Version classiqueVersion mobile

Roches ornées, roches dressées

 | 
Michel Martzluff

2 - Aux sources des arts et des mythes

Quelques stations d’art schématique linéaire dans le sud-est de la France

Philippe Hameau

Résumé

À l’est du Rhône, outre les pentes du mont Bego, l’art schématique linéaire est présent sur les parois de plusieurs abris de plein-air ou de cavités plus profondes. Le corpus iconographique reconnu est celui qu’ont publié avant nous André Glory pour l’Ariège et Jean Abélanet pour les Pyrénées-Orientales nonobstant quelques particularismes locaux, morphologiques ou thématiques. On évoque ici, plus particulièrement, la composition des panneaux, l’utilisation de l’espace restreint ou élargi et le mode de réoccupation des sites par la gravure linéaire de parois déjà ornées au Néolithique

Texte intégral

1. Les caractéristiques communes

1L’art schématique linéaire correspond à des figures finement gravées par incision superficielle du support.

2Jean Abélanet note que « plus que la technique utilisée - l’incision à la pointe fine, qui lui a valu le qualificatif de linéaire, n’est pas l’exclusivité de cet art - c’est le style et la thématique surtout qui permettent de le définir » (Abélanet 1986, p. 285). En fait, seule la thématique permet d’identifier l’expression linéaire. Le style est sobre et n’est vraiment perceptible qu’au travers des figures réalistes : personnages et animaux. Or, ce sont les signes qui sont les plus fréquemment gravés.

3C’est un art schématique, c’est-à-dire une expression qui dépasse toute notion réaliste et/ou esthétique et porte sur le contenu de l’œuvre, sur sa charge sémantique, au moyen de signes. Plusieurs principes régissent donc cette expression schématique : signes évoluant selon un processus de schématisation et de simplification, thèmes exprimés par l’association de deux ou plusieurs signes par juxtaposition ou contraction (Hameau 1989, 1997). Certaines figures sont mises en exergue par leur emplacement particulier, leur taille inusitée... La plus ou moins longue ou intense fréquentation d’un même site accentue la difficulté de lecture des œuvres graphiques en vertu de deux principes : la répétition et la superposition des figures. La répétition n’est pas automatiquement une duplication parfaite de la figuration précédente et la superposition ne représente pas obligatoirement une perte de sens de la figuration sous-jacente.

4Dans le sud-est de la France, l’art schématique est représenté par treize sites (fig. 1). On exclut de cet inventaire les gravures linéaires des pentes du mont Bego qui ont fait l’objet de nombreuses études (Conti 1940 ; Isetti 1957/1958 ; Abélanet 1976, 1986). En revanche, les rochers de Creysseilles en Ardèche sont présentés ici : nous en tirons quelques éléments de réflexion.

5La plupart de ces sites occupent les premiers contreforts alpins. À l’exception de la Tune de la Varaime qui se trouve à 1440 m d’altitude, au sud-est du plateau du Vercors, les autres stations occupent généralement des altitudes comprises entre 400 et 800 m. L’absence de sites en milieu montagnard résulte sans doute et surtout d’un manque de prospections. Les sites sont généralement des abris sous-roche, peu profonds. L’art linéaire occupe donc des espaces de plein-air. La grotte Baldouin à Saint-Rémy de Provence est un couloir, mais les gravures sont réalisées sur une dalle du porche. Seules les gravures de la Tune de la Varaime occupent les parois et la voûte de la galerie jusqu’à 60 m de l’entrée. L’art linéaire est donc d’un art pariétal. Les gravures strictement rupestres sont celles du mont Bego et celles de Creysseilles.

6Quelques caractéristiques spatiales réunissent ces différents sites.

7Ils sont orientés au sud, au sens large, entre est-sud-est et ouest-sud-ouest. Cette orientation méridionale est effective même lorsque les figures sont dans l’obscurité comme à la Tune de la Varaime.

8Leurs parois sont systématiquement de teinte orangée à rouge. Cette rubéfaction des supports est généralement due à l’oxydation naturelle de la roche. Elle est cependant un choix des graveurs puisque dans certains sites, seule la zone orangée à rouge est ornée.

9Ils sont localisés en limite des territoires communaux, loin des zones habitées, entre saltus et sylva, là où la toponymie exprime la dualité des forces positives et négatives.

