Version classiqueVersion mobile

Roches ornées, roches dressées

 | 
Michel Martzluff

2 - Aux sources des arts et des mythes

La « roche Castillo » (Casefabre, Pyrénées-Orientales) : graffiti des XIXe-XXe s. et graffiti du type « schématique linéaire catalan »

Georges Castellvi et Sabine Got Castellvi
Traduction de Mireille Verdaguer et Françoise Fabre

Résumé

La « roche Castillo » - ainsi dénommée en raison des signatures d’au moins trois personnes de cette famille - présente trois groupes de graffiti d’aspect et de datation probablement différents (en tout 14 graffiti ont pu être relevés). Au type 1 appartient une dizaine de gravures non patinées, datées pour certaines de 1891 à 1908 et constituées de noms-signatures, de textes de salutations ainsi que deux dessins figuratifs. Au type 2 correspondrait un certain nombre de signes patinés, pratiquement illisibles aujourd’hui, mais qui laissent deviner de petits textes. Le type 3 n’est représenté que par des incisions patinées figurant un ou deux anthropomorphes, un soléiforme et un zigzag, dans une scène du style « schématique linéaire » mis en évidence par Jean Abélanet dans les Pyrénées catalanes. Les graffiti des types 1 et 2 suggèrent la présence d’une pierre votive dont l’origine remonterait au moins au XIXe s. ou peu avant. Ceux du type 3 semblent remonter à des temps plus reculés

Texte intégral

1. Localisation et description

1La « roche Castillo » - ainsi dénommée en raison des signatures gravées de représentantes de cette famille, entre 1891 et 1908 - est un ressaut schisteux situé à 250 m au S.-O. de l’église du village. Elle émerge du maquis en bordure du chemin vicinal de Casefabre au Monistrol, sur une longueur de près de 10 m pour une hauteur et une épaisseur de 5 m environ (fig. 1). C’est une roche assez friable se fracturant en minces épaisseurs d’aspect ardoisier, de couleur marron-brun. Elle se présente sous la forme d’un ensemble stratifié, orienté N.-O./S.-E. (120° Est/NM), incliné vers le S.-E. de 15 à 20 %. Le sommet est facilement accessible du chemin par une série de bancs formant une sorte de marches d’aspect naturel.

Figure 1 : Situation de la « roche Castillo » sur le chemin de Casefabre au Monistrol (cliché des auteurs)

2Le sommet (5,50 m de long sur 1,50 à 0,50 m de haut) est l’unique surface apparemment gravée du rocher, marqué vers le milieu par une ligne de fracture verticale le scindant en deux ensembles : le « panneau Marguerite » (à gauche), le « panneau Thérèse » (à droite). Il présente plus d’une douzaine de graffiti relativement bien « lisibles » ainsi que la trace difficilement visible de graffiti plus anciens effacés par le temps (sur le « panneau Thérèse » exclusivement). La quasi-totalité des graffiti « lisibles » est constituée de signatures et de textes courts écrits en français et parfois datés (1891, 1906, 1908). Trois dessins figurés accompagnent ces graffiti contemporains, l’un représente le buste d’une catalane vue de profil (coiffe traditionnelle), l’autre une fille en robe longue en cloche, en position d’orante, tenant une chandelle à l’extrémité de chaque main, le troisième, un réticulé sous un ensemble de lignes verticales.

2. Essai de classement des graffiti

2.1. Type 1 (voir numéros dans le catalogue en annexe)

3Les graffiti non patinés, datés (XIXe-XXe s.) Les personnes citées (« signatures ») sont toutes des femmes. Trois appartiennent semble-t-il à la même famille, Castillo : Thérèse Clémence (1891) (n° 14), Marguerite (1906, 1908) (n° 3, 5, 7) et Marie (Thérèse ?) (n° 11, 12) ; une autre peut-être à la famille Verdaguer (?) : Marie Ver (?) (n° 8). La famille Castillo habitait la maison située à côté du presbytère (à 250 m du site), la famille Verdaguer - s’il s’agit de celle-ci - le mas situé à la sortie du village (à 100 m du site) (cf. note bibliographique in fine).

