Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Roches ornées, roches dressées

 | 
Michel Martzluff

3 - Les hommes et leur terre en Pyrénées de l'est

Les vases à anse à poucier dans les Pyrénées de l’Est

Richard Iund

Résumé

Depuis l’article de Jean Guilaine et Jean Abélanet sur la céramique poladienne du Roussillon et du bassin de l’Aude, paru en 1966, la recherche a évolué et les termes de Polada ou de poladien doivent être abandonnés (différence typologique des céramiques et hiatus chronologique entre la culture de la Polada du nord des Alpes et les poteries à poucier des Pyrénées de l’est). Les densités les plus importantes de sites ayant livré des anses à appendice sont situées entre les fleuves Têt et Sègre avec une concentration en Bas-Sègre et Bas-Aragon. Les vases portant ces moyens de préhension adoptent des profils divers et dix-huit types de pouciers ont pu être mis en évidence, se répartissant en deux grands groupes, l’un situé au nord des Pyrénées et dans les zones maritimes de Catalogne dans une phase avancée du Bronze moyen, l’autre dans le Bas-Sègre et le Bas-Aragon où les anses à appendice perdurent jusqu’au Bronze final-premier Âge du Fer

Des de l’article del Jean Guilaine i del Joan Abelanet paregut en 1966, sobre la ceràmica «poladienne» del Rosselló i de la conca de l’Auda, la recerca ha evolucionat i els termes de Polada ο de «poladien» han de ser abandonats (diferència tipològica de ceràmiques i hiat cronològic entre la cultura de la Polada al nord dels Alps i les terrisseries amb «poucier» dels Pirineus de l’Est). Les densitats més importants de sites que han donat anses a apèndix són situades entre els rius Tet i Segre amb una concentració al Baix Segre i Baix Aragó.
Els gerros que porten aquests mitjans de prensió adopten perfils diversos i divuit tipus de «pouciers» van poder ser posats en evidència, es divideixen en dos grans grups, l’un situat al nord dels Pirineus i a les zones maritimes de Catalunya en una fase avançada del Bronze mitjà, l’altre en el Baix Segre i el Baix Aragó on les anses a apèndix perduren fins al Bronze final - primer Edat del Ferro

Research has developed since the publication in 1966 of the article from Jean Guilaine andJean Abélanet about the Poladian pottery, in the Roussillon and the Aude basin. The terms of Polada and Poladian must be given up typological differences of potteries and chronological hiatus between the culture of Polada in Northern Alps and thumb-stalled potteries in Eastern Pyrenees. The highest densities of sites that provided handles with appendages are located between the Tet and Sègre rivers, and more particularly in the areas of Lower Sègre and Lower Aragon. The vases with such gripping devices have various profiles and 18 types of thumb-stalls have been highlighted; they can be arranged into two main groups: the first one located in Northern Pyrenees and the maritime regions of Catalonia in an advanced stage of Middle Bronze, the second one located in thre Lower Sègre and Lower Aragon where the handles with appendages last till End of Bronze/Early Iron Age

Entrées d'index

Paraules clau :

polada, ceràmica, edat de bronze, pirineus

Texte intégral

1. Historique des recherches

1L’un des premiers chercheurs à s’intéresser à cette céramique, Laviosa Zambotti, voit dans sa répartition du nord de l’Italie au sud de la France et au sud-est de la péninsule ibérique, le témoin d’une unité culturelle et peut-être ethnique entre ces diverses régions. À la suite de la fouille de la Cova de la Fou de Bor, en 1922 par Juan Colominas, Juan Maluquer de Motes note une répartition géographique qui s’étend du nord de l’Italie au nord-est de l’Espagne (Maluquer de Motes 1942). Il voit dans cette dernière le signe d’une homogénéité culturelle entre ces diverses régions et suppose une origine balkanique pour ce type de préhension qui, dans un premier temps, aurait influencé l’arc sud alpin (culture de la Polada), pour ensuite, se développer en France méridionale et en Catalogne sud. Devant l’abondance d’anses à appendice de tous types provenant de la fouille de cette cavité (plus d’une centaine), il envisage une évolution du petit bouton vers un appendice plus important qui aboutit au poucier classique catalan. Il suppose une évolution locale qui expliquerait la grande variabilité typologique. Cette céramique aurait perduré pendant tout l’Âge du Bronze jusqu’à l’arrivée des influences de la culture de Hallstatt.

2En France, Jean Arnal et Jacques Audibert localisent la genèse des anses à appendice dans le bassin oriental de la Méditerranée (Arnal et Audibert 1956). En regard de la vaste aire de diffusion de cette poterie (de la Sicile au delta du Rhône et au Portugal), ils s’interrogent sur l’existence de groupes ethniques poladiens qui auraient véhiculé ces objets. En 1957, Audibert revient sur le problème des influences poladiennes et affine l’étude précédente (Audibert 1957). Il situe chronologiquement les boutons (pouciers) et les appendices bifides au Bronze moyen, ces derniers disparaissant au Bronze final pour faire place aux anses ad ascia. Il observe un décalage chronologique d’est en ouest qui lui paraît particulièrement significatif entre la France méridionale et le nord-est de l’Espagne.

3Quelques années plus tard, dans le cadre d’une étude régionale portant sur le Roussillon et le bassin de l’Aude, Jean Guilaine et Jean Abélanet remarquent, en contexte pyrénéen, l’existence d’un mobilier poladien associé à des bases polypodes (Guilaine et Abélanet 1966). Chronologiquement, ils situent l’apparition des anses à appendice à la fin du Bronze ancien, juste après les dernières manifestations de la thématique décorative campaniforme, dans une ultime phase de réutilisation des sépultures mégalithiques. Les anses ad ascia seraient plus tardives, au Bronze final I et II, et se raréfieraient au Bronze final III. Dans sa thèse sur l’Âge du Bronze en Languedoc occidental, Roussillon et Ariège, Jean Guilaine se penche à nouveau sur les influences poladiennes dans les Pyrénées de l’Est (Guilaine 1972). Il envisage une origine purement locale pour les simples boutons, la colonisation poladienne prenant des proportions beaucoup plus modestes et se résumant à un foyer culturel ayant une certaine influence sur les zones limitrophes.

4La même année, Jean-Louis Roudil, dans sa thèse sur l’Âge du Bronze en Languedoc oriental, tente de faire le point sur ce terme très générique de « poladien » (Roudil 1972). Il met ainsi en évidence le fait que les anses ad ascia du Bronze récent ou final n’ont certainement pas de relations directes avec une culture disparue quelques siècles plus tôt. Si elles sont effectivement d’influence italique, il faut rechercher leur foyer d’origine dans une culture plus tardive. M. Barril et G. Ruiz Zapatero reprennent, dans une excellente étude concernant le sud des Pyrénées, le travail de Maluquer de Motes déjà fort ancien (Barril et Ruiz Zapatero 1980). Ils s’attachent à définir une typologie des différents appendices. Les auteurs distinguent deux entités culturelles : d’une part le groupe mégalithique pyrénéen, à l’est, avec des vases carénés à diamètre d’ouverture supérieur à la hauteur et, d’autre part, à l’ouest, le groupe des habitats de plein air de la vallée du Sègre, avec des tasses biconiques à hauteur supérieure au diamètre d’ouverture. Ces auteurs soulignent, eux aussi, l’étroite association entre anses à appendice et bases polypodes.

  • 1 Nombre très éloigné des 21 sites proposés par Maluquer de Motes en 1942.

5Enfin, plus récemment, José Luis Maya dresse un inventaire des sites ayant livré des anses à appendice dans le nord-est de la péninsule ibérique (Maya 1986 et 1992). Il en recense 1441 avec une concentration particulièrement importante en Bas-Sègre et Bas-Aragon.

2. Répartition géographique

2.1. Le cadre géographique

6Il se limite au nord par le littoral lagunaire montpelliérain, à l’ouest par le cours supérieur de l’Aude et le rio Gallego, au sud par l’Ebre et à l’est par la Méditerranée. À l’intérieur de cette zone, la répartition des sites n’est pas du tout homogène. Dans l’Hérault et l’Aude, les sites sont peu nombreux et ont livré peu d’objets. Ceci trouve un écho dans les régions orientales du Roussillon et de Catalogne. Par contre, une concentration importante de sites est perceptible dans le bassin de la Têt, en Cerdagne et surtout en Bas-Sègre et Bas-Aragon, particulièrement dans la zone de confluence Sègre/Cinca.

72.2. Répartition des sites à anse à poucier des Pyrénées de l’Est (voir légende de la figure 1)

3. Étude typologique des vases

3.1. Typologie des profils (fig. 2)

8Sur l’ensemble du mobilier étudié, 109 objets ont permis de restituer le profil du vase, soit partiellement soit totalement. Cela a permis d’individualiser 12 formes. Ont été pris en compte les mesures métriques (diamètre d’ouverture, diamètre maximum et hauteur), les rapports entre ces dernières (diamètre d’ouverture/hauteur et diamètre d’ouverture/diamètre maximum ou carène) et la segmentation. Une approche géographique permet d’individualiser certaines particularités régionales. La terminologie utilisée est basée sur le travail de H. Balfet, M.-F. Fauvet-Bertholot et O. Monzon (Balfet et alii. 1989).

