Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Roches ornées, roches dressées

 | 
Michel Martzluff

2 - Aux sources des arts et des mythes

Le panneau 13 de la grotte Gazel (Aude) : lecture dynamique d’une composition graphique paléolithique

Dominique Sacchi, Jean-Luc Brulé, Gilles Escarguel et Claudine Rubiella

Résumé

Le panneau 13 du décor pariétal gravé de la grotte Gazel, situé dans la partie la plus reculée et la plus étroite du « sanctuaire », à quelques 100 m de l’entrée principale, constitue la composition la mieux conservée de l’ensemble. L’étude, dont les résultats sont exposés ici, a permis d’établir l’ordre de réalisation de ses principales unités graphiques. Elle a également conduit à la mise en évidence d’un repentir et d’une préparation de la paroi, préalable à l’ornementation

El panell 13 de la decoració parietal gravada de la cova Gazel, situada en la part més remota i més estreta del «santuari», a uns escassos 100 m de l’entrada principal, constitueix la composició més ben conservada del conjunt. L’estudi, els resultats del qual s’exposen aquí, ha permès d’establir l’ordre de realització de les seues principals unitats gràfiques. Ha conduït igualment a l’evidenciació de penediments i d’una preparació de la paret, condició prèvia a l’ornamentació

Panel 13 of the engraved parietal decoration of the Gazel Cave, located in the deepest and narrowest part of the « sanctuary », some 100 m from the main entrance, constitutes the best preserved composition of the assemblage. The study whose results are presented here has made it possible to establish the order in which its principal graphic units were produced, and has also led to the discovery that the wall was carefully prepared prior to its decoration

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Deux très récentes tentatives de mesures d’âge, effectuées sur des os de renne provenant de l’horiz (...)

1La grotte Gazel s’ouvre au pied du versant méridional de la Montagne Noire, sur le territoire de Sallèles-Cabardès, à une quinzaine de kilomètres au nord de Carcassonne. Fréquentée dès les débuts du Paléolithique supérieur jusqu’aux temps néolithiques, elle abrite l’habitat magdalénien le mieux documenté du Midi méditerranéen (Sacchi 1986). Elle renferme également une galerie ornée de gravures pariétales qui offrent des similitudes thématiques et stylistiques avec l’art mobilier mis au jour dans l’aire d’occupation magdalénienne datée, par la méthode du 14C, de 15070 ± 270 BP (Sacchi 1976)1.

2On pénètre dans la galerie ornée, intégralement plongée dans l’obscurité, par une ouverture étroite située à environ 80 m de l’entrée principale (fig. 1,1). À une trentaine de mètres plus loin un puits, inaccessible à mains nues, marque le terme du dispositif pariétal, alors que le réseau se poursuit sur une cinquantaine de mètres. Le décor, objet d’une dernière mission d’étude en 1997 à laquelle prirent part les trois premiers signataires de cette communication, comporte 23 panneaux gravés plus ou moins bien conservés et d’inégale importance (fig. 1,2). L’ultime recensement fait état d’une vingtaine de figures animales et presque autant de motifs géométriques, auxquels il faut ajouter une trentaine de groupes de traits apparemment inorganisés. Cet ensemble ne constitue sans doute qu’une faible part de l’ornementation originelle. Celle-ci semble avoir été réalisée de préférence sur des revêtements stalagmitiques, aujourd’hui en grande partie desquamés ou parfois recouverts par des coulées de calcite. Cependant les parois calcaires, généralement soumises à un lent phénomène d’érosion, laissent apparaître, ici et là, quelques gravures plus ou moins effacées.

Figure 1 : Grotte Gazel (Aude) ;
a = plan général de la grotte (levé JeanPierre Tuller) ;
b = plan de situation des panneaux gravés, la flèche blanche signale le panneau 13

3Le bestiaire se compose exclusivement d’ongulés, des chevaux dans la majorité des cas et des bouquetins. Sous la dénomination « ongulés indéterminés » se cachent sans doute des représentations de cervidé et peut-être d’un boviné. On note aussi la présence d’une problématique silhouette féminine acéphale, réduite à sa plus simple expression. Les traits simples ou bifurqués, généralement inscrits à l’intérieur des silhouettes animales à la manière de projectiles fichés dans une proie, forment la catégorie commune des signes. Les motifs clatriformes, que l’on retrouve aussi sur des supports mobiles dans la zone d’habitat, en sont la variété la plus élaborée. On peut également mentionner un symbole subcirculaire et un second en forme de > oblique.

