Version classiqueVersion mobile

Roches ornées, roches dressées

 | 
Michel Martzluff

2 - Aux sources des arts et des mythes

Le thème du damier dans l’art rupestre linéaire des Pyrénées catalanes et ses liens avec les cultes anciens

Jean Abélanet

Résumé

Le thème du damier est récurrent au cours de la Préhistoire, mais il semble mieux attesté pendant la Protohistoire. C’est sans doute à l’Age du Fer que l’on pourrait rattacher la plupart des figurations de damiers rupestres présentées ici. Si une fonction ludique doit être écartée, leur lien avec des cultes anciens, parmi lesquels celui dédié aux divinités des sources paraît le plus évident, nous échappe toutefois en grande partie

Entrées d'index

Paraules clau :

art rupestre, holocè, pireneus

Texte intégral

Introduction

  • 1 Nous avions débattu de ce thème lors du colloque sur « La mythologie de l’eau », tenu à Vernet-les- (...)

1L’examen de la localisation des divers sites à gravures rupestres linéaires découverts sur le sol catalan ne permet pas de mettre en évidence un rapport entre eux et un possible « culte des eaux » (Abélanet 1990, 2e partie, p. 99 à 177)1. Ainsi, dans les Aspres (massif de schistes ordoviciens entre la plaine du Roussillon et le Canigou), les gravures s’observent loin des sources, ruisseaux et autres points d’eau, soit près de vieux chemins (Cami ramader, de Castellnou à Fontcouverte par exemple), soit là où la configuration géologique offre des surfaces rocheuses favorables (parois schisteuses de Vallelles, près du Mas del Gleix ; affleurements verticaux de Sant Cristau, à Taillet, par exemple). En Cerdagne, à Osséja, les gravures, telles celles du Ρla del Lloser, du Repla del Genevri, affectent la plupart des affleurements schisteux qui s’étagent sur le flanc ouest de la montagne dominant la rivière de la Vanera, versant ubac, et il serait sans doute téméraire d’imaginer un rapport entre ce petit cours d’eau et la présence des gravures. Il en est de même pour la colline de Belloch, sur le versant solana.

2Cependant, nous pouvons faire état de quelques sites où la présence de gravures rupestres permet de soupçonner des intentions cultuelles liées à l’eau. Sur ces sites, la présence de damiers est attestée, mais ce thème existe aussi en d’autres lieux que l’on peut associer à d’autres particularités (chemins, cols, ambiance dolménique), comme nous allons le voir.

1. Les sites d’art rupestre linéaire et le culte des eaux

1. 1. La Peyra Escrita de Formiguères (fig. 1, n° 1)

3L’exemple le plus évident d’un rapport à un culte des eaux est celui de la Peyra Escrita (commune de Formiguères). Site de haute montagne à près de 2000 m d’altitude, c’est un petit cirque d’origine glaciaire, parsemé de larges dalles de schiste polies par les glaces dont les belles surfaces à patine ocre devaient attirer immanquablement (et attirent encore hélas) les graffitis. Malgré le toponyme au singulier qui semblerait restreindre les inscriptions à la principale dalle du lieu (roche A), la plupart des surfaces disponibles (roches B, C, D, E, F, G, H) portent elles aussi des gravures en plus ou moins grande abondance (Abélanet, op. cit., p. 139-140).

Figure 1 : Localisation des sites d’art rupestre holocène mentionnés dans le texte. (D.A.O. Sabine Nadal, d’après O. Passarrius)

4Sans insister plus longuement sur les motifs gravés, que nous avons déjà étudiés et publiés, rappelons qu’il s’agit principalement de symboles géométriques élémentaires (arboriformes, échelles, réticulés et marelles, zigzags et méandres, pentacles, rouelles et soleils, etc.), mais aussi d’anthropomorphes plus ou moins évidents (guerriers en armes, femmes en attitude de danse, personnages et silhouettes humaines, parfois très stylisées, en forme de croix ou de phi grec, etc.). Aux époques modernes (dès le XVIe siècle), les bergers fréquentant le site avec leurs moutons ont, à leur tour, gravé sur le schiste, en technique plus large et plus profonde que leurs prédécesseurs, leurs marques de troupeau, combinant la plupart du temps, une croix avec leurs initiales. Toutes ces manifestations rupestres ne paraissent pas gratuites. Nous avons pu poser, à l’un des derniers bergers « autochtones » qui faisait paître ses moutons à la Peyra Escrita, la question du pourquoi de ces marques de troupeau sur le rocher. Après avoir invoqué d’abord une occupation de désœuvrement, puis la tradition, ce n’est qu’avec beaucoup de réticences - lorsqu’ils font état de croyances populaires ou de superstitions, les gens de nos campagnes ont peur qu’on les prenne pour des « demeurés » - qu’il accepta de me parler de l’Étang du diable (Estany del dimoni), qui avoisine de la Peyra Escrita : « On racontait, dans le temps, que ce lac était maudit et que les bêtes qui s’aventuraient sur ses rives n’arrivaient plus à s’en écarter et finissaient par s’y noyer ». Quand on domine, depuis la crête qui descend du Pic de Mortiès vers le Pic de Terrès, ce fameux lac du Diable (fig. 2), on comprend sa sinistre réputation : on est saisi par la beauté étrange de son ovale parfait, installé à mi-pente dans une cuvette aux parois raides comme celles d’un cratère, lac mystérieux, insondable, dit-on, sans déversoir apparent, vraie bouche de l’Enfer !

