Version classiqueVersion mobile

Roches ornées, roches dressées

 | 
Michel Martzluff

2 - Aux sources des arts et des mythes

Les roches anthropisées d’Ambohimanga et d’Ambohidratrimo (Hautes-Terres centrales de Madagascar)

Rafolo Andrianaivoarivony, Ann Harivola Rakotondrazaka et Vololomboahangy Ranivoarisoa

Résumé

Après avoir défini rapidement ce que sont les collines dites sacrées à Madagascar dont font partie Ambohimanga et Ambohidratrimo, la contribution, qui est une introduction à l’étude des roches anthropisées de la région d’Antananarivo, s’attache à les présenter dans leur contexte, à en dresser la typologie (roches en place, pierres dressées, pierres sacrées, pierres à discourir, pierres/roches à cupules, roches à inscriptions gravées) et à en donner les interprétations. En conclusion, la contribution souligne le fait que Madagascar fait partie des pays à civilisation mégalithique et que les pierres et les rochers y sont fortement intériorisés par l’homme au point d’en devenir des solides références identitaires culturelles

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cf. Joussaume et Raharijaona 1985 et l’étude récente de Barthélémy Manjakahery en 2001, présente ég (...)
  • 2 Dans cette contribution, nous parlerons de roche ou de rocher pour désigner la masse rocheuse natur (...)

1Madagascar fait partie des pays à civilisation mégalithique1 et certaines pierres et des rochers2 y sont fortement intériorisés par l’homme à tel point qu’ils sont devenus de solides références identitaires culturelles. La présente étude, entre autres objets, se veut en être une illustration.

  • 3 Mission financée par l’Université de Perpignan et dans le cadre des accords avec la Faculté des Let (...)
  • 4 Colloque auquel participait notre collègue Barthélémy Manjakahery.
  • 5 Située à une vingtaine de kilomètres au nord d’Antananarivo et récemment (décembre 2001) inscrite s (...)
  • 6 Autre colline située à 15 km au nord-ouest d’Antananarivo.
  • 7 Dans l’histoire de Madagascar, l’époque ancienne désigne la période allant des origines du peupleme (...)

2L’idée première de cette contribution, suite à une mission relative au travail de la pierre à Madagascar de Michel Martzluff3 en octobre - novembre 2000 et après la tenue à Perpignan du colloque en hommage à Jean Abélanet sur les Roches ornées, roches dressées4, était d’étudier uniquement les roches à cupules du site d’Ambohimanga5, ancienne capitale religieuse du royaume d’Antananarivo puis de Madagascar aux XVIIIe et XIXe siècles. Mais le développement des investigations sur place ont fait apparaître l’importance d’autres rochers dans les références identitaires collectives et dans l’environnement général du site, attestée entre autres par de nombreux toponymes. Par ailleurs, les mêmes genres de roches à cupules ou non, ont été également mis en évidence dans d’autres sites (fig. 1), par exemple à Ambohidratrimo6, avec la même prééminence spirituelle dans l’esprit collectif de l’époque ancienne7.

Figure 1 : Localisation des principales collines citées (carte au 1/2 5000 000, D.A.O. Sabine Nadal)

3Tout ceci explique le choix de l’intitulé de la présente étude, volontairement élargi au-delà des roches à cupules qui font partie des roches intériorisées spirituellement par l’homme, donc anthropisées. Cependant, suite à leur nouveauté scientifique pour Madagascar, ces roches à cupules méritent à juste titre plus d’attention. Aussi, leur avons-nous accordé de larges développements dans cette étude qui aborde les roches et les pierres et leur contexte dans un premier temps et les roches et les pierres et les rites dans un deuxième.

1. Les roches, les pierres et leur contexte

4Il s’agit ici de présenter les sites d’Ambohimanga et d’Ambohidratrimo où se trouvent les rochers et les pierres qui nous intéressent et de parler ensuite d’eux qu’on peut d’ores et déjà subdiviser en roches et pierres sans cupules et en roches à cupules, bref, présenter le cadre contenant et ses contenus.

1.1. Ambohimanga et Ambohidratrimo : collines dites sacrées des Hautes-Terres centrales malgaches (fig. 1)

  • 8 Et non pas de « plateaux « comme on avait l’habitude de l’appeler (“Hauts Plateaux”) durant une gra (...)

5L’intérieur de Madagascar, désigné sur le plan géologique comme « socle cristallin », est composé d’un paysage de collines8 dont l’altitude est comprise entre 800 et 1800 m. Les sommets des montagnes, qui sont des massifs, au nombre de trois, sont respectivement de 2880 m (Tsaratanàna, au nord), 2650 m (Ankaratra, au centre) et 2660 m (Andringitra, au centre-sud).

  • 9 Rafolo 1994, p. 93.
  • 10 Les souverains à Madagascar étaient des dieux visibles de leur vivant et après leur décès, des être (...)
  • 11 Cette fête rituelle, où l’on faisait prendre une douche au souverain, appelée en malgache fandroana(...)

6Ambohimanga et Ambohidratrimo font partie des sites dits princiers ou royaux car ayant abrité la résidence d’un prince ou d’un roi et s’apparentant à des établissements perchés sur sommets et comportant de grands aménagements défensifs et d’habitat9. À ce titre, avec une trentaine d’autres d’éminences reparties sur les Hautes-Terres centrales, on les qualifie, grâce à certains caractères exclusifs, de collines sacrées. Ce sont donc des sites où l’on enterrait les princes et les souverains10, des sites où on leur rendait hommage au moment de la fête rituelle du Bain11 et plus tard, pour certaines collines, des sites où le roi Andrianampoinimerina a installé une de ses épouses.

  • 12 La place publique kianja est à rapprocher de l’agora grec et du forum romain de l’Antiquité.

7Au chapitre des aménagements et des fonctions, les collines sacrées ont abrité ou abritent toujours un rova, c’est-à-dire une enceinte sommitale, lieu d’habitat princier ou royal ; ce sont aussi des sites où il y a toujours un ou plusieurs tombeaux princiers ou royaux au cœur même du rova et qui font objet de pelérinage jusqu’à nos jours ; ce sont enfin des sites où a été aménagé un kianja (place publique)12, lieu de rencontre et de communication entre dirigeants et administrés.

8Les rochers et pierres, dont il est temps maintenant de parler, trônent dans cet environnement général.

1.2. Roches et pierres sans cupules

9Les roches et pierres anthropisées dont il est question ici sont toutes de nature granitique ou basaltique et peuvent être isolées ou en groupe et pour quelques-unes, dolméniques, c’est-à-dire dressées.

1.2.1. Des toponymes liés aux rochers

10Le tableau A, relatif aux cas d’Ambohimanga, nous en donne la typologie, les caractéristiques, leur nombre et leur répartition dans l’espace du site à travers les lieux-dits qu’on peut localiser sur les figures 2 et 3. La figure 4 permet également d’avoir une idée des roches et pierres d’Ambohidratrimo.

  • 13 Ambatomasina est porté sur la fig. 2, mais est absent du tableau A. La pierre sacrée en question n’ (...)
  • 14 Les roches à cupules seront étudiées plus loin.
  • 15 Ce sont des hydronymes et des anthroponymes.

11À Ambohimanga, cinq toponymes de lieux-dits où se trouvent les roches ou pierres anthropisées se rapportent directement à ces dernières et comportent le préfixe Ambato qui signifie : « Au-rocher – À-la-pierre ». Ce sont : Ambatolokàna (À-la-pierre-du-serment), Ambatomasina (À-la-pierre-sacrée)13, Ambatomenaloha (À-la-roche-à-tête-rouge), Ambatomitsangana (À-la-pierre-dressée) et Ambatontsakalava ou Antsakalava (Au-rocher-des-Sakalava). On pourrait également y inclure Ambatomiantendro (Au-rocher-où-les-sommets-se-rejoignent) qui est à la fois un rocher en place et un-rocher à cupules14. D’autres lieux-dits où il y a des rochers ou des pierres anthropisés ont été nommés sur d’autres bases15.

12La typologie dressée (tableau A) a mis en évidence quatre catégories, d’ailleurs non exclusives, soit des roches en place, des pierres dressées, des pierres ou des roches dites sacrées et des pierres ou roches à discourir.

