Version classiqueVersion mobile

Roches ornées, roches dressées

 | 
Michel Martzluff

3 - Les hommes et leur terre en Pyrénées de l'est

La pierre ollaire en Roussillon : état des découvertes

Isabelle Rébé et Rémy Marichal

Résumé

La pierre ollaire a été utilisée dans le massif alpin pour la fabrication de nombreux objets, notamment, à partir de l’époque romaine, des pots tournés. Au cours du Bas Empire et du haut Moyen Âge, ces pièces sont diffusées dans les régions limitrophes. En Languedoc, quelques fragments de vases en pierre ollaire ont été récemment signalés ou publiés, mais jusqu’à présent ces découvertes étaient limitées à l’Hérault. Notre étude porte sur 20 fragments provenant du site de Ruscino, auxquels viennent s’ajouter quelques fragments découverts lors de fouilles ou prospections en Roussillon (Brouilla, Palau-del-Vidre, Ultréra). Il s’agit de pièces qui appartiennent au répertoire alpin : formes hautes, à bord droit et à panse sub-verticale, parfois munies d’un cordon, ou d’un décor de cannelures. Certaines portent des traces de leur mise en œuvre : sillons de tournage, traces de pic ou de ciseau. Les roches utilisées sont de nature et de provenance diverses (principalement des chloritoschistes). Cette série, relativement importante au vu des découvertes languedociennes, et de l’éloignement de la région de production, permet d’étendre largement vers le sud l’aire de diffusion de ces objets durant la période wisigothique

Texte intégral

  • 1 Pline, Nat. Hist., XXXVI, 159.

1On appelle pierre ollaire certaines roches, de familles pétrographiques diverses, mais possédant des qualités physiques communes : elles sont « molles » (c’est-à-dire relativement tendres et donc faciles à travailler avec des outils en fer) tout en étant homogènes et solides ; elles ont une capacité thermique élevée (elles conservent bien la chaleur). C’est donc un matériau de choix qui a été très largement utilisé dans la région alpine pour la fabrication d’un grand nombre d’objets utilitaires (marmites, chandeliers, fusaïoles, fers à repasser, fourneaux), et ce depuis l’Âge du Fer jusqu’à nos jours. Cette industrie se développe notamment à partir du premier siècle après J.-C., avec des techniques de tournage mentionnées par Pline1, la période de plus grande diffusion se situant au cours du Bas Empire et du haut Moyen Âge.

1. Les contextes de découverte

2En Roussillon, un premier recensement, qui n’est certainement pas exhaustif, nous a permis d’étudier 23 fragments, répartis sur quatre sites (fig. 1).

Figure 1 : Répartition des découvertes de pierre ollaire en Languedoc et Roussillon (d’après les travaux de I. Bermond, A. Constant, J.-P. Ferrand, J. Kotarba, R. Marichal, C. Raynaud) (D.A.Ο. des auteurs)

1.1. Vigné de Villeclare I (Palau-del-Vidre)

3Un fragment de pierre ollaire a été recueilli lors d’une prospection sur le territoire de Palau-del-Vidre (Kotarba, Vignaud, 1990). Il s’agit d’un fragment de paroi de 1,1 cm d’épaisseur, en micaschiste (avec des particules de mica jusqu’à 2 mm), dont la cassure supérieure semble avoir été re-surfacée en bord. De fines stries (traces de tour) sont visibles à l’intérieur, l’extérieur présente un décor d’au moins deux cannelures (deux sillons très légers). Le reste du mobilier collecté ne fournit malheureusement pas de datation précise pour ce gisement.

1.2. Mas Tardiu III (Brouilla)

4En prospection également, sur un petit habitat d’époque wisigothique (Kotarba, Pezin, Vignaud 1991), un fragment de fond épais (plus de 3 cm) en micaschiste, qui visiblement a été retaillé pour un autre emploi.

1.3. Ultréra (Argelès-sur-Mer)

5Le Castrum Vulturaria, habitat perché wisigothique de moyenne montagne, a livré un petit fragment de fond, tourné dans un chloritoschiste à grenats proche de celui utilisé pour les fragments de Ruscino. Le fragment est trop petit pour pouvoir estimer son diamètre ; la panse est épaisse (2,1 cm), avec des traces de tour bien visibles à l’intérieur. Il ne présente pas de dépôt de calcite sur la face interne.

