Version classiqueVersion mobile

Roches ornées, roches dressées

 | 
Michel Martzluff

2 - Aux sources des arts et des mythes

Contribution à l’étude du mégalithisme à Madagascar : l’exemple des populations Bara (Centre-Sud de Madagascar)

Barthélemy Manjakahery

Résumé

Les monuments mégalithiques existent dans bon nombre de régions de Madagascar. Les plus connus sont représentés essentiellement par les pierres dressées dont les appellations connaissent des variantes en fonction des aires géographiques. Dans la présente contribution, nous allons retenir la place et la signification des mégalithes chez les populations Bara, et ce, dans une perspective ethnoarchéologique. L’on étudiera principalement le cas des pierres érigées dites orimbato et des sépultures mégalithiques traditionnelles ou valavato, à travers des données ethnographiques sinon tirées de la tradition orale.
Nous avons mis à profit un récent séjour dans le pays Bara pour nous intéresser aux monuments de pierre trouvés sur place. Les pierres dressées orimbato apparaissent comme étant des monuments funéraires à part entière, érigés en tant que mémoriaux pour différentes raisons. Il est une première signification que l’on retrouve pour ce type de mégalithes érigé pour une personne morte sans descendance. Les mémoriaux peuvent également être dressés pour des personnes décédées au loin et dont les corps n’ont pu être ramenés au tombeau familial. Cependant, dans l’évolution de ces monuments funéraires, la notion de fortune entre en ligne de compte, au point que, à l’heure actuelle, il en est en béton.
Les orimbato sont en général placés sur des endroits bien visibles des passants, hormis ceux qui se trouvent à proximité des tombeaux. Quant à la technique d’extraction, l’on se sert de dalles brutes qui sont débitées sans utilisation de feu. Outre les pierres commémoratives, les tombes traditionnelles des Bara antevondro, pour ne retenir que cet exemple, constituent des constructions funéraires que l’on pourrait assimiler à du dolménisme, eu égard à la taille des matériaux lithiques utilisés. Par ailleurs, notre séjour sur le terrain nous a permis de nous rendre compte que l’architecture funéraire traditionnelle est en train de disparaître progressivement dans la région

Texte intégral

Introduction

1Les monuments mégalithiques existent dans bon nombre de régions de Madagascar. Les plus connus sont représentés essentiellement par les pierres dressées dont les appellations connaissent des variantes en fonction des aires géographiques. Dans la présente contribution, nous allons retenir la place et la signification des mégalithes chez les populations Bara et ce, dans une perspective ethnoarchéologique. L’on étudiera principalement le cas des pierres érigées dites orimbato et les sépultures traditionnelles également de pierre ou valavato à travers des données ethnographiques sinon celles tirées de la tradition orale.

1. Place et signification des pierres dressées chez les Bara

  • 1 Elli, 1993, p. 21.
  • 2 On désigne aussi le pays Bara par le terme Ibara. On utilise également l’appellation tsangam-bato, (...)

2Les Bara sont des populations d’agro-éleveurs qui occupent les Hautes-Terres du Centre-sud de Madagascar (fig. 1), dans un territoire de plus de 60.000 km2, à cheval sur les deux provinces méridionales de l’île : Fianarantsoa et Toliara1. Comme dans nombre de régions du pays, les pierres dressées désignées localement sous l’appellation d’Orimbato, littéralement « pierres dressées » se trouvent en divers endroits de l’Ibara2. Dans ce colloque en hommage à Jean Abélanet, nous avons mis à profit notre séjour dans la région dans le courant du mois de septembre 2000, pour nous intéresser aux monuments de pierre trouvés sur place et que l’on peut qualifier de mégalithes. Ce que nous livrons dans ces lignes constitue, somme toute, une modeste contribution quant à la question du mégalithisme dans la Grande Ile.

Figure 1 : Localisation du pays Bara sur la Grande Île (D.A.O. Sabine Nadal)

1.1. Signification des orimbato

3D’une manière générale, et pour ne retenir que l’exemple Bara, les pierres dressées orimbato apparaissent comme étant des monuments funéraires à part entière. Si l’on en croit les données dont on dispose en la matière, ces derniers sont érigés, pour une large part, en tant que mémoriaux pour différentes raisons.

