Version classiqueVersion mobile

Roches ornées, roches dressées

 | 
Michel Martzluff

2 - Aux sources des arts et des mythes

Les peintures rupestres et l’art schématique linéaire de l’Abri de Mallata C (Colungo-Asque, Huesca)

Albert Painaud

Résumé

La falaise du « Tozal » de Mallata abrite trois zones ornées de peintures schématiques. Les deux premières zones découvertes en 1982, contiennent exclusivement des peintures schématiques post-glaciaires. La dernière, explorée en 1998, est encore inédite. C’est le site de Mallata C avec peintures du Néolithique mais aussi gravures shématiques linéaires.
Parmi les peintures, on identifie des signes arboriformes, des signes anthropomorphes et des lignes brisées. Les gravures sont des grilles ouvertes ou fermées, une marelle, des signes cruciformes, des triangles et des traits sans organisation apparente. Il s’agit donc d’un nouvel exemple d’une réutilisation d’un sanctuaire néolithique peint par la gravure linéaire plus récente

Texte intégral

Introduction

1Cela fait maintenant plus de vingt ans que l’équipe du Musée Archéologique de Huesca a entrepris des prospections systématiques dans les formations calcaires qui configurent les canyons du río Vero. La lenteur des travaux d’exploration et des études, a été imposée par les caractéristiques géographiques de la zone à prospecter : peu hospitalière, abrupte, boisée et d’un cheminement très difficile.

2Ces programmes successifs de recherches ont eu pour origine la découverte des peintures schématiques de Lecina signalées en 1968 par le Professeur Antonio Beltrán (Beltràn 1971). Mais à cette date, la connaissance de ces peintures ne permettait pas d’imaginer la richesse artistique qui allait progressivement être mise au jour.

3Les travaux de recherches centrés en particulier sur la zone comprise entre les villages de Lecina au nord et d’Alquézar au sud ont donné des résultats qui ont largement dépassé toutes les espérances. Le groupe d’une cinquantaine d’abris peints, découverts a été regroupé dans le Parque Cultural del Río Vero et placé sous l’égide de la Diputación General de Aragon en Juillet 1991. Ces abris ont été déclarés Patrimoine de l’Humanité par l’UNESCO le 1er Décembre 1998 (fig. 1).

Figure 1 : Carte de la zone étudiée et plan de localisation des abris peints de la confluence du río Vero et du Barranco de la Choca ; n° 1 : Abrigo de los Gallineros 1, 2, 3 ; n° 2 : Abrigo de las Escaleretas ; n° 3 : Abrigos de Fajana de Pera ; n° 4 : Abrigo de Lecina Superior ; n° 5 : Abrigos de Barfaluy 1, 2, 3 ; n° 6 : Abrigo de Barfaluy 4 ; n° 7 : Abrigo de Casabón ; n° 8 : Abrigos de Viñamala 1, 2, 3 ; n° 9 : Abrigo de Huerto Raso Superior 1 ; n° 10 : Abrigo de Huerto Raso Superior 2 ; n° 11 : Abrigos de Mallata A 1, 2, 3 ; n° 12 : Abrigos de Mallata Β 1, 2 ; n° 13 : Abrigo de Mallata C (D.A. O. Sabine Nadal d’après l’auteur)

4Ces sites ornés laissent entrevoir un large éventail de peintures qui appartiennent à des époques et à des styles très divers. Les peintures paléolithiques de la Fuente del Trucho (Beltran et Baldellou 1981), les représentations naturalistes post-paléolithiques (levantines) de Muriecho, Arpan ou Chimiacha, et un important corpus de représentations schématiques à Barfaluy, Lecina supérieur, Mallata et les abris de Lecina, (Gallineros, Escaleretas, Fajana de Pera), (Beltran 1972 ; Baldellou et al. 1982 ; Painaud 1989 ; Calvo 1993) (fig. 1).