Tableau A : Les roches anthropisées à Ambohimanga.
Les chiffres indiquent le nombre de cupules comptées, le signe X est un indice de présence

Tableau A : Les roches anthropisées à Ambohimanga.Les chiffres indiquent le nombre de cupules comptées, le signe X est un indice de présence

Figure 2 : Localisation des roches à cupules sur la colline sacrée d’Ambohimanga (éch. 1/10 000, D.A.O. Sabine Nadal)

Figure 3 : Détail du Rova d’Ambohimanga et des ses rochers (éch. 1/1 000, D.A.O. Sabine Nadal)

1.2.2. Des roches en place

13Les roches en place (fig. 3 et 4), au nombre d’une douzaine, tant à Ambohimanga qu’à Ambohidratrimo, sont souvent des blocs rocheux aux contours plus ou moins arrondis et sur lesquels l’érosion n’a pas encore eu de prise. Ils ont entre 1 et 2 m de hauteur et les plus gros 10 m de circonférence. Leur anthropisation relève de faits historiques (exemple Ambatontsakalava, rocher lié à l’invasion sakalava du lieu-dit), des rites y survenus (exemple Ambatolokàna, rocher lié à un pari ou à un serment) ou encore à un sacrifice isolé ayant marqué la tête du rocher (exemple Ambatomenaloha, rocher dont la tête a été rougie par du sang). Mais dans tous les cas, ces rochers sont devenus des références ou mieux, des lieux de mémoire, et en les voyant, on se souvient de l’événement : on parle alors de « pierre-à-messages » (vato namelan-kafatra). Par ailleurs, à Ambohidratrimo, à l’est de l’ancien emplacement du palais, deux rochers placés naturellement côte à côte ont été retenus par la tradition comme étant l’endroit où le prince prenait ses douches.

1.2.3. Des pierres dressées

  • 16 Cf. Manjakahery dans ce même ouvrage et Joussaume et Raharijaona 1985.

14Le site de la colline d’Ambohimanga comporte sept pierres dressées dont deux de taille mégalithique, à Ambatomitsangana (À-la-pierre-dressée) et à Mahazaza (fig. 2). Celle d’Ambatomitsangana, cachée dans un bosquet d’arbres fruitiers, fait bien 3 m de haut et 1 m 20 de large. Elle a été érigée à la fin du XVIIIe siècle, sous Andrianampoinimerina, là où il aurait prononcé un grand discours. Celle de Mahazaza est nettement plus petite - 1 m 30 de haut et 50 cm de large - située à proximité de tombeaux, ce qui en fait un cénotaphe, c’est-à-dire un monument élevé en souvenir d’un membre de la famille décédé au loin et dont on n’a pas pu ramener le corps16.

  • 17 Robe noire de jais ou rouge avec tache blanche sur le front ou à défaut sur le sommet de la bosse o (...)

15Les cinq autres, par contre, relèvent d’un autre contexte et s’apparentent à des mini-pierres levées : elles ne dépassent pas 30 cm de hauteur avec 15 à 20 cm de large (fig. 5 à 7). Ce sont des marqueurs de lieux de culte et des sanctuaires. Elles ont servi et servent encore aux sacrifices d’animaux : ici un zébu à robe particulière17 par exemple à Fidasiana (cf. fig. 3 et fig. 5 à 7), là un coq rouge ou un canard à plumage blanc... C’est sur ces mini-pierres que l’on égorge les victimes en holocauste. De ce fait, ces mini-pierres levées sont toujours toutes noires de sang asséché, souvent ointes de graisse ou parfois de miel.

1.2.4. Des pierres et des rochers sacrés

  • 18 Tous les tombeaux d’Ambohimanga, pour des raisons politiques et militaires, ont été désaffectés par (...)

16Ces mini-pierres sont sacrées et souvent, de ce fait, le port de chaussures aux alentours immédiats est prohibé. Une mention particulière doit être signalée à propos du cas de Mahandrihono - l’enclos royal d’Ambohimanga même - où l’on a relevé la présence de quatre mini-pierres sacrées : la première se trouve dans la partie nord-est du tombeau d’Andrianampoinimerina, objet de culte jusqu’à nos jours ; la seconde est au sud-est de l’emplacement des tombeaux des autres souverains18 ; la troisième à l’est des bassins royaux (fig. 3, n° 10) et la quatrième sur une petite terrasse aménagée sur un rocher de petite taille. Des traces d’offrandes y sont encore bien évidentes et il est clair qu’il s’agit ici de lieux de culte où l’on invoque les souverains défunts.

  • 19 De ce rocher d’Ambatomiantendro, l’on peut en effet voir les sommets des différentes collines de la (...)

17Dans un tout autre contexte, un gros rocher, celui d’Ambatomiantendro (fig. 3), est également qualifié de sacré suite à la présence d’un secteur servant de lieu de culte et noirci par du sang séché ou oint de graisse ou de miel. Le rocher est, par ailleurs, fortement associé au personnage royal d’Andrianampoinimerina qui aimait s’y promener ou jouer ou embrasser du regard l’étendue de son royaume vers le sud19.

18À Ambohidratrimo (fig. 4), la dalle verticale servant de pierre d’angle du soubassement de l’ancien palais est également sacrée et comporte deux seins sculptés sur la pierre, tournés vers l’ouest. À Ambohimanga, les mêmes motifs sont sculptés sur la poutre faîtière de la case royale d’Andrianampoinimerina (1787) et de part et d’autre du poteau central, c’est-à-dire au total quatre seins. Ils symboliseraient la prospérité, l’abondance et la mère nourricière qui allaite son enfant avec ses seins.

1.2.3. Des roches et pierres à discourir

  • 20 Rafolo 1994, p. 100.

19Ces roches et pierres, formant la quatrième et dernière catégorie des roches sans cupules, sont bien présentes à Ambohimanga à Fidasiana et à Mahazaza ainsi qu’à Ambohidratrimo (fig. 2, 3, et 4). Ce sont des pierres (pièces installées là par l’homme) ou des rochers naturels en place, situés dans un espace dégagé et plat et sur lesquels les orateurs - le souverain ou une autre personne - se mettaient debout pour prendre la parole. Leur position surélevée par rapport à l’assistance leur facilitait grandement la tâche car ils pouvaient dominer de la voix et de leur stature. Ces rochers et pierres sont à placer au même titre que les kianja, places publiques, parmi les nombreuses expressions matérielles du pouvoir et ou de l’autorité dans les sites malgaches des Hautes - Terres centrales20.

Figure 4 : Croquis situant les roches à cupules sur la colline sacrée d’Ambohidratrimo (éch. 1/500, D.A.O. Sabine Nadal)

Figure 5 : Mini-pierre dressée, pierre sacrée de Mahandrihono, Ambohimanga (cliché de l’auteur)

20Un certain nombre de ces rochers et pierres que nous venons d’étudier comportent également des cupules et/ou des inscriptions gravées qu’il convient maintenant de présenter.

1.3. Roches à cupules et/ou à inscriptions gravées (tableaux A et B)

21À la différence des précédentes, il n’y a ici que des roches aux appellations parfois bien évocatrices mais comme elles, de nature granitique ou basaltique et isolées ou en groupe. Les figures 2, 3 et 4 nous les situent en plan dans l’espace d’Ambohimanga et d’Ambohidratrimo.

1.3.1. Les roches à inscriptions

22Nous n’en avons trouvé qu’à Ambohimanga, plus précisément à Ambatomiantendro et à Nanjakana, c’est-à-dire dans des lieux-dits hautement historiques. Nous avons déjà parlé du premier, par contre Nanjakana était un ancien rova et de ce fait, il est resté jusqu’à nos jours un lieu de culte assez fréquenté.

  • 21 Dubois 1938, p. 543. Il y rapporte également que le fanorona s’appelle peka (paika) en Pays Betsile (...)
  • 22 Beart 1955 - Jeux et jouets de l’Ouest africain, Cahors, Presses de l’Imprimerie A. Couslant, 888 p
  • 23 Clidière 1977 - Le guide Marabout des jeux de société, Paris, Coll. Marabout Service, 384 p.

23Les inscriptions gravées sur le roc à Ambatomiantendro et à Nanjakana sont de deux types : des tracés de jeu et des gravures de souvenirs. Les premiers sont ceux du jeu de dame malgache fanorona, dont la présence est attestée à Madagascar depuis les débuts de la royauté au XIIe siècle sinon avant même et dont on retrouve des jeux équivalents en Arabie sous le nom de dariss ainsi qu’au Proche-Orient21, en Palestine, au Sahara Occidental (le dâmma et le khârberg)22 ou encore au Bengale, au Sri Lanka ou au Pendjab23.

  • 24 Le fanorona, jeu de dame malgache et jeu d’adresse intellectuelle, se joue à deux avec 22 pions (fa (...)

24Le tracé du fanorona est rectangulaire et comporte neufs lignes parallèles verticales, cinq horizontales et cinq obliques croisées (fanorona à 9, fanoron-tsivy) ou cinq lignes parallèles verticales, cinq autres horizontales et trois obliques croisées (fanorona à 5, fanoron-dimy)24 (fig. 8 et 9). Toutes ces lignes sont donc gravées sur le roc qui devenait ainsi support et aire de jeu. À force d’éclaircir en grattant le tracé, il devient gravé, tandis qu’en jouant, en pesant sur les pions - des cailloux et des graines végétales ou des cailloux et des tessons de poterie - et en les tournoyant sur place, des cupules se sont formées à chaque emplacement des pions et particulièrement sur le point central ou centre, dénommé laka en malgache, objet de toute la stratégie. Ambatomiantendro comporte donc trois de ces tracés (fig. 6) et Nanjakana en compte un, dont les dimensions respectives sont 70 cm x 36 ; 32 cm x 24 ; 58 cm x 35 et 51 cm x 33.