1.1.1. Les « orimbato tardifs », pierres témoignant d’une lignée

  • 3 Elli, 1999, p. 77-78.

4Il est une première signification que l’on retrouve pour ce type de mégalithes qui est l’érection d’un mémorial pour une personne qui est morte sans descendance. L’on parle dans ce cas de « orimbato tadidy » ou « pierre-érigée-en-tant-que-mémorial ». L’on peut lire ce qui suit dans les informations qui ont été recueillies par Luigi Elli chez les Bara Marovola : « (...) Natokana indrindra ho an’ny olona tsy niteraka ny orim-bato. Ny olona manan-janaka dia tsy ananganana orim-bato. Ny antony dia mba hahatsiarovana azy, fa raha tsy anaovana orim-bato ny olona tsy niteraka dia very tadidy mandrakizay... »3. Ce passage peut être traduit de la manière suivante : « (...) Les orimbato sont destinées surtout pour les personnes qui n’ont pas d’enfants. L’on n’érige pas des orim-bato pour les personnes qui ont des enfants. La raison est pour qu’on se souvienne d’elles (des personnes sans enfants), car si l’on n’érige pas des orim-bato pour les personnes qui n’ont pas d’enfants, elles seront perdues à jamais de la mémoire des hommes... ».

  • 4 Elli, ibidem, p. 167.

5Les mêmes faits peuvent être observés chez les Bara Zafindrendriko : « Ny tsangam-bato moa dia atao amin’ny olona maty tsy niteraka. Izay no tena nanamboarana azy taloha (...) »4 ou : « Les pierres levées quant à elles sont faites pour les personnes qui sont mortes sans enfants. C’est la principale raison de leur érection, autrefois ».

1.1.2. « orimbato cénotaphes »

  • 5 Faublée, 1954, p. 27.
  • 6 Elli, 1993, p. 121.

6Outre l’absence de descendance, les mémoriaux peuvent également être dressés pour des personnes mortes au loin et dont les corps n’ont pu être ramenés au tombeau familial. Dans cette perspective, Jacques Faublée rapporte les faits suivants : « La raza (clan) est particulièrement lésée par un décès en deux cas : si on ne peut ramener le corps à la tombe ; si un membre de la famille meurt sans enfant, particulièrement sans fils. Quand ceci se produit, les Bara érigent ou des pierres levées - urimbatu - ou des poteaux - alualu... »5. Les indications fournies par Luigi Elli vont dans le même sens que les observations précédentes. L’on note en effet ceci : « Quand un Bara meurt loin de chez lui et ne peut être ramené dans son pays, ou s’il meurt sans descendance, on dresse en sa mémoire un monolithe (orim-bato) »6.

1.1.3. « orimbato commémoratifs » de personnages célèbres, d’événements...

7En dehors des deux raisons majeures de l’érection de ce type de monuments, l’on évoque par ailleurs le cas des mémoriaux qui sont destinés à un certain nombre de personnes qui ont eu des fonctions sociales plus ou moins importantes. Dans les périodes anciennes, l’on retrouve chez les Bara des orimbato en la mémoire de personnages célèbres. L’on rapporte, par exemple, le cas des guerriers fanarolahy qui ont réussi des exploits particuliers et dont le souvenir est matérialisé par l’érection d’un mégalithe à leur mort. Il en est de même pour certaines catégories de personnes tels les devins guérisseurs (ambiasa ou ombiasa) qui avaient une réputation exceptionnelle à qui l’on dédiait également des pierres commémoratives. Ces dernières peuvent s’adresser de la même manière aux musiciens voire aux danseurs traditionnels appelés « sery ».

  • 7 Elli, ibidem, p. 122.

8Au vu de tout ceci, il est intéressant de constater qu’il est d’autres facteurs qui interviennent dans la mise sur pied des orimbato chez les Bara. L’on se rend compte en effet que, par la suite, la possession de fortune entre en lice. D’où il n’est pas rare de trouver, surtout à l’heure actuelle, des pierres dressées à l’intention des mpagnarivo autrement dit « les personnes qui sont riches » et même s’ils ont des descendants : « aujourd’hui des gens riches se font ériger un mémorial même s’ils ont une nombreuse descendance »7.