5Situé au nord de l’Aragon, le massif montagneux de la Sierra de Guara, fait partie des pré-Pyrénées centrales de la Péninsule ibérique. Séparé de la chaîne des Pyrénées par une large dépression orientée est-ouest, cet énorme massif calcaire au relief très accidenté est creusé par de profondes gorges orientées en grande majorité nord-sud. Le río Vero, un des canyons les plus orientaux de la Sierra de Guara prend sa source au sud du village d’El Pueyo. Une grande partie de l’année, son cours est à sec jusqu’à proximité du village de Lecina où il s’alimente des eaux de la source pérenne de Verala. Il traverse ensuite un vaste plateau, à travers des gorges escarpées et taillées dans des calcaires compacts à numulites et à alvéolines. Quelques kilomètres plus au sud il sort des gorges à proximité d’Alquezar et continue son cours à travers une vallée qui s’ouvre vers les terres basses (fig. 1).

1. Présentation des sites

1.1. Le Tozal de Mallata

6Les abris du Tozal de Mallata, s’ouvrent dans les strates supérieures d’une falaise orientée perpendiculairement au cours du río Vero. Cette énorme masse rocheuse de plus de 240 m de hauteur présente dans sa face sud de nombreuses cavités, surtout dans les barres supérieures. Les abris de Mallata A, découverts en 1981, occupent les cavités somitales dans la partie est de la falaise. De ces quatre sites ornés, le plus intéressant est Mallata A 1 ; les trois autres ne contenant qu’une digitation verticale ainsi que des restes illisibles. Les représentations peintes sont distribuées sur cinq secteurs répartis dans la partie centrale de l’abri. De gauche à droite, on observe un anthropomorphe de grande taille et des signes absolument énigmatiques. Sur le pilier central apparaissent des scènes où des personnages paraissent retenir à l’aide d’une corde des quadrupèdes que nous identifions comme des cervidés. La paroi de droite présente après une série de figures résiduelles, deux circonférences avec cruciforme inclus et pour finir une succession de figures animales et humaines assez singulières, entrecoupées par des digitations : elles sont apparemment peintes sur un badigeon orangé du support. Ces représentations doivent sans aucun doute être classées comme schématiques. Elles possèdent des particularités peu communes à ce style pictural et sont toutes de couleur rouge.

71.2. Les abris de Mallata Β occupent les deux corniches supérieures, à l’ouest de la falaise le long d’une écaille rocheuse qui tombe directement sur la rivière quelques 240 m plus bas. La cavité supérieure, visible de loin et orientée au nord ne contient qu’un seul trait bifide, incliné de droite à gauche, de couleur rouge violacé. La corniche de Mallata B l, orientée sud, occupe l’étage inférieur. Les peintures, qui se regroupent au centre de l’abri, peuvent se diviser en trois ensembles. À droite, un groupe central de quatorze personnages et deux quadrupèdes forment une représentation qui a été parfois attribuée à un culte phallique. Dans la partie supérieure se trouvent deux personnages se tenant par la main, et dans la partie inférieure on distingue quelques signes dont un signe soléiforme.

8Le panneau central se compose d’un ensemble de lignes droites sécantes, de quelques signes et de restes illisibles. Dans la partie inférieure se trouve un signe ramiforme. Le troisième panneau, situé dans la partie basse de l’abri se compose de huit signes ramiformes. Deux d’entre eux, de couleur plus claire, sont superposés par les six autres.

Figure 2 : Plan et situation des peintures et des gravures de Mallata C

Figure 3 : Relevé du panneau n° 1 de Mallata C

1.3. L’abri de Mallata C (fig. 2)

9L’abri est situé à l’est de la barre rocheuse et s’ouvre au sud-ouest. Il mesure 17 m de long et 8 m de haut. Le surplomb de 5 m couvre le rocher de couleur orangé à l’intérieur et gris sur toutes les surfaces en contact avec des eaux de pluie et de ruissellement. La partie orientale de l’abri, la plus protégée, est partagée horizontalement par un ressaut rocheux qui dans la moitié supérieure limite une cavité hémisphérique où se regroupent la plupart des peintures. La partie inférieure débouche sur une pente couverte de garrigue qui descend vers le fond du talweg. La partie occidentale présente un surplomb plus modeste et se compose d’une roche très fragmentée dans sa partie supérieure ; là se situent les représentations les plus isolées et les plus petites de cette zone. La partie inférieure plus compacte tombe directement sur la falaise.

