Version classiqueVersion mobile

Roches ornées, roches dressées

 | 
Michel Martzluff

2 - Aux sources des arts et des mythes

Sur les pas de Jean Abélanet à la grotte du Serrat Nalt et à la Cauna de Périllos (P.-O) : identification de nouveaux indices paléospéléologiques en Languedoc-Roussillon

Philippe Galant

Résumé

Dans le paysage, les marques imprimées par l’homme tout au long de son histoire, qu’elles soient involontaires ou liées aux activités quotidiennes, volontaires par l’expression artistique, sont souvent effacées, du moins pour les plus anciennes. Au sein du milieu souterrain, ces signes se retrouvent cependant dans des états de conservation parfois exceptionnels. Mais toutes les grottes ne constituent pas des sanctuaires de l’Art paléolithique ou des milieux archéologiques clos, ajoutant aux œuvres un aspect patrimonial unique. Au quotidien, l’exploration du milieu souterrain nous informe que beaucoup de cavités naturelles recèlent des traces bien plus fugaces, trop vite archivées sans suite, car difficilement rattachables aux contextes chronoculturels et fonctionnels de l’archéologie classique

Texte intégral

Introduction

  • 1 Nous renvoyons bien évidemment le lecteur vers ces deux magistrales études publiées par Jean Abélan (...)

1Au cours de ses travaux, Jean Abélanet s’est attaché à décrypter les « signes sans paroles ». Pour cette recherche, principalement axée sur « les roches gravées nord catalanes »1 il n’a pas hésité à investir le domaine souterrain. Il a scrupuleusement noté ces témoignages, difficilement détectables et que certains connaissaient, mais n’osaient aborder. La difficulté de la tâche est réelle car la plupart des référentiels sont absents. Dans cette démarche, il faut décrire, classer, imaginer, interpréter et souvent affronter la critique et le scepticisme d’une discipline à l’organisation pré-établie. Ouvrant ces barrières, Jean Abélanet a été de ceux qui ont éveillé l’intérêt pour ces témoignages de gestes séculaires oubliés.

2Loin d’avoir des solutions définitives pour interpréter ces traces anthropiques en milieu troglodyte, nous allons aborder cette thématique à partir d’une nouvelle lecture de deux cavités des Corbières déjà étudiées par Jean Abélanet. C’est également une occasion qui nous est offerte de poser la problématique de ces indices paléospéléologiques en les replaçant dans un contexte régional plus large.

1. Périllos, un pôle entre Histoire et abandon

3La dépression du plateau calcaire de Périllos, proche du poljé d’Opoul, se présente comme un véritable bassin suspendu, bloqué entre la rigueur du piémont des Corbières maritimes et la calme étendue de la plaine littorale. Elle offre aux regards curieux un environnement très karstifié. De nombreuses cavités naturelles se développent dans ce paysage, mais la majeure partie d’entre-elles présentent une tendance très verticale. En fait, deux cavités majeures constituent de véritables grottes facilement accessibles, celles du Serrat Nalt et de la Cauna de Périllos.

Figure 1 : Relevé topographique (coupe développée et plan) de la grotte du Serrat Nalt (Opoul-Périllos, 66), avec indication de la localisation des tracés charbonneux

4Le paysage offre aujourd’hui un aspect désertique auquel il ne faut pas se laisser prendre. Les traces anciennes d’anthropisation y sont peu nombreuses mais attestées sur plusieurs millénaires. L’aspect environnemental actuel résulte en fait d’un abandon lié à de cruelles viscicitudes qui succèdent à plusieurs siècles d’une intense exploitation du milieu. Les vestiges d’architectures vernaculaires qui le parsèment traduisent bien ce phénomène. L’érosion des sols argumente également en ce sens.

  • 2 Le terme géographie est employé ici dans son sens le plus large. Avec la nature des paysages, c’est (...)

5L’aridité actuelle de cet environnement se retrouve tout au long de son histoire. Mais le cas de Périllos n’est pas isolé au sein de notre région. De nombreuses zones lui sont assez proches, témoignant par leur paysage de la mutation certaine d’une société. Il est intéressant à noter que les sites manifestant de la même ambiance culturelle que nous aborderons dans cette contribution se trouvent dans le même contexte géographique2 que les cavités de Périllos. Hasard ou contingence historiques ? Nous laisserons au lecteur la liberté du choix.

2. Les traces charbonneuses pariétales en milieu souterrain

2.1. La grotte du Serrat Nalt

  • 3 Catalan : scie, échine rocheuse ; serrat nalt vient peut-être de serrat de dalt ou d’en alt (rocher (...)

6Cette cavité s’ouvre sur le flanc nord d’un Serrat d’où elle tient son nom3. Son entrée est constituée par une première salle qui, par sa morphologie mais également grâce aux indices archéologiques que l’on y a trouvé, paraît être connue de tous temps. Elle offre un puissant comblement qui traduit semble-t-il plusieurs millénaires d’évolution géologique et d’occupations humaines. Ces remplissages ont obturé la suite d’un réseau potentiel. Les membres de l’Entente Spéléologique du Roussillon (E.S.R.) ne s’y trompèrent pas, lorsque le 18 septembre 1977, ils forcèrent le passage à l’extrémité aval de la première salle (Codina 1977). Cette désobstruction leur livra accès à un petit réseau fermé depuis plus de 4000 ans (fig. 1). Deux galeries partaient d’une salle principale, la deuxième de la cavité. La première branche, située sur la gauche, d’un abord étroit et chaotique, se termine au bout d’une cinquantaine de mètres sur un pincement de la roche. La deuxième, aux proportions beaucoup plus importantes, est située dans le prolongement de la salle d’entrée. Elle offre une galerie d’environ 25 mètres de long, de 3 à 6 mètres de large, qui présente de nombreux comblements. Ceux-ci sont localement soutirés par l’évolution géologique normale de ce réseau fossile. On peut résumer le remplissage de cette galerie par un puissant comblement argileux sur lequel se sont développées des formations carbonatées massives, de type coulées et planchers stalagmitiques. La voûte et les parois sont également recouvertes de concrétions, stalactites et draperies. L’irrégularité des sols et des hauteurs de voûte, la nature et l’état résiduel des comblements, la variation de la morphologie des creusements, donnent un aspect très irrégulier et complexe à cette galerie. Seule la salle se trouvant à l’entrée du réseau (seconde salle de la grotte) présente des proportions assez vastes permettant une circulation aisée.

  • 4 Cette notion de profondeur du karst a été individualisée par François Rouzaud dans sa définition de (...)

7Au cours de leur première exploration, les spéléologues trouvèrent différents vestiges archéologiques, uniquement répartis dans la salle et la grande galerie axiale. Lors de son étude, Jean Abélanet y caractérisa des restes osseux humains, des vestiges de charbons de bois, des traces de foyers, des fragments de céramique ainsi que des traces charbonneuses localement réparties sur les parois à partir de la deuxième salle de la grotte. Cet ensemble de vestiges a été attribué par Jean Abélanet à la Préhistoire récente et plus particulièrement au Chalcolithique d’après les vestiges céramiques. On se trouvait donc dans un contexte sépulcral, avec dépôt dans une partie profonde du karst4.

