Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Roches ornées, roches dressées

 | 
Michel Martzluff

2 - Aux sources des arts et des mythes

Recherches sur quelques rites funéraires en Languedoc au Néolithique final1

Marc Bordreuil et Marie-Christine Bordreuil

Résumé

Les auteurs présentent ici quelques cavités karstiques à vocation cultuelle dans lesquelles les rites entrevus utilisent les quatre éléments : feu, eau, terre, air. Ils examineront les dépôts d’ex-voto, les offrandes d’animaux chtoniens et ouraniens, la présence de parures identitaires, le traitement de certaines parties du corps humain

Els autors presenten algunes cavitats càrstiques amb vocació cultural en les quais els rituals que s’hi entreveuen utilitzen els quatre elements: foc, aire, aigua i terra. Horn examinarà els dipòsits d’exvots, les ofrenes d’animals ctònics i urànics, la presència de guarniments identitaris, el tractament d’algunes parts del cos humà

The authors present here some karstic cavities, having a cultural vocation, in which the glimpsed rites are using the four elements: fire, water, earth, air. They will examine the ex-voto deposits, the chtonian and ouranian animal offerings, the presence of intrinsic adornments, the treatment ofsome parts of the human body

Texte intégral

  • 1 Note de l’éditeur : pour une bibliographie plus complète sur le thème, on se reportera à celle cité (...)
  • 2 LOUIS (M.) - La Préhistoire et la Bible. Les Cahiers d’Histoire et d’Archéologie, 1946, p. 121-124.

1La présente étude est un hommage à Jean Abélanet qui nous assure de longue date de sa solide amitié et avec qui l’un de nous deux partage le fait d’avoir été réduit à l’état laïc avec l’accord de ses supérieurs. Les études de Théologie, qu’elles soient catholiques romaines ou réformées calvinistes, ont l’avantage, grâce à l’étude de la Bible, et ici, en particulier, de l’Ancien Testament, de jeter une vive lumière sur les comportements religieux, comme l’avait remarqué le regretté Maurice Louis dans son article La Préhistoire et la Bible2. Il y a des analogies de part et d’autre de la Mer partagée de Jean Guilaine...

2Près de la Méditerranée, le milieu troglodyte était sans doute moins inhospitalier que cela a pu être dit. Naturellement climatisées, avec souvent l’eau courante, le « tout à l’aven » et « la piscine privative » en quelque sorte, les grottes protégeaient des éléments déchainés ou des prédateurs, les néolithiques, leurs animaux et leurs chers défunts. La proximité d’un carrefour de voies naturelles et de gîtes de matières premières était un avantage substantiel, mais les cavités ayant fourni le mobilier le plus riche et le plus abondant, ont le nec plus ultra de posséder deux entrées, ou d’avantage.

3Nous citerons donc ici les cavernes où se trouvent réunis la terre, qui est l’argile à poterie, l’eau, sous forme de ruisseaux souterrains actifs ou d’infiltrations alimentant des gours ou de grands vases citernes, l’air qui y circule parfois très violemment, le feu, amené par les hommes qui assure lumière, chaleur et cuisson des aliments depuis les débuts du Néolithique languedocien.

1. Situation et environnement archéologique des cavités funéraires du Languedoc

1.1. Grottes du Gard

  • 3 À une dizaine de mètres de l’entrée amont, l’un de nous (M. B.), avait recueilli dans une empreinte (...)

41.1.1. La Grotte des Dallettes 2 (Tharaux, Gard) se situe en falaise sur la rive gauche de la Cèze, en amont du mas ruiné des Tuilières ; ses deux ouvertures communiquent par un réseau de galeries qui ont servi de sépultures. Découverte avant 1970 par le spéléologue Paul Alméras, elle a été depuis très visitée et pillée et semble s’identifier à la grotte du Mas de Fournet 2 (Roudil 1972, 1988). Les entrées semblent avoir été fermées par des murets de dallettes, cas fréquent dans la région. Les époques plus récentes étaient représentées au-dessus d’un dallage en matériaux exogènes. Dans la zone du carrefour et sous ce dallage, des ossements chasséens dispersés ont livré groupées deux flèches tranchantes et une perçante sur lamelle de silex blond ainsi qu’une coupelle en céramique lisse à perforation sous cutanée horizontale. La récolte des tessons, dédaignés par les clandestins (travaux du Centre de Formation et de Recherche Archéologique Noiséen 2001), a livré au lavage un décor soléiforme gravé à cru sous bord de vase (fig. 1) comparable à d’autres cas du Néolithique moyen (Montjardin 1972)3.

51.1.2. La Grotte de l’Orage (Saint-Privat-de-Champclos, Gard) possède plusieurs entrées dont la principale a deux grandes dalles plantées, laissant un passage de cinquante centimètres de large. À l’entrée de la première salle, un entassement de grandes dalles exogènes a livré au C.E.S.A.ME (Centre Éclaireur Spéléologique et Archéologique de Mézelet) une stèle triangulaire portant à son sommet une ligne horizontale de sept cupules (réduites à quatre par une ancienne fracture) et une base de stèle brisée à la ceinture, avec des tessons Ferrières et Fontbouisse. Dans la salle contre la paroi de gauche, se dressait un grand vase de 90 cm de haut, à cordons en relief et trous de réparation. Les galeries et boyaux de ce dédale ont livré de nombreux débris importants de vases de l’Âge du Cuivre, du Néolithique final (Gutherz 1984) et du Chasséen.

  • 4 Nous avons aussi participé longuement à cette fouille et regrettons que l’étude n’ait pas été pours (...)

61.1.3. La Grotte du Hasard (Tharaux, Gard) dispose aussi de plusieurs entrées. Sous de riches dépôts sépulcraux des Âges du Bronze, un important ensemble de bovidés, analogue à celui de Chazelles, a été à peine entrevu (Roudil 1972 ; Roudil, Soulier 1976). Au sommet de la couche gisait une pendeloque bilobée brisée en calcite. À noter la présence d’une main humaine figurée sur la paroi à quatre mètres de haut juste avant un passage bas, et restée inédite4.

71.1.4. La Grotte des Trois Ours (Seynes, Gard) a deux grands porches communicants. Les fouilles de Philippe Magne, inédites, ont révélé une stratigraphie Bronze, Fontbouisse, Ferrières, Chasséen. Dans les salles du fond, de nombreuses sépultures pillées ont livré des tessons à décor solaire (Montjardin 1972). Une résurgence pérenne captée jaillit au pied de la cavité et au sud de « la montagne phare » qu’est le massif du Bouquet.