  • 8 Selon les informations que nous avons recueillies, pour marquer la possession de la colline qui a é (...)
  • 9 Nous avons retrouvé ce dernier cas au sud du village d’Analeva, dans les vallées de l’Itomampy.

9Toutefois, indépendamment des mémoriaux érigés généralement pour les défunts, il existe aussi chez les Bara, des monolithes élevés pour un événement donné. Ainsi, chez les Bara Zafimarozaha des vallées de l’Itomampy, dans l’est de l’Iba, nous avons pu constater la présence d’une pierre dressée - la plus élevée de toutes - sur la colline de Mariagny, lieu de sépulture de ces derniers8. Il est un dernier cas d’érection d’un monument lithique qui mérite d’être signalé, celui d’une pierre que l’on édifie dans un espace réservé à des pratiques cultuelles9.

1.2. Localisation spatiale des mémoriaux

  • 10 Faublée, ibidem, p. 30.
  • 11 Elli, ibidem.

10Pour ce qui est de l’emplacement des mémoriaux, il apparaît patent que le monument soit d’abord placé en un lieu qui est visible de tous. Et dans cette perspective, il n’est pas rare de trouver un mégalithe au bord d’une route car « les mémoriaux sont toujours près des croisées des chemins, bien visibles »10 (fig. 2). Selon les observations de Luigi Elli : « Ces pierres se trouvent soit aux carrefours des sentiers, soit sur la crête des mamelons, mais toujours très visibles du passant »11.

Figure 2 : Exemple de pierres dressées du pays Bara (d’après Faublée, 1946)

  • 12 Il s’agit du cas de deux tombeaux Zafimarozaha qui se trouvent sur les collines de Mariagny et de T (...)
  • 13 Raherisoanjato, 1982, p. 24.

11Hormis cette localisation qui apparaît largement répandue dans de nombreuses régions de Madagascar, nous avons remarqué, dans les vallées de l’Itomampy, une concentration de pierres levées qui se trouvent à l’est des tombeaux12. Ces dernières semblent similaires à ce que l’on retrouve dans le Betsileo et qui sont désignées sous l’appellation de vatolahim-pasana ou « pierres levées de tombeaux ». À en croire Daniel Raherisoanjato, on retrouve « les pierres dressées de sépulture (vatolahim-pasana). Ce sont des pierres dressées à proximité des tombeaux... seuls les membres de la famille savent que telle pierre est dédiée à tel ou tel parent »13.

1.3. La recherche et le transport des mégalithes

  • 14 Pailler, 1986.
  • 15 Faublée, 1946, p. 48.

12Si l’on en croit les données dont nous disposons actuellement - versions de la tradition orale et de rares écrits - il semble que les populations Bara utilisaient uniquement des pierres brutes qu’elles prélevaient dans leur environnement. Selon toute vraisemblance, celles-ci sont extraites sans travail préalable et utilisées telles quelles. Le système d’enlèvement de dalles de pierre par choc thermique, en vigueur aujourd’hui encore sur les Hautes Terres Centrales, semble en effet méconnu dans les régions méridionales de l’Ile14. Selon les constatations de Jacques Faublée, « seuls les gens du centre travaillent la pierre. Tandis que les hommes des provinces cherchent des dalles brutes pour couvrir et fermer les tombes, de hautes pierres pour dresser des mémoriaux, ceux du centre découpent les dalles en allumant sur la pierre à tailler un feu de broussailles, puis ils arrosent la pierre incandescente, qui se fend selon le sillon du feu »15.

  • 16 Elli, 1999, p. 168.

