Version classiqueVersion mobile

Roches ornées, roches dressées

 | 
Michel Martzluff

2 - Aux sources des arts et des mythes

Réfléchir à la conservation et à la valorisation des mégalithes et des roches gravées dans les Pyrénées-Orientales

Valérie Porra-Kuteni

Résumé

Les recherches initiées dans le département des Pyrénées-Orientales par Jean Abélanet ont montré qu’il était très riche en dolmens et roches gravées. À partir d’expériences récentes menées avec succès autour du Château-Musée de Belesta, sont proposées ici quelques pistes de réflexion sur leur conservation et leur restauration, toujours problématiques, ainsi que sur la mise en valeur auprès du public de ces précieux vestiges archéologiques

Texte intégral

Introduction

1L’intérêt porté aux « Antiquités celtiques » par les sociétés savantes dans la seconde moitié du XIXe siècle a eu tôt fait de focaliser l’attention des chercheurs sur « les pierres druidiques ». Dans les Pyrénées-Orientales, ce sont d’abord quelques érudits, tel Jaubert de Passa dans le Publicateur des P.-O., dès 1832, puis Renard de Saint-Malo en 1837, et enfin quelques autres membres de la Société Philomatique de Perpignan, fondée en 1834 et devenue en 1843 la Société Agricole, Scientifique et Littéraire des P.-O., qui ont débuté ces investigations. Mais l’état des connaissances sur la question, outre la confusion portant sur leur âge et sur leur interprétation, se bornait au début du XXe siècle à la publication de quelques monuments mégalithiques exceptionnels et de leurs gravures piquetées (Donnezan 1906 ; Vidal 1921 ; Devaux 1934). Ce sont les travaux de Jean Abélanet qui, après la seconde guerre mondiale, ont révélé au grand public la richesse du département en dolmens et roches gravées. Jean Abélanet poursuivait un recensement initié par Pierre Ponsich en 1949 et qui avait fourni à Luis Pericot pour sa thèse un inventaire de 29 dolmens (dont un certain nombre se sont avérés, par la suite, être de pseudomégalithes).

2Il a cependant fallu attendre la fin du XXe siècle pour que la conservation et la valorisation du patrimoine mégalithique soient étroitement associées à la recherche. En effet, la société a pris conscience de la valeur de ce patrimoine en termes de rareté, d’unicité, et de témoignage d’un passé aux traces ténues. L’archéologie préhistorique a bénéficié aussi de l’intérêt du grand public pour l’environnement naturel dans lequel les monuments de ces époques sont généralement présents. Si les habitats préhistoriques de plein air sont généralement peu spectaculaires dans les Pyrénées de l’Est et qu’il est très difficile de les valoriser in situ, il n’en est pas de même des mégalithes et des roches gravées anciennes. Leur capacité à susciter l’imaginaire et à évoquer le merveilleux les rend très populaires auprès de tous les publics, jeunes ou plus âgés, lettrés ou non. Il est vrai que l’archéologie ne peut répondre à toutes les interrogations, et les réponses partielles et rigoureuses sur la chronologie, la typologie et la fonction de ces constructions ne satisfont pas la soif de mystère du grand public. Mais qu’importe. Les monuments et les gravures sont bien présents dans le paysage et leur « silence » permet à chacun sa propre interprétation.

3Si le tourisme balnéaire est devenu l’une des principales « industries » nord-catalanes, on voit se développer, depuis une dizaine d’années, un attrait considérable pour l’arrière-pays. Avec cet essor du tourisme vert, chaque petit village cherche à valoriser au mieux son terroir, riche de garrigues ou de forêts préservées, de multiples petites églises romanes et/ou baroques et, bien sûr, de dolmens ou de roches gravées. Il est tentant pour les élus de ces communes victimes d’une désertification toujours plus importante, de mettre en avant un patrimoine nouvellement attractif, mais pas toujours « présentable ».

