Version classiqueVersion mobile

Roches ornées, roches dressées

 | 
Michel Martzluff

2 - Aux sources des arts et des mythes

Nouvelles gravures rupestres au Pla de Vall en So (Conflent, P.-O.)

Michel Martzluff, Françoise Jouy-Avantin, Bernard Fabre et Yves Blaize

Résumé

Le Pla de Vall en So est un vieux relief érodé dominant la ville de Prades, en Conflent, entre 700 et 900 m d’altitude. Les recherches de Jean Abélanet ont permis d’y reconnaître plusieurs dolmens associés aux nombreuses roches à cupules et à rigoles, mais aussi les exceptionnelles figurations animalières du rocher de Fornols-Haut, témoignant d’un art paléolithique en plein air. En suivant cette trace, les prospections collectives conduites par la suite sur ce vaste secteur ont montré la rareté des gravures et la difficulté de les dater. Essentiellement géométriques, des incisions linéaires, des piquetages et des graffiti schématiques sur les schistes, parfois associés à des gisements archéologiques, ont cependant été découverts sur quelques roches et sont présentés pour partie ici

Texte intégral

Introduction

  • 1 C’est Jean Abélanet qui en est l’inventeur et qui en reconnaît le premier le caractère paléolithiqu (...)

1La montagne du Pla de Vall en So est une vieille surface d’aplanissement s’étalant sur le piémont schisteux du massif du Madres (fig. 1 et 2). Partagée entre les communes de Conat, Catllar, Campôme et Mosset, dans la moyenne montagne du Conflent, entre 700 et 900 m d’altitude, elle domine le cours moyen de la Tet, près de Prades. Malgré cette proximité avec la sous-préfecture des P.-O., le riche patrimoine vernaculaire en pierre sèche et les églises romanes du Pla de « Balensou » (sic, Branger 1964) n’ont curieusement attiré l’attention du public que récemment. Jusqu’aux découvertes des étonnantes gravures paléolithiques de Fornols-Haut en 1984 (fig. 3)1, le lieu était surtout connu pour ses dolmens (fig. 2) et ses très nombreux signes d’art rupestre martelés sur les affleurements schisteux (fig. 4). Ces cupules et ces rigoles parfois complexes (fig. 5) ont été globalement associées au mégalithisme qui, à l’orient des Pyrénées, s’inscrit dans une séquence chronologique allant du Néolithique final à l’Âge du Bronze moyen (Abélanet 1989, Blaize 1995). Ce vaste territoire est très érodé. Aujourd’hui dédié au pastoralisme, il fut très probablement défriché au Néolithique, intensément peuplé et labouré à partir Moyen Âge jusqu’à la déprise agricole du début du siècle dernier.

Figure 1 : Situation, dans leur contexte géologique et archéologique, des gravures rupestres du Pla de Vall en So en Conflent (Pyrénées-Orientales)

2La découverte d’un art würmien de plein air, unique en France, a été suivie de la réalisation d’un moulage de la roche support, d’une étude approfondie des gravures (Sacchi 1987, Sacchi et coll. 1987, D’Errico et alii 2002) et enfin d’un colloque replaçant ces gravures dans le contexte eurasiatique peu connu de l’art paléolithique à l’air libre (Sacchi 2002). Des prospections menées par Yves Blaize et, depuis 1995, des investigations collectives plus systématiques, ont amené d’autres découvertes qui ont fait l’objet d’un premier compte-rendu (Martzluff 1999). Nous voudrions revenir ici sur quelques éléments particuliers concernant les gravures linéaires incisées et les piquetages fins représentés à la fois sur le rocher de Fornols-Haut et sur d’autres roches qui n’expriment qu’un répertoire géométrique énigmatique.

1. Les nouvelles recherches de terrain

3Le caractère exceptionnel des gravures du Tardiglaciaire soulevait la question de savoir s’il s’agissait ou pas d’un témoignage isolé. C’est dans l’espoir de recueillir d’autres traces matérielles laissées par les chasseurs qui ont gravé les oiseaux, les bouquetins et les isards sur la roche de Fornols-Haut, que nous avons entrepris une recherche méthodique sur cet espace dans le cadre d’un programme archéologique (Martzluff 1999). La majeure partie de cette zone a donc été balayée par nos recherches. Il en ressort qu’aucun signe tangible de cette époque n’a été détecté dans le mobilier recueilli et que, s’il existe bien d’autres roches gravées, elles sont rares et n’ont pour l’instant pas livré des figurations animalières du même ordre.

  • 2 À l’initiative de Jérôme Kotarba, afin de compléter la Carte Archéologique de la Gaule dont il diri (...)

4En plus du prélèvement du petit mobilier archéologique gisant au sol et de la prospection fine d’un site antique2, nous avons effectué le relevé d’une grande partie des gravures découvertes. Ces dernières sont en effet grandement menacées de disparaître sous l’emprise des aménagements contemporains (pistes carrossables, mises en culture, projets touristiques...). Les relevés ont été effectués à la loupe et sous éclairage artificiel.

5En ce qui concerne les états de surface, et pour autant que nous avons pu en juger d’après les colorations, nous pouvons dire que toutes les gravures présentées ici sont patinées. Toutefois, il nous est apparu que ces patines dépendaient à la fois de l’orientation de la roche support et des variations de sa nature pétrographique. En effet, le même trait peut être patiné en noir dans un segment et paraître beige dans un autre, selon la composition du litage minéralogique, peut-être en raison de la croissance de mousses à l’intérieur des traits. C’est pourquoi les traits les plus épais paraissent souvent plus patinés alors qu’ils recoupent d’autres traits fins qui le paraissaient moins.

Figure 2 : Vue, vers le Nord, d’une partie du Pla de Vall en So. Au premier plan, un dolmen éventré ; plus loin, au-delà d’un ravin souligné par une végétation arbustive, la zone archéologique du Cortal Freixe (cliché M. Martzluff)

Figure 3 : Rocher de Fornols-Haut. Figurations de têtes de bouquetins et d’ongulés indéterminés (d’après un relevé de Jean Abélanet, en 1984)

Figure 4 : Rocher de Fornols-Haut (se reporter également à la figure 19). Dalle mobile creusée d’une grande cupule centrale, gisant au pied de la face verticale gravée et qu’il faut peut-être mettre au compte de l’occupation du site pendant la Préhistoire récente (cliché M. Martzluff)

Figure 5 : Roche de Catllaurens. Pointement du substrat schisteux associant cupules et rigoles dans un orignal motif de résille en éventail et dont le moulage a été présenté lors du colloque dans l’exposition « Roches ornées, roches dressées » (D.A.Ο.M. Martzluff d’après un cliché de J. Abélanet)

