Version classiqueVersion mobile

Roches ornées, roches dressées

 | 
Michel Martzluff

3 - Les hommes et leur terre en Pyrénées de l'est

Marques et autres empreintes sur matériaux de construction en terre cuite du Roussillon (Antiquité romaine)

Gilbert et Paule Fédière

Résumé

Depuis Le Colloque de Ruscino, en 1975, notre connaissance des marques tégulaires et des différentes empreintes conservées sur les matériaux de construction s’est notablement enrichie, en particulier avec la découverte de nouveaux signes, telles les marques numérales, et avec l’identification de nouveaux ateliers de tuilier, comme celui de NIVALIS, au Petit Clos (Perpignan). Cet article propose un corpus détaillé des différents types de mobiliers-support, des estampilles et autres empreintes trouvés sur les sites du Roussillon antique

Texte intégral

Introduction

1En 1975, avait lieu à Perpignan un colloque archéologique organisé par la Direction des Antiquités historiques du Languedoc-Roussillon afin de faire le point sur les découvertes archéologiques à Ruscino. Parmi les différents sujets abordés à cette occasion, l’un d’entre eux était consacré aux marques sur tuiles et sur briques d’époque romaine en Roussillon (Fédière 1980). Il présentait une sorte de bilan sur ce type de marquage, des découvertes anciennes effectuées dans la première moitié du XIXe s. avec la première estampille tégulaire trouvée en Roussillon, c’est-à-dire un exemplaire de NIVALIS sur le site même de Ruscino par le desservant de Trouillas (Puiggari 1833, p. 30 ; Fédière 1980, p. 327), jusqu’à celles découvertes au XXe s.

2Dans ce nouvel article traitant de ces types de matériaux, il sera tout d’abord question de définir, mais d’une manière générale et non exhaustive, les matériaux de construction en argile cuite rencontrés en Roussillon, qu’ils soient marqués ou non. Ensuite, seront évoquées les marques (estampilles, marquages digitaux, incisions de comptage) et autres empreintes observées sur ces matériaux. Enfin, l’article se terminera par un aperçu sur les ateliers de tuiliers. Il convient de donner, sans entrer dans des détails qui surchargeraient cet article et qui auraient demandé un temps d’observation bien plus long que celui qui était imparti pour effectuer une recherche dans tous les sites connus roussillonnais, il convient donc de donner une première liste des matériaux découverts en cette région, d’autres types observés en Narbonnais et en Biterrois, mais pas encore en Roussillon, pouvant l’être ultérieurement à l’occasion de nouvelles prospections.

1. Inventaire des matériaux en terre cuite

3Les matériaux de construction en cette matière observés jusqu’à présent en Roussillon sont donc les tegulae, les imbrices, les antéfixes, différents types de briques, les briquettes de revêtement, en général pour les sols, les tubuli d’hypocauste et les tuyaux.

1.1. Les tegulae

  • 1 En effet, le terrain du site est appelé couramment ainsi, mais au cadastre, il porte le nom de la C (...)

4La plupart servaient pour les toitures, d’autres étaient employées dans des sépultures, d’autres enfin étaient utilisées comme radier de canalisations (caniveaux). Pour ce dernier emploi, des canalisations avec ce type de matériau ont été observées à Les Sedes (Peyrestortes) (Claustres, Abélanet 1954-55, p. 64), à Ruscino (Claustres 1974, p. 53), notamment dans la traversée du Forum (Barruol, Nickels 1980, p. 50), au site appelé Mas Roig1 (Théza) (Kotarba 1993, p. 30).

  • 2 Pour chaque mention d’une collaboration avec les archéologues et les érudits dans ce texte, voir no (...)

5Parfois, une tegula servait à une fonction particulière, telle celle évoquée par Jérôme Kotarba2, qui était placée entre deux sections de canalisation en imbrices (Kotarba et alii 2000, p. 57 et fig. 42).

6En revanche, à Sant Romà (Llupia), Georges Claustres parle de « tuiles de canalisations » sans préciser s’il s’agit de tegulae οu d’imbrices (Claustres 1957, p. 101).

  • 3 Au sujet du nom de tènement des sites, nous avons essayé de respecter, dans la mesure du possible, (...)
  • 4 Il y avait dans la quatorzième tombe une tegula estampillée AELIANI servant de chevet vertical à ce (...)

7Au sujet de celles employées dans des sépultures, on en connaît à Saint-Estève dans la briqueterie du village (Donnezan 1892, p. 268 ; Espérandieu 1936, p. 39), au Vinyer del Rey3 (Thuir) sur le site appelé Pas de Nabou par l’auteur de la découverte (Ecoiffier 1906, p. 458 et 459)4, à Elne sur quatre sites, l’un dans le secteur de la Ville-Basse (Grau 1959, p. 236 ; Gallet de Santerre 1964, p. 473), un autre au Chemin de Saint-Cyprien (trois sépultures en « bâtière ») (Campmajo et alii 1985, p. 17 ; Nickels 1985, p. 414 ; Candau 1985, p. 53, fig. 9, et p. 54), un troisième site, rue Dagobert (Candau 1985, p. 36 et 42) et le dernier, rue Mazagran (ibid., p. 35 et 42).

8On en connaît également à Batipalmes (Palau-del-Vidre) (Nickels 1985, p. 414) et au Mas Laffite Est (Perpignan) (Comps, Kotarba 1997, p. 96). À Espira-del’Agly, au nord du village, sur la rive gauche de l’Agly, des tombes avaient été découvertes au XIXe s. Elles furent signalées par Joseph Farines, mais cet auteur avait employé le mot brique et non tuile à rebords (Farines 1835, p. 171 ; 1837, p. 49).

9Avant d’en terminer avec les tegulae, nous voudrions mentionner celles qui présentent une ouverture centrale, ronde ou ovale, entourée d’un rebord (tegula à « opaion »).

10Un certain nombre de tuiles de ce type ont été découvertes notamment dans le Narbonnais et le Biterrois. Une étude a été faite pour celles découvertes en Italie, en Grèce et en Asie Mineure (Wikander 1983).

11Dans le Roussillon, un exemplaire avait déjà été signalé au Mas Coste (Perpignan) (Claustres 1960, p. 70). Deux fragments d’une autre tuile à ouverture centrale, très cuite, à motif digital composé de courbes à gauche et à droite, ont été trouvés en surface au Petit Clos (Perpignan) (n° MC 93). Un morceau d’une troisième a été découvert aux Sarrahis (Saint-Féliud’Avall). Il est conservé au dépôt archéologique départemental des Pyrénées-Orientales, situé au 4 bis, avenue Marcelin Albert à Perpignan.

1.2. Les imbrices

12Servant essentiellement de couvre-joints aux tegulae, elles ont été aussi parfois utilisées comme éléments de canalisations. C’était le cas aux thermes d’Amélie-les-Bains, en Vallespir (Espérandieu 1936, p. 19). Ce fut le cas au Petit Clos (Perpignan) pour le caniveau CN 1043 (Kotarba et alii 2000, p. 57).

1.3. Les antéfixes

13Pour le moment, seul le site de Ruscino a fourni ce type de tuile décorée.

14On peut citer celle ornée d’une tête de Méduse (Héron de Villefosse 1917, p. 26 ; Espérandieu 1936, p. 25). D’autres mentions d’antéfixes sont présentes dans plusieurs articles traitant de ce site (Aragon 1914, p. 165 ; 1918, p. 44 ; Gallet de Santerre 1964, p. 474 ; Claustres 1974, p. 53).

15Une étude stylistique reste à faire pour ces exemplaires régionaux.

1.4. Les briques

16Il ne sera question ici que des briques cuites et non des adobes. Il s’en est signalé depuis longtemps déjà.

  • 5 Jérôme Kotarba in verbis.

17À Joncet (Serdinya, Confient) (Soucaille 1845, p. 313), à Corneilla-del-Vercol (Ménétrier 1870, p. 262 ; Espérandieu 1936, p. 28), au lieu-dit Vila Vella (Banyuls-dels-Aspres) (Alart 1874, p. 262 ; Espérandieu 1936, p. 20), au Bosch d’en Llucia (Palaudel-Vidre) (Sarrète 1911, p. 106), dans les thermes d’Amélie-les-Bains (Vallespir) (Espérandieu 1936, p. 19), au Serrat d’en Diumenge (Cabestany) (Creus 1950, p. 27 et 28), à Palol (Elne) (Ponsich 1952, p. 287), à Les Sedes (Peyrestortes) (Claustres, Abélanet 1954-55, p. 66), à Villeclare (Palau-del-Vidre) (Grau 1959, p. 239), au boulevard John Kennedy (Perpignan) (Claustres 1969, p. 14), à la Font del Mas (Ponteilla) (Olive 1984, p. 11 ; Olive, Pezin 1997, p. 116), au Chemin de Saint-Cyprien (Elne) (Campmajo et alii 1985, p. 18), au pont-aqueduc d’Ansignan (Fenouillède) (Cazals 1990 ; Lanos et alii 1991, p. 44), au Petit Clos (Perpignan) (Kotarba et alii 2000, Inventaire p. 3, p. 6 et p. 24 ; Fédière 2000, p. 151), aux Sarrahis (Saint-Féliu-d’Avall)5. On peut signaler également des fragments de briques à Camp Bossut (Perpignan), au Mas Roig (Théza), aux Parets d’en Borrut (Rivesaltes), au Puig Bergès-Sud (Villeneuve-de-la-Raho, Mas Sauvy), au Puig del Baja (Canet-en-Roussillon), à Voulpillères (Bages) et à Sant Romà (Llupia). Aucune de ces briques ne présente de marques.

18Après ce rapide survol des briques en général, on peut préciser les détails suivants :

  • 1 fragment de brique bessale (côté : 19,5 cm ; ép. 4,3 cm à 4,5 cm) de pilette d’hypocauste au Cami Vell de Vingrau-Est (Rivesaltes), trouvé par nous en 2001.

  • 1 brique de pilette également mais à superficie légèrement plus grande que les bessales (21 cm x 21,5 x 4,5) à la Font del Mas (Ponteilla) conservée au dépôt archéologique départemental des P.-O. (Perpignan).

  • Des fragments de briques de paroi, à lignes digitales et perforées pour clou de fixation au Petit Clos (Perpignan) (Fédière 2000, p. 152 ; 2002, p. 39) et à Les Sedes (Peyrestortes) où nous en avons découvert un fragment en 1991.

  • 2 morceaux de briques à largeur bipaume présentant des lignes digitales ondées et une perforation dans chaque angle pour clou de fixation à la Font del Mas (Ponteilla) (dépôt archéologique départemental des P.-O., Perpignan).

  • 1 brique également de largeur bipaume, mais montrant des peignages de six stries ondées aux Sarrahis (Saint-Féliu-d’Avall) (même dépôt des P.-O.).

  • 2 fragments de briques du type tegula mammata, l’un, présentant un mamelon conique, au Camp de la Pedre (Palau-del-Vidre), l’autre, montrant un mamelon tronconique, aux Sarrahis (Saint-Féliu-d’Avall). Les deux, au même dépôt des P-O.

  • Un troisième exemplaire a été signalé au boulevard John Kennedy (Marichal 1987, p. 6, n° 20).

  • Claveaux du type à encoches (supports) : au Petit Clos, un fragment (Kotarba et alii 2000, inventaire, p. 23), dans l’US 2011, et 3 autres fragments dans les tranchées 04, 43 et 46 (Fédière 2002, p. 39).

  • Claveaux à faces (joues) et à champs (chants) trapézoïdaux, bouts rectangulaires : au Petit Clos : 11 exemplaires, 8 à faces étroites et 3 à faces larges (Fédière 2002, p. 39 et 41, tabl. I).

  • 1 brique circulaire (diamètre 22,5 cm) au Camp de la Pedre (Palau-del-Vidre) (dépôt départemental des P.-O., Perpignan).

  • Des « éléments de pilettes d’argile cuite, orangée, d’un diamètre de 25,7 cm et d’une épaisseur de 8 cm » (Olive, Pezin 1997, p. 116).

  • Des briques à section de rond à Ruscino (Aragon 1918 a, p. 44 et 51), à Sant Romà (Llupia) (Claustres 1957, 101) et à Les Sedes (Peyrestortes) où 1 fragment a été découvert par nous en 1988.

1.5. Les briquettes de revêtement

19On en connaît de deux sortes en Roussillon : les rectangulaires qui sont de loin les plus nombreuses et celles en forme de losanges.

1.5.1. Les rectangulaires

20Il en existe de plusieurs tailles. Assez souvent, elles tapissent le fond des bassins et autres constructions hydrauliques. Elles ont été observées en Roussillon depuis fort longtemps et une sorte de premier inventaire en avait été dressé sous la Monarchie de Juillet par Jean-Baptiste Renard de St Malo qui citait les quelques lieux de découverte connus de son temps (Renard de St Malo 1835, p. 191 et p. 193). Nous voudrions donner une liste sommaire des sites à briquettes :

  • Amélie-les-Bains (Henry 1835, XXXVIII ; Renard de St Malo 1835, p. 191 ; Espérandieu 1936, p. 17).

  • Astros (métairie d’) (terroir de Malloles, commune de Perpignan) (Puiggari 1833, p. 30 ; Renard de St Malo 1835, p. 193 ; Sarrète 1911, p. 107 ; Durliat 1954-55, p. 103).

  • Baldo (métairie d’en) (du côté d’Elne) (Puiggari 1833, p. 30 ; Renard de St Malo 1835, p. 191 ; Sarrète 1911, p. 107).

  • Bosch d’en Llucia (Palau-del-Vidre) (Sarrète 1911, p. 106).

  • Camp Bossut (Perpignan) (Comps, Kotarba 1997, p. 98).

  • Castell « de la Reine Hélène » (Elne) (Grau 1959, p. 238).

  • Font-Coberta Nord (Perpignan) (Comps, Kotarba 1997, p. 96).

  • John Kennedy (Bd) (Perpignan) (Claustres 1969, p. 19 ; Comps, Kotarba 1997, p. 96).

  • El Llenya (Perpignan) (Comps, Kotarba 1997, p. 100).

  • Mas Coste (Perpignan) (Kotarba, Alessandri 1993, p. 28 et 29 ; Comps, Kotarba 1997, p. 95).

    • 6 Cet auteur ne précise pas le nom du site, il dit seulement qu’il est non loin des anciens étangs qu (...)

    Mas Roig (Théza) (Grau 1959, p. 239)6.

  • La More (Palau-del-Vidre) (Sarrète 1911, p. 108).