2. Présentation des peintures et des gravures de Mallata C

102.1. Le panneau n° 1 (fig. 3) est situé à l’extrême droite de l’abri, pratiquement en limite des eaux de ruissellement du surplomb. Il est peint sur une roche de couleur orangée, qui s’écaille. Ce panneau se compose de huit signes ramiformes ou arboriformes peints de couleur rouge orangé, présentant divers états de conservation. Les figures se composent toutes d’un axe principal que traversent perpendiculairement des bâtonnets plus ou moins parallèles entre eux. Aucun des motifs ne dépasse les 10 cm. Nous constatons, malgré la similitude d’exécution des figures, que deux d’entre elles ont les traits transversaux horizontaux alors que dans au moins une autre, ils s’orientent vers le haut et dans trois autres cas, ils sont dirigés ou recourbés vers le bas.

112.2. À deux mètres à gauche du panneau n° 1 se trouvent, le long d’une coulée stalagmitique, les restes de traits verticaux du panneau n° 2. L’extension des peintures ne dépasse guère les 20 cm. Il est très difficile de savoir s’il s’agit de plusieurs digitations ou d’un trait unique. La couleur rouge de la peinture se confond avec la couleur de la paroi qui est très détériorée dans toute cette zone, (fig. 4).

Figure 4 : Relevé du panneau n° 2 de Mallata C

Figure 5 : Relevé du panneau n° 3 de Mallata C (gravures)

Figure 6 : Relevé du panneau n° 4 de Mallata C

122.3. Le panneau n° 3 (fig. 5) est logé à gauche de la cavité qui se situe au-dessus du ressaut oriental de l’abri. Dans la partie haute se détache nettement un signe triangulaire détruit dans toute sa partie inférieure par les écaillages de la paroi. Ce triangle se poursuit par deux appendices verticaux, celui de gauche est beaucoup plus marqué si bien que l’ensemble ressemble à une pointe de flèche. À droite de cette représentation d’environ 15 cm sont dessinées trois digitations de 8 cm de hauteur.

13Juste sous ces figures apparaît un signe en forme d’ancre dont l’appendice droit se poursuit par une ligne sinueuse (méandriforme) oblique, de 17 cm de long. Dans la partie basse on devine un groupe de tracés digitaux très effacés.

142.4. Le panneau n° 4 (fig. 6) est le premier de la zone occidentale de l’abri. Toutes les figures sont exécutées sur une frange rocheuse très fragmentée qui court dans la partie haute de l’abri. À droite, se trouve un signe arboriforme composé de quatre branches horizontales inclinées vers le bas ; à sa gauche on voit les restes d’une figure détruite par écaillage de la paroi. En dessous, on devine la possible superposition de deux signes ramiformes dont le centre est très diffus. Plus à gauche, parmi des restes de figure on distingue un petit trait vertical avec deux appendices obliques dans sa partie inférieure droite. En dessous, on voit encore un tracé digital oblique et un peu plus à droite un possible signe cruciforme ou une ébauche de signe ramiforme.

Figure 7 : Relevé du panneau n° 5 de Mallata C

Figure 8 : Relevé du panneau n° 6 de Mallata C

152.5. Le panneau n° 5 (fig. 7) se compose d’un tectiforme peint sur un rocher très fragmenté. Cette figure de couleur rouge très intense est détruite dans sa partie inférieure. Un peu plus bas se trouve un signe pectiniforme qui a sans doute été repeint ou modifié en rouge plus foncé. Des restes de peintures sont observables à divers endroits de la paroi.

162.6. Le panneau n° 6 (fig. 8) est une grande tache rouge de 30 cm de diamètre accompagnée de quelques restes de peinture. Autour, à 70 cm à droite, on voit un bâtonnet oblique de 9 cm de long.

172.7. Le panneau n° 7 (fig. 9) comporte un unique signe en forme de Τ de 6,5 cm barré par un trait horizontal qui le coupe perpendiculairement à 1,5 cm de son extrémité inférieure.

182.8. Le panneau n° 8 (fig. 10) se compose, dans sa partie supérieure gauche, d’une tache allongée de 17,5 cm qui fait penser au corps d’un possible animal. Dans la partie inférieure droite se trouve un signe en forme de Τ de 10 cm dont le bâtonnet horizontal s’élargit vers la gauche. Le trait vertical est plus étroit et plus obscur.