  • 5 Nous tenons à remercier Michel Martzluff qui nous a indiqué ce gisement ainsi que celui de la Caune (...)

8Parmi ces indices, nous allons porter ici une attention particulière aux traces rencontrées sur les parois du réseau désobturé. Bien qu’elles aient déjà fait l’objet d’une étude assez détaillée (Abélanet 1978), nous avons repris leur description au cours de nos visites et travaux récents sur le site5.

  • 6 La nature des découvertes et les descriptions relatées sur le contexte argumentent en ce sens. Nous (...)

9Il s’agit de traces qui résultent de l’utilisation de dispositifs d’éclairage qui ont servi à se déplacer dans la cavité. Elles sont principalement marquées sur les parois, excepté dans la salle d’entrée du réseau (seconde salle) où une série de traces est réalisée sur un bloc rocheux anciennement tombé de la voûte. La cavité constituant d’un point de vue archéologique un milieu clos6, nous pouvons attribuer ces vestiges à la fin du Néolithique.

10Nous trouvons tout au long de la branche principale de la cavité, jusqu’à son terme, plus d’une dizaine de points qui matérialisent ces traces ; nous les avons rassemblés en 8 panneaux. Dans la majeure partie des cas, il s’agit de tracés linéaires réalisés directement par le frottement d’un brandon sur la paroi. Seul, le deuxième panneau, qui se caractérise par une tâche noire sub-circulaire dont la base est évasée en « V » et le sommet diffusé en corolle, diffère totalement. Cet indice est très caractéristique d’un dépôt fumigé qui résulte d’un éclairage de type torche posé de manière stationnaire (fig. 2). Ceci est d’autant plus probable, qu’à la base de cette trace, on trouve un accident de la paroi qui aurait pu servir à bloquer le dispositif d’éclairage.

  • 7 La description systématique de ces traces ne ferait qu’alourdir ce texte. C’est pour cette raison q (...)

11Le reste des tracés constitue un ensemble que l’on peut qualifier d’homogène dans la mesure où il s’agit de traces linéaires, réalisées en des points localisés. Elles peuvent être rectilignes et former des dispositifs géométriques, ou bien courbes et souvent associées à des lignes particulières du support, surtout lorsqu’elles se trouvent sur des concrétions7. Elles utilisent des aplats rocheux ou localement des extrémités de concrétions. On a donc la sensation d’une sélection volontaire des supports auxquels semblent associés les tracés.

12L’ensemble des traces présente un aspect non figuratif, dans le sens où l’on ne retrouve pas de symbole franc et connu. On peut néanmoins tenter de trouver des interprétations stylistiques qui, au risque d’être complexes et incomplètes, n’engagent que l’expérience de leur auteur. Pour ces raisons, nous préférons nous limiter à la simple vision du phénomène, gardant à l’esprit que l’homme a, dans son histoire, toujours su figurer le concret lorsqu’il l’a souhaité.

Figure 2 : Photographie de la trace charbonneuse, située dans la deuxième salle de la grotte, diffusée en corolle qui correspond certainement à la marque laissée par la fumée d’une torche bloquée dans la faille du rocher

Figure 3 a et b : Exemples de tracés charbonneux réalisés sur les parois de la cavité. La multiplication des traces, souvent parallèles, indique la réalisation à partir d’une torche à plusieurs brins

  • 8 Nous pouvons admettre que la totalité des vestiges pariétaux initiaux est conservée. En effet, au c (...)

13Parmi la globalité des traces visibles8, nous pourrions définir deux ensembles. Le premier est constitué par les tracés courts, linéaires et dont souvent les indices sont plus ou moins parallèles. Même si ce n’est pas toujours le cas, ils indiquent l’uniformité d’un mouvement qui traduit un frottement unilatéral contre la paroi. Le deuxième groupe est constitué par des ensembles de tracés souvent curvilignes qui suivent parfois les lignes et courbures du support. Dans plusieurs cas, il s’agit de formations carbonatées. Il semble que l’on ait donc là une recherche volontaire dans le tracé vis-à-vis du support.

14En résumé, nous avons donc des traces de torches matérialisées sur les parois. Parmi celles-ci, on peut isoler le geste technique, simple mouchage ou frottis, du tracé volontaire. Dans le cas des simples mouchages, nous retrouvons au sol les fragments de charbons de bois qui résultent du geste.

15Nous venons donc de voir que les traces charbonneuses retrouvées sur les parois de la grotte du Serrat Nalt sont dues à l’utilisation de torches d’éclairage dans un contexte funéraire. Si une partie des traces résulte de l’utilisation des dispositifs lumineux, ces derniers semblent également avoir été utilisés pour matérialiser un fait. Ce geste ne semble pas pouvoir être précisé dans l’état actuel de nos connaissances. Néanmoins, ces indices ne sont pas isolés si on les ramène à l’échelle régionale.

16En effet, les traces de torche sur les parois sont régulièrement mentionnées dans les découvertes de sites archéologiques en milieu souterrain. Néanmoins nous n’avons aucun exemple d’approche globale des phénomènes. Pour ce qui concerne la fin du Néolithique, nous avons pu relever parmi plusieurs exemples récents ceux qui nous paraissent les plus représentatifs.

2.2. Quelques points de référence sur ce type de traces charbonneuses en Languedoc

2.2.1. La grotte n° 2 de la Verrières (Trèves, Gard)

17Elle a été découverte par les membres du Groupe d’Études et de Recherches Spéléologiques et Archéologiques de Montpellier (GERSAM) dans les années 1990. La désobstruction d’un puissant éboulis colmatant le fond d’une grande salle ouverte au jour, a permis aux spéléologues l’exploration d’un système de diaclases étroites et descendantes qui conduisaient à une salle située en fait directement sous la salle d’entrée. Le passage initial entre les salles était invisible depuis l’extérieur du fait de son comblement par l’éboulis. La particularité de la partie nouvellement découverte réside dans le fait qu’elle renfermait un dépôt sépulcral collectif de la fin du Néolithique. Mais le point le plus intéressant pour les propos de cette note réside dans la présence de traces charbonneuses localisées sur la voûte de la galerie. L’étude détaillée du contexte du gisement nous montre que le dépôt funéraire se trouve dans la partie la plus vaste de la salle. Pour y accéder depuis la salle supérieure, il fallait suivre un cheminement sur l’éboulis, le long de la voûte descendante. Nous avons également montré que le long de cet accès, l’éboulis avait été aménagé par déblaiement du sol et que les rejets de blocs étaient latéralisés de part et d’autre du passage, mettant en évidence un véritable axe préférentiel de circulation (inédit). Cet aménagement a eu pour conséquence de faciliter la progression des utilisateurs de la sépulture sur deux points, en éliminant l’instabilité de l’éboulis et en augmentant la hauteur au niveau du cheminement. Ce qui nous intéresse plus particulièrement ici réside dans la présence de plusieurs tracés noirs qui présentent de courtes lignes sub-parallèles, résultant du frottement de brandons de torches contre la voûte. L’observation détaillée de ces indices permet de conclure à des impacts de torches au cours de la circulation vers la sépulture. On peut donc présumer que les traces laissées par les torches sont « accidentelles ». De par leur morphologie, elles sont très proches du premier groupe identifié dans la grotte du Serrat Nalt.