  • Le Petit Clos (Perpignan) (Kotarba 1996, p. 3 ; Kotarba et alii 2000, p. 79 et inventaire, passim).

  • Pont Trencat-La Vallauria (Perpignan) (Puiggari 1833, p. 30 ; Renard de St Malo 1835, p. 193 ; Jaubert de Réart 1835 a, p. 196 ; 1836, p. 201 ; Sarrète 1911, p. 107 ; Espérandieu 1936, p. 44).

  • Pou de les Colobres « Lo Forti » (Perpignan) (Jaubert de Réart 1835 a, p. 196 ; 1836, p. 201 ; Sarrète 1911, p. 107 ; Claustres 1960, p. 71).

  • Puig Bergès-Ouest, vigne Devy (Villeneuve-de-la-Raho) (Grau 1959, p. 238).

  • Puig Bergès-Sud (Villeneuve-de-la-Raho), en 1988 par les auteurs de cet article.

  • Puig d’en Baja (Canet-en-Roussillon) (Comps, Kotarba 1997, p. 101).

  • Ruscino (Puiggari 1833, p. 30 ; Sarrète 1911, p. 107 ;

  • Donnezan 1911, p. 415 ; Aragon 1918, p. 48 et 51 ; Barruol, Nickels 1980, p. 64, fig. 7).

  • Sainte-Thècle (Perpignan) (Claustres 1973, p. 73 ; Comps, Kotarba 1997, p. 98).

  • Sant-Romà (Llupia) (Jaubert de Réart 1835 a, p. 196 ; 1836, p. 201).

  • Les Sedes (Peyrestortes) (Claustres, Abélanet 1954-55, p. 66).

  • Tour des Vents (Ponteilla) (Jaubert de Réart 1835 a, p. 196 ; 1836, p. 201).

  • Torreilles (Renard de St Malo 1835, p. 193).

  • Vernet-les-Bains (Sarrète 1911, p. 107).

1.5.2. Les rhomboïdales

21Elles ne sont connues actuellement en Roussillon que sur un seul site, le Puig del Baja I (Canet-en-Roussillon, fouille inédite de Jérôme Kotarba, 1992-1994) avec deux exemplaires seulement, découverts dans le silo 59 dont l’un mesurant 10,7 cm x 6,5 (ép. 2,5 cm) et l’autre (10,3 x 6,2 cm) (ép. 2,5 cm) montrant des empreintes de trois doigts.

22Cependant, il convient d’ajouter que ce type de revêtement en losanges est bien attesté dans le Narbonnais et le Biterrois où il apparaît dans ces deux régions sur une cinquantaine de sites.

1.6. Les tubuli d’hypocauste

23Il s’agit, comme on le sait, de boisseaux rectangulaires utilisés dans les Thermes. Un exemplaire, dont les 2 / 3 environ subsistent, est conservé au dépôt archéologique départemental des P.-O. Il provient du Camp de la Pedre (Palau-del-Vidre) et il est du type à une seule ouverture latérale quadrangulaire sur chaque petit côté. Des tubulures ont été signalées à la Font del Mas (Ponteilla) (Olive 1984, pl. XXIV, p. 4 ; Olive, Pezin 1997, p. 116 et fig. 9, n° 1) ; il semble bien, d’après le dessin de ces auteurs, qu’il s’agisse d’une sorte de tubulus, mais incomplet et de taille plus courte que les tubuli habituels. D’autres fragments de tubuli ont été trouvés au Petit Clos (Perpignan) (Fédière 1992, I ; Kotarba et alii 2000, Inventaire, p. 6 ; Fédière 2000, p. 152), au Pla de l’Aigo (Caramany, Fenouillède) (Kotarba 1991, p. 39) et au Serrat d’en Diumenge (Cabestany) (Comps, Kotarba 1997, p. 100).

24Nous en avons observé des fragments aux Balmettes Sud (Espira-de-l’Agly), au Cami Vell de Vingrau-Est (Rivesaltes), au Mas Roig (Théza), à Pont Trencat-La Vallauria (Perpignan), au Puig Bergès-Sud (Villeneuve-de-la-Raho), à Sant Romà (Llupia) et aux Sarrahis (Saint-Féliu-d’Avall). Aucun ne présentait d’estampilles. Au sujet du nombre de sites à tubuli, il devrait en exister sans doute d’autres, mais seule l’observation plus précise de ces matériaux aux parois assez minces (ép. 1,5 à 2 cm) ainsi que le fait d’une ouverture latérale sur chaque petit côté, devraient permettre aux chercheurs de les distinguer des parties arrières (en principe plus minces que celles des bords avants) des tegulae.

1.7. Les tuyaux

25Il en a été trouvé sur deux sites. Les uns, à Ruscino, mais sans précision de forme ni d’épaisseur (Aragon 1914, p. 165 ; 1918, p. 44), les autres, au Petit Clos (Perpignan) où Jérôme Kotarba en a distingué deux types, l’un, à parois fines (environ 0,5 à 1 cm) et petit bourrelet extérieur (Kotarba et alii 2000, p. 41 ; inventaire, p. 10 à 12, p. 26 et 34), l’autre, à parois épaisses (Kotarba et alii 2000, p. 52, 53, 63, 81 ; inventaire, p. 1, p. 4 à 6, p. 8, 13, p. 15 à 17 et 21). Là encore, aucune marque n’a été signalée.

2. Les estampilles et empreintes diverses

26Après avoir passé en revue, mais de façon non exhaustive comme nous l’avons précisé supra, les différents types de matériaux de construction en terre cuite observés essentiellement dans la partie est des Pyrénées-Orientales, sans doute est-il intéressant de savoir quels sont ceux qui ont reçu des marques (estampilles, marquages digitaux, numéraux) et des empreintes diverses (pattes d’animaux, cloutage de chaussure, gouttes de pluie). Avant de parler de ces trois dernières catégories, nous allons traiter des marques proprement dites.

2.1. Corpus des estampilles en Roussillon

27Elles sont présentes sur 31 sites du Roussillon (fig. 1 et tableau 1). Les observations qui ont pu être faites permettent de dire que ce ne sont pratiquement que des tegulae qui ont reçu ce type de marquage, les imbrices n’en ayant jamais reçu comme cela avait été déjà précisé (Fédière 1980, p. 327) et les découvertes postérieures ont confirmé ce fait.

28Cependant, il est intéressant de savoir qu’en Espagne, dans la province voisine de l’Alt Empordà, à Empùries, deux estampilles sur imbrices ont été découvertes, l’une, au nom de C.Sextil(ius), l’autre, rétrograde, au cognomen de Quietus, cette dernière, dans la Neapolis en 1909 (Musée d’Ampurias, n° 2599) (Almagro 1952, n° 171 et 172).

29Quant aux briques, elles ont pu parfois être confondues, du moins pour certaines d’entre elles, avec des morceaux de tegulae dont les parties identifiables (rebords par exemple) étaient absentes par suite de cassure, ce qui pourrait expliquer que certains auteurs du XIXe s. aient pu parler d’estampilles sur briques.

Figure 1 : Carte de localisation des estampilles tégulaires en Roussillon (D.A.O. Sabine Nadal)

30Cependant, il convient de préciser que l’estampille t.atil / procvl (V et L liés) découverte au boulevard John Kennedy (Perpignan) (Claustres 1969, p. 15 ; Fédière 1980, p. 328) pourrait être une marque sur brique et non sur tegula en raison de l’épaisseur de son support (4,2 à 4,9 cm selon une observation récente). Les deux demi-cercles digitaux qui accompagnent cette estampille n’étant pas un obstacle pour l’identification d’une brique, car on en connaît qui présentent des marquages digitaux de ce genre ou autres. Toutefois, l’épaisseur n’est pas un critère déterminant.

  • 7 Au musée de Fréjus, n° 75-12-49, 75-12-54 et 78-12-64.

31En effet, dans la région de Fréjus (Var) par exemple, des fragments de tegulae estampillées sex.valeri (Fédière 1981, p. 12) dont l’épaisseur des bords avants oscille entre 4,4 et 4,8 cm, peuvent être observés7. Peut-être, pour le cas qui nous concerne ici, en Roussillon, t.atilivs procvlvs fabriquait-il des tuiles à rebords, épaisses, pour un usage particulier ?

32Au sujet du nombre d’exemplaires figurant dans le tableau 1, le chiffre total devra être notablement augmenté, car les dernières fouilles du Petit Clos (Perpignan) en juillet 2004 ont permis d’en mettre au jour plus de 70 (estampilles fabriciae / qvietae et nivalis) qui, étant en cours d’étude, devront faire l’objet d’une publication ultérieure et viendront s’ajouter au 288 exemplaires déjà découverts dans les Pyrénées-Orientales.

2.1.1. AELIANI

  • 8 Cet auteur précise qu’Henri Aragon lui a communiqué « des notes, des copies, des photographies et m (...)

33On ne peut que regretter la perte des deux seuls exemplaires de cette estampille découverts à la fin du XIXe s. et disparus depuis longtemps. En effet, on ne peut donc connaître, en l’absence de dessin montrant un fac-similé de cette marque, ni la forme des lettres ni d’autres détails caractéristiques, tout au plus sait-on, du moins pour l’exemplaire signalé par Bernard Alart et découvert à Elne dans la Ville-Basse (Fabre 1870, p. 21 ; Espérandieu 1936, p. 29 ; Fédière 1980, p. 328), qu’il s’agit d’une estampille rétrograde copiée par Labatut et mentionnée par Léon Rénier dans le recueil de documents rassemblés par ce dernier (Mowat 1888, p. 329, n° 8). On peut se demander si l’exemplaire découvert au Vinyer del Rey (Thuir) (Ecoiffier 1906, p. 459 ; Espérandieu 1936, p. 44 ; Fédière 1980, p. 328) n’était pas lui aussi de graphie rétrograde. Ceci pourrait expliquer la lecture erronée de l’archiviste Emile Desplanque qui proposait de lire nadia, cette tuile pouvant plus ou moins être encrassée par des concrétions ou abîmée, rendant défavorable une bonne lecture de celle-ci (Desplanque 1896, VIII, note 7)8.

34On doit donc déplorer l’absence de tout nouvel exemplaire qui aurait permis enfin de mieux connaître cette marque et de la présenter aux chercheurs.

2.1.2. C.VAL.R (lettres V, A et L en monogramme)

35Au colloque de Ruscino, on ne connaissait que deux sites ayant fourni ce type de marque (Fédière 1980, p. 330 et 333). Désormais, elle est présente sur huit sites :

36À Espira-de-l’Agly, site des Balmettes Sud : c.val.r, sur un petit fragment de tegula probable (ép. 3,3 cm), découvert par nous en 2001.

37À Llupia, site de Sant Romà : c.val.r, sur un fragment de tegula probable, (3,6 à 4 cm). Dépôt départemental de Perpignan, n° 75-3-43

38À Perpignan, sur deux sites :

  • La Torre (chemin du Mas Ducup), 6 ex. (Fédière 1980, p. 330 et 333).

  • Ruscino, 4 ex. (Thiers 1911 a, p. 219, n° 18 ; 1911 b, p. 582, n° 18, que cet auteur qui n’en mentionne qu’un, signale, apparemment par erreur, sur un fragment d’amphore) (Aragon 1913 a, p. 358 ; 1914, p. 22, où cet auteur classe ce type de marque parmi les briques).

39Il s’agit bien sûr de fragments de trois tegulae probables et d’une tegula comme on peut les voir au Musée de Ruscino ; Héron de Villefosse (1918, p. 131) qui n’avait pas vu semble-t-il, ce fragment, reprend l’erreur de François-Philippe Thiers (Fédière 1980, p. 330 et 333).

40À Peyrestortes, site de Les Sedes : c.va(l.r), sur un fragment de tegula probable (ép. 3,5 à 3,8 cm) découvert par nous en 1988.

41À Rivesaltes, site de Parets d’en Borrut : 5 ex. sur des fragments de tegulae probables : c.val.r sur un fragment (ép. 2,8 cm à 3,2) découvert par Jean Abélanet.

42c.val.r sur un fragment (ép. 2,7 à 3,5 cm) (même inventeur).

43Nous avons découvert les 3 autres : l’un, (c).val.(r) en 1988 (ép. du fragment 2,6 à 3 cm) ; le deuxième,

44(c.v)al.r (même année) (ép. 2,7 à 3,1 cm) ; le dernier,

45c(.val.r) en 1991 (ép. 3,1 à 3,3 cm).

Tableau 1 : Tableau de répartition des tuiles ou briques estampillées d’époque romaine (département des Pyrénées-Orientales)

46À Thuir, site du Vidrès : c.val.r sur un fragment de tegula probable (ép. 3 cm à 3,8) découvert par Olivier Passarrius à la jonction des parcelles C1119 et C840 (Passarrius 1994).

47Le huitième site se trouve en dehors des Pyrénées-Orientales, dans la commune voisine de Fitou (Aude) et peut être cité ici pour mémoire : Fitou, Le Pla, où nous en avons découvert 3 ex. sur des fragments de tegulae probables :

48c. val.r (lettres peu visibles) sur un fragment (ép. 3,1 à 3,5 cm) en 1976.

49c.val.r sur un fragment (ép. 3 à 3,4 cm) en 1979.

50(c).val.r sur un fragment (ép. 3,1 à 3,3 cm) en 1982.

51À cette liste, il faut ajouter deux exemplaires incomplets dont la provenance est inconnue (Fédière 1980, p. 333, fig. 2, tableau).

52Déjà, au sujet des exemplaires découverts à Ruscino, Henri Aragon avait pensé à traduire cette marque par Caius Valerius Rufus (Aragon 1914, p. 22). Comme l’un de nous (G. F.) l’avait fait remarquer, l’ensemble praenomen et nomen de ce tuilier a, semble-t-il, un rapport à peu près certain avec C.Valerius Paetus (fils de Lucius), préfet des ouvriers du bâtiment (Fédière 1980, p. 330).

53Or ce personnage, Paetus, aurait été le premier à occuper cette fonction à Ruscino, c’est-à-dire lors de la mise en place des institutions de cette cité sous César ou sous Auguste comme le précise Michel Gayraud dans son article très documenté sur les inscriptions de cette ville (Gayraud 1980, p. 89, n° 24).

54Ainsi donc, notre marque est peut-être celle d’un affranchi gravitant parmi le personnel du préfet, peut-être un ancien servus de celui-ci, devenu libertus, et pourrait, dans cette hypothèse, dater de l’époque augustéenne, voire du début de cette période en fonction de certains critères concernant l’ancienneté des tuiles présentant cette marque, tels l’absence de motifs digitaux notamment. Sous réserves de modifications ultérieures dues à la découverte de nouveaux éléments, on pourrait envisager une datation pour le troisième quart du Ier s. av. J.-C. ou au début du quatrième quart, sans doute, au plus tard.

