Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Roches ornées, roches dressées

 | 
Michel Martzluff

2 - Aux sources des arts et des mythes

Le dolmen Os Penedos de São Miguel, Crato, Alto Alentejo, Portugal

Françoise Claustre, Victor Gonçalves, Ana Margarida Arruda et Jean Zammit

Résumé

La fouille du dolmen Os penedos de São Miguel, à Crato, district de Portalegre, Alto Alentejo (Portugal), faite en collaboration entre l’Unité d’Archéologie du Centre d’Histoire de l’Université de Lisbonne et le Centre d’Anthropologie des Sociétés Rurales de Toulouse (C.N.R. S. -E.H.E. S. S.), s’est déroulée de 1981 à 1983.
Sous un tumulus d’une vingtaine de mètres de rayon, cet imposant monument funéraire en granite est très représentatif du groupe mégalithique de Crato-Nisa, en Alentejo. Bien conservé, malgré une réoccupation partielle du site au Moyen Âge, il possède un couloir de 16 m de long qui comprend une paire de menhirs près de l’entrée et une autre paire de stèles à caractère anthropomorphe plus proche d’une vaste chambre polygonale, délimitée par sept orthostates. Plus de 400 pointes de flèches, des armatures géométriques (segments, trapèzes et triangles) ainsi que des lames et lamelles, des haches, des herminettes et des houes, des meules et des molettes, accompagnent des perles et des pendeloques (géométriques ou zoomorphes) et des plaques de schiste ou de grès gravées, avec ou sans caractères anthropomorphes. La céramique comprend des vases unis hémisphériques, subsphériques, des écuelles subcarénées ou franchement carénées. Les décors d’impressions et d’incisions, même peu nombreux, existent cependant. L’étude anthropologique a été assurée par Jean Zammit. Plusieurs datations C14 ont été obtenues, à la fois pour les phases d’occupation historiques et la période néolithique, dont celle de 5660 +/- 200 B.P.

Les excavacions del dolmen Os penedos de São Miguel, a Crato, districte de Portalegre, Alto Alentejo (Portugal), fetes en col laboració entre la Unitat d’Arqueologia del Centre d’Història de la Universitat de Lisboa i el Centre d’Antropologia de les Societats Rurals de Tolos (C.N.R.S.-E.H.E.S.S.), s’han desenvolupat del 1981 al 1983. Sota un túmul d’una vintena de metres de radi, aquest imposant monument funerari de granit és molt representatiu delgrup megalític de Crato-Nisa, a l’Alentejo. Ben conservat, malgrat una reocupació parcial del paratge a l’Edat Mitjana, té un corredor de 16 m de llargada que comprèn un pareil de menhirs prop de l’entrada i un altre pareil d’esteles de caràcter antropomòrfic més pròxima d’una vasta cambra poligonal, delimitada per set ortostats. Més de 400 puntes de fletxes, armadures geomètriques (segments, trapezis i triangles) així com fulls i làmines, destrals, aixes i aixades, moles i moletes, acompanyen perles i penjolls (geomètries ο zoomorfs) i plaques d’esquist ο de gres gravades, amb ο sense caràcters antropomorfs. La ceràmica comprèn vasos units hemisfèrics, subesfèrics, escudelles subcarenades ο francament carenades. Les decoracions d’impressions i d’incisions, fins i tot poc nombroses, existeixen tanmateix. L’estudi antropològic ha estat fet per Jean Zammit. S’han obtingut diverses datacions C14, a la vegada per les fases d’ocupació històriques i el període neolític, del qual la de 5660 +/- 200 B.P.

The excavations in the Os Penedos of Saõ Miguel dolmen at Crato, district of Portalegre, Alto Alentejo (Portugal), conjointly carried out by the Archeology Unit of the History Center at Lisbon University and the Anthropology Center of Rural Societies in Toulouse (C.N.R.S.-E.H.E.S.S.), took place between 1981 and 1983.
Beneath a tumulus of a twenty metre or so radius, that stately granite sepulchral monument is quite representative of the Crato-Nisa megalithic group in Alentejo. Wellpreserved, despite a partial reoccupation of the site in the Middle Ages, it contains a sixteen metre corridor, with a couple of menhirs near the entrance and a second couple of anthropomorphic standing stones closer to a large polygonal chamber delimited by seven orthostates. More than 400 arrow-heads, geometrical frames (segments, trapeziums and triangles), as well as blades, laminae, axes, bowels and hoes, grindstones have been brought to light along with pearls, geometrical or zoomorphic pendants, schist or sandstones engraved slabs (with or not without anthropomorphic characteristics). As concerned pottery, unicoloured, hemispheric and round-bottomed vases have been dug out, together with careened or semi-careened bowls. Decorative motives using incision or digital imprints, though not numerous, do exist. Jean Zammit carried out the anthropological study of the site. Radiocarbon dating has been obtained several times for historic occupation phases as well as for the neolithic period, including that of 5660+/-200 BP

Texte intégral

Introduction

1Le Portugal occupe une place de choix dans l’émergence du mégalithisme en domaine atlantique (Guilaine 1976, 1994). On croit y reconnaître un proto-mégalithisme avec l’existence de cistes, caissons rectangulaires ou petites chambres fermées ovales, souvent enterrés sous tumulus. Des structures de ce type correspondent généralement à des sépultures individuelles et se rencontrent sur un territoire assez étendu en Algarve (Monchique), en Estrémadure, dans le Haut Alentejo et aussi dans la Beira, plus au nord. Si cette première phase initiale du mégalithisme est actuellement plus ou moins remise en question, notamment dans la région de Reguengos de Monsaraz (Gonçalves, Sousa, 1997), eu égard, entre autres, au manque de datations fiables, au manque d’un mobilier vraiment spécifique d’un horizon ancien et au manque d’habitats parallèles, en revanche, sont beaucoup plus évidentes les phases suivantes du mégalithisme portugais de la moitié sud du pays : phase 2 (dolmens à couloir court), phase 3 (dolmens à couloir long) et phase 4 (tholos). Elles s’étalent entre le milieu du Vème millénaire et la fin du IIIe millénaire (Camara Serrano, 2001).

