Version classiqueVersion mobile

Roches ornées, roches dressées

 | 
Michel Martzluff

3 - Les hommes et leur terre en Pyrénées de l'est

Réflexions sur les tablettes d’Amélie-les-Bains et la pratique de la defixio en Gaule antique

Michael Martin

Résumé

Les lamelles de plomb trouvées dans les thermes romains d’Amélie-les-Bains renvoient à un rite magique : la defixio, une pratique de l’envoûtement qui commence à être mieux connue dans le monde gréco-romain antique

Texte intégral

Introduction

1Depuis leur découverte en 1845 dans les sources d’eau chaudes des thermes romains, les feuilles de plomb d’Amélie-les-Bains n’ont cessé d’intriguer les spécialistes, jusqu’à Jean Abélanet qui n’a pas hésité à leur consacrer dernièrement une communication (Abélanet 2000). Une fois évoqués l’histoire de leur découverte, leur aspect extérieur et les problèmes relatifs à la lecture de tels documents, il conviendra de définir le rôle de ces tablettes, rôle qui au vu d’autres témoignages archéologiques semblables (tablettes de Chamalières, de Bath...) paraît bien être magique. Dans un tel contexte, seront abordés de manière plus générale mais toujours de façon à éclairer nos plombs d’Amélie-les-Bains, le thème de la defixio dans le monde gréco-romain et des grandes règles qui la régissaient (matériaux employés, lieux de dépôt appréciés, divinités évoquées...), defixio qui permet de pénétrer au plus profond des mentalités et des croyances antiques.

1. Historique des recherches sur les tablettes de defixio

  • 1 La station thermale fut en effet rebaptisée peu après Amélie-les-Bains, en l’honneur de l’épouse de (...)
  • 2 Lo Gros Escalader est l’une des 22 sources d’eaux chaudes de la commune d’Amélie-les-Bains. Elle al (...)
  • 3 Auguste Audollent, qui fut l’un des premiers chercheurs à s’intéresser à la question, trancha défin (...)

2C’était en 1845 alors qu’Amélie-les-Bains s’appelait encore les Bains d’Arles1. Au cours de travaux destinés à installer un hôpital militaire destiné aux blessés de la guerre d’Algérie, le lieutenant-colonel Antoine Puiggari fit une bien curieuse découverte pour l’époque : dans la fente d’où sort la source dite Lo Gros Escaldor2, il mit en effet au jour, au côté de monnaies antiques datées du Ier siècle de notre ère, plusieurs tablettes de plombs roulées et pliées. Au nombre de six, dont deux sont apisthographes et dont la plus grande mesurait 140 x 60 mm, ces tablettes allaient se trouver, bien malgré elles, au cœur d’une abondante littérature et n’ont cessé de piquer la curiosité des chercheurs. Pourtant ni le lieu où elles ont été découvertes, ni la matière dans laquelle elles ont été gravées ne doivent aujourd’hui surprendre. Elles appartiennent bien à un type de documents très répandu dans l’Antiquité gréco-romaine, les tablettes dites de defixio3, documents qui appartiennent, ainsi que nous allons le voir, au domaine de la magie antique.

  • 4 Graf 1994, p. 141.

3Les tablettes dites de defixio - ou de katadesmos - constituent sans nul doute le type de témoignage le plus répandu et le plus poignant qui nous soit parvenu de la magie antique. En effet, pas moins de 1500 exemples nous sont parvenus à l’heure actuelle s’étalant du VIe siècle av. J.-C., pour le document le plus ancien, jusqu’au VIe siècle de notre ère, et cela dans l’ensemble du monde gréco-romain. Attestée dans la littérature, la pratique consiste littéralement à « clouer », « lier », une personne ou parfois un animal. Comme le précise Fritz Graf : « L’objectif habituel de la défixion est donc de soumettre un autre être humain à sa volonté, de le rendre incapable d’agir selon son propre gré »4. C’est ce que nous appelons communément l’envoûtement.