13En ce qui concerne le transport de la pierre, il s’agit vraisemblablement d’une affaire collective qui touche non seulement la famille du défunt mais toutes les populations environnantes. L’on retrouve les versions ci-après dans des informations recueillies auprès des Bara Zafindrendriko : « ... tadiavina ny vato lava be, na lavitra manao ahoana ny toerana misy azy dia tsy maintsy alaina ihany ; ka izay tanana andalovan’io vato io dia tsy maintsy mitarika koa, na nanirahana izy na tsy nanirahana »16. Autrement dit : « ... on se met à chercher une très longue pierre, quel que soit l’endroit où elle se trouve, même si c’est très loin, on doit toujours la prendre ; et tous les villages où la pierre passe doivent participer au traînage qu’ils aient été avertis ou non ».

  • 17 Faublée, 1954, p. 28.

14Selon des faits rapportés par Jacques Faublée, le transport d’un mégalithe peut être considéré comme de véritables funérailles, la pierre se substituant ainsi à la personne disparue : « comme aux funérailles, les jeunes hommes chantent... et les jeunes femmes encouragent les porteurs du lourd monument par les chœurs... Des vieilles femmes aspergent d’eau les porteurs »17.

  • 18 Elli, ibidem, p. 168-169.

15Pour ce qui est du système de transport lui-même, l’on a affaire en la matière à deux procédés : le premier procédé est la pratique du portage collectif à dos d’homme pour les dalles de stature moyenne. La seconde méthode est le traînage proprement dit que l’on utilise pour les monolithes beaucoup plus lourds. L’on note la technique suivante si l’on en croit certaines données orales : « Fomba fitarihana ny tsangambato : anapahana hazo bebe, atao roa, dia loahana ireo hazo roa ireo, atao mifanandrify soa ny loaka. Vita izany, ampidirana hazo matanjaka amin’izay, vita koa izany, tadiavina teñy na vahy raha misy, mba hamatorana azy, sady apetraka eo antenantenany iny vato iny, vao taritina amin’zay »18. Nous pouvons traduire ce passage comme suit : « moyens de traînage d’une pierre levée : on coupe deux gros morceaux de bois, on perce ces deux morceaux de bois, il faut que les ouvertures ainsi obtenues soient alignées. Puis on met en traverse du bois dur ; après on cherche du teñy (herbe très haute et résistante) ou vahy (variété de liane) s’il en existe, pour l’attacher (la pierre), on pose enfin la pierre au milieu et on se met à tirer ».

  • 19 Interview du 12.09.00.
  • 20 Elli, ibidem, p. 77.
  • 21 Elli, ibid., p. 168.
  • 22 Faublée, ibidem, p.29.

16Avant la pose elle-même, l’on nous a fait part que le mégalithe est ramené au village et déposé à l’est vraisemblablement de la tragnobe (maison du patriarche) avec un veilleur de nuit19. Quant à l’érection proprement dite, elle s’effectue au moment de la havoria (fête funèbre) : « Ny orim-bato dia matetika amin’ny andron’ny, havoria no ananganana azy »20 c’est-à-dire « la pierre dressée est érigée habituellement au moment de la fête funèbre ». L’on rapporte par ailleurs que plusieurs rites accompagnent l’édification du monument. L’on évoque généralement l’immolation d’un zébu pour la circonstance car la pierre doit être enduite de graisse ou du sang de l’animal : « Rahefa avy amin’ny toerana izy, dia hadina amin’izay ny lavaka, dia tandrà aloha, izay vao aorina ao iny vato lava be iny »21 c’est-à-dire « lorsqu’il arrive à destination (le monument), l’on se met à creuser une fosse et l’on immole un zébu, et enfin l’on érige la grande pierre ». Selon des informations recueillies chez les Bara Vinda : « De jeunes hommes creusent une fosse, graissent le pilier ou l’arrosent de sang et d’eau, le dressent, le calent, tuent les boeufs, distribuent la viande »22.

  • 23 Dans l’évolution des mémoriaux à l’heure actuelle, l’on retrouve certains qui sont en béton.
  • 24 Elli, ibidem, p. 271.

17Une fois dressé, le monument est, dans bien des cas, peint, surtout à l’heure actuelle, soit avec de la chaux, soit avec de la terre blanche. Des inscriptions sont également visibles sur certains mémoriaux (nom, date de décès de la personne...)23. La partie supérieure de ces derniers est souvent surmontée de bucranes fixés sur un rectangle de bois percé et qui est perpendiculaire au monument, appelé sandoky24 (fig. 3).