6Ce fragment provient des niveaux de destruction et d’arasement du site (pic Saint-Michel nord, zone 5), qui a fonctionné entre la 2e moitié du Ve et le VIIe siècle et a été réoccupé à l’époque carolingienne (Constant 2001).

1.4. Ruscino (fig.2)

  • 2 Il s’agit d’un puits funéraire de plus de 9 m de profondeur fouillé par Georges Claustres en 1964 ; (...)

7Parmi les collections anciennes issues des fouilles effectuées par Georges Claustres, 19 fragments ont été collectés. Certains d’entre eux ont été marqués, ce qui nous permet d’en situer approximativement le lieu de découverte : « forum », « parcelle 600 », « angle N-W parcelle 631 », « puits Ramon2 », « F XII, 2499 » : près borne Marty et « S. 115 ».

8Ces découvertes semblent donc réparties sur tout le plateau, mais il est difficile d’y associer un contexte archéologique ; Ruscino est en effet occupé sur une longue période (de la fin de l’Âge du Bronze à l’époque carolingienne) de façon plus ou moins dense. Si Georges Claustres a bien identifié et daté les fragments (étiquetés : époque mérovingienne), ses fouilles ne lui ont pas permis de reconnaître des vestiges wisigoths, les silos par exemple, qui seront mis en évidence plus tard dans les fouilles sur l’habitat de 1976 à 1991 (Marichal 1985 et 2002). Un seul fragment a été recueilli dans les fouilles récentes sur l’habitat, mais dans un décapage de surface.

2. Les fragments de récipients en pierre ollaire de Ruscino

2.1. Description

9L’étude de ces fragments, d’après des critères pétrographiques, puis typologiques, permet de distinguer au moins huit individus, que l’on peut répartir dans les catégories suivantes :

2.1.1. Groupe 1. Chloritoshistes à grenat

10Groupe 1a : nombreux petits grenats (1 à 2 mm) bien formés, roche de couleur gris vert, brillante, grain grossier : 6 fragments dont 1 bord et 2 fonds représentant au moins deux individus (fig. 1).

  • fragment 1 : fragment de bord d’un vase tronconique ; diamètre : 23 cm. Présence d’un cordon à section rectangulaire situé à 3,2 cm du bord ; épaisseur de 0,9 à 1,3 cm.

  • fragment 2 : fragment de fond plat, plus fin vers le centre ; épaisseur de 0,5 à 1,6 cm. Le fond (côté extérieur) présente des traces d’outils : grosses incisions d’environ 3 cm de long, laissées par un ciseau large. Traces de tour à l’intérieur et présence de calcite.

  • fragment 3 : fragment de fond plat ; épaisseur de 1,2 à 1,7 cm. Traces de ciseau à l’extérieur, de tour à l’intérieur (même individu que le précédent).

    • 3 À Saint-Blaise, Henri Rolland mentionne un fragment portant la marque XXV, et L. Vallauri publie un (...)

    fragment 4 : fragment de panse rectiligne ; épaisseur de 0,8 à 1,1 cm. On remarque une incision légère en forme de croix à l’extérieur, probablement une marque de contenance3.

  • fragment 5 : fragment de panse rectiligne ; épaisseur de 0,8 à 1,3 cm.

  • fragment 6 : fragment de panse ou de fond, très érodé.

Figure 2 : Fragments de récipients en pierre ollaire provenant de Ruscino (D.A.O. des auteurs)

11En raison de leur diamètre, le bord et le fond ne semblent pas appartenir au même objet.

12Groupe lb : grenats plus gros (5 mm) et plus rares. 4 fragments, au moins 2 individus (fig. 2).

  • fragment 1 : fragment de bord sub-vertical ; diamètre : 25,5 cm. Il reste un vestige de cordon, très abîmé, à 3,9 cm du haut, épaisseur de 1,2 à 1,3 cm.

