Versione classicaVersione mobile

Roches ornées, roches dressées

 | 
Michel Martzluff

2 - Aux sources des arts et des mythes

Quelques exemples anciens et récents d’art gravé en Fenouillèdes

Fernand Cervera, Raymonde, Roger Ramio e Michel Martzluff

Abstract

Il s’agit de deux découvertes issues des prospections conduites bénévolement par l’association FORUM sur le haut bassin de l’Agly. L’une concerne la roche gravée de la Dreille, située dans le département de l’Aude et sur laquelle croix et cupules gravées renvoient à des thèmes pré ou protohistoriques ; l’autre est un exemple d’art populaire récent (XVIIe-XXe siècles) puisqu’il s’agit d’inscriptions relevées sur des stucs dans le Chapitre de Saint-Paul-de-Fenouillet (P.O.)

Testo integrale

Introduction

  • 1 Association Archéologique du Fenouillèdes, basée au Chapitre, à Saint-Paul-de-Fenouillet.
  • 2 En effet, nous ne pouvons même pas faire état pour cette partie des Corbières couverte par le bassi (...)

1L’hommage à Jean Abélanet est pour nous l’heureuse occasion de présenter quelques manifestations d’art gravé recensées par l’association FORUM1 dans la région du Fenouillèdes et dont le relevé n’a donné lieu qu’à des rapports pour le Service régional de l’Archéologie ou à de brèves notices lors des expositions. Les gravures récentes, qui ont pour support une architecture religieuse peu remaniée depuis l’époque moderne, sont relativement bien calées dans le temps par des sources écrites. Il n’en est pas de même pour les gravures plus énigmatiques relevées sur la roche de la Dreille. Celles-ci représentent toutefois l’une des rares manifestations d’art ancien dans le contexte défavorable du haut bassin de l’Agly où le substrat, principalement calcaire, a laissé peu de place à l’expression gravée de plein air datable de la Préhistoire ou de la Protohistoire et dont le milieu troglodyte n’a pratiquement rien conservé qui soit clairement identifiable pour ces époques2.

1. La roche gravée de la Dreille (fig. 1 et 2)

2Découvert en avril 1996 par des bûcherons, au centre d’un replat logé à 530 m d’altitude sur la pente du Pech de la Paille, ce monolithe de grès jouxte un monticule de pierres de 2 mètres de haut sur 30 m de long et large de 6 m à sa base. La situation de ce rocher est remarquable. Elle l’est d’abord par sa position géographique sur la bordure du front géologique nord pyrénéen, en limite des communes audoises de Cubièressur-Cinoble et de Camps-sur-Agly, sur une pente dominant le col de Bancarel. Elle l’est aussi par sa position topographique à la croisée de deux cheminements très anciens. L’un faisait communiquer, au Moyen Âge, le Peyreperthusès avec la haute vallée de l’Agly et le Razès, par une voie qui, venant des thermes romains de Rennes-les-Bains, pourrait remonter à l’Antiquité et qu’emprunte aujourd’hui la départementale 14 dans la direction est-ouest. L’autre cheminement ancestral est matérialisé par une draille, venue par les crêtes depuis le bassin de Saint-Paul-de-Fenouillet, au sud, afin d’éviter la portion infranchissable de l’Agly dans les gorges de Galamus et menant à Arques en direction du nord. C’est ce vieux chemin pastoral qui a donné son nom au lieu-dit.

Figure 1 : Roche de la Dreille, vue générale vers le nord lors de la découverte en 1996 (cliché FORUM.)

Figure 2 : Roche de la Dreille, détail et relevés des gravures cruciformes peu profondes et des cupules (pendage matérialisé par des flèches sur le relevé graphique). (Cliché FORUM, relevé M. Martzluff)

  • 3 Outre les membres de l’Association FORUM, l’un des auteurs (M. M.) et Alain Vignaud sont venus prêt (...)

3L’amas de pierre qui a été sondé3 correspond à l’épierrement de la parcelle sur un affleurement de grès. Il ne contient aucun mobilier préhistorique, mais quelques vestiges d’un mobilier céramique Antique. Les gravures s’inscrivent sur un monolithe issu de ce socle et posé à l’horizontale (fig. 1). Il présente une face supérieure plane, avec un léger pendage en direction du nord. Trois profondes cupules sont associées à des saignées relativement érodées, développant des motifs cruciformes obtenus par piquetage (fig. 2). Les cupules pourraient témoigner d’une tradition mégalithique qui couvre le Néolithique et les débuts des Âges des métaux. Les croix sont originales et pourraient également s’inscrire dans le répertoire de l’art mégalithique si ce thème était moins ubiquiste (Abélanet 1990). En effet, la plupart des croix gravées trouvées dans un contexte d’art rupestre pouvant être daté relèvent de la chrétienté (Casanova, Rovira 2003 a et b).

