Versión clásicaVersión móvil

Roches ornées, roches dressées

 | 
Michel Martzluff

2 - Aux sources des arts et des mythes

Les roches gravées de Banyuls-sur-Mer (Pyrénées-Orientales)

Jean-Pierre Comps y Philippe Rigaud

Resumen

Faisant face à la mer, les roches gravées de Peyrefite et du Col de la Creu sont deux affleurements schisteux distants de 800 m environ. Pour l’essentiel, ces nombreuses gravures linéaires, très schématiques et d’interprétation difficile, représentent des bateaux de types divers (38 exemplaires) et des personnages (33 exemplaires) dont le dessin varie en fonction du groupe auquel ils appartiennent. Les figurations semblent imputables à un seul auteur. L’équipement de quelques navires, ainsi que l’armement de certains personnages de Peyrefite, permettent d’attribuer une datation tardomédiévale à l’ensemble de ce corpus

Texto completo

Introduction

  • 1 Pour préserver, autant que faire se peut, les gravures de toute surcharge intempestive ou autre van (...)
  • 2 Nous utilisons de préférence le terme « navire » pour désigner les représentations navales présente (...)

1Les roches gravées de Banyuls-sur-Mer appartiennent à deux sites différents, réunis peut-être par un sentier menant de la côte à Banyuls : le premier est à proximité de la baie de Peyrefite (cat. Peyrafita : pierre plantée), le second, à quelque 800 m de là, non loin du col de La Creu1. Tous les deux ont vue sur la mer. Le substrat géologique de cette zone côtière est formé par des roches métamorphiques primaires (schistes à chlorite). Les gravures s’organisent en panneaux séparés par des fractures de la roche. Elles représentent des navires2 ou des barques accompagnées parfois de personnages ainsi que de formes plus ou moins confuses. Leur lecture est difficile, soit qu’il s’agisse d’esquisses, soit que l’abondance des traits parasites brouille le dessin, soit enfin que le tracé, très superficiel, ait été effacé par les intempéries.

  • 3 Pour le relevé nous avons reçu l’aide du Club d’Archéologie du Lycée Jean Lurçat, à Perpignan et no (...)
  • 4 Le traitement informatique des graffiti est l’œuvre d’Olivier Passarrius et de Sabine Nadal. Signal (...)

2Le relevé a été effectué sur film plastique transparent, toutes les lignes distinctes ont été prises en compte, sans aucune interprétation de notre part3. Les dessins reproduits ici sont donc la copie aussi fidèle qu’il se peut, des graffiti originaux4. Le moulage de certains panneaux effectué par Joseph Maureso a permis de retrouver quelques traits qui n’apparaissaient pas sur le relevé primitif.

1. Présentation des gravures de Peyrefite

1.1. Le rocher I (fig. 1)

3Le rocher I est le plus riche en gravures. Il est de forme vaguement rectangulaire avec néanmoins un sommet pointu et se dresse à la verticale. Les diaclases dessinent des sortes de panneaux que nous avons trouvé commode de relever ensemble, ce qui ne signifie pas pour autant que les gravures d’un panneau constituent un tout cohérent.

Figure 1 : Répartition des gravures sur le rocher I de Peyrefite, Avers

4L’avers (3,80 m de large à la base, et 3,20 m de haut), où pratiquement toutes les surfaces disponibles ont été utilisées, regarde vers l’est, vers la mer. Le revers, tourné vers l’ouest, est de dimensions plus réduites, à cause de la pente du terrain (fort pendage de l’ouest vers l’est) et comporte beaucoup moins de gravures. Tous les panneaux à l’avers comme au revers sont donc verticaux.

1.1.1. Rocher I, Avers, panneau A (fig. 2)

5Sur ce panneau, trois navires et des anthropomorphes sont posés sur des réticulés.

  • 5 N. suivi d’un chiffre désigne les gravures de navires en ordre de présentation dans le texte et les (...)
  • 6 Le lecteur se reportera à la fin du texte où nous donnons, dans un glossaire, quelques éclaircissem (...)

6Navire n° 1 (N. 1)5 : ce navire se perçoit assez bien dans une grande complexité de traits parmi lesquels on peut découvrir la silhouette assez caractéristique d’une nef de transport (nau). Grâce au gréement reconnaissable - l’appareil vélique est visible malgré les surcharges - on distingue la proue et la poupe, cette dernière étant vers la droite. En effet, le château arrière (castel)6 plus relevé semble se conformer à l’iconographie classique de ce type de navire, d’autant que l’étambot plonge en se recourbant légèrement (on ne distingue pas de gouvernail, timon). Sur la coque proprement dite, on constate nettement un abaissement au niveau du pont (la couverte) à peu près en son milieu ; il s’agit de la partie appelée embella ou bella qui est assez typique et souvent marquée sur les représentations de ce type de navires. Comme convenu dans la plupart des graffiti navals, le navire est dessiné dans son « intégrité », c’est-à-dire hors de ses lignes d’eau, montré « toutes voiles dehors ».

7Le gréement est formé d’une grand-voile dite la mestra ou maistra, celle-ci paraît portée par une vergue horizontale l’antenna ; au-dessus, une autre voile, probablement celle de hune (papagai) de forme triangulaire. On ne distingue pas clairement le mât principal du navire (arbre mestre) supportant cette architecture de toile, l’auteur du dessin n’ayant pas jugé bon de le détailler, en revanche les laizes (fers) de la mestra sont marquées et sont surtout apparentes dans le traité réticulé de la partie senestre. Vers la proue, se détache un petit arbre orné d’une voile triangulaire, pointe en bas. Il s’agit de l’arbre de trinquet muni de sa voile dite également de trinquet. En principe sur ce type de nef, la voile de trinquet - comme celle de hune - est carrée et non pas triangulaire comme dessinée ici. Il est possible que, pour l’auteur, il s’agisse d’une convention, que l’on retrouve assez souvent par ailleurs, y compris dans l’iconographie classique d’époque médiévale, celle des miniatures ou dans les dessins traditionnels.

8N. 2 : si l’auteur des dessins a voulu représenter un bateau, il s’agit d’un essai minimaliste parmi d’autres ; ce pourrait être une petite embarcation associée au plus gros navire, une annexe en quelque sorte.

9N. 3 : c’est une représentation du même type de navire de transport que le Ν. 1. Si la coque se distingue dans une certaine confusion de traits parallèles et perpendiculaires, les caractères principaux restent à peu près identiques ; la proue semble orientée vers la droite. En revanche le gréement est peu identifiable. Une voile très grande semble couvrir la surface du navire, les traits parallèles en hauteur pourraient marquer des laizes. On est toutefois en droit de rester sceptique quant à l’effet recherché.

  • 7 P. suivi d’un chiffre désigne les gravures de personnages en ordre de présentation dans le texte et (...)

10Personnages (P. 1 et 2)7 : ces deux personnages présentent de grandes similitudes ; ils se résument en une tête arrondie, deux lignes figurant les bras, écartés du corps, presque à l’horizontale et terminés par les doigts, 4 doigts dans 3 cas et 5 dans l’autre, et de longs traits verticaux représentant le corps, 6 pour P. 1 et 4 pour P. 2. On ne distingue pas les pieds.

11Chacun d’eux est représenté sur un réticulé rectangulaire, formé de lignes perpendiculaires, celui de P. 1 est plus petit et arrondi aux extrémités. De minuscules cupules tiennent lieu des deux yeux et de la bouche. Une barre verticale schématise le nez de P. 1, et une quatrième cupule celui de P. 2. Les traits verticaux en lieu et place du buste et des membres inférieurs évoquent les plis d’un vêtement. Les réticulés font penser dans ce contexte maritime à un radeau ou à une petite embarcation.

12Il est impossible de dire si leur proximité avec le navire N. 2 est fortuite ou si l’auteur a voulu composer une scène impliquant bateau, radeaux et personnages.

1.1.2. Rocher I, Avers, panneau Β1 (fig. 2)

13Sur ce panneau, on distingue deux ensembles confus, un navire (N. 4) et un réticulé.

14N. 4 : il semblerait que, sur un réticulé très allongé, l’auteur ait dessiné un bateau de dimensions plus réduites dont on distingue bien la proue et la poupe relevées.

1.1.3. Rocher I, Avers, panneau B2 (fig. 2)

15Sur ce petit panneau, seul un anthropomorphe est gravé.

16P. 3 : personnage isolé « en bobine ». Les deux triangles opposés sont hachurés verticalement, les pieds sont tournés vers la droite, seule est dessinée la moitié inférieure de la tête, un V figure le nez ou peut-être la bouche, le bras droit n’est pas représenté ou n’est plus visible.

1.1.4. Rocher I, Avers, panneau C (fig. 3)

17Plusieurs navires et une série d’anthropomorphes sont visibles dans cette série abondamment réticulée.

18N. 5 : il semble s’apparenter à la famille des galères, même si le dessin n’est pas très probant. La proue paraît tournée vers la gauche et la poupe semble équipée d’un abri de forme arrondie, qui peut évoquer une tente, laquelle couvrait effectivement l’arrière des galères où se tenaient les officiers d’état-major. Ce lieu privilégié portait le nom de « carrosse » au XVIIe siècle. De fait, orné et protégé par des tentures, il était un lieu plus confortable et plus abrité que le reste du navire, ouvert à tous les vents.

19Le gréement se présente sous la forme d’une voile dite latine (triangulaire) d’usage habituel sur les galères, l’arbre est peut-être muni d’une gabia (un triangle sur le dessin), une plate-forme ou un panier destiné à la vigie (elle est ici hypertrophiée par rapport au reste de la représentation). L’autre moyen de propulsion, la palamenta, est suggéré par des traits parallèles, les rames débordant de la coque vers le bas. Le dessin reste toutefois sommaire.

20N. 6 : il a les mêmes caractéristiques que les autres nefs : une coque tournée vers la droite avec sur l’arrière (à gauche) un relèvement du castel ou gaillard. Sur l’avant, l’étrave semble remonter. Le gréement apparaît comme plus complexe que dans les précédentes représentations ou du moins relativement plus complet. Sur ce type de nefs l’appareil vélique est généralement composé de trois arbres. Ici, ils ont été dessinés. En partant de l’arrière, on distingue l’arbre de mejana équipé d’une voile triangulaire, en principe latine. Elle n’est pas ici dessinée dans le bons sens, peut-être par convention. L’arbre mestre paraît traverser la coque jusqu’à la quille, ce qui est aussi une convention souvent présente sur les graffiti navals. La voile de mestre est atrophiée, elle forme un quadrilatère peu proportionné à la taille de la coque et à l’attente que l’on pourrait en avoir dans un dessin plus équilibré. Sur l’avant on découvre parmi l’habituelle confusion des traits l’arbre de trinquet et une voile triangulaire, pointe vers le bas.

