Version classiqueVersion mobile

Roches ornées, roches dressées

 | 
Michel Martzluff

2 - Aux sources des arts et des mythes

Approche d’une symbolique de la casa : les linteaux sculptés de Rieutort (Capcir, P.-O.)

Lydie Mirailles

Résumé

L’inventaire des linteaux qui forment un des éléments les plus remarquables de l’architecture paysanne des villages de la haute vallée de l’Aude, en Capcir, conduit à se questionner sur le sens et la fonction de ces monolithes, pour la plupart taillés dans la roche granitique locale et souvent ornés. Les sources de l’histoire (datation, textes d’archives) et les ressources de l’ethnologie (analyse d’une mémoire déjà très diluée) permettent de dégager une évolution dans les styles comme dans la signification de ces ouvrages. À partir des linteaux du hameau de Rieutort, nous avons voulu présenter ici quelques aspects de ces éléments architectoniques qui passent par l’esthétique d’un canon artistique où s’inscrit une symbolique parfois peu explicite. Une vue d’ensemble permet cependant de mieux comprendre certains aspects de la société catalane et de mesurer les changements qui l’ont affectée depuis le XVIIIe siècle

Entrées d'index

Texte intégral

Introduction

1Rieutort est un village appartenant à la commune rurale de Puyvalador, en Capcir. Jusqu’à présent, ce petit village n’a pas été trop abîmé par l’urbanisation que le tourisme d’hiver et d’été ont entraîné sur les hautes terres de Cerdagne et du Capcir. Est-ce dû au climat rude de la région, soumise aux influences humides du Carcanet venant de l’Ariège voisine ? Est-ce dû à l’isolement de ce hameau par rapport aux zones sensibles des stations de ski des Angles, de Formiguères ou de Puyvalador ou encore à une volonté de ses habitants ? Nous ne pouvons pas le dire.

2Toujours est-il que cette conservation assez exceptionnelle du bâti vernaculaire, lié au charme tout particulier des lieux, est sans doute la raison qui nous a poussé à choisir ce village pour centre de notre étude des linteaux en granite de cette région. Et c’est ainsi que, par rapport à ce que nous pouvions trouver ailleurs en Capcir sur ces éléments d’architecture, nous avons constaté à la fois une richesse du décor et de curieux particularismes.

1. Lien entre casa et linteaux

3Sur un peu moins de cinquante bâtisses, seules quatorze maisons et l’église possèdent des linteaux en granite sculptés. Beaucoup de ces casas possèdent encore des linteaux en bois. Changer les linteaux en bois pour des linteaux en granite ne pouvait, avant le XIXe siècle, être le fait que de familles assez aisées, les « Grandes familles » (Assier-Andrieu 1990). Le coût de ce changement était trop important pour que toutes les familles puissent acquérir ces linteaux et les faire sculpter par les picapedrers, les tailleurs de pierre (Martzluff 1989). Malgré l’amélioration des revenus au cours du XIXe siècle, la pauvreté persistait encore même si nous pouvons constater une augmentation considérable des linteaux sculptés, millésimés.

  • 1 Les motifs de certains linteaux de Rieutort ont été ici reproduits en deux trois exemplaires à part (...)

4De ce graphique ressort une période où l’augmentation des linteaux millésimés est très conséquente. L’étude faite sur les autres communes du Capcir fait ressortir cette même période ainsi qu’une autre, dans les années 1880-1890 (Mirailles 2000). Il semble, cependant, lorsque nous regardons de plus près la physionomie des linteaux (formes, motifs, couleurs...), que cette période de la fin du XIXe siècle les banalise. Ils sont plutôt sobres, le linteau est simplement gravé, il n’y a pas de travail sur la forme, sur le relief des inscriptions et ils n’indiquent qu’une date parfois accompagnée d’initiales. Il semble que le développement des linteaux sculptés à la fin du XIXe siècle soit dû à une mode et à des commandes de familles plus modestes contrairement aux linteaux plus élaborés du XVIIIe et du début du XIXe siècle (fig. 1 à 3)1.

2. Les thèmes représentés

5Sur ces linteaux sculptés sont donc représentés des dates, des initiales mais aussi des motifs plus soignés, plus artistiques. Sur le graphique 2 nous pouvons observer les différents motifs rencontrés.

6Ces derniers peuvent se diviser en plusieurs thèmes :

2.1. Thème religieux (fig. 1 et 2)

7La représentation des ostensoirs et des objets rituels de l’église, fait penser que la population était pieuse ; mais il est étrange que, dans certains cas, aucune croix ne surmonte ce motif, déterminant un soléiforme.