2.1.3. FABRICIAE / QVIETAE

55On dénombrait 88 exemplaires au colloque de Ruscino (Fédière 1980, p. 333). On en comptait 151, dont 3 hors des Pyrénées-Orientales, avant les fouilles de juillet 2004 qui ont permis au Petit Clos d’en découvrir près d’une vingtaine, celles-ci, en cours d’étude, seront publiées ultérieurement.

56C’est évidemment la marque la mieux représentée en Roussillon et désormais sa répartition géographique s’étend du nord au sud sur 44 km, de Fitou (Aude) à Laroque-des-Albères. Elle a été découverte dans une vingtaine de sites, dont 3 dans le sud-est du département de l’Aude comme on vient de le voir. En Roussillon, la liste des découvertes s’établit comme suit.

57À Cabestany, Serrat d’en Diumenge : au moins 2 ex. (L’Indépendant, 16 Juillet 1972 ; collectif 1978, p. 8).

58À Canet-en-Roussillon, site du Puig del Baja : 2 ex. L’un publié (Claustres 1952, p. 285 ; Fédière 1980, p. 333), l’autre : (fabri)ciae / (qvie)tae sur un fragment de tegula probable retaillé en opercule (diamètre : environ 8 cm) découvert par Jérôme Kotarba dans l’ensemble 54.

59À Elne, site du Puig de les Forques : 1 ex. (Fédière 1980, p. 333) découvert par Louis Bassède. Au musée de cette ville, n° 752-ST-27.

60À Espira-de-l’Agly, site de Les Cabes : (fabr)icia(e / qvietae) sur un fragment de tegula probable (ép. 3,1 à 3,2 cm) découvert par Jean Abélanet ; associé à deux arcs-de-cercles digitaux serrés.

61À Laroque-des-Albères, site de Les Planes : 1 ex. trouvé par Dali Colis.

62À Perpignan, avec onze sites, on a la commune qui a livré le plus de matériel pour ce genre de marque :

63- Camp Bossut. Site appelé par erreur Campussi (Claustres 1952, p. 285). Ne connaissant pas son nom cadastral lors du colloque de Ruscino, l’un de nous (G. F.), auteur de l’article d’alors, l’avait appelé Puig Soutré sud, ce site étant au sud de ce domaine. On y trouve 2 ex. (Fédière 1980, p. 333).

  • 9 Georges Claustres in verbis.

64- Boulevard John Kennedy. Déjà 25 exemplaires avaient été signalés (Fédière 1980, p. 333). Ce décompte comprenait notamment les exemplaires qui avaient été découverts et comptabilisés entre 1967 et 1975, auxquels avaient été ajoutés par évaluation ceux emportés par des visiteurs et notamment des enfants9. Le chiffre de ces exemplaires partis chez des particuliers avait été évalué à une dizaine, mais en fait, il aurait été plus fort selon ce chercheur. Depuis cette époque, 12 exemplaires supplémentaires ont été trouvés :

65fabric(iae) / qvie(tae) sur un fragment de tegula probable (ép. 2,9 cm à 3,1) (Genty et alii 1983). Deux arcs-de-cercles digitaux serrés.

66(fabr)iciae / (qvi)etae sur un fragment de tegula prob. (ép. 2,7 à 3,1 cm) (ibid.). Courbe digitale. Marque numérale : X incisé.

67(fabri)ciae / (qvie)tae sur un fragment de tegula (ép. 2,1 à 3 cm) (Deux courbes digitales concentriques) découvert par J. Kotarba en 1986 dans la parcelle 120. N° 66-136-6-120.

68fabriciae / qvietae (Marichal 1987, p. 6, n° 12) sur un fragment de tegula prob. (ép. 2,9 à 3,5 cm). Trois courbes digitales à droite et à gauche.

69fabriciae / qvietae (ibid., n° 15) sur une tegula incomplète en trois fragments (ép. 2,6 à 2,9 cm). N° 66-136-15-87.

70S’ajoutent 2 autres exemplaires dont un incomplet (ibid., n° 11 et 14). Nous en avons découvert les 3 suivants :

71fabriciae / qvieta(e) sur un fragment de tegula probable découvert en 1988 (ép. du fragment : 3 à 3,2 cm).

72(fabrici)ae / (qviet)ae sur un fragment de tegula partiellement surcuite, découverte la même année.

73(f)abriciae / qvietae sur un fragment de tegula probable (ép. 2,6 à 2,7 cm) trouvé en 1991.

74(fabriciae / qvie)tae sur un petit fragment de tegula prob. (ép. 2,6 cm) découvert par Michel Martzluff.

75(fabric)iae / (qvi)etae sur 1 fragment (ép. 3 cm) découvert (Pezin 2001, p. 16).

76- Malloles. 1 ex. (Fédière 1980, p. 333).

77- Mas Orlina. 1 ex.

78(FABR)ICIAE / (QVI)ETAE sur un fragment de tegula prob. (ép. 3,1 à 3,2 cm) trouvé dans FUS 2004 (Bergeret et alii 2001).

79-Le Petit Clos. 11 ex. Il convient d’en rajouter près d’une vingtaine (fouilles juillet 2004, inédit).

80fabriciae / qvietae sur un fragment de tegula (ép. 3,3 à 3,5 cm) découvert par Jérôme Kotarba lors d’un ensemble de prospections en 1985-86. N° 66-136-41-7.

81(fabric)iae / (qviet)ae sur un fragment de tegula probable découvert en surface dans le terrain encore en vigne en 1992 (Fédière 1992 ; 2000, p. 152).

82fabriciae / qvietae sur un fragment de tegula probable découvert en 1993. Deux demi-cercles digitaux concentriques. Empreinte de patte de chien ayant endommagé une petite partie de l’estampille. N° MC 89 (Fédière 2000, p. 145).

83fabriciae / qvietae sur un fragment de tegula probable (ép. 3 à 3,3 cm). Ligne digitale. N° MC 20 (ibidem).

84fabriciae / qvietae (fig. 5, n° 1) sur un fragment de tegula (ép. 2,7 à 3 cm). Deux courbes digitales dont une faiblement tracée. N° MC 54 (ibidem).

85fabric(iae) / qviet(ae) sur un fragment de tegula probable (ép. 2,8 à 3 cm). Trois courbes digitales concentriques. N° MC 21 (ibid).

86(fa)briciae / (q)vietae sur un fragment de tegula (ép. 3,4 à 4 cm). Deux demi-cercles digitaux concentriques. US 1069. N° MC 28 (ibid).

873 exemplaires dont 2 incomplets trouvés en 2002 lors d’une fouille d’évaluation (diagnostic) (Fédière 2002, p. 37 et fig. 19 à 21).

88Un autre fab(r)iciae / qv(i)etae sur 1 tegula (ép. 3 à 3,4 cm), incomplète, en 2 fragments, découverts en janvier 2004. Deux demi-cercles digitaux concentriques outrepassés (Fédière 2004, p. 15).

89- Pont Trencat. La Vallauria. 5 ex. (Fédière 1980, p. 329 et 333).

90- Pou de les Colobres « Lo Forti ». Déjà 25 ex. avaient été dénombrés lors du colloque de Ruscino (Fédière 1980, p. 333). Depuis cette époque, ce sont 19 ex. supplémentaires qui sont venus s’ajouter aux premiers : 7 dont 5 incomplets en 1975, mais postérieurement à la date du colloque, 4 incomplets en 1981, 3 dont 2 incomplets en 1982, 3 dont 2 pratiquement entiers découverts lors d’une fouille pratiquée par Jérôme Kotarba en 1985 (1 dans l’ensemble 2 : n° 66-136-17-02, les 2 autres dans l’ensemble 18 : n° 66-136-17-18), enfin, 2 incomplets trouvés en 1988.

91Le total de 44 ex. de fabriciae / qvietae découverts sur ce site marque la prépondérance de cette estampille en Roussillon.

92- Ruscino. 21 exemplaires trouvés à différentes époques dont les références bibliographiques permettent de suivre l’évolution des trouvailles (Cahier Rouzaud, II, p. 16-17 : 4 ex. découverts par ce chercheur en 1910 dont trois sont au Musée de Narbonne, les n° HR 5384, HR 5394 et 5194 HR). Autres références (Thiers 1911 a, p. 219, n° 17 ; 1911 b, p. 582, n° 17 ; Aragon 1913 a, p. 358 ; 1914 a, p. 21 et 162 ; Héron de Villefosse 1918, p. 131, n° 65 ; Claustres 1952, p. 285 ; Fédière 1980, p. 327 et 333).

93fabriciae / qvietae sur un fragment de tegula prob. (ép. 2,5 à 2,7 cm) découvert à la maison Marty en 1948. N° 470.

94- Sainte-Thècle. 1 ex. (Claustres 1952, p. 285 ; Fédière 1980, p. 333).

95- La Torre (chemin du Mas Ducup). 3 ex. (Fédière 1980, p. 333).

96- Vilarnau-Mas-Miraflor. 1 ex. (Alessandri 1997-98, annexe).

97(fab)riciae / (qvi)etae sur un fragment de tegula probable (ép. 3,2 à 3,6 cm). Silo et US 3035. N° 66-136-93-3035.

98À Rivesaltes, site du Cami Vell de Vingrau-Est : c’est le site que l’un de nous (G. F.) avait mentionné sous le nom de Lo Mona, suite à l’appellation erronée qui lui avait été donnée à cette époque (Fédière 1980, p. 333). En fait, le nom du Mona apparaît sur la carte I.G.N. au sud-ouest du vieux chemin de Vingrau. Outre les 3 exemplaires signalés, découverts par Jean Abélanet, 8 nouveaux exemplaires ont été trouvés : 2, à nouveau par Jean Abélanet et 6 par nous (4 en 1981, 1 en 1988 et 1 en 2001).

99À Rivesaltes également, mais sur un site non précisé, 1 exemplaire a été signalé en 1910 dans le catalogue du Museum d’Histoire Naturelle de Perpignan (collections locales, p. 77 (coll. Donnezan, don Durand) ; Claustres 1952, p. 285 ; Fédière 1980, p. 333).

100À Théza, site du Mas Roig.

101fabricia(e) / qviet(ae) (coll. Jérôme Bénézet), sur un fragment de tegula probable (ép. 2,8 à 2,9 cm).

102À Fitou (Aude), les trois derniers points de découverte sont hors des Pyrénées-Orientales.

103- Les Estacades (station romaine de Ad Vicensimum), zone G de Solier.

104(fabriciae / qv)ie(tae) sur un petit fragment de tegula probable (ép. 2,6 cm) découvert par nous en 1991.

105- Les Estacades, zone I de Solier, où nous en avons trouvé 1 fragment en 2002.

106- Le Mija du Crès.

107fab(riciae / qvietae) sur un petit fragment, là encore, de tegula probable (ép. 3,1 à 3,3 cm) (double impression en léger décalé) trouvé en 1976.

108À cette liste, il convient d’ajouter un exemplaire incomplet, fabric(iae) / qvie(tae), dont la provenance n’est pas précisée au dépôt archéologique départemental des P.-O. (collection ancienne).

109Au sujet d’un atelier probable ou possible de cette marque, c’est-à-dire à Perpignan, Bd John Kennedy, à cause de trois fragments à ce nom, surcuits dont deux légèrement déformés déjà signalés (Fédière 1980, p. 329) et indépendamment du nombre élevé d’exemplaires, 37, sur ce site, il est surprenant de constater que Georges Claustres n’en ait pas observé dans la zone des fours (Claustres 1969, p. 15). Mais avait-il eu la possibilité de voir tous les fours ou du moins ce qu’il en restait, lors des excavations faites de manière toujours assez rapide par les engins de terrassement pendant l’aménagement du terrain pour le lotissement ? Un autre atelier possible de cette marque semble être le Petit Clos (Perpignan), où des exemplaires trouvés en 2004 pourront peut-être, après étude, confirmer cela.

2.1.4. IVLI (V et L liés)

110Un exemplaire était déjà connu à Ruscino (Fédière 1980, p. 329, 333 et fig. 2, n° 4). Par la suite, un second exemplaire, mais au Musée d’Elne, nous a été signalé par Roger Grau. Fragment de tegula probable (ép. 3,6 à 3,8 cm). Provenance non précisée.

Figure 2 : Marques tégulaires du Roussillon. N° 1 à 4 : estampilles en relief, n° 5 : marque à lettre digitale

2.1.5. L.A.P

111Pas de découverte de nouvel exemplaire. L’un de nous (G. F.) ayant pu avoir en main l’exemplaire (fig. 2, n° 2) trouvé en 1967 à l’avenue John Kennedy par Georges Claustres (Claustres 1969, p. 15 ; Barruol 1969, p. 381 ; Fédière 1980, p. 328, 333 et fig. 2, n° 3) et communiqué par Rémy Marichal, nous pouvons désormais mieux connaître cette marque et noter certains détails tels que la présence d’un arc-de-cercle digital, le tracé du cartouche un peu plus complet et le support qui est un fragment de tegula probable (ép. 2,5 à 3,2 cm).

2.1.6. L.APONI / PLACIDI

112On en connaissait déjà deux exemplaires découverts par Georges Claustres au boulevard John Kennedy (Claustres 1969, p. 15 ; Barruol 1969, p. 381 ; Fédière 1980, p. 328, 333 et fig. 1, n° 2 ; Olive, Pezin 1997, p. 117, (note 1) et un troisième trouvé par Monsieur Bertrand, propriétaire de l’établissement des Bains de mer à La Franqui (Leucate, Aude) (B.C.A.N., XII, 2, 1913, p. CIII-CIV ; Cahier Rouzaud IV, p. 11 ; Courrent, Héléna 1935, p. 38 ; Grenier 1959, p. 146 et 248 ; Fédière 1980, p. 328). Ce dernier exemplaire est au Musée de Narbonne, n° HR 5386.

113À ces exemplaires, sont venus s’en ajouter deux autres, chacun sur un site audois différent, mais voisin.

114À Fitou, site des Estacades (station romaine de Ad Vicensimum). Zone G de Solier.

115(l.a)pon(i / p)lacidi sur un fragment de tegula probable découvert en 1991 par l’un de nous (G. F.).

116A Leucate, site de La Prade les Salants.

117l.aponi / placidi sur un fragment de tegula probable (ép. 3 à 3,1 cm) découvert en 1977 (même inventeur).