192.9. Le panneau n° 9 (fig. 11) est situé sur la face antérieure de la corniche de la partie orientale de l’abri. Toute la surface est de couleur orange assez intense. Des restes de peinture sont visibles un peu partout mais ils sont en grande partie indéchiffrables. Toutefois, il est intéressant de remarquer deux lignes brisées, ou zigzag verticaux d’une longueur d’environ 25 cm. Ces représentations sont recouvertes par des gravures schématiques linéaires qui ont été réalisées à une date postérieure aux figures peintes.

Figure 9 : Relevé du panneau n° 7 de Mallata C

Figure 10 : Relevé du panneau n° 8 de Mallata C

Figure 11 : Relevé du panneau n° 9 de Mallata C (gravures)

20Le secteur gravé se compose au centre d’un grand signe arbalétiforme un peu atypique qui se superpose à une ligne brisée verticale avec à sa droite un petit triangle peint (pointe vers le bas), et un triangle plus grand (pointe vers le haut), qui se perd dans des traits sans organisation apparente. Un peu plus à droite l’ébauche d’un autre signe arbalétiforme et des signes cruciformes sont discernables. Enfin, à l’extrême droite, on remarque une grille fermée dont les traits outrepassent largement les limites de la figure.

21Sur le côté gauche, superposée à une ligne brisée verticale et à de nombreux restes de peinture apparaît une grande marelle contenant une grille fermée avec de nombreuses petites cases. En dessous, on observe un triangle pointe vers le bas, et à l’extrême gauche des traits sans organisation apparente. Dans ce secteur apparaissent aussi plusieurs signes cruciformes.

3. Analyse des œuvres pariétales

3.1. Choix du site par les Préhistoriques

22Comme la plupart des abris avec peintures schématiques post-glaciaires, l’abri de Mallata C, occupe une situation dominante au-dessus du talweg. Ouvert au sud, ce site confirme l’hypothèse du choix de l’orientation méridionale par les Préhistoriques. La patine orangée du support rocheux prévaut également dans Mallata C, puisque les figures se trouvent toutes sur des parois orangées. La strate supérieure de la partie occidentale sur laquelle se trouvent les peintures est d’ailleurs la seule frange orangée de ce secteur. Les Préhistoriques ont également utilisé les fractures de la roche calcaire à cet endroit comme compartimentage naturel de leurs figures. Il est probable que la paroi de la cavité au-dessus de la corniche a été recouverte par un épais badigeon de couleur orangée, avant la réalisation des représentations peintes, car l’écaillage du support est très important à cet endroit. Il montre deux couches. La première, très fragile, d’un ou deux millimètres d’épaisseur, qui n’affecte pas la paroi mais détruit la peinture lorsqu’elle saute. La deuxième, ayant la consistance de la roche, de cinq ou six millimètres d’épaisseur et d’une couleur orangée plus claire, détruit la superficie du support rocheux et le rend de couleur grise ; il s’agit d’une couche de calcite qui recouvre presque toute la paroi.

23Le toit rocheux, de faible épaisseur à cet endroit, a permis la formation de coulées stalagmitiques quelques unes très importantes dans cette cavité orientale ; il paraît évident que les artistes préhistoriques ont tenu compte de ces coulées et qu’ils ont réalisé leurs figures en fonction de l’humidité et des eaux de ruissellement.

24Cet abri est également proche d’un passage obligé, le col de San Caprasio à 862 m d’altitude. Cette dernière particularité est prise en compte par certains auteurs espagnols comme H. Collado (Collado 1997) qui l’utilisent comme l’un des critères de sélection des abris peints schématiques.

25Ce site réunit donc les critères de situation dominante, d’orientation et de rubéfaction de la paroi que citent la plupart des chercheurs. Nous ajouterons un nouveau critère, la position des peintures dans l’abri en fonction de l’humidité que les eaux de ruissellement mettent en évidence après chaque intempérie. Philippe Hameau (Hameau 1999) a mis en évidence le critère de l’hygrophilie dans les abris peints du sud de la France. Cela peut facilement s’appliquer à l’abri de Mallata C.