21N. 7 : Ce dessin est vraisemblablement un navire, la forme générale le suggère et les personnages qui y sont associés forment un équipage potentiel. Sur ce navis longa qui est peut-être une galère, les traits parallèles marquant la coque verticalement sont-ils des rames traitées à l’économie ? Son arrière est semblable à celui des nefs. Est-ce une grosse galère de type galéasse présentant à la fois les caractéristiques des naus et des galères ? Le gréement n’apparaît pas. De fait, il était plus facile aux galères munies d’un équipage nombreux de tomber l’arbre et de ranger l’antenne pour faire route à la rame. Certains textes expliquent qu’une galère était moins repérable sur l’eau sans son appareil vélique. Elles pouvaient ainsi joindre un abri propice à une action future sans se faire repérer par les vigies placées le long de la côte (notamment la nuit). On peut aussi penser que le bateau a accosté, comme peut le laisser supposer la ligne oblique qui figure en avant de la proue et sur laquelle semblent marcher les personnages. Ces derniers ont été dessinés postérieurement, ainsi qu’il apparaît lors d’un examen à la loupe, sur ce qui pourrait être un niveau de sol.

22P. 5, 7, 8, 9 : personnages en « bobine » différents entre eux car P. 7 et P. 8 portent une coiffure conique, P. 8 et P. 9 ont sur les épaules une protubérance arrondie, P. 5 et P. 7 sont représentés sur le même réticulé qui s’incurve à son extrémité droite, tandis que P. 8 et P. 9 se trouvent plus à droite en dehors de ce même réticulé. Tous ces personnages ont de petites cupules en guise d’yeux. Pour P. 8, la bouche est représentée de même façon alors que le nez de P. 5 est une barre verticale. Tous ces personnages ont les pieds tournés vers leur droite, sauf P. 7 dont les jambes n’apparaissent pas.

23P. 4, 6, 9 : ces personnages, quoique différents des précédents dans leur aspect, semblent faire partie de la même scène. De P. 4, nous ne voyons guère que la tête, circulaire et pourvue de deux yeux en creux, et peut-être le haut du buste qui semble émerger d’une sorte de carré posé en haut du navire N. 7. ; P. 6 est incomplet lui aussi : la tête ronde comporte trois cupules bizarrement positionnées, le buste est un trait vertical d’où prennent naissance, immédiatement sous la tête, deux bras arrondis qui se referment sur la taille et les jambes n’apparaissent pas. P. 9 est sans doute lui aussi une représentation humaine, avec une toute petite tête, un buste sans bras relié par un trait vertical à un triangle ou à l’amorce d’un X.

24Tous ces personnages semblent faire partie d’une même scène et leur aspect différent résulte donc, soit du fait qu’ils sont restés à l’état d’ébauche plus ou moins maladroite, soit du fait que leur rôle dans la scène est effectivement différent. P. 9 appartient vraisemblablement au premier cas, peut-être aussi P. 6, tous les autres relevant du deuxième. P. 4 est peut-être un marin, P. 5, P. 7, P. 8 et P. 9 sont sans doute des guerriers, le X de leur dessin pouvant correspondre à demi-armure et la coiffure en forme de cône de P. 7 et P. 8 à un casque.

25Avec leurs pieds tournés vers la gauche, ils paraissent tous embarquer.

1.1.5. Rocher I, Avers, panneau D1 (fig. 4 et 5)

26Les figurations sont souvent confuses par la multiplication des traits parallèles et se recoupant. On reconnaît, dans une distinction toute relative, 3 navires, 3 anthropomorphes et 1 objet non identifiable.

27N. 8 : ce dessin est manifestement celui d’une coque de navire s’apparentant à une nef. On parvient à distinguer la forme générale dans la confusion des traits croisés. La proue paraît se trouver vers la gauche alors que la poupe à droite semble plus relevée. Aucun gréement n’est discernable.

28N. 9 : le dessin est simple et très puéril. La coque est traitée par des traits parallèles se croisant en réticulé. Un semblant de gréement permet de discerner un arbre soutenu par des sartis et une hypothétique voile. Des traits partant sous la coque suggèrent peut-être des lignes de pêche.

29N. 10 : ce dessin de nef est à peu près identique aux autres. Le traitement de la coque, tournée vers la droite, est proche des précédents. Il est à noter l’existence vraisemblable d’une voile de mejana, d’un arbre mestre dont le trait descendant jusqu’à la quille est accentué. En tête de ce qui semble être un mât, un personnage est peut-être à son poste dans sa gabia tandis qu’un autre est placé sur le pont en avant de l’arbre. La proue est assez confuse et on ne discerne pas, dans l’enchevêtrement des traits, l’arbre de trinquet qui aurait dû être placé à cet endroit.

30Ν. 11 : située en dessous de N. 10, une forme de coque assez allongée suggère la présence d’un navire. Est-ce la barque annexe du plus gros ? L’indigence des détails ne permet que peu de propositions.

31P. 10, 12 : ces deux personnages paraissent en relation avec le navire N. 10. Ainsi P. 10 est-il juché sur un mât. On aperçoit seulement sa tête, avec les deux creux pour les yeux et la barre verticale pour le nez, le début du torse est figuré par un simple trait ainsi que le départ des deux bras au niveau du cou. Ainsi dessiné, il est proche de P. 6, dans le panneau C.

32P. 12, dont la tête est en tous points semblable à celle du précédent, est un personnage « en bobine ». Le buste triangulaire est nettement visible avec le seul bras gauche, tandis que la base du triangle inversé qui figure l’abdomen se confond avec une ligne horizontale du bateau N. 10. Les jambes sont représentées dans le prolongement des deux autres côtés de ce second triangle ; les pieds sont tournés vers la droite du personnage.

33P. 10 est vraisemblablement un marin de l’équipage et P. 12 un guerrier embarqué sur le même bateau.

34P. 11 : c’est le personnage « en bobine » le plus complet et le plus grand qui soit figuré sur ces rochers (17 cm de la pointe du casque jusqu’aux pieds). La tête, ronde, est pourvue de quatre petites cupules figurant les deux yeux, le nez et la bouche, cette dernière un peu plus grande. Elle est surmontée d’un couvre-chef conique rayé et reliée au tronc par quatre traits verticaux. Le corps en bobine est formé de deux triangles opposés rayés, sur les épaules sont tracés deux petits cercles. Les jambes sont dessinées d’un trait oblique, sur lequel convergent, jusqu’à mi-mollet des lignes courbes. Les pieds, tournés vers la droite du personnage, sont arrondis au talon et pointus vers l’avant. Les bras, en un seul trait, s’incurvent au coude pour aboutir à la taille. On ne voit pas les mains. Du côté droit, l’avant-bras repose sur trois traits terminés à cette extrémité par un petit triangle, alors qu’ils se continuent, légèrement courbes, sur une grande longueur au-delà de la taille.

35Ce personnage semble flotter dans l’espace puisque ses pieds ne reposent sur aucun sol figuré naturel ou artificiel. P. 11 représente de toute évidence un guerrier. Le casque est étonnamment pointu. Le X dessinant le corps est vraisemblablement une protection du torse et de l’abdomen, protection dont font partie également les deux petits cercles dessinés sur les épaules. Sur les jambes, jusqu’à mi-mollets, sont figurés des hauts de chausse ou des jambières. Les pieds paraissent protégés ou, tout au moins, pourvus de chaussures pointues. Pas de cheval dessiné aux alentours : plutôt qu’à un cavalier ou un chevalier, on pense donc à un homme d’armes, un piéton. À la taille, le petit triangle pourrait être le pommeau d’une épée dont la lame ou le fourreau se prolonge au-delà de la taille ou un très long sabre, si l’on veut donner une signification à la courbure.

1.1.6. Rocher I, Avers, panneau D2 (fig. 5)

36L’espace est occupé par trois silhouettes de navires dont l’une est plus confuse.

37N. 12 : la coque allongée de ce navire est semblable aux autres par son traitement de traits parallèles et parfois se recoupant. La poupe relativement massive est tournée vers la gauche. La proue est relevée vers la droite. Le gréement est surtout remarquable par l’existence d’enfléchures placées de part et d’autre de l’arbre qui est planté à peu près au milieu de la coque et dont les deux traits parallèles descendent jusque sur la quille. Certaines lignes, parfois inabouties, paraissent indiquer la présence de sartis. Une forme triangulaire marquée de traits parallèles sur l’avant pourrait suggérer une voile.

38N. 13 : une « coquille » est placée à la poupe du n°12, peut-être une barquette servant d’annexe ?

39N. 14 : cet autre navire, sommairement tracé, est placé en parallèle du N. 12, la forme est comparable à celui-ci, à la fois plus confuse et moins détaillée (absence de gréement).

1.1.7. Rocher I, Avers, panneau Ε (fig. 6)

40La surface de cette zone présente une silhouette de navire et quelques traits parallèles et/ou se recoupant.

41N. 15 : il est difficile d’évaluer ce dessin, il s’agirait peut-être d’un navire dans le genre « minimaliste stylisé ». De fait, les caractères d’identification ne sont guère probants : une coque, des mâts, un gréement ?

1.1.8. Rocher I, Avers, panneau F (fig. 6)

42Sur ce panneau de petites dimensions, un navire et quelques traits indistincts formant masse au-dessus de celui-ci.

43N. 16 : la coque d’un navire avec une partie de gréement a été dessinée, la proue paraissant dirigée vers la gauche. Un arbre placé au milieu de la coque semble porter une voile triangulaire et au sommet (?), une autre plus petite apparaît bien embrouillée parmi de nombreux traits se recoupant. Là également l’auteur n’a pas véritablement soigné le trait, ni cherché à donner à la nef une représentation claire ou réaliste.

1.1.9. Rocher I, Avers, panneau G (fig. 6)

44Sur ce panneau, un navire, plusieurs anthropomorphes et de nombreux traits indistincts se recoupent.

45N. 17 : ce dessin de navire est parmi les plus explicites du corpus. Il a sa proue tournée vers la gauche, relevant en forme de capian. Précédant celui-ci, un réticulé formant massif a été dessiné, peut-être pour marquer le castel de proue ou gaillard d’avant. La poupe, formant castel relevée sur l’arrière, s’achève par quelques traits obliques dans le prolongement des préceintes marquant la coque. Son abaissement dans le milieu détermine la position de l’embella déjà remarquée dans le dessin Ν. 1. Du gréement, il ressort uniquement l’arbre maistre descendant jusqu’au niveau de la quille, une voile carrée aux laizes soulignées et, en tête, une autre voile de perroquet ou une gabia dont les barreaux seraient soulignés par des traits parallèles. La présence de personnages, s’ils peuvent être associés au navire, marquerait la présence possible de l’équipage.

