Versión clásicaVersión móvil

Roches ornées, roches dressées

 | 
Michel Martzluff

1 - Introduction au colloque

Allocution

Dominique Sacchi

Texto completo

1Mon cher Jean,

2Sans entrer dans le détail de tes activités d’archéologue, j’évoquerai à mon tour, en peu de mots, le rôle que tu fus amené à jouer pour donner à connaître le plus vieux passé de ton pays et de ses différents terroirs. Je n’énumérerai donc pas la liste des sites préhistoriques mis au jour par tes soins, pas même ceux où tu déchiffras des traces du séjour des hommes des derniers temps glaciaires, des confrères s’y sont précisément employés. Je soulignerai simplement quelques aspects de ta démarche, de ta manière de voir et de trouver, en ce qu’ils révèlent de ta personnalité et de ton style.

3Ton aptitude à la recherche est indissociable de ton goût prononcé pour la nature, de ta sensibilité à la beauté des paysages, à la poésie qui s’en dégage, de ta faculté à t’émerveiller. La prospection silencieuse du Roussillon et de la Corbière, des Aspres et du Confient, de la Cerdagne et du Capcir, t’a permis d’assouvir ton besoin de contemplation, d’espace, de solitude et d’indépendance. Ce penchant pour la quête itinérante de témoignages du passé, qu il s agisse d un galet taillé recueilli dans les alluvions d’un cours d’eau pléistocène ou d’une tuile peinte du XIXe siècle, participe de ton art de vivre toujours jalousement préservé.

4Il t’arriva de prolonger le repérage d’une station préhistorique par des sondages, d’explorer et de restaurer un monument mégalithique après sa découverte, mais tu ne devais jamais te lancer dans de longues campagnes de fouilles. Tu n’en ignorais pas la nécessité, mais tu ne souhaitais pas t’engager dans cette voie. Tu proposeras donc à d’autres de conduire les opérations archéologiques exigeant le concours d’une équipe nombreuse et des moyens logistiques appropriés. Tu leur permettras aussi de préciser tes premiers diagnostics et de réaliser la révision de matériaux patiemment collectés ; j’ai moi-même bénéficié du fruit de tes découvertes.

5En revanche l’étude et le relevé des pétroglyphes protohistoriques, dont tu devins et demeures un spécialiste reconnu et auxquels tu consacras ton mémoire de thèse, répondaient plus précisément à tes aspirations et à ton besoin d’autonomie. Ces travaux, qui satisfaisaient ton inclination pour les manifestations esthétiques et le monde des symboles, te valurent de quitter un temps ta terre catalane et de diriger plusieurs missions au mont Bego. Cette expérience devait te confirmer dans la vocation de chercheur indépendant, et conforter ton inappétence pour l’exercice du pouvoir, fût-il limité au rôle de chef d’équipe ; mais elle te fournit aussi l’occasion d’établir la chronologie interne de ce “haut lieu de l’art rupestre” et, sur un plan plus général, d’élargir ton champ d’observation et d’enrichir ta réflexion. Ainsi fus-tu conduit, sur l’amicale sollicitation de Jean Guilaine, à produire un ouvrage synthétique sur l’art rupestre d’Europe occidentale. Dans cette approche descriptive, chronologique et interprétative des “Signes sans paroles”, clairement conçue et élégamment rédigée, tu donnais toute la mesure de ton savoir, de ton talent et manifestais ton attrait pour le sacré.

6Enfin, par ton ouverture aux autres et la qualité de tes observations tu favorisas l’implantation de la première génération de chercheurs professionnels dans les Pyrénées-Orientales. Tu participas ainsi à l’avènement des recherches programmées qui sonnaient le glas d’un temps révolu, celui des travaux désordonnés et des collections particulières. Soucieux d’assurer la conservation du produit de tes recherches, tu collaboras à la création d’un dépôt archéologique. Préoccupé de pédagogie, tu dispensas le premier enseignement universitaire consacré à la Préhistoire, en tant que chargé de cours. Cet essai fut ensuite transformé, pour emprunter une formule propre au jeu du ballon ovale, puisque, à ta suite, un maître de conférence, puis un professeur, se partagèrent la tâche d’enseigner notre discipline. C’est donc justice que cet hommage te soit rendu à Perpignan, dans l’enceinte de son Université.

7Merci, mon cher Jean, de nous avoir permis de mieux connaître la Préhistoire du nord de la Catalogne, de nous avoir libéralement livré de précieuses informations et de poursuivre, par la plume et la parole, cette belle tâche de divulgateur.

© Presses universitaires de Perpignan, 2005

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search