3.1.1 Gobelet globuleux (fig. 2, 1)

9C’est un petit vase fermé (diamètre d’ouverture 80 mm, diamètre maximum 136 mm), bisegmenté, à panse sphérique et petit rebord parallèle. Il représente 1 % de l’ensemble des vases avec un seul vase provenant de la grotte de la Chance à Ria, Pyrénées-Orientales (Baills 1995).

3.1.2. Gobelet biconique (fig. 2, 3)

10C’est un petit vase faiblement fermé (diamètre d’ouverture de 70 à 116 mm, diamètre maximum de 81 à 169 mm), les rapports diamètre d’ouverture/hauteur sont compris entre 0,64 et 1,28. Il est bisegmenté, les deux parties de la panse sont rectilignes ou légèrement convexes pour la partie inférieure, le col est divergent. Les carènes sont basses à médianes, douces à très marquées. Les fonds sont en majorité plats avec quelques exemplaires à fond rond ou à pied annulaire. Ce profil représente 12 % du total des vases qui proviennent tous du sud des Pyrénées, particulièrement du Bas-Sègre.

3.1.3. Gobelet caréné (fig. 2, 2)

11C’est un petit vase faiblement fermé (diamètre d’ouverture compris entre 46 et 112 mm, diamètre de la carène compris entre 68 et 140 mm), les rapports diamètre d’ouverture/hauteur sont compris entre 0,63 et 1,28. Il est mono segmenté avec la partie inférieure de la panse convexe, la partie supérieure concave, se prolongeant parfois, sans rupture, par un petit rebord divergent. Les carènes médianes sont douces à très marquées. Les fonds sont plats à l’exception d’un exemplaire à pied annulaire. Ce profil représente 25 % de l’ensemble des vases, ils proviennent des deux côtés des Pyrénées.

3.1.4. Tasse biconique (fig. 2, 6)

12C’est un vase de taille moyenne (diamètre d’ouverture compris entre 120 et 162 mm, diamètre de la carène entre 140 et 180 mm), fermé. Les rapports diamètre d’ouverture/hauteur sont compris entre 1 et 1,53. Il est bisegmenté, les deux parties de la panse sont rectilignes (quelquefois légèrement convexes pour la partie inférieure), le col est divergent. Les carènes sont basses à médianes, très marquées. Les fonds sont en majorité plats, avec quelques exemplaires ombiliqués ou ronds. Ce profil représente 13 % de l’ensemble des vases, ils proviennent tous du sud des Pyrénées plus particulièrement du Bas-Sègre et du Bas-Aragon.

3.1.5. Tasse carénée (fig. 2, 7)

13C’est un vase de taille moyenne (diamètre d’ouverture compris entre 120 et 180 mm, diamètre de la carène compris entre 120 et 180 mm), faiblement fermé, les rapports diamètre d’ouverture/hauteur sont compris entre 1 et 1,87. Il est bisegmenté, la partie inférieure de la panse est convexe, la partie supérieure est concave et peut se prolonger par un petit rebord divergent. Les carènes sont en majorité médianes, douces à très marquées. La majorité des fonds sont plats, quelques exemplaires portent des fonds ronds ou ombiliqués. Ce profil représente 29 % de l’ensemble des vases, il se trouve en proportions égales au nord et au sud des Pyrénées.

3.1.6. Tasse hémisphérique (fig. 2, 5)

14C’est un vase de taille moyenne (diamètre d’ouverture compris entre 124 et 156 mm, diamètre maximum compris entre 134 et 170 mm), faiblement fermé, les rapports diamètre d’ouverture/hauteur sont compris entre 1,38 et 1,55. Il est non segmenté. Le seul vase complet qui nous soit parvenu a une base plane. Avec trois exemplaires, il représente 3 % de l’ensemble des vases, l’un d’entre eux provient du nord des Pyrénées, les deux autres de Cerdagne.

3.1.7. Urne biconique (fig. 2, 9)

15C’est un grand vase (diamètre d’ouverture compris entre 222 et 367 mm, diamètre de la carène entre 280 et 367 mm), fermé, les rapports diamètre d’ouverture/hauteur sont compris entre 1,38 et 1,55. Il est bisegmenté, les parties supérieures et inférieures de la panse sont rectilignes, surmontées d’un petit rebord divergent. Les carènes sont basses ou médianes, douces à marquées. Les fonds sont plats. Il représente 2 % de l’ensemble des vases avec deux exemplaires provenant du Bas-Sègre.

3.1.8. Écuelle carénée (fig. 2, 11)

16C’est un vase moyen (diamètre d’ouverture 216, diamètre de la carène 174), très ouvert, le rapport diamètre d’ouverture/hauteur est de 2,40. Il est mono segmenté, la partie inférieure du vase est convexe, la partie supérieure concave. La carène est douce et médiane. Il représente 1 % de l’ensemble des vases avec un exemplaire provenant de Camp Redon, Lansargues dans l’Hérault (Prades et le G.A.P. 1985).

3.1.9. Jarre ovoïde (fig. 2, 8)

17C’est un grand vase (diamètre d’ouverture 390 mm, diamètre maximum 520 mm, hauteur approximative 420 mm), il est mono segmenté. Il représente 1 % de l’ensemble des vases avec un exemplaire provenant de Sosa I à Azuny, province de Huesca (Barril 1985).

Figure 1 : Carte de répartition des sites ayant livré des anses à poucier entre Rhône et Ebre (D.A.O. Sabine Nadal)