46P. 13, 14 : 4 cupules pour la première figure, 3 pour la seconde et quelques traits verticaux ou obliques ne suffisent pas pour tracer un anthropomorphe. Pourtant, la présence de cupules, qui sont toujours associées sur ce site à un être humain, nous oblige à ne pas négliger cette hypothèse.

47P. 15 : cette silhouette est formée d’un sommet arrondi avec quatre cupules et de plusieurs traits verticaux. Elle représente peut-être un personnage, bien qu’on ne distingue aucun membre, pas plus que de mains ou de pieds. À hauteur de ce qui devrait être la taille, deux traits horizontaux dessinent comme une ceinture. Les liens avec le navire 17 sont mal établis dans la mesure où la base des traits verticaux dépasse la coque du bateau. À rapprocher de P. 2 et P. 3 pour l’apparence des personnages en robe.

48P. 16 : il a une tête en losange, mais un trait vertical divise la face en deux et cette tête est entourée de chaque côté d’un arc de cercle. Elle est surmontée d’une sorte de petit casque. Trois cupules représentent les yeux et la bouche. Les bras prennent naissance directement au niveau de la tête et une main est dessinée au bout du bras droit, mais non à celui du bras gauche. Cinq traits verticaux tiennent lieu de tronc. Les jambes sont figurées par deux traits épais qui s’incurvent vers la droite pour tracer les pieds. D’autres gros traits horizontaux viennent rayer le personnage. Les pieds du personnage reposent sur quelques lignes horizontales. Le traitement de la coiffure, qui ressemble à une couronne, et celui du corps ne permettent pas de le classer parmi les guerriers, c’est un personnage atypique.

1.1.10. Rocher I, Avers, panneau H (fig. 7)

49Sur ce panneau, sont inscrits un navire et quelques traits confus.

50N. 18 : on distingue une coque de navire (avant vers la gauche, poupe à droite) avec un gréement dormant relativement bien identifiable par une série de traits convergeant vers ce qui semble être une gabia ou une voile. Un arbre de mestre vertical et fragmentaire semble partir du fond de carène pour se diriger vers la base de cette gabia ou voile. Une forme close et allongée au-dessus de la coque et placée sous cette supposée gabia ou voile, pourrait signifier une voile ferlée, cette interprétation reste cependant très hypothétique (voir les N. 23 et 26).

1.1.11. Rocher I, Avers, panneau J (fig. 8)

51Ce panneau porte une ébauche de personnage et des traits confus, difficiles à interpréter.

52P. 17 : le personnage est incomplet : sur une tête ronde, 3 cupules figurent les yeux et la bouche, 1 petit trait vertical le nez. Un couvre-chef pointu, conique, est partagé en deux par une barre verticale. Les épaules sont marquées par une ligne horizontale qui s’inscrit immédiatement sous la tête. Des rayures verticales et perpendiculaires sont tracées sous cette ligne des épaules. Pas de bras ni de jambes identifiables. On pense ici à un guerrier en « bobine » du type P. 11, dont le dessin n’aurait pas été achevé. Au-dessous de lui se trouve peut-être un début d’esquisse de navire et, sur sa droite, on pourrait voir une silhouette de maison qui ressemblerait assez, curieusement, à une gravure protohistorique relevée par Robert Guiraud sur la Peyro Escrita du Val d’Enfer à Olargues (Guiraud 1965, p. 62).

1.1.12. Rocher I, Avers, panneau Κ (fig. 7)

53Un seul dessin de navire occupe ce panneau.

54N. 19 : malgré le caractère simplifié du dessin qui est apparemment inachevé, il est probable qu’il s’agit d’un navire. Le traitement de la carène s’apparente aux autres formes et la présence d’un arbre sous forme de deux traits parallèles, d’une voile carrée, éventuellement d’une enfléchure, semble caractériser cette nef d’expression simplifiée.

1.1.13. Rocher I, Avers, panneau L (fig. 8)

55Deux motifs cohabitent sur cette zone : un navire (peu clair) et une forme close, en surimpression.

56N. 20 : il s’agit probablement d’une coque réduite au traitement de traits parallèles séparant partie arrière et avant (?) et se rejoignant vers le milieu de celle-ci. Un arbre paraît traverser la carène pour s’appuyer sur la quille. En surimpression, sur la partie droite, une forme close rayée de 4 traits est difficile à interpréter.

1.1.14 : Rocher I, Avers, panneau M (fig. 9 et 10)

57La surface du rocher est séparée en deux zones dans lesquelles on repère un navire, des anthropomorphes, des motifs non identifiables, des figures réticulées et quelques autres traits informels.

58N. 21 : dans ce dessin de nef plutôt confus, on distingue assez mal une coque montée d’un arbre descendant au niveau de la quille (?) et s’achevant par ce qui semble être une gabia (un triangle aux côtés doublés, pointe en bas marqué d’une croix). Notons l’existence présumée de deux enfléchures s’achevant à la base de la gabia, l’une d’elles, à gauche, apparaît mieux que celle de droite.

59N. 22 : il est possible de voir un navire (sur la gauche) dans ce dessin où sont représentés quelques personnages. La composition évoque une forme de barque, mais reste peu explicite dans ce sens.

60P. 18 : cette figure est formée d’un petit triangle surmontant un trapèze plus grand ; les deux sont traversés par une barre verticale. C’est un dessin « flottant », sans support d’un sol.

  • 8 Sur la discussion à propos de l’interprétation des signes arbalétiformes, également nombreux à avoi (...)

61Il peut s’agir d’un personnage très schématique, de type arbalétiforme. On pourrait le rapprocher d’une figure relevée par Jean Abélanet sur la roche 26 du Valat de la Figuerassa, commune de Tarerach (Abélanet 1990, p. 200 ; fig. 25, p. 2). L’auteur y voit un anthropomorphe8.

62P. 19 : P. 19 s’apparente à P. 18, au moins par le schématisme, mais là, il ne peut y avoir la moindre ambiguïté sur l’anthropomorphisme de cette figure : la tête arrondie y est bien dessinée avec ses 2 yeux cupulés et son nez marqué par une ligne verticale qui partage la face en deux. Le buste est représenté par un triangle renversé, la base en haut, rayé de lignes verticales. La même ligne verticale qui trace le nez figure aussi le cou puis traverse le torse et se continue encore, sans qu’il y soit adjoint des jambes ou des pieds. Ce personnage est comparable au dessin relevé par Jean Abélanet au Pont de les Cabres, commune d’Err (Abélanet 1990, p. 137 ; fig. 110, p. 3).

63P. 20, 21 : de P. 20, on ne voit que la tête, le cou et le couvre-chef. La tête est rectangulaire avec trois orifices marquant les deux yeux et la bouche, et une ligne verticale indiquant le nez. Le couvre-chef est tronconique et rayé de lignes obliques. Ce couvre-chef permet de ranger ce personnage incomplet dans le groupe des guerriers.

64P. 21 a une tête polygonale à 5 côtés qui tend vers le cercle. Deux yeux sont creusés sur la face et une ligne verticale la partage en deux. Une barre horizontale est tracée au-dessus de l’œil gauche. Sur la moitié inférieure de la tête, de nombreux petits traits font penser à une barbe et à des cheveux. Au-dessus de la tête, sans vraiment la toucher, flotte un triangle partagé en deux d’où pendent plusieurs traits. Le bras gauche, au bout duquel est dessinée une main, vient s’attacher très haut, au niveau de l’oreille. On ne distingue pas le bras droit. Le corps est esquissé par des lignes verticales et obliques qui dessinent un X approximatif. Les jambes et les pieds n’apparaissent pas. La taille est marquée par deux traits horizontaux qui font comme une large ceinture. Si P. 21 peut être rattaché à l’ensemble formé par les hommes d’armes, le corps « en bobine » n’est toutefois pas aussi net que celui de ses compagnons. La barbe et les cheveux constituent un élément nouveau et le triangle avec ses traits, au-dessus de la tête, ne trouve pas d’explication satisfaisante.

65P. 20 et 21 semblent flotter, aucune ligne de sol n’étant dessinée.

66P. 22, 23, 24 : trois personnages en bobine. Aucun n’est complet : P. 22 n’a pas de bras ni de jambe gauche, P. 23 n’a pas de pieds. Le sujet P. 24 est à peine esquissé et c’est à peine si l’on devine les deux triangles opposés qui ont commencé à lui donner forme. Relevons cependant les deux petits cercles sur les épaules de P. 23. Ces trois guerriers, le second portant une armure à spallières comme P. 11 (fig. 4), paraissent être sur une barque allongée comme les personnages du panneau C (fig. 3). Il faut noter toutefois que P. 23 et P. 24 ont été dessinés avant le reste du panneau.

1.1.15. Rocher I, Avers, panneau Ν (fig. 11)

67Ce panneau est occupé pour l’essentiel par 5 navires identifiables en tant que tels, par un motif indistinct et par quelques traits erratiques.

68N. 23 : ce dessin de nef à trois mâts est l’un des rares du corpus à être assez clairement identifiable et pourvu d’assez nombreux détails techniques. Le traitement de la carène suit les préceptes déjà évoqués, c’est-à-dire des traits parallèles plongeants pour le castel arrière avec, semble-t-il, un safran pour marquer le timon d’étambot ; des traits parallèles superposés pour signifier la carène, puis qui remontent afin de distinguer la proue. Le gréement est relativement complet puisque la mejana (une voile latine) est visible, mais pas son arbre, alors que celui de mestre descend jusqu’à la quille, ce qui est un poncif habituel dans les graffiti navals. Sa voile est ferlée sur la vergue et au-dessus de la gabia - un triangle, sommet en bas, marqué de traits convergeant vers la pointe la surmontant, un mâtereau avec une vergue croisée indique l’usage d’une voile de perroquet (absente). Sur l’avant, l’arbre de trinquet ou artimon est aussi appareillé de sa voile également ferlée sur une vergue horizontale.

69N. 24 : le dessin de ce navire est également simplifié, une coque allongée surmontée par un arbre et une voile triangulaire font penser à une représentation de galère (ou une barque longue) dont l’antenne portant la voile latine serait positionnée pour le vent arrière, le davant et les orsas popas relâchés faisant basculer l’antenne à la perpendiculaire de l’arbre, la voile ainsi orientée offre une surface optimale pour cette allure portante.

70N. 25 : la coque de ce navire est assez bien dessinée, proue tournée vers la gauche, la poupe remontant. On peut identifier un arbre et peut-être une voile latine dont on distinguerait le triangle avant, les traits verticaux relativement parallèles pourraient indiquer les laizes.

71N. 26 : ce dessin montre un navire (nef) proue tournée vers la gauche et dont la carène étirée par des traits parallèles tend à remonter assez haut vers l’arrière marquant ainsi un gaillard arrière plutôt bien dimensionné. Un arbre mestre prend place au milieu, descend sur la quille et s’identifie par deux lignes coupées par endroits de quelques traits qui semblent marquer des roustures, des liens renforçant la structure de l’arbre. Ce détail a été noté par certains auteurs de graffiti de bateaux en d’autres lieux.