  • 25 Callet 1908, p. 142. L’école, dans sa version occidentale, n’a fait son apparition à Madagascar qu’ (...)

25Derrière ces tracés séculaires, il faut imaginer, sur ces rochers-aires de jeu, les parties acharnées entre le souverain et ses compagnons, l’entraînement à la stratégie et à la tactique et l’aiguisement de l’intelligence : à cette époque ancienne en effet, le jeu du fanorona était bien l’école du pouvoir, de la tactique et de la vie25, en apprenant aux uns et aux autres le fair-play, la victoire ou l’échec et l’apprentissage à la politique.

Figure 6 : Mini-pierre dressée, pierre sacrée de Fidasiana, Ambohimanga (cliché de l’auteur)

26En ce qui concerne les gravures de souvenirs (fig. 10), elles sont très nombreuses et localisées uniquement sur le rocher historique d’Ambatomiantendro. Elles ont été effectuées au burin et au marteau pendant plusieurs dizaines de minutes par des visiteurs contemporains émus et ayant voulu immortaliser leur passage sur le célèbre rocher et en même temps superbe point de vue qu’est Ambatomiantendro. Parmi la multitude d’inscriptions, nous en avons retenu trois pour illustrer les différentes catégories : « SUZANNE PAULETTE 1821 » ou « SOUVENIR 15 - 03 - 56 », ou encore, et cette fois-ci montrant l’esprit déluré de certains, deux organes sexuels en copulation.

27Le rocher d’Ambatomiantendro, malgré le caractère sacré de certains secteurs et la présence d’aires de jeu, constitue donc ainsi un support tout indiqué pour les amateurs d’inscriptions pour peu qu’ils se prémunissent à l’avance d’outils adéquats.

1.3.2. Les roches à cupules

  • 26 La bibliographie recensée à Antananarivo l’atteste bien : les auteurs se sont intéressés aux roches (...)
  • 27 Cupula en latin, coppelle n italien, cup-holes en anglais...
  • 28 Bibliographie dans Abélanet 1990, p. 205-209.
  • 29 Cf. Gilbert et Gassies 2001 qui en signalent la présence en Amérique du Sud. On a retrouvé égalemen (...)

28Découverte inédite dont on n’a jamais parlé jusqu’ici en pays malgache26, les cupules27 sur roches, sont par contre bien connues des préhistoriens d’Europe28 et d’ailleurs29.

  • 30 Il n’y a aucune raison de croire qu’il n’en existe pas dans les autres régions de Madagascar et il (...)
  • 31 Abélanet 1990, p. 89.

29Comme partout ailleurs, les cupules malgaches sur roches retrouvées à Ambohimanga et à Ambohidratrimo ainsi, qu’en Pays Betsileo Nord à Manandriana30 (fig. 1, 12 et 13) sont des petits trous en forme de coupe, creusés par l’homme à une époque donnée. Leur caractère anthropique ne peut être mis en doute, car elles se trouvent toujours sur des rochers fréquentés par l’homme ou à proximité d’un sentier, d’un chemin ou d’une route. Par ailleurs, leur concentration sur certains secteurs des rochers et surtout leurs formes et leur profil attestent bien qu’elles sont le fait de l’homme. Leurs formes sont, en effet, régulières et plus ou moins hémisphériques et leur profil bien régulier. Les creux, les trous, petites dépressions ou autres petits bassins d’origine érosive ont plutôt, comme l’a noté Jean Abélanet31, des bords irréguliers et surtout un fond rugueux. Une preuve supplémentaire est attestée par leur localisation exclusive sur les faces ouest des rochers, constatée à Ambatorangotina (cf. fig. 3 et 14) et à Manandriana (fig. 12 et 13).

30Nos multiples sorties de terrain nous ont permis de dénombrer une bonne quarantaine de cupules à Ambohimanga et une douzaine à Ambohidratrimo. Le tableau B, présentant celles du premier site, nous fournit, à travers ses colonnes de gauche, les lieux-dits des rochers et surtout leur localisation par rapport à l’ensemble du site et par rapport au Rova qu’on peut considérer comme le point focal de la colline, ainsi que la localisation des cupules sur lesdits rochers.

Figure 7 : Mini-pierre dressée, pierre sacrée de Nanjakana, Ambohimanga (cliché de l’auteur)

Figure 8 : Grille de jeu fanorona à neuf, Ambatomiantenendro. En arrière-plan, la plaine d’Antananarivo que domine le rocher (cliché de l’auteur)

Tableau Β : roches à cupules et/ou à inscriptions à Ambohimanga

Tableau Β : roches à cupules et/ou à inscriptions à Ambohimanga
  • 32 Il faut préciser que la cosmologie malgache représente l’espace en cinq points cardinaux (et non qu (...)

31Quelques remarques et constats peuvent alors être formulés quant à la répartition spatiale des roches à cupules sur la colline sacrée d’Ambohimanga et aux positions préférentielles des cupules sur leur support rocheux. Ainsi, par rapport au site, l’on remarque que les roches à cupules sont localisées plutôt au centre qu’à la périphérie32 de la colline, donc autour et à l’intérieur même du Rova : ainsi en est-il pour Ambatomiantendro, Fidasiana, Mahandrihono, Nanjakana et Ambatorangotina (fig. 3). Un autre constat relevé sur ce même niveau est que les roches à cupules sont absentes au nord-ouest, au nord, au nord-est, à l’est et au sud-est du site. Or, l’on y note bien la présence de rochers.

32Par rapport au Rova qui est, comme déjà dit, à considérer comme le point focal du site, les roches à cupules sont, par contre, majoritairement au sud, à l’ouest et au sud-ouest et secondairement au nord-est (à Nanjakana) et à l’intérieur même. Ici également, l’on doit faire constater l’absence totale de roches à cupules au nord-ouest, au nord, à l’est et au sud-est du Rova. L’interprétation de ces positions préférentielles sera donnée plus loin lorsque nous aborderons les rites associés aux rochers. Pour Ambohidratrimo, les roches à cupules sont toutes localisées à l’intérieur même du Rova.

  • 33 Ainsi à Ambatomiantendro et à Fidasiana.
  • 34 Ainsi à Ambatorangotina et à Andranomboahangy (fig. 17).
  • 35 Ainsi à Nanjakana et à Mahazaza (fig. 16 et 18)

33Quant à la localisation des cupules elles-mêmes sur les rochers, nous les avons repérées sur leurs sommets plus ou moins plats33 ou sur leurs parois légèrement inclinées ou même verticales34 ou encore sur des pierres isolées35. À titre comparatif, au Manandriana betsileo, les cupules farcissent littéralement et uniquement les faces ouest des rochers (fig. 12 et 13). À Ambohidratrimo, les cupules sont sur les sommets plats des rochers.

  • 36 On peut d’ores et déjà anticiper ici, avant le volet consacré aux interprétations, que le rocher d’ (...)
  • 37 Abélanet 1990 ; Blaize 1992-1995 ; Gatorze 1997 ; Scanzi 1996...
  • 38 Comme à Ambohidratrimo ou ailleurs, les Malgaches des Hautes-Terres les appellent « empreintes-de-p (...)

34En observant celles d’Ambohimanga et du Manandriana, on peut dire également qu’il y a des associations entre elles, c’est-à-dire des unités sous forme de regroupement : ainsi surtout à Ambatorangotina dont le toponyme signifie « au-rocher-griffé »36. De même, on remarque aussi des associations de cupules à l’aide de rigoles comme à Ambatorangotina, à Antsolatra et à Mahazaza. Ces cupules reliées deux à deux s’apparentent à des représentations de petits haltères comme on en rencontre souvent en France37 ou ailleurs. Les autres formes des cupules malgaches, d’ailleurs, ne sont pas très éloignées de celles des autres continents : elles sont fréquemment circulaires ou hémisphériques, parfois ovales ou même vulvaires pour certaines en nombre très limité, ou encore pédiformes38, comme à Ambohidratrimo et s’apparentant à des petits bassins.

35Les cupules circulaires se distinguent par leurs contours rond et leur profil conique et on peut les qualifier de rondes ou d’hémisphériques. Les cupules ovales, elles, ont des contours elliptiques à diamètre variable. Certaines sont qualifiées de vulvaires car leur forme rappelle vaguement le sexe féminin. Nous verrons plus loin le symbolisme lié à ce type de cupules et leur usage. Par ailleurs, les rigoles reliant certaines cupules deux à deux sont des petits canaux creusés s’apparentant à des sillons gravés de 1 cm de profondeur.

