Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’avenir des langues anciennes

 | 
Olivier Rimbault

Poésies néolatines pour le xxie siècle (2004-2011)

Texte intégral

Satura de institutione Latina scriptori Moriae Encomii dedicata

1Rēctrīx īnstāntēr stătŭīt nūnc līnguă Lătīnă

2mōrtŭă crēdātūr, dēcūrsū tēmpŏrĭs hāustă.

3(Dīxĭt ĕnīm Cāntōr Kāntī dōctīssĭmŭs īpsĕ

4cūiŭs ăcrīs rătĭō cōrdīsqu(e) ōblītă nĕgāret

5dēfūnctāe lūdōs clāudēndōs) : « dūcĭtĕ pōmpās,

6ô prāecēptōrēs ! Ĭtă pūblĭcă cōgūnt āeră.

7Quīd plūs spērētūr ? Lōng(e) āutēm mānsĭmŭs hōram

8quā prīscīs spŏlĭīs tāndēm frŭĕrēmŭr ămātāe.

9O dīgnūm dōnūm nōbīs, ô sārcŏphăg(e) ārtis,

10Mātrīs dēlūbrūm tē rēctē prōtĕgĕt ālmāe ! »

11Ēn, mōtā tūrbā, pōmpās Dĭălēctĭcă dūcit

12dūm sūmmīs scālīs tēmpl(i) āltās āntĕ cŏlūmnās

13Grāmmătĭcē vīctrīx tūm lānguĭdă lūmĭnă rīdĕt :

14« Īstīnc dā tērgūm, tīrūncŭlĕ tēmpŏrĭs hūius,

15quīppĕ măthēmătĭcāe quī plūs cōnfīdĕrĕ mālĭs,

16vōsquĕ jŏcōs quī fūndēntēs hōc sōmnĭ(um) ăgātis

17rūrsūs sērmōnēm Cĭcĕrōnīs rēddĕrĕ vīvum ! »

18Īllīsqu(e) ādmŏnĭtīs sĭnĕ flētū fūnĕră fīnit.

19Līnguă Lătīnă vĕtūs, mīr(a) ēs quāe sāecŭlă vīncis !

20Pērpĕtŭō quāmvīs ēxstīnctă rĕnāscĕrĭs ārdēns.

21Cereti, a. MMIV

Satire sur le système d’enseignement du latin dédiée à l’auteur de l’Éloge de la Folie

22L’Inspectrice exige maintenant avec insistance que le latin

23soit considéré comme une langue morte, consumée par l’écoulement du temps.

24(Car c’est ce qu’a dit le savant déclamateur de cantiques kantiens lui-même,

25dont la logique acérée, oublieuse des émotions, niait pourtant

26que les cours de la défunte devaient être fermés) : « Inaugurez la marche funèbre,

27O maîtres ! Les finances publiques y obligent, hélas !

28Qu’espérer de plus ? Nous avons longuement attendu l’heure

29Où nous pourrions jouir des vieilles dépouilles de notre bien-aimée.

30O présent digne de nous, ô cercueil de notre discipline,

31Le temple de l’Alma Mater te protègera convenablement ! »

32En avant ! La foule se met en marche, la Dialectique conduit le convoi funèbre

33pendant que du haut des marches du temple, devant ses hautes colonnes,

34La Grammaire victorieuse se moque des visages éplorés :

35« Va-t-en donc d’ici, potache du temps présent,

36qui choisis d’accorder plus de crédit aux mathématiques,

37et vous aussi les propagateurs de ce songe plaisantin

38qui voudrait que la langue de Cicéron reprît vie ! »

39Et sur ces admonitions elle met un terme à l’enterrement sans une larme.

40Vieille langue latine, tu es étonnante, toi qui es victorieuse des siècles !

41Quoiqu’éteinte sans cesse tu renais pleine de feu.

42Céret, 2004

Ambitionum Sepulchrum omnibus et miseris insanis dedicatum

43Ambitio quae ludificas nos spesque valete !

44Nam vobis corde imo iam congratulor haustus

45non equidem caecos capientibus fructibus omnes,

46nec pro mente mea nimis inflata insuper illis,

47sed quadam gravitate salubri sorte tributa

48cum tandem vah ! perdita sunt vaga somnia vestra.

49Numne homo qui numquam se deficientia sentit ?

50Histrio, clamasti satis : « appete longius, eia ! »

51Ne nunc haec suspiria fuderis : « aspera fata ! »

52Nam melius flocci pendi ac se credere quemdam.

53Mi vero satis est bona conjunx, integra proles,

54ventosi montes, sol et vastissima silva

55cujus enim medio prope fontem permanet ilex.

56Quisnam florem album notat huic et nectar amicum

57ac folia assidue tandem lucentia belle ?

58Noli sic ultra fines intendere mentem

59ac vicinis fac maneas servandus amicus

60usque diem quo demum mens sibi libera dicet :

61« acta est fabula ! » Tum qui somnia fecerit alta

62imam tellurem petet. Ut minima ante sequatur !

63Cereti, a. MMIV

Tombeau des ambitions, dédié à tous les insensés malheureux

64Ambitions dont nous sommes les jouets et vous, espérances, je vous salue !