2.2.2. La grotte du Bertas (Cazilhac, Hérault)

  • 9 Nous tenons à remercier ici Didier Lobel (spéléologue individuel) qui nous a signalé les traces cha (...)

18Un deuxième parallèle pourrait être établi avec la découverte récente de cette cavité par les spéléologues du Club Loisirs de Plein-Air (CLPA)9. Elle nous a permis d’identifier un contexte totalement différent. Nous sommes dans le cas d’une cavité dont la fréquentation a été motivée par une recherche d’eau à la fin du Néolithique. Autour d’indices céramiques, nous avons pu découvrir un aménagement de gours et des traces liées à l’utilisation du site : raclages digités sur des sols argileux et traces charbonneuses sur les parois. Bien que le contexte fonctionnel soit très différent de celui du Serrat Nalt, les traces sur les parois incitent à une comparaison. Elles sont réparties sur une vingtaine de panneaux identifiés représentant des ensembles non figuratifs. Il s’agit en fait de groupes de traces linéaires et ponctuelles, correspondants à des coups de brandons le long des parois de la galerie (fig. 4). La hauteur des réalisations par rapport au sol est dans une fourchette qui se situe entre 0,9 m pour les plus basses à 2,7 m pour les plus hautes. Les traces laissées correspondent pour les impacts de face à des ensembles de 5 à 10 points que l’on peut interpréter comme des écrasements de face de la torche, perpendiculairement à la paroi. Mais l’essentiel correspond à des traces allongées, généralement courtes, dont la majorité montre des groupes d’indices sub-parallèles. Ces derniers correspondent quant à eux à des frottis unilatéraux le long des parois. Enfin, un troisième ensemble montre des traces complexes, dans la mesure où elles ne correspondent pas à un geste technique de gestion de l’éclairage. Ce dernier type est à rapprocher du geste « gratuit », réalisé probablement dans une situation d’attente. Ce type de comportement tout à fait naturel a déjà été mis en évidence pour les modelages d’argile découverts dans l’aven de la Rouvière (Rogues, Gard) (inédit).

Figure 4 : Tracés charbonneux sur une paroi de la grotte du Bertas (Cazihac, 34), caractéristiques d’un frottis de torche

2.2.3. La grotte d’Aldène (Cesseras, Hérault)

19Nous terminerons cette comparaison par un troisième exemple représentatif. Il s’agit de l’ensemble des frottis de torches récemment étudiés dans la grotte d’Aldène (Cesseras, Hérault). La reprise récente de l’étude de ce gisement a été impulsée par Paul Ambert (Centre d’Anthropologie, UMR C.N.R.S. 8535) qui a réuni une équipe pluridisciplinaire autour d’un projet visant à préciser les âges des principales incursions humaines identifiés dans cet important réseau souterrain des gorges de la Cesse. Parmi ces traces, la « galerie des pas » renferme, outre une piste de pas humains, de nombreuses traces de torches le long des parois. Ces vestiges ont pu être datés du Mésolithique (Ambert et alii 2000 et 2001). L’inventaire systématique nous a permis de retrouver environ 80 points liés aux témoins d’éclairage de cette exploration souterraine mésolithique. Parmi ceux-ci, environ 70 correspondent à des frottis de torches sur les parois. Ici aussi, nous avons pu identifier deux types de traces. Le premier traduit un impact de face de la torche contre la paroi qui s’exprime par un groupe sub-circulaire de petits points correspondant aux extrémités distales des brandons. Le second, plus classique, traduit un frottement unilatéral de la torche, qui se matérialise par des traînées plus ou moins allongées de traces subparallèles. Dans tous les cas, ces traces correspondent toujours à des gestes techniques liés à la gestion du dispositif d’éclairage. Néanmoins, l’étude en cours tendrait à démontrer que, si le type de trace est bien technique, la position de certaines d’entre-elles n’est pas logique. En effet, certains points d’impacts se trouvent en dehors de toute logique de progression normale. On pourrait ici les interpréter comme points de balisage de certains passages au cours de l’exploration du réseau.

2.3. Bilan sur les traces charbonneuses

20Comme nous venons de le voir, les traces charbonneuses trouvées contre les parois de la grotte du Serrat Nalt ne sont pas un phénomène isolé pour la fin de la Préhistoire. Les quelques exemples comparatifs ont été retenus pour leurs caractères représentatifs parmi un nombre plus important de sites similaires. On s’aperçoit que l’enregistrement systématique de ces indices en prenant en compte des contextes chronologiques, fonctionnels, topographiques et géomorphologiques des réseaux étudiés, nous permet d’avancer dans l’interprétation de ces gestes. Dans le cas plus particulier de la grotte du Serrat Nalt, nous pouvons donc conclure que, si une partie des traces est purement liée à la gestion des dispositifs d’éclairage, il est indéniable qu’un deuxième groupe est à rapprocher au contexte sépulcral du site. Néanmoins, ces gestes ne sont pas systématiques et seule la multiplication des observations pourra peut-être nous permettre dans l’avenir de mieux cerner ce phénomène de comportement.

3. Les cruciformes gravés en milieu troglodyte

3.1. La Cauna de Périllos

21Cette cavité s’ouvre sur la bordure nord-ouest du bassin de Périllos, dans le contrefort du massif des Tres Quillous. Elle est située dans une lande anciennement anthropisée comme nous l’indiquent les nombreux vestiges d’architecture vernaculaire qui ont complètement modifiés l’aspect du paysage (terrasses, bâtiments agricoles).

22La grotte est constituée par une vaste salle d’environ une trentaine de mètres de diamètre pour plus d’une dizaine de haut. Elle est actuellement accessible par un « proto-couloir » constitué en fait par une ouverture latérale de la salle résultant de l’érosion du versant. Ce passage plonge vers le centre de la salle le long d’un cône détritique issu de l’extérieur. Plusieurs blocs, également pris dans ce comblement, proviennent d’effondrements ponctuels de la voûte. Une ouverture au plafond forme un puits qui s’ouvre actuellement vers l’extérieur et qui témoigne de l’axe vertical de la cavité initiale. Si l’on en juge par les proportions générales des creusements, ainsi que par la nature des massifs concrétionnés qui s’y développent, cette salle appartenait à un réseau hydrogéologique plus important et fortement compromis par l’érosion. Actuellement, la faible épaisseur de la voûte, la détente structurale provoquée par les deux ouvertures et la modification du régime climatique de la grotte, constituent autant de faits qui entraînent une forte érosion, matérialisée par la chute des blocs. Ce fait se développe principalement le long de la faille qui recoupe la cavité dans un axe sud-ouest/nord-est et dont le clivage est bien visible de part et d’autre de la formation. La conservation du site semble donc compromise à moyen terme. On remarque également que des modifications locales de la structure du remplissage (principalement par tassement) entraînent une fissuration des massifs concrétionnés.