2À la phase 2, avec la coutume de la tombe collective, apparaissent les véritables dolmens ou antas en portugais. Les tombes rectangulaires ou en fer à cheval s’allongent et, dans le Haut Alentejo, se trouvent des petites chambres polygonales pas très régulières, avec un couloir surbaissé, de très peu de longueur (souvent en V) et pas toujours situé dans l’axe diamétral de la chambre. Les tumulus sont circulaires. En ce qui concerne le mobilier, on retrouve dans un premier temps les armatures trapézoïdales, les grandes lames/couteaux de silex et les haches/houes, mobiliers déjà rencontrés dans les cistes. La céramique unie, souvent rouge et lustrée, se compose de formes simples sub-hémisphériques ou à légère carène. Des datations par thermoluminescence ont été obtenues pour l’Anta do Poço da Gateira : 4510 +/- 360 av. J.-C. et pour l’Anta II dos Gorginos : 4440 +/- 360 av. J.-C. Mais, bientôt, on verra apparaître dans ces monuments à couloir court, des mobiliers plus évolués : plaquettes de schiste gravées, flèches perçantes à base rectiligne ou concave, récipients sub-carénés.

Figure 1 : Répartition des mégalithes de l’occident ibérique et localisation du dolmen portugais de Penedos de S. Miguel. Dolmen indiqué par une étoile

3La phase 3 marque l’apogée du mégalithisme au cours du IVe millénaire. Les dolmens sont alors très imposants, du type de Pavia (au nord d’Evora). Les dimensions augmentent considérablement. La régularité des plans s’affirme. Les chambres circulaires, polygonales, ont un diamètre pouvant atteindre 4,50 m, sont construites avec d’énormes dalles mesurant 2 m de hauteur et davantage, recouvertes par une dalle de couverture massive. Elles sont précédées d’un long couloir, bien axé dans le prolongement du diamètre antéro-postérieur de la chambre, dominant celle-ci. Le dénivelé entre chambre et couloir est pallié par une dalle de fermeture, qui s’appuie sur les deux premières dalles du couloir, placées de chant, ou sur deux orthostates-piliers, dalles étroites situées à l’entrée de la chambre. Des monuments très connus de ce modèle sont ceux, par exemple, de l’Anta do Silval (Evora), de l’Anta Grande do Olival da Pega (Reguengos), de l’Anta Grande da Comenda da Igreja (Montemor-o-Novo), datée de 3235 +/-310 av. J.-C. Le matériel archéologique est spécialement abondant et varié : haches-herminettes, pointes de flèches triangulaires à base de formes diverses (concave, biconcave, triangulaire), plaques de schiste gravées, dont le caractère anthropomorphe est souvent très net (yeux, tatouages), crosses d’ardoise gravées de motifs semblables à ceux des plaques, idoles lagomorphes, anthropomorphes en os, épingles en os également, à tête segmentée, perles en schiste, variscite, muscovite ou autres minéraux, hallebardes en silex triangulaires, ogivales allongées, finement retouchées, à base biconcave ou à deux crans latéraux, cylindres de calcaire à ornementation géométrique, céramique lisse aux formes rondes ou carénées.

Photo 1 : La chambre et le couloir du dolmen. Vue prise du Ν. O. (cliché F. Claustre)

4Durant la phase 4, étape finale du mégalithisme, se développent, vers la transition du IV-IIIe millénaire jusqu’à la fin du IIIe, en même temps que les grottes artificielles, les tholos, constructions classiques du sud de la Péninsule ibérique, comportant une chambre à encorbellement et fausse voûte. Le mobilier s’accroît dès lors d’objets en cuivre (pointes de Palmela, poignards) et le stock céramique se renouvelle, notamment avec l’introduction des campaniformes.

5L’anta dos Penedos de São Miguel, d’après son architecture et son mobilier, appartiendrait à la phase 3 d’apogée (jusqu’à son stade terminal) du mégalithisme portugais.

1. Historique – Généralités

6Le dolmen de Penedos de São Miguel (des rochers de Saint-Michel) est localisé sur le territoire de Crato, dans le district de Portalegre, dans la province du Haut Alentejo, région moyenne du Portugal, où les dolmens sont particulièrement nombreux (fig. 1). Il fut signalé par un groupe d’archéologues amateurs de Crato, en 1977, et n’avait pas fait l’objet de travaux, si l’on excepte le petit sondage de A. Isodoro à l’entrée du monument.

7La fouille est le fruit d’une collaboration entre, d’une part, le Centre d’Histoire de l’Université de Lisbonne, représenté par Victor Gonçalves, Directeur de l’Unité d’Archéologie (UNLARQ) et Ana Margarida Arruda, chercheur de l’UNLARQ et, d’autre part, le Centre d’Anthropologie des Sociétés Rurales de Toulouse, dirigé par Jean Guilaine et représenté par Françoise Treinen-Claustre, chercheur du C.N.R.S., assistée ponctuellement par Jean Zammit, anthropologue et Jacques Coularou, ingénieur de recherche. L’équipe comprenait des étudiants portugais, dont A. Flores, et quelques ouvriers. Les travaux de terrain se sont déroulés entre 1981 et 1983 : trois campagnes totalisant plus de 120 jours de fouilles (Gonçalves, Treinen-Claustre, Arruda 1981, 1985 ; Gonçalves, Treinen-Claustre, Arruda, Zammit, 1985). Une partie des données fut exploitée entre 1984 et 1986.

8L’imposant monument de 16 m est un dolmen à couloir sous tumulus, orienté N.O/S.E., ouverture au S.E. Il se compose d’une vaste chambre polygonale et d’un long couloir de 10 m, aligné dans l’axe de la chambre (fig. 2 et 3, ph. 1 et 2). Érigé à la fin du Néolithique, il a vu le passage sporadique des Chalcolithiques. On y trouve quelques témoins de l’époque romaine : poterie sigillée. La violation la plus importante date du Moyen Âge (XIV-XVe siècle) au cours duquel la chambre a subi de fortes dégradations. La dalle de couverture et les orthostates ont été brisés et ont éventuellement été utilisés pour la construction de l’édifice voisin, civil et religieux, de Flor da Rosa. La chambre a été vidée en son centre, ayant probablement servi d’abri à des pasteurs ou des chasseurs, qui y ont installé des foyers, à en juger par la présence d’une petite structure de combustion et d’épaisses couches cendreuses, charbonneuses et rubéfiées. Mais, malgré plusieurs réoccupations, l’architecture du dolmen est relativement bien conservée.