1. Les mégalithes

1.1. État des lieux

4Les Pyrénées-Orientales comptent à ce jour plus d’une centaine de dolmens situés surtout dans les massifs montagneux et leur nombre ne cesse d’augmenter au fil des prospections et des découvertes fortuites. On doit à Jean Abélanet la connaissance des deux tiers des mégalithes actuellement recensés.

5Le tumulus qui entourait ces monuments est rarement conservé, car il a servi de carrière pour la construction de nombreuses feixes (murs de soutènement des terrasses cultivées) et autres casots de bergers ou de viticulteurs. Les types de construction de la chambre funéraire ne sont pas très variés. Françoise Claustre en dénombre 5 catégories liées à une évolution chronologique qui va des cistes du Ve millénaire jusqu’aux caissons appareillés du IIe millénaire avant J.-C. (Claustre 1998). Leurs dimensions modestes n’autorisent qu’une chambre unique. L’entrée est le plus souvent orientée vers l’est et/ou le sud (Hoskin 1998). Pour la plupart, ces monuments ont été pillés et livrent à la fouille les témoignages de leurs nombreuses occupations, tant préhistoriques qu’historiques.

6Parmi de nombreuses pierres plantées jusqu’à une période très récente pour servir de bornes, les vrais menhirs sont très rares dans les Pyrénées-Orientales, et seuls trois de ces monuments y sont vraiment attestés (Abélanet 1984).

1.2. État de conservation

7Les dolmens (10 m de diamètre, tumulus compris), comme les menhirs, ont été relativement bien protégés par leur masse imposante qui a freiné l’ardeur des plus vaillants défricheurs. Mais après 1950, l’utilisation de gros engins pour les travaux agricoles a permis le déplacement aisé des grandes dalles qui les constituent. Seuls les monuments situés en coin de parcelle, ou sur des hauteurs difficilement accessibles ont été épargnés d’une destruction complète. Pas un seul dolmen intact n’a encore été découvert dans les Pyrénées-Orientales.

2. Restauration et valorisation

  • 1 Par exemple dans le domaine patrimonial (visite des sites et monuments historiques classés) ou enco (...)

8Devant l’engouement bien réel du public pour ces « vénérables pierres », il était tentant que les communes rurales peu attractives souhaitent mettre en valeur leur patrimoine préhistorique. Cependant, alors que certains gisements archéologiques peuvent être « racontés » dans des musées de site, comme c’est le cas de la Cauna de l’Arago au Musée de Tautavel et de la Cauna de Bélesta au Château-Musée de Bélesta-de-la-Frontière, les dolmens sont difficilement transportables et perdent beaucoup de leur intérêt hors de leur contexte initial, d’autant qu’ils sont ordinairement implantés dans des paysages dégagés (crête de montagne, col, mamelon, etc.). La multiplication des musées pourrait être bénéfique pour un territoire, si elle faisait partie d’une véritable stratégie culturelle de la part des collectivités territoriales et de l’État. Mais cette synergie qui existe et qui commence à porter ses fruits dans certains domaines1 n’est malheureusement pas encore bien établie en ce début de XXIe siècle. C’est ainsi que les élus font généralement appel aux archéologues pour trouver au cas par cas des solutions de mise en valeur des dolmens découverts sur leur propre commune ou pour créer un musée.

  • 2 Archéologues, alors doctorants au Centre d’anthropologie des sociétés rurales à Toulouse.

9Cependant une expérience originale en pays catalan fut initiée de 1993 à 1997. Dans le cadre d’une charte intercommunale du Canton de Vinça regroupant une dizaine de communes, les maires concernés ont trouvé le financement pour mettre en place une équipe d’archéologues dont la mission a été de prospecter, de fouiller et de mettre en valeur les dolmens de ce territoire. C’est ainsi qu’en 1993, la fouille puis la restauration du dolmen du Moli del vent à Bélesta nous fut confiée (fig. 1). L’opération s’est ensuite poursuivie ailleurs, sous la direction de Jean-Philippe Bocquenet et Richard Iund2, par la prospection d’une partie de la vallée de la Tet, du Riberal au Confient, et par la fouille et la restauration de cinq dolmens du Riberal (Iund, Porra-Kuteni 2002). La création d’une « piste des dolmens » devait permettre à chacun de découvrir des mégalithes restaurés et de passer par des villages situés généralement hors des circuits touristiques. Une plaquette/guide fut éditée en 1995 (Bocquenet 1995).