36Sur le chapitre de la taille, donc au niveau des diamètres observés, l’on peut classer les cupules en trois catégories : les petites, les moyennes et les grandes. L’avant-dernière colonne du tableau Β nous présente en détail et pour chaque cas, ces dimensions observées pour Ambohimanga. Ainsi les petites cupules ont un diamètre de 1,5 à 3 cm, représentant le quart (25 %) de l’ensemble constitué, nous l’avons déjà dit, de 40 cupules. Les cupules moyennes ont un diamètre de 3,5 à 5,5 cm et elles sont les plus nombreuses, car couvrant 60 % de l’ensemble. Enfin, les grandes cupules ont un diamètre compris entre 6 et 12 cm couvrant seulement 15 % de l’ensemble. La moyenne des diamètres est de 4,5 cm et les cupules les plus nombreuses ont un diamètre de 4 cm (13 cas) ou de 5 cm (7 cas). Les plus petites cupules (ayant 1,5 ou 2 cm de diamètre) et les plus grandes (ayant 9, 11 ou 12 cm de diamètre) ne sont pas nombreuses : respectivement un cas de chaque.

37Quant aux profondeurs observées, on doit d’abord dire que les cupules qualifiées précédemment de « petites » ou de « grandes » n’ont pas forcément une petite ou une grande profondeur. Loin s’en faut et nous avons remarqué que ce sont en fait les cupules moyennes en diamètre qui sont les plus profondes. En tout cas, les cupules les moins profondes ont été creusées de 0,5 à 1,7 cm et représentent 27,50 % de l’ensemble ; les plus profondes l’ont été entre 4,5 et 7 cm et couvrent 12,50 % seulement de l’ensemble ; les cupules ayant enfin une profondeur moyenne ont été creusées entre 2 et 4 cm et elles sont les plus nombreuses (60 %). Il faut noter par ailleurs que les cupules de 2 cm de profondeur, avec 10 cas observés, couvrent le quart de l’ensemble étudié et que la moyenne des profondeurs est de 2,5 cm.

38Les mensurations, les caractéristiques et les observations émises sur les cupules d’Ambohimanga sont valables également pour celles d’Ambohidratrimo, au nombre de 11 seulement.

39Une mention particulière doit être rapportée ici à propos d’un négatif opéré sur un rocher à Nanjakana Ambohimanga (fig. 3). Ce rocher, situé au nord du lieu-dit, ne comporte pas de cupules mais par contre un grand négatif de forme grossièrement quadrangulaire évoquant une auge à fond plat faisant 40 cm de long, 30 cm de large et 25 cm de profondeur, soit d’un volume de 30 dm3 environ (fig. 11).

Figure 9 : Grille de jeu fanorona à cinq, Ambatomiantendro (cliché de l’auteur)

Figure 10 : Inscription souvenir à Ambatomiantendro (cliché de l’auteur)

Figure 11 : Auge aux oiseaux à Nanjakana (cliché de l’auteur)

40Cette étude des contextes ne sera pas complète si elle n’aborde pas la question de l’association ou non des roches à cupules ou des cupules elles-mêmes au mégalithisme, autrement dit ces roches à cupules sont-elles liées à des monuments mégalithiques ou encore situées à proximité ou à quelque distance d’eux ?

  • 39 Abélanet 1990, p. 11

41Si ailleurs, par exemple en Catalogne, dans le Midi pyrénéen français39, les roches à cupules sont liées à ces monuments, il semble bien, jusqu’à preuve du contraire, que la réponse est négative pour Ambohimanga et Ambohidratrimo et probablement pour l’ensemble de Madagascar. En effet, les cas observés jusqu’ici dans la région d’Antananarivo et en Pays Betsileo ne sont jamais localisés sur des roches dolméniques ni non plus sur des pierres dressées ou à proximité immédiate d’elles, et on peut dire, en l’état actuel des connaissances, que les cupules et le mégalithisme sont ici deux manifestations bien séparées.

42La question de leur contemporanéité mérite cependant d’être posée. Avec celle de l’usage, des significations et de la datation des cupules et des autres roches anthropisées, elle nous amène à considérer maintenant les roches et les pierres et les rites y afférents, bref à un essai d’interprétation lié aux activités culturelles et religieuses des anciens habitants des sites.

2. Roches, pierres et rites

43Les questions fondamentales dont il faut donner des éléments de réponse ici sont relatives aux auteurs de ces marques sur les pierres et les rochers, aux pierres dressées petites ou grandes, à leur datation, à leurs usages et leurs finalités, aux procédés de “fabrication” et à l’outillage utilisé.

2.1. Une interprétation quelque peu délicate

  • 40 Azémar 1993 b, p. 31

44L’interprétation des roches et pierres anthropisées en général et des cupules en particulier, est toujours quelque peu complexe et délicate car relevant du spirituel40, domaine où les compétences de l’archéologie et de l’ethnoarchéologie sont limitées : effectivement, nous touchons ici aux dimensions inaccessibles de faits culturels visibles.

  • 41 Les nombreuses personnes interrogées sur les sites et ailleurs disent que ces trous sont « naturels (...)
  • 42 Cette christianisation du XIXe s. a été le fait de la Société Missionnaire de Londres (L.M.S.) comp (...)

45L’interprétation des cupules malgaches est rendue encore plus délicate par le fait que les souvenirs s’y rattachant se sont si bien estompés que l’on ne connaît même plus leur nom en langue locale41. La christianisation intense de l’intérieur de Madagascar entre 1820 et 1835 et surtout à partir de 186142 n’a pas produit de grands efforts pour raviver la mémoire collective sur les cupules et on a agi au contraire de manière à « gommer » dans les esprits tout souvenir relatif à des rites qualifiés de païens...

  • 43 Abélanet (1986) parle de « signes sans paroles » sur rochers.

46Afin de pouvoir répondre dans un premier temps aux questions de savoir par qui et quand les cupules ont été creusées, il est peut-être utile de considérer au préalable les définitions mêmes des cupules dans le contexte malgache, liées principalement à des sites princiers ou royaux. Doit-on les considérer comme manifestations d’un art rupestre, donc de décor gravé sur certains rochers ou plutôt des signes sur roches43, des marques, des gravures témoins du passé conservés sur les rochers et liés à des événements ou à des coutumes particuliers ? Il semble que la réponse la plus plausible soit la deuxième hypothèse c’est-à-dire des signes, des marques et des gravures témoins d’événements ou de coutumes du passé.

2.2. Les cupules et leur époque

  • 44 Abélanet 1986 et 1990 ; Azémar 1993 a et b ; Gatorze 1997 ; Rizzi 2001 ; Scanzi 1996.

47La datation de la réalisation de ces marques sur la pierre reste problématique. En Europe, l’on sait que le phénomène cupules prend toute son ampleur au Néolithique final vers la fin du IIIe millénaire avant notre ère44 et plus ou moins en concomitance avec le mégalithisme. À Madagascar, en tout cas à Ambohimanga, à Ambohidratrimo ou au Manandriana betsileo, on a vu qu’elles n’ont aucun lien avec les roches dressées ou couchées. Et, dans l’état actuel des connaissances archéologiques, il n’y a pas eu de préhistoire dans le pays : pas d’hommes fossiles et encore moins de découvertes d’industries lithiques taillées ou polies.

  • 45 Datations radiocarbones sur deux sites du littoral : l’un au sud-ouest à Sarodrano et l’autre à l’e (...)
  • 46 Cet itinéraire est attesté par la langue malgache et les us et coutumes. Cf. Deschamps 1972 - Histo (...)
  • 47 Ainsi par exemple le R. P. Callet, qui, à l’issue de ses enquêtes et collectes dans les années 1870 (...)

48La datation des premières arrivées sur l’île se situe aux IVe-Ve siècles de notre ère45 depuis l’Austronésie via le sud de l’Inde et l’Afrique Orientale46, donc déjà dans l’Âge du Fer. Par ailleurs, les témoignages écrits des observateurs de l’époque royale du XVIIIe et XIXe siècles47 font défaut également et aucune mention des cupules ou de rites sacrificiels ou non laissant des marques sur les rochers n’y est faite. Nous avons déjà évoqué auparavant le rôle du christianisme et de ses agents propagateurs dans l’extinction de la mémoire collective au sujet des cupules.

  • 48 Région appelée à l’époque Vakinankaratra. Actuellement, cette région désigne celle d’Antsirabe, gra (...)
  • 49 Vig 1973, p. 37.

49En tous cas, nous pouvons déjà dire avec certitude qu’on n’a plus creusé de cupules au XIXe siècle à Ambohimanga et à Ambohidratrimo d’autant que les témoins européens d’époque, y ayant séjourné longuement, n’en font aucune mention. De même, le pasteur norvégien Lars Vig, qui a travaillé durant plus d’un quart de siècle (1875-1902) et observé et collecté des traditions, notamment celles relatives à la vie religieuse et spirituelle du Betsileo du Nord48 où se trouve le Manandriana avec ses roches à cupules, ne parlait point de creusements opérés sur les rochers. Par contre, il fait état de la présence nombreuse de pierres sacrées qui comportent un petit trou ou une cavité et que l’on interrogeait49. Nous ignorons si ce trou ou cette cavité était une cupule, mais nous allons y revenir en parlant des fonctions et usages de ces marques gravées.

