Version classiqueVersion mobile

Roches ornées, roches dressées

 | 
Michel Martzluff

1 - Introduction au colloque

Jean Abélanet, derrière les signes...

Michel Martzluff

Texte intégral

1Cher Jean, je ne vais pas relire ici une biographie que nous avons d’ailleurs sous les yeux dans le résumé des communications édité pour ce colloque, d’autant que, grâce aux divers témoignages produits ce jour, nous allons savoir encore plus de choses sur ta vie. J’ai trop de souvenirs à évoquer. J’ai donc laissé mon esprit libre de parler d’une autre façon, une façon plus symbolique, plus détournée, le laissant glisser vers un vagabondage qui lui permette de mieux relever ta trace, un peu à la manière que tu as de lire sur le sol comme dans un livre, de dépister les écritures anciennes sur un tesson de poterie ou d’interpréter l’énigme des signes laissés par nos ancêtres sur la roche. Et je suis resté sur ton nom.

2Abélanet : huit lettres d’un patronyme simple en vérité puisqu’il prononce en son principe la première voyelle et la première consonne de notre alphabet. Ce A et ce B, suivis d’un É accentué : ABÉ et voilà déjà un premier clin d’œil pour évoquer une partie bien remplie de ta vie ! Si je poursuis cette épellation jusqu’à la lettre suivante pour remonter jusqu’à des temps anciens (quoique post-diluviens quand même), c’est juste pour te dire, Jean, que tu aurais dû retenir la leçon biblique et te méfier plus avant d’un Caïn mégalomane qui ne put cependant t’abattre, heureusement.

3Abélanet : un nom des Écritures qui est aussi un nom de l’écrit. Ensemble regroupées, ces lettres sont en effet celles que l’on trouve à la première ligne sur la liste bibliographique de la plupart des traités de Préhistoire ou d’art rupestre. Pour ma part, c’est une chose que j’ai souvent notée au passage en consultant les ouvrages que nous recevons à la bibliothèque du dépôt archéologique, non pas ceux qui sont écrits en langues latines - italien, portugais, espagnol ou catalan - où tu es presque toujours mentionné, mais ceux que nous recevons des germains ou des slaves et où ton patronyme est assurément la seule écriture que j’y puis parfois déchiffrer ; et je ne parle pas, bien sûr, des thèses traitant de la Préhistoire en Pyrénées où ne pas te citer devient une faute.

4Et il est vrai que ta bibliographie est copieuse, tellement que tu ne connais même pas le nombre exact de tes publications ! Nous avons pu recenser 156 références, 157 d’ailleurs en y ajoutant cet article que tu as écrit sur le symbolisme du Taureau en Méditerranée qui est malencontreusement publié sous un autre nom dans les Dossiers de l’Archéologie en 1977. Tout juste un demi-siècle, c’est l’âge de ton premier article paru en 1951 qui nous parle des ossuaires « énéolithiques » des Corbières. Le dernier en date est d’aujourd’hui, puisque ta présentation de nouvelles roches gravées figurera en bonne place dans les actes - ce qui ne se fait pas, dit-on - mais que nous avons voulu pour t’avoir bien vif avec nous. Ce demi-siècle de recherches et d’écriture, le temps de deux Républiques et d’une guerre froide (sans parler des chaudes), fut aussi le temps d’une profonde mutation de l’archéologie. Tu as su l’accompagner chez nous, tout au long, par ton labeur professionnel et bénévole.

5Abélanet : c’est aussi un nom qui renvoie à une origine catalane. Ici, où tes homonymes le portent parfois avec deux L, il signifie : « le noisetier » et le Β prononcé s’écrit en catalan avec un V, l’avellana étant son fruit. Étymologie toute simple donc, mais certainement chargée de sens pour que tes ancêtres se soient attribué ce nom végétal.

6Chargée de sens, elle l’est aujourd’hui pour nous, préhistoriens, qui voyons apparaître dans nos stratigraphies cet arbre héliophyle des clairières grâce à l’analyse des pollens qu’il a répandus dans le sol et, bien plus concrètement encore, par les coques de noisettes calcinées trouvées dans les foyers aziliens avec les ossements du gibier et les déchets de silex. Il signe en effet l’annonce du redoux, l’avènement d’une clémence du ciel succédant à la rigueur climatique des temps glaciaires. Certes, ce Corylus avellana (de son nom savant) n’est pas ce séquoia géant d’Amérique qui peut passer plus de deux mille ans à se regarder pousser, et ce n’est pas non plus le chêne tutélaire de la Gaule chevelue, dont un autre Jean nous a déjà dit, quand même, qu’il passait le plus clair de son temps à défier le roseau, pour le piètre résultat que l’on sait. Non, il n’est pas de ce boislà. En effet, s’il est un arbre modeste entre tous, c’est bien lui. Par contre, il sait se regrouper avec d’autres afin de mieux coloniser l’espace après la déforestation. En réalité, c’est à l’ombre de son feuillage abondant et dans l’épais tapis de l’humus qu’il produit au sol, que peuvent s’élancer les hautes futaies de pins, de hêtres, ou de chênes peuplant la forêt tempérée.

7Dans mes montagnes de Cerdagne, l’avellanet a des significations encore plus proches de la société humaine. Vers la fin septembre, à la saint Michel, lorsque le vent jette les premiers flocons de neige à l’horizontale, (vous savez : ce vilain mata cabra qui pique le cuir des troupeaux et les pousse vers l’étable), ce sont ses avellanes tombées à terre qui gavent les sangliers et tout un menu peuple de rongeurs, l’écureuil en tête, pressés de faire des provisions pour traverser la mauvaise saison. Mais les hommes s’en délectent aussi et, aux fêtes de Noël, ses savoureuses amandes craquent sous la dent dans la mollesse du torro (tourron). De son bois souple et nerveux, peu corruptible, on tirait des paniers, cistelles et banastes tressées pour la récolte des pommes de terre ou pour présenter les fruits au marché, mais aussi des canastelles pour garder le gibier ou les truites au frais sur quelques feuilles de fougère. Dans ses rameaux fourchus, le sourcier taillait sa souple baguette pour savoir où creuser le puits. Dans sa jeune pousse qui monte bien droit, le berger fabriquait son bâton qu’il munissait d’une crosse en fer forgé et qu’il prenait soin d’armer d’une pointe d’acier, à l’autre extrémité, pour défendre le troupeau de la convoitise du loup.

8Abélanet : s’il me fallait graver sur la roche ce nom et ce qu’il représente pour nous - mais sans avoir appris l’écriture - c’est à cette médiation symbolique de l’arbre que je ferais appel. Armée du burin de silex, ma main graverait sans doute un arboriforme sur le schiste ; mais ce que mon trait représenterait, Jean, ce ne serait pas cette académique palme que tu as si bien méritée. Non. Elle représenterait plus simplement un petit avellanet, avec la ramure toute enluminée des chatons pelucheux d’un printemps, avec ce modeste panache du pionnier annonçant les jours meilleurs, cette frêle couronne de l’amateur de lumière qui sait aussi pousser pour faire la place aux autres, enrichissant le sol de sa feuille, offrant à la société sa fibre et ses fruits avec bonté.

9Et mon incision irait d’abord d’un jet, comme celui qui croît dans la droiture avant de se ramifier et de se multiplier.

© Presses universitaires de Perpignan, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search