4La localisation de cette roche près d’un ancien chemin pastoral et à proximité de vestiges antiques pourrait plus probablement expliquer la présence des croix. Au Pla de Vall en So, dans un même contexte marqué par de nombreux dolmens et des milliers de cupules creusées sur les affleurements schisteux – et où existent aussi les témoignages d’un art rupestre paléolithique (rocher de Fornols) – l’un de nous a découvert une plaque de schiste gravée de plusieurs croix. Cette plaque est clairement associée à un site pastoral antique dont le mobilier reflète une longue occupation, incluant les premiers moments de la chrétienté (Martzluff 1999).

2. Les gravures du Chapitre de Saint-Paul-de-Fenouillet (fig. 3 à 9)

  • 4 Bibliothèque Nationale côte 23.038, feuillet 15.

5Au tout début du Xe siècle, ce bâtiment abbatial est tout d’abord une dépendance bénédictine du monastère de Joucou, en pays de Sault. Après l’annexion du Fenouillèdes par Saint Louis, la ville de Saint-Paul-de-Fenouillet est administrée par le Sénéchal de Carcassonne et le Chapitre est rattaché au diocèse d’Alet à partir du XIVe siècle (Bayrou 1983), puis élevé au rang de collégiale par le pape Jean XXII. L’église est alors agrandie. Au XVIIe siècle, elle est transformée par la construction du dôme. Les travaux d’embellissement, achevés en 1663, concernent en particulier un décor intérieur sculpté par Sabatier, de Montpellier, sur des gypseries. En 1748, les maçonneries du chœur sont consolidées d’après les plans de Nicolas Marcilly4. Vendue en 1792 comme bien national, l’abbaye tombe dans le domaine public puis elle est classée Monument historique en 1989.

Figure 3 : Allégorie moulée en stuc. En médaillon, reprise par gravure du décor maritime, ici une nef. (Cliché FORUM)

Figure 4 : Rosace faite au compas et surlignée au couteau (Cliché FORUM)

Figure 5 : Localisation des graffitis datés sur le plan du Chapitre de Saint-Paul-de-Fenouillet (D.A.O. Sabine Nadal, d’après un plan du S.D.A.)

6Les plâtres de la chapelle recèlent plusieurs types de surcharges : des sculptures au couteau reprenant ou complétant les motifs originaux (fig. 3) et de très nombreux graffitis, surtout patronymiques, quelquefois datés, auxquels s’ajoutent des dessins géométriques (fig. 4) ou figuratifs (fig. 9). Toutes ces traces ont été relevées sur film plastique et photographiées alors que la restauration du monument était en cours au début des années 90 (fig. 5). Les travaux de révision de la toiture ont également permis de découvrir une tuile gravée d’un texte en occitan (fig. 6).

  • 5 Texte associé à un acte de compromis passé le 20 septembre 1663.

7Une partie des graffitis est à mettre au compte de l’occupation monastique, en particulier ceux effectués par des prébendiers et datés du XVIIe siècle au moment de la transformation de l’édifice et de la réalisation des décors en stucs. Ces graffitis, associables à la prébende, sont donc datés de 1632 et peuvent être mis en parallèle avec des indications relevées lors de l’inventaire des biens du Chapitre par Mme Carbonnell-Lamothe (Archive des P.-O.), soit : « ...trois quittances avec un compte arresté du sieur Sabatier, sculpteur à Montpellier, pour servir au paiement des travaux qu’il a fait au Chapitre de Saint Paul. »5. Ils sont donc contemporains de l’époque de la transformation et de l’embellissement de l’église et en particulier du moulage des décors en stucs (fig. 7).

Figure 6 : Relevé de l’inscription sur une tuile du toit (relevé FORUM)

Figure 7 : Signature de prébendier de 1632 (relevé FORUM)

Figure 8 : Signature d’Antoine Guerain de 1793 (relevé FORUM)

8D’autres gravures expriment un mécontentement de la population. En 1964, à l’occasion de travaux de révision de toiture, une tuile portant une inscription est découverte sur la faîtière. Le texte en occitan mentionne : « perque nou pagoum pas taille les ribaus das capeillas tapla dormoum an las fennos commo pauris parrouquias. Le 10 de may ses fayt 1674. » (fig. 6). La traduction en français donne : « Pourquoi les ribauds de moines ne payent-ils pas d’impôts ? Ils dorment aussi avec les femmes comme de pauvres paroissiens. Fait le 10 mai 1674 ».