Légende de la figure 1 (répartition des sites par région et par ordre alphabétique des communes) :
Aude :
N° 9, grotte de Brinaïret, Armissan ; n° 8, Petite grotte de Bize, Bize ; n° 5, grotte du Roc-de-Buffens, Caunes-Minervois ; n° 10, station du Roc-de-Conilhac, Gruissan ; n° 12, station de la Condamine, Ladern-sur-Lauquet ; n° 4, grotte du Collier, Lastours ; n° 7, Le Moulin, Mailhac ; n° 14, dolmen des Tres Peyros, Massac ; n° 11, Médor, Ornaisons ; n° 6, dolmen du Palet de Roland, Pépieux ; n° 13, station de l’Ilette, Peyriac-de-Mer.
Hérault :
N° 1, Camp Redon, Lansargues ; n° 2, station des Tourelles, Vailhauquès ; n° 3, grotte de la Madeleine, Villeneuve-les-Maguelonne ; n° 28, dolmen de Viols-le-Fort, Viols-le-Fort.
Pyrénées-Orientales :
N° 21, La Garrigue-de-Roque-Rouge, Ansignan ; n° 39, dolmen Cova de l’Alarb, Banyuls-sur-Mer ; n° 24, Caune de Bélesta, Bélesta-de-la-Frontière ; n° 25, dolmen Moli-del-Vent, Bélesta-de-la-Frontiere ; n° 32, dolmen Los Casteillas, Bouleternère ; n° 15, Pla de l’Ebe, Caramany ; n° 31, dolmen du Coll-de-la-Llosa, Casefabre ; n° 36, grotte de Montou, Corbère-les-Cabanes ; n° 44, La Tarterola, Dorres ; n° 23, La Pedra, Eus ; n° 17, dolmen Saint-Martin, Latour-de-France ; n° 37, station des Campellanes, le Soler ; n° 42 Lo Lladre, Llo ; n° 16 grotte des Fountetes, Maury ; n° 41, Balma de Montbolo, Montbolo ; n° 43, station des Castellas, Odeillo-Via ; n° 38, station du Mas Bruno, Perpignan ; n° 40, ossuaire de la Cova de la Dona, Reynes ; n° 29, grotte de la Chance, Ria ; n° 20, Creu-de-la-Barine, Ria ; n° 30, grotte Sainte-Marie, Ria ; n° 35, dolmen de la Creu-de-la-Llosa, Saint-Michel-de-Llotes ; n° 34, dolmen I du Serrat d’en Jacques, Saint-Michel-de-Llotes ; n° 33, dolmen du Poste de Tir, Saint-Michel-de-Llotes ; n° 19, ossuaire du Portichol, Salses ; n° 22, Valat de la Figuerassa, Tarerach ; n° 18, abri Harvart, Tautavel ; n° 26, grotte de la Carrière, Villefranche-de-Conflent ; n° 27, grotte de Fuilla, Villefranche-de-Conflent ; n° 45, chaos des Tarteres, Villeneuve-les-Escaldes. Principauté d’Andorre : N° 46, El Cedre, Andorra-la-Vella.
Province de Barcelone :
N° 70, Argentona ; n° 71, cova de Can Sadurni, Begues ; n° 83, canal dels Avelaners, Berga ; n° 82, cova de Can Mauri ; n° 84, Peu d’en Roques, Berga ; n° 74, cova de la Solanes, Caldes de Montbui ; n° 76, dolmen du Mas Clami, Castellterrol ; n° 80, Bressol de la Mare de Deu Correa ; n° 81, El Bosc, Correa ; n° 73, cova de la Cotera, el Bruc ; n° 75, cova de l’Endal, Gallifa ; n° 76, Fossa d’en Terrades, Montanyola ; n° 69, Can Butinya, Santa-Colomera-de-Gramenet ; n° 68, cova d’en Genis, Santa-Colomera-de-Gramenet ; n° 72, cova Verde, Sitges ; n° 77, Les Pixarelles, Tabernoles ; n° 78, Sabassona, Tabernoles ; n° 79, Les Comes, Toruella.
Province de Gérone :
N° 64, Encantades de Martis, Esponella ; n° 57, cova Gran de Rialp, Ribes de Fresser ; n° 58, cova de les Monges, Sadernes ; n° 60, cova 120, Sales-de-Lierca ; n° 65, cova de Roca Fessa, San-Marti-de-Llemena ; n° 63, cova d’en Pau, Serinya ; n° 62, Encantats de Serinya, Serinya ; n° 61, Reclau Viver, Serinya ; n° 66, Puig-Roig, Torent ; n° 67, La Fonollera, Toroella ; n° 59, Bauma-del-Serrat-del-Pont, Tortella.
Province de Huesca :
N° 124, Ermita de la Piedad, la Almunia-de-San-Juan ; n° 123, Sosa L, Azuny ; n° 142, Arroyo, Albalate-de-Cinca ; n° 143, Tozal de Ballesteros, Albalate-de-Cinca ; n° 126, Vallbona, Altorricon ; n° 146, Tozal Royo, Ballobar ; n° 129, Castillo de la Loma, Binaced ; n° 127, Las Faceras, Binaced ; n° 128, El Puntal, Binaced ; n° 130, Los Tozales, Binaced ; n° 157, Cabeza la Vieja, Candasnos ; n° 158, Los Regalos, Candasnos ; n° 159, Tres Tozaletes Hernanos, Candasnos ; n° 160, Ermita de San-Miguel, Castejon-de-Monegros ; n° 145, Tozal Redondo de la Codera, Chamamera ; n° 133, Tozal de Macarullo, Estiche ; n° 156, La Loma, Fraga ; n° 151, Masada de Raton, Fraga ; n° 149, Punta Farisa, Fraga ; n° 150, El Puntal, Fraga ; n° 154, Serreta del Teulé I et II ; n° 153, Vall de Jorro, Fraga ; n° 152, Vincamet, Fraga ; n° 155, Zafranales, Fraga ; n° 132, Camino de Algayon, La Litera ; n° 144, Tossalde Bertran, Ossode-Cinca ; n° 122, La Ganza, Peralta-de-la-Sal ; n° 135, Campo de Tiro, Sarinena ; n° 134, Las Negras, Saranina ; n° 136, Masada Simoner, Sena ; n° 139, San-Bias, Sena ; n° 137, Las Valletas, Sena ; n° 131, Regal de Pidola, Tamarite-de-la-Litera ; n° 125, Santa-Barbara, Tamarite-de-la-Litera ; n° 140, Cajal, Vilanueva-de-Sigena ; n° 138, San-Pedro-el-Viejo, Vilanueva-de-Sigena ; n° 141, Tozal-de-la-Mora, Vilanueva-de-Sigena ; n° 148, Sierra-de-Pujals A, Zaidin ; n° 147, Toza, Zaidin.
Province de Lérida :
N° 105, El Pletis, Alcarras ; n° 106, Puig Perdiguer, Alcarras ; n° 107, Serra de l’Encantada, Alcarras ; n° 98, Tossal de la Nora, Alcoletge ; n° 99, Regal dels Morts, Almenar ; n° 117, La Pera, Ardevol de Pinos ; n° 111, Carretela, Aytona ; n° 112, Geno, Aytona ; n° 110, Monfred, Aytona ; n° 94, Mormur, Balaguer ; n° 93, Pugis, Balaguer ; n° 47, cueva de la Fou de Bor, Bellver ; n° 48, Cabana del Moro, Bescaran ; n° 54, Llosa del Corralet, Biscaro ; n° 118, Clara, Clara ; n° 119, cova d’en Pep, Isovol ; n° 96, Raco dels Corbs, Lérida ; n° 103, Roques del Sarro, Lérida ; n° 120, Fossa del Gegant, Linya ; n° 85, Els Muriacs, Lliminia ; n° 116, Els Budells, Masacolreig ; n° 115, Tossal Benito, Masalcoreig ; n° 52, El Tarter del Collet de Catapla, Muntant ; n° 51, Tossal Jovell, Muntant ; n° 49, cova A et
Β d’Olopte, Olopte ; n° 92, El Foric, Os de Balaguer ; n° 53, Casa de la Bruixa, Ossera ; n° 56, La Cabana de Perauda, Peracalç ; n° 97, Tossal de Molinet, Poal ; n° 100, Punta de Correro, la Portella ; n° 50, cova d’Annes, Prullan ; n° 55, Cabaneta dels Moro, Reguart ; n° 90, cova Colomera, Sant-Esteve-de-la-Sarga-Mur ; n° 113, Rocaferida, Sarrocade-Lleida ; n° 57, Mas Pallares, Senterada ; n° 91, cova Joan d’Os, Tarteteu ; n° 101, Tossal Vidal, Torrefarra ; n° 104, La Pena, Torregrossa ; n° 108, Serra de Mariotxo, Torres-de-Sègre ; n° 109, Tossal de Solibernat, Torres-de-Segre ; n° 89, cova Fonda, Trago ; n° 88 cova Negra, Trago ; n° 95, La Pedrera, Vallfagona-de-Balaguer ; n° 121, Tossals Camats, Vilanova-de-la-Barca ; n° 86, Lloella del Llop IL, Vilanova-de-Meia ; n° 87, Son Joaquim, Vilanova-de-Meia ; n° 102, El Morro, Vilanova-de-Remolins ; n° 114, El Puig, Vinaixa.
Province de Saragosse :
N° 164, Cabezo Chichon, Almunia ; n° 166, Cabezo de Montleon, Caspe ; n° 161, Los Estancos, Lecinena ; n° 162, Galacho-de-los-Arcos, Lecinena ; n° 163, El Macerado, Lecinena ; n° 168, Tossal Gallart, Maella ; n° 167, Los Castellets, Maquinenza ; n° 169, Corraliza, Rayes ; n° 165, Cabezo Redondo, Vellila-de-Ebro.
Province de Tarragone :
N° 174, cova de Vall Major ; n° 175, Cova Josefina, Escornalbou ; n° 176, La Roca, Montroig ; n° 177, cueva del Garrofet, Querol.
Province de Teruel :
N° 170, Cabezo del Cuervo, Alcaniz ; n° 171, Cabezo Sellado, Alcaniz ; n° 172, Siriguarachs, Alcaniz ; n° 173, San Jorge, Plou.

3.1.10. Jatte carénée (fig. 2, 12)

18C’est un grand vase (diamètre d’ouverture 395 mm, diamètre de la carène 416 mm), monosegmenté, à carène médiane et marquée, la partie inférieure de la panse est convexe, la partie supérieure concave, le rapport diamètre d’ouverture/hauteur est de 1,60. Il représente 1 % de l’ensemble des vases avec un exemplaire provenant de la cova de Can Maury à Berga, province de Barcelone (Serra Vilaro 1922).

3.1.11. Vases jumeaux (fig. 2, 10)

19Ce sont deux gobelets carénés soudés au niveau de la carène, un « pont » relie les deux vases au niveau de la lèvre, ce dernier est surmonté d’un poucier. Ils représentent 1 % de l’ensemble des vases avec un exemplaire provenant de la cova Verde à Sitges, province de Barcelone (Maya et Petit 1986).

Figure 2 : Typologie des profils des vases à anses à poucier

3.2. Typologie des pouciers (fig. 3)

20Cette étude porte sur 352 objets, 37 % (139 objets) proviennent du nord des Pyrénées et 63 % (213 objets) du sud. Il est à noter que près d’un tiers (31 %) de l’ensemble des pouciers sont issus du Bas-Sègre, principalement de la zone de confluence Sègre/Cinca. Deux groupes ont pu être définis. Le groupe 1 comprend les appendices à sommet plan ou légèrement concave, le groupe 2 à sommet conique, hémisphérique ou globuleux. À l’intérieur de ces groupes huit types ont été définis, divisés eux-mêmes en plusieurs sous-types.

Figure 3 : Typologie des pouciers

3.2.1. Type 1

21C’est un poucier cylindrique à sommet plan ne débordant pas le corps de l’appendice. Il représente 26 % (93 objets) de l’ensemble des appendices, 41 % (39 objets) proviennent du nord des Pyrénées et 59 % (54 objets) du sud.

3.2.2. Type 2A et 2B

22Ce sont des appendices à sommet plan ou concave débordant le corps de l’appendice de façon continue ou au contraire en formant une collerette. Avec 116 objets, ils représentent 33 % de l’ensemble des pouciers, 59 % (66 objets) proviennent du nord des Pyrénées, 41 % (50 objets) du sud.

3.2.3. Type 2A

23La partie sommitale de l’appendice est plane. Il représente 29 % de l’ensemble des appendices avec 103 objets, 59 % (61 objets) proviennent du nord des Pyrénées et 41 % (42 objets) du sud.

3.2.4. Type 2B

24La partie sommitale est concave. Il représente 4 % de l’ensemble des appendices avec 13 objets, 38 % (5 objets) proviennent du nord des Pyrénées, 62 % (8 objets) du sud.

3.2.5. Type 3

25C’est un petit appendice cylindrique à sommet plan, le diamètre est supérieur à la hauteur. Avec 4 objets, il représente 1,25 % de l’ensemble des pouciers, 25 % (1 objet) provient du nord des Pyrénées, 75 % (3 objets) du sud.

3.2.6. Type 4

26C’est un petit appendice tronconique à sommet plan. Avec 3 objets, il représente 1 % de l’ensemble des pouciers, 34 % (1 objet) provient du nord des Pyrénées, 66 % (2 objets) du sud.

