Version classiqueVersion mobile

Roches ornées, roches dressées

 | 
Michel Martzluff

3 - Les hommes et leur terre en Pyrénées de l'est

De l’Acheuléen à l’Antiquité dans les grottes et les sites archéologiques de plein air du versant nord des Pyrénées, de la Méditerranée à l’Atlantique. Palynologie, climatologie et environnement

Josette Renault–Miskovsky, Michel Girard et Bui Thi Mai

Résumé

Les grottes et les sites archéologiques de plein air situés sur le versant nord des Pyrénées orientales, centrales et atlantiques, conservent des dépôts qui s’étagent du Pléistocéne moyen à l’Holocène et qui contiennent des vestiges des périodes culturelles s’étendant de l’Acheuléen à l’Antiquité. Les analyses polliniques des remplissages des grottes de Montmaurin (Montmaurin, la Niche, le Coupe-Gorge, les Abeilles, le Putois IV) et de plusieurs autres sites de la région (Montou, le Portel-Ouest, Mauran, Saint-Jean-de-Verges, Rhodes II, le Portel-grotte ornée, Enlène, les Eglises, la Vache, le Mas d’Azil, Pomps, Castillon d’Arthez, Anoye, Lescar-Beneharnum, LescarLanusse, Ions, Oloron et Peyrecor) donnent des informations paléobotaniques et paléoclimatiques directement corrélées aux différentes périodes d’occupation humaine. Comparés entre eux et avec ceux des grandes séquences tourbo-lacustres les plus proches, ces résultats permettent de connaître les paysages dans lesquels ont vécu les groupes humains régionaux, au cours du Quaternaire

Texte intégral

Introduction

1Le colloque organise à Perpignan en hommage à Jean Abélanet nous a donné l’occasion de présenter un bilan régional des données archéopalynologiques obtenues dans un certain nombre de stations réparties sur le versant nord des Pyrénées, orientales, centrales et atlantiques (fig. 1A). Les grottes ou les sites archéologiques de plein air concernés contiennent des dépôts sédimentaires quaternaires associés à des vestiges paléontologiques, préhistoriques ou humains appartenant à différentes périodes culturelles.

Figure 1A : Position des sites mentionnés dans le texte ; n° 1 : Pomps, n° 2 : Castillon d’Arthez, n° 3 : Lescar (Beneharnum et Lanusse), n° 4 : Lons, n° 5 : Oloron Sainte-Marie, n° 6 : Peyrecor, n° 7 : Anoye, n° 8 : Montmaurin (grotte de Montmaurin, Coupe-Gorge, Putois IV et Abeilles), n° 9 : Mauran, n° 10 : Le Mas-d’Azil, n° 11 : Le Portel, n° 12 : Saint-Jean-de-Verges, n° 13 : Rhodes II, n° 14 : Montou (Corbère-les-Cabanes), n° 14 : Les Conques (Vingrau). (D.A.O. Sabine Nadal)

2Hormis les résultats déjà publiés à propos des grottes de Montmaurin (Girard, 1973 ; Girard, Renault-Miskovsky, 1979, 1983, 1987, 1997), mis en parallèle avec les autres travaux précédemment réalisés sur le versant nord pyrénéen (Renault-Miskovsky, Girard, 1998) et les nouvelles données relatives au piémont pyrénéen atlantique (Bui-Thi-Mai, 2000), nous aborderons les dernières études entreprises sur deux sites des Pyrénées-Orientales, les Conques (Renault-Miskovsky 2003) et Montou, ce dernier en cours de publication (analyses, J. Renault-Miskovsky).

3Nous avons volontairement écarté les résultats polliniques relatifs à la Caune de l’Arago (analyses J. Renault-Miskovsky), les diagrammes établis n’ayant pas encore été exploités.