Figure 3 : Exemple de pierre dressée en pays Bara en la mémoire de Retisitototra, militaire, date de naissance et décès illisibles (d’après un document de Jean Poirier)

2. Le tombeau traditionnel Bara : un aspect du mégalithisme malgache

18En dehors des pierres dressées, il existe en pays Bara des constructions funéraires que l’on pourrait assimiler à des mégalithes eu égard à la taille des matériaux Ethiques utilisés. Il s’agit des tombeaux traditionnels en appareil de pierre sèche. Nous allons retenir surtout ici le cas des tombes que nous avons retrouvées chez les Bara Antevondro des vallées de l’Itomampy. Pour ces derniers, les lieux d’inhumation se localisent généralement sur une colline et ils sont orientés selon un axe est-ouest, avec une entrée à l’ouest. À titre d’exemple, sur la colline de Mariagny, l’on a affaire à une sépulture collective vraisemblablement clanique à deux compartiments. Les morts sont couchés sur le dos, la tête à l’est ; les hommes au nord et les femmes au sud.

  • 25 Elli, ibidem, p. 169.

19Pour ce qui est du système de construction et selon les informations que nous avons recueillies, l’appareillage s’effectue en trois étapes. La première est constituée par la mise en place d’une sorte de mur intérieur appelé temitry composé de dalles alignées verticalement et fixées dans le sol. La deuxième étape, quant à elle, consiste en la pose de dalles encore comme précédemment pour former le mur extérieur que l’on désigne sous le terme de ariafo. L’on procède ensuite par bouchage de blocs et moellons des espaces laissés vides entre les deux rangées de dalles. La dernière étape de l’édification du tombeau est la mise en place de la couverture supérieure disposée horizontalement au-dessus de ces dernières, que l’on appelle fandomboky. C’est un grand monolithe de forme aplatie, suffisamment long et large et constituant la toiture de la sépulture. Comme pour le cas d’une pierre dressée, la recherche de ce genre de mégalithe consiste en une extraction directe sur des roches déjà éclatées et toujours, semble-t-il, sans utilisation de feu. D’où la quête du fandomboky, littéralement « ce qui couvre », peut durer pendant un certain temps lorsque l’on n’arrive pas à mettre la main sur la pierre adéquate. Si le cas se présente, autrement dit, à défaut d’un monolithe, Luigi Elli signale l’utilisation de ce que l’on appelle vatomita. Selon des informations qu’il a recueillies auprès des Bara Zafindrendriko, ce sont des dalles de substitution qui remplacent un vrai fandomboky : « Ka ny fandomboky misy roa karazana : ny iray atao hoe vatomita, raha ohatra tsy misy vato lehibe mahatakatra ny halavan’iny fasana iny... vato lavalava atao maro arak’izay ilain’ny halavan’iny fasana iny »25 c’est à dire, « il y a deux sortes de fandomboky : il y a ce que l’on appelle vatomita, lorsqu’il n’existe pas de pierre suffisamment grande pouvant atteindre la longueur du tombeau... Ce sont des pierres assez longues dont le nombre dépend de la longueur du tombeau ».

20Au terme de cette brève étude sur certains aspects du mégalithisme malgache à travers l’exemple des populations Bara, quelques remarques s’avèrent nécessaires. D’abord, il ne fait pas de doute que les pierres dressées orimbato représentent des mémoriaux. L’érection de ces derniers connaît en effet, plusieurs significations, la plus importante parmi celles-ci étant les pierres commémoratives érigées pour les personnes mortes sans descendance. Toutefois, dans l’évolution de ces monuments funéraires, l’on sait qu’ils ne sont plus dédiés uniquement à ces dernières, avec l’intervention de la notion de « fortune ». En effet, l’on note à l’heure actuelle l’utilisation sans cesse croissante du béton en matière de mégalithisme. Par conséquent, nous sommes conscients de la nécessité voire de l’urgence, de continuer davantage encore les études sur le dolménisme malgache. Notre court séjour dans l’Ibara nous a permis par exemple de nous rendre compte que l’architecture funéraire traditionnelle est en train de disparaître progressivement dans la région.