Figure 2 : Plan du dolmen et de la moitié nord et est du tumulus (relevé V. Gonçalves et A. M. Arruda. D.A.O. G. Peyre)

2. Architecture

2.1. La chambre

9La chambre, polygonale, de 6 m de diamètre, ne possède plus sa couverture, dont on a retrouvé des fragments à l’intérieur de la structure. Elle est limitée par sept dalles, privées de leur sommet pour six d’entre elles. La dalle jouxtant la dalle de chevet, côté nord, est manquante et son absence indique la voie d’accès des perturbateurs médiévaux. Le matériau utilisé est le granite local.

10Les orthostates ont une longueur oscillant entre 1,40 m et 2,50 m pour une épaisseur moyenne de 40/50 cm. Leur hauteur pouvait atteindre 3 m. Leur légère inclinaison vers l’intérieur et leur chevauchement sont destinés à la consolidation et au bon équilibre de la construction (ph. 2).

Figure 3 : Elévation des orthostates du dolmen (relevé V. Gonçalves et A. M. Arruda. D.A.O. G. Peyre)

Figure 4 : Coupe schématique M/N du tumulus (d’après F. Claustre)

11La chambre n’est pas construite sur une surface plane. Le choix a été fait d’un gros bloc granitique, parmi les chaos des environs, autour duquel ont été disposées les dalles, en comblant les espaces vides avec des pierres. Le matériel archéologique résiduel a été découvert principalement à la base des parois, en dégageant ces intervalles dalles – assise granitique.

2.2. Le couloir

12Le couloir, rectiligne, de 10 m de long, de 2 m de large environ, aux côtés parallèles, est un peu plus bas que la chambre, à laquelle il fait face. Les dalles sont placées de chant.

13À droite, côté N.E., on distingue quatre dalles, dont les longueurs sont comprises entre 1 et 4 m : 2,55 m ; 1,05 m ; 3,80 m ; 1,5 m en partant de l’entrée. Aménagement architectural d’ordre technique : pour supprimer un dénivelé entre la troisième dalle et la quatrième, plus haute, et assurer un plan sub-horizontal entre les deux côtés du couloir pour la pose de la couverture, un bloc rectangulaire et d’autres pierres de plus petite taille ont été superposés au troisième orthostate (ph. 3).

14À gauche, côté S.O., il manque une ou deux dalles à l’entrée du couloir (fouilles clandestines). Restent quatre dalles, dont la longueur respective est de 2,70 m, 1,90 m, 1,85 m, 1,15 m. On observe à nouveau un chevauchement et une inclinaison des orthostates vers l’intérieur du couloir pour préserver la stabilité du monument.

15Plusieurs particularités sont à signaler. On remarque tout d’abord, non loin de l’entrée du couloir, au niveau de l’extrémité N.O. du premier orthostate du côté droit, une structure empierrée en arc de cercle, formant un petit muret. Un peu plus loin en pénétrant dans le couloir, à 4 m environ de l’entrée, se dressent deux petits menhirs, dont l’un présenterait un caractère phalloïde (ph. 4). Leur obliquité est parallèle à celle des supports latéraux, desquels ils sont proches. Leur fonction symbolique et l’existence d’un espace « sacré » (?), peut-être lié à des pratiques funéraires, qu’ils matérialiseraient et limiteraient comme le muret, ont été suggérées. Il est important de noter à cet endroit une concentration de mobilier (herminettes, céramiques entières, perles, pointes de flèches...) mais l’absence d’ossements humains.

16Deux autres monolithes, à l’allure de stèles vaguement anthropomorphes, renversés, mais qui ont été remis dans leur position originelle, verticale et à l’extrémité du couloir, semblent marquer, voire garder l’entrée de la cella (ph. 5). D’autre part une grande dalle verticale, trouvée déplacée à la jonction du couloir et de la chambre, parallèlement à l’axe du couloir, était certainement transversale auparavant, placée entre le couloir et la chambre, en jouant le rôle de porte pour cette dernière. L’échancrure de sa base, facilitant un passage, le confirmerait.

17Dernier détail à noter, et non le moindre, le paléosol granitique en décomposition, sur lequel est construit le couloir est surélevé et irrégulier. De plus, ces anomalies topographiques ne sont pas toujours naturelles, mais d’origine anthropique, ce qui explique par ailleurs que l’on ait découvert spécialement beaucoup de mobilier, dit « votif » notamment, dans ces petites anfractuosités du sol aménagées volontairement par les préhistoriques comme lieux de dépôt (?), tout comme entre les pierres de calage des fosses d’implantation des orthostates et au pied des menhirs ou stèles.

2.3. Le tumulus

18La présence d’une structure tumulaire circulaire, semi-artificielle, est évidente. Il s’agit d’un tertre de pierres et de terre, haut de près de 3 m, d’un rayon d’une vingtaine de mètres, celui de la zone empierrée, qui enserre le dolmen, n’avoisinant que la dizaine de mètres (ph. 6).

19Le décapage superficiel de la moitié du tumulus a d’abord été effectué : secteur nord et est (côté droit en faisant face au dolmen). Il a fait apparaître une carapace de pierres, formée par la juxtaposition de blocs de taille petite à moyenne (10 à 60 cm) en granite, en quartz et plus rarement en schiste. Les blocs de granite sont de deux sortes : des blocs très durs, à la surface lisse et érodée, aux arêtes mousses, et des blocs à la surface rugueuse, effritée, aux arêtes vives, qui semblent avoir été débités sur place. Parmi les pierres du tumulus figurent quelques fragments de meules, dont certains raccordent. D’autres objets archéologiques sont exceptionnels : fragments de haches et herminettes, percuteurs, tessons.