118l.a.p et l.aponi / placidi représentent sans doute deux variantes de la même marque d’un tuilier au nom de Lucius Aponius Placidus. Comme l’un de nous (G. F.) l’avait déjà précisé au colloque de Ruscino, le gentilice L. Aponius figure sur plusieurs inscriptions de Narbonnaise (9 et non 11), notamment 7 à Narbonne mais accompagné de cognomina différents (CIL XII, 4383, 4478 Add., 4502, 4609, 4611, 4612, 4614 ; Gayraud 1981, p. 566, Index des Narbonnais) et une fois à Béziers, mais sans cognomen (CIL XII, 4230 ; Clavel 1970, p. 629, prosopographie).

119La gens Aponia est représentée également par des Aponii dont le prénom est absent (inscriptions incomplètes) et par des personnages féminins. Parmi les inscriptions citées supra relatives à L. Aponius, il peut paraître intéressant, à cause de la marque L.A.P, de citer celle où un personnage présente un cognomen commençant par la lettre P, il s’agit de Phraates, cognomen gréco-oriental rectifié par Michel Gayraud, le CIL mentionnant Phrastes selon un manuscrit traitant d’une inscription disparue (CIL XII, 4614), mais figurent aussi dans le CIL XII un certain nombre d’inscriptions présentant des noms de gentes différents.

120Ainsi, l’on peut citer L. Aemilius Philumenus à Théziers (Gard) (CIL XII, 2805), L. Aquilius Privatus à Nîmes (CIL XII, 3424), L. Aemilius Philomusus, à Narbonne (CIL XII, 4376 ; Gayraud 1981, p. 370 et 566) et L. Ancharius Philonicus à Narbonne également (CIL XII, 4575).

121Au sujet de l’estampille l.aponi / placidi, on ne peut que remarquer son air de parenté avec celle de fabriciae / qvietae et même, peut-on dire, avec celles de nivalis. En effet, il s’agit dans ces trois cas de marques à lettres en creux, l’ensemble de ces lettres étant entouré d’un cartouche également en creux. S’agirait-il d’un style qui apparaîtrait dans la deuxième moitié du Ier s. ap. J.-C. et qui continuerait d’être employé au IIe s. ? Peut-on faire un parallèle avec des marques d’amphores gauloises de type G4, telles que matvri ou mercator (Laubenheimer 1985, p. 439, n° 28 et 34) ? Or, l’on sait que l’amphore G4 ne débute que vers le milieu du Ier s. ap. J.-C. et continue jusqu’au IIIe s. (ibid., p. 390 et 391).

122Bien sûr, il convient d’ajouter que ces marques ainsi présentées ne sont pas les seules, car il existe aussi des estampilles à lettres en relief sur ce type d’amphore (ibid., p. 438 à 440).

2.1.7. L.VA.M

123Là encore, il s’agit d’une marque qui n’avait pas été découverte en Roussillon jusqu’à présent, mais elle était connue dans l’Aude sur plusieurs sites et dans le Biterrois sur deux sites. Apparemment, c’est une marque dont le support est en pâte claire de Narbonne ou de sa région. C’est donc, comme pour C.L.P (Fédière 1980, p. 330, 333 et fig. 1, n° 12), une marque importée et non roussillonnaise :

124À Salses, site du Chemin d’Espira.

125l.va.m (fig. 2, n° 4) sur un fragment de tegula probable (ép. 3,6 à 4 cm) découvert par Joseph Fourty.

126l.va (cette dernière lettre à l’intérieur du V, semblet-il, renversée, cf. infra, explications). M (fig. 2, n° 3) sur un morceau de tegula (ép. 3,2 à 4,1 cm) par le même inventeur. Trois courbes digitales.

127En dehors des Pyrénées-Orientales, nous en avons trouvé un exemplaire dans la commune voisine audoise de Fitou, au site du Pla.

128(l. v)a.m (marque abîmée et mal appliquée) du premier type sur un fragment de tegula probable découvert en 1982. Une courbe digitale.

129L’examen des exemplaires trouvés hors de la région du Roussillon a permis de constater que pour un certain nombre d’entre eux, il y avait à l’intérieur de la lettre V une sorte de haste verticale qui faisait penser à une lettre A renversée. En effet, une haste ainsi tracée se remarque sur certains types de lettre A dans l’écriture archaïque (Cagnat 1964, p. 3 et 12) ainsi que sur des échantillons de cette même lettre en écriture cursive (ibid., p. 7).

130Au sujet de l’exemplaire du Chemin d’Espira, la haste apparaît très amoindrie (usure ?) (fig. 3, n° 3). On peut donc penser aux deux lettres V et A dont la 2ème, à l’envers, se sert des montants de la 1ère, ce qui nous ramène ainsi à l’ensemble VA du premier type (fig. 2, n° 4). Cependant, il convient d’ajouter que sur deux exemplaires, chacun d’un type différent, l’un, découvert à Lussau (Puisserguier, Hérault) par Gilbert Saurat, l’autre, dans une zone de décharges de Narbonne, il n’y a pas de haste verticale à l’intérieur du V. Même remarque pour quelques exemplaires présentant un cartouche et des lettres apparemment similaires au type de la fig. 2, 3. Dans tous ces derniers cas, on ne peut lire que : l. v.m. D’autre part, l’hypothèse de VI (cette dernière lettre à l’intérieur du V) n’est sans doute pas à retenir, car la ligature V et I se fait habituellement de façon différente (Cagnat, ibid., p. 25).

131Quant au personnage dont le nomen commence par VA, on peut penser, bien sûr, à valerivs, nom de gens déjà connu en Roussillon, comme on a pu le voir, supra, pour c.val.r. D’autre part, des personnages portant cet ensemble (prénom et nom) l. valerivs sont nombreux en Narbonnaise (cf. CIL XII, 883 et 884) et ailleurs dont l’Espagne (CIL II, 4264). D’autres nomina autres que valerivs, mais commençant aussi par les lettres va sont également attestés en Narbonnaise (cf. CIL XII, 884).

2.1.8. M.C.Q

132Il s’agit là d’une marque qui n’était pas encore connue en Roussillon. Deux exemplaires, tous les deux sur la commune de Perpignan, ont été découverts.

133Au boulevard John Kennedy.

134m.c.q (fig. 3, n° 1) sur un fragment de tegula (ép. 2,4 à 3,7 cm) découvert lors d’une fouille de sauvetage conduite par Rémy Marichal à l’occasion de la création du garage Volvo-Savic en 1987 (Marichal 1987, p. 6, n° 13).

135À Ruscino.

136m.c.q sur une tegula complète, mais en une vingtaine de fragments, en place dans une canalisation.

137Cette marque, réduite à ses seules initiales, ne permet pas de connaître le nom et le surnom de ce personnage. Si, pour le gentilice, il s’agissait de Cornelius, on sait que le nomen de cette gens Cornelia est très répandu comme le faisait remarquer le rapporteur de la découverte de l’inscription de Saint-Nazaire (Alart 1875, p. 602 et 604). D’autre part, Henri Guiter donne une liste des noms de villages des Pyrénées-Orientales tirés d’anthroponymes parmi lesquels plusieurs commencent par un C y compris Cornelius (Corneilla-del-Vercol par exemple) (Guiter 1949, p. 27 à 29).

2.1.9. NIVALIS

138On pouvait en compter 24 exemplaires lors du colloque de Ruscino, répartis sur six lieux de découverte bien définis, sauf 1 dont la provenance n’était pas connue (Fédière 1980, p. 333). Avant les fouilles de juillet 2004 au Petit Clos (Perpignan), il s’en dénombrait dans le Roussillon 91 exemplaires, mais ces dernières fouilles ont permis d’augmenter ce nombre d’une cinquantaine qui, en cours d’étude, seront publiées par la suite. Cette estampille est présente désormais sur dix sites (fig. 3). C’est la 2ème marque, par le nombre, en Roussillon.

139À Elne, site du Castell « de la Reine Hélène » : 1 ex. (Fédière 1980, p. 330 ; Candau 1985, p. 36 et 42, mais les informations archéologiques citées, Gallia 1962, p. 611, ne font pas mention de cette marque).

140À Llupia, site de Sant Romà : 1 ex. (Fédière 1980, p. 333).

Figure 3 : Carte de répartition de la marque NIVALIS en Roussillon

141À Perpignan, 6 sites.

142- Boulevard John Kennedy : 6 ex. En effet, en plus des cinq exemplaires déjà signalés à ce site (ibid), un sixième y a été découvert lors d’une recherche postérieure (Marichal 1987, p. 6, n° 13 bis).

143- Place de Catalogne : 1 ex., sur un fragment de tegula (ép. 3 à 3,7 cm). Boucle digitale tracée avec quatre doigts. US 1005 (fouille par Vanessa Rouppert en l’an 2000) (Rouppert et alii 2000, p. 92).

144- Atelier du Petit Clos : 55 exemplaires dont 28 complets, plus une cinquantaine en cours d’étude (fouilles juillet 2004).

145Plutôt que de donner une liste de ces exemplaires dans cet article, il nous semble qu’il sera plus intéressant d’en faire une publication à part entière lorsque l’étude du site sera plus avancée, notamment la partie de l’atelier proprement dit (fours).

146Toutefois, une première liste en a été dressée dans le DFS de l’opération 1999 (Fédière 2000, p. 145, 147 et 152) et des détails les concernant, notamment les US où ils ont été découverts, ont été signalés (Kotarba et alii 2000, passim) et deux autres ont suivi (Fédière 2002, p. 37 et fig. 22 à 28 ; 2004, p. 15 et fig. 8 et 9).

  • 10 En effet, il ne pourra être question d’une numérotation typologique définitive que dans le cadre de (...)

147On peut ajouter toutefois que ces exemplaires se répartissent dans les cinq types provisoires que l’un de nous (G. F.) avait défini au colloque de Ruscino (Fédière 1980, fig. 1, n° 7 à 10)10. Certains exemplaires, notamment dans les types provisoires 7 et 8, présentent un ensemble (cartouche et lettres) plus ou moins long de 0,1 à 0,2 cm.

148Certains facteurs, tels que cuisson ou consistance de la pâte, ont pu provoquer un rétrécissement ou un allongement de l’estampille. Outre le nombre élevé d’exemplaires qui devrait permettre de penser, entre autres raisons, qu’il y a bien là dans ce site, l’atelier de Nivalis, on doit préciser que trois d’entre eux sont surcuits (MC 3, MC 4, MC 64 (fig. 4, n° 1) et un très cuit (MC 17).

Figure 4 : Estampilles NIVALIS du Petit Clos. N° 1 sur fragment de tegula probable, hors stratigraphie ; n °2 sur fragment de tegula surcuite, US 1081 ; n° 3 sur fragment de tegula probable et motif digital, US 1102 ; n° 4 : idem, US 1043 (cliché des auteurs)

149Ces derniers exemplaires avaient attiré l’attention de Jean-Pierre Comps et de Jérôme Kotarba, permettant ainsi à ces chercheurs d’émettre l’hypothèse de productions estampillées nivalis pour ce site (Comps, Kotarba 1997, p. 87). Un élément qui n’est pas à sous-estimer et qui est dû à la vigilance à nouveau de Jérôme Kotarba, c’est celui qui a permis la proposition de datation, un peu plus tardive que celle que l’on pouvait penser au départ, de cette marque nivalis.

150Sans doute, les cinq types ne sont pas contemporains, mais peut-être un peu échelonnés dans le temps, certains pouvant cependant dater d’une même période. Il sera alors intéressant de voir par une observation précise des couches, lequel est le plus ancien ou le plus récent. Selon les premières observations de ce chercheur qui pourront soit être confirmées soit infirmées par la suite en fonction de découvertes ultérieures, l’apparition de cette marque serait à placer au début du IIe s. de notre ère (Kotarba et alii 2000, p. 8).

151Cependant, même si elle n’est apparue jusqu’à présent que dans les niveaux de cette époque pour ce site, il convient d’être prudent et sans doute devrait-on proposer une datation un peu plus large : fin Ier s. ap. J.-C. début IIe s.

152- Pou de les Colobres, site de Lo Forti : 1 exemplaire (Fédière 1980, p. 333).

153- Ruscino : 2 exemplaires (ibid).

154- La Torre (chemin du Mas Ducup) : 13 ex. (ibid., p. 330 et 333).

155À Théza, site du Mas Roig : 9 exemplaires.

156Tout d’abord, deux exemplaires avaient été signalés par Roger Grau dans son article sur la région d’Elne (Grau 1959, p. 239), (niv)alis et (ni)valis. Par la suite, 7 autres ont été découverts. Ils sont sur des fragments de tegulae probables :

157n(ivalis) sur un fragment (ép. 2,1 à 2,7 cm) trouvé en surface lors d’un stage (Elne) en 1983. Motif digital composé de deux courbes à gauche (et probablement deux à droite). N° 66-208-001.

158(niv)alis sur un fragment (ép. 2,9 à 3,3 cm) découvert en surface par Michel Karbowsky en 1993. Deux courbes digitales concentriques.

159nivalis sur un morceau (ép. 2,5 à 2,7 cm) découvert par Jérôme Bénézet. Deux courbes digitales concentriques et petit fragment d’empreinte de patte de chien.

160Nous avons découvert les 4 exemplaires suivants en 2001 :

161nivalis sur un fragment (ép. 2,8 à 3 cm) découvert dans un tas d’épierrement comblant partiellement un fossé à l’ouest du site.

Figure 5 : Estampilles tégulaires et empreintes de pattes d’animaux du Petit Clos. N° 1 : FABRICIAE / QVIETAE, hors stratigraphie ; n° 2 : NI(V)ALIS, canalisation CN 1043 ; n° 3 : NIVA(LIS) et patte d’ongulé, US 1102 ; n° 4 : empreintes de pattes d’un petit animal, hors stratigraphie (cliché des auteurs)

Figure 6 : Autres estampilles tégulaires du Roussillon. N° 1 estampille et motif digital sur fragment de tegula probable, Els Sarrahis (Saint-Féliu-d’Avall) ; n° 2 : estampilles circulaires sur fragment de tegula. Petit Clos, US 2043 ; n °3 : estampille incomplète sur fragment de tegula probable, Els Sarrahis (Saint-Féliu-d’Avall) (cliché des auteurs)

162Les trois fragments suivants ont été trouvés en surface dans la vigne :

163(n)ivalis sur un petit fragment (ép. 2,9 cm).

164niva(lis) sur un morceau (ép. 3,2 à 3,3 cm).