3.2. Les peintures

26La teinte utilisée est le rouge adoptant plusieurs nuances pour plusieurs raisons. Un voile de calcite recouvre certaines figures et la couleur devient un peu plus violette. Des superpositions ou des chevauchements peuvent indiquer deux moments différents dans l’exécution du panneau. Elles peuvent aussi signifier que plusieurs personnes ont peint en même temps utilisant des bases colorantes différentes. Sur ce point précis, Mallata C apporte peu d’informations et il est possible que le pigment utilisé provienne de la même préparation malgré le fait que les figures du panneau n° 5 paraissent avoir été repeintes en rouge violet.

27Si le doigt a été utilisé pour peindre dans de nombreux cas, c’est certainement un pinceau qui a été utilisé pour les signes arboriformes du panneau n° l ainsi que dans le signe du panneau n° 7. Cet instrument permet en effet de tracer des traits beaucoup plus fins que le doigt.

28À part les signes ramiformes du panneau n° l et du panneau n° 4, ou les bâtonnets et digitations, les représentations de l’abri de Mallata C sont peu communes ou absentes du corpus schématique des abris du río Vero. Les lignes brisées verticales sont les seules qui sont décrites dans la région, mais elles sont aussi, assez rares dans le corpus de l’art schématique de tradition Ibérique. Dans le panneau n° 3, le signe ancoriforme et la figure ancoriforme de Vifiamala II, secteur 2 (fig. 2), sont les seules représentations de ce type connues dans le río Vero. Pilar Acosta (1968) interprète ce signe comme une représentation anthropomorphe. Il pourrait en effet s’agir de la simplification d’une représentation humaine.

29Un signe en forme de pointe de flèche est peint dans l’abri de Las Escaleretas et un deuxième plus petit dans l’abri de Gallinero II, ces deux figures sont très semblables au signe en pointe de flèche du panneau n° 3 de Mallata C. et sont les seules décrites dans les cavités peintes de la région. Le tectiforme du panneau n° 5, absent des autres abris du río Vero possède plusieurs parallèles dans des abris du sud de l’Espagne, comme l’abri de Moriscos del Helechal (Badajoz) étudié par Henri Breuil (1935). Ces auteurs, ainsi que Pilar Acosta (1968), assimilent ces figures à des traîneaux mais admettent qu’elles peuvent se confondre avec les signes tectiformes ou scalariformes. Si la figure humaine n’est représentée que de façon très simplifiée dans l’abri de Mallata C, les figures animales en sont complètement absentes. Les cavités voisines de Mallata A et de Mallata B, possèdent en revanche bon nombre de ces figures peintes.

Figure 12 : Gravures cruciformes de Lecina Superior, secteur 1 (d’après Baldellou et alii, 1988, figure 1)

Figure 13 : Gravures parallèles de Lecina Superior, secteur 1 (d’après Baldellou et alii, 1988, figure 3)

Figure 14 : Plaquette gravée de Huerto Raso inférieur (selon Ignacio Barandiarán, 1976)

3.3. Les gravures

30Si les peintures ont été réalisées hors de portée et même dans des endroits assez inaccessibles, les gravures se trouvent à hauteur d’yeux. Les signes gravés sont tous regroupés sur le rebord de la corniche de la partie orientale de l’abri. Ils ont été réalisés avec une pointe fine et dure qui détermine un sillon peu profond au profil en V. On ne peut savoir s’il s’agit d’un instrument métallique car le silex peut inciser le calcaire de la même façon. Les signes appartiennent au corpus de l’art schématique linéaire et ont été relevés dans bon nombre de sites français et espagnols. Il faut tout de même remarquer les triangles, indifféremment orientés pointe vers le haut ou le bas et qui ne sont pas très courants. Les cruciformes sont également assez rares. Nous les trouvons ici répétés plusieurs fois. La grande figure centrale, décrite comme un arbalétiforme est un élément difficile à interpréter. L’arc est placé à l’envers et le trait vertical effectue un angle à 90° à son extrémité inférieure. Nous remarquons également une augmentation des traits sans organisation apparente dans les zones qui se superposent aux peintures. Ces gravures schématiques linéaires sont pour le moment, avec les cruciformes, et les traits parallèles du secteur 1 de Lecina Superior, (Baldellou et al. 1988) les seules gravures connues dans les abris du río Vero (fig. 12 et 13).