65Je veux en effet vous féliciter du fond du cœur, maintenant que je suis épuisé,

66non pas bien sûr pour ces moissons qui prennent au piège tous les aveugles,

67ni pour l’exaltation qu’elles provoquèrent en plus dans mon esprit,

68mais pour cette sorte de gravité salutaire qui (vous) est échue

69lorsque finalement tous vos songes creux sont allés au diable !

70Est-il donc un être humain celui qui n’a jamais senti les choses lui échapper ?

71Pauvre clown, tu t’es suffisamment exclamé : « encore un effort, allons ! »

72Maintenant ne te répands pas non plus en soupirs du genre : « cruel destin ! »

73Car il vaut mieux être jugé pour un moins que rien que de se croire quelqu’un.

74À moi me suffisent ma bonne épouse, mes enfants en pleine santé,

75les montagnes où souffle le vent, le soleil et la forêt sans limite

76au milieu de laquelle en effet un houx se tient toujours près de la source.

77Qui donc a remarqué sa fleur blanche et son parfum amical

78et pour finir son feuillage persistant qui reluit si joliment ?

79Ne veuille donc pas tendre ton esprit au-delà de ces limites

80et tâche de demeurer pour tes voisins un ami qu’on veut garder

81jusqu’au jour où l’esprit enfin libéré de lui-même pourra dire :

82« la pièce est finie ! » Alors celui qui aura fait des songes l’emmenant bien haut

83gagnera les profondeurs de la terre. Puisse-t-il plutôt poursuivre avant de très humbles projets !

84Céret, 2004

85Pièce écrite après un échec à l’agrégation

In Memoriam Iosephae-Henricae Abry, quae Latinas litteras in Lugdunensi universitate IIIa docuit

86Quāe mĕă dōctă măgīstră fŭīt răpŭērūnt āstră,
Vīx hĭĕm(e) īnfūsā, nōsquĕ rĕlīct(i) ĭnŏpēs.

87Quās fōrmās trĭbŭēbānt ād vēlārĭă mūndī
Chāldăĭc(i) āntīquī pērvĭgĭlāvĕrăt.

88Sōlă dĭū vātūm scrūtāt(a) ōrācŭl(a) ŏpācă,
Nūm sĭnĕ quādām spē mōrtĭs ĭnīvĭt ĭtĕr ?

89Quīdquīd vēr(i) īnsīt scrīptīs quāe Fīrmĭcŭs ōffērt,
Sātūrnō cērtē cōndĭtă fātă tŭă.

90Īmplōrō nūnc ōrbĕ sŏlūtă lĕvīssĭmă sūrgās
Ēt dīvō grĕmĭō stēllă rĕnātă mĭcēs.

91Cereti a. MMVIII

À la mémoire de Josèphe-Henriette Abry, qui enseigna le latin à l’Université Lyon III

92Celle qui fut mon savant professeur, les astres l’ont enlevée,
L’hiver commençait à se répandre, nous étions laissés seuls, sans ressources.

93Les configurations que dessinaient au chapiteau du monde
Les anciens astrologues avaient été l’objet de ses très longues veilles.

94Après avoir longtemps scruté seule des devins les oracles ténébreux,
A-t-elle emprunté sans aucune espérance le chemin de la mort ?

95Quelle que soit la part de vérité dans les écrits que Firmicus nous offre,
C’est Saturne assurément qui traça ton sort.

96Je prie maintenant que, délivrée du cercle de l’univers, tu te lèves parfaitement légère,
Et que tu brilles, étoile réenfantée dans le sein de Dieu.

97Céret, 2008

Quelques commentaires :

  1. Contrairement à Julien Gracq (cf. Entretiens, Paris, José Corti, 2002, p. 51), je vais faire « visiter les cuisines » au lecteur, afin d’encourager le talent poétique qui serait en lui. En ce qui me concerne, il m’est impossible d’écrire des vers latins sur commande : ils me viennent toujours sous la pression d’une forte émotion. Je ne suis pas assez entraîné pour en faire un exercice d’école, et c’est bien ainsi. La poésie, même imparfaite, doit rester, me semble-t-il, une expression du cœur. J’ai connu Josèphe-Henriette Abry en 1989-1990, comme directrice de mon mémoire de maîtrise (la traduction commentée inédite du livre II de la Mathesis de l’astrologue romain Firmicus Maternus). Or, cette disparition précoce m’a beaucoup moins affecté quand j’ai reçu la nouvelle que durant les heures où j’ai composé ces vers : ce travail m’a permis de vivre un deuil et d’accompagner dignement Mlle Abry, le latin donnant l’impression d’immortaliser son souvenir. De plus, cette spécialiste du « poète astrologue » Manilius méritait bien des vers latins, même médiocres !
  2. Comme pour tous mes vers, j’aurais mis beaucoup plus de temps pour arriver au bout de ce que j’avais en tête et dans le cœur sans le Gradus ad Parnassum, car le Gradus n’est pas seulement un dictionnaire de prosodie, c’est aussi un précieux dictionnaire de synonymes (on trouve aujourd’hui ses multiples éditions d’occasion). Il vient cependant en second : c’est notre pensée, et formulée en latin, qui ouvre le travail de composition ; il reste ensuite à la couler dans le rythme d’un distique.
  3. Écrire des vers aide à redécouvrir des dimensions de la poésie antique qui échappent à l’analyse logique, tout particulièrement les rythmes et la musicalité associés au signifié des mots. Le premier vers de cette pièce est spondaïque : le rythme « léger », « heureux » des dactyles qui précèdent (nécessairement) est subitement ralenti par le spondée inhabituel du 5e pied, qui exprime la gravité de la fin du vers. Mais le vers latin ne se résume pas à une succession mathématique de longues et de brèves, comme on l’enseigne trop souvent, faute de familiarité avec l’oralité et la sonorité de la langue : une étude statistique des poètes antiques et un simple coup d’œil à quelques vers démontrent que l’hexamètre aussi bien que le pentamètre sont d’autant plus harmonieux que les ictus des deux derniers pieds (une syllabe nécessairement longue dans ces deux types de vers) tombent sur la syllabe accentuée des mots. Cette coïncidence entre l’ictus du rythme et l’accent du mot, le spécialiste de Virgile William Francis Jackson Knight (1895-1964) la nomma le premier, en anglais, homodyne coincidence, en français homodynie. Voilà pourquoi j’ai dû réécrire des hexamètres et des pentamètres imparfaits. C’est ainsi, par exemple, que