4Les dates portées se rapportent soit au début de l’année, parfois avec des vœux de bonne année : 10 (?) janvier 1906, 2 janvier 1908, soit au début du printemps : 22 mars 1891, 17 mars 1906 (fig. 2 et 3).

5L’un des graffiti associe plus précisément le dessin d’une fille, en position d’orante portant une chandelle à chaque main, à la date du 22 mars 1891, avec les mots à Dieu : s’agissait-il d’un élan religieux ou d’un rituel tout aussi personnel célébrant le retour du printemps (fig. 4) ?

6Nous associons à ce groupe les graffiti 1 et 2 dont la graphie « sergent major » rappelle les graffiti de la période 1891-1908 ; les deux noms sont difficilement lisibles : Touya... (?) pour le premier, Tennaude (?) pour le second. Ce dernier est gravé sur le buste d’une catalane à la coiffe traditionnelle (en usage jusque l’entre-deux-guerres) (fig. 5 et 6).

7Ces dessins montrent à l’évidence de jeunes femmes, probablement des autoportraits ; ils ont pu être réalisés autour de leur vingt ans.

2.2. Type 2 : Les graffiti patinés, à textes non datés

8Si tous les graffiti datés ne portent aucune trace de patine, d’autres (comme celui Antoinette (?), n° 10) sont presque illisibles, donc a priori plus anciens. Ce dernier (n° 10) pourrait dater des temps contemporains si les lettres identifiées correspondent à la graphie française d’Antoinette.

9Le « panneau Thérèse » possède encore une série de graffiti patinés, complètement illisibles, en grande partie effacés par le temps. Il semblerait qu’il s’agisse de textes (noms ? phrases ?).

2.3. Type 3 : Les graffiti patinés, figurés, non datés

10Que penser enfin du graffiti n° 9 qui pourrait représenter un, voire deux personnages ? Celui situé au centre (deux bras musclés, un corps, deux jambes filiformes) représente peut-être un berger tenant à la main droite un long bâton. Au-dessus, à droite, un dessin rayonnant symbolise peut-être le Soleil. En bas, à droite, un signe en zigzag - un autre zigzag, plutôt méandre, non patiné, figure en n° 13 (fig. 7).

3. Problèmes soulevés

3.1. Type 1 : témoignage d’un rite ou hasard des dates

  • 1 Si l’auteur des graffiti est la même personne que celle inhumée au cimetière paroissial, celle-ci a (...)

11L’association de signatures féminines, en début d’année civile et au début du printemps, à des années différentes, est-elle le fruit du hasard, la manifestation d’un rituel occasionnel, lié à des sœurs, des parentes ou des amies – sorte de « club des Cinq » strictement féminin –, ou celle d’un rituel plus ancien, partagé par les filles des maisons proches ? À noter également la coïncidence de jour entre le graffiti n° 7 et la date de décès de son auteur, Marguerite Castillo, à 36 ans de décalage († 17 mars 1942) jour pour jour1. Ou le graffiti était prémonitoire, ou la date antidatée et la salutation ont été gravées a posteriori à côté de la signature (dont le –r– fut oublié) :

12(une fleur à tige sur le –gu–)
17 Mars Maguerite Castillo
1906 à Dieu au revoir (+ 2 fleurs).

Figure 2 et 3 : Graffiti n° 7 (type 1). Date, nom-signature et salutation (dim. 284 x 40 mm). 17 Mars Maguerite Castillo (fleur sur prénom) ; à Dieu au revoir (2 fleurs). (Cliché et relevé des auteurs)

3.2. Type 2 : des textes plus anciens que le XIXe s ?

13Certains textes, aujourd’hui illisibles (n° 10 et vers le bas), pourraient appartenir aux temps contemporains, mais ils sont déjà patinés, donc a priori un peu plus anciens que la fin du XIXe s.

3-3. Type 3 : quelle datation pour le graffiti schématique n° 9 ?

14Que penser du graffiti n° 9 dont la représentation graphique renverrait à l’art schématique linéaire des Pyrénées catalanes décrit par J. Abélanet dans son livre Signes sans paroles (Hachette, 1986) aux p. 285-321.

