Version classiqueVersion mobile

Roches ornées, roches dressées

 | 
Michel Martzluff

3 - Les hommes et leur terre en Pyrénées de l'est

Joseph Farines, le véritable découvreur de la Cauna de l’Arago (Tautavel)

Joseph Farines, the real discoverer of la Cauna de l’Arago (Tautavel)

Cyr Descamps

Résumé

Le nom de Marcel de Serres, professeur de géologie et minéralogie à la Faculté des Sciences de Montpellier, est habituellement associé à la découverte de la caverne à ossemens d’Argou, appelée aujourd’hui Cauna de l’Arago, à Tautavel. C’est en réalité un pharmacien catalan, Joseph Farines, qui est le véritable inventeur du gisement paléontologique. Bien que cosignataire, en 1829, de la première publication concernant le gisement, son nom est toujours passé sous silence. Cette communication veut réparer une injustice.
Né et mort à Espira-de-l’Agly (1792-1864) Joseph Farines, naturaliste polyvalent, est le fondateur, en 1833, de la Société Agricole, Scientifique et Littéraire des P.-O. (appelée à ses débuts Société Philomathique), doyenne des sociétés savantes du département ; il est également à l’origine des collections et de la création du Muséum d’Histoire Naturelle de Perpignan. Il a joué un rôle actif au conseil municipal de Perpignan, dont il a été membre de 1834 à 1840. Passionné par l’hydrogéologie, il a été l’instigateur de forages artésiens dans la ville. Une violente polémique sur les « eaux jaillissantes » du Roussillon l’a opposé à Marcel de Serres ; nous savons aujourd’hui que sa vision des choses était la plus exacte.
Joseph Farines est l’un de ces « savants de province » dont l’action sur le terrain et la réflexion scientifique, illustrée par la publication d’un grand nombre de notes, ont été fructueuses dans bien des domaines. Son nom ne doit plus être oublié.

Texte intégral

1. Un inventeur oublié

1La découverte de sites prestigieux est souvent associée au nom d’une ou plusieurs personnes qui prennent le titre d’inventeurs. Les préhistoriens savent ainsi que c’est Edouard Lartet qui a découvert, c’est-à-dire exploité le premier, l’abri de la Madeleine en Dordogne ; que ce sont trois ecclésiastiques, dont les frères Bouyssonie, qui ont fait connaître celui de la Chapelle-aux-Saints en Corrèze, avec son squelette complet d’homme de Neandertal. Parfois, quand il s’agit d’une cavité jusque-là inconnue, le nom de l’inventeur lui est attribué : les grottes Cosquer et Chauvet en sont de récents exemples.

  • 1 Nous remercions Jean Abélanet, qui s’est passionné avec nous pour retrouver la trace du savant rous (...)

2Qu’en est-il du plus célèbre des gisements préhistoriques roussillonnais, déclaré « site d’intérêt national » par arrêté du 21 mars 1995, la Cauna de l’Arago à Tautavel ? Il faut d’abord préciser de quelle découverte il s’agit, car cette grotte a fait, en quelque sorte, l’objet d’une double découverte : gisement paléontologique d’abord, gisement archéologique beaucoup plus tard. Dans un précédent travail, nous avons tenté de rassembler un maximum de témoignages et de documents sur l’historique des recherches, et rendu à César ce qui est à César, c’est-à-dire à Jean Abélanet, et à lui seul, la mise en évidence, en 1948, d’une industrie paléolithique dans ce remplissage1.

  • 2 Bulletin des travaux de la Société Philomathique de Perpignan, séance du 1er octobre 1834. Le Publi (...)

3Pour ce qui est de la faune, nous avons repris les publications du XIXe siècle et montré que c’était dès 1829, et non en 1838 comme on le disait jusqu’à présent, que la Caverne à ossemens d’Argou avait fait l’objet d’une description précise, dans un article publié à Paris. Celui-ci est co-signé par un naturaliste célèbre, Marcel de Serres, professeur de géologie à Montpellier, et par un inconnu, mentionné seulement par son nom, Farines. Pourquoi cette co-signature ? Nous avons eu l’intuition que, dans le binôme, c’était plutôt Farines et non son illustre collègue qui avait noté la présence d’ossements dans la grotte. Cette hypothèse a été confirmée par un texte publié en 1834. Il s’agit de la présentation d’une dent par Farines et Fauvelle, où nous lisons : « (...) l’un de nous a déjà constaté la présence de restes de Rhinocéros dans notre département, dans une notice sur une caverne à ossements qu’il a découvert au territoire de Vingrau et inséré dans les Annales des Sciences Naturelles »2. Cette référence renvoie à l’article de 1829, et fait donc foi de la priorité de l’observation de Farines sur la description du gisement et de sa faune, dont on peut penser que l’essentiel revient à Marcel de Serres.

4Nous avons donc voulu en savoir plus sur ce coauteur oublié et, en lui rendant sa place dans l’histoire des sciences, rappeler que c’est souvent grâce au concours d’amateurs passionnés que les professionnels progressent dans leurs travaux. Il n’y a rien d’anormal à cela quand n’est pas minimisée, voire passée sous silence, la contribution du partenaire.

2. Éléments de biographie

5Notre enquête sur Farines n’est pas terminée ; nous livrons ici les éléments que nous avons pu rassembler sur ce personnage qui gagne à être connu : il nous paraît très représentatif de ces provinciaux qui, au XIXe siècle, ont fait avancer la science, dans toutes les acceptions que l’on peut donner à ce terme. Nos sources ont été, d’une part, les archives et publications de la Société Agricole, Scientifique et Littéraire des P.-O. dont nous verrons que Farines a été le véritable fondateur, et d’autre part les délibérations du Conseil municipal de Perpignan, dont il a été membre de 1834 à 1840 en y jouant un rôle actif. Les archives départementales des P.-O. nous ont donné les documents d’état civil (actes de naissance, de mariage, de décès et testament) qui nous permettent de bien situer le personnage dans le temps (voir Annexe 1), mais ce qui concerne ses études et sa carrière professionnelle nous échappe encore. Le berceau des Farines, patronyme répandu dans les Pyrénées-Orientales, se trouve à Baixas (G. Costa, 1994).

  • 3 Soldat romain, décapité en 304 à Lodi, avec son compagnon saint Félix, auquel il est presque toujou (...)
  • 4 Dans le Dictionnaire de Biographies roussillonnaises (J. Capeilles, 1914) figure la notice d’un Far (...)
  • 5 Toujours grâce à M. J. Donnezan, nous savons que la pharmacie se trouvait au 44 rue des Augustins, (...)

6Joseph Nabor Bonaventure Farines est né le 12 juillet 1792 à Espira-de-l’Agly et a été baptisé le même jour par Joseph Imbert, curé (jureur) de Rivesaltes. Son troisième prénom, Bonaventure, est celui de son père, qui fut le premier maire d’Espira en 1791. Son second, Nabor, orthographié sur certaines pièces Nabord ou Nabort, vient d’un saint peu connu3. Le 12 septembre 1821, il épouse sa cousine germaine, Marguerite Farines, âgée de dix-huit ans. Ils auront trois enfants, une fille, Joséphine (1822-1907), un fils, Achille (1825-1864)4 et une seconde fille, Léoncine, en religion sœur Madeleine (1831-1915). Joseph Farines a exercé la profession de pharmacien à Perpignan5. Il a toujours conservé ses attaches à Espira, où il est mort le 7 mai 1864. Il vivait alors séparé de son épouse, déshéritée par un testament holographe, daté du 1er avril 1861, par lequel il attribuait la quotité disponible à ses deux aînés. Il a eu des obsèques religieuses le 9 mai au cimetière de son village ; un caveau familial à son nom, en état d’abandon car aucun de ses enfants n’a eu de descendance, y est toujours visible. La rue du village où se trouvait sa maison - aujourd’hui propriété municipale - porte le nom de Joseph Farines.

  • 6 Pendant la première moitié du XIXe siècle, il a existé à Perpignan quatre loges : l’Union, St-Jean (...)

7Sa signature comporte systématiquement (dès son mariage et jusqu’à la fin de sa vie) trois points disposés en triangle autour du Ν initiale de son second prénom Nabor. Plutôt qu’un signe d’appartenance à la franc-maçonnerie, on doit y voir deux ponctuations après les initiales J. et N. et le point sur le J.6.

3. Joseph Farines, fondateur de la Société Philomathique de Perpignan

  • 7 Dans le registre des procès-verbaux, on trouve souvent l’orthographie Philomatique. Il s’agit d’une (...)

8La lecture du cahier de procès-verbaux de la Société Philomathique de Perpignan7, conservé aux archives de la Société Agricole, Scientifique et Littéraire des P.-O., nous éclaire sur le rôle joué par notre pharmacien dans la création de la plus ancienne société savante du Roussillon.

  • 8 Texte publié, avec quelques modifications, dans le Bull, de la Soc. des P.-O., n° 5, 1841, p. 2-4.

9Ces procès-verbaux manuscrits sont consignés dans un gros volume in-4°, portant sur le dos l’inscription « Société Philomathique - Procès-Verbaux t. I » Ils couvrent la période 1833-1854. Le volume est paginé à la plume jusqu’à la page 437, la cinquantaine de feuillets terminaux n’ayant pas été numérotés. Une liasse de deux feuillets a été insérée au début du recueil. Intitulée « Rapport à la Société Philomathique sur la nécessité d’un changement de dénomination et d’une rectification de quelques procès-verbaux. M. Sirven, rapporteur », il s’agit du compte-rendu de la séance du 25 janvier 18398. Nous en extrayons ces lignes concernant la naissance de la Société.

  • 9 Il s’agit du Musée de Peinture dans les locaux de l’ancienne Université.

10« ... Vers la fin de l’année 1833, feu Capdebos, artiste peintre (...) conçut l’idée de fonder à Perpignan une Société Libre des Beaux-Arts, Sciences et Belles-Lettres. Il fit part de son projet à plusieurs de ses amis (...) il se décida à convoquer une quarantaine de citoyens. La réunion eut lieu chez M. de Gazagnola mais l’attente de l’artiste fut trompée, peu de personnes répondirent à son appel, et, après un débat assez animé, il fût décidé, à la majorité des suffrages, que la Société (...) ne pourrait pas s’établir à Perpignan, que notre département ne lui offrait pas de garanties d’existence. La minorité de cette réunion, mue par un sentiment contraire, se rendit le soir même chez M. Farines, pharmacien ; là, il fut convenu que l’idée heureuse de Capdebos de fonder une société à Perpignan ne devait pas être abandonnée, et, passant outre à la décision prise chez M. de Gazagnola, on convint encore qu’une nouvelle convocation aurait lieu. En effet, à quelques jours de là, MM. Farines et Sirven envoyèrent des circulaires, qu’ils signèrent, à soixante personnes de la ville. Quatorze se rendirent à leur invitation. Cette première séance eut lieu le 21 décembre 1833 à la salle du Musée9. M. Farines s’en constitua le président provisoire. Il proposa de donner à la Société le nom de Société Philomathique de Perpignan et présenta à l’approbation des membres présents un projet de règlement (...) ».

  • 10 Dans le Dictionnaire de Biographies roussillonnaises (J. Capeilles, 1914, p. 103-104), nous lisons (...)

11Il semble qu’il y ait eu, presque un an plus tard, une contestation sur le rôle du pharmacien. Nous lisons en effet dans le procès-verbal de la séance du 9 novembre 1834 : « M. Capdebos ayant pris le titre de fondateur de la Société Philomathique, un membre demande qu’elle se prononce sur ce point. La Société, tout en accordant à M. Capdebos l’heureuse idée d’une réunion scientifique dans notre département, reconnaît pour son véritable fondateur M. Farines, vice-président, dont l’activité a triomphé de tous les obstacles »10.

12La lecture des différents procès-verbaux corrobore cette paternité. La seconde séance, qui intervient le 24 décembre, trois jours seulement après la fondation, se tient « chez M. Farines ». On y nomme les « officiers » de la Société, c’est-à-dire les membres du Bureau, où l’on trouve comme président Ferrus, principal du Collège, et comme vice-président Farines, pharmacien. Cette répartition des rôles trouve son explication dans une phrase placée en fin de compte-rendu : « Il a été décidé que les séances de la Société auraient lieu provisoirement au Collège ». Les statuts prévoient d’ailleurs que les fonctions ne sont conférées que pour un an, et que les membres sortants ne peuvent pas être réélus aux mêmes fonctions. Dans les premières réunions, celles-ci étant mensuelles, on constate que Farines est le véritable animateur de la Société. Le 8 janvier 1834, c’est lui qui « dépose sur le bureau une note (...) extraite de la Société Géologique de France » traitant d’hydrogéologie, discipline chère à notre pharmacien comme on va le voir. C’est lui encore qui lit une notice sur un gisement de lignite nouvellement découvert à Paziols (Aude) : il s’agit là de la première communication entendue par les sociétaires. Toujours lors de la même séance, « la Société exprime le vœu de former une collection minéralogique (...) Trois membres, MM. Ferrus, Farines et Grasset, offrent des échantillons pour le nouveau cabinet ». Il y a donc là le premier acte qui conduira, quelques années plus tard, à la création d’un cabinet d’Histoire Naturelle.

  • 11 Dans le compte-rendu de cette même séance, on trouve le nom de Tournai, pionnier de la préhistoire (...)