Figure 1 : Dolmen du Moli del Vent après restauration, à Bélesta (cliché V. Porra)

10Si la fouille de ces structures dolméniques rentre dans le cadre d’une méthodologie scientifique bien établie aujourd’hui, il n’en va pas de même pour la restauration. En effet, il est nécessaire de faire des choix, parfois arbitraires, pour la plupart des restaurations de ces monuments qui sont, dans leur grande majorité, très dégradés. Il arrive même que l’emplacement de l’entrée ne soit quasiment pas discernable, et que la position de la dalle de couverture, déplacée anciennement, ne permette pas de retrouver sa position initiale. Quant au tumulus, lorsqu’il en reste des traces, il est rare qu’il soit conservé sur plus de trois assises.

11La question des choix de reconstitution « idéale » d’un dolmen (après étude et à partir des matériaux qui le composent, les dalles d’origine en l’occurrence) sur les bases des connaissances actuelles de l’architecture funéraire de cette période, se pose avec force, comme elle a pu se poser pour des monuments d’autres périodes. La réponse au problème diffère selon les acteurs du Patrimoine :

  • La stricte rigueur scientifique proclamerait un « non » catégorique en vertu du respect de l’intégrité du monument dans son dernier état.

  • La responsabilité du conservateur pourrait faire pencher pour un « oui » dans la mesure où la restauration protège les structures anciennes (cf. dolmen de Bélesta, Porra-Kuteni 2003).

  • La réponse affirmative de l’agent de développement touristique aura pris en compte la nécessité de présenter au plus large public un monument compréhensible dans sa fonction originelle, par conséquent restitué au plus près de son intégralité supposée en l’état des connaissances du moment.

3. Les roches gravées

3. 1. État des lieux

12Là encore, c’est à Jean Abélanet et à ses prospections assidues que nous devons l’essentiel de nos connaissances sur les roches gravées nord-catalanes, travaux rassemblés dans sa thèse en 1977 et publiés en 1990 (Abélanet 1990). Moins célèbres que celles du Val Camonica ou de la Vallée des Merveilles dans les Alpes, ces « roches ornées » n’en restent pas moins des témoins émouvants des occupations très « anciennes » des Pyrénées. On les trouve partout où la roche affleure, c’est-à-dire sur la plus grande partie des P.-O., à l’exception de la plaine alluviale du Roussillon.

13Deux groupes se distinguent : celui des incisions linéaires sur les schistes et celui des gravures plus épaisses sur des roches plus dures, granite, gneiss ou calcaire. La datation des gravures fines reste le plus souvent problématique en l’absence de contexte archéologique associé. Toutefois, la typologie des formes et l’étude des outils utilisés peuvent fournir des indications chronologiques. Les gravures sur schiste ont souvent été réalisées par des pointes très fines dont l’empreinte permet de déterminer l’usage d’outils métalliques et de les caler dans les périodes historiques ou des premiers âges du métal pour les plus anciennes.

  • 3 Voir sur ce problème, dans le même ouvrage, l’article de Georges et Sabine Castellvi.
  • 4 Voir également dans le même ouvrage l’article de Jean-Pierre Comps sur les nefs médiévales et moder (...)

14Leur signification est difficile à découvrir en l’absence de parole ou d’écrits déchiffrables3. On doit donc se limiter à un catalogue des représentations abstraites ou figurées. Parfois, des rapprochements avec des exemples datés et reconnaissables donnent des pistes d’interprétation4. Un autre exemple fameux est celui du rocher de Fornols-Haut à Campôme dont le bestiaire figuratif gravé renvoie au Paléolithique supérieur (fig. 2). Dans ce cas, l’étude des traces laissées par les pierres taillées utilisées pour sa réalisation a bien appuyé l’étude stylistique. (Sacchi 1988 et d’Errico 2002).