  • fragment 2 : fragment de panse (épaisseur 1,5 cm) avec départ de fond plat (épaisseur : de 1,1 à 1,3 cm) ; traces d’outils à l’extérieur du fond ; traces de tour à l’intérieur ; diamètre estimé : 26 cm ; présence de calcite à l’intérieur.

  • fragment 3 : fragment de panse (épaisseur 1,4 cm) avec départ de fond plat (épaisseur 1,3 cm). Même individu que le précédent.

  • fragment 4 : fragment de panse.

13Sur tous ces individus, on remarque des traces très nettes de tour à l’intérieur et à l’extérieur.

14Le côté extérieur des parois est nettement plus foncé (noir de fumée ?).

152.1.2. Groupe 2 : chloritoschiste à grenats et glaucophanes (nombreuses baguettes noir rougeâtres, fines et longues jusqu’à 2 cm), roche gris-vert foncé, brillante, à grain grossier : 3 fragments dont 2 bords, qui apparemment appartiennent à un seul individu.

16- fragment 1 : fragment de bord d’un vase tronconique évasé vers le bas ; diamètre estimé : 21,5 cm.

17Présence d’un cordon de section sub-rectangulaire, peut-être destiné à retenir un cerclage en fer (traces de rouille) ; épaisseur : de 1,3 à 1,6 cm.

18- fragment 2 : idem.

19- fragment 3 : fragment de panse ; épaisseur : 1,6 cm.

20On note de très nettes et nombreuses traces de tournage à l’intérieur. La surface extérieure est très irrégulière, avec quelques stries de tournage très ténues.

212.1.3. Groupe 3 : chloritoschiste à magnétite : roche grise brillante à grain grossier, avec des cristaux octaèdriques noir rouge peu nombreux. 2 fragments dont 1 fond ; 1 individu.

22- fragment 1 : fragment de panse avec départ de fond ; diamètre estimé : 17 cm. Légères traces de tournage sur la panse (intérieur et extérieur). Traces d’outils sur le fond extérieur ; épaisseur du fond : 1,9 cm ; présence de calcite à l’intérieur.

23- fragment 2 : petit fragment de panse ; épaisseur : 1,1 cm

242.1.4. Groupe 4 : chloritoschistes sans minéraux particuliers décelables à l’œil nu : 3 fragments dont 2 avec départ de fond, 3 individus.

25- fragment 1 : 1 fragment de panse avec légères traces de tournage à l’intérieur. Roche grise, brun-rouge à l’extérieur, structure feuilletée fine et régulière.

26- fragment 2 : 1 fragment de panse avec départ de fond. Diamètre estimé : 25 cm. Traces de tournage et présence de calcite à l’intérieur. Roche gris vert genre chloritoschiste, structure assez homogène.

27- fragment 3 : 1 petit fragment de panse avec départ de fond. Roche gris foncé (chloritoschiste à chloroïde et grenat), dépôt de calcite à l’intérieur.

282.1.5. Groupe 5 : roche à talc et carbonates, de couleur grise veinée de blanc jaunâtre, grain fin, toucher savonneux. Cette roche correspond au type C de la classification de Mannoni, Pfeifer et Serneels (1986).

29- fragment 1 : fragment de bord d’un vase tronconique évasé vers le haut, avec décor de cannelures sur l’extérieur. Diamètre estimé : 24 cm ; épaisseur moyenne : 1 cm. Légères traces de tournage à l’intérieur, noir de fumée à l’extérieur.

30- fragment 2 : fragment de fond plat avec départ de la panse. Diamètre : 20 cm ; épaisseur du fond : de 1 à 1,3 cm ; présence de traces de tour à l’intérieur, notamment 3 sillons profonds sur la circonférence. À l’extérieur, pas de traces de ciseau, mais des traces circulaires laissées par l’outil qui sert à détacher le cylindre de la matrice.