13Farines préside la séance suivante, qui a lieu le 5 février ; au cours de celle-ci une commission est nommée pour la rédaction des bulletins à insérer dans les journaux du département. Farines en est un des cinq membres, ayant en charge les sciences naturelles11.

14Le 6 août, MM. Fraisse et Farines présentent un rapport sur une notice envoyée par Marcel de Serres concernant les puits artésiens. C’est le début d’un conflit qui entraînera, moins de deux ans plus tard, le départ de notre pharmacien. Celui-ci reste pour le moment très actif dans la Société, où l’on peut constater que, sur les trente-deux articles ou notes présentés en séance, en 1834 (et publiés dans le tome 1 du Bulletin paru en 1833) dix-neuf, soit 60 %, sont signés ou co-signés de son nom (fig. 1). C’est lui qui préside la séance du 3 septembre. Trois mois plus tard, lors de la séance du 3 décembre, le Bureau est renouvelé : Pierre-François Capdebos devient vice-président et Farines secrétaire. L’artiste peintre présidera la plupart des séances de l’année 1835. Le 7 janvier, il profite de son discours inaugural pour contester habilement le titre de fondateur attribué au pharmacien. Nous lisons en effet (Le Publicateur, 1835, n° 7, p. 26) : « Je ne saurais trop vous remercier de l’honneur que vous me faites en me nommant vice-président (...). Toute la gloire est à vous qui avez su me comprendre dans le discours que je prononçais lors de l’ouverture de la Société libre des beaux-arts, sciences et belles-lettres et qui, par votre persévérance et votre union, avez réalisé une chose que quelques personnes croyaient impossible. Tous les éloges doivent être pour vous, et particulièrement pour M. Farines qui a si bien secondé mes intentions, quoi qu’il ait cru devoir changer le titre de cette société en celui de Philomathique (...) ». Ce plaidoyer pro domo et l’emploi du verbe seconder se passent de commentaires !

Figure 1 : Signature de Joseph-Nabor Farines, relevée dans le registre des procès-verbaux de la Société Philomathique de Perpignan (1834)

15C’est Joseph Farines qui va rédiger les procès-verbaux de janvier à août 1835. À partir de septembre, il sera relayé par le vice-secrétaire, François Fraisse ; en novembre on a, pour la dernière fois, mention de son nom dans le registre. Lors de l’ultime séance de l’année, le 16 décembre, il est procédé au « renouvellement du Bureau par voie de scrutin » et six membres sont « nommés au premier tour ». Farines n’en fait pas partie. Que s’est-il donc passé ?

  • 12 Reprise dans Le Publicateur, 1835, n° 47, p. 187.
  • 13 Il répondra au professeur montpelliérain dans un article au titre dépourvu d’ambiguïtés : « Confirm (...)

16Comme indiqué plus haut, l’affaire des puits artésiens n’est sûrement pas étrangère à ce qui paraît bien être une démission. Nous lisons en effet dans le procès-verbal du 3 décembre 1834 : « M. Marcel de Serres envoye [sic] un travail en réponse au rapport de MM. Farines et Fraisse sur la notice sur les puits artésiens et demande la publication de ce travail, qui est votée. M. Farines réclame dans l’intérêt de la question le même avantage pour une réplique (accordée) ». Dans celui du 2 novembre 1835 : « Un paquet adressé à la Société est ouvert, il contient un mémoire de M. Marcel de Serres en réponse à celui de M. Farines sur les puits artésiens avec une lettre d’envoi. La société vote l’impression du mémoire ». Il est probable que Farines se soit opposé à ce nouveau droit de réponse accordé à son contradicteur. Quelques jours plus tard, le 18 novembre, M. Sirven fait une déclaration12 : « L’un de nos membres correspondants, M. Marcel de Serres, dont les travaux scientifiques vous sont connus, vient d’obtenir une récompense des plus honorables et des plus méritées. J’ai cru devoir vous faire part de cette agréable nouvelle et vous propose l’insertion de la note suivante dans le procès-verbal de la séance de ce jour : La société des sciences de Harlem (...) a accordé à M. Marcel de Serres, professeur de géologie et de minéralogie à la faculté des sciences de Montpellier, la grande médaille d’or (...) pour un mémoire en réponse à sa question sur les cavernes des montagnes calcaires et les causes qui ont accumulé dans ces cavités souterraines les nombreux débris qu’on y rencontre. Une récompense aussi flatteuse honore tout à la fois la nation éclairée qui l’accorde, le professeur qui la reçoit et la faculté dont il fait partie. Adopté ». Il n’est pas mentionné que cette adoption ait eu lieu à l’unanimité car c’est probablement plus que n’en peut supporter Farines... À ce moment, il a dû prendre ses distances par rapport à ses collègues et à la Société13.

17Et pourtant son engagement dans la Société était encore complet peu auparavant puisque nous savons, par le procès-verbal du 18 septembre 1835, qu’il faisait partie, avec Bouis, Jaubert de Réart et Companyo, de la « commission pour la formation du Musée départemental d’objets d’histoire naturelle » et qu’à ce titre, il est aussi un des pères fondateurs du Muséum de Perpignan. Ce point sera développé plus loin.

18Dans le Bulletin de la Société Philomathique de l’année 1837, Farines publie son dernier article, « Notice sur le Cebrio Xanthomerus », où il est précisé, avant sa signature : octobre 1836. Immédiatement après, nous trouvons un article de même intitulé signé par Aleron, ébéniste de son état mais passionné de zoologie, où nous lisons : « La femelle de cette espèce était restée inconnue jusqu’en 1830, époque où M. Farines la fit connaître par une très courte description (...) Dès le mois de septembre 1836, je crus pouvoir annoncer à la Société (...) que lorsque mes observations et mes découvertes sur cette espèce seraient rédigées, je me ferais un devoir de les lui communiquer. M. Farines m’a devancé, et si l’observation des mêmes faits ne nous avait pas conduit à des résultats opposés, je me serais abstenu de faire connaître ce que j’ai pu découvrir (sur) les mœurs de cet insecte, afin de ne pas enlever la priorité à un naturaliste aussi distingué ». Cette juxtaposition des deux articles est, pour le moins, révélatrice de fortes tensions existant alors dans la Société...

19Nous avons quelques raisons de penser que l’abandon, en 1839, de l’appellation Société Philomathique n’est pas sans rapport avec une volonté affichée de se démarquer du fondateur. Le nom de Farines sera rapidement oublié. Il figure pour la dernière fois, avec la lettre F signifiant membre fondateur, dans la « Liste des membres composant la Société des Pyrénées-Orientales au 1er mai 1841 » (Bull. Soc. des P.-O., n° 5, 1841, p. 481). Aucune évocation n’est faite à la Société en 1864, année de sa mort. Et dans un discours prononcé en 1932, qui dresse le bilan de la S.A.S.L. à l’aube de son centenaire, on rappelle les conditions dans lesquelles fût fondée la Société Philomathique en citant exclusivement Capdebos (L. Campanaud, 1933).

20Une sorte de damnatio memoriae s’est abattue sur Farines...

3. Joseph Farines, conseiller municipal à Perpignan

21La lecture des comptes rendus des délibérations du Conseil municipal de Perpignan, conservés aux Archives de la ville (série 1D) nous donne de précieux renseignements sur Joseph Farines, et tout d’abord son prénom, jamais cité dans les procès-verbaux de la Société Philomathique et figurant au mieux sous forme d’initiales (J. ou J. N.) dans ses publications.

  • 14 On peut remarquer que sept autres conseillers se prénomment Joseph, soit le tiers du Conseil !

22Sous la Monarchie de Juillet, le système électoral fait que, pour renouveler par moitié le Conseil municipal, les conseillers sortants vont être tirés au sort. Le 7 octobre 1834, douze vont devoir laisser leur place, parmi lesquels Louis Companyo. La séance du 3 novembre est consacrée à l’installation des conseillers nouvellement élus, dont Joseph Farines. Avec ses onze collègues, il prête serment de « fidélité au Roi des Français, obéissance à la charte constitutionnelle et aux lois du Royaume » et signe ce jour-là, pour la première fois, le procès-verbal14.

23Les Conseillers sont au nombre de 27, maire compris, et il n’y a que deux adjoints : quand un problème particulier est posé, une commission ad hoc est nommée, comprenant habituellement trois ou cinq Conseillers, et celle-ci désigne un rapporteur. Pour les questions ordinaires (comptes, budget, contrôle des élections), il existe des commissions qu’on peut qualifier de permanentes dont les membres sont « désignés par scrutin », c’est-à-dire élus. Farines va exercer ses fonctions avec assiduité pendant six années. Les séances ont lieu à un rythme soutenu, habituellement à 19 heures, à la Mairie, place de la Loge. Le pharmacien est très rarement absent et, s’il n’a pas pour habitude d’intervenir à tout propos dans les discussions comme certains de ses collègues, c’est un conseiller actif, à en juger par le nombre de commissions dont il fait partie et dont il est souvent le rapporteur. Pour donner une idée de la diversité et de la densité des tâches qu’il a dû assumer, nous avons dépouillé le plus soigneusement possible trois années de registres des délibérations en relevant les passages où il apparaît nominativement. Puis nous centrerons notre attention sur quelques dossiers particuliers.

3. 1. Trois années d’activités au Conseil municipal (1834-1836)

24Dès la séance du 7 novembre, Farines est membre d’une commission chargée de réparer l’horloge de la cathédrale Saint-Jean ; il en sera le rapporteur. Trois jours plus tard, après un exposé très technique, il fait accepter un devis de 264,82 F. On sait que les travaux ont été effectués car, le 25 mars 1835, il présente un ultime rapport où ont été approuvées les demandes de l’architecte « à l’exception de l’échelle en bois de chêne pour atteindre à la plate-forme, l’échelle existante est encore très bonne et peut servir longtemps sans danger ».

  • 15 L’octroi est la ressource essentielle des finances municipales. Dans le budget établi pour l’année (...)

25Nommé membre de la commission de l’octroi le 5 février 1835, il en est le rapporteur le 6 avril et demande le remplacement de la taxe par charge ou par collier (c’est-à-dire par tête d’animal de trait) par le pesage, lequel « réunit les avantages de rendre la taxe moins onéreuse pour le contribuable et d’augmenter les revenus de la ville »15. Il demande donc d’établir trois bascules, une à la porte Notre-Dame (actuel Castillet), une autre à la porte Saint-Martin et une troisième à la porte de Canet. Le Conseil municipal adopte « en entier » le rapport de la commission. Cette affaire de l’octroi n’est pourtant pas réglée, comme on le verra dans les délibérations de 1837. Le 3 juillet, il est nommé simultanément membre de la « commission chargée de réviser le tarif de l’octroi et de proposer le mode de perception » et de celle qui devra rechercher « quel est le point le plus convenable aux environs de Perpignan, et hors du rayon des fortifications militaires, pour établir un nouveau cimetière ». Le 25 juillet, il prononce un vibrant plaidoyer (retranscrit dans l’annexe 2) pour le forage de puits artésiens dans la ville. Il s’agit là, on le sait, d’une question qui lui est chère. Il veut certainement prouver à Marcel de Serres la supériorité de sa thèse : la controverse scientifique qui oppose les deux hommes bat alors son plein. Nous développerons cette question un peu plus loin.

26Le 29 juillet, M. Farines, pharmacien - titre mentionné pour la première fois dans le registre - rejoint les quatre membres de la commission sanitaire nommés en 1832. On apprend, dans le compte-rendu du 2 août, qu’une épidémie de choléra, partie de Marseille, a envahi la commune de Gruissan. Les activités de la commission sanitaire vont former, dans les jours qui suivent, l’essentiel des travaux du Conseil municipal. Le 10 août, la commission « déclare à l’unanimité qu’il y a indispensable nécessité d’établir un hôpital de cholériques » et demande d’utiliser pour cela les locaux du Séminaire (sur l’actuel Campo Santo). Elle prévoit une centaine de lits et la commande d’une série de mobiliers, literies et articles sanitaires. Le 11 août, nouveau rapport de la commission sanitaire sur le creusement d’égouts et l’établissement d’un « bureau de purification » entre le pont de Pierre et la porte Notre-Dame. L’épidémie ne s’est finalement pas propagée jusqu’au Roussillon.

  • 16 Nous avons relaté avec quelques détails ces péripéties pour montrer que le travail de Conseiller mu (...)