« Formis quas pinxerunt in cAelī regiŌne... » (« ,.. studuit. »)

98où l’accent de « regióne » tombe bien sur la longue du spondée final mais où la longue du dactyle ne correspond pas à l’accent du mot « cáeli » devint :

« Quas formas tribuebant ad velĀria mŪndi... » (« ,.. pervigilaverat. »)

99dont la métaphore est plus parlante. J’aurais pu conserver « Formas quas... » mais cela n’était pas satisfaisant du point de vue de la césure et du groupement des mots qu’elle induit. Une attraction de l’antécédent dans la relative, plus élégante aussi du point de vue sonore, suffisait à résoudre la difficulté.

100Pour celui qui « entre » en poésie néolatine, rechercher cette coïncidence semble d’abord plus facile avec les hexamètres qu’avec les pentamètres, vers plus courts resserrant un peu plus l’expression dans chaque hémistiche. Sed « labor omnia vicit improbus ». C’est ainsi qu’au premier pentamètre, mon premier jet « Ōmnĭbŭs āttŎnĭtīs » (malgré un hiatus à la césure que je trouvais expressif) fut changé en « nŌsquĕ rĕlĪct(i) ĭnŏpēs » ; au second, « Chāldăĭcī vĔtĕrēs āssĬdŭō stŬdŭit » laissa place à « Chāldăĭc(i) āntĪquī pĒrvĭgĭlĀvĕrăt » qui disait la même chose, mais en traduisant aussi l’idée par la longueur inhabituelle du dernier mot ; au troisième, « mŌrtĭs ădīs nĬgr(um) ĭter » devint « mŌrtĭs ĭnĪvĭt ĭtĕr » ; au quatrième « Sātūrnūs cērtē fĀtă tĭbī pŎsŭit » « Sātūrnō cērtē cŌndĭtă fĀtă tŭă » [sunt] ; au cinquième enfin, « nĀtă vĭc(e) ēnĬtĕās » « stĒllă rĕnĀtă mĭcēs » plus correct et plus clair du point de vue de la langue comme de l’idée que je souhaitais exprimer.

101Autrement dit, les difficultés qui obligent à réécrire des vers sont toujours fructueuses du point de vue du sens et de la forme ; que l’amateur soit convaincu qu’elles sont données pour accroître la vis poetica de son œuvre (si imparfaite fût-elle, mais qu’importe). Les règles imposées par le langage poétique, ou plutôt la recherche de l’adéquation ou de la conjonction de la pensée avec ces règles permet à l’écrivain de faire l’expérience de ce phénomène que Jung appela synchronicité : en cherchant la bonne solution, on permet souvent à une très bonne solution, en partie totalement neuve pour la conscience, d’émerger « toute seule ».

καλὸν κακὸν ἀντ᾽ ἀγαθοῖο (Quoddam pulchrum malum pro bono). Un mal si beau, en place d’un bien (Hésiode, Théogonie, v. 585)

102Τῇ δ᾽ ἐνὶ δαίδαλα πολλὰ τετεύχατο, θαῦμα ἰδέσθαι,
κνώδαλ᾽, ὅσ᾽ ἤπειρος πολλὰ τρέφει ἠδὲ θάλασσα
τῶν ὅ γε πόλλ᾽ ἐνέθηκε,—χάρις δ᾽ ἀπελάμπετο
πολλή,— θαυμάσια, ζῴοισιν ἐοικότα φωνήεσσιν.

103Hesiodi Theogonia, v. 581-584

104« On y voyait, en grand nombre, ciselés avec un art admirable, les monstres que nourrissent la terre et la mer ; une grâce divine brillait dans cet ouvrage ; ces figures semblaient vivre et respirer. »

105Hésiode, Théogonie, v. 581-584, traduction M. Patin

106Gĕnĭūm mălīgnĭtātis Un démon malicieux

107plēnūm pĕnĕs ănĭm(a) īnēst est le maître de ton âme,

108mĭsĕrō tĭbī nĕc ādēs malheureux : tu n’es pas présent

109rēbŭs hŏmĭnūmquĕ cīrcā aux choses et aux gens

110gĕnĕrī. Quĭs īllĕ nēscīs ? qui t’entourent. Qui il est tu l’ignores ?