Photo 2 : Le couloir du dolmen. Vue prise du S.E. (cliché F. Claustre)

Photo 3 : Bloc de pierre superposé à la troisième dalle du couloir (côté droit) (cliché F. Claustre)

Photo 4 : Vue du couloir : structure empierrée et menhirs (cliché F. Claustre)

Photo 5 : Monolithe du couloir d’allure anthropomorphe (cliché F. Claustre)

Photo 6 : Tumulus. Vue prise du N.E. (cliché F. Claustre)

Photo 7 : Tranchée M/N du tumulus et quart N.E. (cliché F. Claustre)

20Dans une première vue d’ensemble de ce revêtement tumulaire, deux couronnes empierrées paraissent délimiter des espaces, eux, vides de pierres. Mais l’irrégularité et le manque de netteté de cette structure, à ajouter au fait que le tumulus a subi des remaniements (passage des charrues), incitent à la prudence quant à son authentification.

21Afin de mieux connaître la composition et la structure interne du tumulus, deux tranchées de 2 m de large, perpendiculaires à la chambre, furent opérées dans le quart nord du tertre. Dans la tranchée orientée N.E./S.O., longue de 9 m et occupant les carrés N14 à Ν18, on procéda à cinq décapages successifs, qui permirent de discerner plusieurs revêtements de pierres solidement assemblées, mais sans liant d’aucune sorte, si ce n’est des petits galets, qui en feraient office par endroits. Ces revêtements sont d’étendue variable et sont séparés, de façon plus ou moins claire, par des couches de terre sableuse.

22Une première constatation s’impose. La puissance du remplissage de la tranchée est nettement inférieure à celle escomptée, car les bâtisseurs, par économie de temps et d’énergie, se sont servi du relief naturel du sol pour ériger le tertre : phénomène original déjà observé à propos de la chambre et du couloir du dolmen. Ainsi sur les 3/4 de la tranchée, la hauteur des revêtements pierreux et sableux ne dépasse guère 80 cm. L’épaisseur du remplissage de pierres sur le quart restant, entre le mamelon granitique utilisé comme assise et la dalle de la chambre, est manifestement plus importante. En effet, le terrain présente une déclivité douce vers l’extérieur du tumulus et une pente plus accentuée vers l’intérieur. Toujours est-il que les constructeurs du mégalithe ont profité au maximum des irrégularités du relief du sol pour édifier le monument et le tumulus, ce dernier ne devant sans doute pas recouvrir la chambre. Il convenait principalement de retenir les terres contre le dolmen.

23D’après la lecture de la coupe M/N, on distingue deux grandes phases dans la construction du tumulus, dont la première se subdivise en deux stades : I A et I Β (fig. 4 et ph. 7).

Figure 5 : Lames de silex (dessin F. Claustre et F. Briois)

Figure 6 : Lame de silex (dessin F. Claustre et F. Briois

24I A : Remplissage de pierres de l’intervalle entre la chambre et la butte granitique et recouvrement partiel de ce mamelon.

25I Β : Construction d’une première carapace circulaire de pierres bien assemblées, au contour défini.

26II : Agencement d’une seconde carapace circulaire de pierres, plus large, qui dépasse de 2 m la première et qui en est séparée, sur la moitié de la tranchée (côté externe), par une couche de sable.

27L’interruption du revêtement de pierres en N17 est peut-être volontaire et correspondrait à la structure « en couronnes » décelée en observant le relevé du décapage superficiel de la moitié du tumulus.

Figure 7 : Géométriques en silex (dessin F. Claustre et F. Briois)

3. Le mobilier

3.1. L’outillage lithique

28Le mobilier funéraire est essentiellement lithique et l’outillage en constitue une part importante.

3.1.1. Les lames et les lamelles

29Les lames, dont l’effectif est de l’ordre de la vingtaine, sont en silex. Entières ou fragmentées, elles sont généralement non retouchées, mais dans certains cas portent des retouches bilatérales semi-abruptes.

30On remarque, dans le lot, trois longues lames en silex brun foncé, entières, très régulières, sans retouches, avec des bords simplement « grignotés » (fig. 5 et 6). Leur section est trapézoïdale, leur profil courbe. Leur longueur se situe entre 11 et 20 cm, leur largeur maximum entre 1,60 et 2,55 cm et leur épaisseur maximum entre 0,45 et 0,60 cm. Ces pièces ont été trouvées à la base d’orthostates, l’une en position verticale, dans les zones non remaniées du dolmen.

31Les lamelles, au nombre de 25 environ, dont plus des 2/3 non retouchées, sont en quartz (hyalin ou laiteux) ou en silex.

3.1.2. Les géométriques

32La vingtaine de géométriques, en silex blond, brun ou gris, comprennent des trapèzes, des triangles et des segments de cercles (fig. 7). Les trapèzes sont les plus nombreux et représentent les 3/4 de l’effectif. Leur longueur varie de 1,35 à 3,30 cm. Le type dominant est le trapèze asymétrique à grande troncature rectiligne et petite troncature concave (fig. 7, n°8). La grande troncature est plus ou moins longue. La petite base est généralement assez réduite. La concavité de la petite troncature est parfois peu accentuée. Les retouches sont abruptes, exceptionnellement semi-abruptes. La face inférieure n’est que très rarement retouchée légèrement (fig. 7, n°12 et 20). En dehors de ce type caractéristique, on distingue des trapèzes asymétriques à grande et petite troncature rectiligne et des trapèzes rectangles (fig. 7, n°14).

33Les segments de cercle appartiennent au type large (fig. 7, n°17), les triangles à la catégorie des triangles scalènes. Dans la rubrique des divers rentrent une pointe à base tronquée oblique, une troncature et un fragment de microlithe irrégulier (segment de cercle ?).

34Les nucleus, microburins, éclats sont présents mais peu nombreux.

3.1.3. Les pointes de flèches

35Les pointes de flèches sont une composante importante de l’outillage lithique. Leur abondance est étonnante : près de 430 pièces, auxquelles il aurait fallu ajouter peut-être quelques centaines d’autres pointes, si le dolmen n’avait pas été partiellement violé. Ce nombre élevé autorise un traitement statistique et informatique avec analyses multivariées (à partir de 384 pièces entières), que nous ne développerons pas dans ce court article. Nous nous bornerons à présenter les caractéristiques typologiques générales des pointes de flèches.