  • 2 Cependant, la sèche Coma de l’Infern, qui s’ouvre dans les calcaires des Corbières (commune de Case (...)

5Il faut souligner, ici, que bien des sites rupestres des Pyrénées, du Midi de la France ou des Alpes, sont entachés d’une semblable réputation infernale2. En Andorre, une Roca de les Bruixes (roc des sorcières), entablement de schiste qui domine le célèbre sanctuaire mariai de Meritxell, porte des séries d’entailles, semblables à des rainures d’aiguisage, et quelques motifs symboliques, probablement d’époque protohistorique ou proche de l’ère chrétienne : l’imagination populaire y a vu les griffes du Diable. Nous avons recueilli, de la bouche d’un berger du coin, qu’une bruixa, que le Diable sur son cheval allait saisir pour l’entraîner en Enfer, eut le bon réflexe d’appeler à son secours la Vierge de Meritxell ; aussitôt, le Diable et son cheval glissèrent sur le rocher, où ils laissèrent les traces de leurs griffes, tandis que la sorcière repentie se trouvait transportée en un clin d’œil de l’autre côté de la vallée, sur un rocher appelé Roc de la Salve (Roc du Salut ou du Salve [Regina]).

6Notons, en passant, que des toponymes, relevés sur la carte I.G.N. au 1/25000°, à la limite de Bouleternère et de Boule-d’Amont non loin du prieuré de Serrabone, laissent soupçonner une légende analogue, que nous n’avons pu vérifier sur le terrain : du lieu-dit Vinya de l’Oratori (donc, présence d’un oratoire) descend un Correc de l’Infern (un ravin de l’Enfer, fig. 1, n° 2) ; juste en face, sur l’autre flanc de vallée, un Correc de la Salvetat prend origine au Coll de la Llosa (commune de Casefabre), où l’on connaît un dolmen dont la table de couverture est parsemée de gravures (cupules et cruciformes) ; les deux ravins se jettent dans le Boulès, au droit de la ferme dite de la Salvetat.

7Au lieu-dit Sant Cristau (commune de Taillet, fig. 1, n° 3) plusieurs affleurements de schiste portent sur leur face verticale de nombreuses entailles et rainures, identiques à celles d’Andorre précédemment citées, et associées à des gravures linéaires du style de la Peyra Escrita. Une légende, recueillie de la bouche d’une vieille catalane du voisinage, raconte que saint Christophe, venu jadis chercher la solitude en ce lieu retiré, aurait vu, à trois reprises, la maison de pierres (dolmen ?) qu’il se construisait, mise à bas par le berger du mas Fonts voisin ; excédé, le saint aurait jeté la malédiction sur le berger et sa descendance et aurait transporté ses pénates au sommet du pic Sant Cristau, qui domine le défilé des Cluses (commune du Perthus), où l’on connaît le beau dolmen dit Balma de Na Cristiana. « Mentre que Fonts sera Fonts, sempre hi haurà bojos i codonys », dit-on encore dans la région de Céret (Tant que Fonts sera Fonts, il y aura toujours des fous et des simples d’esprit). « Aqueix mas [ajoutait la brave femme] me’l donarien, que jo no el voldria » (ce mas, on me le donnerait, que je n’en voudrais pas !).

Figure 2 : Étang du diable, aux sources du Galbe en Capcir (Formiguères). (Cliché Jean Abélanet, 1958)

8À Olargues (Hérault), une Peyro Escrito, paroi gravée de signes géométriques proches de ceux de Formiguères, se situe au débouché d’une étroite gorge, portant le nom populaire de Val d’enfer (Guiraud 1965, p. 41 à 63.). Dans les Alpes maritimes, à 100 km au nord de Nice, le site du mont Bego, célèbre par des milliers de gravures de l’Âge du Bronze piquetées sur les roches, conserve également de nombreuses gravures en techniques linaires, identiques à celles de notre région Pyrénéenne, principalement une grande paroi (paroi B) que longe le torrent descendant des glaciers (Abélanet 1990, p. 139-140). Or, toute une région de la montagne semble vouée aux puissances infernales : Cime du Diable, Lac du Diable, Lac del Trem (du tremblement), Pas del Inferno, ruisseau de la Valmasque (val Masca : val de la sorcière), etc. auxquels semblent s’opposer, à l’Est, toute une série de pieux toponymes, mont Sainte-Marie, rochers Sainte-Marie, lac Sainte-Marie (Lumley, Fonvielle, Abélanet 1976).

  • 3 Bien d’autres textes témoignent de ces cultes : conciles d’Arles (442) et d’Auxerre (586) et le cap (...)
  • 4 Sur cette question, on peut se reporter dans le présent ouvrage à l’article de Marie-Jeanne Bonhomm (...)

