., ill. non paginées.

Ménétrier 1870 : MÉNÉTRIER (M.) - Notice sur la voie romaine dans le Roussillon indiquée dans les itinéraires d’Antonin et de Peutinger. Bulletin de la Société Agricole, Scientifique et Littéraire des Pyrénées-Orientales, volume 18, 1870, p. 245-270.

Passarrius et alii 1995 : PASSARRIUS (O.), MAZIÈRE (F.), COUPEAU (C.), DONÈS (Ch.), KOTARBA (J.), ΡΕΖΙΝ (Α.), PUIG (C.), RIEU (Β.) - Projet collectif de prospection et d’inventaire des sites archéologiques de la partie sud du Roussillon, rapport de prospections pédestres, Montpellier, S.R.A. Languedoc-Roussillon, 1995, 3 vol., I et II : notices, non paginées ; III : synthèse, 108 p.

Pezin 1983 : PEZIN (Α.), avec la coll. de KOTARBA (J.) - Palau-del-Vidre, Batipalmes cimetière nord-est, rapport de fouille de sauvetage, avril et juillet 1983, Montpellier, S.R.A. Languedoc-Roussillon, 1983, 33 p., ill. non paginées.

Ponsich 1980 : PONSICH (P.) - Les plus anciennes sculptures médiévales du Roussillon (Ve - XIe siècles), Les Cahiers de Saint-Michel de Cuxa, 11, 1980, p. 293-331.

Ponsich, de Pous 1951 : PONSICH (P.), DE POUS (A.) - Le champ d’urnes de Millas, Études Roussillonnaises, I, 1951, p. 1-94.

Puig et alii 2000 : PUIG (C.) avec la coll. de PASSARRIUS (O.), MAZIÈRE (F.), KOTARBA (J.), RIÉRA (D.), BÉNEZET (J.), BREST (S.), MACH (J.), DOMINGUEZ (C.), EPPE (G.) - La plaine du Roussillon du Paléolithique au XIXe siècle. Rapport de prospection et d’inventaire archéologique, Montpellier, S.R.A. Languedoc-Roussillon, 2000, 300 p.

Puiggari 1832 : PUIGGARI (P.) - Tombeau romain à Garrius, sur l’étang de Salces, Le Publicateur des Pyrénées-Orientales, n° 32, 1832.

Puiggari 1833 : PUIGGARI (P.) - Médaille romaine trouvée à Titra, Le Publicateur des Pyrénées-Orientales, n° 3, 1833.

Raynaud 1987 : RAYNAUD (C.) - Typologie des sépultures et problèmes de datation. L’apport des fouilles de Lunel-Viel (Hérault), Archéologie en Languedoc, 4, 1987, p. 121-132.

Sanchiz 1988 : SANCHIZ (M.) - Ponteilla, La Foun dels Horts, notice de découverte de site, S.R.A., 1988, non paginé.

Sarrète 1911 : SARRETE (J.) - Découvertes archéologiques à Palau del Vidre, Ruscino, n° 1, 1911, p. 103-110.

Vignaud, Kotarba 1989 : VIGNAUD (Α.), KOTARBA (J.) - Céret, Les Tombeaux, rapport de fouille de sauvetage urgent, Montpellier, S.R.A. Languedoc-Roussillon, 1989, non paginé.

Notes

1 Voir en dernier lieu à ce sujet, le point général dressé par Georges Castellvi lors des 20 ans de l’A.A.P.-O. en 2003 (Castellvi 2003).

2 Pour la rédaction de cet article, notamment la réalisation de la liste des découvertes, j’ai pu disposer d’informations, parfois encore inédites, recueillies par différentes personnes, en particulier Jean Abélanet, Jean-Pierre Comps, Annie Pezin, Carole Puig et Mary Sanchiz. Je tiens à leur exprimer mes remerciements. Travaillant aussi actuellement sur le projet collectif du volume de l’a Carte Archéologique de la Gaule qui sera consacré à notre département, je me suis largement appuyé sur le dépouillement bibliographique réalisé à cette occasion pour élaborer ici un inventaire le plus complet possible. Enfin, toujours dans le cadre de ce travail, j’ai profité de la mise à disposition de la documentation manuscrite de Georges Claustres, Roger Grau et Louis Bassède, pour compléter l’inventaire proposé. Je tiens ainsi à remercier le Centre Archéologique de Ruscino et son responsable Rémy Marichal, ainsi que l’association des Amis d’Illibéris pour l’accès à ces archives fort précieuses et bien souvent inédites.