23On note au sol, dans l’éboulis, quelques traces d’aménagements, certainement liés à l’utilisation du site au cours de l’Histoire récente. Mais ce gisement est également connu des préhistoriens. Jean Guilaine et Jean Vaquer, alors à la recherche de sites en grotte stratifiés, l’explorèrent en 1970. Devant la nature vierge des remplissages directement observables en surface, ils n’ont pas poursuivi leurs investigations. Néanmoins, ils noteront de nombreuses gravures de signes cruciformes sur les parois de la cavité qu’ils signaleront à Jean Abélanet. Ce dernier relèvera le plus grand nombre de ces figurations qui furent publiées (Abélanet et alii 1988) et se sont insérées en bonne place dans le cadre de ses recherches sur l’art rupestre holocène (Abélanet 1986 et 1990).

24Les œuvres concernent plusieurs symboles géométriques gravés, principalement cruciformes, mais également anthropomorphiques ou autres. Cet ensemble ne s’organise pas de manière cohérente. Les gravures sont en effet localisées sur les parties concrétionnées de la cavité, seuls supports qui puissent être gravés, comparé au calcaire urgonien qui constitue ici le substrat géologique et qui présente une structure dure et compacte.

25L’ensemble orné se compose au total de 82 signes divers qui sont répartis en 18 panneaux (fig. 5). Au cours de notre étude du site, nous avons trouvé 2 autres croix non mentionnées dans les travaux antérieurs. On note des différences très nettes entre les figurations. Ce fait ne semble pas traduire un phénomène de conservation différentielle ou d’ancienneté entre les figurations. Il résulte principalement du support. En effet, on va trouver dans cette cavité deux types de calcite qui au premier abord se distinguent par la grosseur des cristaux, ce qui traduit une composition géochimique différente de la minéralisation. Ce fait induit surtout une différence dans la qualité des œuvres, surtout au niveau des panneaux 10 à 14.

26Pour ce qui concerne la description des différentes gravures, nous renverrons le lecteur intéressé aux travaux de Jean Abélanet (Abélanet et alii 1988 et Abélanet 1990), ceux-ci étant parfaitement détaillés. Nous préciserons simplement les deux croix simples découvertes depuis, la première étant située au-dessus du panneau 2 et la deuxième sur une concrétion sise à droite du panneau 1.

27La croix latine, à branches inégales, paraît être le symbole le plus souvent représenté dans la cavité (56 exemples). Des cupules simples y sont parfois associées. On trouve également les signes en « Phi », croix associée à un demi-cercle disposé sur - ou sous - la branche horizontale. Les signes complexes résultent de la mise en situation de croix, soit par superposition, soit en utilisant des symboles pour les mettre en valeur comme des rectangles. Enfin, les figurations anthropomorphiques sont plus rares et peut-être marginales au sein de cet ensemble.

Figure 5 : Cauna de Périllos. Exemples de motifs cruciformes (d’après Abélanet, 1990)

28Les œuvres de la Caune de Périllos constituent un registre fortement orienté vers l’expression de croix. L’irrégularité de certaines de ces figurations peut être due à la qualité du support ou encore à celle des techniques utilisées pour la réalisation. Ces dernières traduisent probablement une réalisation arbitraire, plus motivée par la volonté d’exprimer une croyance que par le souci de réaliser un sanctuaire organisé avec un souci d’esthétique. Difficile donc de parler dans ce cas d’expression artistique. Il semblerait que l’on ait une accumulation de symboles, dans un lieu qui pourrait présenter un caractère votif. Compte tenu du contexte historique et social local, cet ensemble paraît directement lié à l’expression de croyances directement associées à la grotte.

3.2. Autres sites languedociens de référence10

  • 10 Il existe, à peu de distance des cavités de Périllos, au flanc des gorges creusées dans le massif c (...)

29Nous avons eu l’opportunité de pouvoir étudier d’autres sites en cavités naturelles qui présentent également des concentrations de symboles cruciformes. Le premier concerne la grotte des Croix, cavité située dans les falaises de la paroi nord du Pic-Saint-Loup, relief qui constitue une curiosité naturelle bien connue de la région Montpelliéraine.

3.2.1. La grotte des Croix, Cazevieille (Hérault)11

  • 11 Cette cavité a été découverte par Claude Viala (Spéléo-Club de Teyran). Nous remercions Maurice Lau (...)

30La cavité est constituée par un ancien réseau karstique, partiellement érodé par deux thalwegs situés de part et d’autre du réseau. Ce dernier se présente sous la forme d’un tube, ouvert à ses deux extrémités. On peut identifier trois parties morphologiquement distinctes : une galerie basse qui constitue la partie souterraine la plus importante, d’une douzaine de mètres de long pour deux à trois mètres de large. Une galerie haute constituée par une suite de trois petites salles, pour une longueur totale d’environ sept mètres. Enfin, un puits, recoupé par l’érosion, mais qui donne une très bonne vision de la formation de ce réseau.

31Les figurations pariétales qui nous intéressent ici sont situées dans la galerie basse. Il s’agit de six gravures de cruciformes à branches inégales (fig. 6). Elles peuvent être interprétées comme des croix latines. Seule la croix inférieure du premier panneau se distingue des autres. En effet, elle est coiffée par un demi-cercle dont le sommet est en forme d’ogive. On trouve également associée à cet ensemble une gravure linéaire verticale qui constitue probablement une croix inachevée. Ces figures sont regroupées sous la forme de deux panneaux et d’un élément isolé.

Figure 6 : Relevé des gravures cruciformes de la grotte des Croix (Cazevieille, 34)

32Le premier panneau est le plus spectaculaire. Il se trouve sur la paroi de droite de la grotte à 3,80 m de l’entrée. Il est composé de quatre croix qui sont gravées sur une coulée de concrétion. Celle-ci forme un relief très bien individualisé qui est dû à la présence d’un écoulement localisé. L’œuvre la plus basse se trouve à 0,1 m de la surface du sol, la plus haute à 1,48 m. Les figures sont disposées l’une au-dessus de l’autre, le long de la crête sommitale de la coulée stalagmitique. Cette position particulière rehausse leur mise en valeur. Le deuxième panneau se trouve sur la paroi de gauche, à 4,60 m de l’entrée de la cavité et à une hauteur de 1,20 m par rapport au sol. Il fait face au premier panneau. On y trouve une croix et un tracé vertical. Ce dernier peut, d’après ses proportions, sa position et sa technique de réalisation, être défini comme une figure inachevée. Enfin, la figure isolée se trouve sur l’extrémité d’un bloc de calcaire qui se trouve aux pieds du premier panneau. Le rocher est légèrement incliné vers l’ouest ; la croix se trouve en position sub-horizontale contrairement aux autres qui sont toutes situées sur des parois verticales. Elle occupe un léger relief qui la met bien en valeur.

33Les techniques utilisées pour réaliser ces gravures paraissent assez simples. Les sections des tracés sont irrégulières, en V ou en U, traduisant différentes formes de grattage du support. Les traces de piquetages sont nombreuses, rectifiant parfois des détachements d’éclats rocheux non prévus dans la réalisation. D’une manière générale, les branches verticales semblent avoir été les dernières reprises.

34La localisation de ces gravures au sein d’une cavité ouverte, exposée au Nord et qui de surcroît ne présente aucun confort d’utilisation, écarte l’idée de la présence éventuelle d’un habitat, fut-il érémitique. Précisons également que l’accès à la cavité est également difficile, nécessitant une escalade de la paroi.