Figure 1 : Bord de vase à décor soléiforme, probablement chasséen ; grotte des Dallettes, Gard. (D’après Luc Jallot, D.A.O. Sabine Nadal)

Figure 2 : Structure d’accès à la salle sépulcrale, faite de statues-menhirs de type Perrière brisées ; grotte de la Rouquette, Saint-Hilaire de Brethmas, Gard. (D’après Scimia et Varéa, 1996, D.A.O. Sabine Nadal)

81.1.5. La Grotte de la Rouquette (St Hilaire-de-Brethmas, Gard) est un petit aven à deux entrées dont l’une anciennement condamnée et l’autre fort étroite (Salles 1996). Une résurgence pérenne coule au pied du mamelon. La cavité a été utilisée comme sépulture collective à l’Âge du Cuivre Fontbouisse, donnant un très riche mobilier (lithique, céramique, osseux, métallique) et des parures exceptionnelles, dont un bouton en os de bœuf, de grosses perles biconiques en cuivre, une perle en pâte de verre (avec une datation de 4000 B.P. + ou - 160, soit au 27e siècle av. J.-C.), sans oublier deux perles en plomb. Commencées après la dernière guerre par Salles, Brousse et Louis en 1950 et évoquées par Salles, Magne et Bordreuil en 1976, les fouilles ont été reprises et en partie publiées par le Groupe Alésien de Recherche Archéologique (Scimia, Varéa 1996). Des traces de présence du groupe des Bruyères et de Campaniformes anciens ont été reconnues, mais l’intérêt majeur de la cavité est la présence de statues-menhirs Ferrières brisées et remployées en combinaison avec des murets de pierre sèche pour former un bref couloir construit, dont la couverture est une stèle ététée portant un double pectoral rectangulaire gravé (Bordreuil 1989). À proximité ont été trouvés : un sommet de statue sculptée en tête de chouette, sans bouche, un fragment porteur d’un poignard stylisé style Montaïon, un tronçon de dalle avec deux seins gravés surmontant un large plastron à apex et une hache emmanchée stylisée. Une sépulture de jeune enfant a été réalisée au pied, sans que l’on sache s’il était protégé ou sacrifié. À 50 cm de profondeur, au milieu de l’étroit couloir, gisaient un bol à chevrons incrustés de blanc, retourné le fond en l’air, et une pendeloque bilobée en calcite, du Néolithique final (fig. 2).

  • 5 Avec présence de céramique à lignes horizontales et chevrons incisés parfois incrustés de blanc, po (...)

91.1.6. La Grotte de la Sartanette (Sainte-Anastasie, Gard) a été très visitée avant les fouilles de l’équipe d’André Bonnet (Bonnet et alii 1936-46) qui ont mis au jour des ossements humains, dont neuf crânes à l’entrée du « Couloir des Trépanés », vers le fond de la grotte. Dans la « Salle des stalactites » gisaient un squelette à peu près en connexion et des ossements épars, dont des os longs rangés vers les parois, et quatre crânes alignés sans leurs mandibules. L’ensemble sera attribué plus tard au Néolithique récent, grâce à la céramique et à une datation radiométrique de 4720 + ou - 110 B.P., soit vers le 33e siècle av. J.-C. (Gutherz 1984, Gascó 1990-91). Ces sépultures occupant la partie arrière de la grotte, les fouilles de la « salle des Sables » ont donné de la céramique Ferrières incisée en lignes horizontales ou chevrons, des os humains épars, du matériel lithique et osseux classique (Bonnet 1972 ; Bonnet, Malaval 1971). Dans une zone non remaniée de ce couloir, des fosses ont pu être étudiées dans la couche X2 b Ferrières et datées de 4270 + ou- 80 B.P., vers le 28e siècle av. J.-C., (Bonnet, Gutherz, Pelenc 1973)5.

  • 6 Site de plein air près de la double voie de Vézenobres (Gard), renfermant des parures et des vases (...)

10La découverte de deux statues-menhirs brisées à proximité du porche avec d’autres dalles de molasse miocène apportées de plus d’un kilomètre montre la présence d’une structure cultuelle comparable à celle de la grotte de la Rouquette : l’une d’elles porte en plus du Τ facial une hache stylisée cassée, la seconde n’ayant que le Τ facial, en tête de chouette (Agussol, Bonnet, Gutherz, Malaval, 1984). Comme à la Rouquette, les soupçons de destruction de l’édicule et les stèles se portent sur les Fontbuxiens de la couche X2a. Quant aux fosses se trouvant entre l’entrée et aux stèles, nous les pensons plutôt destinées à des offrandes qu’à des rebuts, vu la présence de parures identitaires, comme dans les fosses Ferrières inédites de la Berlaude6. La faune jointe dans la couche X2b comprend du bœuf, des ovicaprinés, du renard, du chien, des léporidés, du sanglier et du cerf.

  • 7 Ces travaux devraient aboutir à une publication exhaustive et fiable, tout comme le dolmen des Peir (...)

111.1.7. La Grotte de la Boucle (Corconne, Gard) fut découverte par S. Cours et fait l’objet depuis de fouilles programmées dirigées par H. Duday7. La cavité a été aménagée en grotte sépulcrale par les Néolithiques récents qui ont bouché l’aven et les diaclases environnantes sur 8 mètres, protégeant les dépôts et réalisant un ensemble comparable aux grands dolmens de la région du Pic Saint-Loup. Une diaclase extérieure d’environ quatre mètres de long a été régularisée par des blocs et des murets et couverte de dalles. Orientée du sud-est vers le nord-ouest, elle atteint, par un orifice étroit et surbaissé, une diaclase aménagée intérieure de longueur comparable, orientée du nord-est au sud-ouest. Une succession de marches et de paliers permettait d’arriver à la base du puits comblé sur une haute plate-forme parementée vers une salle d’environ 37 mètres carrés. Au bas de la diaclase inférieure était conservé un amas de céréales carbonisées.

  • 8 Le mobilier céramique comprend de grands vases à décor plastique de cordons disposés horizontalemen (...)

12Des dépôts funéraires d’os humains étaient déposés sur une couche exogène de « terre de Sommières » jaune, imprégnée par les sucs de décomposition (œuf identifié du parasite intestinal Trichocéphale). Il y avait aussi des structures de combustion avec des céréales carbonisées. Les ossements enchevêtrés déposés au pied de la plate-forme construite et de la paroi ouest étaient empêchés de glisser dans les soutirages par des fragments de draperies stalagmitiques brisées, calées de chant pour cela. Les ossements ont fait l’objet d’un tri sélectif, les os longs les plus volumineux et les crânes étant regroupés au pied de la paroi ouest, les plus petits restant au centre de la salle. Il faut noter un net déficit de crânes par rapport aux mandibules et que les ossements d’enfants de plus de cinq ans sont globalement logés dans l’alcôve nord8.

  • 9 En sus des non décorés, il faut énumérer ceux qui portent des pastillages repoussés ou appliqués, c (...)

13La sépulture Néolithique final Ferrières s’installa sur cette couche de condamnation en utilisant le même accès, éventuellement réaménagé. Le dépôt est daté de 4250 + ou - 100 B.P. (MC 1498), vers le 28e siècle av. J.-C. La sépulture collective reposait sur le lit de blocs apportés du dehors, certains volontairement concassés par les prédécesseurs. Les ossements sont toujours déposés en désordre apparent, les enfants rassemblés dans l’alcôve nord. Le mobilier céramique dépasse 218 vases dont un décor soléiforme9.

14La présence dans la diaclase intérieure de nombreux petits os, des mains et des pieds, de dents, de parures, de pointes de flèches, de tessons se raccordant à ceux de la salle, témoigne de nombreux transferts. Il y a plusieurs structures de combustion dans la salle avec de nombreux grains de blé carbonisés. Équipée de marches, cette diaclase renfermait un squelette de nouveau-né, peut-être plus récent. La diaclase extérieure a été condamnée à la fin du Néolithique final. Il faut noter la présence d’une fosse énigmatique à paroi verticale remplie de tessons du Néolithique final, de pierres, d’os humains et animaux, de parures et de nombreux grains de blé carbonisés (Barge 1982, Coularou et alii 1980, Duday 1977-80, Duday 1991 à 1999, Duday in verbis 2001, Gascó 1990-91, Gutherz 1984).