  • 2 C’est ce qui ressort de l’étude, à paraître, de Francesco D’Errico et Marian Vanhaeren.

4Quelques rares indices du contexte archéologique interne ont survécu aux passages des visiteurs qui, depuis 1947, date de la découverte de la galerie et de son décor (Cannac 1948), en piétinèrent le sol argileux et humide. Il s’agit de deux éclats et d’une lamelle en silex, retrouvés au pied des panneaux 14 et 15 (fig. 1, 2), d’un fragment de maxillaire de renne et d’une incisive de la même espèce, sinon du même animal, recueillis eux aussi à la surface du sol, entre les panneaux 13 et 14 (Sacchi 1998). Deux des artefacts en silex ont pu servir de traçoir2.

2. Le panneau 13

5Le complexe graphique le mieux conservé, objet de plusieurs relevés (Cannac 1948, Barrière 1962, Méroc et Simonnet 1965, Sacchi 1997) correspond au panneau 13. Il se situe dans le secteur le plus reculé du « sanctuaire » (fig. 1, 2) et se développe sur une saillie irrégulière de la paroi nord du boyau qui débouche sur le puits (fig. 2). Sa partie gauche apparaît à l’observateur dès qu’il a franchi, à plat ventre, l’entrée surbaissée de l’étroit conduit qui y mène. Le tout n’atteint pas 1m2 de surface d’inscription (fig. 3 et 4). Chacun de ses composants est gravé d’un trait large, passant par endroits au raclage cependant que des détails finement incisés s’observent ici et là.

6Quatre figures animales se distinguent d’emblée : deux bouquetins passant à gauche l’un derrière l’autre (fig. 4, Β et Ν), un équidé tourné à droite, confondant son arrière-train avec celui du bouquetin de tête (fig. 4, L) et un ongulé indéterminé, mêlant sa tête à l’avant-train du second bouquetin (fig. 4, Ο). Une dizaine de motifs géométriques s’associent étroitement aux animaux, principalement au bouquetin B. Ce sont : une grille (fig. 4, A), des traits simples (fig. 4, D, E, G, P) et bifurqués (fig. 4, C, F), un cercle (fig. 4, H) et un motif en > (fig. 4, J). Il s’y ajoute des tracés inintelligibles ou difficilement interprétables (fig. 4, Κ), l’un d’eux évoquant une paire de cornes (fig. 4, M). Mais au-delà de l’analyse descriptive, la cohérence de ce décor, bien circonscrit, et l’aspect de son subjectile nous ont conduits à mettre en œuvre les instruments d’une lecture dynamique propre à en éclairer « l’histoire » et à déceler certaines intentions sous-jacentes.

Figure 2 : Grotte Gazel (Aude), galerie ornée, panneau 13 : vue générale

2.1. Préparation du support

  • 3 Les données précises et le commentaire de cette analyse seront prochainement publiés.

7Blanche au naturel la paroi calcaire ne permet pas au graveur d’obtenir d’effet de contraste. Contrairement à ce que l’on rencontre sur d’autres panneaux (fig. 1, 2 : n° 2 et 9), où le dessin émerge difficilement du fond, il semble que l’auteur du panneau 13 ait voulu pallier à cet inconvénient en recouvrant la paroi d’un badigeon d’argile de même nature que celle qui tapisse le sol de la galerie3. Cette pellicule rougeâtre, écaillée par endroits, présente des plages de polissage et de lissage peut-être réalisées avec l’outil à pointe mousse dont on retrouve la trace sous forme de traits courts légèrement imprimés (fig. 4, a).

2.2. Mise en place du décor

8La reconstitution de l’organisation graduelle des nombreuses superpositions, à partir de prises de vues stéréophotographiques, a permis d’établir l’ordre d’exécution de la plupart des unités graphiques. Par ailleurs des discordances dans le dessin d’une même figure ont révélé un repentir et, par là même, la manière dont l’artiste rectifia la position de son image en s’accommodant des contraintes imposées par la forme du support.