3.2.7. Types 5A, 5B et 5C

27Ce sont des appendices à sommet conique. Avec 63 objets, ils représentent 18, 5 % de l’ensemble des appendices, 30 % (19 objets) proviennent du nord des Pyrénées, 70 % (44 objets) du sud.

3.2.8. Type 5A

28C’est un poucier cylindrique à sommet conique. Il représente 4 % (12 objets) de l’ensemble des appendices, tous proviennent du sud des Pyrénées.

3.2.9. Type 5B

29C’est un poucier cylindrique à sommet conique débordant le corps de l’appendice. Il représente 7,5 % (27 objets) de l’ensemble des appendices, 7 % (2 objets) proviennent du nord des Pyrénées, 93 % (25 objets) du sud.

3.2.10. Type 5C

30C’est un petit poucier conique. Il représente 7 % (24 objets) de l’ensemble des appendices, 71 % (17 objets) proviennent du nord des Pyrénées, 29 % (7 objets) du sud.

3.2.11. Types 6A et 6B

31Ce sont des appendices à sommet convexe. Ils représentent 17 % (62 objets) de l’ensemble des appendices, 18 % (11 objets), proviennent du nord des Pyrénées, 82 % (51 objets) du sud.

3.2.12. Type 6A

32C’est un poucier cylindrique à sommet convexe ne débordant pas le corps de l’appendice. Il représente 14 % de l’ensemble des appendices, 19 % (10 objets) proviennent du nord des Pyrénées, 81 % (42 objets) du sud.

3.2.13. Type 6B

33C’est un poucier à sommet globuleux débordant le corps de l’appendice. Il représente 3 % (10 objets) de l’ensemble des appendices, 10 % (1 objet) proviennent du nord des Pyrénées, 90 % (9 objets) du sud.

3.2.14. Types 7A et 7B

34Ce sont des pouciers cylindriques à sommet débordant le corps de l’appendice, ce dernier porte en son centre un petit téton. Ils représentent 2,75 % (9 objets) de l’ensemble des appendices, 22 % (2 objets) proviennent du nord des Pyrénées, 78 % (7 objets) du sud.

3.2.15. Type 7A

35C’est un poucier cylindrique à sommet débordant le corps de l’appendice, le centre de la partie sommitale est orné d’un petit téton. Il représente 2,5 % (8 objets) de l’ensemble des appendices, 25 % (2 objets) proviennent du nord des Pyrénées, 78 % (6 objets) du sud.

3.2.16. Type 7B

36C’est une variante du type précédent, la partie sommitale du poucier a un profil en étoile. C’est un exemplaire unique qui provient du sud des Pyrénées.

3.2.17. Types 8A et 8B

37Ce sont des pouciers à section circulaire ou ovoïde et à sommet bifide. Ils représentent 0, 5 % de l’ensemble des appendices, tous proviennent du sud des Pyrénées.

3.2.18. Type 8A

38C’est un poucier à section circulaire et sommet bifide. Il représente 0,25 % de l’ensemble des appendices avec un exemplaire unique provenant du sud des Pyrénées.

3.2.19. Type 8B

39C’est un poucier à section ovoïde et sommet débordant largement le corps de l’appendice et portant deux tétons, ces derniers sont séparés par une gorge. Il représente 0,25 % de l’ensemble des appendices avec un exemplaire provenant du sud des Pyrénées.

3.3. Typologie des décors (fig. 4)

40La grande fragmentation du matériel (nombreux sont les vases dont ne subsistent que l’appendice ou le poucier et un fragment d’anse) ne permet pas d’avoir une appréciation exacte de la proportion d’objets portant un décor, ni d’étudier ces derniers de façon exhaustive. Toutefois il faut remarquer qu’en ne prenant en compte que les vases complets ou ceux dont des fragments de grande taille nous sont parvenus, les décors sont rares sur les vases à anse à poucier. Sur l’ensemble des objets étudiés (416) 31, soit 7,5 %, portent un décor, 26 % d’entre eux proviennent du nord des Pyrénées et 74 % du sud.

3.3.1. Les cannelures

41Elles représentent 39 % des objets décorés et tous proviennent du sud des Pyrénées, particulièrement de la zone de confluence Sègre/Cinca. Elles sont en majorité situées sur les anses qui sont ornées de deux à cinq cannelures verticales prenant naissance sous le poucier pour s’interrompre à la base du moyen de préhension (fig. 4, 1). Elles proviennent de Geno à Aytona, en Bas-Sègre (Maya et Cuesta 1998), de Sosa I. À Geno, la panse du vase peut aussi porter un décor. Ce sont des vases biconiques ornés au niveau de la carène de deux cannelures horizontales (fig. 4, 5), des cannelures en chevron associées ou non à des cannelures horizontales situées sur la partie supérieure de la panse (fig. 4, 2) ou encore des cannelures horizontales associées à des cannelures verticales. Un gobelet biconique porte un décor de cannelures associé à une anse à nervure médiane.

3.3.2. Les impressions

42Elles représentent 16 % du total des objets décorés et proviennent à part égale du nord et du sud des Pyrénées. Ce sont des impressions circulaires situées sur la carène. Ce décor est porté par une tasse biconique dont l’anse porte une nervure médiane (fig. 4, 3), elle est issue de Zafranales à Fraga, dans la province de Huesca (Monton 1988), une tasse carénée porte ce décor, elle provient de la Cabana del Moro de Bescaran (Padro, Cura et Abélanet 1975).

3.3.3. Les incisions

43Elles représentent 10 % du total des objets décorés, tous proviennent du sud des Pyrénées. Elles peuvent être en « arêtes de poisson » (fig. 4, 4) sur une tasse carénée provenant de la cova Negra de Trago, dans la province de Lérida (Barril et Ruiz Zapatero 1980). Deux objets, une anse provenant de la cova Joan d’Os à Tartateu, dans la province de Lérida (fig. 4, 7) et un vase jumeau provenant de la cova Verde à Sitges, dans la province de Barcelone (fig. 4, 6) portent un décor de guirlandes incisées rehaussées de courtes franges verticales (Maya et Petit 1986). C’est le décor de « Boquique » des auteurs ibériques. Il n’est présent qu’au sud des Pyrénées dans la zone littorale et pré-littorale catalane.

3.3.4. Les cordons

44Ils représentent 6 % du total des objets décorés, tous proviennent du sud des Pyrénées. Une jarre ovoïde provenant de Soza I porte un décor de cordons impressionnés en résille couvrant la totalité du vase ainsi que les moyens de préhension (fig. 4, 9). Une anse en ruban porte sur chacun de ses côtés un cordon impressionné (fig. 4, 11), elle provient de la cova de la Fou de Bor à Bellver dans la province de Lérida (Maluquer de Motes 1942).

3.3.5. Les anses à nervure médiane

45Elles représentent 23 % du total des objets décorés, elles proviennent dans les mêmes proportions du nord et du sud des Pyrénées. La nervure part de la base de l’anse et peut, dans certains cas, se terminer sur le poucier (fig. 3, 4 et 8). Ce type de décor provient de Lo Lladre à Llo dans les Pyrénées-Orientales, dans la couche IV (Campmajo 1980), de Zafranales et de la Masada de Raton à Fraga, dans la province de Huesca (Garcés 1987).

3.3.6. Les tétons

46Ils représentent 6 % du total des objets décorés, ils proviennent tous du nord des Pyrénées. Ce type de décor est porté par une tasse hémisphérique provenant de la Cauna de Bélesta dans les Pyrénées-Orientales (Claustre et al. 1993). Quatre paires de tétons, opposées deux à deux, sont situées sous la lèvre (fig. 4, 10).

Figure 4 : Typologie des décors associés aux vases à anses à poucier. Les n° 1, 2 et 5, d’après Maya et Cuesta 1998 ; n° 3, d’après Monton 1988 ; n° 4, d’après Barril et Ruiz Zapatero 1980 ; n° 6 et 7, d’après Maya et Petit 1986 ; n° 8, d’après Garcés 1987 ; n° 9, d’après Barril 1985 ; n° 10, d’après Claustre et al. 1993 ; n° 11, d’après Maluquer de Motes 1942

4. Analyse croisée des données typologiques

47Vingt-six sites ont été sélectionnés sur des critères d’homogénéité, abondance du mobilier céramique et éventuellement de la présence de datations 14C. Ce sont en majorité des habitats de plein air (Géno, Camp Redon, Masada de Raton), dans une moindre mesure des occupations de grottes (grotte de la Chance, Cova 120). Un tableau des effectifs a été dressé à l’aide d’éléments typologiques ayant valeur de traceur chrono-culturel (décor de cannelures) ou au contraire pour leur large diffusion sur les sites à anse à poucier. Les présences/absences doivent permettre dans un premier temps d’établir une chronologie relative des sites et dans un deuxième temps de définir une ou plusieurs entités géoculturelles au sein de la zone d’étude.

4.1. Description des données

4.1.1. Anse ad ascia

48Trois sites, tous proches du littoral, livrent ce type de préhension : Camp Redon, où ces appendices sont très nombreux portés par des écuelles et des tasses carénées, la Fonollera et la Bauma del Serrat del Pont. À noter que tous ces appendices sont courts.