151.1.7. L’aven de la Rouvière (Rogues, Gard) est un site exceptionnel, puisqu’il comprend un hameau de cabanes parementées à abside, occupées par un groupe de Néolithiques à céramique Ferrières cannelée (Galant et alii 2000). La principale habitation donne dans l’aven par une entrée aménagée dans l’abside : il a fonctionné comme citerne, réserve de vivres, et sépulture ; l’accès se faisait par des structures en pierres sèches comparables, peu ou prou à celles de l’aven de la Boucle à Corconne. Leur effondrement partiel laisse voir des ossements, de la céramique et des parures, dont des pendeloques bilobées en calcite. Dans la galerie ont été déposés de grands vases à fond rond et cordons à l’extrémité de la cavité et à proximité d’une diaclase bouchée allant vers l’extérieur ; le squelette d’un enfant sans aucun mobilier gisait dans une fissure très étroite (environ 20 cm). Les auteurs, après la fouille qui a nécessité une désobstruction pénible, croient à un accident mortel. Nous émettons plutôt l’hypothèse d’un sacrifice lié au rite de condamnation des sépultures et nous en proposerons d’autres exemples (Bordreuil 1989).

1.2. Grotte de Lozère

161.2.1. La Grotte des Baumes-Chaudes (Saint Georges de Lévejac, Lozère) renfermait environ trois cent squelettes exposés sur le sol (André, Boutin 1995). Elle possède huit orifices et fut fouillée par le docteur Prunières. Les dépôts étaient recouverts de cendres ; on a trouvé dans la cavité des haches polies, des gaines de haches en bois de cerf, des outils en silex ou chaille, dont des flèches, d’autres outils en corne de cerf, des poinçons en os, une pointe en cuivre plantée entre deux côtes, une perle en cuivre au moins, de la céramique appartenant notamment au Néolithique final et moyen. Les ossements portent de nombreuses fractures, des blessures par pointes de flèches. Il y a de nombreuses trépanations, certaines cicatrisées (Hibon 1998). La datation du matériel des Baumes Chaudes est généralement attribuée à une phase récente du groupe des Treilles.

  • 10 La grotte de la Route, datable du 27e s. avant J.-C. par un bouton de Durfort, a fourni aussi un cr (...)
  • 11 Contrairement à ce qui a été écrit dans la substantielle monographie citée ci-dessus, elle est touj (...)

17Enfin cinq idoles en empaumures de cerf gisaient dans la couche sépulcrale : elles sont discoïdes avec une soie d’emmanchement ; leur médaillon porte un trou triangulaire renversé. Elles sont comparables à celle de la grotte de la Route10, réalisée en os de boviné et munie d’une douille d’emmanchement et de deux cupules symbolisant les yeux (fig. 3). Celle du dolmen VI de Brahic (Ardèche), sont de matière et de décor comparables à ceux des Baumes Chaudes11. Peut-être que les idoles qui en sont dépourvues avaient à l’origine des yeux collés ou peints ? Nous pensons que l’on peut les comparer aux Séraphins, idoles domestiques des patriarches bibliques. On peut les considérer comme des idoles portables, des sortes de totems, portés par les belliqueux caussenards dont on retrouve les flèches crénelées dans les grottes sépulcrales languedociennes après leurs attaques meurtrières (Guilaine, Zammit 2001).

Figure 3 : Idolette de la grotte de la Route ; Saint-Martin de Londres, Hérault. (D’après J. Arnal et R. Riquet, 1956, D.A.O. Sabine Nadal)

1.3. Grottes de l’Hérault

181.3.1. La Grotte du Claux (Gorniès, Hérault), découverte par Robert de Joly en 1934, est une galerie fouillée en 1951 par Audibert qui y a trouvé un niveau chalcolithique au-dessus d’une couche du Néolithique moyen chasséen. Jean-Louis Roudil y a continué les recherches en 1965 (Roudil et alii 1990). C’est une stratigraphie d’habitat, remaniée par les pillages, et qui a livré un chasséen languedocien classique, à industrie lithique lamellaire et céramique à cordons multiforés. Il se répartit en deux couches. La sépulture pillée à 80 m de l’entrée n’avait plus que des os brisés et épars dans sa couche 1, du Néolithique final, avec deux perles annulaires en calcaire et une pointe de flèche foliacée. Elle scellait un étroit boyau de 40 cm de diamètre où gisaient quatre crânes et un fémur.

  • 12 Il y a quelques grands tessons épars de vases campaniformes (1 « international », 2 A. O. C.) et 2 (...)

19En 1978, le franchissement d’une étroiture par le Spéléo Club Alpin Languedocien permettait l’accès à une galerie préservée par son obstruction ancienne. Les chasséens qui occupaient l’habitat tout proche n’y ont pas accédé. Etait-elle close ou taboue ? La galerie est active et son porche étroit et profond a dû être désobstrué. Une première salle (A) ne contenait que des traces de foyers et des céramiques sur les grands blocs de sa paroi sud, derrière lesquels des niches naturelles renfermaient beaucoup de vases à cordons du groupe des Treilles. La cavité est complexe et submersible par fortes crues. En plus du Fontbouisse abondant et luxueux12, une série se rattache au groupe des Treilles, caussenard, antérieur au Fontbouisse ici. Le Ferrières est exceptionnel : un vase à cannelures horizontales. La perle métallique est peut-être des Treilles. La datation radiocarbone du gour nord, secteur H, donne 4500 + ou - 150 B.P. (Ly 2736), vers le 32e siècle av. J.-C., datant les vases à cordons et languettes du Néolithique final caussenard. Les sépultures Fontbouisse de la zone C sont datées de 4040 + ou - 130 (Ly 2735), vers le 26e siècle av. J.-C., donc plus récentes qu’à Boucoiran (il n’y a d’ailleurs pas de décors à damiers incisés). La cavité aux abondants foyers reposant sur la terre nourricière, balayée par de violents courants d’air, pourvue d’eau par les inondations et les stillations dans les gours et les vases, relève bien des quatre éléments.

  • 13 Par des vases à anses en flûte de Pan, un outillage de lames de silex dont, en surface, une pièce e (...)

201.3.2. La Grotte sépulcrale de Suquet-Coucolière (les Matelles, Hérault), est située à proximité du Pic Saint-Loup, fréquemment frappé par la foudre. Elle fut fouillée il y a un demi-siècle, ce qui nous prive de datations objectives et de relevés précis. À la base du gisement, dans une petite salle ovale, des sépultures sont attribuables au Chasséen13. L’entrée était murée, scellant aussi une « couche de guerre » avec trois vases « tués » alignés derrière une murette ; la crémation partielle a permis quelques mesures. Une quinzaine de flèches crénelées, caussenardes, intactes ou brisées gisaient dans les cendres ou étaient fichées dans les os (vertèbre, fémur, etc.). Il n’y a pas de parures, ni d’autre mobilier, et il s’agit de Néolithiques Ferrières victimes d’un conflit.

  • 14 Qui comprend des perles en tonnelet en argile, une pendeloque striée à pointe, des pendeloques en d (...)
  • 15 Nous ne relèverons, en sus du matériel semblable à la couche précédente, que l’abondance et la vari (...)

21Le mobilier de la grande salle perturbée témoigne de la présence dans la couche 3 des Néolithiques Ferrières anciens d’après le matériel14 ; les ossements sont très fragmentés et partiellement brûlés. La couche 2, épaisse de 2,25 m, occupant toute la largeur de l’aven renferme des éléments du Néolithique final Ferrières et du Chalcolithique Fontbouisse15. Certains bols lisses, déposés sur dallette, renferment des offrandes alimentaires animales. La couche 1, remaniée, renferme aussi des vestiges de l’Âge du Bronze (Pannoux 1953).