3.2.2. La grotte du Rocher du Pin (Hérault)

35Un deuxième exemple assez proche est constitué par la grotte du Rocher du Pin, qui s’ouvre dans les falaises nord du massif du Thaurac, dans la haute vallée de l’Hérault. Cette cavité constitue la portion conservée d’un ancien réseau karstique, dont l’étude des remplissages nous montre qu’il drainait le plateau en direction de l’actuelle vallée.

36La grotte présente le plan assez simple d’une galerie coudée en L. Son entrée s’ouvre aux pieds des falaises et son extrémité se termine sur une formation complexe qui constitue en fait la base d’un aven drainant, presque totalement comblé de matériaux. L’approche géomorphologique des comblements nous montre qu’on trouve, à la base des formations, une puissante strate composée d’éléments gélifractés pris dans une matrice argilo-limoneuse brune orangée. Dans le fond de la galerie, cette formation est recouverte par des ensembles carbonates organisés en plancher, colonnes ou coulées massives. Les différents accidents visibles confirment des phénomènes de tassements des comblements sous-jacents, mais également des phases érosives du concrétionnement, suivies de nouvelles étapes de dépôts. Au niveau d’une tentative de désobstruction spéléologique, nous avons pu observer quelques éléments de céramique modelées piégés dans les planchers stalagmitiques. Ces éléments, probablement datables de la fin du Néolithique, permettent d’évaluer la mise en place progressive des formations carbonatées. Ainsi, nous pouvons constater que les coulées sur lesquelles sont réalisées les gravures sont bien postérieures à cette époque préhistorique.

  • 12 Les travaux de terrain n’ont été rendus possibles que grâce à la collaboration d’Alain Spenlé et Ma (...)

37La bibliographie indique la présence d’une croix gravée dans cette cavité (Bancal et Valat 1951), point qui avait motivé notre visite (fig. 7)12. L’examen détaillé des formations environnantes nous a permis de découvrir cinq nouvelles figurations gravées inédites : trois croix (fig. 8) et deux flèches. Toutes les gravures sont localisées sur les coulées de calcite situées au niveau du coude que forme la grotte. Les autres formations similaires présentes dans le réseau n’offrent aucune gravure. Compte tenu du contexte général du système, nous écartons la probabilité de problème de conservation différentielle des vestiges. La volonté de réalisation des œuvres est donc bien matérialisée dans l’espace. Précisons également que le lieu de réalisation se trouve également en limite du jour à l’intérieur de la grotte.

38Les gravures ne définissent pas vraiment de panneaux. Elles sont néanmoins bien localisées topographiquement et forment un groupe homogène. Pour ce qui concerne les tracés cruciformes, le premier est celui qui se trouve le plus haut. Il est réalisé à la base d’une coulée suspendue à environ 1,80 m du sol. La gravure est difficile à voir du fait de l’érosion due aux écoulements encore actifs sur cette coulée. La croix à branches inégales est coiffée par un demi-cercle. Celui-ci fait partie intégrante de la figuration comme le montre la continuité des tracés. Une deuxième croix est située sur une coulée sous-jacente qui résulte de l’écoulement de la précédente. La gravure est profonde et bien visible. C’est cette figure qui est mentionnée dans la bibliographie. Elle représente une croix simple, dont la base recoupe partiellement un piquetage antérieur (test de solidité du support ?). Les autres gravures se trouvent à la base du massif et sont partiellement érodées par les écoulements. La troisième croix est également une croix simple, alors que la quatrième présente un demi-cercle disposé au-dessous de la branche horizontale. Mentionnons enfin la présence de deux flèches gravées qui semblent indiquer le fond de la grotte. L’état de conservation de celles-ci permet de les différencier en les plaçant postérieurement aux croix, tout en leur attribuant une certaine ancienneté. Les gravures observées dans cette cavité paraissent pour l’essentiel avoir été réalisées par piquetage. Néanmoins, une opération de raclage est venue terminer les représentations, probablement afin de régulariser les tracés.

Figure 7 : Relevé de la croix qui était connue dans la grotte du Pin (Moulès-et-Beaucels, 34)

Figure 8 : Relevé d’une des nouvelles croix gravées découverte dans la cavité

39Il existe une certaine analogie entre cette cavité et la précédente étudiée dans les falaises du Pic-Saint-Loup. Dans les deux cas, les grottes s’ouvrent dans des falaises exposées au Nord et sont relativement difficiles d’accès. Les œuvres représentent des croix latines, bien localisées au bénéfice de points topographiques particuliers. On notera également une similitude des représentations pour ce qui concerne les demi-cercles qui surhaussent certaines croix.

3.2.3. La Baume Saint-Vérédème, Sanilhac-et-Sagriès (Gard)

40Une ultime comparaison provient d’une grotte des gorges de Gardon. Il s’agit du site de la Baume Saint-Vérédème qui présente la particularité de posséder le seul exemple de croix gravées que l’on puisse dater assez précisément. Entouré de falaises, au cœur du canyon du Gardon, en amont du Pont du Gard, la grotte de Saint-Vérédème a été occupée sans discontinuité depuis le Paléolithique supérieur et constitue un site très pittoresque, connu et visité depuis plus d’un siècle tant pour ses vestiges historiques que pour son intérêt paysager et son passé archéologique. Rappelons pour mémoire que cette grotte est également un site éponyme pour une culture de l’Âge du Bronze languedocien.

41Sur le cours même de la rivière, on trouve deux moulins fondés au Moyen Âge. Une digue empierrée, un quai et une voie complètent cet ensemble. Aux pieds des falaises, un vaste surplomb rocheux renferme les vestiges d’un ermitage, avec chapelle, autel, loges pour statues, ainsi qu’une figuration pariétale attribuée au XIIe siècle et représentant Saint Christophe portant le Christ. Ce lieu a toujours fait l’objet d’un pèlerinage jusqu’à la fin des années 1960. De l’abri, un passage bordant les falaises permet de rejoindre la grotte. Cette dernière offre un important remplissage, anthropisé depuis la fin du Paléolithique jusqu’à nos jours. Des traces de fermeture, de fortifications et d’aménagements internes y sont également visibles. Ce court résumé des vestiges que recèle le site est presque une offense à sa richesse. La bibliographie ancienne est importante, néanmoins un ouvrage récent permet de synthétiser l’ensemble des connaissances (Lidon 1992).

42La partie du gisement qui nous intéresse est plus précisément localisée dans le passage qui conduit de l’abri en direction de la grotte. On circule sur une terrasse aménagée contre la falaise. Au plus étroit, un court tunnel a été creusé dans la roche pour faciliter la circulation des pèlerins. Il s’agit en fait de l’élargissement d’un passage existant. C’est à l’entrée de ce dernier que se trouvent gravées trois croix latines (fig. 9).