27Dans les mois qui suivent, il est fréquemment nommé dans les commissions. Le 31 août, il s’agit de se prononcer sur divers travaux d’utilité publique, dont la construction d’une halle aux blés. Le 3 octobre, de s’assurer si les cours publics payés par la commune ont réellement lieu. Le 4 décembre, il est rapporteur de la commission nommée le 28 septembre précédent pour examiner la réclamation du sieur Babeau Castel, à savoir une indemnité « pour une portion d’écurie dont il a été privé ». Ayant constaté que « l’écurie, qui pouvait contenir six chevaux, ne peut en recevoir dans l’état actuel que quatre », Farines propose de lui attribuer 50 F par an, ce qui est accepté. Le 3 décembre, nommé simultanément dans la commission chargée d’établir une caserne de gendarmerie dans l’ancien séminaire, et dans celle qui doit organiser la compagnie de sapeurs-pompiers et faire son règlement, il sera le rapporteur de ces deux commissions : le 29 décembre pour la première, et le 5 février 1836 pour la seconde. Il présente à cette date un « Projet de règlement municipal pour la compagnie des sapeurs-pompiers de la ville de Perpignan » (p. 61-64 du registre 1D 1/7) ; celui-ci comporte 29 articles groupés en cinq paragraphes : organisation de la compagnie, conservation des pompes et machines, service de la pompe, des récompenses et indemnités, des peines. Ce règlement sera discuté et adopté lors de la séance du 13 février, seuls les articles 2 et 4 - qui traitent du nombre des officiers et sous-officiers, et de la procédure d’admission des hommes - sont supprimés comme renfermant des dispositions contraires à la loi sur la Garde Nationale. Le 29 février (on est en année bissextile...), il présente un nouveau rapport (p. 68-70) dans lequel il demande « la dissolution de la compagnie des sapeurs-pompiers et sa réorganisation immédiate, ainsi que l’ouverture en Mairie de deux registres à colonnes », sur l’un desquels il y aura écrit en gros caractères « compagnie municipale de sapeurs-pompiers » et sur l’autre « compagnie de sapeurs-pompiers de la Garde Nationale ». Ces propositions sont adoptées. Il rédige donc un nouveau « Projet de règlement pour la compagnie municipale de sapeurs-pompiers à la ville de Perpignan » (p. 71-72) comportant cette fois 26 articles groupés en 4 paragraphes. Le 12 mars, ce règlement est adopté avec quelques modifications16.

28Toujours en février 1836, il fait adopter une révision des tarifs de l’octroi et doit s’occuper de la réclamation d’un propriétaire « dont un réverbère placé devant sa maison porte le plus grand préjudice à un mur ». Il devient membre du conseil d’administration de la Caisse d’Epargne nouvellement créée par ordonnance royale (son mandat expirera le 23 novembre 1838 après tirage au sort). Le 19 février, est examinée la demande du sieur Bonhomme « qui propose de vendre à la ville pour être placé au musée une ancre de navire en fer oxidé [sic] incrustée de coquillages, trouvée sur la côte d’Alger ».

29Farines est nommé dans une commission chargée d’examiner la réclamation d’un particulier se disant propriétaire d’une parcelle de terrain sur le Marché Neuf (11 avril), pour l’éclairage de la ville (2 mai), membre de la commission des comptes (2 mai), pour l’établissement d’une salle d’asile (5 mai), pour examiner l’aménagement d’un chemin de grande vicinalité de Perpignan à Corbère en passant par Thuir (9 juin). Les 6 et 7 mai, il avait présenté le long rapport de la commission chargée de la révision du règlement de l’octroi, prévoyant les heures d’ouverture des bureaux en fonction des saisons, les tarifs à appliquer, les limites du rayon de l’octroi... Le 4 juin, il est rapporteur de la commission des comptes et, le 1er août, élu secrétaire de la commission du budget. Le 10 août, il présente deux rapports, sur l’éclairage de la ville (1D 1/7 p. 104-105) et sur les cours publics (p. 105-106). Le 20 août, il est nommé dans la commission pour les réparations à faire au Théâtre, et le 9 décembre pour les travaux dans l’École Primaire Supérieure : dans son rapport, présenté le 12 décembre, il demande 350 F et « le Conseil vote une somme de 400 F destinée à cette dépense » : plus que n’a demandé le rapporteur ! Le 26 décembre a lieu l’élection de trois membres du Conseil statuant sur les listes électorales communales : Farines est le mieux élu avec 11 voix, Guiter et Boluix le suivent avec 10 voix.

30Renouvelé par moitié tous les trois ans, le conseil municipal tire au sort, le 28 mai 1837, le nom des sortants : Farines se trouvant dans la moitié restante, son mandat va donc courir jusqu’en mai 1840. Pendant ces trois années, nous ne retiendrons que les principales affaires où le rôle de Joseph Farines est mis en évidence. Et tout d’abord le problème de l’octroi.

31Nommé pour la seconde fois, le 10 juillet 1837, membre de la commission pour la révision du tarif de l’octroi, Farines en est le rapporteur, le 21 du même mois. Il propose de nouveaux tarifs liés au pesage. Celui-ci ne sera supprimé que dans quelques cas : lorsqu’il y a encombrement aux portes, ou pour les charges de foin. Quant aux horaires d’ouverture des bureaux, ce sera tous les jours, du lever au coucher du soleil. La discussion va se prolonger et s’animer : le 2 août, en l’absence de Farines, l’abandon du système de pesage est voté par 12 voix contre 10. Le 16 août, une nouvelle commission est nommée : elle ne comporte que des Conseillers opposés au pesage. Ce système, dont Farines est resté un chaud partisan, est de nouveau rejeté par un vote nominal où il y a 13 voix pour, dont la sienne, et 13 voix contre, dont celle - prépondérante - du président. Il est intéressant de noter que les comptes rendus de ces séances agitées vont être publiés dans Le Publicateur des P.-O. (1937, n° 31 et 33), ce qui constitue une nouveauté dans le département, mais n’empêchera pas cet hebdomadaire de cesser de paraître à la fin de l’année. La controverse n’est pas close : la discussion va se poursuivre produit par produit, et les partisans de la bascule, en nombre égal à ceux « de la charge et du collier », vont vouloir rétablir, au cas par cas, le pesage. À deux reprises, les Conseillers hostiles à ce choix quittent la salle, ce qui oblige à lever la séance et l’on doit avoir recours à un texte réglementaire stipulant que la délibération est valable, après deux convocations régulièrement adressées, quel que soit le nombre de présents... Farines ne mène plus les débats mais y met son grain de sel, si l’on peut utiliser cette expression, le 19 septembre. Ce jour-là, il propose « d’exempter de tout droit les harengs et anguilles salées qui forment l’aliment de la classe la moins aisée ». M. Méric, membre de la commission et animateur du groupe anti-bascule, lui répond : « Si la commission n’a pas fait cette proposition, c’est uniquement parce qu’elle est convaincue que la suppression de ce droit ne tournerait pas au profit du consommateur mais seulement au profit du vendeur ». Le pharmacien va pourtant gagner : La proposition de M. Farines est ensuite mise aux voix et adoptée à l’unanimité.

3. 2. Les recherches hydrologiques à Perpignan

  • 17 Quelques mois auparavant, le 21 février 1834, le Conseil municipal de Perpignan (où Farines ne sièg (...)

32La première intervention de Joseph Farines au Conseil municipal qui ne soit pas liée à sa présence dans une commission avait concerné le problème de l’alimentation de Perpignan en eau. Le 25 juillet 1835, dans un discours que nous avons retranscrit intégralement pour montrer à quel point l’affaire lui tient à cœur, le Conseiller sollicite une subvention de 10 000 F pour faire effectuer des forages artésiens dans la Ville (annexe 2). Sa requête est accueillie favorablement puisque « Le conseil, après avoir discuté la proposition de M. Farines, décide qu’il sera fait aux frais de la commune un ou plusieurs sondages dans le but d’amener cette découverte et demande à la commission du budget le vote d’une allocation ». Le registre des délibérations ne nous dit pas le résultat de cette recherche mais la suite des évènements montre bien qu’elle a été négative17.

33En effet, les problèmes de forage artésien vont de nouveau occuper le Conseil municipal l’année suivante. Bien évidemment, Joseph Farines fait partie, avec quatre autres conseillers, de la commission chargée de ce dossier. Le 25 mars 1836, est communiquée une déclaration signée par les sieurs Fabre et Espériquette précisant les conditions dans lesquelles « ils se chargeraient d’un sondage artésien sur le point de la ville qui leur serait indiqué par l’administration municipale ». Le 2 avril, le rapporteur - qui n’est pas Farines mais son collègue Justin Durand, futur député des Pyrénées-Orientales - pose la question : « vaut-il mieux faire l’acquisition d’une sonde ou traiter avec des maîtres serruriers munis de l’appareil nécessaire à la bonne exécution de ce travail ? ». Le rapporteur préconise la seconde solution, et aborde alors le problème du traité (nous dirions aujourd’hui contrat) à passer avec les exécutants. Dans le traité de mars 1834 était prévue une prime proportionnelle à la quantité d’eau amenée à la surface. La nouvelle commission propose de « récompenser moins le hasard que la difficulté vaincue et, si le débit minimal est de 20 litres par minute, la rémunération se fera selon la profondeur de la nappe captée : 300 F jusqu’à 200 pieds, 500 F jusqu’à 300 pieds, 700 F jusqu’à 400 pieds, 1000 F de 400 à 600 pieds ». Quant aux modalités de l’attribution du contrat, elles font l’objet d’une approche réaliste : « Notre commission aurait bien désiré que le nouveau sondage qui va être tenté fut mis à l’adjudication publique sur soumission cachetée en établissant à l’avance les conditions du concours. Mais elle a dû renoncer à ce projet (...) en considérant que les ouvriers capables de s’occuper de ces travaux difficiles sont peu nombreux et que si le résultat de l’adjudication ne chargerait pas de leur exécution les plus habiles, la commune pourrait s’engager dans une dépense considérable sans que le succès de ces nouvelles recherches, qu’elle doit désirer avant tout, vienne l’encourager à entreprendre des sondages qu’elle tentera encore si cette fois enfin il y a réussite »

  • 18 Dans un court article sur le sondage de Rivesaltes, J. Farines (1833) mentionne « M. Joseph Fabre, (...)

34C’est donc Joseph Fabre, un serrurier de Perpignan, qui va encore diriger le travail18. Le 5 mai, il demande l’embauche d’un ouvrier supplémentaire pour le forage. « Considérant que la couche à traverser est très dure (le Conseil) autorise le maire à modifier les conditions du traité en ce qui touche le nombre des ouvriers ». Les procès-verbaux des délibérations n’en disent pas plus sur ce forage qui, comme les précédents, s’est soldé par un échec.

35Le 1er décembre 1837, le Conseil procède à l’examen d’une proposition d’un M. Sauquaire, inventeur d’un procédé de forage qui porte son nom, qui propose d’effectuer, à l’intérieur de la ville, un forage de 1000 pieds pour « trouver des nappes ascendantes ». Cinq Conseillers vont intervenir, mais pas Farines. L’avis le plus explicite est celui de M. Picas. Celui-ci « ne pense pas que la proposition de M. Sauquaire doive être accueillie par le Conseil. Comme particulier, il consentirait volontiers à faire partie d’une association qui voudrait mettre en œuvre les procédés de M. Sauquaire mais comme membre du Conseil municipal, il ne croit pas devoir ajouter à la dépense de 12 000 F faite inutilement jusqu’à ce jour, pour des forages de puits artésiens sur divers points de la ville, la somme de 14 000 F que l’on demande maintenant pour le forage d’un puits Sauquaire ». La proposition est donc ajournée à la majorité des voix dont on regrette de n’avoir pas le décompte nominal.

36Un an plus tard, le Conseil municipal se tournera vers d’autres solutions pour l’alimentation en eau de Perpignan. Dans sa séance du 27 novembre 1838, il examine deux projets concurrents : celui de Fauvelle « ingénieur des chemins vicinaux de grande communication », qui propose l’ouverture d’une galerie de 12 km depuis l’amont du Soler, et celui de Caffe, architecte de la ville, qui se contenterait de réparer les canalisations existantes en prévoyant un système de filtrage. Le rôle de Farines est terminé et peut être qualifié, a posteriori, de globalement négatif.

3. 3. La difficile renaissance du Cabinet d’Histoire Naturelle

37On peut employer le terme de renaissance car il a existé un cabinet d’Histoire Naturelle dans les locaux de l’ancienne Université. Ouvert en 1770, celui-ci a fonctionné jusqu’à la suppression de l’Université par la Révolution (Bourgat & Belledent, 1983 ; Bourgat, 1996).

38Nous avons vu qu’en septembre 1835, peu de temps avant de prendre ses distances d’avec la Société Philomathique, Farines s’occupait avec trois autres membres de la Société de mettre sur pieds un Musée départemental d’Histoire Naturelle. Deux ans plus tard il reprend ce dossier, cette fois en qualité de Conseiller municipal. On va constater que ses rapports avec ses anciens collègues se sont détériorés.

  • 19 Les conditions dans lesquelles cette collection a été constituée nous sont connues par un texte de (...)

39Dans le procès-verbal de la séance du 24 août 1837, nous lisons : « Le Conseil renvoye [sic] à une commission composée de MM. Farines, Passama, Parès, Méric et Sicart une demande de M. Lacombe Michel, président de la Société Philomathique de Perpignan, à l’effet d’obtenir de la Ville un local convenable pour l’établissement d’un cabinet d’Histoire Naturelle qui déjà pourra comprendre une belle collection généreusement offerte par M. Eugène Boluix, enseigne de vaisseau, notre compatriote »19.