Figure 2 : Art gravé magdalénien du Pla de Vall en So, tête d’isard sur le rocher de Fornols-Haut, à Campôme (cliché M. Martzluff)

  • 5 Voir la carte publiée ibidem dans l’article de Michel Martzluff et alii.

15Le deuxième groupe de gravures, plus marquées, est constitué de cupules, de croix et d’autres signes géométriques profondément creusés dans le roc (fig. 3). Il semble que les cupules aient été obtenues par piquetage puis par percussion et polissage à l’aide d’un galet de roche dure. On les trouve soit sur des roches affleurantes des massifs du Canigou, du Madres, du Carlit5 (Abélanet 1989), soit sur les dalles de couverture des dolmens (Creu de la Llosa à Saint-Michel de Llotes, Coll de la Llosa à Casefabre, etc.) et parfois même sur de petits blocs pris dans le tumulus d’un mégalithe comme au Coll de la Llosa à Casefabre et au Poste de Tir, à Saint-Michel de Llotes (Iund 2003). Croix et cupules sont souvent associées sur des tables dolméniques, mais des croix seules peuvent aussi se combiner avec d’autres signes tout aussi difficiles à interpréter (Cauna de Périllos et carrière de Vingrau). Si les auteurs anciens ont émis plusieurs hypothèses sur les gravures d’ambiance dolménique, toutes invérifiables, celle évoquant l’utilisation de liquide pour des libations rituelles semble la mieux étayée, surtout lorsque les cupules sont reliées entre elles par des rigoles taillées dans la pierre, comme à Catlaurens (Abélanet 1990). Lorsqu’ils sont rattachés à un contexte mégalithique, ces signes pourraient s’étaler du milieu du IIIe millénaire jusqu’à la fin du 1er millénaire avant J.-C.

Figure 3 : Cupules en contexte dolménique au Pla de Vall en So (cliché M. Martzluff)

3. 2. Conservation et valorisation

16Si l’on reconnaît parfois des superpositions de signes gravés d’époques différentes, dans la majorité des cas leur situation géographique d’accès difficile les a protégés. Au milieu du maquis dans les Aspres, près d’un lac d’altitude en Capcir, ou encore cachées dans un bosquet feuillu loin d’une vigne, elles furent épargnées pendant des siècles voire des millénaires. Connues du grand public par les publications et les conférences de Jean Abélanet, puis de Pierre Campmajo pour la Cerdagne (Campmajo 1987), leur puissante évocation du merveilleux les a parfois exposées au danger car le développement du tourisme vert et l’afflux massif de promeneurs chaque dimanche en montagne, dans les maquis ou la garrigue a pu être fatal à certaines de ces œuvres, victimes de comportements irrespectueux. Les sentiers balisés ou non, les chemins de randonnées et autres « pistes d’évasion » ont l’avantage de faire découvrir le patrimoine naturel et culturel, donc archéologique. Ainsi, comme pour les dolmens, certains édiles désirent valoriser leurs sites d’art rupestre. Mais ces témoignages gravés sont beaucoup plus fragiles que les « grosses pierres ». Dès lors, d’épineux problèmes de conservation apparaissent.

17Au moment de la publication de sa thèse, Jean Abélanet s’interrogeait déjà : « fallait-il ou non livrer au public la localisation exacte des roches gravées (coordonnées de l’IGN) ? La publier, n’est-ce pas exposer ces vestiges du passé au vandalisme (...) ? » « ou au contraire leur connaissance leur vaut-elle d’être respectées ? ». Finalement, sur les conseils d’amis archéologues, Jean Abélanet avait renoncé à publier les coordonnées exactes de ces roches, quitte à les fournir aux municipalités concernées « (...), aux organismes départementaux et nationaux de travaux publics et d’aménagement du territoire (...) en leur recommandant d’être attentifs (...) ».