9Des indices, assez probants (inscriptions en caractères ibériques du IIIe-IIe siècles avant J.-C.) accompagnant plusieurs fois les gravures linéaires de Cerdagne, permettent de dater ces manifestations rupestres des environs de l’ère chrétienne (Campmajo, Unterman 1991, p. 39-59). On sait que les cultes naturalistes, dont elles étaient le témoignage (culte aux rochers, aux lacs, aux sources, aux arbres...), ont perduré, surtout dans les campagnes, jusque dans le haut Moyen Âge. « Nolite ad arbores vota reddere, nolite ad fontes orare » prêchait à ses fidèles saint Césaire d’Arles, au VIe siècle. « N’allez pas faire des vœux aux arbres, n’allez pas faire des prières aux sources. Que nul ne fasse des vœux au pied des temples, des pierres, des fontaines, des arbres, des enclos » lisons-nous dans un autre sermon de la même époque attribué à saint Éloi3. L’Église, ne parvenant pas à déraciner ces vieilles croyances héritées de la religion gallo-romaine, les a soit discréditées en jetant sur elles l’opprobre d’un culte rendu au démon, soit remplacées en les christianisant. Dans notre région, en font foi les légendes relatives à des chapelles et ermitages dédiés à Marie, où sont mentionnées des statues de la Vierge découvertes par un taureau ou un berger au pied d’un rocher (Notre-Dame de Font-Romeu), auprès d’une source (Notre-Dame de Villeneuve, à Formiguères), dans le tronc d’un arbre (Notre-Dame d’Err), d’un chêne (Nostra Senyora del Roure, à Taillet ; Notre-Dame du Coral, à Prats-de-Mollo), etc4.

10En ce qui concerne la Peyra Escrita, le voisinage du Lac du Diable laisse donc supposer un culte à un dieu ou génie du lac et nous verrions volontiers, dans l’extraordinaire figure anthropomorphe qui occupe le centre de la dalle principale du site, une représentation ou évocation de celui-ci (fig. 3). On peut également envisager un culte à la source du Galbe, car nous sommes là sur un des points d’eau qui alimentent ce cours d’eau, important affluent de l’Aude, fleuve qui prend sa source dans le même massif montagneux, à 8 km à peine à vol d’oiseau. Les divers signes symboliques gravés sur les rochers seraient donc des sortes d’ex-voto des dévots venant se recommander eux-mêmes, leur famille, leurs champs ou leurs troupeaux, à la bienveillance de la divinité résidant en ce lieu.

Figure 3 : Peyra escrita, masque ou figure humaine shématique de la roche A. (Relevé Jean Abélanet)

1.2. Le Rec de les Encantades, au Lanos, commune d’Angoustrine

11Poursuivant notre recherche d’indices significatifs dans la toponymie de notre terre catalane, nous avons remarqué, sur la carte I.G.N au 1/25000°, un Rec de les Encantades (ruisseau des fées), dans la région du Carlit (fig. 1, n° 4). Ce qui nous a amené à prospecter les rives de ce torrent qui descend de la Serra dels Sobirans, au nord du pic Carlit proprement dit, puis qui alimente plusieurs petits lacs et se jette dans le grand lac (estany) du Lanous (Lanos) (fig. 4). Nous avons découvert quelques gravures linéaires, très usées par l’action des éléments naturels et difficilement lisibles, sur la face verticale d’un grand bloc isolé et sur un affleurement. Le grand bloc isolé est situé sur la rive gauche, près de la dernière cascade, au pied du Roc des Isards : nous y avons reconnu un pentacle. Sur l’affleurement, situé plus bas, à la côte de 2300 m d’altitude environ, sur la rive droite, sont gravés une marelle simple, un réticulé irrégulier et un zigzag, gravures identiques donc à celles de la Peyra Escrita. Le manque de temps (il faut plusieurs heures de marche pour se rendre sur les lieux) ne nous a pas permis d’étendre nos prospections, mais il est probable que cette région d’altitude, livrerait d’autres témoignages rupestres. Quand on sait que dans le légendaire catalan, les Encantades, que l’on appelle aussi dones d’aigua, sont conçues comme des fées lavandières, lavant leur linge dans les ruisseaux et les lacs, il ne fait pas de doute que le Rec de les Encantades du Lanous conserve le souvenir d’un ancien culte des eaux (Cerda 2001).

Figure 4 : Vue sur l’embouchure du Rec de les encantades dans l’Estany de Lanòs, avant la mise en eau du barrage. En arrière-plan, le pic du Castell isard (à gauche) et du Carlit (à droite). (Cliché Marcel Martzluff, 1954)

2. Les dalles gravées de damiers et le culte des eaux en Pyrénées catalanes

12Nous avons profité d’une recherche sur les rapports qui ont pu exister entre les gravures linéaires de nos montagnes et un culte des eaux pour recenser une série inédite de petites dalles gravées d’un damier, souvent découvertes à proximité de sources (cf. note 1). Nous les présentons ci-dessous.

2.1. Plaque gravée de la Peyra Escrita, commune de Formiguères (fig. 5 et fig. 1, n° 1)

13Lors de notre première exploration à la Peyra Escrita en 1958, nous remarquâmes une plaque de schiste sombre, dont une extrémité pointait à travers la pelouse naturelle qui tapisse le petit vallon où se situent les principales dalles gravées et que traverse le ruisseau de la source du Galbe. Ayant réussi à l’extraire, nous avons pu y déchiffrer, après nettoyage, la gravure d’un damier. Grossièrement rectangulaire, la plaque mesure 0,58 m de long sur 0,29 m de large, avec une épaisseur maximale de 5 cm. Le damier est obtenu par une série de onze lignes incisées (6 dans le sens de la longueur de la plaque, 5 dans le sens transversal), déterminant 20 cases, plus ou moins régulières ; les cases « noires », alternant avec les cases « blanches », sont marquées par un groupe de courtes incisions en hachures ; 8 cases sont seulement noircies. Les cases sont obtenues par des incisions linéaires, nettes et sans repentir ; les hachures intérieures, très légères, sont à peine visibles.