2. Un contexte archéologique inscrit dans la longue durée

6Les gravures paléolithiques sont donc le seul signe d’une fréquentation de cette montagne à la fin des temps glaciaires, il y a plus de douze millénaires, par les chasseurs dont les campements troglodytes ont été retrouvés aux alentours de Villefranche, dans la proche vallée de la Tet. Des sépultures en coffre et de nombreux dolmens attestent d’une mise en culture dès le plein Néolithique. Les milliers de cupules et autres gravures martelées sur la roche tendre témoignent pour partie de la longue trajectoire des sociétés agropastorales pré-et/ou protohistoriques en ces lieux. Deux sites antiques, les ruines de plusieurs villages médiévaux et de leurs églises, mais aussi des cabanes de bergers, de charbonniers et des ardoisières sont les abondants vestiges d’une exploitation intensive de ce terroir. Les impacts de socs de charrues visibles sur les affleurements du substrat, comme sur les coffres sépulcraux néolithiques, confirment aussi les ravinements intensifs qui ont arraché une bonne épaisseur du remplissage sédimentaire fin et son contenu archéologique (Martzluff 1998). L’érosion, mais aussi, dès l’Antiquité, l’exploitation des roches pour édifier et couvrir les constructions et, depuis l’époque moderne au moins, pour retenir la terre sur les pentes grâce à de nombreuses feixes, ont fini par anéantir une grande part des affleurements susceptibles de conserver des gravures anciennes (fig. 6). À ce dommage archéologique s’est ajouté le bouleversement récent d’une large partie de l’espace collectif de cette zone par les plantations de résineux après de profonds charruages, sans véritable diagnostic archéologique, tel qu’on peut le pratiquer aujourd’hui. Souhaitons qu’il en soit différemment à l’avenir.

Figure 6 : Rocher du Cortal Freixe, roche 4 (se reporter à la figure 7). Le long d’un joint du feuilletage schisteux (flèche), les traces d’impacts sont imputables au travail de débitage à la pince probablement lié à la bergerie. À l’emplacement de la mire, d’autres impacts dans le plan de schistosité ont provoqué le clivage et l’arrachement d’un petit bloc, comme l’atteste la partie manquante des gravures verticales dans le vide créé (cliché M. Martzluff)

3. Typologie des manifestations d’art rupestre répertoriées au Pla de Vall en So

7À l’évidence, les manifestations de ce que nous cataloguons comme art rupestre sont liées dans ce secteur à la permanence de l’activité humaine sur la longue durée. C’est pourquoi cet art se présente sous plusieurs aspects que l’on retrouve quasiment tous sur le rocher de Fornols-Haut. Sur les nouvelles roches gravées découvertes, ces différents aspects ont cependant été trouvés en position isolée et très rarement associés avec clarté à des gisements archéologiques.

8La technique la plus fréquemment employée est le martelage du rocher à l’aide de percuteurs, parfois retrouvés in situ. Elle a produit de simples cupules, des croix, des « haltères » et autres motifs oculaires (fig. 4 et 5). Les entailles fusiformes réalisées par va-et-vient d’une pointe large sur la roche et qui sont très abondantes sur certaines pentes du Conflent, sont rarement représentées ici et sous une forme discrète. Le piquetage obtenu par l’impact d’un outil léger et très aigu sur la paroi, réalisant un semis de points plus ou moins profonds et très dispersés, exceptionnellement rassemblés en plages cohérentes, est observable sur la quasi-totalité des roches gravées par des incisions linéaires. Les panneaux gravés par des incisions linéaires n’expriment, pour la plupart, qu’un fouillis de traits rarement courbes et d’interprétation difficile. Cependant un examen attentif permet d’y déceler une certaine cohérence et de les relier à l’art schématique linéaire holocène. Ces gravures comportent aussi de minuscules inscriptions plus ou moins géométriques qui en font l’originalité et dont il sera question plus loin. Plus faciles à déchiffrer, les graffiti récents des cabanes de bergers datent, pour les plus anciens, de la fin du XVIIIe siècle.

4. Les nouveaux sites à gravures

9Nous ne détaillerons ici que les éléments les plus significatifs de deux rochers gravés, l’un dans la partie occidentale du Pla (Cortal Freixe), l’autre dans sa partie orientale (église Saint-Christophe).

Figure 7 : Rocher du Cortal Freixe. Vue d’ensemble des panneaux gravés sur les rochers 1 à 3 (cliché M. Martzluff)

Figure 8 : Rocher du Cortal Freixe. Gravures linéaires de la roche 1 : ensemble de traits verticaux se développant sur 140 cm en longueur et 50 cm en hauteur environ. On peut voir dans le coin supérieur gauche et le coin inférieur droit les curieux « guillemets » qui encadrent cette représentation, elle-même scindée en deux volets à partir d’un motif cruciforme central. Les piquetages sont rares, mais trois plus importants apparaissent sur le panneau droit. En grisé, la partie agrandie sur la figure 9 (relevé F. Jouy-Avantin, D.A.O. M. Martzluff)

4.1. Sites du Cortal Freixe

10Autour de la bergerie (dite cortal « Fraîche » sur la carte IGN, en place de l’anthroponyme catalan Freixe) plusieurs sites archéologiques témoignent d’une forte présence humaine depuis l’Antiquité. Pour simplifier, nous avons divisé ici cette zone en deux secteurs recelant des signes gravés. L’un est une ardoisière (dont nous parlerons peu) sans doute liée à la couverture d’un habitat antique proche qui est daté, par le mobilier recueilli, du Ier siècle avant notre ère jusqu’au IVe après. L’autre est un pointement rocheux proche d’un habitat pastoral post-médiéval, dont nous décrivons une large partie des panneaux gravés. Nous avons divisé cet affleurement résiduel en 4 roches (fig. 7).

4.1.1. Rocher du Cortal Freixe, roche 1 (fig. 8 et 9)

11Cette roche représente le plus grand des panneaux plats de l’affleurement. Face au Sud, il ne comporte qu’une rangée de fines incisions linéaires en position verticale, quelques-unes plus profondément entaillées (fig. 9) et quelques rares traces d’impacts d’un objet très pointu (fig. 8, à droite). Ce panneau, qui est pourtant le plus visible du site, n’est curieusement pas surchargé d’autres lignes et se présente donc comme si les traits désordonnés qui y ont été inscrits avaient été respectés parce que considérés comme signifiants.