4.1.2. Anse à languette bifide

49L’anse est surmontée de deux petits tétons ce qui lui donne un aspect bifide. Ce type de préhension est absent au nord des Pyrénées ; on le trouve à Llo, en contexte tardif, en Bas-Sègre à la Punta de Corrego (Rovira 1993) et Tossal de Solibernat (Rovira et al. 1996-1997), en contexte Bronze moyen/final et au sud de l’Ebre en contexte Bronze final/Premier Âge du Fer à San Jorge (Lorenzo 1986-1987)

4.1.3. Languette à perforation verticale

50Ce sont des languettes plates de forme hémicirculaire ou subrectangulaire situées sur la partie supérieure du vase portant une, ou plus rarement deux, perforations verticales. On trouve ce type de préhension du Bronze moyen (grotte de la Chance) jusqu’à la charnière Bronze final/Premier Âge du Fer. Géographiquement, l’ensemble de l’aire d’étude est concerné : le Languedoc (Camp Redon), le bassin de la Têt (La Chance), le Bas-Sègre (Geno, Zafranales), le Bas-Aragon (San Blas) et l’Ampurdan (La Fonollera).

Synthèse des attributs de la céramique par sites

Synthèse des attributs de la céramique par sites

4.1.4. Téton cupulé

51Ce sont des petits tétons subcylindriques dont l’extrémité porte une petite cupule. Sur les sites à anse à poucier, ce type de préhension est absent au nord des Pyrénées, si l’on excepte Camp Redon. Au sud, ils proviennent des sites proches du littoral (les Monges, Cova 120) et du Bas-Sègre (Masada de Raton, Punta de Corrego).

4.1.5. Anse à décor de cannelures verticales

52Ce type de préhension provient de trois sites, tous situés au sud des Pyrénées : la Fonollera, Sosa I et Geno. On les rencontre fréquemment au sud des Pyrénées en contexte Bronze final II/III.

4.1.6. Anse tunnelliforme

53Ce type de préhension est principalement issu de sites maritimes (Camp Redon, grotte de la Madeleine, la Fonollera).

4.1.7. Cordons en résille

54Les cordons simples, péribuccaux sont présents sur presque tous les sites du Bronze moyen. Par contre, les cordons en résille qui peuvent adopter des formes extravagantes (horizontaux, verticaux, en guirlandes, obliques quelquefois associés à des tétons) ne se rencontrent qu’en Cerdagne (Llo, el Cedre), dans la partie orientale de la Catalogne (la Fonollera, Bauma del Serrat del Pont), en Bas-Sègre et Bas-Aragon (Masada de Raton, Geno, San Blas).

4.1.8. Décor de cannelures

55Ce décor qui consiste souvent en un bandeau de cannelures horizontales, jointives ou non, situé sur la partie supérieure du vase, peut prendre des formes beaucoup plus complexes, chevrons, torsades etc. Au nord des Pyrénées, il est présent uniquement à Camp Redon. En Catalogne sud et en Cerdagne, on le retrouve pratiquement sur tous les gisements : Llo, les Monges, Cova 120, Masada de Raton, Zafranales, etc.

4.1.9. Incisions en chevron

56Ce sont des chevrons simples, doubles ou triples incisés (Camp Redon, la Pedrera, la Fonollera), ils sont souvent associés à des ponctuations latérales (Montou, cova 120, Bauma del Serrat del Pont, Ermita de la Piedad).

4.1.10. Décor rustiqué

57C’est la « tecnica de l’engrutat » des auteurs catalans, qui consiste à appliquer une couche d’argile grossièrement travaillée sur la surface externe du vase, ce qui donne un aspect rugueux à ce dernier. Ce type de décor provient de sites du sud des Pyrénées (Canal dels Avelaners, Masada de Raton, Punta de Corrego, la Pedrera).

4.1.11. Ongulation sur toute la surface du vase

58Les ongulations se retrouvent sur toute la surface du vase sans organisation particulière de façon plus ou moins régulière. Trois sites ont livré ce type de décor : la grotte de la Chance, le canal dels Avelaners et la Cova 120.

4.1.12. Rangée de courtes incisions verticales

59Ce décor consiste en un bandeau de courtes incisions verticales ou légèrement obliques, généralement situé au niveau du diamètre maximum ou de la carène. Il se rencontre principalement en moyenne montagne (el Cedre, Llo, Cova 120) et au sud des Pyrénées (Geno, Siriguarachs).

4.1.13. Rangée d’impressions circulaires

60Ce sont des rangées régulières d’impressions circulaires généralement situées sur le diamètre maximum. Elles peuvent être larges (Camp Redon, La Fonollera) ou de taille réduite (Llo, el Cedre, Les Monges).

4.1.14. Rangée de triangles hachurés

61Ce décor consiste en une ou deux rangées de triangles hachurés en oblique (el Cedre) ou emplis d’un petit damier (La Fonollera, la double rangée laisse apparaître des losanges réservés). Ce décor peut adopter plusieurs registres : une double rangée à pointes opposées/alternées laisse apparaître un chevron réservé (grotte de la Madeleine), un bandeau double de triangles dont la partie supérieure est hachurée, la partie inférieure porte un semis de points (Siriguarach).

4.1.15. Rangée de triangles excisés-estampés

62Ce décor peut être matérialisé par une rangée simple (cova de les Monges) ou par une double ligne de triangles à pointes opposées alternées, ce qui dégage un chevron réservé (grotte de la Madeleine).

4.1.16. Lèvres impressionnées-incisées

63La lèvre peut porter des digitations, des impressions circulaires, subcirculaires ou des incisions fines. Ce type de décor est présent sur pratiquement tous les sites de notre aire d’étude.

4.1.17. Méandre géométrique incisé avec semis de points

64Ce décor consiste en bandeaux géométriques anguleux incisés à semis de coups de poinçons. Il se retrouve uniquement sur trois sites maritimes de notre aire d’étude : Camp Redon, grotte de la Madeleine et la Fonollera.

4.1.18. Téton sous la lèvre

65Ce type de décor peut être simple à Llo ou double à la Cauna de Bélesta. Il ne concerne que quelques gisements de notre aire d’étude tous situés au nord de la chaîne des Pyrénées.

4.1.19. Anse à nervure médiane

66Ce type de préhension se rencontre fréquemment en contexte cerdan. À Llo, elle provient de la couche IV niveau 3 et 1, daté du Bronze final III. C’est du Bas-Sègre et Bas-Aragon que proviennent la majorité des effectifs (Ermitat de la Pietat, Sosa I, Masada de Raton, Zafranales, Geno).

4.1.20. Pied annulaire

67Excepté à Camp Redon, ce type de base est issu du sud des Pyrénées, de l’Ampurdan (cova de les Monges) et surtout du Bas-Aragon (Sosa I), Bas-Sègre (Geno) et du nord de la province de Teruel (San Jorge). Dans sa thèse, J. Guilaine situait l’émergence de ce type de base au Bronze final IIIa.

4.1.21. Fond ombiliqué

68Ce type de base se retrouve sur l’ensemble de l’aire d’étude, du Languedoc (Camp Redon), jusqu’à la rive droite de l’Ebre (San Jorge).

4.1.22. Base polypode

69Ce type de fond se retrouve sur l’ensemble de la zone d’étude : en Languedoc, il est présent à Camp Redon, en Roussillon à Montou et Bélesta, en Cerdagne à Llo, en Andorre sur le site d’El Cedre et, au sud des Pyrénées il provient d’el Macuruello et Geno.

70L’association anse à poucier-polypode peut aussi être observée à la Cabana del Moro de Bescaran, grotte du Roc de Buffen, cova del Muriacs, etc.

4.2. Comparaisons et synthèse

71L’ensemble de ces caractères morphologiques/décoratifs sont le fruit d’une part d’une évolution locale du Bronze ancien. C’est le cas des fonds ombiliqués et des languettes à perforation verticale qui font partie de l’héritage chalcolithique. En Languedoc, ce type de préhension est présent en contexte campaniforme. Sur le site de Bois-Sacré, Saint-Côme-et-Maruéjols (Gard), les languettes situées sous le bord portent une ou deux perforations (Roudil et al. 1974). Au Bronze ancien, elles sont présentes à la grotte du Rec, à Gruissan (Aude), situées au niveau de la lèvre et portant une perforation (Guilaine 1996). Le décor de rangée d’impressions circulaires en double ligne et le téton cupulé sont présents au Bronze ancien à la grotte de Montou, (Claustre 1996) et à Laval de Bretonne, toujours en contexte Bronze ancien, associés à des cordons en résille et lèvre impressionnée (Gascó et al 1996). Les rangées de courtes incisions verticales et les lèvres incisées/impressionnées se retrouvent en contexte campaniforme subcontemporain du Bronze ancien à l’abri de Lo Pla del Bach à Eyne (Campmajo et Crabol 1989-1990).

72Le témoignage le plus ancien des ongulations couvrant la totalité du vase se trouve en Alt Empordà, à la Cova Mariver (Esponellà), il provient d’un contexte charnière Bronze ancien/moyen avec tasses à carène douce, jarre sub-cylindrique à oreille de préhension et lèvre digitée (Tarrus 1979). Elles se retrouvent dans le bassin de la Têt à la Coma del Mayet (Nohèdes), portées par un vase à deux anses et couvrant entièrement la surface du vaisseau (Claustre et al. 1990), ainsi qu’au dolmen du Poste de Tir (Saint-Michel-de-Llotes, Pyrénées-Orientales) associées à une anse à poucier (Iund et Porra-Kuteni à paraître). En Cerdagne, ce type d’ornementation se rencontre, en contexte Bronze moyen/final sur le site de la Tarterola à Dorres, cova Β d’Olopte sur tasse globuleuse et jarre monoansée, associé à des bords incisés/digités, tasse tronconique et anse ad ascia (Toledo 1998). Sur ces trois sites de Cerdagne, ce décor est associé à des vases à anse à poucier.