4Malgré une variété somme toute normale, au vu du nombre important de tablettes à la disposition de l’historien, les tablettes de defixio répondent généralement à un certain nombre d’impératifs et reprennent des formes préétablies. Ainsi, s’il n’est pas le seul à avoir été utilisé, c’est toutefois le plomb qui semble avoir eu la préférence des magiciens comme support. Les raisons de ce choix sont multiples et relèvent aussi bien de la pratique que de la symbolique. En effet métal froid et sombre, il se trouvait notamment lié par sympathie au monde infernal. Mais plus encore, le plomb est malléable, facile à graver et résistant bien aux outrages du temps qui passe, à l’image de la pratique qui se veut bien souvent éternelle. Il était de plus d’un coût relativement faible, étant le plus souvent dérobé aux canalisations servant à alimenter les cités en eau. Mais des tablettes sur papyrus, bronze, étain, etc., ont aussi été découvertes en Égypte ce qui prouve bien l’importance de la parole écrite devenue opérante plus que le support en lui-même.

5Une fois inscrite au cours de cérémonies plus ou moins complexes que nous révèlent les papyrus magiques, le plus souvent à l’aide de stylet de bronze, les tablettes étaient parfois pliées ou roulées et transpercées de clous pour renforcer encore la défixion, puis placées dans des endroits qui ont en commun leur étroite relation avec le monde chthonien. Voici d’ailleurs le rituel que rapporte à leur sujet le Papyrus Grec Magique VII :

6« Un rituel de contrainte pour toute chose, efficace même sur les chars. Il occasionne en outre inimitié, maladie, fauche, détruit et renverse selon ce que tu souhaites. Le charme en son sein, quand il est dit, fait sortir les démons et les fait entrer dans les objets ou les personnes. Grave sur une plaque de plomb provenant d’un conduit d’eau froide ce que tu veux qui arrive, et quand tu l’auras consacrée avec les aromates amers comme la myrrhe, le bdellium, le styrax, l’aloès et le thym, avec de la boue de rivière, tard le soir ou au milieu de la nuit, où il y a un courant ou l’écoulement d’un bain, ayant attaché une corde à la plaque jette la dans le courant ou dans la mer et laisse la être amenée au loin. Utilise la corde afin que, quand tu le souhaites, tu puisses annuler le charme. Alors quand tu voudras briser le charme, dénoue la plaque. Dis la formule sept fois et tu verras quelque chose de merveilleux. Alors pars sans te retourner, et n’’adresse la parole à personne, et quand tu te seras lavé et baigné, monte dans ta chambre et repose-toi, et utilise seulement de la nourriture végétale. Ecris l’incantation avec une aiguille de bronze sans tête.

7Voici le texte à écrire : « Je te conjure, maître Osiris, par tes noms bénis ouchiôch ousenarath, Osiris, οuserranno uphthi osornouphê Osiris-Mnevis, ousersetementh amara machi chômasô emmai serbôni emer Isis, aratôphi erachax eseoiôth arbiôthi amen chnoum (?) monmont ouzathi pêr ounnepher en ôôô, je te remets, maître Osiris, et je te confie cette affaire » (ajoute ce qui convient).

  • 5 Martin 2002, Papyrus Grec Magique VII.

8Mais si tu fais que la plaque soit enterrée ou enfermée dans la rivière, la campagne, la mer, le courant, le cercueil ou le puits, écris la formule Orphique, disant : « askei kai taskei » et, prenant un fil noir, fais 365 nœuds et lie le fil tout autour de l’extérieur de la plaque, disant encore la même formule et : « Garde celui qui est tenu » (ou « lié »), ou tout ce que tu fais. Et ainsi la plaque sera déposée. Car Séléné, quand elle erre à travers le monde d’en-bas, brise tous les charmes qu’elle trouve. Mais quand ce rite a été accompli, le charme demeurera intact aussi longtemps que tu diras au-dessus la formule journalière à l’endroit où la plaque aura été déposée. Ne va pas partager précipitamment cette information avec quiconque, car tu trouveras quelque chose de semblable seulement avec beaucoup de peine5 ».

9Les sépultures ont, bien entendu, fourni un nombre important de textes, que ce soit à Athènes au Céramique, en Sicile ou même à Carthage. Les exécutants allaient jusqu’à utiliser le tuyau à libation de terre cuite qui reliait les cippes funéraires à l’extérieur pour y introduire les tablettes, obligeant les familles des défunts à une certaine vigilance. Les puits et les sources étaient aussi tout particulièrement prisés comme le souligne d’ailleurs la PGM VII, à l’image de la source des Roches à Chamalières où fut découverte une tablette rédigée en langue celte ou encore à Bath où des dizaines de tablettes ont été retrouvées dans la source sacrée.

