Version classiqueVersion mobile

Roches ornées, roches dressées

 | 
Michel Martzluff

3 - Les hommes et leur terre en Pyrénées de l'est

La « Chambre Rouge » du Montou, Corbère-les-Cabanes (Pyrénées-Orientales)

Henri Salvayre, Jean-Louis Lenoble et Patrick Rideau

Résumé

L’article présente, sous forme d’hypothèse, une nouvelle interprétation de l’abandon, par les hommes néolithiques, du réseau de la galerie close de la grotte du Montou (Corbère-les-Cabanes, P.-O.). L’hypothèse repose sur deux points : la signification et la disposition des poteries localisées dans la galerie et l’origine du colmatage de la chambre terminale (salle 3), dénommée « Chambre Rouge »

Texte intégral

1Par le thème des roches ornées et des roches dressées, le colloque en hommage à Jean Abélanet s’est donné pour objectif d’évoquer les Sources des Arts et des Mythes au travers des témoins de la préhistoire. Nous nous proposons de prolonger cette évocation par celle des images des poteries néolithiques découvertes dans la « Chambre Rouge » creusée au sein de la roche du massif du Montou, cellule protectrice d’un message lointain parvenu jusqu’à nous après 6000 ans et qui semble avoir échappé en partie aux premiers inventeurs.

1. Le contexte géologique

2Le réseau souterrain du Montou qui renferme la « Chambre Rouge » est d’une grande complexité. On peut y distinguer deux systèmes. D’une part, la Grotte du Montou ou Montou 1 (M 1 qui renferme le gisement préhistorique fouillé par Françoise Claustre et qui est en liaison avec les avens du Montou (AM) (développement total 300 m). D’autre part, le Réseau Rouge ou Réseau Fabresse ou Montou 2 (M 2), où se trouve la « Chambre Rouge » (S3) (développement 60 m).

1.1. La Grotte du Montou ou Montou 1 (fig. 1)

3La morphologie de la grotte du Montou 1 (M 1) est liée à la tectonique et à la présence de la faille médiane du massif. Le couloir par lequel on pénètre dans la grotte débouche au plafond d’une grande salle d’effondrement. Les traces d’érosion tourbillonnaire sont visibles sur la voûte.

4Le remplissage archéologique (Paléolithique, Néolithique et éléments plus récents, fouilles Françoise Claustre) est situé entre les blocs et la paroi nord de la grotte. Passée la salle, la grotte s’originalise par un travail d’érosion exceptionnel. Ponts, arcs, coupoles, chimères, gargouilles, sont autant de beaux témoignages d’une phase érosive par dissolution en milieu aquatique turbulent, animé par de violentes circulations.

5Au niveau du sol, on relève trois événements de la vie de la grotte. D’abord des placages de sable siliceux apportés par les eaux de ruissellement, que l’on retrouve dans certains endroits protégés de la galerie. Ils sont sans doute les plus vieux témoignages d’une phase de la dynamique de la grotte. Leur datation constituerait un repère intéressant dans la chronologie de la spélèogénèse du réseau.

6Ensuite, de gros blocs plurimétriques qui proviennent de la chute du plafond et recouvrent un plancher fortement érodé. Ils témoignent d’une phase destructrice postérieure au creusement.

Figure 1 : Topographie générale du réseau ouest de la grotte de Montou (D.A.O. Henri Salvayre)

7Enfin, un concrétionnement stalagmitique volumineux et ancien au-dessus des blocs. Ils s’est mis en place, il y a sans doute 350 000 ans, si l’on se rapproche des datations effectuées aux Grandes Canalettes.

8L’autre partie à l’est, plus classique, se développe suivant une surface liée à l’inclinaison des strates vers le centre du massif. Les deux parties ouest (Ml) et est (AM) convergent vers le plan de la faille médiane par où se sont, de tout temps et encore aujourd’hui, engouffrées les eaux souterraines. Elles se prolongent verticalement par un puits de 20 m de profondeur (Puits des Crânes, PCR) qui s’achève sur une étroiture humide et argileuse due à un changement de faciès au niveau du contact anormal des calcaires du Dévonien moyen en gros bancs avec les calcaires du Dévonien inférieur, en petits bancs. C’est le point le plus bas de la cavité vers 235 m d’altitude.