10Un dernier fait a sans doute quelque incidence sur l’ornementation des sites linéaires du sud-est de la France : plus des trois-quarts d’entre eux réoccupent des parois déjà ornées au Néolithique, qu’il s’agisse de peintures ou de gravures comme à Creysseilles. Ils investissent dans tous les cas des zones où l’on connaît déjà des sites ornés antérieurement. En définitive, seuls les abris n° 5 de Solaure et la Tune de la Varaime constituent les uniques stations à gravures linéaires de leur micro-région.

2. Les particularités de certains sites

11Certains sites ne présentent qu’une ornementation linéaire qu’on peut qualifier de discrète. À ce titre, ils n’offrent que de rares éléments de réflexion. Sont évoquées ici, les stations où la gravure linéaire est particulièrement abondante.

2.1. La grotte Baldouin (Saint-Rémy-de-Provence, Bouches-du-Rhône) (fig. 1, n° 6)

12La grotte Baldouin s’ouvre dans l’un des premiers escarpements rocheux des Alpilles. C’est un long couloir en colimaçon, configuré de telle sorte que la lucarne terminale est suspendue, à l’aplomb du porche d’entrée. La grotte a été sépulcrale à la fin du Néolithique. À l’entrée, la dalle qui sert de support aux gravures est rouge et comme vitrifiée. Le panneau gravé réunit 28 figures. Au sommet de la composition, on observe deux personnages, vêtus d’une cape, identifiés par André Glory comme deux télesphores habillés de leur cucullus (Glory 1947, p. 40). Ces deux représentations humaines occupent le sommet de la composition. Aux côtés de chacune d’elles, on a placé une petite silhouette de personnage comme on en connaît à la grotte du Grand-Père à Ussat-les-Bains (Ariège). Il y a donc, par deux fois, la juxtaposition d’un personnage réaliste et d’une silhouette anthropomorphe. Au centre du panneau, on observe deux petits équidés, non accompagnés de personnages, l’un sexué et l’autre pas. En périphérie de la composition sont gravés des pentacles, des zigzags verticaux, des grilles et des lignes sans organisation apparente. La particularité iconographique est ici la présence de petits arbalétiformes très simplifiés seuls ou groupés, presque enchevêtrés, concentrés dans la partie gauche du panneau (Hameau 1995-96).

Figure 1 : Les stations d’art schématique linéaire du sud-est de la France :
1. Tune de la Varaime (Boulc-en-Diois, Drôme)
2. Abri d’Eson (Pont-de-Barret, Drôme)
3. Abri n °5 de Solaure (Montmaur-en-Diois, Drôme)
4. Baume Écrite (Pommerol, Drôme)
5. Grotte du Levant de Leaunier (Malaucene, Vaucluse)
6. Grotte Baldouin (Saint-Rémy de Provence, Bouches-du-Rhône)
7. Abri Β des Eissartènes (Le Val, Var)
8. Abri de la Roquette (Tourves, Var)
9. Baume Saint-Michel (Mazaugues, Var)
10. Bergerie des Maigres (Signes, Var)
11. Abri n° 2 de la Marseillaise (Signes, Var)
12. Abri Donner (Quinson, Alpes-de-Haute Provence)
13. Rochers de Creysseilles (Creysseilles, Ardèche)
14. Vallée des Merveilles (Tende, Alpes-Maritimes)

2.2. La Tune de la Varaime (Boulc-en-Diois, Drôme) (fig. 1, n° 1)

13C’est le site le plus septentrional du groupe dauphino-provençal. Il s’agit d’une galerie pratiquement rectiligne, de 70 m de long, dont le sol est totalement encombré par des blocs d’effondrement. On compte près de 500 gravures schématiques linéaires en deux grandes concentrations séparées par une zone où la voûte s’abaisse et où le sol d’argile est souvent détrempé (Hameau 1992 a). Le support est blanc et de texture crayeuse dans la première partie de la grotte. Au fond de la galerie, il est recouvert d’une pellicule noirâtre issue du brûlage ancien des fumiers animaux. En effet, la grotte a été intensément utilisée comme bergerie entre le Chasséen et la fin de l’Antiquité.