  • 6 Nice Matin, 2 septembre 1972, traduction préalable du Professeur Oikomides.

10Ces dernières années, la multiplication des découvertes sur le territoire français a permis de se faire une idée plus précise de la manière dont cette pratique était arrivée et s’était diffusée auprès de population de la Gaule antique. Une chose semble acquise : dès le IIIe siècle, celle-ci est présente dans la communauté grecque d’Antinopolis (Antibes) comme en atteste la tablette conservée au Musée du Bastion Saint-André et dont voici une traduction partielle : « Invocation à Déméter et à tous les dieux de l’enfer... toutes les... choses que Damophanez fera... cette année... récolte détruite... pas de fécondation... les démons... pèche... chasse... pas d’enfants... Qu’il soit seul pour toujours »6.

  • 7 Voici le corpus les tablettes découvertes jusqu’à présent sur le territoire français. Entre parenth (...)
  • 8 Lambert 1994, p. 151, traduction Pierre-Yves Lambert.

11L’appel aux divinités infernales est, nous l’avons vu, chose courante en pareil cas. Mais la question qui demeure sans réponse, c’est de savoir dans quelle mesure de telles pratiques touchaient les populations autochtones. Il y a fort à penser qu’il fallut attendre la romanisation et la diffusion de l’écrit auprès d’une grande partie des peuples pour la voir se généraliser. Sur la trentaine de tablettes recensées à ce jour7, près d’un quart date du Ier siècle ap. J.-C., essentiellement dans des provinces de forte tradition romaine, mais aussi - et cela nous intéresse directement - auprès de populations qui employaient la langue celte, comme en attestent les tablettes de l’Hospitalet-du-Larzac ou de Chamalières. Le texte qu’elles portent n’est pas sans intérêt : « J’invoque Maponos arueriiatis ( ?) par la force des dieux d’en-bas ; que tu les... et que tu les tortures (toi), par la magie des (dieux) infernaux : (eux) Caius Lucius Florus Nigrinus accusateur, Aemilius Paterinus, Claudius Legitimus, Caelius Pelignus, Claudius Pelignus, Marcius, Victorinus, Asiaticus fils d’Aththedillos, et tous ceux qui jureraient ce faux serment. Quant à celui qui l’a juré, que ce soit pour lui la totale déformation des os droits. Aveugle je vois (?). Avec cela, il sera à nous devant vous ( ? ?). Que tu... à ma droite (x 3) (? ?) »8.

12Une première remarque peut alors être avancée à ce stade de notre étude : la defixio a touché la plus grande partie des groupes sociaux et linguistiques de la Gaule romaine, ce qui prouve sa diffusion. Cela nous ramène directement à nos tablettes d’Amélie-les-Bains.

2. Lecture des lamelles d’Amélie-les-Bains à la lumière de la defixio

  • 9 L’un envoyé à Louis de Bonnefoy, qui est le plus fréquemment cité, l’autre à son oncle Pierre Puigg (...)

13La principale difficulté concernant ces lamelles, c’est que nous ne disposons plus, à cette heure, des principales intéressées. Celles-ci ont en effet disparu dès 1849 et l’on doit, pour les étudier, s’en tenir au seul dessin d’Antoine Puiggari dont deux exemplaires sont attestés9. S’appuyant dès lors sur cette unique lecture, toute conclusion devient hasardeuse ainsi que le précisait Javier de Hoz (Hoz 1995). Il n’est pas ici question de revenir sur des questions relevant plus du philologue (que je ne suis pas) que de l’historien. Toutefois, à la lumière de divers travaux, parmi lesquelles l’étude de Jean Abélanet, un certain nombre d’éléments fort révélateurs peuvent être distingués :