221.3.3. La Grotte de Resplandy (Saint-Pons, Hérault) se caractérise par un mobilier, abondant et typique, qui est répandu aux alentours de deux sépultures individuelles du Saint-Ponien (Rodriguez, 1968, 1990-91) : en plus des céramiques aux sobres décors plastiques et parfois carénées, du matériel lithique d’où émergent les flèches asymétriques, d’un outillage osseux abondant et varié, aux nombreux poinçons, avec des pièces exceptionnelles (peigne à carder), il faut signaler un atelier de fabrication d’outils en corne de cerf, dont des gaines de hache « au seul endroit éclairé par le soleil dans la grotte ».

  • 16 Le mobilier d’accompagnement comprend de petits outils de silex, 5 poinçons, et une parure faite de (...)

23Avec les parures spécifiques : colliers de tibias de léporidés, coquillages marins, dents d’ursidés, canidés, cervidés, suidés, il faut noter tout spécialement deux fragments de carapace de tortue dans le sondage 2, et une carapace avec trace d’ocre rouge à l’intérieur, et divers morceaux d’ocre rouge ou jaune polis, dont un gros, poli, lui sur ses deux faces et pesant un kilo ! Il y a aussi un fragment de bracelet en os à décor punctiforme noir et la pendeloque poignard biforée, à cornes, évoquant l’objet des statues-menhirs. Dans la galerie nord, des graffiti et une belle écuelle à carène basse, le fond en l’air, évoquent le dispositif analogue de la grotte C de l’Église (Baudinard, Var) sous les soléiformes et anthropomorphes qui la décorent. Dans la sépulture à murettes perpendiculaires à la paroi ouest, le squelette d’une femme adulte était couché en position contractée sur le côté gauche et à même le sol, la tête adossée à la paroi16.

1.4. Grottes de l’Aude

  • 17 Les grottes de la région de Narbonne sont nombreuses à avoir été fouillées anciennement par Philipp (...)

241.4.1. La Grotte de la Hache (Narbonne, Aude)17 avait trois entrées, dont la centrale (B) était fermée par une murette de pierres posées de chant. La salle fait trois mètres de diamètre, le matériel, joint aux os très brisés, comprend des lames et flèches en silex, deux tessons du même vase à sillons horizontaux, un rebord de vase à deux mamelons superposés, avec des parures de coquillages, perles annulaires en stéatite ou en calcaire ou en os, deux perles en tonnelet en calcaire, une pendeloque globulaire en calcaire, une hache polie. Ce matériel relève d’un Néolithique final vérazien.

251.4.2. La Grotte des Tortues des Monges (Narbonne, Aude) avait plusieurs entrées murées ainsi que des locus à dépôts de crânes. Celui du nord-est en renfermait quatre. Il y a aussi cinq pendeloques bilobées et des offrandes de bœuf, porc, daurade et tortues (cistudes d’eau douce). L’autre dépôt renfermait quinze têtes sur trois niveaux ; la couche funéraire se trouvait disposée intentionnellement entre un lit de gros blocs et un lit de sable jaune stérile (fig. 4).

261.4.3. La Grotte de la Falaise des Monges (Narbonne, Aude) possède deux entrées qui donnent dans une petite salle renfermant des restes incomplets d’une trentaine d’individus dans un limon jaune posé sur un dallage. Les parures, en plus des perles en stéatite, comportent aussi des pendeloques globulaires en calcite, une pendeloque en os à huit rainures accusées, un morceau de pendeloque carrée en écaille de tortue (Guilaine 1976-77).

Figure 4 : Groupement de crânes protégés par des murets ; grotte des Tortues, Narbonne, Aude. (D’après Guilaine 1976-77. Dessin Héléna (1920), D.A.O. Sabine Nadal)

271.4.4. La petite grotte de la Terrasse (Narbonne, Aude), présentait dans son porche une fosse renfermant dans sa couche supérieure des os carbonisés mélangés avec des fragments de plaques de tortues et, dans la couche inférieure des os très brisés avec des morceaux de carapaces de tortues (Guilaine 1976-77).

281.4.5. L’ossuaire chalcolithique de Roquefort-des-Corbières (Aude) est une petite cavité de 2,75 m sur 0,75 m où étaient groupés quatre crânes, l’occipital vers le bas, avec divers débris osseux, devant l’étroiture terminale où gisait un cinquième, l’occipital vers le haut. Au total ce sont deux hommes et trois femmes de quarante à cinquante-cinq ans avec un sobre mobilier composé de dentale, perle olivaire en calcaire, deux perles annulaires en stéatite et soixante-dix-sept en calcaire, d’une pendeloque en os percé, des poinçons, le tout relevant d’un Néolithique final mais sans céramique, silex ou métal (Abélanet 1964).

2. Offrandes et rituels18

2.1. Offrandes d’animaux

2.1.1. Les tortues

  • 19 Précisons que, dans la grotte du Claux, à Gorniès, les tortues (Cistude emys orbicularis), la plupa (...)

29On trouve avec les sépultures ou à côté des ossements d’animaux, des tortues qui font partie des animaux chtoniens, qui s’enterrent pour hiverner et qui ont été de tout temps appréciées par nos ancêtres. Nous énumérons ici les sites qui ont fourni des carapaces de tortues au Néolithique final : la grotte du Claux (Roudil 1990) où gisaient les carapaces d’une vingtaine d’adultes mâles déposées entières à proximité du porche19 ; en Ardèche, la grotte des Clos (Gély 1993) en a fourni un morceau avec 11 pendeloques bilobées. Dans la région de Narbonne, nous citerons la grotte des Tortues, en contexte vérazien probable (Guilaine 1976-77). Des fragments de quatre carapaces gisaient entre les crânes rangés le long de la paroi avec 5 pendeloques bilobées. La fosse de la grotte de la Terrasse en présentait dans deux couches superposées d’os humains. La grotte du Trou du Loup, riche sépulture, en a donné une plaque assez grande avec deux pendeloques à pointe en calcaire et on en connaît aussi dans la grotte du Pas du Noyer. Enfin Miquel a fouillé dans la petite grotte de Coulouma (Pardailhan, Hérault) une dizaine de squelettes accompagnés d’une hure de sanglier, de bois de cerf, de dents de chevreuil, et de petites carapaces de tortues. Philippe Héléna les considérait comme des « totems » (Héléna 1923), ce qui nous paraît exagéré, sauf peut-être pour la carapace entière de la grotte de Resplandy (Rodriguez 1968) garnie d’ocre rouge, tout comme certaines statues-menhirs.

2.1.2. Les mammifères

  • 20 Nous rappelons les éléments mentionnés plus haut : les hécatombes en grottes submersibles de sujets (...)

30Les offrandes de mammifères sont nombreuses20. Les sites à Ursus speleus fossiles ou encore les ours bruns chassés ont fourni les crocs que l’on trouve, par exemple, dans la grotte de Resplandy (Rodriguez 1968). Les dents de canidés (loup, chien, renard) sont aussi présentes sous forme de pendeloques, par exemple à la grotte de la Boucle (Duday 1991-1999, Barge 1982).