14Les grilles représentent près de 85 % du corpus. Elles peuvent être de petite dimension, d’une dizaine de centimètres de haut, ou bien d’un grand développement. La plus grande mesure 1,65 m de long. On compte aussi de nombreux traits, sans organisation apparente, étalés sur de très longues distances. Il semble qu’on puisse parfois les interpréter comme des dégénérescences de grilles. En tout cas, sur ce site, ils n’oblitèrent pas d’autres figures. Au nombre des signes, on identifie surtout des figures soléiformes, des zigzags verticaux dont quelques-uns sont enfermés dans un cartouche (fig. 2), ce qu’on connaît déjà sur des sites pyrénéens, des groupements de figures arboriformes, etc. On observe un signe spiralé ce qui est rare dans l’art linéaire en général. La Tune de la Varaime compte plusieurs figures animales qu’on ne peut pas toujours identifier : quadrupède ou animal plus énigmatique dont le mufle se termine en une sorte de petite trompe. Le corps de ces animaux est rayé.

15Dans le fond de la galerie, les grilles, les signes soléiformes et les zigzags entourent une composition de deux signes arboriformes de forme différente : à gauche, fait de chevrons emboîtés et à droite, fait d’un axe avec de multiples paires d’appendices (fig. 3). Il peut s’agir d’un couple féminin/masculin sous une version graphique particulièrement schématisée assez proche pourtant du couple gravé sur la roche A de la Peyra Escrita de Formiguères (Pyrénées-Orientales) (Abélanet 1990). Ce thème occupe donc la partie terminale de la grotte, différent d’un autre thème en début de galerie. La première zone gravée débute en effet par une composition particulière : un arboriforme et un hémiarboriforme dont deux appendices sont relevés et se terminent par de grandes mains en forme de râteau (fig. 4). La même première zone gravée se termine par une figuration d’une taille inusitée : un personnage masculin de 33 cm de haut, de face, le bras droit levé, le bras gauche tendu à l’horizontale (fig. 4). Les mains ont une forme triangulaire : elles ont la forme d’une palme. On peut sans doute comparer les petits arboriformes à mains pectinées et ce grand personnage à mains palmées pour identifier dans ce début de la galerie l’expression d’un second thème linéaire, celui de l’homme à la palmette. À la Tune de la Varaime, la thématique est donc double et divisée par l’espace lui-même : le fond et l’entrée de la galerie séparés par un rétrécissement médian.

2.3. La Bergerie des Maigres (Signes, Var) (fig. 1, n° 10)

16C’est un établissement à vocation pastorale, bâti au début du XVIIe siècle, sur le massif d’Agnis qui représente l’extrémité orientale de la Sainte-Baume (Acovitsioti-Hameau 1997). Dans la bergerie elle-même, au-dessus d’un joint de strate, la paroi est couverte de peintures schématiques attribuées au Néolithique moyen et final et de gravures schématiques linéaires : en tout, une quarantaine de figures ou groupes de figures peintes et/ou gravées. Les peintures néolithiques sont soit des personnages de grande taille, aux extrémités des membres très réalistes, avec des doigts bien individualisés, soit des quadrupèdes indifférenciés. Les gravures linéaires adoptent deux stratégies d’emplacement : elles se superposent aux personnages, mais aux personnages seulement, ou bien elles sont en marge du panneau peint, et dans les deux cas, il ne s’agit pas des mêmes signes gravés. Si elles se superposent aux personnages, les gravures sont des signes soléiformes ou des pentacles gravés. Par contre, si elles sont en marge des panneaux, elles reproduisent le même thème, celui d’un personnage monté sur un animal au corps rayé (fig. 5). Les bras du personnage se terminent en palmes. On suppose même que la figure n° 27 est la version simplifiée de cet homme à la palmette : deux bras qui finissent en palmes. On constate donc sur ce site une adéquation entre les thèmes peints et gravés malgré le décalage chronologique qui les sépare. Les graveurs rajoutent aux personnages peints les signes qui accompagnent ordinairement les personnages gravés ou bien répètent, imitent en quelque sorte, un thème qu’ils croient reconnaître dans l’inhabituel réalisme des mains des figures peintes.