165nivalis (pour les lettres NIV : traces uniquement de leurs extrémités supérieures) sur un fragment (ép. 2,5 à 2,7 cm).

166À Thuir, site du Vinyer del Rey Sud : 1 ex.

167nivalis sur une tegula (long. 56 cm à 56,5 ; larg. 43,2 ; ép. 2,6 à 3,2 cm) découverte par Jean Calvet dans un terrain défoncé en 1983 (Section B, feuille 3, parcelle 681, propr. Charles Fauquet) (fiche rédigée par Jean-Pierre Comps). Site n° 66-210-002-H.

168Commune et site indéterminés : 1 ex. (Fédière 1980, p. 233) :

169(niv)alis sur un fragment de tegula probable (ép. 2,7 à 2,8 cm) observé à l’ancien dépôt archéologique du Palais des Rois de Majorque (Perpignan) en 1975.

170Quant au cognomen Nivalis (neigeux, mais au figuré : pur, candide) (cité par le poète latin Prudence, Contra Symmacum, 2, p. 249), ce surnom est notamment porté par un potier en céramique sigillée d’Heiligenberg (Bémont, Bourgeois 1986, p. 283). Il figure dans quatre inscriptions de Narbonnaise (CIL XII, à Villars, Vaucluse, 1110, à Uzès, 2939 ainsi qu’à Nîmes, 3765 et 3833). Il figure également dans le recueil des cognomina latins (Kajanto 1965, p. 91 et 339) et dans le répertoire de Solin et de Salomiès (1988, p. 369).

2.1.10. Q.I.A.

171Au sujet de cette marque (Claustres 1969, p. 15 ; Barruol 1969, p. 381 ; Fédière 1980, p. 329, 333 et fig. 1, n° 6 ; Olive, Pezin 1997, note 1) aucun nouvel exemplaire n’a été découvert.

2.1.11. T.ATIL / PROCVL

172Quant à cette estampille (Claustres 1969, p. 15 ; Fédière 1980, p. 328, 333 et fig. 1, n° 11), là encore, aucun nouvel exemplaire n’a été trouvé. Il convient de préciser pour cette marque, que le prénom commence bien par un T, c’est-à-dire Titus. Il ne s’agit donc pas de Publius comme l’inventeur de la marque l’avait écrit par erreur (Claustres, ibid) et que l’un de nous (G. F.) avait rectifié lors du colloque de Ruscino (Fédière, ibid., p. 328). Il fallait donc préciser à nouveau cela afin que la référence erronée de Claustres ne puisse plus être reprise dans les publications ultérieures comme ce fut le cas quelques années plus tard (Olive, Pezin 1997, p. 117, note 1).

2.1.12. Marques diverses et d’interprétations difficiles

173À cette liste d’estampilles tégulaires, il convient d’en ajouter deux, de lecture difficile, nouvelles pour la région et dont l’identification sera tentée avec plus de succès, espérons-le, ultérieurement. Sur l’une, on voit successivement les lettres C, A et Ν liés (ou Ν seul), I ou Τ lié à un Ε (fig. 6, n° 1). Sur l’autre, C Ν Ε ? (lettres incomplètes) (fig. 6, n° 3). Ces marques ont été découvertes aux Sarrahis (Saint-Féliu-d’Avall) par un groupe de recherches (Jean Abélanet, Georges Castellvi, Philippe Coutures, Pierre-Yves Genty, Jérôme Kotarba, Annie Pezin) en 1984. N° 66-174-002.

174Que peut-on dire de la marque off (...) / cn.ael (...) découverte à Elne (Mowat 1883, p. 329, n° 8) ? À première vue, on pourrait penser à une marque italique, mais ni l’ouvrage de Bloch traitant de ces marques (Bloch 1967), ni celui plus récent d’Eva Margareta Steinby avec sa liste des nomina (Steinby 1987) ne présentent cet ensemble prénom et début du nom.

175Toutefois, s’il s’agit de cn.aelivs et non d’un personnage dont le nomen qui bien que commençant par AEL serait différent tels aeleivs, aelianvs, aelonivs ou autres (Solin, Salomies 1988, p. 7), il convient de signaler que la gens AELLA est bien représentée chez les tuiliers italiques (Bloch 1967, p. 15 et 16 ; Steinby 1987, p. 53). En effet, quinze d’entre eux portent le nom d’AELIVS et se répartissent ainsi : quatre ne montrent pas de praenomen dans le libellé de l’estampille (Bloch 1967, p. 16), un autre présente une estampille circulaire mais incomplète (CIL XV, n° 1869) où le prénom était peut-être dans la partie absente ?

176Quant aux dix autres, ils figurent avec des prénoms différents de cneivs. Il y a deux c(aivs), un d(ecimvs), cinq l(vcivs) et deux p(vblivs). Il convient aussi d’ajouter que les aelii sont nombreux en Narbonnaise. Si, pour certains d’entre eux, le prénom n’est pas connu, en revanche, pour les autres, il s’agit d’un praenomen différent (CIL XII, Index des nomina, 865).

177Ainsi donc, au sujet de cette marque d’Elne, en l’absence d’un véritable fac-similé sous forme d’une photo ou d’un dessin, celui, sommaire, repris par Robert Mowat d’après la copie de Labatut, bien qu’intéressant, paraît insuffisant pour une identification certaine.

178Le fragment d’estampille découvert à Ruscino (Fédière 1980, p. 330) et dont la forme du cartouche pouvait être interprétée comme une variante des sceaux italiques, n’avait pu être identifié à l’époque. Il s’agit d’une marque sur un morceau de tegula (ép. 3,7 à 4 cm).

179Un exemplaire incomplet, découvert par l’un de nous (G. F.) en 1989 dans le département voisin de l’Aude, à Saint-Martin-le-Bas (Gruissan), sur un fragment de tegula (ép. 3,6 à 3,7 cm), permet de mieux comprendre cette estampille. Il s’agit d’un motif anépigraphe, cassé à gauche, entouré d’un méandre à svastikas. Cette grecque est une variante des modèles présentés dans le dictionnaire de l’architecture grecque et romaine (Ginouvès, Martin 1985, pl. 52, p. 55 et 61).

180Une marque bi ou bl dans une empreinte ovale est signalée à Ruscino comme étant sur une brique blanchâtre (Héron de Villefosse 1918, p. 131 n° 64). N’y aurait-il pas confusion avec un fragment d’amphore ? Une marque BI est déjà connue sur ce type de support (Callender 1970 n° 195 a ; Miré 1988, p. 327 ; Revilla 1995, p. 101). Une marque BL est également connue sur amphore (Pascual 1977, p. 62, n° 82 et fig. 14, n° 12 ; Miró 1988, p. 86, fig. 21, n° 6 ; Revilla 1995, p. 251 : Mataró (Espagne) et Cap Béart). Au sujet de cette marque BI ou BL de Ruscino, celle-ci n’avait pu faire l’objet que d’une simple mention dans l’article du colloque de 1975 (Fédière 1980, p. 333).

181Il convient d’ajouter également un fragment de tegula découvert au Petit Clos (Perpignan) présentant 10 petites estampilles circulaires de différentes tailles dont l’intérieur est fragile et montre une sorte de concrétion terreuse qui freine une bonne étude de celles-ci (fig. 6, n° 2). n° MC 107.

182Enfin, nous voudrions dire que le genre de marquage (ou plutôt de stries) observé sur un fragment de céramique épaisse identifiée comme un morceau de tegula aux Poubilles (Saint-Nazaire) (inventeurs G. Castellvi et J.-P. Comps ; Comps, Kotarba 1997, p. 100, n° 25) ne nous paraît pas être un fragment de tegula, mais plutôt un morceau de dolium, et ceci en accord avec Jérôme Kotarba, l’un des deux auteurs.

2.2. Marques digitales

183Deux sortes de marques ont pu être observées, les marques à lettres tracées avec un doigt et les motifs digitaux.

2.2.1. Marques à lettres tracées avec un doigt

184C’est presque une nouveauté en Roussillon, pourrait-on dire, et cela grâce aux fouilles du Petit Clos, si l’on ne tenait compte de la première qui fut pendant longtemps la seule, celle de Ruscino évoquée sommairement dans l’article d’un colloque consacré aux estampilles (Fédière 1980, p. 331).

185Sur la marque de Ruscino, on peut voir deux lettres, la première est incomplète par suite d’une cassure du support et la deuxième est un R. Bien qu’Henri Aragon ne l’ait pas signalée dans ses articles consacrés à ce site, on peut l’apercevoir sur deux mêmes planches photographiques que cet auteur présente et où elle figure au-dessus du fragment estampillé c.l.p sur une étagère parmi d’autres trouvailles de ce site à cette époque-là (Aragon 1914, pl. 11 et Aragon 1918, pl. sans numéro).

186Il convient de parler maintenant des marques du Petit Clos qui apportent donc la confirmation du marquage à lettres digitales dans le Roussillon. Pour l’instant, celles de ce dernier site se résument à deux lettres sûres, le S et le Τ auxquelles il faut en ajouter des fragments d’autres, mais incertaines : a, p, q (?).

187Le corpus de ces lettres s’établit comme suit :

188- Lettre S presque entière sur un fragment de tegula probable (ép. 3,3 à 3,8 cm). n° MC 47 (Fédière 2000, p. 147).

189- Lettre S sur un fragment de tegula (ép. 3,9 à 4,4 cm). Deux lignes digitales parallèles à la rigole également digitale, le long du rebord gauche, côté interne. US 1119. n° MC 34 (ibid., p. 148).

190- Fragment de lettre S sur un morceau de tegula prob. (ép. 3 à 3,6 cm). US 2002. n° MC 50 (ibid).

191- Lettre S sur un fragment de tegula (ép. 3,3 à 3,9 cm). US 2019. n° MC 71 (ibid).

192- Lettre S (fig. 2, n° 5) sur un fragment de tegula (ép. 2,6 à 3,5 cm). Hors strat. n° MC 55 (ibid).

193- Fragment de lettre S sur un morceau de tegula probable (ép. 3 à 3,5 cm). Hors stratigraphie. n° MC 56 (ibid).

194- Fragment de lettre S sur, à nouveau, un morceau de tegula probable (ép. 2,8 à 3,1 cm). US 2019. n° MC 72 (ibid).

195- Lettre Τ sur deux fragments, ne se raccordant pas, mais assurément de la même tegula (ép. 2,6 à 3,5 cm). Deux lignes digitales parallèles à la rigole également digitale, le long du rebord droit, côté interne. US 1119. n° MC 35 (ibid).

196Au sujet de la datation des tegulae marquées avec la lettre S, Jérôme Kotarba situe celle-ci au milieu du Ier s. ap. J.-C. (Kotarba et alii 2000, p. 4 et fig. 52, à gauche). Deux recherches en surface récentes (en cette année 2001) nous ont permis d’observer au site des Balmettes-Sud (Espira-de-l’Agly) trois fragments de tegulae probables présentant chacune une sorte de boucle en forme de lettre Q tracée avec un seul doigt comme le sont habituellement les marques à lettres digitales.

197Deux autres recherches de même type nous ont permis de trouver au site du Mas Roig (Théza), un morceau de tegula probable (ép. 3,5 à 3,7 cm) montrant, semble-t-il, un fragment de lettre Ρ et un autre morceau (ép. 2,9 à 3,5 cm) qui lui aussi présente, à n’en pas douter, une lettre, mais incomplète (partie cassée) qui pourrait être un Q, un O, un C ou un G car seule la partie gauche subsiste.

198Ce dernier type de lettre mal définie, cassée accidentellement à peu près au même endroit de la tuile, a été trouvé également au Petit Clos (n° MC 38). Il sera intéressant de voir à l’avenir si d’autres tegulae marquées avec des lettres digitales n’apparaissent pas sur d’autres sites du Roussillon.

199Que penser de ces lettres ainsi tracées sur quelques tegulae ? Ont-elles la même signification que les estampilles ? Peu nombreuses actuellement dans le Roussillon, elles sont beaucoup plus abondantes notamment dans le Narbonnais (14 lettres différentes et où le S et le Τ apparaissent également) ainsi que dans le Biterrois (9 lettres différentes avec là aussi, entre autres, le S et le T).

200Nous avons eu l’occasion dans ces deux régions d’en observer un grand nombre, tantôt isolées, tantôt groupées par deux ou par trois assimilables pour ce dernier cas à des tria nomina.

2.2.2. Les motifs digitaux

201On en connaît de plusieurs formes : arcs-de-cercles, demi-cercles, demi-cercles outrepassés (fig. 5, n° 3), boucles, courbes à droite et à gauche partant d’un point commun en formant une sorte de motif végétal (fig. 5, n° 4 et fig. 6 n° 1), traits droits, lignes ondées, genres de volutes, etc.

202Ceux du Petit Clos ont été signalés, mais sans dessin, dans l’annexe 4 du DFS 1999 / 2000 (Fédière 2000, p. 148 à 150). Des fragments de tegulae avec décor en volute ont été observés au Serrat d’en Diumenge (Cabestany) (Creus 1950, p. 29).

203En fait, l’étude de tous ces motifs digitaux reste à faire avec un classement typologique approprié. Françoise Le Ny a commencé à en établir une classification dans sa thèse bien documentée sur les matériaux de construction en terre cuite de la Gaule (Le Ny 1992, tome I a, p. 206). Il sera intéressant de voir notamment si certains de ces motifs se rencontrent systématiquement avec certaines estampilles ou pas ?

204Il faut tenir compte aussi qu’il existe un assez grand nombre de tegulae non estampillées qui présentent également des motifs digitaux. Il semble que ces motifs tracés avec les doigts commencent à apparaître pendant l’époque augustéenne selon des observations qu’il faudra cependant conforter par des recherches ultérieures. Il est bon de préciser que les tegulae les plus anciennes n’en ont pas montré.

2.3. Marques numérales

205Il s’agit d’incisions de comptage dont la fonction n’est pas clairement définie et qui sont observables sur la tranche de quelques bords avant de tegulae et sur la tranche, là encore, de quelques bords de briques.

206Des marques ont été étudiées notamment en Grande-Bretagne (Brodribb 1979, p. 218 et 219) où les archéologues britanniques les appellent TallyMarks.

207En Gaule, elles sont évoquées par Françoise Le Ny sous le terme d’incision ou d’incision de comptage (Le Ny 1992, p. 220). Il y en avait quelques-unes à Fréjus (Fédière 1981, p. 13). Il y en a également en Languedoc, mais elles feront l’objet de publication (s) ultérieure(s) lors d’étude(s) concernant cette région. Quant au Roussillon, là encore c’est une nouveauté, car aucune n’avait été signalée jusqu’à présent.