1.2. Le Réseau Rouge (fig. 2)

9Ce réseau, encore appelé réseau Fabresse, a une morphologie caractéristique d’un réseau noyé saturé. Les eaux souterraines ont modelé au sein des calcaires rouges dolomitiques du Dévonien moyen (Eifélien-Givétien) un réseau de galeries de section régulière, circulaire ou rectangulaire, avec au plafond des cloches d’érosion qui attestent d’une circulation dans des conduites forcées en milieu saturé. Les bancs de calcaire très peu tectonisés permettent d’observer le détail des lits sédimentaires fins des dépôts des mers du Dévonien. L’ensemble coloré en rouge, blanc et gris, est très beau.

10D’autres formations témoignent de phases plus récentes dans l’évolution de la grotte, comme les dépôts cryoclastiques près de l’entrée, des coulées très anciennes de calcite à plusieurs endroits dans la grotte, des plaques de schistes du silurien au niveau du sol et dans l’entrée naturelle. Elles ont été transportées par les hommes depuis la montagne qui fait face à la cavité. Quelques dalles de schistes encore en place sur le sol permettent d’imaginer ce que devaient ajouter à ce décor minéralogique somptueux de schistes ardoisiers et de calcite rouge, les formes globuleuses des poteries sombres du néolithique.

Figure 2 : Topographie du Réseau rouge ou Réseau Fabresse (D.A.O. Henri Salvayre)

2. Remarques sur la découverte

11Trois observations importantes pour la suite de notre interprétation sortent de la description de la première exploration (Ponsich et Treinen-Claustre, 1990).

12Le réseau est découvert à partir de la grotte du Montou 1 : « Au mois de mai 1938, un groupe de jeunes gens de Corbère-les-Cabanes, friands de spéléologie et d’aventure, emmenés par les frères Joseph et Justin Fabresse et notre petit cousin Joseph Pons, pénètrent dans une étroite galerie, dont l’orifice, donnant à quelques 4 m de hauteur sur la galerie principale, était dissimulé par plusieurs chicanes naturelles ». Ils parvinrent d’abord jusqu’environ 20 m de l’entrée, jusqu’au niveau de la chatière étroite qui sépare le réseau en deux parties, puis : « s’étant trouvés soudain nez à nez avec un renard (...), ils s’aperçurent que l’animal n’avait pu s’échapper que par une sorte de terrier » situé sous un trou souffleur. Après désobstruction, ils pénétrèrent dans la salle principale (S3 - « Chambre Rouge ») où se trouvaient les poteries.

13Ce récit montre que la découverte du réseau s’est faite par l’intérieur et que la communication naturelle entre les deux parties se faisait par le trou souffleur ou chatière (CH) situé près du plafond.

14La découverte de l’ouverture proche de la surface dans la salle aux poteries est postérieure à la première exploration : « Par la suite, l’exploration de la troisième salle (salle des poteries) nous permit de constater qu’elle s’ouvrait originellement sur l’extérieur et que son entrée primitive, sur la pente de la colline, avait été volontairement obstruée avec des pierrailles, maintenues à l’intérieur par de grandes dalles de schiste. (...). Le problème des déblais, qui - dans l’ignorance où nous étions d’un accès extérieur direct - paraissait insoluble, fit que les fouilles proprement dites furent menées en plusieurs campagnes successives en accumulant les déblais derrière nous ».

15Le premier vase intact a été trouvé dans la salle 1 (S1) à l’ouest de la chatière, côté Montou 1 :

16« La découverte inattendue d’un vase intact dans une alvéole de roche, puis divers tessons de poteries (...) ». Les autres le furent dans la salle 3 (S3) où les « inventeurs avaient ramassé six vases intacts ou presque intacts, posés en divers points au pied des parois ».