2.2. Thème de fécondité et prospérité, lié aux traditions populaires (fig. 3 et 4)

8Le cœur (fig. 4) et les motifs arboriformes ou palmés sont des symboles de prospérité. Nous pouvons rajouter que l’utilisation de la couleur rouge sur le relief de certains linteaux accentue ce rôle de fécondité sur la maisonnée. Le linteau de la figure 3 représente un coq entouré de deux arboriformes qui mêlent ce thème de la prospérité aux survivances de vieilles croyances populaires. Les animaux ainsi que les représentations du soleil ou de la lune rentrent dans cette catégorie. Le coq est un élément solaire mais aussi protecteur ou plutôt gardien d’un territoire. Il aurait donc pour rôle de protéger la maison. De plus le dessin des deux arboriformes laisse supposer une différence : l’un représente peut-être le masculin, et l’autre le féminin, ce qui confirmerait cette symbolique

Répartition par décennie des dates relevées à Rieutort

Répartition par décennie des dates relevées à Rieutort

Figure 1 : Motif religieux sur un linteau de fenêtre de Cal Adaire (Rieutort) et sur lequel un miroir est incrusté dans l’ostensoir divisant le panneau millésimé et gravé d’initiales du cap de casa. Une couleur rouge recouvre le nom ainsi que l’ostensoir (cliché Lydie Mirailles)

Figure 2 : Linteau de Cal Adaire (cf. fig. 1). Dessin technique d’après un relevé de l’auteur. Le motif du linteau apparaît sur la vue du haut, les reliefs sont figurés en noir au centre et les évidements en pointillés (D.A.O. Sabine Nadal)

2.3. Thème idéologique (fig. 5)2

  • 2 Situation : linteau au-dessus de la porte d’entrée au premier étage de la maison Cal Marquet. Une p (...)

9Les fleurs de lys peuvent traduire un attachement local à la monarchie, et au pouvoir en place de la Restauration après 1818.

10Ces différents thèmes semblent évoluer suivant les époques, exprimant différentes préoccupations, différentes façons de penser.

3. La fonction des linteaux

11Nous pouvons penser à partir de ces quelques exemples de linteaux qu’ils ont une fonction bien précise. Ce ne sont pas seulement des éléments décoratifs : ils auraient pour rôle de protéger la maison. Leur situation dans la façade du bâtiment n’est pas non plus anodine. Le fait que ces linteaux sculptés soient au-dessus d’une porte, au-dessus ou en dessous d’une fenêtre, renforce cette idée de défense contre l’invisible. Les portes et les fenêtres sont des seuils de passage entre l’intérieur et l’extérieur. Montrer à l’extérieur ces éléments protecteurs dissuaderait les éléments néfastes de pénétrer dans la maison et même de les transformer s’ils passaient par ces seuils. La volonté des familles de protéger la casa nous fait comprendre l’importance de celle-ci dans la société capcinoise et catalane. Comment définir la casa ? Pour simplifier, elle se compose de quatre éléments :

  • un groupe de résidents (la famille et, si celle-ci en a les possibilités matérielles, des domestiques).

  • une unité de production (organisation économique à une échelle réduite qui réunit des terres, un habitat, des animaux et une force de travail).

  • un patrimoine matériel (biens de la famille, terres, maison, bétail).

  • un patrimoine immatériel, symbolique (un nom qui symbolise la position sociale de la casa).

Figure 3 : Thème de la fécondité et prospérité, issu des traditions populaires. Appui de fenêtre sous le linteau de la figure 1, à Cal Adaire, figurant un coq et des arboriformes en relief (relevé de l’auteur, D.A.O. Sabine Nadal)

Figure 4 : Motif lié à la fécondité et à la prospérité sur un linteau (fenêtre de la maison Cal Barou) de Rieutort (relevé de l’auteur, D.A.O. Sabine Nadal)

12Le fait d’inscrire ses initiales dans le linteau est un moyen pour le cap de casa d’immortaliser son nom dans l’histoire de la casa et de la communauté villageoise, mais aussi de s’approprier ce territoire, ce patrimoine matériel et immatériel (fig. 6). Inscrire ses initiales est un moyen aussi de protéger la maison tout comme la représentation du coq qui en est un symbole. À partir des matrices cadastrales, nous avons pu retrouver les caps de casa initiateurs des travaux de rénovation ou de construction de leurs maisons. Par exemple, sur un des linteaux de Rieutort nous pouvons voir les initiales M JB accompagnées d’une date et d’un ostensoir. Or, nous savons que ce cap de casa se nommait Jean-Baptiste Merlat. Ses héritiers ont continué de modifier la maison, mais leurs noms n’apparaissent pas. Ce n’est pas le cas pour une autre casa du village. Il y a plusieurs linteaux et différentes initiales, dont pour l’instant, seul un des noms a été retrouvé : il s’agit de François Pascal. Les autres initiales appartiennent à la même famille, mais sont plus anciennes. Inscrire ses initiales dans la pierre est souvent pratiqué par un cap de casa assez puissant, qui a marqué l’histoire de la maison (meilleure situation économique, caractère particulier, etc.).