111Mērcŭrĭŭs īpsĕ, crēdo ; C’est à mon avis Mercure lui-même

112plăcĭtīs iŏcīs sŏpōrus, qui par ses tours plaisants t’endort ;

113cārmĭnĭbŭs ēxtrăhīt tē il t’entraîne avec ses mélopées

114ĭn ĭmāgĭnēs sŭāsmet vers ses propres images

115laētās vĕl ēmŏvēntēs qu’elles soient heureuses ou dissipent

116nĕbŭlās ĕt ălăcrĭtātem la bonne humeur comme une fumée ;

117aūt mĭsĕrĭīs vĕnūstīs ou bien, par de charmantes douleurs

118dĕcŏrāt tĭbī lŭcērnam il décore la lampe

119mēntīs dĕūs sŭāsōr : de ton esprit, ce dieu persuasif !

120vŏlŭcrēs ĕt ārbŏr(em) āltam Des oiseaux et un arbre élevé

121cōnspĭcĭs ĕt aūrĕ(am) ūndam apparaissent à tes yeux, et le flot doré

122rădĭāntĕ lūmĭn(e) āxis ; de la lumière qui irradie du ciel ;

123nūnc fēmĭnaē vĭdēntur, tu vois maintenant des femmes,

124Vĕnĕrīs prŏpāgĭnēs haē ; ces filles de Vénus ;

125nūnc māchĭnaē pĕr āstra, puis des machines intersidérales

126pŭĕrīquĕ sīvĕ flēntēs et des enfants qui pleurent

127sīvĕ pŏtĭtī părēntum ; ou sont les despotes de leurs parents ;

128ăquă văgă mărīs mĭcāntis, l’onde vagabonde d’une mer étincelante,

129vēntūră gēst(a) ĕt ācta, des exploits à venir et passés,

130hŏmĭnēs tĭbī sŏdālēs des amis à toi,

131vēl mōrtŭī vĕl ābsūnt ; morts ou bien absents ;

132ĕtĭām părās ĕquēstrēs tu te prépares même à combattre

133pūgnās ĭn ōrbĕ vērsō à cheval dans un monde en ruine

134pĕdĭbūsquĕ vīncĭs Ālpēs ! et tu réussis à franchir à pied les Alpes !

135Mīrācŭlă sĭmŭlācrī Merveilles d’imitation

136mōnstrōsĭtātĕ mīxtī ! mêlée de fantasmagorie !

137Ĭtă prōgrĕdĕrĭs ămīctus Tu avances ainsi, vêtu

138tālī cŭcūllĭōne. d’une telle capuche.

139Iŏcŭlātŏr ārtĭfēxque, C’est un maître en plaisanterie,

140Mērcŭrĭŭs īpsĕ sūtor Mercure lui-même, celui qui coud

141sĭnĕ fīnĕ vēstĭs hūius. sans fin ce vêtement.

142Iām sūrgĕ, caēcĕ, sōmnō ! Sors de ce sommeil, pauvre aveugle !

143Pāllĭŏlă tōllĕ, vēla Arrache ton capuchon, ce voile

144scīndĕ sĭmŭlātĭōnis ! d’imitation déchire-le !

145Ăgĕ ! coēpĕ vīvŭs ēsse ! Allons ! commence à vivre !

146Ce poème est né d’une douce observation de ma femme, qui regrettait que je fusse si souvent plongé dans mes pensées. Cela m’a fait le même effet que lorsqu’on appuie sur un bouton : la ronde des images était là, qui voulait s’extérioriser en latin – pour que j’en sois délivré ? Je sentais qu’une succession de vers courts conviendrait bien pour exprimer ce mouvement intérieur et fugitif, presque hypnotique, comme dans les poésies de certains auteurs néolatins de la Renaissance, tels Gasparo Murtola (Elegantissimae Noeniae) ou Kaspar von Barth (Amphitheatrum Gratiarum Libri). Un coup d’œil à l’Anthologie de la poésie lyrique latine de la Renaissance de Pierre Laurens (nrf, Poésie, Gallimard, 2004), et j’y découvre (p. 378) un mètre lyrique ionique, l’anacréontique, présenté ainsi par l’auteur :

« Anacréontique :

147˘ ˘ ˉ ˘ ˉ ˘ ˉ ˉ

148C’est un dimètre dont la forme la plus courante, donnée ici, admet de nombreuses variantes. Connu d’abord seulement par quelques témoignages épars (deux poèmes de l’Anthologie, un poème de Bion, et, dans le domaine latin, quelques cantica de Plaute, trois fragments de Pétrone, un court échange de vers entre l’empereur Hadrien et le poète Florus, la sixième hymne de Prudence, une pièce fescennine de Claudien), ce vers est révélé par la publication en 1554 par Henri Estienne des Anacreontica, cinquante poésies inédites placées sous le nom d’Anacréon : un événement littéraire qui déclenche, en latin comme en vulgaire, une avalanche de poèmes légers écrits dans ce mètre, dont les humanistes, à commencer par le premier éditeur, s’accordent à louer l’incomparable simplicité et suavité (cf. Pierre Laurens, « une situation de rivalité linguistique : la réussite tardive d’un Anacréon latin », Actes du colloque « La Poésie grecque antique » : Cahiers de la Villa Kérylos n° 14, Paris, 2003, p. 203-221). »