72N. 27 : cette coque bien simplifiée est celle d’un navire rond, la proue vers la gauche. Si l’on suit les deux traits parallèles convergeant vers l’étrave, elle paraît encombrée dans sa partie supérieure par nombre de traits confus. Un gaillard d’arrière remonte au-dessus de la carène. Le gréement est probablement indiqué par un arbre descendant jusqu’à la quille, un long trait oblique partant de son sommet et se dirigeant vers l’avant est peut-être une antenne.

1.1.16. Rocher I, Avers, panneau Ο

73Sur ce panneau apparaissent deux groupes de traits confus qu’il nous est impossible d’interpréter.

1.1.17. Rocher I, Avers, panneau Ρ (fig. 10)

74Avec deux motifs anthropomorphes, une figuration de navire et quelques traits indistincts, ce panneau présente 3 zones de dessins.

75N. 28 : présentant des analogies avec N. 12, ce navire à la carène allongée plutôt minimaliste dans son dessin est surtout remarquable par la présence d’un arbre, de sartis et d’une enfléchure. Il semble que le bateau ait sa proue vers la gauche, la poupe présentant une sorte de tableau incliné formant ainsi l’étambot. Un appareil de gouverne - orjal (la barre) et safran - est peut-être discernable dans sa simplicité de traitement. On notera la présence de deux réticulés sur l’avant et l’arrière, les castels ?

76P. 25, 26 : P. 25 a la forme d’un triangle renversé, base en haut et sommet en bas ; des deux côtés partent deux bras horizontaux terminés par les mains. Du sommet du triangle, sortent deux jambes écartées, renflées jusqu’aux genoux. Seul le pied gauche du personnage a été dessiné, tourné vers la gauche. La tête n’a pas été tracée.

77P. 25 semble reposer sur des lignes horizontales qui s’incurvent vers le haut à leur extrémité gauche : début de l’esquisse d’un bateau ? Le torse triangulaire rappelle les guerriers « en bobine », mais dans ce cas, seul le torse serait protégé. Le renflement sur les cuisses renvoie à P. 11 et, comme pour ce personnage, il pourrait figurer un haut-de-chausses ou des jambières. Toutefois il existe des différences notables avec les guerriers rencontrés jusqu’ici : la tête n’est pas figurée et les bras sont bizarrement positionnés.

78P. 26 est à l’état d’ébauche : on distingue très clairement la jambe gauche, renflée elle aussi à partir du genou, et le pied tourné vers la gauche. Mais les lignes au-dessus de ce membre ne sont pas en connexion et sont d’interprétation hypothétique. Ainsi, deux cupules surmontant deux petits traits verticaux pourraient figurer l’esquisse de la tête et du cou ; la ligne horizontale qui aboutit sur la gauche à un cercle pourrait représenter les épaules, avec la spallière droite d’où partirait ensuite le bras droit de ce que nous pourrions interpréter comme une ébauche de guerrier.

1.1.18. Rocher I, Revers, panneau A (fig. 12)

79Un seul motif est dessiné sur ce panneau situé au revers du massif principal.

80N. 29 : il y a peut-être 3 mâts sur cette nef. Sous une forme réticulée, à l’avant, vers la gauche, pourrait se trouver le trinquet ou artimon. L’arbre mestre serait figuré, soit avec ses roustures, soit avec une enfléchure permettant d’atteindre la gabia, éventuellement notée par une figuration ronde. Au-dessus est peut-être dessinée la voile haute, le perroquet. La voile de mestre est certainement figurée par un rectangle, positionné au milieu du navire.

81À noter la présence de sartis ou, vers l’avant, un étai et, vers l’arrière, des pataras (câbles raidisseurs placés dans l’axe avant et arrière du navire. À l’arrière, en poupe, une figuration probable d’un arbre de mejana avec sa voile et gabiola et peut-être légèrement sur son avant, un autre, dit de contra mejana. La coque n’a pas de caractéristiques très différentes de la plupart des autres représentations navales du corpus.

82P. 33, 27, 28, 29 : ces quatre personnages sont apparentés dans la forme. Le plus simple, P. 33, est un signe en phi, que l’on retrouve fréquemment dans les gravures piquetées ou gravées à la pointe fine dans l’art schématique post-glaciaire de Cerdagne et d’Andorre. Il est habituellement interprété comme anthropomorphe (Abélanet 1990, p. 29, fig. 12 ; p. 124, fig. 88 ; p. 193, fig. 6). Ce signe présente la particularité d’avoir le cercle rayé verticalement de plusieurs traits.

83P. 28 est plus complexe : en haut, il a été adjoint à une ligne verticale un petit trait horizontal en guise de tête et, au bas, un pied tourné vers la gauche du personnage. La jambe droite, pourvue d’un pied, est dessinée à partir du cercle. Entre les deux jambes, largement écartées, un trait vertical figure sans doute le sexe.

84Pour P. 29, c’est le prolongement de la ligne verticale qui dessine le sexe. Les jambes n’ont pas de pied et la tête est une cupule.

85P. 27 est dessiné de même façon, mais il a été pourvu de pieds triangulaires, tournés l’un vers la droite, l’autre vers la gauche ; la tête est un petit cercle.

86P. 31, 30, 32 : P. 31 ressemble à P. 27, mais le cercle central est remplacé par un polygone hachuré, le sexe n’est pas dessiné et la tête est une petite cupule.

87P. 30 et P. 32 sont entièrement filiformes et asexués. Les quatre membres sont dessinés et la tête est montrée de profil avec un nez proéminent, celle de P. 32 étant représentée en creux. Des pieds en triangle rappellent ceux de P. 27 et P. 31.

88Ces personnages sont tracés dans l’espace occupé par N. 29, plus précisément à l’emplacement de la voilure, certains semblent danser sur les cordages. On pourrait penser qu’ils ont été conçus indépendamment du bâtiment mais P. 27, par exemple, est antérieur au cordage qui le recoupe, tandis que P. 28, qui lui ressemble fortement, est postérieur au même cordage ; de même, P. 32 a été dessiné après le cordage sur lequel il appuie son pied droit. Bateau et personnages participent donc d’une même scène, la superposition ne peut être accidentelle.

89Pour la chronologie, le signe en phi et les personnages apparentés, avec dessin du sexe, paraissent renvoyer aux gravures analogues de l’Âge du Fer. Il faut constater aussi que l’ensemble de ces dessins sont contemporains car on retrouve des ressemblances manifestes d’un type à l’autre : ainsi, P. 27, P. 28 et P. 29 sont dessinés de même façon, ce qui semble les isoler des autres, mais P. 30, P. 31 et P. 32, qui paraissent appartenir à un groupe différent, ont les mêmes pieds en triangle que P. 27. Ces personnages sont donc contemporains, ils sont aussi contemporains du navire dans l’emprise duquel ils figurent.

90Reste le problème de la contemporanéité de cette scène avec les autres gravures. On serait tenté de répondre par la négative au vu des différences entre les personnages dessinés ici et les autres, mais le dessin de la coque du navire incite à une autre réponse : on remarque en effet, qu’ici, comme en maintes autres scènes de ce gisement, la coque du bateau est formée de deux séries de lignes obliques qui joignent le centre du vaisseau au sommet de la poupe et de la proue.

91Si le panneau A, au revers du rocher I, est contemporain des autres scènes, les différences enregistrées dans le traitement des personnages ne peuvent s’expliquer que par des différences de statut. Nous proposons de voir dans ce groupe A, des matelots (dont certains sont entièrement nus), peut-être des gabiers qui s’emploient à la manœuvre des voiles.

1.2. Dalle détachée du rocher I (fig. 12)

92Il s’agit d’une écaille de roche détachée de l’affleurement et sur laquelle on trouve un navire (N. 30) et quelques traits, sans motifs identifiables.

93N. 30 : ce dessin représente une coque de navire dans le même style général. La proue est tournée vers la gauche ; elle est traitée confusément par une abondance de traits plutôt incohérents. La poupe est relevée et un tableau oblique semble marquer la pièce d’étambot. Le gréement est absent ou du moins ne paraît pas discernable parmi les quelques autres lignes.

1.3. Le Rocher II (fig. 12)

94Situé à quelques mètres à l’ouest du rocher I, le rocher II, haut de 1,70 m, a la forme d’un triangle de 1,70 m à la base. Il est vertical ; seul l’avers, tourné vers l’est, a été gravé, mais sur une faible partie de la surface disponible. Ce panneau présente deux motifs réticulés indistincts de part et d’autre d’un navire (N. 31).

95N. 31 : ici également le dessin de ce navire est simplifié et s’apparente aux N. 19 et 20 par le traitement de la silhouette. Le gréement stylisé affecte la forme d’un triangle parcouru de traits parallèles se croisant en réticulé.

2. Présentation des gravures du Col de la Creu

2.1. Le Rocher I

96Il se présente comme une sorte de crête rocheuse, longue de 10 m x 3 m dans sa plus grande hauteur et étirée du N-NO vers le S-SE. Trois panneaux ont été gravés.

2.1.1. Rocher I, panneau A (fig. 13)

97Sur ce panneau, tourné vers le S-SE, une grande surface inclinée a été employée pour le dessin de deux navires.

98N. 32 : de manière stylisée, mais toutefois assez bien discernable, ce navire à trois mâts possède une coque simplifiée dont la proue est tournée vers la gauche ; la poupe se distingue par une remontée triangulaire soulignée par quelques traits parallèles. Le gréement est noté par l’arbre de trinquet dont la vergue croisée est bien visible, l’arbre mestre est, quant à lui, hypertrophié avec une grande voile surmontée par une autre plus petite, celle de perroquet. Au-dessus de celle-ci, il en a peut-être été rajouté une autre. Ces voiles sont hachurées de traits obliques marquant probablement les laizes. L’arbre et la voile de mejana (latine) complètent l’appareil vélique de cette représentation parmi les plus élégantes du corpus.

99N. 33 : il s’agit probablement du dessin d’un navire mais encore plus simplifié que le précédent. La coque est réduite à quelques traits. On notera la remontée de la poupe sur la droite, une grande voile de mestre, et peut-être un arbre de mejana avec son antenne.

2.1.2. Rocher I, panneau Β (fig. 14)

100Ce panneau du même rocher, quasi vertical et orienté S-SE, comme le précédent, a été occupé par un seul motif, un grand navire (N. 34).