3. Un gisement scellé il y a 6000 ans : plusieurs hypothèses

17La salle 3, la « Chambre Rouge », ne renfermait rien d’autres que les pots du Néolithique : « La dernière campagne de fouilles en 1948 () démontra un fait capital : à partir de la chatière qui bouchait le couloir 4 un seul niveau archéologique existait dans la totalité de cette portion « du réseau » (...). La salle 3 offre le grand intérêt de présenter un seul horizon archéologique, mis en quelque sorte sous scellés et garantissant (...) la stricte contemporanéité de l’intéressant matériel, surtout céramique, trouvé en grande partie à-peu-près intact ». Ce fait extraordinaire ne fut pas perçu comme il l’aurait dû à l’époque. L’entrée (M2) bouchée fut forcée par la suite et le réseau violé et pollué.

3.1. Première explication

18Pierre Ponsich (Ponsich et Treinen-Claustre, 1990) donne l’explication suivante : « Les habitants après avoir soigneusement obturé l’entrée normale de la salle 3, s’étaient retirés en direction de la grande grotte, comblant ensuite avec de la terre la chatière du couloir 4 (C4). Et cette issue était ainsi demeurée scellée et inconnue des occupants successifs du reste de la galerie » où « l’occupation fut à peu près continue jusqu’au Bronze final, avec quelques traces sporadiques d’une fréquentation éventuelle à l’époque romaine ». Les néolithiques se seraient donc retirés de la « Chambre Rouge » par l’intérieur après avoir fermé l’entrée de la grotte et en abandonnant les poteries qu’ils ne pouvaient pas emporter ?

19Devant « la disproportion évidente entre le nombre de vases intacts (ou presque) et celui des pièces lithiques ou osseuses », on peut penser que les néolithiques ont fait un choix « par le fait que l’évacuation et le transport des poteries n’étaient ni facile, ni souhaitable et, probablement aussi, parce que les rares objets lithiques ou osseux rencontrés, tous de taille réduite, étaient soit hors d’usage (spatule), soit oubliés ou perdus, lorsque les derniers habitants de la galerie close décidèrent de l’abandonner, dans des circonstances, peut être critiques, qu’il serait vain de vouloir imaginer ».

Discussion de l’hypothèse Ponsich

20L’hypothèse de Pierre Ponsich suggère plusieurs questions : pourquoi les néolithiques auraient-ils fermé la grotte de l’intérieur et comment ont-ils pu de l’intérieur accumuler les blocs de calcaire sur les dalles de schiste ? Connaissaient-ils déjà la communication entre les deux cavités passant par l’étroiture et comment ont-ils pu abandonner des biens aussi précieux pour leur existence que ces pots, reconnus depuis « comme de la vaisselle domestique : récipients pour la consommation, la préparation culinaire, le stockage et le transport, dont certains avaient une capacité de plus de 10 litres » (Claustre et alii, 1993). Enfin pourquoi auraient-ils fermé l’étroiture ?

3.2. Notre hypothèse

21Elle repose sur deux points : la signification de la disposition des poteries et l’origine de la « Chambre Rouge ». Pour le premier point, nous avons essayé de comprendre si la disposition des poteries dans la grotte avait une signification. Nous n’avions, pour le faire, que les données fournies par le plan de Pierre Ponsich. Nous avons tout d’abord refait le plan du réseau à une petite échelle (relevés du G.E.K., par Henri Salvayre, Patrick Rideau et Jean-Louis Lenoble), puis positionné les poteries (à la même échelle) sur le plan. À l’origine, nous avions imaginé de faire réaliser des copies des pots puis de les mettre en place dans la grotte.

22Treize pots se trouvaient dans la galerie montante à l’Est de la salle 3 (fig. 3), dont douze, parmi lesquels les plus gros, à forte capacité, étaient posés sur l’éboulis le long du mur nord Un était posé sur du sable dans un couloir sud s’achevant par un bloc de pierre porteur de cicatrices très anciennes d’éclatements (fig. 4).