1. Les grottes de Montmaurin

4L’ensemble des stations retenues et qui ont livré des données paléobotaniques s’étage dans le cadre chronostratigraphique du Quaternaire entre le Pléistocène moyen, vers 300 000 ans, et la fin de l’Holocène. Ce sont les grottes de Montmaurin (Haute-Garonne), occupées de l’Acheuléen ancien à la Protohistoire qui ont servi de schéma directeur à l’établissement du cadre stratigraphique de notre présentation. Citons : La grotte de Montmaurin à brèche à Machaïrodus, la Niche avec sa mandibule prénéandertalienne, le Coupe-Gorge dont la stratigraphie recoupe en discontinu les stades isotopiques 8 à 3, le Putois et les Abeilles contenant des vestiges lithiques du Paléolithique supérieur jusqu’au Néolithique, (fig. 1B, Renault-Miskovsky, Girard, 1998). Les résultats obtenus à partir de la palynologie des grottes de Montmaurin ont été mis en parallèle avec les données polliniques des autres grottes et sites de plein air du versant nord des Pyrénées (fig. 2, RenaultMiskovsky, Girard, 1998)

5À noter que le vocabulaire utilisé dans les tableaux de synthèse dépend de la bibliographie de référence ; il fait appel soit à la chronologie glaciaire alpine, soit à la chronologie pollinique établie à partir des sites éponymes).

6Ce bilan a permis de :

  • brosser un tableau de l’environnement végétal de l’homme préhistorique pour un territoire et pour une période précise,

  • mettre en évidence des phases climatiques contemporaines d’épisodes culturels régionaux.

7La proximité des Pyrénées et du Massif Central nous a, en outre, autorisés à établir des corrélations interséquentielles avec les courbes polliniques issues des études polliniques de tourbières et de remplissages lacustres.

8Les plus anciennes informations ont été fournies par la brèche à Machaïrodus de la grotte de Montmaurin. Elles montrent un paysage de forêt mixte, à conifères et feuillus mésothermophiles, qui traduit l’existence d’un climat doux de type interglaciaire se situant vraisemblablement entre les phases tempérées de l’Holsteinien et de l’Eemien ; néanmoins aucune trace d’occupation humaine n’ayant été rencontrée dans le dépôt, on ne peut établir de relation entre ce milieu forestier et les chasseurs de l’époque.

Figure 1B : Place des grottes de Montmaurin dans la chronologie du Quaternaire

Figure 2 : Chronologie et environnement des gisements préhistoriques de Haute-Garonne et du versant nord pyrénéen

9Les prénéanderthaliens, dont les restes ont été retrouvés dans la Niche ont connu des paysages découverts de type steppe à Graminées, installés sous un climat froid et sec appartenant vraisemblablement à l’avant dernière glaciation. Ce même paysage ouvert se retrouve à la base du diagramme de Coupe-Gorge, qui correspond à la partie archéologiquement stérile du remplissage.

10Le climat s'est ensuite réchauffé et une forêt tempérée, certainement contemporaine de l’Eemien (sensu lato) s’est reconstituée. Ce sont les Néanderthaliens installés au Coupe Gorge et fabriquant une industrie « moustéroïde » qui ont vécu durant cet interglaciaire. Mais la phase culturelle existe encore alors qu’un nouveau glaciaire sévit ; le climat est devenu froid et humide. Les Micoquiens s’installent à leur tour dans la vallée, d’abord dans la steppe sous un climat froid et sec, puis dans un environnement dont l’ambiance s’adoucit au cours du temps.

11Les Châtelperroniens et les Aurignaciens du Coupe-Gorge et des Abeilles ont vécu dans la steppe sous un climat particulièrement froid et aride, sans doute l’un des plus sévères du Paléolithique supérieur ; mais là encore, des interruptions sédimentaires empêchent de suivre l’évolution du climat de façon continue.

12Les données paléobotaniques concernant les occupations magdaléniennes comme celles du Putois IV montrent que les populations chassant dans la steppe, se sont abritées dans les grottes durant les phases froides du début du Tardiglaciaire (Dryas I et II).

13Plus tard, les habitants de la vallée de la Seygouade qui ont continué de fréquenter les grottes du Putois IV et des Abeilles ont connu les phases d’améliorations climatiques de l’Holocène.

14Cette synthèse régionale s’est maintenant enrichie grâce aux nouveaux spectres polliniques livrés par l’étude des deux sites des Conques (Renault-Miskovsky, 2003) et de Montou (Renault-Miskovsky, sous-presse).

2. Le site des Conques

15La séquence culturelle du Magdalénien moyen (couche 3) dans le site des Conques a bénéficié d’une datation au C14 de 14 320 + ou - B.P. Le spectre pollinique fait état d’un couvert herbacé steppique et témoigne incontestablement d’une flore glaciaire appauvrie qui s’est maintenue durant un épisode très froid et très sec, vraisemblablement au Dryas ancien, au début du Tardiglaiciare (cf. résultats obtenus au Putois IV - ensemble II, à Enlène et au Portel - grotte ornée, fig. 1 et 2).