101N. 34 : ce navire de grandes dimensions est dans le même style que certains autres dessins du site de Peyrefite. La coque assez allongée, relevée en proue et en poupe, est celle d’un trois-mâts. Son gréement, bien que partiel, permet de distinguer sur l’avant (vers la gauche) l’arbre de trinquet avec certains traits marquant probablement des roustures. Une voile est représentée par une portion de triangle, pointe vers le bas, ainsi qu’une gabia, également triangulaire, et au-dessus, un troisième triangle figure certainement le perroquet de trinquet. L’arbre mestre, tracé d’un seul trait descendant sur la quille, se continue par deux autres, et l’on note également la présence de roustures. Plus haut, se perdant dans l’absence de traits explicites, apparaît ce qui pourrait être une voile de perroquet se situant au-dessus d’une gabia de mestre invisible ou indiscernable clairement. L’arbre de mejana n’est pas mieux traité, la voile est marquée par une partie du triangle d’une voile latine et au-dessus, parmi certains traits difficilement interprétables, le mât s’achève par un triangle qui est soit une voile soit la gabia.

2.1.3. Rocher I, panneau C (fig. 13)

  • 9 Jaime est un prénom d’origine aragonaise et, comme nous l’a aimablement indiqué Monsieur Bénabeu, ( (...)

102Ce petit panneau légèrement incliné et tourné vers le S-SO, porte, gravé en surimpression, sur un fond de lignes confuses, le prénom Jaime, écrit en lettres capitales. On a peut-être ici la signature de l’auteur de ces multiples gravures9.

2.2. Le Rocher II

103Le rocher II, situé quelques dizaines de mètres plus à l’ouest, ne porte que quelques traits, si confus qu’il ne nous a pas paru utile de les relever.

2.3. Le Rocher III

2.3.1. Le Rocher III, panneau A (fig. 15)

104C’est, à une dizaine de mètres à l’ouest du rocher II, une sorte de petite crête rocheuse de 4 m de long sur 2,5 m de haut, étirée dans le sens E-O. Un navire (N. 35), un pentacle, un motif non identifié et quelques traits triangulés ou croisés, sont les motifs de ce panneau subvertical tourné vers le sud.

105N. 35 : ce dessin de navire stylisé et épuré a été réalisé avec peu de traits. La coque est réduite à deux traits parallèles puis qui convergent vers la proue, orientée à gauche. La poupe est relevée, comme sur de nombreuses autres représentations du corpus. Un trait vertical marque peut être la présence d’un safran. Le gréement se réduit à la présence d’un arbre en trois traits parallèles.

2.3.2. Rocher III, panneau Β (fig. 16)

106Deux navires se distinguent sur ce grand panneau - lui aussi subvertical - et pareillement tourné vers le sud : un est bien identifiable (N. 36), l’autre incomplet ou effacé (N. 37) ; quelques traits ou motifs indistincts se trouvent à côté des nefs, ou leur sont antérieurs.

107N. 36 : si l’on prend soin d’écarter la série de traits obliques tracés antérieurement à hauteur du gréement, cette nef est une représentation de navire assez réaliste, proche de N. 23. Elle est tournée vers la gauche. La coque est traitée selon le mode classique, avant relevé, descendant vers l’embella puis remontant sur l’arrière, l’ensemble de la carène étant traité par des lignes parallèles en trois parties : avant, milieu et arrière.

108Une particularité du gréement tient dans la représentation - rare occurrence dans le corpus - d’un beaupré ou bout-dehors, un mât horizontal placé dans le prolongement de l’étrave. Il porte une voile ferlée (deux arcs de cercle sous le trait) appelée civadiera (le terme est attesté en occitan en 1462, au XVe siècle en catalan). Un arbre de trinquet / artimon porte un petit triangle (est-ce une petite voile ?) et l’arbre mestre une voile carrée. Alors que des traits verticaux internes illustrent peut-être les laizes, cet arbre se prolonge hors de proportion raisonnable et porte en hauteur deux figures superposées qui sont peut-être des figurations de voiles hautes. Toutefois, compte tenu de la présence de cupules, que nous avons trouvé associées jusqu’ici à la représentation d’un anthropomorphe, il n’est pas exclu qu’il s’agisse de l’ébauche d’un personnage.

109N. 37 : cette figure s’apparente à N. 32, mais elle est incomplète, notamment au niveau de la coque. Ainsi les traits sont-ils effacés ou inexistants entre l’étrave (vers la gauche) et l’emplacement supposé de l’arbre mestre ; vers l’arrière une probable voile de mejana de forme quadrangulaire marquée de laizes.

2.4. Le Rocher IV (fig. 15)

110Le rocher IV est une sorte de crête rocheuse de 2,5 m de long et de 1,50 m de haut, étirée du NO vers le SE. Avec quelques motifs indistincts, peut-être des esquisses d’autres bateaux, un seul navire (N. 38) est gravé sur ce panneau subvertical, tourné vers le SE.

111N. 38 : il s’agit d’un petit navire dont la coque simplifiée ne s’apparente pas aux documents étudiés plus haut, mais plutôt à une barque de pêche traditionnelle. Un beaupré et un arbre (deux traits parallèles descendant jusqu’à la quille) ainsi qu’un étai (en tête de beaupré) et une antenne forment son gréement. Une forme réticulée et close, sur la droite, évoque celle insérée dans le navire N. 20 (fig. 18), mais paraît insignifiante. Sur la droite, 2 autres dessins, peu explicites, sont peut-être des barques inachevées.

3. Comparaisons, interprétation, datations

112Nous n’avons pas pris en compte, dans les analyses qui précèdent, la description des « objets » indéterminés, c’est-à-dire les gravures ne présentant pas suffisamment de possibilités d’interprétations objectives pouvant être mises en relation avec une signification connue ou présentant au moins quelques signes de reconnaissance sémiologique. Naturellement, ce choix - nécessairement subjectif - n’exclut pas d’autres analyses, d’autres propositions. Nous nous sommes donc attachés, pour l’essentiel, à étudier le corpus naval et les représentations anthropomorphes. Cela dit, sur le site de Peyrefite, il faut néanmoins noter la présence répétée de formes réticulées triangulaires, très pointues, qui pourraient évoquer des esquifs, radeaux ou barques et en particulier sur le Rocher I, Avers, panneaux J (fig. 8), M (fig. 9) et Ν (fig. 11).

3.1. Typologie et datation du corpus naval

113Le corpus naval des sites de Peyrefite et du col de la Creu est copieux (38 figurations plus ou moins explicites). Il présente de nombreuses analogies dans le style des dessins et dans la typologie qui, elle, reste relativement uniforme, hormis quelques cas.

  • 10 Il faut néanmoins remarquer que les gravures de la Creu, quoique de même facture, sont plus épurées (...)

114Il semble que ce soit le même artiste qui a réalisé l’ensemble des représentations de navires formant la grande majorité des dessins exprimés - et interprétables -sur les roches des deux sites, à une exception près peut-être : N. 38 (fig. 15) pourrait être postérieur aux autres, comme on le verra ci-après. Le traitement des coques des nefs est d’une même main avec, pour résumer, l’usage de traits parallèles se recoupant parfois pour dessiner les différentes parties de la carène : la proue, l’embella, la poupe. Les gréements présentent aussi certains points communs dans la représentation10. Dans l’ensemble, les navires sont assez peu détaillés malgré ce qu’ils représentent dans l’univers médiéval voire moderne : une machine extraordinairement complexe. Mais, dans la plupart des cas, beaucoup de détails souvent importants ont échappé aux yeux des illustrateurs classiques. Il ne peut qu’en être de même pour les auteurs de graffiti navals qui sont a priori intervenus - eux - dans la spontanéité (hors quelques cas particuliers). L’homme de l’art n’est généralement pas un marin et le marin qui pourrait dessiner son (un) bateau n’est pas toujours un artiste confirmé. À ces considérations s’ajoutent la qualité de l’outil de travail et surtout le support sur lequel on va s’exprimer et il en est de plus faciles pour exercer son talent.

115La qualité des documents gravés à Peyrefite et au col de la Creu est, d’une manière générale, assez médiocre si on la compare avec d’autres sites de graffiti navals situés dans des horizons temporels similaires (Cap Sicié, près de Toulon notamment). Les dessins sont souvent de dimensions importantes, ce qui a été rendu possible (objectivement) grâce à l’existence de grandes surfaces sur les panneaux. Pourtant, cette facilité ne s’est pas traduite par une qualité des plus remarquables.

3.1.1. Les nefs (fig. 17)

116Pour l’essentiel, les navires dessinés sont des représentations de nefs (navis, naus, naos) d’un même type connu sous le terme générique de « navire rond » (en latin, navis rotunda et en catalan vaixell rodo), un navire de transport dévolu à l’acheminement de marchandises diverses et/ou de personnes embarquées. Ce type de trois mâts à voiles carrées apparaît en Méditerranée vers la fin du XIVe siècle pour poursuivre une longue carrière jusque vers la fin du XVIe siècle, avec quelques modifications au cours de cette période, comme l’ajout de mâts et donc de voiles, et l’allongement des coques.

117De ces bateaux, d’une longueur maximale d’environ 30 m pour une largeur variable, on trouve de nombreuses représentations - tant sous forme de graffiti que d’illustrations - parmi les manuscrits, les tableaux, les miniatures ainsi que sur certains bas-reliefs et sculptures, etc. (Winter 1956 ; Garcia Sanz 1977 ; Villain Gandossi 1985 ; Bellec 1990 ; Unger 1994 ; Bucherie, Gonzalez Gozalo 1998). De même, de nombreux textes nous renseignent sur les constructions (prix-faits), les capacités de port et les usages (contrats de nolis) (Eberenz 1990 ; Fourquin 1990).

118Un élément de datation assez pertinent permet de proposer une chronologie relative pour la réalisation des graffiti de Peyrefite et de la Creu dans la deuxième moitié ou à la fin du XVe siècle, voire au début du XVIe siècle. Cet élément technique novateur est représenté sur la gravure N. 36 (fig. 16). Il s’agit d’un beaupré portant une civadiera, cet espar apparaissant dans l’iconographie et les textes à partir des environs du milieu du XVe siècle (Jézégou 1985, p. 227 ; Fourquin, Rigaud 1994, p. 102). Il est possible toutefois que certains des navires représentés soient des carraques. La carraca est une nef de dimensions plus importantes et possédant un plan de voilure divisé qui est encore plus complexe que celui de la nef. Cependant des éléments de détermination plus précis font défaut pour pouvoir identifier, même avec une certitude relative, la présence de ces gros navires dans le corpus de Peyrefite, sauf peut-être pour N. 29 (fig. 14).

Figure 17 : En bas, silhouette de nau, fin XVe-début XVIe siècle. Silhouette de carraca, début du XVIe siècle. En haut, silhouette de galea, fin XVe-début XVIe siècle

3.1.2. Les galères (fig. 17)

119Ce type de navire long, bas sur l’eau et à propulsion mixte (rames et voiles), n’est que peu représenté parmi les graffiti de Peyrefite et de la Creu. Tout au plus peuton distinguer un seul dessin de cette famille à peu près identifiable dans le corpus (N. 5, fig. 5), deux autres étant plus ambigus (N. 7, fig. 5 et N. 24, fig. 13). Ces navires sont contemporains des naus dessinées sur les roches de Peyrefite.