18Bien sûr les promeneurs passionnés par le sujet arrivent toujours à retrouver ces œuvres gravées et ils ne sont pas les plus nocifs. Mais que dire de ceux qui ne sont pas instruits de ce patrimoine et qui, au détour d’un chemin, découvrent ces vestiges ? En effet, on peut aujourd’hui reconnaître certaines dégradations ambiguës, comme celles du dolmen de la Creu de la Llosa à Saint-Michel de Llotes, l’un des plus anciennement signalés, où le nombre des croix a doublé depuis les derniers relevés et s’accompagne des « traditionnelles » initiales et dates du passage des vandales, bien souvent innocents.

4. Propositions concernant la conservation et la valorisation

4.1. Les dolmens

19Pour ces structures, les questions de conservation et de valorisation doivent certainement être traitées au cas par cas, car les problématiques envisagées dépendent de leur emplacement, de leur taille, de leur état d’intégrité et de leur accessibilité. Pourtant, certaines exigences devraient accompagner toute intervention de conservation et de valorisation :

  • Fouiller et étudier le monument avant le tracé d’un chemin à proximité du site paraît indispensable.

  • Ne pas extraire le monument de son contexte est une position qui est loin d’être partagée par tous les élus dont beaucoup orneraient bien le jardin municipal avec ces pierres dressées. Or, chaque construction mégalithique fait partie intégrante d’un paysage, étant constituée de roche locale. De plus, si la végétation environnante a pu changer à travers le temps, le relief lui, n’a que peu ou pas bougé et c’est ce contexte topographique précis qui a sans doute incité les préhistoriques à choisir l’emplacement où ils ont marqué ce territoire de leur emprise et où ils ont honoré leurs morts.

20Faire connaître un dolmen à un large public le rend plus respectable et donc moins vulnérable, au moins aux yeux de la population locale, même si les appellations traditionnelles ont la vie dure tout autant que les rites qui y sont associés. Les habitants de Bélesta appellent toujours le dolmen du Moli del vent « pierre à sacrifice » et des bougies brûlent encore souvent dans la cella !

21La proximité d’un musée peut aussi être l’occasion de mettre en valeur un monument mégalithique sous des formes très variées, formes utilisées habituellement pour des expositions temporaires ou permanentes (maquettes, panneaux, vidéo, etc.). On peut citer en exemple le Château-Musée de Bélesta qui propose aux élèves, à partir de la classe de 6e, de retrouver les gestes des constructeurs de dolmens, en tirant puis hissant une pierre de 1,80 m de haut, à l’aide de moyens préhistoriques (bois, cordes, pelles en os, etc.).

4.2. Les roches gravées

22Pour les roches gravées, les problèmes de conservation sont plus aigus. Lorsque les signes se trouvent sur une pierre dont les dimensions sont modestes, celle-ci peut être prélevée et déposée dans un lieu propice à sa conservation (dépôt archéologique ou musée). Mais lorsque les roches ont des dimensions imposantes ou font partie d’un affleurement, l’extraction et le transport ne sont guère envisageables, à moins de procéder à des découpages qui peuvent s’avérer dangereux pour les vestiges. Bien sûr, dès que sont trouvées ces gravures, il faudrait qu’elles soient coordonnées, photographiées et relevées ; leur mémoire est ainsi conservée. On connaît à ce titre le très important travail de pierre Campmajo sur les roches gravées de Cerdagne, mais aussi ses inquiétudes sur le chapitre de leur protection future, car laissées in situ à la merci des curieux, l’absence de protection les rendant bien plus vulnérables qu’elles ne l’étaient face aux seules intempéries.