31Les cervidés, qui sont signalés dans les sites espagnols en relation avec le culte solaire (Montjardin 1972), sont symboles de fécondité, de résurrection, et de survie (Patte 1960). Ce sont des animaux ouraniens, indispensables pour la fabrication des outils et des parures. Leurs craches ont été déposées sur une dalle dans l’aven Giraud (Lussas, Ardèche) avec des imitations en os formant (avec des dents de canidés, une pendeloque en schiste, une perle en os et une autre en quartz), un collier ex voto en relation avec la céramique Ferrières déposée dans l’aven (Héritier 1987).

32Les suidés, déjà signalés dans la grotte de Foissac (Cours et alii 1984) en relation avec une sépulture, sous forme de côtes, vertèbres, demi crâne de jeune, sont mentionnés par Miquel dans la petite grotte de Coulouma où une hure complète accompagnait les défunts (Vallon 1968). Bien qu’un peu plus récente, 4140 + ou - 120 B.P., avec du Fontbouisse à damiers incisés de Boucoiran (Gutherz 1975), une tête de marcassin a été gravée sur un morceau d’ivoire de défense percée en pendeloque.

2.2. Offrandes humaines ?

  • 21 Le corps d’un enfant a été déposé sur le côté gauche dans un « sac » périssable, marquant la fermet (...)

33Peut-on parler de sacrifices humains ? Certains dépôts peuvent y faire penser, comme dans l’aven de la Rouvière (Rogues, Gard), dans la grotte de la Vacheresse (Vallon, Ardèche, Gély 1993), et également en milieu Ferrières à l’entrée du village de Clairvaux (Jura), vers le 30e siècle avant J.-C.21. Ils sont tous sans aucun mobilier et pourraient évoquer le sacrifice d’Isaac raconté dans la Genèse : l’enfant mâle premier né est offert au Dieu ouranien, en sacrifice.

34Peut-on parler d’un culte des crânes ? De tous temps les crânes ont fait l’objet de soins particuliers. Non seulement ils sont rangés avec les os longs, en pied de paroi, pour faire de la place dans les ossuaires, mais ils sont vraiment mis à l’écart en nombre limité, toujours privés de mandibules et parfois réduits à l’état de calottes. Dans la salle sépulcrale l’abri de Payan (Bouquet, Gard, de Joly 1939), 8 ou 9 calottes ont été trouvées au fond du boyau terminal et précédées de dépôts Ferrières et Fontbouisse : petit vase à décor incisé, racloir alterne en silex, 4 pendeloques longues en os, tasses Fontbouisse (à damiers incisés, à cannelures, à pastillages). Nous privilégions ceux qui sont groupés par quatre. Au Néolithique récent, ils étaient alignés au fond de la grotte de la Sartanette (Sainte Anastasie, Gard, Bonnet et al. 1936-46) avec un vase lisse. Quatre étaient posés sur un balcon rocheux, atteint après une escalade de 27 mètres dans la grotte du Baou (Olargues, Hérault, Colomer 1977-80) ; on les trouve sur une murette de pierre sèche dans un aven de la région de Beaulieu (Ardèche, Eliette Brunei, in verbis) ; dans des gours, avec la nuque brûlée et la présence de parures dont une pendeloque à pointe en calcite à la grotte des Crânes (Robiac, Gard, Marti, in verbis) ; au fond et retournés à la grotte de Roquefort-des-Corbières (Aude, Abélanet 1964) ; dans le locus nord-est muré à la grotte des Tortues (Narbonne, Aude), (fig. 4) ; dans un boyau latéral avec cendres, tessons pastillés, une perle annulaire en stéatite à la grotte des Dallettes I (Tharaux, Gard, C.F.R.A.N. 2001). On peut y ajouter quatre calottes crâniennes du boyau sépulcral de la galerie de la grotte du Claux (Roudil 1990) ; quatre autres, dont une pleine de terre noire, à la grotte Mandrin, contre la paroi ouest (Malataverne, Drôme, Gély 1993).

  • 22 Pas plus que de présence de cupules et signes gravés en cavité ; ils seront étudiés ultérieurement (...)

35Des mandibules ont aussi été mises à l’écart sur une dalle : une sur dallette dans le porche aval de la grotte de Théris (Méjannes le Clap, Bordreuil 1992) ; au moins dix-huit dans un boyau de la grotte du Cerisier (Saint-Martin-de-Valgalgues, Gard) ; au moins quatre avec des lamelles de silex et une marmite de type couronnien, sans décor, à la grotte du Camp Romain (Saint Antonin sur Bayon, Bouches-du-Rhône, Bordreuil 1985, d’après Sébastien Favre, inédit). Par contre, nous n’avons pas de preuve évidente de cannibalisme dans l’espace et la période envisagés22.

Figure 5 : Grande lame en silex, plantée dans le sol de l’aven sépulcral du Serre ; Méjanes-Le-Clap, Gard. (D’après André Forestier, D.A.O. Sabine Nadal)

2.2. Les objets votifs

  • 23 À proximité d’un squelette pillé par des visiteurs, qu’accompagnaient une écuelle à carène basse et (...)

36À ce titre, nous signalons aussi quelques dépôts : pendeloque polie en bélemnite de la grotte du Trou de Viviès près de Narbonne (Guilaine 1976-77) ; une hache polie dans une cavité naturelle de la stèle centrale de l’aven Meunier (Gilles 1994) et une grande lame en silex (fig. 5), fichée verticalement dans la salle du petit aven du Serre23 (Méjannes-le-Clap, Gard, d’après Patrick Soetens, inédit). Nous ne saurions omettre les pointes de flèches du type de Sigottier, « trop longues, trop lourdes, trop neuves » pour être autres que votives, si l’on prend par exemple celles de la grotte du Déroc (Vallon, Ardèche, Bordreuil et al. 2000). Dans des sites provençaux, elles peuvent être alignées ou posées sur des crânes (Durand 1999, Muret 1987).

Conclusion

37Pour terminer nous évoquerons, en souvenir de Maurice Louis et de sa publication sur la Préhistoire et la Bible (Louis 1946), les tatouages cruciformes conservés dans l’épiderme d’Otzi (Mohen 1997) dont on sait que c’était un homme du Chalcolithique affecté par des fractures récentes et par une mortelle blessure dont témoigne une armature de flèche en silex plantée dans le dos. Or dans le livre de la Genèse, le signe de Caïn, prophylactique et apotropaïque, est la dernière lettre de l’alphabet hébreu primitif, soit un cruciforme (Bordreuil, Briquel-Chatonnay, 2000). Cela pourrait fournir une explication innovante de sa fin tragique et énigmatique comparable, « mutatis mutandis », à celle de Moïse, destructeur du veau d’or, animal ouranien fabriqué par le souverain sacrificateur Aaron, son orfèvre de frère !

38Tout en sacrifiant à l’agréable devoir de remercier tous ceux qui nous ont aidés, nous dirons pour finir que les quelques matériaux présentés dans ces lignes tendent à suggérer une dichotomie entre les cavités à statues-menhirs « infernales » et celles avec vases à décor solaire « céleste ».

Bibliographie

Abélanet 1964 : ABÉLANET (J.) - L’ossuaire chalcolithique de Roquefort des Corbières (Aude). Cahiers ligures de Préhistoire et d’Archéologie, 13.2, 1964, p. 237-250.

Agussol, Bonnet, Gutherz, Malaval 1984 : AGUSSOL (J.), BONNET (Α.), GUTHERZ (X.), MALAVAL (M.) - Découverte de statues-menhirs dans la grotte de la Sartanette (Remoulins, Gard). Actes des journées d’étude des statues, menhirs, Saint-Pons de Thomières, 1984, p. 101-106.