2.2.1. Étape 1 (figure 5, croquis bleu)

9Si l’on excepte les unités « flottantes » (fig. 5, A, J, Κ, M), l’étape initiale se réduit à deux traits inégaux croisés (fig. 5, I) ; une extrémité du petit trait passe sous le tracé supérieur du cou du bouquetin Β (fig. 4) alors que la ligne dorso-lombaire de l’équidé L recouvre l’extrémité inférieure du trait long (fig. 4 et 5).

2.2.2. Étape 2 (figure 5, croquis rouges)

10La seconde étape met en scène un couple de bouquetins passant à gauche (fig. 4, Β et Ν). Un jeune bouc, queue relevée dans une attitude observable en automne durant la période des appartements (Sacchi 1993), suit une étagne visiblement plus âgée. Le cou de la femelle montre une modification survenue au moment de la réalisation du dessin (fig. 6). L’intention première aurait inévitablement conduit à l’inscription d’une partie de la composition sous le surplomb de la paroi, la soustrayant à la vue. Le graveur a donc été contraint de rectifier son dessin, comme le montre la discordance des traits de l’encolure, et de redresser le corps de l’animal, rééquilibrant ainsi la combinaison des représentations caprines.

Figure 3 : Grotte Gazel (Aude), galerie ornée, panneau 13 : photo-montage de la composition gravée

Figure 4 : Grotte Gazel (Aude), galerie ornée, panneau 13 : relevé de la composition gravée

2.2.3. Étape 3 (figure 5, croquis violets)

11Les traits simples et bifurqués qui surchargent le flanc de l’étagne et le signe subcirculaire qui recoupe sa ligne dorsale (fig. 4, C à H), ainsi que le trait inscrit sur la cuisse du bouc (fig. 4, Ρ), forment le contenu de la troisième étape. Le motif clatriforme pourrait également s’y rattacher (fig. 4, A).

Figure 5 : Grotte Gazel (Aude), galerie ornée, panneau 13 : reconstitution de l’ordre d’exécution des unités graphiques déduite de l’organisation graduelle des superpositions

2.2.4. Étape 4 (figure 5, croquis vert)

12Un ongulé indéterminé (fig. 4, Ο) passant à gauche, (s’agit-il d’un aurochs ou d’un bison ?) recouvre partiellement le profil hircin.

2.2.5. Étape 5 (figure 5, croquis jaune)

13Une image d’asinien passant à droite, aux oreilles finement incisées (fig. 4, L), recouvre l’arrière-train du bouquetin femelle, la tête du bouquetin mâle ainsi que la corne (?) droite de la figure O. Le contour de son membre postérieur fusionne avec celui du membre postérieur de l’étagne (fig. 4).

2.2.6. Motifs divers et tracés indéterminés (figure 5, croquis noirs)

14Comme nous l’avons dit plus haut, la place du signe clatriforme dans le déroulement de la construction du décor du panneau 13 est mal assurée. Un motif en forme de > (fig. J), la pointe inclinée vers le haut, et des tracés inintelligibles ou d’interprétation incertaine, à l’exemple de la possible paire de cornes (fig. 4, M), échappent également à cet essai de reconstitution chronologique, par absence de liaison au reste de l’ornementation.

Figure 6 : Grotte Gazel (Aude), galerie ornée, panneau 13 : mise en place de la figure Β ; tireté = tracé hypothétique s’inscrivant dans l’exact prolongement de la tête et de l’encolure, trait plein = tracé rectifié

3. Conclusion

15Cette analyse nous révèle que le support du panneau 13 fut dûment préparé, vraisemblablement pour en faciliter la lecture, et ce malgré l’exiguïté du lieu qui n’autorise pas l’approche de plus de trois ou quatre individus accroupis. Elle fait également ressortir, avec une forte probabilité, l’ordre de réalisation des principaux éléments de son décor. On peut ainsi admettre que les étapes 2 et 3 s’inscrivent dans une même et brève phase d’exécution, les étapes 4 et 5 correspondant à une ou deux autres phases tout aussi brèves. Il demeure toutefois impossible d’évaluer le laps de temps qui sépare ces deux ou trois stades ni de déterminer s’ils mirent en cause l’intervention d’un ou de plusieurs exécutants. Mais saurons-nous jamais si l’ensemble, apparemment homogène, qui s’offre aujourd’hui à nos regards résulte d’une lente ou d’une rapide accumulation ? Dans l’hypothèse d’une construction en plusieurs temps, l’ajout de l’équidé et de l’ongulé indéterminé impliquerait une transformation du contenu symbolique du dispositif initial, représenté par le couple de bouquetins et ses attributs. Notre perception de l’œuvre d’art paléolithique doit donc tenir compte de l’aspect dynamique du phénomène. Les associations iconographiques que nous contemplons aujourd’hui ne sont parfois que le stade ultime d’une lente construction, d’opérations successives sans doute destinées à redonner vie aux images ou bien à les investir d’un sens nouveau.