208Le corpus des marques trouvées en Roussillon s’établit comme suit :

209À Perpignan, deux sites :

210- Boulevard John Kennedy.

211Sorte de V incisé (partie abîmée) sur un fragment de tegula probable, estampillée l.aponi / placidi découvert par Georges Claustres en 1967.

212X incisé sur un fragment de tegula probable estampillé (fabr)iciae / (qvi)etae découvert en 1983. n° 66-136-006.

213- Petit Clos.

214Incision verticale sur un fragment de tegula (ép. 3,2 à 3,5 cm) estampillée nivalis. n° MC 5 (Fédière 2000, p. 150).

215Incision verticale sur un fragment de tegula probable (ép. 3,3 à 4,3 cm). n° MC 48 (ibid).

216Incision oblique faiblement tracée sur un fragment de tegula (ép. 3,4 à 3,7 cm). n° MC 85 (ibid).

217À Rivesaltes, site du Cami Vell de Vingrau-Est, nous avons découvert en 2001 un fragment de brique (ép. 4,3 à 4,9 cm) présentant une incision verticale.

218À Saint-Féliu-d’Avall, site d’Els Sarrahis.

2192 incisions verticales sur la tranche d’un côté (ép. 2,7 à 3 cm) de brique striée (dépôt archéologique des P.-O., Perpignan).

2.4. Empreinte de cloutage de chaussure

220À Ponteilla, site de la Font del Mas.

221Fragment d’empreinte sur une brique (14,5 à 15,3 cm x 16 à 16,5 cm ; ép. 10,3 à 11,2 cm) découverte en surface dans le secteur du four 3 et conservée au dépôt départemental (Perpignan).

2.5. Empreintes de pattes d’animaux11

  • 11 Les empreintes, ne comportant pas de nom d’inventeur, de référence bibliographique ou d’autres ment (...)

222Elles n’avaient pas vraiment été signalées en Roussillon, à part par Georges Claustres qui en avait observé à Perpignan lors de la création du lotissement de l’avenue John Kennedy (Claustres 1969, p. 15).

2.5.1. Pattes de canidés

223Une soixantaine d’empreintes de pattes de chiens et une de renard ont été dénombrées.

224a / Pattes de chiens.

225À Espira-de-l’Agly, site des Balmettes Sud.

22610 empreintes réparties sur 8 fragments de tegulae ou de tegulae probables.

227À Palau-del-Vidre site de Batipalmes.

2282 empreintes sur un morceau de tegula (ép. 2,6 à 3,5 cm) de la tombe 4 et plusieurs empreintes également dont une plus petite (chien ?) sur une tegula complète en 12 fragments de la tombe 14 (dépôt départemental, Perpignan).

229À Perpignan, deux sites :

230- Boulevard John Kennedy.

231Elles ont été observées par Georges Claustres en 1967, mais sans en préciser le nombre (Claustres 1969, p. 15).

232- Le Petit Clos.

23339 empreintes réparties sur des fragments de tegulae, de tegulae probables, de briques dont une surcuite. Il y en avait aussi sur deux claveaux incomplets (Fédière 1992, I).

234Parmi ces empreintes, on peut en signaler 4, incomplètes, sur un fragment de tegula prob. (ép. 2,9 à 3,1 cm), n° MC 68 (Kotarba et alii 2000, Invent., p. 22 ; Fédière 2000, p. 151), 7 dont 4 incomplètes (3 types de pattes) sur un fragment de tegula (ép. 2,9 à 3,1 cm) (MC 61) (Fédière 2000, p. 151), 1 fragment d’empreinte ayant abîmé une petite partie de l’estampille fabriciae / qvietae sur un morceau de tegula probable, n° MC 89 (ibid) et 1 empreinte de patte de chien recouverte partiellement par 1 empreinte de patte d’un autre type de canidé dont les pelotes digitales disposées en éventail rappellent celles du chien dit « viverrin » (Bang, Dahlström 1985, p. 58) et non du loup, semble-t-il sur un morceau de tegula probable (ép. 2,9 à 3,2 cm), n° MC 103 (ibid).

235À Peyrestortes, site de Les Sedes.

2361 empreinte sur un fragment de tegula découvert en 1988.

237À Rivesaltes, deux sites :

238- Cami Vell de Vingrau-Est.

239Fragment d’empreinte sur un morceau de tegula prob. (ép. 2,1 à 2,6 cm) découvert en 2001.

240- Parets d’en Borrut.

241Fragment d’empreinte sur un morceau de tegula probable découvert en 1991.

242À Théza, site du Mas Roig.

2435 empreintes réparties sur quatre fragments de tegulae prob. dont un estampillé nivalis découvert par Jérôme Bénézet et les autres trouvés en 2001.

244b / Patte de renard.

245À Espira-de-l’Agly, site des Balmettes Sud.

246Fragment d’empreinte sur un morceau de tegula probable (ép. 2,7 à 3 cm) découvert en 2001.

2.5.2. Pattes de chat

247À Perpignan, site du Petit Clos. 2 empreintes sur une tegula probable, incomplète en deux fragments (ép. 2,8 à 3,1 cm). N° MC 44 (Kotarba et alii 2000, Inventaire, p. 9 ; Fédière 2000, p. 151).

2.5.3 Pattes d’ongulés

248Il s’agit essentiellement de pattes d’ovins ou de caprins. Celles des suidés (porc et sanglier) bien qu’en principe reconnaissables à leurs gardes (doigts postérieurs rudimentaires) (Bang et Dahlström 1985, 65), ne sont pas en fait faciles à distinguer des autres ongulés car souvent les empreintes sont incomplètes (cassures) ou mal appliquées. Dans cet article, il ne sera donc question que de pattes d’ongulés en général, sans précision d’espèces, ce travail pouvant être poursuivi ultérieurement par des spécialistes en zoologie.

249Le corpus de ces empreintes s’établit ainsi :

250À Espira-de-l’Agly, site des Balmettes Sud.

2511 empreinte de patte sur un fragment de tegula probable (ép. 3,1 à 3,2 cm) découvert en 2001.

2526 empreintes incomplètes sur un morceau de tegula prob. (ép. 2,4 à 2,6 cm) (même année de découverte).

253À Palau-del-Vidre, site de Batipalmes

2541 empreinte sur un fragment de tegula (larg. 38 cm ; ép. bord avant : 2,3 cm à 2,7 cm) de la tombe 9 (fouille réalisée en 1983 par Annie Pezin et Jérôme Kotarba) (dépôt départemental, Perpignan).

255À Perpignan, deux sites.

256- Boulevard John Kennedy.

2572 empreintes, l’une partiellement sur l’autre, de petites pattes d’ongulé sur un fragment de tegula problable, surcuite.

258- Le Petit Clos.

2594 empreintes (Fédière 2000, p. 151).

2603 empreintes (fig. 2, n° 3) dont une incomplète sur un morceau de tegula probable, estampillée niva(lis). n° MC 12.

261Empreinte sur, sans doute, la partie arrière d’un fragment de tegula probable, à cause de la minceur de ce support (ép. 2,1 à 2,4 cm). n° MC 62.

262À Rivesaltes, site du Cami Vell de Vingrau-Est.

263Fragment d’empreinte sur un morceau de tegula (ép. 2,5 à 2,9 cm) découvert en 2001.

264À Théza, site du Mas Roig.

2652 empreintes sur un fragment de tegula probable (ép. 2,9 à 3,1 cm) découvert également en 2001.

2.5.4. Pattes de volatiles

266À Espira-de-l’Agly, site des Balmettes Sud.

267Fragment d’empreinte sur un morceau de tegula probable.

268À Perpignan, site du Petit Clos.

269Empreinte sur un fragment de tegula trouvé en surface en 1992 (Fédière 1992, I ; 2000, p. 152).

2.5.5. Pattes de petits animaux

270À Espira-de-l’Agly, site des Balmettes Sud.

2714 empreintes sur deux fragments (une tegula et une probable) dont l’un (sur tegula) présente aussi une patte de chien.

272À Perpignan, deux sites :

273- Boulevard John Kennedy.

2741 empreinte sur un fragment de tegula (ou de brique) estampillé t.atil / procvl.

275- Le Petit Clos.

2768 empreintes : 3 dont une incomplète (n° MC 70) (Kotarba et alii 2000, Inventaire, p. 22 ; Fédière 2000, p. 151) ; 5 dont 3, l’une partiellement sur les deux autres (fig. 2, n° 4), sur un fragment de tegula (ép. 2, 8 à 3,7 cm), n° MC 105 (Fédière 2000, p. 151).

277À Rivesaltes, site du Cami Veil de Vingrau-Est.

2781 empreinte sur un fragment de tegula probable découvert en 1988.

279À Théza, site du Mas Roig.

2802 empreintes sur un fragment de tegula (ép. 2,5 à 2,7 cm) trouvé en 2001.

2.6. Empreintes de gouttes de pluie

281À Perpignan, au Petit Clos : fragment d’imbrex présentant des empreintes de gouttes de pluie, n° MC 46 (Kotarba et alii 2000, Inventaire, p. 9 ; Fédière 2000, p. 151).

282À Rivesaltes, site du Cami Vell de Vingrau-Est : empreintes sur deux fragments de briques (ép. 4,5 à 4,9 cm et 4,3 à 4,5 cm) découverts en 2001.

3. Les ateliers de tuiliers

283Avant d’en terminer avec les matériaux de construction et leurs empreintes diverses, il était nécessaire d’aborder le sujet relatif aux ateliers de tuiliers. La liste ci-dessous donne une première idée du nombre de ces ateliers qui sont certainement bien plus nombreux. Certains d’entre eux, outre leur activité tuilière, ont produit des amphores et des poteries communes.

3.1. Amélie-les-Bains

  • 12 Kotarba in verbis.

284Four de tuilier avec alandier de tegulae surcuites qui correspondent au chargement encore en place qui est visible en se faufilant dans l’alandier, car la sole a craqué sous l’effet de la chaleur de la dernière cuisson12.

3.2. Elne, deux sites :

285- Chemin de Saint-Cyprien : Atelier de potier et de tuilier du Haut-Empire identifiable grâce à un dépotoir contenant des éléments de four(s) (voûtains, briques), surcuits de tuiles (Campmajo et alii 1985, p. 17-18), des bassins pouvant servir de bassins de décantation d’argile, des éléments de construction de four de potier (Candau 1985, p. 56). Fabrication de tegulae, d’imbrices, de tubuli pour hypocauste et production probable de céramiques communes (troisième quart du Ier s. ap. J.-C.) (Pezin, Kotarba 1991, p. 35).

286- Enclos Rovira. Peut-être un alandier avec des piles, de four romain (?) (Claustres 1949 ; Candau 1985, p. 34 et 41).

3.3. Maureillas, site de Saint-Martin de Fenollar

287Jaubert de Réart signale à « la Mahut » un ancien lieu de sépultures, une ancienne briqueterie, des monnaies et des tegulae (Jaubert de Réart 1835 b, p. 55-58).

3.4. Perpignan : trois sites ont été recensés :

288- Boulevard John Kennedy.

289Atelier de tuilier important : monceaux de tuiles vitrifiées et soudées entre elles, dépôts rouges cuits au feu, s’étendant sur plus d’un ha, traces de construction (fours) (Claustres 1969, p. 14).

290Fragment de brique percée de larges trous faisant penser aux soles des fours à carneaux (ibid., p. 15). Nombreuses tegulae estampillées mais pas dans les fours ni dans leurs environs immédiats selon Claustres (ibid., p. 15). Comme nous le disions supra, cet auteur avait-il vu tous les fours du site à cause des difficultés de prospection archéologique qui ne manquent pas de se produire lors des travaux effectués par les gros engins de terrassement sur le chantier ? La question peut se poser, à cause de la découverte faite un peu plus tard de fragments estampillés fabriciae qvietae surcuits et légèrement déformés, ce qui permet de supposer l’existence d’au moins un four pour le personnage féminin à ce nom sur ce site.

291- Le Petit Clos.

292Atelier de tuilier important également (Pezin et alii 2002) : productions pendant plus d’un siècle (à partir du milieu du Ier s. de notre ère) (Kotarba et alii 2000, p. 4). Il s’agit de matériaux de construction (tegulae, imbrices, tuyaux). Il y avait également une fabrication de vaisselle fine et sans doute d’amphores (ibid). Des morceaux de voûte de four pris dans l’argile dans un calage de gros galets et de fragments de tegulae (ibid., p. 49). D’autre part, la nécessité de procéder en Roussillon (terrain siliceux) à des opérations de décantation plus importantes que celles en terrain calcaire a été soulignée (ibid., p. 52).

293Quant aux phases d’occupation du site, Jérôme Kotarba en distingue quatre dont la III (de + 50 à + 80 / 100) à production potière (mais essentiellement tuilière) et la IV (+ 80 / + 100 à + 150 / + 170) à production tuilière dont les tuiles estampillées nivalis ainsi qu’une production potière non encore bien définie (ibid., p. 79).

294On peut ajouter parmi les matériaux observés, des fragments découverts en surface en 1992 dans le terrain (vigne) non encore fouillé, c’est-à-dire un morceau de brique (8,5 cm) présentant un conduit de chaleur à demi-carneau (diamètre 4 cm) (Fédière 1992, I).

295Il s’agit d’un type de matériel déjà signalé à Saint-Martin-Laguépie (Tarn) (Blanc 1984, p. 10 et pl. 1, n° 3 ; Le Ny 1992, p. 472, fig. 225, H) et à l’Alzou (Aveyron) (Le Ny, ibid., G ; Gruat et alii 1999, p. 94 et 95). Un fragment a été découvert en surface à l’atelier de Saint-Bézard-Dourbie (Aspiran) par l’un de nous (P. F.) en 1991.

296Des reconstitutions de fours ainsi équipés ont été proposées par Françoise Le Ny (ibid., I) et par les chercheurs de l’Alzou (Gruat et alii 1999, p. 96, fig. 45).

297Nous nous devons d’ajouter parmi les matériaux observés en surface au Petit Clos en 1992, un petit morceau de sole de four (ép. 8,5 cm), surcuite, présentant deux fragments de carneaux (Fédière 1992, I) et un autre, non en place, en 2002 lors de la fouille d’évaluation par diagnostic (Fédière 2002, p. 39).

298- Sainte-Thècle.

299Découverte de dépôts d’argile, d’une tegula mal cuite, légèrement vitrifiée, de matières argileuses vitrifiées sur plusieurs mètres carrés, ce qui permet de penser à la destruction d’un ou plusieurs fours, d’une tegula bien cuite estampillée fabriciae / qvietae, des tesselles de mosaïque et des fragments de marbres variés (Claustres 1973, p. 75).