André, Boutin 1995 : ANDRÉ (D.), BOUTIN (J. Y.) - Les Baumes Chaudes et les trépanations crâniennes dans les Grands Causses. Association du Docteur Prunières, Imprimerie Causses et Cévennes, 1985, 223 p.

Barge 1982 : BARGE (H.) - Les parures du Néolithique ancien du début des âges des métaux en Languedoc. C.N.R.S., Marseille, 1982, 396 p.

Barge-Mathieu, Bordreuil 1990-1991 : BARGE- MATHIEU (H.), BORDREUIL (M.) - Révision des pendeloques à ailettes. Le Chalcolithique en Languedoc. Ses relations extra régionales. Colloque international, hommage au Docteur Jean Arnal, Saint-Mathieu de Tréviers, Hérault, Archéologie en Languedoc, 1990-91, p. 183-204.

Bonnet 1972 : BONNET (E.), BONNET (A.) - Résultats préliminaires de nouvelles fouilles entreprises à la grotte de la Sartanette, à Remoulins (Gard). Congrès préhistorique de France, 1969, Auvergne, 1972, p. 101-106.

Bonnet et alii 1936-1946 : BONNET (Α.), DU CAILAR (J.), ROYER (P.) - Ossements préhistoriques de la Sartanette, à Remoulins (Gard). Bulletin de la Société d’Études des Sciences naturelles de Nîmes, XLVI1I, 1936-46, p. 125-136.

Bonnet et alii 1971 : BONNET (Α.), BONNET (E.), MALAVAL (M.) - Résultats préliminaires obtenus au cours de nouvelles fouilles réalisées dans la grotte de la Sartanette, à Remoulins (Gard). Bulletin de la Société d’Etudes des Sciences naturelles de Nîmes, LI, 1971, p. 381-403.

Bonnet, Gutherz, Pelenc 1973 : BONNET (Α.), GUTHERZ (X.), PELENC (J.-N.) - Fosses néolithiques datées par le C14 à la grotte de la Sartanette (Remoulins, Gard). Bulletin de la Société préhistorique française, 70, 1973, p. 157-160.

Bordreuil 1985 : BORDREUIL (M.) - Rites funéraires de l’Âge du Cuivre en Languedoc Oriental. 100ème Congrès des Sociétés savantes, Montpellier, 1985, p. 22-36.

Bordreuil 1998 : BORDREUIL (M.) - Recherches sur le monumentalisme funéraire et les sépultures mégalithiques en Languedoc oriental. In : La France des dolmens et des sépultures collectives : 4500-2000 avant J.-C. (dir. Ph. Soulier), Errance, Paris, 1998, p. 135-158.

Bordreuil 1989 : BORDREUIL (M.) - Contribution à l’étude de la religion au début des âges des métaux. Congrès préhistorique, Paris 1989, La Vie préhistorique, Faton, Dijon 1996, p. 452-455.

Bordreuil 1992 : BORDREUIL (M.) - Recherches sur les rites funéraires dans la vallée de la Cèze (Nord du département du Gard). Arenera, 7, Lyon 1992, p. 37-41.

Bordreuil 1998 : BORDREUIL (M.), BORDREUIL (M.-C.) - Recherches sur les statues-menhirs porteuses de haches. Archéologie en Languedoc, 22, 1998, p. 265-272.

Bordreuil, Briquel-Chatonnet 1998 : BORDREUIL (P.), BRIQUEL-CHATONNET (F.) - Le monde de la Bible. Arthème Fayard, Paris, 2000.

Bordreuil et alii 2000 : BORDREUIL (M.), MARTIN-VIGNERTE (X.), TSCHERTER (E.) - Armatures de flèches de type Sigottier de la grotte du Déroc, à Vallon-Pont-d’Arc (Ardèche). Ardèche Archéologie, 17, 2000, p. 51-62.

C.F.R.A.N. 2001 : CENTRE DE FORMATION ET DE RECHERCHE ARCHÉOLOGIQUE NOISÉEN – Inventaire des sites archéologiques, canton de Barjac (Gard), multigraphié, 2001, 135 p.

Colomer 1977-1980 : COLOMER (A.) - Grottes sépulcrales préhistoriques murées en Languedoc oriental. Le groupe de Véraza et la fin des temps néolithiques dans le Sud de la France et la Catalogne, (J. Guilaine dir.), Narbonne 1977, C.N.R.S. Paris, 1980, p. 287-291.

Combier 1977 : COMBIER (J.) - Informations archéologiques : Circonscription Rhône-Alpes. Gallia-Préhistoire, 20, 2, 1977, Ardèche, p. 572-608.

Coularou, Cours, Gutherz, Colomer 1980 : COULAROU (J.), COURS (S.), GUTHERZ (X.), COLOMER (A.) - La céramique néolithique de l’Aven de la Boucle (Corconne, Gard). Le groupe de Véraza et la fin des temps néolithiques dans le Sud de la France et en Catalogne, (J. Guilaine dir.), Narbonne 1977, C.N.R.S. Paris, 1980, p. 200-204.

Cours et alii 1988 : COURS (S.), DUDAY (H.), DU FAYET DE LA TOUR (Α.), GARCIA (M.), ROUZAUD (F.) - La grotte de Foissac, Archéologia 193, 1984, p. 92-108.

De Joly 1939 : DE JOLY (R.) - Notes et observations d’un spéléologue. Bulletin de la Société Préhistorique Française, 36, 1939.

Ducos 1975 : DUCOS (P.) - La couche à bovidés de la grotte de Chazelles (Ardèche). Bulletin de la Société préhistorique française, 72, 1975, p. 83-88.

Duday 1977-1980 : DUDAY (H.) - Les rites funéraires en Languedoc au cours du troisième millénaire. (Quelques observations à propos de découvertes récentes). Le groupe de Véraza et la fin des temps néolithiques dans le Sud de la France et en Catalogne, (J. Guilaine dir.), Narbonne 1977, C.N.R.S. Paris 1980, p. 273-282.

Duday 1991-1999 : DUDAY (H.) - Corconne Aven de la Boucle, D.R.A.C. - S.R.A., Bilan scientifique, 1991-1999.

Durand 1999 : DURAND (J.) - Les pointes de Sigottier : fait techno-culturel et marqueur géographique. Circulations et identités culturelles alpines à la fin de la Préhistoire. Matériaux pour une étude. Travaux du Centre archéologique de Valence, 2, (A. Beeching dir.), 1999, p. 231-257.

Evesque 1989 : EVESQUE (R.) - La grotte sépulcrale de Gaude, Saint-Etienne de Fontbellon Ardèche. Ardèche archéologie, 6, 1989, p. 2-9.

Forestier 1993 : FORESTIER (Α.), C.F.R.A.N. - La grotte de Théris et les gorges de la Cèze, de Tharaux à Montclus (Gard) au Chalcolithique. Premier bilan. C.F.R.A.N., Noisy-le-Sec, 1993, 202 p.

Galant et alii 2000 : GALANT (P.), HALGAND (J.), CAMUS (H.), DELAPORTE (S.) - L’aven de la Rouvière (Rogues, Gard) ; de la découverte spéléologique à l’étude archéologique. Grands Causses Préhistoire et Archéologie, Association du Docteur Prunières, Millau, 1, 2000, p. 17-46.

Gascó 1990-91 : GASCÓ (J.) - La chronologie absolue du Néolithique final et Chalcolithique en Languedoc méditerranéen. Le Chalcolithique en Languedoc. Ses relations extra-régionales. Hommage au Docteur Jean Arnal, Saint-Mathieu de Tréviers (Hérault), Archéologie en Languedoc, 15, 1990-91, p. 217-225.