14De prime abord, l’interprétation d’un tel objet restait évidemment sans réponse. On imagine mal des bergers, gens solitaires, isolés dans leur montagne, en train de jouer aux échecs ou aux dames ! D’ailleurs le nombre de cases ne correspond ni au damier du jeu de dames (100 cases), ni à celui du jeu d’échecs (64 cases).

2.2. Plaque à damier de Saint-Ferréol, commune de Céret (fig. 6 et fig. 1, n° 5)

15Or, à quelque temps de là, en allant chercher de l’eau à la fontaine de l’ermitage de Saint-Ferréol, source qui coule au sud de la chapelle et qui fut aménagée en fontaine aux XVIIe ou XVIIIe siècles, nous eûmes la surprise, en retournant une plaque de schiste ardoisier, d’y découvrir un damier gravé, analogue au précédent. La plaque est de dimension plus réduite : 0,39 m sur 0,27 m ; épaisseur 48 mm. La surface est altérée et présente quelques écaillures, surtout sur la partie centrale ; les incisions sont patinées et usées, parfois incomplètes, précisément par suite de ces écaillures. On imagine les vicissitudes qu’a dû subir le document en un tel lieu : piétinements, action des travaux agricoles, etc. Les lignes incisées sont très fines, 6 lignes dans le sens de la longueur et 6 lignes transversales, délimitant une vingtaine de cases. Les « noirs » sont marqués par une petite croix ou de petites incisions en X. Les manques sont à mettre au compte des altérations de la surface du schiste.

Figure 5 : Peyra escrita, damier sur plaque de schiste. (Relevé Jean Abélanet, D.A.O. Sabine Nadal)

Figure 6 : Saint-Ferréol, damier sur plaque de schiste. (Relevé Jean Abélanet, D.A.O. Sabine Nadal)

2.3. Damier gravé de la Font de Sègre, commune de Llo (fig. 1, n° 6)

16Plus tard, une exploration nous ayant amené au fond de la vallée de Llo, là où le fleuve Sègre prend sa source, lieu-dit Pont de Sègre (2400 m d’altitude), nous avons remarqué, à l’ouest de la source, un damier gravé sur une dalle plate. Nous n’avons malheureusement pas eu le loisir d’en faire un relevé.

3. Damiers gravés trouvés dans d’autres contextes

17La localisation des trois plaques à damier précédentes semble aller dans le sens d’un témoignage de culte à une source ou à un cours d’eau, mais d’autres découvertes ne permettent pas de conclusions trop hâtives, malgré le toponyme du lieu-dit suivant.

3.1. Damiers du Serrat de les Font, commune de Saint-Marsal (fig. 7 et fig. 1, n° 7)

18Il est à remarquer que les cases de tous les damiers que nous présentons sont d’assez semblables dimensions, de 4 à 6 cm de côtés en moyenne. Or, les trois damiers que nous avons découverts à Saint-Marsal sont de plus petite taille et présentent, en outre, la caractéristique importante d’être gravés sur la paroi verticale d’un affleurement de schiste, ce qui exclut, cette fois totalement, qu’il puisse s’agir de jeux avec pions ou petits cailloux. La paroi gravée se situe à 80 m environ au nord d’un petit dolmen ruiné, au lieu-dit Serrat de les Fonts (crête des sources).

19Le premier damier est parfaitement tracé et assez régulier ; il ne mesure que 95 mm sur 80 mm : 7 lignes horizontales, recoupées par 7 lignes verticales, déterminent 36 cases de 15 mm de côtés. Les cases « noires » sont, cette fois, entièrement marquées par un remplissage de hachures soit obliques, soit verticales, soit horizontales, parfois quadrillées. Le graveur semble avoir oublié de noircir une case.

20Au-dessous de ce premier damier, on arrive à distinguer un second de même type, avec les cases noires marquées par de fines hachures, mais la patine très sombre du support rocheux ne nous a pas permis d’en faire un relevé satisfaisant (non figuré).

21Sur la partie droite de la paroi, un troisième damier est parfaitement visible, malheureusement incomplet par suite d’une écaillure du rocher. On dénombre encore 16 cases, complètes ou incomplètes, avec les « noirs » remplis de hachures. En le supposant régulier, comme le premier, il devait comporter 25 cases, soit 6 de moins que celui-ci (partie supérieure de la figure 7).

Figure 7 : Saint-Marsal, Serrat de les Fonts, deux des trois damiers gravés sur un affleurement schisteux vertical. (Relevé Jean Abélanet, D.A.O. Sabine Nadal)

22Ces trois damiers sont accompagnés des motifs géométriques symboliques habituels : une marelle complexe, à médianes et diagonales, des zigzags, des incisions entrecroisées...

3.2. Plaque gravée de la Croeta, à Glorianes (fig. 8, 9 et fig. 1, n° 8)

23Un antique cami ramader (chemin de troupeaux) fait communiquer les vallées de la Têt et du Tech par le Coll de les Arques, au territoire de Glorianes, chemin jalonné de pierres plantées que l’on pourrait prendre pour des menhirs. Au lieu-dit la Croeta, à 300 m environ au sud-est des dernières maisons de Glorianes, nous avons découvert un nouveau damier, gravé au bord du chemin montant, au niveau du sol, sur un petit affleurement de schiste. Par mesure de précaution, nous avons détaché la plaque superficielle portant la gravure, pour l’emporter et l’étudier à loisir. La dalle détachée mesure 0,88 m sur 0,35 m ; le damier proprement dit mesure 0,35 m sur 0,25 m. Il est formé par 6 lignes incisées dans le sens de la longueur de la dalle et par 7 dans le sens transversal. On remarque plusieurs reprises, des irrégularités, une incision incomplète traversant les cases médianes, un dédoublement d’une ligne et même un triplement de la ligne de base (fig. 8). En ne tenant pas compte de cette incision parasite qui semble ajouter à des cases supplémentaires, on dénombre 30 cases plus ou moins régulières. Les « noirs » sont obtenus par une courte incision isolée ou par un groupe de courtes incisions ; on constate quelques manques dans la disposition des cases noires.