23Trois autres pots gisaient au nord de la salle 3, dans une diaclase, sous une coulée stalagmitique (fig. 5) et trois autres sur le côté de la salle 3 opposé à l’entrée et de part et d’autre d’un dallage de schistes. Enfin, cinq autres étaient dispersés le long du couloir qui mène à la grotte du Montou 1, dont un au niveau de la chatière.

24Sur les 28 poteries qui figurent dans l’inventaire, nous n’avons pas pu localiser la place de quatre d’entre elles. Les treize pots de la galerie remontante sont sans doute l’expression d’une volonté affirmée de mettre à l’écart les récipients destinés au transport de matières liquides ou solides comme on le fait dans une maison où l’on pose à l’écart les sacs ou les meubles qui contiennent les provisions. Les trois pots situés dans la diaclase sous la coulée stalagmitique ont pu servir à récupérer l’eau qui coulait. La surface de la coulée est en effet creusée à sa base d’une cavité en fond de pot qui semble avoir une origine artificielle. Sa datation constituerait un repère précieux. Les trois petits pots situés autour du dallage et des foyers ont sans doute eu une utilité domestique.

25Il est difficile d’imaginer pour quelles raisons les cinq autres pots sont dispersés dans la galerie. On peut penser qu’ils sont le témoignage d’un larcin postérieur à l’occupation de la grotte par les néolithiques. Les voleurs ayant abandonné leur butin face aux difficultés du transport. L’absence d’autre outillage et d’horizon stratigraphique laisse croire à une occupation passagère et de courte durée.

Figure 3 : Position des vases néolithiques (les numéros sont ceux de la première publication) dans la galerie remontante Est de la salle 3 (cliché Henri Salvayre)

Figure 4 : Position des céramiques néolithiques (les numéros sont ceux de la première publication) dans un couloir Sud de la galerie remontante Est (cliché Henri Salvayre)

Figure 5 : Position des céramiques néolithiques (les numéros sont ceux de la première publication) dans le prolongement nord de la salle 3, sous la coulée de calcite (cliché Henri Salvayre)

3.3. L’origine du colmatage de la « Chambre Rouge »

26La coupe stratigraphique au niveau de l’entrée actuelle du réseau est simple et significative. La tranchée artificielle creusée à flanc de colline qui donne accès à la grotte recoupe dans l’ordre, de l’extérieur vers l’intérieur deux formations géologiques. D’abord un dépôt cryoclastique grossier de blocs calcaires décimétriques et métriques, emballés dans une matrice sabloargileuse rouge qui obstrue toutes les cavités verticales. Ensuite, les bancs calcaires lapiazés du Dévonien dans lesquels s’ouvre la grotte. Les blocs calcaires qui ont bouché la galerie n’ont donc pas été apportés par les hommes mais sont venus naturellement se mettre en place par solifluxion de la pente alors que les néolithiques avaient abandonné temporairement la grotte.

27On peut penser que cet événement accidentel a eu lieu en hiver de la façon suivante : les néolithiques sortent de la grotte où ils s’étaient réfugiés ; pendant leur absence une loupe de solifluxion glisse sur la pente de la montagne et ferme l’entrée. « La Chambre Rouge » est alors isolée du monde extérieur. Elle conserve pour une durée de plus de 6000 ans les poteries à l’abri de toutes atteintes, jusqu’au mois de mai de 1938 où...

Conclusion

28Des centaines de millions d’années ont été nécessaires pour préparer l’enveloppe de calcaire protectrice des messages que nous ont laissés les sociétés humaines préhistoriques qui fréquentèrent la bordure de la plaine du Roussillon et la grotte du Montou. Dans cet héritage géologique, soumis au modelage des eaux souterraines, elles y trouvèrent refuge, y déposèrent leurs sépultures, confiantes en la solidité immuable du gîte naturel. La « Chambre Rouge » est sans doute, pour le moment, un site unique dans le département.