  • 50 Rizzi 2001, p. 221.
  • 51 Il est reconnu que la royauté n’a pas pu apparaître avant l’arrivée des dernières vagues d’immigran (...)

50Mais en ce qui concerne les cupules d’Ambohimanga et d’Ambohidratrimo, vu leur localisation dans les sites et leurs environs immédiats, l’on peut affirmer sans aucune hésitation qu’elles sont liées au contexte des rova et de la royauté, donc creusées durant l’époque ancienne soit au plus tard, comme ce fut le cas au sud du Tyrol en Italie du Nord50, vers la fin du XVIIIe siècle de notre ère et au plus tôt, au début de la royauté au XIVe siècle51 à Ambohimanga.

  • 52 12 cupules sur un total de 40. Une autre version de la tradition stipule également que chaque visit (...)
  • 53 Callet 1908, p. 579 et épisode à situer à la fin du XVIIIe s.
  • 54 Ibidem, p. 388 où on relate une de ces scènes survenue dans le courant du deuxième quart du XVIIIe (...)

51L’édification successive de différents rova à travers l’espace d’Ambohimanga nous donne aussi la chronologie des cupules sur le site : ainsi celles de Mahazaza seraient donc les plus anciennes, ensuite celles de Nanjakana et de Fidasiana et enfin celles de Mahandrihono. En ce qui concerne les cupules des autres rochers situés dans le périmètre de la colline, nous pensons que celles d’Antsolatra et certaines d’Ambatorangotina sont contemporaines de celles de Mahazaza car, d’un côté, elles sont de même facture au niveau des rigoles et de l’autre, leurs rochers supports se trouvent sur le chemin menant à ce vieux rova aujourd’hui disparu. D’autres cupules d’Ambatorangotina dateraient par contre de l’occupation de Nanjakana, de Fidasiana et de Mahandrihono d’autant que la tradition associe son rocher à un lieu de jugement royal, particulièrement au XVIIIe siècle et au cours de chaque séance, le juge-bourreau aurait “griffé” ou “gratté” le rocher en question. Les conséquences sont évidentes : primo, de tous les rochers à cupules d’Ambohimanga, seul celui d’Ambatorangotina a reçu le qualificatif plus que révélateur de “griffé” retenu par son toponyme et justifiant la présence des cupules et, secundo, ce rocher comporte le plus de cupules de tous52. Toujours liée à ce contexte de jugement, la tradition rapporte également à propos du rocher d’Ambatorangotina que l’on aurait enseveli à proximité un taureau à robe noire et n’aimant pas les mensonges53 et que c’était aussi l’endroit indiqué pour faire boire le vokaka, c’est-à-dire de l’eau sacrée mélangée à un peu de cendres et de terre prélevés dans des tombeaux royaux pour les serments de fidélité à la personne royale54.

Figure 12 : Roche à cupules à Manandriana, en pays Betsileo (cliché de l’auteur)

Figure 13 : Roche à cupules à Manandriana, en pays Betsileo (cliché de l’auteur)

Figure 14 : Rocher à cupules « à la roche griffée » d’Ambatorangotina (cliché de l’auteur)

  • 55 Ainsi par exemple en 1786-1787 lors de la proclamation de la déchéance du roi Andrianjafy au profit (...)

52Le dernier détail à signaler à propos du rocher à cupules d’Ambatorangotina est qu’il servait également pour prononcer les grands discours55. Il en était de même pour le rocher de Fidasiana (fig. 9). On peut donc admettre que le creusement de cupules était un marquage d’événements sur les rochers qui étaient alors « griffés ». Tout ceci nous permet de tenter de répondre maintenant à la question sur les agents perforateurs.

2.3. Les creuseurs de cupules

  • 56 Pour en savoir plus sur le sikidy, lire Decary 1970 - La divination malgache par le sikidy, Paris, (...)
  • 57 Ils sont encore bien présents à notre époque.
  • 58 On les appelle ainsi lorsqu’ils sont également versés dans l’astrologie. Le vocable généralement ut (...)
  • 59 Ce pronom relatif peut se rapporter et à l’ombiasa et au sommet, tous deux objets de pélerinages fr (...)

53En partant de ce qui précède, les cupules auraient été alors creusées par des personnages très proches des souverains et détenteurs du pouvoir spirituel. La tradition et la mémoire collective contemporaine se souviennent très bien d’eux, non pas en tant que creuseurs de cupules, mais en tant que personnages puissants, praticiens de la divination- le sikidy56 - et de la magie, maître des charmes et des fétiches et « prêtres » des sacrifices - les sorona - : on les nomme57 ombiasa, mpisikidy, mpanandro58, mpisorona ou mpitan-kazomanga... L’ombiasa d’Andrianampoinimerina, qui s’appelait Andriantsivongo, occupait à 1 km à l’ouest une grande colline - le Mangabe - dont le sommet domine de bien haut celui d’Ambohimanga et qui59 continue jusqu’à nos jours d’être l’objet de pélerinage et de « consultation » par l’entremise des gardiens de son tombeau, jouant également d’ailleurs le rôle d’ombiasa.

54À part les ombiasa, en effet, on voit mal quels autres individus auraient pu opérer des trous sur certains rochers durant l’époque ancienne des Hautes-Terres centrales malgaches. Toujours est-il et malgré ce que nous avons déjà évoqué à propos du rôle du christianisme, qu’il est curieux qu’il ne reste pas de traces d’une tradition ou de rituels coutumiers de cette époque au sujet des cupules dans la mémoire populaire des habitants actuels...

  • 60 Dans la civilisation traditionnelle, les directions cardinales possèdent à Madagascar des significa (...)
  • 61 Dans une assemblée ou à la maison, les femmes et les enfants se cantonnent au sud et à l’ouest tand (...)
  • 62 Le Pasteur Lars Vig (1973, p. 37) rapporte la même tradition pour le Pays Betsileo du nord à la fin (...)

55Cette liaison des cupules avec les « hommes sacrés » de l’époque ancienne éclaire également pourquoi, par exemple à Ambohimanga, colline sacrée, il n’existe point de roches à cupules dans les directions cardinales reconnues comme sacrées60 dans la tradition malgache, à savoir le nord, le nord-est et le sud-est. Ces directions - ainsi que les zones qu’elles comprennent - devaient rester en dehors de ces marquages d’événements (discours ou autres jugements) sur rochers qu’étaient les cupules, d’autant que certaines de ces dernières symbolisent la féminité (les cupules à contours vulvaires) donc devant être placées au sud ou à l’ouest61. Symboles de la fécondité, des femmes venaient devant elles pour demander d’avoir un enfant en essayant d’y placer un caillou62 par une série de tirs. Un vœu exaucé se traduisait par la suite par une offrande ou par une onction de graisse ou de miel autour de la cupule : il en est toujours ainsi jusqu’à nos jours pour la cupule vulvaire du rocher d’Ambatomiantendro à Ambohimanga.

2.4. Des fonctions utilitaires des cupules

56Les autres cupules, particulièrement celles non liées à ce genre de fonction symbolique précédemment décrites, ont plutôt une fonction utilitaire de support à des pratiques rituelles en ce sens qu’elles ont été creusées pour recevoir un liquide rituel quelconque contenant éventuellement des dépôts : eau bénite (sacrée), du sang, du miel, bref, une fonction utilitaire liée aux libations de sacrifices et autres actes divinatoires - le sikidy - surtout pour celles reliées par une rigole.

  • 63 Abélanet 1990 ρ 96 ; Azémar 1993 a, p. 21 ; Blaize 1992-1995 ; Scanzi 1996, p. 21.
  • 64 À Madagascar, on attribue depuis toujours aux Ancêtres des vertus protectrices.

57Ce rôle utilitaire des cupules malgaches s’inscrit donc dans l’optique de celui des cupules néolithiques ou antiques d’Europe, dont les rochers supports sont à considérer comme des tables d’offrandes63. Par ailleurs, il y a donc lieu de considérer également les cupules comme inséparables des cérémonies de divination et surtout liées à l’occupation royale des sites d’Ambohimanga et d’Ambohidratrimo. Il n’est pas non plus exclu qu’elles aient été associées au culte des Ancêtres, culte encore si vivant et si profond à Madagascar jusqu’à nos jours64.

  • 65 Pasteur L. Vig 1973, p. 37.