3.4. Liaison avec l’occupation humaine des lieux

31Les hommes se sont installés très tôt dans cette région. Les premiers vestiges humains connus sont ceux de la caverne de La Fuente del Trucho, avec un important niveau Moustérien (Mir 1985). Cette grotte renferme également des peintures rupestres paléolithiques de style aurignaco-périgordien qui sont les plus anciennes et les seules de cette époque connues en Aragon, à moins d’un kilomètre, dans le talweg, au sud du Tozal de Mallata.

32Au pied de la falaise du Tozal de Mallata, sur la rive gauche du río Vero, à 750 m en amont, s’ouvre quelques mètres au-dessus de la rivière le long abri de Huerto Raso inf. ou a été mis en évidence le Néolithique ancien. Lors de prospections superficielles initiées en 1969, Ignacio Barandiarán découvrit une plaquette en schiste de 18,5 cm x 12,9 cm, gravée sur une de ses faces et dont le décor se résume à deux traits longitudinaux coupés par une trentaine de traits perpendiculaires (fig. 14). En 1972, le même chercheur effectue deux sondages au centre de l’abri (Barandiarán 1976). Avec le matériel des fouilles entreprises en 1986 par Vicente Baldellou ont été recueillis au total dans un unique niveau d’occupation, 6 fragments de vases décorés, dont l’un au cardium, 4 bords de vases et de bols lissés à la spatule, 6 anses et lèvres de préhension et 21 fragments lisses. La série lithique, en silex, comprend 4 armatures, des lamelles, un burin et de nombreux éclats. Une esquille d’os dont l’extrémité a été polie, complète l’inventaire.

33Des trouvailles de surface faites à proximité du col de San Caprasio, et quelques tessons de poterie découverts dans plusieurs abris de la zone complètent l’inventaire néolithique. L’Âge du Bronze est représenté par le site de l’Artica de Campo, plus au sud, sur la rive gauche du río Vero. Malheureusement très détérioré, ce site n’a pu livrer, lors des fouilles entreprises par l’équipe du Musée de Huesca, que quelques centaines de tessons, une aiguille en bronze et 3 tessons de vase campaniforme dans un contexte totalement bouleversé. Les peintures schématiques qui se trouvaient dans l’abri supérieur avaient été également piquetées et détruites, avant leur découverte (Baldellou et al. 1988).

34Pour le Moyen Âge, nous devons signaler l’utilisation de la grotte Palomera comme sanctuaire. Située sur la rive gauche de la rivière, à mi falaise à 300 m en amont de Mallata, il s’agit d’une spectaculaire fissure verticale de plus de 30 m de haut. À l’intérieur nous pouvons apercevoir des marches taillées dans la roche qui convergent vers un autel. Dans la partie supérieure des canaux creusés amènent les eaux de ruissellement vers une petite citerne naturelle. De nombreux emplacements de poutres ou de poteaux, creusés dans le rocher apparaissent dans toute la grotte. Son utilisation remonte certainement aux troubles des IXe et Xe siècles postérieurs à l’invasion musulmane du VIlle siècle. Après la reconquête, au XIe siècle fut construite, sous un auvent rocheux à la confluence du río Vero et de la gorge de la Choca, la chapelle romane de Saint-Martin avec un ermitage mitoyen qui a été occupé par des anachorètes jusqu’au milieu du XXe siècle. À proximité du col de San Caprasio existait également une chapelle vouée au même saint. Il n’en reste aujourd’hui que quelques pierres et deux tombes qui ont été fouillées il y a quelques années après leur découverte fortuite.

35Les gorges et le plateau qu’elles entaillent sont restés jusqu’au début du XXe siècle des zones d’activités forestières (charbon de bois), agricoles (céréales, amandiers, oliviers) et pastorales (estives sur le plateau). Elles constituent de nos jours un parc naturel voué au tourisme.