12À y regarder de près, on constate en effet que l’ensemble des traits est organisé en deux pans symétriques de part et d’autre d’une figure en croix. Le plus étrange est la présence de quelques signes parallèles courbes et courts formant des sortes de guillemets aux deux extrémités (fig. 8). On n’y retrouve pas les grilles et les figurations plus élaborées, ni les autres signes géométriques minuscules que nous avons découvert juste à côté sur les roches 2 et 3, si l’on excepte les motifs en croix et en crochet. Il faut donc admettre comme probables deux choses : ces tracés furent réalisés en une seule fois par les auteurs des autres panneaux et ils expriment autre chose que le désœuvrement d’un promeneur.

Figure 9 : Rocher du Cortal Freixe, roche 1. Détail des saignées du panneau gauche (cliché M. Martzluff, se reporter également aux signes de la figure 16 C)

4.1.2. Rocher du Cortal Freixe, roche 2 (fig. 10)

13Située en dessous de la précédente, elle recèle les panneaux gravés qui sont également tournés vers le Sud et ont une forme quadrangulaire (fig. 7). Le revers porte également quelques traits. Le panneau central est formé d’une plaque en relief portant, en plus des piquetages, un motif de traits et de zigzags séparés par un axe central (Martzluff 1999, cf. fig. 6). On y observe aussi des petits signes géométriques et des piquetages fins. Au-dessus, séparées par une fissure horizontale, deux figures géométriques remplies de traits (fig. 15, à droite) pourraient s’interpréter comme des anthropomorphes très schématiques (Jean Abélanet, in verbis). Ce même genre de traces s’observe sur la bande qui encadre ce panneau vers le bord du rocher, mais en retrait. À droite, dans des quadrilatères où s’incrivent un fouillis d’incisions, avec des zigzags, apparaissent les minuscules signes dont certains semblent procéder d’un alphabet antique (Martzluff 1999, cf. fig. 7). À gauche du panneau central, un motif scalariforme est surmonté d’un signe énigmatique (fig. 10).

Figure 10 : Rocher du Cortal Freixe, roche 2. Détail des gravures du panneau gauche Motif scalariforme et divers tracés, dont des zigzags et graffiti minuscules (relevé B. Fabre, se reporter également à la figure 16C)

4.1.3. Rocher du Cortal Freixe, roche 3 (fig. 11)

14Cette roche est tabulaire, haute d’un mètre environ et surmonte une dalle horizontale où sont creusées plusieurs grosses cupules. Seul le panneau vertical orienté vers l’Est est gravé de très fines, mais profondes et courtes incisions, affectées par des piquetages désordonnés. On y trouve, dans un enchevêtrement de traits apparemment incohérents, des lignes brisées, des motifs de chevrons hachurés, un minuscule anthropomorphe et de curieux signes géométriques alignés. Diminutifs, rectilignes ou courbes, ces graffiti diffèrent sensiblement de tout ce que nous avons pu découvrir par ailleurs au titre d’une « para-écriture ». Dans la figure 11 A, Β et C, nous donnons un échantillonnage de ces signes qu’il est difficile de reproduire sur la totalité du panneau pour des raisons d’échelle, tant ils sont petits. Le recensement typologique des figures 16 A, Β et C en donne également un aperçu.

4.1.4. Rocher du Cortal Freixe, roche 4 et autres (fig. 6)

15Un peu à l’écart, un petit affleurement du substrat, très amoindri par un débitage à la pince, porte quelques incisions verticales en partie gommées par le débitage postérieur du rocher (fig. 6). Aux alentours, se trouvent des roches à cupules présentant aussi des faces propices à la gravure mais qui en sont exemptes. Contre l’une de ces roches se trouvent les restes d’une construction effondrée. L’absence apparente de traces de soc de charrue sur les pierres qui en formaient le mur pourrait être un indice d’ancienneté. En effet, s’appuyant sur l’abri de la paroi, cette structure est peut-être responsable de l’absence de gravures et, dans ce cas, sa datation par une fouille permettrait éventuellement d’apporter un argument chronologique à l’ensemble que nous venons de décrire.

4.2. Le rocher de Saint-Christophe

  • 3 Sur cette surface où le socle rocheux a été raboté par une érosion très ancienne qui a démantelé le (...)

16Aux alentours de l’église médiévale Saint-Christophe qui desservait les habitats médiévaux de Fornols et dont la voûte s’est récemment effondrée, les affleurements du substrat sont très amoindris par la recherche des matériaux qui ont servi à la bâtir3. De plus, une large partie de ce secteur est constituée d’un schiste qui s’est délité plus facilement en frites sous l’effet de l’érosion. Il n’existe que quelques chicots résiduels, souvent couverts de lichens, dont l’un est porteur de curieuses gravures présentées ici. Ce rocher ne dépasse du sol que d’un mètre cinquante et comporte des faces verticales dominant des panneaux fortement inclinés vers l’horizontale, certains gravés.

4.2.1. Panneaux inférieur (fig. 12)

17Seules les faces inclinées vers le Sud portent des incisions disposées sur deux panneaux parallèles séparés par une fissure et sur un troisième panneau adjacent, plus petit. C’est uniquement auprès de ce dernier que l’on retrouve les minuscules graffiti géométriques qui font penser à un l’alphabet ancien (voir fig. 16 A et B). Les trois panneaux reproduisent globalement le même type de représentation. Nous présentons à la figure 12 l’un de ces panneaux dont nous avons tenté de décomposer l’écheveau formé par le fouillis des incisions géométriques en trois motifs stylistiques.

Figure 11 : Rocher du Cortal Freixe, roche 3. Un détail des tracés de la partie supérieure est présenté en A et deux détails de la partie inférieure en Β et C (la lecture peut se faire dans les deux sens car ce panneau occupe le flanc vertical d’une dalle horizontale où l’on peut donc se tenir à plat ventre pour graver en sens inverse de la gravité. Ici, présentation de bas en haut (pour le détail de l’ensemble des signes, se reporter à la figure 16 A, Β et C ; relevé et D.A.O.M. Martzluff)

18On y trouve d’abord, comme sur les autres, deux quadrilatères allongés, l’un plus important que l’autre. Ils sont construits par des divisions scalariformes recoupées par des lignes brisées en chevron, l’ensemble étant couvert de traits désordonnés, certains très fins et difficilement discernables (fig. 12 A). On trouve aussi dans ce cadre des lignes courbes qui tranchent sur les représentations rectilignes, courbes qui sont matérialisées par de simples segments ou par des alignements de traits très courts et de lignes brisées en zigzag (fig. 12 Β). Un des traits pourrait figurer un arrière train de mammifère et c’est bien là le seul signe d’un rapport possible avec la roche de Fornols-Haut (fig. 12 Β, au centre du quadrilatère de droite). On y trouve enfin quelques motifs figuratifs : une ligne prolongée par cinq traits courts en éventail pouvant figurer une main, un zigzag surcreusé qui semble en provenir et deux représentations ovalaires réunies entre elles par un trait et rattachables à des signes oculaires (fig. 12 C). Une seule plage de profonds piquetages fins formant une cupule irrégulière et rappellant la technique des gravures du panneau supérieur, est visible sur le plus grand des quadrilatères (fig. 12 Β).