13Il semblerait donc que ces linteaux n’aient pas seulement une fonction de protection. Nous avons déjà vu que seules des familles aisées pouvaient se permettre de changer les linteaux en bois pour du granite et les faire sculpter par le picapedrer. Ces linteaux sont les signes extérieurs de la position sociale de la casa : plus le nombre de linteaux sculptés est élevé, plus l’est le rang de la lignée dans la communauté villageoise. Le développement des linteaux sculptés à la fin du XIXe siècle par des casas plus modestes laisse supposer que les « Grandes familles » du XVIIIe et du début du XIXe siècle perdent leur pouvoir. Banaliser les linteaux, même s’ils sont moins élaborés, est un moyen pour ces maisons modestes de montrer l’amélioration de leurs conditions de vie, et, en quelque sorte, de casser une hiérarchie sociale qui n’évoluait pas.

Figure 5 : Linteau (porte) à symbole idéologique sur la maison Cal Marquet à Rieutort. Parties évidées en pointillé. Une peinture rouge accompagne le relief de la date, des fleurs de lys et du motif décoratif (relevé de l’auteur, D.A.O. Sabine Nadal)

Figure 6 : Linteau patrimonial de technique champlever avec millésime et initiales du cap de casa. Parties évidées en blanc (relevé de l’auteur, D.A.O. Sabine Nadal)

Conclusion

14Nous pouvons constater que ces linteaux ne sont pas seulement des éléments architecturaux mais ont une forte valeur symbolique au sein de la casa et de la communauté villageoise. Leur étude peut permettre d’aider à mieux comprendre l’organisation de la casa - surtout au niveau symbolique - et à mieux apprécier les changements qui ont eu lieu depuis le XVIIIe siècle dans la société capcinoise.

Bibliographie

Abélanet 1990 : ABÉLANET (J.) - Les roches gravées nord catalanes, Préhistoire de Catalunya nord, C.E.P.C. n° 5, Terra Nostra, Prades, 1990, 209 p.

Archives départementales des P.-O. : matrices cadastrales concernant Puyvalador (1016 w 351 ; 1026 w 152 ; 1650 w 493) ; plan cadastral de Puyvalador-Rieutort (1119 w 161)

Assier-Andrieu 1980 : ASSIER-ANDRIEU (L.) - Anthropologie de la coutume dans les Pyrénées catalanes françaises. Thèse de 3° cycle en Anthropologie sociale et historique, École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1980, 262 p.

Dugène 1986 : DUGÈNE (J.-R) - Les inscriptions et décorations de l’habitat rural ossianismes. Bayonne, 1986, 170 p.

Martzluff 1989 : MARTZLUFF (M.) - Les hommes du granite dans les Pyrénées nord catalanes, (Conflent, Cerdagne, Andorra). Terra nostra, n° 63, Prades, 1989. 128 p., 58 fig., 93 clichés, 1 carte.

Mirailles 2000 : MIRAILLES (L.) - Les linteaux en granite des portes et des fenêtres du Capcir. Une approche ethno-historique de la mémoire domestique. Mémoire de DEA, Université de Perpignan, 2000, 39 p., 6 pl., 1 annexe.

Rautenberg 1997 : RAUTENBERG (M.) - La mémoire domestique. La maison rurale des Monts du Lyonnais. Analyse typologique et anthropologique. Presse Universitaire de Lyon, Lyon, 1997, 279 p.

Thévenon 1983 : THÉVENON (I.) - Contribution à l’étude de l’esthétique basque à travers l’art lapidaire domestique des XVIIIe, XIXe et XXe siècles dans la vallée de Lantabat en basse Navarre, vie et mort à Lantabat. Thèse de 3°cycle en esthétique option ethno-esthétique. Université Paris Sorbonne, 1983, 261 p.

Notes

1 Les motifs de certains linteaux de Rieutort ont été ici reproduits en deux trois exemplaires à partir des photographies de l’auteur. Ce linteau se situe au-dessus de la porte d’entrée au rez-de-chaussée. Dans les illustrations, un premier dessin représente le motif du linteau, le second, les reliefs des linteaux figurés en noir et le troisième met en évidence les évidements, figurés en pointillés (Thévenon 1983).

2 Situation : linteau au-dessus de la porte d’entrée au premier étage de la maison Cal Marquet. Une peinture rouge accompagne le relief de la date, des fleurs de lys et du motif décoratif.

© Presses universitaires de Perpignan, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search