120La galère, dont le nom est un terme générique dans une grande famille se différenciant surtout par les dimensions, est l’excellence des navires de guerre de la Méditerranée depuis l’Antiquité jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, voire le XIXe dans certains pays du nord de l’Europe. Il n’est donc pas surprenant de voir figurer ce type de navires sur les rochers gravés de Peyrefite. Il est cependant étonnant de ne pas en voir en plus grand nombre.

3.1.3. Autres navires

121De fait, il y a certaines représentations navales qui ne rentrent pas dans les deux catégories précédemment étudiées. C’est le cas pour les N. 2 (fig. 2), 9 (fig. 4), 11 (fig. 4), 13 (fig. 5), 14 (fig. 3), 15 (fig. 6), 22 (fig. 10), 24 (fig. 11), 27. (fig. 11) Pour la plupart d’entre elles, les caractères navals distinctifs ne sont pas toujours très affirmés et il est donc difficile de les classer dans une famille particulière. Certains bateaux sont probablement de petites embarcations, des barques que l’on pourrait associer aux navires. Ces annexes des « gros » bâtiments, barcas de parescalma, esquifs et autres barquetas, sont souvent mentionnées dans les documents écrits médiévaux et modernes et ils sont également visibles sur les illustrations peintes ou dessinées de ces mêmes époques.

122L’exemplaire N. 38 (fig. 15) évoque peut-être une barque de pêche d’usage courant sur la Côte Vermeille : il pourrait en effet s’agir d’une catalane ou plutôt d’un llagut. Ce dessin pourrait être plus « moderne » que le reste du corpus.

3.2. Typologie et datation des représentations anthropomorphes

  • 11 Par exemple, le signe en phi et les personnages apparentés, avec dessin du sexe, paraissent renvoye (...)

123Au total, 33 gravures de personnages ont été relevées, certaines à peine ébauchées. Toutes proviennent du site de Peyrefite. Plusieurs types étant discernables, on pourrait conclure de cette diversité à une pluralité des auteurs et des époques11. Or, l’examen détaillé du panneau A, au revers du rocher I de Peyrefite (fig. 12), nous a montré que les deux types d’anthropomorphes présents sur le dessin (P. 28 à 33) - quoique différents de ceux situés à l’avers - sont contemporains, ainsi que le bateau sur lequel ils évoluent (N. 29). Ils relèvent sans doute d’une même main et sont bien plus récents que cela pouvait être envisagé au départ. Le dessin du bateau N. 29 lui-même obéit aux mêmes principes de construction que les représentations des autres bâtiments sur les autres panneaux et l’on peut affirmer sans grand risque d’erreur que nous avons affaire à un unique graveur.

124Dès lors, et si nous écartons les ébauches par trop incomplètes, les dissemblances que nous pouvons remarquer sont probablement le fait, soit du désir de l’auteur de varier les formes, soit d’une différence de statut des personnages représentés, ce qui nous paraît être le cas le plus souvent. Ainsi, d’après les silhouettes, on peut distinguer trois groupes : les guerriers, les marins et les personnages vêtus de robes.

Figure 18 : À droite le grand guerrier, à gauche homme d’armes de la fin du XVe et début XVIe siècle avec gambison et spallières (Tavard 1977, p. 277)

3.2.1. Les guerriers

125Ce sont les plus nombreux, soit 16 exemplaires. Le personnage P. 11 (fig. 4) est le plus complet de la série car il est armé d’un casque, de spallières, d’un gambison ou demi-armure, peut-être de jambières et d’une épée, qu’il est le seul à posséder. Les autres sont dépourvus d’un ou plusieurs de ces attributs, mais la présence d’un seul nous a paru suffisante pour ranger l’individu dans la catégorie des hommes d’armes.

  • 12 Pour rester dans la même aire géographique, Lucien Bayrou signale, dès 1263, des gambisons dans l’é (...)

126Mise à part l’épée de P. 11, les armes se résument donc aux armes défensives, l’armure la plus caractéristique donnant à la silhouette la forme d’un « X » ou d’une « bobine », en assurant la protection du torse et de l’abdomen. Cependant, le dessin en X ne pourrait à lui seul faire conclure à une cuirasse car son emploi, pour résumer le torse d’un individu, a été maintes fois utilisé en des temps et des lieux très différents. Mais le fait que les deux triangles, opposés par le sommet, ont ici souvent été rayés verticalement ou horizontalement ou même dans les deux sens est une particularité qui suggère le gambison. Ce vêtement de toile ou de cuir, rembourré et piqué en longues coutures parallèles, était porté sous l’armure au Moyen Âge. Il tenait également lieu de protection pour les piétons qui ne disposaient pas de la somme nécessaire pour acheter une armure (Tavard 1977, p. 277)12. À la fin du XIVe siècle, on voit apparaître des gambisons piqués dans les deux sens. Les gambisons pour les piétons étaient complétés par une jupe de grosse toile. Ainsi équipés, les guerriers avaient effectivement une silhouette en bobine, comme on peut le constater sur les dessins d’un manuscrit de 1395 (cf. fig. 18, Tavard 1977, p. 274 et 277).

  • 13 J. Bonhomme signale au Cap Sicié, à Six-Fours (département du Var) « la représentation schématisée (...)

127La ressemblance des personnages de Peyrefite avec les gens de guerre de la fin du Moyen Âge est accentuée par la présence de spallières en forme de cônes destinées à protéger les épaules. Ces ailettes ou spallières, présentes sur bon nombre de gravures, constituent l’élément le plus caractéristique permettant d’identifier des guerriers. En effet, si l’on peut, en schématisant, dessiner n’importe quel être humain à l’aide de deux triangles opposés par le sommet13, il ne viendra pas à l’idée de leur adjoindre deux formes circulaires sur les épaules, à moins de vouloir désigner par là un élément très précis de leur équipement. Les spallières coniques sont donc attestées à la fin du XIVe, mais on les retrouve sur toutes sortes de représentations du XVe siècle, ainsi sur la statue de Dunois, mort en 1468, dans la chapelle du château de Châteaudun (Reinhard 1954, p. 302) ou sur une miniature des environs de 1470 (Manuscrits enluminés 1998, p. 151).

128Quant à la longueur de l’épée dessinée sur P. 11, elle peut aussi permettre d’affiner la chronologie car elle représente peut-être une épée à deux mains. La grande épée à deux mains est apparue en Suisse et en Allemagne du sud dans la deuxième moitié du XIVe siècle et s’est répandue ensuite (Gaier 1995, p. 156). Une épée très longue et portée à peu près de même façon est également visible sur un relevé du Cap Sicié (Bonhomme 1995, p. 240, fig. 107, p. 10).

129Les casques sont pointus, surtout celui de Ρ 11. Pointus sont aussi les pieds du même personnage, ce qui pourrait faire penser à une protection particulière du type soleret (chaussure de fer). Mais les solerets étaient d’ordinaires pourvus d’éperons et destinés aux cavaliers (Viollet-le-Duc 1874, p. 273-278) ; or on n’aperçoit point de chevaux ici, comme cela peut être le cas par ailleurs dans l’iconographie rupestre d’âge médiéval (Mas Canalis 1985, p. 56 ; Campmajo 1987, p. 77). Du reste, il serait vain de chercher dans les gravures de Banyuls une reproduction fidèle de la réalité, l’auteur des gravures, pour les bateaux comme pour les personnages, a noté ce qui l’a frappé sans trop se soucier de réalisme.

130Nous retiendrons cependant de l’étude de nos guerriers une fourchette chronologique qui s’étendrait grosso modo sur le XVe siècle, ce qui, loin d’être contradictoire avec les indications données par les navires, contribuerait au contraire à les confirmer.

3.2.2. Les marins

131Nous croyons pouvoir dénombrer 9 marins dont 7 sur le navire 29. Leur qualité découle de leur relation avec le bateau qu’ils occupent : 3 sont au sommet d’un mât ou d’une gabia, les autres semblant danser sur les voiles ou les cordages. Vraisemblablement, les premiers sont des vigies et l’on n’en voit que la partie utile (la tête avec les yeux), les autres étant des gabiers. Là encore l’auteur n’a retenu que les éléments qui lui paraissaient pittoresques : leur situation singulière. Les silhouettes sont traitées à l’économie avec des lignes droites et des cercles. Il est vrai que leurs modèles ne devaient pas s’encombrer de vêtements superflus, puisque les sexes sont visibles. Quoi qu’il en soit, avec les signes en phi, le dessinateur a naturellement retrouvé les formes simples que leurs lointains ancêtres traçaient durant la Protohistoire. On voit ainsi que la forme seule ne peut constituer un traceur chronologique fiable, il faut aussi interroger le contexte. C’est bien ce que proposent en Cerdagne, Pierre Campmajo et Christine Rendu (Campmajo, Rendu 1995, p. 480-481).

3.2.3. Les personnages « en robe »

132Ils ne sont que 2 (P. 1 et P. 2, fig. 2). Peut-être faut-il leur adjoindre les hypothétiques anthropomorphes, P. 13 et P. 14 (fig. 8). Les longs plis qui prolongent les têtes évoquent bien les vêtements médiévaux, mais il n’y a là qu’une interprétation possible, et en aucun cas une certitude.

3.2.4. Autres silhouettes

133Les arbalétiformes P. 18 et P. 19 (fig. 9) renvoient aussi, nous l’avons vu, aux anthropomorphes de la Protohistoire. Si les personnages en phi que nous avons rencontré sur le panneau A (Rocher I, Revers, fig. 12) ne peuvent qu’être médiévaux, un léger doute peut subsister pour ces arbalétiformes qui ne sont pas directement rattachés à un navire et qui pourraient avoir été tracés là longtemps auparavant.

Conclusions

134À quelles motivations pouvait bien obéir notre auteur inconnu lorsque, vers la fin du XVe siècle, il s’est mis à graver les roches lisses de Peyrefite et du col de la Creu ? Avant toute chose, rendons grâce à son obstination. Elle éclate aux yeux sur le rocher I de Peyrefite : répétition des mêmes motifs et des mêmes lignes, surcharge des surfaces et utilisation de toute la place disponible qui l’amène à se hisser jusqu’à 3 mètres du sol pour ne rien laisser perdre.