24L’appartenance de ce damier à la famille de l’art linéaire catalan défini à la Peyra Escrita est assurée par la présence, à quelques dizaines de mètres, d’une paroi rocheuse où nous avons relevé : une rouelle à 8 rayons ; deux signes en soleil, l’un à 6, l’autre à 8 rayons ; une marelle à médianes et diagonale, un réticulé, tous ces motifs de petites dimensions ; plus bas, au ras du sol, un signe en phi, classique, et autre soleil à 12 rayons (fig. 9).

3.3. Plaquette gravée de Fornols, commune de Campôme (fig. 10 et fig. 1, n° 9)

  • 5 Sacchi (D.), Abélanet (J.) : Les gravures rupestres de Fornols-Haut, L’Anthropologie, Paris, T. 92 (...)

25Nous avons signalé, il y a quelques années (1985), au lieu-dit Fornols (commune de Campôme), un grand massif de schiste portant des gravures naturalistes (isards, bouquetins, oiseaux, etc.), datables du Paléolithique supérieur5. On reconnaît également, sur la paroi, quelques vagues traces de l’art linéaire schématique, d’époque beaucoup plus récente : zigzags et réticulés. Un nettoyage des abords a d’ailleurs fait apparaître quelques tessons de poterie du Néolithique final et un fragment de meule plate en granit. À quelques mètres au-dessus du rocher gravé, dans les terres défoncées par l’O.N.F. pour une plantation de résineux, nous avons recueilli une plaquette de schiste de forme grossièrement ovalaire (0,24 m sur 0,18 m ; épaisseur : 20 mm), gravée d’un petit damier. L’altération de la surface et la finesse des incisions rendent la gravure difficilement lisible, mais on reconnaît un damier, d’au moins 9 cases, déterminées par 4 lignes incisées dans le sens de la plus grande longueur et 4 lignes transversales. Deux petites incisions en croix marquent deux cases « noires » ; les autres ne sont pas perceptibles.

Figure 8 : Plaque de schiste gravée prélevée sur le site de La Croeta. (Relevé Jean Abélanet, D.A.O. Sabine Nadal)

Figure 9 : Gravures linéaires trouvées dans le voisinage des damiers de La Croeta. (Relevé Jean Abélanet, D.A.O. Sabine Nadal)

Figure 10 : Plaque gravée de Fornols-Haut, à Campôme. (Relevé Jean Abélanet, D.A.O. Sabine Nadal)

3.4. Le damier gravé de la montagne du Belloch, commune d’Enveitg (fig. 11 et fig. 1, n° 10)

26L’échine de la montagne de Belloch prolonge vers l’Ouest une série de croupes schisteuses qui borde, vers le Sud, le flanc cristallin du massif du Carlit et dont fait aussi partie l’éminence qui domine Llivia, l’ancienne capitale des Ceretani. Elle domine les nappes sédimentaires du bassin cerdan et les chaos granitiques occupés dès le Néolithique ancien. À son sommet, un sanctuaire médiéval, dédié à la Vierge, rassemblait chaque année les populations de la haute plaine qui montaient en procession vers cette montagne tutélaire.

  • 6 Les prospections ont permis d’individualiser un des rares habitats ibères de Cerdagne ; cf. Martluf (...)

27Une prospection exhaustive des pentes de ce vaste espace qui n’est pas encore touché par l’urbanisme et que se partagent plusieurs communes (Villeneuve-des-Escaldes, Dorres, Ur et Enveitg) a permis la découverte d’une riche infrastructure immobilière témoignant de la grande intensité des aménagements depuis l’Antiquité6 et, surtout, du Moyen Âge, mais aussi de nombreuses manifestations de l’art rupestre (cupules, gravures linéaires), parfois associées à des vestiges d’habitats ou de sépultures pré et protohistoriques (Martzluff 1987).

28C’est sur l’un des sites où gisent les roches à cupules et à saignées, et où l’on trouve de la céramique modelée, que fut prélevée par Michel Martzluff une plaque de schiste gravée sur les deux faces, dont l’une porte un damier. Celui-ci est composé d’une série de 9 cases sur 5 avec une médiane dédoublée où les cases sont vides et rectangulaires. Les deux parties quadrangulaires créées par cette médiane sont affectées par des traits parasites obliques reliant en diagnonale les quatre angles. Ces lignes discontinues recoupent ou complètent les motifs mis dans les cases pour les noircir, formant deux marelles. Les parties noircies du damier le sont par une déclinaison de motifs cruciformes qui se répètent. On y voit des soléiformes à 7, 8, 9 ou 10 rayons et de simples motifs en X, voire des signes en A, en V ou en Y.