Gély 1993 : GÉLY (Β.) - Les pratiques funéraires préhistoriques. Inventaire et analyse des sépultures de la région Rhône-Alpes. Diplôme de l’Ecole Pratique des Hautes Études, Paris 1993, 289 p., 69 pl. h. t.

Gilles 1994 : GILLES (R.) - La Préhistoire de la Basse Ardèche. Des gorges à Saint-Marcel, Association groupe de recherches du Bas-Vivarais, Saint Marcel d’Ardèche, 1994, 56 p.

Guilaine 1976-77 : GUILAINE (J.) - Matériaux Héléna. Le Néolithique, le Chalcolithique et l’Âge du Bronze. Cahiers ligures de Préhistoire et d’Archéologie, 25-26, 1976-77, p. 109-350.

Guilaine, Zammit 2001 : GUILAINE (J.), ZAMMIT (J.) - Le sentier de la guerre. Visages de la violence préhistorique. Éditions du Seuil, Paris, 2001, 382 p.

Gutherz 1975 : GUTHERZ (X.) - La culture de Fontbouisse, recherches sur le Chalcolithique du Languedoc oriental. A.R.A.L.O., Cahier 2, Caveirac 1975, 120 p.

Gutherz 1984 : GUTHERZ (X.) - Les cultures du Néolithique récent et final en Languedoc oriental. Doctorat troisième cycle, Université de Provence, Aix-Marseille, 1, 1984, 376 p. ; 2, 247 fig., 9 pl.

Héléna 1923 : HÉLÉNA (P.) - La tortue, animal totem dans les grottes sépulcrales de la Clape. Association française pour l’environnement des Sciences, Congrès de Bordeaux, Presses Universitaires de France, Paris, 1923, p. 653-656.

Héritier 1987 : HÉRITIER (A.) - L’aven-grotte Jacques Giraud, Lussas-Ardèche-Archéologie, 4, 1987, p. 9-13.

Hibon 1998 : HIBON (L.) - La trépanation crânienne. Croyances et connaissances des préhistoriques... et des préhistoriens. Croyances et rites en Rouergue, des origines à l’an mil. Musée archéologique de Montrozier, Guide d’archéologie 6, 1998, 360 p.

Louis 1946 : LOUIS (M.) - La Préhistoire et la Bible. Les Cahiers d’Histoire et d’Archéologie, 1946, p. 121-124.

Mohen 1997 : MOHEN (J.-R), dir - L’homme des glaces, il y a cinq mille ans. Dossiers de l’Archéologie, 221 Dijon, 1997, 83 p.

Montjardin 1972 : MONTJARDIN (R.) - Soleils préhistoriques. Bulletin de la Société d’Études scientifiques de Sète, 1972.

Muret 1987 : MURET (A.) - Note d’information sur les sépultures du Col des Tourettes, à Montmorin (Hautes-Alpes). Rencontres néolithiques Rhône-Alpes, Arenera, 3, Lyon 1987, p. 103-109.

Pannoux 1953 : PANNOUX (P.), PANNOUX (C.) - Four crématoire néolithique aux Matelles. Gallia, XI, 1953, p. 69-79.

Patte 1960 : PATTE (Ε.) - Les hommes préhistoriques et la religion. Picard, Paris, 1960, 195 p.

Petrequin 2000 : PETREQUIN (P.), PETREQUIN (A.-M.) - Chalain et Clairvaux. Quatre mille ans d’habitat lacustre. Jura. Éditions du Patrimoine, Franche-Comté, Centre archéologique de la Vallée de l’Ain, Claivaux les Lacs, 2000, 32 p.

Rodriguez 1968 : RODRIGUEZ (G.) - Le Néolithique dans le Saint-Ponais (Hérault). Bulletin de la Société préhistorique française, LXV, 1968, p. 699-748.

Rodriguez 1990-91 : RODRIGUEZ (G.) - Mort, rite et culte chez les Saintponiens. Le Chalcolithique en Languedoc. Ses relations extrarégionales. Actes du colloque international en hommage au Docteur Jean Arnal, Saint-Mathieu de Tréviers, Hérault, Archéologie en Languedoc, 1990-91, p. 179-181.

Roudil 1988 : ROUDIL (J.-L.) - Une tombe chasséenne à Tharaux, Gard. Actes des journées sur le Chasséen, Montpellier, 1988, p. 277-78.

Roudil 1990 : ROUDIL (J.-L.) - La grotte du Claux, Gorniès, Hérault. Éditions du C.N.R.S., Marseille, 1990, 144 p.

Roudil, Soulier 1976 : ROUDIL (J.-L.), SOULIER (M.) - L’Ambre de la grotte du Hasard (Tharaux, Gard). Gallia Préhistoire, 19, 1976, p. 173-220.

Salles, Magne, Bordreuil 1976 : SALLES (J.), MAGNE (P.), BORDREUIL (M.) - Une exploitation minière remployée comme nécropole : la grotte de la Rouquette, SaintHilaire de Brethmas (Gard). Mines et mineurs en Languedoc-Roussillon et régions voisines de l’Antiquité à nos jours. XLIXe Congrès de la Fédération historique du Languedoc méditerranéen et du Roussillon, Alès, 1976-77, p. 13-22.

Salles 1996 : SALLES (J.) - Saint-Hilaire de Brethmas. Grotte de la Rouquette. Bilan scientifique, D.R.A.C. Languedoc-Roussillon, S.R.A. Montpellier, 1996, p. 92-93.

Scimia, Varea 1996 : SCIMIA (R.), VAREA (S.) - La grotte de la Rouquette, (30) Saint-Hilaire de Brethmas. Groupe alésien de recherches archéologiques, Alès, 1996, 154 p.

Vallon 1968 : VALLON (J.) - L’Hérault préhistorique et protohistorique. Mémoires de la Société archéologique de Montpellier, XIII, 1968, 260 p.

Notes

1 Note de l’éditeur : pour une bibliographie plus complète sur le thème, on se reportera à celle citée dans Bordreuil 1989 : BORDREUIL (M.) - Contribution à l’étude de la religion au début des Âges des métaux. Congrès préhistorique, Paris 1989, La Vie préhistorique, Faton, Dijon 1996, p. 452-455.

2 LOUIS (M.) - La Préhistoire et la Bible. Les Cahiers d’Histoire et d’Archéologie, 1946, p. 121-124.

3 À une dizaine de mètres de l’entrée amont, l’un de nous (M. B.), avait recueilli dans une empreinte de pataugas les débris d’une demi-douzaine d’estèques en os, tirées de côtes travaillées et polies, dont une a pu être restaurée.

4 Nous avons aussi participé longuement à cette fouille et regrettons que l’étude n’ait pas été poursuivie et que l’avenir de ce site exceptionnel soit incertain.

5 Avec présence de céramique à lignes horizontales et chevrons incisés parfois incrustés de blanc, poinçons et lissoirs en os, flèches, poignard, grattoirs en silex, hachette en roche verte, et surtout parures : perles annulaires en os, en calcaire et autres roches, pendeloque striée à pointe en os, le tout au-dessus d’un lit charbonneux en fond de fosse à parois verticales, d’un mètre de diamètre et de profondeur et une bille en roche verte polie de type chasséen (Gutherz 1984).