58D’autres fonctions utilitaires des cupules et autres roches à cupules seraient peut-être ce que nous rapportait le Pasteur Lars Vig à propos des « pierres oraculaires » qu’il a observées en Pays Betsileo, c’est-à-dire des pierres à interroger, comportant « un petit trou ou une cavité » dans lequel on essayait de jeter des cailloux ou encore d’atteindre le trou ou la cavité avec l’index de la main droite, les yeux fermés et en se dirigeant vers le rocher. Dans les deux cas, la réussite de l’essai équivalait à une réponse positive à l’interrogation posée à la roche65. Mais il y a quand même lieu de se demander si le petit trou ou la cavité sont naturelles ou creusées par l’homme.

Figure 15 : Rocher à cupules de Fidasiana (cliché de l’auteur)

Figure 16 : Rocher à cupules de Nanjakana (cliché de l’auteur)

Figure 17 : Rocher à cupules d’Andranomboahangy (cliché de l’auteur)

Figure 18 : Rocher à cupules de Mahazaza (cliché de l’auteur)

Figure 19 : Rocher à cupules d’Ambatomiantendro (cliché de l’auteur)

  • 66 Le tangena est une plante aux graines vénéneuses utilisées autrefois pour les jugements. Plus tard (...)

59L’auge creusée dans le roc à Nanjakana (fig. 11) est bien évidemment anthropique et associée par la tradition à une ordalie au tanghuin66. Plus tard, elle aurait servi à donner à boire aux corbeaux qui un jour, de par leurs croassements, auraient donné l’alerte au Rova sur une invasion de nuit des Sakalava.

2.5. Techniques de réalisation des gravures et des cupules

  • 67 Cette technique, parmi tant d’autres, a été étudiée et bien décrite par Gilbert et Gassies. Cf. Gil (...)

60Réalisées à une époque très proche de la nôtre, à savoir entre le premier quart du XIXe siècle et la moitié du XXe, les gravures ont été réalisées par incisions régulières et profondes à l’aide d’outils très résistants et tranchants du genre burin métallique, permettant de sectionner la roche67.

  • 68 Abélanet 1990, p. 92.
  • 69 Au Malaret dans l’Hérault.
  • 70 En Guyane française.
  • 71 En Catalogne du nord.

61En ce qui concerne les techniques de réalisations des cupules, leurs profils et leur régularité excluent l’usage d’un burin ou d’une pointe que l’on aurait martelé. Ces outils, en effet, auraient donné une saignée ou une coupe en V68, or celles des cupules sont bien en U et plus ou moins ouvert. Ces profils hémisphériques aux parois bien polies et régulières, à l’instar de ceux des cupules étudiées par Azémar69, Gilbert et Gassies70 ou Abélanet71, ont été obtenus soit par creusement à l’aide d’un instrument pivotant comme un foret conique soit par percussion et martelage à l’aide d’un galet à qui, de temps en temps, on imprima un mouvement tournant.

62L’observation détaillée et rapprochée des cupules ferait pencher pour la première technique à propos de certaines cupules de Mahazaza, d’Ambatorangotina ou de Fidasiana et pour la deuxième à propos de toutes les autres d’Ambohimanga, d’Ambohidratrimo et de Manandriana. Faute de pouvoir étudier ces techniques de creusement par l’ethnoarchéologie, car la pratique des cupules a été abandonnée depuis longtemps et son souvenir même oublié, nous ne pouvons avancer que des hypothèses.

63À propos enfin de la technique de creusement des rigoles reliant des cupules entre elles, il est probable que ce soit par incision suivie d’un raclage interne sur 1 ou 2 cm de profondeur à l’aide d’un outil métallique ou en pierre bien sûr plus dure que la roche support.

Conclusion

64À travers cette contribution relative aux marques sur la pierre à Madagascar et dédiée à Jean Abélanet, nous avons voulu, entre autres desseins, rédiger une introduction à l’étude des roches anthropisées et particulièrement des roches à cupules malgaches des Hautes-Terres centrales, par l’approche, trop limitée certes, de deux sites célèbres de la région d’Antananarivo, Ambohimanga et Ambohidratrimo, et dans une moindre mesure, Manandriana du Pays Betsileo.

65Le sujet est à la fois nouveau, vaste et délicat. Nouveau parce que centré sur les cupules, récemment découvertes, et qu’aucune recherche antérieure n’a été menée ni sur elles ni sur les autres marques dessinées sur les roches et pierres malgaches. Vaste car embrassant plusieurs domaines de la vie passée de ces sites : histoire, rites et coutumes, vie spirituelle... Vaste également car il n’y a pas que deux ou trois sites dont les roches ont été marquées par l’homme autrefois et il est évident qu’il faudra dans l’avenir élargir le champ d’étude pour collecter le maximum d’informations sur ces marquages jusqu’ici inconnus et pouvoir comparer et procéder ensuite à une synthèse globale. Délicate enfin est l’étude car touchant à la vie spirituelle et religieuse des Anciens, de surcroît sans aucune possibilité de confrontation avec ce que rapportent les mémoires consignées par écrit des défunts ou vivantes des contemporains, car elles ont complètement oublié jusqu’à la présence des cupules, leurs fonctions et leur symbolisme.

66Cette étude introductive des cupules malgaches des Hautes-Terres centrales aura permis également d’opérer une nouvelle lecture des sites princiers et royaux de la région et de mieux comprendre, ne serait-ce que partiellement, ces manifestations culturelles et cultuelles liées aux rochers qui, sur d’autres continents, datent de la lointaine Préhistoire et ici de quelques siècles seulement, et font aussi état de leur authenticité et de leur intégrité qu’il faudrait savoir préserver et conserver par un grand travail de sensibilisation sur le patrimoine et par une surveillance rapprochée pour qu’on ne voie plus se multiplier les inscriptions sauvages et autres marques de vandalisme.

Bibliographie

Abélanet 1986 : ABÉLANET (J.) - Signes sans paroles. Paris, Hachette, 1986, 415 p.

Abélanet 1990 : ABÉLANET (J.) - Les roches gravées nord catalanes. Perpignan, Centre d’Études Préhistoriques Catalanes, n° 5, 218 p.

Azémar 1993 a : AZÉMAR (R.) - Les gravures rupestres des dolmens des Cévennes occidentales. Bulletin de la Société Archéologique et Historique des Hauts Cantons de l’Hérault, n° 16, Montpellier, 1993, p. 17-24.

Azémar 1993 b : AZÉMAR (R.) - Les roches à cupules de Malaret (Commune de Saint-Vincent d’Olargues, 34). Bulletin de la Société Archéologique et Historique des Hauts Cantons de l’Hérault, n° 16, Montpellier, 1993, p. 25-31.

Blaize 1992-1995 : BLAIZE (Y) - El Pilo de Fornols : de nouvelles gravures rupestres au Pla Vail en So (Conflent). Travaux de Préhistoire Catalane, CEPC, n° 7, Perpignan, 1992-1995, p. 67-72.

Callet 1908 : CALLET (R. P.) - Tantara ny Andriana eto Madagascar. Tananarive, Académie Malgache, 1908, 1243 p.

Decary 1962 : DECARY (R.) - La mort et les coutumes funéraires à Madagascar. Paris, Maisoneuve et Larose, 1962, 306 p.

Dubois 1938 : DUBOIS (R. P.) - Monographie du Betsileo. Paris, Institut d’Ethnologie, 1938, 1510 p.

Gatorze 1997 : GATORZE (J.) - La pierre à cupules de Roquebrun. Bulletin de la Société Archéologique et Historique des Hauts Cantons de l’Hérault, n° 20, Montpellier, 1997, p. 23-28.

Gilbert et Gassies 2001 : GILBERT (A.) et GASSIES (Ε.) - Les gravures rupestres de la Pointe Marie Galante, Ile Saint-Joseph - Iles du Salut - Cayenne, Guyane Française. Bulletin de la Société Préhistorique Française, Tome 98, n° 4, Paris, 2001, p. 717-733.

Joussaume et Raharijaona 1985 : JOUSSAUME (R.) et RAHARIJAONA (V.) - Sépultures mégalithiques à Madagascar. Bulletin de la Société Préhistorique Française, n° 82, Paris, 1985, p. 534-551.

Manjakahery 2005 : MANJAKAHERY (Β.) - Contribution à l’étude du mégalithisme à Madagascar : l’exemple des populations Bara (région Centre-Sud de Madagascar). Communication au Colloque en hommage à Jean Abélanet, Université de Perpignan, p. 24-26 mai 2001. Presses Universitaires de Perpignan, p 315-320, 3 fig.

Rafolo 1994 : RAFOLO (A.) - Les expressions matérielles du pouvoir dans les sites archéologiques malgaches des Hautes-Terres (XIIe - XVIIIe siècles). In : Les Assises du pouvoir. Temps médiévaux, territoires africains, O. Redon et B. Rosenberger éd., Vincennes, Presses Universitaires de Vincennes, 1994, p. 91-107.