15Ces anthropomorphes filiformes, le soléiforme et le signe en zigzag s’apparentent en effet aux signes protohistoriques et antiques étudiés par J. Abélanet. Le graffiti n° 9 du « berger » pourrait-il dater de ces époques si reculées, comme les Aspres ont su en conserver (« Petra Scripta » de Fontcouverte, coll de la Font Roja, Pla de Valella, le tout sur le territoire de Caixas) (Signes..., fig. 68-2, 69-1, 72-3) ? Peut-il être la réponse naturellement imposée à toutes les époques à ses auteurs du fait des qualités du support (schiste stratifié) et d’un outil dur et fin (tranchant de pierre ou canif) ?

16Le zigzag, exprimant l’éclair ou l’eau, symbole parmi d’autres de fécondité, exprime-t-il ce sens ici ? Si oui, y a-t-il un rapport avec les vœux de bonne année et la célébration supposée de l’arrivée du printemps, exprimée notamment par le graffiti du 22 mars 1891 (n° 14) ? Ou la combinaison des différents graffiti (type 1 et 3) – jamais superposés – est-elle le fruit du hasard ?

4. Le français, seul véhicule de langue écrite, nouveau moyen de communication graphique pour tous à la fin du XIXe s

17L’examen des archives communales et notamment celui des registres des délibérations du conseil municipal entre 1842 et 1883 nous renseigne sur les difficiles débuts de l’instruction publique qui aura pour conséquence à terme l’acquisition du français écrit par les habitants de Casefabre.

Figure 4 : Graffiti n° 14 (type 1). Nom-signature, date et salutation (dim. 152 x 80 mm). Castillo Thérèse / Le 22 Mars a Dieu / Dar (?) 1891. Therese Clémanse (lignes verticales) / Dessin dorante. Réticulé (relevé des auteurs)

4.1. Un illettrisme très important jusqu’à Jules Ferry

18« Casefabre perche plus haut, sur la pente de la rive droite du Boules, dans un pays aride, sec et pauvre ». Ainsi s’exprimait en 1899 Pierre Vidal, célèbre chroniqueur roussillonnais, dans son Guide des Pyrénées-Orientales. Pauvreté et illettrisme allaient de pair en cette deuxième moitié du XIXe s. dans ces communautés rurales des Hautes Aspres.

19Lors de sa session du 6 janvier 1842, le conseil municipal décide du vote d’un budget pour le traitement du secrétaire de mairie « attendu que la Commune ne peut s’empêcher d’avoir un secrétaire », mais qui est-il ? Probablement un des rares lettrés, membre du conseil ; leur nombre est en effet réduit : sur les dix représentants des familles les plus imposées, seuls Valentin Tujagues Garrigue, le maire, et Jacques Clottes - qui sera maire à son tour en 1851-66 - ont signé, les autres étant déclarés « tous illettrés ». Le maire signe cependant de façon phonétique toujagas (idem en 1844) ; Jacques Clottes quant à lui signe son nom accompagné de fioritures circulaires courantes à cette époque. La formule « les illettrés n’ont point signé » apparaît à nouveau sur l’acte du 13 mai 1845. En 1858, 6 des 8 membres du conseil ne savent toujours pas signer ; en 1865, ils sont 7 sur 10.

20Les revenus de la commune sont si peu importants que le préfet accepte en 1859 qu’une partie du traitement du secrétaire de mairie soit pris sur le budget de l’instruction primaire vu que la « commune n’a jamais eu d’instituteur ». L’illettrisme est si manifeste que, sur la façade de la mairie construite en 1860, l’inscription du linteau en schiste a été faite dans un français phonétique : MERIE FET LE X MARS 1860 (on parle bien de « mère-patrie », aussi le terme « mérie » exprime-t-il un sentiment patriotique).

21La séance du 18 mars 1866 nous apprend que depuis le 1er octobre précédent c’est le curé Jampy qui fait office d’instituteur à trois élèves. Il doit être rémunéré par les familles car le conseil refuse de lui verser toute indemnité.

4.2. Une longue et difficile mise en place des structures de l’enseignement gratuit et obligatoire du français (entre 1870 et 1883)

22Le 17 septembre 1870 une nouvelle équipe municipale est mise en place qui « prête serment de fidélité à la République ». Des dépenses sont engagées au mois de mars suivant pour l’équipement de la mairie et de « l’école communale » (achat de deux bancs pour 4 F).