135Bien souvent les graffiti navals médiévaux et modernes sont interprétés comme des ex-voto propitiatoires ou destinés à remercier Dieu ou ses Saints d’avoir échappé à un péril maritime. Cette interprétation peut naturellement s’expliquer lorsqu’on trouve ces marques de dévotion dans un lieu consacré, église, chapelle, proximité d’un lieu de culte etc. Le cas des sites rupestres gravés se trouvant hors d’un contexte religieux et plus particulièrement ceux qui sont placés en des lieux éloignés d’habitations, comme à Peyrefite et au col de la Creu, est plus délicat à interpréter (Rigaud 2001, p. 109 et p. 118-120).

  • 14 Bien que qualifiée de port en 981, la Cala de Peyrefite ne peut jouer ce rôle que par beau temps un (...)

136Cependant la position topographique du site permet d’observer la navigation maritime à l’abri de la Tramontane qui souffle du nord-ouest car quasiment toutes les faces gravées regardent vers la mer. Il est donc possible que le dessinateur ait également été un témoin des scènes se déroulant sous ses yeux, par exemple la circulation de navires passant en haute mer ou le cabotage et le mouillage de navires14, ou encore, pour les plus petits, l’échouage sur la plage et le débarquement des équipages, voire celui d’un raid de pirates que l’on sait actifs pendant tout le Moyen Âge et une bonne partie de l’époque moderne (Génois, Provençaux, Maures etc.). Cela pourrait aussi expliquer les nombreux dessins d’hommes armés.

137La fin du XVe siècle a été particulièrement troublée en Roussillon : le roi d’Aragon Jean II doit faire face à la révolte des Catalans. En 1462, il fait appel à Louis XI, trop heureux de trouver là un motif d’intervention. S’en suivent batailles rangées et sièges. La restitution du Roussillon par Charles VIII en 1493 ne met fin que très provisoirement à la guerre, puisqu’elle reprend dès 1495 (Marcet 1999, p. 163-169). Ces épisodes guerriers ont certainement eu leur pendant maritime, ne serait-ce que pour les mouvements de troupes. Peut-être à Peyrefite même : débarquer dans la baie permettait de prendre Banyuls à revers.

  • 15 « (...) Venint un cossari breto a robar al port de Port-Vendres trobant se alli lo lochtinent de di (...)

138Quant aux corsaires, les textes se font l’écho de leurs incursions. En 1496 par exemple, un corsaire breton est signalé à Port-Vendres. Il est mis en fuite par le lieutenant du capitaine du port de Collioure15. Mais le danger ne vient pas toujours de l’extérieur et le 12 septembre 1450, « 25 pagesos (paysans) du golfe de Llansa sont embarqués de force par le Catalan Pierre Despalau qui va les vendre sur les marchés du Moyen-Orient. » (Ferrer 1994, p. 282).

  • 16 « (...) una nau la qualvenia en companya de ditesgaleasses. (...) » (Procuracio real registre 32, f (...)
  • 17 A.D.P.-O., notula Jacobi Molines 1394 n° 476, texte transcrit par Bernard Alart, Cartulaire roussil (...)
  • 18 Les gorgals, gorgières ou gorgeretes, en cuir ou mailles ou plates de fer, protégeaient le cou ; le (...)

139En ces temps d’insécurité, marins et hommes d’armes naviguaient donc souvent de conserve. Ainsi, en 1492, arrive à Collioure une nef accompagnée de galères vénitiennes16. Précisons enfin qu’à cette époque, les navires de commerce étaient aussi utilisés pour la guerre et que, même en temps de paix, les nefs devaient pouvoir faire face à une attaque. Par exemple, dans un contrat de nolis de 1394 : les marchands de Perpignan qui affrètent la Santa Maria de Collioure exigent des propriétaires du bateau « XV cuyrases e XV capels e XV gorgals tot de fere, e XV balestes he XV crocs » pour eux-mêmes et autant pour les 25 marins de l’équipage17. Quant au bateau lui-même, il doit être pourvu de « IIII balestes de torn... (de) II torns per parar les dites IIII balestes... (de) VIII cayxes de viratons he que ni aya la per les balestes del torn... (de) C lanses e XII glavis e LXXX barres de ferre e XV paveses (...) e que ayen III bombardes ab XXXX peres ab bastament de polvera ; Item que ayen a defencion de la nau IIgerres doli e una gerra dalquita »18. Comme on voit, les marins et même les marchands pouvaient rapidement se transformer en guerriers pour se défendre, mais aussi, le cas échéant, pour mener l’attaque, se transformant, à l’instar des Grecs de l’Antiquité, en véritables pirates. Rien d’étonnant donc à ce que, sur la roche, les deux types de personnages soient représentés côte à côte.

140C’est aussi ce que l’on peut observer au Cap Sicié qui présente avec les sites de Peyrefite et du col de la Creu beaucoup d’analogies dans les types de personnages et des navires représentés. Cela vient à la fois d’une même situation géographique par la proximité avec la mer, et d’une même configuration géologique des roches métamorphiques (phyllades à Sicié, schistes à Peyrefite) qui produit des supports propices à la gravure. Toutefois les graffiti du Cap Sicié, beaucoup plus nombreux, sont l’œuvre de multiples auteurs et s’étendent sur une très longue période, du milieu du XIVe siècle jusqu’à nos jours (Ribot 1994 ; Bonhomme 1995). Mais dans un cas comme dans l’autre, les conditions sont les mêmes.

141Pour ce qui nous concerne, sur cette partie maintenant française de la côte catalane, les lieux étant bien exposés à la vue, le contexte rupestre disponible, il a suffi qu’un observateur de la fin du Moyen Âge, pourquoi pas Jaime ?, ayant le goût du dessin, prenne un clou ou une pointe quelconque pour qu’apparaissent aujourd’hui sous nos yeux ces navires et ces hommes d’un autre âge.

GLOSSAIRE SUR LE VOCABULAIRE MARITIME UTILISÉ

142Antenne (cat. antena) : longue pièce de bois, en général en deux parties et destinée à porter une voile latine.

143Arbre : mât dans les langues néo-latines.

144Artimon (cat. artimo) : mât placé sur l’avant, peut être synonyme de trinquet.

145Beaupré (cat. baupres) : mât horizontal sur l’avant et destiné à porter la civadiera.

146Capian : partie de l’étrave relevant au-dessus du pont.

147Carène (cat. caréna) : coque du navire.

148Castel de proue/de poupe (cat. castell) : construction rapportée destinée à surélever le pont du navire, facilite la manœuvre et la défense du navire.

149Civadiera (cat. civadera) : petite voile carrée portée sous un beaupré, son nom vient de l’analogie avec le sac d’avoine donné aux chevaux.

150Couverte (cat. coberta) : pont du navire.

151Embella, bella : partie surbaissée du navire située entre les gaillards de proue et de poupe ; donne l’accès au pont par l’extérieur.

152Enfléchure (cat. fletxadura) : échelle de corde entre deux sortis permettant l’accès en tête de mât.

153Espar : pièce allongée d’usage divers, peut être synonyme d’antenne, de vergue.

154Étai (cat. estai) : câble partant du sommet d’un mât et amarré en proue.

155Gabia : hune, poste d’observation et/ou de combat en tête de mât.

156Gabiola : petite voile supérieure, au-dessus de la gabia.

157Gaillard : synonyme de castel.

158Laize (cat. fers) : bande de tissu de la largeur d’un métier à tisser, cousues ensemble composent la voile.

159Maistra, mestre : selon le cas, grand-voile, ou grand mât.

160Mejana (cat. mitjana) : voile et/ou mât de poupe.

161Orjal : barre de gouverne du gouvernail.

162Palamenta (cat. palament) : l’ensemble des rames d’une galère.

163Papagai, perroquet : voile supérieure, au-dessus des voiles basses.

164Roustures (cat. enginyadura) : liens enserrant un mât.

165Sortis (cat. eixarcia) : câbles retenant les mâts, haubans.

166Trinquet (cat. triquet) : mât placé à l’avant.

Bibliografía

Abélanet 1983 : ABÉLANET (J.) - Signes sans paroles, cent siècles d’art rupestre en Europe occidentale, Hachette, 1986, 345 p.

Abélanet 1990 : ABÉLANET (J.) - Les roches gravées nord catalanes. Centre d’Études Préhistoriques Catalanes, 5, Terra Nostra, Prades, 1990, 209 p. ill.

ARCHÉOLOGIE MÉDIÉVALE 2001 - Chroniques des fouilles médiévales en France en 1999. Archéologie Médiévale, tome XXX-XXXI, C.N.R.S. Éditions, 2001.

Bayrou 1983 : BAYROU (L.) - Les garnisons et l’armement des forteresses royales des Corbières, XIIIe et XIVe siècles (Aude). Archéologie du Midi Médiéval, tome 1, 1983, p. 51-58.

Bellec 1990 : BELLEC (F.) - les graffiti marins de la Vallée des Merveilles. Analyse et commentaires, sd, 188 p. ill.

Bonhomme 1995 : BONHOMME (J.) - Les graffiti du Cap Sicié. Bilan scientifique, 1994, Service Régional de l’Archéologie, D.R.A.C. /P.A.C.A., Aix en Provence, 1995, p. 238-240 ill.

Bonhomme, Rigaud 1998 : BONHOMME (J.), RIGAUD (P.) - Les graffiti comme source pour l’histoire maritime. Anthropologie maritime : Les sources non écrites du patrimoine maritime, Aix-Bouzigues, 1997, Cahiers D.R.A.C. /P.A.C.A., 7, 1998, p. 44-47 ill.

Bucherie, Gonzalez Gozalo 1998 : BUCHERIE (L.), GONZALEZ GOZALO (Ε.) - Panorama des graffiti maritimes en Méditerranée/Panorama de los graffiti maritimos en el Mediterraneo. XIème Colloque International de Glyptographie, Palma de Mallorca, CIRG, 1998, 66 p. ill.

Campmajo 1987 : CAMPMAJO (P.) – Éléments pour une approche chronologique des gravures linéaires de Cerdagne. Travaux de Préhistoire roussillonnaise. Centre d’Études Préhistoriques Catalanes, Université de Perpignan, 4, Perpignan, 1987, p. 69-82.

Campmajo, Rendu 1995 : CAMPMAJO (P.), RENDU (C.) – Les écritures ibériques comme élément de datation des gravures rupestres de Cerdagne. Cultures i Medi de la Prehistòria a l’edat mitjana, 20 anys d’Archeologia Pirenenca. Homenatge al Professor Jean Guilaine. Xe col.loqui internacional d’Arqueologia de Puigcerdà, 1995, p. 479-482.

Eberenz 1990 : EBERENZ (R.) - Schiffi an den Küsten der Pyrenàenhalbinsel. Eine kulturgeschitliche Untersuchung zur Schifftypologie und Terminologie in den iberomanischen Sprachen bis 1600, Bern-Frankfurt, H. Lang/P. Lang, 1975, 331 p.

Ferrer 1994 : FERRER (M.) - Banyuls-sur-Mer, Terra dels Avis, du temps des monastères au traité des Pyrénées. 1994, 285 p. ill.