23Certains élus ont proposé la construction d’abris, fermés ou simplement couverts, mais cette solution – outre le fait de susciter la convoitise - coupe les vestiges de leur environnement immédiat, environnement qui a certainement déterminé les préhistoriques à choisir ces roches comme support d’expression de leurs mythes. Des moulages sont possibles, de manière à conserver des copies fidèles dans un dépôt archéologique ou à les exposer dans un musée (par exemple, la chasse au cerf de Caixas, moulée par René David à la demande de Jean Abélanet et déposée par l’A.A.P.-O. au Château-Musée de Bélesta) ou encore à les replacer dans leur contexte initial pour les visites guidées, tout en protégeant l’original. La solution muséographique semble actuellement la plus réalisable, davantage sur un plan technique que sur un plan financier ou concernant le problème de leur stockage dans les réserves. Pourtant cette réponse ne saurait être complètement satisfaisante, surtout si l’on songe aux vestiges laissés en place et qui restent exposés à toutes les dégradations. C’est le cas sur le site très connu de la Peyra escrita, dans le massif du Carlit en Capcir, pour lequel il n’y a jamais eu de campagne de moulage, contrairement à ce qui a pu se faire en Cerdagne avec Pierre Campmajo, sous la conduite du Service régional de l’Archéologie.

Conclusion

24Le problème de la sauvegarde et de la valorisation des traces archéologiques en général et des dolmens et roches gravées en particulier, est fondamentalement hé à la connaissance de la valeur de ces vestiges, aussi bien sur un plan scientifique que, plus largement sur un plan patrimonial. La prise de conscience de leur rareté et surtout de leur fragilité peut s’avérer leur meilleure protection, surtout au niveau du jeune public scolaire. Cette attitude n’est pas seulement l’affaire des spécialistes, mais nous concerne tous. C’est bien de notre histoire commune dont il s’agit, celle de nos racines que nous devons préserver, conserver et transmettre aux générations futures dans sa plus grande intégralité.

Bibliographie

Abélanet 1984 : ABÉLANET (J.) - Pierres droites, pierres plantées du Roussillon : bornes ou menhirs ?, 106eme Congrès national des Sociétés savantes, Archéologie, 1981, p. 21-38.

Abélanet 1986 : ABÉLANET (J.) - Signes sans paroles. Cent siècles d’art rupestre en Europe Occidentale, éd. Hachette, 1986, 345 p.

Abélanet 1987 : ABÉLANET (J.) - Dolmens et rites funéraires en Roussillon : pour visiter nos dolmens.

Itinéraires mégalithiques, Conflent, n° 145, Prades, 1987, pp. 3-25.

Abélanet 1989 : ABÉLANET (J.) - Les roches gravées nord-catalanes, Centre d’Études Préhistoriques Catalanes, n°5 et Revista Terra Nostra, Prades, 1990, 209 p.

Bocquenet 1995 : BOCQUENET (J.-PH.) - Piste des dolmens, Conflent - Riberal en Terres romanes, Plaquette/guide, Prades, 1995, 24 p.

Bocquenet 1998 : BOCQUENET (J.-PH.) - Mégalithisme en terres romanes, prospections thématiques sur la vallée de la Tet (P.-O.), Riberal-Prades, S.R.A. Languedoc-Roussillon, 1998, 135 p.

Campmajo 1987 : CAMPMAJO (P.) - Éléments pour une approche chronologique des gravures rupestres linéaires de Cerdagne, Études Roussillonnaises offertes à Pierre Ponsich, Perpignan, Le Publicateur, 1987, p. 69-82, 6 fig.

Claustre 1998 : CLAUSTRE (F.) - Monuments mégalithiques et grottes sépulcrales en Roussillon. In : La France des dolmens et les sépultures collectives (4500-2000 av. J.-C.), P. Soulier dir., Paris, Errance, 1998, p. 159-174.

D’Errico, Sacchi 2002 : D’ERRICO (F.), SACCHI (D.) 2002 - L’analyse technique de l’art gravé de Fornols-Haut, Campôme, France. Implications dans la datation des représentations de style paléolithique des sites de plein air, colloque de Tautavel-Campôme, L’art paléolithique à l’air libre - Le paysage modifié par l’image, Tautavel-Campôme, 7-9 octobre 1999, Saint-Estève, 2002, p. 75 - 86.