Figure 8 : Pointes de flèches. Distribution en Nombre absolu des différents types morphologiques de la base (A) ; des matières premières (B), SC : Schiste, S : Silex, QH : Quartz hyalin, QH : autres variétés de quartz, D : Divers ; des classes millimétriques de la longueur (C) (d’après F. Claustre)

36Le matériau utilisé est le silex, largement majoritaire ; viennent ensuite le quartz : quartz hyalin et autres variétés, et enfin le schiste (fig. 8 Β).

37La longueur des pièces varie de 1 à 5,5 cm et pour environ 90 % d’entre elles de 1,5 à 4 cm (fig. 8 C). La classe la mieux représentée est celle de 2 à 2,4 cm. Les pointes les plus longues sont en silex.

38Les armatures de flèches ont un corps triangulaire plus ou moins allongé, les bords étant rectilignes ou légèrement convexes ; la forme ogivale « en mitre » est exceptionnelle. L’aspect dentelé, faiblement ou fortement, des bords constitue une particularité assez répétitive (fig. 12, n°4).

39La typologie la plus appropriée s’établit d’après la forme de la base (fig. 8 – A) et, en éliminant les sous-types, on distingue :

  • les armatures à base concave (CC) (fig. 9),

  • les armatures à base rectiligne ou sub-rectiligne (R) (fig. 10),

  • les armatures à base convexe (CV),

  • les armatures à base triangulaire (avec extrémité pointue et bords souvent rectilignes) (TT) (fig. 11 et 12),

  • les armatures sub-triangulaires (sans extrémité pointue avec bords divers) (T) (fig. 11 et 12),

  • les armatures à base indéterminée, irrégulière ou marginale (cas des bases pédonculées, trapézoïdales par exemple) (ID).

Figure 9 : Pointes de flèches à base concave (dessin A. Flores et F. Briois)

40Un trait spécifique de la base, fréquent et lié aux types triangulaire et sub-triangulaire, qui sont les mieux représentés (plus de la moitié de l’effectif), est la présence de petits crans latéraux ou ailettes, situés à la jonction du corps et de la base, très nets (fig. 12, n°8 et 9) ou à peine visibles.

Figure 10 : Pointes de flèches à base rectiligne ou sub-rectiligne (dessin A. Flores et F. Briois)

41Les pointes de flèches ne portent pas toutes des retouches bifaciales couvrantes. Il est courant qu’une face, et même les deux faces, ne soient retouchées que sur les bords ou sur une ou deux extrémités.

42La section des têtes des armatures est biconvexe, elliptique ou triangulaire. Elle est souvent plus épaisse que celle de la base, qui est plate.

3.1.4. Les haches et les herminettes

43Une vingtaine de haches/herminettes, en gneiss, grauwacke et amphibolite ont été recueillies dans le dolmen (fig. 13, 14 et 15). On note une concentration de ce matériel dans le couloir et plus précisément dans le deuxième tiers.

44Hormis deux exemplaires, dont une hachette de moins de 4 cm (fig. 13, en haut), il est difficile de déterminer si les outils appartiennent au groupe des haches ou des houes/herminettes. Il semble que la plupart puissent faire partie du second groupe, non seulement en raison de la dissymétrie de leur tranchant, mais aussi de leur profil général asymétrique et encore de la localisation des surfaces polies et non polies, dont on peut déduire le système d’emmanchement.

Figure 11 : Pointes de flèches à base triangulaire ou sub-triangulaire (dessin A. Flores et F. Briois)

45La longueur des pièces oscille entre 7 et 23 cm, leur largeur entre 3 et 7 cm. Si l’on considère l’ensemble du matériel, certaines remarques se dégagent. Le fil du tranchant est convexe, parfois légèrement asymétrique, aigu mais quelquefois mousse, surtout lorsqu’il s’agit de houes très épaisses et simplement bouchardées. Le profil du tranchant est le plus souvent biconvexe symétrique ou dissymétrique. Le double biseau existe, mais le profil dissymétrique à simple biseau plan est plus rare. Les bords sont généralement peu convexes ou sub-rectilignes. La forme générale des objets s’inscrit dans un trapèze ou un rectangle, le talon étant tronqué ; seule la véritable hache est triangulaire, avec un talon appointé, elle possède par ailleurs une section circulaire, alors que les autres pièces ont une section fréquemment quadrangulaire et parfois biconvexe à bords coupés. Il est frappant de constater que bon nombre d’individus ne présentent qu’un polissage partiel, portant essentiellement sur la partie distale active de l’outil. En outre, plus de la moitié des exemplaires offrent des bords bruts, équarris.

Figure 12 : Pointes de flèches à hase triangulaire ou sub-triangulaire (dessin A. Flores et F. Briois)

Figure 13 : Haches et herminettes. En grisé foncé : surfaces polies (dessin F. Claustre et A. M. Arruda. D.A.O. G. Peyre)

3.1.5. Divers

46Nous rappelons que meules, molettes, broyeurs ont été récoltés dans le tumulus et le dolmen. Est à signaler également dans l’outillage une pierre à rainure (polissoir ? pour perles ?).

47Beaucoup moins anecdotique est une hallebarde en silex de teinte rosâtre, à retouches plates régulières, munie de deux crans latéraux basilaires.

3.2. La parure

3.2.1. Les perles

48Sur un total d’environ 115 perles, on en compte une centaine en schiste, donc la majorité, et seulement une dizaine en pierre verte (probablement de la variscite). Les perles en lignite, en quartz et autres matériaux comme des résines sont rares, voire exceptionnelles. Les perles en schiste sont généralement discoïdes ou annulaires. Les perles en roche verte ont des formes plus variées et plus originales (malgré leur faible pourcentage) : ovoïdes, discoïdes, biconiques ou bitronconiques, quadrilobée pour un élément. Elles peuvent être décorées de stries gravées : perle en forme de tonnelet ornée de chevrons par exemple.

