Version classiqueVersion mobile

Roches ornées, roches dressées

 | 
Michel Martzluff

1 - Introduction au colloque

Jean Abélanet, un homme tout terrain

Pierre Campmajo

Texte intégral

1Entre 1965 et 1968, j’ai connu quatre hommes qui ont fondamentalement changé le cours de ma vie. Le premier, c’était Jacques Llado qui m’a présenté à Pierre Ponsich. C’était la grande époque de l’A.S.P.A.H.R. (Association de sauvegarde du patrimoine archéologique et historique roussillonnais) et de l’atelier de restauration d’objets d’art qui se trouvait alors dans l’aile nord du Palais des Rois de Majorque.

2Peu de temps après, Jacques m’a fait connaître Jean Abélanet qui, en 1968, au colloque sur le Vérazien de Narbonne, à son tour, m’a présenté à Jean Guilaine. En 1971, je publiais avec ce dernier le site protohistorique de l’Avellanosa à Targasonne. Et voilà comment un petit mousse de la marine marchande, reconverti en ouvrier du livre sur les linotypes du journal L’Indépendant, est devenu archéologue préhistorien. C’est à cette époque aussi que j’ai eu l’immense plaisir de fréquenter Roger Grau, Lluis Bassèdes et Georges Claustres.

3Ces amitiés, ces rencontres, je l’ai déjà dit, ont fondamentalement changé mon existence. J’avais 25 ans, Jean, tu en avais tout juste 40 et tu portais une superbe soutane. Avant de te connaître, je ne savais même pas que la Préhistoire existait et c’est avec Jacques, puis avec toi, Jean, que j’ai débuté dans cette discipline. Que de plaisirs et de joies elle m’a donné... !

4Raconter mes sorties avec Jean serait bien long. Je voudrais seulement en évoquer trois, toutes petites, car toutes les trois sont marquées du signe de la fécondité (de l’esprit, j’entends), de l’eau et des éclairs si bien représentés par les zigzags des gravures rupestres.

5À chacune des sorties dont j’ai le souvenir, il pleuvait... La première, c’était à la Balma del Moro dans l’Albère, il pleuvait comme vache qui pisse et, en redescendant sur les chemins si bien entretenus de l’Albère, c’est-à-dire à travers les ronces et les genêts épineux, j’ai trébuché. Me voilà au beau milieu des ronces, sur le dos. Impossible de bouger. Jean m’a sauvé la vie en me tirant de ce mauvais pas. Quelle « fart de riure » !

6La seconde sortie était moins amusante car elle aurait pu avoir des conséquences plus graves. Nous étions partis visiter la grotte de Montbolo, qui se trouve dans une falaise calcaire sur la rive droite de la Ribera ampla, près de Taulis. Le soir, nous devions souper ensemble en famille. À l’époque j’habitais Cabestany et le rendez-vous était pris pour 20 heures.

7La 4L de Jean - eh oui, il était déjà abonné à la célèbre marque au losange - est descendue sur le raide chemin qui mène à la grotte, sans aucun problème ! Chemin tout pentu, en terre !...

8Après s’être faufilés entre les essaims d’abeilles sauvages qui avaient élu domicile dans une anfractuosité du rocher à droite et à gauche, l’à-pic de 40 mètres du ravin, nous sommes entrés dans la grotte par un petit boyau secret, connu du seul Jean, l’entrée principale étant fermée par une solide grille en fer.

9Après quelques heures de visite, nos lampes électriques commençant à fatiguer, et nous aussi d’ailleurs, il fallut ressortir. Et à chacune de nos tentatives, nous retombions face à la solide grille en fer. Lorsque les lampes se sont éteintes, quelle angoisse ! Les dieux devaient être avec nous, nous avons fini par trouver le boyau secret ; il restait à Jean, cachées dans un recoin de son sac à dos modèle 1936, quelques allumettes.

10Mais en sortant, il avait plu bien sûr, et le chemin en terre, c’était un toboggan. Malgré le treuil à main, la vaillante 4L est restée en bas et nous de remonter sous la pluie battante jusqu’à la route de Taulis ; et au mois de novembre, ce n’est pas l’autoroute. À Palalda, après avoir réussi, par le réseau secret et ecclésiastique de Jean, à prévenir la famille que nous serions un peu en retard, nous sommes enfin arrivés à la maison pour souper. Il ne devait pas être loin de minuit, au menu : soupe aux « morros ».

11La troisième fois, c’était à la Pedra Escripta de Formiguères à Espousouilles. Nous avons dormi dans le chalet du beau-frère, confort parfait et chauffage au mazout. Vers 1 ou 2 heures du matin, nous commencions à nous asphyxier, le tuyau du poêle était bouché... Et il faisait un froid...

12Au matin, départ vers le site. Arrivés en haut, une pluie, mais une pluie comme on n’en rencontre qu’à la Pedra Escripta avec Jean Abélanet. Je le revois, sous un grand plastique, gesticulant en relevant les dessins : c’était magique, on aurait dit un fantôme ; et moi, abrité sous un rocher, j’attendais le dégel, c’était beau !

13Enfin pour terminer sur le thème des sorties, tout le monde se rappelle de celle du Pla de Vail en So. Jean ouvrait la route avec la 4L, j’étais derrière et les autres suivaient. Un petit virage... et, au débouché, la 4L sur le toit et les passagers qui sortaient par les vitres. Comment as-tu fait Jean, c’était plat, que diable !

14Que de bons souvenirs !

15Côté scientifique, Jean Guilaine qui l’a connu bien avant moi, nous a retracé sa carrière. Pour ma part, je voudrais seulement rappeler un fait capital pour la connaissance de l’art linéaire post-glaciaire. En 1967, alors qu’il dirigeait les recherches du Bego avec pour adjoint technique Henry de Lumley, Jean Abélanet s’est aperçu que, contrairement à ce que pensaient Conti et Isetti, les linéaires étaient bien postérieurs aux fameux piquetages des Cornus. Ces deux chercheurs dataient les linéaires d’avant l’Âge du Bronze, voire au Mésolithique, alors que sur ce site, les plus anciens datent du milieu du second Âge du Fer.

16Dans le département, pas un dolmen, pas une grotte, pas un site à gravures qu’il ne connaisse. Quant à la célèbre grotte de l’Arago, « la cauna de l’Argou », comme on l’appelait à l’époque, c’est Georges Taule qui la lui signala. C’était le lundi de Pentecôte de l’an 1948. Et c’est Jean qui le premier en saisit l’importance. Vous connaissez la suite.

17Le début de sa carrière d’archéologue remonte à 1943 - j’avais un an - c’est à cette période qu’il fit la connaissance à Montou d’un certain Pierre Ponsich et de Joseph Fabresse.

18En 1949, il obtint un des tout premier Certificat d’Études Supérieures de Préhistoire, sous la direction de Maurice Louis. En I960, il fit la connaissance du professeur Nougier et en 1962, celle du professeur Henry de Lumley, qui faillit, après quelques années, le faire déprimer.

19Tout ce parcours pour arriver à aujourd’hui, 130 articles et de nombreux ouvrages qui font autorité et surtout, surtout, un million d’amis qui t’aiment, t’embrassent et te félicitent comme je vais le faire à l’instant. Merci Jean.

© Presses universitaires de Perpignan, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search