40Farines est rapporteur de la commission ; nous avons transcrit intégralement le long rapport qu’il soumet, le 4 octobre, à ses collègues (Annexe 3) : on trouve dans ce texte un plaidoyer pour les sciences naturelles en général, et l’entomologie en particulier, un souci de protection des monuments historiques, un problème de partage des attributions entre la ville et le département, l’indication d’ambitions personnelles... Ce texte est riche et mérite d’être publié ! Après avoir insisté sur l’intérêt de la collection offerte par l’officier de marine, composée essentiellement d’oiseaux et d’insectes exotiques, il propose son installation, à titre provisoire, au rez-de-chaussée de la Mairie, dans des armoires « qui encombrent inutilement l’ancien cabinet de l’Université ». Il propose également de récupérer l’ancienne salle du Spectacle, établie dans la partie la plus ancienne de la Loge de Mer, afin d’aménager un étage où se situerait le cabinet définitif, et d’établir quatre boutiques au rez-de-chaussée, ce qui procurerait un revenu locatif à la ville. Il propose enfin d’être le conservateur de ce musée à titre provisoire et gratuitement.

41Le Conseil prend son temps. « Il décide qu’il sera adressé des remerciements à M. Eugène Boluix pour le don généreux qu’il a fait à la ville de Perpignan (...). Les délibérations sur les autres conclusions du rapport de M. Farines sont renvoyées à une autre séance ».

42Cette autre séance, qui se tient le 20 octobre, commence par la lecture de deux lettres. L’une, datée du 19 octobre, est de Louis Companyo. Le naturaliste, membre de la Société Philomathique, fait état de ses importantes collections personnelles, et offre de les céder à la ville et de prêter ses propres armoires vitrées, en posant implicitement sa candidature au poste de conservateur. L’autre est de M. Viaud, qui, invoquant son expérience en ornithologie et mammalogie, fait également des offres de service. On se bouscule donc à la porte... Le Conseil tente de mettre tout le monde d’accord : « L’offre faite par M. Farines de remplir gratuitement la place de conservateur au cabinet d’Histoire Naturelle jusqu’à la prochaine réunion du Conseil Général est acceptée. En même temps, le Conseil accepte l’offre qui est faite par M. Companyo de tous les objets d’histoire naturelle qu’il possède ainsi que celle de consacrer ses instants de loisir à mettre en ordre, monter et classer les objets offerts par M. Boluix et ceux qui seraient recueillis plus tard. M. Companyo est en même temps chargé, concurremment avec M. Farines, de la conservation provisoire de ce cabinet (...). Dans le cas où MM. Farines et Companyo auraient besoin des services offerts par M. Viaud, ils sont d’avance autorisés à l’adjoindre à leurs travaux. M. le Maire est invité à adresser des remerciements à MM. Companyo et Viaud et à leur faire connaître la décision qui vient d’être prise ».

43Seule la proposition tendant à déloger les fermiers qui occupent la salle du Spectacle est ajournée. Quelques jours plus tard, le 6 novembre, deux de ceux-ci offrent de construire à leurs frais le plancher du futur cabinet si on les autorise à rester au rez-de-chaussée, mais le Conseil ajourne sa réponse. À la même séance est donnée lecture d’une lettre de Sirven, archiviste de la Société Phylomatique [sic], qui souhaite « ne pas priver la Société des armoires qui existent à l’ancien cabinet d’Histoire Naturelle, attendu que ces armoires sont nécessaires à la Société Phylomatique pour la collection minéralogique qu’elle forme et dont elle se propose plus tard de faire hommage à la ville ». La décision prise le 20 octobre concernant le transfert des armoires est donc rapportée, et ce en l’absence (diplomatique ?) de Farines.

44On peut conclure de ces péripéties qu’il n’y a plus de contacts (mais probablement une nette hostilité) entre Joseph Farines et Emmanuel Sirven. Quatre ans auparavant, c’est pourtant leur action conjuguée qui avait donné naissance à la Société Philomathique... La question du cabinet d’Histoire Naturelle va continuer d’occuper le Conseiller jusqu’à la fin de son mandat. Le 15 mai 1838, il est membre d’une commission chargée d’examiner plusieurs lettres de M. Companyo relatives au cabinet d’Histoire Naturelle, cette affaire étant de nouveau évoquée le 18 juin. Le 16 mai « M. Mello, taxidermiste, offre à la ville 200 oiseaux et quadrupèdes du département, montés, et s’engage à préparer la collection complette [sic] de ces deux classes d’animaux si la ville veut lui accorder le titre de Concierge préparateur du musée d’Histoire Naturelle et lui donner un logement où il puisse exercer l’état d’arquebusier ».

45On ne connaît pas la décision de la commission à qui est renvoyée la lettre. Le 11 août, le président de la Société Philomathique offre de se charger de l’établissement d’un plancher dans la salle de ses séances pour une somme qui n’excèderait pas 200 à 250 F, avec obligation de réintégrer dans la caisse communale la partie de cette allocation qui ne serait pas dépensée. Le 11 février 1839 : « M. Companyo a cru convenable d’acheter une plus grande quantité d’objets ou de matière que nécessaire pour la préparation des oiseaux qui lui étaient confiés... Notre commission est d’avis que le compte présenté par M. Companyo (qui se monte à 233,05 F) lui soit soldé ».

46Le 13 mars 1839, le Conseil autorise la translation dans la salle de la Société (qui ne s’appelle plus Philomathique mais des Pyrénées-Orientales) de tous les objets d’histoire naturelle qui sont déposés soit dans la maison de M. Companyo, soit dans l’hôtel de la Mairie. Le 6 août, il autorise son président, qui est alors François Fraisse, à faire abattre la cloison d’un petit cabinet afin d’agrandir la salle destinée à contenir les objets d’histoire naturelle que possède la ville. Le 31 décembre, on discute d’une lettre envoyée le 12 du mois, dans laquelle la Société demande un secours de 2000 F en raison des « dépenses considérables qu’elle a dû faire pour la formation du cabinet d’Histoire Naturelle ».

47La commission va prendre son temps pour répondre : le 4 février 1840, elle attend encore divers renseignements demandés sur les dépenses et les ressources de la société ; le 17 mars, elle fait adopter une proposition qui prévoit non pas un secours mais « l’achat des armoires et cadres vitrés faits à neuf par la Société ». Celle-ci va répondre le 30 mars que le cabinet d’Histoire Naturelle est tout entier la propriété de la ville, qu’elle maintient sa demande d’une somme de 2000 F « nécessaire pour combler son déficit », et enfin qu’en cédant le cabinet, elle se réserve expressément sa direction sous le patronage de la ville. Le 6 avril, le Conseil accepte la cession du cabinet, vote les 2000 F demandés mais précise que la ville doit avoir « non point le patronage mais la direction de l’entreprise ».

48Farines quitte en mai un Conseil municipal qui, dans les semaines qui suivent, adopte une solution définitive : la Société présentera trois candidats et le Maire choisira. Le 16 décembre, la Société présente Companyo, Fraisse et Méric. Le 21 décembre, c’est Louis Companyo qui est choisi (Bourgat & Belledent, 1983).

3. 4. Quelques affaires municipales des années 1837-1840

49Revenons à quelques autres affaires. Suite à une circulaire du ministre des Finances demandant un avis « sur la déduction accordée pour ouillage, coulage, sous-tirage et affaiblissement de degré sur les vins et l’alcool », Joseph Farines présente, le 26 octobre 1837, un rapport circonstancié et propose qu’elle soit portée à 12 % pour les vins et 10 % pour les alcools. Son taux prévisionnel était de 8 %. Le rapport est adopté à l’unanimité.

50Le 9 mai 1838, « Le Conseil procède à la nomination d’un secrétaire [de séance] par voie de scrutin. M. Farines ayant réuni la majorité des suffrages est nommé secrétaire pour la session de Mai » S’en suivront sept séances en mai et une en juin, le successeur ne sera élu que pour la session ouverte en août. Le 26 mai, au nom de la commission des Comptes, il fait un rapport sur les comptes du receveur municipal, du receveur de l’hospice, du bureau de bienfaisance et du dépôt de charité. À la fin de son intervention, transcrite sur deux pages (32-33 du registre 1D 1/8) nous lisons l’échange suivant : « Plusieurs membres, et particulièrement M. Lafabrègue, se plaignent du laconisme du rapport et désireraient qu’il portât les détails de diverses dépenses et notamment de celles relatives aux bascules. M. Farines fait observer que l’examen des pièces du Comptable n’ayant donné lieu à aucune observation de la part de la commission, il avait cru devoir se borner à proposer l’approbation des comptes ; que du reste s’il avait été instruit qu’une pareille réclamation serait faite, il se serait empressé de communiquer ces détails (...) qu’il était plus simple de demander le dépôt de la pièce sur le bureau et que chacun pourrait en prendre connaissance. M. Lafabrègue n’insiste pas et demande que sa réclamation serve pour l’avenir ». Il apparaît bien que la question du pesage à l’octroi n’a pas fini de soulever les passions.

51Le 23 août, nous lisons le compte-rendu détaillé et haut en couleur (p. 51-53) d’une vive discussion sur un projet de transférer à l’ancien évêché, près de Saint Jean, le dépôt de Charité. Certains membres craignent que les filles publiques devant, pour s’y rendre trois fois par mois (en vue du contrôle sanitaire), « traverser la ville entière quelles que soient les précautions que l’on prenne, il est bien difficile que leur affluence à cet établissement ne donne pas lieu à de fâcheux scandales. ». Ils redoutent surtout que leurs cris et leurs propos obscènes troublent les élèves du collège et les futurs prêtres du séminaire... S’en suit un vote nominal, où nous apprenons qu’il y a eu 12 voix pour le transfert, dont celle de Farines, 11 contre et une abstention, celle de l’administrateur des Hospices.

  • 20 On a une indication sur sa sensibilité politique en sachant qu’il a été trésorier de l’éphémère com (...)

52La politique, au sens politicien du terme, est pratiquement toujours absente des débats. Une exception est constituée par la visite annoncée du duc (fils du roi Louis-Philippe) et de la duchesse d’Orléans. Le 9 août 1839, les discussions sont chaudes pour savoir s’il faut voter un crédit pour les fêtes de réception de Leurs Altesses Royales, cet argent ne pouvant être pris que sur le poste des « dépenses imprévues » et certains Conseillers préférant affecter celui-ci à des « distributions à domicile », c’est-à-dire des aides aux nécessiteux. Un vote a lieu sur une proposition de crédit de 8 000 F et donne 14 voix pour, 8 contre dont celle de Farines et 2 abstentions. La discussion se prolongeant, Farines et sept de ses collègues quittent la salle...20. Le 12 mai 1840, il est nommé secrétaire de la commission des comptes ; trois jours plus tard, on trouve pour la dernière fois sa signature au bas d’un procès-verbal. Début juin, pour remplacer les sortants, on procède à l’élection de douze nouveaux conseillers. Parmi ceux-ci, il y a une vieille connaissance de Farines, Fraisse Ainé... Le mandat municipal du fondateur de la Société Philomathique aura donc été précédé et suivi par ceux de deux autres membres fondateurs, Louis Companyo et François Fraisse.

4. Joseph Farines, un naturaliste polyvalent

  • 21 Ces appartenances sont mentionnées à la suite du premier article qu’il a publié, en 1829, dans les (...)

53Avant de fonder, en 1833, la Société Philomathique de Perpignan, Joseph Farines était membre correspondant de la Société de Pharmacie de Paris, de la Société d’Histoire Naturelle de Montpellier, et de la Société Linnéenne de Bordeaux21. Il a publié, entre 1828 et 1837, trente-six articles et notes (voir Annexe 4). Notre pharmacien aborde les différentes branches des sciences naturelles. Son domaine de prédilection est la géologie (17 références dont la moitié concernant l’hydrogéologie), mais on trouve aussi 12 références en zoologie, 3 en paléontologie, et 2 seulement en botanique, discipline dans laquelle en général excellent les membres de sa profession. Il a aussi touché à l’archéologie, en décrivant l’aqueduc de Peyrestortes. On peut souscrire à l’opinion d’un de ses collègues qui, à l’occasion du don d’un os d’éléphant fossile, le qualifie : « d’estimable naturaliste qui s’intéresse à tout ce qui tend à développer le progrès de la science dans le département qui l’a vu naître ». (Le Publicateur, 1833, n° 26, p. 103). Le progrès de la science est bien ce qui sous-tend son activité. Nous en donnons pour preuve les lignes suivantes, dont nous respectons la typographie, extraites du rapport sur une dent fossile (Farines & Fauvelle, 1834), qui nous révèlent ses convictions et sa philosophie. Pour bien les comprendre, il faut savoir que la dent en question (une molaire de Rhinocéros trouvée en 1831 par des terrassiers lors des travaux de la route Trouillas - Bages) lui a été communiquée par le curé de Trouillas.

54« Cette belle science [la paléontologie, qui n’est pas nommée] remonte plus haut : elle nous découvre ce qui a été, et l’on peut ajouter même ce qui doit être ; c’est à elle que nous devons d’avoir changé en fait ce qui jusque-là n’avait été que le résultat d’une croyance religieuse. La question du déluge, si souvent contestée et si fortement combattue par les philosophes du XVIIIe siècle, grâce à la géologie, n’est plus un doute aujourd’hui. De nouvelles observations viennent nous révéler tous les jours l’occupation de tous les continens [sic] connus par les eaux de la mer ; (...) Cette question est complètement résolue et parfaitement harmonisée pour les hommes voués à la recherche des secrets de la nature (...) Nous voyons des hommes de paix et de désintéressement, des hommes voués par état à l’amélioration morale de leurs semblables, des hommes libres de toute influence, de toute distraction temporelle, des PRÊTRES, enfin, se livrer avec zèle à l’étude de l’histoire naturelle (...) Ce progrès obtenu nous donne le droit d’espérer de voir se réaliser la grande conception de CIVILISATION : l’instruction de toutes les classes de la société, et nous disons à dessein de toutes les classes parce que nous avons la conviction que toutes les classes ont besoin d’instruction ».