3 Les éléments de datation en notre possession ne sont pas toujours précis. Dans un souci d’exhaustivité, nous avons retenu dans l’inventaire proposé des sépultures qui peuvent avoir une datation à cheval entre la fin du Bas-Empire et le début de l’époque wisigothique, soit la charnière des Ve et VIe siècles de notre ère.

4 Les principales voies prises en considération ici sont celles que l’on retrouve dans différentes études publiées par Jean-Pierre Comps et un article de Jean Abélanet. Il s’agit des articles suivants :
Abélanet (J.) : Une voie d’origine antique dans la vallée de l’Agly (Pyrénées-Orientales). Archéologie récente en Roussillon. Hommage à G. Claustres. Études Roussillonnaises, tome XV, 1997, p. 123-136.
Comps (J.-P.) : La via Domitia de Salsulae à Ad Centuriones. Dans : Voies romaines du Rhône à l’Èbre : via Domitia et via Augusta. Documents d’Archéologie Française, 61, 1997, p. 88-110.
Comps (J.-P.) : Voie domitienne et réseau secondaire en Roussillon au nord de la Tet, Études Roussillonnaises, XVI, 1998, p. 27-36. Comps (J.-P.) : Via de carles, via Conflentana, caminum Franceschum... et quelques autres : de la Tet à l’Albère, l’apport des textes médiévaux à la recherche de la voirie ancienne. Dans : Elne, ville et territoire, actes de la deuxième rencontre d’Histoire et d’Archéologie d’Elne, 1999, Perpignan 2003, p. 45-73.
Comps (J.-P.) : Stratae et Stradae, les grands axes de circulation des Pyrénées-Orientales dans les textes médiévaux, Domitia, 3, 2002, p. 127-155.
Comps (J.-P.) : La route du fer de Batère à Perpignan, Bulletin de l’Association Archéologique des Pyrénées-Orientales, 18, 2003, p. 107-109.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Carte de localisation des différents sites décrits (D.A.O. Jérôme Kotarba)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4253/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Figure 2 : Alenya, Les Motes. Fragments du sarcophage de plomb et mobilier associé (n° 1 : panse, n° 2 : couvercle, n° 3 : clous et anneau de fer, n° 4 : fragment d’ossement humain) (Cliché J. Kotarba)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4253/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Figure 3 : Cabestany, Mas Garido. Olpé trouvée dans une probable tombe (dépôt archéologique départemental) (D.A.O. J. Kotarba)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4253/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Figure 4 : Canet-en-Roussillon, Puig del Bajà I. Vue générale du mausolée pendant la fouille (cliché J. Kotarba)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4253/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Figure 5 : Canet-en-Roussillon, Puig del Bajà I. Plan synthétique du mausolée retrouvé sur le dessus de la colline et des inhumations du haut Moyen Âge associées (D.A.O. J. Kotarba)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4253/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Figure 6 : Elne, Chemin de Saint-Cyprien. Plan des quatre tombes retrouvées dans le bassin. (D.A.O. Jérôme Kotarba et Annie Pezin)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4253/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Figure 7 : Elne ville, plan général des découvertes. 1 : Carrefour ; 2 : rue Marceau ; 3 : rue Mazagran ; 4 : place du Planiol ; 5 : place de la République ; 6 : boulevard Voltaire ; 7 : arrivée probable de la branche routière provenant de la voie domitienne ; 8 : tracé des remparts médiévaux, (D.A.O. J. Kotarba)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4253/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Figure 8 : Elne, rue Mazagran, maison Auzeil. Sépulture d’enfant en bâtière (cliché de Roger Grau)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4253/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Figure 9 : Palau-del-Vidre, Batipalmes. Plan schématique de la partie fouillée de la nécropole. (D.A.O. J. Kotarba, d’après Annie Pezin, 1983)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4253/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Figure 10 : Palau-del-Vidre, Batipalmes. Couverture en bâtière de tegulae et imbrices de la tombe 10 (cliché Annie Pezin)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4253/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Figure 11 : Palau-del-Vidre, Batipalmes. Tuiles de fond et défunt de la tombe 10 en bâtière. (cliché Annie Pezin)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4253/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Figure 12 : Perpignan, Mas Coste. Inhumation pratiquée dans un silo (cliché J. Kotarba)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4253/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Figure 13 : Ponteilla, Font dels Horts. Plan général schématique des découvertes dans la zone excavée par les travaux. (D.A.O. J. Kotarba, d’après un relevé de terrain établi par Mary Sanchiz)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4253/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Figure 14 : Ponteilla, Font dels Horts. Mobilier retrouvé lors des travaux de construction (cliché J. Kotarba)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4253/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Figure 15 : Tableau de répartition des différents types de sépultures par site
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4253/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 159k

© Presses universitaires de Perpignan, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search