Version classiqueVersion mobile

Roches ornées, roches dressées

 | 
Michel Martzluff

1 - Introduction au colloque

Remerciements

Jean Abélanet

Texte intégral

1Chers amis, vous tous,

2Ainsi donc, sans l’avoir cherché, me voici l’objet d’un remue-ménage et remue-méninges, conçu et organisé par mes amis de l’Association Archéologique de ce département.

3J’ai l’impression, en ce jour de l’Ascension, d’être sur un petit nuage montant vers le ciel ! Je me sens devenir « quelqu’un » ! Ou plutôt, comme s’exclamait, au moment de mourir, l’empereur Vespasien : « Zut dit-il en latin - je me sens devenir un dieu ! ». Il serait hypocrite, de ma part, de nier qu’un tel événement caresse le poil dans le sens convenable, celui de la vanité et de l’amour-propre. Rassurez-vous, amis : je ne pense pas avoir la tête qui enfle, conscient que je suis de mes limites et de mes insuffisances. Mais, tous comptes faits, il vaut mieux, comme disait l’autre, flatter de la main un âne vivant que caresser un âne mort !

4Soyons sérieux : cette manifestation est surtout pour moi l’occasion de mesurer l’affectueuse amitié que me portent mes collègues de l’Association, principalement ceux du bureau. J’ai vu avec quelle fébrilité joyeuse ils se sont appliqués à l’organisation de ce colloque et des festivités qui l’accompagnent. C’est pourquoi je les remercie du fond du cœur, en commençant par notre dévoué président Jean-Pierre, jusqu’aux plus jeunes membres, dont le dévouement et la compétence archéologique laissent bien augurer de l’avenir de l’archéologie dans notre bien-aimé pays catalan : il serait trop long de citer tous les noms ; j’aurais crainte d’en oublier, mais soyez tous assurés de mon estime et de mon amitié émue.

5Je salue également tous les autres membres de l’Association, ainsi que tous les parents et amis qui ont tenu à être présents à cette manifestation de sympathie. Je n’oublie pas tous ceux qui m’ont téléphoné pour exprimer leurs regrets de ne pourvoir être parmi nous aujourd’hui, retenus par d’autres obligations ; ainsi en est-il de M. André Bascou, maire de Rivesaltes.

6Je remercie, au nom de l’Association, les autorités culturelles régionales, celles du Département ainsi que de la Ville de Perpignan, la municipalité de Rivesaltes, ma ville natale, l’Université, le Crédit Agricole, qui ont contribué financièrement ou matériellement à l’organisation de ce colloque et des diverses manifestations qui l’accompagnent.

7Il me tient spécialement à cœur de remercier toutes les personnalités qui m’ont fait l’honneur et l’amitié d’accepter de faire partie du Comité scientifique qui donne à ce colloque toutes les garanties de sérieux et de qualité : mon ami Jean Guilaine, Professeur au Collège de France, qui a rappelé tout à l’heure le long chemin que nous avons fait ensemble sur les sentiers rocailleux de la Préhistoire, entre Aude et Roussillon ; Guy Barruol, Directeur de recherches au C.N.R.S., ancien Directeur des Antiquités historiques du Languedoc-Roussillon, qui a su donner une sérieuse impulsion à l’archéologie roussillonnaise, principalement par ses travaux sur le site antique de Ruscino ; Françoise Claustre, notre collègue, également Directrice de recherche au C.N.R.S., que nous avons accueillie autrefois en Roussillon, après les épreuves que l’on connaît, et qui a consacré son temps et ses forces à l’étude du Néolitique catalan et à la promotion des connaissances préhistoriques dans notre région ; Xavier Gutherz, Conservateur régional de l’Archéologie, et ses collaborateurs, qui supervisent et encouragent les recherches archéologiques dans notre département et qui ont aidé efficacement à l’organisation de ces journées ; Alice Marcet, Présidente de l’Institut d’histoire du Roussillon, à qui je rappellerai que nous avions fait connaissance - fa temps - dans les couloirs des anciennes Archives départementales, au moment où naissait le projet d’un Centre universitaire à Perpignan, Centre universitaire qui devait aboutir à la création d’une véritable Université dont elle a été un professeur d’histoire érudit et estimé ; Olivier Poisson, Inspecteur général des Monuments historiques, qui en épousant la fille de notre ami Roger Grau, est devenu un des plus efficaces protecteurs de notre patrimoine catalan ; Dominique Sacchi, Directeur de recherche au C.N.R.S., qui m’avait fait l’amitié - il y a plus de 30 ans - de me demander de bénir son mariage dans la belle église romane de Corneilla-de-Conflent et dont j’ai suivi avec intérêt la carrière scientifique ; Narcis Soler, Professeur de Préhistoire à l’Université de Gérone, dans la personne de qui je salue tous les archéologues de Catalogne et d’Andorre, dont l’archéologue Pere Canturri actuellement Directeur du Patrimoine archéologique andorran, qui ont tenu à participer à ce colloque par amitié et par l’intérêt qu’ils portent aux travaux des archéologues du Roussillon ; et enfin Jean Clottes, Conservateur général du Patrimoine et président du Comité international d’art rupestre, qui m’a exprimé par téléphone son regret de ne pouvoir être présent parmi nous aujourd’hui et qui a voulu matérialiser sa participation en me faisant parvenir un des premiers exemplaires de l’ouvrage collectif qui vient de paraître, sous sa direction, sur la fameuse Grotte Chauvet, haut lieu de l’art rupestre paléolithique.

8À vous tous, présents ou absents, je réitère mes remerciements pour ce témoignage d’amitié. En terminant, je me permets de hausser le ton et de dépasser ces civilités et propos de politesse, en rappelant ce que doit être notre mission d’archéologue. Faire de l’archéologie, ce n’est pas assouvir une passion de collectionneur. Ce ne doit pas être non plus le choix d’une filière de promotion personnelle. Certes, c’est l’assouvissement d’une curiosité ; la même curiosité qui a poussé les hommes préhistoriques à vouloir connaître, toujours plus loin, ce qu’il y avait derrière la colline et qui pousse les hommes d’aujourd’hui à s’envoler au-delà des horizons terrestres.

9En nous intéressant à nos ancêtres, proches ou lointains, par l’Histoire ou la Préhistoire, c’est finalement à l’homme en général que nous nous intéressons. Avec les classiques questionnements : Qui sommes-nous ? D’où venons-nous ? Où allons-nous ? Le passé de l’homme nous interroge. Et je vous laisse, en terminant, à méditer, cette magnifique parole d’un auteur latin d’il y a 2000 ans, Térence (Publius Terentius Afer) : « Je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

© Presses universitaires de Perpignan, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search