55On peut ajouter que Farines a anticipé la formule de Jaubert de Réart mise en exergue par la S.A.S.L. : « Faisons tous nos efforts pour qu’on puisse dire un jour : il y eut à Perpignan une société d’hommes à intentions généreuses, dont les travaux furent utiles à leur pays ». Dans le Discours sur la Société qui ouvre le Bulletin n° 1 de la Société Philomathique, il définit ainsi le champ de ses activités : « Tout ce qui tient à la prospérité locale et à la gloire de notre pays doit être et sera l’objet de ses recherches et de ses investigations ».

56Que valent, sur le plan scientifique, ses travaux ? Nous allons revenir sur le problème qui lui a tenu le plus à cœur, celui des puits artésiens du Roussillon et de la polémique avec Marcel de Serres. Reprenons les faits : le 6 août 1834, la Société Philomathique a eu à examiner une notice sur les puits artésiens envoyée par M. Marcel de Serres. MM. Farines et Fraisse présentent un rapport sur cette brochure. Leurs observations infirment celles du géologue montpelliérain (Farines & Fraisse, 1833) : « M. Marcel de Serres dit que, pour obtenir des sources jaillissantes, il faut traverser la totalité des couches tertiaires comme on le fait dans la plaine du Roussillon. Ce fait est inexact (...) malgré le respect et la profonde estime que nous professons pour ce savant. ». S’en suit la description stratigraphique d’un sondage descendu à 162 pieds, d’où il tire une coupe des « terrains de sédiments tertiaires du bassin de Rivesaltes » en y distinguant 23 couches. Leurs conclusions s’opposent sur deux points essentiels : la position de l’aquifère, qui se trouve dans le Tertiaire pour le Perpignanais mais sous celui-ci pour le Montpelliérain, et l’origine de l’eau, « infiltration riveraine » par le cours amont des fleuves pour le premier, alimentation par les eaux sus-jacentes pour le second.

57Dans le compte-rendu de la séance du 3 septembre (Le Publicateur, 1834, n° 38, p. 157) le ton est très courtois : « Le nom de M. Marcel de Serres au bas d’un écrit renferme tout ce qu’on pourrait en dire de favorable ; nous nous permettrons néanmoins de ne pas être de son avis sur quelques points, bien persuadés qu’il ne prendra pas cette liberté en mauvaise part, et qu’au contraire, il nous en saura gré... » Marcel de Serres répond vivement sans citer le nom de Farines (il mentionne l’auteur de la notice qui nous a combattu) dans une note que publie la Société Philomathique (1835, p. 33-39). Il affirme à nouveau : « Pour obtenir des sources jaillissantes, il faut traverser LA TOTALITÉ des couches tertiaires, comme on le fait dans la plaine du Roussillon. ».

58Farines se fâche et publie (1835) une « Réplique à la réponse de M. Marcel de Serres sur les puits artésiens ». Le ton est maintenant franchement polémique : « Par une condescendance que nous sommes presque tentés de nous reprocher aujourd’hui, nous avions voulu ménager la susceptibilité de ce savant (...). Je me demande si c’est sérieusement que M. de Serres a écrit ces lignes (...). Il est suffisamment prouvé que la totalité des terrains tertiaires n’a été traversée dans aucun forage du Roussillon (...). Quoi que nous ayons de l’éloignement pour la polémique, nous ne la refusons pas quand nous la croyons utile aux intérêts du pays (...). Nous pourrions nous étendre davantage (...) mais ce que nous en avons dit nous paraît suffisant pour démontrer la vérité et la bonne foi de notre rapport, et détruire la mauvaise impression produite par l’erreur de M. de Serres ».

59Cette affaire des puits artésiens qui, nous l’avons dit, semble bien à l’origine de la rupture de Farines avec la Société Philomathique et, d’une manière plus générale, de la cessation de son activité scientifique, tout au moins dans le domaine des publications, révèle un des traits de son caractère : l’absence de compromission. Elle nous montre également que c’est, en définitive et sur le plan théorique, le petit pharmacien de province qui avait raison, car les nappes phréatiques de la plaine du Roussillon se trouvent bien dans les formations argilo-sablonneuses du Pliocène, c’est-à-dire du Tertiaire supérieur ou Néogène (H. Salvayre, 1983).

60Dans deux autres affaires, la perspicacité du pharmacien a été prise en défaut. Tout d’abord pour ce qui est de l’identification de la baleine échouée à Saint-Cyprien, sa première publication (Carcassonne, Companyo & Farines, 1828) : avec le premier signataire, il tenait pour une espèce nouvelle, qu’il voulait dédier à François Arago, et c’est ainsi qu’il adresse un nouveau mémoire, sans consulter cette fois Companyo, à l’Académie des Sciences (Carcassonne & Farines, 1829). Plusieurs échanges avec les savants parisiens montrèrent qu’il s’agissait du Rorqual commun, Balaenoptera physalus, bien connue en Méditerranée. L’affaire avait fait grand bruit dans la presse locale, avec lettre anonyme et poème satirique (Bourgat & Duguy, 1985).

61En 1835, il décrit dans les règles de l’art trois nouvelles espèces de mollusques : deux dans le genre Helix (H. xatartii dédiée à mon ami M. Xatart, pharmacien à Prats-de-Mollo, botaniste distingué qui l’a trouvée le premier et H. desmolinsii dédiée à Charles des Moulins, savant dont l’obligeance égale le mérité) et une dans le genre Unio (U. pianensis, de Pia, au nord de Perpignan). Ses déterminations vont être « revues et corrigées » par Companyo & Delocre (1837). Pour ces auteurs, « Helix xatartii Farines et H. canegonensii, Boubée, ne paraissent être que des jeunes sujets de l’Helix arbustorum ». Et si pour Helix desmolinsii « les caractères que ce naturaliste [Farines] lui assigne sont constans [sic] et tout fait croire qu'elle est nouvelle et intéressante » il n’en est pas de même pour « une mulette, décrite par M. Farines sous le nom d’Unio pianensis (...) La création de cette nouvelle espèce (...) nous paraît peu fondée ».

5. Le véritable découvreur de la Cauna de l’Arago

62Qu’en est-il de la Cauna de l’Arago, à l’origine de notre intérêt pour ce pionnier de la recherche ? Le site ne se trouve qu’à une dizaine de kilomètres d’Espira de l’Agly et l’on sait que Joseph Farines n’hésitait pas à aller sur le terrain, qu’il s’est occupé des lignites de Paziols, à seulement quatre kilomètres de la grotte... Mais saura-t-on précisément les circonstances de la découverte du gisement paléontologique ?

  • 22 Catalogue de la vente du 29 novembre 2000 par Mes Jean Chenu et Benoît Scrive, commissaires-priseur (...)

63Le 29 novembre 2000 ont été mis aux enchères, à Lyon, divers manuscrits et autographes22. Un lot, portant le n° 68, concernant la « première exploration de la caverne de Tautavel » est qualifié de « très important dossier comprenant plusieurs manuscrits et 3 lettres, env. 33 pp. généralement in-4 ; 1828-1829 ». Adjugé à 4 500 F., ce lot a été préempté par le Laboratoire de Préhistoire du Muséum National d’Histoire Naturelle. La publication de ces documents devrait lever le voile sur les premières recherches. En effet, il s’agit ni plus ni moins du manuscrit autographe de M. de Serres avec corrections, 9 pp. in-4 (1828-1829) de la Notice sur la caverne à ossemens d’Argou (Pyrénées orientales). S’y adjoint « un ensemble de manuscrits autographes dont la moitié de la main d’un autre paléontologue » ainsi que « trois lettres autographes signées de J.N. Farines, pharmacien et conchyliologiste, co-découvreur de la caverne, 7 pp. in-4 et in-8, Perpignan 1828-1829 », lesquelles sont qualifiées de « très intéressante correspondance en grande partie consacrée à l’analyse des ossements de la caverne d’Argou ». Outre deux fragments de manuscrits consacrés à la caverne d’Argou, le dossier comporte encore un manuscrit autographe de M. de Serres, À messieurs les rédacteurs du Globe..., 5 pp. in-fol., 1829. Réponse aux géologues « bien pensants » (les Parisiens) qui ont émis des doutes sur la véracité des découvertes dans la caverne d’Argou.

64On a donc là des renseignements de première main qui vont permettre de préciser la part de chacun des codécouvreurs que, jusqu’à plus ample informé, nous préférons nommer co-signataires de la première publication.

65Joseph Farines n’a pu prévoir que, exactement un siècle et demi après celle-ci (1829-1979), serait inauguré à Tautavel le premier musée de Préhistoire du département. Mais n’y avait-il pas une prémonition dans ces lignes, extraites du Discours sur la Société (1835, p. 3) déjà cité : « Riche en productions naturelles de tous genres, le département des Pyrénées-Orientales offre un vaste champ d’observations utiles aux sciences (...) De nombreux restes d’antiques monumens [sic], d’antiques habitations et d’objets qui s’y rattachent, rappelant des époques plus ou moins reculées, offrent à l’archéologue de nombreux sujets de méditations et de précieux documents pour l’histoire du pays » ?

Bibliographie

Abélanet, Descamps 1999 : ABÉLANET (J.), DESCAMPS (C.) - Les premières recherches à la Cauna de l’Arago (Tautavel), Bull. Soc. Préhist. Ariège-Pyrénées, 54, 1999, p. 5-14.

Abélanet, Descamps 2003 : ABÉLANET (J.), DESCAMPS (C.) - « La Cauna de l’Arago (Tautavel) avant 1964 : pré-histoire des recherches ». Elne. Ville et territoire. L’historien et l’archélogue dans sa cité, 2eme rencontre d’Histoire et d’Archéologie d’Elne, 30 oct.- 1er nov. 1999, ed. Amis d’Illiberis, Elne, 2003, p. 333-344.

Aleron 1837 : ALERON - Notice sur le « Cebrio Xanthomerus ». Bull. Soc. Philomat. Perpignan, 3, 1837, p. 111-116.

Bourgat 1995 : BOURGAT (R.) - Perpignan Museum.

From natural history to municipal institution. Journal of the History of Collections, Oxford University Press 7, n° 1, 1995, p. 73-79.

Bourgat 1996 : BOURGAT (R.) - Le cabinet d’histoire naturelle. In : L’Université de Perpignan au XVIIIe siècle, Presses Univ. Perpignan, 1996, 312 p., p. 155-169.

Bourgat, Belledent 1983 : BOURGAT (R.), BELLEDENT (F.G.) - Notice historique sur le Muséum d’Histoire Naturelle de Perpignan. Bull. Soc. Agric. Sci. Litt. des Pyr.-Or., 91e vol., p. 137-155.

Bourgat, Duguy 1985 : BOURGAT (R.), DUGUY (R.) - Premier échouage d’un Ziphius cavirostris (Cuvier, 1823) sur le littoral roussillonnais, Conflent, n° 133, 1985, p. 20-29.

Campanaud 1933 : CAMPANAUD (L.) - Rapport sur la Société Agricole, Scientifique et Littéraire des Pyrénées-Orientales fait au Congrès de la Fédération Historique du Languedoc méditerranéen et du Roussillon tenu à Perpignan le 21 mai 1932, Bull. Soc. Agric. Sci. Litt. des Pyr.-Or, 57, 1933, p. 9-17.

Capeilles 1914 : CAPEILLES (J.) - Dictionnaire de biographies roussillonnaises, Perpignan, imp. J. Comet, 1914, 724 p.

Companyo, Delocre 1837 : COMPANYO, DELOCRE - Rapport sur un tableau contenant une collection de Mollusques (...) offerte à la Soc. Philomat. par M. Aleron. Bull. Soc. Philomat. Perpignan, 3, 1837, p. 85-104.

Costa 1994 : COSTA (G.) - Répertoire-atlas patronymique des Pyrénées-Orientales au XIXe siècle. Presses Univ. Perpignan., 1994, 2 t.

Frenay 1985 : FRENAY (Ε.) - Les Blancs et les Rouges (1815-1870). In : Le Pays Catalan, dir. J. Sagnes, S.N.E.R.D., Pau, 1985, t. 2, p. 671-712.

Guiter 1975 : GUITER (H.) - La société agricole, scientifique et littéraire des Pyrénées-Orientales. Actes 100e, Congrès Nat. Soc. Savantes, Paris, section hist. moderne et contemporaine, 1975, p. 351-358.

Noell 1976 : NOELL (R.) - Essai de bibliographie roussillonnaise des origines à 1906. Terra Nostra, Prades, 1976.

Pozo 2000 : ΡΟΖΟ (V.) - La franc-maçonnerie perpignanaise de 1815 à 1852. Mémoire de Maîtrise d’Histoire, Université de Perpignan, 2000, 182 p. multig.

Salvayre 1983 : SALVAYRE (H.) - Géologie des Pyrénées-Orientales, Imp. Sofreix, Perpignan, 1983, 429 p.