Figure 2 : Signes arboriformes et zigzags verticaux dans un cartouche (Tune de la Varaime)

Figure 3 : Expression schématique d’un couple masculin-féminin (Tune de la Varaime)

Figure 4 : L’homme à la palmette (Tune de la Varaime). Personnage aux mains palmées (en haut). Signes arboriformes à mains pectinées (en bas)

2.4. Baume Écrite (Pommerol, Drôme) (fig. 1, n° 4)

17Haut perchée dans la barre sommitale qui couronne la montagne de Romans, accessible par une étroite vire, cette grotte consiste en un large porche poursuivi par deux galeries. Les gravures occupent une zone verticale et plane à l’entrée de la cavité et les parois et la voûte de la galerie occidentale. La seconde galerie n’a pas été ornée (Hameau 1992 b).

18Le premier panneau porte à la fois des peintures rattachables à l’art schématique du Néolithique et des gravures linéaires. Les figures peintes sont des figures en résilles ou des lignes brisées horizontales. Les graveurs ont reproduit plusieurs de ces résilles et ont rajouté la figuration d’un colombidé, sans doute une tourterelle des bois (Streptopelia turtur). Dans la galerie occidentale, ils ont gravé une quinzaine d’autres figures, aujourd’hui masquées par un épais voile de calcite : des grilles et des lignes brisées horizontales ou verticales.

2.5. Les rochers de Creysseilles (Creysseilles et Pranles, Ardèche) (fig. 1, n° 13)

19Les rochers de Creysseilles affleurent sur un plateau gréseux au pied de plusieurs émergences de basalte. On distingue deux groupements de rochers gravés au Néolithique (Hameau et Vaillant 1996). C’est le groupe occidental avec ses 49 rochers à cupules et/ou à signes anthropomorphes qui nous intéresse ici. Le groupe oriental avec ses représentations d’arceaux n’est pas réinvesti par la gravure linéaire.

20Sur des rochers à cupules de Creysseilles occidental on a relevé, par deux fois, à la lumière rasante, la gravure très fine de zigzags. En nettoyant les différents rochers cupulés, on a également trouvé, à proximité, des petits blocs de basalte portant des marelles ou des signes sans organisation apparente. Il y a donc eu apport de ces blocs sur le site et gravure de signes schématiques linéaires. Au centre du groupe occidental, un rocher est creusé d’un grand bassin. Avant nettoyage, le bassin était caché sous un monticule de petits blocs de basalte. En démontant le tas de pierres, on a trouvé à sa base, six petites lauses de basalte placées en étoile sur le sable qui remplissait entièrement le bassin. Or quatre des six lauses étaient gravées de signes rayonnants sur leur face inférieure (fig. 6). Il y a manifestement une réoccupation des lieux anciennement gravés et un lien sémantique qui unit les cupules du schématisme gravé préhistorique et les zigzags et signes soléiformes de l’art linéaire d’époque historique.

2.6. L’abri Β des Eissartènes (Le Val, Var) (fig. 1, n° 7)

21Cet abri est inscrit dans une falaise qui compte déjà un habitat protohistorique à l’ouest (le Couloir des Eissartènes) et un abri orné de peintures néolithiques au centre (abri A des Eissartènes) (Acovitsioti-Hameau 1990). L’abri Β se trouve à l’extrémité orientale de cette barre rocheuse. La strate calcaire qui porte les gravures mesure 0,45 m de haut pour 2,65 m de long. Elle est naturellement divisée en trois plans. Elle est le seul support orangé du lieu (fig. 7).

Figure 5 : L’homme à la palmette (Bergerie des Maigres). Personnage monté sur un animal avec mains palmées et axe horizontal rayé aux deux extrémités palmées

Figure 6 : Moellon de basalte gravé d’un signe soléiforme (Creysseilles)

Figure 7 : Strate rocheuse gravée (Abri Β des Eissartènes)

Figure 8 : Guerrier au bouclier sur sa monture (Abri Β des Eissartènes)

