Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Roches ornées, roches dressées

 | 
Michel Martzluff

1 - Introduction au colloque

Conclusion

André Debénath

Texte intégral

1Il m’appartient comme président de la dernière session de conclure ce colloque, ou tout du moins de clore les séances de travail à l’Université, puisque cette après-midi aura lieu une excursion à la grotte d’Opoul-Perillos, suivie d’une partie festive à Rivesaltes.

2Le nombre de participants, certains venant de fort loin (Madagascar), la qualité des communications et des interventions, la haute tenue de ce colloque sont le meilleur hommage de l’A.A.P.-O. à Jean Abélanet qu’elle a tenu à honorer ici. Je souhaite que les actes de ce colloque fassent l’objet d’une rapide publication par les soins des Presses Universitaires de Perpignan.

3Qu’il me soit permis de remercier l’Université de Perpignan qui a accueilli ce colloque avec tant de générosité, ainsi que les organisateurs, en particulier Michel Martzluff, pour leur rigueur et leur efficacité. Je ne doute pas que le prochain congrès de l’A.A.PO. aura lieu dans les locaux de la future faculté des Lettres et Sciences humaines dont la construction doit prochainement débuter à quelques dizaines de mètres de la salle qui nous abrite.

4Nous avons fait un long voyage, du bassin parisien à Madagascar, en passant par les Pyrénées, le Portugal, le Sahara, le Burkina Faso et bien sûr la vallée des Merveilles qui, pour les pasteurs de l’Âge du Bronze, fut certainement plus souvent celle de l’angoisse que du merveilleux. Ceux qui connaissent les orages sur le mont Bego ne me démentiront pas.

5Nous avons deviné les anonymes du Paléolithique et de la Protohistoire ; les inconnus médiévaux nous sont apparus dans un flou à la David Hamilton. Notre collègue Cyr Descamps nous a dressé un portrait plein de vie de Joseph-Nabor Farines, inventeur de la Caune de l’Arago, avant que de Serres y mette au jour des restes de faune et que Jean Abélanet en comprenne l’intérêt pour l’étude du Paléolithique.

6Grâce aux travaux de Jean Abélanet, nous avons pu nous réunir dans cette fraternelle et scientifique convivialité. Au nom de tous, je tiens à témoigner de l’affection que nous portons à l’homme et du respect que nous devons à l’archéologue. Merci Jean.

Auteur

Professeur de Préhistoire à l’Université de Perpignan

© Presses universitaires de Perpignan, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540