Figure 14 : Haches/Herminettes. En grisé foncé : surfaces polies (dessin F. Claustre et A. M. Arruda. D.A. O. G. Peyre)

Figure 15 : Haches/Herminettes. En grisé foncé : surfaces polies (dessin F. Claustre et A. M. Arruda. D.A.O. G. Peyre)

3.2.2. Les pendeloques

49En roche verte, sont présentes des pendeloques triangulaires, plates, munies d’une perforation. Il faut y ajouter une figure lagomorphe, également perforée, copie des petits lapins en os, appartenant au mobilier funéraire d’autres types de monuments sub-contemporains (Leisner 1985).

3.2.3. La tête d’épingle

50Une tête d’épingle, cylindrique et cannelée (9 sillons), est aussi une réplique en roche verte d’un modèle en os.

51À ces éléments de parure s’adjoint une lunule en terre cuite.

3.3. Les plaques de schiste et de grès

52Les plaques votives en grès et en schiste, entières ou fragmentées, inornées ou portant un décor géométrique et/ou anthropomorphe, semblables à celles provenant de grands monuments mégalithiques de l’Alentejo (Leisner 1985), sont nombreuses. L’équipe portugaise en assure l’étude complète. Nous ne nous attarderons que sur la découverte, parmi les pierres de calage d’une dalle, derrière le petit muret, d’une plaque de grès anthropomorphe remarquable, entière, longue d’une quinzaine de cm, dont le décor est parfaitement lisible (fig. 16). Il s’agit d’une plaque-idole, qui porte sur sa face antérieure une figuration humaine schématisée (visage et bras). Les yeux indiqués par deux cercles concentriques (aspect de chouette), le long nez, les tatouages et les bras allongés évoquent les représentations anthropomorphes liées peut-être à un culte de la déesse-mère, qui sont bien connues dans le Néolithique et le Chalcolithique du Sud de la Péninsule ibérique (Gonçalves 1989, 1993). Cette plaque porte des traces d’ocre sur le membre gauche. La face postérieure est décorée sur toute la surface de zigzags horizontaux. Des chevrons verticaux marquent les bords.

Figure 16 : Plaque - idole gravée en grès. Hauteur : 15,50 cm (dessin Labo UNIARCH)

3.4. La céramique

53La céramique médiévale n’est pas étudiée dans le cadre de cet article (travaux de H. Catarino, médiéviste). La céramique préhistorique peut faire l’objet d’une analyse typologique précise à partir d’une quarantaine de vases trouvés entiers ou entièrement reconstitués et de nombreux bords, fonds et tessons. Nous n’en indiquerons ici que les grandes lignes.

54Les vases, sauf exception, sont de petite taille : diamètre d’ouverture compris généralement entre 6 et 12 cm, et à fond rond ou aplani. Le plus souvent, ils ne portent pas de décor. Les principaux types apparaissent clairement :

55les vases hémisphériques ou sub-hémisphériques (fig. 17)

56les vases sphéroïdes (fig. 17)

57les vases à profil sinueux en S peu accentué

58les vases carénées (fig. 18)

59les larges écuelles peu profondes, propres au Chalcolithique, les seules dont le diamètre d’ouverture peut atteindre la trentaine de cm (fig. 18, en bas).

60Les trois premières catégories correspondent à des formes simples, monotones, ubiquistes, sans décor, communes à un grand nombre de mégalithes portugais (Leisner 1956, 1959, 1965).

61Les vases carénés ont la particularité de présenter une carène basse et même très basse, qui, dans ce cas est presque au même niveau que le fond des récipients. Ces formes carénées sont caractéristiques de la région de Crato-Nisa. Les parois des vases carénées ont une hauteur variable ; elles sont sensiblement verticales, obliques vers l’intérieur ou l’extérieur ; leur profil est sub-rectiligne ou légèrement concave, avec une tendance à l’hyperbole.

62Les décors, quand ils existent sont associés aux vases carénés (fig. 18). Ils sont faits d’impressions de peigne ou de tige creuse de végétaux et peuvent être disposés en registres verticaux. Ils constituent également une spécificité locale du groupe mégalithique de Crato-Nisa. Parfois de rares mamelons soulignent le bord des vases.

Figure 17 : Céramique. Vases dérivés de la sphère (dessin F. Claustre, A. M. Arruda et G. Peyre)

63La répartition spatiale de la céramique montre une nette concentration des vases sur le pourtour de la chambre, non touché par l’occupation médiévale, et dans la deuxième moitié du couloir.

Figure 18 : Céramique. Vases carénés (dessin F. Claustre, A. M. Arruda et G. Peyre)

4. L’anthropologie

64L’analyse anthropologique des ossements humains a été effectuée par J. Zammit (Docteur en Médecine, Centre d’Anthropologie, Toulouse). Le matériel anthropologique du dolmen de Penedos de São Miguel s’élève à 826 vestiges, os (764) et dents (62) confondus, pour un poids total de 3 kg environ. Il se caractérise par son extrême fragmentation et sa grande pauvreté, par rapport aux multiples sépultures constituées dans cet imposant monument, dont le mobilier funéraire est très riche. Pensons au nombre de pointes de flèches !

65Près de quinze sujets ont été reconnus, mais il s’agit d’une estimation grossière en l’absence des éléments de référence habituels de détermination de l’âge au décès : 8 à 10 adultes, 1 à 2 adolescents, 2 à 3 enfants. À titre d’hypothèse, on peut envisager que ces quinze individus ne représentent (au minimum) que le dixième de la population inhumée vraisemblable. Aucune conclusion paléodémographique ne peut cependant être apportée. La détermination du sexe est impossible.

66Le problème du caractère primaire ou secondaire des sépultures ne peut être tranché facilement. L’étude de la répartition des ossements est plus parlante, elle montre que ceux-ci sont concentrés dans la chambre, principalement contre les parois et sont peu nombreux dans le couloir, ce qui semble signifier que les dépôts funéraires ont eu lieu essentiellement dans la chambre. Il est aussi intéressant de noter que les fragments des membres inférieurs sont beaucoup plus nombreux que ceux des membres supérieurs et que les ossements les mieux représentés sont les os du crâne et les fémurs. Or, l’on sait que ce sont ces types d’os qui font habituellement l’objet de rangements dans les sépultures collectives, dont on peut penser que le dolmen de Penedos de São Miguel fasse partie.