22Au pied de l’abri, un sondage a été réalisé. L’occupation des lieux s’échelonne entre le Bronze final et le Ier siècle av. J.-C. Le site est tour à tour, un lieu sépulcral, une halte de chasse et un lieu de parcage des ovicaprins. À la charnière des IIe et Ier siècles (base de la couche 2), survient un accident. À force de pousser sur l’un des poteaux verticaux qui participent à l’aménagement des lieux, les moutons font s’écrouler la strate rocheuse qui constitue le plafond de l’abri. Treize bêtes ont été écrasées sous les rochers. Les squelettes portent des traces caractéristiques indiquant qu’hommes et charognards ont tenté de récupérer tout la viande encore disponible. Mais surtout, la chute du plafond a libéré la strate rocheuse sur laquelle on observe les gravures. On a donc avec cet événement, une limite chronologique pour les gravures linéaires de ce site. Elles ne peuvent être antérieures au début du Ier siècle av. J.-C. Bien entendu, cela ne signifie pas que l’on date les gravures des Eissartènes du premier siècle avant notre ère.

23Le corpus linéaire est classique avec des signes soléiformes, des zigzags, des grilles et des pentacles, des animaux et des personnages ou signes anthropomorphes. Sur l’espace médian du rocher, on observe des figurations schématisées d’équidés montés par des personnages. Celui de droite est flanqué d’une rosace qu’on identifie comme un bouclier (fig. 8). Le personnage est de ce fait assimilable à un guerrier. À sa gauche, une autre figure est interprétable comme un cheval monté par un personnage brandissant une lance. Les petits arceaux qui recouvrent le corps de l’animal représentent peut-être un caparaçon. Un troisième personnage, toujours très schématique, occupe le haut de l’espace. Il ne monte aucun animal mais est associé à un cercle du même diamètre que le précédent et interprété là encore comme un boucher. Il s’agit donc du thème du guerrier avec ou sans monture qui est un des thèmes de l’art linéaire cerdan (Campmajo 1987).

24Les trois parties naturelles de la state rocheuse semblent utilisées de manière à séparer les grands thèmes. À droite, le centre de la surface est occupé par des signes anthropomorphes masculins et féminins, sans animaux. Au centre, ce sont des guerriers avec ou sans monture. En périphérie de l’ensemble, on a des grilles et des pentacles et, plus près des figurations humaines, des zigzags et des signes soléiformes. Il semble donc qu’une composition existe avec des thèmes centraux, des signes périphériques et des signes d’accompagnements.

3. Quelques enseignements

3.1. L’homme à la palmette et autres thèmes

25Les figures recensées sur les différents sites sont classiques du corpus linéaire. On retrouve même des assemblages ou des formes très particulières déjà observées sur les sites d’autres régions : silhouette anthropomorphe, zigzags inscrits dans un cartouche. En revanche, la thématique connaît quelques singularités. La tourterelle de Baume Écrite est un thème original, inconnu ailleurs. Par contre, les chasses au cerf sont absentes à l’est du Rhône. Le guerrier avec ou sans monture, le couple masculin-féminin, l’homme à la palmette sont aussi des thèmes de l’art linéaire pyrénéen. Seule change ici la version graphique extrêmement schématisée des sujets. Les guerriers ou les couples de l’abri Β des Eissartènes et le couple au fond de la galerie de la Tune de la Varaime sont présentés sous une forme très simplifiée. Le thème dit de « l’homme à la palmette » est connu dans les Pyrénées, mais il s’agit d’un guerrier brandissant une véritable palme végétale à Osséja (Campmajo 1987), d’un personnage masculin surmonté d’une palme arboriforme à Formiguères et de la tête d’un personnage masculin remplie d’une palme à la Petra Scripta de Fontcoberta (Abélanet 1990). Grosso (1971) signale cette association de figures sur les pentes du mont Bego et pense qu’on ne doit pas les identifier comme des personnages coiffés d’un casque à plume. La version graphique présentée à la Tune de la Varaime et à la Bergerie des Maigres est différente puisque la palme brandie par l’homme devient la main de ce dernier. Le personnage lui-même ne compte plus puisqu’aux Maigres, par principe métonymique, un axe horizontal, strié pour signifier sa substance humaine, est terminé par une palme à chaque extrémité. Si ce thème appartient à l’art schématique, il n’est pas exclusif à l’expression linéaire. Il est représenté en plusieurs exemplaires aux Scialet I et II de la Ture (Autrans, Isère) par exemple, où les figures sont schématiques, mais ne s’intègrent pas à l’iconographie linéaire (Hameau et Vaillant 2000). Sur ces sites, les mains des personnages masculins n’ont pas la forme de palmes triangulaires, mais se terminent par des doigts hypertrophiés, plus longs que les bras eux-mêmes. La position des bras est celle qu’on observe pour le grand personnage de la Tune de la Varaime : un bras est levé et l’autre tendu à l’horizontale.