9Cette découverte permet de faire plusieurs remarques. Alors que peu de gens du peuple savent écrire, ce texte présente une syntaxe relativement correcte pour l’époque. Son auteur, forcément attaché à l’artisanat, possède donc un bon niveau d’instruction dans la langue du pays. Par ailleurs, gravée avant cuisson, l’inscription suppose que plusieurs personnes en aient eu connaissance avant la pose de la tuile sur le toit. C’est à ce titre que l’on peut se demander s’il s’agit vraiment un acte individuel ou s’il exprime plutôt un sentiment critique de la population vis-à-vis des moines

10Et en effet, il est possible de mettre ce graffiti en parallèle avec un extrait du Guide Historique et Pittoresque des P.-O. de Pierre Vidal, dans lequel ce sous-bibliothécaire de la ville de Perpignan se réfère, en 1879, à un ouvrage anonyme : la « Vie de Monseigneur Pavillon », daté de 1739 et qui stipule : « Pas plus que les moines de l’ancienne abbaye, les chanoines du Chapitre ne brillaient en général par la pureté de leurs mœurs. Nicolas Pavillon, qui occupa le siège épiscopal d’Alet pendant une grande partie du XVIIème siècle, eut toutes les peines du monde à maintenir le bon ordre parmi eux. C’est ainsi que pendant un séjour qu’il fit à Saint Paul, il se vit obligé de faire arrêter un des chanoines qui, au vu et au su de tout le monde, avait des fréquentations scandaleuses avec une femme dont le mari s’était, pour cette raison, retiré à Carcassonne, lieu de sa naissance ». L’extrait est des plus explicites en la matière et éclaire la mauvaise réputation dont jouissent les membres du clergé régulier au début du siècle des Lumières.

11La plus grande partie des graffitis paraît liée à la période révolutionnaire ou être postérieure. Parmi les éléments clairement associés à la chronologie, nous relevons de simples patronymes tel celui d’Antoinne Guerain, en 1793 (fig. 8). Bien qu’un grand nombre d’inscriptions couvrant tous les murs de la chapelle puisse s’inscrire dans cet épisode, peu d’entre-elles sont nommément datées cependant et certaines sont probablement plus récentes. On peut grouper dans ce lot des signatures, des dessins géométriques, des figurations d’expression populaire comme celle d’une grossesse masculine (fig. 9). Ils témoignent d’un art populaire naïf lorsque les Saint-Paulais s’approprient le Chapitre. En 1792, en effet, après que l’édifice fut vendu comme bien national, la population put y entrer librement, y compris dans le chœur de l’église où est concentré l’essentiel de ces inscriptions. Notons toutefois - et c’est à mettre à son crédit - que les stucs gravés antérieurs n’ont pas fait l’objet de vandalisme.

Figure 9 : Dessin d’un homme d’Église (?) semblant porter un bébé dans le ventre (relevé FORUM)

Conclusion

12La dalle gravée de la Dreille porte des signes difficiles à caler dans le temps, mais qui témoignent sans doute d’un balisage de l’espace s’inscrivant dans une longue tradition depuis le Néolithique. Dans le contexte sédimentaire des Corbières méridionales, cette roche gravée représente, avec quelques éléments mégalithiques (Bocquenet 1992-95), l’un des rarissimes témoignages de l’art rupestre en plein air dans cette région. Le substrat géologique du Secondaire, en grande partie formé de calcaires ou de marnes noires facilement attaqués par l’érosion chimique, est en effet peu favorable à la conservation des fines incisions de l’art animalier ou schématique linéaire. Pour que la gravure puisse livrer une trace explicite sur la longue durée, ce qui est le cas ici, le rocher doit être profondément gravé ou martelé. Quant au milieu troglodyte, il est quasiment vide de toute expression en la matière, à de rares exceptions près, dont le porche de la Cova de l’Esperit, sur la commune de Salses (Martzluff, Abélanet 1987) et la Cauna de Périllos, sur la commune voisine d’Opoul (Abélanet, Guilaine et alii 1988).

13Les dessins et graffitis réalisés sur les gypseries du Chapitre de Saint-Paul témoignent d’une expression populaire qui a le mérite d’être bien datée ici. Cependant, ces traces fragiles sont souvent ignorées lors de la restauration des monuments qui les abritent et beaucoup disparaissent. La publication exhaustive des relevés réalisés par l’association FORUM pourrait, avec d’autres travaux de même contexte, servir d’appui pour l’étude thématique et stylistique des gravures rupestres de plein air, pour lesquelles il est actuellement très difficile d’assurer une chronologie.