3. Le site de Montou

16Dans le site de Montou, un niveau moustérien a permis l’établissement d’un diagramme qui synthétiquement, avec ou sans le Pin, permet de suivre la succession de trois paysages inféodés à une évolution du climat (fig. 3). À la base, un paysage découvert a pu s’établir sous un climat assez froid et sec. Au milieu, une légère reprise du couvert arboré est certainement le fait d’une courte et faible amélioration climatique. Au sommet, la steppe règne à la faveur d’un climat rigoureux froid et sec.

17Les analyses polliniques des séquences moustériennes les plus proches concernent la grotte de Coupe-gorge à Montmaurin, sans qu’il soit permis d’envisager une comparaison précise à partir de séquences courtes et discontinues (fig. 13).

18Le site de Montou a surtout conservé un épais dépôt au sein duquel se succèdent les phases culturelles : Néolithique - Âge du Bronze - période historique. (fig. 4). La base du diagramme met en évidence, un espace forestier partiellement défriché ; les clairières aménagées auraient été utilisées par les Néolithiques à des fins agricoles. À partir de l’Âge du Bronze, l’ouverture du milieu s’accentue ; nous savons par ailleurs que durant le Bronze ancien et le Bronze moyen l’agriculture et l’élevage s’intensifient. Après le Bronze moyen et durant le Bronze final, la dégradation de la forêt est extrême ; les Cichoriées envahissent les terrains pâturés à proximité du gisement.

Figure 3 : Montou (Pyrénées-Orientales) : palynologie du Moustérien. Coupe entre DEF 9 et DEF 10 - Salle 1 supérieure. Diagramme synthétique avec Pinus

19La dernière zone pollinique témoigne d’une légère reprise de la forêt sur les espaces ouverts envahis par les Ericacées. Nous assistons vraisemblablement à un certain ralentissement des activités agricoles, engendré par l’appauvrissement des terrains surexploités à partir des périodes historiques.

4. Le piémont pyrénéen atlantique

20Provenant de tumulus funéraires édifiés au Néolithique final, à l’Âge du Bronze et à l’Âge du Fer et d’habitats gallo-romains situés dans la région de Pau, les données environnementales recueillies concernent la fin de l’Holocène (Sub-Boréal et Sub-Atlantique).

21Les tumulus de Peyrecor (Néolithique final), de Lons (Chalcolithique/Bronze ancien), de Pomps (Chalcolithique) et d’Anoye (Âge du Bronze/Âge du Fer) conservent des assemblages polliniques qui montrent deux types de paysages.

Figure 4 : Montou (Pyrénées-Orientales) : palynologie de la séquence Néolithique Âge du Bronze - période historique. Coupe I entre H7 et H8 - Salle 2 inférieure. Diagramme synthétique

Figure 5 : Diagramme pollinique de Peyrecor. - Figure 6 : Diagramme pollinique de Pomps. - Figure 7 : Diagramme pollinique de Lons. - Figure 8 : Diagramme pollinique d’Anoye. Les échantillons : n° 1 appartient à la couche 2 du tertre ; n° 2, à la limite des couches 2 et 3 du tertre ; n° 3, au remplissage du vase à offrande d’une sépulture de l’Âge du Fer ; n° 4 au contenu d’une coupe de l’Age du Bronze

Figure 9 : Diagramme pollinique de Lescar-Beneharnum. - Figure 10 : Diagramme pollinique de Castillon d’Arthez. - Figure 11 : Diagramme pollinique d’Oloron. Figure 12 : Diagramme pollinique de Lescar-Lanusse

22Les sites de Peyrecor, Lons et Anoye livrent des spectres qui indiquent que ces monuments ont été installés dans un environnement relativement fermé constitué par une forêt diversifiée à Chêne, Hêtre, Bouleau, etc. L’Aulne particulièrement bien représenté ainsi que le Hêtre constituent un bon repère chronologique puisqu’ils apparaissent au début du Sub-Boréal. La présence de quelques pollens de céréales montre que des cultures existaient dans la région à une certaine distance de ces sites. À Lons, les fortes proportions de pollens de Chanvre permettent d’affirmer que cette plante à textile était déjà cultivée dans la région au début du Bronze ancien (fig. 5, 7 et 8).