31Pour ces deux derniers fragments, l’étude au microscope montre de nombreuses similitudes tant en ce qui concerne la paragénèse, les abondances relatives et les structures de la roche ; ils pourraient avoir une origine commune en terme de région et peut-être de carrière ; les différences sont cependant trop importantes pour qu’ils proviennent du même objet (Serneels 2001). Ces fragments diffèrent des autres à la fois d’un point de vue pétrographique et typologique (épaisseur moindre, décor...). Le fond porte une trace en anneau caractéristique de sa fabrication selon une mise en œuvre tout à fait semblable à celle décrite par Daniel Paunier (Paunier 1983) pour les vases de Martigny (passage d’un outil avant le détachement du fond par éclatement). Le lieu de découverte de ces fragments (forum et puits funéraire) pourrait peut-être indiquer une origine antique, mais l’on ne peut pas se fier totalement à ces indications.

32Les chloritoschistes des groupes 1 à 4 correspondent aux types F/G de la classification Mannoni, Pfeifer et Serneels (1986). Ces fragments présentent tous une très nette similitude typologique (diamètre, épaisseur...).

2.2. Commentaire

33D’un point de vue pétrographique, la variété des fragments de Ruscino exclut que l’ensemble provienne d’une seule et même carrière. Il est géologiquement possible de trouver dans la chaîne des Pyrénées des gisements de roches ultramafiques (lherzolites de Lhers en Ariège, par exemple), mais ces gisements rares et localisés ne semblent pas avoir été exploités, et encore moins avoir donné naissance à un artisanat qui demande un savoir-faire très spécifique (tournage hydraulique) et dont on trouverait davantage de produits sur les sites archéologiques environnants. En revanche ces roches sont bien attestées dans les Alpes centrales et la province d’Aoste.

34D’un point de vue typologique, et même si nous n’avons aucune forme complète, on peut constater que tous ces fragments proviennent de pots tronconiques à bord droit et panse subverticale, qui correspondent au répertoire alpin. Deux fragments reçoivent un décor de cannelures. Trois individus portent un cordon de section à peu près rectangulaire à environ 3 cm du bord, peut-être destiné à recevoir un cerclage et une anse métalliques. On ne trouve d’ailleurs pas de tétons de préhension. La présence de dépôt de calcite à l’intérieur de certains fragments (surtout les fragments de fond) incite à proposer pour ces pièces, plutôt qu’un usage de marmite, une utilisation comme bouilloire destinée à chauffer l’eau. On notera l’absence de fragments de couvercle.

35Tous ces individus sont façonnés au tour et portent sur le fond extérieur des traces de pic ou de ciseau, selon une technologie tout à fait semblable à celle observée sur les vases de Martigny ou Vindonissa par exemple. L’hypothèse d’importations d’objets produits dans la région alpine reste donc la plus vraisemblable.

36Quelques fragments de vases en pierre ollaire ont été signalés sur des sites languedociens (Lunel-Viel, Balaruc, Saint-Pargoire...) et semblent remonter au Ve s. après J.-C. (Feugère 1998). La présence des fragments retrouvés en Roussillon permet d’étendre largement vers le sud la carte de répartition de ces pièces ; même si le contexte stratigraphique de la plupart des découvertes est imprécis, le nombre et la variété des individus recueillis semblent témoigner d’une importation plus que sporadique de ces objets durant l’époque wisigothique, notamment à Ruscino où ils reflètent la prospérité de la cité wisigothe à la fin du VIIe - début VIIIe s.

37Cependant, à Ruscino, on ne peut totalement écarter l’hypothèse qu’il y ait des exemplaires importés dès l’Antiquité. De même, l’occupation à l’époque carolingienne de certains sites concernés par ces découvertes n’exclut pas la présence d’éléments plus tardifs. On pourra noter que, à l’exception du castrum d’Ultrera, les découvertes semblent se distribuer le long des principaux cours d’eau et du littoral sans pouvoir déterminer si cela traduit une habitude commerciale (par voie maritime par exemple) ou tout simplement une répartition préférentielle de l’habitat. La rareté des informations que nous possédons sur le contexte stratigraphique de ces découvertes ne nous permet pas encore d’analyser les modalités de ces importations.

38C’est pourquoi ce premier recensement a également pour but de sensibiliser fouilleurs et prospecteurs à ce mobilier peu courant, difficile à reconnaître, et qui a pu passer parfois inaperçu.