29Sur l’avers, parmi un enchevêtrement de traits formant un quadrillage, à l’intérieur duquel on ne peut relever qu’un soléiforme, on remarque, réalisé par de plus fines incisions, un anthropomorphe, un signe barbelé et deux zigzags (fig. 11, vue du bas). Des piquetages opérés par une pointe acérée et quelques incisions courbes complètent ce registre assez confus. La présence d’un lichen d’un beau diamètre (10 cm, figuré en ton plus foncé sur la vue du haut, fig. 11) peut témoigner de la relative ancienneté de cette plaque de schiste dur, mise au jour par les ravinements sur un espace intensément labouré depuis le Moyen-Âge jusqu’au XIXe siècle, car aucune des faces ne porte de trace d’impacts imputables à un soc d’araire, comme c’est le cas pour la plupart des pierres gisant en surface en ce lieu.

Conclusion

30Cette petite enquête sur la figure en damier est riche de renseignements. Tout d’abord, vu son association constante avec les motifs habituels de l’art linéaire symbolique, on peut légitimement penser que le damier rentre dans cette famille d’art rupestre, caractéristique de notre région pyrénéenne (Abélanet 1986, p. 285-321). D’autre part, les damiers gravés sur la paroi verticale du Serrat de las Fonts démontrent, à l’évidence, qu’il ne peut s’agir de supports de jeux ou d’actes divinatoires, ce que corrobore le fait que les damiers étudiés n’ont jamais le même nombre de cases.

  • 7 Voir dans cet ouvrage l’article de Michael Martin : « Réflexions sur les tablettes d’Amélie-les-Bai (...)

31La liaison damiers-culte des eaux n’est pas à exclure, puisqu’à trois reprises (Peyra Escrita, Saint-Ferréol, Font de Sègre), il s’en est trouvé près de sources. C’est peut-être le lieu de rappeler que nous avons, en Roussillon, un témoignage bien précis d’un culte rendu à une source divinisée. Au siècle dernier (en 1848), 6 lamelles ou fragments de plomb inscrits, dont deux inscrits sur les deux faces, furent découverts dans la principale source d’eau chaude qui alimente les bains d’époque romaine, encore bien conservés, des Bains d’Arles (actuellement Amélie-les-Bains). Ces précieux documents ont été égarés dès 1850, mais on en possède un fac-similé, dû à l’excellent épigraphiste Louis de Bonnefoy. On a pu y lire une dédicace à des divinités féminines : Kantas niskas rogamus et dep (r) ecamu7. En rapprochant le terme Niskas du basque Nescato (jeune fille), qui s’apparente, avec le même sens, à l’italo celtique Niska, ou aux Nixes, divinités des eaux du folklore germanique et le premier terme, du celtique Canto : brillant, on a pu légitimement traduire : Jeunes filles brillantes, nous vous prions et supplions (Ponsich 1952, p. 227-232). On ne peut s’empêcher de penser aux Encantades ou Dones d’Aigua de notre folklore catalan.

  • 8 Voir dans ce même ouvrage l’article d’Aymat Catafau : « Toponymies « arabes » des Pyrénées catalane (...)
  • 9 Sur ce contexte, on peut se reporter, toujours dans ce même ouvrage, à l’article de Michel Martzluf (...)

32Un culte n’était pas seulement rendu aux sources et aux ruisseaux ; nous avons rappelé, plus haut, que des arbres, des rochers étaient aussi objets de vénération. Parmi ces rochers, il ne faut pas oublier les monuments mégalithiques, dolmens ou menhirs, dont le culte s’est perpétué à travers les âges, au point que les conciles ont, à plusieurs reprises, ordonné de les abattre. Or le damier gravé de la Croeta (Glorianes) se trouve à peu de distance du Coll de les Arques et d’un dolmen, volontairement détruit (sans doute par les moines du prieuré voisin de Serrabone), dolmen dont le nom populaire de Cementiri dels Moros a pu faire croire à certains historiens qu’il s’agissait vraiment d’un lieu de sépulture attribuable aux Arabes8 ! La paroi gravée du Serrat de les Fonts de Saint-Marsal n’est pas très éloignée des ruines de deux dolmens, accompagnés des habituelles roches à cupules. Quant à la plaquette de Fornols, elle a été recueillie sur un site (Pla de Vall en So), particulièrement fourni en vestiges mégalithiques (dolmens et roches à cupules)9.

33La réalisation d’une grille par recoupements de lignes verticales et horizontales est tellement simpliste, qu’on en connaît par des motifs peints dès le Paléolithique supérieur (Lascaux), associées à des figurations animalières. Mais la conception d’un damier, obtenu en noircissant alternativement les cases d’une grille, est moins évidente. Le damier ne devient attesté qu’à partir du Néolithique. On le trouve dans la décoration de céramiques du Proche-Orient ; dans l’Est de la France, il est connu dans le décor gravé sur la panse de quelques rares vases rubanés des civilisations du courant danubien. Il devient plus courant au Néolithique moyen, dans le Chasséen du midi de la France, principalement sur les flancs droits des vases-supports cylindriques et sur certains manches plats de louches (Vaquer 1975, fig. 9 et 67).

Figure 11 : Plaque de schiste gravée sur les deux faces, montagne du Belloch, Cerdagne. Le lichen est figuré dans un ton plus foncé (fig. du haut). (Relevé Michel Martzluff D.A.O. Sabine Nadal)

  • 10 Une plaquette de schiste (dimensions : 124 mm x 102 mm, épaisseur 33 mm) découverte par Maurice Mot (...)