Devaux 1934 : DEVAUX (Ε.) - Dolmens à gravures du Roussillon, B.A.S.L. des P-O., 58, 1934, p. 225-239.

Devaux 1946 : DEVAUX (Ε.) - Dolmens à gravures du Roussillon, Cahiers d’Histoire et d’Archéologie, Nîmes, 1946, p. 27-34.

Donnezan 1906 : DONNEZAN (A.) - Les fouilles des cavernes et les monuments mégalithiques du Roussillon. Congrés archéologique de France, Carcassonne-Perpignan, 1906, p. 441-463.

Hoskin, Palamo 1998 : HOSKIN (M.), PALOMO (A.) - Studies in Iberian Archeoastronomy : (4) The orientations of megalithic tombs of eastern Catalunya, Journal of the History of Astronomy XXIX, Cambridge, 1998, p. 63-79.

Iund 1999 : IUND (R.) - Mégalithisme en terres romanes, prospections thématiques sur la vallée de la Tet (P-O.) – Conflent-Cerdagne, S.R.A. Languedoc-Roussillon, 1998, 96 p.

Iund 2002 : IUND (R.) - Orientation of dolmens north of the eastern Pyrenees, Archaeoastronomy, n°27 (G.H.A. XXXIII), p. S21-S28, 3 fig.

Iund, Porra-Kuteni 2003 : IUND (R.), PORRA-KUTENI (V.) - Nouvelles recherches sur le mégalithisme du nord des Aspres (P-O.), XXIIème colloque international d’archéologie de Puigcerda, Pirineus i veïns al 3r mil.lenni AC, 10-12 nov. 2000, Puigcerda, 2002, ρ 507-526.

Pericot 1950 : PERICOT GARCIA (L.) - Los sepulcres megalíticos catalanes y la cultura pirenaica, Barcelona, 1950 (inventaire de 29 dolmens, dont 5 sont des faux, fournis par Pierre Ponsich à l’auteur, cf. p. 209 à 221).

Ponsich 1949 : PONSICH (P.) - Dolmens et roches gravées du Roussillon, Revue d’Études Ligures, 1949, p. 53-61.

Porra-Kuteni 2003 : PORRA-KUTENI (V.) - Le dolmen du Moli del Vent à Bélesta-de-la-frontière, Études Roussillonnaises, tome XX, 2003, p. 23-36.

Sacchi et alii 1988 : SACCHI (D.) ABÉLANET (J.), BRULÉ (J.-L), MASSIAC (C.), RUBIELLE (C.), VILLETTE (P.) - Les gravures rupestres de Fornols-Haut, P.-O., L’Anthropologie, 92 (1), p. 87-100.

Vidal 1921 : VIDAL (P.) - Le Roussillon préhistorique, Ruscino, 15, 360 p.

Notes

1 Par exemple dans le domaine patrimonial (visite des sites et monuments historiques classés) ou encore dans le domaine écologique (projet de Parc naturel régional de Cerdagne-Capcir et Conflent).

2 Archéologues, alors doctorants au Centre d’anthropologie des sociétés rurales à Toulouse.

3 Voir sur ce problème, dans le même ouvrage, l’article de Georges et Sabine Castellvi.

4 Voir également dans le même ouvrage l’article de Jean-Pierre Comps sur les nefs médiévales et modernes de Banyuls.

5 Voir la carte publiée ibidem dans l’article de Michel Martzluff et alii.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Dolmen du Moli del Vent après restauration, à Bélesta (cliché V. Porra)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4131/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Figure 2 : Art gravé magdalénien du Pla de Vall en So, tête d’isard sur le rocher de Fornols-Haut, à Campôme (cliché M. Martzluff)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4131/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Figure 3 : Cupules en contexte dolménique au Pla de Vall en So (cliché M. Martzluff)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4131/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 105k

© Presses universitaires de Perpignan, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search