3.2. L’organisation des panneaux

26Les thèmes sont mis en exergue par la place particulière qu’ils occupent sur les supports ou par la taille des figures qui les composent. À la grotte Baldouin, les personnages dominent la composition. À l’abri des Eissartènes, ils occupent le centre du panneau. À la Tune de la Varaime, ils sont d’une taille supérieure aux figures qui les entourent. On peut certes imaginer que les autres signes constituent d’incessants ajouts plus propres à signaler une longue ou intense fréquentation du site qu’un agencement réfléchi des figures les unes par rapport aux autres. L’exemple de l’abri Β des Eissartènes traduit pourtant cette organisation. L’observation minutieuse des figures semble indiquer une même phase graphique : morphologie identique et singulière des zigzags verticaux, même ouverture du compas pour les différents boucliers, même petit crochet de départ pour la réalisation des lignes axiales verticales (Acovitsioti-Hameau 1990). En conséquence, la position des signes appariés aux figures humaines et celle des signes périphériques à la composition générale représentent un choix que l’on retrouve sur d’autres sites même si des ajouts successifs tendent à brouiller la lecture de ces panneaux.

27Les panneaux gravés de la grotte Baldouin et de l’abri Β des Eissartènes sont des surfaces restreintes tandis que les parois de la Tune de la Varaime offrent une large surface aux graveurs. Il a donc fallu rassembler la thématique dans le premier cas tandis qu’on a pu dissocier les thèmes dans le second. La strate rocheuse de l’abri Β constitue en quelque sorte un compromis entre les espaces, restreint et élargi, puisque sa division naturelle en trois plans a été exploitée pour distinguer les deux thèmes. À la Tune de la Varaime, c’est la configuration de la galerie elle-même qui a assuré cette dichotomie.

28L’existence de signes d’accompagnement et de signes périphériques est également discernable dans le réinvestissement de la paroi ornée à la Bergerie des Maigres. Les graveurs ont sans doute ressenti les grands personnages peints comme l’expression du thème de l’homme à la palmette en raison du traitement des extrémités des membres et du geste ample de la main. Ils ont donc utilisé les figures existantes ou bien ont reproduit celles-ci mais selon un principe d’imitation, c’est-à-dire de réplique imparfaite, en ajoutant des éléments proprement identitaires : incision fine, corps rayés, paumes devenues palmes... La ré-appropriation de la paroi s’est donc effectuée selon deux modes : utilisation de la zone déjà occupée par la peinture préhistorique et élargissement de cette zone par la duplication des mêmes thèmes.

29À Creysseilles, la nouvelle utilisation du site répond à quelques règles : exclusion des rochers ornés de signes en arceau, ajout de nouveaux signes incisés, soit par juxtaposition sur le même support, soit par apport de petits blocs. La distinction entre les deux expressions artistiques est assurée par l’usage de techniques et/ou de supports lithiques différents. Ce sont encore les signes d’accompagnement ou périphériques (zigzags, signes soléiformes, grilles, marelles, traits non organisés) qui sont reproduits à l’exclusion des personnages et des animaux.

3.3. Convergence d’intérêts, coïncidence de lieux

30Les modalités de l’agencement des figures sur un support plus ou moins étendu ou celles de la réutilisation d’un support déjà orné induisent une expression schématique obéissant à des règles précises. À la différence d’une étude typo-morphologique qui souligne l’extrême foisonnement des versions graphiques, l’analyse structuraliste démontre la cohérence de l’art linéaire en reliant les trois données que sont le site, le support et le signe : loi des trois « s ». Malheureusement, les arguments chronologiques font défaut, et les motivations des graveurs nous échappent. L’art schématique linéaire représente certainement une iconographie en marge de la « pensée officielle » d’où une thématique particulière exprimée dans des lieux retirés. André Glory signale que le nom de la grotte Baldouin est une contraction de Baume des Nuits qu’il relie à des cérémonies nocturnes (Glory 1947). Baume Écrite est aussi nommée Grotte des Sarrasins à cause de ses signes qu’on attribue à une écriture inconnue localement et qui ne peut qu’être celle des Maures dans l’esprit des habitants (Isnard cité par Lacroix 1876). La singularité des signes et des lieux participe donc à l’élaboration d’une toponymie particulière qui n’est qu’un moyen supplémentaire pour l’homme de se concilier l’espace.