34Le thème du damier se généralise par la suite10 (fig. 12), en particulier dans le répertoire gravé des urnes funéraires de l’Âge du Fer français (Louis, Taffanel 1955, fig. 143). Il n’est donc pas étonnant de voir un petit damier de 9 cases associé en frise avec des chevaux très stylisés et d’autres signes schématiques sur le bord d’une urne carénée du Champ d’urnes des Hospices à Canet (Claustres 1956, fig. p. 97).

Figure 12 : Plaquette de schiste trouvée en contexte Bronze ancien, grottes de Villefranche. (D’après Maurice Mottes, D.A.O. Sabine Nadal)

35Les damiers que nous présentons dans cet article sont sans doute plus ou moins contemporains de ces urnes de l’Âge du Fer : l’association de gravures linéaires schématiques sur des rochers de Cerdagne avec des inscriptions en alphabet ibérique permet, en effet, d’envisager une datation des derniers siècles avant notre ère. Si, sur des céramiques, l’emploi du damier peut passer pour un simple thème décoratif (ce dont on peut douter), on ne peut en dire autant de ceux qui sont gravés sur de grossières plaques de schiste ou sur des parois verticales. Ce qui pose le problème, certes difficile, de leur signification.

36Nous avons déjà exposé, dans nos précédents travaux, l’hypothèse que les motifs symboliques qu’ont laissés nos ancêtres ibères ou gaulois sur les rochers de nos montagnes étaient des sortes d’ex-voto, de signes ayant valeur d’invocations ou de prières (comme le signe de la croix pour un chrétien), pour des populations qui n’avaient pas encore la maîtrise de l’écriture. Pour nous qui avons perdu la clef de ces symboles, il nous est difficile d’en pénétrer le sens ; mais on connaît encore le pouvoir bénéfique du pentacle, signe sacré entre tous ; rouelles et soleils ont certainement valeur de signes divins ; arboriformes et zigzags pourraient être des symboles de fertilité ; les anthropomorphes pourraient représenter les personnes recommandées ou se recommandant à la divinité (Abélanet 1959, p. 30-37).

37Dans le même ordre d’idées, on pourrait imaginer que le damier a pu symboliser les terres cultivées avec leurs divisions en parcelles, et que les plaques à damier déposées près d’une source ou les damiers gravés sur des rochers sacrés ont eu pour but d’attirer la protection des divinités sur les travaux des champs. Mais c’est peut-être un peu trop s’aventurer sur un terrain peu consistant, où la prudence se doit tenir la bride à l’imagination.

Bibliographie

Abélanet 1967 : ABÉLANET (J.) - Les couples humains dans l’art schématique des Pyrénées-Orientales. I.P.E.X., Berlin, 1969, p. 30-37.

Abélanet 1986 : ABÉLANET (J.) - Signes sans paroles. Cent siècles d’art rupestre en Europe occidentale, Hachette, 1986.

Abélanet 1990 : ABÉLANET (J.) - Les roches gravées nord-catalanes. Actes du Centre d’Études Préhistoriques Catalanes, T. 5. Éditions Terra nostra, Prades, 1990.

Abélanet 2003 : ABÉLANET (J.) - Les roches à entailles ou pseudo-polissoirs des Pyrénées catalanes et leur rapport avec le style rupestre linéaire, Ier congrès internacional de gravats rupestres i murais (1992), Institut d’Estudis Ilerdencs. Lleida, 2003, p. 595-618.

Campmajo, Unterman 1991 : CAMPMAJO (P.) et UNTERMANN (J.) - Corpus des gravures ibériques de Cerdagne, Ceretania, Quaderns d’Estudis cerdans, n° 1, 1991, p. 39-59.

Cerda 2001 : CERDA (Jordi Pere) - La dona d’aigua. Contalles de Cerdanya. Éd. Trabucaire, Canet-en-Roussillon, 2001.

Claustres 1956 : CLAUSTRES (G.) - Roussillon Protohistorique, C.E.R.C.A. (Centre d’Études et de Recherches Catalanes des Archives), 1956, p. 32-33.

Guiraud 1965 : GUIRAUD (R.) - Corpus des gravures rupestres d’Olargues (Hérault). Annales de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Toulouse, Préhistoire VII, 1965, p. 41 à 63.

Louis, Taffanel 1955 : LOUIS (M.), TAFFANEL (O.) et (J.) - Le premier Âge du Fer languedocien. Bordighera, Montpellier, 1955.

Lumley, Fonvielle, Abélanet 1976 : LUMLEY (H. de), FONVIELLE (M.-E.), ABÉLANET (J.) - Livret-guide de l’excursion Cl : Vallée des Merveilles, IXe Congrès de l’U.I.S.P.P., Nice, 1976.

Martzluff 1987 : MARTZLUFF (M.) - La montagne de Belloch - commune de Dorres, Vilanova-de-les-escaldes, Ur et Enveitg (P.-O.). Rapport de prospection. C.R.E.C.-Service régional de l’Archéologie. Montpellier, 1987, 20 p., 9 fig.

Ponsich 1952 : PONSICH (P.) - Des blocs gravés aux plombs inscrits des Bains d’Arles. Études roussillonnaises, 4, 1952, p. 227-232.

Vaquer 1975 : VAQUER (J.) - La céramique chasséenne du Languedoc. Atacina, 8, Carcassonne, 1975.