Serres 1836 : SERRES (M. de) - Observations sur les puits artésiens creusés depuis peu de temps dans les P.-O. (envoyé à la Société le 3 février), Bull. Soc. Philomat. Perpignan, 1836, 2, p. 55-69

Annexes

Annexe 1 : Actes d’état civil concernant Joseph Farines

1. Baptême (ADPO : 5 Mi 188) (dans la marge) Bapt. de Joseph Nabor Bonaventure Farines

L’an mil sept cent quatre-vingt-douze et le douze juillet, nous soussigné, curé de Rivesaltes, nous étant transporté à la présente paroisse d’Espyra où il ne se trouve aucun prêtre à la prière des paroissiens, avons baptisé selon les rite et forme de la Ste Eglise romaine Joseph Nabor Bonaventure né ce jourd’huy fils du Sr Bonaventure Farines et de Cecile Sapte son épouse. Ont été parrains Pierre Farines frère à la baptisée (sic !), et Baselice (?) Sapte Sirac tante maternelle à la dite enfant. Desquels la marraine a dit ne pouvoir signer les autres ont signé en foi de ce.

signatures : Pierre Farines, B. Farines, Joseph Imbert prêtre

2. Mariage (ADPO : 2E 2469, f.53-54) (dans la marge) Farines et Farines

Le douze septembre mil huit cent vingt un à cinq heures du soir par devant nous, Jean-Baptiste François Ferrand, adjoint à la mairie de Perpignan, capitaine de gendarmerie en retraite, chevalier de Saint-Louis, officier de l’Etat-Civil par délégation de M. le maire, sont comparus le sieur Joseph Nabort Bonaventure Farines, pharmacien, âgé de vingt-neuf ans, né à Espira de la Gly le douze juillet mis sept cent quatre-vingt-douze, domicilié à Perpignan, majeur et garçon, fils du sieur Bonaventure Farines, propriétaire (biffé : ci présent et consentant) et de dame Cécile Sapte, domiciliée au-dit lieu d’Espira de la Gly, et demoiselle Marguerite, Marie, Catherine Farines, âgée de dix-huit ans, née en cette ville de Perpignan le deux avril mil huit cent trois y domiciliée, fille mineure du sieur Joseph Farines, marchand droguiste, ci présent et consentant, et de dame Françoise Farines née Eychenne, domiciliés en cette ville ; lesquels nous ont requis de procéder à la célébration du mariage projetté entre eux et dont les publications ont été faites le vingt-six août dernier et deux du courant (septembre) à la principale porte d’entrée de notre maison commune.

Aucune opposition n’étant intervenue, faisant droit à leur réquisition, après avoir donné lecture de toutes les pièces, et du chapitre six du titre du Code Civil intitulé du Mariage, avons demandé au futur époux et à la future épouse s’ils veulent se prendre pour mari et pour femme ; chacun d’eux ayant répondu séparément et affirmativement, avons déclaré, au nom de la Loi, que les-dits sieur Joseph Nabort Bonaventure Farines, et demoiselle Marguerite Marie Catherine Farines, sont unis par le mariage.

De quoi a été dressé acte en présence des sieurs André Grosset Saleta, contrôleur de la Monnaie, âgé de vingt-deux ans, Henry Mouchoux, pharmacien, âgé de vingt-cinq ans, Joseph Corbière, marchand, âgé de vingt-quatre ans, et Antoine Frigola, secrétaire au parquet du Tribunal, âgé de quarante ans, domiciliés en cette ville ; lesquels, après que lecture en a été faite, l’ont signé avec nous, les parties contractantes et le père de la contractante et consentant au présent mariage, ainsi qu’il consiste de l’acte ci-joint reçu par Me Marquieu notaire à la résidence de Rivesaltes ce jourd’huy, enregistré le même jour. Ce renvoi est approuvé ; ainsi que la biffure des quatre mots de la 12e ligne.

(huit signatures)

3. Testament (ADPO 3E 31/36 archives du notaire Henri Carcassonne)

(feuillet 1) Etant dans la plénitude de mes facultés intellectuelles et après mure réflection [sic] j’ai écrit et signé de ma main le testament suivant ma volonté étant que les dispositions qu’il contient soient exécutées.

1. J’abroge toutes mes dispositions antérieures

2. Je lègue et donne par préciput à mon fils Achille et à ma fille Joséphine pour être partagé par égales portions le quart de tous mes biens de qu’elle nature qu’ils soient qui composeront ma succession au moment de mon décès.

Fait à Perpignan le premier avril mil huit cents soixante un.

Signé J. N. Farines

(feuillet 2) Testament. Après le décès dans les 24 heures qui suivent il doit être remis au président du tribunal qui en fera lecture dressera procès-verbal et ordonnera le dépôt chez un notaire.

(chaque feuillet porte la mention) Paraphé par nous, Président du Tribunal de première instance de Perpignan conformément à notre procès-verbal en date de ce jour.

Perpignan le sept mai mil huit cent soixante quatre

Signé D. Picas

4. Décès (ADPO 2E 1158) (dans la marge) n° 42 - 7 mai Décès de Joseph Farines

L’an mil huit cent soixante-quatre et le sept mai à trois heures du soir, par devant nous Duverney Philippe, Maire et officier public de l’Etat civil de la commune d’Espira de l’Agly, canton de Rivesaltes, département des Pyrénées Orientales, ont comparu François Jaupart, cafetier, âgé de quarante-cinq ans, et Jean Jaupart, marchand d’étoffes, âgé de trente-huit ans, domiciliés en cette commune, lesquels nous ont déclaré que Joseph Farines Nabord, ex-pharmacien, âgé de soixante-douze ans, domicilié à Perpignan mais né au dit Espira et y demeurant à certaines époques de l’année, époux de Marguerite Farines, sans profession, domiciliée à Montpellier (Hérault) est décédé ce jourd’hui à onze heures du matin dans sa maison d’habitation qu’il possède au sus dit Espira ; et après nous être assuré de ce décès par notre transport sur les lieux, nous avons rédigé le présent acte que les deux dits déclarants ont signé avec nous, Maire sus dit, le tout après que lecture leur en a été faite
(trois signatures)

Annexe 2 : Extrait des délibérations du Conseil municipal du 25 juillet 1834 (Archives Municipales, 1D 1/7, p. 14)

Messieurs,

La santé des citoyens étant la chose la plus précieuse et celle qui intéresse au plus haut degré la cité, tout ce qui s’y rapporte doit faire l’attention de l’autorité municipale et mérite sa sollicitude. Bien convaincu que vous êtes tous disposés à donner votre approbation à toute proposition qui aurait pour but l’amélioration de l’état sanitaire de la ville et du bien-être de ses habitants, je vous demande la permission de soumettre à votre jugement l’opportunité de faire opérer des sondages artésiens sur divers points de Perpignan.

Ma proposition, Messieurs, n’est pas une innovation. C’est la reproduction des tentatives infructueuses de deux différents Conseils municipaux qui nous ont précédé. J’espère que nous serons plus heureux que nos collègues et qu’enfin notre ville aura non seulement de l’eau pour l’économie domestique mais encore pour le lavage des rues ; je n’ai pas besoin de vous rappeler les sacrifices que nous avons fait tout récemment encore pour faire venir l’eau à la Ville, et cependant malgré ces sommes énormes votées de confiance, malgré nos droits incontournables et les approches d’une maladie qui menace d’envahir le pays [allusion à l’épidémie de choléra] et dont la moindre intensité est en raison de la plus grande propriété [sic] des lieux, nous sommes privés de l’eau nécessaire à la santé publique et nos concitoyens sont en contact des émanations infectes de toute nature. Quant à moi, Messieurs, je ne vois que les forages artésiens qui puissent assurer l’eau indispensable aux besoins de la commune, et ce moyen nous procurera l’inappréciable avantage de satisfaire au physique et au moral en joignant l’utile à l’agréable.

A ces différents motifs, je me permets de joindre mon opinion sur le lieu où devrait être exécuté le premier forage. Il est bien certain que le point le plus élevé de la Ville serait le plus convenable pour la répartition des eaux ; mais par des considérations d’une autre nature, je voudrais qu’il fût choisi le point le plus bas, parce qu’avant tout il faut réussir et que toute réussite prouve son utilité. Ainsi je proposerai d’opérer le premier sondage sur la place de la Liberté [actuelle place de la République] d’abord pour la raison majeure que l’eau qui coule (et elle ne coule pas toujours) des fontaines bornes n’est que très rarement buvable, toujours est-il qu’il serait facile de diriger les eaux d’une source artésienne dans ces bornes et que leur écoulement constant formerait un courant qui arroserait plusieurs quartiers. Une autre raison, plus puissante encore, doit décider en faveur de cette opinion, la voici.

Supposons qu’une nappe d’eau filtre sous toute l’étendue de la Ville, on devra en conclure que tous les endroits sont bons et que partout on parviendra à trouver l’eau, mais il peut arriver par exemple que le maximum ascentionnel [sic] de l’eau de cette nappe ne soit que de deux mètres au-dessus du sol de la place de la Liberté et dans ce cas très possible on n’obtiendrait pas de l’eau montante quoi qu’ayant frappé la même couche parce que ce dernier point est élevé de plus de deux mètres que le premier.

D’après les données géologiques que nous croyons avoir acquises sur notre bassin, plus on pénètrera dans l’Artésien de terrains de sédiment et plus les probabilités d’un niveau supérieur d’eau montante augmenteront. Aussi, toutes choses égales, la réussite sera plus facile dans les forages qu’on pratiquera dans les endroits bas que sur les points élevés ; mais il n’en restera pas moins cette chance qu’on peut réussir partout.

En résumé, Messieurs, j’ai l’honneur de vous proposer de voter la somme de dix mille francs pour être affectée à des forages artésiens sous divers points de la Ville à désigner. La place de la Liberté pour la première opération et après la réussite sur ce point de continuer le forage de l’Esplanade.

Perpignan, le 24 juillet 1835
signé Farines

Annexe 3 : Extrait des délibérations du Conseil municipal (4 octobre 1837) (Archives Municipales, 1D 1/7, p. 197-198)

Messieurs,

La commission du cabinet d’Histoire Naturelle ayant bien voulu me confier le soin de vous présenter le résultat de ses investigations, je viens m’acquitter de ce devoir.

Nous nous sommes d’abord transportés chez M. Boluix pour visiter la collection qu’il a offert, plus de deux cents peaux d’oiseaux étalant les couleurs les plus riches et les plus variées, quelques quadrupèdes, quelques reptiles, plusieurs cadres de coléoptères et de lépidoptères, tous exotiques, témoignent de la générosité et du désintéressement de ce jeune officier. C’est à sa générosité initiative [sic] que la ville de Perpignan sera redevable de la fondation d’un établissement précieux sous le rapport de l’instruction, de l’utilité et de l’agrément public. Aussi, Messieurs, avons-nous l’honneur de vous proposer de voter par acclamation des remerciements à M. Boluix et de prier M. le Maire de bien vouloir les lui transmettre par écrit.

Après avoir apprécié l’importance des objets qui nous sont offert, notre premier soin a été de nous occuper d’un local (...?...) notre attention s’est portée naturellement sur le bâtiment de la bibliothèque du Musée, mais le seul emplacement disponible qu’il y ait, outre son exiguïté, a l’inconvénient d’être humide et par conséquent impropre à contenir la collection de corps organisés. Les appartemens [sic] du local de l’enseignement mutuel, qui nous avaient été signalés, sont tous occupés par la direction de cette école et d’ailleurs trop petits et mal disposés pour un pareil usage. Nous aurions cru pouvoir vous demander la salle St-Jean mais elle est indispensable pour les opérations de la conscription et c’est une incompatibilité qui n’a pas besoin de vous être démontrée.

Après avoir cherché en vain dans les divers bâtiments appartenant à la commune un endroit convenable pour cet objet et vu l’urgence, nous avons décidé de vous proposer de transformer provisoirement la grande salle du rez-de-chaussée de la mairie en cabinet d’Histoire Naturelle et d’y faire placer les armoires de l’ancien cabinet de l’université pour contenir ce qui vous est offert par M. Boluix. Le local de l’université, débarrassé des armoires qui l’encombrent inutilement, pourra servir au cours de géométrie appliquée aux arts et à d’autres enseignements qui vous seront proposés ultérieurement.

Après avoir pourvu au plus pressé au moyen du provisoire, notre commission n’a pas cru sa mission terminée, elle s’est occupée du définitif. C’est ici, Messieurs, que s’est déroulée à notre imagination l’immensité de l’avantage d’un cabinet public d’Histoire Naturelle. Vous connaissez la sollicitude du gouvernement pour tout ce qui a rapport à l’instruction publique. Il y a peu de tems [sic] que, sur la demande de M. le Préfet, vous avez été appelés à désigner un local pour y déposer les échantillons géologiques et minéralogiques du département. Vous ajournâtes cette question parce que vous la considérâtes avec raison comme départementale et que vous voulûtes avant connaître pour quelle portion de fonds le Conseil Général prétendait entrer dans cet utile établissement.

Aujourd’hui nous vous proposons de vous unir à l’intention du gouvernement, à l’instard [sic] de plusieurs villes et chefs-lieux de département pour former un cabinet d’Histoire Naturelle départemental dont le local et les frais d’établissement seraient à la charge de la ville, et les frais de conservation à la charge du département. Suivant le développement et le degré d’utilité de cet établissement, les deux autorités seraient appelées à voter quelques fonds annuellement pour sa prospérité et son extention [sic].