Bibliographie

Elli 1993 : ELLI (L.) - Une Civilisation du boeuf - les Bara de Madagascar - Difficultés et perspectives d’une évangélisation. Ambozontany, Fianarantsoa, 1993, 223 p.

Elli 1999 : ELLI (L.) - Fomba Bara. Imprimerie SaintPaul, Fianarantsoa, 1999, 363 p.

Faublée 1946 : FAUBLÉE (J.) - L’Ethnographie de Madagascar. Les Éditions de France et d’Outre-Mer, 1946, 169 p.

Faublée 1954 : FAUBLÉE (J.) - La cohésion des sociétés Bara. PUF, 1954, 160 p.

Gist 1992 : GIST (P.-R.) - Dolmens et Menhirs. Science et Vie Hors-série, n°178, mars 1992, p. 88-96.

Joussaume, Raharijaona 1985 : JOUSSAUME (R.) et RAHARIJAONA (V.) - Sépultures mégalithiques à Madagascar. B.S.P.F., 82, 1985, p. 534-551.

Paillet 1986 : PAILLET (J.-L.) - L’Extraction et la taille de vastes dalles de granit à Arivonimamo (Madagascar). Recherches pour le développement, n° 2, deuxième semestre, Antananarivo, 1986, p. 207-220.

Raherisoanjato 1982 : RAHERISOANJATO (D.) - Les pierres dressées (vatolahy) dans la Société Betsileo, un document pour l’Historien. Bulletin de l’Académie Malgache, Tome LX/1-2, 1982 p. 23-27.

Notes

1 Elli, 1993, p. 21.

2 On désigne aussi le pays Bara par le terme Ibara. On utilise également l’appellation tsangam-bato, sinon plusieurs noms évoquent les pierres dressées à Madagascar. Chez les Betsileo, au nord du pays Bara, l’on utilise le terme vatolahy ou « pierre mâle » pour désigner ces dernières.

3 Elli, 1999, p. 77-78.

4 Elli, ibidem, p. 167.

5 Faublée, 1954, p. 27.

6 Elli, 1993, p. 121.

7 Elli, ibidem, p. 122.

8 Selon les informations que nous avons recueillies, pour marquer la possession de la colline qui a été octroyée par les Zafindraponarivo (un des lignages que l’on retrouve chez les Bara Zafimarozaha), l’on a érigé une pierre dressée (interview du 11.09.2000).

9 Nous avons retrouvé ce dernier cas au sud du village d’Analeva, dans les vallées de l’Itomampy.

10 Faublée, ibidem, p. 30.

11 Elli, ibidem.

12 Il s’agit du cas de deux tombeaux Zafimarozaha qui se trouvent sur les collines de Mariagny et de Tsakabe sur lesquelles on note une forte concentration de pierres dressées dans la partie est des sépultures. L’on a dénombré une quarantaine d’ orimbato à l’est du tombeau de Mariagny.

13 Raherisoanjato, 1982, p. 24.

14 Pailler, 1986.

15 Faublée, 1946, p. 48.

16 Elli, 1999, p. 168.

17 Faublée, 1954, p. 28.

18 Elli, ibidem, p. 168-169.

19 Interview du 12.09.00.

20 Elli, ibidem, p. 77.

21 Elli, ibid., p. 168.

22 Faublée, ibidem, p.29.

23 Dans l’évolution des mémoriaux à l’heure actuelle, l’on retrouve certains qui sont en béton.

24 Elli, ibidem, p. 271.

25 Elli, ibidem, p. 169.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Localisation du pays Bara sur la Grande Île (D.A.O. Sabine Nadal)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4201/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Figure 2 : Exemple de pierres dressées du pays Bara (d’après Faublée, 1946)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4201/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Figure 3 : Exemple de pierre dressée en pays Bara en la mémoire de Retisitototra, militaire, date de naissance et décès illisibles (d’après un document de Jean Poirier)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4201/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 95k

© Presses universitaires de Perpignan, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search