14- Tablette 1 : 2 colonnes. Sur la 1ère : kantas niskas/rogamos et de/pecamvs iscot (? ?) / sanate non(m ?) / leran(o) (e) t de/oxime soadeteia (soapeteia ?) / detelet(e ?)/nexoas. Le terme kantas a été identifié comme étant le nom ou plutôt ici l’épithète de divinités (ici les Niskes) et serait à mettre en relation avec le - canta - de certains dialectes romans signifiant « pierre, roche, montagne ». À la 1. 4, tout le problème est de savoir s’il convient de lire non ou nom. Jean Abélanet opte pour la seconde possibilité, voyant là le terme nom (as), ulcère rongeur, ce qui ferait pencher le sens de la tablette vers une magie bénéfique. En fait, le rétablissement de la négation ne peut être entièrement exclu, l’envoûtement devenant alors effectif : « Niskes des montagnes, nous vous prions et vous supplions de ne pas guérir... ». Le reste est trop hypothétique, fait d’anthroponymes, et de termes mal assurés. Seul oxime, « très rapidement » pourrait évoquer l’empressement du ou des « sorciers », qui veulent que l’effet soit immédiat.

Les 6 lamelles de plomb des thermes d’Amélie-les-Bains, d’après Antoine Puiggari repris par Pierre Ponsich (1952). Les n° 2 et 3 ainsi que les n° 4 et 5 sont apisthographes (gravées recto-verso)

152ème colonne : nilq(v)et(i) / kilitwsi / metati / vlateni / krvet(i)(?) / pestai (?). Il semble que nous ayons là à faire à une liste d’anthroponymes, tous au génitif et qui seraient les personnes que l’on recommande à la source (ou bien l’inverse ?).

16- Tablette 2 : au recto, kenvmene maximie flavcke / illivssi rocat atqvai / / agetinat la(v)aokpion / niska posima aixixiaia / nixi... / noxie (?) / mit..atinaim... (le reste est illisible), au sens peu clair. Il est à nouveau fait appel aux Niskes.

17Au verso, νικαs aqvige(nas) / rogamvs / sss assate nvmena (nvscvema ?) / s[ ] veldela / res[]nvquai / autete / cvma(m). Le début semble assuré, « Nous prions les Niskes des eaux, venez en aide... » Le reste l’est moins, fait certainement d’éléments onomastiques. L. 5, Jean Abélanet propose de lire resa(na)te, « rendez la santé », ce qui correspondrait au contexte mais demeure hypothétique.

18- Tablette 3 : au recto, demet(r), « Demetrius » et peut-être ITEM.

19Au verso, (m)ansveta / niska / anikios... (le reste est illisible), « Miséricordieuses Niskes, Anicius... ».

20- Tablette 4 : Très fragmentaire. Toutefois Pierre-Yves Lambert propose de lire : a[v]xilii[atricibvs] / deabvs / axsonis qui comporterait des éléments onomastiques. Il est possible de rapprocher le dernier terme du fleuve celtique Axona « Aisne », ce qui nous apporte quelques informations sur le type de dialecte employé.

21- Tablette 5 : dom(i)nas / niskas rog(a)mos et de(pe)camvs / divinο (?)[ / ]nn[ : « Nous prions et supplions les Dames Niskes... ». La fin de la tablette est moins assurée. J. Abélanet propose de lire DIVINO qui correspondrait à un anthroponyme masculin.

22- Tablette 6 : Il semble qu’il faille lire, ainsi que le propose Jean Abélanet : so. vot, solvit votum « s’est acquitté de son vœu ».

23Le contenu des lamelles est donc, ainsi que nous avons pu le voir, essentiellement latin, même si l’on note ici et là des particularités graphiques et morphologiques. Le reste est d’une analyse plus délicate et pose problème.

  • 10 Corominas 1975, p. 1-53.
  • 11 Abélanet 2000, p. 71.