19L’interprétation de ces figures comme étant la représentation de deux anthropomorphes est possible sur la base de ces indices et de ceux que Jean Abélanet a révélés par ailleurs dans les ensembles explicites de Cerdagne et de Capcir (Abélanet 1989). La présence de signes oculaires peut être mise au compte d’un signe protecteur conjurant le « mauvais œil ». Ce signe est connu chez les Phéniciens, au début du premier millénaire avant notre ère et pour la civilisation ibère, dans sa seconde moitié (Abélanet op. cit.). Il est devenu commun sur les barques de pécheurs autour de la Méditerranée.

Figure 12 A, Β et C : Rocher de Saint-Christophe. Panneau inférieur droit, faiblement incliné. La partie basse se trouve à gauche, dans le sens de lecture probable. En A, deux motif quadrangulaires scalariformes et leurs chevrons ; en Β motifs curvilignes, lignes d’incisions courtes et plage piquetée dans le plus grand des quadrilatères ; en C, association des zigzags surcreusés avec le trait terminé par un éventail de cinq traits (main) et les signes en crochets bordant deux signes oculaires très fins et réunis par une ligne (relevé et D.A.O. M. Martzluff)

4.2.2. Panneau supérieur (fig. 13 et 14)

20Il s’agit, au sommet de l’affleurement, d’un roc quadrangulaire où les gravures sont tracées exclusivement sur un panneau orienté vers le Sud et qui est partagé par une profonde fissure. C’est cette fissure, évasée en V vers le sommet, qui est à la base de la construction schématique. Les incisions géométriques s’organisent dans un carré centré autour d’un profond piquetage circulaire élargissant la fissure. Ce carré est recoupé par des lignes orthogonales et diagonales affectées de traits parasites. Des plages piquetées sont concentrées dans les deux moitiés du carré, des deux côtés de la fente, à hauteur de la cupule centrale. Deux cupules plus importantes gravitent dans la partie supérieure du quadrilatère. À partir de celle de gauche, une ligne transverse recoupe la fissure et comporte cinq traits divergents aux deux extrémités qui peuvent figurer des mains (fig. 14, vue du bas). Sur la partie située à droite du panneau, une série de cupules, faites de piquetages plus profonds, dessine un motif circulaire qui surmonte un trait en zigzag.

21L’ensemble des traits et des piquetages situés autour de la fissure pourrait représenter un anthropomorphe, ici féminin, et les piquetages circulaires, associés au zigzag, un autre personnage, plutôt masculin et lié à une symbolique solaire.

5. Différents types de gravures en discussion

22Il est difficile de donner un peu plus de cohérence à l’interprétation des signes aussi frustres que les gravures linéaires et les piquetages présentés ici, et sur lesquels pèse l’épineux problème d’une association avec les phases successives d’occupation de cette montagne par l’homme, à l’aune d’un temps long. Globalement, en se basant sur la stylistique des gravures, il est possible d’être assez catégorique sur la disparition totale des formes les mieux maîtrisées de l’art figuratif animalier à la fin du Pléistocène, surtout lorsqu’il exalte des espèces fossiles, tel le mammouth, ou disparues depuis longtemps sous nos latitudes, à l’instar du renne. En Aquitaine, on peut même suivre d’assez près la mutation précoce, dès la fin du Magdalénien, de ces représentations réalistes vers des formes plus schématiques et géométriques qui, au nord des Pyrénées, sont celles que prend l’art holocène à l’Azilien, puis au Néolithique et aux Âges des métaux (Barbaza 1999, Abélanet 1986). Les gravures d’oiseaux, de bouquetins et d’isard du Pla de Vall en So ne se discutent donc pas au niveau stylistique.

23Mais rien n’empêche, a priori, que les simples signes géométriques ayant toujours accompagné les représentations du bestiaire würmien (signes barbelés, chevrons, ondulations, spirales, grilles, points, lacis de traits, etc.) ne puissent se confondre avec ceux que l’on retrouve quasiment inchangés à l’époque médiévale. Seule est pertinente l’association de ces signes ubiquistes avec des représentations figuratives. Pour la Préhistoire récente locale et la Protohistoire, ces dessins sont entièrement schématiques et géométriques (bovidés, anthropomorphes, armes, signes solaires, étoiles, etc.). Ils forment parfois de véritables récits symboliques (chasse au cerf avec chien). Ce sont ces représentations schématiques qui caractérisent l’art rupestre post-glacaire, lui-même souvent moins bien servi quant à sa datation au millénaire près que l’art préhistorique le plus ancien.

Figure 13 : Rocher de Saint-Christophe, panneau supérieur. Les gravures géométriques s’organisent autour des piquetages élargissant la fissure. Vue du bas : au niveau de la flèche, agrandissement de la ligne recoupant la fissure et munie de traits pouvant figurer 5 doigts aux extrémités (relevé M. Martzluff et R. Iund, D.A.Ο.M. Martzluff)

Figure 14 : Rocher de Saint-Christophe, Panneau supérieur vertical. Piquetages aménageant une fissure où l’on peut constater que la finesse des incisions linéaires associées rend difficile leur repérage, contrairement aux traces d’impacts (cliché M. Martzluff)

5.1. Les gravures martelées, représentations les moins ambiguës

24Cupules, croix et rigoles martelées forment le répertoire le mieux connu et, si l’on a pu trouver des cupules en contexte paléolithique, il n’y a pas de problème pour les rattacher ici au Post-glaciaire. Cela dit, l’interprétation objective de ces banales gravures qui foisonnent au Pla de Vall en So exigerait un pointage exhaustif de ces traces dans leur contexte spatial, ce qui est une tâche de longue haleine pour un résultat des plus incertains, même si cet espace pastoral reste encore largement dégagé. D’autre part, les fenêtres ouvertes dans le sous-sol seraient nécessaires pour affiner le contexte archéologique. Toutefois, il ressort de nos prospections que ces cupules, rigoles et croix sont absentes d’une large partie du territoire et qu’elles sont concentrées sur d’autres pour des raisons qui nous échappent. Sans doute faut-il y voir le résultat de l’exploitation agropastorale de cet espace. De plus, la découverte de certaines de ces représentations, parmi les plus banales, donne à réfléchir (Martzluff 1999).