73Les anses à nervure, caractéristiques des sites de Cerdagne, se rencontrent dès le Bronze ancien à Llo dans la couche 3 (Gif 4693 : 3520+/-110 BP). Les bases polypodes sont une composante importante du stock céramique de l’Âge du Bronze pyrénéen (Martin 1989). Leur aire de dispersion couvre l’ensemble du monde pyrénéen, de l’est (grotte de Montou) jusqu’au pays Basque (dolmen du Puyo d’Espy, Pontacq, Pyrénées-Atlantiques). Une concentration particulière est perceptible en Ariège et dans les Pyrénées centrales. Si le nombre de pieds peut varier de trois (nécropole d’Ayer) à dix-neuf (Cuylas, Tredos), c’est le tétrapode qui est le plus fréquent. En contexte Bronze moyen/final, dans les Pyrénées de l’est, les vases polypodes sont souvent associés à des anses à appendice.

74Les décors de tétons sous la lèvre et le décor rustiqué sont présents dès le Bronze ancien à Montou et à Bélesta. Probable héritage de la Rhône culture, le décor de cordons en résille est présent en contexte Bronze ancien à la Cauna de Bélesta, dans la couche 13 (Ly-5102 : 3380 +/-70 BP ; Cal B.C. : 1880-1520 2 sigmas ; valeur approchée : 1685). Il est porté par une grosse jarre et prend une importance démesurée, cordons horizontaux, verticaux, en guirlande (Claustre 1996). Au nord des Pyrénées, il semble disparaître avec le Bronze moyen, en Cerdagne, Bas-Sègre et Bas-Aragon il perdure jusqu’au Bronze final II (Masada de Raton, Tossal Camat, El Carnelario).

75Des apports exogènes, particulièrement nombreux en provenance du monde italique, sont perceptibles dans le Bronze moyen/final des Pyrénées de l’est. C’est probablement le cas du décor d’incisions larges en dents de loup situé, à la grotte Labeil, Lauroux (Hérault), dans la couche V, où les incisions sont doubles, associées à des impressions circulaires. Cette ornementation est portée par une jarre biconique à fond plat, munie de deux anses pincées (Bousquet et al. 1966). La même thématique est présente dans la couche 3b de la grotte du Hasard, Tharaux (Gard), sur un fragment de jatte (Roudil et Soulier 1976). Cette ornementation a été définie par Jean-Louis Roudil comme Proto-Saint-Vérédème, la couche V de la grotte Labeil incarnerait une phase ancienne. J. Vital situe chronologiquement ce mobilier au Bronze moyen II et, à la différence de Jean-Louis Roudil qui envisageait une genèse locale. Il suppose une origine italique à rechercher dans la culture apenninique d’Italie centrale (Vital 1989).

76En effet, c’est en contexte préapenninique qu’apparaissent des ornementations proches : en Toscane et Latium sur les sites de grotte de Belvere, Monte Tufo, grotta Nuova et Luni sul Mignone ; dans les Marches à la grotte de Baffoni ; dans l’extrême sud de la péninsule, en Apulie et Calabre à Porto Perone et Broglio di Trebisacce (Cocchi-Genick et al. 1993). C’est dans l’Apenninique de l’Italie centro-méridionale qu’il faut chercher la genèse des méandres géométriques à semis de points. Ce décor va évoluer au Subapenninique en adoptant des formes plus sinueuses, en spirale (CocchiGenick et al. 1993). Les anses ad ascia apparaissent dans le Protoapenninique Β de l’Italie méridionale, ce sont des anses ad ascia très développées à perforation centrale triangulaire. À la charnière Bronze ancien/Bronze moyen, ces appendices sont présents en Ligurie dans la phase « Lagazzi-Farneto-Pollera » portées par des tasses carénées à fond ombiliqué. Dans notre aire d’étude, ces types d’appendices sont peu nombreux et proviennent essentiellement de sites proches du littoral où les influences apenniniques sont manifestes.

77Les languettes bifides sont peut-être à comparer avec les anses cornues de la culture des Terramares, centrée sur le Bronze moyen/récent de la partie orientale de l’Italie centrale, malgré un hiatus chronologique entre certains objets des deux séries. Ce type de préhension est présent au Puech de Mailles, Poussan (Hérault) en contexte Bronze ancien/moyen associé à une anse ad ascia, décor de triangle incisé à ponctuation latérale et lèvre digitée (Montjardin 1996). Les anses à cannelures verticales sont peu fréquentes en France méditerranéenne, elles pourraient incarner, comme les pouciers, des influences de la culture des Terramares du Bronze moyen/récent. En effet, en Emilie, les moyens de préhension des sites de cette culture sont souvent ornés de cannelures obliques (Saflund 1939).

78Les anses tunnelliformes abondent en Provence, en contexte Bronze moyen/récent : grotte des Fées à Châteauvieux, Notre-Dame du Brusc à Châteauneuf-de-Grasse, aven de Vauclare, Esparron-de-Verdon, plateau Saint-Pierre à Tourtour. Leur origine est probablement à rechercher dans la phase « Lagazzi-Farneto-Pollera » de Ligurie située à la charnière Bronze ancien/moyen (Tinè 1974). Le triangle estampé ou excisé, pseudo-Kerbschitt des auteurs germaniques, est une composante importante et caractéristique du décor Saint-Vérédème, centré géographiquement sur le département du Gard. Jean-Louis Roudil voit dans ce dernier une influence de la culture de la forêt de Haguenau, où cette technique décorative est largement utilisée (Roudil 1972). Il est présent dans la couche IV de la grotte Labeil, immédiatement postérieure à la couche V, datée du Bronze moyen II par J. Vital (Vital 1989). En contexte apenninique, c’est une composante importante des registres décoratifs de la céramique. C’est le cas du site de Monte di S. Croce, Sassoferrato, dans les Marches, où les petits triangles excisés à pointes alternées sont associés à des motifs incisés/poinçonnés (Lollini 1957). Dans la région centro-adriatique, en contexte subapenninique, ce type d’ornementation est présent sur le site de Masseria-Marmarella, porté par des tasses carénées. Les triangles peuvent être à pointes opposées ou alternées (Barker 1995).

79Si la péninsule italique joue un rôle important dans la formation des styles céramiques du Bronze moyen, au Bronze final les influences septentrionales sont beaucoup plus présentes au sud des Pyrénées. Les cannelures sont le décor diagnostic des influences continentales Rhin/Suisse, dans les régions méridionales de la France et dans le nord-est de la péninsule ibérique. Excepté Camp Redon, au nord des Pyrénées, elles ne sont pas associées aux anses à poucier. Par contre au sud, elles sont portées par des vaisseaux à profil anguleux sur les sites ayant livré ce type de préhension.

80Le Bronze moyen/final, phase chronologique pendant laquelle se développent les anses à poucier dans les Pyrénées de l’est, voit la perduration d’éléments déjà en place au Bronze ancien (décor rustiqué, anse à crête de Cerdagne), des influences du milieu pyrénéen (polypode) et de fortes affinités avec le monde italique, apenninique (ad ascia, méandres incisés) et Terramare (poucier, peut-être les anses à cannelures), avec, comme l’ensemble du Languedoc, à partir du Bronze final II, l’apparition de traits culturels Rhin/Suisse (profils anguleux, décor de cannelures).

5. Chronologie

81Les anses à poucier ont longtemps été considérées comme le traceur chrono-culturel du Bronze moyen. Deux sites du nord des Pyrénées, Montou et la Cauna de Bélesta, s’inscrivent globalement dans cette phase de l’Âge du Bronze (Montou : Ly 5909 : 3070 +/-45 B.P. ; Cal B.C. 1400 - 1260, 1 sigma et Bélesta (salle I d’entrée) : Ly 5105 : 2975 +/-60 B.P. ; Cal B.C. ; 1312 - 1103, 1 sigma). L’occupation Bronze moyen des deux cavités est centrée sur le XIVe-XIIIe siècle avant notre ère. Ces dates semblent un peu trop basses si on les compare à la chronologie proposée par J. Gascó qui cale le Bronze moyen entre le XVIIe et le XVe siècle (Gascó 1995). L’un des décors caractéristiques de la grotte de Montou est le chevron incisé parfois associé à des coups de poinçon. Cette ornementation est présente dans la couche V de la grotte Labeil, Lauroux (Hérault), associée à de nombreuses anses ad ascia (Bousquet et al. 1966). Ce décor qui représente une phase ancienne du Proto-Saint-Vérédème est daté du Bronze moyen II (centré sur le XVIe siècle avant J.-C.) par J. Vital (Vital 1989).