43Elles sont situées à environ 1,10 m de haut par rapport au sol. La croix centrale, aux branches sensiblement égales, est disposée légèrement au-dessus des deux autres qui sont plus ou moins sur un même axe. Celles de gauche présentent des branches inégales, l’axe horizontal étant figuré en arc de cercle orienté vers le bas. Celle de gauche montre un aspect plus classique de croix latine. Néanmoins, la gravure présente un défaut dans sa réalisation qui se caractérise par un manque au niveau de la partie haute de l’axe vertical. Il est certain que cet exemple est beaucoup moins spectaculaire que les précédents et que le contexte religieux local peut à lui seul justifier la présence de ces éléments. Néanmoins, l’examen plus détaillé du contexte de ces gravures nous montre qu’elles semblent situées sur la paroi qui a été dégagée après l’agrandissement du passage. À l’issue de celui-ci, on trouve également gravée sur la roche, une inscription qui date les travaux « 1868-69 MINEURS H. ESBERARD L. SASSENOSKI ». Cet élément permet donc d’attribuer la gravure des croix à la fin du XIXe siècle, montrant ainsi que ce type de figuration perdure assez tardivement.

3.2.4. La carrière souterraine de la Lauze (Aniane, Hérault)

  • 13 Nous remercions très amicalement le spéléologue Younès Haddad (Groupe Anianais de Spéléologie) qui (...)

44Le site offre un autre exemple qui pourrait montrer une datation assez similaire. Il s’agit des deux croix latines, assez classiques dans leur morphologie. Elles se trouvent toutes deux sur un pilier de soutènement, laissé au cours de l’exploitation à l’entrée de la chambre où furent extraits les blocs de calcaire blanc. La première est simplement gravée, alors que la deuxième est dégagée en relief par grattage de sa périphérie (fig. 10). L’exploitation de cette carrière, comme celles de ses alentours directs (trois à Valcroze, deux à la Cirta), bien qu’elles ne soient pas directement datées, semblent être rattachées à une réfection de plusieurs monuments publics dans le courant du XIXe siècle13.

Figure 9 : Relevé des trois croix latines, gravées à la grotte Saint-Vérédème (Sanilhac-et-Sagriès, 30)

Figure 10 : Relevé d’une croix en relief de la carrière souterraine de la Lauze (Aniane, 34)

3.3. Bilan sur les cruciformes

  • 14 Ces travaux de recherche sur « l’occupation des grottes des Cévennes par les protestants de la révo (...)

45Les gravures de symboles cruciformes sont très présentes dans notre environnement. Jusqu’à présent, s’il est certain qu’elles ont été mentionnées principalement dans des sites de plein air, on s’aperçoit que les représentations souterraines sont également fréquentes. Et encore, les quelques exemples mentionnés dans ce texte ne reflètent-ils pas la globalité de ces gravures en milieu troglodyte. Pour ce qui concerne les styles de ces œuvres, on constate que toutes les formes sont possibles. Si la nature des supports peut parfois être avancée dans la qualité et la taille de la réalisation, les formes propres du symbole correspondent bien à la volonté d’expression. Ainsi une étude en cours qui porte sur les grottes utilisées par les protestants au cours des guerres de religion tend à mettre en relation de telles traces avec un contexte particulier14. Sur l’aire d’influence de la Religion réformée (principalement les Cévennes), même si les gravures de croix ne paraissent pas directement liées aux pratiques cultuelles des assemblées clandestines, elles peuvent témoigner de ces pratiques désormais symboles d’un peuple persécuté pour ses croyances.

  • 15 Signalons, dans le présent ouvrage, l’article de Fernand Cervera et alii sur « Quelques exemples an (...)

46Les symboles cruciformes sont également connus sur la totalité de la région, principalement en sites de plein-air. Plusieurs rochers gravés présentent de telles figurations au sein d’ensembles beaucoup plus complexes. Les travaux conduits par Michel Lorblanchet dans les Cévennes méridionales (Lorblanchet 1967), par Jean Salles dans les hautes Cévennes (Salles 1971) ou ceux de Robert Guiraud dans les Monts d’Orb (Guiraud 2000 et 2001) sont les plus caractéristiques. On peut dès lors s’interroger sur la position de ces sites qui se situent généralement en des points caractéristiques du paysage15. À ce niveau, le rocher ne serait-il pas à rapprocher de la grotte, en tant que structure remarquable pouvant servir de support à la matérialisation de croyances locales ?

47On connaît également plusieurs croix isolées sur des rochers. Dans ce dernier cas, il s’agit la plupart du temps de marques liées à l’arpentage historique de notre territoire comme semble le confirmer une découverte récente (Petitot et Raux 1995). La place de cette borne dans un plan du territoire installé postérieurement au XVIIIe siècle nous donne encore un nouvel élément de datation.

48D’autres significations peuvent être associées aux croyances religieuses au travers des actes de christianisation de monuments païens, tels que l’on peut les constater sur certains mégalithes comme les dolmens et les menhirs. Mais peut-on pour autant attribuer ces gravures à la fin du Néolithique ? Nous constatons pourtant que les représentations gravées les plus importantes pour la fin du Néolithique et les débuts de l’Age du Bronze, qui concernent les statues-menhirs, ne montrent jamais de figures en croix latine (d’Anna 1977). Il semblerait donc que cette rapide association chronologique ne puisse pas être envisagée. Une autre méthode de réflexion permet d’attribuer à cette « époque dolménique » des rochers portant des croix gravées. Celle-ci est fondée sur une association des rochers avec leur environnement qui présente des gisements funéraires de la fin du Néolithique (Bocquenet 1995). Ce principe, qui ne marque aucune filiation directe entre les sites (et qui ne repose sur aucune considération stratigraphique ?), nous paraît ne pas pouvoir être pris en considération.

49Ce dernier point, qui concerne plus particulièrement la datation de ces figurations, reste entier. En effet, si nous avons bien montré que certaines œuvres ont été réalisées au cours du XIXe siècle, de fait, on ne peut prétendre que toutes soient de la même période. Les signes en croix retrouvés dans la grotte Chauvet (Vallon-Pont-d’Arc, Ardèche) au niveau du panneau dit « du Sacré Cœur » témoignent de l’ancienneté de cette symbolique (Chauvet et alii 1995). L’autre exemple d’une plaque de schiste gravée de plusieurs croix et d’un signe en T, trouvée sur un établissement rural antique à chronologie large (République-Haut Empire) dans un contexte montagnard, au Pla de Vall en So (P.-O.) montre que ce symbole chrétien a pu se pérenniser (Martzluff 1999). Il serait néanmoins intéressant de pouvoir isoler avec certitude ses plus anciennes manifestations afin de définir si les expressions stylistiques différentes. En réalité, les révisions récentes de l’art rupestre holocène, médiéval ou postérieur, qui ont été réalisées à partir de contextes fiables dans les Pyrénées, montrent que la plupart des signes cruciformes rupestres trouvés en plein air ou en grotte sont tardifs, postérieurs à la reconquête, voire, pour la plupart, à la réforme tridentine (Casanova, Rovira 2003 a et b)

En guise de conclusions

50Comme nous venons de le voir, Jean Abélanet a, au cours de ces travaux, jeté des bases solides pour l’étude et la compréhension de phénomènes sociaux dont l’ancienneté a effacé les fondements initiaux. Ce chercheur nous a montré que le travail de terrain, parfois astreignant dans sa rigueur, reste le seul outil qui permette de contribuer à la mise en place de théories. Aujourd’hui, nous pouvons dire que c’est grâce à cette vision de la recherche archéologique, argumentée et objective, que se mettent progressivement en place les modèles recherchés qui tendent à interpréter les phénomènes.