23À la session du 12 novembre 1871, le maire, Joseph Sarahy, dresse « la liste des enfants à admettre gratuitement à l’école communale... dressée ensemble avec Mr le Curé conformément aux instructions ». Les 6 enfants nommés sont tous des garçons. Dans la foulée, le 27 décembre, le conseil décide d’approprier une partie de la mairie à l’école communale, sous couvert de travaux à effectuer.

Figure 5 et 6 : Graffiti n° 2 (type 1). Signature associée au dessin de la Catalane : Tennaude (dim. 78 x 142 mm), (cliché et relevé des auteurs)

Figure 7 : Graffiti n° 9 (type 3). Dessin « Le Berger » (dim. 250 x 120 mm). Anthropomorphe, 2 signes en V renversé (jambes ?), anthropomorphe tenant un bâton, soléïforme, zigzag (relevé des auteurs)

24Lors de la session du 10 mai 1872, un membre du conseil - non nommé - déclare que l’initiative de l’ouverture de l’école communale revenait au curé « malgré l’opposition de l’ancienne administration locale ». Il continue : « aussi, aujourd’hui on voit assez d’enfants fréquenter l’Ecole et dans quelques années l’on ne verra pas comme il est arrivé dans les Elections que le procès-verbal d’Election n’était signé que par Mr le Maire et où il était dit le Secrétaire et les assesseurs ont déclaré ne savoir signer (souligné dans le texte). Il est à présumer que Mr le Curé obtiendra de l’avancement et qu’il peut se faire que l’on nomme un Instituteur Laïque alors il faudra pourvoir à un logement ». En conséquence le conseil approuve d’élever la mairie d’un étage pour servir de logement de fonction.

25Deux ans plus tard (1874), la liste des élèves bénéficiaires de l’école, dressée par le curé et le maire, s’élève à 14, uniquement des garçons, l’instituteur en exercice étant M. Sarahy – probablement un parent du maire –. À la base de l’acte, 5 des 8 conseillers présents ont signé d’une croix, comme pour signifier leur espoir en l’avenir.

26Les travaux de construction du niveau scolaire au-dessus de la mairie n’ont toujours pas eu lieu à la date du 31 juillet 1876 et c’est le curé qui dirige l’école. Où donc est passé l’instituteur Sarahy ?

27Le 11 février 1877, le nouveau maire – élu le 8 octobre précédent –, Jacques Clottes, propose au conseil la création d’une école mixte. Un budget est monté proposant la location d’un logement pour une institutrice, l’achat de livres mais l’essentiel de la somme est demandé au Département. Les choses avancent très lentement : le 13 octobre 1878, l’école est déclarée fermée depuis près de deux ans. Aussi, le 10 novembre suivant, le conseil réitère l’idée de créer une école communale mixte « pour donner aussi aux filles la faculté d’apprendre à lire et écrire ». Régulièrement des budgets sont montés liés à l’obtention d’aides du Département ou de l’État.

  • 2 Probablement la même Marie Castillo, épouse Prim, inhumée à Casefabre (1866-1943). Dans ce cas, ell (...)

28Le 9 novembre 1879, la liste dressée par le curé et le maire fait état de 12 enfants aptes à suivre gratuitement l’école dirigée par Mme Paris (dont le patronyme étranger aux Aspres indiquerait une formation spécifique en école normale). Sur ces 12 enfants, 2 sont des filles : Castillo Marie2 et Galy Marie.

29En 1882 sont créées au sein du conseil une commission scolaire et une caisse des écoles. Enfin, en 1883 est construite l’école communale de Casefabre, une grande école à trois niveaux, située face à la mairie, ouvrant comme elle sur la place du village. C’est un bel édifice qui demeure encore aujourd’hui, une soixantaine d’années après sa fermeture définitive, le plus grand de la commune...