24En effet, les chercheurs qui se sont penchés sur la question « naviguent » entre trois possibilités : un dialecte celtique, un dialecte indo-européen autre que celtique et enfin un dialecte non européen, qualifié de sordonique ou sorothaptique (en relation avec la civilisation des champs d’urnes). En fait, cette dernière hypothèse, soutenue par Juan Corominas10 ne semble pas devoir être retenue. Il y a trop d’incertitudes de lectures, ses traductions trop orientées pour être sérieusement prises en compte. L’élément celtique est quant à lui bien présent, avec à certains endroits une influence ibère assez nette. La prudence semble donc nous recommander de voir là un témoignage dans la langue qui devait avoir cours dans cette région, langue faite en plus grande partie de latin mais aussi de particularismes locaux et d’emprunts à d’anciens dialectes. Mais à ce stade de notre étude, un autre problème doit retenir notre attention. En effet, très justement, Jean Abélanet fait remarquer que nous nous trouvons en fait en présence de deux séries de tablettes, portant deux types de S ; si les tablettes 5 et 6 portent la forme normale du S, il en va différemment des tablettes 1, 2 et 3, où le S est figuré « par une hampe verticale barrée d’un trait très oblique »11. Il y aurait donc deux lots et au moins deux scripteurs, sans que l’on puisse toutefois avancer avec trop de certitude une antériorité des tablettes 5 et 6 (peut-être aussi 4), par rapport aux lamelles 1, 2 et 3. Les pièces découvertes aux côtés des lamelles avaient permis de supposer une datation contemporaine, c’est-à-dire du 1er siècle ap. J.-C. Or l’hypothèse de Jean Abélanet suggère plutôt une datation plus tardive, IIIe ou IVe siècle ap. J.-C. du moins pour celles portant la forme de S à la hampe barrée. Une étude de la composition des plombs aurait sans doute permis de dire ce qu’il en était vraiment. Optons, sans prétention, pour dire que nous sommes en face d’un lieu de dépôt dont le fonctionnement est attesté par la découverte de Puiggari du Ier ou IVe siècle ap. J.-C.

  • 12 de Hoz 1995.
  • 13 Gil, Luzon 1975, p. 117-133.

25Et si le sens demeure encore flou à bien des égards, ces divers éléments permettent de préciser quelque peu les idées quant au lieu et aux personnes qui sont mises en avant. Tout d’abord, il convient de souligner la présence de la formule d’invocation latine rogamvs et depecamvs « nous prions et supplions », sur au moins trois lamelles. Celle-ci se trouve adressée de manière claire aux Niskes, désignées de nombreux qualificatifs (kantas « des montagnes », acqvis ou d’aqvige(nas), « des eaux », de dom(i)nas, « Maîtresses » « Dames », (m)ansueta, « miséricordieuses »...). Pour Juan Corominas, le terme serait d’origine « ibère ». La seule chose que l’on peut avancer c’est qu’il est pré-romain et peut être mis en relation avec Neskania, cité de la province de Malaga qui possédait aussi un culte de fontaine12. La présence d’un culte rendu à des nymphes est d’ailleurs bien connue et répandue. D’autres tablettes de plomb se font même l’écho de telles croyances : il en va ainsi des tablettes provenant des thermes de Bath adressées à la « déesse Sulis » (Tomlin 1988) ou encore de la tablette découverte en 1972 à Italica qui porte le texte suivant : « Maîtresse Source Foyi..., je demande que tu recherches tes biens. Celui qui a volé mes souliers et sandales, je te demande que..., que ce soit une fille, une femme ou un homme qui les a dérobés... recherche les. »13.

  • 14 Abélanet 2000, p. 75.
  • 15 André Bernand fait de la magie l’apanage quasi exclusif des « exclus ». Son point de vue, s’il n’es (...)

26Les hommes qui ont déposé ces lamelles dans la source du Gros Escaldor ont agi dans un but qui est clairement magique. Ils recherchaient à mettre en action le pouvoir effectif des nymphes du lieu, les Niskes, afin de venir en aide par la guérison (ou peut-être dans au moins un des cas l’inverse ?) aux personnes dont les noms se trouvent cités. Ceux-ci prouvent, à l’image de la langue employée, la diversité des racines, certaines étant clairement latines, d’autres ayant une origine plus locale. En revanche, la maladresse omniprésente - tant au niveau graphique que syntaxique - ne doit pas amener à des conclusions trop hâtives. On ne peut, selon nous, avancer quelque conclusion sur le groupe social ou même « un abâtardissement de la langue »14, simplement de par le fait que ces tablettes de defixio étaient, le plus souvent, réalisées dans l’urgence, et dans le plus grand secret. Des tablettes rédigées en grec au IVe siècle av. J.-C. offrent les mêmes travers que celles d’Amélie-les-Bains sans que l’on puisse avancer un quelconque « abâtardissement » de la langue hellène à cette époque, excepté pour certains termes par le biais de particularismes locaux. Certes, il est raisonnable de penser que nous ayons en la circonstance à faire au « peuple », c’est-à-dire à des personnes d’humble origine, mais il est là encore difficile d’être catégorique15. Les lamelles d’Amélie-les-Bains sont donc loin d’avoir livrées tous leurs secrets.