25C’est le cas d’une plaque gravée de croix (fig. 15, vue de gauche), extraite du sous-sol par les labours sur le gisement antique du Cortal Freixe où les rares éléments (monnaies, fers de bétail) qui pourraient témoigner d’autres occupations, ne sont que très récents. Ce type de croix est largement attestés à proximité (Roc de les Creus à Conat, par exemple) et leur réalisation est donnée comme préhistorique sur la base d’une association fréquente avec les dolmens et d’une stylistique anthropomorphe (Abélanet 1990). Mais elles sont cependant par ailleurs souvent associées à la chrétienté récente par des contextes archéologiques ou historiques fiables (Casanova, Rovira a et b 2003).

26Une llosa sommairement équarrie, trouvée en surface près du rocher gravé du Cortal Freixe dans un contexte marqué par un habitat pastoral post-médiéval, est un autre élément de réflexion (fig. 15 au centre). Une face porte le thème de la triple enceinte et des marelles (Martzluff 1999, cf. fig. 4 A, Β, C et D), témoignage dont les contextes les plus proches et les mieux datés par ailleurs pour ce type de découverte sont le fait de superstitions d’époque moderne (Martzluff 1991 et 1992). Toutefois, une cupule est ici opposée à ces tracés récents. Bien entendu, on peut admettre que cette plaque provient du débitage d’un affleurement qui aurait déjà porté cette marque anthropique, mais on ne peut en écarter la contemporanéité et donc le caractère ubiquiste.

Figure 15 : Exemples de la diversité des gravures au Pla de Vall en So. À gauche, dallette gravée de croix piquetées et d’un signe en Τ alliant piquetage pour la barre transverse et incision profonde pour le montant ; au revers, stries dues aux travaux aratoires (cf. Martzluff 1999). Au centre, plaque avec une cupule sur la face opposée à la triple enceinte et aux tracés de marelle (cf. Martzluff 1999). À droite, figures anthropomorphes du panneau central de la roche 2 du Cortal Feixe (relevés et D.A.Ο.M. Martzluff)

  • 4 Conférence de Jean Abélanet (Bulletin de l’A.A.P.-O., n°8, décembre 1993).
  • 5 Rapporté in verbis par un témoin à l’un d’entre nous (F. Α.).
  • 6 Nous avons nous-mêmes observé ces cupules simples sur l’arc de Triomphe du pont romain de Martorell (...)

27Il est très probable que certaines cupules associées à des croix, des résilles, des signes oculaires ou des « haltères », soient liées à une démarche intellectuelle ancienne si l’on retient leur liaison fréquente avec un contexte mégalithique ou avec certains monuments cultuels, tels les autels cupulés pour libations qui sont connus dans la Protohistoire égéenne, par exemple4. Par contre, bien d’autres creusements de ce type pourraient résulter d’une activité plus concrète et moins ciblée en chronologie, par exemple la confection de poudres ou d’objets sur enclume par des bergers. Elles pourraient même dériver de pratiques plus anecdotiques, comme celle des bergers berbères des zones arides de l’Atlas marocain qui façonnent de tels petits réceptacles au sommet des roches pour recueillir la rosée afin d’abreuver leurs abeilles5. Et nous pourrions fournir ainsi bien d’autres exemples des convergences qui peuvent exister dans le façonnage de ces cupules non figuratives à diverses époques6.

5. 2. Les gravures linéaires géométriques

28Ces signes posent d’autres problèmes d’interprétation, compte tenu de leur relative rareté sur cet espace, de leur manque de liaison avec un contexte archéologique fiable, mais aussi, comme nous l’avons souligné, à cause de la dilatation possible de leur chronologie vers le Paléolithique. Notons cependant que les affleurements gravés que nous avons découverts ne semblent pas témoigner de plusieurs générations de figures étalées dans le temps. Au contraire, la roche 1 du Cortal Freixe, mais aussi les autres roches présentées ici, montrent que ce sont très probablement les mêmes graveurs qui ont couvert tous les panneaux par des incisions ou des points traitant des mêmes thèmes avec les mêmes techniques et le même style. Ainsi existe-t-il toujours, d’un panneau à l’autre, la redondance d’au moins un élément qui s’y trouve mieux représenté que les autres (forme quadrangulaire, symétrie, piquetage ou « para écriture »).

5. 2. 1. De rares figurations explicites

29Nous sommes ici frappés par l’absence d’anthropomorphe ou d’autres figurations schématiques facilement identifiables (cervidé, chiens, volatiles, arbalètes) qui accompagnent la plupart des sites de l’art rupestre holocène, dans les Aspres, en Cerdagne et en Capcir (fig. 1). Tout au plus, certains couples de figures géométriques peuvent vaguement évoquer une forme humaine (fig. 15, à droite). Comme nous l’avons vu plus haut pour les autres panneaux gravés, il faut déployer beaucoup d’attention pour y déceler quelques indices parlants en la matière.

5. 2. 2. Les graffiti « para-alphabétiques » (fig. 16)

30Toutes les roches gravées que nous avons trouvées présentent des signes qui se répètent. Certains sont très simples et dérivent de motifs cruciformes (fig. 16 A) ou en forme de crochets, de palme (fig. 16 Β). On y trouve aussi le seul anthropomorphe explicite de ce secteur (fig. 12 A). Mais bon nombre de ces graffiti minuscules et soigneusement gravés rappellent des lettres de l’alphabet ibère (fig. 16 C). Toutefois, ils sont rarement concentrés sur une ligne qui évoquerait une écriture. Lorsque c’est le cas (fig. 12 C), ils font plutôt penser à une pseudo-écriture, une sorte de jeu.

Figure 16 A, 16 Β, et 16 C : Relevé exhaustif des minuscules graffiti associés aux gravures linéaires sur les sites du Pla de Vall en So, rocher de Fornols-Haut excepté (réduction de moitié environ)
En 16 A, figurations dérivant de signes cruciformes. À l’exception des signes numérotés de 1 à 4, provenant de l’ardoisière bordant le gisement antique et des signes 5 à 8, issus du rocher de Saint-Christophe, tous ces signes sont présents sur les roches 1 à 3 du Cortal Freixe.
En 16 B, figurations dérivant de la ligne brisée, signes en crochet (en haut), signes en V, zigzags courts et signes barbelés. À l’exception des signes 1 à 3 (ardoisière) et du n° 4 (Saint-Christophe) tous sont inscrits sur les roches 1 à 3 du Cortal Freixe.
En 16 C, figurations géométriques courbes ou quadrangulaires pouvant être associées aux autres inscriptions : signes en guillemets, signes pisciformes, signes ondulés et autres plus complexes. À l’exception des signes 1 à 8 (ardoisière), tous sont inscrits sur les roches 1 à 3 du Cortal Freixe. On remarquera au bas de la figure, le signe anthropomorphe présenté à la figure 11 A et des carrés assortis de points qui miment ceux des alphabets antiques (signes BU et KU ibères)