Bibliographie

Cannac 1948 : CANNAC (M.) - Découverte de poteries de l’Âge du Bronze et de gravures paléolithiques sur parois dans la grotte de Gazel près Sallèles-Cabardès (Aude). Bulletin de la société préhistorique Française, XLV, 1948, p. 151-161, 4 fig.

Barrière 1962 : BARRIÈRE (C.) - Les gravures de la grotte de Gazel, Sallèles-Cabardès (Aude). Travaux de l’Institut d’art préhistorique, Toulouse, V, 1962, p. 23-31, 6 fig.

Méroc, Simonnet 1965 : MÉROC (L.), SIMONNET (G.) - La Grotte ornée de Gazel à Sallèles-Cabardès. Archeologia, 5, 1965, p. 60-67, 8 fig.

Sacchi 1976 : SACCHI (D.) - Les industries datées du Paléolithique supérieur à l’Épipaléolithique, dans le bassin de l’Aude. Congrès Préhistoriques de France, XXe session, Provence, 1974, p. 551-559, 5 fig., 1 tabl.

Sacchi 1984 : SACCHI (D.) - Grotte Gazel. L’Art des Cavernes, Atlas des grottes ornées paléolithiques françaises, Ministère de la Culture, p. 314 - 316, 2 fig.

Sacchi 1986 : SACCHI (D.) - Le Paléolithique supérieur du Languedoc occidental et du Roussillon. Gallia Préhistoire, XXIe supplément, C.N.R.S., 1986, 284 p., 204 fig., 16 pl. h.-t., 36 tabl., 1 dépl.

Sacchi 1993 : SACCHI (D.) - Les caprinés, antilopinés, rupicaprinés. Dans : L’art pariétal paléolithique, techniques et méthodes d’études, C.T.H.S., 1993, p. 123-136, fig. 75-89.

Sacchi 1997 : SACCHI (D.) - Sallèles-Cabardès, Grotte Gazel. Bilan scientifique de la région Languedoc-Roussillon, Service régional de l’archéologie de Languedoc-Roussillon, 1996, p. 54-55, fig. 17.

Sacchi 1998 : SACCHI (D.) - Sallèles-Cabardès, Grotte Gazel. Bilan scientifique de la région Languedoc-Roussillon, Service régional de l’archéologie de Languedoc-Roussillon, 1997, p. 45, fig. 7.

Notes

1 Deux très récentes tentatives de mesures d’âge, effectuées sur des os de renne provenant de l’horizon magdalénien (couche 7) et de la galerie ornée, n’ont pu aboutir, les échantillons ne contenant pas suffisamment de collagène.

2 C’est ce qui ressort de l’étude, à paraître, de Francesco D’Errico et Marian Vanhaeren.

3 Les données précises et le commentaire de cette analyse seront prochainement publiés.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Grotte Gazel (Aude) ;a = plan général de la grotte (levé JeanPierre Tuller) ;b = plan de situation des panneaux gravés, la flèche blanche signale le panneau 13
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4048/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Figure 2 : Grotte Gazel (Aude), galerie ornée, panneau 13 : vue générale
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4048/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Figure 3 : Grotte Gazel (Aude), galerie ornée, panneau 13 : photo-montage de la composition gravée
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4048/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Figure 4 : Grotte Gazel (Aude), galerie ornée, panneau 13 : relevé de la composition gravée
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4048/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Figure 5 : Grotte Gazel (Aude), galerie ornée, panneau 13 : reconstitution de l’ordre d’exécution des unités graphiques déduite de l’organisation graduelle des superpositions
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4048/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Figure 6 : Grotte Gazel (Aude), galerie ornée, panneau 13 : mise en place de la figure Β ; tireté = tracé hypothétique s’inscrivant dans l’exact prolongement de la tête et de l’encolure, trait plein = tracé rectifié
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/4048/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 40k

© Presses universitaires de Perpignan, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540