3.5. Datations

36Nous ne disposons pas de beaucoup de moyens pour dater les figures peintes de Mallata C. Pendant longtemps, il a été admis que l’art schématique est apparu dans la Péninsule ibérique au Néolithique final et a duré jusqu’à l’Âge du Bronze. La récente découverte des peintures schématiques du Barranco de Solencio, juste en face la grotte de Chaves, site néolithique le plus important de toute la région, avec une occupation débutant au Paléolithique supérieur, nous permet de penser que l’art schématique a probablement une origine pleinement Néolithique. Il ne saurait être une dégénération de l’art naturaliste du Levant comme l’ont pensé pendant longtemps certains chercheurs (Baldellou et al. 1997). Les abris peints ne bénéficient en général d’aucun contexte archéologique, si ce n’est, comme ici, les découvertes d’une perle en os à Mallata B, ou de quelques tessons isolés trouvés dans les creux du sol des abris. Il faut remarquer toutefois la coïncidence des abris peints avec des sites à brêve occupation néolithique. Il est difficile de ne pas mettre en relation les deux éléments, comme dans le cas de la grotte de Chaves et les peintures de Solencio, de Huerto Raso inf. et Huerto Raso II, et de Remosillo à Olvena, (Baldellou et al. 1996).

37Les gravures schématiques posent un autre problème. Tout d’abord, ce sont les seules représentations que nous trouvons dans ce grand contexte peint de la confluence du río Vero et de la Choca. Si nous comparons avec la vallée du Carami (Hameau 2000), le problème reste entier, car la longévité de l’art schématique est telle qu’il est pratiquement impossible de l’inclure dans une époque, par rapport à l’occupation presque permanente des sites. Dans le cas de Mallata C, nous pouvons seulement constater que les gravures se superposent aux peintures ; il paraît donc évident que leur réalisation est postérieure, mais il est impossible de savoir à quel moment ont été réalisées ces gravures. Nous pensons qu’elles apparaissent certainement à une époque historique pendant laquelle les croyances religieuses pouvaient créer une certaine inquiétude et donner un sens apotropaïque ou d’exorcisme, aux étranges motifs peints du Néolithique.

Conclusion

38La localisation du site du río Vero, ainsi que ses caractéristiques topographiques, la thématique exprimée au Néolithique, tout comme sa probable réutilisation à une période historique, font que cet espace formé par les abris de la confluence a été organisé d’une manière réfléchie (Hameau, Painaud 1997). Ces abris ont conservé leur caractère sacré jusqu’au moins la fin du Moyen Âge et cette perception demeure même dans les croyances populaires. Les recherches dans la confluence sont loin d’être achevées car petit à petit de nouveaux arguments permettent d’étayer de nouvelles hypothèses.

Bibliographie

Acosta 1968 : ACOSTA (P.) - La pintura Rupestre Esquemática en España. Universidad de Salamanca, 1968, 240 p.

Baldellou, Painaud, Calvo 1982 : BALDELLOU (V.), PAINAUD (Α.), CALVAUD (M. J.) - Los abrigos pintados esquemáticos de Quizans, Cueva Palomera y Tozal de Mallata. Bajo Aragón Prehistoria IV. Caspe, 1982, p. 27-59.

Baldellou, Painaud, Calvo 1988 : BALDELLOU (V.), PAINAUD (Α.), CALVO (M. J.) - Los covachos pintados de Lecina Superior, de Huerto Raso y de la Artica de Campo (Huesca). Bolskan 5, Huesca, 1988, p. 147-174.

Baldellou, Painaud, Calvo, Ayuso 1997 : BALDELLOU (V.), PAINAUD (Α.), CALVO (M. J.), AYUSO (P.) - Las pinturas rupestres de Remosillo, en el Congosto de Olvena (Huesca). Bolskan 13, Huesca, 1996, p. 173-215.

Barandiarán 1976 : BARANDIARÁN (I.) - Materiales arqueológicos del Covacho de Huerto Raso (Lecina, Huesca). Zephirus XXVI-XXVII, Universidad de Salamanca, 1976, p. 217-223.

Beltrán 1971 : BELTRÁN (A.) – Avance el estudio de las pinturas esquemáticas de Lecina. Homenaje a D. José Esteban Uranga, Pamplona, 1971, p. 438-439.

Beltrán 1972 : BELTRÁN (A.) - Las pinturas Esquemáticas de Lecina (Huesca). Monografias Arqueológicas XIII, Zaragoza, 1972, 50 p.

Beltrán, Baldellou 1981 : BELTRÁN (Α.), BALDELLOU (V.) - Avance al estudio de las cuevas pintadas del Barranco de Villacantal. Altamira Symposium, Madrid, 1981, p. 131-140.