Figure 17 : Fornols-Haut, abri de berger. Panneau vertical piqueté ; vue des parties où les impacts dessinent des motifs en écusson. Quelques traits fins subverticaux sont associés à ces traces, l’ensemble restant très discret, quasiment imperceptible en pleine lumière (relevé et D.A.O.M. Martzluff)

Figure 18 : Rocher gravé de Fornols-Haut. Les carrés surimposés sur le cliché indiquent respectivement les zones présentées aux figures 19 et 20 (n° 1, piquetages et n° 2, lacis de traits) ; pour les détails, se reporter à ceux déjà publiés (panneau C1, zones F et O, cf. Sacchi 1987 et 1988). La flèche indique la position actuelle de la dalle mobile creusée d’une cupule (se reporter à la figure 6). C’est derrière le rocher, vers le Nord, qu’ont été trouvés les mobiliers rapportables à la Préhistoire récente (échelle au centre, cliché M. Martzluff, août 2004)

Figure 19 : Rocher de Fornols-Haut, panneau C1, zone O. Fouillis de traits où l’on distingue deux lignes brisées en zigzag (surlignage d’après photo, M. Martzluff)

5. 3. Des piquetages fins originaux

31Sauf sur le panneau supérieur de Saint-Christophe, ces piquetages nous paraissent très désordonnés et sont toujours associés à des incisions linéaires. En réalité, nous avons découvert, près de la piste menant à Fornols-Haut, une roche où ces traces sont assez bien organisées en motifs géométriques (Martzluff 1999). Or, ces représentations figuratives peuvent donner une indication chronologique. En effet, ce sont deux quadrilatères séparés chacun en deux quartiers par un trait vertical (fig. 17) qui, non seulement rappellent la symétrie des figures que nous avons présentées plus haut, mais encore trouvent un écho dans deux ou trois signes piquetés sur des dalles de chloritoschiste du Valat de la Figuerassa (Tarerach, fig. 1, n°33). Les plaques martelées du Valat représentent surtout des motifs en rouelle qui ont été associés à la phase II des gravures du site, phase attribuable au Bronze final (Abélanet 1989).

6. Regards sur le rocher de Fornols-Haut (fig. 18)

32Les gravures figuratives très réalistes de ce rocher sont assorties de piquetages (fig. 20 A et B) et de lacis de traits où émergent de rares représentations géométriques (cf. zigzags, fig. 19). Ce qui est connu de ces gravures non figuratives par les publications, d’après des études faites in situ et sur des moulages (Sacchi 1987, Sacchi et coll 1988), ne mentionne pas les miniscules graffiti évoquant une sorte d’écriture. Pour notre part, nous n’avons rien vu de tel sur place, après un examen superficiel toutefois. L’étude tracéologique a révélé que les figurations données pour paléolithiques avaient bien été gravées avec un outil de pierre dure, confirmant ainsi ce que donnait l’étude stylistique (D’Errico et alii 2002). Pour les autres types d’incisions géométriques ou pour les piquetages jouxtant les figurations animalières et publiés avec le lot paléolithique, l’outil de pierre n’est pas exclu, mais ne peut être déterminé sur une large partie du lot (pas de rayures multiples dans les traits). Il peut donc tout aussi bien avoir été en métal. Certains piquetages nous ont semblé recouper les dessins animaliers (fig. 20 Β), mais cela demande à être étudié au cas par cas et avec des instruments appropriés. D’après ceux qui les ont étudiées, les incisions géométriques et les piquetages portent une patine qui les distingue de tracés localisés uniquement dans la partie inférieure des panneaux, ces derniers étant donnés pour les plus récents. (Sacchi 1987, D’Errico, op. cit.).

Figure 20 A et Β : Rocher de Fornols-Haut, panneau Cl, zone F Piquetages profonds près des figurations animales, ici une tête d’isard et deux arrière-trains (D.A.O. d’après photo, M. Martzluff)

Conclusion

33L’étude détaillée des roches gravées du Ρla de Vall en So montre que ces manifestations procèdent vraisemblablement de plusieurs séquences chronologiques, la plus ancienne posant finalement le moins de problèmes. À la période « mégalithique » (Néolithique-Bronze moyen) peuvent sans doute se rattacher pour partie les cupules et autres signes martelés avec des percuteurs de quartz. Par contre, les incisions linéaires géométriques et les piquetages fins que nous avons présentés ici pourraient s’inscrire dans le premier millénaire avant notre ère, y compris pour ce qui est du rocher de Fornols-Haut. Mais des chevauchements chronologiques sont possibles pour des figurations géométriques où le fouillis et la finesse des traits rendent l’interprétation stylistique difficile. Il ne fait pas de doute qu’une étude tracéologique des gravures du Cortal Freixe et de Saint-Christophe aiderait à mieux comprendre l’art rupestre de cette montagne dans sa globalité.

Bibliographie

Abélanet 1985 : ABÉLANET (J.) - Le premier site de l’art rupestre paléolithique à l’air libre, le rocher gravé de Campôme, Conflent n° 133, Prades 1985, p. 3-7, 4 fig.

Abélanet 1986 : ABÉLANET (J.) - Signes sans paroles : cent siècles d’art rupestre en Europe occidentale, Hachette, Paris ; 345 pages, 74 fig., 34 photos.

Abélanet 1989 : ABÉLANET (J.) - Les roches gravées nord-catalanes, Vol. 5 du Centre d’Études Préhistoriques Catalanes, Université de Perpignan 1989, 340 p., 74 fig.

Abélanet 2003 : ABÉLANET (J.) - Les roches à entailles ou pseudo-polissoirs des Pyrénées catalanes et leur rapport avec le style rupestre linéaire, 1er Congres internacional de gravats rupestres i murals, Homenatge a Luis Diez-Coronel, (Lleida, 23-27 de novembre de 1992), Juan-Ramon Gonzales Pérez dir., Institut d’Estudis Ilerdencs, Lleida ; p. 595-618, 12 fig., 8 photos.

Barabaza 1999 : BARBAZA (M.) - De - 10000 à - 5000 ans. Les civilisations postglaciaires. La vie dans la grande forêt tempérée, Maison des Roches ed., 1999, 128 p, 75 fig.

Blaize 1995 : BLAIZE (Y.) - El Pilo de Fornols : de nouvelles gravures rupestres au Pla Vall en So (Conflent), Travaux de Préhistoire Catalane, vol. 8, Centre d’Études Préhistoriques Catalanes, Université de Perpignan 1995, p. 67-72, 4 fig.