29Il existe un cas du même genre et de la même époque dans l’Aveyron, à la grotte de Landric (Larzac méridional, fouilles de Pierre Temple et Louis Balsan). Dans l’excitation de la découverte, beaucoup d’informations ont pu être détruites. Il doit en demeurer que nous n’avons su voir.

30L’essai d’une reconstitution associée au contexte géologique se propose de recréer la profonde originalité de ce site préhistorique. Aujourd’hui, comme hier, les hommes modernes fréquentent assidûment les couloirs de la grotte et persistent à confier à la caverne leurs noms ou leurs tagues colorés. Demain, d’autres hommes essaieront de comprendre ces messages modernes inscrits sur les parois de marbre de la vieille grotte catalane. Puissent-ils ne pas avoir complètement effacé les images d’un instant de l’existence des néolithiques qui, il y a 6000 ans, perdirent accidentellement leur refuge et leurs pots.

Bibliographie

Balsan 1946 : BALSAN (L.) - Spéléologie du département de l’Aveyron. Imprimerie Carrère, Rodez, 1946, p. 156-157.

Claustre, Ponsich, Pons, 1993 : CLAUSTRE (F.), PONSICH (P.), PONS (P.) - Des récipients en Roussillon, il y a 6000 ans. In : La Cauna de Bélesta, une tombe collective, il y a 6000 ans, Centre d’Anthropologie des Sociétés Rurales, Toulouse-Château-Musée de Bélesta, 1993, p. 147-184.

Ponsich et Claustre 1990 : PONSICH (P.) et CLAUSTRE (F.) - Le gisement néolithique de la galerie close de la grotte de Montou, en Roussillon. Autour de Jean Arnal, Montpellier, 1990, p. 101-121.

Salvayre 1954 : SALVAYRE (H.) - La grotte de Landric. Bulletin du Spéléo. Club de Sainte-Affrique, n° 1, 1954, p. 22.

Salvayre 1961 : SALVAYRE (H.) - Le Conflent souterrain. Spéléologie et archéologie. Conflent, 5, 1961, p. 7-11, 5 ph.

Salvayre 1977 : SALVAYRE (H.) - Spéléologie et hydrologie des massifs calcaires des Pyrénées-Orientales. Inventaire des cavités naturelles (ligne VII : archéologie), Conflent, 1977, 250 p., 75 ph., 63 pl.

Salvayre 1983 : SALVAYRE (H.) - Géologie des Pyrénées-Orientales. Essai de synthèse. Perpignan, 1983, 429 p.

Salvayre 2001 : SALVAYRE (H.) - Spéléologie et morphologie des sites préhistoriques de la grotte du Montou à Corbère-les-Cabanes. Pré-actes du colloque, Roches ornées, roches dressées. Recherches en pays catalan, hommage à Jean Abélanet. Association Archéologique des Pyrénées-Orientales, Université de Perpignan, 2001, p. 47.

Temple 1936 : TEMPLE (P.) - La Préhistoire du département de l’Aveyron. Imprimerie Larguier, Nîmes, 1936, p. 141-143.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Topographie générale du réseau ouest de la grotte de Montou (D.A.O. Henri Salvayre)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4218/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Figure 2 : Topographie du Réseau rouge ou Réseau Fabresse (D.A.O. Henri Salvayre)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4218/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Figure 3 : Position des vases néolithiques (les numéros sont ceux de la première publication) dans la galerie remontante Est de la salle 3 (cliché Henri Salvayre)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4218/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Figure 4 : Position des céramiques néolithiques (les numéros sont ceux de la première publication) dans un couloir Sud de la galerie remontante Est (cliché Henri Salvayre)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4218/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Figure 5 : Position des céramiques néolithiques (les numéros sont ceux de la première publication) dans le prolongement nord de la salle 3, sous la coulée de calcite (cliché Henri Salvayre)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4218/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 89k

© Presses universitaires de Perpignan, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search