51Les sujets abordés dans cette contribution sont parfois qualifiés de dilettantes dans une discipline rigoureusement organisée autour de données plus abondantes. Mais cette marginalisation n’est-elle pas induite volontairement pour se séparer de traces fugaces qui sont de fait difficilement exploitables ? C’est ce qu’indiquent peut-être différents travaux qui, grâce à une recherche synthétique, démontrent bien ce phénomène (Gratté 1985).

52Notre étude, bien qu’elle n’apporte pas les explications de ces gestes ancestraux, montre que l’élargissement du cadre d’étude et la multiplication de l’enregistrement des données de terrain permettent d’établir une vision différente des phénomènes observés en milieu troglodyte, aboutissant parfois à des avancées significatives. C’est donc comme un plaidoyer de soutien à une démarche d’étude systématique, mise en avant au travers des travaux de Jean Abélanet, que notre texte doit être interprété aujourd’hui.

Bibliographie

Abélanet 1978 : ABÉLANET (J.) - La grotte ornée du Serrat Mal. Quelque part sous terre, Bulletin de l’Entente Spéléologique du Roussillon, n° 8, 1978, p. 10 à 12.

Abélanet 1986 : ABÉLANET (J.) - Signes sans paroles : cent siècles d’art rupestre en Europe occidentale. Hachette littérature. Collection « la mémoire du temps » dirigée par Jean Guilaine. Paris, 1986, 345 p., 74 fig., 34 pl. hors texte.

Abélanet et alii 1988 : ABÉLANET (J.), GUILAINE (J.), VAQUER (J.) et AYMÉ (R.) - Les gravures schématiques de la Cauna de Perillos, Pyrénées-Orientales, Bulletino del centro Camune di studi Preistorici, n° 24 ; p. 117-121, 6 fig.

Abélanet 1990 : ABÉLANET (J.) - Les roches gravées nord Catalanes. Centre d’Études Préhistoriques Catalanes, n° 5, 1990, 209 p. Nombreuses figures.

Ambert et alii. 2000 : AMBERT (P.), COLOMER (A.) et GALANT (P.) - Datations mésolithiques des empreintes humaines de l’étage Cathala de la grotte d’Aldène (Cesseras, Hérault). Comptes rendus de l’Académie des Sciences de Paris. Sciences de la Terre et des planètes, n° 331, 2000, p. 67 à 74, 3 fig.

Ambert et alii. 2001 : AMBERT (P.), COLOMER (A.) et GALANT (P.) - Incursions spéléologiques mésolithiques dans la grotte d’Aldène (Cesseras, Hérault). Bulletin de la Société Préhistorique Française. Tome 98, n° 3, 2001, p. 497 à 503, 4 fig.

Bancal et Valat 1951 : BANCAL (A.) et VALAT (G.) - Explorations dans la région de Ganges. Annales de Spéléologie (Spelunca troisième série). Tome VI, fascicule 2/3, 1951, p. 67 à 94, 7 fig.

Bocquenet 1995 : BOCQUENET (J.-Ph.) - Roches gravées du Cirque de Vingrau (Pyrénées-Orientales). Travaux de Préhistoire Catalane, volume 8, Perpignan, 1995, p. 73 à 79, 8 fig.

Casanova, Rovira 2003 a : CASANOVA i ROMEU (Α.), ROVIRA i PORT (J.) - « Status quaestionis » de les representaciones gravades medievals a Catalunya. Una vista de conjunt. Actes del 1er congres internacional de gravats rupestres i murals, homenatge a Lluis Diez-Coronel, Lleida, 1992, Joan-Ramon Gonzàles Perez (dir.), Institut d’Estudis Ilerdencs 2003, p. 637-684, 9 fig.

Casanova, Rovira 2003 b : CASANOVA i ROMEU (Α.), ROVIRA i PORT (J.) - Els graffiti i els gravats postmedievals de Catalunya. Actes del 1er congres internacional de gravats rupestres i murais, homenatge a Lluis Diez-Coronel, Lleida, 1992, Joan-Ramon Gonzàles Perez (dir.), Institut d’Estudis Ilerdencs 2003, p. 789-831, 10 fig.

Chauvet et alii 1995 : CHAUVET (J.-M.), BRUNEL- DESCHAMPS (E.), HILLAIRE (C.) - La grotte Chauvet à Vallon-Pont-d’Arc. Éditions du Seuil, Tours, 1995, 117 p., 94 fig.

Codina 1977 : CODINA (G.) - Grotte du Serrat Mal. Quelque part sous terre. Bulletin de l’Entente Spéléologique du Roussillon, n° 7, 1977, p. 8 à 10.

D’Anna 1977 : D’Anna (A.) - Les statues-menhirs et stèles anthropomorphes du midi méditerranéen. Éditions du C.N.R.S., Paris, 1977, 277 p., 55 fig.

Gratté 1985 : GRATTÉ (L.) - Survivance de l’art pariétal : au carrefour de l’Histoire et de la Préhistoire. Imprimerie Maury, Millau, 1985, 103 p., nombreuses figures.

Guiraud 2000 : GUIRAUD (R.) - L’art schématique préhistorique dans le massif du Carroux. Bulletin de la Société Archéologique et Historique des Hauts Cantons de l’Hérault, n° 23, 2000, p. 25 à 40, 26 fig.

Guiraud 2001 : GUIRAUD (R.) - L’art schématique préhistorique dans le massif du Carroux (suite). Bulletin de la Société Archéologique et Historique des Hauts Cantons de l’Hérault, n° 24, 2001, p. 15 à 39. 24 fig.

Lidon 1992 : LIDON (J.-B.) - Le site de la Baume Saint-Vérédème. Éditions « La mémoire de l’accent », Saint-Gilles-du-Gard, 1992, 121 p., nombreuses illustrations.

Lorblanchet 1967 : LORBLANCHET (M.) - Géographie Préhistorique, Protohistorique et Gallo-Romaine des Cévennes Méridionales et de leurs Abords. Diplôme d’Études Supérieures, Université de Montpellier, Faculté des Lettres et Sciences Humaines. Montpellier, 1967, 194 p., 99 fig. hors texte.

Martzluff 1999 : MARTZLUFF (M.) - L’art rupestre du Pla de Vall en So (Conflent, P.-O.) dans son contexte géographique et archéologique. Note préliminaire. Bulletin de la Société Préhistorique Ariège-Pyrénées, t. LIV, 1999, p. 293-308, 7 fig.

Petitot et Raux 1995 : PETITOT (H.) et RAUX (A.) - Les Angles (Gard), borne communale de Pallier 1. Bilan Scientifique du Service de l’Archéologie. Direction Régionale des Affaires Culturelles du Languedoc-Roussillon. Montpellier, 1995, p. 58 et 59, 1 fig.