23À Pomps (fig. 6), en revanche, le milieu a été profondément modifié par l’homme, en particulier par d’importants défrichements qui ont engendré l’installation d’espaces ouverts de type lande, colonisés par des Graminées et des Bruyères.

24Situés dans le premier tiers du Sub-Atlantique, les habitats de la période romaine (Lescar-Beneharnum, Lescar-Lanusse, Oloron et Castillon d’Arthez) conservent des dépôts dont l’analyse pollinique met en évidence une forte anthropisation qui semble toutefois se réduire vers la fin du IIIe siècle. Dans ces différents sites, les assemblages polliniques indiquent un appauvrissement du couvert forestier qui s’accompagne d’une extension des pâtures et des cultures céréalières (Orge et Blé) (fig. 9, 10, 11 et 12). Quelques sites présentent toutefois des particularités qui montrent une diversité des environnements à cette époque de l’Antiquité classique. À Lescar-Lanusse (milieu du Ier siècle av. J.-C.), les fortes fréquences de fougères (50 %) semblent correspondre à la présence, dans le voisinage du site, de zones limites (lisières) entre le couvert forestier et les espaces cultivés. À Oloron (fin du IIe siècle après J.-C.), l’analyse de la base du dépôt montre que le Noyer, déjà noté dans les autres gisements, fait l’objet d’une culture apparemment étendue (30 %). À Castillon d’Arthez (seconde moitié du IIIe siècle après J.-C.), un changement de la végétation se produit. Elle se caractérise, en particulier, par l’augmentation des Aulnes et la disparition des Ericacées. Cette extension locale de la ripisylve et la disparition de la lande à Bruyère pourraient être dues à un changement de nature des activités humaines voire un abandon, qui aurait modifié localement les terres.

25Le bilan de ces analyses concerne donc la variation de la végétation liée au climat telle que l’expansion de l’Aulne et du Hêtre au début du Sub-Boréal ainsi que les effets sur l’environnement d’un accroissement des activités humaines (défrichements, cultures céréalières, plantations d’arbres fruitiers, etc...) ou de leur réduction (développement de la ripisylve et des landes).

Conclusions

26Les éléments complémentaires recueillis dans les autres grottes et sites de plein air du versant nord des Pyrénées centrales nous permettent d’affiner nos tableaux (fig. 2 et 13).

27Pour conclure, nous remarquons que les analyses relatives au Pléistocène mettent surtout l’accent sur les phases froides et sèches des dernières périodes glaciaires pendant lesquelles ne subsistent que quelques rares Pins et Bouleaux, certainement cantonnés dans des zones privilégiées.

28La rareté des documents paléobotaniques concernant le dernier interglaciaire et les interstades wiirmiens, ne permet pas d’établir des corrélations interséquentielles précises et réduit les connaissances ethnobotaniques régionales.

29Enfin une évidence s’impose : l’évolution des phases culturelles au Paléolithique semble totalement indépendante des variations climatiques.

Figure 13 : De l’Acheuléen à l’Antiquité dans les grottes et les sites archéologiques de plein air du versant nord des Pyrénées, de la Méditerranée à l’Atlantique. Palynologie, climatologie et environnement

Bibliographie

Bui Thi Mai 2000 : BUI THI MAI - Nouvelles données sur l’environnement végétal des sites archéologiques du piémont pyrénéen, du Néolithique à l’Antiquité. Organisation des espaces antiques : entre nature et histoire, Fabre G. éd. Publ. Actes Table Ronde GRA Pau, Mars 1997, 299 p. éd. Atlantica. Biarritz, p. 95-107.

Girard 1973 : GIRARD (M.) - La brèche à « Machaïrodus » de Montmaurin (Pyrénées Centrales,). Bull. Assoc. franç. Étude Quaternaire, n° 3, p. 193-209.

Girard et Renault-Miskovsky 1979 : GIRARD (M.) et RENAULT-MISKOVSKY (J.) - Analyse pollinique de la grotte de Coupe-Gorge à Montmaurin (Haute-Garonne). Bull. Assoc. franc. Étude du Quaternaire, fasc. 4, n° 61, p. 175-189.

Girard et Renault-Miskovsky 1983 : GIRARD (M.) et RENAULT-MISKOVSKY (J.) - Datation et paléoenvironnement de la mandibule de Montmaurin (Montmaurin, Haute-Garonne) : analyses polliniques dans la Niche. C.R. Acad. Sc. Paris, 296, Série II, p. 669-671.