149Ce vers fut pour moi aussi une révélation : de même que mes premiers essais de pentamètres, infructueux, me firent croire que je ne pourrais jamais composer que des hexamètres, j’ai ensuite longtemps cru que je ne pourrais franchir les bornes de ces deux espaces rythmiques. Mais profitant des « combinaisons » seulement évoquées par P. Laurens, je m’aperçus que ce vers était très simple, et permettait à l’apprenti poète néolatin de s’échapper du distique élégiaque sans entrer dans la complexité des strophes alcaïque, saphique ou asclépiade. Sa « simplicité » et sa « suavité » viennent aussi bien de son rythme iambique que de sa brièveté divertissante, qui permet au poète de faire sans le chercher des vers « homo-dynamiques » : les accents des mots y coïncident souvent avec les ictus de la prosodie, surtout si l’on s’astreint à clore le vers par un spondée ou un trochée. Avant la dernière syllabe, j’ai toujours conservé le rythme des deux iambes successifs. La brièveté de ce vers le rend facile à lire à haute voix : il est non seulement facile à comprendre mais nous initie aussi à entendre les longueurs du mètre antique. Pour varier le rythme (et donc le ton), et donner à une inspiration « disciplinée » plus de liberté créatrice, je me fixai pour règle d’alterner d’un vers à l’autre une longue et deux brèves au premier temps, m’efforçant aussi de faire suivre tout spondée initial par une succession de brèves. Quant aux idées exprimées, elles ne sont peut-être pas très originales, mais c’est un curieux et plaisant phénomène que d’assister, après des années d’écritures et d’essais, sporadiques et intermittents, à la pression d’une voix intérieure qui veut choisir elle-même les mots, dès lors qu’elle a fixé (elle-même aussi) les règles prosodiques générales ! Mercure, es-tu (encore) là ?

150Cereti, a. MMIX / Céret, 2004

Ad Birgittam meam, in consolationem (Acrostichis hexametrica)

151Bīrgīttām paūcī vīcērūnt Svētĭc(am) ămāndō.

152Inspĭcĭēbăt ŏbōrtōs mēntĕ sŭōrūm mānēs

153Rēsquĕ rĕvēlāndās ănĭmīs lăcrĭmīs ăgĭtātīs.

154Gērmān(am) īllī tē sūspīrĭ(a) ămāntĭ(um) ĭnūrūnt.

155Istīs caērŭlĕīs ŏcŭlīs haēc ōmnĭă vīdī,

156Tābĕvĕ dīlūtīs rīsūvĕ mĭcāntĭbŭs īmō.

157Tōrmēntīs vītaē fīt lūmēn clārĭŭs ēheū…

158Ast hŏmĭnūm lūmēn, quăsĭ sōlīs, cārcĕră nēscĭt.

159Perpiniani, a. MMX mense quo beata Birgitta, Europae patrona, a christianis celebratur

À ma chère Brigitte, pour tenter de la consoler

160Peu de gens ont surpassé Brigitte de Suède dans l’amour.

161Elle pouvait voir, apparaissant à son esprit, les mânes des êtres chers,

162Et les choses qui ne peuvent être révélées qu’aux âmes agitées de sanglots.

163Toi qui es sa sœur, tu ressens la brûlure des soupirs de tous ceux qui aiment.

164Dans ces yeux bleus qui sont les tiens, j’ai vu tout cela,

165Qu’ils fussent noyés de désespoir ou pétillants d’une joie profonde.

166Les tortures de la vie rendent le regard (la lumière) plus clair(e), hélas…

167Mais la lumière des hommes, comme celle du soleil, ne connaît point de prison.

168À Perpignan, en 2010, le mois où les chrétiens célèbrent sainte Brigitte, patronne de l’Europe

Disticha Varia. Divers distiques

169Quī līnguā căpĭtūr vērsūs ădĭpīscĭtŭr ōlim.
Nūm dĕcŭs ān vĭtĭūm nēscĭŏ : Mūs(a) ĭtă vūlt.

170Celui qui est passionné par la langue parvient un jour à faire des vers.
Est-ce une gloire ou un vice ? Je ne sais : la Muse le veut ainsi.

171Cereti d. XVII m. Sept. a. MMIX / Céret, le 17 sept. 2009

***

172Mē Dēsīdĕrĭō laētūm Fōrtūnă lĭgāvĭt
Nēc dēsīdĕrŏ plūs quām ēssĕ fĭdēlĭs ămīcŭs.

173Le sort m’a lié pour mon bonheur à Didier (« Désiré »)
Et je ne désire rien tant qu’être son fidèle ami.

174Cereti, d. XXI m. Sept. a. MMIX / Céret, le 21 sept. 2009

***

175Aūt mĭsĕr(a) ēxpērtīs aūt dūlcĭă pāx ŏdĭōsă,
āst iīsdēm grātūm nōctĕ rĕpōscĕr(e) ĕam.

176Qu’ils aient vécu des malheurs ou des choses heureuses,
Ils n’aiment pas la paix, ceux-là même qui sont heureux de la réclamer chaque nuit.

177Pridie nativitatis Christi a. MMX / La veille de Noël 2010

***

178Suāvĕ, văgā plătĕā, nĭvĕīs răpĭēntĭbŭs vēntīs,
Pēr vĭtrĕām pĕdĭtēs călĭdām spēctārĕ fŭgācēs.

179Qu’il est doux de contempler par la vitre chaude,
Sur le boulevard désolé que détroussent les bourrasques de neige, les piétons qui s’enfuient.