31Les sites d’art schématique linéaire sont certes implantés aux confins des territoires gérés par l’homme, mais ils ne sont pas systématiquement présents dans toutes les zones de marge. Ils sont souvent associés à des toponymes signalant l’existence de forces occultes, maléfiques ou bénéfiques, mais tous les espaces marginaux sont assortis des mêmes référents, qu’il s’agisse d’ailleurs des limites communales ou de l’interface de deux zones opposées : un adret et un ubac, les deux versants d’un même vallon. Si l’on a signalé la relégation des troupeaux malades dans des zones connues pour leurs gravures linéaires (val d’Enfer sous le mont Bego ou près de l’étang du Diable à Formiguères), cette quarantaine ovine et/ou caprine est une pratique beaucoup plus largement répandue et systématiquement localisée aux confins des communes. Aux lépreux et aux pestiférés, aux hommes donc, étaient d’ailleurs assignées les mêmes zones. L’art linéaire est assurément marginal, aussi bien dans l’espace que dans le temps puisqu’il semble qu’il soit essentiellement présent hors des zones fréquentées au quotidien. Cependant, il semble aussi qu’il ne témoigne que d’une des multiples utilisations de cet espace éloigné. L’existence ou l’absence d’une relation entre ces diverses pratiques restent à démontrer pour mieux appréhender la signification et les motivations de l’expression linéaire.

Bibliographie

Abélanet 1976 : ABÉLANET (J.) - Essai de datation de l’art schématique linéaire méditerranéen. In : Les gravures protohistoriques dans les Alpes (dir. Ε. Anati), IXe Congrès U.I.S.P.P., Nice, 1976, p. 69-73.

Abélanet 1986 : ABÉLANET (J.) - Signes sans paroles. Cent siècles d’art rupestre en Europe occidentale. Coll. La Mémoire du Temps, Hachette, 1986, 345 p., 74 fig.

Abélanet 1990 : ABÉLANET (J.) - Les roches gravées nord catalanes. Cahier n° 5 du Centre d’Études Préhistoriques Catalanes, Terra Nostra, Prada, 1990, 209 p.

Acovitsioti-Hameau, Hameau 1990 : ACOVITSIOTI-HAMEAU (A.) et HAMEAU (Ph.) (avec la collaboration de BONTEMPS A., Olive C. et VEYSSIERE F.) - L’abri Β des Eissartènes (Le Val, Var) : occupation et gravures post-glaciaires du site. Documents d’Archéologie Méridionale, n° 13, 1990, p. 185-205.

Acovitsioti-Hameau et alii 1997 : ACOVITSIOTI- HAMEAU (Α.), BIANCOTTI (R.), CHOPIN (C.), HAMEAU (Ph.) et REYNAUD (Ch.) - Deux abris ornés et à vocation pastorale dans le massif d’Agnis (commune de Signes, Var). Bulletin Archéologique de Provence, n° 26, 1997, p. 7-32.

Campmajo 1987 : CAMPMAJO (P.) - Éléments pour une approche chronologique des gravures rupestres linéaires de Cerdagne. Études Roussillonnaises offertes à Pierre Ponsich, Le Publicateur, 1987, p. 69-82.

Conti 1940 : CONTI (C.) - Scoperta della piu antica fase delle incisioni rupestri di Monte Bego (Alpi Maritime). Bulletino di Paletnologia Italiana, nuova serie, anno IV, 1940, p. 1-28.

Glory 1947 : GLORY (Α.) - Gravures rupestres schématiques dans l’Ariège. Gallia, V, fascicule 1, 1947, p. 1-45.

Grosso 1971 : GROSSO (R.) - Sur quelques problèmes posés par l’art schématique de technique linéaire du mont Bego. Bulletin d’Études préhistoriques alpines, III, 1971, p. 185-199.

Hameau 1989 : HAMEAU (Ph.) - Les peintures postglaciaires en Provence (Inventaire, étude chronologique, stylistique et iconographique). Documents d’Archéologie Française, n° 22, Éd. Maison des Sciences de l’Homme, 1989, 124 p.