82La Cerdagne, avec le site de Llo, montre une longue perduration des anses à poucier. Ils sont présents dans la couche IV niveau 3 associé à des languettes bifides, lèvres impressionnées et des boutons à prise directe sur la panse. La datation obtenue pour la Couche IV niveau 3 inférieur est comparable à celles de Montou et de Bélesta (Gif. 3073 : 3020 +/-110 ; Cal. B.C. : 1410 - 1110, 1 sigma). Les pouciers perdurent, sur le site jusqu’à la couche III niveau 2 associés à des décors de méandres incisés au double trait, décors en « arêtes de poisson » et pied annulaire. La date obtenue pour ce contexte (couche III niveau 2 : Gif. 3744 et Gif. 2803 : 2740 +/-110 ; Cal B.C. : 1020 - 790, 1 sigma), ainsi que le décor de type Mailhac renvoient au Bronze final III. La présence de pouciers jusqu’à l’extrême fin de l’Âge du Bronze en Cerdagne est aussi observable sur le site d’el Cedre (2570 +/-B.P. ; Cal. B.C. : 820 - 750, 730 - 530, 1 sigma). En Ampurdan, les sites de la Fonollera, Bauma del Serrat del Pont et Cova 120 donnent des dates légèrement plus hautes que celles des sites du Roussillon : La Fonollera occupation Bronze final : MC 1246 ; 3400 +/-100 B.P. ; Cal. B.C. 1870 - 1840, 1780 - 1520, 1 sigma ; Cova 120 niveau 1 : UGRA 107 : 3190 +/-140 B.P. ; Cal. B.C. 1620 - 1260, 1 sigma ; Bauma del Serrat del Pont couche II 2b : UBAR 181 : 3160 +/-100 B.P. ; Cal. B.C. 1670 - 1190, 2 sigmas. Ces trois sites ont livré, associés aux anses à poucier, de nombreux décors de cannelures, lèvres biseautées et profils anguleux qui renvoient, sans aucun doute possible, au Bronze final II/IIIa. En Bas-Sègre, deux habitats situés à proximité du Sègre, Géno et Carretela, où les profils anguleux et les décors de cannelures sont nombreux, donnent des datations 14C centrées sur les XIIe et XIIIe siècles : Carretela I-A : TI (NJ) : 3020 +/-90 B.P. ; Cal. B.C. : 1390 - 1120, 1 sigma ; Geno GrN 18062 : 2860 +/-54 B.P. ; Cal. B.C. 1156 - 1146, 1 sigma. Plus à l’ouest, en Bas-Aragon, la Masada de Raton livre plusieurs datations, très homogènes, légèrement plus récentes que celles de Géno : niveau 1A : GrN 18638 : 2873 +/616 B.P. ; Cal B.C. : 1050 - 995, 1 sigma. L’un des rares sites ayant livré des anses à poucier au sud de l’Ebre, San Jorge reçoit une date très basse, hors du contexte de l’Âge du Bronze : fin de l’occupation du site : Ly 3747 : 2400+/-190 B.P. ; Cal B.C. : 800 - 250, 1 sigma. Cet ensemble de datation 14C et la plupart des céramiques montrent une période d’utilisation des anses à poucier centrée sur le Bronze final et non sur le Bronze moyen. Les dates les plus hautes, provenant toutes de sites situés au nord des Pyrénées, montre une apparition de ces moyens de préhension à la fin du Bronze moyen. Ils perdurent en Cerdagne jusqu’à l’Âge du Fer. Au sud les sites orientaux et du bassin du Sègre situent l’apparition des pouciers comme contemporaine des influences Rhin-Suisse. À partir du foyer du Bas-Sègre les pouciers se diffusent vers le sud et l’ouest où ils disparaissent avec l’Âge du Fer.

Conclusion

83Si l’on considère l’ensemble de la France méditerranéenne, on peut constater que les anses ad ascia et les anses à poucier sont pratiquement exclusives. À l’est du Rhône, où les ad ascia sont nombreuses, les pouciers ne sont pas présents. En Languedoc, les deux types d’appendices se partagent la zone avec une prédominance d’ ad ascia, les pouciers occupant la partie la plus méridionale de la zone (sud de l’Hérault et Aude). En Catalogne nord et sud, très peu de sites, tous proches du littoral, ont donné des ad ascia, par contre les pouciers abondent particulièrement sur l’axe Têt/Sègre. L’origine des anses à appendice est incontestablement à chercher dans le monde italique, mais probablement dans des foyers culturels différents : Terramare pour les pouciers, Apenninique peut être la phase « Lagazzi-Farneto-Pollera » de Ligurie pour les ad ascia.

84L’apparition des anses à poucier en France et dans la péninsule ibérique est un phénomène qui se développe à proximité de la Méditerranée, alors que l’intérieur des terres ne subit pas cette influence. Les pouciers apparaissent au nord des Pyrénées à la fin du Bronze moyen, ils y sont absents au Bronze final. Au contraire, au sud des Pyrénées, ils sont associés au mobilier R.S.F.O. Dans sa thèse sur les Champs d’urnes dans le nord-est de la péninsule ibérique, G. Ruiz Zapatero propose l’introduction des éléments nouveaux que sont les anses à poucier, les bases polypodes, les haches à rebords et les poignards à nervure médiane, dans la région du Bas-Sègre, entre le XIVe et le XIIe siècle avant notre ère. Ces derniers y auraient pénétré depuis le Sud de la France par les cols du Haut-Sègre (Ruiz Zapatero 1983-1985). Ce matériel aurait été véhiculé par des petits groupes d’individus, bons métallurgistes. Les influences Champs d’urnes auraient suivi le même chemin, peu de temps plus tard. Ainsi est-il possible d’envisager un certain synchronisme entre l’apparition des pouciers et les décors de cannelures en Catalogne sud, au moins dans le Bas-Sègre.

Bibliographie

Arnal et Audibert 1956 : ARNAL (J.), AUDIBERT (J.) - Enquête sur la répartition des vases de la Polada en France. Bulletin du Musée d’Anthropologie de Monaco, 3, 1956, p. 241-279, 14 fig.

Alcade, Molist et Toledo 1994 : ALCADE (G.) MOLIST (M.) TOLEDO (A.) - Proces d’ocupacio de la Bauma del Serrat del Pont (La Garrotxa) a partir del 1450 AC. Museu comarcal de la Garrotxa, 1994.

Audibert 1957 : AUDIBERT (J.) - La céramique de la Polada dans le Midi de la France. Revue d’Études Ligures, 3-4, 1957, Bordighera, p. 197-222, 3 fig.

Baills 1995 : BAILLS (H.) - La grotte de la Chance et l’Âge du Bronze en Confient. Xe Col-loqui Internacional d’Arqueologia de Puigcerdà 1994, Puigcerdà i Osseja, 1995, p. 367-376, 4 fig.

Balfet et alii 1989 : BALFET (H.), FAUVET-BERTHELOT (M.-F.) - Lexique et typologie des poteries, Éd. Presse du C.N.R.S., 1989, 146 p.

Barker 1995 : BAKER (G.) - A mediterranean valley. Landscape, archeology and annales History in the Biferno valley. Leicester University Press, 1995.

Barril 1985 : BARRIL (M.) - Ceramica de la edad del Bronce en tres yacimientos de la provincia de Huesca. Bolskan, 2, 1985, Huesca, p. 35-75, 21 fig.

Barril et Ruiz Zapatero 1980 : BARRIL (M.) RUIZ ZAPATERO (G.) - Las ceramicas con asas de apendice de boton del N.-E. de la penisula iberica. Trabajo de Prehistoria, 37, 1980, Madrid, p. 181-219, 16 fig.

Bousquet et alii 1966 : BOUSQUET (Ν.) GOURDRIOLE (R.) GUIRAUD (R.) - La grotte Labeil près Lauroux (Hit). Cahiers Ligures de Préhistoire et d’Archéologie, 15, 1966, p. 79-166, 82 fig.

Campmajo 1980 : CAMPMAJO (P.) - Le site Préhistorique de Llo. Centre d’Études Préhistoriques Catalanes, Université de Perpignan, II, 1980, 169 p.

Campmajo et Crabol 1989-1990 : CAMPMAJO (P) CRABOL (D) - Le Néolithique et les débuts de L’Âge du Bronze en Cerdagne. Travaux de Préhistoire Catalane, 6, Centre d’Études Préhistoriques Catalanes, 1989-1990, p. 81-101.

Claustre, Porra, Delcos et Noell 1990 : CLAUSTRE (F) PORRA (V) DELCOS (N) NOELL (F) - La grotte de la Coma del Mayet (Nohèdes, Pyrénées-Orientales). Travaux de Préhistoire Catalane, Centre d’Études Préhistoriques Catalanes, V, VI, 1990, p. 143-148.

Claustre et alii 1993 : CLAUSTRE (F.) ZAMMIT (J.) BLAIZE (Y.) - La Cauna de Bélesta, une tombe collective il y a 6000 ans. Centre d’Anthropologie des Sociétés Rurales de Toulouse, 1993, Château Musée Bélesta, 1993, 286 p.

Claustre 1996 : CLAUSTRE (F.) - Le Bronze ancien en Roussillon. Cultures et Sociétés du Bronze ancien en Europe, Actes du 117e Congrès National des Sociétés Savantes (Clermont-Ferrand), 1992, 1996, p. 387-399, 7 fig.

Claustre 1997 : CLAUSTRE (F) - L’Âge du Bronze en Roussillon, évolution des recherches. Études Roussillonnaises, t. XV, 1997, p. 19-40, 10 fig.

Cocchi-Genick, Damiani et Macchiarola (1993) : COCCHI-GENICK (D.) DAMIANI (I.) MACCHIAROLA (I.) - Motivi decorativi del Bronzo medio preappeninico. Revista di Scienze Preistoriche, XLV, 1993, p. 167-217, 11 fig.

Garcés 1987 : GARCÉS (I.) - Los materiales arqueologicos del poblado de Masada de Raton (Fraga, Huesca). Bolskan, 3, 1987, Huesca, p. 65-131, 45 fig.