180Kal. Jan. a. MMXI / Jour de l’an 2011

181Disticha in laudem dentistae mei Jacobi Capdeville

182Jācōb ēst ēxtrāctŏr ămātūs dēntĭ(um) ĕdācum :
Ōr(a) ăpĕrīt saēvē mītĭă cōllŏquĭēns.

183Īs cuī sācchărĭtās fāllāx prōmīttĭt ŏpīmă
Saēpĕ sŭūm sălĭbūs ēxcŏlĭt āllŏquĭūm.

184Tām săpĭd(e) ēxtrāctōr mī trāctāt rēs săpĭēntĭs
Ūt gēmmās būccaē cēdĕrĕ nōn dŏlĕam.

185Distiches en hommage à mon dentiste Jacques Capdeville

186Jacques est un extracteur très aimé de dents trop gourmandes :
Il ouvre les bouches avec cruauté tout en tenant de doux propos.

187Lui à qui le sucre trompeur promet de belles dépouilles,
Il a souvent l’art de rendre ses réflexions pleines de sel.

188L’extracteur traite si savoureusement pour moi des questions philosophiques
Que je lui laisse sans mal les perles de ma bouche.

189Cereti d. XXI m. Mart. a. MMX / Céret, le 21 mars 2010

***

190Vīncŭl(um) ămīcĭtĭaē dōnātūr Sōlĕ fŏvēntĕ
Ūt frōndēs clāraē splēndĭdă trītĭcăvĕ.

191Le lien de l’amitié est une grâce offerte par le Soleil qui nous réchauffe
Comme les lumineuses frondaisons ou les blés resplendissants.

192(Autre possibilité :)

193Ūt frōndēs clāraē spīcăvĕ, flāmmă lĕvīs.
Comme les lumineuses frondaisons ou bien l’épi de blé, cette flamme légère.

194Cereti, d. XXV m. Mart. a. MMX / Céret, le 25 mars 2010

195His supra versibus in Gregem Latine Loquentium missis, id responsum a Maximo Apollinare Italo et eximio amicitiarum linguarumque cultore accepi :
« Maximus Apollinaris, signo Curtion, Olivario suo Rimbault sal. pl. d., qui nuper scripserat :

196Vera fateris, amice ; et, cum data reddimus, ipsi
Frigoris expertes sole fovemur eo.

197Valeas quam optime, Olivari carissime. »

198Ayant envoyé les vers ci-dessus au forum du Grex Latine Loquentium, je reçus la réponse suivante de Maxime Apollinaire, un Italien cultivant remarquablement bien l’amitié et les lettres (la traduction française est aussi de lui) :
« Maxime Apollinaire, surnommé Gurçon, salue très chaleureusement son cher Olivier Rimbault :

199Ce que tu dis est vrai, mon ami ; et quand nous donnons ce que nous avons reçu,
Le même soleil nous réchauffe, sans crainte de l’hiver.

200Je t’en prie, mon cher Olivier, de bien vouloir agréer mes salutations les plus cordiales. Amicalement, ton Massimo. »

  • 1 Confer ad plura scienda de hac muliere Orientis / pour en savoir plus sur cette femme de l’Orient  (...)

201Ad Hissae Hilal laudem1

202Cēlānt tē tōtām nĭgră vēlă, pŏētrĭă mīră,
Fēmĭnă tērrārūm clār(a) ŭbĭ lūx ŏrĭtur.

203Sēd cērtē vērb(a) ōrĕ tŭō vŏlĭtāntĭă lātē
Cōr rădĭāns prōdūnt : dīscŭtĭt ūmbr(am) hŏmĭnum.

204Éloge d’Hissa Hilal

205Un voile noir te cache toute entière, poétesse étonnante,
Femme des terres où se lève la claire lumière.

206Mais assurément les mots que répand ta bouche au loin
révèlent un cœur rayonnant : il disperse l’ombre des hommes.

207Cereti-Perpiniani, a. MMX-MMXI / Céret-Perpignan, 2010-2011

Poeta Vindex (Plautina fabula) < ACTUS I > AUCTOR (nec adulescens nec senex sed amans Latinae Musae)

208Diverbium
Crŭēntūm uīdī mŏdŏ măgīstr(um) īn līttĕris,
Lītŏrĭbŭs haūd Nārbōnaē prŏcŭl ămābĭlis
Quō nōs măgīstrī līnguaē uēnĭmŭs ūndĭque,
Ŭt īstĕ nōs dŏcērēt stūdĭă dūcĕre.

209Canticum
Cōrām nōbīs tētĕ dūxīt, Mūsă, nēc pūdōr(em) hăbēbat,
Quīppĕ quī scīssūrŭs ēssĕt ōmnēs uēstēs tē uēlāntes,
Quō schŏlāstĭc(um) āgmĕn, ăiēbāt, grātĭōsām tē cēnsēret.
Quāntă dŏlēbām uūlnĕră cōrdĕ tē uĭdēndō nūdām fāctam
Cūm coēpīssēt fūr fŭrĭōsŭs ūnguēs pōnĕr(e) ămātaē dūlci !

210Mutatis Modis Canticum
Ĕtĕnīm săt ĕrāt nōn sīc īstī, heū, t(u)īs taēnīs rŏsĕīs rāptis,
Laūrō grăuĭbūs sŏlĕīs trītō, fōrm(a) īn grăphĭcōs ăbăcōs uērsā,
Ānt(e) ŏcŭlōs m(e)ōs stŭpĭdōs : quīd uūlt ? Cūrnām ? Quālī rătĭōne ?