3.5. Ponteilla, site de la Font del Mas. Section A 3, parcelle 1036 (propr. Mme Santenach)

300Atelier de potiers et de tuiliers qui produisaient des tegulae, des imbrices, des briques rectangulaires percées de trous dans les angles (Olive 1985, p. 11 ; Olive, Pezin 1997, p. 116).

301Ont été découverts également des tubulures de section rectangulaire (Olive, Pezin, ibid).

302Fragment de sorte de tubulus d’hypocauste (Olive, ibid., pl. XXIV, n° 4 ; Olive, Pezin, ibid., fig. 9, n° 1).

303Eléments de fours : pilette d’argile cuite et composant de voûte, des pièces techniques en forme de boulettes également en argile cuite (Olive, ibid. ; Olive, Pezin, ibid).

304On peut ajouter une brique de pilette d’hypocauste (21 cm x 21,5 cm x 4,5 cm) dont nous avons déjà parlé (cf supra : 1.4. Les briques). Cet atelier produisait aussi de la céramique commune et des amphores dont notamment les types Dressel 2/4 (Olive, ibid., p. 12 ; Olive, Pezin, ibid., p. 114) ainsi que les Gauloises 1 et 3 (Olive, Pezin, ibid). La datation des productions de cet atelier, en tout cas pour les amphores, va du Ier au début du IIe s ap. J.-C. (Olive, ibid., p. 11).

305Ce site est également mentionné dans les informations de Gallia (Nickels 1985, p. 415 ; 1987-88, p. 273).

3.6. Thuir, site du Vidrès

306Comme le précise Olivier Passarrius dans ses recherches avec ses coéquipiers sur ce site : « La présence de nombreux fragments de brique de four, de blocs de gneiss chauffés, de surcuits de tegulae et d’hypothétiques surcuits de céramiques, prouverait l’existence d’un atelier de tuilier et de potier (?) » (Passarrius 1994, sp).

Conclusion

307À la fin de cette étude portant sur les matériaux de construction en terre cuite du Roussillon, un chapitre n’a pas été abordé, c’est celui concernant la composition des pâtes de ces matériaux. Il est certain qu’en l’absence d’analyses de pâtes effectuées par des laboratoires spécialisés, on ne peut pas en dire grand chose, si ce n’est la reconnaissance à la couleur, par exemple, des matériaux du Roussillon par rapport à ceux de l’Aude. Souhaitons qu’à l’avenir, quelques analyses puissent être faites afin de pouvoir distinguer et reconnaître les produits de quelques ateliers roussillonnais.

Remerciements

308Que soient ici remerciés Patrice Alessandri, Jérôme Bénézet, Agnès Bergeret, Daniel Brentchaloff, Jean Calvet, Dali Colls, Jean-Pierre Comps, Joseph Fourty, Michel Karbowsky, Rémy Marichal, Michel Martzluff, Olivier Passarrius, Vanessa Rouppert et Gilbert Saurat qui nous ont aimablement fourni des renseignements utilisés dans cette étude et qui nous ont permis d’avoir accès à la documentation.

309Il nous est également agréable d’adresser plus particulièrement nos vifs remerciements à Jérôme Kotarba, Ingénieur d’études à l’I.N.R.A.P. (ex-A.F.A.N.), qui nous a fort aimablement signalé de nombreux matériaux de construction et nous a également offert la possibilité d’écrire cet article par sa gracieuse invitation à ce colloque organisé par l’A.A.P.-O. Qu’il nous soit permis également d’exprimer nos remerciements à Annie Pezin, chargée d’études à l’I.N.R.A.P., responsable des dernières opérations au site du Petit Clos à Perpignan, pour toutes les facilités fort aimablement accordées concernant l’étude des matériaux de construction en terre cuite de cet atelier.

310Nous voudrions par ailleurs exprimer notre gratitude à Jean Abélanet qui eut la gentillesse de nous signaler des sites à matériaux tégulaires il y a quelques années afin que nous puissions y effectuer des recherches concernant ces types d’objets et qui, comme on peut le voir, outre le préhistorien de renom que l’on connaît, est aussi un fin connaisseur antiquisant, par ses découvertes, entre autres objets, de nombreuses estampilles de tuiles d’époque romaine sur plusieurs sites du Roussillon. Nous aurons pour finir une pensée pour feu Roger Grau avec qui nous nous avons pu collaborer sur ce thème il y a quelques années.

ABREVIATIONS UTILISÉES

311A.A.P.-O. : Bulletin de l’Association Archéologique des Pyrénées-Orientales

312B.A.C.T.H. : Bulletin Archéologique du Comité des Travaux historiques et scientifiques

313B.C.A.N. : Bulletin de la Commission archéologique de Narbonne

314C.A.F. : Congrès archéologique de France

315C Ε R C A : Centre d’études et de recherches catalanes des archives

316H A R U R : Formes de l’habitat rural en Gaule Narbonnaise, APDCA, Sophia Antipolis

317R.A.N. : Revue archéologique de Narbonnaise

318S.A.S.L. : Bulletin de la Société Agricole, Scientifique et Littéraire des Pyrénées-Orientales. Elle fait suite en 1839 au : Bulletin de la Société Philomatique de Perpignan.

Bibliographie

Alart 1874 : ALART (Β.) - Rapport sur l’ancien cimetière de la Vila Vella de Banyuls-dels-Aspres. S.A.S.L., XXI, 1874, p. 260-272.

Alart 1875 : ALART (B.) - Note sur une inscription romaine découverte à Saint-Nazaire (Canton Est de Perpignan). S.A.S.L., XXII, 1875, Perp. 1876, p. 602-608.

Alessandri 1997-98 : ALESSANDRI (P.) - Archéologie d’un village médiéval déserté Vilarnau-Mas Miraflor (Perp., P-O.), Annexes en collaboration avec O. Passarrius, D.F.S., 1997-1998.

Almagro 1952 : ALMAGRO (M.) - Las inscripciones ampuritanas Griegas, Ibéricas y Latinas. Barcelona 1952, Monografias ampuritanas II, p. 191-197 : E) Estampillas sobre tegulas.

Aragon 1913 a : ARAGON (H.) - Bilan des fouilles de Ruscino. In : La Veu del Canigo, 1913, n° 74, p. 346-376.

Aragon 1913 b : ARAGON (H.) - Bilan des fouilles de Ruscino. In : La Veu del Canigo, 1913, n° 76, p. 394-426.

Aragon 1914 : ARAGON (H.) - Bilan des fouilles de Ruscino. 1914, 246 p.

Aragon 1918 : ARAGON (H.) - La céramique de Ruscino. 1918, 135 p.

Bang, Dahlström 1985 : BANG (P.) et DAHLSTRÖM (P.) - Guide des traces d’animaux. Delachaux et Niestle éd., Neuchâtel, Paris, 1985.

Barruol 1969 : BARRUOL (G.) - Informations archéologiques. Gallia, XXVII, 1969, 2.

Barruol, Nickels 1980 : BARRUOL (G.) et NICKELS (A.) - Le Forum et le centre monumental de Ruscino. In : Barruol (G.) dir., Ruscino, R.A.N., sup. 7, 1980, p. 41-66.

Bémont, Bourgeois 1986 : BÉMONT (C.) et BOURGEOIS (A.) - Les noms de potiers, ateliers situés en France. In : Bémont et Jacob (J.-P.) dir., La terre Sigillée Gallo-Romaine, D.A.F, n° 6, 1986, p. 278-286.

Bergeret et alii : BERGERET (Α.), KOTARBA (J.), DAYRENS (O.), PAYA (D.) - Mas Orlina, contournement du Grand-Saint-Charles (P.-O.), D.F.S. de diagnostic archéologique, Montpellier, S.R.A. Languedoc-Roussillon, 2001, 39 p.

Blanc 1984 : BLANC (J.-M. et J.-F.) - Les fours de tuiliers et potiers gallo-romains de Sommard-Saint-Martin-Laguêpie, Tarn. Archéologie Tarnaise, n° 1, 1984.

Bloch 1967 : BLOCH (H.) - The roman Brick-Stamps not published in vol. XV, 1 of the C.I.L. including indices to the roman Brick-Stamps. Roma, 1967 (ristampa anastica invariata dell’edizione Cambridge, Mass. 1947-1948) 128 et 104 p.

Brodribb 1979 : BRODRIBB (G.) - Marking on Tile and Brick. In : Roman Brick and Tile, édited by Alan Mc Whirr, BAR International Series 68, 1979, p. 211-220.

Cagnat 1964 : CAGNAT (R.) - Cours d’épigraphie latine, 4ème édition. L’Erma di Bretschneider, Roma 1964 (Riproduzione anastica tiratura limitata dell’edizione Paris 1914. Multigrafica Roma). 504 p.

Callender 1970 : CALLENDER (M. H.) - Roman amphorae, first published 1965, reprinted 1970, Oxford, 323 p.

Cahier Rouzaud : ROUZAUD (H.) - Cahier II (Juin 1910 - Mai 1912) (Manuscrit), Cahier IV (28/2/1914 - 23/7/1916) (Manuscrit).

Campmajo et alii 1985 : CAMPMAJO (P.), CANDAU (S.), CASTELLVI (G.), KOTARBA (J.), PEZIN (A.) - A.A.P.O., n° 1, 1985.

Candau 1985 : CANDAU (S.) - Implantation romaine dans la commune d’Elne. Font de Sègre, n° 10, 1985, 84 p.

Cazals 1990 : CAZALS (G.) - A.A.P.O., n° 5, 1990.

Claustres 1949 : CLAUSTRES (G.) - Les ruines d’Illiberis. Notes archéologiques sur son emplacement. S.A.S.L., LXV, 1949, p. 24-25.

Claustres 1952 : CLAUSTRES (G.) - Sur une marque ruscinonaise de tuiles. Études roussillonnaises, 1952, 4, p.285.

Claustres 1957 : CLAUSTRES (G.) - Les recherches archéologiques en Roussillon. S.A.S.L., 72, 1957, p. 91-108.

Claustres 1960 : CLAUSTRES (G.) - Matériaux pour l’histoire des origines de Perpignan. S.A.S.L., 75, 1960, p. 65-77.

Claustres 1969 : CLAUSTRES (G.) - Perpignan galloromain. XLIIe Congrès de la Féd. histor. du Languedoc Méd. et du Roussillon, Perpignan, 1969, Montpellier, 1970, p. 11-24.

Claustres 1973 : CLAUSTRES (G.) - Notes sur Sainte Thècle (comm. de Perp.). S.A.S.L., 85, 1973, p. 61-84.

Claustres 1974 : CLAUSTRES (G.) - Le Roussillon sous l’occupation Romaine. S.A.S.L., 85, 2ème partie, 1974, p. 37-56.

Claustres, ABÉLANET 1954-55 : CLAUSTRES (G.) ET ABÉLANET (J.) - Le Peyrestortes gallo-romain. Études roussillonnaises, IV, 1954-55, n° 1-2, p. 57-68.

Clavel 1970 : CLAVEL (M.) - Béziers et son territoire dans l’Antiquité. Centre de Rech. d’hist. ancienne, vol. 2, Paris 1970, 664 p.

Collectif 1978 : Un coup d’œil sur Cabestany, Ville de Cabestany éd., 1978, 47 p.

Comps, Kotarba 1997 : COMPS (J.-P.), KOTARBA (J.) - La campagne proche de Ruscino, Vie d’un terroir durant l’époque romaine. Études roussillonnaises, XV, 1997 (Hommage à Georges Claustres), p. 83-101.

Courrent, Héléna 1935 : COURRENT (P.) et HÉLÉNA (P.) - Répertoire archéologique du département de l’Aude, période gallo-romaine. Montpellier, 1935, 104 p.

Creus 1950 : CREUS (A.) - Station romaine près de Cabestany (P.-O.). S.A.S.L., 65, 1950, p. 26-29.

Desplanque 1896 : DESPLANQUE (Ε.) - Introduction à l’inventaire des archives de Thuir, 1896, 26 p.

Donnezan 1892 : DONNEZAN (A.) - Note sur quelques sépultures du Roussillon. S.A.S.L., XXXIII, 1892, p. 262-272.

Donnezan 1906 : DONNEZAN (A.) - Les fouilles des cavernes et les monuments mégalithiques du Roussillon. C.A.F., LXXIII session tenue à Carcassonne et Perpignan en 1906, Paris, Caen, 1907, p. 441-463.

Donnezan 1911 : DONNEZAN (A.) - Fouilles à Château-Roussillon, Note. S.A.S.L., LU, 1911, p. 415-419.

Durliat 1954-55 : DURLIAT (M.) - L’église de Malloles. Études roussillonnaises, IV, 1954-1955, n° 1-2, p. 101-114.

Ecoiffier 1906 : ECOIFFIER. In : Donnezan 1906, p. 458 et 459.

Espérandieu 1936 : ESPÉRANDIEU (Ε.) - Répertoire archéologique du département des Pyrénées-Orientales, période gallo-romaine. Montpellier, 1936, 45 p.

Fabre 1870 : FABRE (L.) - Résumé des travaux de la section des Lettres et Arts libéraux. S.A.S.L., XVIII, 1870, p. 18-25.

Farines 1835 : FARINES - Archéologie, Le Publicateur du départ, des Pyr.-Or., 1835, n° 43.

Farines 1837 : FARINES - Notice archéologique, Bull. de la Soc. Philomatique de Perpignan, III, 1837, p. 47-50.

Fédière 1980 : FÉDIÈRE (G.) - Marques sur tuiles et sur briques d’époque romaine en Roussillon. In : Barruol (G.) dir., Ruscino, R.A.N., sup. 7, 1980, p. 327-335.

Fédière 1981 : FÉDIÈRE (G.) - Tuiles et Briques romaines estampillées de Fréjus et de sa proche région (Puget-surArgens, Saint-Raphaël). Annales du S-E Varois, VI, 1981, p. 7-20.

Fédière 1992 : FÉDIÈRE (G.) et COMBES-FÉDIÈRE (P.) - Matériel Gallo-Romain observé au site du Petit Clos (Perpignan) le 16 Déc. 1992 (Rapport dactylographié).

Fédière 2000 : FÉDIÈRE (G.) - Inventaire sur les marques, empreintes et particularités des matériaux de construction en terre cuite découverts au Petit Clos (Perpignan) en 1999, avec rappel de quelques découvertes antérieures. In : Kotarba et alii 2000, Annexe 4, p. 145-152.