Girard et Renault-Miskovsky 1987 : GIRARD (M.) et RENAULT-MISKOVSKY (J.) - Climats et environnement végétal au Magdalénien moyen à la grotte du Putois IV (Montmaurin, Haute-Garonne) : analyse pollinique. Bull. Soc. Préhist. Ariège-Pyrénées, XLII, p. 3-19.

Girard et Renault-Miskovsky 1997 : GIRARD (M.) et RENAULT-MISKOVSKY (J.) - Analyse pollinique du remplissage de la grotte des Abeilles (Montmaurin, Haute-Garonne). Bull. Soc. Préhist. Ariège-Pyrénées, L II, 91, p. 137-146.

Renault-Miskovsky et Girard 1998 : RENAULT-MISKOVSKY (J.) GIRARD (M.) - Palynologie des grottes de Montmaurin (Haute-Garonne) et du versant nord-pyrénéen. Corrélations interséquentielles du Pléistocène moyen à l’Holocène. Quaternaire, vol. 9, n° 3, p. 185-201.

Renault-Miskovsky 2003 : RENAULT-MISKOVSKY (J.) - Les Conques : un site magdalénien à Vingrau (PyrénéesOrientales). (dir. H. Baills), Eraul, 2003, 701 p. Analyse pollinique in : Les Conques : des chasseurs et leur territoire.

Renault-Miskovsky (à paraître) : RENAULT-MISKOVSKY (J.) - Le monde végétal : études diachroniques, anthracologiques et palynologiques. La Palynologie. La grotte de Montou (Pyrénées-Orientales). Etude chronostratigraphique, environnementale et fonctionnelle (dir. F. Claustre).

Table des illustrations

Légende Figure 1A : Position des sites mentionnés dans le texte ; n° 1 : Pomps, n° 2 : Castillon d’Arthez, n° 3 : Lescar (Beneharnum et Lanusse), n° 4 : Lons, n° 5 : Oloron Sainte-Marie, n° 6 : Peyrecor, n° 7 : Anoye, n° 8 : Montmaurin (grotte de Montmaurin, Coupe-Gorge, Putois IV et Abeilles), n° 9 : Mauran, n° 10 : Le Mas-d’Azil, n° 11 : Le Portel, n° 12 : Saint-Jean-de-Verges, n° 13 : Rhodes II, n° 14 : Montou (Corbère-les-Cabanes), n° 14 : Les Conques (Vingrau). (D.A.O. Sabine Nadal)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4206/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Figure 1B : Place des grottes de Montmaurin dans la chronologie du Quaternaire
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4206/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Figure 2 : Chronologie et environnement des gisements préhistoriques de Haute-Garonne et du versant nord pyrénéen
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4206/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Figure 3 : Montou (Pyrénées-Orientales) : palynologie du Moustérien. Coupe entre DEF 9 et DEF 10 - Salle 1 supérieure. Diagramme synthétique avec Pinus
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4206/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Figure 4 : Montou (Pyrénées-Orientales) : palynologie de la séquence Néolithique Âge du Bronze - période historique. Coupe I entre H7 et H8 - Salle 2 inférieure. Diagramme synthétique
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4206/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Figure 5 : Diagramme pollinique de Peyrecor. - Figure 6 : Diagramme pollinique de Pomps. - Figure 7 : Diagramme pollinique de Lons. - Figure 8 : Diagramme pollinique d’Anoye. Les échantillons : n° 1 appartient à la couche 2 du tertre ; n° 2, à la limite des couches 2 et 3 du tertre ; n° 3, au remplissage du vase à offrande d’une sépulture de l’Âge du Fer ; n° 4 au contenu d’une coupe de l’Age du Bronze
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4206/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Figure 9 : Diagramme pollinique de Lescar-Beneharnum. - Figure 10 : Diagramme pollinique de Castillon d’Arthez. - Figure 11 : Diagramme pollinique d’Oloron. Figure 12 : Diagramme pollinique de Lescar-Lanusse
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4206/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Figure 13 : De l’Acheuléen à l’Antiquité dans les grottes et les sites archéologiques de plein air du versant nord des Pyrénées, de la Méditerranée à l’Atlantique. Palynologie, climatologie et environnement
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4206/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 180k

© Presses universitaires de Perpignan, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search