211Īd(em) ămīcūs tŭūs – quĭă quĭdēm sīc ămat –
Tē, fĭlĭă mĕmŏrĭaē, sārcĭēbāt lăcĕram.
Ārtĕ lănĭōnĭā ōssă tŭă quaērĕbat
Nūd(a) ŭt ĕă tēndĕrēt quōd uŏlūptārĭūst.

212Sĕpūlt(a) ēs ăb īstō sārcŏphăgō uīuō,
Līnguă Lătīn(a) ĕt aēquīs ĕīdem
Prĭūsquām tē tālēs ămātōrēs ŭlŭlēnt.

213Lōngĭŭs īnsūltābĭn ĕām,
Bārbărĕ rŭdĭs ēt sĭnĕ uīscĕrĭbus ?
Mē uēr(o) haēc nōn pŏtĕrūnt fērrī !
Fĕrŭl(a) haēc fērrī fĕră frāngētur !
Cērtā mēcum, īmpĭĕ uēcors,
Haūd tămĕn ārmīs mōr(e) īmpŏsĭtīs
Sĕd ĕīs quās ōptāuīt Mūsa,
Suāuĭbŭs Hĕlĭcōnĭădūm nŭmĕrīs,
Sēns(u)ūm plēnīs ĕt ĭmāgĭnĭbus,
Ūnō uērbō phĭlŏlŏgĭā.

Le Poète Vengeur (comédie plautinienne) L’AUTEUR (qui n’est dans cette comédie ni le jeune homme ni le vieillard, mais l’amoureux de la Muse latine)

214Je viens de voir un docteur ès-lettres bien cruel,
Non loin des rivages de l’aimable Narbonne,
Où nous autres professeurs de latin sommes venus de partout
Afin que cet individu nous enseignât comment mener nos cours.

215Il t’a conduite en notre présence, ô Muse, sans aucune pudeur,
Lui qui s’apprêtait en effet à déchirer tous les vêtements qui te couvrent,
Afin que la troupe des écoliers, disait-il, te trouvât séduisante.
Combien de blessures recevais-je en mon cœur en te voyant dénudée
Lorsque ce voleur en furie commença à poser ses ongles sur ma douce bien-aimée !

216Le fait est que ce n’était pas assez pour lui, hélas, que d’avoir arraché tes rubans roses,
Foulé de ses lourds sabots tes lauriers, transformé ta beauté en quadrillages tracés de main de maître,
Devant mes yeux hébétés : qu’est-ce que cela veut dire ? Pourquoi ça ? Pour quelle sorte de motif ?

217Le même, qui est ton ami, – car c’est ainsi qu’il t’aime –
Te raccommodait, fille de la Mémoire, une fois déchiquetée.
Avec un art de boucher il recherchait tes os
Pour les présenter mis à nu, parce qu’il est homme à aimer le plaisir.

218Tu es mise en terre par ce sarcophage vivant,
Langue latine, et par ses semblables,
Avant que ces sortes d’amants ne poussent des cris gémissants sur ton sort.

219L’insulteras-tu plus longtemps,
Barbare grossier et sans cœur ?
Mais je ne pourrai pas souffrir ces violences !
Cette féroce férule de fer, elle sera brisée !
Combats avec moi, insensé plein d’impiété,
Non pas avec les armes imposées par l’usage
Mais avec celles qu’a choisies la Muse,
Les suaves cadences des filles de l’Hélicon
Et les images pleines de sens et de sentiments,
En un mot la philologie.

220Canticum
Sĕd īpsĕ sēnsūm pērdŏ hŏdĭē quāssŭs ămōrĕ līnguaē.
Mĕă Mūsă tŭă nōn dŭbĭō, tāntăquĕ iăm hērēdĭtās ēst
Nūtrīcī nōstr(um) ŭt īllī mōrtŭ(am) aūt hăbērī uīuam
Nōn dīffĕrāt, spŏlĭātaē pāssīm tūrb(a) āmplā prŏcōrum.
Īgnōscĕ uērbīs dūrīs, cōmpār, ŭtĭn(am) ād mĭnŭs ămōrem
Ălĭōr(um) ādmīttās, dōctĕ uĭr, ētsī nĭmĭs ārdēns uĭdētur.

221Mais je perds moi-même tout sens aujourd’hui, secoué que je suis par l’amour de la langue.
Ma Muse est la tienne, sans aucun doute, et si grand est l’héritage
de celle qui nous nourrit que passer pour morte ou vivante
l’indiffère, elle qu’a déjà spoliée une foule impressionnante de prétendants.
Pardonne à mes injures, compagnon ; Qu’au moins l’amour
Des autres [amants] tu veuilles bien l’admettre, savant homme, quand bien même il semblerait trop ardent.

Conspectus metrorum

2221-4 Iamb. sen.

2235-9 Troch. octon.

22410-11 Anap. octon.

22512 Anap. septen.

22613-16 Cret. dim.

22717-19 Bacch. dim.

22820-29 Anap. dim. (20, 29 catal. ; ceteri acatal.)

22930-35 Iamb. septen.