Rouzaud 1978 : ROUZAUD (F.) - La Paléospéléologie. L’homme et le milieu souterrain pyrénéen au Paléolithique supérieur. Archives d’Écologie Préhistorique. École des Hautes Études en Sciences Sociales, n° 3, 1978, 168 p., 79 fig.

Salles 1971 : SALLES (J.) - Les gravures rupestres Cévenoles de l’arrière-pays alésien. Bulletin de la Société d’Étude des Sciences Naturelles de Nîmes, tome 51, 1971.

Notes

1 Nous renvoyons bien évidemment le lecteur vers ces deux magistrales études publiées par Jean Abélanet (Abélanet 1986 et 1990).

2 Le terme géographie est employé ici dans son sens le plus large. Avec la nature des paysages, c’est également leur environnement socio-économique au travers de l’Histoire qui est pris en compte.

3 Catalan : scie, échine rocheuse ; serrat nalt vient peut-être de serrat de dalt ou d’en alt (rocher du haut ou d’en haut), alors que la grotte a d’abord été identifiée par les spéléologues sous le nom fautif de Serrat Mal.

4 Cette notion de profondeur du karst a été individualisée par François Rouzaud dans sa définition de la paléospéléologie (Rouzaud 1978). Elle induit une localisation de l’activité humaine dans une zone de la cavité d’où l’entrée n’est plus visible. De fait, l’utilisation d’un dispositif d’éclairage artificiel est obligatoire, ne serait-ce que pour le déplacement, mais également pour la pratique des activités souterraines qu’elles soient fonctionnelles (exploration, collecte de l’eau, de l’argile, etc.), ou rituelles (gestes funéraires, art pariétal, etc.).

5 Nous tenons à remercier Michel Martzluff qui nous a indiqué ce gisement ainsi que celui de la Caune de Périllos dans le cadre des procédures de révision de la Carte Archéologique Nationale. Les relevés de terrain (localisation, topographie, photographies) ont été effectués avec la collaboration de Sandrine Galant.

6 La nature des découvertes et les descriptions relatées sur le contexte argumentent en ce sens. Nous avons néanmoins pu confirmer ce fait par l’observation de la coupe des remplissages visible au niveau du passage ouvert par les spéléologues pour accéder à la deuxième salle. On voit très nettement que les niveaux qui ont obstrué le passage sont oblitérés par des occupations plus récentes. Seule la question de la volonté d’obturation du passage par les chalcolithiques peut dès lors se poser.

7 La description systématique de ces traces ne ferait qu’alourdir ce texte. C’est pour cette raison que nous avons préféré montrer un échantillon représentatif de l’ensemble au travers de la figure 3.

8 Nous pouvons admettre que la totalité des vestiges pariétaux initiaux est conservée. En effet, au cours de l’examen détaillé des parois nous n’avons observé aucun indice de conservation différentielle.

9 Nous tenons à remercier ici Didier Lobel (spéléologue individuel) qui nous a signalé les traces charbonneuses dans cette cavité.

10 Il existe, à peu de distance des cavités de Périllos, au flanc des gorges creusées dans le massif calcaire des Corbières par le Robol avant son débouché dans la plaine à Rivesaltes, une vaste cavité, la Cova de l’esperit, commune de Salses, dont le porche recèle deux croix gravées et une rosace. Ces croix surmontaient l’entrée d’un boyau où avaient été accumulés les crânes d’un ossuaire du Bronze ancien. Peuplée dès Mésolithique final, la grotte a servi d’habitat au Néolithique, puis de sépulcre et enfin de bergerie pendant les périodes historiques. C’est sans doute la découverte des restes de l’ossuaire par les bergers qui lui valut son nom (grotte des esprits) ainsi que ces croix chrétiennes prophylactiques dont la rosace indique qu’elles sont très probablement postérieures au Moyen Âge (cf. Martzluff (M.), Abélanet (J.) - La Cova de l’Esperit, bilan des dernières recherches et nouveaux apports sur le Mésolithique et le Néolithique des Pyrénées-Orientales, Études Roussillonnaises offertes à P. Ponsich. Le Publicateur, Perpignan, 1987, p. 99-113, 7 fig.).

11 Cette cavité a été découverte par Claude Viala (Spéléo-Club de Teyran). Nous remercions Maurice Laurès (Spéléo-Club de Montpellier) pour la diligence de cette information.

12 Les travaux de terrain n’ont été rendus possibles que grâce à la collaboration d’Alain Spenlé et Martial Demangeon du Groupe Spéléologique Gangeois. Que tous deux trouvent ici notre reconnaissance la plus amicale.

13 Nous remercions très amicalement le spéléologue Younès Haddad (Groupe Anianais de Spéléologie) qui nous a guidé sur ces gisements. Les relevés topographiques ont été effectués avec l’aide de Laurent Schneider.

14 Ces travaux de recherche sur « l’occupation des grottes des Cévennes par les protestants de la révocation de l’Édit de Nantes à la Révolution » sont conduits par le spéléologue Claude Viala et feront prochainement l’objet d’une publication.

15 Signalons, dans le présent ouvrage, l’article de Fernand Cervera et alii sur « Quelques exemples anciens et récents d’art gravé en Fenouillèdes ». Près des sources de l’Agly, dans ces mêmes Corbières, il y est signalé une roche où sont gravés de curieux motifs cruciformes associés à des cupules. Ce bloc de grès est positionné le long d’une ancienne draille. Le contexte archéologique proche recèle quelques témoignages de l’Antiquité (cf. Cervera (F.) 2001 - Arts gravés des Corbières : la roche de la Dreille à Cubières-sur-Cinoble, Aude. Roches ornées, roches dressées. Préactes du colloque en hommage à Jean Abélanet, 2001, p. 62, 2 fig.).

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Relevé topographique (coupe développée et plan) de la grotte du Serrat Nalt (Opoul-Périllos, 66), avec indication de la localisation des tracés charbonneux
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4137/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Figure 2 : Photographie de la trace charbonneuse, située dans la deuxième salle de la grotte, diffusée en corolle qui correspond certainement à la marque laissée par la fumée d’une torche bloquée dans la faille du rocher
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4137/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Figure 3 a et b : Exemples de tracés charbonneux réalisés sur les parois de la cavité. La multiplication des traces, souvent parallèles, indique la réalisation à partir d’une torche à plusieurs brins
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4137/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Figure 4 : Tracés charbonneux sur une paroi de la grotte du Bertas (Cazihac, 34), caractéristiques d’un frottis de torche
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4137/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Figure 5 : Cauna de Périllos. Exemples de motifs cruciformes (d’après Abélanet, 1990)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4137/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Figure 6 : Relevé des gravures cruciformes de la grotte des Croix (Cazevieille, 34)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4137/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Figure 7 : Relevé de la croix qui était connue dans la grotte du Pin (Moulès-et-Beaucels, 34)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4137/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Figure 8 : Relevé d’une des nouvelles croix gravées découverte dans la cavité
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4137/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Figure 9 : Relevé des trois croix latines, gravées à la grotte Saint-Vérédème (Sanilhac-et-Sagriès, 30)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4137/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Figure 10 : Relevé d’une croix en relief de la carrière souterraine de la Lauze (Aniane, 34)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4137/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 61k

© Presses universitaires de Perpignan, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search