Rizzi 2001 : RIZZI (G.) - The dating of cup-holes in South Tyrol. Preistoria Alpina, Vol. 33 (1997), Museo Tridentino di Scienze Naturali, Trento, 2001, p. 221-223.

Scanzi 1996 : SCANZI (M.) - Roches à cupules dans la forêt des Albières (Commune de Berlou). Bulletin de la Société Archéologique et Historique des Hauts Cantons de l’Hérault, n° 19, Montpellier, 1996, p. 19-22.

Vig 1973 : Rév. VIG (L.) - Les conceptions religieuses des anciens Malgaches. Tananarive, Impr. Catholique, 1973, 76 p. (traduit de l’allemand par le R. Ρ Bruno Hubsch, de l’Institut Supérieur de Théologie d’Ambatoroka).

Notes

1 Cf. Joussaume et Raharijaona 1985 et l’étude récente de Barthélémy Manjakahery en 2001, présente également dans cet hommage à Jean Abélanet.

2 Dans cette contribution, nous parlerons de roche ou de rocher pour désigner la masse rocheuse naturelle qui n’a pas été déplacée par l’homme. Nous utiliserons par contre le vocable pierre pour désigner la pièce rocheuse déplacée par l’homme ou une autre de taille réduite.

3 Mission financée par l’Université de Perpignan et dans le cadre des accords avec la Faculté des Lettres et Sciences Humaines d’Antananarivo. Nous tenons à exprimer ici toute notre reconnaissance à Michel Martzluff ainsi qu’à Jean Abélanet pour nous avoir communiqué une bibliographie sur les cupules. M. Martzluff nous a auparavant ouvert les yeux en nous signalant la présence à Ambohimanga de ces cupules, qui, inconnues jusque-là pour nous, étaient invisibles à nos yeux.

4 Colloque auquel participait notre collègue Barthélémy Manjakahery.

5 Située à une vingtaine de kilomètres au nord d’Antananarivo et récemment (décembre 2001) inscrite sur la Liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO.

6 Autre colline située à 15 km au nord-ouest d’Antananarivo.

7 Dans l’histoire de Madagascar, l’époque ancienne désigne la période allant des origines du peuplement (premiers siècles de l’ère chrétienne) jusqu’au début du XIXe siècle, plus précisément en 1810, année du décès du roi Andrianampoinimerina (1787-1810) et d’accession au trône de Radama I (1810-1828) qui a modernisé le pays en s’ouvrant à l’Occident.

8 Et non pas de « plateaux « comme on avait l’habitude de l’appeler (“Hauts Plateaux”) durant une grande partie du XXe siècle.

9 Rafolo 1994, p. 93.

10 Les souverains à Madagascar étaient des dieux visibles de leur vivant et après leur décès, des êtres protecteurs, objets de culte populaire.

11 Cette fête rituelle, où l’on faisait prendre une douche au souverain, appelée en malgache fandroana (bain), était la fête nationale durant la royauté. Chez les Sakalava de l’ouest, la même fête s’appelle fitampoha. Cf. Molet 1956, Le bain royal à Madagascar, Tananarive, Impr. Luthérienne, 240 p.

12 La place publique kianja est à rapprocher de l’agora grec et du forum romain de l’Antiquité.

13 Ambatomasina est porté sur la fig. 2, mais est absent du tableau A. La pierre sacrée en question n’est plus visible sur place suite aux aménagements successifs et seul le toponyme nous rappelle son existence et son emplacement sur le site.

14 Les roches à cupules seront étudiées plus loin.

15 Ce sont des hydronymes et des anthroponymes.

16 Cf. Manjakahery dans ce même ouvrage et Joussaume et Raharijaona 1985.

17 Robe noire de jais ou rouge avec tache blanche sur le front ou à défaut sur le sommet de la bosse ou aux extrémités des membres ou encore de la queue. Repérés dans un troupeau, ces animaux étaient jadis destinés aux princes et souverains qui en étaient les véritables propriétaires, tandis que le propriétaire du troupeau n’en était que le « gardien ».

18 Tous les tombeaux d’Ambohimanga, pour des raisons politiques et militaires, ont été désaffectés par les autorités françaises en mars 1897 et les dépouilles transférées dans l’enclos royal d’Antananarivo. Malgré cela, les tombeaux - ou ce qu’il en reste - demeurent bien sacrés pour les Malgaches.

19 De ce rocher d’Ambatomiantendro, l’on peut en effet voir les sommets des différentes collines de la région d’Antananarivo d’où son nom « au-rocher-où-les-sommets-se-rejoignent ». Antananarivo et sa colline y sont bien visibles, situées seulement à 15 km à vol d’oiseau, vers le sud.

20 Rafolo 1994, p. 100.

21 Dubois 1938, p. 543. Il y rapporte également que le fanorona s’appelle peka (paika) en Pays Betsileo.

22 Beart 1955 - Jeux et jouets de l’Ouest africain, Cahors, Presses de l’Imprimerie A. Couslant, 888 p.

23 Clidière 1977 - Le guide Marabout des jeux de société, Paris, Coll. Marabout Service, 384 p.

24 Le fanorona, jeu de dame malgache et jeu d’adresse intellectuelle, se joue à deux avec 22 pions (fanorona à 9) ou 12 pions (fanorona à 5) pour chaque joueur. La règle du jeu est simple :
« Un pion qui a près de lui une place vide prend les pions de l’adversaire qui se trouvent sur le prolongement de cette place vide, sans interruption entre eux, quel que soit leur nombre, sauf au premier coup où l’on n’en prend que deux. “On peut manœuvrer les pions dans tous les sens et prendre ceux de l’adversaire dans tous les sens, pourvu qu’on ne revienne pas immédiatement au point que l’on vient de quitter et qu’on ne prenne pas à la fois à droite et à gauche, devant et derrière » (Dubois 1938, p. 544). La règle complète du jeu de fanorona est disponible dans Chauvicourt 1980 - Le fanorona, jeu national malgache, Antananarivo, Librairie de Madagascar, 55 p.

25 Callet 1908, p. 142. L’école, dans sa version occidentale, n’a fait son apparition à Madagascar qu’en 1818 à Tamatave et en 1820 à Antananarivo sous l’initiative des missionnaires britanniques de la London Missionary Society (L.M.S.) soutenue par le roi Radama I.

26 La bibliographie recensée à Antananarivo l’atteste bien : les auteurs se sont intéressés aux roches dressées et aux autres manifestations du mégalithisme, mais pas sur ce que pouvaient receler les roches et en particulier les cupules.

27 Cupula en latin, coppelle n italien, cup-holes en anglais...

28 Bibliographie dans Abélanet 1990, p. 205-209.

29 Cf. Gilbert et Gassies 2001 qui en signalent la présence en Amérique du Sud. On a retrouvé également des cupules au Proche-Orient, plus précisément en Transjordanie.

30 Il n’y a aucune raison de croire qu’il n’en existe pas dans les autres régions de Madagascar et il faudrait dans l’avenir élargir les zones de prospection pour les découvrir et connaître exactement leur aire de répartition à travers le pays.

31 Abélanet 1990, p. 89.

32 Il faut préciser que la cosmologie malgache représente l’espace en cinq points cardinaux (et non quatre) avec le Centre. Cette notion de Centre est omniprésente et dans l’espace géographique cardinal et dans l’espace domestique de la maison. Cf. Hébert 1965 - L’énumération des points cardinaux et l’importance du Nord-Est in Annales de l’Université de Madagascar, Série Lettres et Sciences Humaines, Taloha 1 - Archéologie, Tananarive, Université de Madagascar, p. 150-195.

33 Ainsi à Ambatomiantendro et à Fidasiana.

34 Ainsi à Ambatorangotina et à Andranomboahangy (fig. 17).

35 Ainsi à Nanjakana et à Mahazaza (fig. 16 et 18)

36 On peut d’ores et déjà anticiper ici, avant le volet consacré aux interprétations, que le rocher d’Ambatorangotina est donc très bien nommé. Nous y reviendrons.

37 Abélanet 1990 ; Blaize 1992-1995 ; Gatorze 1997 ; Scanzi 1996...

38 Comme à Ambohidratrimo ou ailleurs, les Malgaches des Hautes-Terres les appellent « empreintes-de-pas-de-Rapeto » (« dian-tongotr’i Rapeto »). Rapeto, personnage mythique, était un géant qui aurait laissé ses empreintes de pas sur les rochers où il posait un pied.

39 Abélanet 1990, p. 11

40 Azémar 1993 b, p. 31

41 Les nombreuses personnes interrogées sur les sites et ailleurs disent que ces trous sont « naturels », c’est-à-dire œuvre du créateur (voajanahary). À Miadampahonina, petit village près du P. Κ 39 de la R. N. 4 vers Majonga où nous en avons récemment découverts (en juin 2002), les habitants les appellent « mortier d’enfants » (laonan-jaza).