Gascó 1995 : GASCÓ (J.) - État de la question de l’Âge du Bronze sur le versant nord des Pyrénées de l’est (Pyrénées-Orientales, Ariège, Aude), et sur ses marges. Xe Col-loqui Internacional d’Arqueologia de Puigcerdà (1994), 1995, p. 343-358, 5 fig.

Gascó et alii 1996 : GASCÓ (J.) CAROZZA (L.) WAINWRIGHT (J.) - Un petit habitat agricole de l’Âge du Bronze ancien en Languedoc occidental. Cultures et Sociétés du Bronze ancien en Europe, Actes du 117e Congrès National des Sociétés Savantes (Clermont-Ferrand), 1992, 1996, p. 373-386, 5 fig.

Guilaine 1972 : GUILAINE (J.) - L’Âge du Bronze en Languedoc Occidental, Roussillon, Ariège. Mémoires de la Société Préhistorique Française, Τ IX, Éd. Klincksieck, 1972, Paris, 460 p.

Guilaine 1996 : GUILAINE (J.) - Le Bronze ancien en Méditerranée occidentale. Cultures et Sociétés du Bronze ancien en Europe, Actes du 117e Congrès National des Sociétés Savantes (Clermont-Ferrand), 1992, 1996, p. 37-68, 12 fig.

Guilaine et Abélanet 1966 : GUILAINE (J.) ABÉLANET (J.) - La céramique poladienne du Roussillon et du bassin de l’Aude dans son contexte méridionnal. IVe Symposium de Prehistoria Peninsular 1965, 1966, Pampelune, p. 129-148, 4 fig.

Iund 1997 : IUND (R) - Les vases à anse à poucier de l’Age du Bronze dans les Pyrénées de l’Est. Mémoire de Diplôme, E.H.E.S.S., Toulouse, 2 Tomes, 1997.

Iund 1998 : IUND (R) - Les vases à anse ad ascia et à languette en France méditerranéenne et dans le nord-est de l’Espagne. Mémoire de D.E.A., Ε.H.E.S.S., Toulouse, 1998, 220 p., 100 fig.

Lollini 1957 : LOLLINI (D.) - Stanzamiento Appenninico di Monte di Santa Croce, Sassoferrato, bulletino dipaletnologia italiana, vol.66, fasc. 1 et 2, Roma, 1957, p. 289-301, 10 fig.

Lollini 1979 : LOLLINI (D.) - L’eta del Bronzo recente nelle Marche. Rivista de Scienze Preistoriche, XXXIV, 1979.

Lorenzo 1986-1987 : LORENZO (I.) - Excavaciones en el poblado de San Jorge (Plou, Teruel). 6e campana. Arqueologia Aragonesa, 1986-1987, Zaragoza, p. 153-155, 2 fig.

Maluquer de Motes 1942 : MALUQUER DE MOTES (J.) - La ceramica con asas de apendice de boton y el final de la cultura megalitica del nordeste de la peninsula. Ampurias, 4, 1942, Barcelona, p. 171-188, 13 fig., 4 pl.

Martin 1989 : MARTIN (J.-M.) - Les vases polypodes de l’Âge du Bronze dans le Sud-Ouest de la France. E.H.E.S.S., Archives d’Écologie Préhistorique, 1989, 137 p.

Maya 1986 : MAYA (J.-L.) - Ceramicas excisas y de Boquique en el nordest peninsular, Institut d’Estudis Ceretans. VIe Col-loqui Internacional d’Arqueologia de Puigcerdà, 1984, 1986, Puigcerdà, p. 103-113, 3 fig.

Maya 1992 : MAYA (J.-L.) - Calcolitico y Edad del bronce en Cataluna. Institucion Fernando el Catolico, Aragon, literal mediteraneo, Intercambio culturales durante la Prehistoria, 1992, Zaragoza, p. 515-554, 16 fig.

Maya et Cuesta 1998 : MAYA (J.-L.) CUESTA (F.) - Geno : un poblado del Bronce final en el Bajo Segre (Lleida), Éd. J. L. Cachero, Barcelona, 1998, 263 p.

Maya et Petit 1986 : MAYA (J.-L.) PETIT (M.-A.) - El grupo del nordeste. Un nuevo conjonto de ceramica con boquique en la peninsula iberica. Annales de Prehistoria y Arqueologia, 2, 1986, Murcia, p. 49-71, 11 pl.

Montjardin 1996 : MONTJARDIN (R.) - Du Campaniforme au Bronze moyen dans l’Hérault. Cultures et Sociétés du Bronze ancien en Europe, Actes du 117e Congrès National des Sociétés Savantes, Clermont-Ferrand, 1992, 1996, p. 349-372, 9 fig.

Monton 1988 : MONTON (F.-J.) - Avance al estudio de los materiales de la edad del Bronze de Zafranales en Fraga (Huesca). Bolskan, 5, 1988, Huesca, p. 201-243, 27 fig., 2 pl.

Padro, Cura et Abélanet 1975 : PADRO (J.) CURA (M.) ABÉLANET (J.) - Sepulcros megaliticos de la Cerdanya y del Capcir. Corpus de Sepulcros Megaliticos, 8, 1975, Barcelona.

Pons 1977 : PONS (Ε.) - La Fonollera (Torroella de Montgri, Girona), un poblado al aire libre del Bronze final. Serie monografica, 1, 1977, S.T.I.A., Girona, 235 p.

Prades et le G.A.P. 1985 : PRADES, LE G.A.P. L’occupation des rivages de l’étang de Mauguio (Hérault) au Bronze final au Premier Âge du Fer. II, 5, Caveirac, 1985.

Roudil 1972 : ROUDIL (J.-L.) - L’Âge du Bronze en Languedoc Oriental. Mémoires de la Société Préhistorique Française, 10, Klincksieck, 1972, Paris, 302 p.

Roudil, Bazile et Soulier 1974 : ROUDIL (J.-L.) BAZILE (F.) SOULIER (M.) - L’habitat campaniforme de Saint-Côme-et-Mauéjols (Gard). Gallia-Préhistoire, 17, 1, p. 181-217.

Roudil et Soulier 1976 : ROUDIL (J.-L.) SOULIER (M) - La grotte du Hazard à Tharaux (Gard). Gallia-Préhistoire, 19, 1, 1976, p. 173-200, 12 fig.

Rovira 1993 : ROVIRA (J) - El jaciment de Punta de Corrego (La Portella, La Noguera, Lleida). Revista d’Arqueologia de Ponent, 3, 1993, p. 353-369, 14 fig.

Rovira et alii 1996-1997 : ROVIRA (J) LOPEZ MULLOR (A) RODRIGUEZ DUQUE (J.I.) - Solibernat : Un model d’assentament protourba en el Bronce final de Catalunya. Miscel.lània Arqueologia, 1996-1997, p. 39-82, 25 fig.

Saflund 1939 : SAFLUND - Le Terramare. Lund, 1939.

Serra Vilaro 1922 : SERRA VILARO (J.) - La cova de Can Mauri (Berga), estacio prehistorica i magalits del Coll de l’Oreller. Manresa, 1922.

Ruiz Zapatero 1983-1985 : RUIZ ZAPATERO (G.) - Los Campos de Urnas del N-E de la peninsula iberica. Tesis Doctoral, Universidad Complutense de Madrid, 1983-1985, Madrid.

Tarrus 1979 : TARRUS (J.) - La Cova Mariver. Estudi tipologic del sens materials epicardial Montbolo i Bronze. Monografies del Centre d’Estudis Comarcals de Banyoles, 1979.

Tinè 1974 : TINÈ (S.) - Il Neolitico e l’età del Bronzo della Liguria alla luce delle recenti scoperte. Atti della XVI Rium. Scien. in Liguria, Firenze, 1973, 1974, p. 37-57.

Toledo 1998 : TOLEDO (Α.) - Els materials ceràmics de les coves A i Β d’Olopte (Isovol, Cerdanya). Cypsela, 12, 1998, p. 135-146, 8 fig.

Vital 1989 : VITAL (A.) - La dynamique du Bronze moyen dans la vallée du Rhône : nature et impact des courants culturels exogènes. Dynamique du Bronze moyen en Europe Occidentale, Actes du 113e Congrès National des Sociétés Savantes, Strasbourg, 1988, C.T.H.C., Paris, 1989, p. 305-329, 10 fig.

Notes

1 Nombre très éloigné des 21 sites proposés par Maluquer de Motes en 1942.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Carte de répartition des sites ayant livré des anses à poucier entre Rhône et Ebre (D.A.O. Sabine Nadal)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4224/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Figure 2 : Typologie des profils des vases à anses à poucier
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4224/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Figure 3 : Typologie des pouciers
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4224/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Figure 4 : Typologie des décors associés aux vases à anses à poucier. Les n° 1, 2 et 5, d’après Maya et Cuesta 1998 ; n° 3, d’après Monton 1988 ; n° 4, d’après Barril et Ruiz Zapatero 1980 ; n° 6 et 7, d’après Maya et Petit 1986 ; n° 8, d’après Garcés 1987 ; n° 9, d’après Barril 1985 ; n° 10, d’après Claustre et al. 1993 ; n° 11, d’après Maluquer de Motes 1942
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4224/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Synthèse des attributs de la céramique par sites
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4224/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 260k

Auteur

© Presses universitaires de Perpignan, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540