Branger 1964 : BRANGER (F.) - Le plateau de Balensou, Conflent n° 20, Prades 1964, p. 59-65, 2 fig.

Casanova, Rovira a et b 2003 : CASANOVA i ROMEU (Α.), ROVIRA i PORT (J.) -

a) « Status quaestionis » de les representaciones gravades medievals a Catalunya. Una vista de conjunt. Actes del Ier congres internacional de gravats rupestres i murais, homenatge a Lluis Diez-Coronel, Lleida, 1992, Joan-Ramon Gonzàles Perez (dir.), Institut d’Estudis Ilerdencs 2003, p. 637-684, 9 fig.

b) Els graffiti i els gravats postmedievals de Catalunya. Actes del Ier congres internacional de gravats rupestres i murais, homenatge a Lluis Diez-Coronel, Lleida, 1992, Joan-Ramon Gonzàles Perez (dir.), Institut d’Estudis Ilerdencs 2003, p. 789-831, 10 fig.

D’Errico et alii 2002 : D’ERRICO (F.), SACCHI (D.) ET VANHAEREN (M.) - L’analyse technique de l’art gravé de Fornols-Haut, Campôme, France, implications dans la datation des représentations de style paléolithique des sites de plein air. L’art paléolithique à l’air libre. Le paysage modifié par l’image. Actes du colloque de Tautavel, oct. 1999 (Sacchi dir.), GAEP et GÉOPRÉ 2002, p. 75-86, 14 fig.

Martzluff 1991 : MARTZLUFF (M.) - Corpus des pétroglyphes relevés sur les façades de l’église médiévale de la Sainte Trinité (Bellpuig, P.-O.), Conflent n° 173, Prades 1991, p. 28-56, 63 fig.

Martzluff 1992 : MARTZLUFF (M.) - Note sur deux gravures post-médiévales découvertes en Cerdagne, Conflent n°175, Prades 1992, p. 25-30, 3 fig.

Martlzluff 1998 : MARTZLUFF (M.) - Le paysage bocager de Cerdagne : approche archéologique de l’impact de la société paysanne sur le substrat minéral. Le Paysage rural et ses acteurs, Première journée d’Étude du C.R.Hi.S.M., Presses Universitaires de Perpignan 1999, p. 229-244, 5 fig.

Martzluff 1999 : MARTZLUFF (M.) - L’art rupestres du Ρla de Vall en So en Conflent (P.-O.) dans son contexte archéologique. Note préliminaire, Préhistoire ariégeoise. Bulletin de la Société Préhistorique Ariège-Pyrénées, t. LV, 1999, p. 265-380, 17 fig.

Sacchi 1987 : SACCHI (D.) - L’art paléolithique des Pyrénées roussillonnaises, Études offertes à P. Ponsich, Le Publicateur, Perpignan 1987, p. 47-52, 6 fig.

Sacchi et coll. 1988 : SACCHI, en collaboration avec ABÉLANET (J.), BRULÉ (J.-L.), MASSIAC (Y.), RUBIELLA (C.) ET VILLETTE (P.) - Les gravures rupestres de Fornols-Haut, Pyrénées-Orientales. L’Anthropologie, 92 (1), p. 87-100.

Sacchi 2002 : SACCHI (D.) - L’art paléolithique à l’air libre. Le paysage modifié par l’image. Actes du colloque de Tautavel, oct. 1999 (Sacchi dir.), GAEP et GÉOPRÉ 2002, 246 p., nombreuses ill.

Notes

1 C’est Jean Abélanet qui en est l’inventeur et qui en reconnaît le premier le caractère paléolithique (Abélanet 1985). Il sauve une première fois le site de la destruction, avec l’aide de la DDA des P.-O. et de l’ONF, lorsque le secteur fut défoncé au bulldozer afin d’être planté en résineux au début des années 80. C’est sous sa conduite, avant ces travaux, qu’une première prospection collective est alors réalisée autour du rocher de Fornols par la jeune Association Archéologique des P.-O., créée en 1982.

2 À l’initiative de Jérôme Kotarba, afin de compléter la Carte Archéologique de la Gaule dont il dirige la publication pour les P.-O., avec un pointage des indices au réel et le prélèvement des monnaies. Ces mobiliers sont conservés au Dépôt archéologique départemental des P.-O.

3 Sur cette surface où le socle rocheux a été raboté par une érosion très ancienne qui a démantelé les vieux remplissages alluviaux et leurs galets, le moindre rocher est précieux. Ainsi, nous avons trouvé une meule préhistorique en granite, probablement ramassée dans l’environnement proche, dans un mur de cet édifice.