5. Conclusions

5.1. « La faute à Jules Ferry... »

30En paraphrasant une chanson connue attribuant l’école obligatoire à Charlemagne, on peut dire que l’existence des graffiti du type 1 est due à l’introduction dans les campagnes françaises du début de la IIIe République de l’instruction (française) gratuite et obligatoire. Bien que lente et difficile, sa mise en place à partir des années 1880 a profité aussi bien aux filles qu’aux garçons. Cet événement a dû être ressenti dans la communauté villageoise comme une véritable révolution culturelle et l’on devine ce besoin nouveau non teinté de fierté de pouvoir apposer sa signature et des mots (en français, bien sûr) sur tous les supports publics ou cachés qui s’y prêtaient, même si la langue majoritairement parlée demeurait certainement le catalan du Roussillon.

31Et là nous retrouvons une représentante de la famille Castillo, Marie citée en 1879, née en 1866. C’est une parente probable de Thérèse (graffiti n° 14), citée en 1891, et de Marguerite (graffiti n° 3, 5, 7), citée en 1906-08, probablement celle née en 1874. Doit-elle être identifiée avec la Marie (Thérèse ?) des graffiti non datés n° 11 et 12 ?

32La recherche ne demeure pas moins ouverte quant au sens et à la fonction des graffiti du type 1 de la « roche Castillo ». La connaissance du français écrit aura permis de laisser ses propres empreintes signées sur une roche où les jeunes ou moins jeunes avaient l’habitude de se retrouver, participant peut-être à une sorte de rituel réservé aux filles, d’où les écrits et dessins parfois énigmatiques (graffiti n° 3, 4, 14) ?

33On est donc en droit de se demander si la « roche Castillo » a pu être une pierre votive dont l’origine remonterait au-delà du XIXe siècle ? Cela pourrait expliquer, du moins en partie, la présence de graffiti plus anciens d’après le degré d’effacement et de patine (type 2)...

5.2. Le graffiti de type 3 peut-il être « très ancien » ?

34Peut-être le graffiti de type linéaire schématique (« le berger », n° 9) est-il contemporain des graffiti d’époque protohistorique ou antique relevés sur le territoire de la commune adjacente de Caixas par Jean Abélanet ?

35Quoiqu’il en soit, le support rocheux apparaît comme une source historique riche d’informations relevant de l’histoire communale, de micro-histoire. Ces « brèves » nous aident à approcher les mentalités sociales et les mutations culturelles des communautés à certains moments clefs de leur histoire.

ANNEXE : CATALOGUE DES GRAFFITI RELEVÉS SUR LA « ROCHE CASTILLO »

36Toutes les écritures sont en cursive anglaise, gravées (sauf exception) sur un plan horizontal. Les textes et prénoms lisibles sont tous en français, parfois entachés d’erreurs orthographiques. Les dimensions sont toujours données en mm, d’abord sur l’axe horizontal, puis vertical.

371 - Signature. Dim. 95 x 35 mm. Type1.
Touja..
Une famille Toujagues (ou Tujagues) habita le territoire entre le XVIIe et le XXe s.

382 - Signature associée au dessin d’une catalane. Dim. 78 x 142. Type 1.
Le dessin montre le buste à gauche d’une catalane à la coiffe traditionnelle. Le trait avant du corps se prolonge au-delà d’une strie du rocher.
Tennaude
On ne connaît pas de personne à ce nom. Peut-être un surnom ?

393 - A) Date (à l’horizontale). Dim. 70 x 30. Type 1.
Nom-signature et phrase (sur quatre lignes, de plus en plus en oblique). Dim. 115 x 42. Type 1.
le 2 Janvier 1908
Marguerite / Castillo / il fait trè / ban temp

404 - A) Salutation sur trois lignes. Dim. 85 x 50. Type 1.
Β) Date. Type 1.

41Bonne / année a tou(t) / le monde.
1906

425 - A) Prénom. Dim. 45 x 20. Type 1.
Β) Initiale répétée. Dim. 45 x 18. Type 1.
C) Date (double trait, légèrement oblique vers le haut, à droite). Type 1. Dim. 230 x60.
Marguerite
Ccc
le 1(0 ?) Janvier 1906

436 - A) Salutation d’adieu (sur deux lignes, en oblique), deux traits de soulignement. Dim. 75 x 45. Type 1.
Β) Sept traits obliques à verticaux, à droite. Dim. 56 x 40. Type 1.
bon soir / au revoir

447 - Date, nom-signature (oubli du –r–), salutation d’adieu (certains mots en double trait). Dim. 284 x 40. Type 1.
(une fleur à tige sur legu–)
17 Mars Maguerite Castillo
1906 à Dieu au revoir
(+ 2 fleurs)

458 - A) Nom-signature inachevé
Date et dessin figuratif (?) par série de traits verticaux ou obliques.
Dim.ensemble 240 x 125. Type 1.
Marie Ver / 2 (?) Janvier / 1908
Peut-être s’agit-il d’une représentante de la famille Verdaguer, présente au village du XVIIe au XIXe s.