Notes

1 Nous avions débattu de ce thème lors du colloque sur « La mythologie de l’eau », tenu à Vernet-les-Bains en 1996, dans une communication restée inédite : « Art rupestre linéaire et culte des eaux en Pyrénées catalanes », dont nous reprenons ici quelques éléments.

2 Cependant, la sèche Coma de l’Infern, qui s’ouvre dans les calcaires des Corbières (commune de Cases-de-Pène), ainsi que la Coma de l’Infern, que nous avons explorée dans le massif gneissique de la Carança, lieux désolés, désertiques, difficiles d’accès, ne semblent pas susceptibles d’avoir produit un culte naturaliste quelconque, leur appellation infernale ne faisant sans doute que souligner leur caractère farouche et peu attirant.

3 Bien d’autres textes témoignent de ces cultes : conciles d’Arles (442) et d’Auxerre (586) et le capitulaire de l’an 789 prohibe les « vœux et les offrandes aux fontaines à la manière des païens » (Cf. Ponsich, Études Roussillonnaises, II, 1952, p. 232).

4 Sur cette question, on peut se reporter dans le présent ouvrage à l’article de Marie-Jeanne Bonhomme-Trogno : « Les lieux de cultes païens et la dévotion mariale en Catalogne du nord ».

5 Sacchi (D.), Abélanet (J.) : Les gravures rupestres de Fornols-Haut, L’Anthropologie, Paris, T. 92 n° 1, 1988, p. 87-100.

6 Les prospections ont permis d’individualiser un des rares habitats ibères de Cerdagne ; cf. Martluff (M.), Alessandri (P.) et Abélanet (J.) : La romanisation de la Cerdagne : bilan des recherches sur la Solana orientale. La romanitzacio delpirineu. 8e col.loqui internacional de Puigcerdà, 1988. Institut d’estudis Ceretans, 1990, p. 63-67, 2 fig. et aussi Martzluff (M.) : Les molettes granitiques barquiformes « cannelées » d’âge protohistorique de Cerdagne et d’Andorre. Études roussillonnaises, Revue d’Histoire et d’Archéologie méditerranéennes, T. XV, Canet-en-Roussillon, 1997, p.59-66, 4 fig.

7 Voir dans cet ouvrage l’article de Michael Martin : « Réflexions sur les tablettes d’Amélie-les-Bains et la pratique de la defixio en Gaule antique ».

8 Voir dans ce même ouvrage l’article d’Aymat Catafau : « Toponymies « arabes » des Pyrénées catalanes : Histoire ou légende ? ».

9 Sur ce contexte, on peut se reporter, toujours dans ce même ouvrage, à l’article de Michel Martzluff et alii : Nouvelles gravures rupestres au Pla de Vall en So.

10 Une plaquette de schiste (dimensions : 124 mm x 102 mm, épaisseur 33 mm) découverte par Maurice Mottes dans une grotte de Villefranche, porte un réticulé régulier fait de 4 lignes horizontales et de 4 verticales (cassée à l’angle droit). Elle ne semble pas pouvoir se rattacher au groupe des damiers, car il manque l’indication des cases noires. Elle était d’ailleurs accompagnée de tessons préhistoriques à surface rustiquée, datables de l’Âge du Bronze ancien. Nous en faisons cependant état ici car elle était restée inédite (figure 12).

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Localisation des sites d’art rupestre holocène mentionnés dans le texte. (D.A.O. Sabine Nadal, d’après O. Passarrius)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4141/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Figure 2 : Étang du diable, aux sources du Galbe en Capcir (Formiguères). (Cliché Jean Abélanet, 1958)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4141/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Figure 3 : Peyra escrita, masque ou figure humaine shématique de la roche A. (Relevé Jean Abélanet)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4141/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Figure 4 : Vue sur l’embouchure du Rec de les encantades dans l’Estany de Lanòs, avant la mise en eau du barrage. En arrière-plan, le pic du Castell isard (à gauche) et du Carlit (à droite). (Cliché Marcel Martzluff, 1954)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4141/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Figure 5 : Peyra escrita, damier sur plaque de schiste. (Relevé Jean Abélanet, D.A.O. Sabine Nadal)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4141/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Figure 6 : Saint-Ferréol, damier sur plaque de schiste. (Relevé Jean Abélanet, D.A.O. Sabine Nadal)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4141/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Figure 7 : Saint-Marsal, Serrat de les Fonts, deux des trois damiers gravés sur un affleurement schisteux vertical. (Relevé Jean Abélanet, D.A.O. Sabine Nadal)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4141/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Figure 8 : Plaque de schiste gravée prélevée sur le site de La Croeta. (Relevé Jean Abélanet, D.A.O. Sabine Nadal)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4141/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Figure 9 : Gravures linéaires trouvées dans le voisinage des damiers de La Croeta. (Relevé Jean Abélanet, D.A.O. Sabine Nadal)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4141/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Figure 10 : Plaque gravée de Fornols-Haut, à Campôme. (Relevé Jean Abélanet, D.A.O. Sabine Nadal)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4141/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Figure 11 : Plaque de schiste gravée sur les deux faces, montagne du Belloch, Cerdagne. Le lichen est figuré dans un ton plus foncé (fig. du haut). (Relevé Michel Martzluff D.A.O. Sabine Nadal)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4141/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Figure 12 : Plaquette de schiste trouvée en contexte Bronze ancien, grottes de Villefranche. (D’après Maurice Mottes, D.A.O. Sabine Nadal)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4141/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 64k

© Presses universitaires de Perpignan, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search