42 Cette christianisation du XIXe s. a été le fait de la Société Missionnaire de Londres (L.M.S.) composée de protestants indépendants britanniques. Chassés en 1835 après avoir introduit dans le pays l’école, l’alphabet latin, l’imprimerie, les techniques européennes et traduit la Bible en malgache, ses missionnaires ont pu revenir dans l’île après le décès de la reine Ranavalona I (1828-1861). Cf. Hubsch (éd.) 1993 - Madagascar et le Christianisme, Paris/Antananarivo, Karthala/ACCT/Ambozontany, 520 p.

43 Abélanet (1986) parle de « signes sans paroles » sur rochers.

44 Abélanet 1986 et 1990 ; Azémar 1993 a et b ; Gatorze 1997 ; Rizzi 2001 ; Scanzi 1996.

45 Datations radiocarbones sur deux sites du littoral : l’un au sud-ouest à Sarodrano et l’autre à l’extrême nord, à Andavakoera. Pour la région d’Antananarivo, les sites les plus anciens connus actuellement datent du VIIIe-IXe siècles (travaux des regrettés collègues David Rasamuel à Ambohimanana et Solo Rakotovololona à Ankadivory).

46 Cet itinéraire est attesté par la langue malgache et les us et coutumes. Cf. Deschamps 1972 - Histoire de Madagascar, Paris, Berger-Levrault ou Vérin (P.) 1990 - Madagascar, Paris, Karthala ou encore Dahl (O. C.) 1991 - Migration from Kalimantan to Madagascar, Oslo, Norwegian University Press.

47 Ainsi par exemple le R. P. Callet, qui, à l’issue de ses enquêtes et collectes dans les années 1870, a amassé une mine d’informations historiques et ethnographiques sur les habitants de la région d’Antananarivo, informations publiées en 1875 sous le titre Tantara ny Andriana eto Madagascar (l’Histoire des Rois à Madagascar), réédité en 1908 par l’Académie Malgache. Ces informations collectées et transcrites en malgache touchaient aussi bien le XIXe siècle que les périodes antérieures jusqu’aux origines de la royauté pour les Merina de la région d’Antananarivo (XIVe s.).

48 Région appelée à l’époque Vakinankaratra. Actuellement, cette région désigne celle d’Antsirabe, grande localité située à quelque 170 km au sud d’Antananarivo.

49 Vig 1973, p. 37.

50 Rizzi 2001, p. 221.

51 Il est reconnu que la royauté n’a pas pu apparaître avant l’arrivée des dernières vagues d’immigrants à Madagascar au XIIe siècle. On lira avec intérêt sur cette question de l’apparition de l’institution royale à Madagascar Kent 1970 - Early kingdoms in Madagascar (1300-1500), New York, University Press ou Esoavelomandroso (F.) 1985 dans D. T. Niane (dir.), Histoire Générale de l’Afrique, Paris, UNESCO, Tome IV, p. 651-668.

52 12 cupules sur un total de 40. Une autre version de la tradition stipule également que chaque visiteur arrivant sur le site devra gratter le rocher pour être assuré de s’y plaire (Callet 1908, p. 578).

53 Callet 1908, p. 579 et épisode à situer à la fin du XVIIIe s.

54 Ibidem, p. 388 où on relate une de ces scènes survenue dans le courant du deuxième quart du XVIIIe s.

55 Ainsi par exemple en 1786-1787 lors de la proclamation de la déchéance du roi Andrianjafy au profit de son neveu Andrianampoinimerina.

56 Pour en savoir plus sur le sikidy, lire Decary 1970 - La divination malgache par le sikidy, Paris, Publication du Centre Universitaire des Langues Orientales Vivantes, 6e Série, Vol. IV, 109 p.

57 Ils sont encore bien présents à notre époque.

58 On les appelle ainsi lorsqu’ils sont également versés dans l’astrologie. Le vocable généralement utilisé par les chercheurs pour désigner l’ensemble de tous ces personnages est « devins guérisseurs ». Lars Vig (1973, p. 43) parle d’« hommes sacrés ».

59 Ce pronom relatif peut se rapporter et à l’ombiasa et au sommet, tous deux objets de pélerinages fréquents, pour ne pas dire quotidiens.

60 Dans la civilisation traditionnelle, les directions cardinales possèdent à Madagascar des significations religieuses, politiques et sociales. Ainsi le nord est associé au pouvoir, à l’autorité, au commandement et à la puissance. L’est est dévolu au domaine du sacré, des Ancêtres et du Créateur. Le sud est réservé à la servitude, à l’humilité et à la soumission tandis que l’ouest est le secteur de l’intrus, du profane, de l’impur et de l’étranger. Toute organisation de l’espace dans le schéma traditionnel se devait de respecter ces valeurs que l’on retrouve aussi dans l’espace domestique des maisons (Hébert 1965 et Rafolo 1994, p. 96).

61 Dans une assemblée ou à la maison, les femmes et les enfants se cantonnent au sud et à l’ouest tandis que les hommes prennent place au nord et secondairement à l’est. La civilisation occidentale et l’urbanisation ont fait oublier ces manières dans les milieux urbains. Par contre, en milieu rural, la tradition est encore vivace.

62 Le Pasteur Lars Vig (1973, p. 37) rapporte la même tradition pour le Pays Betsileo du nord à la fin du XIXe siècle.

63 Abélanet 1990 ρ 96 ; Azémar 1993 a, p. 21 ; Blaize 1992-1995 ; Scanzi 1996, p. 21.

64 À Madagascar, on attribue depuis toujours aux Ancêtres des vertus protectrices.

65 Pasteur L. Vig 1973, p. 37.

66 Le tangena est une plante aux graines vénéneuses utilisées autrefois pour les jugements. Plus tard (milieu du XIXe siècle), on l’administrait à des poulets qui remplaçaient le prévenu. Dans les deux cas, la famille du prévenu, si elle en avait les moyens, pouvait toujours soudoyer le bourreau en cachette pour que sa préparation soit moins concentrée, donc non mortelle.

67 Cette technique, parmi tant d’autres, a été étudiée et bien décrite par Gilbert et Gassies. Cf. Gilbert et Gassies 2001, p. 729.

68 Abélanet 1990, p. 92.

69 Au Malaret dans l’Hérault.

70 En Guyane française.

71 En Catalogne du nord.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Localisation des principales collines citées (carte au 1/2 5000 000, D.A.O. Sabine Nadal)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4187/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau A : Les roches anthropisées à Ambohimanga.Les chiffres indiquent le nombre de cupules comptées, le signe X est un indice de présence
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4187/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Figure 2 : Localisation des roches à cupules sur la colline sacrée d’Ambohimanga (éch. 1/10 000, D.A.O. Sabine Nadal)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4187/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Figure 3 : Détail du Rova d’Ambohimanga et des ses rochers (éch. 1/1 000, D.A.O. Sabine Nadal)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4187/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Figure 4 : Croquis situant les roches à cupules sur la colline sacrée d’Ambohidratrimo (éch. 1/500, D.A.O. Sabine Nadal)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4187/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Figure 5 : Mini-pierre dressée, pierre sacrée de Mahandrihono, Ambohimanga (cliché de l’auteur)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4187/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Figure 6 : Mini-pierre dressée, pierre sacrée de Fidasiana, Ambohimanga (cliché de l’auteur)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4187/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Figure 7 : Mini-pierre dressée, pierre sacrée de Nanjakana, Ambohimanga (cliché de l’auteur)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4187/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Figure 8 : Grille de jeu fanorona à neuf, Ambatomiantenendro. En arrière-plan, la plaine d’Antananarivo que domine le rocher (cliché de l’auteur)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4187/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau Β : roches à cupules et/ou à inscriptions à Ambohimanga
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4187/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Figure 9 : Grille de jeu fanorona à cinq, Ambatomiantendro (cliché de l’auteur)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4187/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Figure 10 : Inscription souvenir à Ambatomiantendro (cliché de l’auteur)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4187/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Figure 11 : Auge aux oiseaux à Nanjakana (cliché de l’auteur)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4187/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Figure 12 : Roche à cupules à Manandriana, en pays Betsileo (cliché de l’auteur)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4187/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Figure 13 : Roche à cupules à Manandriana, en pays Betsileo (cliché de l’auteur)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4187/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Figure 14 : Rocher à cupules « à la roche griffée » d’Ambatorangotina (cliché de l’auteur)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4187/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Figure 15 : Rocher à cupules de Fidasiana (cliché de l’auteur)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4187/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Figure 16 : Rocher à cupules de Nanjakana (cliché de l’auteur)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4187/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Figure 17 : Rocher à cupules d’Andranomboahangy (cliché de l’auteur)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4187/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Figure 18 : Rocher à cupules de Mahazaza (cliché de l’auteur)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4187/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Figure 19 : Rocher à cupules d’Ambatomiantendro (cliché de l’auteur)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4187/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 54k

© Presses universitaires de Perpignan, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search