469 - Dessin, « le berger ». Dim. 250 x 120. Type 3.
Anthropomorphe, 2 signes en V renversé (jambes ?), anthropomorphe tenant un bâton de berger, soléiforme, zigzag.
Ce type de scène figurée, isolée, pourrait remonter à des temps plus anciens.

4710 - Prénom à peine lisible. Type 2.
Antoinette (?)

4811 - Nom-signature (en partie effacé) plus signature (?) effacée en deuxième ligne. Dim. 235 x 67. Type 1.
Mari(e) ? T(hérèse ?) Castillo/(signature ?)

4912 - Ensemble illisible sur six lignes et dessin figuratif (?).
Dim. 325 x 60. Type 1.
La 4e ligne est interrompue : un éclat du rocher est parti, emportant le nom.
Aux 4e et 5e lignes, on déchiffre :
Marie Cas(tillo) / Marie C...

5013 - Méandre-zigzag (non patiné). Dim. 120 x 15. Type 1.

5114 - L’ensemble utilise trois facettes différentes du rocher. Dim. 350 x 200. Type 1.
Nom-signature, date et salutation (sur trois lignes). Dim. 152 x 80.
Prénoms sur ensemble de traits verticaux ou obliques. Dim. 210 x 100 ;
Dessin. Fille en robe longue en cloche, en position d’orante, une chandelle à chaque main. Dim. 65 x 100.
Dessin. Réticulé. Dim. 105 x 80.
Castillo Therése Therese Clémanse
le 22 Mars a Dieu
Dar
( ?) 1891
Dessin d’orante dessin réticulé

52Pour l’histoire de ces familles ou de ces mas, voir G. Castellvi, Estudi econòmic i social d’une parrochia de l’ait Aspre : Casafabre, 1760-1800, DUEC, Université de Perpignan, 1980 ; idem, « Saint-Martin de Casafabre », revue Conflent, n° 114, 1981, p. 36-59 [notamment p. 58].

Notes

1 Si l’auteur des graffiti est la même personne que celle inhumée au cimetière paroissial, celle-ci avait 32-34 ans au moment de leur réalisation, en 1906-1908.

2 Probablement la même Marie Castillo, épouse Prim, inhumée à Casefabre (1866-1943). Dans ce cas, elle aurait eu 13 ans en 1879, un âge limite pour la communale. S’agit-il de Marie (Th. ?) Castillo qui a gravé son nom sur la « roche Castillo » (graffiti n° 11, 12) ?

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Situation de la « roche Castillo » sur le chemin de Casefabre au Monistrol (cliché des auteurs)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4169/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Figure 2 et 3 : Graffiti n° 7 (type 1). Date, nom-signature et salutation (dim. 284 x 40 mm). 17 Mars Maguerite Castillo (fleur sur prénom) ; à Dieu au revoir (2 fleurs). (Cliché et relevé des auteurs)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4169/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Figure 4 : Graffiti n° 14 (type 1). Nom-signature, date et salutation (dim. 152 x 80 mm). Castillo Thérèse / Le 22 Mars a Dieu / Dar (?) 1891. Therese Clémanse (lignes verticales) / Dessin dorante. Réticulé (relevé des auteurs)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4169/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Figure 5 et 6 : Graffiti n° 2 (type 1). Signature associée au dessin de la Catalane : Tennaude (dim. 78 x 142 mm), (cliché et relevé des auteurs)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4169/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Figure 7 : Graffiti n° 9 (type 3). Dessin « Le Berger » (dim. 250 x 120 mm). Anthropomorphe, 2 signes en V renversé (jambes ?), anthropomorphe tenant un bâton, soléïforme, zigzag (relevé des auteurs)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4169/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 24k

© Presses universitaires de Perpignan, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search