Notre département si riche en productions naturelles de toutes espèces ne peut manquer de réunir dans peu de tems [sic] les collections intéressantes et dignes d’attirer la curiosité publique et de fixer l’attention des savans. L’étude des sciences naturelles, outre l’agrément de tous les instants de la vie qu’elle procure, a un but d’utilité incontestable. Rien n’est plus propre à inspirer le goût de l’histoire naturelle comme la réunion des échantillons dans un lieu où ils puissent être étalés aux regards de tout le monde, et il n’est pas de sacrifices qu’une commune ne doive s’imposer pour la création d’un cabinet public de cette nature. C’est principalement la minéralogie qui présente le plus d’utilité sous le rapport des arts et de l’industrie ; la géologie, outre son importance scientifique, est susceptible de (...?...) applications à l’agriculture dont notre département a tant besoin. L’entomologie qui, au premier abord, semble n’offrir qu’un intérêt secondaire et de pure curiosité dans l’état actuel de notre pays, exige une étude toute spéciale et persévérante ; nos récoltes sont ravagées annuellement par diverses espèces d’insectes. Ce fléau est en progrès et tous les ans il gagne du terrain. Nos vignes sont plus que jamais infestées par le cryptocéphale et la pyrale. Les jardins ont été dévastés cette année par la chenille d’une (...?...). Ce n’est qu’en étudiant ces insectes dévastateurs dans toutes les phases de leur vie qu’on parviendra à trouver quelques moyens de soustraire les récoltes à leur voracité et les chances de réussite seront d’autant plus grandes qu’il y aura plus d’hommes qui s’occuperont d’entomologie.

Comme nous l’avons déjà dit, dans tous les bâtiments appartenant à la ville, notre commission n’a pu trouver un local convenable suffisant, digne de l’établissement qui nous occupe ; elle a été forcée de vous proposer un provisoire au pis-aller, mais elle a senti qu’elle devait laisser au provisionnel un objet d’une si haute importance et elle s’est occupée du lieu où il faut établir les collections d’une manière définitive.

L’opinion publique réclame depuis longtemps, Messieurs, contre l’occupation par les diligences du local de l’ancienne salle du Spectacle [nom donné, depuis le milieu du XVIIIe s. à la Loge de Mer]. Quelques personnes ont eu l’idée de démolir ce bâtiment pour en construire un autre à la place, avec une façade dans le goût moderne, à une époque où partout d’ailleurs on restaure ou conserve avec le plus grand soin ces sortes de constructions. Ce serait un vandalisme de l’abattre. D’ailleurs, un édifice qui nous transmet l’architecture du XIIIe siècle mérite un autre sort et semble nous avoir été conservé tout exprès pour la destination que nous vous proposons de lui donner, c’est-à-dire pour y placer le cabinet d’Histoire Naturelle.

D’après le devis ci-joint, pour couvrir 4 boutiques au local des diligences avec entresol et arrière-boutique et construire un plancher au-dessus, il faut une somme de 10 000 F environ.

L’intérêt de cet argent à 5%

500 F

Le loyer du local produit

600 F

Total

1 100 F

Les quatre boutiques se loueront au minimum 500 F chacune

2 000 F

Bilan

900 F

Ainsi si vous adoptez notre proposition, vous augmenterez les revenus de la ville de 900 F au moins et vous la doterez d’une magnifique salle, merveilleusement située pour un établissement public.

Il nous reste, Messieurs, une question à traiter, c’est toujours celle qui embarrasse le plus, c’est la question d’argent. Les oiseaux et les quadrupèdes sont ce qui coûte le plus dans les collections mais ils sont les matériaux obligés de toute collection publique. La richesse et la variété de couleur des derniers captive la curiosité du public et cela seul vaut bien la peine qu’on les collige. Les oiseaux et les quadrupèdes offerts par M. Boluix sont en peau et doivent être montés, c’est une dépense de 600 F que cette opération occasionnera, le transport et placement des armoires et quelques vitrines pour placer les insectes et papillons demandent environ deux cents F. En conséquence, nous vous proposons de voter la somme de huit cents F pour frais d’établissement de la collection.

Enfin toute collection pour offrir quelque intérêt doit être soigneusement étiquetée [sic], c’est surtout en minéralogie et en géologie qu’il convient de porter la plus scrupuleuse exactitude dans les déterminations et le classement. Les corps organisés demandent à être souvent visités afin de les préserver des insectes. Ainsi un directeur conservateur du cabinet est indispensable. Mais comme le Conseil Général a fini sa session et ne peut être appelé à voter des fonds. Pour cet objet, que l’année prochaine nous vous proposons d’accepter l’offre que vous fait l’un de nous, le rapporteur lui-même, de remplir gratuitement la place de conservateur jusqu’à la prochaine réunion du Conseil Général.

En conséquence, notre commission a l’honneur de soumettre à votre adoption les conclusions suivantes :

1. qu’il soit adressé des remerciements à M. Boluix.

2. que les objets offerts par lui et ceux qui pourraient l’être par d’autres soient disposés provisoirement à la grande salle du rez-de-chaussée de la Mairie, et qu’il y soit transporté les armoires de l’ancien cabinet d’Histoire Naturelle pour les recevoir.

3. que le Conseil émette le vœu que l’administration agisse en conséquence pour que le cabinet d’Histoire Naturelle soit déclaré départemental et réunisse les collections géologiques et minéralogiques ordonnées par le gouvernement, à la charge par le département de faire les frais de conservation et par la ville ceux du local et d’installation

4. qu’il soit signifié sans délai aux fermiers du local de l’ancienne salle du Spectacle de la quitter pour faire courir le délai d’un an réservé par le bail, et que les quatre ogives du rez-de-chaussée du bâtiment soient ouvertes pour former quatre boutiques avec entrepôt et arrière-boutique et un plancher au-dessus pour placer le cabinet d’Histoire Naturelle.

5. qu’il soit voté une subvention de 800 F pour frais d’installation et de montage des objets offerts au cabinet et de ceux qui pourraient l’être par la suite.

6. enfin d’accepter l’offre que fait M. Farines de remplir gratuitement la place de directeur conservateur du cabinet d’Histoire Naturelle jusqu’à la prochaine réunion du Conseil Général.

Annexe 4 : Publications de Joseph Farines

Les communications de J. Farines à la Société Philomathique ont été d’abord publiées dans un journal paraissant le samedi, Le Publicateur des P.-O., qui a eu six années d’existence (1832-1837) et ce dans une chronique intitulée, en 1834, Bulletin des travaux de la Société Philomathique de Perpignan ; presque toujours, la mention pharmacien suit le nom de Farines. La plupart d’entre elles ont été reprises, avec parfois quelques modifications dans le titre et le texte, dans le Bulletin de la Société Philomathique de Perpignan quand celui-ci a commencé à paraître en 1835, à raison d’un volume par an. Farines a également publié neuf articles (dont les premiers travaux signés de son seul nom) dans les Actes de la Société Linnéenne de Bordeaux dont il était membre correspondant depuis 1828 ; à deux reprises ces articles avaient déjà été publiés à Perpignan.

L’absence de règles dans les signatures, données avec ou sans l’initiale du ou des prénoms (dans deux cas on ne trouve même que l’initiale du nom !) nous a obligé à procéder nous-mêmes à une normalisation : pour Farines, nous avons ajouté systématiquement J. N., les initiales que l’on trouve sur la première publication imprimée, celle co-signée en 1828.

CARCASSONNE M., COMPANYO L., FARINES J. N. (1828) - Rapport sur la baleine échouée sur les côtes du département des P.-O. à M. le baron Romain, préfet du département. Bull. Soc. Royale d’Agric., arts et commerce des P.-O., n° 9, déc., p. 354-360.

FARINES J. N. & CARCASSONNE M. (1829) - Mémoire sur un cétacé échoué le 27 novembre 1828 sur la côte dépendant de la commune de Saint-Cyprien, présenté à l’Académie des Sciences. Tastu impr., Perpignan, 27 p., 1 pl.

SERRES M. DE & FARINES J. N. (1829) - Notice sur la caverne à ossemens d’Argou (Pyrénées-Orientales). Annales des Sciences Naturelles, Paris, t. XVII, p. 276-301.

FARINES J. N. (1829) - Mémoire sur le Ripiphore bimaculé (Ripiphorus bimaculatus, Fabric.). Actes Soc. Linnéenne Bordeaux, n° 13, p. 3-5.

FARINES J. N. (1830) - Notice sur le Cebrio xanthomerus, Hoff., et description de sa femelle. Actes Soc. Linnéenne Bordeaux, t. 4 p. 137-141.

FARINES J. N. (1830) - Note sur quelques précautions à prendre dans la chasse des Coléoptères. Actes Soc. Linnéenne Bordeaux, t. 4, p. 255-257.

FARINES J. N. (1832) - Notice sur le Bombyx thalictri, Hub., (Calyptra thalictri, Latreille). Actes Soc. Linnéenne Bordeaux, t. 5 p. 43-48.

FARINES J. N. (1832) - Lignites de Serdinya. Le Publicateur des P.-O., n° 27, p. 106-107.

FARINES J. N. (1833) - Note sur les lignites d’Estavar. Le Publicateur des P.-O., n° 6, p. 23.

FARINES J. N. (1833) - Crocodile [du musée de Perpignari]. Le Publicateur des P.-O. n° 25, p. 99-100.

FARINES J. N. (1833) - Os d’éléphant fossile. Le Publicateur des P.-O. n° 26, p. 103.

FARINES J. N. (1833) - Marbres [des P.-O.]. Le Publicateur des P.-O., 27, p. 106-107. - Journal des P.O., n° 27, 1833.

FARINES J. N. (1833) - Puits artésiens. Le Publicateur des P.-O. n° 48, p. 191.

FARINES J. N. (1834) - Détermination oryctognostique et géognostique des terrains retirés par la sonde dans le forage artésien opéré sur une propriété de M. Raymond Sugla, de Rivesaltes. Journal des P.-O., 47-48, Bull. Soc. Philomat. Perpignan, t. 1, 1835, p. 26-32.

FARINES J. N. & FAUVELLE (1834) - Rapport sur une dent fossile (présentation d’une molaire de grand mammifère). Le Publicateur des P.-O., n° 42, p. 173. Bull. Soc. Philomat. Perpignan, t. 1, 1835, p. 68-71.

FARINES J. N. (1834) - Notice sur un gisement de lignite nouvellement découvert à Paziols (Aude) Le Publicateur des P.-O. n° 2 p. 6-7 - Bull. Soc. Philomat. Perpignan, t. 1, 1835, p. 7-12

FARINES J. N. (1834) - Observation sur les mœurs d’une espèce de tortue d’eau douce, Testudo orbicularis. Le Publicateur des P.-O. n° 7 p. 25 - Bull. Soc. Philomat. Perpignan, t. 1, 1835, p. 56-58.

FARINES J. N. (1834) - Rapport sur une monstruosité [sur un choux brocoli] présentée par M. Jacomet. Le Publicateur des P.-O. n° 11, p. 44 - Bull. Soc. Philomat. Perpignan, t. 1, 1835, p. 48-50.

FARINES J. N. & GOUGET (1834) - Rapport sur une brochure de M. Tournai intitulée « Considération sur les volcans anciens et les cratères de soulèvement » Le Publicateur des P.-O. n° l6 p. 67-68 - Bull. Soc. Philomat. Perpignan, t. 1 p. 13-17

FARINES J. N. (1834) - Description de plusieurs espèces nouvelles de coquilles vivantes (des Pyrénées-Orientales). Le Publicateur des P.-O., n° 24, p. 99-100. - Description de trois espèces nouvelles de coquilles vivantes du département des Pyrénées-Orientales. Alzine impr. Perpignan, 8 p. ill. Journal des Connaissances Utiles, 2° vol., in-8°. - Bull. Soc. Philomat. Perpignan, t. 1, 1835, p. 59-67.

FARINES J. N. (1834) - Observation sur un développement extraordinaire d’une racine de peuplier noir (près du Volo). Le Publicateur des P.-O., n° 34, p. 140. - Bull. Soc. Philomat. Perpignan, t. 1, 1835, p. 51-53.

FARINES J. N. (1834) - Note [zool. minéral.] sur la vallée de Carança. Le Publicateur des P.-O. n° 37 p. 153 - Bull. Soc. Philomat. Perpignan, t. 1, 1835, p. 50.

FARINES J. N. (1834) - Note sur les lignites du département des Pyrénées-Orientales. Actes Soc. Linnéenne de Bordeaux, t. 6, p. 68-72.

FARINES J. Ν. (1834) - Sur les puits artésiens du département des Pyrénées-Orientales. Bull. Soc. Géologique de France, 6, 1834, p. 71-74. - L’Institut, 1834, p. 350.

FARINES J. N. & FRAISSE F. (1834) - Rapport sur une notice de M. Marcel de Serres (relative aux puits artésiens de notre département). Le Publicateur des P.-O. n° 38 p. 157-158 - Bull. Soc. Philomat. Perpignan, t. 1 1835, p. 21-32. [Sans la signature de Fraisse] : Rapport sur une notice de M. Marcel de Serres relative aux puits artésiens du département des Pyrénées-Orientales. Actes Soc. Linnéenne Bordeaux, t. 7, 1835, p. 116-120.