Conclusion

27Il ne nous est hélas guère possible d’aller beaucoup plus loin dans l’étude des tablettes d’Amélie-les-Bains et c’est presque frustré que l’on ressort de leur réexamen. Mais la vérité est que celles-ci offrent en fait un excellent témoignage de la vie locale d’une cité gallo-romaine, au travers de ses héritages linguistiques, culturels et cultuels. L’ésotérisme de la magie gallo-romaine commence à peine à nous être perceptible et s’avère déjà d’une formidable richesse si l’on songe aux langues usitées, aux divinités invoquées et aux modes opératoires. Bien qu’il nous reste encore beaucoup à apprendre, ces pratiques magiques nous renseignent non seulement sur des croyances, mais aussi sur des sociétés qui ont su faire localement l’amalgame de plusieurs cultures sur le fil étroit d’un passé indo-européen commun. Confions, à la manière des hommes de l’Antiquité, cet espoir aux Niskes, en espérant qu’il soit entendu.

Bibliographie

Abélanet 2000 : ABÉLANET (J.) - Les plombs inscrits des Bains d’Arles (Amélie-les-Bains). Bulletin de l’A.A. P.-O., 15, déc. 2000, p. 69-76.

Audollent 1903-1904 : AUDOLLENT (A.) - Devotio ou defixio. Mélanges G. Boissier. 1903, p. 36-43 ; id., Defixionum Tabellae, n° 114-120, 1904, p. 173-175.

Bernand 1991 et 2000 : BERNAND (A.) - Sorciers grecs, Paris, Fayard, 1991, p. 30-34 ; id., « La voix des exclus ». La Magie. Actes du colloque international de Montpellier, 25-27 mars 1999, Université Montpellier III, 2000, II, p. 7-17.

Bonnefoy 1866 : BONNEFOY (L. de) - Épigraphie Roussilonnaise. Bulletin de la Société Agricole, Scientifique et Littéraire des P.-O., tome 14, 1866, p. 33-112 ; voir plus spécialement le n° 260, p. 88-95.

Corominas 1975 : COROMINAS (J.) - Les plombs sorothaptiques d’Arles. Z. Rom. Ph., XCI, 1975, p. 1-53.

Didron 1847-1848 : DIDRON (Α. Ν.) - Inscriptions romaines sur lames trouvées à Arles-sur-Tech. Séance du Comité Historique des arts et Monuments, Bulletin Archéologique, 1847-1848, p. 71.

Espérandieu 1936 : ESPÉRANDIEU (Ε.) - Répertoire archéologique du dép. des Pyrénnées-Orientales, Période romaine. Montpellier, 1936, p. 1-6.

Gil, Luzon 1975 : GIL (J.) LUZON (M.) - Habis, 6, 1975, p. 117-133 ; AE, 1975, n° 497 ; traduction de l’auteur.

Graf 1994 : GRAF (F.) - La magie dans l’Antiquité gréco-romaine, Paris, Les Belles Lettres, 1994, p. 141.

Guiter 1956-1957 : GUITER (H.) - Les lames de plomb gravées d’Amélie-les-Bains. Actes du XXXe Congrès de la Fédération Historique du Languedoc, Sète, 1956, Actes en 1957, p. 23-30.

Henry 1847 : HENRY (D.) - Plombs trouvés dans la source du Grand Escalador d’Amélie-les-Bains. RA, 15 sept., 1847.

Henry 1847 : HENRY (D.) - Sur les plombs trouvés aux Thermes d’Arles à Amélie-les-Bains. Le Roussillonnais, 18 nov. 1847.

Henry 1847 : HENRY (D) - Lettre à M. Prisse d’Avennes sur des inscriptions recueillies aux sources minérales d’Amélie-les-Bains. RA, 4, 1847, p. 409-414, pl. 71.

Hirschfeld 1888 : HIRSCHFELD (Ο.) - CIL XII, 1888, 5367.

Hoz 1995 : HOZ (J. de) - El problamiento antigùo de los Prineos desde el punto de vista lingïstico. In : BERTRANPETIT (J.) VIVES (E.) éd., Muntanyes i Poblacio. Centre de Trobada de les Cultures Pirinenques, Andorra La Vella, 1995, p. 271-299.