67Quelques cas paléopathologiques ont été notés : des lésions de discarthrose sur des vertèbres lombaires et thoraciques, des stigmates d’arthrose inter-phalangienne au niveau de cinq phalanges de la main, une lésion de tendinite d’insertion de la face inférieure d’un calcanéum adulte, par ailleurs très érodé, et enfin une fracture bien consolidée d’un arc antérieur d’une côte d’adulte, avec un petit cal osseux périphérique.

5. Les datations radiométriques

68Les échantillons pour datation radiométrique ont été confiés au Laboratoire du Radiocarbone – Centre des Faibles Radioactivités de Gif-sur-Yvette, dirigé par G. Delibrias et au Laboratoire de Radiocarbone de l’Université Claude Bernard de Lyon, dirigé par J. Evin.

69Cinq datations 14C ont été obtenues :

70Gif 5738 (charbons de bois de la chambre) 500 +/-80 B.P.

71CAL BC 1 sigma : 1333-1338, 1399-1448

72CAL BC 2 sigmas : 1297-1523, 1564-1567, 1576-1626

73Pic de probabilité : 1428

74Gif 6055 (os humains de la chambre) 2600 +/-70 B.P.

75CAL BC 1 sigma : -811-764, - 602-595

76CAL BC 2 sigmas : -895-878, -834-668, -661-518, -487-485, -467-429

77Pic de probabilité : -792

78Ly 3216 (os humains de la chambre et du couloir) 4000 +/-180 B.P.

79CAL BC 1 sigma : -2866-2810, -2789-2778, -2758-2736, -2735-2720, -2709-2270, -2253-2228, -2220-2207

80CAL BC 2 sigmas : -2998-2993, -2922-2010, -1994-1967

81Pics de probabilité : -2535, -2472

82Ly 3813 (os humains de la chambre et du couloir) 4210 +/-100 B.P.

83CAL BC 1 sigma : -2905-2827, -2824-2660, -2655-2625, -2610-2601

84CAL BC 2 sigmas : -3077-3074, -3039-2946, -2945-2542, -2529-2473

85Pics de probabilité : -2877, -2807, -2801, -2770, -2762

86Ly 2921 (os humains de la chambre et du couloir) 5660 +/-200 B.P.

87CAL BC 1 sigma : -4760-4739, -4717-4331, -4266-4265

88CAL BC 2 sigmas : -4987-4967, -4965-4078, -4048-4043

89Pic de probabilité : -4463

90La première date correspondrait à l’occupation médiévale. La seconde date semble aberrante, car elle indiquerait une occupation funéraire du dolmen beaucoup trop tardive (entre le IXe et le Ve siècle av. J.-C.).

91Les trois autres dates s’intègrent dans la fourchette chronologique générale du mégalithisme, mais par rapport au type architectural et au mobilier du dolmen de Penedos de São Miguel, les troisième et quatrième sont un peu basses, à moins d’admettre la survivance d’architectures mégalithiques traditionnelles dans la première moitié du IIIe millénaire (Gonçalves 2002). La cinquième datation, en dépit de son écart-type, renvoie, en gros, à la seconde moitié du Ve millénaire B.C. Ce résultat est proche des datations obtenues pour les monuments de la façade atlantique française dits « de la première génération » (Barnenez, Geignog, Bougon). Au Portugal, on serait tenté d’attribuer ce résultat aux dolmens anciens à couloir court, mais on n’oubliera pas qu’il existe, dans la Péninsule ibérique, des mégalithes à couloir assez développé et qui ont parfois été datés anciennement : ainsi d’une datation (sur os) du dolmen de Azutan (Tolède) - Ly 4578 : 5750+/-130 B.P. - qui est également convergente avec les résultats des monuments ci-dessus. Bien qu’apparemment trop haute, cette cinquième datation ne doit pas être rejetée : de nouveaux résultats appliqués à des monuments du même type confirmeront ou infirmeront un jour sa validité.

Conclusion

92Au terme de cette courte analyse synthétique de l’architecture et du matériel archéologique du dolmen de Penedos de São Miguel, on se félicite tout d’abord, une vingtaine d’années après les opérations de fouille, du partenariat établi entre deux institutions, l’une portugaise, le Centre d’Histoire de l’Université de Lisbonne, l’autre française, le Centre d’Anthropologie de Toulouse (C.N.R.S.), collaboration qui participe aux relations internationales indispensables au progrès de la recherche. Évidemment, nous regrettons que le monument ait été endommagé et amputé d’une partie de son mobilier, mais force est de constater que cela a peu nui à la compréhension des caractères généraux et particuliers de son architecture et que le mégalithe, dans l’état, a fourni un matériel d’une abondance et d’une variété inespérées. Ce dolmen, qui est maintenant protégé, est l’un des plus importants de la région de Crato et les fouilles méthodiques, qui y ont été conduites, ont été suivies d’autres travaux dans l’Alentejo, que l’équipe portugaise a pleinement assumés.

Bibliographie

Camara Serrano 2001 : CAMARA SERRANO (J. A.) - El ritual funerario en la Prehistoria Recente en el Sur de la Peninsula Iberica, BAR International Series, 913, 2001, 346 p.

Gonçalves 1989 : GONÇALVES (V. S.) - Manifestaçoes do sagrado na Pre-Historia do Ocidente Peninsular. 1. Deusa (s) — Mae, placas de xisto e cronologias : uma nota preambular. Almonsor. Montemor-o-Novo : Camara Principal, 1989, 7, p. 289-302.

Gonçalves 1993 : GONÇALVES (V. S.) - Manifestaçoes do sagrado na Pre-Historia do Ocidente Peninsular. 3. A Deusa dos olhos de sol. Um primeiro olhar. Revista da Faculdade de Letras de Lisboa, 5e Série, 1993, 15, p. 41-47.

Gonçalves 2002 : GONÇALVES (V. S.) - Grosses pierres, petits objets, grandes idées : quelques questions autour des mégalithismes funéraires du Sud du Portugal, Préactes du Colloque International : « Origine et développement du mégalithisme de l’Ouest de l’Europe », Musée des Tumulus de Bougon, 2002, h. t.