Breuil 1935 : BREUIL (H.) - Les peintures schématiques de la Péninsule Ibérique. Lagny 1933-1935, 4 vol.

Calvo 1993 : CALVO (M. J.) - El arte rupestrepost-paleolitico en Aragón. Tesis Doctoral (inédite), Universidad de Zaragoza, 1993.

Collado 1997 : COLLADO (H.) - Arte rupestre en Extremadura : Investigación, Conservación y Puesta en valor. Norba-Arte XVII, Universidad de Extremadura, 1999, p. 7-25.

Hameau, Painaud 1997 : HAMEAU (Ph.), PAINAUD (A.) - Los abrigos con pinturas esquemáticas del valle del río Carami (Var, Francia) y de la confluencia del río Vero con el Barranco de la Choca. Bolskan 14, Huesca, 1997, p. 61-101.

Hameau 1999 : HAMEAU (Ph.) - Héliotropisme et hygrophilie des abris à peintures schématiques du sud de la France. L’Anthropologie, Paris, 103, n° 4, 1999, p. 617-631.

Hameau 2000 : HAMEAU (Ph.) - Implantation, organisation et évolution d’un sanctuaire préhistorique, la haute vallée du Carami (Mazaugues et Tourves, Var). ASER du Centre Var, Méounes les Montrieux, 2000, 227 p.

Mir 1985 : MIR (A.) - Memoria de la quinta campaña de excavaciones en el yacimiento de la cueva de la Fuente del Trucho, Asque, Colungo (Huesca) 1985. Arqueologia Aragonesa 1985, Diputación General de Aragón 1987, p. 19-23.

Painaud 1989 : PAINAUD (A.) - Les peintures rupestres de style schématique de la confluence des « Barrancos » de la Choca et de Lecina (Huesca). Mémoire de Diplôme (inédit) E.H.E.S.S. Toulouse, 1989, 277 p.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Carte de la zone étudiée et plan de localisation des abris peints de la confluence du río Vero et du Barranco de la Choca ; n° 1 : Abrigo de los Gallineros 1, 2, 3 ; n° 2 : Abrigo de las Escaleretas ; n° 3 : Abrigos de Fajana de Pera ; n° 4 : Abrigo de Lecina Superior ; n° 5 : Abrigos de Barfaluy 1, 2, 3 ; n° 6 : Abrigo de Barfaluy 4 ; n° 7 : Abrigo de Casabón ; n° 8 : Abrigos de Viñamala 1, 2, 3 ; n° 9 : Abrigo de Huerto Raso Superior 1 ; n° 10 : Abrigo de Huerto Raso Superior 2 ; n° 11 : Abrigos de Mallata A 1, 2, 3 ; n° 12 : Abrigos de Mallata Β 1, 2 ; n° 13 : Abrigo de Mallata C (D.A. O. Sabine Nadal d’après l’auteur)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4085/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Figure 2 : Plan et situation des peintures et des gravures de Mallata C
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4085/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Figure 3 : Relevé du panneau n° 1 de Mallata C
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4085/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Figure 4 : Relevé du panneau n° 2 de Mallata C
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4085/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Figure 5 : Relevé du panneau n° 3 de Mallata C (gravures)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4085/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Figure 6 : Relevé du panneau n° 4 de Mallata C
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4085/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Figure 7 : Relevé du panneau n° 5 de Mallata C
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4085/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Figure 8 : Relevé du panneau n° 6 de Mallata C
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4085/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Figure 9 : Relevé du panneau n° 7 de Mallata C
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4085/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Figure 10 : Relevé du panneau n° 8 de Mallata C
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4085/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Figure 11 : Relevé du panneau n° 9 de Mallata C (gravures)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4085/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Figure 12 : Gravures cruciformes de Lecina Superior, secteur 1 (d’après Baldellou et alii, 1988, figure 1)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4085/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Figure 13 : Gravures parallèles de Lecina Superior, secteur 1 (d’après Baldellou et alii, 1988, figure 3)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4085/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Figure 14 : Plaquette gravée de Huerto Raso inférieur (selon Ignacio Barandiarán, 1976)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4085/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 50k

© Presses universitaires de Perpignan, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search