Lambert 1994 : LAMBERT (P.-Y.) - La langue gauloise. Paris, Errance, 1994 (nous concernent les ch. XII et XIII, p. 149-178). [celui-ci m’a aussi fait parvenir les épreuves du chapitre IV d’un prochain ouvrage, chapitre intitulé « Plombs inscrits » où les tablettes d’Amélie-les-Bains ont une place importante. Il revient notamment sur la lecture et l’hypothèse de Corominas, largement remises en cause.].

Martin 2000 : MARTIN (M.) - Les tablettes de defixio. L’Archéologue-Archéologie nouvelle, 2000.

Martin 2001 : MARTIN (M.) - La magie grécoromaine, Fiche pédagogique. Archéologia, 376, mars 2001, p. 67-70.

Martin 2002 : MARTIN (M.) - Les Papyrus Grecs Magiques, Paris, Éditions Le Manuscrit, 2002 [traduction qui s’inspire des ouvrages de K. Preisendanz, Papyri Graecae Magicae, Stuttgart, 1973-1974 (éd. Revue par A. Henrichs) et H. D. Betz, The greek magical papyri in translation, including the demotic spells, Chicago, 1986, 2ème édition modifiée, 1992].

Ponsich 1952 : PONSICH (P.) - Des blocs gravés aux plombs inscrits des Bains d’Arles. Études Roussillonnaises, II, 1952, p. 227-232.

Tomlin 1998 : TOMLIN (R. S. O.) - The curse tablets. In : The Temple of Sulis Minerva at Bath, Vol. 2 : The Finds from the Sacred Spring, Oxford, 1988, p. 59-278.

Notes

1 La station thermale fut en effet rebaptisée peu après Amélie-les-Bains, en l’honneur de l’épouse de Louis-Philippe.

2 Lo Gros Escalader est l’une des 22 sources d’eaux chaudes de la commune d’Amélie-les-Bains. Elle alimentait les thermes romains probablement construits sous les Antonins.

3 Auguste Audollent, qui fut l’un des premiers chercheurs à s’intéresser à la question, trancha définitivement la question de la dénomination de ces documents (Audollent 1903, p. 36-43). Son article est hélas lourd de sous-entendus, en équation avec l’époque où il a été écrit.

4 Graf 1994, p. 141.

5 Martin 2002, Papyrus Grec Magique VII.

6 Nice Matin, 2 septembre 1972, traduction préalable du Professeur Oikomides.

7 Voici le corpus les tablettes découvertes jusqu’à présent sur le territoire français. Entre parenthèses figure le nombre de tablettes si celuici dépasse 1 : Amélie-les-Bains (6), Antibes, Autun, Chagon, Chamalières, Dax, Evreux, Eyguières, Gorge-de-Loup, L’Hospitalet-du-Larzac, Le Mans, Les Martres-de-Veyre (2), Mazan, Millau, Monastère-sous-Rodez, Montfo, Murol, Olbia de Provence, Paris, Peyriac-Minervois, Reims (3), Rom, Saint-Gilles-les-Forêts, Vindrac.

8 Lambert 1994, p. 151, traduction Pierre-Yves Lambert.

9 L’un envoyé à Louis de Bonnefoy, qui est le plus fréquemment cité, l’autre à son oncle Pierre Puiggari.

10 Corominas 1975, p. 1-53.

11 Abélanet 2000, p. 71.

12 de Hoz 1995.

13 Gil, Luzon 1975, p. 117-133.

14 Abélanet 2000, p. 75.

15 André Bernand fait de la magie l’apanage quasi exclusif des « exclus ». Son point de vue, s’il n’est pas entièrement erroné, ne doit en aucun cas servir d’explication unique à l’utilisation de la magie. Voir Bernand 1991, p. 30-34 et 2000, p. 7-17.

Table des illustrations

Légende Les 6 lamelles de plomb des thermes d’Amélie-les-Bains, d’après Antoine Puiggari repris par Pierre Ponsich (1952). Les n° 2 et 3 ainsi que les n° 4 et 5 sont apisthographes (gravées recto-verso)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4234/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 74k

© Presses universitaires de Perpignan, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search