Fédière 2002 : FÉDIÈRE (G.) - Marques, empreintes et particularités des matériaux de construction en terre cuite découverts au Petit Clos. In : Pezin et alii 2002, p. 37-46.

Fédière 2004 : FÉDIÈRE (G.) - Marques, empreintes et particularités des matériaux de construction en terre cuite découverts au Petit Clos. In : Pezin et alii 2004, p. 15-19.

Gallet de Santerre 1964 : GALLET de SANTERRE (H.) - Informations archéol., Gallia, XXII, 1964, 2.

Gayraud 1980 : GAYRAUD (M.) - Les inscriptions de Ruscino. In : Barruol (G.) dir., Ruscino, R.A.N., sup. 7, Paris, 1980, p. 67-98.

Gayraud 1981 : GAYRAUD (M.) - Narbonne antique des origines à la fin du IIIe s. R.A.N., sup. 8, 1981, 591 p.

Genty et alii 1983 : GENTY (P.-Y.), KOTARBA (J.), PEZIN (A.) - Rapport de prospection 1983 pour le S.R.A. de Montpellier.

Ginouvès, Martin 1985 : GINOUVÈS (R.), MARTIN (R.) - Dictionnaire méthodique de l’architecture grecque et romaine. Tome I, Matériaux, techniques de construction, techniques et formes du décor, 1985, Collection de l’Ecole française de Rome, 84, 307 p. et 65 pl.

Grau 1959 : GRAU (R.) - La région d’Elne à l’époque romaine, essai de géographie archéol., CERCA, n° 5, 1959, p. 234-241.

Grenier 1959 : GRENIER (Albert) - Carte archéologique de la Gaule romaine, XII, Département de l’Aude, Paris 1959, 260 p.

Gruat et alii 1999 : GRUAT (Ph.), BENEVENT (Ch.), MARTY (G.) et LE FILLATRE (V.) - L’Alzou, un atelier de tuilier rutène du Ier siècle. Vivre en Rouergue, Cahiers d’Archéologie Aveyronnaise, n° 13, 1999.

Guiter 1949 : GUITER (H.) - La colonisation agricole romaine à travers les toponymes des Pyrénées-Orientales. Revue Internationale d’Onomastique, 1949, n° 1-2, p. 25-31.

Henry 1835 : HENRY (D.-M.-J.) - Histoire du Roussillon. Paris, 1835.

Héron de Villefosse 1917 : HÉRON de VILLEFOSSE (A.) - Rapport complémentaire sur les fouilles de Castel-Roussillon. B.A.C.T.H., 1917, p. 19-44.

Héron de Villefosse 1918 : HÉRON de VILLEFOSSE (A.) - Rapport complémentaire sur les fouilles de Castel-Roussillon. In : Aragon 1918.

Jaubert de Réart 1835 a : JAUBERT de RÉART (J.) - Le Publicateur du département des P-O, 49, 1835, p. 195-196.

Jaubert de Réart 1835 b : JAUBERT de RÉART (J.) - La Mahut. Bull. de la Soc. Philom. de Perpignan, n° 1, 1835, 2ème partie, p. 55-58.

Jaubert de Réart 1836 : JAUBERT de RÉART (J.) - Découverte d’un gîte romain. Bull. de la Soc. Philom. de Perpignan, II, 1836, p. 198-202.

Kajanto 1965 : KAJANTO (Iiro) - The Latin Cognomina, 1965, 418 p.

Kotarba 1991 : KOTARBA (Jérôme) - A.A.P.-O., n° 6, 1991.

Kotarba 1993 : KOTARBA (J.) - A.A.P.-O., n° 7, 1993.

Kotarba 1996 : KOTARBA (J.) - Perpignan, le Petit Clos. H A R U R, n° 3, 1996.

Kotarba et alii 2000 : KOTARBA (J.), avec la participation de ÉCARD (P.), PEZIN (A.) et les contributions de ABÉLANET (J.), BÉNÉZET (J.), FÉDIÈRE (G.), FOREST (V.), Lentillon (J.-P.) - Perpignan, Le Petit Clos. Nouvelle campagne sur un vaste établissement du Haut Empire. DFS de l’opération du 25/1/99 au 19/3/99, SRA Languedoc-Roussillon, AFAN, SARL Le Petit Clos, novembre 2000, 174 p.

Kotarba, Alessandri 1993 : KOTARBA (J.), ALESSANDRI (P.) avec la participation de V. FABRE - A.A.P.-O., n° 7, 1993, p. 28-29.

Lanos et alii 1991 : LANOS (P.), SOYER (S.), GOULPEAU (L.) - A.A.P.-O., n° 6, 1991, p. 44-45.

Laubenheimer 1985 : LAUBENHEIMER (F.) - La production des amphores en Gaule Narbonnaise. Paris, Les Belles Lettres, 1985, 466 p.

Le Ny 1992 : LE NY (F.) - La production des matériaux de construction en terre cuite en Gaule romaine (Thèse en 1992).

Marichal 1987 : MARICHAL (R.) - Rapport de fouille de sauvetage urgent. Nouveau garage Volvic-Savic, boulevard Kennedy, Perpignan, 1987.

Ménétrier 1870 : MÉNÉTRIER - Notice sur la voie romaine dans le Roussillon indiquée dans les itinéraires d’Antonin et de Peutinger. S.A.S.L., XVIII, 1870, Perpignan, 1871, p. 245-270.

Miró 1988 : MIRÓ (J.) – La producción de ánforas romanas en Catalunya, BAR International series 473, 1988, 366 p.

Mowat 1888 : MOWAT (R.) - Rapport sur les papiers et documents réunis par feu Léon Rénier en vue d’un recueil des Inscriptions romaines de Gaule. B.A.C.T.H., 1888.

Nickels 1985 : NICKELS (Α.) - Informations archéologiques. Gallia, 43, 1985, 2.

Nickels 1987-88 : NICKELS (Α.) - Gallia informations. 1987-1988, 1.

Olive 1984 : OLIVE (C.) - Rapport de fouille de sauvetage urgent, Ponteilla (66), Foun del Mas, 1984, p. 1-13, fig. I-XXIV.

Olive, Pezin 1997 : OLIVE (C.) et PEZIN (A.) - L’atelier de potier gallo-romain de la Font del Mas à Ponteilla (Pyr.-Orient.). Études roussillonnaises, XV, 1997 (Hommage à Georges Claustres), p. 109-118.

Pascual 1977 : PASCUAL GUASCH (R.) - Las ànforas de la Layetania. In : Méthodes classiques et méthodes formelles dans l’étude des amphores, École française de Rome, 1977, p. 47-96.

Passarrius 1994 : PASSARRIUS (Ο.) - Notice de découverte de site archéologique (Thuir, Le Vidres I). Prospections et inventaire des sites archéologiques de la partie sud du Roussillon, II, 1994.

Pezin 2001 : PEZIN (A.) - Perpignan (66), Boulevard Kennedy, parcelle AZ118 : Atelier de potier du Haut Empire, D.F.S. de diagnostic, S.R.A. Languedoc Roussillon, A.F.A.N. Méditerranée, octobre 2001, 20 p.

Pezin et alii 2002 : PEZIN (Α.), RASCALOU (P.), FÉDIÈRE (G.), MARTZLUFF (M.), avec la collaboration de BARBEY (S.), BELBENOIT (V.), LEBEAU (P.), ODIOT (T.), LABARUSSIAT (C.), AUDOUIT (F.), CHADEFAUX (X.) - Perpignan (66), le Petit Clos, parcelle TV311. Vestiges de la Préhistoire ancienne et premières données sur l’atelier de potiers du Haut Empire. D.F.S. d’évaluation par diagnostic, S.R.A. Languedoc-Roussillon, I.N.R.A.P. Méditerranée, Société Immobilia, décembre 2002, 92 p.

Pezin et alii 2004 : PEZIN (A.) avec la collaboration de BIOUL (C.), FÉDIÈRE (G.), SANCHEZ (C.), TEILHOL (V.), VILA (J.) - Perpignan (66), le Petit Clos, parcelle 315. D.F.S. d’évaluation par diagnostic, S.R.A. Languedoc-Roussillon, I.N.R.A.P. Méditerranée, Société Immobilia, mars 2004, 44 p.

Pezin, Kotarba 1991 : PEZIN (Α.), KOTARBA (J.) - Α.Α.Ρ.-O, n° 6, 1991, p. 34-35.

Ponsich 1952 : PONSICH (P.) - Le site gallo-romain de Palol. Études roussillonnaises, 1952, n° 4, p. 286-288.

Puiggari 1833 : PUIGGARI (P.) - Antiquités romaines à trois quarts de lieue, sud de Perpignan, Le Publicateur du départ, des P-O, 1833, n° 8, p. 30-31.

Renard de St Malo 1835 : RENARD DE ST MALO (J.-B.) - Résumé des découvertes faites depuis 1815 sur la topographie du Roussillon au tems des Romains. Le Publicateur du départ, des P-O, 1835, n° 48, p. 190-191 ; n° 49, p. 193-194.

Revilla 1995 : REVILLA CALVO (V.) - Producción cerámica, viticultura y propiedad rural en Hispania Tarraconensis, Cuadernos de Arqueología, 8, 1995, 321 p.

Rouppert et alii 2000 : ROUPPERT (V.) avec la collab. de LAUTIER (L.) et la participation de ALESSANDRI (P.), BIOUL (C.), JORDA (C.) et LANCELOT (S.) - PerpignanPlace de Catalogne”, DFS - Diagnostic 2000, Annexe III (P. ALESSANDRI).

Sarrète 1911 : SARRÈTE (J.) - Découvertes archéologiques à Palau-del-Vidre. Ruscino, n° 1, 1911, p. 103-110.

Solin, Salomies 1988 : SOLIN (H.) et SALOMIES (Ο.) - Repertorium nominum gentilium et cognominum Latinorum, 1988, 474 p.

Soucaille 1845 : SOUCAILLE - Note sur quelques fragments de poterie et autres objets antiques, trouvés dans les fouilles exécutées à l’entrée du village de Joncet, pour l’élargissement de la route royale de Perpignan à Mont-Louis et en Espagne. S.A.S.L., VI, 2ème partie, 1845, p. 309-314.

Steinby 1987 : STEINBY (Ε. M.) - Indici complementari ai bolli doliari urbani (CIL, XV, 1), Roma 1987, 422 p.

Thiers 1911 a : THIERS (F.-P.) - Rapport sur les fouilles de Castel-Roussillon en octobre 1910. B.A.C.T.H., 1911, 2ème livraison, p. 208-220.

Thiers 1911 b : THIERS (F.-P.) - Rapport sur les fouilles de Castel-Roussillon en octobre 1910. Ruscino, 1, 1911, p. 569-585.

Wikander 1983 : WIKANDER (O.), Skylight-Tiles in the Ancient World, Opuscula Romana, XIV, 1983, p. 81-89.

Notes

1 En effet, le terrain du site est appelé couramment ainsi, mais au cadastre, il porte le nom de la Creu de Ferrou ouest (Jérôme Kotarba in verbis).

2 Pour chaque mention d’une collaboration avec les archéologues et les érudits dans ce texte, voir nos remerciements à la fin de cet article.

3 Au sujet du nom de tènement des sites, nous avons essayé de respecter, dans la mesure du possible, l’orthographe catalane. Or, Vinyer del Rey est écrit actuellement Vigné del Rey sur la carte I.G.N., certains écrivant même Bigné del Rey qui n’est alors que la transcription phonétique de la prononciation catalane de ce mot. En revanche, pour les noms de communes, ils sont, bien entendu, écrits en français, ainsi Ponteilla et non Pontellà (catalan).

4 Il y avait dans la quatorzième tombe une tegula estampillée AELIANI servant de chevet vertical à cette sépulture, comme le précise l’ancien Maire de Thuir, le Dr Ecoiffier.

5 Jérôme Kotarba in verbis.

6 Cet auteur ne précise pas le nom du site, il dit seulement qu’il est non loin des anciens étangs qu’on appelle aujourd’hui « les Prades de Corneilla ».

7 Au musée de Fréjus, n° 75-12-49, 75-12-54 et 78-12-64.

8 Cet auteur précise qu’Henri Aragon lui a communiqué « des notes, des copies, des photographies et même la plupart des poteries romaines inscrites, trouvées dans les fouilles de Castel-Roussillon » (Héron de Villefosse 1917, p. 22-23).

9 Georges Claustres in verbis.

10 En effet, il ne pourra être question d’une numérotation typologique définitive que dans le cadre de l’étude des marques tégulaires de toute la Narbonnaise où elles seront classées alphabétiquement (étude en préparation depuis quelques années).

11 Les empreintes, ne comportant pas de nom d’inventeur, de référence bibliographique ou d’autres mentions (fouilles, dépôt) ont été découvertes par les auteurs de cet article.

12 Kotarba in verbis.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Carte de localisation des estampilles tégulaires en Roussillon (D.A.O. Sabine Nadal)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4244/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Tableau 1 : Tableau de répartition des tuiles ou briques estampillées d’époque romaine (département des Pyrénées-Orientales)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4244/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Figure 2 : Marques tégulaires du Roussillon. N° 1 à 4 : estampilles en relief, n° 5 : marque à lettre digitale
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4244/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Figure 3 : Carte de répartition de la marque NIVALIS en Roussillon
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4244/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Figure 4 : Estampilles NIVALIS du Petit Clos. N° 1 sur fragment de tegula probable, hors stratigraphie ; n °2 sur fragment de tegula surcuite, US 1081 ; n° 3 sur fragment de tegula probable et motif digital, US 1102 ; n° 4 : idem, US 1043 (cliché des auteurs)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4244/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Figure 5 : Estampilles tégulaires et empreintes de pattes d’animaux du Petit Clos. N° 1 : FABRICIAE / QVIETAE, hors stratigraphie ; n° 2 : NI(V)ALIS, canalisation CN 1043 ; n° 3 : NIVA(LIS) et patte d’ongulé, US 1102 ; n° 4 : empreintes de pattes d’un petit animal, hors stratigraphie (cliché des auteurs)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4244/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Figure 6 : Autres estampilles tégulaires du Roussillon. N° 1 estampille et motif digital sur fragment de tegula probable, Els Sarrahis (Saint-Féliu-d’Avall) ; n° 2 : estampilles circulaires sur fragment de tegula. Petit Clos, US 2043 ; n °3 : estampille incomplète sur fragment de tegula probable, Els Sarrahis (Saint-Féliu-d’Avall) (cliché des auteurs)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4244/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 51k

© Presses universitaires de Perpignan, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search