Hameau 1992 : HAMEAU (Ph.) - L’art schématique linéaire du sud-est de la France : la Tune de la Varaime (Boulc-en-Diois, Drôme). Bulletin de la Société Préhistorique Française, 89, n° 8, 1992, p. 247-255.

Hameau 1992 : HAMEAU (Ph.) - Trois nouveaux jalons de l’art post-glaciaire entre Provence et Dauphiné. Bulletin de la Société Préhistorique Française, 89, n° 5, 1992, p. 137-157.

Hameau 1995-1996 : HAMEAU (Ph.) - L’organisation des panneaux gravés dans l’art schématique linéaire : l’exemple de la grotte Baldouin (Saint-Rémy-de-Provence, Bouches-du-Rhône). Bulletin du Musée d’Anthropologie Préhistorique de Monaco, n° 38, 1995-1996, p. 41-48.

Hameau, Vaillant 1996 : HAMEAU (Ph.), VAILLANT (D.) - Le double sanctuaire rupestre de Creysseilles (Creysseilles et Pranles, Ardèche). Archéologique en Languedoc, n° 20, 2, 1996, p. 27-57.

Hameau 1997 : HAMEAU (Ph.) - Les peintures schématiques postglaciaires du sud-est de la France : fréquentation et utilisation des abris. L’Anthropologie (Paris), 101, n° 1, 1997, p. 185-196.

Hameau, Vaillant 2000 : HAMEAU (Ph.), VAILLANT (D.) - Témoignages d’art schématique d’époque moderne à l’extrémité septentrionale du Vercors. Préhistoire Ariégeoise, LV, 2000.

Isetti 1957 : ISETTI (G.) - Le incisioni di Monte Bego a tecnica lineare. Revue d’Études Ligures, XXXIII, n° 3-4, 1957, p. 163-196.

Isetti 1958 : ISETTI (G.) - Nuove ricerche sulle incisioni lineari di Monte Bego. Revue d’Études Ligures, XXIV, n° 3-4, 1958, p. 207-227.

Lacroix 1876 : LACROIX (A.) - La caverne écrite de Pommerol. Bulletin de la Société Archéologique de la Drôme, 10, 1876, p. 439-442.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Les stations d’art schématique linéaire du sud-est de la France :1. Tune de la Varaime (Boulc-en-Diois, Drôme)2. Abri d’Eson (Pont-de-Barret, Drôme)3. Abri n °5 de Solaure (Montmaur-en-Diois, Drôme)4. Baume Écrite (Pommerol, Drôme)5. Grotte du Levant de Leaunier (Malaucene, Vaucluse)6. Grotte Baldouin (Saint-Rémy de Provence, Bouches-du-Rhône)7. Abri Β des Eissartènes (Le Val, Var)8. Abri de la Roquette (Tourves, Var)9. Baume Saint-Michel (Mazaugues, Var)10. Bergerie des Maigres (Signes, Var)11. Abri n° 2 de la Marseillaise (Signes, Var)12. Abri Donner (Quinson, Alpes-de-Haute Provence)13. Rochers de Creysseilles (Creysseilles, Ardèche)14. Vallée des Merveilles (Tende, Alpes-Maritimes)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4139/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Figure 2 : Signes arboriformes et zigzags verticaux dans un cartouche (Tune de la Varaime)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4139/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Figure 3 : Expression schématique d’un couple masculin-féminin (Tune de la Varaime)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4139/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Figure 4 : L’homme à la palmette (Tune de la Varaime). Personnage aux mains palmées (en haut). Signes arboriformes à mains pectinées (en bas)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4139/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Figure 5 : L’homme à la palmette (Bergerie des Maigres). Personnage monté sur un animal avec mains palmées et axe horizontal rayé aux deux extrémités palmées
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4139/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Figure 6 : Moellon de basalte gravé d’un signe soléiforme (Creysseilles)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4139/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Figure 7 : Strate rocheuse gravée (Abri Β des Eissartènes)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4139/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Figure 8 : Guerrier au bouclier sur sa monture (Abri Β des Eissartènes)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4139/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 44k

© Presses universitaires de Perpignan, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search