Fourquin 1990 : FOURQUIN (Ν.) - Navires marseillais au Moyen Âge. Navigations et migrations en Méditerranée de la Préhistoire à nos jours, Paris, C.N.R.S., 1990, p. 181-250 ill.

Fourquin, Rigaud 1994 : FOURQUIN (N.), RIGAUD (P.) - De la nave au pointu, Glossaire nautique de la langue d’Oc. Toulon-Saint Tropez, Capian-Objectif Mer, 1994, 436 p. ill.

Gaier 1995 : GAIER (C.) - Armes et combats dans l’univers médiéval. De Boeck Université, Bruxelles, 1995, ill.

Garcia Sanz 1977 : GARCIA SANZ (A.) - Història de la marina catalana. Barcelona, Aedos, 1977, 451 p. ill.

Guiraud 1965 : GUIRAUD (R.) - Corpus des gravures rupestres d’Olargues. Annales de la faculté des lettres et sciences humaines de Toulouse, nouvelle série, Tome I, fascicule 5, Décembre 1965, p. 41-63 ill.

Jézégou 1985 : JÉZÉGOU (M.-P.) - Le gréement des navires catalans aux XIVème et XVème siècles d’après les textes et l’iconographie. L’Homme méditerranéen et la mer, Tunis, 1985, p.222-232.

Manuscrits enluminés 1998 - Manuscrits enluminés, chef d’œuvre de La Pierpont Morgan Library New York, Paris, 1998, 288 p. ill.

Marca 1688 : MARCA (P. de) - Marca hispanica sive limes hispanicus. Appendix, Paris, 1688.

Marcet 1999 : MARCET (A.) - Le Roussillon, un enjeu entre la France et l’Espagne (1462-1715). Nouvelle histoire du Roussillon, Llibres del Trabucayre, Canet, 1999, p. 161-190 ill.

Mas Canalis 1985 : MAS CANALIS (D.) - Roc de les Bruixes de Prats, des graffiti médiévaux. Les Dossiers Histoire et Archéologie, 96, juillet-août 1985, p. 56.

Pujol i Hamelink 1991 : PUJOL (M.) - Les pays catalans au Moyen Âge. Terminologie nautique, construction navale et typologie de bateaux. DEA, Paris I, 1991, 211 p.

Reinhard (dir) 1954 : REINHARD (M.) - Histoire de France, t. I, des origines à 1715. Larousse, Paris, 1954, 515 p. ill.

Ribot 1994 : RIBOT (J.) - Six-Fours-les-Plages, (Graffiti du Cap Sicié). Bilan scientifique, 1993, Service Régional de l’Archéologie, D.R.A.C. / P.A.C.A., Aix en Provence, 1994, p. 174-177 ill.

Rigaud 2001 : RIGAUD (P.) - Graffiti navals en Provence. Pour une histoire dufait maritime”. Sources et champ de recherche, (sous la direction de Christiane Villain Gandossi et Eric Rieth), Paris, Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, 2001, p. 105-122 ill.

Tavard 1977 : TAVARD (C.) - Le livre des armes et armures. Hier et demain, 1977, ill.

Unger (dir) 1994 : UNGER (R.) - Cogs, caravels and galleons. The sailing ship 1000-1650. London, Conway, 1994, 188 p. ill.

Villain Gandossi 1985 : VILLAIN GANDOSSI (C.) - Le navire médiéval à travers les miniatures. Paris, C.N.R.S., 1985, 88 p. ill.

Viollet-le-Duc 1874 : VIOLLET-LE-DUC (Ε) Dictionnaire raisonné du mobilier français de l’époque carolingienne à la Renaissance. Tomes V et VI, Paris, 1874.

Winter 1956 : WINTER (H.) - Die katalanische nao von 1450. Magdeburg, Robert Loef, 1956, 51 p. ill.

Image 10000000000005E20000041A70E7222A.jpg

Figure 2 : Peyrefite, Rocher I, Avers, panneaux A, B1 et B2

Figure 3 : Peyrefite, Rocher I, Avers, panneau C et détail

Figure 4 : Peyrefite, Rocher I, Avers, panneau D1 (détail)

Figure 5 : Peyrefite, Rocher I, Avers, panneaux D1 (détail) et D2

Figure 6 : Peyrefite, Rocher I, Avers, panneaux Ε, F et G

Figure 7 : Peyrefite, Rocher I, Avers, panneaux H et K

Figure 8 : Peyrefite, Rocher I, Avers, panneaux J et L

Figure 9 : Peyrefite, Rocher I, Avers, panneau M (détail)

Figure 10 : Peyrefite, Rocher I, Avers, panneaux M (détails) et P

Figure 11 : Peyrefite, Rocher I, Avers, panneau N

Figure 12 : Peyrefite, Rocher I, Revers, panneau A, Pierre détachée et Rocher II

Figure 13 : La Creu, Rocher I, panneaux A et C

Figure 14 : La Creu, Rocher I, panneau B

Figure 15 : La Creu, Rocher III, panneau A et Rocher IV

Figure 16 : La Creu, Rocher III, panneau B

Notas

1 Pour préserver, autant que faire se peut, les gravures de toute surcharge intempestive ou autre vandalisme, la localisation donnée ici, quoiqu'exacte, reste volontairement imprécise.

2 Nous utilisons de préférence le terme « navire » pour désigner les représentations navales présentes dans le corpus étudié ici plutôt que « bateau ». Ce dernier vocable, bien que générique dans le langage commun, étant plutôt adapté aux embarcations de faible capacité. À l’évidence la plupart des dessins à sujet maritime de Peyrefite et de la Creu sont des navires de charge de dimensions et de portée dépassant le simple « bateau », quelques cas mis à part.

3 Pour le relevé nous avons reçu l’aide du Club d’Archéologie du Lycée Jean Lurçat, à Perpignan et notamment celle d’Armande Adroguer et de Madeleine Souche. Annie Pezin nous a été d’un grand secours. Annick Chele nous a aussi aidés de ses conseils.

4 Le traitement informatique des graffiti est l’œuvre d’Olivier Passarrius et de Sabine Nadal. Signalons enfin que Luc Bucherie nous a fait bénéficier de l’impressionnante bibliographie qu’il a rassemblée sur les graffiti navals.

5 N. suivi d’un chiffre désigne les gravures de navires en ordre de présentation dans le texte et les figures.

6 Le lecteur se reportera à la fin du texte où nous donnons, dans un glossaire, quelques éclaircissements sur ces mots anciens du vocabulaire technique naval.

7 P. suivi d’un chiffre désigne les gravures de personnages en ordre de présentation dans le texte et les figures.

8 Sur la discussion à propos de l’interprétation des signes arbalétiformes, également nombreux à avoir été relevés par Pierre Campmajo en Cerdagne, on se reportera à l’étude publiée par ce dernier dans ce même ouvrage. Pour mieux comparer avec un contexte médiéval fiable, signalons les graffiti du château de Montbel à Novalaise, Savoie ; mais là, il s’agit nettement d’arbalètes, dessinées en compagnie d’un bateau méditerranéen de la deuxième moitié du XIVe siècle (Archéologie Médiévale 2001, p. 304-305).

9 Jaime est un prénom d’origine aragonaise et, comme nous l’a aimablement indiqué Monsieur Bénabeu, (professeur à l’Institut d’Études Ibériques et Ibéro-Américaines, Université Michel de Montaigne, Bordeaux III), il existait déjà en 1213, date de naissance de Jacques Ier le Conquérant (Jaimeprimero), roi d’Aragon, connu en Catalogne sous le nom de Jaume Ier.

10 Il faut néanmoins remarquer que les gravures de la Creu, quoique de même facture, sont plus épurées. On y trouve moins de redondances. L’auteur aurait-il atteint une sorte de classicisme ? À moins qu’un deuxième dessinateur, imitant le premier, ait fait preuve de plus de sobriété. On voit donc qu’il subsiste un léger doute sur l’unicité de l’ensemble des graffiti.

11 Par exemple, le signe en phi et les personnages apparentés, avec dessin du sexe, paraissent renvoyer aux gravures analogues données pour dater de l’Âge du Fer dans les montagnes de Confient, du Capcir, de Cerdagne et d’Andorre (Abélanet 1986, p. 53, fig. 55).

12 Pour rester dans la même aire géographique, Lucien Bayrou signale, dès 1263, des gambisons dans l’équipement des sergents au château de Puilaurens, Aude (Bayrou 1983, p. 56).

13 J. Bonhomme signale au Cap Sicié, à Six-Fours (département du Var) « la représentation schématisée des marins sous forme de X, en particulier pour les galères » (Bonhomme 1995, p. 239). Mais il peut là aussi s’agir de guerriers. Cela ne fait aucun doute pour les trois personnages qui combattent avec une lance (fig. 106, p. 30). Guerriers sont aussi les personnages en « bobine » d’époque médiévale relevés par David Mas Canalis au Roc de les Bruixes de Prats, Canillo, Andorre (Mas Canalis 1985, p. 56).

14 Bien que qualifiée de port en 981, la Cala de Peyrefite ne peut jouer ce rôle que par beau temps uniquement, car elle est exposée à la Tramontane descendant par les vallons et au vent du sud : « (...) habent terminia de porto qui dicitur de Petraficta usque ad pogium Mulionem (...) » (Marca 1988, p. 925).

15 « (...) Venint un cossari breto a robar al port de Port-Vendres trobant se alli lo lochtinent de dit capita deffencent lo port per força d’armes expelli lo dit cossari (...) » (Registre Procuracio regia, XXXI, fol. 109, transcrit par Bernard Alart, Cartulaire roussillonnais, t. XXIV, p. 16).

16 « (...) una nau la qualvenia en companya de ditesgaleasses. (...) » (Procuracio real registre 32, fol. 187, texte transcrit par Bernard Alart, Cartulaire roussillonnais, t. XXIV, p. 41).

17 A.D.P.-O., notula Jacobi Molines 1394 n° 476, texte transcrit par Bernard Alart, Cartulaire roussillonnais, tome D, p. 455-470.

18 Les gorgals, gorgières ou gorgeretes, en cuir ou mailles ou plates de fer, protégeaient le cou ; les balestes sont des arbalètes, les crocs permettaient de les tendre ; les balestes de torn sont des arbalètes très puissantes montées sur un affût, on les tendait avec un treuil ou tour ; les arbalètes tiraient des carreaux, viratons, 8 caisses sont prévues dont une pour les arbalètes à tour. Les 3 bombardes étaient pourvues en pedres, boulets, et polvera, poudre. À quoi servaient les jarres d’huile et de poix ? Peut-être au calfatage, à la protection des cordages et à l’entretien des mécanismes (Bayrou 1983, p. 54-58).

© Presses universitaires de Perpignan, 2005

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search