230Perpiniani, d. VII-VIII m. Jan. a. MMXI / Perpignan, les 7 et 8 janvier 2011

Carmen consolationis (Sapphicae strophae). Mirellae, caedem amicae suae lugenti

231Ōh ! tŭūs clāmōr rĕsŏnēt pŭdīcus !
Clām mĕtū mōtō lăcrĭmās ămārās
Spārgĕ, tābēscēns vĕhĕmēntĕr īrā :
Mōrtŭă cūr ēst ?

232Cūm ĕnīm lūctūs tĭb(i) ĕrīt prŏfūsus,
Cūm rĕvērtērīs bărăthrō Chărōnis
Quō mŏrārī vīs, sĭnĕ, tē prĕcāmur,
Mōrtŭă cēdăt.

233Īntŭērīs tūnc dătă quāe iăcēntēs
Ōffĕrūnt nōbīs ŭt ĭnīquă Fātă
Vīctă sīnt tērrā quăsĭ sēdĕ Chrīstī
Vītăquĕ crēscăt.

234Mōrtŭī vīvō rĕsĭdēnt ĭn īmō
Sīcŭt ēssēnt bīs tŭmŭlō sĕpūltī
Ūsquĕ tēmpūs quō lăpĭdēm dŏlōris
Tōllĕrĕ pōssĭt.

235Īnscĭō mēntī tĕnĕbrāe spĕcūsquĕ
Quōs ămāt(ae) ūmbrāe rădĭīs rĕplēbunt :
« Pūlchrĭōr(em) ōrbēm făc, ăiūnt, tĕgīt nōs
Sīlvă quĭētă. »

236Cereti, Solis die XVII m. Ian. a. MMX

Chant de consolation (strophes saphiques). À Mireille, pleurant le meurtre de son amie

237Oh ! Laisse éclater le cri de ta timide voix !
En secret et sans honte laisse couler
Tes larmes amères, te laissant consumer par une violente colère :
Pourquoi est-elle morte ?

238Lorsqu’en effet tu auras laissé ton chagrin s’épancher,
Lorsque tu reviendras des abîmes de Charon
Où tu veux maintenant t’attarder, laisse, nous t’en prions,
La morte s’en aller.

239Tu découvriras alors les dons que les gisants
Nous font pour que les Destinées iniques
Soient vaincues sur la terre comme elles le sont où siège le Christ
Et que la vie grandisse.

240Les morts demeurent au plus profond de l’homme vivant
Comme s’ils avaient été mis deux fois au tombeau
Jusqu’à ce que la pierre de douleur
Il puisse la rouler.

241L’esprit a sans le savoir des ténèbres et des cavités
Que les ombres bien-aimées rempliront de rayons :
« Fais le monde plus beau, (lui) disent-elles, nous sommes enveloppées
D’une sylve paisible. »

242Céret, le dimanche 17 janvier 2010

243Il me plaît de clore cet essai par ces deux pièces de poésie, puisqu’elles sont un double hommage : d’abord à celui qui fut dans ma vie à l’origine de cette curieuse idée, écrire des poésies latines au xxie siècle. L’homonymie de notre patronyme exacerba en effet chez moi le complexe de n’avoir pas, au terme de 10 ans d’études et de presque autant d’années consacrées à l’enseignement du latin, la compétence (toute particulière) que cet adolescent du xixe siècle avait. Ma traduction latine de Sensation fut d’ailleurs un véritable exercice scolaire, contrairement aux autres poésies de ce recueil. J’ai fait le choix de ce poème de Rimbaud et de cette traduction bien avant de m’engager dans la réflexion condensée dans le présent essai. J’y retrouve donc aussi un hommage précoce à toutes les formes de carmen, un hommage à ce que peut manifester l’esprit inspiré par la Muse quand il réveille avec elle les pouvoirs enchanteurs de la langue : son rythme, ses sonorités, son pouvoir de re-présent-ation, c’est-à-dire sa capacité à rendre présent et sensible le passé comme ici l’avenir, le réel comme cet autre réel qu’est celui des pures images, des fantasmes et des fantômes qui compensent l’étroitesse de notre conscience, dans sa compréhension du monde. En l’occurrence, par-delà le cliché et la connotation utopique du futur, Sensation est un hommage au régime nocturne de la pensée, à l’espoir que la vie, malgré le temps et la mort, nous est donnée aussi pour la plénitude. Arthur Rimbaud réussit à concentrer en quelques vers le pouvoir qu’a la poésie de multiplier les sens des mots en s’adressant à tous les sens de l’homme. Ces rythmes et cette musique si riches, j’ai tenté de les rendre à l’oreille moderne en recourant à la poésie latine qui se développa durant tout le Moyen Âge, aux côtés de celle des longues et des brèves, à partir de l’époque où celles-ci ne furent plus perceptibles dans la langue parlée (vers le ive s.). On l’appelle la poésie latine rythmique. Le néoclassicisme rigoureux de la Renaissance éteignit quasiment cette forme de poésie plus récente. Mais il nous semble que si l’expression latine versifiée devait renaître au xxie siècle, la poésie rythmique, qui joue sur les mêmes jeux du signifiant que la nôtre, serait un très bon choix.

Notes

1 Confer ad plura scienda de hac muliere Orientis / pour en savoir plus sur cette femme de l’Orient : http://blog.lefigaro.fr/iran/2010/03/arabie-saoudite-poesie-contre.html http://www.thenational.ae/apps/pbcs.dll/article?AID=/20100319/NATIONAL/703189836/1040

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/418/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 109k

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540