4 Conférence de Jean Abélanet (Bulletin de l’A.A.P.-O., n°8, décembre 1993).

5 Rapporté in verbis par un témoin à l’un d’entre nous (F. Α.).

6 Nous avons nous-mêmes observé ces cupules simples sur l’arc de Triomphe du pont romain de Martorell qui enjambe le Llobregat, dans la Généralité de Catalogne ; leur polissage, leur position sur les blocs gréseux très érodés par l’air marin, ainsi que leur association avec d’autres marques, laissent peu de doute sur un âge bien postérieur à l’édification du monument.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Situation, dans leur contexte géologique et archéologique, des gravures rupestres du Pla de Vall en So en Conflent (Pyrénées-Orientales)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4133/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Figure 2 : Vue, vers le Nord, d’une partie du Pla de Vall en So. Au premier plan, un dolmen éventré ; plus loin, au-delà d’un ravin souligné par une végétation arbustive, la zone archéologique du Cortal Freixe (cliché M. Martzluff)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4133/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Figure 3 : Rocher de Fornols-Haut. Figurations de têtes de bouquetins et d’ongulés indéterminés (d’après un relevé de Jean Abélanet, en 1984)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4133/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Figure 4 : Rocher de Fornols-Haut (se reporter également à la figure 19). Dalle mobile creusée d’une grande cupule centrale, gisant au pied de la face verticale gravée et qu’il faut peut-être mettre au compte de l’occupation du site pendant la Préhistoire récente (cliché M. Martzluff)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4133/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Figure 5 : Roche de Catllaurens. Pointement du substrat schisteux associant cupules et rigoles dans un orignal motif de résille en éventail et dont le moulage a été présenté lors du colloque dans l’exposition « Roches ornées, roches dressées » (D.A.Ο.M. Martzluff d’après un cliché de J. Abélanet)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4133/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Figure 6 : Rocher du Cortal Freixe, roche 4 (se reporter à la figure 7). Le long d’un joint du feuilletage schisteux (flèche), les traces d’impacts sont imputables au travail de débitage à la pince probablement lié à la bergerie. À l’emplacement de la mire, d’autres impacts dans le plan de schistosité ont provoqué le clivage et l’arrachement d’un petit bloc, comme l’atteste la partie manquante des gravures verticales dans le vide créé (cliché M. Martzluff)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4133/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Figure 7 : Rocher du Cortal Freixe. Vue d’ensemble des panneaux gravés sur les rochers 1 à 3 (cliché M. Martzluff)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4133/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Figure 8 : Rocher du Cortal Freixe. Gravures linéaires de la roche 1 : ensemble de traits verticaux se développant sur 140 cm en longueur et 50 cm en hauteur environ. On peut voir dans le coin supérieur gauche et le coin inférieur droit les curieux « guillemets » qui encadrent cette représentation, elle-même scindée en deux volets à partir d’un motif cruciforme central. Les piquetages sont rares, mais trois plus importants apparaissent sur le panneau droit. En grisé, la partie agrandie sur la figure 9 (relevé F. Jouy-Avantin, D.A.O. M. Martzluff)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4133/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Figure 9 : Rocher du Cortal Freixe, roche 1. Détail des saignées du panneau gauche (cliché M. Martzluff, se reporter également aux signes de la figure 16 C)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4133/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Figure 10 : Rocher du Cortal Freixe, roche 2. Détail des gravures du panneau gauche Motif scalariforme et divers tracés, dont des zigzags et graffiti minuscules (relevé B. Fabre, se reporter également à la figure 16C)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4133/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Figure 11 : Rocher du Cortal Freixe, roche 3. Un détail des tracés de la partie supérieure est présenté en A et deux détails de la partie inférieure en Β et C (la lecture peut se faire dans les deux sens car ce panneau occupe le flanc vertical d’une dalle horizontale où l’on peut donc se tenir à plat ventre pour graver en sens inverse de la gravité. Ici, présentation de bas en haut (pour le détail de l’ensemble des signes, se reporter à la figure 16 A, Β et C ; relevé et D.A.O.M. Martzluff)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4133/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Figure 12 A, Β et C : Rocher de Saint-Christophe. Panneau inférieur droit, faiblement incliné. La partie basse se trouve à gauche, dans le sens de lecture probable. En A, deux motif quadrangulaires scalariformes et leurs chevrons ; en Β motifs curvilignes, lignes d’incisions courtes et plage piquetée dans le plus grand des quadrilatères ; en C, association des zigzags surcreusés avec le trait terminé par un éventail de cinq traits (main) et les signes en crochets bordant deux signes oculaires très fins et réunis par une ligne (relevé et D.A.O. M. Martzluff)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4133/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Figure 13 : Rocher de Saint-Christophe, panneau supérieur. Les gravures géométriques s’organisent autour des piquetages élargissant la fissure. Vue du bas : au niveau de la flèche, agrandissement de la ligne recoupant la fissure et munie de traits pouvant figurer 5 doigts aux extrémités (relevé M. Martzluff et R. Iund, D.A.Ο.M. Martzluff)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4133/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Figure 14 : Rocher de Saint-Christophe, Panneau supérieur vertical. Piquetages aménageant une fissure où l’on peut constater que la finesse des incisions linéaires associées rend difficile leur repérage, contrairement aux traces d’impacts (cliché M. Martzluff)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4133/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Figure 15 : Exemples de la diversité des gravures au Pla de Vall en So. À gauche, dallette gravée de croix piquetées et d’un signe en Τ alliant piquetage pour la barre transverse et incision profonde pour le montant ; au revers, stries dues aux travaux aratoires (cf. Martzluff 1999). Au centre, plaque avec une cupule sur la face opposée à la triple enceinte et aux tracés de marelle (cf. Martzluff 1999). À droite, figures anthropomorphes du panneau central de la roche 2 du Cortal Feixe (relevés et D.A.Ο.M. Martzluff)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4133/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Figure 16 A, 16 Β, et 16 C : Relevé exhaustif des minuscules graffiti associés aux gravures linéaires sur les sites du Pla de Vall en So, rocher de Fornols-Haut excepté (réduction de moitié environ)En 16 A, figurations dérivant de signes cruciformes. À l’exception des signes numérotés de 1 à 4, provenant de l’ardoisière bordant le gisement antique et des signes 5 à 8, issus du rocher de Saint-Christophe, tous ces signes sont présents sur les roches 1 à 3 du Cortal Freixe.En 16 B, figurations dérivant de la ligne brisée, signes en crochet (en haut), signes en V, zigzags courts et signes barbelés. À l’exception des signes 1 à 3 (ardoisière) et du n° 4 (Saint-Christophe) tous sont inscrits sur les roches 1 à 3 du Cortal Freixe.En 16 C, figurations géométriques courbes ou quadrangulaires pouvant être associées aux autres inscriptions : signes en guillemets, signes pisciformes, signes ondulés et autres plus complexes. À l’exception des signes 1 à 8 (ardoisière), tous sont inscrits sur les roches 1 à 3 du Cortal Freixe. On remarquera au bas de la figure, le signe anthropomorphe présenté à la figure 11 A et des carrés assortis de points qui miment ceux des alphabets antiques (signes BU et KU ibères)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4133/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Figure 17 : Fornols-Haut, abri de berger. Panneau vertical piqueté ; vue des parties où les impacts dessinent des motifs en écusson. Quelques traits fins subverticaux sont associés à ces traces, l’ensemble restant très discret, quasiment imperceptible en pleine lumière (relevé et D.A.O.M. Martzluff)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4133/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Figure 18 : Rocher gravé de Fornols-Haut. Les carrés surimposés sur le cliché indiquent respectivement les zones présentées aux figures 19 et 20 (n° 1, piquetages et n° 2, lacis de traits) ; pour les détails, se reporter à ceux déjà publiés (panneau C1, zones F et O, cf. Sacchi 1987 et 1988). La flèche indique la position actuelle de la dalle mobile creusée d’une cupule (se reporter à la figure 6). C’est derrière le rocher, vers le Nord, qu’ont été trouvés les mobiliers rapportables à la Préhistoire récente (échelle au centre, cliché M. Martzluff, août 2004)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4133/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Figure 19 : Rocher de Fornols-Haut, panneau C1, zone O. Fouillis de traits où l’on distingue deux lignes brisées en zigzag (surlignage d’après photo, M. Martzluff)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4133/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Figure 20 A et Β : Rocher de Fornols-Haut, panneau Cl, zone F Piquetages profonds près des figurations animales, ici une tête d’isard et deux arrière-trains (D.A.O. d’après photo, M. Martzluff)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4133/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 86k

© Presses universitaires de Perpignan, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search