Bibliographie

Brun 1984 : BRUN (J.-P.) - L’habitat de hauteur de Saint-Estève, Evenos. Var. Bilan des recherches (1896-1976). Revue Archéologique de Narbonnaise 17, 1984, p. 1-28.

Constant 2001 : CONSTANT (A.) - Le Castrum Vulturaria de l’Antiquité tardive au IXe siècle : apport à l’étude du réseau castrai au sud de la Septimanie Wisigothique. Roches Ornées, roches dressées, préactes du colloque en hommage à Jean Abélanet, A.A.P.-O., Perpignan, p. 52. 1 fig.

Feugère 1998 : FEUGÈRE (M.) - Des Alpes au Languedoc : les vases en pierre ollaire. Bull. Instrumentum 8, 1998, p. 27.

Kotarba, Vignaud 1990 : KOTARBA (J.), VIGNAUD (A.) - Étude d’impact archéologique, route départementale 618 (Le Boulou-Argelès-sur-Mer), rapport de prospection pédestre, Montpellier, S.R.A. Laguedoc-Roussillon, 1990, 86 p., 26 fig.

Kotarba, Pezin, Vignaud 1991 : KOTARBA (J.), PEZIN (Α.), VIGNAUD (Α.), avec la collaboration de PASSARRIUS (O.), DONÈS (C.), CONSTANT (Α.), MAZIÈRE (F.) - Inventaires des sites archéologiques de la basse vallée du Tech et des Albères. Rapport de prospections pédestres, Montpellier, S.R.A. Languedoc-Roussillon, 1991, 3 vol., I : synthèse non paginé, II et III : notices, non paginés.

Marichal 1985 : MARICHAL (R.) - Perpignan avant Perpignan. Histoire de Perpignan. Privat, Toulouse 1985, p. 13 à 25.

Marichal 2002 : MARICHAL (R.) - Ruscino. Les agglomérations secondaires en Languedoc-Roussillon. In : J.-L. Fiches (dir.). Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, 13, Lattes, 2002.

Paunier 1983 : PAUNIER (D.) - La pierre ollaire en Valais. Archéologie Suisse 6/4, 1983 p. 161-170.

Pfeifer, Serneels 1986 : PFEIFER (H.R.), SERNEELS (V.) - Inventaire des gisements de pierre ollaire au Tessin et dans les autres régions voisines : aspects minéralogiques et miniers. 2000 anni di pietra ollare, Quaderni d’Informatione 11, Bellinzona 1986, p. 147-235.

Rolland 1951 : ROLAND (H.) - Les fouilles de Saint-Blaise. Supplément à Gallia 3, C.N.R.S., 1951, p. 173-174.

Serneels, Paccolat 1998 : SERNEELS (V.), PACCOLAT (Ο.) - Recherches sur la pierre ollaire dans les Alpes. Bull. Instrumentum, 7, 1998, p. 11.

Serneels 2001 : SERNEELS (V.) - Rapport d’analyse pétrographique des fragments de pierre ollaire de Ruscino. Institut Pétrographique de Pérolles, Suisse, 2001.

Notes

1 Pline, Nat. Hist., XXXVI, 159.

2 Il s’agit d’un puits funéraire de plus de 9 m de profondeur fouillé par Georges Claustres en 1964 ; d’après son rapport et ses notes manuscrites, il s’agirait d’une structure du Ier s. ap. J.-C. Il n’est pas fait mention de la découverte du fragment de pierre ollaire ; il est possible que ce fragment ait été trouvé en haut du comblement, ou à proximité).

3 À Saint-Blaise, Henri Rolland mentionne un fragment portant la marque XXV, et L. Vallauri publie un fragment portant la marque IIII. À Saint-Estève (Var) une autre marque IIII sur pierre ollaire est publiée par J.-P. Brun.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Répartition des découvertes de pierre ollaire en Languedoc et Roussillon (d’après les travaux de I. Bermond, A. Constant, J.-P. Ferrand, J. Kotarba, R. Marichal, C. Raynaud) (D.A.Ο. des auteurs)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4231/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Figure 2 : Fragments de récipients en pierre ollaire provenant de Ruscino (D.A.O. des auteurs)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4231/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 69k

© Presses universitaires de Perpignan, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search