Bibliografia

Abélanet, Guilaine et alii 1988 : ABÉLANET (J.), GUILAINE (J.), VAQUER (J·) et AYMÉ (R.) - Les gravures schématiques de la Cauna de Perillos, Pyrénées-Orientales, Bulletino del centre Camune di studi Preistorici, n°24, 1988, p. 117-121, 6 fig.

Abélanet 1990 : ABÉLANET (J.) - Les roches gravées nord Catalanes. Centre d’Études Préhistoriques Catalanes, n° 5, 1990, 209 p. Nombreuses figures.

Archives départementales des P.-O. : archives communales de Saint-Paul-de-Fenouillet.

Bibliothèque Nationale (nouvelles acquisitions françaises) : Élévation de l’église et clocher du vénérable chapitre de Saint-Paul. Exécuté par Nicolas Marcilly (1748), côte 23-038, feuillet 15.

Bayrou 1980 : BAYROU (A) - Fenouillèdes, diocèse d’Alet. Sénéchaussée de Carcassonne. Fragments historiques et statistiques, Carcassonne 1980, 227 p.

Bayrou 1983 : BAYROU (L.) - Le Chapitre Saint-Paul-de-Fenouillet. Architecture en Languedoc-Roussillon, 1, 1983.

Bocquenet 1992-95 : BOCQUENET (J.-P.) - Roches gravées du cirque de Vingrau (Pyrénées-Orientales). Travaux de Préhistoire catalane, C.E.P.C., vol 8, 1992-95, p. 73-78, 8 fig.

Casanova, Rovira a et b 2003 : CASANOVA i ROMEU (Α.), ROVIRA i PORT (J.) –

a) « Status quaestionis » de les representaciones gravades medievals a Catalunya. Una vista de conjunt. Actes del Ier congres internacional de gravats rupestres i murals, homenatge a Lluis Diez-Coronel, Lleida, 1992, Joan-Ramon Gonzàles Perez (dir.), Institut d’Estudis Ilerdencs 2003, p. 637-684, 9 fig.

b) Els graffiti i els gravats postmedievals de Catalunya. Actes del Ier congres internacional de gravats rupestres i murais, homenatge a Lluis Diez-Coronel, Lleida, 1992, Joan-Ramon Gonzàles Perez (dir.), Institut d’Estudis Ilerdencs 2003, p. 789-831, 10 fig.

Martzluff, Abélanet 1987 : MARTZLUFF (M.), ABÉLANET (J.) - La Cova de l’Esperit : bilan des dernières recherches et nouveaux apports sur le Mésolithique et le Néolithique des Pyrénées-Orientales, Travaux de Préhistoire roussillonnaise, C.E.P.C., vol. 4, 1987, p. 99-113, 7 fig.

Martzluff 1999 : MARTZLUFF (M.) - L’art rupestre du Pla de Vall en So (Conflent, P.-O.) dans son contexte géographique et archéologique. Note préliminaire. Bulletin de la Société Préhistorique Ariège-Pyrénées, t. LIV, 1999, p. 293-308, 7 fig.

Vidal 1879 : VIDAL (P.) - Guide Historique et Pittoresque des P.-O., 1879.

Note

1 Association Archéologique du Fenouillèdes, basée au Chapitre, à Saint-Paul-de-Fenouillet.

2 En effet, nous ne pouvons même pas faire état pour cette partie des Corbières couverte par le bassin de l’Agly d’une seule grotte ayant conservé quelques signes d’art paléolithique, comme la Cova Bastera, en Confient, par exemple. Pour l’art rupestre holocène de ce secteur, le témoignage le plus explicite et quasi unique d’un art en milieu souterrain se trouve dans la Cauna de Périllos (Abélanet, Guilaine et alii 1988), grotte qui fit d’ailleurs l’objet d’une visite fort appréciée lors de ce colloque (voir l’article de Philippe Galand dans cet ouvrage). On mentionnera également la Cova de l’Esperit à Salses (Martzluff, Abélanet 1987).

3 Outre les membres de l’Association FORUM, l’un des auteurs (M. M.) et Alain Vignaud sont venus prêter main forte bénévolement à cette opération qui a mis en œuvre une pelle mécanique.

4 Bibliothèque Nationale côte 23.038, feuillet 15.

5 Texte associé à un acte de compromis passé le 20 septembre 1663.

© Presses universitaires de Perpignan, 2005

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).

Acquista

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search