Gonçalves, Sousa 1997 : GONÇALVES (V. S.), SOUSA (A. C.) - A proposito do grupo megalitico de Reguengos de Monsaraz e das origens do megalitismo no Ocidente Peninsular, Actas do Coloquio InternacionalO Neolitico Atlantico e as orixes do megalitismo” (dir. Anton A. Rodriguez Casai), Santiago de Compostela, Consello da Cultura Gallega, Universidade de Santiago de Compostela, Union Internacional de Ciencias prehistoricas e protohistoricas, 1997, p. 609-634.

Gonçalves, Treinen-Claustre, Arruda 1981 : GONÇALVES (V. S.), TREINEN-CLAUSTRE (F.) et ARRUDA (A. M.) - Anta dos Penedos de S. Miguel (Crato), Campanha 1 - (81), Clio - Revista do Centre de Historia da Universidade de Lisboa, Vol. 3, 1981, p. 153-164.

Gonçalves, Treinen-Claustre, Arruda, Zammit 1983-84 : GONÇALVES (V. S.), TREINEN-CLAUSTRE (F.), ARRUDA (A. M.) et ZAMMIT (J.) - Anta dos Penedos de S. Miguel, Campanha 2 - (82), Clio - Arqueologia, Revista da Uniarch do Centre de Historia da Universidade de Lisboa, Vol. 1, 1983-84, p. 225-228.

Gonçalves, Treinen-Claustre, Arruda 1983-84 : GONÇALVES (V. S.), TREINEN-CLAUSTRE (F.) et ARRUDA (A. M.) - Anta dos Penedos de S. Miguel (Crato), Campanha 3 - (83), Clio - Arqueologia, Revista da Uniarch do Centre de Historia da Universidade de Lisboa, Vol. 1, 1983-84, p. 229-230.

Guilaine 1976 : GUILAINE (J.) - L’Occident : la civilisation mégalithique du Portugal. In : Premiers bergers et paysans de l’Occident méditerranéen, Paris, La Haye, Ed. Mouton, 1976, p. 165-167.

Guilaine 1994 : GUILAINE (J.) - Émergence du mégalithisme atlantique : Portugal, Galice et Pyrénées de l’Ouest. In : La Mer partagée, La Méditerranée avant l’écriture, 7000-2000 avant Jésus-Christ, Paris, Hachette, 1994, p. 256-257.

Leisner 1985 : LEISNER (G. et V.) - As Antas do Concelho de Reguengos de Monsaraz, Instituto de Alta Cultura, Lisboa, 1951, Réédition par l’Instituto Nacional de Investigaçao Cientifica/ UNIARCH, Lisboa (1985).

Leisner 1956, 1959, 1965 : LEISNER (G. et V.) - Die Megalithgräber der Iberischen Halbinsel. Der Westen, Berlin, Walter de Gruyter, 3 t., 1956, 1959, 1965.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Répartition des mégalithes de l’occident ibérique et localisation du dolmen portugais de Penedos de S. Miguel. Dolmen indiqué par une étoile
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4097/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Photo 1 : La chambre et le couloir du dolmen. Vue prise du Ν. O. (cliché F. Claustre)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4097/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Figure 2 : Plan du dolmen et de la moitié nord et est du tumulus (relevé V. Gonçalves et A. M. Arruda. D.A.O. G. Peyre)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4097/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Figure 3 : Elévation des orthostates du dolmen (relevé V. Gonçalves et A. M. Arruda. D.A.O. G. Peyre)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4097/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Figure 4 : Coupe schématique M/N du tumulus (d’après F. Claustre)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4097/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Photo 2 : Le couloir du dolmen. Vue prise du S.E. (cliché F. Claustre)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4097/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Photo 3 : Bloc de pierre superposé à la troisième dalle du couloir (côté droit) (cliché F. Claustre)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4097/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Photo 4 : Vue du couloir : structure empierrée et menhirs (cliché F. Claustre)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4097/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Photo 5 : Monolithe du couloir d’allure anthropomorphe (cliché F. Claustre)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4097/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Photo 6 : Tumulus. Vue prise du N.E. (cliché F. Claustre)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4097/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Photo 7 : Tranchée M/N du tumulus et quart N.E. (cliché F. Claustre)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4097/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Figure 5 : Lames de silex (dessin F. Claustre et F. Briois)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4097/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Figure 6 : Lame de silex (dessin F. Claustre et F. Briois
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4097/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Figure 7 : Géométriques en silex (dessin F. Claustre et F. Briois)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4097/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Figure 8 : Pointes de flèches. Distribution en Nombre absolu des différents types morphologiques de la base (A) ; des matières premières (B), SC : Schiste, S : Silex, QH : Quartz hyalin, QH : autres variétés de quartz, D : Divers ; des classes millimétriques de la longueur (C) (d’après F. Claustre)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4097/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Figure 9 : Pointes de flèches à base concave (dessin A. Flores et F. Briois)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4097/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Figure 10 : Pointes de flèches à base rectiligne ou sub-rectiligne (dessin A. Flores et F. Briois)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4097/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Figure 11 : Pointes de flèches à base triangulaire ou sub-triangulaire (dessin A. Flores et F. Briois)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4097/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Figure 12 : Pointes de flèches à hase triangulaire ou sub-triangulaire (dessin A. Flores et F. Briois)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4097/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Figure 13 : Haches et herminettes. En grisé foncé : surfaces polies (dessin F. Claustre et A. M. Arruda. D.A.O. G. Peyre)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4097/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Figure 14 : Haches/Herminettes. En grisé foncé : surfaces polies (dessin F. Claustre et A. M. Arruda. D.A. O. G. Peyre)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4097/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Figure 15 : Haches/Herminettes. En grisé foncé : surfaces polies (dessin F. Claustre et A. M. Arruda. D.A.O. G. Peyre)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4097/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Figure 16 : Plaque - idole gravée en grès. Hauteur : 15,50 cm (dessin Labo UNIARCH)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4097/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Figure 17 : Céramique. Vases dérivés de la sphère (dessin F. Claustre, A. M. Arruda et G. Peyre)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4097/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Figure 18 : Céramique. Vases carénés (dessin F. Claustre, A. M. Arruda et G. Peyre)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4097/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 94k

© Presses universitaires de Perpignan, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540