6 Site de plein air près de la double voie de Vézenobres (Gard), renfermant des parures et des vases complets écrasés.

7 Ces travaux devraient aboutir à une publication exhaustive et fiable, tout comme le dolmen des Peirières (Villedubert, Aude), les sites Fontbouisse du Rocher du Causse (Claret, Hérault) et de Boussargues (Argelliers, Hérault), grâce aux équipes dirigées par J. Guilaine, X. Gutherz et J. Coularou

8 Le mobilier céramique comprend de grands vases à décor plastique de cordons disposés horizontalement ou en chevrons lisses ou impressionnés, des vases sans ornement, à fond rond, une grande lame de silex, un amas de parures : trois dents de suidés percées, une vertèbre de brochet, une pendeloque en bois de cerf perforée en Τ (diaphyse sciée et perforée latéralement), plusieurs dizaines de poinçons en os (un par individu ?), situés en surface des dépôts funéraires. Il faut noter la présence d’un os long humain avec des traces de pathologie et de décarnisation et d’un squelette en tas d’un adolescent de quatorze ans, apporté dans un sac, juste avant la condamnation de la sépulture par un amas de blocs soigneusement déposés. L’adolescent semble être accompagné d’un poinçon et d’un pétoncle percé au crochet. La datation radiocarbone est de 4600 + ou - 100 B.P. (MC 1499) soit le 32e siècle av. J.-C.

9 En sus des non décorés, il faut énumérer ceux qui portent des pastillages repoussés ou appliqués, cordons impressionnés, cordons pincés ou impressionnés disposés en chevrons, impressions, bords crénelés, incisions horizontales ou en chevrons, ou en guirlandes, et surtout un vase de 48 cm de haut, à fond rond, portant sur la panse une guirlande de six soleils jointifs à huit branches réalisés en cordons pincés lisses. Le mobilier lithique est formé de pointes de flèches en silex, losangiques ou foliacées, plus une asymétrique étroite et une tranchante. Les parures consistent en perles annulaires en stéatite, dentales, pendeloque en schiste, pendeloques en os, à gorge et à pointe, lisses, en os ou calcite, pendeloques striées à pointe en os ou en calcite, dents de canidés perforées.

10 La grotte de la Route, datable du 27e s. avant J.-C. par un bouton de Durfort, a fourni aussi un crâne trépané (Gutherz 1975 ; Bordreuil 1998).

11 Contrairement à ce qui a été écrit dans la substantielle monographie citée ci-dessus, elle est toujours en sécurité chez son inventeur.

12 Il y a quelques grands tessons épars de vases campaniformes (1 « international », 2 A. O. C.) et 2 vases de l’Âge du Bronze final. Nous n’étudierons pas les vestiges Fontbouisse, hors de notre propos d’aujourd’hui, mais signalons un bord de vase à col rentrant portant trois rangées horizontales d’impressions ovalaires obliques et gisant dans le gour nord du secteur H. Il se rattache au groupe des Bruyères.

13 Par des vases à anses en flûte de Pan, un outillage de lames de silex dont, en surface, une pièce exceptionnelle de 20,2 cm de long, des os humains fracturés et des crânes trépanés, dans un amas cendreux, avec six perles annulaires en test. Il y aurait eu crémation partielle.

14 Qui comprend des perles en tonnelet en argile, une pendeloque striée à pointe, des pendeloques en dents d’ursidé de canidé et de suidé, des perles annulaires en stéatite, une rare hache en silex, six grands poignards sur lame ou plaquette, des pointes de flèches losangiques ou foliacées, des racloirs sur plaquette, des vases à incisions horizontales parallèles ou à pastillages. Cette couche 3, surmontée d’un revêtement de pierres sèches, présente de nombreux foyers et mesure de 0,60 à 1 mètre d’épaisseur.

15 Nous ne relèverons, en sus du matériel semblable à la couche précédente, que l’abondance et la variété des parures typiques du Néolithique final : perles annulaires en stéatite ou calcite, perles tonnelet en marbre, calcite serpentine etc., pendeloques striées à pointe en os, pendeloques lisses à pointe en calcaire, calcite, os, dents percées d’ours, chien, renard, suidés etc., et deux perles en lamelles en cuivre à la base de la couche ; les décors incisés de chevrons, symétriques ou asymétriques, ou de guirlandes s’ajoutent aux lignes horizontales déjà citées

16 Le mobilier d’accompagnement comprend de petits outils de silex, 5 poinçons, et une parure faite de : 1 humérus de léporidé, 3 défenses de sanglier, 2 valves de cardium, 3 perles plates en stéatite, 1 perle biconique en lignite, pas de céramique. La deuxième sépulture, datée de 4050 + ou - 140 B.P., est extérieure aux limites de cette étude et réservée pour une suite éventuelle...

17 Les grottes de la région de Narbonne sont nombreuses à avoir été fouillées anciennement par Philippe Héléna (Guilaine 1976-77). Nous ne retiendrons ici que celles ayant des vestiges du Néolithique final et plus d’une entrée.

18 Afin de mieux étayer nos hypothèses, nous prendrons en compte dans cette partie une aire géographique plus large que le Languedoc.

19 Précisons que, dans la grotte du Claux, à Gorniès, les tortues (Cistude emys orbicularis), la plupart adultes, ont été amenées entières, sans crémation. Cette sélection de sujets de forte taille a été découverte principalement à proximité du porche et étudiée par M. Cheylan. Ces offrandes sont-elles ici du Néolithique caussenard ou de l’Âge du Cuivre Fontbouisse ?

20 Nous rappelons les éléments mentionnés plus haut : les hécatombes en grottes submersibles de sujets sacrifiés mais non consommés, surmontés de dépôts de silex et de parures dans la grotte de Chazelles (Ducos 1975) ou celles du Hasard : pendeloque bilobée cassée et céramiques incisées (Barge, Bordreuil, 1990-91), ainsi que le décor plastique cornu d’un vase de la grotte de Gaude (Evesque 1989).

21 Le corps d’un enfant a été déposé sur le côté gauche dans un « sac » périssable, marquant la fermeture rituelle du village (Pétrequin 2000).

22 Pas plus que de présence de cupules et signes gravés en cavité ; ils seront étudiés ultérieurement dans un autre cadre spatio-temporel.

23 À proximité d’un squelette pillé par des visiteurs, qu’accompagnaient une écuelle à carène basse et plusieurs dizaines de galets de schiste exogènes ronds et plats d’environ 5 cm de diamètre, formant peut être un dallage.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Bord de vase à décor soléiforme, probablement chasséen ; grotte des Dallettes, Gard. (D’après Luc Jallot, D.A.O. Sabine Nadal)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4113/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Figure 2 : Structure d’accès à la salle sépulcrale, faite de statues-menhirs de type Perrière brisées ; grotte de la Rouquette, Saint-Hilaire de Brethmas, Gard. (D’après Scimia et Varéa, 1996, D.A.O. Sabine Nadal)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4113/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Figure 3 : Idolette de la grotte de la Route ; Saint-Martin de Londres, Hérault. (D’après J. Arnal et R. Riquet, 1956, D.A.O. Sabine Nadal)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4113/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Figure 4 : Groupement de crânes protégés par des murets ; grotte des Tortues, Narbonne, Aude. (D’après Guilaine 1976-77. Dessin Héléna (1920), D.A.O. Sabine Nadal)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4113/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Figure 5 : Grande lame en silex, plantée dans le sol de l’aven sépulcral du Serre ; Méjanes-Le-Clap, Gard. (D’après André Forestier, D.A.O. Sabine Nadal)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4113/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k

© Presses universitaires de Perpignan, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540