FARINES J. N. (1835) - Réplique à la réponse de M. Marcel de Serres sur les puits artésiens. Bull. Soc. Philomat. Perpignan, t. 1 p. 40-46. - Observations sur les puits artésiens du Roussillon, destinées à répliquer à celles de M. Marcel de Serres, insérées dans les Actes de la Société Linnéenne, t. 8 p. 81. Actes Soc. Linnéenne Bordeaux, t. 7 p. 120-126.

FARINES J. Ν. & VENE (1835) - Note sur un gisement de mine de cuivre et sur un calcaire de transition (vallées de Carença et d’Eyne). Bull. Soc. Philomat. Perpignan, t. 1, 1835, p. 20.

FARINES J. N. (1835) - Archéologie [aqueduc de Peyrestortes]. Le Publicateur des P. -O., n° 43, p. 171. Notice archéologique. Bull. Soc. Philomat. Perpignan, t. 3, 2° part., 1837, p. 47-50.

FARINES J. N. (1835) - Statistique des forages artésiens dans le département des Pyrénées-Orientales. Le Publicateur des P.-O. n° 27 p. 105-106 - L’Institut, p. 236-237. - Compte rendu à l’Académie des Sciences, 1835, p. 7-9.

FARINES J. N. (1835) - Discours sur la Société [Philomathique]. Bull. Soc. Philomat. Perpignan, t. 1, p. 1-4.

FARINES J. N. (1835) - Chaux sulfatée trapézoïdale. Bull. Soc. Philomat. Perpignan, t. 1 p. 47.

FARINES J. N. (1835) - Notes [zoologiques] diverses. Bull. Soc. Philomat. Perpignan, t. 1 p. 89-90.

FARINES J. N. (1835) - Puits artésiens [à Rivesaltes]. Le Publicateur des P.-O., n° 9, p. 34.

FARINES J. N. (1835) - Explication de l’augmentation subite de l’eau d’une source artésienne située à Rivesaltes, dépt. des P.-O. Actes Soc. Linnéenne Bordeaux, t. 7 n° 40 p. 126-128.

FARINES J. N. (1837) - Confirmation des observations déjà publiées sur une notice de M. Marcel de Serres relative aux puits artésiens du département des P.-O. ; et nouvelles erreurs du même auteur sur cet objet. Actes Soc. Linnéenne Bordeaux, t. 9 n° 48 p. 3-11.

FARINES J. N. (1837) - Notice sur le Cebrio xanthomerus Hoffm. (de l’ordre des Coléoptères) (du département). Bull. Soc. Philomat. Perpignan, t. 3, 1° part., p. 105-109.

Notes

1 Nous remercions Jean Abélanet, qui s’est passionné avec nous pour retrouver la trace du savant roussillonnais, Fernand-Gérard Belledent, directeur de la Bibliothèque universitaire de Perpignan et président de la S.A.S.L. qui nous a ouvert les archives de cette Société et fait profiter de précieux conseils, ainsi que Serge Roca et André Peyre, des Archives Départementales des P.-O., grâce à qui nous avons retrouvé l’état civil de Joseph Farines (cf. Abélanet, Descamps, 1999 et 2003).

2 Bulletin des travaux de la Société Philomathique de Perpignan, séance du 1er octobre 1834. Le Publicateur, n° 42, p. 173. La même communication, publiée dans le t. 1 du Bull. Soc. Philomat. Perpignan (1835, p. 68-71) ne contient plus cette phrase, ce qui explique qu’elle ait pu passer inaperçue.

3 Soldat romain, décapité en 304 à Lodi, avec son compagnon saint Félix, auquel il est presque toujours associé. Les restes des deux martyrs furent inhumés à Milan. Mais en 1164, lors de la prise de Milan par l’empereur Frédéric Barberousse, l’archevêque de Cologne s’empara de leurs reliques qu’il transporta dans sa cathédrale en même temps que celles des rois mages : elles furent déposées dans la partie supérieure de la châsse en or des Trois Rois. C’est par l’intermédiaire de Cologne que le culte de saint Nabor, devenu Avoid par suite de l’aphérèse ou retranchement de l’n initial, se répandit en Lorraine et en Alsace. Le saint est représenté en cuirasse de légionnaire ou en armure de chevalier.

4 Dans le Dictionnaire de Biographies roussillonnaises (J. Capeilles, 1914) figure la notice d’un Farines (Achille) né à Rivesaltes le 16 février 1825 et décédé au Havre le 3 mai 1883 ; membre de la S.A.S.L depuis 1867, conseiller général du canton de Rivesaltes (1871-1883), il avait terminé sa carrière politique, élu contre Lazare Escarguel, comme sénateur des Pyrénées-Orientales. Sachant que Joseph Farines avait eu, en 1825, un fils prénommé Achille, nous avions pensé qu’il s’agissait du futur sénateur... C’est M. Jean Donnezan, que nous remercions chaleureusement, qui nous a détrompé en nous communiquant l’arbre généalogique de la famille : cet Achille est le cousin germain par son père Joseph-Jean (frère de Marguerite) et issu de germain par son grand-père Joseph (frère de Bonaventure) d’Achille-Nabort-Joseph, né à Perpignan le 7 juin 1825 et décédé sans descendance à Espira-de-l’Agly le 6 août 1864, juste trois mois après son père Joseph Farines.

5 Toujours grâce à M. J. Donnezan, nous savons que la pharmacie se trouvait au 44 rue des Augustins, face à la Halle aux Poissons. L’établissement n’a été déclassé qu’en juillet 2001 quand la licence a été transférée à Corneilla-del-Vercol par son dernier occupant, M. Bernard Simon. Celui-ci nous a appris que l’officine avait été créée en 1659, l’année même du Traité des Pyrénées. Ce serait la plus ancienne pharmacie de Perpignan.

6 Pendant la première moitié du XIXe siècle, il a existé à Perpignan quatre loges : l’Union, St-Jean des Arts de la Régularité, les Amis de la Vraie Règle et la Parfaite Union. La plus importante, où se trouvaient en majorité les membres des professions libérales, était l’Union. Nous ne trouvons pas le nom de Farines dans la liste des membres de cette loge établie en 1837 puis en 1851 (V. Pozo, 2000).

7 Dans le registre des procès-verbaux, on trouve souvent l’orthographie Philomatique. Il s’agit d’une erreur, que nous avons corrigée pour harmoniser les mentions, cette erreur ne se retrouvant pas dans les documents imprimés. Rappelons que le néologisme philomathique, très en vogue au XIXe siècle, vient de philo = j’aime et mathein = apprendre. La Société Philomathique de Perpignan a pris, en 1839, le nom de Société des Pyrénées-Orientales, Sciences, Belles-Lettres, Arts industriels et agricoles, et en 1842 son nom actuel de Société Agricole, Scientifique et Littéraire des P.-O. (voir Guiter, 1975).

8 Texte publié, avec quelques modifications, dans le Bull, de la Soc. des P.-O., n° 5, 1841, p. 2-4.

9 Il s’agit du Musée de Peinture dans les locaux de l’ancienne Université.

10 Dans le Dictionnaire de Biographies roussillonnaises (J. Capeilles, 1914, p. 103-104), nous lisons que Pierre-François Capdebos, peintre, est né à Perpignan le 27 février 1797 et que sa ville natale lui doit « la création de son musée de tableaux, qui fut ouvert le 1er mai 1833 et pour lequel il avait fait de nombreux sacrifices ». Nous recopions la fin de notice : « En 1833, il conçut l’idée de former à Perpignan une Société libre des Beaux-Arts, Sciences et Belles-Lettres. Bien que ce projet n’ait pas pu se réaliser, il est juste de dire que c’est aux réunions préparatoires de plusieurs personnes qu’il avait convoquées, qu’est due, en partie, la création de la Société Philomathique (...). Ses collègues, voulant lui donner une preuve de leur estime, le nommèrent vice-président. Capdebos mourut à Paris, le 31 juillet 1836, des suites d’une attaque d’apoplexie » Cela nous semble un bon résumé du rôle du peintre, mais on peut regretter que Joseph Farines n’ait pas fait, lui aussi, l’objet d’une notice. Cet oubli doit être réparé dans la réédition en cours de préparation.

11 Dans le compte-rendu de cette même séance, on trouve le nom de Tournai, pionnier de la préhistoire dans l’Aude, et dans celui de la suivante une lettre d’adhésion de Jules de Christol, professeur d’histoire naturelle, lui aussi un pionnier de la préhistoire dans le Gard et l’Hérault. Tous deux sont cités comme « membres correspondants » de la Société, avec comme date d’admission 1833, dans les listes de membres publiées annuellement.

12 Reprise dans Le Publicateur, 1835, n° 47, p. 187.

13 Il répondra au professeur montpelliérain dans un article au titre dépourvu d’ambiguïtés : « Confirmation des observations déjà publiées sur une notice de M. Marcel de Serres relative aux puits artésiens du département des Pyrénées-Orientales ; et nouvelles erreurs du même auteur sur cet objet ». Ce travail sera publié, en 1837, non plus à Perpignan mais à la Société Linnéenne de Bordeaux. Cette revue avait déjà abrité, en 1835, le début de la polémique entre les deux hommes.

14 On peut remarquer que sept autres conseillers se prénomment Joseph, soit le tiers du Conseil !

15 L’octroi est la ressource essentielle des finances municipales. Dans le budget établi pour l’année 1839, sur un total de 223 000 F, l’octroi compte pour 180 000 F et nous apprendrons que la perception effective a été de 2 500 F supérieure aux prévisions.

16 Nous avons relaté avec quelques détails ces péripéties pour montrer que le travail de Conseiller municipal pouvait être une occupation à plein temps et accessoirement pour signaler l’existence de documents, semble-t-il inédits, concernant l’histoire des sapeurs-pompiers de Perpignan.

17 Quelques mois auparavant, le 21 février 1834, le Conseil municipal de Perpignan (où Farines ne siège pas encore) a examiné une proposition de forer un puits artésien sur l’Esplanade « à la partie qui est derrière l’église de la Réale » et une somme de 2 000 F a été votée pour ce forage ; celui-ci est confié au sieur Fabre, serrurier à Perpignan. Le contrat prévoit une rémunération indexée sur le débit : 200 F s’il atteint 10 litres minute, 800 F pour 100 litres minute. Une commission dont fait partie Louis Companyo doit surveiller le travail. Le 20 mai, le Conseil vote 4 000 F pour l’achat et le placement de tuyaux. L’opération s’est soldée par un échec, ce qui ne décourage pas Farines : « Il est sans doute fâcheux que le forage de l’Esplanade n’ait pas encore réussi, quoi qu’on soit à 167 m de profondeur ; mais cela ne prouve point qu’on ne puisse réussir bien avant sur tout autre point de la ville. D’ailleurs cette dépense ne doit pas être considérée comme perdue puisque la science en recueille les fruits » (Farines & Fraisse, 1835, p. 21-32).

18 Dans un court article sur le sondage de Rivesaltes, J. Farines (1833) mentionne « M. Joseph Fabre, serrurier, directeur des travaux et propriétaire de la sonde (...). C’est avec orgueil que nous présentons M. Fabre, notre compatriote, comme devant être placé sur la même ligne que les artistes les plus distingués dans les forages artésiens ».

19 Les conditions dans lesquelles cette collection a été constituée nous sont connues par un texte de L. Companyo : « M. Eugène Boluix, enseigne de vaisseau, en station à Rio-Janeiro, lut dans le journal du département qui tomba par hasard sous sa main, le procès-verbal de la séance de la société Philomathique de Perpignan du 3 mai 1836 (...). Cette lecture, en faisant connaître à notre marin qu’une société s’occupait dans son pays d’histoire naturelle, stimula le zèle de ce jeune cœur tout roussillonnais qui aussitôt conçut l’heureuse idée de récolter pour la société tout ce qu’il pourrait se procurer en objets d’histoire naturelle. Il colligea ainsi une infinité d’objets ». Compte-rendu des travaux de la Société des P.-O. pendant l’année 1838, publié dans le Bull. n° 4, 1839, p. 33.

20 On a une indication sur sa sensibilité politique en sachant qu’il a été trésorier de l’éphémère comité perpignanais de l’Association pour la liberté de la presse (décembre 1832 - avril 1834) dont Sicart, commandant de la garde nationale, était le président (E. Frenay, 1985).

21 Ces appartenances sont mentionnées à la suite du premier article qu’il a publié, en 1829, dans les Actes de la Société Linnéenne de Bordeaux. Son adhésion en qualité de membre correspondant de cette Société date du 16 octobre 1828, nous a appris son actuel président, M. P. Dauphin, en précisant qu’à l’époque tous les membres non bordelais étaient correspondants.

22 Catalogue de la vente du 29 novembre 2000 par Mes Jean Chenu et Benoît Scrive, commissaires-priseurs associés, 6 rue Marcel-Rivière, 69002 LYON. Nous remercions M. Bordreuil, conservateur honoraire des musées d’Alès, qui nous a indiqué cette référence, et Ph. Rosset, directeur des Archives Départementales du Rhône, qui nous a communiqué les documents.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Signature de Joseph-Nabor Farines, relevée dans le registre des procès-verbaux de la Société Philomathique de Perpignan (1834)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4204/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 45k

© Presses universitaires de Perpignan, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search